Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mauvais sujets dans les Amériques

 | 
Clara Duterme
, 
Marion Giraldou
, 
Abigail Mira

Première partie. Constructions par l’État d’un ennemi intérieur, figures de subversifs

Chapitre 2. Les anarchistes argentins et la ley de residencia de 1902

Guillaume De Gracia

Texte intégral

Quand une société n’est pas capable de se donner des lois de bon voisinage permettant la conciliation d’intérêts divers, alors le pouvoir législatif dicte des lois qui ne sont que l’indice symptomatique d’un échec communautaire.
Christian Ferrer.

Aucune chasse ne vaut la chasse à l’homme, et ceux qui ont longtemps chassé des hommes armés, qui ont aimé ça… ne trouvent plus jamais saveur à autre chose.
Ernest Hemingway.

1Si l’on accepte la définition du « sujet » proposée par le dictionnaire le Trésor de la langue française qui désigne à la fois « celui, celle qui est soumis(e) à une autorité souveraine, absolue » mais aussi le « ressortissant(e) d’un État donné », on nous accordera que le « mauvais sujet » est un insoumis ne se reconnaissant pas dans une définition d’ordre « national », autrement dit, un rebelle internationaliste. Quelle meilleure définition (bien « qu’à minima ») de l’anarchiste, de l’acrate ? Car Cratos – ou Kratos – est une divinité grecque qui personnifie le pouvoir et krátos désigne à la fois le « corps politique » et le « gouvernement ». L’anarchiste, l’acrate, est donc celui qui rejette les deux, subsumé par une posture de révolté, voire de révolutionnaire.

  • 1 Anarchisme et marxisme...

2Mais les anarchistes ou, plus exactement, les mouvements anarchistes, semblent être, de manière générale, de « mauvais sujets » au sens du « sujet d’étude ». Comme l’écrivent fort à propos Bernard Voutat et Philippe Gottraux, « contrairement au marxisme qui a connu un développement significatif dans le monde universitaire (le marxisme de chaire), l’anarchisme n’a pas eu cette consécration académique1 ». Se voyant refuser toute respectabilité scientifique, peu d’études ont été menées sur l’anarchisme (ou plutôt, devrait-on dire, les anarchismes). Ces points de vue, options, idées ainsi que leur influence sur la société sont, eux, souvent dédaignés voire niés. Privé de débat, se voyant appliqué ce qu’Herbert Marcuse aurait qualifié de « parole autoritaire », l’anarchisme est donc rejeté dans l’ombre, vers les marges.

3Or, cette marginalisation du champ académique se double d’une marginalisation et d’une exclusion bien réelles dans les pays dans lesquels les mouvements libertaires agissent et se développent. Si les exemples français, espagnols et italiens restent (relativement) connus pour les européens, les mouvements latino-américains et plus encore, leur répression, pâtissent de ce côté-ci de l’Atlantique d’une méconnaissance quasi totale. Il en va ainsi de la très connue Ley de Residencia, qui a pourtant fait partie de l’arsenal juridique argentin une bonne partie du XXe siècle.

Le socialisme en Argentine

  • 2 Au sens de partisan de l’Association internationale des travailleurs (AIT).

4S’il fallait à grands traits, faire une histoire du socialisme dans cette République, il nous faudrait préciser qu’après une période « internationaliste2 » de quelques années, celui-ci va se séparer en deux grands courants, relativement concurrents :

  • 3 Le premier groupe socialiste argentin aurait d’ailleurs été fondé en 1882 par un groupe d’allemands (...)
  • 4 Voir Andreassi Cieri, Del socialismo al sindicalismo revolucionario. Le fondateur du parti socialis (...)

51) un courant socialiste, essentiellement influencé par les sociaux-démocrates allemands3 qui va s’organiser sous la forme du Parti socialiste dès 18964, après que beaucoup de ses membres soient passés par l’Unión Civica Radical – créée, elle, en 1891 par Léandro N. Alem. L’action de ce parti porte essentiellement sur l’action parlementaire et légaliste, avec un succès certain d’ailleurs puisqu’il est le premier parti socialiste latino-américain à envoyer, en 1904, un député au Parlement en la personne d’Alfredo Palacios. Les socialistes investissent également le champ du travail en impulsant des Sociedades de resistencia obreras. C’est d’ailleurs de ces rangs qu’à partir de la deuxième moitié de la première décade du XXe siècle, se développe un courant syndicaliste révolutionnaire, notamment inspiré par la tendance italienne d’Arturo Labriola.

  • 5 On le nomme aussi et plus volontiers en Argentine, « anarcho-communisme ».
  • 6 Qui s’oppose au collectivisme sur la question d’un concept de proto sécurité sociale universelle. A (...)

