Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture des députés français (1910-1958)

 | 
François Grèzes-Rueff

Chapitre premier. Les primaires

Texte intégral

  • 1 Jobert (Aristide), Souvenirs d’un ex-parlementaire, Paris, Figuères, 1933, p. 14.

1C’est le terme que revendiquent eux-mêmes, avec la fierté d’une élite populaire qui se sait abusivement méprisée, ceux qui « ne connaissent pas le latin ». Ainsi Aristide Jobert, militant de l’époque héroïque, anarchisant et antiparlementaire, devenu député en 1914, affirme sa volonté d’écrire ses souvenirs avec « sa plume de primaire, nanti de la seule instruction élémentaire que la République lui a, parcimonieusement, comme à tous les ouvriers, distribuée »1.

2Dans ce groupe, on a réuni tous ceux qui, à une époque de forte ségrégation scolaire, ont été exclus de l’enseignement secondaire. L’ensemble peut paraître un peu hétéroclite : il rassemble aussi bien de parfaits autodidactes, qui n’ont passé qu’un an ou deux sur les bancs de l’école primaire et n’ont pas leur certificat d’études que des techniciens, des instituteurs. Sa cohérence tient à l’existence d’une séparation, très étanche jusque dans les années 20, entre deux filières scolaires, l’une qui va de l’école communale à l’école normale d’instituteurs, parfois même jusqu’à l’École normale supérieure de Saint-Cloud, et l’autre qui commence aux classes élémentaires des lycées et aboutit aux grandes écoles en passant par les classes préparatoires ou par les universités.

3Dans son isolement, le monde du primaire s’est structuré de façon très cohérente autour de sa spécificité culturelle (morale, histoire de France, sciences naturelles) et de sa propre hiérarchie de diplômes qui, après le certificat d’études, permettent une prolongation de la scolarité qui évite les lycées (brevet élémentaire, brevet supérieur). À travers les députés issus des divers niveaux de l’enseignement primaire, on étudie donc la cohérence sociale et politique du groupe, avant d’examiner comment ses membres ont acquis et enrichi leur culture ; puis, après avoir observé jusqu’à quel point leur handicap culturel avait une influence sur leur activité politique, on isolera dans une dernière partie les spécificités des plus instruits parmi les primaires, instituteurs et techniciens.

Ceux de la communale

Une importante minorité

4Parmi les 1922 députés de notre échantillon, ils forment un groupe de 427 personnes : 258 n’ont pas dépassé le niveau du certificat (il semble que la moitié d’entre eux, à peu près, ne l’ait pas passé, mais on ne dispose pas de renseignements assez complets pour établir avec précision cette proportion) ; 169 ont continué leurs études au moins jusqu’au brevet. Pour des raisons de cohérence, nous avons exclu de cette catégorie les « propriétaires », héritiers agrariens ou industriels, qui trouvent peu d’utilité à la validation scolaire des connaissances et préfèrent une éducation à domicile : si en apparence les niveaux de diplômes sont identiques, il est évident que les références culturelles sont très éloignées ; le second chapitre étudie donc à part les riches non-diplômés, les « propriétaires ».

***

5Le groupe réunit 22 % des députés. Il y a distorsion par rapport à la scolarisation moyenne de la population : minoritaire à l’Assemblée, le niveau primaire correspond à la situation de la grande majorité de la population. Mais cette catégorie est beaucoup plus importante que ne le laisserait penser l’image classique d’un parlement émanation des classes moyennes lettrées (avocats, médecins, professeurs), une image qui a été forgée sur le modèle des dirigeants du Parti Radical-Socialiste. Parmi les autres groupes que nous avons définis, seul celui des avocats présente une population plus nombreuse.

  • 2 Thibaudet (Albert), La République des professeurs, Paris, Grasset, 1927.
  • 3 Tardieu (André), La Profession parlementaire, in : Tardieu (André), La Révolution à refaire, Paris (...)
  • 4 Schumpeter (Joseph), Capitalisme, socialisme et démocratie, Paris, Payot, 1969.
  • 5 Birnbaum, (Pierre), Les Sommets de l’État : essai sur l’élite au pouvoir en France, Paris, Le Seui (...)
  • 6 Jobert, (Aristide), Souvenirs..., p. 67.

6Les primaires donnent pourtant l’impression, comme le soulignent tous les analystes, de Thibaudet2 à Tardieu3, Schumpeter4 et Birnbaum5, d’une exception, d’une intrusion de la société réelle dans une assemblée bourgeoise ; et l’impression d’isolement culturel que ressentent très fortement ces députés renforce ce décalage. Aristide Jobert s’en indigne, qui se souvient des réflexions de ses électeurs : « Bien sûr, il a raison, il parle bien ; on voterait bien pour lui mais c’est un malheureux comme nous. Saura-t-il seulement se tenir en société avec ces messieurs »6, et qui, furieux de la place de second rang faite dans son propre groupe parlementaire (SFIO) aux députés ouvriers, à cause de leur faible compétence, n’hésite pas à démissionner de façon spectaculaire : non-inscrit, il ne se résigne pas à se voir privé par les groupes constitués de son rôle politique dans les commissions ; il interviendra sans cesse, en séance publique, sur tous les sujets qui lui tiennent à cœur, par ce que ses collègues appelleront « les inévitables amendements Jobert ». D’autres préfèrent rejeter eux-mêmes ce milieu trop différent, comme Jules Fourrier qui demande vite à son parti de l’employer à des tâches non parlementaires ; le récit qu’il fait de son entrée à la Chambre témoigne de cette barrière culturelle :

  • 7 Fourrier (Jules), Graine rouge, Paris, La Brèche, 1983, pp. 48-49.

« Drôle d’ambiance ! Tout le monde est aux petits soins avec vous mais ces salamalecs n’ont rien de franc. En quatre ans de vie parlementaire, je n’ai jamais rencontré dans cette maison une seule tête aimable.7 »

7D’autres intègrent ce rejet, comme Eugène Fourvel, auvergnat et fils de métayer, qui ne parlait que patois à son entrée à l’école et qui reconnaît avec sincérité

  • 8 Fourvel (Eugène), Mémoires d’Eugène Fourvel, député communiste du Puy de Dôme : propos entendus pa (...)

« n’être pas toujours très à l’aise dans [ses] souliers à l’Assemblée ! Car nous voisinons avec certaines gens d’un tout autre monde [...]. Ces gens qui ont étudié ! Cela se sent d’autant plus quand on est sorti de l’école à douze ans. Quand on a des gens comme ça en face, on ne se met pas dans un petit trou, mais... »8.

  • 9 Ansart (Gustave) et Estagel, (Jacques), De l’usine à l’Assemblée Nationale : entretiens, Paris, Éd (...)
  • 10 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez : vie secrète et vie publique, Paris, Fayard, 1975, p. 386.

8D’autres enfin, comme Gustave Ansart9 ou Maurice Thorez10, en tirent la conclusion qu’il faut, par la lecture, acquérir cette culture.

9Mis à part, peut-être, les plus célèbres, devenus chefs de parti, ou quelques énergiques contestataires, comme Jobert, presque tous se sentent des intrus, acceptent l’idée qu’ils ne sont pas à leur place et qu’ils doivent s’incliner devant la supériorité intellectuelle ou oratoire des députés cultivés.

Une catégorie un peu plus nombreuse en fin de période

10L’importance relative du groupe double entre la première et la troisième génération (de 14,5 % pour la première génération à 29 % pour la troisième). Mais, pour l’essentiel, cette augmentation est due à la croissance très rapide du nombre des instituteurs et des techniciens issus de l’enseignement primaire supérieur, que l’on étudiera en fin de chapitre ; pour le niveau du certificat, on a une croissance très légère, qui s’explique par des évolutions contradictoires, dont les effets pour l’essentiel, s’annulent.

  • 11 Fourrier (Jules), Graine rouge, p. 47.

11La poussée à gauche, la critique du système des notables, la vogue de l’antiparlementarisme favorisent l’accroissement du nombre des autodidactes, qui se prévalent de leur identité de vie avec leur clientèle électorale : Jules Fourrier, félicité par Duclos pour une intervention réussie note : « C’est par ce genre de flatteries que l’on transforme un militant du rang en crétin parlementaire, imbu de ses prérogatives. »11. Mais dans les partis qui comptaient un grand nombre de non-diplômés, l’entrée en force des intellectuels d’abord, des notables ensuite, joue en sens inverse, les diplômés monopolisant les places d’élus. Ainsi le Parti Radical apportait une fraction non négligeable des députés du primaire de la première génération (18 sur 68) ; ils disparaissent dans la troisième génération. La représentation proportionnelle, de 1919 à 1928, a accentué cette tendance : on réserve aux non-diplômés les fins de liste et ils ne doivent d’être élus qu’au hasard qui fait gagner toute la liste.

  • 12 Lamoureux (Lucien), Mes Souvenirs, Moulins, Les Cahiers Bourbonnais, 1969, p. 20.

12Enfin la poussée éducative qui accompagne les lois scolaires tend à raréfier cette catégorie de députés : l’école obligatoire et la généralisation du certificat d’études évitent que des éléments brillants soient obligés de quitter l’école avant que l’instituteur n’ait pu repérer leurs possibilités scolaires. Le développement du primaire supérieur et de l’enseignement technique offre plus de possibilités d’instruction à ces prolétaires particulièrement doués et leurs parents, ouvriers et paysans, prennent l’habitude de cette scolarité plus longue et mesurent mieux les possibilités de promotion sociale qu’elle offre. On sent la différence d’une génération à l’autre, dans les récits d’enfance. Etienne Lamoureux explique qu’il doit son certificat à la jeunesse militante et mouvementée de son père : déporté en Algérie en 1851, celui-ci avait eu beaucoup de mal à revenir, à pied, dans son village natal, et une grande partie de ses souffrances avaient été causées par son illettrisme ; il s’était juré d’éviter à son fils ces difficultés12. La génération suivante ne songera pas à expliquer une scolarité complète, devenue générale.

Les classes populaires au Parlement

  • 13 DPF.
  • 14 DPF, p. 1671.
  • 15 DPF, p. 917.

13L’origine sociale de ces députés les situe bien entendu dans les classes pauvres. On trouve bien une vingtaine de représentants de milieux un peu plus aisés : fils de petits commerçants qui quittent l’école à douze ans pour aider à la boutique (Jean Payra13, S.F.I.O., et nombre de députés poujadistes de 1956), de boulangers 0oseph Fega14), de marchands de bois (Clément Cazaud15), d’hôteliers. Mais il s’agit là d’un groupe difficile à reconnaître à travers de courtes notices biographiques : un cafetier rural n’est pas toujours plus « aisé » qu’un petit paysan propriétaire. De même il est parfois difficile de tracer la limite entre ce milieu d’artisans et de commerçants et celui des héritiers du commerce et de l’industrie. Reste que, mis à part les députés poujadistes de la fin de la période, la plupart des cas de très relative aisance ainsi repérés concernent la première génération de députés. Ensuite, l’usage vient, si on en a les moyens financiers et intellectuels, de poursuivre quelques études au-delà du certificat. C’est ce qui explique la très forte croissance, à partir des années trente, des « primaires supérieurs » : ce sont eux qui, désormais, forment la véritable élite populaire, qui profite de la poussée des partis de masse (PCF, SFIO, MRP, Poujadistes) sous la IVe République.

