Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture des députés français (1910-1958)

 | 
François Grèzes-Rueff

Préface

Jean Estebe

À la mémoire d'Alice Arpaillange
chez qui culture et politique
étaient les deux visages
d'une même générosité

Texte intégral

Le Petit Journal (15 juin 1902) : M. Bourgeois, Président de la Chambre des Députés. Paris, Musée de la Presse, Coll. Christian Bailly (Cliché Lauros-Giraudon).

1La Culture des députés est d’abord l’exposé d’une systématique. Ce mot qui désigne, comme substantif, la classification des êtres vivants, convient bien à l’aspect le plus manifeste de l’ouvrage. L’auteur distingue en effet cinq classes d’hommes politiques définies par leur formation culturelle : primaires, propriétaires, littéraires, juristes, spécialistes et y place ses 1922 spécimens, députés français des IIIe et IVe Républiques. Subdivisions rigoureuses, critères précis, empirisme et logique associées, c’est le style du naturaliste. Mais les moyens mis en œuvre pour convaincre le lecteur ne doivent pas beaucoup aux sciences de la nature. C’est en homme conscient de la vertu des mots que Grèzes-Rueff essaye de mettre le domaine complexe de son talent au service du système plus clair de sa pensée. D’où deux tons superposés : celui du styliste et celui du logicien. Dans le premier il joue sur le charme de l’évocation littéraire à l’aide de notations concrètes et d’anecdotes. Dans le second il analyse chaque groupe culturel comme un ensemble dont les éléments se correspondent et s’associent. Le refus du jargon, des pointes d’humour, donnent à cette peinture démonstrative un agrément inimitable. Je pense en particulier à la drôlerie du passage sur les « députés alphabétiques » désignés par le parti communiste en 1924 (p. 37). Le tout pour le plus grand plaisir du lecteur qui est conduit sans peine du concret à l’abstrait et vice versa.

2Car ce livre est aussi un modèle de pédagogie réussie (mais je regrette un peu ce mot qui s’est tant usé dans d’ennuyeuses conférences et qui colle bien mal à l’élégance grèzes-rueffienne). En effet le lecteur est toujours conduit par la main en suivant l’itinéraire le plus facile, amené doucement aux raisonnements les plus complexes. Il est l’hôte de marque, entouré de soins, choyé, dorloté par l’auteur. Le tout paraît aisé et Grèzes-Rueff semble lui aussi progresser sans efforts dans ce jardin à la française. Mais prenons garde : cette apparente facilité est le fruit d’un travail assidu. Car La Culture des députés est également un ouvrage classique où la courtoisie de l’auteur nous épargne la vue de son labeur. Du moins dans les cinq premiers chapitres.

3Puis vient le sixième où l’on assiste à un virage à 180°. Semblable à un Robert Houdin qui, avant la chute du rideau, explique au public comment il a extrait le lapin du chapeau, Grèzes-Rueff vend la mèche. Tout y passe : ses problèmes, ses résultats, les critiques qu’il s’adresse et les mérites qu’il se reconnaît. Traçant sa généalogie intellectuelle, il montre du doigt son principal inspirateur : Bourdieu, et se donne les gants de le critiquer. On aurait pu concevoir de placer ce passage au début de l’ouvrage puisqu’il s’agit d’une présentation de ses bases théoriques. Mais pour le lecteur la prise de contact avec ces abstractions eût été rude. Au contraire après les tableaux précis et concrets qui forment les cinq premiers chapitres, le lecteur peut passer facilement à un niveau plus général puisqu’il y est déjà préparé par une bonne connaissance de la question. Cette démarche, un peu surprenante au premier abord : placer les prolégomènes à la fin, se révèle donc très judicieuse !

