Version classiqueVersion mobile

Sedes Sapientiae

 | 
Sophie Brouquet

Seconde partie. Le culte marial à Rocamadour et ailleurs au Moyen Âge

Qu’est-ce qu’une « Vierge noire » ? À propos de la perception de la statue de Notre-Dame de Font-Romeu

Marlène Albert-Llorca

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La conviction que les statues désignées comme « Vierges noires » ont toujours été noires a conduit de nombreux historiens et érudits, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, à s’interroger sur leur origine et les raisons de leur culte. Beaucoup d’entre eux ont cru pouvoir les expliquer en invoquant la persistance des religions païennes dans l’Europe chrétienne. Les Vierges Noires seraient les avatars des déesses-mères de l’époque celtique ou de déités égyptiennes1. Cependant, le présupposé sur lequel repose cette hypothèse – la conviction que les « Vierges noires » ont cette couleur depuis leur origine – est rien moins qu’assuré. Selon les médiévistes, en effet, aucun texte ne mentionne la couleur d’une statue avant le XVe siècle et il faut attendre le XVIe et surtout le XVIIe siècle pour trouver des écrits précisant que telle ou telle Vierge est sombre ou noire2. Les examens physico-chimiques effectués dans les dernières années par les conservateurs et les restaurateurs pour dé...

© Presses universitaires du Midi, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search