  • 16 La Musette de Gaston Monmousseau : textes choisis suivis d’une biographie, Paris, Éditions Sociale (...)
  • 17 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez... pp. 15-17.
  • 18 Robrieux (Philippe), Biographies et chronologie, in : Histoire intérieure du Parti Communiste, Par (...)
  • 19 Faure (Petrus), Un Témoin raconte, St Étienne, Impr. Dumas, 1962, p. 20.
  • 20 Robrieux (Philippe), Biographies et chronologie..., p. 375.
  • 21 DBMOF, t. XXV, p. 278.
  • 22 DBMOF, t. XXIX, p. 292.

14Même dans le milieu ouvrier et paysan, très largement majoritaire dans ce groupe, on a l’impression qu’il a fallu un concours de circonstances défavorables pour obliger des écoliers doués à arrêter leurs études. Soit qu’ils n’aient pas rencontré l’instituteur dévoué et persuasif qui, repérant l’intelligence de son élève, s’évertue à persuader les parents d’accepter quelques sacrifices et se démène pour obtenir une bourse ; soit qu’ils aient négligé, tout jeunes, de faire la preuve de leurs qualités, comme Gaston Monmousseau16 qui prend un grand plaisir à raconter ses écoles buissonnières sur les bords de la Loire ; soit qu’ils soient issus, comme Maurice Thorez17 et bien d’autres, de milieux ouvriers aux traditions très rigides, comme ceux de la mine ou de la sidérurgie, où l’on fournit presque automatiquement à l’adolescent un travail à la sortie de l’école ; soit que l’on devine une origine extrêmement misérable : familles trop nombreuses (Jeannette Vermeersch18) parents journaliers agricoles (Pétrus Faure que sa mère va louer, comme berger sur le marché, à douze ans19) ; soit que leur enfance ait été perturbée : Auguste Lecœur ne passe qu’un an ou deux à l’école à cause des multiples déménagements de ses parents, chassés de chez eux par la guerre mondiale20 ; soit qu’ils aient été orphelins très tôt (nombreux cas dont Marx Dormoy21, futur ministre du Front Populaire, qui doit arrêter une scolarité secondaire à peine entamée) ; soit enfin qu’ils viennent de l’assistance : l’exemple le plus touchant est celui de Richard Georges, qui, après le certificat, avait demandé l’autorisation de poursuivre ses études ; cette demande, considérée comme impertinente, lui valut, en rétorsion, un transfert dans un autre orphelinat extrêmement sévère, véritable bagne d’enfant ; par sa combativité d’adolescent (plaintes et fugues répétées), il parviendra à émouvoir la presse et contribuera à faire fermer l’établissement22.

Une forme de contestation du parlementarisme

  • 23 DBMOF, t. X, p. 276.
  • 24 DBMOF, t. XVII, p. 28.

15Leurs appartenances politiques situent ces députés en très grande majorité à gauche. 75 % d’entre eux appartiennent à la S.F.I.O. et au P.C.F., et cette proportion atteint 87 % si on inclut les radicaux dans la gauche. Cela n’a rien de surprenant : militants et clientèle électorale sont issus de ces groupes privés d’instruction et cela transparaît dans le fait que les députés socialistes et communistes soient majoritairement des « primaires » (dans une proportion de 60 %). Il s’y ajoute parfois la méfiance vis-à-vis des intellectuels, explicite, en 1910 et 1914, chez les alémanistes de la SFIO : ceux-ci avaient décidé de ne présenter que des travailleurs manuels comme par exemple Auguste Berthon23 qui s’est révélé incapable d’intervenir à l’Assemblée. Il y a aussi la volonté d’afficher, par l’origine et la culture des candidats, un statut de parti ouvrier. La SFIO tient à garder cette image. Mais le cas extrême est sans doute celui des députés de 1924 du PCF. Traversant une phase sectaire et ouvriériste, les communistes avaient décidé de choisir en priorité des candidats ouvriers, et de présenter des listes (scrutin à la proportionnelle départementale) par ordre alphabétique, avec pour seule exception les députés élus en 1919, placés en têtes de listes. Il en résulta l’élection d’une dizaine de députés « alphabétiques » dont les noms commençaient par A ou B. Tel René Adam24, dont le cas est typique : incapable de participer à la vie parlementaire, il fut surtout employé comme commis-voyageur et transporteur de ballots de propagande, le Parti profitant ainsi de sa carte de circulation gratuite dans les chemins de fer.

  • 25 DBMOF, t. XVII, p. 128.
  • 26 Suarez (Georges), Briand, 6 vol., Paris, Plon, 1938-1942, t. 2, p. 282.

16Mais d’une génération à l’autre, les partis de gauche perdent peu à peu leurs députés du primaire, le parti radical d’abord, puis, avec un décalage d’une trentaine d’années, la SFIO. Signe de l’embourgeoisement de ces partis, de leur « glissement à droite » ? Probablement. Mais pour notre propos, il est intéressant d’insister sur leur intégration progressive au code culturel du monde politique, à son langage et à ses coutumes, un code culturel qui, on Ta dit, tend à exclure ceux qui n’ont pas fréquenté l’enseignement secondaire. Plus qu’une tendance politique, la présence de ces députés hors normes, perçus comme tels par leurs adversaires (on traite Toussaint Ambrosini25, qui a pourtant son certificat d’études, d’analphabète, et Jean Colly de « grossier insolent26), » est le signe d’un rejet du régime et de ses rites. Les députés primaires sont nombreux dans la SFIO révolutionnaire du début du siècle et dans les périodes extrémistes du PCF ; a contrario, les périodes où le Parti Communiste s’intègre au régime (1936, 1945) sont marquées par une plus large place faites aux « travailleurs intellectuels ».

  • 27 DPF, p. 643.
  • 28 DPF, p. 1468.

17L’étude du groupe de députés primaires de droite ou du centre que comporte notre échantillon (une quarantaine), confirme cette impression. Le modèle du député de droite d’origine populaire est le prolétaire qui a réussi et fait fortune : on le retrouve dans les trois générations, de Léon Boisseau qui est fier, dans sa profession de foi, de se déclarer « enfant du peuple qui a réussi par son travail et son activité à s’élever dans notre société démocratique27 », à Maurice Dormann, typographe autodidacte, ministre en 193028. Mais à côté de ces self made men, les périodes où arrivent au parlement des députés de droite non-diplômés correspondent soit aux vagues d’anti-parlementarisme, soit à une critique explicite ou implicite du régime : Chambre bleue horizon de 1919, les autonomistes alsaciens de l’Union Populaire Républicaine, quelques députés d’extrême-droite des années trente, les résistants de 1945, quelques RPF de 1951, des poujadistes.

18La présence de ces députés non scolarisés est donc d’abord le signe d’une remise en cause des élites par la société. Elle signifie un rejet de la sélection scolaire, perçue plus comme le reflet d’un héritage social que comme un tri des compétences légitimes. Elle tient aussi à ce qu’en période de changements rapides et profonds, en 1919, en 1936, en 1945, le système politique et électoral, avec ses partis traditionnels et ses réseaux de notables, perd de sa capacité à anticiper et à filtrer les demandes sociales, à les traduire en programmes politiques, à sélectionner les individus aptes à y répondre. En sens inverse, on retrouvera un phénomène similaire chez les aristocrates agrariens pour qui l’école signifie aussi intégration : ceux de la première génération, nés à une époque de rejet du régime républicain, se dispensent de la légitimation scolaire ; ceux qui sont nés à l’époque du ralliement se plieront au cursus honorum universitaire.

***

19Au total, l’importance numérique de la catégorie et l’activisme politique de ses membres montrent que l’appel aux couches populaires n’est ni une simple formalité, destinée à satisfaire l’opinion publique, ni une sorte de ruse des privilégiés pour cacher leur domination. Cette constatation souligne d’autant plus l’importance du rôle du code culturel : c’est l’exigence principale de l’institution, qui permet l’intégration des non-diplômés (ou détermine leur rejet), garantissant l’homogénéité et donc le fonctionnement du parlement. Le député « primaire » a la choix entre une fidélité à sa culture qui l’exclut de fait de l’action politique, la révérence intimidée à l’égard de ceux qui en détiennent les codes, ou bien l’acquisition par lui-même de ces codes culturels, ce qui le coupe des modes de pensée de son milieu d’origine et risque de lui faire perdre l’atout politique résultant de la similitude des références et de la complicité qui en résulte.

Une culture engagée

20Qu’elle provienne d’une école primaire qui est au cœur des débats politiques (laïcité), d’une tradition familiale en général fortement politisée ou d’un effort personnel de militants qui ont déjà choisi leur idéologie, c’est une culture univoque, peu nuancée et peu tolérante qui caractérise ces députés ; sa diversité vient des conditions très variées de son acquisition.

L’école

21De longues décennies après, lorsqu’au seuil de la retraite, les députés écrivent leurs mémoires, leur souvenir de l’enseignement primaire reste très vivant, étonnamment précis. Témoignage d’une amertume toujours présente qui rappelle un désir de culture inassouvi ; témoignage aussi du fait que l’école primaire a été pour eux la seule instance dispensatrice d’un savoir légitimé. Même après des années de lectures et d’études, même après s’être doté d’un excellent bagage culturel, bien supérieur à celui de nombre de ses collègues, le député autodidacte garde l’insatisfaction de ne pas avoir la preuve de la validité de ses efforts et l’inquiétude de s’être trompé dans ses choix ou de ne pas avoir « tout compris ».

  • 29 Ansart (Gustave) et Estagel (Jacques), De l’usine..., p. 12.
  • 30 Duclos (Jacques), Mémoires, 6 vol., Paris, Fayard, 1970, tome 1, p. 30.
  • 31 Prigent (Mireille), Tanguy Prigent, Paris, Club socialiste du livre, 1982.
  • 32 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez..., p. 16.
  • 33 Fourvel (Eugène), Mémoires....

22Cela explique sans doute la fréquence de l’image idéalisée qui reste de l’instituteur. Gustave Ansart lui consacre deux pages de louanges dans son autobiographie29 ; Jacques Duclos fait de même, déclarant lui devoir ses choix politiques ultérieurs : « L’orientation donnée à ses leçons d’histoire par mon vieux maître d’école me poussait à prendre parti pour les victimes contre les persécuteurs »30. Tanguy Prigent raconte à sa fille comment son maître a insisté autant qu’il a pu pour qu’il puisse continuer ses études et, ne l’ayant obtenu, a continué lui-même à guider ses lectures et à l’instruire31. L’instituteur, au-delà de l’espoir de promotion sociale qu’il représente (c’est l’instituteur de Maurice Thorez qui lui permet d’échapper à la mine en le recommandant pour les bureaux de la compagnie32,) est avant tout celui qui apporte aux connaissances durement acquises l’onction de la reconnaissance, de la vérité, de la science. C’est à lui que Ton doit la fierté de ces places de premier au classement cantonal du certificat d’études qui, pour beaucoup, représentent à la fois la garantie de leurs succès futurs et une inépuisable provision d’espoir et de révolte : c’est le cas de Thorez, c’est aussi celui d’Eugène Fourvel33, qui, pourtant, ne parlait pas français à son entrée à l’école et dont le père était analphabète.

23C’est dire l’importance, dans la formation des députés de ce groupe, des thèmes abordés à l’école primaire : si on met à part la formation proprement politique, leurs recherches et leurs lectures ne feront le plus souvent que prolonger ce qu’ils ont appris enfants. Les auteurs les plus cités dans les livres de mémoires sont les mêmes que ceux des dictées et des livres de lectures : Rousseau, Voltaire, Hugo, Michelet, Dumas. Mais c’est surtout l’histoire de France que Ton présente comme le principal acquis culturel. C’est logique : les autres matières sont plus techniques ; lecture, écriture, calcul apparaissent plus comme des apprentissages que comme une culture ; leçon de choses et géographie comme des nomenclatures et des exercices de mémorisation. Dans les programmes de l’époque, seule l’histoire (avec sans doute les lectures morales et, pour les élèves de l’école catholique, l’histoire sainte) peut, par ses contenus à la fois concrets et lyriques, démonstratifs et héroïques, faire appel tour à tour à l’imagination et à la mémoire, à l’adhésion et à la réflexion pour organiser un véritable savoir, une culture savante.