4Comme on le voit Grèzes-Rueff sait ce qu’il fait et où il va. Il pratique l’introspection, vertu plutôt rare pour un historien. Il sait que ses traits personnels s’inscrivent dans le profil d’une génération intellectuelle, il n’aborde pas la période 1910-1958 au hasard mais pour des raisons précises, il situe avec lucidité sa recherche par rapport à la sociologie de Bourdieu. Ce sont ces points que je vais examiner maintenant en donnant mon sentiment sur l’optique de l’auteur.

***

5La connaissance de soi, c’est d’abord celle de son héritage. Si l’auteur de La Culture des députés trouve dans les recherches qui ont précédé la sienne des matériaux utiles à son entreprise, il rejette en revanche, comme peu pertinentes maintes approches adoptées par les historiens de la génération antérieure. C’est ce rejet qui apparaît d’abord avec le plus d’éclat.

6Grèzes-Rueff manifeste en effet son opposition à une historiographie axée sur les classes sociales, qui connut l’apogée dans les années 1960 et 1970. Plus précisément il tient à se démarquer d’une méthode, alors très courante, où chacun utilisait les concepts du marxisme même si c’était pour le critiquer. Dans le domaine qui est le sien : l’histoire des élites politiques, François Grèzes-Rueff déplore que la recherche s’en soit longtemps tenue à « l’analyse des articulations entre personnel politique et classe sociale ». Attentif avant tout à expliquer le jeu des acteurs politiques, il estime que celui-ci n’est pas conditionné par leur origine sociale, mais par leur formation culturelle. À l’entendre, c’est la « classe culturelle », c’est-à-dire le type de culture acquise par le parlementaire, et non la classe sociale, qui fournit à son personnage les cadres de pensée, idées, vocabulaire, références, etc. qui déterminent ses paroles et ses actes. C’est pourquoi la majeure partie de l’ouvrage est consacrée à la classification de type linnéen que j’ai évoquée plus haut, où la question de l’origine sociale des députés n’est abordée qu’accessoirement.

7À mon sens cette argumentation ne va pas absolument de soi et il me semble qu’on peut lui présenter deux objections :

  1. N’est-il pas vain d’opposer culture et origine sociale si la première dépend étroitement de la seconde ? – Pas du tout, répond François Grèzes-Rueff, car les groupes culturels ne sont pas socialement homogènes : « Il n’y a pas que des députés prolétaires chez les primaires (ceux qui n’ont pas dépassé l’école élémentaire) et que des députés d’origine bourgeoise chez les juristes. » Il est donc plus opératoire de classer ces personnages dans des catégories fondées sur la culture que dans des classes ou fractions de classe inspirées de Marx. Le point de vue défendu ici semble donc bien établi s’il s’agit d’expliquer des attitudes et des comportements.

    • 1 Je pense à des ouvrages comme Les Sommets de l’État de Pierre Birnbaum, ou, bien sûr, à mon livre s (...)

    Mais les œuvres ainsi mises en cause1 avaient-elles cet unique objectif ? Non, à coup sûr. Leur but était plus étendu puisqu’elles cherchaient de manière générale à discerner les liens qui se nouent entre société globale et politique. Plus précisément les auteurs concernés se posaient toute une série de questions telles que celles-ci : Y a-t-il des pépinières sociales d’hommes politiques ? Le recrutement social de l’élite parlementaire évolue-t-il ? La démocratie politique provoque-t-elle une démocratisation sociale de ce recrutement ? Quels sont les liens existant entre milieux d’affaires et milieux politiques ? François Grèzes-Rueff reconnaît d’ailleurs la pertinence de ces questions puisqu’il cite avec probité quelques-unes des réponses qui y furent apportées.

8Ce refus explicite d’une approche plus ou moins teintée de marxisme, se double d’une sorte de répugnance, plus implicite celle-là, qui affecte l’histoire quantitative. Le discours historique des années 70 se fondait souvent sur des statistiques. Rien de tel ici, ce n’est pas que les chiffres soient négligés, mais l’auteur les a exilés en annexe (où on peut d’ailleurs les consulter avec profit). Ce choix allège le texte sans en réduire la force.

