Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mauvais sujets dans les Amériques

 | 
Clara Duterme
, 
Marion Giraldou
, 
Abigail Mira

Seconde partie. Pluralité des représentations de figures marginalisées et puissance des mauvais sujets

Chapitre 5. « Mauvaise femme » à San José du Costa Rica, à la fin du XIXe siècle

Marion Giraldou

Texte intégral

« Être exclu n’est pas une identité, mais le résultat d’un processus. » Philippe Nasse, Exclus et exclusions : connaître les populations, comprendre les processus

Introduction

1Le Costa Rica de la fin du XIXe siècle est marqué par l’arrivée au pouvoir d’une certaine élite libérale qui cherche à affirmer sa domination sur l’ensemble de la société tout en préservant l’équilibre social nécessaire à la modernisation et au développement économique du pays. Il ne s’agit plus alors de s’imposer de façon autoritaire mais, au contraire, de diffuser et d’inculquer certaines valeurs à l’ensemble de la population afin de mettre en place une culture commune ou tout au moins un socle culturel commun. La figure du marginal en général et celle de la prostituée en particulier, représentent alors l’image même de ce que les valeurs dominantes dans la société rejettent. Les multiples réalités regroupées sous ces termes permettent de consolider le système de contrôle social tout en participant à l’entreprise d’homogénéisation culturelle mise en place par l’élite.

  • 1 Article 13 du règlement de prophylaxie vénérienne de 1894.

2Dans ce cadre, je me suis intéressée à la construction de la notion de prostitution en observant les critères qui entrent en jeu dans la stigmatisation d’une femme comme prostituée. Il est intéressant de remarquer que la loi de prophylaxie vénérienne de 1894, qui règlemente la prostitution, classe les prostituées en deux groupes : les prostituées publiques qui « commercent avec leur corps1 » et les prostituées clandestines qui parallèlement, exercent un travail officiel. Dans les deux cas, la prostitution s’apparente à un commerce sexuel avec échange d’argent. Pourtant, l’observation des représentations collectives, à travers les témoignages des individus lors de la mise en accusation de certaines femmes, démontre que ce critère n’entre quasiment jamais en compte. Législation et représentations collectives semblent alors diverger rendant impossible la définition objective de ce qu’est la prostitution. Dès lors, la catégorie « prostituée » semble davantage se fonder sur des représentations conjoncturelles de la « mauvaise femme », que sur un ensemble de traits objectifs renvoyant à un groupe particulier. Dans cette logique la prostituée apparaît comme le négatif de cette honnête femme, de cette femme idéalisée par les représentations collectives. On s’aperçoit alors que la mise en place de la notion de prostitution dépend essentiellement du contexte social dont ces femmes sont issues. Réciproquement, les réalités englobées sous cette notion permettent d’observer en filigrane les valeurs et les tabous qui règnent dans la société en question. Il s’agit alors d’étudier la construction de la notion de prostituée à travers la mise en place d’un cadre législatif rigide qui cristallise les valeurs dominantes et raffermit les conceptions populaires pour ensuite pouvoir analyser les fondements de l’assimilation entre la prostituée et la « mauvaise femme ».

I – Légiférer la prostitution

A – Une solution théorique

3À la fin du XIXe siècle, la société costaricienne s’interroge sur les formes de traitement de la prostitution. Partisans de l’abolition et de la réglementation s’opposent dans les colonnes des journaux même si ces derniers dominent nettement. La prostituée est perçue comme un être sacrifié sur l’autel des impératifs moraux. En acceptant de se corrompre, de servir de défouloir aux pulsions sexuelles masculines « incontrôlables », elle apparaît comme la protectrice de la moralité et par extension de l’ordre social. Le journal La Prensa Libre est d’ailleurs très explicite à ce sujet :

  • 2 BNCR, La Prensa Libre, Año VI, no 1582, 10-07-1894, p. 3.

Que les femmes publiques disparaissent et, l’honneur des familles sera compromis. L’homme est capable de tout pour satisfaire ses appétits charnels. Il ira surprendre le sommeil tranquille des jeunes filles.2

4Ainsi l’existence des prostituées ne peut être remise en cause du fait qu’elle protège l’honnêteté et la vertu des autres femmes. Il est toutefois nécessaire de la règlementer afin d’éviter une contagion, physique et morale, du corps social. Dans un article du journal El Diarito, on trouve d’ailleurs :

  • 3 BNCR, El Diarito, Año I, no 153, 16-06-1894, p. 3.

