Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sedes Sapientiae

 | 
Sophie Brouquet

Seconde partie. Le culte marial à Rocamadour et ailleurs au Moyen Âge

Une Vierge noire au cœur de la ville de Toulouse

René Souriac

Texte intégral

  • 1 Une association a été créée, l’APPD, (Association pour la promotion du Patrimoine de la Daurade), (...)

1Le culte de la Vierge noire de la Daurade à Toulouse a joui dans l’histoire d’une grande réputation qui ne se dément toujours pas. De nos jours encore, un flot incessant de visiteurs entre dans la basilique. Ce n’est sans doute pas pour sa qualité esthétique bien mal mise en valeur malgré le bel ordonnancement de son architecture néoclassique et quelques pièces décoratives de grande valeur – cycle de la Vierge peint sur sept grandes toiles du chœur par Joseph Roques, l’un des maîtres de Jean-Dominique Ingres (toiles réalisées entre 1810 et 1821). C’est incontestablement le sanctuaire vénéré qui attire, témoins les cahiers de prières qu’il faut renouveler très régulièrement, les ventes de cierges et autres dons très importants1. Le culte de Marie à la Daurade est donc un phénomène culturel et religieux toujours vivant, il remonte à l’Antiquité où fut construite en son honneur une église paléochrétienne, aujourd’hui malheureusement détruite.

2L’objectif de la communication n’est pas de tenter une approche historienne de ce phénomène, mais d’essayer de comprendre les mobiles, les enracinements et les développements d’une adhésion qui semble n’avoir pas fléchi dans la ville de Toulouse. Il s’agit de réfléchir sur les origines du culte et les formes qu’il a prises depuis quinze siècles. Comme dans bien d’autres lieux explorés par ce colloque, la Vierge de Toulouse est une Vierge noire, mais elle le devint tardivement, vers le XVIe siècle. La couleur de la statue n’est donc pas dans ce cas le premier critère à considérer mais, à la Daurade, c’est Marie, mère de Dieu, qui est première, sainte Marie de Toulouse déjà dans Grégoire de Tours au VIe siècle au plus tard. Et peut-être plus encore, ce qui importe pour comprendre l’aura de la Vierge noire de la Daurade, c’est son implantation dans la ville de Toulouse, au cœur de la cité, dont nous allons voir qu’elle a fait autrefois de son sanctuaire un lieu essentiel de la vie urbaine dans les temps anciens.

Une histoire singulière

Un sanctuaire antique voué à Marie : la Daurade, église de la ville de Toulouse

  • 2 Les écrits des auteurs des XIXe et XXe siècles consacrés à la Daurade croient parfaitement fondée (...)

3Précisons tout d’abord les données historiographiques concernant le site et le culte à la Vierge qui s’y est développé. Une tradition bien ancrée dans la mémoire et l’imaginaire toulousains voudrait que l’édifice primitif ait été consacré, vers l’an 400 de notre ère, par saint Exupère, l’un des plus célèbres parmi les anciens évêques de la cité galloromaine. Les dernières recherches archéologiques ne contredisent pas la possibilité d’une construction aussi ancienne sans pour autant qu’on puisse à partir de là confirmer la véracité de la légende. Une autre tradition, tout aussi enracinée dans les représentations toulousaines de l’ancienneté de la Daurade, voudrait qu’il s’agisse à son sujet du plus ancien sanctuaire marial des Gaules, de plus lié aux décisions du concile d’Ephèse où, en 431, Marie fut proclamée Theotokos, c’est-à-dire, Mère de Dieu en grec2.

  • 3 Cazes, 2010, p. 11.

4À partir du XVIe siècle, des Toulousains cultivés et passionnés ont tenté d’imaginer les origines de cette église dont – fait unique apparemment en France – le chœur était couvert de mosaïques « qui n’avaient rien à envier aux prestigieuses architectures de Ravenne »3. De Jean de Chabanel, curé de la Daurade au début du XVIIe siècle, à dom Jacques Martin, bénédictin de Saint-Maur au XVIIIe, vont être élaborées des interprétations qui seront retenues jusqu’aux recherches archéologiques menées sur le site dans la seconde moitié du XXe siècle.

Une église paléochrétienne, église palatine des rois wisigoths ?

  • 4 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, en 10 volumes, qui couvrent l’essentiel du VIe siècle de n (...)
  • 5 Idem, tome VII, paragraphes 13 et 14, édition Guizot, Collection des mémoires relatifs à l’Histoir (...)

5Pouvons-nous résoudre l’énigme des origines ? Un diplôme de Charles le Chauve, rédigé en 844, révèle que le « monastère Sainte-Marie » était l’un des trois principaux sanctuaires de Toulouse avec Saint-Étienne, la cathédrale, et la basilique Saint-Sernin, lieu où était vénéré saint Saturnin, le martyr fondateur de l’Église à Toulouse au IIIe siècle de notre ère. Mais c’est à Grégoire de Tours que nous devons le témoignage le plus ancien, lui qui fut l’historien des premiers rois de la dynastie mérovingienne4. Il nous apprend en effet qu’en 584, Rigonthe, arrière-petite-fille de Clovis, fut séquestrée « dans la basilique Sainte-Marie de Toulouse5 », alors qu’elle se rendait auprès de son fiancé Reccarède, fils du roi wisigoth de Tolède.

  • 6 Le cardo est une voie orientée nord-sud, le decumanus est, dans le plan à trame orthonormée des vi (...)
  • 7 On désignait à Toulouse sous le nom de consistoire, le conseil formé des huit capitouls qui admini (...)

