Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir et société dans l’Espagne moderne

 | 
Jean-Pierre Amalric

Noblesse, pouvoir et duel : les débats autour du discours d’Olivares contre la loi du duel (1638)

Claude Chauchadis

Texte intégral

  • 1 Comme études consacrées au duel en France à l’époque concernée, il faut citer : François Billacois (...)

1Les historiens qui s’intéressent aux rapports entre la France et l’Espagne du xviie siècle n’ont pas manqué de relever les analogies entre les deux grands ministres qui ont guidé les deux pays pendant un bon quart du siècle, le cardinal Richelieu et le comte-duc d’Olivares. Au nombre de ces analogies, on peut citer la lutte contre le duel, dans laquelle les deux ministres devaient s’illustrer en édictant chacun une loi répressive. Une telle démarche traduisait les efforts du Pouvoir, autant en France qu’en Espagne, pour contrôler les pratiques d’une noblesse qui avait trop tendance à considérer le duel comme une prérogative de son état, et à résoudre ses conflits privés en marge de la Justice officielle1

2On aurait tort cependant de considérer la réforme du comte-duc comme une copie conforme de celle du cardinal. On observe tout d’abord un décalage temporel entre les actions des deux ministres. La répression engagée par Richelieu et manifestée par son édit de 1626 est un de ses premiers actes d’affirmation comme ministre, alors qu’Olivares, qui a lancé depuis 1622 de nombreuses réformes, attend 1638 pour s’intéresser au problème du duel. Une telle différence chronologique s’explique probablement parce qu’au moment où Olivares accède aux responsabilités politiques le duel n’est pas en Espagne pratique courante, alors qu’en France c’est un véritable fléau qui décime la noblesse. Un voyageur anglais, James Howell, écrit en 1623 qu’on n’entend plus parler de duel en Espagne. Quelques années plus tard, cependant, les cas de duels s’y multiplient. La Justice récrimine, car elle se sent débordée pour les réprimer avec efficacité, et l’opinion publique a le sentiment que les duels pourchassés en France sont venus trouver refuge en Espagne. La réaction tardive d’Olivares semble donc essentiellement due à une modification dans la fréquence des duels en Espagne. Mais la différence entre les actions menées par les deux ministres n’est pas seulement d’ordre chronologique. L’examen des débats suscités par la réforme d’Olivares permet de relever qu’il y a chez la noblesse espagnole un rapport au duel sensiblement différent de celui que l’on peut observer en France. La spécificité de cette attitude entraîne Olivares à imaginer des sanctions tout-à-fait originales par rapport à celles de l’édit de Richelieu.

Le Projet d’Olivares

  • 2 Les différentes pièces qui ont été conservées de ce débat sont regroupées dans le manuscrit 5791 d (...)

3C’est donc en 1638 qu’Olivares décide de s’attaquer à la question du duel et il consulte pour cela une Junta, assemblée ad hoc composée de membres de divers conseils, de juristes et de théologiens. Afin de faire avancer le débat, il rédige lui-même un discours, dans lequel il présente son projet de réforme, qu’il adresse au roi et soumet à la discussion puis au vote de la Junta2. Suivant les manuscrits, le texte d’Olivares est présenté sous deux titres différents : Discurso en orden a reformar la Ley del Duelo ou Discurso del Coude Duque para desterrar la Ley del Duelo. Le discours vise donc plus la loi du duel que le duel lui-même. C’est à dire qu’Olivares s’en prend à la racine du duel, au code du point d’honneur alors désigné par l’expression loi du duel. Les deux variantes dans le titre du discours sont significatives de l’ambiguïté de la démarche d’Olivares. Même si son objectif est de bannir (desterrar) le duel, sa méthode consiste à ne pas s’y heurter de plein fouet, mais à réformer cette loi du duel en tenant compte de la logique qui inspire le code de comportement de la noblesse de l’époque.