Les responsables de la morale publique sont appelés à porter remède au mal. L’union de l’homme et de la femme ne peut manquer et celui qui ne l’a pas chez soi, la cherchera chez les autres ; telle est la loi naturelle contre laquelle aucune loi humaine n’est possible. Ce point sera examiné attentivement et puisque, comme nous l’avons dit, il n’est pas possible d’extirper les pulsions naturelles du corps humain, l’union sexuelle sera réglementée de façon à ce qu’elle soit en accord avec la morale et l’hygiène.3

5En opposant la loi naturelle à la loi humaine, cet article reflète la domination, au Costa Rica à la fin du XIXe siècle, du courant réglementariste selon lequel les pulsions sexuelles du genre masculin étant incontrôlables, la prostitution devient inévitable certes mais doit être contrôlée.

  • 4 BNCR, La República, Año III, no 772, 06-03-1889, p. 2.

6Progressivement, le courant réglementariste va s’imposer dans l’opinion publique et les journaux, quasi-unanimement, se font le reflet d’une véritable volonté sociale de contrôler ces femmes. En mars 1889, suite à une bagarre entre deux femmes dites de « mauvaise vie », le journal La República conclut en ces termes : « […] il devient aujourd’hui nécessaire de prendre des mesures sérieuses contre ce genre de femmes ».4 Si cette remarque reste floue quant au type de mesures qui doivent être prises, elle témoigne de l’existence dans l’opinion publique d’une conception de la législation comme trop laxiste vis-à-vis d’elles. Il s’agit alors d’exiger la mise en place d’une répression efficace des prostituées, déjà perçues comme une catégorie à part, dans un objectif de protection de la morale publique.

7De plus, la préoccupation causée par la propagation des maladies vénériennes se fait de plus en plus présente. Les médecins sont nombreux à alerter les divers ministères des dangers que représentent ces maladies et les journaux n’ont de cesse de réclamer la mise en place d’une protection efficace. En juillet 1890, le médecin en chef chargé de la province de San José, écrit au ministère de bienfaisance pour lui faire part de son inquiétude :

  • 5 Les prostituées sont appelées femmes publiques. Cette appellation a fait l’objet d’une mise en rel (...)
  • 6 Le corps social (médecin, voisin, policier, journaliste etc.) demande la mise en place d’un regist (...)
  • 7 ANCR, Serie Beneficencia, 408, 03-07-1890, f. 2-2v.

[…] tous les médecins qui exercent dans cette capitale ont remarqué que la syphilis, chez les individus des deux sexes, se répand de façon alarmante, particulièrement dans cette ville ; qu’à leur avis, l’absence de surveillance des femmes publiques5 contribue à ce problème ; que sans aucun doute la manière d’arrêter quelque peu cette maladie serait la création d’un hospice de santé où les femmes infectées pourraient être soumises à la surveillance d’un médecin, obligées à suivre le traitement nécessaire en vue de leur guérison et enfin, l’inspection régulière des femmes inscrites6 en tant que publiques7.

8Ce texte met en évidence à la fois la conscience des médecins des dangers que représente la diffusion de ces affections au sein de la population mais aussi et surtout le lien qu’ils établissent entre prostitution et maladies vénériennes.

9Ainsi, avant même la mise en place de la législation, la prostituée est perçue par l’opinion publique comme une femme dangereuse mais sacrifiée qui permet d’éviter, en canalisant les supposées passions inhérentes au sexe masculin, des maux bien plus graves : les rapts, les viols, les adultères etc. Ces deux conceptions de la prostitution, présentées ici consécutivement pour des raisons pratiques, existent pourtant de façon simultanée au sein de la population. Ensemble, elles construisent une vision paradoxale de la prostituée, à la fois corruptrice et salvatrice des « bonnes mœurs ». Cette conception populaire pousse le gouvernement à mettre en place une législation répressive visant à surveiller plutôt qu’à interdire cette pratique. C’est dans ce cadre que la loi de prophylaxie vénérienne de 1894 va apparaître comme une solution aux problèmes engendrés par la prostitution.

