Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture des députés français (1910-1958)

 | 
François Grèzes-Rueff

Introduction

Les députés sont-ils cultivés ?

Texte intégral

  • 1 Anecdote rapportée par Henry Lemery, D’une République à l’autre : souvenirs de la mêlée politique, (...)

1« C’est beaucoup de bruit pour rien, comme dit Shakespeare. Shakespeare, mes chers collègues, c’est un poète anglais...1 » : à la Chambre, l’ironie et le mépris de Joseph Caillaux pour ses « collègues » trop peu lettrés lui valurent de solides inimitiés, qui expliquent les hauts et les bas de sa carrière politique. Avec l’impudence et la morgue d’un fils de ministre, qui a hérité, en même temps que de rentes, d’une culture et d’une tradition élitiste, Caillaux reprenait un thème fréquent chez les chroniqueurs politiques et populaire auprès du public nombreux qui suivait les débats parlementaires : l’inculture de ces ruraux mal dégrossis qui auraient composé la plus grande partie de l’Assemblée, orateurs médiocres dont les « cuirs », soigneusement relevés par les journalistes, révélaient leur peu de maîtrise de la langue académique.

  • 2 Cf. par exemple la série : Saint-Germain (Philippe), Les Gaités de l’Officiel, Paris, Les quatre fi (...)

2L’interrogation sur la culture ou l’inculture des députés apparaît souvent ainsi sous une forme anecdotique. Pour l’homme politique, c’est un moyen rhétorique de dévaluer a priori l’adversaire, en lui opposant la légitimité d’une culture académique et consacrée par des diplômes universitaires. Pour l’intellectuel et le journaliste, c’est l’occasion de méditer sur les dangers qu’il y a à confier le pouvoir d’État à des assemblées élues dont les membres seraient souvent peu dignes de l’exercer, faute de formation, de connaissances et de capacités intellectuelles. Pour le citoyen, c’est un trait saillant du spectacle politique qui, sous la IIIe et la IVe Républiques, se donne sur la scène du Palais Bourbon et s’imprime dans les colonnes du Journal des Débats : le député s’y expose à la férocité d’un public aussi attentif et exigeant que celui de l’Opéra. Les électeurs se passionnent pour cette mise en scène du débat démocratique qui joue sur tous les registres des représentations théâtrales, le drame des grands débats où se décide l’avenir du pays, la violence des conflits personnels, les apartés et les mots d’auteurs du théâtre de boulevard ; répondant à cet intérêt du public, les éditeurs ont longtemps publié des recueils de répliques, de confidences de couloirs, d’extraits de discours, qui évoquaient les aspects pittoresques de la vie parlementaire en insistant sur les contrastes entre les cultures des députés, reflet de la diversité de leurs origines sociales2.

3On serait donc porté à n’aborder qu’avec méfiance l’étude historique de la culture des députés français : la question paraît à la fois naïve et trop rebattue, anecdotique et démagogique. Dans la société du début du siècle plus encore que dans la nôtre, ce n’est pas le diplôme universitaire qui détermine l’efficacité d’un homme d’État. L’ironie agressive du public ou des journalistes vis-à-vis d’un député autodidacte s’explique par un mélange d’antiparlementarisme, d’envie pour des réussites exceptionnelles et de désir de mettre en cause un État jugé envahissant à travers l’incompétence supposée de ceux qui le dirigent. On perçoit aussi dans ces réactions l’illusion selon laquelle il pourrait être possible d’établir une sorte de barème des capacités, qu’attesteraient l’encyclopédisme des connaissances et la maîtrise de la langue : le choix de l’électeur pourrait ainsi se porter, en toute sécurité et sans hésitation, sur les candidats les plus compétents et les plus efficaces. La même analyse s’applique à l’attitude symétrique qui conduit à mettre en valeur, voire à exagérer, les qualités d’écrivain ou d’économiste de tel ou tel leader : comme si, pour admirer l’œuvre d’un homme politique, il était nécessaire d’utiliser des critères moins discutables que son action, par définition controversée.

  • 3 Le second tome de l’ouvrage collectif, sous la direction de Jean-François Sirinelli, Histoire des d (...)

