Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La noblesse et la croisade à la fin du Moyen Âge

 | 
Martin Nejedlý
, 
Jaroslav Svátek

Guillaume Caoursin, une conscience européenne en Méditerranée

Laurent Vissière

Texte intégral

  • 1 Sur la question des croisades contre les Turcs et de leur idéologie, voir notamment : Géraud Poumar (...)

1Dans le cadre d’un volume consacré aux dernières croisades, il me semble opportun d’aborder la question de ce que l’on pourrait appeler les « croisades défensives ». Face à l’irrésistible expansion turque du xve siècle, on ne parlait plus forcément, dans les cours européennes, de reconquérir Jérusalem ou Constantinople, bien que le rêve demeurât1. À défaut de lancer de vastes expéditions outre-mer, il fallait avant tout défendre les places chrétiennes qui subsistaient en Méditerranée orientale, pour l’essentiel les îles grecques tenues par Venise, Gênes et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. De ce point de vue, l’histoire du siècle se réduit, malgré des défenses acharnées, à une longue litanie de défaites et de reculs. C’est sans doute pour cette raison qu’en 1480, l’échec d’une armée ottomane devant Rhodes, tenue par une poignée d’hommes, marqua aussi profondément les esprits.

  • 2 Le premier titre n’apparaît que dans la dédicace de Caoursin à Pierre d’Aubusson, conservée par un (...)
  • 3 Les miniatures sont attribuées au Maître du Cardinal de Bourbon ; quant au manuscrit, il aurait été (...)

2Loin de constituer une simple anecdote militaire, comme pourraient le croire les habituels contempteurs de l’« histoire-bataille », cette affaire d’une importance cruciale allait immédiatement connaître un retentissement immense à travers toute l’Europe. Les Hospitaliers, qui ne s’étaient guère fait remarquer jusque-là par des talents de propagandistes ou un goût immodéré pour les lettres, exploitèrent leur défense héroïque en envoyant partout de triomphalistes bulletins de nouvelles. Parmi cette abondante et soudaine production se distinguent les Gestorum Rhodie obsidionis Commentarii de Guillaume Caoursin, mieux connus sous le titre de Descriptio obsidionis Rhodie2. Si cette œuvre, due à la plume du vice-chancelier de l’Ordre, demeure célèbre, c’est beaucoup moins pour ses qualités littéraires que pour les miniatures somptueuses – parmi les plus belles de l’époque – qui ornent le manuscrit Latin 6067 de la BNF3. Quant au récit lui-même, une fois qu’on a noté qu’il offrait quelques détails utiles à la connaissance des événements et qu’il servait la propagande des Hospitaliers, on semble avoir tout dit… Mais c’est aller un peu vite en besogne et il est temps, à mon avis, de rendre justice à une œuvre trop négligée.

I. Les paradoxes d’une œuvre

3Avant d’étudier le discours de Caoursin, il convient de revenir sur l’histoire assez extraordinaire de son texte, son élaboration et sa diffusion.

1. Guillaume Caoursin, pour ce que l’on en sait

  • 4 Nicolas Vatin a réalisé la synthèse des notices biographiques consacrées au personnage depuis le xv (...)

4Guillaume Caoursin ne représente guère plus qu’un nom. Presque tout ce que l’on sait de lui se découvre au hasard de ses écrits, mais, disons-le d’emblée, la moisson est maigre4. Bien qu’elles ne permettent pas de brosser le portrait de l’homme, ces quelques indications éclairent tout de même le sens de son œuvre.

  • 5 Caoursin donne ses titres en tête de ses textes. Ainsi les Commentaires du siège sont de « Guillelm (...)
  • 6 En 1810, on découvrit dans la chapelle des Templiers de Douai une pierre tombale portant l’inscript (...)
  • 7 Jürgen Sarnowsky, Macht und Herrschaft im Johanniterorden des 15. Jahrhunderts. Verfassung und Verw (...)
  • 8 AOM, Reg. 387, fol. 212 vo (cité par K. M. Setton, The Papacy…, ii, n. 42, p. 360).
  • 9 Comme l’a montré N. Vatin, rien n’est bien assuré dans les débuts de Caoursin, ni son âge, ni son s (...)
  • 10 Ibid., pp. 93–94.
  • 11 Ibid., pp. 92–95.

5Le personnage se dit originaire de Douai, et ses études de droit à Paris lui valent le titre de docteur ès lois5. Sa famille était anciennement liée à l’Ordre des Hospitaliers : un autre Guillaume Caoursin, mort en 1455, fut ainsi commandeur de Montdidier6 ; un certain Adrien Caoursin, « scutifer », est cité en 14747 ; et durant le siège de 1480, l’un de ses frères, nommé « Sidrianus », combattait sur les murailles8. À partir de 1459, Guillaume, peut-être âgé d’une trentaine d’années, apparaît dans les archives de l’Ordre comme suppléant du vice-chancelier, Melchiore Bandini, avant de recevoir pleinement le titre en 1471 ; dès 1466, il sert aussi de secrétaire personnel au grand maître9. Il allait conserver ces deux charges jusqu’à sa mort, advenue en 1501. Dès le départ des Turcs, en 1480, l’Ordre le remercia de ses loyaux services en lui offrant mille florins d’or, qui lui permirent de s’acheter une maison et de se marier10. C’est ainsi que Caoursin vécut, pendant plus de quarante ans, au cœur de l’administration rhodienne : ayant accès à toutes les archives et connaissant tous les dignitaires, il se présente de fait comme un témoin et un acteur de premier plan. Car il ne se contentait pas de gratter du papier, il mena aussi, à plusieurs reprises, d’importantes missions diplomatiques – à Candie (1464,) à Rome (1466, 1470, 1485 et 1488) et à Naples (1485) – et ses talents d’orateur firent, semble-t-il, merveille11.

2. Un succès de librairie

  • 12 Le seul travail récent sur le texte latin est dû à Theresa M. Vann, « Guillaume Caoursin’s Descript (...)
  • 13 Th. Vann indique que les manuscrits de Caoursin conservés à Budapest, Würzburg et Fribourg-en-Brisg (...)

6Aux yeux de la postérité, Guillaume Caoursin ne sort véritablement de l’ombre qu’avec la publication de ses Gestorum Rhodie obsidionis Commentarii, le premier texte connu de lui. D’emblée, cet opuscule obtint un formidable succès de librairie : simultanément édité dans une dizaine de villes, en latin, il fut presque aussitôt traduit en français, en italien, en anglais, en allemand et, quelques années plus tard, en danois. Les problèmes que soulève sa tradition n’ont jamais réellement fait l’objet d’une étude, peut-être en raison même de sa difficulté12. Quelle est par exemple l’édition princeps d’un livre imprimé en même temps dans plusieurs villes ? Quel est le rapport des manuscrits aux imprimés, puisque les versions manuscrites paraissent toutes postérieures aux premiers incunables13 ? Un bref tableau de la tradition s’avère donc indispensable, avant toute réflexion sur le sens du texte.

Le texte latin

  • 14 Date indiquée par la dédicace à Pierre d’Aubusson : les calendes de septembre, soit le 1er de ce mo (...)
  • 15 Caoursin donne peu de dates, mais deux autres textes offrent une chronologie beaucoup plus précise (...)
  • 16 Aucun des manuscrits aujourd’hui conservés ne paraît correspondre à la première mouture du texte do (...)

7D’après la dédicace de l’auteur à Pierre d’Aubusson, l’œuvre fut achevée le 1er septembre 148014, soit deux semaines à peine après le départ des Turcs (18 août)15. Une rédaction certes rapide, mais pas du tout bâclée. L’œuvre se présente très modestement sous la forme d’une feuille de nouvelles, à une époque où ce genre connaissait d’ailleurs un formidable essor grâce à l’imprimerie. Comme il n’existait pas de presses dans l’île, les Hospitaliers ont dû en faire copier de nombreux exemplaires manuscrits, rapidement envoyés et diffusés sur le continent par différents canaux – celui des commanderies en premier lieu, mais aussi ceux de la papauté et de la République de Venise16.

  • 17 Description détaillée de chaque impression en annexe. En l’absence de toute édition scientifique de (...)

8Les catalogues d’incunables montrent qu’à la fin de l’année 1480 sortent au moins cinq éditions latines de la Descriptio en Italie (à Rome, Venise et Parme), et dans les pays du Nord (à Bruges et Passau) – l’édition de Passau est la seule à porter une date (13 décembre). Dans les mois qui suivent, on note encore une édition espagnole (Barcelone, 28 février 1481), une danoise (Odense, 1482), une flamande (Louvain, entre 1480 et 1483) et une seconde romaine (v. 1482). Bien que je n’aie pu examiner chacune de ces impressions, elles semblent à peu près identiques : le texte apparaît toujours de la même façon, très sec, sans prologue ni dédicace, et en général sans date ni lieu d’impression. Jusqu’en 1483, il demeure en fait une feuille d’actualité. Un caractère qu’il a perdu lors des réimpressions des années 1490-1500 : même si elle restait chargée de propagande, la Descriptio était déjà devenue la relation historique de référence qu’elle resterait jusqu’à nos jours17.

