Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mauvais sujets dans les Amériques

 | 
Clara Duterme
, 
Marion Giraldou
, 
Abigail Mira

Première partie. Constructions par l’État d’un ennemi intérieur, figures de subversifs

Chapitre 1. Figures de l’ennemi intérieur au Brésil. Des classes dangereuses au péril subversif

Rodrigo Nabuco de Araujo

Texte intégral

1L’ennemi intérieur est une notion propre aux forces de l’ordre. Issu du vocabulaire politique du XIXe siècle, il définit toute menace à l’unité nationale. Au Brésil, il se matérialise tantôt dans l’image de l’esclave noir fugitif tantôt dans la notion de classes subversives, composées essentiellement d’immigrés européens porteurs des idées révolutionnaires de l’Europe industrielle. La formation de l’ethos militaire passe d’abord par la construction d’une image en négatif de la nation, basée sur la figure de l’étranger, pour forger ensuite l’image positive créatrice d’identité.

2L’objectif de cet article est d’analyser la perception de l’ennemi intérieur, en prenant comme exemple l’entrée du Brésil en guerre froide (1947-1990) puis les années de plomb (1968-1974). Nous avons deux axes d’observation qui structurent un ensemble de problématiques sur la production discursive du péril subversif. Le premier axe s’articule autour de la criminalisation des classes populaires. Le deuxième axe est basé sur les résultats d’une étude historique sur les enquêtes militaires de police, que l’historienne Mariana Joffily consacre à l’Opération Bandeirantes (1969-1970), étape fondamentale de la consolidation du sujet subversif par les agents de la répression.

3Selon le sens commun, l’ennemi est un agent de haine et d’actions nuisibles, il éprouve ou suscite l’inimité, provoque ou montre l’hostilité. La construction de l’ennemi est une opération complexe qui, dans le cadre des États contemporains, se produit à l’intérieur d’institutions comme la Justice, la police ou les forces armées. En plus d’une construction pénale, il s’agit d’une élaboration sémantique car cette écriture de pouvoir ne résulte pas uniquement d’un effort rhétorique : elle puise les sources de son lexique particulier dans un vocabulaire technique.

4L’écriture de l’ennemi se fonde sur une justification morale et, dans le cas du maintien de l’ordre, elle cache une problématique propre à la société industrielle. Le rôle de l’entreprise ne se limite plus à la seule sphère de la production économique : l’entreprise devient un organisme capable de créer des services, des réseaux et des systèmes d’information ; elle produit des biens et services, mais aussi des savoirs et des propagandes, grâce à ses technologies du management (Musso, 2005). De manière générale, le développement industriel provoque une forte expansion urbaine. Il existe alors une évolution certaine de la figure de l’ennemi intérieur, entre le début du XXe siècle et les années de plomb. Pourtant, une même idée traverse la période, la peur de voir les classes populaires prendre le pouvoir et renverser l’ordre social.

La fabrique de l’ennemi intérieur

5La société industrielle est une immense fabrique d’inégalités et d’antagonismes : elle produit les richesses et en même temps crée la pauvreté ; ainsi engendre-t-elle continuellement ses propres catégories exclues dont l’encadrement est confié à certains groupes dominants. Le désordre provoqué par les nouveaux rapports sociaux issus de l’industrialisation exige l’élaboration de nouvelles règles. Depuis l’abolition de l’esclavage (1888), le champ social est bouleversé par l’arrivée dans l’espace urbain des anciens esclaves. Les modèles des relations personnelles et hiérarchiques propres au système esclavagiste sont désorganisés et avec eux le type même de contrôle social mis en place durant l’Empire (1822-1889), où le seigneur surveille ses esclaves qui surveillent d’autres esclaves, où le rôle de chacun est déterminé par son rang à la naissance. Le maintien de cette société hautement hiérarchisée devient une obsession pour les classes dominantes, surtout après l’arrivée des travailleurs libres (Rosemberg, 2008).

6La criminalisation de la pauvreté est un phénomène d’actualité au Brésil. Pourtant, elle puise ses sources à la fin du XIXe siècle, nourrie par les politiques hygiénistes, contemporaines de la Première République (1889-1930). Elle traduit la construction d’un savoir social sur les populations urbaines. L’association des conceptions hygiénistes avec des idéaux eugénistes donne naissance à un complexe raisonnement politique, à l’origine de nombreuses réformes sociales qui visent à réorganiser le travail et à réprimer le vagabondage. Issue d’un imaginaire européen, la catégorie classes dangereuses sert à discriminer certains individus dont la stratégie de survie contraint à vivre dans l’illégalité, comme par exemple les anciens esclaves qui migrent vers les grandes villes. Ces masses déshéritées ne peuvent pas s’intégrer dans un système entièrement fondé sur la base de l’exclusion, par conséquent elles sont identifiées comme une constante menace à l’ordre public (Chaloub, 1990). Dans ce contexte de fort changement du tissu social, le pays s’ouvre à l’immigration européenne pour suppléer aux travailleurs noirs. Les vagues successives d’immigration amènent au Brésil des populations blanches mais aussi de nouvelles idéologies, portées en particulier par les groupes ouvriers (Toledo, 2004).