  • 34 Nora (Pierre) (sous la dir. de), Les Lieux de mémoire, 7 vol., Paris, Gallimard, 1984-1992.
  • 35 Freyssinet-Dominjon (Jacqueline), Les Manuels d’histoire de l’école libre, de la loi Ferry à la lo (...)
  • 36 Brenard (Claude), L’Enseignement de l’histoire en France au XIXe siècle, selon les ministres de l’ (...)
  • 37 Grenier (Fernand), Ce bonheur-là, Paris, Éditions Sociales, 1974, p. 36.

24Les thèmes dominants de cette culture historique sont bien connus par des travaux d’historiens : ceux de Pierre Nora et de Jacques et Mona Ozouf pour l’école publique34, la thèse de Jacqueline Freyssinet-Dominjon pour l’école privée35, la thèse de Claude Bernard36 pour la période 1850-1880. Les souvenirs des députés le confirment : c’est une culture de la Révolution et de la Nation. Fernand Grenier décrit sa « panoplie d’écolier » : « C’était Jeanne d’Arc et Du Guesclin, Hoche et Marceau, les petits tambours de la Révolution Barra et Viala, Victor Hugo et Pasteur37. » Et Duclos :

  • 38 Duclos (Jacques), Mémoires..., p. 30.

« Mon vieux maître orientait nos lectures surtout vers l’histoire qu’il aimait et qu’il nous apprenait avec le souci de faire naître en nous le sentiment de respect de la Révolution Française. [...] J’appris à connaître les grands hommes de la Révolution, qui étaient d’autant plus attirants et séduisants qu’ils étaient jeunes et que leurs actions prenaient à mes yeux le caractère d’une victoire de la jeunesse. [...]Tout cela emplissait ma tête de rêves. [...] L’école avait fait de moi, de très bonne heure, un adversaire de la monarchie héréditaire qui me paraissait être le symbole de l’iniquité38... »

25Les références scolaires du député du primaire seront donc directement issues de Michelet : une galerie héroïque, retraçant la geste de la naissance de la nation, de Vercingétorix à la fête de la Fédération, en passant par la guerre de Cent Ans. Le Moyen-Âge et la Révolution sont les moments qui marquent le plus les esprits et les mémoires.

  • 39 Freyssinet-Dominjon (Jacqueline), Les manuels d’histoire....

26Cette culture est-elle la même chez tous les députés de ce groupe ? En analysant les différences, on est surpris de constater que ses variations sont plus une question de génération que du genre d’établissement (laïque ou religieux) fréquenté. Jacqueline Freyssinet-Dominjon39, au terme d’une passionnante et minutieuse étude des manuels scolaires de l’école privée, montre que, s’il y a bien une nette opposition entre les messages politiques implicites dans les deux enseignements, les thèmes et les périodes privilégiées sont à peu près les mêmes, sous l’effet d’un commun nationalisme et de l’impératif des programmes du certificat d’études. Dans les écoles catholiques, on détaille moins le XIXe siècle, on insiste plus sur sainte Blandine, sainte Geneviève, saint Louis et saint Vincent de Paul, mais les moments forts restent les mêmes. S’établit donc un corpus de références qui, malgré des interprétations antagoniques, restera la base de références historiques dont disposent les futurs députés.

  • 40 Prost (Antoine), L’Enseignement en France : 1800-1967, Paris, Armand Colin, 1968, - pp. 245-252.
  • 41 DPF, p. 1354
  • 42 Bernard (Claude), L’Enseignement....
  • 43 Prigent (Mireille), Tanguy Prigent....

27Le fossé culturel entre les écoliers de la première génération (avant les réformes Ferry) et leurs successeurs paraît bien plus important40. Les écoliers d’avant 1882 n’ont pas connu cette culture de la Révolution et de la Nation. Certains en étaient complètement exclus, comme Gustave Delory qui a dû d’abord travailler pour pouvoir s’acheter lui-même, à dix ans, un alphabet et commencer à apprendre à lire41. Pour ceux qui la fréquentaient, l’école primaire, payante et facultative, était plus un apprentissage technique qu’une éducation et une culture. Symptomatiquement, ce n’est qu’en 1867 que Duruy introduit l’enseignement de l’histoire dans les programmes de l’école primaire et, nous dit Claude Bernard, « il ne sera vraiment adopté qu’en 1882 »42. Les députés autodidactes de cette génération restent donc critiques et détachés vis à vis de la culture savante et scolaire et partagent cette irrévérence avec ceux qui, dans les générations suivantes, n’ont pas aimé leur vie d’écolier ou l’ont vu perturbée par des événements familiaux ou par des guerres. Pour illustrer ce décalage culturel entre deux générations, on peut opposer l’application un peu laborieuse d’un Tanguy Prigent43 à l’ironie de Gaston Monmousseau, au demeurant charmant écrivain de sa Touraine natale :

  • 44 La Musette de Gaston Monmousseau.

« Mes impressions d’école ? Nom d’un chien ! Je n’allais tout de même pas dire que j’égratignais mon institutrice au visage pour entrer de force en classe le jeudi, que je me vautrais dans la métaphysique comme Maurice Schumann [...]ou que je buvais par tous les pores de ma peau la leçon de Waterloo ainsi que Georges Bidault. On n’aurait pas compris que, étant venu de si haut, je fusse tombé au niveau d’un pêcheur de tanches, exposé à l’ironie silencieuse de mes contemporains »44.

  • 45 Fourvel (Eugène), Mémoires..., p. 68.
  • 46 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez..., p. 512.

28De même, on peut opposer l’admiration peu critique d’Eugène Fourvel pour l’instruction (« Ces gens qui ont étudié ! »)45 à la décontraction de Marcel Servin, brillant autodidacte qui, nous raconte Philippe Robrieux46, « ne se croyait pas obligé de faire semblant d’admirer les pensums de fin de congrès (musique et ballets classiques) mais leur préférait un baby-foot au bistrot du coin. »

29On peut sans doute avancer l’hypothèse que le certificat d’études constitue le critère discriminant permettant de séparer ces deux attitudes culturelles. Mais il est difficile de le vérifier et de décompter séparément les deux groupes ainsi dégagés : les notices biographiques indiquent rarement son obtention et encore plus rarement son absence.

La famille et la tradition orale

  • 47 Lémery (Henry), D’une république à l’autre : souvenirs de la mêlée politique, 1894-1944, Paris, La (...)
  • 48 Fourrier (Jules), Graine Rouge, p. 12.
  • 49 Dudos (Jacques), Mémoires, t.1, p. 35.
  • 50 DBMOF, t. XIII, p. 34.

30C’est un apport culturel difficile à cerner. Les mémoires évitent souvent le récit de ce type d’apprentissage et les notices biographiques notent tout au plus, à l’occasion, un grand-père communard. Mais on peut en deviner l’importance à travers quelques confidences. Ces prolétaires ont souvent été élevés dans un monde de l’oral, un milieu peu alphabétisé, comme Auguste Lecœur qui demande à sa grand-mère, analphabète, d’où lui viennent ses connaissances : « Pendant que les autres parlent, j’écoute et je pense. Voilà cinquante ans que je vais à l’école. »47 Ils ont été marqués par les récits des anciens. Jules Fourrier parle de sa grand-tante qui lui raconte la Révolution à travers son propre grand-père, soldat de l’an II48 ; Jacques Duclos interroge les vieux de son village : l’un lui raconte l’expédition de 1901 en Chine, l’autre la guerre de Crimée et Magenta, un troisième, plus âgé, la conquête de l’Algérie49. Louis Héliès a un oncle communard fusillé50 ; nombreux sont les fils ou petit-fils de proscrits ; jusqu’au prénom de Waldeck Rocher qui est une allusion historique.

  • 51 Grenier (Fernand), Ce bonheur-là...

31Mémoire ouvrière, mémoire familiale, il s’agit là encore d’histoire et de repères chronologiques, qui alimenteront non seulement l’orientation idéologique mais aussi les références culturelles des militants. Ses contenus complètent les savoirs scolaires qui avaient tendance à s’arrêter, la fin de l’année s’approchant, à la Restauration. Ainsi Fernand Grenier indique qu’aux héros de l’école primaire, « mon père avait ajoute Jean Jaurès et Jules Guesde »51.

Les efforts individuels

  • 52 Duclos (Jacques), Mémoires..., t.1, p. 70.

32Si l’on met à part la formation proprement politique, et quelques cas isolés, comme Jacques Duclos, qui pour assister à des représentations théâtrales, se faisait engager dans des claques52, trois sources de culture complètent l’acquis de l’enfance : le goût de la lecture, les cours du soir et la profession.

33La plupart des autodidactes sont décrits dans les notices biographiques, et se décrivent eux-mêmes lorsqu’ils rédigent leurs mémoires comme de grands lecteurs, un goût de la lecture qui semble parfois boulimique chez Thorez ou chez Duclos par exemple. Dans la plupart des cas, c’est à l’école qu’il s’est révélé. Et ce sont bien ceux qui découvrent ce plaisir très jeunes qui accumulent la culture la plus considérable, la mieux assimilée et par là la plus proche de celle de leurs collègues passés par l’université. Mais la découverte du livre est parfois plus tardive, alors liée à l’engagement politique. Soit celui du simple militant qui constate ses lacunes : ainsi Auguste Lecœur, qui a à peine fréquenté l’école et qui, à dix-sept ans, essaie de lire Engels (« Socialisme utopique et socialisme scientifique ») :

  • 53 Lecoeur (Auguste), Le Partisan, Paris, Flammarion, 1963.

« Dès la première page, je fus perdu : il y avait là des mots que je n’avais jamais rencontrés. J’en conclus tout de suite que mes difficultés venaient de mon manque d’instruction. Je l’ai dit : je savais tout juste lire et écrire. Je mesurais le temps perdu »53.

34Soit celui du dirigeant politique qui prend conscience de ses limites : ainsi Gustave Ansart qui constate, la trentaine passée, qu’entrer au Bureau Politique, cela représente

  • 54 Ansart (Gustave) et Estagel (Jacques), De l’usine...., p. 46.

« la nécessité de lire, d’apprendre sans cesse. Je me souviens du congrès de 1954, quand j’ai été élu membre du Comité Central. Fernand Grenier m’a félicité chaleureusement et m’a dit aussitôt : "N’oublie pas, n’oublie jamais : prends le temps de lire" »54.

  • 55 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez..., p. 312 et pp. 322-324.

35De même Maurice Thorez qui après avoir été ministre à la Libération, s’apercevra de la nécessité de consacrer quotidiennement une part de son emploi du temps (d’une durée qu’il ne cessera, y prenant goût, d’augmenter jusqu’à sa mort) à compléter ses connaissances55.

  • 56 Nora (Pierre) (sous la dir. de), Les Lieux de mémoire..., t.1, p. 323.
  • 57 Guerreau (Bernard), Jean Bouhey ou la rectitude d’un réformiste, Dijon, Impr. Darantières, 1985.
  • 58 Grenier (Fernand), C’était ainsi..., p. 68.
  • 59 Ansart (Gustave) et Estagel (Jacques), De l’usine..., p. 28.
  • 60 Benoist (Charles), Souvenirs, Paris, Plon, 1932, 1933, 1934, t. 1, p. 231.
  • 61 Fourvel (Eugène), Mémoires...
  • 62 Benoist (Charles), Souvenirs..., t.1, p 231.
  • 63 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez..., pp. 323-324.
  • 64 Ansart (Gustave) et Estagel (Jacques), De l’usine..., p. 237.
  • 65 Robrieux (Philippe), Biographies..., p. 188.