4Le point de départ du raisonnement d’Olivares est que la loi du duel repose sur la vanité liée au courage personnel. En conséquence, celui qui offense sans risque ou celui qui ne réplique pas à l’offense font preuve de lâcheté et n’agissent pas conformément au code d’honneur des gentilshommes. Par le fait même, leur manquement à la loi du duel devrait interrompre l’escalade de la violence qu’elle impose d’ordinaire. Celui qui a été offensé alors qu’il n’avait pas la possibilité de se défendre n’a pas subi d’affront et n’a donc pas à en chercher réparation. Quant à celui qui n’a pas répliqué sur-le-champ alors qu’il était en mesure de le faire, il a suffisamment fait preuve de couardise pour qu’il lui soit inutile par la suite de chercher à démontrer son courage en se vengeant. Le ministre de Philippe IV propose donc d’entériner par une loi civile ce point, qu’il suppose admis par les sectateurs de la loi du duel, et de condamner à la peine d’infamie d’une part ceux qui offensent leur adversaire dans un endroit où celui-ci ne peut répliquer (à la Cour ou dans une église par exemple), et d’autre part ceux qui ne réagissent pas sur-le-champ à l’offense qui leur est faite. Olivares pense ainsi couper court aux surenchères du point d’honneur en supprimant tous les cas de violences préméditées. Si de telles mesures étaient adoptées, il n’y aurait plus guère, selon lui, que des rixes spontanées, pour lesquelles il demande à la Justice la plus grande indulgence. En corollaire à ses propositions, le comte-duc étudie le cas particulier des insultes verbales telles que judío (juif), villano (vilain) pour le noble, borracho (ivrogne), etc. Il estime que lorsque celles-ci sont prononcées en présence de la personne, cette dernière doit s’en défendre sur-le-champ, car une absence de réaction équivaudrait à un consentement qui la rendrait infâme et inapte à se venger par la suite. Par contre, si l’insulte est prononcée en son absence, c’est l’offenseur qui sera châtié par la peine d’infamie tout comme les témoins qui n’en réfèreraient pas à la Justice et celui qui avertirait l’offensé des insultes proférées à son égard.

5Comme on peut le constater, le projet de loi présenté par Olivares diffère des édits répressifs que l’on a connus en France, puisqu’au lieu de sanctionner le duel accompli, il intervient en amont en bloquant les engrenages qui y conduisent. Son raisonnement le conduit à valoriser certains points de la loi du duel, considérés comme significatifs du courage individuel. Par contre, il dévalorise le duel lui-même, qui, à ses yeux, n’est presque toujours que l’aboutissement d’une conduite lâche, de la part de celui qui offense sans risque ou de la part de celui qui ne satisfait pas à son honneur sur-le-champ. Le comte-duc va jusqu’à évaluer que la proportion de ces duels issus de la lâcheté est de 99 %, et il affirme qu’avec une telle proportion la plupart des duels ne dépassent pas le stade du simulacre. Seul un duel sur cent mérites à ses yeux d’être mené à son terme : celui d’un homme qui veut prouver son courage contre un adversaire qui l’a accusé de lâcheté. Là encore, Olivares se situe dans la logique de la loi du duel, puisqu’il décrète que dans ce cas l’appelant est obligé de tuer son ennemi ou de lui prendre son épée sous peine d’infamie. Il serait inconvenant en effet que celui qui a désiré prouver son courage de la sorte n’aille pas jusqu’au bout de sa démonstration.

6On voit donc l’originalité des propositions d’Olivares qui cherche à soigner le mal par le mal en utilisant la logique des lois du duel pour dissuader les duellistes de s’adonner à des pratiques délictueuses. Le comte duc affirme qu’il cherche ainsi à mettre les Espagnols sur la voie du vrai courage et en quelque sorte d’une loi du duel bien comprise. Cependant le propos moral du ministre de Philippe IV dissimule mal les implications sociales de sa réforme. Lorsqu’il dénonce l’abondance des simulacres de duel, qu’il met sur le compte de la lâcheté, ne s’en prend-il pas plus à l’existence d’une Justice parallèle, qui nargue la Justice officielle, qu’à la pratique d’un délit somme toute bénin ? Quant à l’objection qui lui est faite que ses mesures vont enlever aux hommes la possibilité de se battre, il répond que pour exercer leur vaillance il reste toujours les occasions de la guerre ; ne faut-il pas voir là une allusion à l’attitude de la noblesse d’armes de son temps qui, selon le témoignage de plusieurs auteurs satiriques de l’époque, répugne à montrer son courage sur les champs de batailles ? Lorsqu’il supplie le roi de révoquer toutes les juridictions privilégiées, de sorte que les cas de duel soient examinés par la Justice ordinaire, Olivares ne rejoint-il pas les récriminations des magistrats contre les exemptions dont bénéficie la noblesse ? Bien qu’il soit difficile de dire dans quelle mesure le discours d’Olivares est une œuvre personnelle, toute laisse à penser que sa démarche s’inspire de robins qui réclament la mise au pas de la noblesse d’armes.