6Ces témoignages attestent de l’antiquité du sanctuaire, de sa dédicace à Marie très tôt dans l’histoire, et aussi de sa position centrale dans la ville de Toulouse, ils ne nous éclairent cependant pas sur ses origines précises. Nous n’entrerons pas en détail sur des considérations éloignées de l’objet du présent colloque. Il faut cependant remarquer que la basilique était située au cœur de la ville antique, pas très loin du croisement que forment traditionnellement dans les villes romaines le cardo maximus et le decumanus maximus6, croisement où se trouvait le temple du Capitole où fut martyrisé, selon la tradition, saint Saturnin. Nous pouvons remarquer tout de suite que cette situation privilégiée s’est perpétuée dans la ville médiévale et moderne : le capitoulat de la Daurade, l’un des huit qui composaient alors la ville, était le premier en rang protocolaire, et que le capitoul (magistrat municipal) qui le représentait, était lui aussi le premier nommé dans l’ordre hiérarchique, même s’il n’était pas toujours le chef du « consistoire »7. Nous verrons toute l’importance de cette position dans la ville lorsque les capitouls faisaient appel au prieur du monastère de la Daurade pour qu’il veuille bien « descendre » la statue de la Vierge et organiser la procession sollicitée par eux lors des drames qui assaillaient la cité.

7Un deuxième élément à prendre en compte, c’est l’existence, à proximité de l’église, du palais des rois wisigoths. Ils s’installèrent à Toulouse vers 413-418, d’abord comme « vassaux » d’un empereur de Rome à l’autorité bien lointaine, puis dans une autonomie totale, à partir de 450 environ, en créant un royaume dont Toulouse a été la capitale jusqu’à la bataille de Vouillé en 507 : Clovis, leur vainqueur, les obligea à se replier à cette date en territoire ibérique ; ils choisirent alors Tolède pour capitale et régnèrent sur les terres espagnoles jusqu’à la conquête arabe.

8Il se peut que la présence à Toulouse de ce peuple « barbare » ait été contemporaine de la fondation de l’église de la Daurade. La recherche actuelle est amenée à penser qu’ils sont probablement à l’origine du décor des mosaïques à fond d’or – d’où le nom de Daurade, église dorée – qui recouvraient le chevet de ce monument paléochrétien, au moment où se construisaient à Ravenne, principal lieu de pouvoir en Occident de l’empire romain finissant, les premiers monuments de style byzantin, couverts de mosaïques, le baptistère des Orthodoxes et le mausolée de l’impératrice Galla Placidia.

  • 8 Cazes, p. 22 « Des sondages archéologiques réalisés en 1961 et réinterprétés en 2003 ont permis de (...)

9L’archéologie elle-même ne peut guère donner des certitudes. Il semblerait cependant, qu’il faille renverser, selon ce qu’indiquent les fouilles de 1961, l’hypothèse de dom Martin qui croyait que la Daurade avait été bâtie par reprise d’un temple gaulois à dix côtés : c’est l’inverse qui semble s’être produit, un chœur à sept pans, particulièrement original, fut rajouté au Ve siècle à une salle antique précédente. C’est ce que pense Quitterie Cazes8.

  • 9 L’abside était organisée sur trois rangées et son décor se répartissait en une cinquantaine de nic (...)

10Cette abside allait abriter jusqu’à sa démolition en 1762-1763, la statue de la Vierge, dans un environnement décoratif sans doute splendide, connu heureusement par la description qu’en fit en 1633 le bénédictin dom Odon Lamothe, arrivé dans ce sanctuaire avec ses collègues de Saint-Maur quelques années auparavant9. Seul un fragment de ces mosaïques qu’il avait tant admirées, a échappé à la démolition de l’antique église : il est conservé au musée Calvet d’Avignon. D’une grande beauté plastique, il permet de savoir comment étaient faites les tesselles de ces mosaïques à fond d’or datant du Ve siècle : une mince feuille d’or (ou d’argent) avait été placée par les ouvriers qui les avaient fabriquées, entre deux plaques de verre, renvoyant ainsi vers l’observateur un éclat sans pareil. La perte due à leur destruction est évidemment inestimable.

Le prieuré bénédictin au Moyen Âge

  • 10 Voir Cazes, 2010, p. 49-57.

11L’essor de ce sanctuaire vénérable se confirma dans la seconde partie du Moyen Âge. En 1077, l’évêque de Toulouse, Isarn, confia à Cluny le monastère de la Daurade. Il s’agit là d’une date essentielle car, désormais, sous la forme d’un prieuré dépendant de Moissac, ce monastère entrait dans l’orbite de l’ordre religieux le plus puissant du moment, étroitement associé à l’application de la Réforme grégorienne et animateur culturel et artistique de première importance. Ainsi, dans la grande ville de Toulouse, la Daurade participa à l’essor de la sculpture romane, aux côtés de Saint-Sernin et Saint-Étienne. L’église fut alors voûtée, mais la célébrité de la Daurade au XIIe siècle provient de ses ateliers de sculpteurs, trois tout au long du siècle – vers 1100, vers 1120 et vers 1180 – décorant alors un cloître aujourd’hui démoli mais dont les principaux éléments décoratifs sont conservés au musée des Augustins à Toulouse10.

12Le sanctuaire bénéficia alors de la sollicitude des grands de ce monde : le comte de Toulouse Guillaume IV qui y fit déplacer le cimetière de sa famille précédemment à Saint-Sernin, son petit-fils Alphonse-Jourdain qui autorisa la construction d’un pont confié aux moines. Les rois de France intervinrent souvent à l’instar de Charles le Chauve ; et même les papes accordant de nombreux privilèges à l’église de la Daurade et au culte de la Vierge.

  • 11 Caille, 2006.

13Tout au long de la période, les bénédictins de la Daurade reçurent quantité de dons dans la ville et dans son faubourg de Saint-Cyprien sur lequel ils avaient la juridiction. Une étude de Jacqueline Caille montre l’importance du temporel du prieuré dans la cité11. Ils partageaient aussi avec l’évêque la nomination des curés de la ville. Le sanctuaire marial de la Daurade jouissait donc d’une puissance et d’un prestige dont on peut maintenant essayer de voir comment ils s’enracinaient dans les formes du culte rendu à Marie à Toulouse.

Le culte marial à la Daurade au Moyen Âge et aux Temps modernes

Un culte populaire

  • 12 Rémond, 1966. Citation que l’auteur a tirée du Registre des délibérations de la paroisse (1802-182 (...)