7Durant les premières années du XXe siècle, le gouvernement peut expulser les immigrés jugés indésirables, justement parce qu’ils ne sont pas citoyens brésiliens. Au fur et à mesure de la naturalisation de ces populations immigrées, l’expulsion ne suffit plus comme instrument de répression. Au moment où l’État devient la cible des attaques des premiers mouvements révolutionnaires, lors des grèves ouvrières du début du XXe siècle, la classe dirigeante manifeste les plus vives inquiétudes face à la montée des conflits sociaux. L’État cherche alors à se doter d’un fort potentiel coercitif. La surveillance devient un instrument économique décisif, une pièce maîtresse dans l’appareil de production (Foucault, 1975). L’idéologie punitive réorientée suit de près l’industrialisation de la société.

  • 1 La structure fédérale de l’État brésilien dépose entre les mains des présidents élus de chaque Éta (...)
  • 2 La mission connaît trois périodes : sous le commandement du colonel Balagny, elle reforme d’abord (...)

8Au Brésil, l’âge des casernes commence à l’entre-deux-guerres. La hiérarchie et la discipline sont exclusivement utilisées afin d’extraire l’agent de police du milieu social. Grâce à l’importation de nouvelles doctrines, la science criminelle évolue rapidement et permet aux forces de l’ordre d’utiliser de nouvelles technologies au service du contrôle des populations. L’État de São Paulo1 a une longue tradition d’échanges avec la France. Dès 1906, il engage le colonel Paul Balagny pour entreprendre la plus importante transformation de sa force publique2. Sur le principe des gardes républicaines puis des pelotons mobiles de gendarmerie, son potentiel coercitif se renforce. La principale mission des forces de police est le maintien de l’ordre interne, avant tout dans les grandes villes, surtout à la capitale. La mission française stimule un profond remaniement des forces de l’ordre : l’orientation des activités de police est déterminée dorénavant par le gouverneur, sans la participation des membres du Judiciaire ; puis la suppression du poste de chef de police évince définitivement l’autorité des juges de paix dans les Secrétariats de Sécurité publique. Au fur et à mesure, la police devient un prolongement de l’autorité du pouvoir exécutif.

9La police s’adapte aux nouvelles exigences du moment, à savoir le maintien de l’ordre et le contrôle des manifestations politiques (Mann, 1994). Fort de l’expérience française, le gouvernement de São Paulo investit dans le développement de sa force publique qui devient une véritable armée. L’effectif ne cesse d’augmenter jusqu’aux années 30 : de 14 000 hommes, en 1906, il passe à environ 30 000 hommes, en 1931. L’armement varie également, à la veille de la révolte pauliste de 1932 contre le gouvernement provisoire (1930-1934), la force publique dispose d’une aviation, de chars blindés et de mitrailleuses (Nayrolles, 1969).

10Quand bien même le maintien de l’ordre est la principale raison d’être de la force publique, il n’en reste pas moins qu’elle sert aussi à consolider le pouvoir de l’oligarchie pauliste. Il n’a rien d’étonnant à constater qu’un des principaux meneurs des forces rebelles contre le gouvernement central soit issu de cette institution, le capitaine Miguel Costa : côte à côte avec le lieutenant de l’armée de terre Luis Carlos Prestes, il traverse le Brésil, en apportant un message modernisateur, dirigé contre l’archaïsme qui domine le pays.

11Après le soulèvement frustré de la garnison militaire de São Paulo, en 1924, le gouvernement de l’État crée sept départements de police spécialisée : sécurité des personnes, vol et braquages, surveillance et captures, falsifications, technique policière et ordre politique et social. Sur ce dernier, connu sous l’acronyme DOPS, échoit la responsabilité du maintien de l’ordre ; son but est de surveiller les membres des mouvements politiques, qu’ils soient anarchistes ou non (Martins, 2012). Alors que certains délits sont tolérés par la justice, la subversion de l’ordre établi reste toujours un crime pour lequel il faut impérativement neutraliser le coupable. Plus que du respect de la justice, il s’agit du respect de l’ordre social.

  • 3 Le mouvement commence le 23 novembre 1935, à Natal. Commandée par des sergents, caporaux et soldat (...)
  • 4 Entre 1920 et 1930, la Mission militaire française d’instruction pour l’armée de terre (mission Ga (...)