  • 18 Dans l’état actuel de mes recherches, le Lat. 6067 semble la version la plus proche du texte origin (...)

9Les manuscrits Lat. 6067 et 6068 de la BNF, qui portent les armes des chevaliers de Rhodes, appartiennent vraisemblablement à cette première vague. On date le plus beau, celui dédié au grand maître, de 1483 environ ; quant au second, également très soigné, il pourrait avoir été copié quelques années plus tard, et ne diffère pas, dans sa composition, des éditions incunables18.

Les traductions

10Parallèlement à ces premières éditions latines, fleurissent nombre de traductions, manuscrites et imprimées.

  • 19 Albert-Guillem Hauf i Valls, « Una versió valenciana quatrecentista desconeguda de la Obsidionis Rh (...)
  • 20 Jacques Calliot ou Cailliot ( ?-1498) devint commandeur des commanderies de Brabant, Liège et Haina (...)
  • 21 BNF, F. fr. 5646 ; et BL, Add. 41062. Dans son prologue, le traducteur s’excuse de son style : « Je (...)
  • 22 L’auteur cite la prise d’Otrante par les Turcs (11 août 1480), mais pas sa reconquête par les chrét (...)
  • 23 L’auteur, qui signe « Mary du Puis », n’est pas autrement connu : ce chevalier est arrivé à Rhodes (...)
  • 24 Louis XI a soutenu les chevaliers de Rhodes, et s’est officiellement réjoui de leur victoire, comme (...)
  • 25 On peut encore citer pour mémoire une traduction française manuscrite due à un certain baron de Rya (...)

11Dès 1480 ou 1481, la Descriptio fut traduite en italien et en allemand, par les éditeurs même du texte latin, à Venise et Passau. En 1483, le poète de cour John Kay en offrait une traduction anglaise à Édouard IV. Dans la péninsule Ibérique, à la même époque, le texte était adapté en catalan par Joan Esteve, dans son Liber Elegantiarum19. Dans le monde francophone, on compte une traduction et une adaptation qui datent des années 1480-1481. La première se présente comme une traduction anonyme, dédiée au très puissant Jacques Cailliot, commandeur de Brabant20. La BNF en conserve un superbe exemplaire, dont le frontispice est enluminé aux armes de France, et qui pourrait provenir des collections de Louis XI ; mais il en existe un autre manuscrit à Londres21. Un second texte, signé par un certain Merry Dupuis, et connu par deux éditions incunables, s’intitule Le siege de Rhodes… Datable de 1480 ou 148122, l’œuvre s’inspire, au moins en partie, du texte de Caoursin23. Ces deux textes n’ont pas eu de véritable postérité en France : bien que Louis XI ait porté beaucoup d’intérêt à l’Ordre de l’Hôpital et qu’il ait célébré sa victoire24, les tensions politiques qui s’annonçaient à la fin de son règne et la guerre civile qui marqua la régence des Beaujeu ne permirent pas à la France de jouer de rôle particulier en Orient dans les années 1480. Au début du xvie siècle, la Descriptio connut un dernier regain, et fut traduite en danois, ainsi qu’une nouvelle fois en allemand25.

  • 26 Sur les activités historiques de Hospitaliers avant Caoursin, se reporter aux travaux d’Anthony Lut (...)

12Dans l’ensemble, l’effort de propagande lancé en 1480 par les Hospitaliers s’avère d’autant plus remarquable qu’il s’agissait pour eux d’un coup d’essai26. Relevée par Kenneth M. Setton, une note des archives de l’Ordre montre que la décision avait été mûrement réfléchie :

  • 27 « Quia civitas Rhodi obsidebatur per Turcos et summo conatu oppugnabatur, in tanta rerum perturbaci (...)

Parce que la cité de Rhodes était assiégée par les Turcs et soumise à une épouvantable pression, dans une telle confusion et terreur, les faits ne furent pas couchés par l’écrit, mais, une fois la victoire acquise, GUILLAUME CAOURSIN, vice-chancelier des Rhodiens, en a édité l’histoire, qui fut diffusée à travers le monde par l’imprimerie ; c’est pourquoi rien n’a été consigné ici.27

13À ma connaissance, il n’existe à cette époque aucun autre exemple d’une telle propagande à l’échelle européenne. Et si ce constat mérite d’être souligné, il pose à son tour un sérieux problème, puisqu’on a l’habitude d’assimiler propagande et malhonnêteté intellectuelle. Quelle crédibilité peut-on au juste accorder à cet opuscule ?

II. L’objectivité d’un « reportage » de guerre ?

  • 28 Parmi les travaux consacrés au siège, il faut citer en premier lieu la somme de Giacomo Bosio, Dell (...)

14Le témoignage de Guillaume Caoursin n’est pas isolé ; d’autres documents comme L’Histoire journalière du siège ou les lettres envoyées au lendemain du départ des Turcs offrent des témoignages convergents, dont l’intérêt documentaire s’avère considérable28. Mais les Commentaires de Caoursin se distinguent nettement de ces textes, ne serait-ce que par le style et le ton de sa narration, très moderne, et très proche de ce que l’on appellerait aujourd’hui un reportage de guerre.

1. Tactiques ottomanes

15A priori, parler d’objectivité à propos d’un texte aussi ouvertement engagé peut sembler téméraire, mais il ne faut pas intenter de faux procès à Caoursin. Celui-ci entendait faire mesurer aux Occidentaux le péril représenté par les Turcs, et son discours n’a en fait presque rien de méprisant ou d’insultant à leur égard. Alors que ses contemporains, comme Merry Dupuis, n’hésitaient pas à les traiter de « faux chiens turcs », il se contente pour sa part d’employer un vocabulaire sobre, concis, souvent même très froid. Après tant de campagnes désastreuses, les Européens devaient clairement, aux yeux de Caoursin, apprendre à connaître la tactique et les moyens de l’ennemi. D’où un exposé très pédagogique. Dans son introduction, il rappelle brièvement les clés de l’expansion turque – espionnage, intimidation, troupes massives. L’agression de Rhodes répondait de fait à un schéma éprouvé :

    • 29 Nicolas Vatin, Rhodes et l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, Paris, 2000, pp. 25–28.
    • 30 Caoursin relate rapidement ces faits au début de son texte (Descriptio…, fol. 1). Sur les préparati (...)

    Les Ottomans commencent par exiger un tribut de leurs ennemis potentiels, qu’ils finiront par attaquer, quoi qu’il advienne. À plusieurs reprises, les Hospitaliers ont déjà consenti à quelque don exceptionnel29, mais le nouveau grand maître Pierre d’Aubusson, dès son entrée en charge, refuse catégoriquement de verser un tel tribut – ce qui suscite la réaction presque immédiate des Turcs30.

    • 31 Les opérations turques commencèrent en décembre 1479, mais sans réel succès. Ce n’est qu’au printem (...)

    L’attaque de Rhodes débute par une démonstration de force. Les troupes turques paradent devant les murailles, dans l’espoir d’une reddition rapide31. Musulmans, les Ottomans obéissent d’ailleurs aux règles de la guerre sainte : les assiégés sont sommés de choisir entre une reddition plus ou moins acceptable et une guerre sans merci, qui s’achèvera par le massacre et l’esclavage. Pierre d’Aubusson refuse à nouveau tout compromis. De toute façon, les Turcs ont la réputation de ne jamais tenir leur parole.

    • 32 Après l’échec du premier assaut, Mesîh Pacha chercha à signer un accord séparé avec la population c (...)

    Le contact diplomatique n’est jamais rompu, car le siège dure et coûte cher à l’assaillant. À plusieurs reprises, des émissaires ottomans promettent des conditions honorables en cas de capitulation, et d’abominables supplices en cas de refus. Pour rendre leur argumentation plus « piquante », les Turcs empalent quelques prisonniers ; peu avant l’ultime assaut, ils taillent encore ostensiblement des milliers de pals pour les futurs vaincus. Pierre d’Aubusson, du tac au tac, fait empaler de son côté quelques Turcs32 … La politique d’intimidation semble avoir, en fin de compte, galvanisé les défenseurs.

2. L’artillerie, reine des batailles

  • 33 Descriptio…, fol. 4 ro. En l’absence de données chiffrées dans les sources ottomanes, on en reste r (...)

16Caoursin insiste également sur le rôle essentiel que joue désormais l’artillerie à poudre dans un siège. L’armée ottomane aurait disposé, selon lui, de cent mille hommes33, mais ceux-ci ne pouvaient rien face à des fortifications modernisées. Ils ne se lanceraient à l’assaut des murailles qu’après une longue préparation d’artillerie. Rien de chevaleresque dans le combat qui commença alors.