14La représentation sensible du culte de la Vierge noire de Toulouse est actuellement une statue en bois, peinte en noir, en fait un buste d’où on ne voit émerger, puisque les deux personnages sont toujours couverts de vêtements précieux, que la tête de la Vierge et celle de l’Enfant Jésus dont on imagine qu’elle le porte sur le bras gauche. La statue actuelle est de la main du sculpteur toulousain Jean-Louis Ajon ; elle fut inaugurée en 1807. La commande portait qu’elle devait être faite à la ressemblance de la précédente statue, « la tête et les mains de Notre-Dame et de l’Enfant-Jésus seront de bois de noyer ou de poirier, le reste pourra être en bois de tilleul »12.

  • 13 Rémond, Notre-Dame la Daurade. Premier sanctuaire marial des Gaules. Essai historique. 1966. Citat (...)
  • 14 Cassagnes-Brouquet, 1990.
  • 15 Malraux, 1977.

15Depuis quand existe-t-il une statue de la Vierge dans l’église de la Daurade ? L’abbé Ferradou, curé de la Daurade (1838-1884), suppose qu’il y en eut une dès les origines au Ve siècle : on ne peut guère le suivre sur cette question. La seule certitude que l’on puisse avoir concerne la signature qui était apposée sur la Vierge noire d’avant la Révolution, exécutée au XIVe siècle13. On en trouve la mention dans un écrit d’un moine bénédictin du Mas-Grenier qui dit l’avoir recopiée sur le bas de la statue : « Magister Rainaldus digito suo me fecit apud Auxim » ; « Maître Raynaud m’a sculptée de sa main à Auch ». La statue actuelle est noire, de belle facture et volontairement peinte en noir. On peut douter que celle du maître auscitain ai été noire : le qualificatif qui apparaît en premier au XVIe siècle est celui de « brune ». Dom Odon Lamothe, au XVIIe siècle, la voit noire. En fait, bien qu’entrant certainement dans la cohorte des Vierges noires, elle ne correspond pas tout à fait non plus au modèle défini par Sophie Cassagnes-Brouquet dans une belle étude qu’elle a consacrée au culte de ces Vierges14. Se situant elle-même dans le sillon tracé par André Malraux15, et dans la méditation de cet auteur, voici ce qu’elle écrit :

  • 16 Cassagnes-Brouquet, 1990, p. 9.

Parmi les innombrables figurations de Marie, la Vierge Noire tranche par son abstraction et sa pureté d’idole ; elle appartient à un temps où le dialogue avec l’autre monde, celui de l’au-delà, est encore possible et même quotidien. Ainsi l’image que nous avons en tête en évoquant les Vierges Noires est celle d’une statue de bois assise en Majesté, portant l’Enfant sur ses genoux. Elle nous fait face, comme sans nous voir et, pourtant, elle nous transperce de son regard impénétrable. …, elle est la Sedes Sapientiae, le Trône de la Sagesse16.

  • 17 Cassagnes-Brouquet, p. 42.
  • 18 lberigo, 1994, TII-1, p. 113.

16La Vierge de la Daurade n’a pas été faite selon le modèle des statues en Majesté, les habits qu’elle porte rendant inutile l’interrogation sur sa constitution, seules n’apparaissant que les têtes et les mains, en bois précieux selon la commande faite à Jean-Louis Ajon, comme nous l’avons vu. Cette observation, d’ailleurs, n’a pas de véritable signification par rapport au culte qui lui est rendu et à ce qu’on attend de l’intercession de Marie. L’histoire de la Vierge noire honorée à la Daurade est tout aussi mystérieuse que celle de ses autres représentations. Comme pour la plupart d’entre elles, en Auvergne ou ailleurs, le qualificatif de couleur n’apparaît que tardivement, au tournant du Moyen Âge et des Temps modernes. Elle est une Vierge noire urbaine, alors que le phénomène est « le fait d’une civilisation essentiellement rurale » et que « l’immense majorité des lieux de culte… se situe dans de petits villages »17. Elle n’est pas la plus célèbre, les sanctuaires mariaux du Puy-en-Velay et de Chartres – urbains comme à Toulouse – sont considérés comme sans doute les plus anciens de France. Elle n’a pas la célébrité de la Vierge noire de Rocamadour rendue glorieuse par la visite de saint Louis. Mais elle est la Vierge d’une ville plus importante que celles qui viennent d’être citées, et elle a l’originalité d’être, en plus de ses attributs protecteurs sur lesquels nous reviendrons, la Madone salvatrice de la cité, jouissant à ce titre plus qu’aucune autre, d’un culte « civique » de très grande importance, puisqu’elle est de tous temps, nous l’avons aperçu, dans l’église de centre ville, au cœur même de la vie des Toulousains. Elle est certainement, sans la moindre réserve pour ses fidèles, la Theotokos proclamée au concile d’Ephèse en 431, la Mère de Dieu salvatrice, même si on ne peut pas justifier par cette référence chronologique la création du sanctuaire toulousain. Et, de même que les pères du concile de 431 avouent leur hardiesse à écrire une telle définition : « … et voilà ce que nous trouvons avoir été pensé par les saints Pères ; c’est qu’ils se sont enhardis à nommer la sainte Vierge, Mère de Dieu »18, les théologiens d’hier et d’aujourd’hui s’interrogent sur les modalités, les mobiles et les conceptions de la pratique des cultes populaires auxquels appartiennent les dévotions à Marie.

  • 19 « Le manuscrit du prieur de Sennely, 1700 », cité dans Le Goff, Rémond, 1988, t. 2, p. 545-547.
  • 20 Texte non publié de la conférence du père Michel Dagras, né à Toulouse, bénéficiaire, comme il l’a (...)

17Ainsi, au XVIIe siècle, siècle de la Réforme catholique, le curé de Sennely en Sologne, Christophe Sauvageon, qui reconnaît cependant de grandes qualités de mœurs à ses paroissiens, ne s’embarrassait-il pas à voir dans ses ouailles « des idolâtres » et des « superstitieux »19. Le théologien d’aujourd’hui, le père Michel Dagras, situe la question sur le plan des rapports du sacré, de la foi et du symbolique20 :

Est « symbolique » une réalité sensible dont la signification immédiate est en quelque sorte augmentée, enrichie, d’une autre signification relative à une réalité qui, elle, échappe à la prise des sens. Ainsi l’alliance que les époux portent au doigt n’est pas seulement un morceau de métal plus ou moins précieux et à la valeur vénale définissable. Elle représente aussi (et surtout) l’amour qui lie deux personnes dans la décision de vivre en couple. Le signe ne représente pas grand-chose en lui-même. Il prend sa valeur réelle de ce qu’il signifie.

