Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires et mémoires des croisades à la fin du Moyen Âge

 | 
Martin Nejedlý
, 
Jaroslav Svátek

Conclusions

Jean Richard

Texte intégral

1Me demander de tirer les conclusions de deux journées aussi remplies, aussi riches de perspectives et d’interprétations tellement variées dans un ensemble aussi vaste, c’était m’exposer à vous décevoir en vous révélant mes ignorances en bien des domaines. Aussi commencerai-je par solliciter votre indulgence.

2Le territoire que nous avons parcouru ensemble est en effet très étendu et très divers ; mais le thème qui nous a servi de guide s’est révélé fédérateur. Il avait d’ailleurs déjà prouvé à trois reprises cette vertu en montrant combien il était riche d’enseignements. Mais la diversité même de ceux-ci fait qu’il me sera difficile, en un temps raisonnable, de retenir tout ce que nous avons abordé. Je me limiterai donc à quelques réflexions sans prétendre à être complet.

3Notre thème unissant les croisades dites tardives et la mémoire que les XIVe et XVe siècles ont conservé des croisades de l’époque antérieure nous amène d’abord à nous demander en quoi ces croisades diffèrent les unes des autres. C’est là, on le sait, l’objet d’un vaste débat entre les historiens dans lequel je ne saurais entrer : la « guerre sainte », comme disent certains, est-elle identique quand elle est menée pour la libération des Lieux saints ou pour d’autres buts, en pays balte ou scandinave, en Espagne ou contre les Turcs, voire contre des chrétiens ? Le débat n’est pas nouveau : le cardinal Humbert de Romans, en 1274, notait que bien des fidèles donnaient la préférence à la crux ultramarina (la croisade menée outremer) sur la crux cismarina (celle que le pape prêchait en Europe contre les ennemis de l’Église).

4En fait les croisades tardives partagent avec celles de l’âge classique des caractères communs dont le principal est l’octroi aux participants d’une indulgence plénière. Celle-là qui à l’origine, quand Urbain II la proclama à Clermont, était celle que gagnaient les pèlerins du Saint-Sépulcre. Avec le temps, elle se caractérise de plus en plus par la reconnaissance des sacrifices que consentent les « croisés », ceux qui adoptent la croix comme insigne et qu’on a cessé d’appeler des pèlerins.

5L’objectif est variable. À Plaisance et à Clermont, Urbain II avait mis l’accent sur le secours à apporter aux Chrétiens d’Orient victimes de l’invasion turque. La prise de Jérusalem avait mis au premier plan la conservation des Lieux saints, patrimoine de la chrétienté, puis leur récupération, après 1187. Mais l’extension de la croisade vers d’autres buts apparaît dès le début du XIIIe siècle ; on veut protéger les Chrétiens des pays baltes contre les retours offensifs des païens, comme au XIVe les Chrétiens d’Orient contre les Mamelouks et les Turcs. Néanmoins l’ennemi par excellence demeure le « Sarrasin », figure semi-légendaire héritée de l’épopée, qui désignait à l’origine l’Arabe musulman. Et, lorsque la Bohême adopte la légende de Mélusine, les adversaires que combattent les descendants de celle-ci seront des Sarrasins que l’on serait bien en peine d’identifier…

6Est-ce à dire que tout « infidèle » soit un ennemi ? Ce serait oublier les multiples ententes entre princes francs et musulmans en terre d’Orient, l’accord donné par les papes au recrutement de mercenaires espagnols par les souverains d’Afrique du Nord, la présence d’autres mercenaires occidentaux dans les armées des sultans de Turquie, seljoukides et même ottomans (deux de ceux-ci participèrent ensuite à la croisade de Nicopolis…). Mais on voit en Prusse un roi croisé se donner pour objet d’amener les païens à la foi par la force des armes, ce qui est étranger à la conception de la croisade telle qu’on la vit en Orient, essentiellement tournée vers le refoulement du danger turc tout en rêvant de la Terre Sainte.

7Très diverse dans sa réalité, la croisade des XIVe et XVe siècle prolonge celle du siècle précédent, et nous l’avons envisagée sous cet aspect, celui d’une tradition qui a nourri toute une littérature, d’un grand souvenir présent dans la culture du monde des chevaliers.