La critique du projet par le Père Gonzalo de Castilla

  • 3 Toutes les informations dont nous disposons sur ce vote proviennent des affirmations du père Martí (...)

7Comme on peut s’en douter, le discours d’Olivares suscita quelques remous, mais les échos qui en sont parvenus jusqu’à nous, par le biais des manuscrits, se limitent à la sphère des théologiens qu’Olivares avait consultés sur son projet. Il se trouve qu’un seul théologien, le jésuite Martinez de Ripalda, vota en faveur du texte proposé à la Junta. Les huit autres théologiens entraînèrent dans leur vote négatif les trente et un autres membres de la commission réunie par le ministre de Philippe IV3. On peut avoir une idée des arguments opposés au projet d’Olivares, grâce au discours rédigé pour l’occasion par un autre membre de la Compagnie de Jésus, le père Gonzalo de Castilla, prédicateur royal. Celui-ci commence son discours par la critique de trois des lois proposées par Olivares. Il n’en conteste pas l’esprit, qui est de s’appuyer sur la loi du duel, et à ce titre-là il les qualifie d’ingénieuses, mais il met en doute leur efficacité en les accusant de produire un effet contraire à celui recherché, et donc une multiplication des duels et des vengeances à la place de leur disparition. La première loi incriminée est celle qui punit d’infamie celui qui insulte sans risque une personne qui est dans l’impossibilité de se défendre. Gonzalo de Castilla estime que de telles injures peuvent être faites sous le coup de la colère, ce qui est une circonstance qui atténue la gravité de la faute. Il y a donc pour lui disproportion entre une faute légère et la peine d’infamie qui est extrêmement lourde. De plus, il ne pense pas qu’une loi humaine et la crainte qu’elle inspire soient suffisantes pour éteindre la passion qui pousse aux insultes. Il considère enfin que déclarer l’offenseur infâme ne suffit pas pour blanchir la réputation de la personne insultée. Il en conclut qu’une telle loi ne peut ni corriger l’offenseur, ni satisfaire à l’honneur de l’offensé.

8Le père jésuite s’en prend ensuite à la loi qui déclare infâme celui qui ne réplique pas immédiatement à l’offense faite en sa présence. Il critique tout d’abord son intransigeance, qui condamne sans appel celui qui a hésité à répliquer à l’offense, et objecte que celui qui ne s’est pas montré courageux aujourd’hui peut l’être demain. Il craint également les discussions qui vont immanquablement s’engager pour savoir si celui qui a subi l’offense était en mesure ou non de répliquer sur-le-champ. Il fait observer par ailleurs que selon la loi du duel, telle qu’elle est généralement comprise, la véritable infamie est l’infamie intrinsèque de celui qui renonce à se venger, et non l’infamie extrinsèque prévue par la loi répressive. Pour Gonzalo de Castilla, la peine d’infamie ne peut dissuader les duellistes de se battre, car l’infamie réelle est dans leur attitude et non dans une sanction qu’ils se refusent à reconnaître. C’est la raison qui explique l’échec des sanctions prévues jusqu’à présent, autant celles de la loi civile castillane (Pragmatique des Rois Catholiques, 1480) que celles de la loi canonique (Concile de Trente, 1563).

9Quant à la troisième loi que dénonce Gonzalo de Castilla – celle qui punit d’infamie celui qui ne tue pas ou ne prend pas l’épée de celui qu’il a défié pour lui démontrer son courage-, elle lui semble tout aussi inefficace et plus dangereuse encore. Gonzalo de Castilla admet bien le point de départ du raisonnement d’Olivares, selon lequel 99 % des duels ne présentent aucun risque ni pour l’honneur ni pour la vie des combattants. Mais, même dans l’hypothèse où la loi dissuaderait beaucoup d’hommes de régler leurs affaires d’honneur dans le duel, il estime qu’elle durcirait les duels qui viendraient malgré tout à exécution. À ce propos, Gonzalo de Castilla fait une sorte d’apologie du duel feint ou du duel arrangé, qui lui semblent éviter beaucoup de péchés et d’excommunications. Il affirme préférer la pratique actuelle du duel, avec ses simulacres ou ses combats au premier sang, suffisants pour restaurer l’honneur d’une personne offensée, aux conséquences néfastes que, selon lui, entraînerait le projet d’Olivares : tous les hommes d’honneur se massacrant en duel, pour qu’on ne dise pas d’eux qu’ils ont renoncé au duel par crainte des obligations que leur impose la nouvelle loi. Il se livre lui aussi à ses statistiques et estime que de la situation présente, où pour deux-cents duels par an il y a à peine une mort ou un grave déshonneur, on passerait à deux cents morts ou infamies.

