Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Partir en croisade à la fin du Moyen Âge

 | 
Daniel Baloup
, 
Manuel Sánchez Martínez

Conclusion

Michel Balard

Texte intégral

1Les recherches sur les croisades tardives se sont considérablement développées au cours des dernières décennies. Suscitées sans doute par les travaux de Norman Housley, professeur à l’Université de Leicester, elles font aujourd’hui l’objet d’un programme européen associant l’Université de Toulouse, l’Université Paris-Est Créteil Val de Marne et l’Université Charles de Prague, qui ont organisé plusieurs colloques sur ces expéditions cherchant à entraver l’expansion des Ottomans et à défendre l’empire byzantin moribond et sa capitale, Constantinople.

2Le présent volume qui réunit les contributions d’une vingtaine de spécialistes fait partie de ce programme : il envisage toutes les formes de luttes de la Chrétienté contre les Infidèles, les divers lieux d’un conflit qui ne se limite plus au Proche-Orient, comme dans le cas des croisades « classiques » des XIe-XIIIe siècles, mais s’étend sur de vastes fronts, du Maghreb jusqu’à la Moldavie, dans toutes les régions où la Chrétienté se heurte soit aux Sarrasins, soit aux Turcs. Il faut aussi rappeler que la croisade n’est pas seulement prêchée contre les ennemis extérieurs, mais concerne aussi tous ceux, comme les Hussites, qui rejettent l’obédience de Rome, et même le roi d’Aragon accusé par la papauté d’avoir spolié Charles Ier d’Anjou de la Sicile, fief du Saint-Siège. La diversité des lieux d’intervention n’interdit pas que les problèmes d’organisation, de prédication et de financement se posent de manière quasi semblable pour tous les acteurs, princes laïcs ou ordre des Hospitaliers, qui cherchent à contenir la poussée ottomane et à répondre à l’appel pontifical.

3Quatre secteurs géographiques sont particulièrement étudiés dans ce volume : l’Occident ibérique où, malgré les succès de la Reconquista, les royaumes chrétiens se heurtent aux recrudescences de la piraterie maghrébine et cherchent à assurer la liberté de circulation dans le détroit de Gibraltar ; la péninsule balkanique, où la frontière séparant Chrétienté et Ottomans est sans cesse mouvante, marquée par des incursions turques, auxquelles cherchent à répondre des contre-attaques chrétiennes, pas toujours heureuses ; la Méditerranée orientale, où Ottomans et Mamlouks représentent des menaces permanentes pour la survie de Rhodes, pointe avancée de la Chrétienté, énergiquement défendue par les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem ; la Bohême et la Moravie où, après l’exécution de Jean Hus à Constance (1415), se donne libre cours une réaction nationale, hostile à la fois au germanisme et à l’Église, dont le système bénéficial et l’accumulation des biens sont vivement critiqués par les nobles et paysans tchèques.

4Dans la péninsule Ibérique, l’essor de la piraterie sarrasine suscite le lancement de plusieurs armadas formées par Valence et Barcelone au tout début du XIVe siècle (M. T. Ferrer). Aux attaques de la flotte de Grenade contre les côtes valenciennes répond d’abord la flotte de Roger de Lluria, avant que Barcelone et Valence décident d’unir leurs forces pour attaquer sans succès Almeria en 1309 ; puis, alliées à celles de Majorque, de Castille et du Portugal, leurs flottes se dirigent vers les côtes du Maghreb et s’emparent momentanément de Cherchell : expéditions coûteuses qui n’ont d’autre but que d’impressionner l’ennemi et de limiter ses incursions dans l’espace maritime catalan. Dans les années 1340, ce sont les menaces de la flotte du sultan Abu-l-Hassan contre le royaume de Valence qui suscitent le lancement d’une expédition très active dans la guerre du Détroit (J. Morello Baget).