4Cette méfiance vis-à-vis d’une thématique trop connotée explique sans doute que, si l’on dispose de travaux analysant les caractéristiques sociales des députés, on n’a pas d’étude sur leur culture : les chercheurs ont hésité à aborder une thématique utilisée par la presse de façon trop triviale3. Pourtant la question revient avec insistance et pas seulement sous la forme de mises en cause démagogiques. Ainsi aujourd’hui l’opposition entre politiques et techniciens, fréquemment reprise dans les ouvrages de sciences politiques, n’est-elle qu’une nouvelle façon d’en formuler les termes.

5Derrière les aspects anecdotiques et polémiques, on devine un débat de fond qui traverse les familles politiques et touche à l’idée même que l’on se fait de la représentation démocratique. La question de la culture des députés et de celle des électeurs constitue au XIXe siècle l’argument principal de la droite monarchiste et libérale contre le suffrage universel : on essayait de justifier le cens électoral en soulignant que le peuple était trop peu instruit pour effectuer des choix politiques, soit comme électeur, soit comme élu. Dans cette perspective, le premier XXe siècle prolonge naturellement la polémique, qui se porte alors sur les inconvénients du régime parlementaire : l’ignorance des électeurs amènerait nécessairement au pouvoir des démagogues incompétents parce qu’ignares. Les Républicains eux-mêmes sont mis en difficulté sur ce terrain : ils sont partagés entre deux des grands principes qu’ils ont hérités de la Révolution française. D’un côté une vision méritocratique de la société : il est choquant, dans cette perspective, que les premiers responsables du sort de la Nation ne soient pas désignés parmi l’élite du travail, de la réussite scolaire et individuelle. De l’autre, une volonté égalitaire et une conception de la démocratie qui exige que l’Assemblée soit le reflet de la composition de la Nation, y compris dans la diversité de ses niveaux d’instruction. L’extrême popularité d’un Jaurès dans l’opinion républicaine, bien au-delà de son propre parti, tient à ce qu’il est un des rares hommes politiques à pouvoir se prévaloir de la double légitimité : la modestie de ses origines sociales et le brio d’une culture classique et encyclopédique, reconnu autant dans la réussite scolaire que dans l’estime où le tenait l’élite politique et intellectuelle.

6Enfin, la question de la culture des députés s’inscrit au cœur des débats sur le fonctionnement de la vie politique : on peut y rechercher la clef, l’explication des décisions politiques et de l’évolution de l’État, en étudiant les courants culturels qui influencent les élus et parcourent l’ensemble de la société.

***

  • 4 Charle (Christophe), Les Élites de la république : 1880 - 1900, Paris, Fayard, 1987.

7Le lien entre culture et politique est un thème récurrent dans les ouvrages des historiens et des analystes de la vie politique. Déjà, Voltaire et Saint Simon multipliaient les portraits de souverains ou de ministres et cherchaient à trouver dans le récit de leurs enfances et de leurs formations intellectuelles, la source des impulsions décisives que ces hommes d’État donneraient à l’histoire. Au début du XXe siècle, le Tableau politique de la France de l’Ouest sous la IIIe République d’André Siegfried, recherche ce qui dans une tradition culturelle régionale explique les comportements électoraux. De Michelet à Lucien Febvre, de Tocqueville à François Furet, la nécessité de lier l’étude des évolutions politiques à l’évolution des cultures n’a cessé d’être réaffirmée. Les tendances récentes de l’historiographie de la France contemporaine montrent que les chercheurs se sont particulièrement attachés à étudier ce qui, dans la décision politique, relevait d’une éducation, d’une mythologie politique, d’une mémoire collective ou d’une tradition sociale caractéristique de l’un des sous-groupes de l’élite dirigeante. La vogue des biographies et de l’histoire culturelle, les thèses d’histoire sociale comme celle de Christophe Charle4, l’œuvre de Pierre Nora témoignent de la fécondité de cette approche.

8Ces travaux donnent des repères généraux, balisent l’étude des liens entre vie politique et tradition culturelle. Ils permettent de suivre les grandes lignes de l’évolution d’une thématique politique, par exemple quelques grands mythes ceux qui ont été construits autour de Vercingétorix ou de Jeanne d’Arc. Ils donnent à voir les changements à l’intérieur d’un groupe dirigeant comme celui des professeurs d’université, étudié par Christophe Charle. Et lorsque l’on passe à l’analyse détaillée d’un document d’archive, d’un discours politique, d’une décision de ministre, ils amènent à prendre en compte la dimension culturelle, ce qui permet de multiplier les pistes d’analyse : telle formule relève sans doute du patrimoine symbolique d’un parti, telle autre trahit l’origine sociale ou la formation de l’orateur, voire celle des auditeurs à qui le discours est destiné.