10Après ces critiques du projet d’Olivares, la deuxième partie du discours du prédicateur royal se veut constructive et se propose de résoudre une grande difficulté, qui est de lutter contre l’abus des duels à partir de principes admis dans la loi du duel et non contraires à la loi du Christ. Le père jésuite fait alors un exposé minutieux de principes qu’il recueille essentiellement chez Paris de Puteo et Alciat, et selon lesquels le déshonneur n’est pas le fait de l’offenseur, mais de l’offensé. C’est en effet seulement lorsque ce dernier reste passif devant l’offense, ce qui est toujours interprété comme une lâcheté, qu’il est déshonoré. Deux cas d’offenses sont envisagés. L’offense in fieri (en puissance), qui ne déshonore pas, dans la mesure où l’offensé s’y oppose par une résistance immédiate, démontrant ainsi qu’il est aussi courageux que son offenseur. L’offense in facto, offense infligée, qui exige une restauration de l’honneur par une démonstration de courage supérieure à celle qu’a pu faire l’adversaire dans l’acte offensant. Dans les deux cas, Gonzalo de Castilla propose de légiférer de façon à satisfaire les adeptes de la loi du duel, sans offenser les principes religieux.

11Pour l’offense in fieri la loi devrait déclarer que celui qui résiste ostensiblement à l’offense satisfait à son honneur et ne peut passer pour infâme. Une telle loi aurait pour effet de permettre le règlement immédiat d’un certain nombre de conflits en évitant qu’ils ne dégénèrent en duels et en vengeances préméditées. Elle est conforme à la loi du duel, puisqu’elle découle de principes énoncés par Paris de Puteo, et elle est admise par la théologie morale, dont Gonzalo de Castilla cite quelques-uns des spécialistes qui ont théorisé sur le droit à la légitime défense de l’honneur, et notamment Cajétan, Vitoria, Azpilcueta, auteurs qui ont marqué la casuistique espagnole du temps des Habsbourg.

12Mais à la différence d’Olivares, qui déclarait infâmes tous ceux qui ne répliquaient pas immédiatement à l’offense, Gonzalo de Castilla laisse une possibilité, de rattrapage en quelque sorte, à ceux qui ayant subi l’offense in facto veulent restaurer leur honneur. La difficulté est que, dans ce cas, la loi du duel impose une surenchère dans la violence, et que satisfaire à son honneur devient alors un acte de vengeance communément réprouvé par la théologie morale. L’ingénieux jésuite veut cependant sortir, d’une impasse qui lui semble inhumaine, des hommes nobles soucieux d’une réputation fondée sur le courage. À cet effet, il propose une loi qui rendrait leur honneur aux hommes offensés, à condition qu’ils servent le roi à la guerre. Une telle loi leur permettrait en effet de se plier à la surenchère dans les démonstrations de courage qu’exige la loi du duel, sans qu’ils aient besoin de se venger de leur adversaire. Ils démontreraient ainsi qu’ils renoncent à la vengeance par respect de la loi catholique et non par pusillanimité. Dans le même esprit, Gonzalo de Castilla suggère qu’une loi pourrait reconnaître comme preuve de courage une réponse à la provocation en duel qui permette de concilier l’affirmation de la foi chrétienne et celle du courage du gentilhomme. La formule qui, selon lui, permet à l’offensé d’éviter la vengeance en se mettant en simple situation de légitime défense, consiste à déclarer que l’on refuse le duel par respect de la loi chrétienne, mais que l’on est prêt à se défendre partout où l’on sera attaqué, en précisant quels sont les endroits déserts où l’on a l’habitude de faire des promenades nocturnes et quelles sont les armes que l’on y porte. Pour conclure son discours, le père Gonzalo de Castilla, conscient de ce que les quelques lois qu’il propose ne peuvent venir à bout de tous les cas particuliers posés par les problèmes d’honneur, conseille au roi de constituer des tribunaux d’honneur, dont les juges seraient des gentilshommes rompus à la pratique des armes et qui décideraient si les personnes offensées ont convenablement satisfait à leur honneur ou comment ils peuvent le restaurer, notamment en participant à quelque guerre.