8L’exploitation de cette tradition est-elle systématiquement destinée à favoriser le recrutement de croisés en vue d’une expédition à venir, comme on l’admet souvent ? L’exemple florentin est ici instructif. Florence n’avait pas joué un rôle notable dans les croisades des XIIe et XIIIe siècles. Mais, lorsque le pape Pie II lança le projet d’une expédition destinée à arrêter l’expansion turque après la chute de Constantinople, le chancelier de la République, Benedetto Accolti, composa un traité exaltant les exploits du passé dans la perspective de cette croisade destinée à « récupérer le Sépulcre du Christ et la Judée ». L’effort de Florence n’est pas allé plus loin, et on peut se demander si l’on n’y était pas plus sensible à maintenir de fructueux contacts économiques avec le monde musulman qu’à renouveler les exploits du temps passé.

9Accolti rappelait les souvenirs de ce temps. Toute une veine de la littérature a exploité les mêmes souvenirs. Telle œuvre a un caractère proprement historiographique sans négliger d’exalter les héros des croisades, et on peut regarder comme ayant inauguré ce que nous appelons l’histoire des croisades, telle que nous la concevons, l’ouvrage de Sébastien Mamerot intitulé « Les passages d’outremer faits par les Francs contre les Turcs », paru en 1474, qui reprend les auteurs antérieurs pour en faire une véritable synthèse ; mais il ne présente pas la Terre Sainte comme l’objet d’une reconquête : il l’évoque essentiellement comme un but de pèlerinage. Et cependant Charles VIII encore concevait le projet de faire du royaume de Naples le point de départ d’une croisade…

10Telle autre œuvre, espagnole celle-là, s’est attachée à l’histoire de ce que nous avions l’habitude d’appeler la Reconquista – le terme est aujourd’hui contesté – en utilisant des sources plus anciennes. Or nous apprenons que l’une de celles-ci, aujourd’hui disparue, nous révèle tout un aspect de la conquête de l’Algarve qui se révèle l’œuvre d’un maître de l’ordre de Santiago, Pelago Perez Correa, et que cet épisode nous serait autrement inconnu. L’historiographie tardive mérite donc attention.

11Elle prend donc souvent la forme de l’histoire nationale. On ne s’étonnera pas de la place qu’il convient de réserver aux historiens arméniens, tant l’histoire de la Petite-Arménie a été liée à celle des croisades qui ont joué un rôle décisif dans la naissance du royaume ; les contacts ont été étroits entre les aristocraties franque et arménienne, et nous avons une version arménienne des Lignages d’outremer, tandis qu’Haython, qui a tenu sa place dans les auteurs de projets de croisade, semble avoir utilisé l’œuvre d’Ernoul. Une place à part est à réserver à la Bohême, dont les historiens ont repris la narration de la Première Croisade, qui a traversé le pays sans épargner la communauté juive de Prague, qui n’ont pas non plus oublié la mort de tel croisé bohémien à la Seconde Croisade, ni l’aide des Premyslides aux opérations des Teutoniques, ce dont témoigne le nom donné en l’honneur de l’un d’eux à Königsberg. Mais ils nous informent aussi des faits contemporains, comme la participation de Jean l’Aveugle aux guerres de Lithuanie et son intention de s’associer à la croisade de Philippe VI, tandis que son fils Charles avait même envisagé de répondre à l’invitation de Pierre Ier de Lusignan. La croisade tient ici une place comparable à celle qu’elle tenait dans l’idéologie de la France des Valois, mais avec des traits différents.

12Dans la littérature de tradition épique, nous avons rencontré la Chanson de Saladin qui procède du cycle des chansons composées aux confins des XIIe et XIIIe siècles et qui avaient retenu parmi leurs héros ces adversaires des croisés qu’on avait admirés pour leur vaillance : un Tughtekin, devenu Huon de Tabarié, et Saladin lui-même, auquel on finit par trouver des ancêtres chrétiens et un baptême tardif, avec pour centre de leurs aventures un siège de Damas imaginaire et non la lutte entre le fondateur de la dynastie ayyoubide et les croisés au cours de laquelle il s’était affronté avec Richard Cœur de Lion. Nous sommes ici en présence d’une exaltation des vertus chevaleresques dans un contexte peut-être propre à inciter les jeunes nobles à rechercher les aventures exotiques. Mais le roman catalan de Tirant lo Blanc, qui paraît inspiré des exploits de Roger de Flor et de la compagnie catalane du début du XIVe siècle, se place davantage dans l’actualité, au temps de la défense de Constantinople et de Rhodes contre les Turcs qui est l’époque de sa rédaction.

