Version classiqueVersion mobile

Monnaies du haut Moyen Âge

 | 
Philippe Sénac
, 
Sébastien Gasc

Des monnaies trouvées à proximité du site archéologique du Monte Mollet (Villafames, Castellón)

Mohamed El Hadri

Texte intégral

  • 1 Je remercie M. P. Guichard de m’avoir confié ces pièces, qui lui ont été transmises par M. Norbert (...)
  • 2 P. Guichard, Les Musulmans de Valence et la Reconquête (XIe-XIIIe siècles), Institut Français de D (...)

1Les deux monnaies présentées dans cet article sont le résultat d’une découverte fortuite dans la région de Valence1. Les trouvailles monétaires des premiers temps de l’Islam dans cette région sont dans l’ensemble rares ; quant à celles effectuées lors de fouilles ou prospections archéologiques, elles sont presque inexistantes2. D’où l’intérêt de publier et faire connaître les monnaies découvertes dans cette région.

  • 3 A. Bazzana et P. Guichard, « Un important site refuge du Haut Moyen Âge dans la région valencienne (...)
  • 4 Cette possible localisation du site est proposée par les auteurs des Châteaux ruraux d’al-Andalus (...)
  • 5 Il s’agit de quatre campagnes de fouilles qui ont été consacrées à ce site par le centre d’Histoir (...)
  • 6 Ibid., pp. 488-490 ; voir aussi sur une autre monnaie en argent qui a été trouvée pas très loin el (...)
  • 7 I. López García et al., Hallazgos Arqueológicos en el Palau de les Corts, Corts Valencianes, 1994, (...)

2Les pièces, qui appartiennent à deux périodes différentes mais très proches dans le temps de l’histoire musulmane de l’Espagne (période des gouverneurs et de l’émirat indépendant), ont été trouvées plus précisément dans les environs du site médiéval du Monte Mollet (Fig. 1)3, site qui pourrait correspondre au ḥisn de Mawrūr des textes arabes4. La datation exacte de ce site refuge, qui a été étudié dans les années 1974-1977 par A. Bazzana et P. Guichard5, demeure encore hypothétique. L’étude archéologique que ce soit du matériel céramique, peu abondant, fourni par les sondages et les prospections de surface, ou des types d’habitat et techniques de construction, n’avait pas permis apparemment une détermination précise de la chronologie du site6. Depuis l’époque de ces trouvailles les archéologues valenciens et ceux des régions avoisinantes ont, en revanche, étudié des ensembles céramiques comparables qu’ils tendent à situer dans les tout premiers temps de l’époque musulmane7.

3La pièce la plus ancienne des trouvailles en question correspond à un fals qui date de l’époque des gouverneurs dépendants de Damas en al-Andalus (Fig. 2). Comme la majorité des premières frappes en cuivre de cette époque, la pièce ne porte ni le nom de l’atelier ni la date de frappe ; seules sont présentes sur les deux faces les légendes religieuses : à savoir les deux composants de la Shahâda avec l’unicité de Dieu au droit et la mission prophétique de Muhammad au revers :

4A/ Dans le champ

5Il n’y a de Dieu qu’Allah

6R/ Dans le champ

Image

7Muhammad est l’envoyé de Dieu

85, 80 g/17 mm/3 mm/12°°

  • 8 R. Frochoso Sánchez, Los Feluses de al-Andalus, Numismatica Cordoba, Madrid, 2001, p. 21.

9Frochoso8 : Groupe II-a/(no 22?)

Image

Fig. 1

  • 9 Puisque on sait que les fulūs étaient utilisés en général dans les petits paiements quotidiens, et (...)
  • 10 R. Frochoso Sánchez, Los Feluses de al-Andalus, p. 21.

Cette pièce se distingue un peu du type de Frochoso II-a par l’absence apparemment du râ’(Image) de Imageen première ligne. Ce phénomène de manque de quelques lettres ou d’une partie des inscriptions sur les fulūs est très courant, voire très caractéristique du premier monnayage musulman en cuivre en al-Andalus. On ne sait pas s’il s’agit pour ce genre de cas d’un simple effet d’usure suite à une circulation intense9 ou bien le résultat d’une déficience technique suite à l’utilisation de petits flans ne pouvant recevoir la totalité des inscriptions des coins. Du point de vue pondéral, l’exemplaire qui se rapproche le plus de ce fals dans le classement de Frochoso est le no 22 de Polares (5,23/17,9/2,8)10.