9Mais si les avancées de la recherche incitent à multiplier les interrogations culturelles, elles nous laissent désarmés, souvent faute de précisions sur le contexte culturel, lorsqu’il s’agit d’interpréter les références et les contenus de la culture des députés. Quels critères prendre en compte pour définir la culture d’un acteur de l’histoire ? Faut-il privilégier le niveau scolaire, le milieu social, la profession, l’appartenance à une génération ? Quelles sont les traditions intellectuelles de chacun de ces groupes sociaux ? Quels genres de connaissances doit-on s’attendre à trouver chez tel ou tel politicien ? Si, par exemple, dans l’étude d’un discours de Poincaré, on cherche à prendre en compte les connotations culturelles, on doit d’abord séparer ce qui relève d’un parcours individuel original, de ce qui témoigne, au contraire, de la culture moyenne d’un avocat modéré du début du XXe siècle. De même lorsque l’on s’interroge sur la signification d’une référence à Cicéron ou à Colbert : apparaît-t-elle comme une allusion politique destinée à marquer une orientation idéologique ou n’est-elle qu’une image banale, extraite d’un patrimoine scolaire partagé par la quasi-totalité de la Chambre ? Correspond-elle à une volonté de se distinguer par l’ampleur ou par l’originalité d’une culture humaniste, ou bien constitue-t-elle un moyen privilégié d’établir une complicité intellectuelle avec ceux qui, parmi les députés, ont reçu le même type d’éducation ? Bref, comment faire la part de ce qui, dans une action politique, relève d’un « habitus culturel » (pour reprendre la terminologie et la problématique de Pierre Bourdieu) et de ce que l’on peut attribuer à une volonté politique consciente ou à un déterminisme social.

10Lorsqu’il s’agit de prendre en compte les déterminations sociales ou idéologiques nécessaires à la compréhension d’un texte, on dispose de grilles d’analyse commodes et éprouvées, résultats d’une longue tradition de recherches historiques qui permettent de situer rapidement l’orateur ou le contenu de son discours : il est, ou non, représentatif de tel ou tel type social ou politique largement repéré, décrit, analysé. Nous avons essayé de reproduire cette démarche dans le domaine culturel. Pour cela, nous avons imaginé la mise au point d’une grille d’analyse spécifique, permettant de situer la culture des acteurs de la vie politique. À partir de quelques paramètres faciles à trouver dans les répertoires biographiques, diplômes, origines sociales, date de naissance, appartenance politique, il nous fallait pouvoir rattacher chaque député à un groupe culturel à peu près homogène ; et ainsi pouvoir rapidement situer le type de culture et le genre de savoirs qui sont probablement les siens. Dès lors, les variations par rapport à cette norme, décelables par exemple dans les discours, relèvent soit d’un parcours personnel original, soit d’une volonté politique ou rhétorique que l’on doit pouvoir interpréter.

11D’où l’objet de ce livre : élaborer une typologie culturelle des députés français qui puisse par la suite servir de référence commode pour l’analyse de l’action politique ; donc construire des catégories cohérentes, sur la base de recoupements statistiques, en donnant pour chaque groupe quelques exemples célèbres qui dessinent de façon concrète le modèle de chaque catégorie culturelle.

12Aussi, avons-nous dépouillé les biographies et autobiographies, nombreuses et facilement accessibles d’un très large échantillon de députés ; car ce sont ces données subjectives, cette description personnelle d’une éducation et d’un environnement culturel qui nous font le plus défaut pour décrire l’univers mental de notre élite politique. Nous en avons extrait des indications précises sur les contenus de leur formation scolaire et extra-scolaire. Par la suite, pour chaque type de formation, nous avons pu décrire à grands traits le genre de connaissances et le modèle de culture qui composaient le patrimoine symbolique des membres du groupe dans son ensemble. En recoupant les informations tirées des biographies, en les confrontant avec les nombreux ouvrages d’histoire de l’éducation qui analysent les contenus des diverses voies de formation, nous avons vu se dégager, au-delà des scories et des particularités individuelles, le noyau des identités culturelles communes.