62) un courant anarchiste qui établit un premier groupe exclusivement bakouninien et collectiviste dans le pays en 1876 : le Centro de Propaganda Obrero. Rapidement, c’est le communisme libertaire5 qui prend un ascendant majeur sur le collectivisme et les socialismes dits « utopiques ». Cette prise d’ascendant est communément datée de la rédaction, en 1887, des statuts de la Sociedad Cosmopolita de Resistencia y Colocación de Obreros Panaderos (les boulangers) par le penseur et homme d’action Errico Malatesta. Dès lors, tous les anarchistes argentins – qu’ils aient une stratégie individualiste ou organisationnelle – vont se réclamer de cette idéologie communiste libertaire résumée dans l’aphorisme suivant : « de chacun selon ses besoins à chacun selon ses capacités6 ».

7Les créations de sociétés de résistance se multiplient, notamment animées par des anarchistes individualistes. En parallèle et grâce au développement de ces deux courants politiques, les populations immigrées se mélangent peu à peu et finissent par former une véritable tour de Babel australe. En émerge non seulement un langage spécifique argotique nommé Lunfardo (mélange de castillan, d’italien, de français, d’occitan ou encore d’anglais) mais surtout, une véritable conscience de classe. Or, cette nouvelle conscience de leurs intérêts spécifiques va faire passer les ouvriers d’un mode d’organisation plutôt interclassiste et à caractère mutualiste (du type hôpitaux communautaires) à des formes plus vindicatives : les Sociedades de resistencia. Les années 1880 sont des années de forte poussée organisationnelle pendant lesquelles se montent des dizaines de sociétés et fleurissent des grèves, plus ou moins victorieuses, motivées dès les années 1890 par les effets produits sur l’économie argentine par la « Longue Dépression » (remontant à la crise bancaire de 1873). Cette prise de conscience s’accompagne d’un profond sentiment anti-étatique qu’une multiplicité de facteurs explique :

    • 7 Voir Clara Lida, La Mano Negra.

    l’extraction paysanne des populations immigrées, souvent synonyme à l’époque de volonté d’autonomie à travers les idéologies cantonalistes espagnoles ou les ligues agraires italiennes7 ;

  • le déracinement subi pour des raisons d’ordre économique ;

  • le fait d’avoir été floué par des agents recruteur envoyés en Europe et qui n’ont pas hésité à mentir sur les conditions d’accueil des nouveaux migrants (mensonges, on peut l’imaginer, déformés par la rumeur...) ;

  • une forte socialisation au sein des communautés d’origine qui laisse planer la menace d’une exclusion en cas d’obtention de la nationalité argentine (perçue comme un abandon symbolique de cette communauté) ;

  • l’anarchisme en tant que tel : internationaliste et en lutte contre tout État...

8Pour toutes ces raisons, les ouvriers argentins de l’époque ne demandent que très minoritairement leur nationalité, y compris d’ailleurs ceux militants au sein du Parti socialiste, alors même que la stratégie électoraliste de ce dernier suppose justement de s’appuyer sur une base de votants argentins.

Propagande par le fait et prégnance de l’individualisme

9En Europe, depuis 1881 et le congrès anarchiste de Londres, la « propagande par le fait » est adoptée et encouragée :

  • 8 Voir Daniel Colson, La Science anarchiste.

Les sciences techniques et chimiques ayant déjà rendu des services à la cause révolutionnaire et étant appelées à en rendre encore de plus grands à l’avenir, le Congrès recommande aux organisations et individus faisant partie de l’Association internationale des travailleurs de donner un grand poids à l’étude et aux applications de ces sciences comme moyen de défense et d’attaque8.

  • 9 Il serait trop long d’en faire la liste. Sur la question, voir Benedict Anderson, Les bannières de (...)

10Dix ans après la sanglante répression de la Commune de Paris, beaucoup d’anarchistes décident de passer à l’action individuelle9 et lancent l’assaut contre le « vieux monde » en s’attaquant en priorité aux présidents, rois, empereurs et instances gouvernementales. Citons par exemple l’attentat d’Auguste Vaillant contre le Palais Bourbon en 1893 puis, citons aussi l’exécution du président Sadi Carnot en 1894, par Sante Geronimo Caserio afin de venger la mort de Vaillant dont le président avait refusé la grâce

11En Argentine, les quinze dernières années du XIXe siècle sont, elles, une période que l’historien et militant anarchiste Abad de Santillán nomme « la période d’El Perseguido » du nom du journal d’expression anarchiste (communiste libertaire et individualiste) au plus fort tirage et, selon cet auteur, à la plus forte prégnance sur la population. Ce sont des années pendant lesquelles la propagande individualiste se fait massive. Une propagande qui appelle à la désobéissance, à la rébellion et à la mise à mort de la société capitaliste et qui, pour ce faire, incite surtout au recours à la violence :

  • 10 Tiré d’El Perseguido, cité par O. Baigorria in Anarquismo trashumante. El Perseguido est publié du (...)