Dans l’univers des symboles, le rapport entre le signe et le signifié est variable, plus ou moins profond, plus ou moins intense. La photo que l’on conserve d’amis ou de parents défunts a certainement plus de valeur que la couleur d’un habit. L’eau bénite dont on se signe en mémoire du baptême, l’icône devant laquelle on prie, le livre des Ecritures s’attachent ainsi à des degrés divers aux choses qu’ils signifient. Au sommet de ces relations se trouvent les sacrements, évènements dans lesquels s’implique et s’engage totalement le Christ ressuscité en personne.

La magie apparaît lorsque le signe, prenant le pas sur le signifié, est prétendu efficient par lui-même. L’objet, considéré comme dopé de puissances spirituelles bénéfiques ou maléfiques, agit alors automatiquement, à la demande de ceux qui en disposent. Plus besoin de Dieu ! Magie et idolâtrie se rejoignent dans la même ineptie !

Les objets de piété en général et ceux qui sont propres à la dévotion à la Vierge Noire, n’échappent donc pas aux risques de dérives magiques. Il faudra toute la vigilance des croyants pour les maintenir dans un statut symbolique cohérent avec la foi chrétienne.

Le culte marial à Toulouse avant la Révolution française

18Ce culte prenait autrefois deux formes différentes : une forme communautaire qu’on peut qualifier de « religion civique », et une forme « privée » autour de la protection de la maternité, cette dernière subsistant aujourd’hui dans la pratique religieuse.

La religion civique

  • 21 Extrait du Livre des processions, manuscrit conservé à la Daurade, Livre des miracles de Notre-Dam (...)

Continuation des miracles faicts à l’invocation de nostre Dame, la Vierge mère de Dieu honorée soubs la très saincte image dans l’eglise de la Dorade :
Quand la ville de Tholose est pressée de quelques maladies, guerres, famines, pestilence, extrêmes chaleurs et seicheresses ou trop grand abondance de pluyes, messieurs les capitouls s’assemblent en la maison de ville et font vœu à Dieu par l’entremise de sa très saincte mère, de faire certain présent à l’église Notre-Dame de la Dorade, s’il luy plait retirer son juste fléau du pays et leur être propice.
Livre des processions, manuscrit conservé à la Daurade21.

19Cette intervention des capitouls auprès des moines de la Daurade avait ses principes et ses rites. Commençons par observer ce qui se passait en ces occasions, nous nous interrogerons ensuite sur les mobiles auquel le rite obéissait. Le registre d’où sont extraites les formules transcrites ci-dessus contient des informations qui vont des années 1630 à 1790, date de la dernière procession organisée à Toulouse, mais cette fois sous l’égide des nouveaux officiers municipaux qui avaient remplacé les capitouls. D’un côté du registre sont inscrites les « descentes » de la Vierge, nom sous lequel sont désignées les processions, nous allons voir pourquoi. De l’autre côté, en prenant donc le registre à l’envers, les moines greffiers ont inscrit pendant la même période, des miracles accomplis par la Vierge à la demande des personnes privées ; cette question sera traitée ci-après, dans la partie forme privée du culte.

20Trente-sept « descentes » sont répertoriées dans le livre des miracles entre 1637 et 1790. Mais on sait par les autres sources capitulaires, les Annales manuscrites en particulier, que les capitouls faisaient tenir régulièrement depuis le Moyen Âge, que la pratique était bien plus ancienne. Et d’autre part, Géraud de Lavedan qui a mis au point la transcription du manuscrit de la Daurade, a relevé au moins huit descentes non répertoriées dans la période concernée. Il a pu préciser aussi la mention de vingt-six vœux pour cause de pluie entre 1618 et 1790, et de trente-six pour cause de sècheresse entre 1565 et 1785.

21Il semble également que la pratique des vœux suivis de descentes de la Vierge ait été plus forte au XVIIe siècle que par la suite. L’apogée se situe au temps de Louis XIV – vingt-deux en tout et pas de mention de vœux qui n’auraient pas été enregistrés – alors que la pratique au XVIIIe siècle est celle de prières publiques mentionnées dans les registres du capitoulat : quarante-cinq et seulement neuf vœux.

Le rituel

Quand la ville de Tholose est pressée de quelques maladies, guerres, famine, pestilences, extrêmes chaleurs et seicheresses ou trop grande abondance de pluye[1], Messieurs les Capitoux s’assemblent en la maison de ville & font vœu à Dieu par l’entremise de la très saincte mère de donner certain présent (lequel ilz spécifient entre eux) à l’eglise de N[ot]re Dame de la Dorade, s’il lui plaist retirer son juste fléau du pays & leur estre propice. Ils font vœu aussi de députer deux d’entre eux de venir avec leur marque ou liv(v)rees de Capitoul accompaignes de quelques deux ou trois plus honorables bourg[e]ois, se prosterner devant la très Saincte Image de Nostre Dame la Dorade, et là renouveller leur dict vœu. Cela faict ils entrent au cloistre et prient les religieux de vouloir descendre l’image de Nostre Dame et la faire porter processionnellem[ent] au jour convenu entre eux, ce qui leur ayant esté accordé ils se retirent
[…] La descente de la ste Image se faict volontiers un samedy au soir (ou la veille de quelq[ue] feste si on estoit pressé) après complies & pour ce sonne[-t-] on les grandes cloches durant un’heure immediatem[ent] devant. Le lendemain qui est dimanche les huict Capitoux vestus de robbes com(p)tales assistent à la Messe solemne q[ui] se chante de Nostre Dame à laquelle ilz vont à l’offrande & communient tous : puis reviennent en mesme livvrée a Vespres & assistent à la procession faisant porter autour de la Ste image quatre torches d’environ huict liv(v)res pesant, […]
[…] Elle sera porte en procession au despens de la table de la nativité par quatre hommes vestus en aubes. Des q[ue] nous sommes revenus de la procession ils la remettent tout comme elle est où ils l’avoient prise où nous allumons quatre cierges & mettons un bassin devant elle, & ce q[ue] le peuple y met, est nostre [….]