12Les références à l’ennemi intérieur changent progressivement. Dans les années 20, face à la montée en puissance du syndicalisme révolutionnaire, le gouvernement règlemente la répression de l’anarchisme, considérée comme une doctrine exogène et une menace potentielle à l’ordre social. La peur de voir les classes populaires dominer la politique hante les élites dirigeantes qui craignent avant tout un renversement de l’ordre social. Le président de l’État de São Paulo, Washington Luís, s’arroge alors le droit d’ordonner la fermeture des associations, syndicats et sociétés civiles qui pourraient perpétrer des actes nuisibles au bien public (Martins, 2012). Au cours de la décennie suivante, le communisme remplace l’anarchisme comme pathologie du corps social, en particulier après le soulèvement de 19353 qui suscite une réaction très violente du gouvernement de Getúlio Vargas (1934-1937). Des milliers de personnes sont arrêtées, communistes, mais aussi socialistes, trotskystes et anarchistes. Luís Carlos Prestes, devenu premier secrétaire du Parti communiste du Brésil, est l’ennemi public numéro un. La peur du communisme réunit autour du gouvernement des forces jusqu’alors dans l’opposition. Fort de ce soutien, le gouvernement peut faire adopter de nombreuses mesures qui encadrent les crimes contre la sécurité nationale4.

13L’anticommunisme des élites enrichit considérablement l’arsenal juridique de la répression policière. La frontière sociale, à l’origine des premières conceptions policières, laisse sa place aux frontières idéologiques.

L’ennemi invisible

14Après 1945, les formations politiques de droite sortent affaiblies des huit années de dictature de Vargas (1937-1945). Divisées en groupes et tendances, les élites patronales n’ont pratiquement aucune conscience de classe. Pour les nouveaux exégètes des droites, l’anti-communisme permet de situer le camp ami et de cerner l’adversaire. Dans ce cadre, le Kremlin devient l’ennemi idéal : invisible mais omniprésent, il tirerait les ficelles d’agents infiltrés entièrement dévoués à sa cause et qui assureraient la domination soviétique sur le monde. Même si l’anti-communisme revêt des significations différentes en fonction des groupes qui le revendiquent, il s’accentue avec la montée en puissance de l’Union soviétique et paraît traverser toute la période de guerre froide (Joxe, 1990). Pluriel, l’anti-communisme s’exprime de manière différente selon les champs politiques, en fonction du poids du parti communiste et selon les sensibilités de l’époque (Becker et Berstein, 1987).

15Issus pour la plupart de l’élite patronale, les auteurs de la nouvelle doctrine d’État partagent la même frayeur des classes populaires (Patto Sá Motta, 2002). Née de l’industrialisation accélérée des années 50, cette jeune bourgeoisie industrielle obtient l’hégémonie économique sur le terrain des rapports sociaux, en accédant à des fonctions parlementaires et juridiques. Elle ne peut maintenir la domination que si elle conquiert l’État (Dreifuss, 1981). L’hégémonie ne se réduit plus à un consensus idéologique, elle se matérialise en des institutions et des pratiques. Elle est technologie sociale. L’École supérieure de guerre (Escola Superior de Guerra – ESG) est un think tank, dont le rôle est de concevoir une doctrine politique capable de souder les élites dirigeantes. Le lien entre les industriels doit aller au-delà d’un intérêt commun à contrôler les classes populaires, il doit devenir doctrine.

16Ils entreprennent alors un important travail d’endoctrinement pour renforcer leur identité de groupe. Leurs valeurs sont retravaillées, grâce aux séminaires et conférences destinées à des magistrats, officiers supérieurs, parlementaires, inscrits à l’ESG. Du point de vue doctrinal, l’anti-communisme ne représente aucun programme puisqu’il se fonde uniquement sur un principe d’opposition binaire. C’est pourquoi une doctrine étrangère peut aisément s’imposer comme l’ultime instrument de manipulation des masses, en privilégiant deux modes d’action non-militaire : le contrôle des populations et la guerre psychologique.

17En 1958, le docteur Antônio Carlos Pacheco e Silva fait un premier exposé sur la Guerra psicológica et introduit de nombreux concepts clés pour l’élaboration d’une doctrine ; médecin psychiatre de renom national, vétéran de la révolte constitutionnaliste de São Paulo, depuis 1932, il dirige l’hôpital psychiatrique de São Paulo. En 1962, il participe avec de nombreux magistrats, officiers supérieurs et industriels à la création de l’Institut de recherches et d’études sociales (Instituto des Pesquisas e Estudos Sociais – IPES), avec pour principal objectif l’élaboration des projets pour changer le Brésil, à travers les méthodes de propagande et de lobbying politique.