36Ces lectures sont faites un peu au hasard des occasions : l’accès aux livres n’est pas aisé pour un autodidacte en cette fin du XIXe siècle. C’est d’ailleurs l’époque, comme l’indique l’étude de P. Marie dans Les lieux de mémoire, de la fondation des bibliothèques populaires56, et les députés qui ont connu ces difficultés s’en souviendront, multipliant les créations de bibliothèques publiques et de fondations éducatives (voir en particulier l’action de Jean-Baptiste Bouhey-Alex à Dijon57 ou de Fernand Grenier à Saint-Denis58). La dispersion des lectures au gré des rencontres et des bibliothèques rend difficile l’analyse de la culture ainsi acquise. Jacques Duclos et Tanguy Prigent épuisent d’abord la bibliothèque de leur instituteur, mais le premier la complète par celle de son patron, le pâtissier Billières de Bagnères-de-Bigorre, renommé pour l’excellence de ses chocolats aux griottes, et le second par celle du secrétaire départemental de la SFIO, professeur de lettres dans le secondaire. Gustave Ansart découvre après son mariage, celle de son beau-frère, « un ouvrier lettré »59, et Gustave Rouanet a profité de son service militaire pour lire in extenso la collection complète de La Revue des deux mondes60. Enfin, à l’Assemblée, ils sont parmi les habitués de la bibliothèque ; ils y trouvent, outre l’océan de livres à la mesure de leur désir d’apprendre, un refuge plus à leur goût que le monde des couloirs, de la buvette, des huissiers et de leurs collègues de la bonne société, où ils craignent de ne pas savoir comment se comporter (E. Fourvel61). Ainsi Gustave Rouanet, que l’on voyait tous les jours, raconte Charles Benoist avec la morgue du lettré, « à la bibliothèque, dévotement plongé dans des travaux qu’il disait historiques, et que je ne sache pas qu’ils aient abouti à rien »62. Enfin la diversité de leurs lectures est renforcée par ce qui, dans les goûts et les choix des hommes politiques, relève d’une culture de parti comme pour Maurice Thorez la « culture Komintern » : de Pouchkine et Tolstoi, parce qu’ils sont russes, à Aragon et Eluard, en passant par Balzac car Staline et Marx en font l’éloge63 ; ou de souvenirs de l’école primaire (Erckmann-Chatrian chez Gustave Ansart64) ; ou même de découvertes personnelles qui parfois montrent la complexité et la richesse culturelle d’un personnage (Lautréamont chez Jacques Duclos65).

  • 66 Duclos (Jacques), Mémoires, t. 4.

37Malgré cette dispersion, quelques auteurs reviennent toujours, tout au moins chez les députés de gauche ; à côté des classiques du socialisme, ils correspondent bien à la culture de l’école primaire et la prolongent : ce sont les philosophes du XVIIIe siècle, les orateurs de la Révolution française (Duclos leur consacre une dizaine de pages aussi érudites que passionnées66,) Victor Hugo, Michelet.

***

  • 67 DBMOF, t. X, p. 243.
  • 68 Grenier (Fernand), C’était ainsi..., p. 43.

38Les cours du soir offrent une possibilité de rattrapage scolaire et répètent en grande partie les contenus et les messages de l’école primaire, d’autant qu’ils sont, pour la plupart, destinés à préparer le Certificat. À côté, les conférences permettent, comme les lectures personnelles, d’acquérir des connaissances plus diverses : Albert Bedouce suit à Toulouse tous les cours publics de Jaurès à la faculté67 ; Fernand Grenier, profite, des fermetures d’usines pendant la guerre pour s’inscrire, quelques mois, dans un collège technique68.

  • 69 Robrieux (Philippe), Biographies..., p. 470.
  • 70 DPF, p. 447.
  • 71 DBMOF, t. XI, p. 99.

39Cette formation de cours du soir et de conférences permet à plusieurs de ces autodidactes de reprendre tardivement leurs études, obtenant qui une licence de langue (Renaud Jean, sous l’influence de son épouse, agrégée de sciences naturelles69,) qui une capacité de droit (Raymond Barenton70.) Dans certains cas, cette formation tardive est directement liée à l’exercice d’un mandat parlementaire : ainsi Bernard Cadenat, fils de colporteur, ouvrier cordonnier puis artisan à son compte, qui, devenu député, estime qu’il lui faut une instruction supérieure pour bien exercer son mandat : il se remet au travail, passe son baccalauréat, puis sa licence ès lettres à plus de soixante ans71.

L’itinéraire professionnel

  • 72 DBMOF, t. XI, p. 234.
  • 73 DBMOF, t. XII, p. 131.

40Apprentissages, déménagements, métiers multiples jalonnent les vies de ces paysans pauvres et de ces ouvriers contestataires qui deviendront députés. Chassé par le chômage, souvent licencié, contraint de changer de région en raison de son inscription sur une « liste rouge », le prolétaire de cette seconde moitié du XIXe siècle est encore parfois, comme sous l’Ancien Régime, un semi-nomade, un saisonnier. Jean Colly, par exemple, a été gardien de troupeaux, mineur, employé de chemin de fer, ouvrier imprimeur dans le bassin de Saint-Etienne, avant de s’installer à Paris où il exerce encore plusieurs emplois de bureau72. De place en place, certains acquièrent une réelle formation de technicien et de cadre. Emile Dutilleul, qui n’a pas son certificat d’études, après plusieurs petits métiers, s’instruit en étant typographe. Sa bonne orthographe, son goût de la lecture, lui permettent ensuite d’exercer les fonctions de correcteur. Puis, après avoir été représentant de commerce en parfumerie, il dessine des flacons de parfum pour la maison Coty. Il s’intéresse alors au droit et aux finances, joue un peu à la bourse. Il devient ainsi administrateur, conseiller juridique et financier de diverses associations ouvrières (colonies, orphelinats). Entré au PCF, il administre les journaux du parti, la Banque ouvrière et paysanne, bref devient jusqu’à la guerre un des principaux financiers du Parti, et à ce titre organise l’aide financière à l’Espagne républicaine73.

  • 74 DBMOF, t. XII, p. 171.
  • 75 DBMOF, t. X, p. 243.
  • 76 DBMOF
  • 77 Pierrard (Pierre), Dictionnaire de la IIIeRépublique, Paris, Larousse, 1968, p. 96.
  • 78 DBMOF, t. XVIII, pp. 309.
  • 79 DPF, p. 507.

41Cet itinéraire professionnel est à l’image de celui de bien des militants ouvriers. Les multiples petits métiers (apprentis, bergers, coursiers...) du début de l’adolescence, entre dix et quinze ans, sont autant de sources d’expérience, où l’apprentissage n’est pas seulement technique : rencontre avec les traditions de divers corps de métiers, mémoire des anciens, récits héroïques des combats et des répressions, il y a là tout un capital culturel qu’un adolescent curieux et débrouillard saura engranger puis utiliser à l’âge adulte, dans sa carrière professionnelle (création d’entreprise) et dans sa carrière politique. On peut aussi noter dans le CV d’Eugène Dutilleul l’importance des professions refuges qui, dans le parcours des militants ouvriers adultes, viennent s’intercaler entre deux périodes d’activités professionnelles et syndicales, évitant la misère due aux licenciements et au chômage : ce sont les métiers de cafetiers et de voyageurs de commerce, au sens large : il est rare que l’on puisse distinguer, dans les notices biographiques, le forain du représentant. Plus rarement celui d’épicier qui demande, pour l’acquisition du fonds, un pécule plus important. Métiers qui dans les deux cas conduisent à multiplier les contacts, à écouter les récits d’expériences très variées. On a l’exemple de Ferdinand Faure qui, issu d’une famille de mineurs, dépourvu du certificat d’études, profite de divers petits métiers pour s’instruire à la bibliothèque populaire, d’un passage chez un avoué pour s’initier au droit et ouvrir ensuite un petit cabinet de consultations juridiques, avant de s’installer cafetier puis d’ouvrir une imprimerie74. De même c’est une trentaine de députés autodidactes qui ont été, à un moment de leur vie, forains ou voyageurs de commerce : dépannage provisoire pour Albert Bedouce75, moyen d’échapper à la liste noire patronale pour Raymond Genez76, moyen de concilier vie politique et vie professionnelle pour Marx Dormoy77, apprentissage de techniques commerciales pour Auguste Beauvillain (qui les utilisera ensuite pour ouvrir un grand magasin78,) ou moyen de reconversion à la fin de la carrière politique pour Georges Beaugrand79.

  • 80 DPF, p. 1426.
  • 81 DBMOF, t. XXI, p. 113-115.
  • 82 DPF.

42À côté de ces métiers refuges, on trouve aussi dans la biographie de Dutilleul la profession qui permet le mieux à l’élite prolétarienne de compléter sa formation : celle de typographe. Une vingtaine de députés de ce groupe l’ont été, en majorité à gauche, selon la tradition de la profession, mais pas exclusivement : des autodidactes du centre ou de la droite, comme Ernest Dessaint80 sont aussi passés par cet apprentissage. Outre l’appui et l’apport des traditions d’une corporation qui recrute parmi l’élite ouvrière, c’est un métier qui permet de compléter sa formation (écriture, style, orthographe, technique de rédaction : c’est bien là, et non à l’école que Dutilleul a acquis son bagage culturel). C’est surtout un métier qui, par les relations étroites qu’il entretient avec le milieu parlementaire (tous les députés sont à l’époque un peu journalistes, leur élection en dépend), montre les possibilités de promotion sociale qu’offre la politique (René Camphin, typographe remarqué par Auguste Lecœur, devient son secrétaire puis, lancé par son patron dans le Parti, finit député en 194681.) Dans cette branche, l’ouvrier qui réussit peut devenir journaliste, comme Antoine Borrel à Annecy ; après un passage à Paris, il revient fonder son propre journal (L’Avenir savoyard), ce qui lui permet de devenir député (centriste) en 1909, puis ministre en 192082.

***

  • 83 DBMOF, t. XVIII, pp. 290-298.
  • 84 Duclos (Jacques), Mémoires..., t.1, p. 116.
  • 85 Lecoeur (Auguste), Le partisan...
  • 86 Prigent (Mireille), Tanguy Prigent...

43À ce parcours professionnel, il faut rattacher la formation qu’apportent les voyages et le service militaire. L’armée est l’occasion de compléter le bagage acquis à l’école primaire. Georges Beaugrand, prisonnier en Allemagne, apprend l’allemand pour lire de la littérature83 ; Duclos, blessé à Verdun, profite de sa convalescence pour avaler tout Balzac84 ; Lecœur s’engage pour pouvoir obtenir son certificat d’études85 ; Tanguy Prigent obtient de passer son service dans une école militaire à Paris, et passe son temps dans les bibliothèques86.

  • 87 Faure (Petrus), Un témoin...
  • 88 DPF, pp. 1115-1117.