B – Le règlement de 1894 : la prostituée, une femme dangereuse

10Dans ce contexte, l’objectif de la loi est de règlementer la pratique de la prostitution, perçue comme inévitable, afin de prévenir la propagation des maladies vénériennes et la diffusion de comportements moralement répréhensibles. Plus généralement, la situation sociopolitique du Costa Rica de la fin du XIXe, marquée essentiellement par la diffusion systématique des valeurs des élites libérales à l’ensemble du corps social, explique la volonté des autorités de protéger avant toute chose, ce qu’ils entendent par normalité. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que le nom même de la loi, « Règlement de prophylaxie vénérienne », renvoie plus directement à l’idée de prévention sanitaire qu’à celle de répression d’un groupe déterminé. Il met en effet en avant la nécessité de se protéger des infections vénériennes sans qu’il soit fait mention de la prostitution ou des prostituées. Il apparaît alors clairement que l’objet de la loi est moins la répression en soi de la prostitution que la surveillance de ses conséquences sociales – physiques et morales – néfastes. Les mémoires du ministère de la police de 1897 rappellent d’ailleurs l’importance de ce double objectif :

  • 8 ANCR, Congreso, no 3529, 1897, p. 56-57.

Il faut distinguer l’objet presque unique auquel obéit la loi de prophylaxie vénérienne, de l’action moralisante des dispositions visant à réprimer le vice de la prostitution. La première tend directement et exclusivement à éviter la contagion de maladies vénériennes, en exerçant une surveillance constante et efficace des personnes qui s’adonnent malheureusement au commerce de leur corps, exposées à des infections et, pour cette raison, puissants agents de la propagation du mal. Par contre, la seconde, très éloignée de tels résultats, a pour objectif premier la moralité sociale. Elle cherche à détourner du vice les personnes à l’aide de moyens appropriés ou à délivrer le plus grand nombre de ses victimes. De toute façon, il serait souhaitable de concilier dans la mesure du possible ces deux objectifs, car il est important de protéger la société aussi bien d’un mal physique que d’un désordre moral.8

11En explicitant clairement le double objectif sanitaire, moral et surtout physique, de la loi, ce texte nous engage à orienter l’analyse du contenu et de la signification de ce règlement, en appréhendant les aspects répressifs non comme des finalités en soi mais en tant que moyens de protéger la société. L’objectif est de codifier la pratique de la prostitution dans tous ses aspects même ceux relevant de la vie privée des femmes qui pratiquent cette activité.

  • 9 ANCR, Leyes y Decretos, 07-08-1894, p. 89-90.

12Ainsi, l’article 149 du règlement prévoit, dans son deuxième paragraphe, l’obligation pour ces femmes de prévenir de tout changement de domicile. Le troisième les contraint à consulter un médecin et à se faire soigner en cas de maladies. Enfin, le quatrième fixe leur lieu de résidence en leur interdisant de vivre près des centres éducatifs et plus encore, l’alinéa suivant leur impose de déplacer leur domicile en cas de réclamations du voisinage. Cet article démontre donc que la vie d’une femme considérée comme une prostituée ne relève plus du domaine privé mais devient une responsabilité publique. À la fin du XIXe siècle, la question de la protection de la santé publique a donc pris une telle importance qu’elle en arrive à modifier la nature de ce qui doit être considéré comme appartenant à la vie privée et au domaine public.

  • 10 Il est impossible de déterminer le nombre exact de prostituées clandestines puisque justement leur (...)

13Ainsi, en cristallisant la volonté de l’opinion publique dans un cadre législatif déterminé, les élites costariciennes de la fin du XIXe siècle enrichissent les conceptions populaires existantes et concourent à la formation des représentations collectives de la prostitution. De sorte que la participation de la législation à la mise en place des processus de marginalisation se mesure moins à l’aune de ses résultats concrets – en témoigne le nombre important de clandestines10 ou de femmes inscrites n’obéissant pas au règlement – qu’à son impact sur la construction des représentations collectives de la prostitution. Défaillant en tant que mécanisme de contrôle formel (Giraldou, 2014) faisant parti d’un système de normes établies, ce texte de loi joue un rôle important comme outil de contrôle informel participant pleinement à la construction d’une représentation négative de la prostitution. En effet, en stigmatisant certains aspects du comportement féminin comme étant inhérent au statut de prostituée, la législation cristallise l’assimilation de la notion de prostitution au commerce sexuel et à la propagation des maladies vénériennes à la prostitution. Toutefois, réciproquement, la population se réapproprie l’énoncé législatif et, sur cette base, construit sa propre représentation des femmes qui doivent être considérées comme des prostituées.