18Selon le docteur Pacheco, « l’objectif de la guerre psychologique est de provoquer une véritable névrose expérimentale collective, le trouble social ayant pour conséquence inéluctable le collapsus nerveux des forces ennemies, vaincues sans violence » (Pacheco e Silva, 1958). Il souligne, « dans ce champ, la technique russe est parvenue à des degrés très élevés de perversité et d’inhumanité » (Pacheco e Silva, 1958). Le problème central de la guerre psychologique est donc de contrer la science et la technique russes, basées sur « l’orientation de la stratégie communiste, qui confond l’action politique et l’action militaire » (Pacheco e Silva, 1958). Ainsi, l’observation de l’ennemi modifie-t-elle radicalement la science et la technologie, non seulement à l’égard des armes et des engins de destruction, mais aussi dans les manières de penser son adversaire.

19La guerre psychologique vise la démoralisation de l’ennemi. La plupart des expressions utilisées sont des véhicules pour des symboles, conçues comme des représentations instantanément évocatrices d’une idée (Tchakhotine, 1953). L’effort s’adresse à une population dont il s’agit de conquérir l’esprit face à un ennemi non-déclaré, dont les représentations légitiment la méthode que magistrats et officiers réclament.

20Les termes désignant les adversaires varient en fonction de l’objectif de l’exposé : les matérialistes, les rouges, les révolutionnaires, les athées… Ce sont des énoncés basés le plus souvent sur une opposition manichéenne : aux matérialistes, on oppose les croyants ; aux révolutionnaires, les traditionalistes ; au parti, la patrie. Apparaît alors l’image de l’ennemi « parfait », correspondant aux craintes des élites brésiliennes : une menace intérieure, disséminée dans la foule sur qui elle s’appuie. La défense de l’occident démocratique et chrétien s’impose comme une idée force de la théorie de la sécurité nationale

21La guerre psychologique séduit rapidement de nombreux magistrats. Fondée sur un précepte médical, elle revendique la prévention plutôt que la guérison des maladies sociales. Ainsi le contrôle des populations devient-il une des principaux instruments de l’hégémonie des classes dominantes. Barrages policiers, contrôles d’identité, maîtrise des réseaux d’informateurs, neutralisation de potentiels agents infiltrés, retournement des sympathisants, fichage des individus : autant de moyens pour semer la peur dans la population.

22La population devient alors la foule, le milieu naturel des militants révolutionnaires, une chaîne de personnes qui permettent de remonter jusqu’aux militants (Branche, 2001). Pour qu’elle échappe à la menace des organisations ennemies, la population doit s’insérer dans une organisation hiérarchisée dont personne n’a la possibilité de s’y soustraire (Trinquier, 2008). Il faut y repérer l’ennemi et l’en faire sortir. Ainsi, la limite entre amis et ennemis passe au sein même de la nation, dans un même village, quelquefois dans une même famille (Trinquier, 2008).

23L’association de la technologie politique à la méthode policière est le fondement de la doctrine de la guerre révolutionnaire, dont l’innovation consiste à faire la guerre dans la foule. La révolution et la contre-révolution deviennent alors les deux faces d’une même pièce.

L’ennemi partout

24La concordance des dates entre la mission militaire française en Argentine et l’introduction de nouvelles méthodes dans la police de l’État de São Paulo révèle un moule commun aux pays d’Amérique du Sud. Dans de nombreux articles de revues militaires, les indices d’importation d’une même doctrine sont identifiables (Martins, 2004). La French connection est une architecture complexe d’informateurs et d’officiers de renseignement qui propagent une même parole de lutte contre l’ennemi intérieur.

25Bien que des groupes de guérilléros inspirés de Che Guevara aient existé au Brésil, avant 1964, leurs actions sont restées extrêmement limitées et ont été rapidement réprimées. Malgré l’inexistence d’une véritable menace armée, les acteurs du putsch soutiennent que la menace intérieure les oblige à agir. Le 31 mars 1964, des secteurs dominants des forces armées brésiliennes prennent le pouvoir en évinçant le président élu, João Goulart (1961-1964), héritier de l’ancien président Getúlio Vargas (1951-1954). Le régime militaire qui en est issu ne prend fin qu’à l’entrée en fonctions d’un président civil, en 1985 (Fico, 2004). Durant les 21 années de dictature, des groupes d’extrême droite ont occupé les postes clés de l’appareil répressif et ont ainsi orienté les politiques répressives de la dictature brésilienne.

  • 5 Les conspirateurs brésiliens appellent révolution le coup d’État contre le gouvernement de João Go (...)