44L’exemple de Tanguy Prigent souligne d’ailleurs l’importance du voyage à Paris : qu’il soit dû ou non au service militaire, celui-ci permet de s’arracher aux horizons intellectuellement limités de sa ville et de son milieu d’origine, de multiplier les occasions d’apprentissages culturels. Dans les premières générations, le voyage relève encore de la tradition du tour de France, comme pour Pétrus Faure qui, entre Lille, Paris et Annecy, rencontre à Genève Lénine et Trotsky87. Mais le plus souvent, le voyage à Paris est vécu et voulu comme une rupture, qui fixe l’orientation politique et permet d’accroître les connaissances : c’est bien dans ce but que Jacques Duclos quitte Tarbes à seize ans et Jules Fourrier Nantes à dix-huit ans. Un voyage à Paris permet à Henri Connevot de compléter son bagage scolaire en travaillant comme apprenti puis comme tailleur de pierre, puis comme maçon, puis comme chef de chantier et enfin comme chef d’une entreprise de travaux publics qui obtient le chantier d’extension de la Samaritaine88.

La formation culturelle liée à l’action politique

45L’activité politique est souvent, pour les autodidactes, l’occasion de reformuler, souvent de façon plus lucide, leur rapport à la culture. Gustave Ansart dans son autobiographie, nous en donne un bon exemple. D’un côté, l’action politique relativise l’importance des contenus de l’enseignement primaire qui ne répondent guère aux besoins du contact avec les électeurs : « J’ai compris autant de choses en travaillant au milieu de ces milliers d’ouvriers qu’au cours d’années et d’années de lectures. » De l’autre, les responsabilités lui montrent la nécessité d’apprendre sans cesse : elles l’amènent à étudier des contenus plus spécifiques, des essais, des livres d’économie et de droit, la presse, les classiques du socialisme.

  • 89 Bouxom (Fernand), Des faubourgs de Lille au Palais Bourbon, Paris, ETC, 1982.
  • 90 Michelet (Claude), Mon père, Edmond Michelet, Paris, R. Laffont, 1981.
  • 91 Fourrier (Jules), Graine rouge..., p. 50.
  • 92 Grenier (Fernand), Ce bonheur-là..., p. 68.

46Dans ces acquis culturels liés à la vie politique, il faut distinguer ce qu’apportent les organismes politiques de formation des à-côtés de la vie militante. On trouve entre les deux guerres deux exemples de cercles de formation politiquement marqués : les cercles catholiques de l’AJCF où se forment les dirigeants du futur MRP de 1945 (décrits par François Bouxom89 et Edmond Michelet90,) et les écoles du Parti Communiste (dont témoignent les mémoires de Jules Fourrier91 et de Fernand Grenier92).

47Les structures sont différentes : véritables écoles pour le PCF, divisées en plusieurs cycles spécialisés (économie, politique internationale, agitprop) que l’on fréquente à plein temps pour une assez longue durée (un à six mois) ; cercles religieux de l’autre, non rattachés à un parti (le MRP n’existe pas encore), organisant des réunions hebdomadaires, des retraites spirituelles, voire des semaines d’études intensives. Pourtant les méthodes se ressemblent. Elles comprennent des enseignements théoriques donnés par des spécialistes bénévoles, autour de thèmes historiques et idéologiques ; « Histoire sociale, mouvement ouvrier et marxisme » pour Fernand Grenier, « Histoire et doctrine » pour Fernand Bouxom. Elles y ajoutent des exercices plus pratiques : réponse à un questionnaire thématique, présentation d’un rapport, nous dit Bouxom ; et Jules Fourrier raconte : « On nous apprend des techniques de fabrication de tracts, des affiches, du journalisme, et on nous entraîne à devenir de bons orateurs ». Si les militants apprécient « toutes ces petites ficelles, utiles et efficaces autant que simples » (Fourrier), ils notent aussi les difficultés qu’ils ont à aborder certains sujets abstraits (Grenier : « Certains problèmes m’étaient passés par-dessus la tête. Cependant j’avais bien compris que la seule solution aux méfaits du régime était la nôtre ») et les blocages dus à une formation initiale déficiente (Bouxom : « je m’en voulais : pourquoi accepter ce que je ne pouvais pas faire ; j’en pleurais de rage »). Plus généralement, la principale utilité de l’école politique est de relancer la volonté d’apprendre, en décernant une légitimité intellectuelle, attestée par un cadre de type scolaire, à toute une gamme de savoirs qu’on pourra approfondir ensuite. Ainsi Fernand Grenier :

« L’école m’avait montré combien nous savions peu de choses de tout ce qu’il est essentiel pour un militant communiste de connaître, et qu’il faudrait nous enrichir chaque jour autant par la lecture que par l’activité politique ».

***

  • 93 Rougeron (Georges), le Personnel politique bourbonnais : supplément 1789-1965, Moulins, Imprimerie (...)

48Les à-côtés de la vie militante correspondent à une dernière source de culture. Il y a d’abord la culture du mouvement coopératif : une trentaine des députés de cet échantillon sont passés par la gestion de coopératives agricoles, d’usines ou d’imprimeries ouvrières. Outre que c’est souvent le seul moyen d’échapper au travail physique et d’obtenir une promotion sociale, c’est aussi l’occasion d’acquérir des connaissances d’économie, de comptabilité, de gestion, et de vérifier sa capacité à les utiliser réellement : selon les cas, ces acquis seront réinvestis dans la création d’entreprises (Frédéric Brunet, ouvrier menuisier, crée une coopérative puis administre une bourse du travail avant d’ouvrir sa propre menuiserie93) ou dans l’activité parlementaire.

  • 94 Fourrier Ouïes), Graine rouge..., p. 24.
  • 95 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez..., pp. 113-115.

49La prison est aussi une source non négligeable d’apprentissages culturels, à une époque où les militants arrêtés bénéficient automatiquement d’un statut de « politiques »qui leur permet de se rencontrer, de disposer de livres et de journaux. « Les prisons de la bourgeoisie nous servent d’université » écrit Jules Fourrier94 : en 1929, dans le quartier des « politiques » à la Santé, autour de Thorez, Marty, Semard, Monmousseau, Péri, en cette période gauchiste du PCF où les prétextes à condamnation ne manquaient pas, un véritable programme d’études est organisé, avec horaires fixes et interventions d’enseignants arrêtés en même temps (ainsi, c’est Pierre Laurent, professeur d’histoire à Épinal, qui y donne les cours d’histoire du mouvement ouvrier)95.

  • 96 DBMOF, pp. 225-256.
  • 97 DPF, p. 592 ; DBMOF, t ; X, p. 289.

50Enfin le journalisme est à l’époque une figure obligée du militantisme. De l’entrefilet préparé pour le journal local à l’article de fonds destiné à un bulletin syndical, il faut très vite, quels que soient les acquis scolaires dont on dispose, se confronter à l’écriture et perfectionner, non sans douleur (cf. Bouxom cité plus haut), son style et la clarté de son expression. Ce sont d’ailleurs en général ceux qui, parmi les autodidactes, sont passés par le journalisme qui font les meilleurs orateurs de ce groupe, à l’exemple de Roland Leroy ou de Louis Gélis96. Léon Bétoulle est un bon exemple de promotion par la culture et le journalisme. Fils naturel d’une mère couturière à domicile, né en 1871 dans un quartier ouvrier de Limoges, il est passionné de lecture ce qui lui permet de tirer un bon profit de son passage à la communale ; il trouve un emploi de bureau chez Haviland, consacre ses lectures aux philosophes du XVIIIe siècle, aux grands hommes de la Révolution française et aux classiques du socialisme. Il fait ses débuts de journaliste comme correspondant de La Dépêche. Cela lui permet d’être élu au conseil municipal de Limoges en 1900, et de lancer en 1905 et de diriger Le Populaire du Centre qu’il rédige en partie. Devenu maire de Limoges, député de 1906 à 1932, ses fonctions de journaliste et de directeur de journal lui valent d’être considéré, à Limoges ainsi qu’à l’Assemblée, comme un « excellent orateur » et un « grand administrateur »97.

Une limitation douloureuse

L’intégration par la culture

  • 98 DBMOF, t. XVIII, p. 158.

51L’extrême variété des voies d’accès à la culture que nous venons de passer en revue rend assez difficile une évaluation globale et moyenne du niveau culturel atteint par les députés issus du primaire. On ne peut guère comparer, par exemple, le docker Gustave Barra, qui n’a pas fait d’études primaires, qui doit son élection de 1924 à l’ordre alphabétique des listes du PCF, et dont les biographes se demandent jusqu’à quel point il n’était pas illettré (il se révèle en tout cas incapable de participer aux travaux de l’Assemblée)98, avec Jacques Duclos dont l’érudition historique et littéraire aurait pu être celle d’un bon universitaire.

  • 99 DBMOF, t. XVII, p. 315.

52Toutefois, entre ces deux extrêmes, la plupart des députés sans diplôme atteignent un niveau culturel tout à fait suffisant pour participer à la vie parlementaire, qui n’exige que de savoir manier passablement la langue, à l’écrit et à l’oral, de savoir chercher des références et ordonner quelques idées. Même ceux qui au départ n’y parvenaient pas pouvaient se former en quelques mois. C’est le cas de Charles Auffray, un autre député « alphabétique » du PCF 1924, qui constate en arrivant à l’Assemblée, son incapacité à prononcer quatre phrases cohérentes dans un discours ; il décide d’apprendre, suit les écoles du parti, s’entraîne à parler et à rédiger. Cela lui permet de poursuivre sa carrière politique même après son exclusion du PCF en 1929 : candidat du PUP (le parti fondé par les dissidents communistes) en 1932, il est réélu sur son nom seul, contre son ancien parti, faisant ainsi la preuve du savoir-faire politique qu’il a acquis99.

  • 100 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez..., pp. 323-324.

53En moyenne, le niveau et les références culturelles des autodidactes supportent la comparaison avec celles de leurs collègues. Moins stéréotypées, moins marquées par la culture humaniste de l’antiquité classique, leurs connaissances sont souvent vastes ; Philippe Robrieux, un des rares historiens biographes à s’intéresser à cette notion de niveau culturel, évalue celui de Maurice Thorez : « Un bagage culturel tout à fait honorable, comparable à celui d’un universitaire, tout en demeurant presqu’uniquement littéraire, pour ne pas dire étroitement classique »100. Le nombre (une trentaine) des auteurs de brochures et de livres est un autre indice de l’aisance acquise vis-à-vis de l’écriture : entre autres les Mémoires de Duclos (six gros volumes), l’Encyclopédie socialiste de Compère-Morel, les poèmes de Maurice Honel, les contes de Gaston Monmousseau, la dizaine de livres de Fernand Grenier en témoignent.

  • 101 DPF, p. 1629.

54Au total la plupart des élus, déjà sélectionnés par un difficile parcours politique, s’adaptent bien, quoique, semble-t-il, avec un peu plus de facilité avant 1920 : sans doute parce que l’emprise de l’école sur la société, moins générale, n’a pas encore imposé des cadres trop rigides à la rhétorique et à la langue et qu’on a plus de tolérance pour les impairs que pendant la « République des professeurs ». Prouvent cette bonne intégration les multiples réélections d’autodidactes, les très nombreuses interventions à la tribune d’un Maurice Escoulent, fils de fermier, qui a travaillé la terre à douze ans et qui, devenu député radical en 1924, monte soixante-huit fois à la tribune dans la même législature101. Des orateurs réputés (Léon Bétoulle, Compère-Morel), deux candidats à la présidence de la République (Bedouce, Marrane), douze ministres (Thorez, Dormoy, Prigent...) et plusieurs vice-présidents de l’Assemblée (Bouxom) montrent enfin que l’intégration était possible, au plus haut niveau.

Un handicap persistant

  • 102 Sagnes (Jean), Le Mouvement ouvrier en Languedoc, Toulouse, Privat, 1980.
  • 103 DBMOF, t. XXXII, p. 10.