5Les années 1283-1285 voient s’employer les légats pontificaux à lancer la croisade d’Aragon pour punir le roi Pierre III de sa mainmise sur la Sicile, arrachée par la révolte des « Vêpres siciliennes » au pouvoir angevin. Il s’agit cette fois d’une croisade dirigée contre un ennemi politique de la papauté, contre lequel les légats sollicitent la participation du roi de France, Philippe III le Hardi, en lui promettant, en cas de succès, l’attribution du royaume d’Aragon à l’un de ses fils. Le légat pontifical ne participe pas à l’organisation militaire de l’ost royal, mais accompagne l’armée croisée et valide les choix stratégiques qu’effectuent ses chefs (P. Montaubin).

6Les menaces les plus importantes pour la Chrétienté viennent de l’expansion ottomane dans la péninsule balkanique. Pour y faire face, Sigismond, roi de Hongrie, fait construire ou restaurer une douzaine de châteaux de frontière, décrète la levée en masse dans les zones de confins et prépare l’armée qui sera engagée dans la désastreuse bataille de Nicopolis (1396). Le recours à des compagnies privées de mercenaires se révèle indispensable (A. Barany). Près d’un siècle plus tard, Étienne le Grand, voïvode de Moldavie, considéré comme un « athlète de la Chrétienté » dans son combat contre les Ottomans, réclame des subsides à Venise et à Rome, faute desquels il menace de conclure la paix avec l’ennemi (A. Simon). Au XVIe siècle, enfin, Alphonse II d’Este, veut, par vanité personnelle, afin de s’affirmer parmi les Grands de son monde, participer à la croisade promue par l’empereur Maximilien II pour protéger Vienne : il s’agit d’une « croisade d’étoffe », faite de représentation plus que d’une véritable adhésion aux valeurs de l’entreprise (M. Provasi).

7En Méditerranée orientale, Rhodes, aux mains de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, constitue la pointe avancée de la Chrétienté face aux Ottomans mais aussi aux Mamlouks. Sous l’autorité du Grand Maître, Jean de Lastic, l’Ordre s’efforce de gérer une économie de guerre, tout en maintenant une activité commerciale portant sur le trafic des épices, et en faisant appel aux banques florentines, celles de Côme de Médicis puis des Salviati (M. E. Soldani). Au même moment, Philippe le Bon, après le Banquet du Faisan, rêve d’exploits de croisade et fait étudier des plans pour le « voyage de Turquie », prévoyant le choix des itinéraires, les moyens de transport des troupes et le logement de l’armée en campagne. Ce sont là des projets qui n’auront qu’un commencement d’exécution, avec l’envoi d’une petite flotte en mer Noire, sans grand résultat (F. Viltart).

8L’Europe centrale est entre 1415 et 1436 le théâtre de la révolte hussite, que l’accession de Sigismond à l’Empire et la décision du pape Martin V de lancer contre elle une croisade transforment en guerre entre les armées impériales et une grande partie de la société tchèque. Les légats envoyés successivement en Bohême développent une prédication dont les thèmes sont repris dans un traité d’Oswald Reinlein, le Tractatus exhortationis pro cruce signatis (P. Soukup).