9Assumant les refus de la génération intellectuelle dont il fait partie, François Grèzes-Rueff en défend aussi les acquis. La fécondité de cette orientation nouvelle se marque surtout, déclare-t-il, par l’essor de l’histoire culturelle et de la biographie. En plein accord avec Grèzes-Rueff sur l’importance de l’histoire culturelle, je suis en revanche plus réservé sur la biographie.

  • 2 Gardons-nous d’oublier Maurice Agulhon et Raoul Girardet dans des domaines plus proches de l’histoi (...)

10Quelques pionniers comme Christophe Charle, Jean-François Sirinelli, Pascal Ory... et François Grèzes-Rueff ont conquis ce nouveau continent : l’histoire culturelle, en s’attaquant à un domaine jusque-là réservé à d’autres disciplines2. Il en est résulté une série de livres captivants sur les intellectuels, le comportement des lettrés, la culture de masse... J’y vois la preuve d’un vigoureux impérialisme de l’histoire qui étend ses méthodes à des territoires nouveaux.

11Quant à la biographie, il est clair qu’elle a aujourd’hui pignon sur rue. Il n’en était pas tout à fait de même il y a une quinzaine d’années où elle passait un peu pour un genre mineur. Malgré quelques livres appréciés dans ce domaine, raconter la vie d’un homme paraissait un exercice un peu simplet. Le genre véritablement noble était histoire problème centrée sur une question unique posée par l’auteur au début et, si possible, résolue à la fin. Avec cependant une exception caractéristique, s’il s’agissait de cerner d’une plume naturaliste l’existence obscure d’un antihéros issu, par exemple, de la boutique ou de l’atelier. L’absence de prestige du personnage constituait pour l’auteur son principal attrait puisqu’elle en faisait un cas exemplaire, témoin médiocre donc fiable du groupe social auquel il appartenait.

12Mais aujourd’hui on n’a plus de ces pudeurs. On s’attaque en 600 pages à la vie des hommes illustres, jugée intéressante en elle-même en raison (et non en dépit) du pouvoir et du prestige dont ils ont joui. Plus que d’autres les hommes d’État remportent les suffrages, trouvant des auteurs de qualité pour raconter leur vie et des lecteurs pour la lire. Dans la tranche chronologique qui intéresse François Grèzes-Rueff, nous avons ainsi vu paraître depuis 1980 un Caillaux, un Mendès-France, un Jaurès, un Clemenceau, un Doriot, un Déat, etc.

13Il n’est pas question de nier le rôle des grands hommes en histoire et ces excellents ouvrages ont leur place dans la bibliothèque de l’historien. Néanmoins il me parait très difficile, dans ce genre, de concilier l’unité de l’ouvrage, nécessairement centré sur une psychologie, avec son intérêt historique proprement dit, qui concerne surtout les différents problèmes rencontrés par le héros au cours de sa vie. Mais là n’est pas l’essentiel. Bien plus grave, à mon sens, serait une amplification du mouvement actuel qui remettrait en cause les acquis obtenus par notre discipline depuis une soixantaine d’années. Oublier les phénomènes sociaux et mentaux au profit des particularités des hommes illustres, délaisser Marc Bloch pour Plutarque, préférer une vie de Philippe II à la Méditerranée de Braudel : horribile dictu !

14On n’en est pas là avec François Grèzes-Rueff car son livre n’est en aucun cas une succession de récits de vie. Bien sûr on aborde ici la biographie des élus mais c’est de biographie collective (ou prosopographie) qu’il s’agit. Les questions posées par l’auteur se centrent sur le groupe des politiciens conçu comme un ensemble présentant des traits récurrents. L’ouvrage s’attache autant aux députés les plus obscurs qu’aux vedettes de la politique. C’est dire qu’on est en présence d’une œuvre d’histoire sociale même si ce n’est pas une histoire des classes sociales. C’est dans cette optique que Grèzes-Rueff accepte l’héritage de ceux qui l’ont précédé et qu’il se situe pleinement dans leur lignée.