55Mais même s’il réussit à trouver sa place dans le milieu parlementaire, le député du primaire reste en situation inconfortable, avec un certain sentiment d’infériorité. Sa culture d’origine populaire n’est pas admise. C’est le cas des langues régionales. Pour un petit groupe de députés, c’est leur seule langue maternelle : les occitans Duclos et Fourvel, le corse Bartolini, le breton Prigent, l’alsacien Sturmel, ne parlaient pas le français avant d’aller à l’école. Devant les électeurs, c’est un atout ; à l’Assemblée, c’est au mieux une originalité amusante regardée avec un brin de condescendance : on parle de la « faconde méridionale » de Louis Rouquier102, un bon poète du félibrige, qui truffe ses discours de citations en provençal ; c’est parfois un indice de trahison : Charles Hueber soulève des chahuts scandalisés en commençant toutes ses interventions en alsacien103.

  • 104 DBMOF, t. XXX, pp. 79-86.
  • 105 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez..., p. 512.
  • 106 Guérin (André), La Vie quotidienne au Palais Bourbon à la fin de la III° République, Paris, Hachet (...)
  • 107 Robrieux (Philippe), Biographies..., p. 411.
  • 108 DBMOF, t. XXXVI, pp. 354-355.

56De même les modes de vie populaires font ici sourire : on s’amuse de Marcel Gitton104, qui a l’habitude de pousser sa chanson en fin de banquet ou de Marcel Servin105, amateur de football miniature ; on reproche à Renaud Jean son éloquence trop rude (« il parle dans l’hémicycle comme dans les foires et marchés106). » L’arrivée, dans les rangs communistes, d’anciens champions de boxe comme Jourd’hui, Marrane107 et surtout le redoutable Charles Michels, capable de renverser quatre huissiers à la fois108, transforme les traditionnels soufflets et bousculades en véritables rixes qui, selon la formule consacrée, « nuisent à l’image du Parlement ».

57Dans un monde aussi impitoyable que le Palais-Bourbon, les journalistes et les adversaires ne manquent pas une occasion de souligner et de ridiculiser ces insuffisances. Fernand Bouxom montre comment l’orateur à succès des meetings populaires peut se sentir déplacé à l’Assemblée :

  • 109 Bouxom (Fernand), Des fauxbourgs de Lille..., p. 129.

« L’éloquence parlementaire est bien particulière. Autant l’auditoire populaire est sensible, se livre, vous mettant vite en communication avec lui, autant l’auditoire parlementaire se refuse et vous glace. [...] La moindre erreur est relevée, le mot mal placé donne lieu à une interruption. On vous pose des questions pièges pour vous désarçonner. Aussi devoir monter à la tribune m’angoissait terriblement109. »

  • 110 DPF, p. 454.
  • 111 Suarez (Georges), Nos seigneurs et maîtres, Paris, Édition de France, 1953, p. 57.
  • 112 Suarez (Georges), Briand, 6 vol., Paris, Plon, 1938-1942, t. 2, pp. 282-283.
  • 113 DBMOF, t. XXI, p. 40.

58On trouve des critiques bonhommes comme Herriot qui parle de la « verdeur » des propos d’Alexandre Barbot, traduisant « la fougue sans malveillance de son tempérament »110. D’autres sont plus incisifs : Georges Suarez, journaliste politique, épingle Duclos (« Il ne bouscule sérieusement que la syntaxe avec laquelle il n’est pas parvenu à signer un pacte de non-agression »111) et Jean Colly (« provocant, grossier, insolent112) » Jean Cadenat, ouvrier puis artisan cordonnier, se voit reprocher ses fautes de français par un ministre qu’il interpelle : « Je fais des cuirs, en effet, pardonnez-moi, c’était mon premier métier », doit-il répondre « avec cet accent gascon dont il ne se départit jamais »113.

  • 114 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez..., p. 202.
  • 115 Jobert (Aristide), Souvenirs...
  • 116 Fourrier (Jules), Graine rouge..., p. 30.

59Devant ces difficultés, beaucoup renoncent à la tribune ; d’autres, comme Thorez, font rédiger leur discours par des secrétaires, usage courant aujourd’hui mais très rare avant-guerre114 ; Aristide Jobert multiplie les interventions, utilisant sa langue sans complexes, mais c’est au risque de passer pour un original, un peu exalté, sans grand sérieux, et d’être ainsi marginalisé115 ; Jules Fourrier, lui, remonte sur son échafaudage de peintre en bâtiment dès le lendemain de son élection et il faut une convocation de Thorez pour lui faire entendre que ce n’est pas la place d’un représentant du peuple116.

  • 117 Prigent (Mireille), Tanguy-Prigent, p. 275.

60Plus généralement, tous les députés autodidactes devront compter avec ce handicap culturel, qu’ils peuvent réduire sans jamais le voir disparaître. Jacques Duclos lui-même note avec lucidité qu’il « était conscient du handicap que constituait un certain manque de culture. [Qu’il] avait certes beaucoup étudié mais comme tous les autodidactes, souvent sans méthode ». Aussi bien n’est-ce pas tant les connaissances qui leur font défaut que l’assurance : en situation inconfortable, assis entre deux classes et entre deux cultures, ils perdent peu à peu leur ressemblance avec leurs électeurs sans pour autant acquérir l’aisance que procure à leurs collègues un cursus secondaire, des diplômes attestant la légitimité de leurs savoirs, et l’habitude des usages et du langage de la bonne société. En fait, ils garderont toujours le désarroi de celui que rien n’a guidé, qui a accumulé les connaissances sans vraie cohérence, qui a conquis le savoir mais pas l’habitude de s’y mouvoir. On le voit à la situation de Tanguy Prigent au moment de sa retraite, après avoir été ministre ; sa fille nous le décrit heureux de s’installer dans un deux-pièces parisien, loin de sa ferme natale, espérant enfin multiplier les lectures que la scolarité arrêtée, puis le travail, puis l’activité politique l’avaient empêché de mener à bien. C’est avec une détresse assez pathétique qu’il constate « son incapacité de s’y retrouver dans la forêt titanesque de l’œuvre des autres : il n’avait aucun des cailloux du Petit Poucet : il roda autour des universités, des bouquinistes, des musées, des théâtres, des papeteries, humilié cette fois pour de bon. »117

L’éducation primaire supérieure

Des prolétaires brevetés

  • 118 Prost (Antoine), L’Enseignement en France : 1800-1967, Paris, Armand Colin, 1968, pp. 305-316.

61169 députés de notre échantillon, soit un peu plus du tiers des députés « primaires » et 9 % de l’ensemble, ont prolongé leur scolarité au-delà du certificat d’études, sans atteindre le baccalauréat, en suivant la filière du primaire supérieur. L’étude de l’évolution des effectifs de ce groupe, d’une génération à l’autre, montre bien que Ton a affaire à une élite (une avant-garde ?) prolétaire, qui anticipe l’ouverture progressive du système éducatif aux couches défavorisées. Ils sont très peu nombreux (quinze) dans la génération née avant 1870 : à cette époque, il n’y a presque pas d’autre voie, pour continuer des études, que le long et couteux enseignement secondaire, réservé aux plus riches ; le livre d’Antoine Prost118 montre l’extrême rareté des écoles techniques avant 1870 et l’échec des tentatives d’école primaire supérieure avant 1880. Dans cette première génération, les futurs députés partagent donc le sort des autres prolétaires : ils ne peuvent songer à dépasser le certificat d’étude.

62L’effectif des députés qui ont continué leurs études dans ces filières augmente brutalement dans la seconde génération (de 2,6 % du total de l’échantillon à 10 %). Cette croissance paraît très rapide, anormale à une époque où les formations techniques et primaires supérieures ne font que de lents progrès : bloquées par un primaire dominant et un secondaire qui attire la plupart de ceux qui continuent leurs études, ces formations restent marginales ; leur succès dans la population est plus tardif, après 1900.

63C’est donc la troisième génération de députés que l’on s’attendrait à trouver une forte augmentation des effectifs de ce groupe ; il n’en est rien : le nombre des députés du primaire supérieur augmente, certes, mais bien plus lentement qu’entre la première et la deuxième génération.

64Les futurs députés ont donc investi ces nouvelles filières vingt ans avant la masse des élèves de l’école primaire. C’est ce qui permet de caractériser les parlementaires issus du primaire comme une élite populaire. Le primaire supérieur et la technique correspondent à l’attente impatiente de ces prolétaires doués qui rejoindront le personnel politique : ils sont les premiers à en explorer les possibilités. À la génération suivante, ce cursus s’est banalisé : avec les progrès dans la population de l’idée d’ascension sociale par l’instruction, avec le développement des sections « modernes » des lycées, la multiplication des bourses et un croissance générale du niveau de vie, les plus brillants pourront viser plus haut, vers le lycée.

65L’évolution que l’on vient de décrire illustre la place un peu ambivalente que l’on doit assigner à ce petit groupe de « primaires supérieurs » : en dépit des différences de scolarité et de l’écart des connaissances, ils appartiennent bien à la catégorie des primaires ; mais leur capacité à profiter de la moindre ouverture pour parvenir à un meilleur statut social les en distingue. Du point de vue culturel, cette ambivalence se traduit par un mélange de solidarité affichée avec les autodidactes et de frustration intellectuelle vis-à-vis de ceux qui avaient les moyens de poursuivre de vraies études secondaires. En témoigne le récit de René Naegelen, le frère du député socialiste Marcel-Edmond Naegelen : quand, après le brevet, il doit renoncer à poursuivre ses études, son grand frère, déjà instituteur, lui explique ses propres lacunes :

  • 119 Naegelen (René), Cette vie que j’aime, 3 vol., Paris, Colbert, 1963, 1965, 1968, t. 1, p. 38.

« Ce qui nous manque, vois-tu, nous qui sortons du primaire, ce ne sont pas les connaissances, avec mon brevet supérieur, j’en sais plus que les bacheliers. Ce qui nous manque, c’est la culture, la vraie. Qu’est-ce qu’on t’a appris de l’histoire romaine, grecque, égyptienne ? Et l’histoire des autres pays ? Rien. Et à moi, pas grand-chose. »119

66Comme en écho, Etienne Fajon, d’une autre manière, exprime son insatisfaction vis-à-vis du type de culture que donnent les écoles normales d’instituteurs. Vers la fin de son passage à l’école normale de Montpellier, il est ébloui par le Manifeste du parti communiste de Marx et Engels :

  • 120 Fajon (Etienne), Ma vie s’appelle liberté, Paris, R. Laffont, 1976, p. 42.

« L’histoire de la France, celle du monde, la sociologie, ces disciplines étudiées à l’école m’apparaissaient jusqu’alors comme une accumulation de faits et de notions, sans explications satisfaisantes ; et voilà que les fondateurs du socialisme, en quelques pages flamboyantes et denses, nous donnaient la clef essentielle du mystère. »120.

  • 121 DBMOF, t. XXXVIII, pp. 102-109.
  • 122 DBMOF, t. XXII, pp. 130-134.
  • 123 DBMOF, t. XVIII, p. 190.
  • 124 DPF, p. 1365.
  • 125 Fajon (Etienne), Ma vie..., p. 32.
  • 126 Tillon (Charles), La Révolte vient de loin, Paris, Bourgois, 1972.
  • 127 DBMOF, t. XVIII, p. 24.
  • 128 DPF, p. 440.
  • 129 DBMOF, t. XIX, pp. 427-432.