Nous sommes les vagabonds, les malfaiteurs, la canaille, nous sommes la scorie de la société. Travailleurs, vous voulez vous émanciper ? Alors, devenez des criminels comme nous ?10

12Il ne s’agit là que d’une position paradoxale pour des anarchistes individualistes atteints d’une logorrhée verbale d’une violence crue. Aucun d’entre eux ne passe concrètement à l’action violente. Il faut même attendre le 11 août 1905 – soit, trois ans après l’adoption de la Ley de Residencia – pour que l’anarchiste catalan Salvador Planas tente de tuer, sans succès, le président argentin Manuel Quintana... et surtout mai 1919 pour qu’une période que l’on peut taxer d’anarchisme illégaliste s’ouvre – via l’action de Severino Di Giovanni et de Miguel Arcángel Roscigna notamment. Il s’agit alors essentiellement de braquages de banques se terminant régulièrement par la mort d’agents de police. À la fin du XIXe siècle argentin, il y a donc des violentes grèves et des heurts avec la police dans le cadre de conflits sociaux mais pas d’acte individualiste anarchiste à caractère « terroriste ».

  • 11 Entre 1894 et 1897, ils passent, respectivement de 4,8 à 7,8 pour mille et de 6,8 à 10,6 pour mille (...)

13Pourtant, le fantasme terroriste se développe. En cela, il est sans doute aidé par les taux d’arrestation et de délits, en nette hausse depuis l’année 189411. Par ailleurs, au début des années 1880 – et à l’instar de beaucoup d’autres auteurs latino-américains – l’écrivain Miguel Cané séjourne en Europe. Il y est tout à la fois horrifié par l’activité libertaire et profondément marqué par l’effervescence républicaine de cette époque :

  • 12 Pauline Raquillet-Bordry, Le milieu diplomatique hispano-américain à Paris de 1880 à 1900.

La Chambre des députés est le lieu sacré où, en 1880 [il] arrive à quatorze heures écouter les débats houleux de la IIIe République, retenant de ces échanges « un bruit infernal, une démocratie vive et palpitante, un mouvement extraordinaire »12.

  • 13 Les lois scélérates (terme popularisé par le syndicaliste Emile Pouget notamment) sont une série de (...)
  • 14 Il peut être consulté in extenso ici : http://www.oas.org/juridico/mla/sp/traites/sp_traites-ext190 (...)

14Assez logiquement, lorsque les pays d’Europe commencent à prendre des mesures contre les anarchistes, elles retiennent l’attention des diplomates et intellectuels latino-américains. Ces mesures ne tardent pas à tomber : la Federación de Trabajadores de la Región Española (Fédération de travailleurs de la région espagnole, branche espagnole de l’AIT) est réprimée dès les années 1882-1883 ; la France adopte « les lois scélérates » de 1893 et 189413 ; des lois similaires semblent avoir été prises en Italie également. La répression s’organise y compris au niveau continental. Ainsi, lors de la Seconde Conférence internationale américaine de mars 1902, les représentants argentins, boliviens, colombiens, chiliens, dominicains, équatoriens, salvadoriens, étasuniens, guatémaltèques, haïtiens, honduriens, mexicains, nicaraguayens, paraguayens, péruviens et uruguayens, adoptent un « Traité d’extradition et de protection contre l’anarchisme »14 dont les principaux fondements sont contenus dans le titre même. Cependant, le Costa-Rica, l’Équateur, le Honduras et le Nicaragua se refusent à extrader des « anarchistes » encourant la peine de mort.

Création de la FOA et grève générale de 1902

  • 15 Voir Abad de Santillán, FORA ideología y trajectoria.

15Les 25 et 26 mai et 2 juin 1901, une cinquantaine de délégués représentant plus de trente-cinq sociétés de résistance socialistes et anarchistes se réunissent au cours d’un congrès pour fonder la Fédéración Obrera Argentina (FOA) – fruit de plusieurs années de débats et de controverses. Les premiers positionnements et revendications de cette nouvelle centrale sont déjà relativement radicaux : autonomie vis-à-vis des partis ; fondation de bourses de travail ; acceptation du sabotage et du boycott comme moyens d’action et formes de luttes ; création d’écoles libres parrainées par la fédération ou encore nécessité de lutter pour la baisse des loyers ou leur suspension15. Cette activité – activisme – que développe la FOA va involontairement provoquer l’accélération de la répression contre le mouvement ouvrier, notamment avec l’adoption de la loi 4.144 (la Ley de residencia).

16En 1902, les tensions déjà vives s’accentuent un peu plus. Fin janvier, une première grève générale impliquant plus de 20 000 travailleurs du port de Buenos Aires se solde par une victoire quasi-totale (seule une entreprise refuse l’accord) : obtention de la journée de neuf heures et d’un salaire de 4 pesos/heure. Un peu plus tard, une nouvelle grève impliquant des ouvriers boulangers provoque des morts parmi les non-grévistes, alors que des vigiles, des patrons de boulangerie et jusqu’au tribunal sont attaqués par les grévistes. Le 1er Mai 1902 est l’occasion d’une véritable démonstration de force avec 20 000 manifestants à Buenos Aires, séparés en deux colonnes, une socialiste, l’autre anarchiste. Le 17 août une manifestation appelée par la FOA réunit 80 000 personnes pour une manifestation/meeting. Enfin, le 17 novembre 1902, ce sont les 5 000 peones de Las Barracas et du Marché central aux fruits qui se mettent en grève pour revendiquer l’abolition du travail à la pièce, un salaire journalier minimum de 4 pesos, la journée de neuf heures, la baisse des charges maximales par sac porté (de 70 à 65 kilos) etc.