II – La prostituée, une mauvaise voisine

14La relation étroite qui lie les mécanismes de contrôles formels, au niveau des institutions, et informels, au niveau culturel, permet la mise en place d’un système de contrôle social qui va dominer la société de la ville de San José dès la fin du XIXe siècle. Cette complémentarité entre la volonté des autorités et l’action de la population qui crée la dynamique nécessaire à la répression, ne doit pas dissimuler les différences profondes qui existent entre les représentations populaires de la prostitution et le discours hygiéniste officiel.

15Le tableau ci-dessous a été réalisé à partir de 554 témoignages émanant de 97 dossiers d’instructions traitant de l’inscription ou de la demande de désinscription d’une femme accusée de prostitution. Il regroupe l’ensemble des arguments utilisés par les témoins pour justifier leur perception d’une femme en tant que prostituée ou que femme « honorable ». Il met clairement en évidence la nature des critères qui retiennent l’attention des témoins. Il permet de différencier les éléments participant de façon déterminante à la stigmatisation d’une femme comme prostituée de ceux qui ne jouent qu’un rôle secondaire au sein de la population.

  • 11 Dans la plupart des cas, les témoins s’appuient sur de multiples arguments ce qui explique que le (...)

Graphique 1 – Arguments employés par les témoins11

16On s’aperçoit alors que la notion de commerce sexuel ne revêt que peu d’importance dans la conception populaire de ce qu’est l’acte de prostitution. En effet, les résultats de l’analyse des déclarations des témoins entre 1870 et 1899, montrent que cet argument est très peu utilisé et ne participe pas à la détermination d’une femme en tant que prostituée. Ainsi, c’est dans moins de 2 % des cas étudiés que cet élément sert à étayer le témoignage d’un individu à l’encontre d’une femme.

17Dans la même logique, la notion de maladie vénérienne à l’origine de la mise en place de la répression de la prostitution par les autorités, ne semble pas entrer dans les préoccupations populaires. Seulement 0,4 % des témoins utilisent cet argument pour justifier leur assimilation d’une femme à une prostituée. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que dans tous les cas où les individus accusent une femme de se prostituer du fait qu’elle est porteuse d’une de ces maladies « honteuses », c’est avant tout pour se venger de la contamination dont ils ont été victimes. Ils démontrent ainsi le peu d’intérêt qu’ils accordent aux finalités protectrices de la loi.

18Ainsi, si ces deux éléments – commerce sexuel et maladie vénérienne – définissent légalement la notion de prostitution, ils semblent n’avoir qu’une faible importance dans la mise en place des représentations collectives de ce phénomène dans la population. Inversement, les données statistiques du graphique présenté ci-dessus mettent en évidence l’importance de facteurs révélateurs d’une certaine réalité sociale dans la détermination d’une femme comme prostituée.

  • 12 ANCR, Alcaldía 2nda de San José, no 3969, 1898, f. 42v.

19La notion de scandale, employée dans plus de 50 % des cas, est essentielle. Elle regroupe quantité de comportements, tous perçus négativement par la population : une attitude violente physiquement ou verbalement, un comportement amoral, l’irrespect des règles familiales etc. Dans plus de 10 % des cas, il s’agit de femmes alcooliques, habituées à se promener ivres dans les rues de San José. Tous ces comportements sont regroupés sous la notion de conduite scandaleuse et semblent occuper une place importante dans la détermination d’une femme comme prostituée. L’observation de certains dossiers de police confirme ce phénomène en mettant en évidence une continuelle assimilation entre la prostitution et un comportement social négativement connoté. Interrogé sur le comportement de María Mora et Zoila Sandoval, prostituées inscrites dans les registres, leur voisin Manuel Umaña Aguilar apporte un témoignage intéressant : « Ces femmes sont mes voisines et jusqu’à présent, bien qu’inscrites sur le registre de prophylaxie, elles n’ont pas, à ma connaissance, un comportement scandaleux. »12

20Il prend donc la peine de spécifier que « bien que » prostituées, elles ne provoquent pas de scandale ni par leur comportement ni dans leur propos. L’intérêt de cette déclaration est d’illustrer l’association, par défaut, de la prostitution à une attitude scandaleuse. Il existe une véritable habitude d’assimilation que l’on peut observer à travers la grande quantité de témoignages présentant la prostitution comme un aspect d’un comportement social général hors normes. Ainsi lors d’une instruction contre María Aguilar et une certaine Zúñiga, on peut lire des déclarations de témoins très explicites à ce propos. Tous déclarent en parfaite harmonie que :

  • 13 «Las Sras Zúñiga y Aguilar observan y han observado una vida escandalosa y de vagancia, nunca trab (...)