67On ne s’étonne donc pas de constater la proximité sociale et politique des deux groupes de « primaires ». Pour ne pas répéter l’analyse qui vient d’en être faite, on se contentera de souligner les nuances qui différencient ceux qui ont continué leurs études. Socialement, on retrouve des origines essentiellement ouvrières et paysannes mais presque pas d’enfance misérable ou très difficile : Marcel Paul, enfant trouvé élevé par des journaliers agricoles fait ici figure d’exception121. La majorité dispose d’atouts familiaux : leurs parents, ouvriers à l’origine, sont devenus artisans indépendants ou commerçants (Jean Chariot122,) ou responsables syndicaux et politiques (André Barthélémy123,) signe d’appartenance à l’élite ouvrière. À la campagne, ils sont paysans et propriétaires, cultivant plus de quinze hectares (Léon Delsart124) ; ou maires de leur village (Etienne Fajon125.) Les orphelins ou ceux dont les parents ont eu de graves difficultés matérielles, ont en général été élevés par des grand-parents plus stables et plus à l’aise (Charles Tillon126, Paul Bacon127,) ou ont été confiés à un oncle curé, qui leur a fait suivre des études dans un collège catholique (Victor Balanant128, Florimond Bonte129.) Le nombre de ceux qui viennent des couches inférieures de la petite bourgeoisie signale aussi cette origine sociale moins modeste : fils d’employés, d’épiciers, d’instituteurs, de régisseurs représentent environ le tiers de l’effectif du groupe, la moitié si on y ajoute les enfants de paysans propriétaires d’au moins quinze hectares.

68Politiquement aussi, on retrouve une droite minoritaire, et, à gauche, un glissement vers le PCF d’une génération à l’autre, caractéristiques de l’ensemble de la catégorie. Mais la domination de la gauche socialiste (SFIO et socialistes indépendants) est ici beaucoup plus nette : les deux tiers des députés passés par le primaire supérieur en sont issus. Cela montre que, si elle perd peu à peu ses députés prolétaires, la SFIO garde jusque sous la IVe République la représentation de l’élite ouvrière et paysanne, parvenue aux honneurs et à un statut social supérieur par l’étude et la culture scolaire.

L’instituteur et le technicien

69À la charnière entre les privilégiés et les couches populaires, les techniciens constituent une catégorie de députés aux parcours professionnels les plus variés, à la recherche d’une promotion sociale.

  • 130 Brunet (Jean-Paul), Jacques Doriot, du communisme au fascisme, Paris, Balland, 1985.
  • 131 Robrieux (Philippe), Biographies..., p. 286.
  • 132 DBMOF, t. XXIII, pp. 359-361.

70Une partie cependant revient tout bonnement à la profession du père, après un passage par l’école technique : les fils de petits commerçants ou ceux paysans aisés (Henri Boulay) préfèrent souvent la sécurité d’une exploitation rentable aux aléas d’une carrière d’employés ou de fonctionnaires. Dans le monde ouvrier, on trouve aussi le cas d’ouvriers instruits, qui retournent à l’usine sans utiliser directement leurs acquis culturels : Jacques Doriot130, Raymond Guyot131, ou Amboise Croizat132. Ce passage par une formation technique ou primaire supérieure leur a pourtant donné une qualification qui facilite ensuite leur embauche... et accroît l’efficacité de leur militantisme. Car d’une façon générale, ceux qui n’utilisent pas leur formation dans leur vie professionnelle sont des militants dès leur prime adolescence et c’est par la politique, en professionnels de l’action publique, qu’ils espèrent très tôt améliorer leur situation sociale.

  • 133 DBMOF, t. XXII, p. 130-134.
  • 134 Tillon (Charles), La révolte...
  • 135 DBMOF, t. XXIII, p. 291.
  • 136 DBMOF, t. XVIII, p. 24.
  • 137 DPF, p. 1031.
  • 138 DPF, p. 440.

71Dans la majorité des cas, l’instruction primaire supérieure permet cependant une promotion sociale. Dans les formations appliquées et industrielles, elle débouche souvent sur la création d’entreprises (Jean Chariot133) ou sur l’entrée, mais avec un statut de technicien, dans le service de l’État (Charles Tillon, devenu mécanicien de marine134.) Mais c’est surtout dans le tertiaire et chez les fonctionnaires que l’on peut ainsi valoriser son instruction : c’est le parcours, en particulier, de nombreux catholiques qui combinent un brevet, les formations de la JOC et les cours du soir : ainsi Jean Courtecuisse135, fils d’un manœuvre et d’une lingère, peut devenir comptable, Paul Bacon136 et Adolphe Chéron (fils d’une blanchisseuse)137, administrateurs de sociétés, et Victor Balanant138, orphelin à trois ans, élevé par un prêtre, administrateur des finances.

***

72Les instituteurs forment plus de la moitié de ces députés du primaire supérieur. Le type social en a été étudié dans de nombreux ouvrages : d’origine paysanne, sélectionné par son propre instituteur, boursier, il vit une contradiction entre la modestie de son origine et de ses revenus et le statut de notable et la culture qui caractérisent sa profession.

73L’instituteur devenu député répond à cette description ; mais, plus engagé, plus militant, et souvent plus brillant, il est moins stable, plus insatisfait, davantage à la recherche des occasions de promotion sociale. Dans l’échantillon cela se voit dans le très faible nombre de fils d’instituteurs qui adoptent la profession de leur père : les enfants d’enseignants qui sont doués et actifs visent plus haut dès leur adolescence, et la situation de leurs parents dans l’institution scolaire leur ouvre les portes du secondaire.

  • 139 DBMOF, t. XX, p. 258.
  • 140 Bonte (Florimond), De l’ombre à la lumière, Paris, Éditions Sociales, 1965.
  • 141 DBMOF, t. XXII, p. 192.
  • 142 DBMOF, t. XXII, p. 289.

74Les députés instituteurs ont une carrière au déroulement particulièrement heurté. Cela vient en partie de leur militantisme : ceux des deux premières générations au moins ont exercé à une époque où le syndicalisme est interdit dans la fonction publique et où l’activisme politique est sanctionné ; blâmes, rétrogradations, déplacements d’office, révocations jalonnent leur vies professionnelles : Louis Bretin, fils de charron, orphelin jeune, élevé par son oncle, qui soigne son apparence de guesdiste contestataire et un peu bohème (longue barbe, pipe, chapeau à larges bords, lavallière) est poursuivi par la haine d’un préfet qui l’exile dans un village aussi reculé que possible mais différent chaque année139. Lorsqu’une victoire électorale de la gauche vient annuler ces sanctions, certains demandent leur réintégration, mais beaucoup sont définitivement installés dans leur nouveau métier de permanent politique. La même instabilité se retrouve chez ceux qui, moins militants, recherchent des professions plus lucratives : Florimond Bonte devient métreur, puis journaliste140, Clément Chausson, comptable, puis chef d’entreprise141, Léon Chometon, horticulteur142.

  • 143 DBMOF, t. XVm, p. 156.
  • 144 DBMOF, t. XIX, p. 15.
  • 145 Bonte (Florimond), De l’ombre....
  • 146 Damon (Louis), Ministres et ministrables, Paris, H. Coulet, [s.d.], p. 261.

75Leur capacité à se distinguer de leur milieu professionnel se retrouve enfin dans l’activisme culturel des députés instituteurs : artistes peintres comme Maurice Baroux143, dilettantes et poètes comme César Bernard144 ; on peut encore citer Florimond Bonte, auteur de très attachants Mémoires, d’une dizaine d’ouvrages historiques et compositeur de valses musettes145, ou Jammy-Schmidt, auteur de romans historiques146.

Une culture plus homogène

76La culture acquise dans l’enseignement primaire supérieur et à l’école normale combine l’appartenance au monde des primaires et l’avantage d’une scolarité plus poussée. Les contenus, les références culturelles restent ceux de l’école primaire. On retrouve les mêmes auteurs du XVIIIe et du XIXe siècle, les mêmes références à la Révolution française et au Moyen Âge. Si le poids plus important de la culture scolaire accroît la distance qui sépare le député de la culture populaire et réduit le rôle de la tradition orale ou familiale, on retrouve les mêmes notations admiratives vis-à-vis de l’instituteur qui a souvent donné le coup de pouce nécessaire à la poursuite des études, la même passion pour la lecture et particulièrement pour l’histoire. Ainsi Charles Tillon déniche-t-il dans un grenier, dès qu’il sait lire, de vieux livres d’histoire, remplis

  • 147 Tillon (Charles), La révolte..., p. 57.

« de noms inintelligibles de pays, d’empires ou de personnages effarants...]. C’était donc ça le passé, un mot dont personne ne parlait jamais ? Pas plus que de l’Avenir ! Le temps tumultueux existait à l’infini, en-deçà de ma calme grand-mère »147.

  • 148 Fajon (Étienne), Ma vie..., p. 164.

77Même éducation politique enfin, du journalisme à l’école de parti, aux meetings et aux séjours en prison. Etienne Fajon décrit les séminaires qu’organisent les députés communistes parqués à la Maison Carrée d’Alger, sous forme de conférences mutuelles148 : François Billoux, enseigne l’histoire, Waldeck Rocher les sciences naturelles, Joanny Berlioz la littérature ;

« nos familles nous envoyaient les livres qu’elles pouvaient trouver, raconte-t-il. Je les ai tous lus. Les auteurs étaient aussi bizarres que Bossuet, Courteline, Montaigne, Bourget, Barbey d’Aurevilly, Jack London. [...] Apprendre, apprendre pour demain si nous sortons de là ! »

78On voit la ressemblance avec le parcours des autodidactes (culte de la connaissance, bibliothèques dévorées en vrac), mais aussi les différences dans le maniement de la culture, la distance parcourue : Fajon, lui, est conscient, bien plus que ne l’était un Tanguy Prigent, du caractère « bizarre » et hétéroclite de ces lectures de hasard.

  • 149 Robrieux (Philippe), Biographies..., pp. 93-94.

79On retrouve là l’idée contenue dans les phrases citées plus haut, où Naegelen explique à son frère les différences et la ressemblance entre la culture acquise dans le primaire et celle qu’apporte le primaire supérieur : ce qui différencie les deux groupes, c’est moins la nature des connaissances que leur quantité. On ne trouve plus, ici, de ces députés que des lacunes trop graves empêchent de participer aux travaux parlementaires. La poursuite des études est le signe qu’à l’école primaire, on avait à faire à de bons élèves qui ont en général passé très brillamment le certificat d’études : leurs connaissances de base sont plus complètes, mieux assimilées, et de plus fortifiées par leur reprise en primaire supérieur. La culture du groupe est donc plus homogène, mais il y a peu de différence entre les éléments les plus brillants et les plus cultivés des deux groupes : ainsi existe-t-il une grande similitude entre la culture de Jacques Duclos et celle de Joanny Berlioz149.

  • 150 Fajon (Étienne), Ma vie..., pp. 78-85.

80Au-delà de ces différences portant sur la quantité de références culturelles, c’est surtout l’attitude qu’ils ont vis-à-vis de leurs acquis qui distingue les deux groupes. Autant les autodidactes restent hésitants, inquiets sur leurs capacités propres, marqués par le complexe de ceux qui ne sont jamais sûrs d’avoir la vraie culture, autant quelques années de primaire supérieur suffisent à donner à ceux qui en sont issus une réelle assurance. On le voit en particulier chez les instituteurs : ils connaissent les limites de leur formation intellectuelle, mais justement cette capacité d’apprécier ce qui leur manque leur permet de mesurer en même temps la cohérence et la légitimité de leur niveau de connaissances ; ils ont conscience que, si incomplet soit-il, c’est un instrument suffisant pour comprendre le monde et une base solide qui leur permet de choisir de façon pertinente les compléments de culture qu’ils y ajoutent. C’est cette assurance qui permet à Etienne Fajon de se lancer dans l’organisation et la direction du réseau des écoles du parti communiste : sa formation à l’école normale lui a donné une vision d’ensemble des disciplines suffisamment synthétique pour lui permettre de recruter des enseignants, d’organiser les programmes, de dialoguer avec les intervenants universitaires150.