***

15La perspective de la biographie collective, utile en tout temps et en tous lieux, me paraît particulièrement adaptée à l’époque de la république parlementaire qui est traitée ici. La période qui intéresse François Grèzes-Rueff est en effet celle du parlementarisme à la française (bien différente de son modèle anglais) baptisée par Roger Priouret La République des députés. Terme bien choisi puisque, depuis le coup du Deux-Décembre et jusqu’en 1958, les républicains se sont méfiés des personnalités d’exception qui parlent au peuple sans intermédiaires et sont capables de tordre le cou au régime à la première occasion. Cette prévention a triomphé à partir des armées 1876-1879 : c’est alors que la gauche ayant gagné les élections, puis éliminé le président Mac-Mahon, a imposé une conception du régime qui accordait tout aux assemblées et presque rien à l’exécutif. À partir de cette date on choisissait volontiers comme chef du gouvernement une personnalité de second plan et non le leader le plus brillant de la majorité : les mésaventures de Gambetta ou de Caillaux en font foi... nous avons nous-mêmes assisté aux échecs de Mendès-France. En outre l’instabilité ministérielle entraînait une rotation rapide des talents aux postes de commande. Le groupe des parlementaires passe alors au premier plan. La république est menée par un souverain collectif à mille têtes. N’est-ce pas là ce qui explique le faible enthousiasme éprouvé par les jeunes élèves ou par le public non spécialisé devant l’histoire de la république parlementaire ? Sans doute car cette période offre peu d’aspérités où la mémoire puisse s’accrocher.

16Néanmoins en cas de péril extrême (réel ou imaginaire) et lorsque la classe politique est saisie de désarroi, il arrive qu’elle fasse appel à un sauveur. En ce cas le Parlement s’adresse à un père symbolique à qui l’on confie de grands pouvoirs et de dures tâches. Mais les chambres ont longtemps eu le souci de ne laisser ce rôle exceptionnel qu’à des hommes issus de leurs rangs, vieillards blanchis sous le harnais parlementaire, rompus aux habitudes et aux règles du milieu politicien : Clemenceau en 1917, Poincaré dans les années 20, Doumergue en 1934. Ces hommes ont intériorisé les règles du jeu parlementaire, on peut donc leur faire confiance – du moins pour quelques mois !

17Quant aux sauveurs extérieurs au milieu, ils se nomment Pétain, de Gaulle, et on peut constater qu’ils ont pleinement justifié, chacun à sa façon, la méfiance des élus envers les hommes exceptionnels. Tous deux, chacun le sait, ont détruit la république des députés, le premier en 1940 pour un entracte dictatorial de quatre ans, le second en créant la république autoritaire qui nous régit depuis 1958. On trouve ici certaines justifications des limites chronologiques choisies par François Grèzes-Rueff : unir dans une même étude IIIe et IVe Républiques, éliminer l’épisode vichyssois, s’arrêter en 1958. La période étudiée dans La Culture des députés est celle de la république parlementaire, fermement installée, sûre de sa légitimité et jalouse de ses prérogatives. C’est à coup sûr l’époque où une perspective sociologique se justifie le mieux dans l’étude du pouvoir politique.

***

18Cette optique est constamment présente mais l’auteur en analyse l’usage de manière explicite dans son sixième chapitre. Le point culminant de ce passionnant passage est sans doute le moment où François Grèzes-Rueff examine sa dette envers l’œuvre prestigieuse de Pierre Bourdieu.