  • 34 D’entrée de jeu, les Turcs mirent en batterie trois canons (« tres ingentes machinas ») contre la t (...)
  • 35 Date donnée par l’Histoire journalière et les Lectres escriptes de Rodez…
  • 36 D’après Caoursin, le tonnerre du bombardement s’entendait jusqu’à l’île lointaine du Château-Rouge, (...)
  • 37 Sur les fortifications de Rhodes, l’ouvrage de référence demeure celui d’Albert Gabriel, La cité de (...)
  • 38 Descriptio…, ff. 4 ro-5 vo et 7 ro-9 ro. On a retenu pour les dates des deux assauts, celles de l’H (...)

17Les Turcs mirent d’emblée en batterie les canons géants, que l’on avait déjà vus à l’œuvre en 1453 devant Constantinople – Caoursin parle de seize grandes bombardes et d’une multitude de bouches à feu34. À partir du 29 mai35, ils pilonnèrent la ville jour et nuit, avec l’espoir de briser non seulement ses murailles, mais aussi le moral de ses défenseurs, car les boulets de pierre tombaient absolument n’importe où36. Après avoir bien étudié les défenses de la ville, les assiégeants concentrèrent néanmoins leurs tirs sur les points qui leur semblaient les plus faibles. Le premier était la tour Saint-Nicolas, bâtie dans les années 1460 avec l’argent du duc de Bourgogne37. Il s’agissait d’une forteresse isolée au bout d’une langue de terre, qui couvrait à la fois le petit port de commerce et l’accès au grand. Elle gênait en fait les mouvements de l’armée turque. Pilonnée durant trois semaines, la tour finit par s’écrouler, mais les chevaliers s’y retranchèrent solidement. Et quand les Turcs, à deux reprises, les 9 et 18 juin, lancèrent par terre et par mer des assauts massifs, ils se firent hacher par la mitraille, y laissant des milliers de morts38.

  • 39 Ibid., ff. 8 vo-9 vo.
  • 40 Ibid., ff. 11 ro-13 vo. Caoursin donne la date du 28 juillet (« quinto Kalendas augusti », fol. 12  (...)

18D’où un radical changement de stratégie. Les Turcs installèrent leurs batteries lourdes au sud-est, face à la muraille d’Italie (la portion des remparts placée sous la garde des chevaliers italiens). Insuffisamment modernisée en 1480, celle-ci constituait la partie la plus vulnérable du dispositif de défense. Durant près d’un mois, les sapeurs turcs cherchèrent à combler les fossés, et à miner les remparts, mais ils se heurtèrent, là aussi, à une défense acharnée. Les Rhodiens creusaient des contre-mines et curaient leurs fossés pendant la nuit. Finissant par juger la situation désespérée, ils n’hésitèrent pas à raser le quartier juif qui se trouvait derrière pour édifier un gigantesque boulevard de terre39. L’assaut général fut donné le 27 juillet : vague après vague, les Turcs déferlèrent sur les murailles et s’en emparèrent. Miracle : alors qu’un combat de rue s’engageait, le grand maître et ses hommes arrivèrent à repousser l’assaillant qui, soudain, s’enfuit avec de très lourdes pertes40.

  • 41 Certains de ces canons, laissés en place par les Turcs après 1522, ont été acquis par le Musée de l (...)
  • 42 La construction d’une catapulte (« machinam versatilem quod tribuccum vocant »), longuement relatée (...)

19Ce dernier fait d’armes éminemment chevaleresque ne doit pas masquer la réalité de la guerre – un gigantesque duel d’artillerie. Les Turcs comptaient avant tout sur leur puissance de feu : le pilonnage préparait un assaut massif – ce qu’en d’autres temps, on appellera la « tactique du rouleau compresseur ». Ils en étaient d’ailleurs restés à l’ère de la bombarde géante, alors que les Hospitaliers possédaient aussi, à côté de leurs gros canons41, des pièces de calibres plus petits : aux énormes boulets de pierre qu’ils recevaient, ils semblent avoir surtout répondu par de la mitraille42.

3. La guerre de l’ombre

20La guerre se joua enfin dans l’ombre : Caoursin accorde, dans son texte, une place de choix à la ruse, à l’espionnage, à l’intox, aux missions secrètes.

  • 43 Ibid., ff. 6 vo-7 ro.
  • 44 Ibid., ff. 2 vo, 3 vo-4 ro, 5 vo-6 ro, 9 vo-10 ro. L’Histoire journalière date l’arrivée de Maître (...)

21Avant même le siège, des renégats grecs auraient croqué les fortifications de la ville. Durant les combats, de nombreux chrétiens, enrôlés de force dans les armées ottomanes, demandèrent l’asile aux chevaliers. Mais comment mesurer leur sincérité ? Pierre d’Aubusson ne faisait confiance à personne et, semble-t-il, avec raison… Un jour, par exemple, on arrêta deux renégats qui cherchaient à l’empoisonner43. Mais c’est surtout le cas de « Maître Georges » qui allait le plus impressionner les esprits. Véritable personnage de mélodrame, cet artilleur allemand, passé au service des Turcs vint se livrer aux chevaliers dès le début du siège, et se rendit vite indispensable en donnant des conseils techniques pour mieux assurer la défense, mais on découvrit bientôt qu’il n’avait d’autre but que d’ouvrir les portes à l’ennemi : rapidement jugé, il fut pendu en place publique44.

  • 45 Pie II, Mémoires d’un pape de la Renaissance, trad. française partielle de I. Cloulas et alii, Pari (...)
  • 46 Peu avant l’invasion, Pierre d’Aubusson, mû « divino instinctu », entreprit de préparer sa ville à (...)

22Bien qu’anecdotiques, ces différentes affaires révèlent avant tout une terrible psychose collective – la terreur du Turc n’était pas un vain mot. Il s’avère toutefois bien difficile de démêler après coup la part du fantasme, d’autant que les aveux étaient toujours extorqués sous la torture. Ce dont Guillaume Caoursin rend finalement le mieux compte, c’est de l’ambiance oppressante de ces trois mois de siège. S’il brosse de la guerre turque un tableau singulièrement sombre, il témoigne aussi d’une véritable Realpolitik : contre les Ottomans, il ne s’agissait pas de renouveler les erreurs de Varna ou de Nicopolis, il fallait au contraire mener une guerre moderne, qui n’avait plus grand-chose de chevaleresque. Une guerre où, comme le disait déjà le pape Pie II, « il n’y a rien à gagner »45. Et Caoursin note, comme une chose tout à fait normale, que les Hospitaliers disposaient eux aussi d’un vaste et très actif réseau d’informateurs chez les Turcs46.

III. Une conscience de l’Europe

23Guillaume Caoursin aurait sans doute eu du mal à faire passer son message politique dans une Europe qui rêvait encore d’exploits héroïques et courtois, s’il n’avait su donner à son « reportage » un véritable souffle épique. Pour enthousiasmer son public, il mit à contribution son vaste savoir livresque, mêlant harmonieusement épopées antiques et chansons de geste.

1. Le souffle épique : les héros et les traîtres

  • 47 Le traducteur français de Caoursin justifie son travail « affin d’esmouvoir et monter les couraiges (...)

24La guerre que menaient les chevaliers de Rhodes se situait bien loin de l’Occident, et il s’avérait vital pour eux de ranimer l’intérêt des princes d’Europe, plus occupés par leurs propres querelles que par celles de l’Orient. Les traducteurs de Caoursin indiquent pour la plupart cette urgence à « s’esmouvoir » pour la cause de Rhodes47. Et Caoursin lui-même a cherché le moyen de toucher les cœurs de son public potentiel, c’est-à-dire avant tout des aristocrates et des rois. Or, les Hospitaliers n’avaient pas forcément très bonne presse en Europe : l’Ordre était riche, bien possessionné en terres, et par voie de conséquence, jalousé et menacé – personne n’avait oublié le triste sort des Templiers. Il fallait donc prouver que les Hospitaliers incarnaient au plus haut degré l’idéal, voire la mystique chevaleresque, toujours très en vogue dans les cours d’Occident. D’où l’impression étrange qui se dégage du récit de Caoursin, à la fois si dur et si délicatement chevaleresque.

  • 48 Lat. 6067, ff. 1 ro et 3 ro.

25Une épopée digne de ce nom oppose traditionnellement des héros et des traîtres. Dédiée à Pierre d’Aubusson, l’œuvre expose bien sûr un combat manichéen, où le grand maître, « athlète de la foi catholique » et « père de la Patrie »48, se pose en champion des chrétiens. Le récit du siège permet de le présenter comme le parfait modèle du prince chevaleresque : sage et avisé, il s’impose par son autorité naturelle, mais il sait écouter les conseils, et n’hésite pas à exposer sa personne lors des combats – il prend part à la défense désespérée de la tour Saint-Nicolas et mène la contre-attaque décisive sur la muraille d’Italie, où il reçoit d’ailleurs cinq blessures. L’autre figure héroïque de la défense n’est autre que le propre frère du grand maître et son alter ego, Antoine d’Aubusson. De retour de pèlerinage, ce seigneur laïque se trouvait à Rhodes lors du siège, et il reçut le titre exceptionnel et provisoire de « capitaine » de la place. Mis à part ces deux hommes, qui rivalisent d’exploits, aucun autre chevalier ne se distingue réellement – anonymes, ils se tiennent unis sous la bannière de l’Ordre.