81Au total, on retiendra que si leurs références culturelles sont bien les mêmes que celles de l’ensemble des primaires, c’est leur capacité à les dominer et à les mettre en œuvre qui rapproche les « primaires supérieurs » de ceux qui sont passés par l’enseignement secondaire.

Notes

1 Jobert (Aristide), Souvenirs d’un ex-parlementaire, Paris, Figuères, 1933, p. 14.

2 Thibaudet (Albert), La République des professeurs, Paris, Grasset, 1927.

3 Tardieu (André), La Profession parlementaire, in : Tardieu (André), La Révolution à refaire, Paris, Flammarion, 1937, vol.2.

4 Schumpeter (Joseph), Capitalisme, socialisme et démocratie, Paris, Payot, 1969.

5 Birnbaum, (Pierre), Les Sommets de l’État : essai sur l’élite au pouvoir en France, Paris, Le Seuil, 1977.

6 Jobert, (Aristide), Souvenirs..., p. 67.

7 Fourrier (Jules), Graine rouge, Paris, La Brèche, 1983, pp. 48-49.

8 Fourvel (Eugène), Mémoires d’Eugène Fourvel, député communiste du Puy de Dôme : propos entendus par Francis Pornon, Nonette, Créer, 1984, p. 61.

9 Ansart (Gustave) et Estagel, (Jacques), De l’usine à l’Assemblée Nationale : entretiens, Paris, Éditions Sociales, 1977, pp. 237-238.

10 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez : vie secrète et vie publique, Paris, Fayard, 1975, p. 386.

11 Fourrier (Jules), Graine rouge, p. 47.

12 Lamoureux (Lucien), Mes Souvenirs, Moulins, Les Cahiers Bourbonnais, 1969, p. 20.

13 DPF.

14 DPF, p. 1671.

15 DPF, p. 917.

16 La Musette de Gaston Monmousseau : textes choisis suivis d’une biographie, Paris, Éditions Sociales, 1963.

17 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez... pp. 15-17.

18 Robrieux (Philippe), Biographies et chronologie, in : Histoire intérieure du Parti Communiste, Paris, Fayard, 1984, vol. 4., p. 568.

19 Faure (Petrus), Un Témoin raconte, St Étienne, Impr. Dumas, 1962, p. 20.

20 Robrieux (Philippe), Biographies et chronologie..., p. 375.

21 DBMOF, t. XXV, p. 278.

22 DBMOF, t. XXIX, p. 292.

23 DBMOF, t. X, p. 276.

24 DBMOF, t. XVII, p. 28.

25 DBMOF, t. XVII, p. 128.

26 Suarez (Georges), Briand, 6 vol., Paris, Plon, 1938-1942, t. 2, p. 282.

27 DPF, p. 643.

28 DPF, p. 1468.

29 Ansart (Gustave) et Estagel (Jacques), De l’usine..., p. 12.

30 Duclos (Jacques), Mémoires, 6 vol., Paris, Fayard, 1970, tome 1, p. 30.

31 Prigent (Mireille), Tanguy Prigent, Paris, Club socialiste du livre, 1982.

32 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez..., p. 16.

33 Fourvel (Eugène), Mémoires....

34 Nora (Pierre) (sous la dir. de), Les Lieux de mémoire, 7 vol., Paris, Gallimard, 1984-1992.

35 Freyssinet-Dominjon (Jacqueline), Les Manuels d’histoire de l’école libre, de la loi Ferry à la loi Debré, Paris, Armand Colin, FNSP, 1969.

36 Brenard (Claude), L’Enseignement de l’histoire en France au XIXe siècle, selon les ministres de l’Instruction Publique, thèse de Lettres, Paris, Université Paris-VIII, juin 1976.

37 Grenier (Fernand), Ce bonheur-là, Paris, Éditions Sociales, 1974, p. 36.

38 Duclos (Jacques), Mémoires..., p. 30.

39 Freyssinet-Dominjon (Jacqueline), Les manuels d’histoire....

40 Prost (Antoine), L’Enseignement en France : 1800-1967, Paris, Armand Colin, 1968, - pp. 245-252.

41 DPF, p. 1354

42 Bernard (Claude), L’Enseignement....

43 Prigent (Mireille), Tanguy Prigent....

44 La Musette de Gaston Monmousseau.

45 Fourvel (Eugène), Mémoires..., p. 68.

46 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez..., p. 512.

47 Lémery (Henry), D’une république à l’autre : souvenirs de la mêlée politique, 1894-1944, Paris, La Table Ronde, 1964, p. 16.

48 Fourrier (Jules), Graine Rouge, p. 12.

49 Dudos (Jacques), Mémoires, t.1, p. 35.

50 DBMOF, t. XIII, p. 34.

51 Grenier (Fernand), Ce bonheur-là...

52 Duclos (Jacques), Mémoires..., t.1, p. 70.

53 Lecoeur (Auguste), Le Partisan, Paris, Flammarion, 1963.

54 Ansart (Gustave) et Estagel (Jacques), De l’usine...., p. 46.

55 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez..., p. 312 et pp. 322-324.

56 Nora (Pierre) (sous la dir. de), Les Lieux de mémoire..., t.1, p. 323.

57 Guerreau (Bernard), Jean Bouhey ou la rectitude d’un réformiste, Dijon, Impr. Darantières, 1985.

58 Grenier (Fernand), C’était ainsi..., p. 68.

59 Ansart (Gustave) et Estagel (Jacques), De l’usine..., p. 28.

60 Benoist (Charles), Souvenirs, Paris, Plon, 1932, 1933, 1934, t. 1, p. 231.

61 Fourvel (Eugène), Mémoires...

62 Benoist (Charles), Souvenirs..., t.1, p 231.

63 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez..., pp. 323-324.

64 Ansart (Gustave) et Estagel (Jacques), De l’usine..., p. 237.

65 Robrieux (Philippe), Biographies..., p. 188.

66 Duclos (Jacques), Mémoires, t. 4.

67 DBMOF, t. X, p. 243.

68 Grenier (Fernand), C’était ainsi..., p. 43.

69 Robrieux (Philippe), Biographies..., p. 470.

70 DPF, p. 447.

71 DBMOF, t. XI, p. 99.

72 DBMOF, t. XI, p. 234.

73 DBMOF, t. XII, p. 131.

74 DBMOF, t. XII, p. 171.

75 DBMOF, t. X, p. 243.

76 DBMOF

77 Pierrard (Pierre), Dictionnaire de la IIIe République, Paris, Larousse, 1968, p. 96.

78 DBMOF, t. XVIII, pp. 309.

79 DPF, p. 507.

80 DPF, p. 1426.

81 DBMOF, t. XXI, p. 113-115.

82 DPF.

83 DBMOF, t. XVIII, pp. 290-298.

84 Duclos (Jacques), Mémoires..., t.1, p. 116.

85 Lecoeur (Auguste), Le partisan...

86 Prigent (Mireille), Tanguy Prigent...

87 Faure (Petrus), Un témoin...

88 DPF, pp. 1115-1117.

89 Bouxom (Fernand), Des faubourgs de Lille au Palais Bourbon, Paris, ETC, 1982.

90 Michelet (Claude), Mon père, Edmond Michelet, Paris, R. Laffont, 1981.

91 Fourrier (Jules), Graine rouge..., p. 50.

92 Grenier (Fernand), Ce bonheur-là..., p. 68.

93 Rougeron (Georges), le Personnel politique bourbonnais : supplément 1789-1965, Moulins, Imprimerie A Pottier, 1969.

94 Fourrier Ouïes), Graine rouge..., p. 24.

95 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez..., pp. 113-115.

96 DBMOF, pp. 225-256.

97 DPF, p. 592 ; DBMOF, t ; X, p. 289.

98 DBMOF, t. XVIII, p. 158.

99 DBMOF, t. XVII, p. 315.

100 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez..., pp. 323-324.

101 DPF, p. 1629.

102 Sagnes (Jean), Le Mouvement ouvrier en Languedoc, Toulouse, Privat, 1980.

103 DBMOF, t. XXXII, p. 10.

104 DBMOF, t. XXX, pp. 79-86.

105 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez..., p. 512.

106 Guérin (André), La Vie quotidienne au Palais Bourbon à la fin de la III° République, Paris, Hachette, 1978, p. 242.

107 Robrieux (Philippe), Biographies..., p. 411.

108 DBMOF, t. XXXVI, pp. 354-355.

109 Bouxom (Fernand), Des fauxbourgs de Lille..., p. 129.

110 DPF, p. 454.

111 Suarez (Georges), Nos seigneurs et maîtres, Paris, Édition de France, 1953, p. 57.

112 Suarez (Georges), Briand, 6 vol., Paris, Plon, 1938-1942, t. 2, pp. 282-283.

113 DBMOF, t. XXI, p. 40.

114 Robrieux (Philippe), Maurice Thorez..., p. 202.

115 Jobert (Aristide), Souvenirs...

116 Fourrier (Jules), Graine rouge..., p. 30.

117 Prigent (Mireille), Tanguy-Prigent, p. 275.

118 Prost (Antoine), L’Enseignement en France : 1800-1967, Paris, Armand Colin, 1968, pp. 305-316.

119 Naegelen (René), Cette vie que j’aime, 3 vol., Paris, Colbert, 1963, 1965, 1968, t. 1, p. 38.

120 Fajon (Etienne), Ma vie s’appelle liberté, Paris, R. Laffont, 1976, p. 42.

121 DBMOF, t. XXXVIII, pp. 102-109.

122 DBMOF, t. XXII, pp. 130-134.

123 DBMOF, t. XVIII, p. 190.

124 DPF, p. 1365.

125 Fajon (Etienne), Ma vie..., p. 32.

126 Tillon (Charles), La Révolte vient de loin, Paris, Bourgois, 1972.

127 DBMOF, t. XVIII, p. 24.

128 DPF, p. 440.

129 DBMOF, t. XIX, pp. 427-432.

130 Brunet (Jean-Paul), Jacques Doriot, du communisme au fascisme, Paris, Balland, 1985.

131 Robrieux (Philippe), Biographies..., p. 286.

132 DBMOF, t. XXIII, pp. 359-361.

133 DBMOF, t. XXII, p. 130-134.

134 Tillon (Charles), La révolte...

135 DBMOF, t. XXIII, p. 291.

136 DBMOF, t. XVIII, p. 24.

137 DPF, p. 1031.

138 DPF, p. 440.

139 DBMOF, t. XX, p. 258.

140 Bonte (Florimond), De l’ombre à la lumière, Paris, Éditions Sociales, 1965.

141 DBMOF, t. XXII, p. 192.

142 DBMOF, t. XXII, p. 289.

143 DBMOF, t. XVm, p. 156.

144 DBMOF, t. XIX, p. 15.

145 Bonte (Florimond), De l’ombre....

146 Damon (Louis), Ministres et ministrables, Paris, H. Coulet, [s.d.], p. 261.

147 Tillon (Charles), La révolte..., p. 57.

148 Fajon (Étienne), Ma vie..., p. 164.

149 Robrieux (Philippe), Biographies..., pp. 93-94.

150 Fajon (Étienne), Ma vie..., pp. 78-85.

© Presses universitaires du Midi, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.