13Nous ne pouvions cependant en rester à une analyse exclusivement descriptive : l’élaboration de cette typologie nous amenait à aborder plusieurs questions touchant soit l’histoire de la vie politique, soit l’histoire sociale, sous un angle inédit, plus concret peut-être, que les approches traditionnelles, car provenant du recoupement entre des parcours individuels. Par exemple, pour la thématique de l’évolution, d’une République à l’autre, des qualités intellectuelles attendues d’un dirigeant politique : les politologues ont depuis longtemps décrit le passage du notable au politicien professionnel, puis à l’administrateur issu de la haute fonction publique ; mais à travers une typologie culturelle, on peut bien plus précisément étudier les glissements d’une catégorie à l’autre, repérer, dater et mesurer les transformations de la mentalité des élites politiques.

14Dans une perspective plus générale, se pose la question des relations entre groupes culturels et groupes sociaux. Est-il légitime de tenter d’enfermer dans des catégories et dans les cases d’une grille d’analyse une matière aussi complexe qu’une culture individuelle, aussi irréductiblement personnelle, aussi difficile à appréhender et à simplifier si ce n’est un peu abusivement ? Est-il possible de donner à la variable culturelle une autonomie telle que l’on puisse l’utiliser pour découper une population en catégories sur un modèle différent (et rival) des classifications en groupes ou classes sociales ? Cette démarche de typologie culturelle ne peut-elle s’appliquer qu’à l’élite ou peut-elle être généralisée à d’autres populations ?

15Après l’étude descriptive des catégories culturelles que nous avons élaborées, ces interrogations nous ont incités à consacrer un chapitre, en fin de volume, à la discussion des questions que soulève cette approche.

***

16Le choix de borner cette étude au premier XXe siècle (1910-1958) correspond à la volonté d’insister sur les transformations du type de culture requise par l’action politique : ces limites chronologiques permettent de saisir, à travers trois générations de députés, trois modèles intellectuels nettement différents. En simplifiant grossièrement, il s’agit de comprendre le passage d’une formation de dilettante, celle des « propriétaires » rentiers qui sont encore nombreux dans l’assemblée de 1910, héritiers des grands notables qui dominaient la vie politique du XIXe siècle, à une formation de techniciens du droit et de l’économie qui caractérise les élites de la Ve République, dont le profil apparaît dès les années trente et s’accentue au cours de la IVe République. Entre les deux, dominent les professionnels de la politique, avocats, professeurs ou militants issus des classes moyennes, formés aux humanités et à la rhétorique, qui dirigent les partis entre les deux guerres.

  • 5 DPF (pour : Jolly (Jean) (sous la dir. de), Dictionnaire des parlementaires français, 8 vol., Paris (...)
  • 6 DBMOF (pour : Maitron (Jean) et Pelletier (Claude), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier (...)
  • 7 Who’s who in France, 1953.

17Dans la masse de quelques 3500 parlementaires, on a étudié un échantillon représentant environ 60 % des députés des dix législatures. Cet échantillon s’est constitué un peu au hasard, en fonction des biographies publiées, individuelles ou collectives, des deux premiers tomes du dictionnaire des parlementaires de J. Jolly5, dont les notices sont bien plus complètes que celles des tomes suivants et des excellentes biographies du dictionnaire de Jean Maitron6. On a veillé, à la fin du dépouillement, à compléter cet échantillon à l’aide du Who’s who7 et autres trombinoscopes d’avant-guerre pour en équilibrer les composantes, entre partis politiques et législatures.

  • 8 Le Beguec (Gilles), L’entrée au Palais-Bourbon. Les filières privilégiées d’accès à la fonction par (...)

18Bien entendu notre parti pris d’un essai de classification expérimentale, fondée sur un type de dépouillement rapide ne peut prétendre à l’exhaustivité et à une parfaite précision scientifique. Sur 1922 députés, nous ne pouvions vérifier et recouper chacune des données que nous avions obtenues, comme on aurait pu le faire sur une population moins nombreuse et dans une recherche de longue durée. D’ailleurs les travaux de Gilles Le Béguec8 et la prosopographie en cours de réalisation devraient nous fournir sur ce plan des chiffres définitifs.

19Mais cette imprécision méthodologique n’invalide pas, croyons-nous, notre propos. D’abord parce que les chiffrages que nous fournissons ne sont destinés qu’à fixer des ordres de grandeur et à repérer des évolutions. Nous n’avons pas dépassé cet usage modeste des pourcentages. Ensuite parce que l’essentiel de notre démarche vise à définir les contours de quelques catégories culturelles et surtout à mener une analyse qualitative des connaissances, des références intellectuelles qui leur correspondent : dans cette optique, l’imprécision des renseignements recueillis sur tel ou tel cas particulier, le caractère discutable de telle ou telle proportion ne peut infirmer la cohérence des groupes dégagés.

