Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les imprimeurs-libraires toulousains et leur production au XVIIIe siècle (1739-1788)

 | 
Claudine Adam

Deuxième partie. La production imprimée toulousaine

Chapitre huit. Placards, factums, périodiques

Texte intégral

1Le regroupement des placards, factums et périodiques dans un même chapitre peut surprendre si l’on ne s’attache qu’à leur aspect matériel. Les placards se présentent sont forme d’in-plano, les factums sont de format in-2 ou in-4° et les publications périodiques, diverses, peuvent offrir des calendriers in-18 ou in-12, des publications académiques in-8°, et des journaux de format in-4°. Malgré cette diversité, ils ont quelques points en commun. Ce sont des publications « éphémères » dont la conservation est et a été aléatoire ; de ce fait, les corpus constitués pour les analyser ne peuvent être que lacunaires ; on peut par là même, les apparenter aux plaquettes que nous venons d’étudier. Les trois types d’imprimés ont eu un rôle informatif, souvent lié aux événements toulousains ou à l’actualité du royaume : en grande majorité les placards, constitués d’actes officiels (actes royaux, arrêts du Parlement, textes municipaux), étaient affichés aux carrefours de la ville par les autorités citadines pour informer la population ; les journaux diffusaient régulièrement des informations sur l’actualité locale, sur les guerres, sur quelques évènements parisiens ; les calendriers et les almanachs sur ceux survenue dans l’année écoulée. La plupart d’entre eux était vendus et s’adressaient soit à un public populaire, soit à un public plus cultivé. Enfin, les factums informaient sur les procédures judiciaires en cours ; rédigés en général par un avocat, ils résumaient l’affaire du point de vue du client ; destinés aux juges, ils pouvaient être distribués, parfois vendus, à l’entourage des plaideurs. Bien qu’ils aient donc des points communs entre eux, nous les étudierons séparément dans leur spécificité.

I- Les placards

  • 1 Note manuscrite au bas de l’Ordonnance de Messieurs les Capitouls de Toulouse, Du 31 juillet 1765 (...)
  • 2 Note manuscrite, BMT, Br Fa A 446.
  • 3 MERCIER Louis-Sébastien, Tableau de Paris, cité par PETIT Nicolas, L’éphémère, l’occasionnel et le (...)
  • 4 PETIT Nicolas, L’éphémère, l’occasionnel et le non-livre…, op. cit., p. 61.
  • 5 MEYER Véronique, « Les thèses, leur soutenance et leurs illustrations dans les universités françai (...)

2Les placards, destinés à être affichés, se distinguent des autres imprimés par le fait qu’ils sont constitués d’une feuille unique, in-plano, et qu’ils ne sont imprimés que sur une seule face. Le corpus en comprend 551, de dimensions variables, destinés à être criés et affichés dans la ville ; ceux des capitouls l’étaient à des emplacements précis, confirmés par le crieur public dans quelques notes manuscrites, au bas de placards : « Nous jean pierre Sempé huissier de messieurs Les Capitouls et crieur juré de la Ville… rézidant a Toulouse rue de Las leys parroisse du Taur soussigné et crieur juré de la Ville et recu en survivence Certiffions accompaigné de pierre pelissié Trompette de la Ville et de quatre soldats de la compagnie Duguet, avoir lû publié a son de trompe et fait affichés La présente ordonnance par L’afficheur ordinaire de la Ville a toutes places et carrefours de la présente ville affin que personne ne Lignore à Toulouse [sic]. Le neuvième septembre mil sept cens soixante cinq. Sempé1 ». Sur une autre, sans nom d’imprimeur, il ajoute qu’il a affiché « à toutes les places, carrefours, aux tours du pont, esplanade et aux portes de la Ville2 ». Une fois affichés, nous ne savons pas combien de temps ils s’offraient aux yeux des lecteurs ; était-ce comme à Paris où, selon Louis-Sébastien Mercier, « ces affiches sont arrachées le lendemain, pour faire place à d’autres » ? L’auteur du Tableau de Paris énumère d’ailleurs les nombreux types de placards qui se superposaient sur les murs : « mandements ; annonces de charlatans ; arrêts de la cour de Parlement ; arrêts du Conseil ; biens en décrets, ventes après décès ; monitoires, chiens perdus, sentences du Châtelet, avis aux âmes dévotes, marionnettes, prédicateurs, exposition du Saint Sacrement, régiment de dragons, traité de l’âme, bandages élastiques, etc.3 ». À cette énumération d’actes officiels, de textes religieux et d’avis « commerciaux », qui met en évidence la diversité des placards, nous pourrions ajouter ceux qui annoncent « les images vendues au grand public, émanant de lignées d’imagiers spécialisés : almanachs, canards, évènements importants4 », et les placards de thèses qui, avant la soutenance, étaient « distribués dans toute la ville ; on en collait sur les portes du collège, de la faculté ou de tout édifice public », comme l’indique Véronique Meyer5.

3Dans les 551 placards répertoriés, ce sont les actes officiels et administratifs qui dominent largement ; le parti de ne recenser que les imprimés portant le nom de l’imprimeur nous a amenée à exclure tout ce qui était avis « commerciaux », et nous n’avons pas trouvé d’images relatives à des événements importants. On distingue deux types de production majeurs : les 380 commandes des capitouls (68,9 % du corpus), et les 70 actes officiels émanant du roi ou du parlement, (12,7 %) forment un ensemble conséquent, auxquels s’ajoutent une vingtaine de placards divers : des arrests de la Cour des comptes de Montpellier, des ordonnances de l’Intendant, des ordonnances du juge châtelain du Canal, et enfin 68 thèses (12,3 % du corpus). Nous n’avons répertorié que quatre textes religieux, imprimés en in-plano, dont un Mandement de MM. les vicaires généraux daté de 1739, et trois placards commandés par les académies, comme celui qui publie le Nom et demeures de Messieurs de l’Académie royale des sciences, inscriptions et belles lettres, pour l’année 1783.

1- Les ordonnances capitulaires

a) Leur conservation

  • 6 BARTHÈS Pierre, Les Heures perdues, dans Edmond LAMOUZÈLE, Toulouse au XVIIIe siècle…, op. cit., p (...)

4La question de la conservation de ces « éphémères » se pose de manière plus aiguë que pour les plaquettes. En effet, ces placards sont difficiles à manipuler et à ranger dans des boîtes ; selon l’importance de leurs fonds, certaines archives ont pu les rassembler dans de grands recueils factices ; c’est ce qui a été fait aux Archives municipales de Toulouse pour bon nombre d’entre eux, et qui a permis notre recensement. Cependant, les 380 actes officiels recensés en placards sont-ils représentatifs de la production réelle ? Pour l’année 1770, Pierre Barthès parle de deux autres ordonnances que nous n’avons pas retrouvées et confirme ainsi les lacunes de notre recensement : en mars 1770, l’« ordonnance sur les boucheries » imposait aux bouchers de débiter la viande au public en temps de Carême comme en tout temps ; le 24 juillet, « les Capitouls rendent une ordonnance décidant qu’à l’avenir, et tant que la chaussée de Baraqueville ne sera pas rétablie, le bois à brûler sera déchargé au bas du quai…6 ».

  • 7 LAFFONT Jean-Luc, « La production réglementaire des capitouls… », op. cit., p. 505-506.

5Pour connaître la production des ordonnances des capitouls en placard, nous disposons des États des impressions pour les capitouls par les imprimeurs de la ville, que nous avons déjà utilisés pour les brochures in-4°. Même si, comme le dit Jean-Luc Laffont, « ce qui aurait pu être une source providentielle s’est révélé très lacunaire : en effet, de nombreux comptes d’impressions sont en déficit, environ une année sur deux7 » (entre 1690 et 1790), ces États des impressions ont permis de comparer, pour quelques années, les ordonnances commandées par les capitouls et la production conservée. Le tableau ci-après montre que le pourcentage de production conservée varie de 10 % à 92 %, selon les années considérées, et que le très faible taux de conservation ne concerne que les années 1759 et 1773 ; six années ont un pourcentage de conservation égal ou supérieur à 50 %, plaçant la moyenne des dix années considérées à un taux de conservation de 53,2 % ; ceci devrait permettre de dégager valablement les tendances générales de l’évolution de ce type de production, malgré des déperditions ponctuelles importantes.

Années

Nombre de placards conservés

Nombre de placards commandés par les capitouls

Pourcentage de production conservée

D’après les Pièces à l’appui des comptes

1746

4

6

66 %

CC 2770, fol. 59

1747

10

14

71,4 %

CC 2770, fol. 313

1759

2

8

25 %

CC 2787, fol. 91

1771

6

13

46 %

CC 2803, fol. 165

1772

8

15

53,3 %

CC 2803, fol. 257

1773

1

10

10 %

CC 2807, fol. 39

1774

3

7

60 %

CC 2807, fol. 143

1777

4

8

50 %

CC 2810, fol. 93

1781

12

29

41,5 %

CC 1582, fol. 439

1784

24

25

96 %

CC 2818, fol. 1

Source : États des impressions pour les capitouls
Tableau 55. Comparaison entre la production conservée et les commandes des capitouls

6Si nous avons quelques indications concernant la production des capitouls, nous ignorons totalement, comme pour les plaquettes, le pourcentage de conservation des actes officiels émanant du roi, de l’intendant ou du Parlement, et il en est de même pour les placards relatifs à la châtellenie du canal des Deux-Mers.

  • 8 PETIT Nicolas, L’éphémère, l’occasionnel et le non-livre…, op. cit., p. 159

7Connaissant les limites de notre corpus, nous nous sommes malgré tout lancée dans son analyse, d’autant que les historiens du livre ne se sont généralement pas livrés à des études globales sur les placards des actes officiels et administratifs, quoique certains soient analysés dans le livre de Nicolas Petit, L’éphémère, l’occasionnel et le non-livre. Dans un chapitre sur la « littérature grise », terme inventé pour « nommer et regrouper toutes les publications à diffusion restreinte au sein d’un groupe, […] administration ou communauté8 », des placards sont présentés, montrant la richesse de ces impressions, et sont décrits : un arrêt du Conseil d’État du roi de 1689, un mandement de l’abbé de l’abbaye royale de Sainte-Geneviève de Paris de 1775, une gravure d’une entrée royale en 1649, un placard pour l’hôpital de la Charité de Paris.

  • 9 LAFFONT Jean-Luc, « La production réglementaire des capitouls… », op. cit., p. 484.

8Concomitamment, alors que les historiens avaient longtemps négligé l’étude des placards officiels et administratifs, en raison de « l’absence de corpus continus et homogènes », à l’instar d’Arlette Farge, Jean-Luc Laffont a démontré que les ordonnances de police sont une « source méconnue pour l’histoire urbaine9 ».

9Il s’agira pour nous de louvoyer entre ces deux tendances : étudier les placards comme représentatifs de la production de quelques imprimeurs, et apporter quelques explications issues de l’histoire urbaine.

b) Description matérielle

  • 10 État des impressions de 1759, AMT, CC 2787, fol. 91.

10Les ordonnances en « placard » ou « grand placard » représentent 59 % du corpus général. Lorsque les capitouls rédigent les États des impressions pour l’imprimeur de la ville, ils précisent le format du placard : par exemple, en 1759, ils indiquent : « 21 février, 400 exemplaires d’une ordonnance concernant la voirie, en double placard, grand placard deux feuilles papier lombard collées ». Ce grand format est exceptionnel ; en revanche, le format suivant n’est pas rare : « 25 avril, 100 exemplaires d’une ordonnance concernant la voirie en grand placard de papier lombard10 » ; il correspond généralement à un in-plano de 58 x 48 cm. Nous n’avons pas retrouvé ces deux placards mais nous en conservons un du 22 mai 1759, concernant la Voyrie, qui a les dimensions d’un placard habituel de 47 x 37 cm. Selon le papier employé, la dimension des placards varie souvent de quelques millimètres, voire d’un centimètre.

11Avec la reproduction d’un placard d’ordonnance des capitouls, daté de 1742, concernant les mesures prises contre les « vagabonds et les gens sans aveu », conservé aux Archives municipales, nous ferons la description matérielle de ce nouveau type d’impression.