  • 16 L’horizon argentin, page 124.

17Ce mouvement de grève gagne rapidement la sympathie des travailleurs et l’opinion. Le gouvernement décide alors de l’envoi d’hommes de troupes afin de remplacer les grévistes. La réponse est immédiate, les arrimeurs et les conducteurs de voiture rejoignent la grève. Le mouvement s’étend ainsi et se propage à d’autres métiers. Finalement, cette situation paralyse un port dont les 3 000 ouvriers sont déjà en grève depuis le 1er novembre. Paniquée par les pertes économiques, la Chambre de commerce sollicite le ministère de l’Intérieur et la commission du Sénat afin d’obtenir une loi permettant l’expulsion des agitateurs et grévistes. Mais cette intention parvient à la FOA, dont le comité administratif décide de lancer un mot d’ordre de grève pour le 21 novembre. Le lendemain, 22 novembre, 20 000 travailleurs sont déjà en grève16.

18Le 22 novembre 1902, la Ley de Residencia est adoptée en fin de journée. Le 24 novembre, le président argentin, Julio Argentino Roca, la justifie par ces mots :

  • 17 Journal des sessions de la chambre des sénateurs, 24 novembre 1902, pages 677/8, cité par G. Costan (...)

La situation créée par la grève des ouvriers dans la capitale et les provinces de Buenos Aires et Santa Fe à laquelle continuent de se joindre de nouvelles sociétés de différents secteurs acquiert un caractère de plus en plus grave et général, entraînant la menace de dangers et de perturbations de l’ordre et de la sécurité publique, sans prendre en compte les préjudices considérables qu’elle a déjà fait subir aux industries, abandonnées, au commerce, à la navigation et au revenu national. […] Devant la possibilité que se produisent des désordres ou des excès encore plus importants […] vient le moment de mettre en action des moyens légaux et constitutionnels qui habilitent le Gouvernent pour prévenir des perturbations de cette nature sans avoir recours à des actes de force et de rigueur qui sont, eux, réservés pour des cas extrêmes17.

La Ley de Residencia ou l’exclusion constitutive

  • 18 Soit un « système politique dans lequel le pouvoir appartient à un petit nombre d’individus ou de f (...)
  • 19 L’UCR est un parti d’une vingtaine d’années à cette époque, dont le crédo était justement l’extensi (...)

19Pendant trente-six années, entre 1880 (date d’arrivée à la présidence de Julio Argentino Roca) et 1916, l’Argentine est gouvernée par l’instrument de pouvoir dont s’est dotée l’oligarchie18 afin de se maintenir à la tête du pays ainsi que ses intérêts. Cet instrument, c’est le Partido Autonomista Nacional ou PAN, qui, ironiquement signifie le « pain » en castillan. Le PAN, constitué d’hommes politiques, de diplomates, d’auteurs et de militaires que l’histoire retient comme étant la Generación del 80, maintient un accès à la citoyenneté limité aux majeurs argentins de vingt-et-un an, non ecclésiastiques depuis la loi du 6 septembre 1857 (ley 140). Mais, une telle restriction devient intenable au fil des ans et la loi Sáenz Peña (ley 8.871) de 1912 élargit les critères du « suffrage universel » aux natifs argentins, naturalisés et majeurs de plus de 18 ans. C’est cette loi qui permet, en 1916, l’arrivée à la présidence du caudillo Hipólito Yrigoyen de la Unión Cívica Radical (UCR)19. Une première alternance politique qui va provoquer la dissolution du PAN – déjà fortement tiraillé par des tensions internes à cette époque.

  • 20 Certains historiens considèrent que l’État argentin s’est rendu coupable de quatre génocides : des (...)
  • 21 Dont le dernier et plus connu rejeton sera en charge du ministère de l’Économie sous la dernière ju (...)
  • 22 Selon l’expression de Nora Britos dans, La trayectoria de la ciudadanía en Argentina.
  • 23 In Herminia Solari, El pensamiento de Miguel Cané en torno de la inmigracion. Il s’agit de pages su (...)

20Le président Roca est aujourd’hui considéré par une partie de la gauche et de l’extrême gauche argentine (et notamment par les historiens et journalistes Felipe Pigna et Osvaldo Bayer) comme un genocida20, du fait de son implication dans les expéditions qui ont abouti à la conquête des terres des indigènes Mapuches et Tehuelches. Autant de « guerres du désert » qui, entre 1878 et 1885, vont se solder par plusieurs centaines de morts et dizaines de milliers de prisonniers indigènes, des millions d’hectares de terres incorporées au territoire national argentin mais surtout, au patrimoine des militaires et oligarques, partie prenante de ces campagnes, à l’instar de familles comme celle des Martínez de Hoz21. C’est donc une oligarchie guerrière qui, après s’être débarrassée du joug de la couronne espagnole, entend régner sur ses terres et possessions, sans partage. Une oligarchie qui, bien qu’elle se dise et se croie libérale, pratique une véritable forme d’exclusion constitutive22 à l’encontre des afro-américains, des indigènes, des femmes, sans compter les anarchistes et plus largement, le mouvement ouvrier révolutionnaire en pleine montée en puissance. L’un des plus brillants représentants du PAN, et auteur de la Ley de Residencia, le sénateur Miguel Cané, ne s’en cache d’ailleurs pas : « […] le fait indéniable est que nous sommes républicains dans la vie politique mais essentiellement aristocratiques dans la vie sociale23 ». Un républicanisme aristocratique donc.