26Le commandement suprême de la révolution5, présidé par le général Costa e Silva, octroie au chef de l’Exécutif le droit de proclamer l’état de siège, de révoquer le mandat des élus et de suspendre pour dix ans les droits politiques des accusés. Il prévoit aussi que les crimes contre l’État ou son patrimoine et l’ordre politique et social ou les actes de guerre révolutionnaire peuvent désormais être du ressort des enquêtes militaires de police, présidées par des officiers. Dans son discours d’investiture, le premier général-président, Castelo Branco, s’engage à assurer l’épuration des syndicats, notamment par l’application des mesures d’exception.

  • 6 Outre le DOPS (Département de l’Ordre Politique et Social), sont chargés du recueil et de l’exploi (...)

27Les directives générales pour la coordination de la répression des mouvements de guérilla sont données par le haut commandement, à travers les divers et nombreux organismes6. Participent activement à la recherche d’informations la Police Militaire et la Police Fédérale. La police militaire est la branche policière qui garde le contact le plus étroit avec la population.

28Les crimes contre la sécurité nationale qu’ils soient commis par des civils ou par des militaires doivent dorénavant être jugés par le Tribunal militaire supérieur. Outre les écrits subversifs, il est désormais interdit de publier ou de divulguer des secrets d’État, des informations relatives aux activités militaires, des documents à caractère secret, de tronquer ou d’altérer la vérité s’il peut en résulter une atteinte au crédit de l’État et des institutions monétaires. Sont également punis les articles de presse jugés offensants à l’égard du chef de l’État et l’apologie des auteurs de crimes contre la sécurité nationale (Gáspari, 2002). Tout en assurant l’extension des pouvoirs du président de la république, il évite un des traits distinctifs des régimes fascistes : le parti unique.

29Depuis la Conférence de la Havane (1966), les autorités militaires sont très attentives aux foyers insurrectionnels ou révolutionnaires qui pourraient se propager au Brésil. L’ennemi numéro un de la dictature, Carlos Marighela, ancien député communiste, part pour la Havane afin d’obtenir de l’appui et des armes. Il rentre au Brésil, quelques mois plus tard, profondément influencé par les idées de Che Guevara et de Régis Debray, prêt à fonder une organisation révolutionnaire aux dimensions nationales (Magalães, 2012). Il entame à São Paulo une campagne de diffusion de tracts et de recrutement des cadres, dont le résultat se concrétise dans le Groupement communiste de São Paulo qui commence les opérations pour réunir des fonds (braquages de banques, de trains payeurs, etc.), pour s’équiper en armes (attaques aux commissariats de police, aux garnisons militaires isolées, etc.) et pour se motoriser (vol de voitures, de motocyclettes).

30La guérilla urbaine se développe dans le triangle industriel entre Rio de Janeiro, São Paulo et Belo Horizonte. De septembre 1968 à octobre 1969, près de cent banques sont attaquées par des groupes de guérilleros armés, comme par exemple l’Avant-garde populaire révolutionnaire (VPR) ou le Mouvement révolutionnaire du 8 octobre (MR8) (Figueiredo, 2005). La densité du tissu urbain, l’enchevêtrement des rues, l’immensité de la population forment un milieu particulièrement utile au guérillero qui peut se fondre dans la foule. Dans un pays où la population la plus modeste vit sans papiers d’identité, le militant d’extrême gauche peut se volatiliser très rapidement. Les nombreuses voies d’accès aux villes permettent de s’éclipser juste après les actions. Carlos Marighella et la dissidence communiste choisissent de s’installer dans la grande métropole. São Paulo devient le terrain de combats acharnés.

  • 7 C. Lamarca quitte le 4e régiment d’infanterie, à Quintaúna, en emportant avec lui un camion d’arme (...)

31Deux événements déclenchent le déchaînement de la fureur contre-révolutionnaire, l’assassinat du major Chandler, un agent de la Central Intelligence Agency, en octobre 1968, puis la désertion du capitaine Carlos Lamarca qui inflige le plus grand camouflet aux forces armées, en janvier 19697.

32Dans un premier temps, l’état-major de l’armée de terre édite un manuel destiné à toutes les administrations engagées dans la répression : ministère de la Guerre, de la Marine et de l’Air ; Tribunal militaire supérieur ; ministère de la Justice ; toutes les grandes divisions de l’armée de terre ; aux écoles militaires. Il explique dans le détail les étapes de la préparation à la guerre révolutionnaire, qu’il considère comme totale. Désormais, « le péril communiste se trouve au cœur de chaque famille et le dernier front de la guerre se situe dans l’esprit de chaque citoyen » (Ministério do Exército, 1968). Parallèlement, pour épauler son action au niveau national, le 13 décembre 1968, le gouvernement militaire supprime les libertés démocratiques, concentre les pouvoirs autour de l’armée de terre et met le Congrès national en congé sine die. Pourtant, les opérations contre la guérilla continuent sous l’autorité directe des gouverneurs des États, des commandants des régions militaires et, le plus souvent entre les mains d’une police parallèle (Gáspari, 2002).

