Version classiqueVersion mobile

Sedes Sapientiae

 | 
Sophie Brouquet

Seconde partie. Le culte marial à Rocamadour et ailleurs au Moyen Âge

Le roi troubadour Alphonse X le Sage, auteur des Cantigas de Santa María

Georges Passerat

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quero ser oy mais seu trobador
E rogo-lle que me queria por seu
Prologue des Cantigas

L’immense corpus des troubadours se glorifie de compter, parmi les cinq cents auteurs répertoriés, de nombreux rois, comme Richard Cœur de Lion, le roi Dinis du Portugal, Frédéric II de Sicile ou Pierre II d’Aragon, sans oublier le comte de Poitiers, Guilhem IX, le grand-père d’Aliénor d’Aquitaine, qui, vers 1100, fut le premier à livrer son chant d’amour, en créant la Fin’Amors, avec ce double miracle d’une langue nouvelle capable de s’élever au sommet de la création verbale ou musicale, et d’une civilisation courtoise qui nous a fait inventer l’amour dans notre riche langue d’Oc. L’influence des troubadours dans toutes les cours d’Europe est un phénomène bien connu et il n’est donc pas étonnant que l’un des plus grands souverains de l’Occident, le roi Alphonse X de Castille se soit entouré de nombreux troubadours occitans, catalans ou gallégo-portugais, au point de se faire lui-même troubadour.

Le fi...

© Presses universitaires du Midi, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search