  • 24 Écrite pour l’introduction du livre de Gabriela Costanzo, Los Indeseables.

21De Miguel Cané, le sociologue et essayiste Christian Ferrer nous propose cette rapide biographie24 – clairement à charge :

[Il] fut ambassadeur de l’Argentine au Venezuela et en Autriche-Hongrie, intendant de la ville de Buenos Aires, sénateur national, ministre de l’Intérieur mais aussi des Affaires étrangères, doyen de la faculté de Philosophie et Lettres de Buenos Aires, en plus d’être publiciste et traducteur d’une œuvre de William Shakespeare. Il n’était pas éclectique mais un représentant typique d’une classe sociale qui se dédiait aux affaires de l’État comme s’il s’agissait d’une prérogative des gens « importants » de la ville, à une époque prospère. Cependant, il lui resta du temps pour être un virulent voire un enragé persécuteur des anarchistes, promoteur de la loi sur l’expulsion des étrangers récalcitrants, alors même qu’il était lui-même fils d’un exilé persécuté par le gouvernement de Juan Manuel de Rosas. Il remplit ainsi le rôle scénique de l’agitateur aux gants blancs.

22Lui-même noircit des lignes éclairantes sur sa vision sociétale, ici appliquée à l’île de la Martinique :

  • 25 Cité par Andreassi Cieri dans Las raíces del genocidio...

Les nègres ! C’est le terrible mal de la Martinique […] le blanc n’a plus d’autre garantie que le recours à la garnison militaire envoyée par la métropole […]. Cet antagonisme entre les hommes de progrès et la race noire qui n’a rien fait, ne fait et ne fera jamais rien dans ce sens, est la principale cause de la décadence actuelle de la Martinique […] il n’y a pas de noir qui ne soit pas communiste, de la même manière qu’il n’y pas de chanoine qui ne soit conservateur. Ce qui est à craindre, c’est qu’un jour il y ait une invasion des propriétés des blancs qui, réprimée ou non, amènera à la ruine25.

  • 26 Op. cit.

23Déjà en 1899, soit trois ans avant l’adoption de loi 4.144, Cané avait présenté devant le Sénat, une proposition de loi visant à expulser les étrangers coupables, à ses yeux, de troubler l’ordre public et établir une différenciation au sein du flux migratoire. Il faut à ce titre rappeler que le pouvoir argentin est mis devant le fait accompli d’une immigration massive de paysans méditerranéens italiens et espagnols alors que ses préférences allaient plutôt vers une population nord européenne (Anglais et Allemands) d’ouvriers qualifiés. Cette démarche a inspiré ce commentaire acerbe à la chercheuse en philosophie Herminia Solari : « depuis un esthétisme aristocratisant à partir duquel il rejette le cosmopolitisme et la transformation de la société traditionnelle portègne il se convertit en un exemple clair de ceux qui, depuis les institutions, se chargeront d’instrumenter la violation de la constitution en Argentine »26.

  • 27 Consulté le 28 avril 2013 sur le site :
    http://www.buenosaires.gov.ar/areas/ciudad/historico/calenda (...)

24L’intellectuel José Ingenieros, dans Sociologia argentina, considère, quant à lui, que cette loi est une « véritable loi de répression de l’anarchisme ». Pour autant, la Ley de Residencia n’est pas une exception, au contraire. L’actuel site Internet du gouvernement de la ville de Buenos Aires précise même qu’elle « […] complétait d’autres dispositions répressives de l’État National : l’état de siège, la violation des locaux de la FORA et du Parti socialiste, la réquisition de leurs publications (La Protesta et La Vanguardia), la répression des grèves et des manifestations, l’arrêt des ouvriers activistes etc. »27.

25En tant que telle, la loi précise :

Article 1 : Le Pouvoir exécutif pourra ordonner la sortie du territoire de la Nation à tout étranger qui a été condamné ou qui est poursuivi par les tribunaux étrangers pour crimes ou délits communs.
Article 2 : Le Pouvoir exécutif pourra ordonner la sortie du territoire de tout étranger dont la conduite compromet la sécurité nationale ou perturbe l’ordre public.
Article 3 : Le Pouvoir exécutif pourra empêcher l’entrée sur le territoire de la république à tout étranger dont les antécédents autorisent à l’inclure dans les cas auxquels se réfèrent les articles précédents.
Article 4 : L’étranger contre qui a été décrété l’expulsion aura trois jours pour sortir du pays, le Pouvoir exécutif pouvant ordonner sa détention jusqu’au moment de son embarquement comme mesure de sécurité publique.
Article 5 : Communiqué au Pouvoir exécutif.