13La démarche du père Gonzalo de Castilla n’est guère différente dans son principe de celle entreprise par le premier ministre : s’opposer à la pratique des duels et des vengeances, en s’appuyant sur le code d’honneur des gentilshommes. Mais, à y regarder de plus près, de nombreux points les opposent. On observe tout d’abord que l’ecclésiastique fait meilleur cas des lois du duel que le comte-duc. Alors que ce dernier semble s’y référer, comme par stratagème, afin de mieux faire éclater leurs contradictions, le père jésuite les considère comme faisant partie des valeurs d’une aristocratie courageuse par essence. Les deux hommes diffèrent également dans leur jugement sur ceux qui suivent la loi du duel. Olivares pense mettre à nu leur lâcheté en dénonçant l’hypocrisie du duel feint et en estimant qu’ils n’oseront pas aller jusqu’à tuer leur adversaire. Gonzalo de Castilla prévoit au contraire que les hommes d’honneur, et les nobles en particulier, se livreront à des duels sanglants, pour ne pas paraître impressionnés par une loi qui les oblige à aller jusqu’au bout de leur courage. Par ailleurs, il se dégage de la critique de la réforme d’Olivares un anti juridisme révélé par le scepticisme à l’égard de l’efficacité des infamies de droit. Par contre, certaines formes de justice parallèle sont appréciées. Les duels feints ou les duels au premier sang sont admis comme solution des conflits d’honneur, car ils débouchent sur un accommodement des adversaires. La transformation du duel en rencontre ou combat de légitime défense est également une issue où loi chrétienne et loi d’honneur se concilient. L’établissement de tribunaux d’honneur confiés aux gentilshommes et aux militaires, même si c’est pour remettre les nobles dans le droit chemin de leur fonction militaire, relève d’un tout autre esprit que le souhait d’Olivares de confier tous les cas d’honneur à la Justice ordinaire. Tout porte à croire qu’alors que le projet du ministre de Philippe IV était inspiré par un groupe constitué de robins, la critique qu’en fait Gonzalo de Castilla relève d’une sensibilité très proche de la noblesse des armes. Sans aller jusqu’à dire que le prédicateur royal se fait le porte-parole de ce groupe social, on peut imaginer que, de par ses fonctions, c’est un bon connaisseur de la mentalité aristocratique dominante et que c’est en fonction de son expérience personnelle qu’il réagit aux projets du comte-duc.

L’approbation du père Juan Martinez de Ripalda

  • 4 L’existence de liens étroits entre Olivares et Martinez de Ripalda est mise en lumière par le fait (...)

14En dépit du vote négatif de la Junta réunie par Olivares et de la solide argumentation qu’opposait le prédicateur royal à son projet, c’est tout de même le ministre de Philippe IV qui l’emporta, puisqu’il obtint l’agrément royal à sa proposition de loi. Sur la façon dont Olivares s’y prit pour rétablir en sa faveur les rapports de forces que nous avons perçus à travers l’étude des deux documents précédents, nous n’avons pas d’autres indications que celles que l’on peut déduire de la troisième pièce de ce dossier : le Discurso Theológico du père Juan Martinez de Ripalda, de la Compagnie de Jésus4. Ce dernier affirme que le roi a approuvé cette loi à la suite de plusieurs consultations faites auprès des Conseils d’État et de Guerre et auxquelles ont participé des capitaines généraux, de grands soldats et des personnes soucieuses de la défense de l’honneur et du courage et spécialistes de ce qu’il appelle « la ciencia política del Duelo » (288 r°). L’auteur de ce Discurso Theológico ne s’étend guère sur les arguments qui ont pesé en faveur de la loi, et esquive en quelque sorte le débat, engagé par son confrère Gonzalo de Castilla, sur les conséquences qu’une telle loi pouvait avoir sur le comportement des hommes d’honneur. Il estime que cet aspect de la question incombe moins aux théologiens qu’au pouvoir politique et que c’est à ce dernier de décider de l’efficacité d’une telle loi.

