Version classiqueVersion mobile

Sedes Sapientiae

 | 
Sophie Brouquet

Première partie. Vierges en Majesté

Un écrin pour la Vierge. Le décor peint du parvis de la chapelle mariale de Rocamadour : Cluny à l’honneur

Virginie Czerniak

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les premières mentions historiques de l’existence d’un lieu de culte dédié à la Vierge sur le site de Rocamadour sont deux bulles de Pascal Ier (1099-1118), respectivement datées de 1105 et 1115, adressées à l’abbé des bénédictins de Saint-Martin de Tulle : au nombre des paroisses dont la possession est reconnue à l’abbaye limousine figure alors Sainte-Marie de Rocamadour1. Cette confirmation, répétée par deux fois en l’espace de dix ans, est liée à la contestation qui a vu le jour entre les abbayes de Tulle et de Marcilhac-sur-Célé dans les premières années du XIIe siècle concernant précisément la possession de la chapelle de Rocamadour. Le site de Roc Amadour aurait été donné à l’abbaye de Marcilhac dans le premier tiers du XIe siècle par l’évêque Deodat qui, possédant le lieu probablement à titre patrimonial, en assumait la juridiction dans le cadre de sa charge épiscopale. La chapelle de Rocamadour fut dès lors desservie par un moine du prieuré de Lauzou et Saint-Chignes relevan...

© Presses universitaires du Midi, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search