12Les autres types d’actes, comme les arrêts du Conseil du roi, les ordonnances de l’intendant, les arrêts du Parlement et les ordonnances du juge châtelain du canal, ont une présentation semblable à celle des ordonnances capitulaires.

c) Évolution de la production capitulaire, 1739-1788

- Remarques préliminaires

  • 11 ADAM Claudine, La production imprimée à Toulouse, de 1660 à 1789, mémoire de DEA, Université de To (...)
  • 12 Année 1774, AMT, CC 2807, fol. 143, et année 1777, AMT, CC 2810, fol. 83.

13La comparaison entre les États des impressions et les ordonnances en placard conservées a montré les limites du recensement. Un autre problème est apparu, lié au parti pris de ne relever que ceux qui portent le nom de l’imprimeur, car il restreint l’inventaire. Jean-Luc Laffont a étudié les ordonnances de police de 1690 à 1790 à l’aide d’un corpus constitué à partir de registres tenus pour transcrire les ordonnances des capitouls et des ordonnances conservées en placards et en plaquettes, qu’il y ait ou nom le nom de l’imprimeur. Avec son important corpus, il a établi une typologie des ordonnances capitulaires en distinguant : les ordonnances réglementaires, les ordonnances d’autorité, les ordonnances portant condamnation et les sentences. Les ordonnances « D’autorité de messieurs les Capitouls » n’indiquent pas le nom de l’imprimeur, contrairement aux autres. La vingtaine qui figure dans le corpus avait été relevée, dans notre DEA, en les identifiant grâce aux États des impressions pour Claude-Gilles Lecamus ; le nom de l’imprimeur figure entre crochet. Nous les avons volontairement conservées car elles permettent d’évoquer ce type de placard, mais ne sont, en aucun cas, significatives de la production réelle ; remarquons d’ailleurs qu’elles sont qualifiées d’« affiches » (et non de placards) dans les États des impressions pour Claude-Gilles Lecamus, et qu’elles ont les dimensions des petits placards (39 x 23,5 cm)11 – cette appellation a été moins fréquente par la suite – leur tirage était moins important que celui des placards d’ordonnances, entre 50 et 100 exemplaires12.

14Le corpus des 380 placards imprimés pour les capitouls se compose de 290 ordonnances de police, de 21 ordonnances d’autorité, de 44 condamnations par sentence ou par ordonnance, et de 25 affiches diverses, comme la Liste de noms de Messieurs les Capitouls de la ville de Toulouse ou le Tableau général de l’administration municipale, ou trois Chefs de monitoire, dont un notamment concerne un appel à témoin après la mort de Marc-Antoine Calas.

15Interrogeons-nous à présent sur l’évolution des placards capitulaires entre 1739 et 1788, et sur la place occupée par ces impressions chez les imprimeurs de la ville.

- L’évolution de la production de placards par décennie

16La ventilation des 380 placards capitulaires par décennie traduit une forte irrégularité de la production décennale, observable dans le graphique ci-dessous :

Graphique 64. Production décennale de placards capitulaires, 1739-1788

Années

Nombre de placards par décennie

Variations en pourcentage entre deux décennies

1739-1748

77

1749-1758

85

+ 11 %

1759-1768

59

-30,6 %

1769-1778

50

-15,2 %

1779-1788

109

+ 118 %

Tableau 56. Variations de la production décennale des placards capitulaires, 1739-1788

  • 13 LAFFONT Jean-Luc, Policer la ville…, op. cit., p. 882.

17Les variations de la production décennale des placards sont ici surprenantes. Après une légère augmentation entre les deux premières décennies, on observe une diminution nette du nombre de placards de 30,6 %, entre 1749-1758 et 1759-1768, alors que nous avions constaté le développement des ordonnances en cahiers in-4°, dans les années 1760. Or nous avons montré, au chapitre sept, qu’une commande d’ordonnance en plaquette suivait celle d’une commande en placard, les deux éditions étaient liées. De ce fait, la diminution constatée des placards ne peut être due à une baisse de l’activité réglementaire ; nous devons incriminer les défaillances de la conservation. De même, la chute de la production semble continuer dans la décennie 1769-1778 où, avec 50 placards relevés, la production capitulaire paraît faible ; mais, ayant consulté cinq États des impressions de la décennie, nous avons constaté une forte déperdition, notamment 90 % du total en 1773. Imputons donc l’apparente chute de la production à une mauvaise conservation des placards. De son côté, Jean-Luc Laffont, qui a étudié l’évolution des ordonnances réglementaires en placard et en in-4° confondus, a constaté un « effondrement de la production pendant les années 1740-1749 », que nous n’avons pu relever nous-même puisque la décennie précède notre période d’étude ; par contre, nous le constatons plus tard, avec des sources différentes. Ensuite, nous constatons une forte augmentation de la production capitulaire dans la dernière décennie, + 118 %, que l’on pourrait minorer en objectant que les chiffres de la production précédente sont altérés par un défaut de conservation. Cependant Jean-Luc Laffont observe une hausse semblable, que nous pouvons donc accepter, et il l’explique : « Il ne fait guère de doute qu’une relation existe entre cette forte poussée et l’installation de la nouvelle administration capitulaire13 ».

Source : Laffont J.-L., La production capitulaire…
Graphique 65. L’évolution de la production capitulaire

18Le graphique suivant permet de détailler les constatations faites dans l’histogramme de l’évolution décennale des placards. La moyenne annuelle de 7,5 placards ne traduit pas l’irrégularité de la production conservée.

Graphique 66. Production annuelle de placards capitulaires, 1739-1788

19On distingue quatre phases fort inégales. La première phase, ascendante, va de 1739 jusqu’en 1754, la production moyenne annuelle des placards y est de 8,8 ; elle est suivie par une longue phase de récession de 1755 à 1777, que nous avons déjà constatée dans l’histogramme des moyennes décennales, la production moyenne n’est plus que de 5 ; puis l’essor de la production de placards reprend à partir de 1778, elle s’élève alors à 14,25 en moyenne ; mais cette poussée est de courte durée, puisque on observe une chute entre 1786 et 1788, où la moyenne n’est plus que de 2,6.

20De faibles productions s’affichent pendant dix années (production inférieure ou égale à trois) pour des raisons essentiellement de conservation ; un seul placard a été catalogué en 1755, 1770 et 1773.

21En revanche, durant treize années, le nombre de placards est supérieur ou égal à 12 et on repère des pics de production : 18 placards capitulaires en 1754, 16 en 1782, et 23 en 1784.

  • 14 LAFFONT Jean-Luc, Policer la ville…, op. cit., p. 900.

22Les ordonnances représentant près de 85 % des placards capitulaires, nous avons tenté de comprendre dans quels cas se produisait un pic de production. Pour ventiler les ordonnances de format in-4°, nous avons utilisé la typologie proposée par Jean-Luc Laffont, qui distingue celles qui concernent l’encadrement économique, l’encadrement administratif, l’encadrement idéologique et social, l’encadrement « policier »14. Pour l’ensemble des placards capitulaires, nous avons repris cette typologie en ajoutant, à l’encadrement policier réglementaire, la police répressive des condamnations et des sentences, qui relèvent de l’ordre judiciaire.

Forme d’encadrement

Nombre de placards

 % des placards capitulaires

administratif

112

23,3 %

économique

100

26,1 %

policier règlementaire

86

22,5 %

policier répressif

56

14,6 %

idéologique et social

26

6,8 %

Sans indication

2

0,5 %

Tableau 57. Les différentes formes d’encadrement des placards capitulaires, 1739-1788

23En 1741, 1748, 1749, les ordonnances concernant l’économie dominent ; elles sont couplées avec des ordonnances d’autorité, comme D’autorité de Messieurs les Capitouls du 28 mars 1748. Défense de sortir aucune sorte de salage. Celles relatives à l’administration de la ville sont un peu moins nombreuses, on y trouve l’Ordonnance de Messieurs les Capitouls de Toulouse, Portant Règlement pour le Nettoyement des Rues. Les ordonnances de police, trois en 1748, concernent les mendiants ou les jeux et salles de jeux, qui sont défendus dans les Rues y dénommées voisines des Collèges de l’Esquille et des Jésuites de ladite Ville. Durant ces trois années, il n’y a pas de thème dominant dans la production de placards ; seule la présence d’ordonnances d’autorité élève leur nombre.

24Alors que le nombre d’ordonnances concernant l’administration ou l’économie est souvent à peu près stable, la présence d’ordonnances visant à encadrer idéologiquement la population ou d’ordonnances de police peut provoquer un pic. Ainsi, en 1754, sur les 18 placards, un concerne l’encadrement idéologique de la population : Ordre de Messieurs les Capitouls de Toulouse de faire chanter un Te Deum à l’occasion de la naissance d’un fils à la Dauphine. Du 6 septembre 1754, et cinq la police réglementaire, alors qu’il y a cinq ordonnances réglementant l’économie et sept l’administration. En 1763, alors qu’il y a une seule ordonnance administrative Concernant ceux qui peuvent vendre ou employer les Drogues dangereuses. Du onzième Juillet 1763, et six économiques au sujet des bouchers, des chevrotiers, du bois à brûler, du charbon, des graines provenues des Vers à Soie et du Prix de l’Affenage des Chevaux, cinq ordonnances de police protègent la « tranquillité publique », portant « défenses de fabriquer, vendre et porter des Bâtons ou Cannes où il y a des bouts de lance ou autres ferremens cachés. Du vingt-troisième Août 1763 ». De plus, dans un placard daté du 3 juillet 1763, les capitouls organisent un Te Deum et des feux de joie à l’occasion de la paix avec la Grande-Bretagne et le Portugal.

25Alors que nous n’avons relevé que deux sentences et une condamnation entre 1750 et 1760, les condamnations et sentences capitulaires se multiplient à partir de 1768 : Sentence Rendue par Messieurs les Capitouls, confirmée par Arrest du Parlement, du 6 juin 1769, qui condamne le nommé Bernard Saget, surnommé François Petier, portefaix, à être mis au Carcan, pendant deux heures, au Port Garaud, avec un Cartel devant et derrière, portant ces mots : Voleur de bois au port, et en outre au Bannissement durant cinq ans.

26Entre 1778 et 1785, la production est forte, entre 12 et 23 placards. L’histogramme suivant montre l’évolution des ordonnances par type d’encadrement. Trente-quatre condamnations et six sentences sont prononcées durant ces huit ans.

Graphique 67. Production capitulaire, évolution selon les thèmes, 1778-1785

  • 15 TAILLEFER Michel, Vivre à Toulouse…, op. cit., p. 69.
  • 16 WOLFF Philippe (dir.), Histoire de Toulouse, Toulouse, Privat, 1988, p. 385.

27En 1778, 1779 et 1781, il y eut trois condamnations, cinq en 1783, six en 1780, 1782, 1784 et huit en 1785 ; cette forte augmentation des mesures répressives explique, en partie, l’augmentation de la production, qui dépend également du contexte politique du moment. La réforme des institutions municipales de 1778 a introduit des changements dans la composition du Conseil général et du Conseil de bourgeoisie en instituant des conseillers électifs choisis comme les capitouls parmi les nobles, les anciens capitouls puis les notables15. D’après Jacques Godechot, cette réforme a pour but de donner plus d’autonomie aux capitouls face au Parlement, et de « consolider la prépondérance de la noblesse16 ». De ce fait, les capitouls cherchèrent à imposer leur autorité en multipliant les ordonnances et en employant des actes coercitifs, privilégiant les condamnations par rapport aux réglementations.

  • 17 LAFFONT Jean-Luc, « La production réglementaire des capitouls… », op. cit., p. 508, graphique 1.

28Comment expliquer la chute brutale du nombre de placards observée à partir de 1786 ? Peut-on avancer le nombre très limité de condamnations (trois) et un nouveau problème de conservation ? Les travaux de Jean-Luc Laffont confirment ce recul car il indique un déficit important d’ordonnances de police (placards et in-4°) en 1788 et 178917.