13La grande aventure des croisades permettait aux familles qui prétendaient descendre de ceux qui s’y étaient illustrés de glorifier leurs origines, et il n’est pas besoin de rappeler comment la plume du Tasse a mis en lumière la participation des Este à la « délivrance » de Jérusalem, tandis que les ancêtres de la maison royale de Bohème se réclamaient de ces descendants de Mélusine qui auraient repoussé les assauts des Sarrasins. Les Pazzi de Florence prétendaient descendre de celui qui aurait le premier escaladé les murs de Jérusalem. C’est la peinture, ici, qui nous apporte son témoignage, en nous montrant comment certaines grandes familles vénitiennes paraissent avoir voulu redorer leur blason terni par des défaillances de tel des leurs dans la lutte contre les Turcs en faisant représenter sur les murs de leurs scuole les exploits de ceux qui s’étaient illustrés pendant les croisades. Mais un tableau dû à Piero della Francesca nous a présenté une énigme : qui sont ces trois personnages représentés au premier plan d’une scène figurant la flagellation du Christ à laquelle assistent Ponce Pilate et un homme coiffé d’un bonnet qui pourrait être le grand-prêtre des Juifs ?

14Il est un genre littéraire que nous n’avons abordé que succinctement, à propos de ces récits de voyageurs qui s’apparentent à des rapports demandés à des informateurs en vue de la préparation d’une expédition. Nous connaissons une demande de ce genre, celle qui fut adressée par Jean XXII au chevalier chypriote Pierre le Jaune, en 1323, en liaison avec une autorisation de se rendre en pèlerinage au Saint-Sépulcre. En fut-il de même pour Bertrandon de la Broquière, cet écuyer du duc de Bourgogne qui, relatant son pèlerinage, décrit avec précision les places fortes turques ou égyptiennes et fournit d’autres informations d’ordre militaire, ce qui le fit soupçonner d’espionnage ? Mais il témoigne en même temps de sa sympathie pour les Infidèles et sa curiosité évoque celle d’un Ghillebert de Lannoy qui avait même visité le Sinaï où il grava son nom sur une porte du monastère. Nous aurions pu nous attarder davantage sur ces relations qui ont été si nombreuses et qui témoignent de la persistance de la dévotion aux Lieux saints, mais où la référence aux croisades ne paraît figurer qu’épisodiquement.

15Avons-nous pleinement rempli notre programme ? Celui-ci était ambitieux ; mais nous avons exploré la plupart des chemins qu’il nous proposait. Et nous sommes tous d’accord pour féliciter les organisateurs et songer dès maintenant au nouveau volet qu’ils ouvrent devant notre recherche et qui devrait nous réunir en mars prochain, à Paris, pour envisager cette fois les projets de croisade et leurs objectifs.

16Mais il me reste un bien agréable devoir. C’est celui d’exprimer la reconnaissance de tous les participants envers ceux qui nous ont permis de vivre deux journées aussi riches qu’agréables. À l’Académie des Sciences qui nous a reçus dans des lieux aussi prestigieux et aussi confortables, dans une atmosphère à la fois détendue et chaleureuse. À l’Agence nationale de la Recherche qui a tant facilité notre rencontre. Au Centre d’études médiévales dont l’intervention a elle aussi tant apporté à notre réunion.

17Et aux organisateurs, à notre comité scientifique, à tous ceux qui ont veillé à la préparation tant matérielle qu’intellectuelle de ce colloque, au respect de notre horaire, à tous ces détails qui comptent tellement dans une réussite de ce genre. Je nommerai Pavel Soukup, Jaroslav Svátek, et tout particulièrement le Professeur Martin Nejedlý qui a été sans cesse présent pour en assurer le bon déroulement après avoir préparé minutieusement cette rencontre. Il a tenu à la placer dans un cadre francophone qui a permis bien des contacts et qui s’est révélé très vivant – et vous me permettrez de remercier particulièrement tous ceux qui ont fait l’effort de présenter leurs rapports et leurs observations en langue française. À tous, toute notre gratitude !

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540