Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mauvais sujets dans les Amériques

 | 
Clara Duterme
, 
Marion Giraldou
, 
Abigail Mira

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Maureen Burnot est doctorante en anthropologie au CREA, à l’université Lyon 2, sa thèse porte sur les cultes de deux saints populaires en Argentine, le Gaucho Gil et le San la Muerte. Elle a également réalisé plusieurs films documentaires, dont le court-métrage Moncho qui a obtenu le prix du Festival du Film de Chercheurs en Sciences Humaines et Sociales (Lyon 2014).

2Guillaume De Gracia est docteur en anthropologie historique et politique diplômé de l’université de Paris 8 depuis novembre 2009, il est l’auteur de plusieurs articles sur la question de l’anarchisme argentin et collaborateur régulier de la revue universitaire Dissidences. Il a participé au lancement de la collection América Libertaria (aux éditions « nada » et « noir & rouge »). Il est par ailleurs l’auteur de « l’Horizon Argentin », publié en 2009 aux presses de la CNT-RP.

3Dorothée Delacroix a réalisé une thèse de doctorat en anthropologie (2010-2014) au LISST-Centre d’Anthropologie Sociale, qui portait sur les mémoires des violences politiques au Pérou. Elle a publié récemment un article sur une réplique du mémorial de L’Œil qui pleure dans une communauté paysanne andine (Bulletin de l’Institut Français d’Études Andines, no 43 (2), 2014). Elle est actuellement ATER à l’université de Paris Ouest.

4Clara Duterme est actuellement chargée de cours à l’université Toulouse – Jean Jaurès et membre associée au LISST – Centre d’anthropologie sociale. Elle a soutenu, en 2013, une thèse en anthropologie portant sur les dynamiques identitaires et mémorielles dans deux communautés indigènes au Guatemala en s’intéressant en particulier à l’inscription des acteurs locaux dans des réseaux transnationaux à travers des projets de tourisme solidaire.

5Marion Giraldou a obtenu une thèse de doctorat en histoire à l’université Toulouse – Jean Jaurès. Cette thèse a été publiée aux PUR, en 2014, sous le titre Vierge ou putain. Processus de marginalisation des prostituées de San José. Actuellement enseignante dans le secondaire, elle poursuit ses recherches sur l’évolution du rôle des Comités de Défense de la Révolution dans la vie sociopolitique à Cuba.

6Richard Marin est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Toulouse – Jean Jaurès. Ses recherches portent sur l’histoire du Brésil à propos duquel il a notamment publié : Meurtre au palais épiscopal. Histoire et mémoire d’un crime d’ecclésiastique dans le Nordeste brésilien (IHEAL) et Les mots du Brésil (PUM). Il a notamment collaboré avec Bartolomé Bennassar (Histoire du Brésil, 1500-2000, Fayard) et Michel Bertrand (Écrire l’histoire de l’Amérique latine. XIX-XXe siècles, CNRS).

7Abigail Mira est chargée de cours à l’université Toulouse – Jean Jaurès et traductrice pour les SHS. Elle prépare une thèse en anthropologie-sociologie au sein de l’URMIS à l’université Paris Diderot, sur les relations de la population frontalière mexicaine avec le narcotrafic, dans le contexte de la « guerre » contemporaine. Elle a publié sur les questions de violence et de santé publique au Mexique (« Contrôler la reproduction de l’Indien : enjeux sociaux et idéologiques », L’Ordinaire Latino-Américain, nos 203, 2006) et « “Victimes du désert” : autour de certaines morts en frontière » dans La mort collective et le politique, en 2011.

8Rodrigo Nabuco de Araujo est docteur en histoire, il a soutenu une thèse à l’université de Toulouse-le Mirail (désormais Jean Jaurès) sur les relations franco-brésiliennes durant le XXe siècle, notamment sur les missions militaires françaises et la collaboration entre officiers français et brésiliens durant la dictature brésilienne (1964-1985). Il est actuellement Maître de conférences en Civilisation latino-américaine à l’Université de Reims Champagne Ardennes.

9Sylvie Pédron Colombani est Maître de conférences au département de sociologie de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Membre du centre EREA du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative. Ses travaux de recherche portent essentiellement sur les phénomènes religieux au Guatemala où elle a notamment analysé la conversion des populations aux Églises pentecôtistes (Le pentecôtisme au Guatemala. Conversion et identité, Paris, éditions du CNRS, 1998) ainsi que le développement du culte « néo-traditionnel » de Maximón (Maximón au Guatemala. Dieu, saint ou traitre, Londres, Editions Periplus, 2006). Elle s’intéresse également aux questions ayant trait à la mobilité et à la globalisation du religieux.

10Dennis Rodgers est professeur d’études du développement à l’université d’Amsterdam et chercheur associé au Centre de recherche sur le conflit et le maintien de la paix de l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) à Genève. Anthropologue de formation, ses recherches portent notamment sur la violence et la gouvernance urbaine au Nicaragua, en Argentine, et en Inde. Parmises publications récentes : « Global Gangs : Street Violence Across the World » (avec Jennifer Hazen, University of Minnesota Press, 2014).

© Presses universitaires du Midi, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540