  • 49 Sur ce personnage : Nicoarǎ Beldiceanu et Irène Beldiceanu-Steinherr, « Un Paléologue inconnu de la (...)
  • 50 Descriptio…, ff. 1 vo-3 ro. Sur ces personnages : Franz Babinger, Mahomet II le Conquérant et son t (...)
  • 51 La réputation de ces artilleurs allemands était telle qu’on en trouvait dans chaque camp. En mai 14 (...)

26Côté turc, curieusement, se détachent un nombre plus important de figures hautes en couleur. À commencer par le chef de l’expédition : Mesîh Pacha, un membre de la famille impériale des Paléologue, converti à l’islam et passé au service de Mahomet II49. Avec lui, commence le thème du renégat, essentiel dans le texte, car les chefs, les espions et les traîtres sont tous des chrétiens renégats, grecs pour la plupart, comme Demetrios Sophianos ou Antoine Meligalo qui apparaissent au début du récit pour encourager les Turcs à la guerre et les renseigner sur les défenses chrétiennes50. Maître Georges, l’artilleur allemand, montre qu’on trouve aussi des renégats chez les Occidentaux, mais ils n’ont pas la même valeur. Autant les premiers correspondent au topos du Grec fourbe, autant le second représente ces aventuriers qui ont mis au service des Ottomans leurs compétences techniques – et ce sont eux, bien sûr, les plus dangereux51.

2. Mise en scène

27Chanter le héros et les armes, cela fleure bon la poésie. Caoursin, qui venait de vivre le siège, ne possédait aucun recul et n’avait guère les moyens de raconter, tel un nouvel Homère, à la fois ce qui se passait dans la ville et chez l’ennemi. C’est pourtant ce qu’il réussit à faire avec beaucoup d’ingéniosité.

  • 52 Descriptio…, fol. 8 vo.
  • 53 Ibid., fol. 4 ro.
  • 54 Ibid., ff. 5 ro, 8 vo et 13 ro. Comme toujours, ces estimations varient d’un texte à l’autre, mais, (...)
  • 55 « Aiunt enim, cum vexilla Domini Nostri Ihesu Christi ac Virginis Marie ac Sancti Iohannis Baptiste (...)

28Il n’avait aucun mal à mettre en avant les actions du grand maître, dont il était l’intime et qu’il suivait partout en tant que secrétaire. Les miniatures du manuscrit Lat. 6067 montrent régulièrement Pierre d’Aubusson en action, faisant par exemple réparer les murailles ou menant ses hommes au combat. Mais les lecteurs de Caoursin découvrent aussi ce qui se passait chaque jour dans le camp des Turcs, et jusque dans l’intimité de Mesîh Pacha. Après le deuxième assaut infructueux, par exemple, celui-ci se retira dans sa tente et mena deuil si grand qu’il ne parla à personne durant trois jours52 – deuil ostentatoire qui évoque celui de Priam, pleurant Hector. Pourtant, à aucun moment, Caoursin ne se présente comme un auteur de fiction, et il concilie exigences littéraires et historiques grâce à l’intervention des transfuges. Comme on l’a vu, durant les trois mois du siège, nombre de soldats enrôlés de force par les Ottomans se réfugièrent dans Rhodes, et tous n’étaient pas des espions ou des traîtres ; on captura, en outre, quelques Turcs. Dûment interrogés, transfuges et captifs chiffraient les forces de l’ennemi et livraient de précieuses indications sur ses plans de campagne, sur son moral, sur la vie du camp. Caoursin n’avance aucun chiffre qui ne provienne, précise-t-il, de ces interrogatoires. Par Maître Georges, on apprit le nombre d’hommes et de canons des Ottomans53, et par d’autres, le nombre des morts laissés par l’assaillant après chaque assaut (700 au premier, 2 500 au second, près de 3 000 au troisième) : fin août l’armée ottomane aurait dénombré en tout 9 000 morts et 15 000 blessés54. Ici réside sans doute la suprême habileté de l’écrivain : ce sont les Ottomans eux-mêmes qui non seulement avouent leurs pertes, mais encore font l’éloge des chevaliers, de leur courage et de leur foi. Car au dernier assaut, il se passa quelque chose d’incompréhensible : maîtres de la muraille, les Turcs, bien supérieurs en nombre, furent pourtant repoussés et vaincus. Le courage des chevaliers n’explique pas tout, et l’on apprend par la bouche de captifs qu’un grand miracle a eu lieu : alors que le grand maître faisait brandir la bannière de l’Ordre sur les murailles, les assaillants virent soudain dans le ciel une « croix d’or », et surtout une vierge éclatante de blancheur tenant un bouclier et une lance, accompagnée d’un homme vêtu grossièrement, au milieu d’une troupe splendide55. Un lecteur chrétien aura reconnu immédiatement Jean-Baptiste, et vu dans la scène une réédition du Pont Milvius. Le miracle, visible aux seuls ennemis de la Foi, n’en apparaît en tout cas que plus étincelant.

3. La croisée des chemins

  • 56 Caoursin présente à plusieurs reprises l’union sacrée des Grecs et des Latins sur les murailles de (...)
  • 57 « Sumus enim unanimes, nec discrimen est inter Latinum et Grecum : Christum enim colimus una fide e (...)

29Le miracle couronne un récit dans l’ensemble peu religieux : il justifie a posteriori le combat des chevaliers, et prouve que la foi chrétienne transcende les divisions politiques et religieuses de la Chrétienté. En effet, sur les murailles de Rhodes combattaient des hommes venus des quatre coins de l’Europe occidentale, mais également des Grecs orthodoxes, et jamais traités de schismatiques. Les communautés vivaient en bonne intelligence, et Caoursin ne manque jamais de le rappeler56, surtout lorsque Mesîh Pacha exhorta la population grecque à abandonner la cause des chevaliers, et qu’il la trouva ferme et loyale dans sa volonté de résister57.

  • 58 Th. Vann a bien mis en valeur la culture humaniste de Caoursin et le modèle césarien de son traité (...)
  • 59 N. Vatin, Sultan Djem…, p. 93.
  • 60 Descriptio…, fol. 2 vo.
  • 61 « Tamque gigantei cadaveris sarcina prostrata jaceret » (ibid., fol. 11 vo).
  • 62 Ibid., ff. 2 ro et 11 ro. Le terme d’« Asiens » se trouve dans la traduction française anonyme (BNF (...)

30Le thème de l’unité chrétienne face à l’islam n’était certes pas une nouveauté à la fin du xve siècle, mais Caoursin sut le renouveler en puisant dans sa vaste culture humanistique58. Célèbre en Italie pour l’élégance de son latin59, il se réfère souvent à la littérature antique. Il connaît l’histoire de son île, évoque par exemple l’alliance des Rhodiens et de Rome60, mais il peut se montrer aussi plus subtil dans ses allusions : la ville, autrefois célèbre pour son Colosse, semble offrir au regard, après le bombardement turc, « les dépouilles d’un gigantesque cadavre »61. Son texte réactive ainsi de nombreux topoï antiques ; la guerre de l’Asie et de l’Europe en particulier. Certaines péripéties du siège peuvent faire songer à la Guerre de Troie, mais l’ensemble rappelle plutôt les Guerres médiques. Une poignée d’hommes défend l’Europe face aux « Asiens » (« Asiatici » dans le texte latin) – le terme est important, car on ne parle plus de Turcs. Les Asiens sont innombrables, mais également mous et efféminés62. Caoursin n’insiste guère en revanche sur le thème de la cruauté, car les chevaliers ne craignent pas d’empaler leurs propres prisonniers (voir supra).

  • 63 D’emblée Caoursin évoque la lutte contre le « Turcorum tyrannum Mahumetum » (ibid., fol. 1 ro). Ni (...)
  • 64 Ibid., fol. 12 vo.

31On ne sait si Caoursin lisait Homère et Hérodote dans le texte, ou s’il ne les connaissait que par des adaptations latines ; en revanche, il se vantait d’être passé par les écoles parisiennes, et maîtrisait donc à coup sûr Aristote. Son texte offre ainsi une variation sur le thème du prince et du tyran : Pierre d’Aubusson, prince des Rhodiens, incarne un modèle, dont Mahomet II, « tyran des Turcs », et Mesîh Pacha, son satellite, sont les caricatures63. Il brode également sur les thèmes du « salut public » et de la « défense de la liberté », citant tour à tour les Macchabées en lutte contre les Romains et les champions de la République romaine64. En réactivant ces modèles antiques bien connus, Caoursin ne présente pas seulement Rhodes comme le « boulevard de la Chrétienté », il voit aussi dans ses habitants les défenseurs d’une culture européenne commune.