  • 22 Souriac, 2008, p. 36.
  • 23 En général en effet, la statue reste exposée dans l’église pendant huit jours avant que les moines (...)

22Comme le révèle le texte inscrit sur le registre, le rituel est des plus solennels. C’est la ville de Toulouse qui, par l’intermédiaire de ses magistrats, s’adresse à la Vierge. La démarche des capitouls est parfaitement réglée et les moines y acquiescent par la voix du prieur ou de son représentant. En fait, c’est un acte politique très important qui s’accomplit ainsi, dans une société unanimement catholique – Toulouse la Sainte au moins depuis les guerres de Religion où les protestants furent violemment chassés de la ville22 – où le sens communautaire joue fortement pour tenter de renforcer l’unité de la cité. Les moines de la Daurade remarquent très souvent dans leur procès-verbal, l’immense concours de peuple qui se fait dans l’église pendant l’octave de la descente23.

23En 1658, en raison « des grandes et excessives pluyes et inondations », les capitouls firent leur vœu et les « inondations cessèrent… en sorte que chacun recognoissoit la faveur qu’ils avoint receue par l’intercession de la mère de Dieu ; et selon le tesmognage de personnes eagées, on n’a point veu de memoire d’homme un si grand concours dans nostre eglise en semblables occasions ».

Mobiles et effets des descentes

24Il apparaît clairement que ce sont des fléaux naturels dont on demande protection, la méchanceté des hommes étant à l’origine de la colère de Dieu qu’il faut assouvir. Une question particulière s’est posée cependant en 1672 lors d’un incendie au faubourg Saint-Michel, à l’est de la ville, qui faisait mine de s’étendre à la cité en raison du vent d’autan qui soufflait violemment, le palais du Parlement étant directement menacé. En cette occasion les capitouls ne vinrent pas au monastère, se préoccupant de lutter contre l’incendie. Le président du parlement intervint auprès des moines pour solliciter la descente de la Vierge, mais, sans intervention des capitouls : « … on fist grande résistance à cette demande et on ne pouvait se résoudre de faire descendre l’image sans que Mrs les capitouls en eussent fait le vœu ».

25L’archevêque, le cardinal de Bonzi, intervint lui-même, avec le Saint Sacrement, mais sans effet. Il fallut que le président de la Terrasse s’engage à faire promettre la présentation du vœu par les capitouls pour qu’enfin la descente puisse se faire : « … on porta l’Image en procession à dix heures et demy jusques devant l’église de St Michel. Dès que l’Image fut descenduë le vent qui poussoit auparavant le feu avec grande violence sur les maisons de la ville, se changea incontinent, et les flammes trouvèrent leurs bornes aussitost que l’Image eut paru… ».

26Le vent d’autan était tombé…

27Il arrive aussi que les prières ne calment pas la fureur des éléments ; c’est ce qui se produisit en 1664, consigné par le greffier sur le registre :

[…] le mesme soir(après la procession) apres complies la ste Image fust remise en sa niche. Mais par un secret jugement de dieu le ciel au lieu de donner de la pluye comme lon esperait, devint de jour a autre plus serein, et le beau temps continua long temps apres, ce qui estonna fort le peuple de tholose qui n’avait jamais veu chose semblable, chascun attribuant la cause de ce refus à diverses causes […], neantmoins la véritable cause en est incognue. On dit pourtant qu’il a pleu beaucoup au bas Languedoc et du coté de Montauban, peut-être que la ste Vierge a employé ses faveurs pour ces lieux, les tholosains n’en estant pas trouves cette fois dignes ».

28La Vierge aurait-elle alors été plus favorable à ces protestants si maudits qui peuplent ces contrées ?

29On peut s’interroger sur les croyances populaires et le degré d’adhésion des peuples à des pratiques dont on espère un salut. Quoi qu’il en soit de ce qui pourrait être de la crédulité dont l’humanité ne s’est jamais libérée, l’unanimisme religieux permettait aux capitouls de Toulouse d’user d’une fibre communautaire globale face aux intempéries tant redoutées. Les processions dans la ville qui se faisaient en général entre la Daurade et la cathédrale Saint-Étienne, étaient l’occasion de regrouper toutes les confréries et congrégations religieuses – un mandement épiscopal les obligeait à s’y trouver – avec l’ensemble du peuple toulousain, dans un sentiment de solidarité soutenu par l’adhésion commune à la foi chrétienne, face à l’adversité qui touche riches et pauvres lorsque les fruits de la terre sont en péril. Dans cette société très attachée à la piété ancestrale, la mère de Dieu et son culte pouvaient être le point commun de ralliement face aux dangers de la vie auxquels tout un chacun est confronté.

La protection de la maternité

30Dangers de la vie disions-nous : les Vierges noires qui avaient hérité de l’ensemble des conceptions et des rites liés à la fécondité, étaient des recours face aux risques de la maternité. Voici ce qui est écrit dans le registre, en paragraphe 2, après celui concernant les descentes :

L’usage & practique ordinaire qu’on a dans ceste ville d’estendre sur le lict des malades, & des femmes en travail d’enfant, une partie des vestemens qui ont servi à parer Nostre Dame la Noire de la Daurade dans Tholose, pour les faire retourner en santé ou accoucher h[e]ureusement, s’est trouvé ordinairement si infa[i]llible, & tant de personnes guéries ou de femmes soulagées en leur gessine, que nous avons creu devoir continuer de tenir rolle de celles qui ont plus spécialem[ent] ressenti led secours très favorable de la très sacreste Vierge mère de Dieu nostre dame, affin q[u’i]l conste & apparoisse à toute la postérité, combien ceste dévotion est louable, saincte & profitable à tous ceux & celles qui l’invoquent devotem[ent] & lui rendent leur vœu devant sa très venerable Image qui est religieusem[ent] conservée par les Moynes Bénédictins qui la servent en sa dicte église & l’honorent grandem[ent] tant pour le respect de son divin filz que pour ses propres et inaprétiables mérites.