33Dans un second temps, dans l’État de São Paulo, naît l’opération Bandeirantes (Gáspari, 2002). C’est le galop d’essai de la nouvelle structure de collecte d’informations et d’actions commando, conçue d’après la doctrine et l’expérience françaises. La coordination des opérations est désormais centralisée dans une agence à commandement unique, fixée à l’état-major de la IIe Armée, disposant d’un état-major mixte où se rencontrent policiers et officiers supérieurs. La coordination des efforts de la police militaire et des forces armées est rendue possible grâce à l’existence de groupes militaires spécialisés dans la traque des guérilleros : les groupes d’opérations commando, qui agissent immédiatement après l’exploitation des informations collectées dans les interrogatoires. Selon Mariana Joffily, il ne s’agit ni d’une militarisation de la police, ni d’un simple accaparement des fonctions policières par les militaires. Sans doute, la création de l’opération Bandeirantes marque-t-elle la victoire des militaires paulistes de la ligne dure, d’autant plus favorables à l’exercice des fonctions de police qu’ils sont formés aux techniques françaises de la guerre d’Algérie, que ce soit à Fort Bragg ou à Paris.

34À l’instar des groupes de choc durant la guerre d’Indochine, l’opération Bandeirantes naît sous le signe de la clandestinité, à l’intérieur des services d’information de l’armée de terre, les 2e Bureaux d’état-major, à l’initiative de la IIe Armée établie à São Paulo (Gáspari, 2002). Son armature institutionnelle est secrète, ses agents agissent dans la plus grande discrétion, leurs actions sont couvertes par la rigoureuse censure de la presse qui empêche la diffusion des résultats des enquêtes. Les officiers ainsi que les policiers intégrés au dispositif agissent dans l’illégalité, pour exécuter des opérations criminelles au nom de la défense intérieure du territoire.

35Officiellement reconnu en 1970 sous le nom de Détachement d’opérations d’information et, le plus souvent, associé au Centre d’opérations de défense intérieure, reconnu par l’acronyme DOI-CODI, cet organisme projette sur le territoire national l’ensemble du dispositif expérimenté initialement à São Paulo. Fondé à l’origine sur un organisme clandestin, il assure l’impunité des hommes impliqués dans la répression. Son armature crée l’insubordination au sein des forces de l’ordre et provoque la concurrence entre les multiples agences d’information.

36Le souci de l’efficacité répressive ne se tarit pas à la fin de la dictature. Bien au contraire, il s’est prolongé pendant vingt ans, accompagnant l’essor d’organisations criminelles chaque fois plus violentes, comme le Comando Vermelho, association de malfaiteurs dont l’origine serait lié à la relation entre prisonniers de droit commun et prisonniers politiques, à la prison d’Ilha Grande, à Rio de Janeiro. La vague de violence a atteint son apogée à la fin des années 90, lorsque Rio de Janeiro et São Paulo sont devenues deux des villes les plus dangereuses au monde. La logique sécuritaire revient avec force et les chiffres dépassent de très loin ceux observés pour la période dictatoriale. La violence devient à nouveau un problème politique ; de plus, aussi bien les militaires que les officiers de police reviennent sur le devant de la scène.

37À ce moment, naît une nouvelle unité de police à Rio, le Batalhão de Operações Policiais Especiais – Bataillon d’opérations spéciales de police – par décret présidentiel de mars 1991. Créé pour combattre le crime organisé, le BOPE a suscité la terreur dans les favelas. Malgré la publicité accordée aux prouesses de cette nouvelle police – la police qui tue comme l’a caractérisée le journaliste Caco Barcelos – la création des unités spéciales de police est bien plus ancienne. Le BOPE, tout comme son homologue pauliste, la ROTA, créée en 1975, sont des créatures de la dictature et, notamment, de l’appareil de sécurité développé durant les années de plomb, sous l’impulsion des militaires. L’un et l’autre institutionnalisent au sein de la police militaire – police des États – les officieux escadrons de la mort dont l’action est notable durant la répression des guérillas urbaines.