32Guillaume Caoursin rédigea ainsi un texte extrêmement ambigu, dont on ne sait s’il appartient à l’histoire ou à la littérature. Une sorte d’épopée moderne. C’était là sa force, car il pouvait atteindre un public fort large, un public d’aristocrates et de chevaliers, mais aussi de clercs et d’humanistes : ses multiples éditions, traductions et adaptations prouvent qu’il a parfaitement rempli sa fonction. Le succès que les Hospitaliers avaient remporté par les armes, Caoursin le poursuivit par la plume. On a trop tendance à présenter l’existence des chevaliers de Rhodes comme un pur anachronisme. Certes, leur idéologie de la croisade pouvait sembler, à cette époque, un peu archaïque ; mais il faut en juger par leur action. D’un point de vue militaire, leurs ingénieurs et leurs artilleurs se surpassèrent, et d’un point de vue intellectuel, l’œuvre de Caoursin montre qu’ils avaient su s’adapter aux exigences de la propagande, relayée par l’imprimerie. Bref, ces chevaliers, à l’arrière-garde d’un combat perdu en Orient, apparaissaient désormais comme l’avant-garde d’une Europe résolument moderne.

Bibliographie

Bibliographie

Claude Darcel, « Notice sur l’exposition rétrospective de Reims », Gazette des Beaux-Arts (1876), t. II, p. 96.

Jean-Pierre Reverseau et Olivier Renaudeau, Entre le glaive et la croix. Chefs-d’œuvre de l’Armurerie de Malte, catalogue de l’exposition du Musée des Invalides (octobre 2008-janvier 2009), Paris, 2008, pp. 232–235.

Annexes

Annexe I. État sommaire de la tradition

Le présent état ne prétend en aucune façon à l’exhaustivité. Il existe un très grand nombre de copies de la Descriptio… dans les bibliothèques européennes, et les catalogues n’offrent le plus souvent qu’une description très succincte des manuscrits.

I. La relation de Guillaume Caoursin

1. Manuscrits latins

Budapest, Magyar Nemzeti Múzeum, Ms. 210, ff. 173-184. De obsidioneRodi.

Freiburg im Breisgau, Universitätsbibliothek, Ms. 21, ff. 57-72 vo. Obsidionis Rhodiae urbis Descriptio (xvsiècle).

Giessen (Allemagne), Universitätbibliothek. Obsidionis Rhodiae urbis Descriptio (copie du xviiie siècle, à partir d’une édition imprimée).

Lambach (Autriche), Bibliothek des Benediktinerstiftes, Ms. 326. Obsidionis Rhodie urbis Descriptio (fragments).

Londres, BL, Arundel 388. Rhodiae urbis obsidionis anno 1480 Descriptio (fin xve siècle).

Melk (Autriche), Stiftsbibliothek, Ms. 730. Obsidionis Rhodiae urbis Descriptio (xvsiècle).

Paris, BNF, Lat. 6067. Gestorum Rhodie obsidionis Commentarii (vers 1483).

Paris, BNF, Lat. 6068, ff. 1 ro-16 ro. Turcorum obsidionis Rhodie urbis Commentarium (fin xvesiècle).

Paris, BNF, Ital. 898, ff. 3-12 ro. Rhodiae obsidionis Descriptio (texte inséré dans un recueil de documents sur l’Ordre de Malte, vers 1582).

Sienne, Biblioteca communale, K III 33. Rhodiae obsidionis Descriptio (xviesiècle).

Vatican, Biblioteca apostolica, Lat. 11 813. De obsidione Rhodi (extraits copiés au xviisiècle).

Würzburg, Universitätsbibliothek, M. ch. q. 136. Obsidionis Rhodi Descriptio (xvsiècle).

Würzburg, Universitätsbibliothek, M. ch. q. 150, ff. 279-297 vo. Hystoria insule colensis que modo Rodys vocatur… (xvsiècle).

2. Éditions latines incunables

[Venise, Erhard Ratdolt, 1480]. Obsidionis Rhodie urbis Descriptio (Gesamtkatalog 6004).

[Parme, Andreas Portilia, 1480]. Obsidionis Rhodiae urbis Descriptio (Gesamtkatalog 6005).

[Bruges, Colard Mansion, 1480]. Rhodie obsidionis Descriptio (Gesamtkatalog 6006).

[Louvain, Johann von Paderborn, 1480]. Obsidionis Rhodiae urbis Descriptio (Gesamtkatalog 600610).

Passau, [Benedikt Mayr], 13 décembre 1480. Obsidionis Rhodie urbis Descriptio (Gesamtkatalog 6007).

[Barcelone ( ?), Johan von Salzburg et Paul Hurus ( ?)], 28 fév. 1481.Rhodie obsidionis Descriptio (Gesamtkatalog 6008).

[Rome, Eucharius Silber, vers 1482]. Obsidionis Rhodie urbis Descriptio (Gesamtkatalog 6009).

Odense, Johann Snell, 1482. De obsidione et bello Rhodiano (Gesamtkatalog 6010).

Ulm, Johann Reger, 24 octobre 1496. Obsidionis Rhodie urbis Descriptio, dans Rhodiorum Historia (Gesamtkatalog 6003).

3. Traductions

Français

BNF, F. fr. 5646. Traduction anonyme dédiée à Jacques Calliot, commandeur de Brabant et de Liège, Traictié qui declare comment les Turcs mirent le siege devant Rhodes et comment ilz s’en departirent (début des années 1480).

Londres, BL, fr. transl. 41062, ff. 1-50. Autre version de cette traduction. Obsidionis Rhodie Urbis Descriptio (fin xve siècle ?).

BNF, F. fr. 19898, ff. 1-29. Traduction du baron de Ryan, dédiée à Charles de Gonzague (seconde moitié xvie siècle).

Italien

[Venise, Erhard Ratdolt, 1480]. Descriptione della obsidione della citade Rhodiana (Gesamtkatalog 6013).

Allemand

Berlin, Staatsbibliothek zu Berlin-Preußischer Kulturbesitz, Ms. germ. qu. 813. Die Belagerung von Rhodos. Traduction manuscrite anonyme.

[Passau, Benedikt Mayr, vers 1480-1481]. Die Histori von der Belegnus so der türkisch Kaiser gehabt hat vor Rhodis… (Gesamtkatalog 6011).

[Strasbourg, après 1500]. (Gesamtkatalog 6 Sp. 116a).

Strasbourg, Martin Flach, 1513. Historia von Rhodis, wie ritterlich sie sich gehalten mit dem tyrannischen Keyser Machomet uss Turckyen. Traduction de Johannes Adelphus.

Anglais

[Londres, « imprimeur du Siège de Rhodes », 1483]. The siege of the noble and invyncyble cytee of Rhodes. Traduction de John Kay (Gesamtkatalog6012).

Danois

[Odense ?], 1508. Tyrkens Tog til Rhodus. Traduction de Iod Godfred of Ghemen.

II. Autres textes sur le siège

1. Manuscrits

Coppie des lectres escriptes de Rodez le .XIII.e de septembre mil .IIIIc IIIIxx. du siege qui a esté devant Rodes par les Turcs et de la levee d’icelluy par les chevaliers dudit Rode (Paris, BNF, F. Fr. 3887, ff. 170-171).

La narracion du siege mis par le Turcq devant le noble cité de Rhoddes. « Double d’unes lettres envoyés par ung des chevaliers dudit Roddez au pays de Bourgongne », inséré dans le récit de pèlerinage de Pierre Barbatre (Pierre Tucoo-Chala et Noël Pinzuti, « Le voyage de Pierre Barbatre à Jérusalem en 1480. Édition d’un manuscrit inédit », Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, 1972-1973, pp. 75–172, aux pp. 159–162).

Histoire journalière du siège de Rhodes. Manuscrit anonyme, daté du 13 septembre 1495 (BNF, Dupuy 255).

Récit anonyme allemand (Munich, ancienne Bibliothèque royale, Ms. Latin 19 687)65.

2. Éditions incunables

Pierre d’Aubusson, De obsidione urbis Rhodiae ad Fridericum imperatorem (lettre datée du 13 septembre 1480, et probablement écrite par Caoursin). Texte connu par quatre éditions similaires.

[Cologne, Arnold ter Hoernen, vers 1480] (Gesamtkatalog 0277220N).

[Mayence, « imprimeur de la Prognosticatio », vers 1480] (Gesamtkatalog 2773).

[Nuremberg, Anton Koberger, vers 1480] (Gesamtkatalog 2774).

[Strasbourg, Heinrich Knoblochtzer, vers 1480] (Gesamtkatalog 2775).

Merry Dupuis

[Le siege de Rhodes]. Titre manuscrit : Discours du siege mis par les Turcs devant la ville de Rhodes en l’an mil quatre cens octante, estant en icelle Messire Pierre d’Aubusson, grand maistre des chevalliers dudict Rodes, par Marry du Puis. S. l. n. d. [Lyon, « imprimeur de l’Abusé en court », vers 1480-1481] (Gesamtkatalog 9097).