19La référence à Bourdieu est aujourd’hui devenue classique dès qu’il est question de culture. François Grèzes-Rueff ne fait pas exception car l’arsenal conceptuel de Bourdieu, des Héritiers à la Noblesse d’Etat, lui a été très utile pour ordonner et interpréter une documentation proliférante. Le capital symbolique (ou capital culturel), commun dans ses aspects essentiels à la majorité des députés, autorise « un accord implicite sur les codes légitimes (codes moraux, de langage, d’attitude correcte de politesse, etc.) dont l’utilisation permet [...] le bon fonctionnement du Parlement ». En effet 70 % des députés sont bacheliers alors que c’est le lot de 5 % seulement des Français à la même époque. Ce capital commun définit une légitimité. En milieu parlementaire, l’existence d’une culture légitime fondée sur les humanités exclut celui qui ne la possède pas : elle met hors-la-loi l’autodidacte et explique la rancœur des députés qui n’ont pas dépassé le primaire. Elle sert aussi d’argument politique : « une lacune culturelle, un manquement à la grammaire, une ignorance coupable sont utilisés impitoyablement pour déstabiliser, déconsidérer, ridiculiser un adversaire... ».

20Reconnaissant la richesse des pistes ouvertes par l’œuvre de Bourdieu, notre historien sait pourtant se montrer irrespectueux avec bonheur. Reprenant à son compte une critique déjà exprimée par d’autres, il indique sa gêne devant une conception trop rigide de ce que Bourdieu appelle la distinction. Les acquis culturels ne sont pas seulement, comme Bourdieu a tendance à le dire, les signes qui donnent à ceux qui les détiennent l’accès à la légitimité dans un milieu donné. Dans la société des élus, la culture fondée sur les humanités présente aussi une réelle utilité : l’entraînement de la mémoire, le maniement aisé de références historiques, le dressage rhétorique se révèlent d’un grand prix dans la pratique du métier parlementaire.

21D’autre part si Bourdieu rejette un certain schématisme marxiste qui réduit la société au conflit entre dominants et dominés, il opère à son tour une simplification en opposant une culture dominante à une culture dominée. Or, comme le souligne Grèzes-Rueff, « l’idée d’unicité d’une culture légitime est malcommode pour l’historien qui cherche à décrire la diversité d’une population ». Chez les députés, il y a bien des dominés (les primaires) qui ont tendance à être exclus de la vie parlementaire, et des dominants qui ont profité d’une formation minimale de niveau secondaire. Mais le groupe des dominants, beaucoup trop étoffé et divers, deviendrait, pour l’historien, un fourre-tout sans grand intérêt si on ne le subdivisait pas. C’est pourquoi François Grèzes-Rueff le découpe en quatre familles bien typées.

22Ces quelques notations, simplifiées par rapport à la richesse du livre, indiquent quels types de rapports pourraient s’établir entre historien et sociologue (ce qui implique l’appréciation des écarts existant entre les deux disciplines). À cet égard la pratique de François Grèzes-Rueff me paraît exemplaire. Il y a, dans ces relations significatives, au moins trois étapes : d’abord l’acquisition des concepts sociologiques dans leur intégralité, puis la volonté de les adapter au donné documentaire, puis la mise en œuvre consciente de ces instruments.

23Il est clair que l’historien a beaucoup à gagner en fréquentant les sociologues (et les spécialistes des autres sciences sociales). Georges Duby, dans L’Histoire continue, où il présente ses mémoires intellectuels, raconte ainsi comment, au contact des anthropologues, il a pris conscience du flou qui entourait les termes employés dans les thèses d’histoire. La sociologie (au sens large) donne à l’historien un modèle de rigueur. Elle offre un trésor foisonnant de concepts, modèles, interprétations. Il me semble qu’à l’instar de François Grèzes-Rueff, l’historien doit savoir y puiser les outils qui peuvent lui servir.

24Toutefois, ayant posé ses définitions et ses axiomes, le sociologue tente de bâtir un édifice sans failles, lisse, d’une impeccable tenue. Il emboîte donc entre eux les éléments de son système et nous présente un monument parfait qui me fait penser aux murailles de Messène construites sur Tordre d’Epaminondas, où Ton peut admirer encore aujourd’hui l’admirable assemblage des pierres, sans mortier, selon un procédé de tenons et mortaises. (Bien sûr il s’agit du sociologue idéal car le sociologue réel n’est pas toujours aussi perfectionniste que les architectes de Messénie).