29Ainsi, même lacunaire, notre corpus a permis de dégager les principales phases de l’évolution des placards capitulaires entre 1739 et 1788, à savoir une phase de progression jusque vers 1760, suivie d’une régression qui s’achève vers 1778, puis une phase de forte progression jusqu’en 1785.

2- Les autres actes officiels et administratifs

30Il n’en sera pas de même pour les autres actes officiels, où le corpus des placards est vraiment très lacunaire. Alors que 339 actes royaux sont conservés sous forme de plaquettes in-4°, seulement 33 actes en placard ont été retrouvés, parmi lesquels on distingue une Déclaration du Roy du 20 Octobre 1750, six Ordonnances du roi, six Arrests du Conseil d’État et quatorze Ordonnances de l’intendant Nous ne savons pas si la publication en placard précédait celle en plaquette, comme pour les actes capitulaires, mais nous supposons qu’elles étaient étroitement liées, étant donné l’importance des affiches au XVIIIe siècle.

31Comme pour les actes royaux, la glane des arrêts du Parlement de Toulouse en placard a été médiocre, avec 38 placards alors que nous avions relevé 210 arrêts en cahiers in-4°. Quelle que soit la décennie, le nombre de placards conservés est faible, mais le tableau ci-dessous semble indiquer une meilleure conservation dans la décennie 1749-1758 ; traduit-elle une augmentation de la production, que nous avions constatée dans les plaquettes in-4°, liée à des condamnations d’ouvrages ? Un placard de 1749 « ordonne que le Livre intitulé : Histoire des Camisards, &c sera lacéré & brûlé dans la Place du Palais, au pied du grand Escalier, par l’Exécuteur de la Haute-Justice », un autre, du 17 juillet 1752, supprime une Thèse de Théologie dédiée à l’Evêque de Béziers ; les neuf autres placards concernent des mesures économiques, quatre étant relatifs au commerce du bois à brûler et à l’approvisionnement en bois et en charbon.

Années

Nombre d’arrêts du parlement en placards conservés

1739-1748

7

1749-1758

11

1759-1768

5

1769-1778

6

1779-1788

9

Tableau 58. Ventilation des arrêts du Parlement en placards, 1739-1788

  • 18 MARQUÉ Nicolas, Toulouse et le canal du Midi, Portet-sur-Garonne, Empreinte, 2007, p. 34.

32Dans les actes officiels, nous avons inclus huit Ordonnances de Monsieur le Juge Châtelain du Canal de communication des deux Mers, océane et Méditerranée, en Languedoc, deux sentences de ce juge et un chef de monitoire qui concernent la police et la justice sur le canal du Midi. En vertu de l’édit d’octobre 1666, érigeant le canal en « un fief avec toute justice, haute moyenne basse et mixte sur ledit canal de communication des mers [et ses] bords et largeur de six toises de chaque côté », Riquet et ses héritiers possédaient les droits propres à une seigneurie traditionnelle : droit de justice, droit de péage sur les marchandises, et droits honorifiques, notamment celui de la pêche et de la chasse ; mais cette seigneurie « constituait un nouveau type de fief, remarque Nicolas Marqué, correspondant à ce que nous nommerions une concession : le pouvoir royal laissait la voie d’eau à une personne pour qu’elle en assure le bon fonctionnement18 ». La nouvelle seigneurie traversant des terres soumises au pouvoir des capitouls, des tensions apparurent très vite et Toulouse ne fit rien pour aider le seigneur du canal ; il était donc logique que chacun administre et réglemente son territoire, l’édition même d’ordonnances du juge châtelain (huit conservées entre 1759 et 1783) le prouve. Deux placards demandent à ce que les barques naviguant sur le canal soient marquées de chaque côté de la poupe ; trois concernent la discipline des « garde-écluses », les personnes nageant « dans les Ports & Bassins dudit Canal, [condamnées] à peine de dix livres d’Amende, & de quinze jours de Prison la première fois, & de plus grande peine en cas de récidive » et les « Perturbateurs du repos & de la sureté publique, dans les Bateaux de Poste naviguant sur le Canal ». C’est cette dernière ordonnance du juge châtelain, datée du 2 octobre 1772, qui est reproduite ci-après (source : ACM, L 75 10bis) :

33Une autre réglemente la construction des radeaux en bois et la liberté de circulation sur le chemin de halage. Les employés du canal étaient tenus de ne pas « labourer, travailler & ensemencer les Terriers Francs-Bords dudit Canal ».

  • 19 Ordonnance du juge châtelain de Campistron du 19 janvier 1764, art. XXIV.

34Deux sentences, en 1780 et 1783, condamnent des personnes qui ont injurié ou menacé les employés du canal et « pour cas de Trouble, Scandale, Chansons déshonnêtes » sur le bateau de poste. Ces sentences et ordonnances devaient être « lues, publiées et affichées dans tous les ports et bureaux de toute l’étendue du canal19 ».

  • 20 MAZA Sarah, Vies privées, affaires publiques..., op. cit., p. 30.

35Enfin, un Chef de monitoire, daté du 14 juillet 1740, qu’on avait dû placarder et lire depuis la chaire des églises20, sommait les témoins du meurtre du nommé Pierre Jassereau, métayer à la métairie de Lacassaigne, juridiction de Montesquieu, de se présenter : il avait été étranglé et jeté dans le canal.

3- les imprimeurs de placards officiels et administratifs

36Les placards pour le roi et pour les capitouls sortaient des presses des imprimeurs du roi et de la ville. D’après le graphique ci-dessous, Claude-Gilles Lecamus domine la production avec 126 placards. Les autres imprimeurs ont une production nettement moindre : Bernard Pijon et sa veuve impriment un peu plus de la moitié de la production de leur père et beau-père ; la veuve Jean-Henri Guillemette et J.-A.-H.-M.-B. Pijon, entre 40 et 47 % ; Jean-Florent Baour et Jean Rayet autour de 25 %.

Graphique 68. Principaux imprimeurs de placards, hors thèses, 1739-1788

  • 21 AMT, CC 2787, fol. 91.
  • 22 ADAM Claudine, La production imprimée…, op. cit., p. 140.
  • 23 AMT, CC 2803, fol. 165.
  • 24 AMT, CC 2807, fol. 39.
  • 25 AMT, CC 2803, fol. 165.
  • 26 AMT, CC 2807, fol. 39.

37Les États des impressions pour les Capitouls fournissent des indications sur les prix des ordonnances en grand placard. En 1759, pour 100 exemplaires d’une ordonnance en placard, Bernard Pijon demande 7 livres 20 sols, les capitouls lui attribuent 5 livres21. Ce tarif est supérieur à celui qui revenait à Claude-Gilles Lecamus en 1740 et 1750, où, pour le même travail, il lui était alloué 4 livres22. En juin 1771, pour 100 exemplaires d’une ordonnance en placard, J.-A.-H.-M.-B. Pijon demande 6 livres, on lui en accorde 523. L’ordonnance en grand placard est plus chère selon la qualité du papier demandé ; ainsi, le 3 février 1759, les capitouls ont commandé « 100 exemplaires d’une ordonnance du roi du 13 septembre 1748 concernant la compagnie du guet en grand placard sur papier lombard, demandé 15 livres, taxé 10 livres ». La liste des capitouls en 200 exemplaires en grand placard, passe de 4 livres 10 sols, prix « alloué » en 1740, à 6 livres en 1750 et à 9 livres en 177324. Le tirage augmente au cours du siècle, et dans les années 1770, il oscille entre 200 et 300 exemplaires. Certains sont exceptionnels, comme celui de l’ordonnance « du 12 avril 1771, Portant injonction expresse à tous ceux qui logent chez eux des Etrangers, de les dénoncer à la Police, à peine d’Amende, et de Prison », qui a été imprimée par J.-A.-H.-M.-B. Pijon à « 3000 exemplaires, 2 colonnes, en grand placard Saint Augustin25 » ; il en demandait 120 livres, on lui en « alloua 60 ». Le 30 juin 1770, les capitouls ont commandé « 700 exemplaires de l’ordonnance portant établissement du bureau pour les domestiques en placard », il est précisé « prix fait » 30 livres ; 100 exemplaires in-4° sont aussi demandés au prix fait de 8 livres26. La même année, le 7 septembre, « 700 autres exemplaires d’une ordonnance portant établissement d’un Bureau d’adresse pour les Nourrices » sont demandés et payés 30 livres. Enfin pour en terminer avec ces tirages exceptionnels, « 500 exemplaires de l’ordonnance du 9 juin 1777 au sujet des réjouissances pour l’arrivée de Monsieur », rapportent 20 livres à J.-A.-H.-M.-B. Pijon.

38Ces différents tarifs donnent un aperçu de ce que rapportait une impression de placards pour les capitouls ; étant donné que ce sont les mêmes imprimeurs qui travaillent pour le roi et pour le Parlement, les prix des autres placards officiels et administratifs devaient être semblables. Les impressions pour les capitouls ne se limitaient pas à celles de placards et de cahiers in-4°, il y avait aussi des quittances, passeports, avis, ordres, billets, etc., qui sont des « éphémères » sans nom d’imprimeur. Dans le tableau ci-après, nous avons récapitulé la production des imprimeurs du roi et de la ville, étudiée dans les chapitres sept et huit, afin de montrer leur production totale d’actes officiels et administratifs.

39La production d’actes officiels est aux mains de la famille Lecamus-Pijon, qui arrive en tête du classement. Selon notre recensement, la veuve de Bernard Pijon (1761-1770) est celle qui imprime le plus d’actes officiels pour le roi et pour la ville, avec 50 % d’actes capitulaires, placards et in-4° confondus. Son fils J.-A.-H.-M.-B. Pijon (1770-1794) atteint une production équivalente, avec 4,7 % d’impressions d’actes royaux. Claude-Gilles Lecamus (1710-1751) arrive en troisième position, avec 45 % de placards pour les capitouls. Enfin, Bernard Pijon, son gendre (1752-1762), a une production qui s’équilibre entre les actes royaux (25,8 %), et les arrêts du Parlement (25,8 %), mais il affiche 45,3 % d’ordonnances pour les capitouls.

40Dans l’ensemble qui nous occupe, au total, la production de la veuve Guillemette est inférieure à la moyenne, constituée presque exclusivement par l’impression d’actes pour les capitouls dont elle est l’imprimeur. Jean Rayet (1753-1788) est derrière, avec une production, elle aussi, alors qu’il n’est pas « imprimeur du roi », presque limitée aux actes capitulaires, plus de 5 fois inférieure à celle de la veuve de Bernard Pijon. La production de Jean-Florent Baour (1772-1793) ne représente que 16,5 % de celle de chacun des deux premiers, et lui aussi travaille quasi exclusivement pour les capitouls.

Tableau 60. La production d’actes officiels (placards et cahiers in-4°) des imprimeurs du roi et de la ville, 1739-1788

41Les impressions pour la Châtellenie du Canal ont été réalisées par Pierre Robert en 1740, Bernard Pijon en 1759, Nicolas Caranove en 1764 (3 placards) puis par Joseph Dalles de 1765 à 1783 ; ce dernier semble se spécialiser dans ces impressions, mais il ne se dit pas imprimeur de la châtellenie du Canal, les tirages étant sans doute faibles.

4- Les placards de thèses

42Comme pour les actes officiels, les thèses imprimées se présentent sous forme de placards, de cahiers in-4° ou in-folio ou même de livres ; elles diffèrent selon leurs commanditaires, qui sont des particuliers fortunés cherchant à donner plus de relief à la soutenance de leur thèse.

43Dans le volumineux corpus des plaquettes in-4°, une thèse a été conservée, Thèse de chirurgie, sur l’accouchement contre nature, par M. Duplan, imprimée par Noël-Étienne Sens en 1787, et dans les livres, deux thèses de chirurgie par Jean-Jacques Frizac et M. Fraissines, imprimées par J.-H. Guillemette et la veuve de J.-F. Desclassan en 1769 et 1780.

  • 27 MEYER Véronique, « Les thèses, leur soutenance et leurs illustrations sous l’Ancien Régime », op. (...)

44Les deux présentations, sous forme de placard ou de livret, alternent selon le sujet traité ou selon le lieu de soutenance. Il arrivait même qu’un étudiant fasse éditer une partie des exemplaires de sa thèse en placard et l’autre sur livret27.