  • 11 Ibid., p. 57.

10La deuxième pièce (Fig. 2), également un fals, date de la période des émirs et fait partie plus exactement des types qu’on attribue à ‘ Abd al-Rahmān II (206-238 H)11.

11A/ Dans le champ

12Il n’y a de Dieu qu’Allāh… (Seul Il n’a pas d’associé)

13R/ Dans le champ

Image

14Muhammad est l’envoyé de Dieu

151, 6 g/18 mm/1 mm/5 °

16Frochoso : Groupe I.2/M

Image

Fig. 2

17Contrairement à la première pièce, ce fals est d’une allure plus évoluée avec un flan moins épais. L’écriture est aussi moins grossière et les inscriptions s’insèrent bien dans l’espace du flan. On est bien à une époque où les techniques de frappe ont apparemment évolué, certainement sous l’influence de la mise en place d’une administration locale mieux organisée avec l’établissement de l’émirat. Pour ce qui est du contenu des légendes, il n’a pas changé : on trouve toujours la Shahāda mais cette fois ci répartie en trois lignes sur les deux faces et prolongée sur le Droit de Waḥdahu lā šarīka lahu (Seul Il n’a pas d’associé).

  • 12 C. Doménech Belda, « Los estudios de circulación monetaria en la numismática andalusí : El caso de (...)
  • 13 Ibid, pp. 58-59.

18En dépit du fait que ces deux pièces ont été trouvées en surface et hors contexte stratigraphique, elles sont intéressantes par les périodes historiques auxquelles elles renvoient ainsi que par le lieu de leur découverte. Ce sont des monnaies qui représentent deux périodes importantes de la présence musulmane en Espagne. La présence de monnaies remontant aux périodes des gouverneurs et de l’émirat indépendant dans la région de Valence est aussi très intéressante quand on prend en considération la rareté des trouvailles appartenant à ces périodes dans cette région. L’étude de C. Doménech Belda a bien fait ressortir à partir de son inventaire des trouvailles monétaires en al-Andalus la concentration de ces dernières en Andalousie et dans la région murcienne12. Les quelques découvertes qui ont été faites à Valence concernant les premières périodes sont rares et sont presque limitées au monnayage d’argent13.

  • 14 Il s’agit notamment de l’avis de E. Manzano Moreno, Conquistadores, emires y califas. Los Omeyas y (...)
  • 15 M. Parvérie, « Corpus des monnaies arabo-musulmanes des VIIIe et IXe siècles découvertes dans le S (...)

19Il importe de rappeler en fin la particularité des frappes en cuivre/bronze, appelées fulūs, dans la numismatique andalouse et leur intérêt historique particulier. L’abondance de ce type de frappe est d’abord un fait très marquant du premier monnayage d’al-Andalus, abondance que certains chercheurs tendent d’expliquer par une probable utilisation des fulūs, conjointement avec les dirhams importés d’Orient, pour la paie des troupes participant dans la conquête d’al-Andalus (notamment durant les premiers temps de la conquête)14. Le Sud de la France, malgré la brièveté du passage des musulmans dans la région, semble présenter, d’après un recensement récent des découvertes monétaires arabo-musulmanes, un schéma semblable à celui d’al-Andalus avec une abondance des fulūs de la période des gouverneurs et un nombre non négligeable de dirhams orientaux (frappés dans des ateliers comme Wāsiṭ, al-Kūfa et Isṭakhr)15.

  • 16 R. Frochoso Sánchez, Los Feluses de al-Andalus, Numismatica Cordoba, Madrid, 2001.
  • 17 Pour une présentation des dernières publications concernant la question voir notamment Fátima Mart (...)

20A cause de l’absence la plupart du temps de l’année de frappe, et dans plusieurs cas du nom de l’atelier, ces émissions de fulūs ont été et restent encore parmi les séries les plus difficiles à étudier et à classer dans la numismatique de l’Espagne musulmane. Depuis l’étude de Rafael Frochoso en 2001 sur les Fulūs d’al-Andalus16, étude qui a constitué une première tentative pour aborder les problèmes délicats d’attribution des fulūs en proposant une classification raisonnée de ces séries, on remarque le début d’un renouveau d’intérêt de la part à la fois des historiens et des archéologues concernant la production et la fonction de cette catégorie d’émissions monétaires musulmanes en al-Andalus comme au Sud de la France17.