Mmes. Zúñiga et Aguilar ont mené et mènent une vie scandaleuse et paresseuse, elles ne travaillent jamais, elles n’ont pas d’occupation ni de métier honnête, elles pratiquent la prostitution publique et ont une attitude continuellement scandaleuse, donnant ainsi un mauvais exemple aux jeunes filles honnêtes. De plus, elles ne possèdent ni rentes ni biens dont elles puissent subsister.13

  • 14 «Hace 2 años poco más o menos que vive en calidad de concubinato con el Sr. Don Alberto Salazar y (...)

21La prostitution apparaît à la fois comme une conséquence – elles ne travaillent pas – et comme une cause – elles provoquent des scandales – du comportement répréhensible général de ces deux femmes. En ce sens, la prostitution est intimement liée à une conduite sociale négative. Inversement, les témoins s’appuient sur l’attitude honorable d’une femme pour la défendre lorsque celle-ci est accusée de prostitution. Ainsi, en 1894 lors de la mise en accusation de Josefa Carvajal Vargas, les arguments présentés par ses voisins démontrent l’importance de la nature du comportement social d’une femme dans sa stigmatisation en tant que prostituée : « Il y a environ 2 ans qu’elle vit en concubinage avec M. Alberto Salazar. En plus, c’est une femme très travailleuse et elle n’a pas un comportement scandaleux. C’est pourquoi, le déclarant considère qu’il ne s’agit pas d’une femme prostituée. »14

  • 15 «Trabajos adecuados a su sexo».

22Ce document met en exergue l’importance, pour une femme, d’adopter un comportement honorable qui n’offense pas l’opinion publique par une attitude trop scandaleuse. Parallèlement, il révèle les deux autres arguments qui participent majoritairement à la catégorisation d’une femme comme prostituée par la population : le travail et l’unicité des partenaires sexuels. Dans la société patriarcale qu’est le Costa Rica de la fin du XIXe, la femme n’est pas chargée de subvenir aux besoins de la famille, tâche qui incombe à l’homme. Toutefois, le célibat mais aussi la pauvreté reconnue de certains couples obligent de nombreuses femmes à participer à la survie financière du foyer. Seuls certains métiers leur sont alors accessibles : l’ensemble des professions dites domestiques (laver le linge, cuisiner, s’occuper des enfants etc.) mais aussi rouler le tabac, coudre etc. Ces métiers, souvent évoqués dans les dossiers par la périphrase révélatrice « travaux conformes à son/leur sexe »15, sont reconnus par l’ensemble de la population comme étant des travaux honorables. Dans ce cadre, avoir une activité rémunérée est alors le signe d’un comportement social correspondant aux exigences populaires. Le graphique confirme d’ailleurs, que dans plus d’un quart des cas, le facteur « travail honorable » sert à justifier le témoignage favorable d’un individu envers une femme accusée de prostitution.

  • 16 ANCR, Policía, no 12407, 1895, f. 2v.

23Enfin, ce document qui traite de la mise en accusation de Josefa Carvajal, révèle l’importance de la notion d’unicité du partenaire sexuel. C’est ce que l’on peut comprendre du graphique no 1 : dans près de 30 % des cas observés, la multiplication des amants ou des concubins joue un rôle important dans la désignation d’une femme comme prostituée. L’observation de cas particuliers démontre l’importance de cet élément. En 1895, Sinforosa Suárez est accusée de prostitution et les témoins déclarant à son encontre font valoir que : « [...] au début de cette année, Sinforosa Suárez vivait avec un homme qui était son amant. Le témoin sait qu’elle a eu précédemment d’autres amants et il a aussi connu des gamins qui étaient ses enfants à elle »16.

  • 17 Id., f. 11.