***

20La réalisation d’une typologie suppose le choix d’un certain nombre de variables qui permettent de définir puis de décrire les diverses catégories culturelles : il faut tenir compte du niveau des connaissances, où interfèrent le type d’étude et les apports extra scolaires, de l’époque où cet apprentissage culturel a été réalisé (d’où un classement par génération) et des appartenances politiques.

21Pour ces dernières, on a réparti les députés en trois grands groupes : droite et centre-droit, radicaux, gauche ; simplification de l’échiquier politique qui évite de créer de trop petits sous-groupes, sans grande valeur informative dans la mesure où ils ne réunissent qu’un nombre réduit de députés. Elle permet aussi de régler les difficultés de classification : réunir l’ensemble des députés de gauche évite d’avoir à s’interroger longuement sur les cas des dissidents du parti socialiste et du parti communiste. La réunion de l’ensemble des députés de droite et du centre-droit est moins satisfaisante : dans bien des cas, il aurait été utile de pouvoir faire la distinction. Mais l’étendue de la période étudiée et les évolutions des partis de droite rendent cette distinction problématique : des royalistes du début de la période aux poujadistes et aux RPF d’après-guerre, des modérés (qui s’intitulaient d’ailleurs « républicains de gauche ») aux MRP, la droite parlementaire prend des formes trop diverses et les groupes de députés rassemblent des personnalités dont les options sont trop variées pour que l’on puisse utiliser un critère simple qui permettrait de séparer de façon indiscutable le centre droit, la droite et l’extrême droite. Par ailleurs, l’objet de notre étude étant plus culturel que politique, cette répartition en grandes masses suffit à l’analyse de la composition et de l’évolution de chaque catégorie.

22Pour mesurer la croissance d’un groupe ou l’évolution de la norme culturelle correspondante, nous avons choisi d’étudier ces changements d’une génération à l’autre. On ne peut se contenter de donner le pourcentage des élus de chaque législature appartenant à chacun de ces groupes ; d’une assemblée à l’autre, les différences dans la répartition des parlementaires peuvent souvent s’expliquer non par une évolution durable de la culture moyenne des députés mais par des facteurs annexes : un rajeunissement important des élus, la modification de la tendance politique majoritaire, un raz-de-marée électoral peuvent de façon très conjoncturelle provoquer la croissance paradoxale d’un groupe promis au déclin. De plus, cette comparaison entre législatures nous aurait contraints à compter plusieurs fois le même député en cas de réélection. On a donc préféré l’utilisation des dates de naissances des députés pour une étude par génération, qui mesure mieux, dans la succession des classes d’âge, les changements dans les horizons culturels des groupes de députés.

  • 9 Sirinelli (Jean-François), Générations intellectuelles : effets d’âge et phénomènes de génération d (...)

23Mais la définition d’une génération est difficile et subjective. On ne pouvait s’en tenir à la définition trop stricte pour notre propos donnée par Pierre Favre et reprise par Jean-François Sirinelli9 : « Il est possible d’admettre qu’un événement n’a pu être générateur de génération que pour ceux qui n’ont pas été exposés à un événement antérieur lui-même générateur de génération. » Il est certes nécessaire de donner une place privilégiée au critère d’un événement fondateur (la défaite de 1870, l’affaire Dreyfus, la première guerre mondiale) qui donne son unité et sa cohérence à une génération. Mais ne retenir que ce critère nous empêcherait de prendre en compte les ruptures culturelles entre deux classes d’âge créées par les réformes de l’enseignement. Par ailleurs, bien avant que ne survienne le drame qui par la suite servira à caractériser une classe d’âge, les jeunes gens qui la composent ont dès leurs années de formation le sentiment d’être différents de leurs aînés. Ainsi pour la génération de la guerre de 1914 qui s’identifie à l’épreuve des tranchées : déjà avant la guerre et donc avant de se définir eux-mêmes comme anciens combattants, les jeunes étudiants du début du siècle, très critiques vis-à-vis du malthusianisme de leurs parents, avaient une nette conscience de la spécificité et de l’identité de leur classe d’âge.

