Version classiqueVersion mobile

Huit ans de République en Espagne

 | 
Jean-Pierre Almaric
, 
Geneviève Dreyfus-Armand
, 
Bruno Vargas

Une république réformatrice

Réforme, rupture ou révolution : la politique militaire de Manuel Azaña (1931-1933)

Pilar Martínez-Vasseur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Los militares se hallan, con respecto a los demás ciudadanos, en una situación legal privilegiada. El privilegio que se les ha concedido – que les han concedido los demás ciudadanos, esto no debe olvidarse – es el monopolio de la fuerza física : el uso de armas. Este privilegio acarrea necesariarmente una pérdida : la de la libertad acompañada de la fuerza es libertad unilateral, puesto que es coacción, es tiranía para con los demás. La libertad política del Ejército valdría tanto como la pérdida absoluta de la libertad para el resto de la nación ; sería el pretorianismo, obligado prólogo de la anarquía1.
Ramón Pérez de Ayala

Le travail de réforme de l'armée entrepris par Manuel Azaña en tant que ministre de la Guerre de 1931 à 1933 a souvent été abordé par les historiens (et pas uniquement les historiens franquistes) avec hostilité, réprobation, et en général de façon assez négative jusque dans les années 1980, et parfois au-delà, périodes où les analyses, les critiques, les bilans d...

© Presses universitaires du Midi, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search