24Le témoin pointe donc du doigt la multiplication, successive certes mais tout de même moralement condamnable, des amants de Sinforosa. Parallèlement, d’autres témoins l’accusent d’entretenir diverses relations simultanément, interprétant ce comportement comme un signe de prostitution : « [...] le déclarant affirme que la Suárez reçoit différents hommes chez elle »17. Les 17 % de cas observés dans les archives et représentés dans le graphique soulignent d’ailleurs l’importance de cet argument dans les dépositions des témoins. Ainsi, la multiplication simultanée ou consécutive de partenaires sexuels mais aussi la simple admission d’hommes au sein de son foyer, apparaissent comme des facteurs déterminant dans la catégorisation d’une femme comme prostituée. Afin de mettre en valeur l’importance de ces arguments dans la mise en place des processus de marginalisation d’une femme, le graphique no 2 réunit dans la seule catégorie de « multiplication des partenaires sexuels » toutes les données relatives à ces types de comportement : de l’adultère à la réception de divers hommes dans la maison, en passant par la multiplication des concubins.

Graphique 2 – Arguments employés par les témoins (synthèse)

25Ce graphique permet ainsi d’observer que la multiplication des partenaires sexuels au sens large, est, dans plus de 50 % des cas, un élément déterminant dans la stigmatisation d’une femme comme prostituée.

26Plus généralement, l’ensemble de ces informations révèle l’importance d’un comportement hors norme dans la mise en place des processus de marginalisation. L’analyse conjointe des données statistiques et des études de cas met en évidence l’importance du comportement social de la femme dans sa catégorisation comme prostituée. Dans cette logique, l’enclenchement des processus de marginalisation est entièrement lié à la violation, volontaire ou non, des codes de bon voisinage établis tacitement dans la population. Il est d’ailleurs révélateur de ce phénomène que, dans près de 15 % des cas, le témoin renforce la dénonciation du comportement scandaleux d’une femme en soulignant sa conduite perturbatrice pour le voisinage. Il s’agit alors moins de respecter les codes établis que de paraître s’y soumettre. Ce qui importe c’est de ne pas être suspecté d’enfreindre les « codes de bon voisinage » et, encore moins, d’être vu en train d’accomplir une action allant à leur encontre. La discrétion est de rigueur. L’existence au sein de la population de perceptions équivoques d’une même réalité relevant de la vie privée, en fonction du comportement général de la femme soumise au jugement, est révélatrice de cette logique. Ainsi, dans certains cas, avoir des enfants sans être mariée est un élément entrant en jeu dans la désignation d’une femme comme prostituée, alors que dans d’autres circonstances, la population ne semble pas s’intéresser à ce facteur. En 1895, lors de la mise en accusation de Rosenda Mavisca, deux témoins viennent déposer en sa faveur, attestant de la faible importance qu’ils accordent au concubinage de Rosenda :

  • 18 ANCR, Policía, no 12485, 1895, f. 3v.

Le deuxième témoin déclare qu’il connaît Rosenda Mavisca depuis 4 ou 5 ans et qu’au cours de cette période […] il n’a jamais observé chez elle aucun signe de malhonnêteté jusqu’à ce qu’elle entre en concubinage, il y a un peu plus de 2 ans, avec Gabriel Chacón avec qui elle mène une vie honnête et sans que son comportement soit du tout scandaleux. Elle se consacre à laver et à élever une fillette qu’elle a eue avec Chacón18.

  • 19 ANCR, Policía, no 11592, 1895, f. 2v.

27Dans l’optique de ces témoins, le concubinage et la maternité illégitime de Rosenda ne représentent absolument pas une marque de marginalisation. À l’inverse, le fait de fonder une famille sans être mariée apparaît dans d’autres instructions comme un argument confirmant le caractère de prostituée d’une femme : « Il a remarqué que María, Bernarda et Mercedes Chávez ainsi que leurs mères, sèment la pagaille entre elles ; il suppose qu’elles sont des femmes publiques car elles ont fondé une famille sans être mariées. »19 Dans le cas de ces quatre femmes, les témoins dénoncent l’illégitimité de leur famille. Cet élément devient même un des critères permettant d’assimiler ces femmes à des prostituées. Ainsi, dans ces deux exemples, le comportement général des accusées étant différent, une même réalité – fonder une famille dans le cadre d’une relation de concubinage – donne lieu à deux conclusions antagonistes. Si Rosenda vit « honorablement » de son travail, « sans causer de scandale », les trois sœurs Chávez et leur mère choquent la population par leurs constantes disputes qui vont à l’encontre de ce qui est considéré comme une attitude honorable pour une femme.