24Enfin, comme pour les familles politiques, il nous faut éviter de multiplier les trop petits groupes, les générations rapprochées qui ne correspondraient pas à un vrai changement culturel. C’est pourquoi nous nous en sommes tenus à trois générations d’environ vingt-cinq ans chacune.

25La première est celle des députés nés avant 1870 et pour la très grande majorité d’entre eux après 1845. C’est la génération de Jaurès, Poincaré et Briand : une enfance ou une jeunesse sous l’Empire qui a souvent marqué les souvenirs ; une éducation primaire facultative et une éducation secondaire en latin ; une société qui accorde plus d’importance à la notabilité sociale qu’au diplôme.

  • 10 Lémery (Henry), D’une république à l’autre : souvenirs de la mêlée politique, 1894-1944, Paris, La (...)

26La seconde réunit ceux qui sont nés entre 1871 et 1895 : les combattants de la grande guerre. Ce sont eux qui, dans leur jeunesse, avant cet événement « générateur de génération » (J. F. Sirinelli), avaient pris conscience de leur identité en tant que classe d’âge. Ils insistent, dans les livres de souvenirs, sur l’idée de « génération » ; ils en parlent comme d’un concept qu’ils ont peu ou prou inventé et qui définit le XXe siècle. Henry Lémery parle de « la génération, comme nous disions »10, « nous », ce sont Tardieu, Monzie, Colrat et Paul-Boncour ; il cherche à caractériser cette génération :

« Fille de la République, dont les promesses avaient environné son enfance de l’ambiance d’une sorte de conte de fées enfin réalisé, elle a vécu toutes les déceptions du régime qui s’est appelé la IIIe République, mais hélas ! tantôt trop jeune et bientôt trop vieille pour y exercer un rôle déterminant ».

  • 11 Zevaës (Alexandre), Une Génération, Paris, Rivière, 1922.

27Alexandre Zevaès11 intitule un de ses livres de souvenirs Une Génération.

  • 12 Thibaudet (Albert), La République des professeurs, Paris, Grasset, 1927.

28Leur formation est marquée par le passage entre les deux siècles, et leur scolarité se situe entre deux grandes réformes, celle de Jules Ferry et celle de Georges Leygues qui met fin à la domination sans partage des humanités traditionnelles. C’est une génération de transition qui, la première, prend ses distances par rapport aux certitudes du XIXe siècle, à son scientisme trop abstrait, à sa rhétorique à l’antique, à son parlementarisme ; et qui fait naître, entre les deux guerres, la République des professeurs12.

29La troisième génération rassemble les députés nés entre 1896 et 1920, (avec un très petit nombre de jeunes politiciens, élus en 1951 ou 1956, nés après 1920). C’est la génération de la crise et celle de la seconde guerre mondiale ; celle qui va de Pierre Mendès-France à Jacques Chaban-Delmas et de Maurice Thorez à François Mitterrand. Une formation qui est marquée par une scolarité devenue plus générale et dont le contenu, moins classique, a été modernisé par les réformes de 1902 et 1925 ; c’est la génération de la fin de la rhétorique, celle de la volonté d’agir plutôt que de multiplier les discours à la tribune, celle du plan et de la technique.

30En dernier lieu, à côté des appartenances politiques et des générations, nous avons défini une variable pour identifier les types de culture, pour arriver à classer les députés par champs culturels. Nous avons privilégié le parcours scolaire. Non qu’il constitue la seule ou la principale source de références culturelles : dans certains groupes (autodidactes, propriétaires) et dans la première génération, lorsque l’école primaire n’était ni gratuite ni obligatoire, le niveau scolaire n’est pas ce qui caractérise le mieux les connaissances et l’univers mental des responsables politiques. Mais il permet de constituer nos catégories sur un critère simple, objectif, uniforme et facile à dégager. Toutefois, lorsque cela s’est révélé indispensable, on n’a pas hésité à faire appel à un critère social pour distinguer entre les groupes de députés ceux qui, au même niveau scolaire de diplôme, relevaient à l’évidence de types culturels tout à fait différents : ainsi pour séparer les agrariens, non scolarisés mais instruits au château par des précepteurs, des enfants de métayers qui n’ont pas, eux non plus, fréquenté l’école primaire.

***

31Les éléments d’analyse que nous venons d’énumérer sont mis en œuvre, dans chaque chapitre, en deux étapes successives.