  • 28 Ibid., p. 45.

45À Toulouse, au collège des Doctrinaires de l’Esquille et au collège des Jésuites devenu collège royal, qui avaient obtenu du roi l’incorporation de leur établissement à l’Université, la dernière étape du cursus scolaire s’achevait par la faculté des Arts ; après avoir étudié pendant un an la logique, la métaphysique et la morale, dans la seconde année les étudiants recevaient un enseignement de philosophie et soutenaient alors une thèse en la matière. Avec le titre de maître ès arts, ils pouvaient entrer ensuite dans une des trois facultés dites supérieures (théologie, médecine et droit) qui offraient le même cursus : ils devaient, d’abord obtenir le grade de bachelier, puis celui de licencié et enfin de docteur ; chaque grade donnait lieu à une thèse, c’est-à-dire à un « exercice oratoire public, soumis à une étiquette rigoureuse qui couronnait chaque cycle d’études28 ». La méthode de l’argumentation, base de l’enseignement au collège, les avait préparés à cette épreuve orale.

46Ce sont donc ces thèses, passées en faculté des Arts ou dans les facultés supérieures, que nous avons retrouvées. Il s’agit de 68 thèses imprimées entre 1739 et 1788, dont les deux tiers sont conservées au musée Paul-Dupuy qui en possède une remarquable collection ; nous y avons inclus, en raison de la similitude de sa présentation avec les thèses universitaires, un placard en soie imprimé par Jean-Pierre Robert : Exercice Littéraire, Dédié à Messire Pierre des Innocens, Conseiller au Parlement de Toulouse Par Monsieur Jean-Paul Barrière, Ecolier d’Humanité, & Prébandier de l’Eglise Collègiale de l’Isle-Jourdain, daté de 1749.

a) Conservation et répartition

  • 29 MEYER Véronique, « Catalogue des thèses illustrées, in-folio soutenues au XVIIe et XVIIIe siècles (...)

47Un corpus de 68 pièces peut paraître restreint pour une étude, mais, comme le rappelle Véronique Meyer qui a inventorié les thèses illustrées soutenues par des Bordelais, aux XVIIe et XVIIIe siècles, et retrouvé quatre thèses toulousaines, les thèses sont des « documents devenus fort rares du fait de leur format »29 : en effet, certaines peuvent atteindre plus d’un mètre vingt de hauteur, et des problèmes de rangement en découlent.

  • 30 Ibid., p. 205. D’après le tarif imprimé de 1750 de l’Université de Bordeaux, il en coûtait 23 livr (...)
  • 31 FERTÉ Patrick, L’Université de Toulouse aux XVIIe et XVIIIe siècles…, op. cit., p. 367.
  • 32 Ibid., p. 378.

48De plus, ce sont des documents privés et précieux, la soutenance d’une thèse étant onéreuse de par le prix de l’inscription, les frais de la cérémonie, l’impression du placard, de la gravure ; beaucoup de lauréats conservaient précieusement ces placards, signes de leur réussite30. Un grand nombre de ces placards sont donc conservés dans des archives privées, ayant été « emportés par les récipiendaires et donc dispersés aux quatre horizons de l’aire géographique du recrutement de l’Université de Toulouse31 ». Patrick Ferté rapporte à ce sujet une anecdote significative : un prêtre réfractaire rouergat, Charles Renaldy (1752-1794), gradué de théologie à Toulouse, chanoine de Saintes, arrêté en 1793 par le représentant du peuple et déporté en 1794 à Bordeaux, emporta quelques effets, parmi lesquels on trouva sa thèse imprimée sur satin32.

49Voyons maintenant comment se répartissent les thèses conservées et datées.

Graphique 69. Ventilation annuelle des placards de thèses conservés, 1739-1788

50L’histogramme traduit bien l’irrégularité du recensement des thèses. On relève 20 années sans thèse répertoriée ; en revanche, en 1768, onze thèses le sont. La conservation semble meilleure à partir de 1784, elle atteint six thèses en 1787 et 1788.

  • 33 TAILLEFER Michel, Vivre à Toulouse…, op. cit., p. 366.

51La production conservée est donc plutôt pauvre et c’est d’autant plus décevant que nous savons qu’à la veille de la Révolution, l’université de Toulouse était « la seconde et l’une des plus célèbres du royaume, surtout pour le droit », d’après l’Almanach de Baour, et qu’avec « environ 160 nouveaux inscrits chaque année et 400 étudiants au total, la Faculté de droit se plaçait après celle de Paris » ; Michel Taillefer ajoute que « Toulouse reste jusqu’en 1789 une active capitale universitaire33 ».

52Les États des impressions de la province de Languedoc de 1784 à 1788 sont la seule source qui nous informe sur la production de placards de thèses, irrégulière, variant selon les mois et les années, mais cette information porte sur une trop courte durée pour qu’on puisse en tirer des conclusions générales. En juin 1784, huit imprimeurs ont imprimé des thèses dont quatre sont conservées : une est de Jean-Jacques Robert (qui en imprime trois mois durant), trois sont de Joseph Dalles (qui n’en met sous presse qu’en juin). En 1785, quatre imprimeurs produisent des thèses dont trois sont conservées : une de P.-B.-A. Robert et deux de Joseph Dalles. Si nous n’avons pas retrouvé de placard en 1786, nous savons que Jean-Jacques Robert et Sébastien Hénault en avaient pourtant imprimés. En 1787, alors que six imprimeurs ont imprimé des thèses, nous n’avons retrouvé de placards que de Joseph Dalles, de Jean-Jacques Robert et de P.-B.-A. Robert.

  • 34 Procès verbal de la visite et état de l’imprimerie de Toulouse, 30 juin 1784, ADH, 2810, fol. 140.

53Combien un imprimeur pouvait-il imprimer de thèses, en un mois ? Les impressions de thèses n’accaparaient pas toute l’activité d’un atelier d’imprimerie. En janvier 1784, Jean-Joseph Douladoure imprime « alphabet, almanach, thèses, arrêts » ; en juin 1784, Jean-Jacques Robert imprime « Journée du Chrétien, Mémoires, thèses, arrêts » ; Jean-Florent Baour « Annonces et Affiches de Toulouse, Mémoires, arrêts et thèses34 ». La production est aussi diversifiée pour les autres imprimeurs.

54En fait, le temps passé à l’impression d’une thèse dépendait, avant tout, de son aspect matériel.

b) Aspect matériel

55Il faut distinguer la thèse en petit placard, ornée de petites xylographies rudimentaires, et les thèses en grand placard illustrées par des graveurs célèbres.

– Les thèses en petit placard

56Elles représentent près de 70 % des placards du corpus, et comptent 41 thèses de droit, une de théologie, cinq de médecine et cinq de philosophie. Ce sont donc des placards de thèses soutenues dans les facultés supérieures, la prépondérance du droit s’expliquant par l’importance de la faculté de droit.

57De dimensions modestes (45 x 36 centimètres), les petits placards présentent un texte en deux colonnes avec un encadrement gravé sur bois, rehaussé généralement par une vignette avec la Vierge. L’usage du latin est de rigueur, excepté pour neuf thèses de droit imprimées en français, soit 13 % de l’ensemble. C’est la présentation habituelle, qui a prévalu jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, avec une petite illustration cantonnée en haut du placard. Deux thèses de médecine possèdent une Vierge gravée par Raynaud. Le choix de l’encadrement étant limité, les bois servaient plusieurs fois, et leur usure est visible sur certains placards, comme celui imprimé pour Jean Martin par P.-B.-A. Robert en 1788.

58Les thèses de droit et deux thèses de médecine sont dédiées à la Vierge, la patronne de l’université où elles ont été soutenues. Une reproduction figure à la page suivante. Elles portent en frontispice « Immaculatae Virgini » ou « Virgini dei paraea sine labe conceptae… » ; celles rédigées en français débutent par « À l’immaculée et bienheureuse mère de Dieu ». En 1757, une thèse de droit français est dédiée exceptionnellement « Au bienheureux Saint Paul ».

59Trois thèses de médecine débutent par « Christo vero medico, se suamque thesim medicam » et par « Deo vero medico, se suamque thesim medicam » ; dédiées au Christ, elles présentent un texte en deux colonnes, sans encadrement, avec une crucifixion en frontispice.

60Après la dédicace, la discipline est annoncée : « thèse de droit français » ; « positiones ex utroque jure » ou « positiones ex jure canonico » ; « Theses theologicae de justicia et jure ». Puis le nom de l’étudiant est indiqué, comme sur le placard d’une thèse de droit français imprimée par Jean-Henri Guillemette en 1760 : « Jean-Jacques de Saint Félix, natif de St Germier, Diocèse de Toulouse, Licencié ès Droits ».

61Sous le nom de l’étudiant, le type d’examen est précisé. Dans le corpus, 16 thèses confèrent le titre de bachelier : « Pro Baccalaureatûs Gradu, in utroque Jure consequendo » ; 27 celui de licencié : « Pro licientiatûs Gradu in utroque Jure consequendo » ou « Pour l’examen public sur le Droit français » ; et quatre celui de docteur.

62Dans la partie basse de la thèse, les positions étaient ensuite imprimées, numérotées et classées sur deux colonnes.

  • 35 FERTÉ Patrick, L’Université de Toulouse aux XVIIe et XVIIIe siècles…, op. cit. p. 375.

63Depuis le milieu du XVIe siècle, les « positions » étaient imprimées ; c’étaient les « questions abordées par le candidat sur le sujet qui lui a été posé et à propos desquelles il se déclarait prêt à engager publiquement la dispute35 » explique Patrick Ferté.

64Le nom des « examinateurs » est indiqué : deux « professeurs » et deux « docteurs agrégés » ; dans des thèses en latin, les noms des six licenciés et bacheliers qui débattront, sont aussi mentionnés.

  • 36 Cité par Véronique MEYER, « Les thèses, leur soutenance et leurs illustrations sous l’Ancien Régim (...)

65Enfin, avant le nom et l’adresse de l’imprimeur, celui du professeur qui dirige l’étudiant figure uniquement dans les thèses de droit en latin. Le Magister studiorum, chargé de suivre l’étudiant pendant ses études devait signer les positions de thèse avec le président de la thèse et le syndic de l’université avant son impression ; ils faisaient ainsi office de censeurs devant la faculté. En effet, en novembre 1682, le roi rappela aux imprimeurs qu’il était défendu « d’imprimer aucune thèse que les titres, positions et généralement tout ce qui sera écrit dans la thèse ne soit approuvé par le syndic de la faculté36 ».

66Ce qui surprend, c’est que ces placards pour les thèses de droit, de médecine et de théologie soutenues dans les facultés supérieures étaient moins illustrés que ceux que l’on rencontre pour les thèses de philosophie, passées dans les collèges.

– Les grandes thèses

  • 37 MEYER Véronique, ibid., p. 87.

67Alors que les thèses de droit dominent, avec près de 60 % de la production, seules deux sont de grandes « thèses à image37 ». Elles forment, avec treize placards de thèses de philosophie et un de théologie, un ensemble remarquable, par leurs grandes dimensions et leurs illustrations.

68Les thèses de philosophie étaient soutenues à la faculté des Arts pour le titre de maître ès arts. La présentation de la thèse illustrée est toujours identique : en haut l’illustration, en bas les positions, le nom du candidat, puis, sous l’encadrement, le nom et l’adresse de l’imprimeur. À partir du milieu du XVIIe siècle, les positions de thèse ont été insérées dans un encadrement gravé formé de piliers ornés, de statues, de médaillons. Cet encadrement correspondait parfois à l’ornementation du haut de la thèse, mais pas toujours.

69Le plus grand placard de thèse du corpus a été réalisé pour la soutenance de la thèse de droit français de Joseph Rest, en 1759 ; il mesure 127 x 82 centimètres (reproduit ci-après). Celui pour la thèse de Jean-Baptiste Gounon de Loubens, en 1787, est, lui aussi, de grandes dimensions (110,5 x 70 centimètres), comme les douze placards de philosophie qui mesurent, au moins, un mètre de haut.