Notes

1 Je remercie M. P. Guichard de m’avoir confié ces pièces, qui lui ont été transmises par M. Norberto Mesado, pour les étudier ; mes remerciements vont également à M. A. Canto de m’avoir accueilli dans son laboratoire durant la période de leur étude.

2 P. Guichard, Les Musulmans de Valence et la Reconquête (XIe-XIIIe siècles), Institut Français de Damas, Damas, 1990, t. 1, p. 31.

3 A. Bazzana et P. Guichard, « Un important site refuge du Haut Moyen Âge dans la région valencienne, le despoblado du Monte Mollet (Villafames, Castellón) », Mélanges de la Casa de Velázquez, XIV, 1978, pp. 485-500.

4 Cette possible localisation du site est proposée par les auteurs des Châteaux ruraux d’al-Andalus (A. Bazzana, P. Cressier, P. Guichard, Les châteaux ruraux d’al-Andalus. Histoire et archéologie des Husūn du Sud-est de l’Espagne, Casa de Velázquez, Madrid, 1988, p. 53) à partir de la description d’al-‘Udhrī (Fragmentos geográficos de al-Masālik’ilā Gāmi‘al-Mamālik, Madrid, 1965, pp. 19-20)

5 Il s’agit de quatre campagnes de fouilles qui ont été consacrées à ce site par le centre d’Histoire et d’Archéologie Médiévales de l’Université de Lyon II.

6 Ibid., pp. 488-490 ; voir aussi sur une autre monnaie en argent qui a été trouvée pas très loin elle aussi du même site : M. El Hadri, « Sur le monnayage du premier Hūdide Sulaymān al-Musta‘īn », Al-Qantara, XXVII, 2, 2006, pp. 447-456.

7 I. López García et al., Hallazgos Arqueológicos en el Palau de les Corts, Corts Valencianes, 1994, pp. 296-312. Voir également S. Gutiérrez Lloret, « La cerámica emiral de Madînat lyih (el Tolmo de Minateda, Hellín, Albacete). Una primera aproximación », Arqueología y Territorio Medieval, 6, 1999, pp. 71-95.

8 R. Frochoso Sánchez, Los Feluses de al-Andalus, Numismatica Cordoba, Madrid, 2001, p. 21.

9 Puisque on sait que les fulūs étaient utilisés en général dans les petits paiements quotidiens, et que par cette fonction ils étaient beaucoup plus exposés aux effets de l’usure.

10 R. Frochoso Sánchez, Los Feluses de al-Andalus, p. 21.

11 Ibid., p. 57.

12 C. Doménech Belda, « Los estudios de circulación monetaria en la numismática andalusí : El caso del país valenciano », A. Canto Garcia & V. Salvatierra Cuenca, eds, IV Jarique de Numismática Andalusí, 2000, pp. 53-79.

13 Ibid, pp. 58-59.

14 Il s’agit notamment de l’avis de E. Manzano Moreno, Conquistadores, emires y califas. Los Omeyas y la formación de al-Andalus, Madrid, 2006, pp. 65-66 et 98.

15 M. Parvérie, « Corpus des monnaies arabo-musulmanes des VIIIe et IXe siècles découvertes dans le Sud de la France », OMNI SI1, 05, 2014, pp. 79-100.

16 R. Frochoso Sánchez, Los Feluses de al-Andalus, Numismatica Cordoba, Madrid, 2001.

17 Pour une présentation des dernières publications concernant la question voir notamment Fátima Martín Escudero, « Monedas que van, monedas que vienen… circulación monetaria en época de cambios », in De MAHOMA A CARLOMAGNO. Los primeros Tiempos (Siglos VII-IX), XXXIX Semana de Estudios Medievales, Estella, 2012, pp. 311-350 ; Ph. Sénac, S. Gasc, J. Rebière et L. Savarese, « Note sur les fulûs de Narbonnaise (VIIIe siècle) », Al-Qantara, 31, 2010, p. 225-243 ; Ph. Sénac, S. Gasc, P.-Y. Melmoux et L. Savarese, « Nouveaux vestiges de la présence musulmane en Narbonnaise au VIIIe siècle », Al-Qantara, XXXV 1, 2014, p. 61-94.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search