28Tous ces documents permettent donc de mettre en avant la multiplicité des éléments entrant en jeu dans la construction du processus de marginalisation conduisant une femme à être stigmatisée comme une prostituée : si pour les autorités la notion de risque, autant moral que physique, occupe une place essentielle au sein de la définition de la notion de prostitution, dans la communauté, celle-ci apparaît plus comme la conséquence de la violation d’un code tacite de « bon voisinage ». Dès lors, c’est en cherchant à défendre leurs mœurs et leurs coutumes que les habitants de San José rejettent certaines femmes qui ne correspondent pas au profil idéal. L’utilisation par la population du règlement de prophylaxie vénérienne, à travers les multiples recours en justice, apparaît alors comme un moyen pour légitimer cette éviction. Ainsi, la mise en perspective de la nature et de la signification des représentations populaires de la prostitution et de la législation visant à les contrôler, atteste certes de l’existence d’influences réciproques dans la construction de ces notions, mais surtout elle met en évidence leurs différences profondes.

Conclusion

  • 20 Dans Paugam, 1996.

29J’ai essayé de mettre en évidence le rôle joué par les divers éléments qui participent à la construction de la notion de « prostituée » en tant que marginale : la mise en place d’un système normatif, la transgression de ce système et le regard porté par la société sur ce comportement. De sorte que, pris un à un, ces éléments ne déterminent pas la qualification de « marginal » d’un acte ou d’une personne. Seul le rapport entre les trois peut l’expliquer. Dès lors, l’étude des processus de marginalisation ne saurait se faire indépendamment de son contexte sociopolitique et culturel. Comme le fait remarquer Robert Castel : « Caractériser la marginalité, c’est la situer au sein de cet espace social, éloignée du foyer des valeurs dominantes, mais cependant reliée à elles puisque le marginal porte le signe inversé de la norme qu’il n’accomplit pas »20 (Castel, 1996).

30Suivant ce raisonnement, la femme accusée de prostitution ne peut être perçue autrement que comme le produit d’une conjoncture particulière qui évolue en fonction des époques et des lieux mais aussi des intérêts de chacun. Toutefois, en mettant en avant la relativité de cette notion, il ne s’agit pas de penser que la prostitution et la prostituée ne sont que des constructions sociales sans existence réelle, mais de reconnaître le rôle essentiel du contexte dans la stigmatisation d’une femme. Cette corrélation entre le contexte et les processus de marginalisation que l’on observe à travers la mise en évidence de multiples dynamiques imbriquées, explique la difficulté à poser une définition précise de la marginalité qui rende compte de la complexité du réel. C’est donc à partir de la diversité des réalités regroupées sous la dénomination de prostitution et de leur évolution permanente sous la pression de divers facteurs, que les définitions préétablies et absolutistes apparaissent dans leur chimérique simplicité. L’objectif était alors de se fonder sur l’analyse des interactions réciproques entre les comportements individuels, les structures institutionnelles et les représentations collectives, pour reconstruire une définition à partir du vécu et du ressenti des individus impliqués d’un côté ou de l’autre dans les processus de marginalisation.

Bibliographie

Bibliographie

Baby-Collin V., 2000. Marginaux et citadins. Construire une urbanité métisse en Amérique latine. Étude comparée des barrios de Caracas (Venezuela) et des villas d’El Alto de La Paz (Bolivie), Toulouse 2, Thèse de Doctorat de géographie. Castel R., 1996. « Les marginaux dans l’histoire », dans S. Paugam, L’exclusion, l’état des savoirs, Paris, La découverte, p. 34-48.

Howard B. S., 1985. Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Éd. Métailié, Col. Observation, (1963).

Giraldou M., 2014. Vierge ou putain. La prostitution au Costa Rica à la fin du XIXe siècle, Rennes, PUR, Guillaume P., 1992. Initiation à l’histoire sociale contemporaine, Paris, Éd. Nathan, Col. Histoire 128, Heller A., 1987. Sociología de la vida cotidiana, Barcelone, Éd. Península.

Nasse P., 1993. Exclus et exclusions : connaître les populations, comprendre les processus, Paris, La Documentation Française.

Revel J. (dir.), 1996. Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Hautes Études-Gallimard-Seuil.

Sources

BNCR, La Prensa Libre, Año VI, no 1582, 10-07-1894, p. 3.

BNCR, El Diarito, Año I, no 153, 16-06-1894, p. 3.

BNCR, La República, Año III, no 772, 06-03-1889, p. 2.

ANCR, Serie Beneficencia, 408, 03-07-1890, f. 2-2v.

ANCR, Congreso, no 3529, 1897, p. 56-57.