– La dédicace

70Les petits placards de thèse étaient dédiés au Christ, à la Vierge, à un saint ; les « thèses à image » peuvent l’être aussi, mais plus rarement ; la plus grande, celle de Joseph Rest, est dédiée en effet « À l’immaculée et bienheureuse mère de Dieu ».

  • 38 MEYER Véronique, « Les thèses, leur soutenance et leurs illustrations sous l’Ancien Régime », op. (...)

71Le plus souvent, les grandes thèses ont un dédicataire privé, ou un « mécène comme on l’appelait alors38 ». Comme pour les petits placards, leur nom est bien mis en évidence, avant les positions de thèses. Ils sont choisis parmi les personnages connus, de haut rang.

72Une grande thèse de théologie (122,5 x 76,5 centimètres), imprimée par la veuve Robert en 1762, est dédiée à Armand Bazins de Bezons, évêque de Carcassonne. Celle de droit français de Jean-Baptiste Gounon de Loubens a pour dédicataire Armand Gontaut de Biron, duc et pair de France. Signalons que pour cette même thèse deux placards dédiés à Armand Gontaut de Biron ont été imprimés par Jean-Jacques Robert en 1787, l’un en petit placard de 53 x 42 centimètres, avec une grande vignette ovale avec des armoiries, l’autre (reproduite ci-après) de grandes dimensions (110,5 x 70 centimètres) est composé de deux feuilles collées.

73Des thèses de philosophie sont dédiées à des membres du Parlement. En 1746, Pierre Robert imprime un grand placard en soie, mal conservé, pour une thèse de philosophie dédiée à François de Requy, conseiller au parlement. En 1748, une autre est dédiée à Guillaume du Puget de Gau, seigneur de Saint-André, second président ; onze ans après, c’est Henri-Gabriel du Puget de Gau, baron de Castelnau de Montmirail, lui aussi parlementaire, qui est dédicataire d’une nouvelle thèse. En 1749 Jean-Gabriel-Amable-Alexandre Riquet de Bonrepos, procureur général, en 1758 Guillaume de Nupces, président, en 1784, le juge mage André de Lartigue sont dédicataires de thèses de droit ou de philosophie.

  • 39 Ibid., p. 70.

74La dédicace pouvait aussi s’adresser à un corps tout entier : « Celui des échevins, des jurats, de la cour de Parlement, l’assemblée du clergé… reçurent souvent l’hommage d’une thèse39. » Dans notre corpus, trois thèses sont dédiées aux capitouls, « Nobilissimis ac vigilantissimis octo viris capitolinis », dans ce cas, les huit capitouls sont cités avec leurs armoiries, avant les positions de thèses.

75Un seul placard de thèse illustré est dédié à l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres ; il a été imprimé en 1755 par Bernard Pijon pour la soutenance de Jean Maignes, de Loupian, du diocèse d’Agde.

  • 40 Ibid., p. 72.
  • 41 Ibid., p. 70.

76Les dédicaces étaient rarement désintéressées ; en effet, les dédicataires participaient généralement aux frais de la soutenance et montraient parfois leur satisfaction par un cadeau. Véronique Meyer cite les capitouls de Toulouse qui, « le 30 novembre 1780, remirent une épée “commandée spécialement pour l’occasion au Sieur Pech fourbisseur”, à un étudiant du collège de l’Esquille40 ». Elle ajoute même qu’il arrivait parfois que « par l’intermédiaire de ses représentants la ville participe directement à l’hommage rendu en prenant en charge l’organisation des festivités41 ». Les frais de la soutenance étaient d’autant plus élevés que la thèse illustrée coûtait cher.

– L’illustration

77Selon les moyens financiers dont on disposait et l’importance que l’on voulait donner à la soutenance, deux possibilités s’offraient pour l’illustration. La première, très onéreuse, consistait à s’adresser à un peintre ou à un dessinateur pour avoir une composition originale ; la seconde était de s’adresser à un éditeur de thèse et de choisir dans son fonds des planches déjà gravées. C’est ce que firent certains candidats toulousains.

  • 42 Lettre de Bouteiller à M. Devic, imprimeur-libraire à Rodez, du 24 mai 1783, Fonds Devic-Leroux, A (...)

78Les illustrations de thèses ont un si grand attrait pour les étudiants et un si bel intérêt pour les éditeurs que, comme nous l’avons vu au chapitre trois, un certain Bouteiller, imprimeur en taille douce à Toulouse, n’hésitait pas, pour « regraver à neuf tout son fond en cuivre à l’usage des thèses générales pour les collèges », à faire venir de Paris un graveur du roi et à le loger huit mois durant42.

79Onze illustrations de thèses de notre corpus sont signées. Le placard de thèse dédicacé à François de Réqui, imprimé par Pierre Robert en 1746, présente la particularité d’être en soie, en deux feuilles et d’avoir été composé par deux graveurs différents : la partie supérieure est parisienne, représentant une sainte les yeux levés au ciel, dans un cadre arrondi, une copie d’un tableau de Le Brun réalisée par « J.-F. Cars, A Paris rue St Jacques au… » (effacé) ; la partie basse, composée des positions encadrées par des pilastres et surmontées d’un blason, a été gravée « à Toulouse, chez L. Baour rue St Rome, aux Colonnes d’Hercule ».

80Sept gravures de placards de thèses sont signées par « Baour » ou « L. Baour », qui exerça jusqu’à la fin des années 1750 ; une par son fils aîné Louis-François Baour, qui mourut en 1771 et laissa l’imprimerie de taille-douce à son frère Jean-Florent Baour. Trois gravures sont signées « à Toulouse, chez Grangeron », qui exerça entre 1745 et 1751. En 1780, dans un placard de thèses, Joseph Dalles réemploya une scène de résurrection gravée par Louis Baour ; de même, en 1784, avec Jean-Jacques Robert, il réutilisa une gravure de Jacques Grangeron. La lettre de Bouteiller à l’imprimeur Devic indique d’ailleurs bien que c’est dans un stock de gravures plus ou moins étendu, présenté dans une sorte de catalogue, que les étudiants pouvaient puiser.

81Quels étaient les thèmes des gravures retenues pour ces thèses ? Les scènes religieuses sont nombreuses et le Christ en est la figure centrale : le Christ au moment de la Cène, le Christ agenouillé ou le Christ en croix. Les images évoquent une partie de son histoire, elles le représentent lors du lavement des pieds ou encore avec les pêcheurs du lac de Tibériade, elles rappellent ses miracles ou ses paraboles. Une thèse montre une scène de résurrection.

  • 43 MEYER Véronique, « Catalogue des thèses illustrées… », op. cit., p. 260.

82Les scènes de l’Ancien Testament ne sont pas absentes : dans le placard imprimé en 1759 par Jean-Henri Guillemette pour la thèse de Joseph Rest, le graveur a représenté la farandole de jeunes autour du veau d’or avec au pied d’un arbre un sage qui les ramène à la raison. En 1743, une thèse du collège de l’Esquille est illustrée par une représentation de Judith et Holopherne43.

83Quelques thèses héritent d’une tradition du XVIIe siècle qui voulait que l’on célèbre l’ordre religieux ou le collège dans lequel on étudiait. En 1748, sur un placard de thèse dédié à Guillaume du Puget de Gau, le candidat jésuite a souhaité rappeler l’histoire de saint Ignace de Loyola, le fondateur de son ordre. La partie supérieure du placard est occupée par un grand portrait d’Ignace de Loyola inscrit dans un ovale ; six autres médaillons sur les côtés évoquent des scènes religieuses. Un frise composée de portraits et d’armoiries borde le placard, représenté ci-après.

84Des armoiries sont fréquentes dans ces illustrations de thèses. Dans le placard de thèse de Gounon de Loubens, imprimé par Jean-Jacques Robert en 1787, que nous avons reproduit, les armes dans un ovale soutenu par deux anges sont entourées de trophées guerriers, de drapeaux, de casques, de trompettes de la renommée, plus un soldat avec sa cuirasse, pour rappeler la fonction du dédicataire, Armand Gontaut de Biron, « gallicanae legionis preatotianorum praefec[us] ».

  • 44 MEYER Véronique, « Les thèses, leur soutenance et leurs illustrations sous l’Ancien Régime », op. (...)

85Les illustrations des placards de thèse toulousains abordent donc des thèmes traditionnels aux thèses, et nous n’y avons pas relevé, comme Véronique Meyer l’a fait dans les thèses parisiennes, de sujet vraiment historique44.

c) Les imprimeurs de thèses

Graphique 72. Les principaux imprimeurs de placards de thèse, 1739-1788

86Un tiers des placards de thèse conservés ont été imprimés par Joseph Dalles, qui exerça à partir de 1765 ; tous ses placards en latin portent la même adresse, « Tolosae, Ex Typographiâ Josephi Dalles, sub signo Artium & Scientiarum ». Dès 1766, imprimeur de la Faculté de droit semble-t-il, il imprima 19 thèses de droit, en petits placards, sept pour être bachelier, 12 pour être licencié ; trois seulement sont en français. La moitié de ces thèses ont le même encadrement, avec une sorte de guirlande à motifs floraux surmontés d’une vignette en bois représentant la Vierge. À partir de 1780, il complète ses impressions par celle de grands placards illustrés pour la soutenance de thèses de philosophie ; il n’imprime souvent que le bas du placard, réutilisant les gravures de Louis Baour ou de Jacques Grangeron.

87Nous conservons huit thèses de Jean-Henri Guillemette (1752-1777) imprimées entre 1759 et 1768 : deux placards de thèses de médecine non datés, six placards de thèses de droit, trois pour être bachelier, trois pour être licenciée, dont deux en français.

  • 45 MEYER Véronique, « Les thèses, leur soutenance et leurs illustrations sous l’Ancien Régime », op. (...)

88Véronique Meyer explique que « chaque collège et chaque faculté avait un imprimeur attitré45 » ; mais, à Toulouse, nous constatons qu’au moins entre 1766 et 1768 deux imprimeurs ont travaillé pour la faculté de droit.

89Pierre Robert (1714-1763) dans son adresse, indiquait qu’il était imprimeur-libraire du collège des Jésuites, « Collegii Tolosani Societatis Jesu Typographum & Bibliopolam ». Sept de ses placards conservés sont des thèses de philosophie pour être maître ès arts, « Pro Laurea Artium ». Un seul, daté de 1752, concerne la théologie, « Theses theologicae de justicia et jure ». De présentation très sobre, le texte en deux colonnes, avec pour seule décoration, en frontispice, une vignette de la Sainte Famille, contraste avec le grand placard que nous avons reproduit, dédié à Guillaume du Pujet de Gau, illustré par un portrait ovale d’Ignace de Loyola (pages précédentes). La moitié des placards imprimés par Pierre Robert sont, en effet, de grands placards de plus de 85 centimètres de haut ; il réutilisait des gravures de Louis Baour ou de J.-F. Cars, graveur parisien.

90Le fils cadet de Jean-Jacques Robert lui succéda en 1763 et devint imprimeur du Collège royal. Nous n’avons retrouvé que cinq de ses placards de thèses, un concernant le droit, quatre des thèses de philosophies, dont une, dédicacée à Armand Gontaut de Biron, datée de 1787, a été reproduite dans les pages précédentes. Les États des impressions laissent supposer une production plus importante.

91Les placards des actes officiels et administratifs et les placards de thèses, destinés à être affichés, avaient une fonction informative. D’autre part, les problèmes de conservation sont communs aux deux catégories, plus importants pour les grands placards, et soulignent les limites de nos sources. Ces difficultés sont apparues plus nettement que pour l’étude des plaquettes, numériquement plus nombreuses.

92Il faut souligner la spécificité de la production de placards de thèses commandés par des étudiants ou des dédicataires fortunés. Une douzaine de thèses toulousaines « à images » sont remarquables par leurs dimensions et leurs illustrations, et le rôle de l’imprimeur du collège ou de la faculté y est ici surclassé par celui du graveur.

93Dans une deuxième partie, nous allons aborder une autre catégorie de production imprimée spécifique : les factums.