9Quel que soit le lieu d’action, les problèmes d’organisation rencontrés par ces expéditions sont quasiment identiques. « Les nerfz des batailles sont les pécunes », écrivait Rabelais. Rien n’est plus vrai. La recherche de moyens financiers adéquats est au cœur de toutes les entreprises de croisade des XIVe et XVe siècles. Princes, États ou villes s’engageant dans la croisade constatent que les ressources ordinaires dont ils disposent sont notoirement insuffisantes. Il leur faut recourir à des recettes extraordinaires : taxes sur la consommation, sur le tonnage des navires, emprunts forcés gagés sur des biens princiers, et surtout négociations avec la papauté pour obtenir la levée de décimes sur les revenus ecclésiastiques (A. Barany, M. T. Ferrer). Le développement de la fiscalité pontificale au temps de la papauté d’Avignon est bien connu. Pour lever ces décimes, tout un système de collecteurs se met en place. Ceux-ci arrivent dans les diocèses, munis d’une bulle de croisade qui est placardée dans les principaux lieux de culte. Ils peuvent recevoir l’aide de bénédictins ou de dominicains, par exemple en France et en Provence (A. Le Roux), prendre appui sur l’évêque local, tenu pour responsable de la perception de la décime, ou cumuler eux-mêmes les collectes de la décime, des annates et des cens, dus à la papauté. La prédication peut aussi s’adresser à des laïcs auxquels des indulgences sont proposées en échange de leur participation à la croisade (N. Housley). Le roi de Castille obtient de la papauté une décime de trois ans pour l’aider à préparer sa flotte engagée dans la guerre du Détroit (J. Morello). Un exemple très détaillé de levée des subsides est fourni par le diocèse de Toulouse où, à la suite du concile de Latran V (1513-1517), est organisée une levée de fonds pour une croisade qui n’aura pas lieu, en raison de la mort de l’empereur Maximilien en 1519 (E. Pujeau). Les études sur les décimes montrent qu’il est plus facile pour les princes de demander un subside à leur clergé que d’obtenir de la papauté la concession d’une décime pour un an ou plusieurs années (J. Morello). Ces prélèvements sur les revenus du clergé suscitent une forte résistance des clercs, non seulement en France, mais surtout en Aragon, lorsqu’Alphonse le Magnanime recourt massivement au crédit pour financer ses quatre expéditions contre les musulmans entre 1424 et 1433 (J. Saiz).

10Il appartient souvent à la papauté qui prend l’initiative d’une croisade d’en prévoir les modalités de financement. L’affaire de l’alun de Tolfa est à cet égard exemplaire. Il est bien connu que jusqu’en 1455 les Génois avaient un quasi monopole de la distribution de l’alun, ce double sulfate d’aluminium et de potassium indispensable pour la fixation des teintures naturelles sur les tissus. Un grand commerce de l’alun s’était développé entre Phocée sur la côte micrasiatique et les Flandres, dont l’industrie drapante était la principale consommatrice du produit. La prise de Phocée par les Ottomans menaçait de ruiner l’industrie textile occidentale, lorsque de nouvelles mines furent découvertes à Tolfa dans le Patrimoine de Saint-Pierre, suscitant l’enthousiasme du pape qui voyait là une victoire remportée contre les Turcs. Pie II en 1460 institue une caisse spéciale pour la gestion des fonds pour la croisade, provenant pour l’essentiel des revenus de l’alun de Tolfa ; elle est confiée aux Médicis, puis à la suite d’une brouille entre Sixte IV et Laurent le Magnifique, aux Pazzi, les ennemis de la famille gouvernant Florence : un retournement qui pousse Laurent à développer ses relations avec le sultanat, au grand dam de la papauté (S. Guiraudet).

11L’emprunt est un autre moyen d’obtenir les fonds nécessaires à la croisade. Alphonse le Magnanime y a constamment recours : particuliers, villes, évêchés, Corts et Deputacions, communautés juives, tous sont contraints à prêter à la Trésorerie royale, en échange de rentes patrimoniales, de propriétés royales, de rentes de l’Église et de promesses de recettes futures (J. Saiz). La croisade aux derniers siècles du Moyen Âge est ainsi un puissant adjuvant à la création d’une fiscalité pérenne.

12Pour obtenir la participation personnelle ou financière des princes ou du peuple chrétien, le rôle des légats pontificaux est considérable. Jean Cholet a été ainsi le principal instigateur de la croisade d’Aragon, en obtenant le concours de l’armée royale capétienne (P. Montaubin). Au début du XVIe siècle, Raymond Perrault vient prêcher la croisade dans l’Empire et cherche à persuader Maximilien de faire la paix avec la France, condition nécessaire pour la réussite de l’entreprise (N. Housley). Dans l’Empire des années 1420, les légats se succèdent pour pousser les gens à participer à la croisade contre les Hussites et leur proposer de commuer le pèlerinage qu’ils voulaient effectuer en vœu de croisade (P. Soukup). Un certain nombre de thèmes sont mis en valeur, que les légats imposent aux prédicateurs.