La [sic] Siege de Rodes, Audenarde, [Arend de Keysere, vers 1480-1481] (Gesamtkatalog 9098).

Annexe II. Inscription du tableau du siège

La marie d’Épernay conserve un tableau représentant le siège de Rhodes, sans doute peint au début des années 1480. Au bas de l’œuvre, une très longue inscription reprend quelques passages du récit de Caoursin. Ce texte, qui n’a jamais été transcrit correctement, mérite d’être donné ici :

Urbis Rhodiorum expugnande gracia Turci classe centum velorum et militum milium centum Rhodum appulerunt .X.m kall. Junii anno Domini 1480 ; strenuissimo domino Petro d’Aubusson ex illustri // familia apud Gallias orto, tunc Rhodiorum magistro, pugnatum est ingenti utriusque partis virtute diebus novem et octoginta, tandem quinto kall. Augusti Turci scalis muros conscendunt // et menia occupant. Ex quibus duo mille quingenti intra muros recepti, simul et alii mille quingenti intra munitiones occisi sunt ; fama constans est visionis miraculo territos loco cessisse. // Ayunt enim crucem in aere visam, candidissimam virginem, sanctum quoque Johannem presidio astantem. In ea obsidione occisi Turcorum octo mille, vulnerati quindecim mille.

Notes

1 Sur la question des croisades contre les Turcs et de leur idéologie, voir notamment : Géraud Poumarède, Pour en finir avec la Croisade. Mythes et réalités de la lutte contre les Turcs aux xvie et xviie siècles, Paris, 2004 ; et Giovanni Ricci, Ossessione turca. In una retrovia cristiana dell’Europa moderna, Bologne, 2002.

2 Le premier titre n’apparaît que dans la dédicace de Caoursin à Pierre d’Aubusson, conservée par un seul manuscrit (BNF, Lat. 6067, fol. 1 ro). Les autres manuscrits et les éditions imprimées ont adopté, avec quelques variantes, le second titre, sans doute moins pédant (voir l’annexe).

3 Les miniatures sont attribuées au Maître du Cardinal de Bourbon ; quant au manuscrit, il aurait été copié en 1483, sans doute pour Pierre d’Aubusson lui-même, avant de passer à un membre de la famille des Pot, seigneurs de Rhodes, dont les armes figurent au fol. 1 vo (voir François Avril et Nicole Reynaud, Les manuscrits à peintures en France, 1440-1520, Paris, 1993, pp. 270–274). Un très luxueux fac-similé du manuscrit a été récemment publié sous le titre El Sitio de Rodas, Madrid, 2006, 2 vol., avec des commentaires dus à Alfonso Garcia Leal, Juana Hidalgo Ogáyar, Hugo O’Donnel et Carlos Morenés y Mariátegui.

4 Nicolas Vatin a réalisé la synthèse des notices biographiques consacrées au personnage depuis le xviiie siècle, dans un ouvrage remarquable : Sultan Djem. Un prince ottoman dans l’Europe du xve siècle d’après deux sources contemporaines : Vâki’ât-i Sultân Cem, Œuvres de Guillaume Caoursin, Ankara, 1997, pp. 89–102.

5 Caoursin donne ses titres en tête de ses textes. Ainsi les Commentaires du siège sont de « Guillelmi Caoursin Galli Belge Duacii in florentissimo Parisiorum gymnasio liberalibus disciplinis imbuti » (BNF, Lat. 6067, fol. 1 ro). Les archives de l’Ordre lui donnent le titre de « liberalium artium doctor (Parisiensis) » (AOM 283, fol. 161 vo, cité par Kenneth M. Setton, The Papacy and the Levant, 1204-1571, t. ii, « The Fifteenth Century », Philadelphie, 1978, note 7, p. 348).

6 En 1810, on découvrit dans la chapelle des Templiers de Douai une pierre tombale portant l’inscription suivante : « Ci gist religieuse personne frere Guillaume Caoursin, en son temps commandeur de Monddidier et de Dourges, gard et gouverneur de la command. de Hautavaines, qui trepassa l’an mil .cccclv., le. xxiv. d’aoust » (Hippolyte Duthillœul, Galerie douaisienne ou biographie des hommes remarquables de la ville de Douai, Douai, 1844, pp. 67–69).

7 Jürgen Sarnowsky, Macht und Herrschaft im Johanniterorden des 15. Jahrhunderts. Verfassung und Verwaltung der Johanniter auf Rhodos (1421-1522), Münster, 2001, p. 251.

8 AOM, Reg. 387, fol. 212 vo (cité par K. M. Setton, The Papacy…, ii, n. 42, p. 360).

9 Comme l’a montré N. Vatin, rien n’est bien assuré dans les débuts de Caoursin, ni son âge, ni son statut exact (il restait un laïc), ni la date même de son entrée en fonction (Sultan Djem…, pp. 89–92).

10 Ibid., pp. 93–94.

11 Ibid., pp. 92–95.

12 Le seul travail récent sur le texte latin est dû à Theresa M. Vann, « Guillaume Caoursin’s Descriptio obsidione [sic] Rhodiae and the archives of the Knights of Malta », dans Z. Hunyadi et J. Laslovsky (éd.), The crusades and the military orders. Expanding the frontiers of medieval latin christianity, Budapest, 2001, pp. 108–120. Cet article ne donne cependant qu’un état très lacunaire de la tradition manuscrite.

13 Th. Vann indique que les manuscrits de Caoursin conservés à Budapest, Würzburg et Fribourg-en-Brisgau ont été copiés sur des incunables. À cette liste, on peut ajouter, entre autres, le Ms. Italien 898 de la BNF, peut-être aussi le Lat. 6068, ainsi que le Ms. Arundel 388 de la British Library. Sur la question des manuscrits copiés d’après des imprimés : Cora E. Lutz, « Manuscripts copied from Printed Books », dans Essays on Manuscripts and Rare Books, Hamden, 1975, pp. 131–165, et Michael D. Reeve, « Manuscripts copied from Printed Books », dans J. B. Trapp (éd.), Manuscripts in the Fifty Years after the Invention of Printing, Londres, 1983.

14 Date indiquée par la dédicace à Pierre d’Aubusson : les calendes de septembre, soit le 1er de ce mois (Lat. 6067, fol. 3 ro).

15 Caoursin donne peu de dates, mais deux autres textes offrent une chronologie beaucoup plus précise du siège, mis par les Turcs le 24 mai 1480 et levé le 18 août suivant (Coppie des lectres escriptes de Rodez le .XIII.e de septembre mil .IIIIc IIIIxx. du siege qui a esté devant Rodes par les Turcs et de la levee d’icelluy par les chevaliers dudit Rode, BNF, F. Fr. 3887, ff. 170-171 ; Histoire journalière du siège (titre moderne), BNF, Ms. Dupuy 255, copie datée du 13 septembre 1495).

16 Aucun des manuscrits aujourd’hui conservés ne paraît correspondre à la première mouture du texte donnée aux éditeurs.

17 Description détaillée de chaque impression en annexe. En l’absence de toute édition scientifique de la Descriptio, on a pris comme texte de référence l’édition danoise de 1482, aisément consultable grâce à un fac-similé (Guillelmi Caoursin, descriptio obsidionis urbis Rhodie per Johannem Snel in Ottonia impressa anno dñi 1482 : Beretnig retning om belejringen af byen Rhodos, éd. de J. Isager, Odense, 1982). L’incunable, qui comprend quatorze feuillets, a été folioté au crayon par une main moderne ; on ne peut se servir en revanche du découpage en chapitres, propre à cette édition et, en outre, fautif dans sa numérotation.

18 Dans l’état actuel de mes recherches, le Lat. 6067 semble la version la plus proche du texte original de Caoursin.

19 Albert-Guillem Hauf i Valls, « Una versió valenciana quatrecentista desconeguda de la Obsidionis Rhodie [sic] de Guillaume Caoursin », Caplletra : Revista internacional de filologia, 1993, pp. 89–125.

20 Jacques Calliot ou Cailliot ( ?-1498) devint commandeur des commanderies de Brabant, Liège et Hainaut en 1468 ; durant trente ans, il semble avoir joui d’une autorité considérable dans ces régions ; il est qualifié de conseiller et chambellan de Maximilien dans un acte de 1493 (Émile Gachet, « Essai sur le bailliage d’Avalterre et sur les commanderies en Belgique », Comptes-rendus de la Commission royale d’Histoire, t. 15 [1849], pp. 41–42).

21 BNF, F. fr. 5646 ; et BL, Add. 41062. Dans son prologue, le traducteur s’excuse de son style : « Je me repute rude, et de rude homme procede communement rude parole », dit-il (BNF, F. fr. 5646, fol. 2 ro). Fausse modestie ? Peut-être pas : la traduction s’avère en effet truffée de contresens.

22 L’auteur cite la prise d’Otrante par les Turcs (11 août 1480), mais pas sa reconquête par les chrétiens (10 septembre 1481).