II- Les factums

  • 46 Article « Factum », Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, Cédérom, 2000.
  • 47 PETIT Nicolas, L’éphémère, l’occasionnel et le non livre…, op. cit., p. 159.

94Le terme de « factum » est employé à son origine lorsque les procédures et les jugements pour exprimer les circonstances d’une affaire, étaient rédigés en latin46. L’ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539 imposa l’usage du français dans tous les actes administratifs et judiciaires mais le terme resta : le factum est un mémoire imprimé qui expose les faits d’un procès, par l’une ou l’autre des parties en présence47. Ce terme « factum » n’est pourtant utilisé que quatre fois dans le corpus : au XVIIIe siècle, on lui préfère « mémoire ».

  • 48 MAZA Sarah, Vies privées, affaires publiques, Les causes célèbres de la France révolutionnaire, Pa (...)
  • 49 Cité par Roland DESCAVES, « Factum », dans Pascal FOUCHÉ, Daniel PÉCHOIN, Philippe SCHUWER (dir.),(...)

95Si on le compare avec les imprimés que nous venons d’étudier (plaquettes, placards), le factum est original d’abord parce qu’il répond à une commande privée, et qu’il est destiné prioritairement à informer les magistrats de la juridiction devant laquelle se juge le procès. Dans les affaires civiles, les procès se déroulaient entièrement à huis clos, les plaignants et les défendeurs comparaissaient généralement seuls devant les juges, et les avocats rédigeaient des mémoires écrits. À l’origine, ils étaient destinés aux juges dans l’enceinte du tribunal mais, au cours du XVIIe siècle, « l’habitude s’est développée d’imprimer ces documents à de nombreux exemplaires, afin que les amis, parents et autres parties intéressées puissent être informés de l’orientation des débats et de la progression de l’affaire48 ». Distribués à un public plus ou moins restreint, certains, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, pouvaient être vendus, comme le rapporte Antoine-Louis Séguier, avocat général au Parlement de Paris, qui dénonce le fait qu’ils soient devenus « un objet d’amusement et de curiosité pour le public, nous pouvons même dire une affaire de commerce pour les parties. On les colporte dans les places et les promenades publiques, on les vend à la porte des jardins et des spectacles…49 ».

  • 50 Article 9, Arrêt du Conseil d’Etat du 24 mars 1744, Livre de la communauté des imprimeurs et libra (...)

96Pour les historiens du livre, le factum présente une autre particularité, celle d’échapper à la censure royale en ne nécessitant pas d’autorisation préalable, quel que soit son nombre de pages. Simplement, d’après l’arrêt du Parlement de Paris du 11 août 1708, repris dans le Code de la Librairie50, les imprimeurs ne pouvaient « imprimer des factums, requêtes et mémoires » si les copies qui leur étaient remises n’étaient pas signées par un avocat ou un procureur ; et on leur enjoignait de porter leur nom au bas des exemplaires imprimés. Ces instructions, notamment la dernière, furent souvent négligées et les factums portant le nom de l’imprimeur ne représentent qu’une assez faible part de la production conservée. Dans les recueils factices consultés aux Archives départementales de la Haute-Garonne, d’après nos sondages, le pourcentage de mémoires mentionnant le nom de l’imprimeur varie entre 10 % et 40 %. Ainsi, toutes les impressions concernant une même affaire n’ont pas été forcément recensées, car les imprimeurs n’indiquaient pas systématiquement leur nom sur toutes les pièces.

  • 51 DESCAVES Roland, « Factum », op. cit., p. 177.
  • 52 GOURVAT Thierry, Mémoires judiciaires des avocats au Parlement de Toulouse, 1770-1790, mémoire de (...)
  • 53 QUÉNIART Jean, L’imprimerie et la librairie à Rouen…, op. cit., p. 126. Remarquons que deux factum (...)
  • 54 LABARRE Albert, « Imprimerie et commerce du livre à Lille avant la Révolution », Le livre et l’his (...)

97L’importance de la production de factums pour les imprimeurs d’une ville, est rappelée par Roland Descaves : « Dans les villes pourvues d’un parlement ou d’un siège de justice subalterne, les factums alimentent une partie importante de l’activité quotidienne ou saisonnière des imprimeries, souvent massées pour cette raison non loin des palais de justice51 ». Cependant les études quantitatives sont très peu nombreuses, celle de Thierry Gourvat sur les Mémoires judiciaires des avocats au Parlement de Toulouse, 1770-1790 faisant exception52. Échappant à tous registres de permission, la production de factums n’a pas été prise en compte par Robert Estivals ou par François Furet. Elle est mentionnée par Jean Quéniart, qui les a classés avec les brochures de moins de 50 pages53. Albert Labarre, énumérant les particularités de la production lilloise, évoque les nombreux factums sortis de presses lilloises, il donne de rapides indications sur les formats et le nombre de pages mais ne fait pas d’étude spécifique de ce type de production54.

  • 55 LAVOIR Lise, « Factums et mémoires d’avocats au XVIIe et XVIIIe siècle : un regard sur une société (...)
  • 56 MAZA Sarah, « Le tribunal de la nation : les mémoires judiciaires et l’opinion publique à la fin d (...)

98En dehors de l’histoire du livre, les factums sont étudiés dans le cadre de l’histoire des mœurs et des mentalités. Lise Lavoir les considère comme des documents privilégiés pour donner « un regard sur une société55 ». Sarah Maza, qui s’intéresse aux « causes célèbres », montre qu’ils contribuent à la formation de l’opinion publique56.

  • 57 CASTAN Nicole et Yves (présenté par), Vivre ensemble. Ordre et désordres en Languedoc (XVIIe-XVIII(...)
  • 58 THOMAS Jack, « Les victimes accusées dans plusieurs causes célèbres à la fin de l’Ancien Régime », (...)

99En précurseurs, Nicole et Yves Castan se sont penchés sur les « pièges de la justice en Languedoc57 » et ont évoqué quelques « affaires célèbres » comme l’affaire Estinès, qui sera reprise et développée par Jack Thomas en 199858. Ces affaires, en stimulant les tirages et donc les chances de conservation, expliqueront certaines augmentations dans le recensement annuel des factums.

  • 59 Mémoire concernant l’imprimerie et la librairie de Toulouse du 12 décembre 1767, ADH, C. 2815(14).

100À Toulouse, les sources attestent d’une production de factums importante. Dans un mémoire daté de 1767, devant la menace d’une réduction du nombre d’imprimeurs, le juge mage Morlhon estimait que le nombre de dix n’était pas trop élevé car, s’ils étaient moins nombreux, ils ne pourraient satisfaire les demandes urgentes d’impression de factums : « lorsque les plaideurs veulent sur la fin de la séance faire imprimer leurs mémoires, ils sont obligés d’attendre souvent cinq à six jours, et quelquefois davantage59 ». Les informations fournies par les États des impressions de la province de Languedoc de 1774 à 1777 et de 1783 à 1788 confirment cette importance. En effet, ils indiquent les productions des dix imprimeurs toulousains, mois par mois, et les mentions « factums » ou « mémoires » reviennent fréquemment : il arrive même que les dix imprimeurs en éditent simultanément, comme en juin 1777 ou en juin 1784.

  • 60 GOURVAT Thierry, Mémoires judiciaires des avocats au Parlement de Toulouse…, op. cit., p. 83.

101Notre corpus se compose de 1 075 mémoires avec un nom d’imprimeur, relevés entre 1739 et 1788 ; il recoupe celui établi par Thierry Gourvat, pour la période 1770-1790, qui comprend 43,3 % de factums avec le nom de l’imprimeur sur un ensemble de 69060. Pourquoi devons-nous préciser « avec ou sans nom d’imprimeur », alors que depuis 1708 la législation royale obligeait à le mentionner ? Il est difficile de comprendre pourquoi elle n’était pas respectée. Certes, nous avons remarqué, dans le chapitre second, la propension des imprimeurs toulousains à contourner la loi, à propos des demandes de privilèges, mais nous ne pensons pas que ce soit du même ordre. Nous n’avons trouvé chez les historiens du livre aucun élément d’explication de cette lacune.

1- La conservation des factums

102Une question se pose donc avant d’aborder l’étude des mémoires judiciaires, celle de la représentativité du corpus constitué excluant les pièces dépourvues de nom d’imprimeur.

103Le recensement de ce corpus s’est effectué à partir de factums conservés dans des boîtes, dans des liasses ou des recueils factices. Dans une liasse, il est difficile d’établir des statistiques significatives dans la mesure où des factums, d’époques différentes, de formats différents, ont pu être regroupés. Je donnerai pour exemple la liasse 4° 285 (7) qui est aux Archives départementales de la Haute-Garonne ; imposante par son volume, elle comprend plus de 110 mémoires détachés, arrachés de recueils factices, imprimés à des dates différentes, rangés pêle-mêle selon les manipulations : nous n’avons relevé que 14 mémoires avec nom d’imprimeur, entre 1739-1788 (soit 12,7 % de l’ensemble), mais nous estimons que ces résultats ne sont pas significatifs.

104Les Archives départementales de la Haute Garonne conservent des séries de recueils factices plus homogènes chronologiquement où les affaires sont mieux classées, et l’inventaire y est plus aisé ; nous avons pu calculer le pourcentage de factums, avec le nom de l’imprimeur par rapport à l’ensemble conservé : 8° 1282 (4) : 37,5 % ; 8° 1282 (5) : 40,6 % ; 8° 1282 (7) : 47,2 % ; 8° 1282 (9) : 47,9 % ; 8° 1282 (12) : 47,5 % 8° 1282 (14) : 45,1 %. Ainsi avec des moyennes gravitant autour de 45 % de titres portant les noms d’imprimeurs dans les recueils factices, pensons-nous approcher de chiffres moyens réalistes. C’est beaucoup plus aléatoire pour les factums conservés dans les liasses. Néanmoins, nous postulons la pertinence des chiffres que nous fournirons.

  • 61 Affaire Noble Martin contre Dame Massip, ADHG, 4° 258 (7).

105Si la question de la représentativité du corpus se pose pour l’ensemble des factums, elle concerne également les divers factums concernant une même affaire. L’exemple de l’affaire Noble Martin contre Dame Massip61 montre à quelles amputations et à quels regrets l’absence du nom d’imprimeur nous entraîne.

106Le premier document est l’Instruction contenant Griefs, pour Noble Guillaume-Louis-Joseph Martin […] appelans et suppliant, Contre Dame Marie-Marguerite Massip, intimée. Il est imprimé par Jean Rayet. Le second est la Réplique pour Noble Guillaume-Louis-Joseph Martin fils […] Contre Dame Marie-Marguerite Massip qui ne porte pas le nom de l’imprimeur ; les bandeaux utilisés montrent qu’il s’agirait de Jean Rayet. Le troisième mémoire s’intitule Observations pour Noble Guillaume-Louis-Joseph Martin, fils. Contre Dame Marie-Marguerite Massip. Il est imprimé par Rayet. Le quatrième est la Continuation de production pour Noble Guillaume-Louis-Joseph Martin, fils. Contre Dame Marie-Marguerite Massip. Il ne mentionne pas de nom d’imprimeur, pas plus que la Réplique pour Noble de Martin, fils. Contre Dame d’Assignan (Massip). Nous n’avons retenu que les titres des deux factums avec nom d’imprimeur, et nous n’avons ainsi inventorié que 40 % des documents relatifs à cette affaire.

  • 62 MAZA Sarah, Vies privées, affaires publiques..., op. cit., p. 32.

107Pouvons-nous, à partir de l’agencement des pièces, inférer de la raison qui pousse l’imprimeur à ne pas toujours mettre son nom ? Dans l’affaire citée, le nom de l’imprimeur n’apparaît qu’au premier et au troisième factum, cela indique-t-il le début d’une nouvelle audience dans le procès, chronologiquement éloignée de l’Instruction et de sa Réponse – qui rappellerait donc le nom de l’imprimeur –, d’autant que, si l’on se réfère à Sarah Maza, « il n’y avait rien de plus facile à faire que les mémoires judiciaires : quelques heures pouvaient suffire pour rédiger et publier, ce qui n’était le cas d’aucune autre forme licite de littérature éphémère62 » ?