Conclusion

38La fonction régulatrice propre à la police revêt de nouvelles significations, selon l’intérêt général à autoriser l’usage légitime de la violence. C’est pour mieux définir la nature de l’ennemi que des mesures pionnières modifient le contenu des doctrines policières et militaires. L’entrée en guerre froide ne marque pas de rupture significative dans ce cadre puisqu’autant les forces de l’ordre que les forces armées poursuivent leur lutte contre le « péril rouge ». Si changement il y a, c’est dans l’accent mis sur les techniques de collecte et d’exploitation des informations et sur la tendance à la militarisation de la police.

39Dans les années 80, le Sud-Est brésilien a connu une des plus grandes vagues de violence depuis le début du XXe siècle. L’ampleur de la crise économique léguée par la dictature a non seulement gêné la normalisation politique du pays, mais témoigne aussi d’une accentuation des inégalités. La concentration des revenus s’étant intensifié pendant le régime militaire, la société brésilienne devient de plus en plus inégalitaire. Les clivages sociaux s’accentuant, la peur s’installe rapidement au sein des classes favorisées, craintives à l’idée de partager leurs privilèges. Les juristes et hommes politiques ont joué un rôle central dans le choix des politiques de lutte contre la criminalité. Paradoxalement, les méthodes de lutte contre la criminalité sont elles aussi criminelles. Ainsi, la brutalité policière durant la dictature est aujourd’hui l’objet des plus vives discussions au sein de la société brésilienne, notamment sous l’impulsion de la Commission de vérité.

40Les mesures de répression de la délinquance et de lutte contre la criminalité témoignent d’une perspective élitiste du champ social et d’une conception du contrôle pénal qui s’identifie avec la répression pure et simple des classes défavorisées. Parallèlement à la construction du nouvel édifice sécuritaire sur lequel s’établit la société démocratique, on observe la naissance des premiers cartels de la drogue dont le rôle a souvent été de fournir des stupéfiants aux classes favorisées. Un cercle vicieux se met en place où les principaux organismes de trafic de drogues fournissent les élites qui financent les politiques publiques dont l’objectif est de combattre le crime organisé. La nouvelle société issue des vingt et une années de dictature est marquée par le désir de reproduire le système sécuritaire.

Bibliographie

Bibliographie

Becker J.-J. et Berstein S., 1987. « L’anticommunisme en France et l’histoire », Vingtième Siècle – Revue d’Histoire, no 15, p. 17-28.

Branche R., 2001. La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962), Paris, Gallimard.

Chaloub S., 1990. « Classes perigosas », Revista trabalhadores, Campinas, Associação Cultural do Arquivo Edgard Leuenroth, Unicamp, no 6.

Dreifuss R. A., 1981. 1964. A conquista do Estado: ação política, poder e golpe de classe, Petrópolis, Vozes.

Fico C., 2001. Como eles agiam. Os subterrâneos da ditadura militar: espionagem e polícia política, Rio de Janeiro, Record.

Fico C., 2004. « Versões e controvérsias sobre 1964 e a ditadura militar », Revista Brasilera de História, v. 24, no 47, p. 29-60.

Figueiredo L., 2005. Ministério do silêncio. A história do serviço secreto brasileiro de Washington Luiz à Lula (1927-2005), Rio de Janeiro, Record.

Foucault M., 1975. Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

Gáspari É., 2002. As ilusões armadas: a ditadura escancarada, São Paulo, Companhia das Letras.

Joffily M., 2008. No centro da engrenagem. Os interrogatórios na Operação

Bandeirante no DOI de São Paulo (1969-1975), thèse de doctorat d’histoire, Universidade de São Paulo, São Paulo.

Joxe A., 1990. Le cycle de la dissuasion (1945-1990) : essai de stratégie critique, Paris, La Découverte.

Magalães M., 2012. Marighella: o guerrilheiro que incendiou o mundo, São Paulo, Companhia das Letras.

Mann P., 1994. « Pouvoir politique et maintien de l’ordre. Portée et limites d’un débat », Revue française de sociologie, no 3, p. 435-455.

Martins J. R., 2004. « A educação dos golpistas : cultura militar, influência francesa golpe de 1964 », communication présentée au congrès The culture of dictatorship, University of Maryland, USA.

Ministério do Exército, Manual de Campanha. Guerra revolucionaria, decreto no 62.964, juillet 1968.

P. Musso, 2005. « De la modernité des concepts gramsciens pour une critique du capitalisme informationnel », Quaderni, no 57, p. 101-115.

Nayrolles D., 1969. La Mission militaire française à Sao-Paulo, 1905-1913, ou Mission Balagny, mémoire de Maîtrise d’histoire, Université Paris I.

Pacheco A. C. e Silva, 1958. Guerra psicológica, ESG, Cs-15-58.

Patto Sá Motta R., 2002. Em guarda contra o perigo vermelho. O anticomunismo no Brasil (1917-1964), São Paulo, Editora Perspectiva.