ANCR, Leyes y Decretos, 07-08-1894, p. 89-90.

ANCR, Alcaldía 2nda de San José, no 3969, 1898, f. 42v.

ANCR, Policía, no 2006, 1906, f. 17-17v

ANCR, Gobernación, no 34161, 1894, f. 4v.

ANCR, Policía, no 12407, 1895, f. 2v.

ANCR, Policía, no 12485, 1895, f. 3v.

ANCR, Policía, no 11592, 1895, f. 2v. Jenaro C., 2001. El primo, San José, EUCR, Col. Retorno, (1905). Fernández Guardia R., 1995. Magdalena, San José, EUCR, Col. Retorno (1902). González L., 2005. A ras del suelo, San José, Ed. Costa Rica (1970).

Notes

1 Article 13 du règlement de prophylaxie vénérienne de 1894.

2 BNCR, La Prensa Libre, Año VI, no 1582, 10-07-1894, p. 3.

3 BNCR, El Diarito, Año I, no 153, 16-06-1894, p. 3.

4 BNCR, La República, Año III, no 772, 06-03-1889, p. 2.

5 Les prostituées sont appelées femmes publiques. Cette appellation a fait l’objet d’une mise en relation avec la notion d’homme public (homme politique) lors de mon travail de thèse. J’en ai conclu que l’espace même est sexué : la sphère du public est réservée aux hommes alors que la femme évolue dans la sphère privée (le foyer). Sortir de ce cadre, arpenter les rues, parler aux gens, en bref entrer dans la sphère publique, éloigne la femme de l’image de la femme idéale et participe au processus de marginalisation.

6 Le corps social (médecin, voisin, policier, journaliste etc.) demande la mise en place d’un registre dans lequel les prostituées seraient inscrites, ce qui permettrait de les surveiller. La loi de prophylaxie vénérienne de 1894 met en place ces registres.

7 ANCR, Serie Beneficencia, 408, 03-07-1890, f. 2-2v.

8 ANCR, Congreso, no 3529, 1897, p. 56-57.

9 ANCR, Leyes y Decretos, 07-08-1894, p. 89-90.

10 Il est impossible de déterminer le nombre exact de prostituées clandestines puisque justement leur caractéristique est de n’être répertoriée dans aucun dossier. Toutefois, l’analyse des dossiers d’inscription des femmes considérées comme prostituées démontre qu’avant d’être inscrites, elles étaient considérées durant de longues périodes comme des femmes qui devraient être inscrites, en bref comme des clandestines.

11 Dans la plupart des cas, les témoins s’appuient sur de multiples arguments ce qui explique que le total des données enregistrées dépasse largement les cent pour cent.

12 ANCR, Alcaldía 2nda de San José, no 3969, 1898, f. 42v.

13 «Las Sras Zúñiga y Aguilar observan y han observado una vida escandalosa y de vagancia, nunca trabajan, ni se les conoce ocupación ni oficio honesto, son prostitutas públicas y continuamente escandalizan dando el mal ejemplo a las jóvenes honradas ; tampoco se les conocen rentas ni bienes de que puedan mantenerse.», ANCR, Policía, no 2006, 1906, f. 17-17v.

14 «Hace 2 años poco más o menos que vive en calidad de concubinato con el Sr. Don Alberto Salazar y que además es mujer trabajadora y no escandaliza con su conducta, por lo tanto, cree que no es mujer prostituída.», ANCR, Gobernación, no 34161, 1894, f. 4v.

15 «Trabajos adecuados a su sexo».

16 ANCR, Policía, no 12407, 1895, f. 2v.

17 Id., f. 11.

18 ANCR, Policía, no 12485, 1895, f. 3v.

19 ANCR, Policía, no 11592, 1895, f. 2v.

20 Dans Paugam, 1996.

Table des illustrations

Légende Graphique 1 – Arguments employés par les témoins11
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15924/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Graphique 2 – Arguments employés par les témoins (synthèse)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15924/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

Auteur

Marion Giraldou a obtenu une thèse de doctorat en histoire à l’université Toulouse – Jean Jaurès. Cette thèse a été publiée aux PUR, en 2014, sous le titre Vierge ou putain. Processus de marginalisation des prostituées de San José. Actuellement enseignante dans le secondaire, elle poursuit ses recherches sur l’évolution du rôle des Comités de Défense de la Révolution dans la vie sociopolitique à Cuba.

© Presses universitaires du Midi, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540