2- Description matérielle

a) La page 1

108Les factums ont rarement une page de titre. Sur la page 1, trois éléments se détachent : un bandeau coiffe toujours le titre, puis débute le corps du factum.

– Le titre

109Si nous employons aujourd’hui le mot « factum » pour désigner de façon générale tout mémoire judiciaire, au XVIIIe siècle il recouvre des réalités différentes car la forme des mémoires varie selon les étapes de la procédure : « instruction », « réponse »… Nous avons relevé la désignation des différentes pièces du corpus.

110Le mot « mémoire » est le plus souvent utilisé au XVIIIe siècle, dès que le procès s’allonge et se complique, de plus en plus de pièces justificatives sont produites ; ainsi on demande des « suites de », des « précis », des « résumptions » c’est-à-dire des résumés des affaires. Et c’est la première page d’un Mémoire sur l’interlocutoire, autrement dit sur un jugement préparatoire, que nous reproduisons ci-après (source : Rodez, SLA, fd. rouergat).

  • 63 MAZA Sarah, « Le tribunal de la nation : les mémoires judiciaires et l’opinion publique… », Annale (...)

111Parfois dans le titre apparaît le mot « signifié », car « le factum n’est considéré comme une pièce officielle du procès que s’il est “signifié”, c’est-à-dire remis officiellement (par un huissier) à la partie adverse63 ».

  • 64 GOURVAT Thierry, Mémoires judiciaires des avocats au Parlement de Toulouse…, op. cit., p. 98.
  • 65 LAVOIR Lise, « Factums et mémoires d’avocats au XVIIe siècle et XVIIIe siècle : un regard sur une (...)

112Le terme « titre », est ici employé dans un sens large, de manière un peu abusive, car à côté du titre, par exemple « Mémoire » qui est le terme le plus utilisé, les noms des parties en présence sont mentionnés, et ils ont été enregistrés avec le titre. Le plus souvent, après le nom d’une des parties est employé le terme « appelant », celui qui fait appel, ou bien le terme « intimé », qui désigne celui qui est assigné devant le juge en appel. Dans ces procès en appel, jugés à Toulouse, ce sont les procès civils qui dominent. De 1770 à 1790, d’après Thierry Gourvat, 91,1 % des procès jugés à Toulouse sont des procès civils, 8,8 % des procès criminels64. « Le procès au civil paraît difficilement évitable dans une société où la complexité des droits seigneuriaux, le chevauchement des coutumes et des jurisprudences, le triomphe de privilèges et particularismes accumulent les causes de litiges65 », précise Lise Lavoir.

Mot du titre

Nombre d’occurrences

 % du corpus

Mémoire

343

31,9 %

Instruction

139

12,9 %

Réponse

130

12 %

Observations

79

7,3 %

Précis

74

6,9 %

Suite de

63

5,8 %

Réplique

41

3,8 %

Résumption

33

3 %

A juger

29

2,6 %

Consultation

11

1 %

Tableau 61. Les titres les plus souvent employés dans les factums, 1739-1788.

– Le corps du mémoire

  • 66 MAZA Sarah, Vies privées, affaires publiques..., op. cit., p. 31.
  • 67 PETIT Nicolas, L’éphémère, l’occasionnel et le non livre…, op. cit., p. 160.
  • 68 BUT1, Resp Pf pl B 013 (105), (135) et BUT1, Resp PF-XVIII-86(13)

113« Le mémoire, le plus souvent rédigé par un avocat, débute habituellement par la relation de l’affaire du point de vue de son client (les faits) puis se poursuit par une discussion technique (les moyens)66 ». Dans les factums du début du XVIIIe siècle on lit « exposition du fait ». Selon la conception coutumière qui postule que plus un droit est ancien plus il est valable et sûr, les avocats exposent les affaires en remontant très loin, le plus haut possible dans le temps67. Ainsi, les factums relatifs aux conflits opposant le juge mage de Toulouse et les officiers de la Sénéchaussée, en 1776 et 1786, font-ils l’histoire de l’institution depuis 135268.

– L’ornementation

114Dans la première moitié du XVIIIe siècle du siècle, le nom de l’imprimeur était toujours placé dans le bandeau (reproduction) ; dans la seconde moitié, la mention du nom de l’imprimeur, quand elle y est, figure avec son adresse à la fin de l’impression.

b) Les formats

115Parmi les 1 075 factums du corpus, 96 sont répertoriés sans indication de format, soit 9,3 % de l’ensemble ; il s’agit de pièces figurant dans divers catalogues (Hermet, Sabarthès, catalogue de factums des Archives départementales de l’Hérault).

Graphique 71 : Répartition des factums par format, 1739-1788

116Le graphique ci-dessus montre la prédominance du format in-2 : les 611 factums de ce format forment 62,3 % du corpus. Notons que le format in-2 utilisé dans les factums varie entre 26 et 31 cm, suivant la dimension des feuilles utilisées.

117336 mémoires sont de format in-4°, soit 34,3 % du corpus. Le format in-8° est peu fréquent (2,8 %) ; le mémoire se présente alors sous forme brochée ou reliée. Des versions différentes pouvaient en effet être imprimées : ainsi, le Mémoire pour Messire Jean-Baptiste Bernardin de Tremolet-Montpezat, Marquis de Montmoirac, contre Dame Olimpe de Pape de Saint-Auban, Marquise de Monbrun, imprimé par Jean Rayet, en 1761, existe dans une version soignée, reliée, vraisemblablement destinée à la vente, conservée à la Bibliothèque municipale de Toulouse, alors que l’exemplaire conservé à la Bibliothèque universitaire de l’Arsenal, imprimé sur un papier épais aux pages mal assemblées était peut-être destiné au tribunal. Quatre factums seulement sont imprimés en in-12.

  • 69 Cité par Thierry GOURVAT, Mémoires judiciaires des avocats au Parlement de Toulouse…, op. cit., p. (...)
  • 70 MAZA Sarah, « Le tribunal de la nation : les mémoires judiciaires et l’opinion publique… », Annale (...)

118Cette ventilation rejoint celle réalisées par Lise Lavoir sur 201 factums publiés entre 1620 et 1760 : 72 % étaient de format in-folio (in-2), 21 % in-4°69. À propos des factums des années 1770 et 1780, Sarah Maza affirme que « les mémoires sont des pamphlets de facture soignée, de format in-quarto70 ». Cela nous a conduit à examiner l’évolution des formats in-2 et in-4° dans notre corpus :

Tableau 62. L’évolution décennale des factums in-2 et in-4°

119Ce tableau met en évidence la lente diminution de l’in-2 entre 1739 et 1778 et sa brusque chute dans la dernière décennie avant la Révolution ; il représente alors moins d’un cinquième des impressions des mémoires judiciaires. Il est supplanté par les impressions in-4°, qui constituent 79,1 % des impressions entre 1779 et 1788, ce qui confirme l’observation de Sarah Maza. Comment expliquer ce changement ? Est-ce pour des questions pratiques ou est-ce lié à une mode, une volonté des provinciaux de copier ce qui se fait à Paris ?

c) Le nombre de pages

  • 71 Nous ne connaissons pas le nombre de pages de 45 factums.

120La description matérielle des factums ne serait pas complète sans quelques observations sur leur nombre de pages. Il est connu pour 1030 pièces de notre corpus71.

121916 factums ont moins de 48 pages, soit 88,9 % du corpus, ce qui explique que Jean Quéniart ait placé les factums rouennais parmi les brochures. Le moins épais ne compte que deux pages, de format in-2 : Observations pour Demoiselle Catherine Marti, Epouse du Sr. Gely. Contre Me. Cure, & la Demoiselle Mas, mariés ; il a été imprimé par Jean-Henri Guillemette en 1778.

  • 72 THOMAS Jack, « Les victimes accusées dans plusieurs causes célèbres… », op. cit., p. 79.

122On constate que 114 ont de plus de 48 pages soit 11,1 % de l’ensemble, et trois factums comptent plus de 200 pages. Le plus volumineux est le Mémoire et pièces justificatives, pour M. l’Evêque de Mirepoix. Contre le Syndic du Chapitre de son Eglise Cathédrale, imprimé par Joseph Dalles, en 1785, en format in-4° ; il comprend deux parties : la première a 324 pages et la deuxième, relative aux pièces justificatives, 222. La Requête, pour M. de Fondeville-Labatut. Contre les assassins de son père, imprimée par Jean Jacques Robert, en in-8°, de 320 pages, évoque une affaire célèbre. Rédigée par l’avocat Duroux, elle concerne l’affaire Martin-Fondeville que Jack Thomas résume ainsi : « En janvier 1781, le sieur Fondeville de Labatut, accompagné d’un de ses fils, rentrait à son château de Mérignac. En fin d’après-midi, un homme a surgi de l’obscurité, le visage caché par un chapeau ; il a tiré son fusil en direction du sieur Fondeville, le blessant mortellement. Avant de mourir, la victime aurait dit que l’assassin était un des fils Martin, membre de la famille rivale ». En effet, les familles Martin et Fondeville-Labatut s’opposaient depuis longtemps, notamment au sujet du commerce du bois72.

  • 73 In-4° : cahier de quatre, de huit, de seize…
  • 74 LAVOIR Lise, « Factums et mémoires d’avocats… », Histoire, économie et société…, op. cit., p. 222.
  • 75 LABARRE Albert, « Imprimerie et commerce du livre à Lille… », Le livre et l’historien… op. cit., p (...)

123Afin de comparer les résultats, quitte à choquer les spécialistes qui attendent un comptage selon les cahiers73, nous avons adopté le découpage en nombre de pages que propose Thierry Gourvat. Nous avons été confortée par les observations de Lise Lavoir, qui parle de « dizaines de pages » ; les mémoires « peuvent aller de quelques pages (trois ou quatre) à quelques dizaines de pages (une quarantaine-soixantaine, dans quelques très rares cas, une centaine)74 », dit-elle, et par celles d’Albert Labarre qui les présente ainsi « Leur volume pouvait être substantiel ; de format in-2 ou in-4°, ils avaient souvent une dizaine de pages et le moindre procès engendrait plusieurs mémoires75 ».

124Selon le découpage adopté, il s’avère que les factums comptant entre 10 et 19 pages, sont les plus nombreux, avec 35,8 % du corpus. La tranche entre 20 et 39 pages représente 27,9 % ; de ce fait nous pouvons dire que 63 % des factums étudiés se situent entre 10 et 39 pages. Ceux entre 40 et 99 pages ne représentent que 13,9 % de l’ensemble, et les mémoires de plus de 100 pages sont vraiment rares à Toulouse.

Graphique 72. Ventilation des factums d’après le nombre de pages, 1739-1788

125Un cinquième environ du corpus a entre 1 et 9 pages. La ventilation selon le nombre de pages au sein de ce sous-ensemble nous a paru intéressante, parce qu’elle semble montrer que les rédacteurs de factums tiennent compte de la répartition en cahiers : les factums de 4 et 8 pages sont les plus nombreux.

Nombre de pages du factum

Nombre de factums recensés

2

1

3

12

4

37

5

8

6

33

7

31

8

54

9

35

Tableau 63. Nombre de pages des factums de moins de 10 pages, 1739-1788

126Ainsi les factums les plus nombreux ont huit pages, 39 sont de format in-2, neuf in-4° et un in-12.

  • 76 GOURVAT Thierry, Mémoires judiciaires des avocats au Parlement de Toulouse…, op. cit., p. 78.

127Comparons à présent, les résultats tirés de notre corpus de 1 030 factums publiés entre 1739 et 1788 avec ceux de Thierry Gourvat, qui prend en compte 690 mémoires publiés entre 1770 et 179076, et voyons quelles évolutions se dessinent. Rappelons qu’il a relevé 299 mémoires avec nom d’imprimeur, qui figurent en grande partie dans notre corpus.