Médaillon situé dans le transept de la basilique, derrière l’autel et au milieu d’un décor en terre cuite émaillée réalisé par Pascal et Gaston Virebent, artistes toulousains du XIXe siècle

  • 24 Toujours demandée au secrétariat de la basilique et envoyée aux futures mamans sous forme d’un rub (...)

31Ce médaillon résume les gestes de dévotion liés à la protection mariale des futures mères et son sens. On voit au premier plan l’Enfant Jésus transmettre par l’intermédiaire de Marie la ceinture de protection qui avait remplacé alors le rite du dépôt des vêtements de la Vierge sur le lit des parturientes24. Il n’apparaît pas que la Vierge représentée ici soit noire. Au deuxième plan il y a le fleuve, dangereux, dont la Vierge protège de tous temps la ville, et à l’arrière-plan, la basilique, avec sa colonnade et des tours qui n’ont jamais été construites mais qui étaient dans le projet des architectes.

Les miracles

32À l’avers du registre sont consignés les dons faits à Marie en remerciement de guérison obtenue ou de bonne délivrance :

Damoyselle Jacqueline de Rabaudy femme de monsr Pauly Advocat, ayant esté en travail d’enfans depuis les deux heures après-mydy du neufviesme du mois d’Août mil six cens trente sept, jusques à sept heures du soir avec de très grandes douleurs fust délivrée dans demy quart d’heure après avoir eu sur elle(barré) soy la robbe de n[ot]re Dame, pour ce et en recognoissance est venue f[air]e dire messe & en foy delad délivrance a signé icy avec quelques autres ce dix neufviesme mars 1638.
Jaqueline de Rabaudi.

L’an 1672 et le premier du mois d’octobre, Madame la Comtesse de Beaupuy vint offrir un cierge dans nostre église, pesant environ six vingts livres de cyre blanche, pour accomplir le vœu qu’elle avoit fait à nostre dame pour mademoiselle sa fille, qui estoit malade à l’extrémité, et entièrement abandonnée des médecins, laquelle pourtant guérit en mesme temps qu’on l’eut voüée à la Ste Vierge avec résolution de donner un cierge qui pèseroit autant que la fille malade, laquelle vint offrir elle-même le cierge et faire dire messe en action de graces de sa santé reçeue par les mérites de la Ste Vierge.

Les temps contemporains

33En 1627, alors que Richelieu se préoccupait de la réforme des ordres religieux, les bénédictins de la congrégation de Saint-Maur prirent la relève à la Daurade de moines depuis longtemps distraits de leur vocation : en 1570 les capitouls avaient dû intervenir auprès de l’archevêque de Toulouse pour que celui-ci leur rappelle l’ordre traditionnel de la descente de la statue de la pyramide dont parlait dom Odon Lamothe dans sa description de l’église :

  • 25 Devic et Vaissette, t. 12, Preuves, col. 919.

[…] combien les citoyens de Tholoze ont eu tousjours en souveraine dévotion et vénération la commémoration Nostre Dame, vierge Marie, mère de Ntre Seigneur Jésus Xst et son image ; et ayant vu que les religieux du couvent […] de la Daurade et prêtres y habitués faisoient descendre, porter l’image de lad. très saincte Dame par portefais, gens […] de vile condition […] (les) sieurs capitoulz […] obtinrent jugement du sieur archevêque par lequel estoict […] ordonné auxd. religieux et prêtres de eulx mesmes monter et descendre lad. Image […]25.

  • 26 Pour cet historique consulter Le livre des miracles… déjà cité, et Souriac, 2011, p. 15-32.

34Les mauristes ont certainement apprécié les qualités artistiques et religieuses du sanctuaire, les descriptions d’Odon Lamothe et la tenue des registres liés au culte de la Vierge noire en témoignent. Mais au XVIIIe siècle, leur volonté d’embellir l’église eut un effet dramatique pour le monument paléochrétien qui ne supporta pas la création d’un dôme sur le chœur : des fissures apparurent et les architectes conseillèrent la démolition de l’édifice. Les moines choisirent pour la reconstruction le modèle néoclassique inspiré des églises romaines : c’est la forme de l’église actuelle, édifiée entre 1780 et 1820-1830. La Révolution avait arrêté le chantier, il reprit au XIXe siècle, mais la tourmente révolutionnaire fut fatale au culte de la Vierge noire. L’église fut fermée sous la Terreur, la statue transportée au musée puis ramenée sur son site en 1799. L’afflux des fidèles dans ce sanctuaire restitué au culte catholique épouvanta la municipalité à une époque où des troubles antirévolutionnaires se développaient en région toulousaine. Celle-ci fit donc rapatrier la statue à la mairie où elle brûla dans des circonstances mal élucidées. En 1807, le sculpteur toulousain Ajon, nous l’avons dit, avait fait la statue actuelle à l’image de l’ancienne26.

  • 27 Statistiques du culte à Notre-Dame la Daurade. Le curé Joseph Ferradou avait relevé 2 300 demandes (...)

35Mais plus jamais le culte que nous avons qualifié de civique ne fut rétabli. La ville a rompu le lien religieux avec le sanctuaire marial, seul demeure, avec des motivations traditionnelles et ancestrales sans doute, le culte particulier qui conduit au pied de la Vierge noire de la Daurade, quantité de personnes angoissées par la maladie et les difficultés de la vie : elles viennent y chercher le réconfort, elles y expriment leur gratitude avec des expressions à la fois humbles et confiantes, celles de l’éternelle humanité souffrante. Quant à la population toulousaine, elle semble avoir retrouvé le chemin du sanctuaire marial lors des manifestations organisées dans la basilique, soit le 8 décembre en 2007, fête de l’Immaculée Conception, qui tombait un samedi, soit au moment de la réception des nouvelles « robes » de la Vierge. Il y eut alors « grand concours de peuple » comme on eut dit autrefois, mais la pratique dominicale a bien reculé ici comme ailleurs. Il demeure cependant un groupe important de fidèles liés au culte marial, moins volumineux qu’au XIXe siècle, mais encore significatif d’une adhésion à ce type de religiosité populaire27.