23 L’auteur, qui signe « Mary du Puis », n’est pas autrement connu : ce chevalier est arrivé à Rhodes au lendemain de la levée du siège, qu’il relate d’après une enquête personnelle ; on rétablit en général l’orthographe « Merry », mais on l’a également identifié, sans preuve, avec Aymar du Puy, grand prieur de Saint-Gilles. Très bizarrement, K. M. Setton affirme que le texte original, aujourd’hui « perdu », n’est plus connu que par ce qu’en a transcrit l’abbé de Vertot, dans son Histoire des chevaliers hospitaliers de S. Jean de Jérusalem…, parue en 1726 (K. M. Setton, The Papacy…, t. ii, p. 347, n. 3). À la suite de Setton, qui fait autorité, la plupart des historiens se lamentent sur la disparition de ce texte, que l’on peut cependant consulter à la BNF, à la Réserve des imprimés, dans deux éditions différentes (O2A-87 et O2A-87-A). C’est la première, dont Jacques Paviot m’a très obligeamment fourni une photocopie, qui sera ici mon texte de référence.

24 Louis XI a soutenu les chevaliers de Rhodes, et s’est officiellement réjoui de leur victoire, comme en témoigne une lettre circulaire, datée du 29 novembre 1480, où il demande à la ville d’Angers de fêter la levée du siège de Rhodes (Lettres de Louis XI, éd. J. Vaesen, É. Charavay et B. de Mandrot, Paris, 1883-1909, 11 vol., t. viii, pp. 318–319, no mdxlviii) ; peu avant sa mort, le roi commanda aussi un tableau destiné à Notre-Dame de Paris, et qui pourrait correspondre à celui aujourd’hui conservé au musée d’Épernay – la facture de cette œuvre est très proche du manuscrit Lat. 6067, et la légende latine qui l’accompagne résume fort bien la Descriptio (Alfred Chabaud, Une richesse artistique de la ville d’Épernay [Le siège de Rhodes par les Turcs en 1480], Épernay, 1931).

25 On peut encore citer pour mémoire une traduction française manuscrite due à un certain baron de Ryan, dédiée à Charles de Gonzague, datable au plus tôt de l’extrême fin du xvie siècle (BNF, F. Fr. 19 898, ff. 1-29). Charles, qui ne reçut qu’en 1595 les titres de duc de Nevers et de Rethel, par lesquels il est nommé dans le manuscrit, combattit notamment les Turcs en Hongrie.

26 Sur les activités historiques de Hospitaliers avant Caoursin, se reporter aux travaux d’Anthony Luttrell, en particulier : « The Hospitallers’ Early Written Records », dans J. France et W. G. Zajac (éd.), The Crusades and Their Sources. Essays Presented to Bernard Hamilton, Londres, 1998, pp. 135–154 ; « The Hospitallers’ Historical Activities (1291-1400) », dans Idem, The Hospitallers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West (1291-1440). Collected Studies, no xvii, Londres, 1978 ; et « Hospitallers’ Historical Activities (1400-1530) », dans Idem, Latin Greece, the Hospitallers and the Crusades (1291-1440), Londres, 1982, pp. 145–150.

27 « Quia civitas Rhodi obsidebatur per Turcos et summo conatu oppugnabatur, in tanta rerum perturbacione ac formidine, peracta in scriptis non sunt redacta, sed, habita victoria, historia est edita per Guillelmum Caoursin, Rhodiorum vicecancellarius, que per orbem impressorum arte est divulgata ; quapropter in hoc spacio nil est registratum » (Malte, AOM, Reg. 76, fol. 35, cité par K. M. Setton, The Papacy…, t. ii, n. 4, p. 347).

28 Parmi les travaux consacrés au siège, il faut citer en premier lieu la somme de Giacomo Bosio, Dell’istoria della sacra religione et illustrissima militia di San Giovanni Gierosolimitano, Rome, 1594-1602, 3 t. en 2 vol., t. i, pp. 314–341 ; et au xxe siècle : E. F. Mizzi, Le guerre di Rodi. Relazioni di diversi autori sui due grandi assedi di Rodi (1480-1522), Turin, 1934 ; Eric Brockman, The two sieges of Rhodes, 1480-1522, Londres, 1969 ; K. M. Setton, The Papacy…, t. ii, pp. 346–363. Il n’existe, à ma connaissance, aucun état exhaustif des sources sur le sujet. L’édition et le commentaire comparés de ces différentes sources, en cours de préparation, devraient permettre de mieux cerner l’originalité du texte de Caoursin.

29 Nicolas Vatin, Rhodes et l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, Paris, 2000, pp. 25–28.

30 Caoursin relate rapidement ces faits au début de son texte (Descriptio…, fol. 1). Sur les préparatifs de Pierre d’Aubusson, en 1479-1480 : K. M. Setton, The Papacy…, t. ii, pp. 346–348.

31 Les opérations turques commencèrent en décembre 1479, mais sans réel succès. Ce n’est qu’au printemps suivant que le général ottoman, Mesîh Pacha, débarqua à la tête d’une armée imposante à proximité de la cité de Rhodes – le 22 mai, selon Caoursin ; dans les jours qui suivirent, les cavaliers turcs vinrent escarmoucher devant la ville, pour en tester les défenses et intimider la population (Descriptio…, fol. 3).

32 Après l’échec du premier assaut, Mesîh Pacha chercha à signer un accord séparé avec la population civile, en lui promettant de l’épargner, puis à faire capituler le grand maître, en le menaçant des pires maux (Descriptio…, ff. 10 vo-11 ro) ; peu avant l’assaut final, les Turcs vouèrent aux tourments tous ceux qui ne renieraient pas leur foi (ibid., ff. 11 vo-12 ro). Les miniatures du Lat. 6067 présentent les faits d’une manière différente : lors du premier face-à-face des cavaleries turque et rhodienne, on aperçoit en arrière-plan quelques prisonniers suppliciés, qui semblent bien turcs (fol. 8 ro) ; l’ambassadeur de Mesîh Pacha est reçu par Pierre d’Aubusson au fol. 39 ro. L’Histoire journalière date du 11 juillet l’envoi de cet ambassadeur, précise que les Turcs empalèrent deux prisonniers espagnols le 17, et qu’en réponse, ce sont cinq Turcs qui furent empalés sur les murailles, le 28 (anecdote également relatée par Merry Dupuis, Le siege…, fol. 33).

33 Descriptio…, fol. 4 ro. En l’absence de données chiffrées dans les sources ottomanes, on en reste réduit aux estimations des témoins occidentaux, qui parlent en général d’une armée de cent mille hommes environ – dans sa lettre qui célèbre la victoire des chevaliers, Louis XI ne parlait que « de .lx. à .lxxx. mil des meilleurs combattants » du Turc (voir supra, note 24). Les chiffres sont naturellement sujets à discussion, d’autant qu’une telle armée comprenait aussi une foule de non-combattants. Notons toutefois que, lors du second siège de Rhodes en 1522, l’armée ottomane, nettement plus imposante, aurait totalisé deux cent mille hommes (cf. N. Vatin, « La conquête de Rhodes », dans Idem, Les Ottomans et l’Occident (xve-xvie siècles), Istanbul, 2001, pp. 31–51).

34 D’entrée de jeu, les Turcs mirent en batterie trois canons (« tres ingentes machinas ») contre la tour Saint-Nicolas (Descriptio…, fol. 3 vo) ; il y en eut huit à pilonner la muraille d’Italie (ibid., fol. 5 vo). Le fameux Maître Georges affirma par la suite que les Ottomans disposaient en tout de seize bombardes, mesurant vingt-deux palmes de longueur et pouvant envoyer des boulets de pierre de neuf et onze palmes de circonférence (ibid., fol. 4 ro). Il faut accorder à la palme une valeur moyenne de 25 cm.

35 Date donnée par l’Histoire journalière et les Lectres escriptes de Rodez…

36 D’après Caoursin, le tonnerre du bombardement s’entendait jusqu’à l’île lointaine du Château-Rouge, ou Kastellorizo, située à plus d’une centaine de kilomètres (Descriptio…, ff. 5 vo-6 ro). Pour les détails pittoresques, mieux vaut se reporter à l’Histoire journalière, qui note par exemple qu’un boulet tomba dans la salle où dînait le grand maître (4 juin), et qu’un autre brisa deux colonnes de son palais, avant d’aller rompre une barrique de vin (29 juin).

37 Sur les fortifications de Rhodes, l’ouvrage de référence demeure celui d’Albert Gabriel, La cité de Rhodes (1310-1522), 2 vol., t. i, Paris, 1921. Voir aussi : Thomas S. R. Boase, « The Arts in Frankish Greece and Rhodes », dans K. M. Setton (éd.), A History of the Crusades, Philadelphie, 1952-1989, 6 vol., t. iv, pp. 229–250 ; et Jean-Christian Poutiers, Rhodes et ses chevaliers (1306-1523) : approche historique et archéologique, Beyrouth, 1989, pp. 199–214. Sur les rapports de la Bourgogne et des Hospitaliers : Jacques Paviot, Les ducs de Bourgogne, la croisade et l’Orient (fin xive siècle-xve siècle), Paris, 2003.

