Remerciements

1Les Amis de Rocamadour remercient la DRAC Midi Pyrénées, la région Midi Pyrénées, le conseil général du Lot, la commune de Rocamadour,

2les entreprises SOLEV, Maison Vigouroux, Maison Vaux, le pain d’épices du Quercy, les savons au lait de chèvres de Mayrinhac le francal, Mespoulet,

3la société des études du Lot, l’association Racines, le Framespa,

4le Pays d’Art et d’Histoire, l’ensemble des intervenants, l'université Toulouse II Jean Jaurés et Madame Sophie Brouquet, responsable scientifique.

*

Mesdames et Messieurs,

Bonjour à tous et bienvenue.

La seule évocation du nom de Rocamadour laisse l’auditeur à la fois interrogatif et rassuré ; un roc comme base et un saint, Amadour, probablement un ermite apportant, dans cette vallée décrite comme ténébreuse, l’enseignement chrétien d’amour du prochain.

La première image du site interpelle et ils sont nombreux à nous visiter grâce à cette vision démontrant les défis humains à occuper un si petit espace construit tout en hauteur contre une falaise défiant elle-même les lois de l’équilibre.

Mais aujourd’hui, ce sont d’autres raisons qui vous amènent, des motivations dictées par ce qui semble bien être un des moteurs de nombreux pèlerinages de l’occident chrétien au moyen âge : les vierges en majesté.

Rocamadour possède au moins un bel exemple de statue. Notre Dame de Rocamadour, Vierge noire, évoque pour l’habitant que je suis, le paroissien aussi, les souvenirs d’un catéchisme offert sans compter aux enfants que nous étions. Ce catéchisme où l’on nous contait l’histoire du Christ mais aussi où l’on donnait à comprendre le sens que pouvait révéler une statue telle que celle de notre vierge, l’époque de sa création avec sa coiffe médiévale, le siège reliquaire, la confiance de la vierge à donner son fils à l’humanité ; elle présente l’enfant, les mains sont écartées, sans le toucher, sans le retenir.

C’est évidemment un symbole fort et l’image, comme le statuaire a aidé à la christianisation à une époque dépourvue pour la plupart d’un enseignement de l’écrit. Images et statues sont en quelques sortes les premiers médias.

Je me permets de croire que nombre de pèlerinages recèlent des aspects différents mais qu’il y a aussi entre eux des similitudes. Ces deux jours vont nous permettre grâce à vos interventions d’approcher des vérités historiques, de cerner les motivations de pèlerins, de connaître peut être ce qui nous différencie des mentalités de l’homme appartenant à une époque trop souvent décriée, le moyen âge.

Je ne voudrais pas finir sans évoquer les premiers colloques de Rocamadour, l’abbé Péchuzal y disait, en introduction, le passé a un sens. Ce sens est une signification qu’il nous faut découvrir pour lui être fidèle, c’est-à-dire précisément rester dans le bon sens. La signification du passé nous est donné par le sens progressif des transformations que permet de découvrir le survol de l’histoire, la comparaison des époques successives… ce retour aux sources nous sera bénéfique, j’en suis persuadé, et, loin de nous détourner du présent, nous orientera vers l’avenir.

Auditeurs, intervenants, c’est avec beaucoup de plaisir que l’association « les Amis de Rocamadour » associée au pays d’art et d’histoire, le sanctuaire de Rocamadour et l’université Toulouse le Mirail vous accueille aujourd’hui.

Merci à tous d’être là.