36Les Vierges noires ont toujours été des recours invoqués face aux peurs existentielles. À la Daurade comme ailleurs sans doute, elles continuent cette vocation apaisante que retracent les récits qui proviennent de leurs sanctuaires. À Toulouse elle fut autrefois un élément fort d’identification communautaire pour la cité, toutes les classes sociales se retrouvant dans les processions organisées autour de la statue lors des catastrophes climatiques. Mais au-delà d’une recherche qui vise à restituer des formes de vie et des attitudes, l’historien se trouve confronté ici, avec des outils imparfaits sans doute, aux profondeurs des ressorts psychologiques qui animent la conscience des hommes : les cultes à la Vierge s’enracinent dans des interrogations éternelles sur la vie et la mort. Le présent colloque international consacré aux Vierges noires a dévoilé l’infinie variété des conceptions, des attitudes et des formes que ces cultes ont prises tout au long de l’histoire, révélant un pan plutôt secret mais non moins important de la culture et des civilisations.

Bibliographie

Bibliographie

Alberigo Giuseppe et alii, Les conciles œcuméniques. Les décrets, Paris, Éditions du CERF, 1994.

Andrieu Nicole, Lavedan Géraud de, Souriac René, Le livre des miracles de la Vierge Noire de la Daurade de Toulouse. Vœux et processions dans la ville entre 1637 et 1790, faire face aux dérangements climatiques, Toulouse, Amis des archives de la Haute-Garonne, 2011.

Caille Jacqueline, Sainte-Marie « la Daurade » à Toulouse. Du sanctuaire paléochrétien au grand prieuré clunisien médiéval, Paris, CTHS, 2006.

Cassagnes-Brouquet Sophie, Vierges Noires, regard et fascination, Rodez, Éditions du Rouergue, 1990.

Cazes Quitterie, L’ancienne église Sainte-Marie la Daurade à Toulouse, Guides archéologiques du Musée Saint-Raymond à Toulouse, Toulouse, Musée Saint-Raymond, 2010.

Cazes Quitterie, « Toulouse et la Catalogne à la fin du XIIe siècle : le troisième atelier de la Daurade », Le temps de la Bataille de Muret, Actes du 61e Congrès de la Fédération historique de Midi-Pyrénées, Muret, Société des Études du Comminges, 2014, p. 459-472.

Devic Dom et Vaissette Dom, Histoire générale de Languedoc, Toulouse et Paris, Toulouse, Éditions Privat et Claude Tchou, Bibliothèque des Introuvables, 2003-2006.

Lamothe Odon, 1633. Description des mosaïques de la Daurade à Toulouse, 1633 (Bibliothèque nationale, ms latin. 12680, fol. 231 v°-235r°, publié dans Cahiers archéologiques, 13, 1962, p. 261-265.

Legoff Jacques, Remond René, Histoire de la France religieuse, Paris, Le Seuil, 1988.

Malraux André, La Métamorphose des Dieux - le surnaturel, Paris, Gallimard, 1977.

Rémond E., Notre-Dame la Daurade, Premier sanctuaire marial des Gaules. Essai historique, Paris, Centre de recherche et de documentation, Sanctuaires et Pèlerinages, 1966.

Souriac Pierre-Jean, Une guerre civile. Affrontements religieux et militaires dans le Midi toulousain (1562-1596), Seyssel, Champ Vallon, 2008.

Souriac René, « Une Vierge noire somptueusement parée dans une église dorée », Icône de mode, Catalogue de l’exposition faite à Lyon en 2011, Musée des Tissus de Lyon, Musée des Arts Décoratifs, 2011, p. 25-51.

Notes

1 Une association a été créée, l’APPD, (Association pour la promotion du Patrimoine de la Daurade), en lien avec une équipe paroissiale pour monter en 2007 une exposition retraçant l’historique de l’église et du culte marial : ce fut un grand succès. Cet événement a permis le lancement d’un projet de renouvellement du vestiaire de la statue de cette Vierge habillée, création de nouvelles « robes » en 2008-2009 : l’appel a été entendu, y compris par de grands couturiers – Jean-Charles de Castelbajac, Franck Sorbier, Christian Lacroix. Dix nouvelles tenues ont été ainsi offertes à la Vierge en 2009 ; des manifestations à succès ont entouré leur présentation au public et leur bénédiction par Monseigneur Robert Le Gall, archevêque de Toulouse. Le musée des Tissus de Lyon, sous la houlette de Monsieur Maximilien Durand son directeur intéressé par le thème des Vierges habillées, montant pour sa part dans la capitale des Gaules, qui est aussi celle des tissus, une exposition de 23 des « robes » de la Vierge de la Daurade (2011-2012).

2 Les écrits des auteurs des XIXe et XXe siècles consacrés à la Daurade croient parfaitement fondée cette interprétation qui a fait l’orgueil de générations de paroissiens et fidèles du culte marial. Voici, par exemple, publié en 1966, un petit opuscule destiné, sous la plume d’E. Rémond, 1966, à présenter la Daurade, au titre très significatif, Notre-Dame la Daurade, Premier sanctuaire marial des Gaules, Essai historique.

3 Cazes, 2010, p. 11.

4 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, en 10 volumes, qui couvrent l’essentiel du VIe siècle de notre ère, depuis le règne de Clovis, le fondateur de la dynastie mérovingienne, jusqu’à l’année 591.

5 Idem, tome VII, paragraphes 13 et 14, édition Guizot, Collection des mémoires relatifs à l’Histoire de France.

6 Le cardo est une voie orientée nord-sud, le decumanus est, dans le plan à trame orthonormée des villes romaines, une voie est-ouest. L’adjectif maximus désigne les deux axes principaux autour desquels s’organise l’espace urbain.