26Les modalités de vote de cette loi sont d’ailleurs une preuve supplémentaire qu’elle n’est pas issue du néant et que les parlementaires argentins étaient tout à fait disposés à l’adopter. Car, c’est le samedi 22 novembre 1902 lors d’une session extraordinaire du Parlement et en un temps record que la loi 4.144 est examinée et votée : il faut moins de deux heures à chacune des chambres pour l’examiner. Pour la voter, il leur faut, là encore, moins de deux heures. Seuls deux sénateurs votants sur seize s’opposent à cette loi ; treize députés sur soixante-trois.

27Le 22 novembre à minuit, la loi numéro 4.144 ou Ley de Residencia est déjà promulguée. Le 22 novembre 1902 au soir, des policiers perquisitionnent déjà des appartements d’anarchistes connus.

28Lors du débat parlementaire à la chambre haute, le sénateur Domingo Teófilo Pérez précise :

  • 28 Dans Los Indeseables, page 16. Il est intéressant là de relever l’utilisation du terme de « subvers (...)

Il s’agit d’une loi éminemment politique, parce qu’il ne peut pas en être autrement, dès lors qu’il s’agit de prendre des mesures exécutives à caractère policier afin de sauver la tranquillité sociale compromise par des mouvements essentiellement subversifs ; qui ne sont pas les mouvements tranquilles de l’ouvrier travailleur ou de l’étranger honorable qui recherchent, à travers la grève, le moyen de satisfaire de justes aspirations. Il s’agit d’agitations violentes, d’excès et de perturbations produites par des individus déterminés qui vivent au sein de la masse des travailleurs pour l’exploiter, en abusant de l’hospitalité généreuse que leur offre le pays où l’étranger jouit de tant de franchises et profite de tant de libertés28.

  • 29 Ibid. page 17.

29On estime que la semaine suivant la mise en application de la Ley de Residencia, cinq cent personnes sont arrêtées et déportées. Il est intéressant de noter que (dans le cadre de recherches pour un ouvrage parut en 2009), l’auteure Gabriela Costanzo s’est heurtée au refus de la part des administrations de se voir communiquer la liste exacte des étrangers concernés par les deux lois de Residencia et de Defensa Social. D’autres avant elle – plus connus –, avaient reçu la même fin de non-recevoir : Yaacov Oved et Gonzalo Zaragoza. Mesure complémentaire à la Ley de Residencia, la Ley de Defensa Social est adoptée en juin 1910. Une nouvelle loi dotant le pays de la peine de mort (pour les plus de 18 ans) et couvrant un spectre de délits allant de l’atteinte à des bâtiments publics au meurtre d’individus. Lors des débats sanctionnant cette loi, le député Manuel Carlés (futur fondateur de la Liga Patriótica Argentina, organisation proto fasciste fondée au tout début de l’année 1919) explique « je veux ainsi signifier bien clairement que l’anarchisme, le terrorisme, l’obsession, la couardise, la bombe et la trahison sont des synonymes devant nos lois de sécurité sociale29 ».

Conclusion

  • 30 Ainsi que les idéologues péronistes, quelques quatre décennies plus tard.

30Quand elle rentre dans l’arsenal législatif de la République, la Ley de Residencia est vouée à l’échec. Certes, elle a occasionnée des centaines de drames humains, individuels et familiaux de manière assez « mesquine » (familles séparées, extradition vers des pays répressifs, etc.) ; certes, nous n’avons pas les chiffres exacts du nombre d’expulsions d’une loi qui n’a été abrogée que 56 ans après son adoption (en 1958, lors de l’accès au pouvoir du radical Arturo Frondizi) ; certes, cette loi a notablement inspiré son voisin brésilien qui, confronté au même problème d’activisme libertaire et ouvrier, adopte une loi similaire à la fin des années 1910. Mais, le réel objectif de la Ley de Residencia était de mettre un coup de frein définitif au mouvement anarchiste, que l’oligarchie n’imaginait qu’obligatoirement exogène et étranger. Or, les hommes du PAN s’illusionnent sur la réalité sociologique de leurs « administrés ». Et comment pourrait-il en être autrement lorsque la ville de Buenos Aires passe de 187 126 habitants en 1869 à un million en 1904 ? Comment une oligarchie aspirant à des cimes aristocratiques aurait-elle pu se rendre compte des métamorphoses en cours à ses pieds ? Notamment de l’influence grandissante du socialisme sur les natifs argentins et sur les enfants d’immigrés ? Ainsi, malgré sa volonté de faire place nette, le pouvoir argentin a oublié que – et contrairement à ce qu’il a pu avancer30 –, les idées circulent et ne reconnaissent ni frontières, ni nationalités… pas plus l’Argentine que les autres.

  • 31 Voir Kirk Blackwelder, Johnson et Seibert, op. cit.

