Version classiqueVersion mobile

La noblesse et la croisade à la fin du Moyen Âge

 | 
Martin Nejedlý
, 
Jaroslav Svátek

Conclusion

Philippe Contamine

Texte intégral

  • 1 4 vol., Paris, 1997.

1À une exception près (l’exposé sur la courageuse réaction de la communauté juive d’une ville de Bohême – peut-être Prague – lors de la Première croisade, une réaction d’autant plus digne d’attention qu’elle reçut l’appui inattendu et sans doute intéressé d’un prince chrétien), les articles rassemblés dans ce volume portent sur les croisades dites tardives, y compris bien sûr les croisades hussites, vues spécifiquement sous l’angle de la participation des nobles originaires de la Chrétienté latine à ce phénomène central, quoique tout un temps négligé par l’historiographie française : il est vrai que depuis quelques années, nous n’en sommes plus. Des noms s’imposent ici, dont, bien sûr, celui d’Alphonse Dupront, auteur du monumental Mythe de croisade1. D’une manière générale, le projet reposait précisément sur le fait que même après la chute d’Acre (1291) ou après la dissolution de l’ordre du Temple (1311), la croisade, qu’elle fût cismarine ou transmarine, demeurait une réalité perceptible, dans la pratique comme dans le discours oral et écrit, persistait à hanter les esprits, et sur le fait que la noblesse, bien plus que d’autres milieux, était priée de s’investir quasi professionnellement dans ce processus. Or, non sans nuance, les communications ont vérifié la validité de ces hypothèses de travail.

2Il n’en demeure pas moins que l’effervescence sacrée, panique et populaire chère à Alphonse Dupront est très peu visible, sinon à la marge : un consensus existait pour admettre qu’il revenait aux dirigeants de la Chrétienté (le pape, l’empereur, les rois, les princes, voire les communautés urbaines) de susciter et d’encadrer les mouvements de croisade (stratégie, recrutement, financement, déroulement). C’est au sommet que devaient se prendre les décisions, quitte à ce qu’une propagande appropriée vienne les orchestrer dans l’espoir qu’elles rencontrent un large écho dans la partie « utile » de la population. D’où le rôle éminent de la diplomatie (Georges de Poděbrady et ses envoyés, en France et ailleurs, tels l’écuyer tchèque Jaroslav, l’ingénieur grenoblois Marini, l’ambassadeur Albert Kostka, en vue d’établir la paix chrétienne comme préambule indispensable à la lutte contre les Turcs et les Mamelouks). Une quarantaine d’années auparavant, le voyage d’espionnage de Guillebert de Lannoy, singulièrement suggestif, n’avait de sens que s’il servait de prélude à une expédition conjointement menée par Henry V, roi d’Angleterre et régent du royaume de France, et Philippe le Bon, duc de Bourgogne, alors dans l’éclat de son récent avènement.

3Mais cette mainmise sur les croisades des « États en genèse » avait comme contrepartie le fait que les nobles de France, au temps de Philippe IV le Bel comme au temps de Louis XI (ce dernier si peu mystique malgré son parti pris de religiosité), attendaient trop d’une impulsion venue d’en haut, le coûteux passagium outremer n’étant plus directement leur fait. C’est ce que déplorait Philippe de Mézières dans son effort pathétique en vue d’assurer le recrutement de son ordre de la Passion de Jésus-Christ : certes, il souhaitait – et obtint – maints engagements individuels, plus ou moins sincères, en France et hors de France, mais les objections et les réticences n’échappaient pas, qu’elles fussent explicites ou implicites, à cet utopiste lucide qui, à son grand regret, demeura au bout du compte un « solitaire de la croisade » (Alphonse Dupront).

4Quant à l’aventurier de haut vol qu’était le maréchal Boucicaut, bien que qualifié par son biographe de « bon champion de Jhesu Crist », il avait sans doute davantage le culte de son honneur « mondain », voire le goût du risque, cultivé quasiment pour l’amour de l’art, que le souci de la croisade, même comprise sous son aspect de défense de la Chrétienté face au rouleau compresseur ottoman. A fortiori, Borso d’Este, duc de Ferrare, tout pénétré qu’il fût des habitus culturels de la chevalerie française, peut être réputé un « faux croisé », d’autant qu’il ne se faisait pas d’illusion sur la puissance turque. À cette posture, Pie II ne pouvait rien.