25Mais ici l’historien, comme dans La Culture des députés, doit savoir s’insurger et se demander si le sociologue ne préfère pas la rigueur à la concordance du modèle avec l’expérience. Il est rare que la réalité historique soit réductible à des ensembles aussi parfaits. Au besoin le sociologue ne donne-t-il pas un coup de pouce ? En supprimant quelques petits traits divergents n’interprète-t-il pas quelques détails obscurs dans le sens le plus favorable à la cohérence ?

26En revanche l’historien, par habitude de métier, place au-dessus de toute la fidélité à ses sources. C’est pour lui la vertu suprême, c’est là qu’il place son honneur professionnel. À une épure impeccable il préférera donc un modèle plus compliqué, zébré de failles, inesthétique même, mais fermement ancré dans ses documents. L’historien qui court le risque du « mode de pensée substantialiste » (Bourdieu cité par Grèzes-Rueff) croit dur comme fer à la réalité des choses sensibles. Le sociologue, convaincu, semble-t-il, que l’objet construit par le savant ne peut pas coïncider absolument avec le réel, ne croit-il pas davantage à la réalité de sa propre pensée qu’à celle du monde extérieur ?

27C’est sans doute cette attitude qui explique la diversité des écoles sociologiques actuelles et leur antagonisme parfois très dur ; il est difficile de jeter un pont entre deux systèmes si chacun d’entre eux se présente comme une forteresse parfaitement close. En revanche, les historiens, naïvement attachés à la fidélité aux sources, trouvent facilement un consensus assez rapide et les conflits, chez eux, n’ont pas beaucoup de durée. La communauté historienne finit généralement par se mettre d’accord, même si les oppositions d’écoles ou de personnes ont été âpres au départ.

28Peut-on espérer qu’une science unifiée verra le jour, unissant les vertus opposées de l’histoire et celle de la sociologie ? Les notions nègre-blanc des congrès radicaux ne sont pas toujours les plus fécondes, et peut-être chacun des deux camps y perdrait-il son âme. En revanche une collaboration paraît réaliste et le livre de François Grèzes-Rueff en offre un exemple probant.

29Faute d’une formation adéquate l’accès au monde intellectuel du sociologue n’est pas aisé pour l’historien. Mais s’il fait l’effort d’y pénétrer, il y découvre des merveilles : outils conceptuels polis à la perfection, d’une précision incomparable. Las ! ces instruments ne conviennent pas à sa tâche ; il lui faut transformer, marteler ces objets trop simples pour s’adapter à un donné rugueux. Face à l’orthodoxie d’un système sociologique l’historien navigue donc entre dévotion et hérésie.

30Devant l’œuvre de Bourdieu ce sont les deux attitudes antagonistes qu’adopte François Grèzes-Rueff. Nous les retrouverons peut-être dans un prochain ouvrage qui complétera celui-ci. L’auteur de La Culture des députés a en effet mis en chantier un nouveau livre qui portera sur les références historiques dans le discours politique sous les IIIe et IVe Républiques. Second rendez-vous à ne pas manquer avec un talent original !

Notes

1 Je pense à des ouvrages comme Les Sommets de l’État de Pierre Birnbaum, ou, bien sûr, à mon livre sur Les Ministres de la République (1871-1914).

2 Gardons-nous d’oublier Maurice Agulhon et Raoul Girardet dans des domaines plus proches de l’histoire politique. Je ne cite ici que des auteurs spécialisés en histoire contemporaine, d’autres chercheurs remarquables ayant exploré d’autres périodes de l’histoire.

Table des illustrations

Légende Le Petit Journal (15 juin 1902) : M. Bourgeois, Président de la Chambre des Députés. Paris, Musée de la Presse, Coll. Christian Bailly (Cliché Lauros-Giraudon).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/17641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Presses universitaires du Midi, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site