31Pire, l’année 1902 marque le début d’une période de forte remontée des actes d’homicide et d’agression sur les personnes qui passent respectivement de 76 (pour dix-mille) en 1902 à 196 en 1914 et de 2 568 (pour dix-mille) en 1902 à 3 493 en 1913 alors même que les taux d’arrestation ne dépassent pas lors de ces années (1902-1914) les 6 pour mille31.

32Inefficace du point de vue de la prévention des personnes, la Ley de Residencia ne l’est pas plus du point vue du démantèlement des organisations ouvrières et révolutionnaires : le lendemain de sa promulgation, 70 000 ouvriers débrayent et bloquent complètement Buenos Aires. Deux mois plus tard, en janvier 1903, suite à une nouvelle grève de huit jours, les travailleurs du Marché central aux fruits obtiennent la satisfaction de toutes leurs revendications.

Bibliographie

Bibliographie

Abad de Santillán D., 1933. La F.O.R.A. Ideología y Trayectoria, Buenos Aires, Ediciones Nervio,

Anderson B., 2009. Les bannières de la révolte. Anarchisme, littérature et imaginaire anticolonial. La naissance d’une autre mondialisation, Paris, La Découverte.

Andreassi Cieri A., 1996. « Las raíces del genocidio : los antecedentes de la militarización de la política y de una ideología del exterminio en Argentina, 1880-1920 », Boletín americanista, no 46, p. 19-54.

Andreassi Cieri A., 1998. « Del Socialismo al sindicalismo revolucionario. La UGT argentina, 1903-1906 », Boletín americanista, no 48, p. 7-27.

Baigorria O., 2008. Anarquismo trashumante, La Plata, Terramar.

Britos N., 2006. «La trayectoria de la ciudadanía en Argentina. Derechos humanos y ciudadanía», RECO, (http://reco.concordia.ca/pdf/BritosTrayectoria.pdf)

Colson D., 1997. « La Science anarchiste », Réfractions, no 1, http://refractions.plusloin.org/spip.php?article262

Costanzo Gabriela G., 2009. Los indeseables. Las Leyes de Residencia y Defensa Social, Buenos Aires, Editorial Madre Selva.

Demaría V. et Figueroa J., 2007. « 10903, la ley maldita », Topia, Avril, http://www.topia.com.ar/articulos/10903-la-ley-maldita

Gottraux P. et Voutat B., 2003. « Anarchisme et marxisme : vrai contentieux et faux clivage », A contretemps, no 6, p. 174-184.

Gracia de G., 2009. L’horizon argentin, petite histoire des voies empruntées par le pouvoir populaire, Paris, CNT-RP.

Kirk Blackwelder J., Johnson L. L. et Seibert S., 1984. « Estadística criminal y acción policial en buenos aires, 1887-1914 », Desarrollo Económico, Vol. 24, no 93 (Abr.-Jun.), p. 109-122.

Lida C. E., 2011. La Mano Negra, anarchisme rural, sociétés clandestines et répression en Andalousie (1870-1888), Montreuil, L’Echappée.

Pianetto O., 1984. « Mercado de trabajo y acción sindical en la Argentina, 1890-1922 », Desarrollo Económico, Vol. 24, no 94 (Jul. -Sep.,), p. 297-307.

Raquillet-Bordry P., 1995. « Le milieu diplomatique hispano-américain à Paris de 1880 à 1900 », Histoire et Société de l’Amérique latine / ALEPH, p. 81-106.

Solari H., 2002. « El pensamiento de Miguel Cané en torno de la inmigración ». CUYO Anuario de Filosofia Argentina y Americana, Vol. 18-19, p. 77-95.

Zaragoza G., 1996. Anarquismo argentino (1876-1902), Madrid, Ediciones de la Torre.

Notes

1 Anarchisme et marxisme...

2 Au sens de partisan de l’Association internationale des travailleurs (AIT).

3 Le premier groupe socialiste argentin aurait d’ailleurs été fondé en 1882 par un groupe d’allemands et se serait nommé : Verein Worwärts (En avant, unis.).

4 Voir Andreassi Cieri, Del socialismo al sindicalismo revolucionario. Le fondateur du parti socialiste Argentin, Juan B. Justo est très clair de ce point de vue : « l’étroite orientation syndicale et économique du mouvement ouvrier anglais serait cause de sa stagnation et de son retard en comparaison aux organisations allemandes en plein essor… ».

5 On le nomme aussi et plus volontiers en Argentine, « anarcho-communisme ».

6 Qui s’oppose au collectivisme sur la question d’un concept de proto sécurité sociale universelle. Anatole France, dans le livre Sur la pierre blanche, en livre une vision relativement juste en affirmant que « l’idée d’égalité […] est fâcheuse en ce qu’elle suppose un faux idéal. Nous n’avons pas à rechercher si les hommes sont égaux entre eux. Nous devons veiller à ce que chacun fournisse tout ce qu’il peut donner et reçoive tout ce dont il a besoin ».

7 Voir Clara Lida, La Mano Negra.

8 Voir Daniel Colson, La Science anarchiste.

9 Il serait trop long d’en faire la liste. Sur la question, voir Benedict Anderson, Les bannières de la révolte, Paris, La Découverte, 2009

10 Tiré d’El Perseguido, cité par O. Baigorria in Anarquismo trashumante. El Perseguido est publié du 18 mai 1890 au 31 janvier 1897.