7 On désignait à Toulouse sous le nom de consistoire, le conseil formé des huit capitouls qui administraient la ville, charge annuelle, la plus haute évidemment dans la cité. L’un d’entre eux en était le chef.

8 Cazes, p. 22 « Des sondages archéologiques réalisés en 1961 et réinterprétés en 2003 ont permis de comprendre un secteur fondamental de la première église et de proposer une restitution de son architecture. Cette première église se compose d’une nef de 28 m de longueur pour une largeur de 16 m, qui réutilise une grande salle attribuable à l’Antiquité, aux murs de brique solidement bâtis de plus d’un mètre d’épaisseur. La partie orientale de cette première salle fut soigneusement démolie pour être remplacée par l’abside de la nouvelle église. Cette abside est d’une forme savante : à l’intérieur, elle est composée de sept pans, le plus large à l’est (environ 6 m, soit 20 pieds romains), les autres de longueur décroissante (respectivement, 17, 14 et 11 pieds romains, soit trois pieds de différence chaque fois). Il ne s’agit donc pas d’un plan strictement centré, mais d’une sorte d’ovale ouvert, géométriquement construit. En outre, les sondages archéologiques ont permis de le vérifier, les trois pans occidentaux qui auraient permis de refermer un plan centré n’ont jamais existé que dans l’imagination de dom Martin : la forme architecturale cohérente de l’abside doit être comprise comme une création originale. »

9 L’abside était organisée sur trois rangées et son décor se répartissait en une cinquantaine de niches. Selon cet écrit, on trouvait à la rangée supérieure, l’enfance du Christ, la Vierge, le berceau, un pasteur et les mages, ainsi qu’Hérode, le tout en 14 niches. « La sainte Vierge, la tête couverte d’un bonnet, est assise comme sur un siège épiscopal, les pieds chaussés ; sa main droite reposant sur sa poitrine lui donne un air majestueux ; sa gauche tient une croix d’or qui repose sur son pied droit et glisse vers sa tête ; elle se tourne vers l’Enfant Jésus qui repose dans une crèche sous des traits fort jeunes, mais vénérables. Comme inscription, vers la tête du personnage principal : Maria ». Mais c’est dans la rangée centrale (22 niches) que sont surtout glorifiés Marie et son Fils, au-dessus de la statue de la Vierge Noire. Ils y étaient entourés d’anges, d’apôtres et de prophètes. Voici un extrait de la partie du document qui concerne cet espace : « 11e. Le Sauveur Jésus montre de sa main gauche le livre ouvert et fait le signe de la bénédiction. Sur le livre ouvert, il y a écrit en lettres rouges : Pax vobiscum. Il porte la tête nue et couronnée de trois rayons, mais avec des cheveux longs et l’air vénérable, et autour il y a ce mot : Salvator. À ses pieds, il y a la statue sacrée de la Bienheureuse Vierge qu’on appelle noire, entre les niches 11 du Sauveur et 12 de Marie, à l’intérieur de la haute concavité de la haute Pyramide externe qui s’élève devant l’autel majeur de la Daurade ». Dom Odon Lamothe, Description des mosaïques de la Daurade à Toulouse, 1633 (Bibliothèque nationale, ms latin. 12680, fol. 231 v °-235r°, publié dans Cahiers archéologiques, 13, 1962, p. 261-265.

10 Voir Cazes, 2010, p. 49-57.

11 Caille, 2006.

12 Rémond, 1966. Citation que l’auteur a tirée du Registre des délibérations de la paroisse (1802-1826).

13 Rémond, Notre-Dame la Daurade. Premier sanctuaire marial des Gaules. Essai historique. 1966. Citation que l’auteur a tirée du Registre des délibérations de la paroisse (1802-1826).

14 Cassagnes-Brouquet, 1990.

15 Malraux, 1977.

16 Cassagnes-Brouquet, 1990, p. 9.

17 Cassagnes-Brouquet, p. 42.

18 lberigo, 1994, TII-1, p. 113.

19 « Le manuscrit du prieur de Sennely, 1700 », cité dans Le Goff, Rémond, 1988, t. 2, p. 545-547.

20 Texte non publié de la conférence du père Michel Dagras, né à Toulouse, bénéficiaire, comme il l’a dit lui-même, du port par sa mère de la ceinture de la Vierge noire de la Daurade (voir ci-après) ; il a été professeur à l’Institut Catholique de Toulouse dont il a été aussi vice-recteur. Conférence donnée en la basilique de la Daurade le 8 décembre 2007, fête de l’Immaculée Conception.

21 Extrait du Livre des processions, manuscrit conservé à la Daurade, Livre des miracles de Notre-Dame la Noire. L’APPD a édité ce registre en collaboration avec les Amis des Archives de la Haute-Garonne : Andrieu, Lavedan et Souriac, 2011. Cet ouvrage livre la transcription intégrale du manuscrit, document de grand intérêt pour l’histoire de Toulouse en général, particulièrement pour l’histoire des mentalités. Cette transcription est elle-même précédée d’une introduction historique (René Souriac), d’une présentation du culte de la Vierge noire (Nicole Andrieu) et d’une présentation critique du manuscrit (Géraud de Lavedan).

22 Souriac, 2008, p. 36.

23 En général en effet, la statue reste exposée dans l’église pendant huit jours avant que les moines ne la remontent sur son piédestal.

24 Toujours demandée au secrétariat de la basilique et envoyée aux futures mamans sous forme d’un ruban accompagné d’une prière à Marie.

25 Devic et Vaissette, t. 12, Preuves, col. 919.

26 Pour cet historique consulter Le livre des miracles… déjà cité, et Souriac, 2011, p. 15-32.

27 Statistiques du culte à Notre-Dame la Daurade. Le curé Joseph Ferradou avait relevé 2 300 demandes de ceintures entre 1869 et 1874. Aujourd’hui, entre 2003 et 2006, on en a compté 754.

Table des illustrations

Légende Médaillon situé dans le transept de la basilique, derrière l’autel et au milieu d’un décor en terre cuite émaillée réalisé par Pascal et Gaston Virebent, artistes toulousains du XIXe siècle
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 658k

© Presses universitaires du Midi, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site