13D’autres moyens sont utilisés pour inciter princes, clercs et laïcs à se préparer à la croisade. Dans l’Aragon du XIVe siècle, des conciles provinciaux sont réunis à Tarragone et à Lleida pour obtenir le versement de subsides par le clergé local (J. Morello). Pie II réunit le congrès de Mantoue (1459) pour promouvoir la croisade contre les Turcs, mais ne réussit pas à obtenir la présence de beaucoup de princes d’Occident, Frédéric III étant le seul à accepter le principe d’un envoi de 10 000 chevaliers et de 32 000 fantassins (N. Housley). La réticence des princes devant toute initiative pontificale s’accroît au cours du XVe siècle, comme vient de le montrer Benjamin Weber (Lutter contre les Turcs. Les formes nouvelles de la croisade pontificale au XVe siècle, Rome, 2013).

14Prédication et levée de subsides sont les préalables nécessaires à la réunion des troupes. Plusieurs contributions évoquent les moyens navals et terrestres que l’on s’efforce de réunir. En Aragon, Pierre le Cérémonieux fait préparer pour la guerre du Détroit une flotte de quinze galères, financée par les villes royales, les nobles, les juifs, les marchands et l’Église largement mise à contribution (J. Morello). Alphonse le Magnanime pour ses expéditions au Maghreb fait appel aux nobles et chevaliers catalans, exerce un contrôle sur les mercenaires recrutés par contrat, et conclut des accords avec des armateurs privés pour réunir l’armada indispensable (J. Saiz). Philippe le Bon, duc de Bourgogne, fait étudier l’organisation des charrois, des ponts flottants pour le franchissement des cours d’eau et la mise en œuvre de navires pour descendre le Danube ; ses plans vont même jusqu’à envisager le nombre de tentes nécessaires pour abriter l’hôtel princier (F. Viltart).

15Dans tous les projets de croisade, les effectifs annoncés paraissent disproportionnés par rapport aux moyens financiers disponibles : Frédéric III envisage avec optimisme d’aligner 10 000 chevaliers et 32 000 fantassins lors des promesses qu’il adresse au pape Pie II (N. Housley). Étienne III, voïvode de Moldavie, déclare nécessaire le recrutement de 10 000 hommes dans les demandes qu’il adresse au pape et à Venise en 1477, mais en réalité il est tributaire de subsides qui ne viendront pas, et doit se contenter des 200 000 ducats arrachés aux Turcs et provenant du butin obtenu par les troupes de Mehmet II lors de la conquête de Caffa (A. Simon). Les 4 000 hommes que s’engage à recruter Alphonse II d’Este pour la campagne de Hongrie en 1566 montrent des ambitions largement supérieures aux moyens du prince (M. Provasi). Les Hospitaliers de Rhodes, enfin, paraissent insister davantage sur les problèmes de peuplement et d’approvisionnement que sur la mise en œuvre de moyens de défense (M. E. Soldani).

16Au terme de cet ouvrage, on peut légitimement se demander si les idéaux de la croisade sont toujours d’une brûlante actualité au XVe siècle. Certes les efforts de la papauté pour promouvoir la lutte contre les Ottomans ne se relâchent pas. Les légats, la correspondance pontificale, les projets de ligues appellent constamment les puissances chrétiennes à s’unir contre l’ennemi commun. Mais les réponses des princes se font attendre et sont loin de correspondre aux ambitions affichées par la papauté. Pour beaucoup d’entre eux, la croisade n’entre pas dans leur politique, davantage portée à conforter leur État. L’étude des croisades tardives est en ce sens plus l’histoire d’un mythe prégnant dans l’inconscience des princes et des chevaliers que d’une réalité vécue par le peuple chrétien.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540