32Une première partie est consacrée à l’observation de la catégorie que Ton a ainsi créée : nombre de députés, cas limites, répartition politique, propension à jouer un rôle important et actif au parlement ou au gouvernement, évolution d’une génération à l’autre, caractérisation sociale et professionnelle des membres du groupe. Il s’agit d’étudier jusqu’à quel point une catégorie culturelle peut avoir une réelle cohérence, pour vérifier que le critère scolaire choisi pour définir le groupe organise une typologie opératoire.

33Une deuxième partie décrit le contenu de la formation des députés concernés. Pour étudier la culture propre à chaque catégorie, on a utilisé trois sources : les programmes scolaires correspondant au niveau qui définit le groupe ; des ouvrages d’histoire ou de sociologie qui analysent la culture du milieu concerné ; et enfin le contenu des biographies et autobiographies. Il a donc fallu croiser pour cette étude des sources variées : si mémoires et biographies fournissent les indications les plus courantes, tel portrait-charge d’un journaliste ou tel récit caché dans les souvenirs d’un contemporain peuvent contenir une description ou une anecdote (sur l’ampleur d’une lacune culturelle, sur tel ou tel trait d’érudition) qui se révèlent parfois plus éclairantes qu’une longue hagiographie toute consacrée aux réalisations d’un ministre. Mais ce n’est qu’en réunissant cet appareil de références hétéroclites, glanées au fil des lectures, que l’on a pu compléter l’analyse des contenus scolaires, en définissant, par des exemples et des citations, à la fois la norme culturelle du groupe et l’originalité de chacun de ses membres.

  • 13 Ce livre a été rédigé à partir d’une recherche universitaire effectuée à l’Université de Toulouse-L (...)

34Parfois, lorsque cela se révèle pertinent, une troisième partie procède à l’analyse ponctuelle des sous-groupes constitués dans la catégorie de référence, chacune des composantes apportant un éclairage spécifique sur chacun des critères culturels retenus pour l’ensemble du groupe13.

Notes

1 Anecdote rapportée par Henry Lemery, D’une République à l’autre : souvenirs de la mêlée politique, 1894-1944, Paris, La Table Ronde, 1964, p. 44.

2 Cf. par exemple la série : Saint-Germain (Philippe), Les Gaités de l’Officiel, Paris, Les quatre fils Aymon, 1958 ; et du même auteur, Les Folies de l’Officiel, Paris, La Table Ronde, 1960.

3 Le second tome de l’ouvrage collectif, sous la direction de Jean-François Sirinelli, Histoire des droites en France, paru après la rédaction de ce livre, marque l’ouverture de ce chantier historique.

4 Charle (Christophe), Les Élites de la république : 1880 - 1900, Paris, Fayard, 1987.

5 DPF (pour : Jolly (Jean) (sous la dir. de), Dictionnaire des parlementaires français, 8 vol., Paris, PUF, 1960-1977).

6 DBMOF (pour : Maitron (Jean) et Pelletier (Claude), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, 36 vol., Paris, Éd. Ouvrières, 1964-1990).

7 Who’s who in France, 1953.

8 Le Beguec (Gilles), L’entrée au Palais-Bourbon. Les filières privilégiées d’accès à la fonction parlementaire, 1919-1939, thèse d’État, Paris X Nanterre, dactyl., 1989.

9 Sirinelli (Jean-François), Générations intellectuelles : effets d’âge et phénomènes de génération dans le milieu intellectuel français, Cahiers de l’Institut d’histoire du temps présent, novembre 1987, no 6.

10 Lémery (Henry), D’une république à l’autre : souvenirs de la mêlée politique, 1894-1944, Paris, La Table Ronde, 1964 pages 7 et 22.

11 Zevaës (Alexandre), Une Génération, Paris, Rivière, 1922.

12 Thibaudet (Albert), La République des professeurs, Paris, Grasset, 1927.

13 Ce livre a été rédigé à partir d’une recherche universitaire effectuée à l’Université de Toulouse-Le Mirail pour l’obtention d’un Diplôme d’Études Approfondies. Sa mise en forme doit énormément aux aides matérielles, critiques et relectures patientes de mon directeur de recherches, Jean Estèbe, de Pierre Bonnassie, directeur de cette collection, de Patrick Cabanel, Jean-François Galinier-Pallerola, Pierre Laborie, Serge Lasvignes, Françoise Marrot, François Murat. Le travail de réécriture pour la publication a été rendu possible par l’aide et la compréhension que j’ai rencontrées à l’IUFM de Toulouse.

© Presses universitaires du Midi, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540