11 Entre 1894 et 1897, ils passent, respectivement de 4,8 à 7,8 pour mille et de 6,8 à 10,6 pour mille. Cf. Kirk Blackwelder, Johnson et Seibert, Estadística criminal y acción policial.

12 Pauline Raquillet-Bordry, Le milieu diplomatique hispano-américain à Paris de 1880 à 1900.

13 Les lois scélérates (terme popularisé par le syndicaliste Emile Pouget notamment) sont une série de trois lois visant à réprimer le mouvement anarchiste de la fin du XIXe siècle et qui donne d’ailleurs lieu à la création du terme « libertaire » par Sébastien Faure pour contrer cette interdiction. La dernière loi scélérate », de juillet 1894 n’est abrogée par publication au Journal Officiel qu’en 1992.

14 Il peut être consulté in extenso ici : http://www.oas.org/juridico/mla/sp/traites/sp_traites-ext1902.html

15 Voir Abad de Santillán, FORA ideología y trajectoria.

16 L’horizon argentin, page 124.

17 Journal des sessions de la chambre des sénateurs, 24 novembre 1902, pages 677/8, cité par G. Costanzo, op. cit., p. 5.

18 Soit un « système politique dans lequel le pouvoir appartient à un petit nombre d’individus ou de familles, à une classe sociale restreinte et privilégiée ». (Dictionnaire TLF)

19 L’UCR est un parti d’une vingtaine d’années à cette époque, dont le crédo était justement l’extension du suffrage universel afin d’installer les conditions d’une véritable démocratie parlementaire en Argentine. Quitte, pour ce faire, à passer par la voie des armes, comme elle tente de le faire en 1895 et 1905 notamment. Un insurrectionnalisme fort bien vu par des anarchistes toujours friands d’action et qui va entraîner une certaine bienveillance de ces derniers envers l’UCR du moins, jusqu’à son arrivée au pouvoir. Plus sociale que le PAN, il faut noter aussi que l’UCR est un véritable bouillon de culture par lequel passe, par exemple, les fondateurs du PS argentin.

20 Certains historiens considèrent que l’État argentin s’est rendu coupable de quatre génocides : des afro-argentins ; des peuples Tehuelches et Mapuches ; des ouvriers patagons au début des années 1920 ainsi que des 8 à 30 000 disparus de la junte de Jorge Videla. L’opinion publique argentine a plutôt tendance à ne reconnaître que ce dernier comme tel. Les militaires, policiers et tortionnaires de cette junte sont donc couramment taxés de génocidaires (genocidas).

21 Dont le dernier et plus connu rejeton sera en charge du ministère de l’Économie sous la dernière junte militaire.

22 Selon l’expression de Nora Britos dans, La trayectoria de la ciudadanía en Argentina.

23 In Herminia Solari, El pensamiento de Miguel Cané en torno de la inmigracion. Il s’agit de pages supprimées lors de la seconde édition du livre de Cané En viaje.

24 Écrite pour l’introduction du livre de Gabriela Costanzo, Los Indeseables.

25 Cité par Andreassi Cieri dans Las raíces del genocidio...

26 Op. cit.

27 Consulté le 28 avril 2013 sur le site :
http://www.buenosaires.gov.ar/areas/ciudad/historico/calendario/destacado.php?menu_id=23203&ide=211
Le texte précise par ailleurs que cette loi retombe aussi sur les proxénètes (participant de la Traite des blanches) et autres délinquants. La FORA (qui existe toujours en 2016) est le nom définitif que prend la FOA lors de son congrès de 1904. Elle rajoute un « R » à son acronyme correspondant au terme « Régional » et cette idée anarchiste de la constitution d’une grande fédération mondiale dans laquelle chaque pays serait une « région ». Ce nouveau nom est d’une notable influence pour les pays d’Amérique Latine qui voient se créer dans la lignée de la FORA : la FORU (Uruguay), les FORP (Paraguay et Pérou) ou encore la FORCH (Chili).

28 Dans Los Indeseables, page 16. Il est intéressant là de relever l’utilisation du terme de « subversion » qui renvoie déjà à son utilisation des années 1960-1970. Un terme d’ailleurs emprunté au latin subversio et signifiant « renversement, destruction (au propre et au figuré.) » (TLF).

29 Ibid. page 17.

30 Ainsi que les idéologues péronistes, quelques quatre décennies plus tard.

31 Voir Kirk Blackwelder, Johnson et Seibert, op. cit.

Auteur

Docteur en anthropologie historique et politique diplômé de l’université de Paris 8 depuis novembre 2009, il est l’auteur de plusieurs articles sur la question de l’anarchisme argentin et collaborateur régulier de la revue universitaire Dissidences. Il a participé au lancement de la collection América Libertaria (aux éditions « nada » et « noir & rouge »). Il est par ailleurs l’auteur de « l’Horizon Argentin », publié en 2009 aux presses de la CNT-RP.

© Presses universitaires du Midi, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540