15C’est donc d’un point de vue strictement théologique que se propose d’argumenter le professeur de théologie morale qu’est Juan Martinez de Ripalda. Mais, tout en justifiant la loi proposée par Olivares, il souhaite se justifier lui-même, en affirmant que le vote massivement hostile de la Junta est dû à une mauvaise compréhension du texte de la proposition. Après avoir rappelé l’échec des lois civiles et canoniques en matière de répression du duel, Martinez de Ripalda insiste sur l’originalité de la loi proposée par Olivares qui, en obligeant le demandeur à mener son combat jusqu’à la gloire de la victoire ou l’infamie de la défaite, offre une alternative où le risque du déshonneur est trop grand pour que même le plus courageux s’enhardisse à le prendre. Mais le théologien précise qu’il y a deux façons de comprendre la loi proposée par le ministre de Philippe IV. La première est que celui qui appelle son adversaire au duel est tenu de se battre à outrance, et qu’il sera déclaré infâme s’il ne remporte pas la victoire. Le théologien condamne une telle interprétation, qui oblige à commettre une faute condamnée par Dieu et fait obstacle à l’acte vertueux que serait la réconciliation. La deuxième interprétation est que la loi n’oblige pas, mais autorise seulement le demandeur à se battre à outrance, et que c’est seulement dans le cas où il aura engagé le combat qu’il sera déclaré infâme en cas de défaite. C’est cette deuxième interprétation que justifie son Discurso Theológico, et il affirme que tout le monde aurait voté comme lui si le texte avait été bien compris. Il est vrai que, s’il s’oppose ainsi aux duels au premier sang, il laisse néanmoins la voie ouverte aux accommodements qui prennent souvent place entre le défi et le combat, ce qui semblait être un des points d’achoppement des opposants à la réforme du comte-duc.

16Une fois éclairci ce point capital, le père Martinez de Ripalda entreprend la justification de la loi telle qu’elle doit être comprise. De cette démonstration pesante et très théorique, centrée essentiellement sur le problème de ce qu’il faut entendre par loi juste et sur les rapports entre la gravité du délit et sa sanction, je ne retiendrai qu’un aspect qui me semble révélateur de la position du théologien. Il s’agit du fait qu’il se désintéresse totalement des conséquences pratiques de la loi proposée par Olivares. L’impact que peut avoir cette loi sur les hommes qui suivent la loi du duel est un point sur lequel se sont penchés les politiques, et le moraliste leur fait confiance en estimant qu’ils ont trouvé la solution la plus efficace pour lutter contre le duel en coupant le mal à la racine. Il ne conteste pas cependant que la loi puisse engager plus profondément certains hommes d’honneur dans un processus de violence, mais, dit Martinez de Ripalda, ce n’est pas parce qu’une loi incite au péché qu’elle est injuste. Sa perspective est donc inverse de celle de son confrère prédicateur Gonzalo de Castilla. Celui-ci rendait la loi responsable des bains de sang qu’elle pourrait provoquer chez les hommes d’honneur ; ce sont pour Martinez de Ripalda les hommes d’honneur qui sont coupables s’ils tirent parti d’une loi juste pour pécher. Enfin, le théologien relève que, si l’on reproche à la loi d’Olivares d’inciter au duel, les statuts de l’ordre de Santiago sont encore plus incitatifs, puisqu’ils refusent qu’accèdent à l’ordre ceux qui, étant provoqués en duel, n’ont pas répondu au défi.

17Le théologien jésuite offre donc une argumentation de théoricien, plus soucieux de respecter les décisions du pouvoir politique que de s’interroger sur les réactions des personnes concernées par la nouvelle loi. Bien que rien ne permette de l’affirmer, on peut penser qu’au-delà de sa propre justification, le discours de Martinez de Ripalda a été fortement inspiré par Olivares, désireux d’obtenir l’adhésion du plus grand nombre en faveur de ses propositions pour lutter contre le duel. Dans cette hypothèse, il semble qu’Olivares ait été amené à atténuer la rigueur de son plan initial. Il paraît en effet curieux que, sur les trente-deux personnes de la Junta, trente-et-une aient commis un contresens sur le texte qui leur était fourni, en pensant qu’il obligeait tout demandeur à se battre à outrance sans possibilité de rétractation. La deuxième interprétation fournie par Martinez de Ripalda, qui autorise les accommodements postérieurs au défi et donc, dans une certaine mesure, la pratique du simulacre de duel, pourrait être ainsi une concession faite à la noblesse qui souhaitait régler ses affaires d’honneur en marge de la Justice officielle.