5De leur côté, les quelques nobles bohémiens qu’on repère dans l’entourage de Philippe le Bon, au-delà de leurs intéressants parcours individuels (certains réussirent assez bien), n’étaient guère là pour encourager le noble duc dans ses honorables entreprises contre les infidèles. C’est précisément cette menace qui, à la fin du xve siècle, suscita la rédaction du fascinant Pèlerinage au Saint-Sépulcre par le noble tchèque Jean Hasištejnský de Lobkovice, homme de culture et d’épée – un texte où se manifestent conjointement l’appréhension du péril turc, parvenu aux portes mêmes de la Chrétienté latine, et l’attrait émotionnel persistant que représentait Jérusalem : Philippe de Mézières, pour revenir à lui, n’aurait pas renié un semblable témoignage. Rédigé très peu de temps après la levée du fameux siège de Rhodes de 1480, le récit de Guillaume Caoursin, dont la renommée et la diffusion furent remarquables à l’échelle européenne, montrait aux chrétiens qu’avec l’aide de Dieu la défaite n’avait rien d’inéluctable.

  • 2 Voir à ce sujet l’appréciation nuancée de Jacques Paviot dans son article « Noblesse et croisade à (...)
  • 3 Philippe de Commynes, Mémoires, éd. de J. Blanchard, t. I, Genève, 2007, p. 596. D’où, p. 599, la (...)
  • 4 Ibid., p. 687.

6Si l’on considère l’espace de la Chrétienté latine durant les deux derniers siècles du Moyen Âge et si l’on ne retient, par hypothèse, que les croisades contre l’islam, à la fois en expansion guerrière et maître des Lieux saints, on constate sans peine que les différents milieux nobiliaires manifestèrent un enthousiasme limité, à éclipses mais non inexistant envers cette manifestation à la fois religieuse et militaire, enracinée dans toute une tradition2. Le pèlerinage à Jérusalem venait ici au secours de la guerre sainte, et l’on conçoit sans peine que tous ces seigneurs, ces chevaliers, ces gentilshommes se rendant au Saint Sépulcre aient éprouvé humiliation et ressentiment en raison des conditions qui leur étaient faites par les Sarrasins (même chevaucher un âne leur était interdit). Mais parallèlement ils étaient à même de mesurer les difficultés de la tâche. Quant aux chefs des États chrétiens, le royaume de France en tête, ils parlaient beaucoup de croisade, mais quel était leur degré de ferveur et de sincérité ? L’exemple de Charles VIII vient ici à l’esprit. Philippe de Commynes, à la fois lucide et indulgent envers le jeune roi, fait état du sentiment des Vénitiens à ce sujet : le Très chrétien avait beau avoir écrit partout « qu’il ne vouloit en Ytallie que le royaulme [de Naples] et aller contre le Turc », sa pratique était toute différente, puisqu’il « monstroit a ceste heure de vouloir prendre tout ce qu’il pourroit en Ytallie et ne demander riens au Turc »3. Pour les Vénitiens, le roi avait « fort parlé » de la lutte contre le Turc lorsqu’il était entré en Italie, ce « qui fut une tres meschante mencion, car c’estoit mensonge et a Dieu ne peult l’on celer les pensees »4. Tel qu’il est rapporté par Commynes, le jugement est rude, mais peut-on le dire erroné ? La question demeure ouverte.

Notes

1 4 vol., Paris, 1997.

2 Voir à ce sujet l’appréciation nuancée de Jacques Paviot dans son article « Noblesse et croisade à la fin du Moyen Âge », publié dans les Cahiers de recherches médiévales, 13 (2006), La noblesse en question, sous la direction de Philippe Contamine, pp. 69–84.

3 Philippe de Commynes, Mémoires, éd. de J. Blanchard, t. I, Genève, 2007, p. 596. D’où, p. 599, la conclusion de la ligue unissant le pape, les rois des Romains et de Castille, Venise et Milan, « a trois fins : le premier pour desfendre la chestienté contre le Turc ; la seconde a la deffence d’Italie ; la tierce a la preservacion de leurs estatz ».

4 Ibid., p. 687.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search