38 Descriptio…, ff. 4 ro-5 vo et 7 ro-9 ro. On a retenu pour les dates des deux assauts, celles de l’Histoire journalière. Caoursin ne date que le second, mais du « terciodecimo Kalendas julii », soit le 21 juin (ibid., fol. 8 ro).

39 Ibid., ff. 8 vo-9 vo.

40 Ibid., ff. 11 ro-13 vo. Caoursin donne la date du 28 juillet (« quinto Kalendas augusti », fol. 12 ro), contredisant l’Histoire journalière et Merry Dupuis (Le siege…, fol. 38 ro).

41 Certains de ces canons, laissés en place par les Turcs après 1522, ont été acquis par le Musée de l’Armée, à Paris, où ils restent aujourd’hui exposés.

42 La construction d’une catapulte (« machinam versatilem quod tribuccum vocant »), longuement relatée par Caoursin, peut apparaître dans le contexte comme un détail quasi-folklorique (Descriptio…, fol. 9) ; l’engin devait permettre surtout d’utiliser les boulets turcs en économisant la poudre…

43 Ibid., ff. 6 vo-7 ro.

44 Ibid., ff. 2 vo, 3 vo-4 ro, 5 vo-6 ro, 9 vo-10 ro. L’Histoire journalière date l’arrivée de Maître Georges du 28 mai, et son supplice, du 15 juillet. Sur sa fin, voir aussi Merry Dupuis, Le siege…, ff. 30 vo-32 ro.

45 Pie II, Mémoires d’un pape de la Renaissance, trad. française partielle de I. Cloulas et alii, Paris, 2001, liv. iii, p. 182.

46 Peu avant l’invasion, Pierre d’Aubusson, mû « divino instinctu », entreprit de préparer sa ville à un long siège (Descriptio…, fol. 2 ro) ; mais, en fait, les nouvelles affluaient, et les Hospitaliers semblent avoir toujours été au courant de ce qui se passait chez les Turcs (ibid., fol. 3 ro, et passim).

47 Le traducteur français de Caoursin justifie son travail « affin d’esmouvoir et monter les couraiges des princes, barons, chevalliers et nobles hommes ensemble tous bons loyaulx chrestiens à soustenir et deffendre la vraye foy catholicque à l’encontre des faulx et desloyaulx Turcz machometistes […] » (BNF, F. fr. 5646, fol. 1 ro). Quant au poète John Kay, qui présente une traduction anglaise à Édouard IV, il annonce que les Turcs sont en passe de conquérir toute l’Europe et de détruire le monde chrétien (Caoursin’s Account of The Siege of Rhodes in 1480, translated into English by John Kay, the Poet-Laureate to King Edward IV, éd. de H. W. Finbcham, St. John’s Gate, 1926).

48 Lat. 6067, ff. 1 ro et 3 ro.

49 Sur ce personnage : Nicoarǎ Beldiceanu et Irène Beldiceanu-Steinherr, « Un Paléologue inconnu de la région de Serres », Byzantion, 41 (1971), pp. 5–17 (pp. 13–14) ; K. M. Setton, The Papacy…, t. ii, p. 348, n. 8.

50 Descriptio…, ff. 1 vo-3 ro. Sur ces personnages : Franz Babinger, Mahomet II le Conquérant et son temps (1432-1481). La grande peur du monde au tournant de l’histoire, Paris, 1954, pp. 483–488.

51 La réputation de ces artilleurs allemands était telle qu’on en trouvait dans chaque camp. En mai 1480, Pierre d’Aubusson, qui attirait dans l’île de nombreux mercenaires, s’était ainsi acquis les services du canonnier Johann Berger de Nordlingen (AOM, Reg. 387, fol. 163 ro, cité par K. M. Setton, The Papacy…, t. ii, p. 350).

52 Descriptio…, fol. 8 vo.

53 Ibid., fol. 4 ro.

54 Ibid., ff. 5 ro, 8 vo et 13 ro. Comme toujours, ces estimations varient d’un texte à l’autre, mais, globalement, ces chiffres s’avèrent plausibles et n’ont jamais vraiment été remis en cause. Entre un tiers et un quart de l’armée ottomane aurait donc été mis hors de combat à cette date.

55 « Aiunt enim, cum vexilla Domini Nostri Ihesu Christi ac Virginis Marie ac Sancti Iohannis Baptiste religionisque Iherosolimorum in conflictu jussu principis erecta sunt, crucem auream in aere splendissimam hostes vidisse, apparuisse insuper candidissimam virginem clypeam et hastam gestantem ac hominem vili veste obsitum, splendidissimo comitatu stipatum, presidio adesse. Que visio terrorem eis incussit, ut nullo parto progredi ausi sint » (ibid., fol. 13). Récit similaire chez Merry Dupuis, Le siege…, fol. 45 ro. À la date du 27 juillet, l’Histoire journalière mentionne, outre la croix d’or et la vierge à l’épée, deux cavaliers en armure. La communauté juive parlait aussi d’un miracle de Dieu, advenu devant sa synagogue, comme en témoigne le récit d’Obadiah de Bertinoro, de passage à Rhodes en 1487 (trad. de Joseph Shatzmiller, dans D. Régnier-Bohler [éd.], Croisades et pèlerinages. Récits, chroniques et voyages en Terre Sainte (xiie-xvie siècle), Paris, 1997, p. 1362). Du côté turc, on expliqua officiellement, mais avec quelque naïveté, le désastre par l’interdiction du pillage qu’aurait donnée Mesîh Pacha, lors de l’assaut final (F. Babinger, Mahomet II…, pp. 485–488). En fait, l’armée turque devait être totalement démoralisée par trois mois de siège infructueux, trois assauts, aussi inutiles que sanglants, et par les habituelles épidémies qui frappaient de telles masses d’hommes en campagne. Mais surtout, bien que les sources n’en parlent pas directement, elle avait dû épuiser ses provisions de poudre, ce que tend à prouver une scène advenue quarante ans plus tard : en 1520, le sultan Sélim Ier refusa en effet à ses vizirs de partir en expédition contre Rhodes, en leur disant : « En poliorcétique, le plus important des produits, c’est la poudre. Combien de mois de poudre avez-vous ? ». Quand il apprit qu’il n’y en avait que pour quatre mois, il se mit en colère et refusa de réitérer l’échec de son ancêtre (N. Vatin, « La conquête… », p. 32).

56 Caoursin présente à plusieurs reprises l’union sacrée des Grecs et des Latins sur les murailles de Rhodes (Descriptio…, ff. 8 ro, 9 ro, 10 vo-11 ro). Sur la société rhodienne, très bigarrée, voir N. Vatin, L’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, l’Empire ottoman et la Méditerranée orientale entre les deux sièges de Rhodes (1480-1522), Louvain-Paris, 1994, pp. 26–37.

57 « Sumus enim unanimes, nec discrimen est inter Latinum et Grecum : Christum enim colimus una fide et firma mente », auraient répondu les civils à l’ambassadeur ottoman (Descriptio…, fol. 11 ro).

58 Th. Vann a bien mis en valeur la culture humaniste de Caoursin et le modèle césarien de son traité (« Guillaume Caoursin’s… », pp. 112–113). Dans le sens de sa démonstration, il faut ajouter que le titre originel du texte n’était pas Descriptio, mais bien Commentarii.

59 N. Vatin, Sultan Djem…, p. 93.

60 Descriptio…, fol. 2 vo.

61 « Tamque gigantei cadaveris sarcina prostrata jaceret » (ibid., fol. 11 vo).

62 Ibid., ff. 2 ro et 11 ro. Le terme d’« Asiens » se trouve dans la traduction française anonyme (BNF, F. fr. 5646, ff. 10 ro et 39 ro). Parmi les lieux communs ethniques, on retrouve bien sûr celui du Grec rusé, ce qui est positif dans le cas des Rhodiens (Descriptio…, fol. 9 ro), et péjoratif dans celui des renégats (voir supra).

63 D’emblée Caoursin évoque la lutte contre le « Turcorum tyrannum Mahumetum » (ibid., fol. 1 ro). Ni Mahomet II ni Mesîh Pacha ne combattaient en personne, au contraire de Pierre d’Aubusson : après l’échec du deuxième assaut, celui-ci triompha à cheval dans les rues de la ville (ibid., fol. 5 ro) ; dans l’autre camp, Mesîh Pacha, dévoré par la mélancolie, pleurait les morts des assauts successifs (notamment, fol. 8 vo).

64 Ibid., fol. 12 vo.

65 Au regard des quelques extraits publiés de manière confuse, il pourrait en fait s’agir d’une traduction de la Descriptio… de Caoursin (Nicolae Iorga, Notes et extraits pour servir à l’histoire des croisades au xve siècle, sér. v [1476-1500], Bucarest, 1915, no lxxviii, pp. 64–71).

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540