18Les débats suscités par les propositions d’Olivares dépassent donc le problème ponctuel de la répression du duel et sont révélateurs à plusieurs titres. Ils sont tout d’abord un indicateur de la place occupée par la loi du duel dans le comportement des hommes d’honneur. Politiques et théologiens doivent tenir compte des subtilités de ce code de conduite pour pouvoir s’opposer à ses effets les plus funestes. La casuistique du point d’honneur semble avoir été particulièrement développée par les Espagnols de l’époque, ce qui n’a pas eu que des effets négatifs, si l’on admet que les conséquences meurtrières de la loi du duel ont pu être ainsi limitées. D’un autre côté, les débats examinés ici permettent de mettre à jour certaines tensions sociales. Il est certain que la loi du duel porte ombrage au pouvoir juridique et à l’autorité des robins, en maintenant une loi parallèle qui bénéficie d’un certain prestige dans l’opinion publique, car elle est assimilée à des manifestations de courage et de vertu caractéristiques de la noblesse. La démarche d’Olivares, qui consiste à rechercher l’antidote des duels et des vengeances dans les principes mêmes de la loi qui d’ordinaire y conduit, ne manque pas d’ingéniosité. Elle a peut-être le tort de ne s’en tenir qu’à la logique interne de la loi du duel, sans estimer à sa juste valeur l’impact réel qu’elle a sur les mentalités. Les objections faites par le père Gonzalo de Castilla au projet d’Olivares semblent traduire les réticences d’une noblesse d’armes qui souhaite garder son indépendance à l’égard de la juridiction ordinaire et qui accorde plus d’importance à l’infamie de fait qu’à l’infamie de droit. Les nuances apportées par le père Martinez de Ripalda permettent sans doute de rapprocher les points de vue en rendant le projet de loi d’Olivares moins contraignant, mais elles ne le clarifient guère. En obtenant l’agrément du roi et l’avis favorable de plusieurs experts, le ministre de Philippe IV semble avoir eu gain de cause, malgré l’hostilité qu’il avait soulevée dans un premier temps. Mais cette victoire ne lui a probablement permis que de sauver la face, car on ne trouve nulle part de traces de l’application d’une loi trop subtile et complexe pour être réellement efficace. Il est vrai que sa disgrâce en 1643 fut une raison supplémentaire pour faire sombrer dans l’oubli une réforme qui suscitait le mécontentement d’une noblesse plus attachée au prestige de son image qu’à l’exercice de ses fonctions militaires.

Notes

1 Comme études consacrées au duel en France à l’époque concernée, il faut citer : François Billacois, Le duel dans la société française des xvie-XVIIe siècles. Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1986. 539 p. ; Micheline Cuénin, Le duel sous l’Ancien Régime. Paris, Presses de la Renaissance, 1982. 343 p. Pour le même thème en Espagne, je ne peux que renvoyer à ma thèse d’État : Claude Chauchadis, La loi du duel. Le code du point d’honneur dans la société et la littérature espagnoles des XVIe-XVIIe siècles. Thèse dactylographiée, Université de Toulouse-Le Mirail, 1991, 702 p.

2 Les différentes pièces qui ont été conservées de ce débat sont regroupées dans le manuscrit 5791 de la Bibliothèque Nationale de Madrid qui contient successivement :
- Discurso en orden a reformar la Ley del Duelo (ffos 271-274). Cette copie ne comporte pas de nom d’auteur, mais son texte est identique à celui du Ms. 18761/25 de la Bibliothèque Nationale de Madrid intitulé Discurso del Conde Duque para desterrar la ley del duelo.
- Discurso cerca del duelo del Padre Gonzalo de Castilla de la Compañía de Jesús (ffos 275-285).
- Discurso Theológico en aprovación de la ley que establece pena de infme al que saca a su enemigo al campo quando no queda superior a él quitdndole la vida o la espada. etc. por el Padre Juan Martinez de Ripalda.(ffos 287-299).

3 Toutes les informations dont nous disposons sur ce vote proviennent des affirmations du père Martínez de Ripalda dans le manuscrit qui sera examiné ci-après.

4 L’existence de liens étroits entre Olivares et Martinez de Ripalda est mise en lumière par le fait que ce dernier fut, de la disgrâce jusqu’à la mort du comte-duc, son compagnon d’exil et son aumônier.

© Presses universitaires du Midi, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.