Quintanilha Martins M. T., 2012. A civilização do delegado. Modernidade, polícia e sociedade em São Paulo nas primeiras décadas da Répública, 1889-1930, thèse d’histoire, Université de São Paulo.

Rosemberg A., 2008. Polícia, policiamento e o policial na província de São Paulo no final do Império : a instituição, prática cotidiana e cultura, thèse de doctorat d’histoire, São Paulo.

Tchakhotine S., 1953. Le viol des foules par la propagande politique, Paris, Plon.

Toledo E., 2004. Travessias revolucionarias. Ideias e militantes sindicalistas em São Paulo e na Itália (1890-1945), Campinas, Unicamp.

Trinquier R., 2008. La guerre moderne, Paris, Œconomica.

Notes

1 La structure fédérale de l’État brésilien dépose entre les mains des présidents élus de chaque État de l’Union des pouvoirs assez étendus. São Paulo jouit alors de sa propre Constitution, force de police, appareil judiciaire et institutions spécifiques de politique étrangère. Toutefois, il dépend de l’Union pour la défense extérieure des frontières et pour l’orientation générale de la diplomatie.

2 La mission connaît trois périodes : sous le commandement du colonel Balagny, elle reforme d’abord les établissements d’instruction pour sous-officiers et officiers de police (1905-1913) ; puis sous la direction du général Nerel, elle engage la militarisation de la force publique (1921-1925) ; enfin, le lieutenant-colonel Hauchecorne conduit au Brésil des forces auxiliaires qui jouent un rôle central dans la défense de la ville de São Paulo (1929-1932). Pour plus de détails, voir : L’armée brésilienne et les missions françaises, 1921, Service Historique de la Défense, carton 7N3397.

3 Le mouvement commence le 23 novembre 1935, à Natal. Commandée par des sergents, caporaux et soldats, la révolte s’étend à Rio de Janeiro, au 3erégiment d’infanterie et à l’école d’aviation militaire. Tous les soulèvements se réclament de l’Alliance nationale de libération. La préparation du mouvement passe par Moscou, avec la participation d’une commission de membres des partis communistes de cinq pays différents, dirigé par le capitaine brésilien Luís-Carlos Prestes. En raison de la précipitation d’une des cellules, celle de Natal, le mouvement est rapidement mis en échec par les forces légalistes, commandées par le général Eurico Dutra.

4 Entre 1920 et 1930, la Mission militaire française d’instruction pour l’armée de terre (mission Gamelin) oriente la création de nouvelles structures responsables de juger les crimes contre l’ordre interne. En 1938, son chef, le général Pol Noël stimule la réforme du Tribunal militaire supérieur, responsable du jugement des crimes contre la sécurité nationale. Les Cours militaires jugent alors les crimes politiques.

5 Les conspirateurs brésiliens appellent révolution le coup d’État contre le gouvernement de João Goulart (1961-1964), sans doute en référence à tant d’autres soulèvements et pronunciamientos militaires qui ponctuent l’histoire du Brésil républicain.

6 Outre le DOPS (Département de l’Ordre Politique et Social), sont chargés du recueil et de l’exploitation des renseignements le CIE (Centre d’Informations de l’Armée de Terre), le CISA (Centre d’Informations et de Sécurité de l’Aéronautique), le CENIMAR (Centre d’Informations de la Marine) et la CGI (Commission Générale d’Investigations). Pour plus de détails, voir : Carlos Fico, Como eles agiam. Os subterrâneos da ditadura militar : espionagem e polícia política, Rio de Janeiro, Record, 2001.

7 C. Lamarca quitte le 4e régiment d’infanterie, à Quintaúna, en emportant avec lui un camion d’armes et de munitions. Son action spectaculaire met en évidence l’inefficacité des services de renseignement de l’armée et la difficulté à exploiter les informations réunies par la police. Cet épisode révèle le besoin de disposer d’un organisme capable d’intervenir de manière dynamique et coordonnée dans le combat contre les ennemis du régime militaire. Voir : Mariana Joffily, No centro da engrenagem. Os interrogatórios na Operação Bandeirante no DOI de São Paulo (1969-1975), thèse de doctorat d’histoire, Universidade de São Paulo, São Paulo, 2008, p. 33.

Auteur

Docteur en histoire, il a soutenu une thèse à l’université de Toulouse-le Mirail (désormais Jean Jaurès) sur les relations franco-brésiliennes durant le XXe siècle, notamment sur les missions militaires françaises et la collaboration entre officiers français et brésiliens durant la dictature brésilienne (1964-1985). Il est actuellement Maître de conférences en Civilisation latino-américaine à l’Université de Reims Champagne Ardennes.

© Presses universitaires du Midi, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540