Nombre de pages

Nombre de factums recensés

 % de factums 1739-1788 C. Adam

Nombre de factums recensés

 % de factums 1770-1790 T. Gourvat

1 à 9

211

20,4 %

101

14,6 %

10 à 19

369

35,8 %

183

26,5 %

20 à 39

288

27,9 %

244

35,3 %

40 à 99

144

13,9 %

147

21,3 %

+ 100

18

1,7 %

15

2,1 %

Tableau 64. Pourcentage de factums selon le nombre de pages, étude comparée

128On constate que de 1770 à 1790 les factums entre 1 et 9 pages semblent moins nombreux ; en revanche, ceux de 20 à 39 pages deviennent majoritaires, avec 35,3 % ; ceux de 40 à 99 pages représentent alors un cinquième de la production conservée, alors que nos chiffres sont inférieurs et n’indiquent que 13,9 %. Même si le pourcentage des plus de 100 pages est plus élevé chez Thierry Gourvat – 2,1 % contre 1,7 % –, le nombre de factums est inférieur à celui de notre corpus – 15 factums pour l’un ; 18 pour l’autre.

129Ce tableau comparatif laisse percevoir une évolution du nombre de pages des factums : entre 1739 à 1788, ils s’allongent et deviennent plus épais L’étude de l’évolution en nombre de titres et de pages devrait nous permettre d’approfondir ce point. Mais, auparavant, il nous a paru intéressant de compléter la description matérielle du factum par les renseignements sur les acteurs qu’apporte l’analyse de la première et de la dernière page.

3- Les acteurs

a) Les commanditaires

  • 77 Cité par Thierry GOURVAT, Mémoires judiciaires des avocats au Parlement de Toulouse…, op. cit., p. (...)

130Le titre du factum indiquant le type de mémoire et le nom et souvent la qualité des parties, il nous renseigne sur la composition socio-professionnelle de ces dernières, et nous nous sommes intéressée à celle des commanditaires ; pour reprendre une expression de Nicole Castan, le factum tient lieu « d’histoire individuelle77 », et nous avons pu exploiter les indications de 647 factums. Les 428 autres mémoires n’indiquent que le nom des parties, et ignorent leurs qualités comme par exemple l’Abrégé pour le Sieur Morain. Contre la Demoiselle Baron & la Demoiselle Langlade.

131Les parties désignées peuvent être aussi une communauté ou un syndic : syndic d’un chapitre cathédral ou abbatial, syndic d’une paroisse, syndic de l’université, syndic d’une communauté d’habitants – Vieille Toulouse, Figeac ou Villemur – capitouls et syndic de la ville de Toulouse.

  • 78 Quelques affaires étant développées en deux, trois, quatre factums, les calculs se font sur 520 af (...)
  • 79 LAVOIR Lise, « Factums et mémoires d’avocats… », op. cit., p. 222.
  • 80 THOMAS Jack et POUMARÈDE Jacques, « “S’élever au-dessus de [son] obscurité” : procès en filiation (...)

132Pour étudier les origines sociales des plaideurs particuliers, nous avons écarté naturellement les factums concernant les communautés et les doublons d’une même affaire78. Lise Lavoir, qui a analysée 80 procédures représentant 200 documents relatifs à des procès en appel au Parlement de Paris, a étudié principalement des affaires concernant « la haute et moyenne noblesse (un bon quart cependant des affaires étudiées représentent la bourgeoisie et la petite noblesse)79 ». Jack Thomas rappelle qu’à Toulouse, entre 1770 et 1790, l’analyse sociologique des commanditaires montre qu’« un bon quart concerne la noblesse et pas loin de la moitié une bourgeoisie définie de façon assez large. Les couches populaires, en revanche – artisans, ouvriers, domestiques ou autres paysans – sont très largement sous-représentés parmi les parties des procès (moins de 5 %)80 ». Qu’en est-il dans notre corpus ?

133Le tableau suivant permet de dégager les principales caractéristiques de ces commanditaires.

Ordres

Principales occurrences ou principales fonctions

Nombre de factums

 % de factums par rapport au corpus

CLERGÉ

Curé

21

Prêtre

30

Chanoine

8

Abbé-abbesse

5

Prieur-prieure

4

Divers (chapelain, prébendier, vicaire…)

24

Total

92

17,7 %

NOBLESSE

Seigneur

49

Noble

31

Dame noble ou Dame veuve

21

Chevalier

15

Marquis

15

Comte

14

Militaires

17

Administration

29

Divers (écuyer, duc, 4 capitouls…)

29

Total

220

42,3 %

BOURGEOISIE

Bourgeois

17

Marchands,
négociants

65

Avocats

54
12

Administration

23

Veuves

20

Total

191

36,7 %

CLASSES POPULAIRES

Aubergiste, Berger,
Paysan, Boulanger (4)

7

Paysans « riches »

10

Total

17

3,2 %

Total du corpus

520

(en italique, les termes employés dans les titres des factums)
Tableau 65. Les commanditaires privés de factums, approche socioprofessionnelle, 1739-1788

134Des membres du clergé ont commandé 92 factums, soit 17,7 % du corpus. On remarque que 30 « prêtres » et 21 « curés » sont parmi les plaignants, souvent en litige contre la communauté du lieu ou au sujet d’une même cure. À Toulouse, le curé de Saint Pierre, « noble Guillaume Fortic » – que nous aurions pu aussi inclure dans la noblesse – fait appel « contre les Srs. Joseph-Gabriël & Antoine Trubelle freres, habitans de la même Ville ». Dans neuf factums, des évêques sont en procès, comme le montre le Mémoire pour Messire Anne-François-Victor le Tonnelier de Breteuil, Evêque de Montauban, contre Messire Jean-Charles de Malartic, Prévost du Chapitre Cathédral de la même ville et contre le Syndic du même Chapitre. Trois autres concernent des archevêques, comme les Observations pour messire Arthur-Richard de Dillon, archevêque de Toulouse. Contre Noble Jean-Guillaume Berdoulat. Cependant il faut remarquer que 31 procès ont lieu par l’intermédiaire de « Sindic du chapitre », « syndic de la paroisse » ou « sindic de la communauté des prêtres de l’Oratoire », ce qui explique que le clergé ne représente que 17,7 % des commanditaires privés.

135Les 220 factums imprimés pour des nobles sont les plus nombreux. On relève 31 factums demandés par des « nobles », dont le d »uc d’Uzes de Crussol, pair de France » est le plus titré ; quinze commandés par des « chevaliers » et autant par des « marquis », treize par des « comtes » et 49 par des « seigneurs », comme « Noble Philippe-Joseph-Bernard de Laboucherole, Chevalier de Saint-Louis, Seigneur de Baziege ». 29 nobles, qui rappellent leurs titres ou leurs fonctions, demandent des mémoires, par exemple des « présidents de la cour des aides » comme « M. Guy de Ménoire de Beaujau, vicomte de Villemur, Président de la Cour des Aides de Bordeaux » ; des « trésoriers de France », dont « Messire Antoine de Cornède, trésorier de France de la Generalité de Montauban » ; des « conseillers en la cour », comme « Messire Jean-Guy-Marie de Lalo, conseiller en la Cour, un des quarante de l’Académie des Jeux Floraux », ou « Monsieur de Ginestet, Conseiller en la Cour », ou « Monsieur de Firmy, Conseiller de Grand’Chambre » ; et des « conseillers au Sénéchal », comme « noble Marc Derrey de Belbeze ». Remarquons que dix « nobles dames » et onze « veuves de nobles » intentent des procès en appel et défendent leurs intérêts, telle la « Dame Anne-Barbe Hardi, veuve de Noble Antoine de Franchassin, Chevalier de Saint Louis, Capitaine de Cavalerie ». Dix-sept militaires, dont un officier d’infanterie, un ancien lieutenant, un brigadier et quatre capitaines, ont été ajoutés dans cet ensemble, comme le « sieur de Villeraze de Castelnau, Ecuyer, Capitaine de Cavalerie ».

  • 81 GOURVAT Thierry, Mémoires judiciaires des avocats au Parlement de Toulouse…, op. cit., p. 135.

136Les factums imprimés pour les nobles représentent 42,3 % des affaires ; ces chiffres sont nettement supérieurs à ceux obtenus par Thierry Gourvat de 1770 à 1790, 24,8 % de nobles seulement81. Ses statistiques, qui ne portent que sur deux décennies, juste avant ou au tout début de la Révolution, concernent une bourgeoisie provinciale bien affirmée, alors qu’aux débuts des années 1740 la montée de la bourgeoisie provinciale n’est pas encore nette et la noblesse campe sur ses privilèges et les défend.

137Les mémoires imprimés par la bourgeoisie, au sens large, concernent 201 affaires : 17 commanditaires se qualifient de « bourgeois ». Les marchands et les commerçants sont nombreux à faire imprimer des factums : nous en avons répertorié 65, soit 32,3 % de la catégorie ; 32 sont demandés par des « négociants » et 14 par des « marchands » ; 20 indiquent une profession d’artisan ou de commerçant parmi lesquelles un « maître fripier », un « maître tailleur », un « fabricant de cierges et de bougies », un « horloger du palais », un « garçon imprimeur », un « fondeur », deux « perruquiers », deux « maîtres drapiers », deux « tailleurs ».

138Les professions juridiques et « intellectuelles » sont bien représentées, dans 66 factums. Les 54 « avocats » dominent la catégorie ; ils demandent des mémoires étant les plus à même de les utiliser ; Furgole et Jamme sont cités comme plaignants. Six factums retrouvés indiquent que l’avocat Furgole intenta au moins quatre procès, dont le plus important fut celui « Contre le sieur Jean Bruguiere, habitant de Sauve » ; nous en conservons trois factums. Six « notaires » et trois « huissiers » achèvent ce tableau des gens de justice. Dans cet ensemble, nous ajoutons deux commanditaires « principaux de collège » et un « étudiant ». Ceci est suffisamment rare pour être signalé. Il s’agit d’une affaire célèbre, concernant « le Sieur Cazeaux, Etudiant en Droit en l’Université de Toulouse, accusé d’avoir supprimé la personne et l’état du Comte de Solar », sur laquelle nous reviendrons.

139Dans la rubrique « Administration », 23 professions ont été regroupées, dont celles de « procureur en la cour », de « procureur en la maîtrise », de « lieutenant du sénéchal », de « juge mage », « conseillers en la sénéchaussée ».

140Dix paysans ont été qualifiés de « riches », d’après leur titre : nous avons relevé cinq affaires qui concernent des « ménagers », comme « Bernard Ader Père, Ménager, habitant du lieu de Mancieux », et deux laboureurs, tel « Jean Bousquet, Laboureur du Village de Revignes ». Nous avons inclus dans ce groupe deux « anciens fermiers de la terre de… » et les « propriétaires du moulin de Sainte-Livrade ». Nous les avons classés dans les couches populaires avec sept autres personnes.

141Un mémoire est rédigé au nom de « Jean Meric de Nissan, Berger du lieu de Poilhes, actuellement détenu aux Prisons de la Conciergerie de la Cour, Accusé ». Nous nous interrogeons sur ses moyens de financer le factum imprimé par Rayet en 1766. Il est difficile de savoir si l’« aubergiste » de Rodez était plus fortuné que le « maître cordonnier » de la même ville, cités dans un mémoire imprimé par Jean-Jacques Robert, après 1770. La situation sociale de quatre boulangers repérés devait être différente puisque deux s’intitulent « maître boulanger », l’un à Toulouse en 1755, l’autre à Castres en 1782 ; nous les avons tous inclus dans ce groupe, afin de pouvoir comparer nos résultats avec ceux de Thierry Gourvat. Enfin, l’utilisation du simple mot de « paysan », dans « Antoine Guiraud, paysan de village de Dournets » en Rouergue, nous l’a fait classer dans les classes populaires.

142Les factums toulousains entre 1739 à 1788 sont commandés majoritairement par la noblesse à plus de 42 %, ce qui les rapproche des factums parisiens étudiés par Lise Lavoir pour la période 1620-1760. Cependant, la bourgeoisie « triomphante » est de plus en plus présente dans les factums : elle représente environ 36 % des commanditaires sur l’ensemble de la période, mais près de la moitié entre 1770 et 1790. Les classes populaires sont sous-représentées : absentes au cours des premières décennies, elles n’apparaissent qu’à la fin de la période et ne comptent que pour 3,2 % du total.

b) La dernière page : les avocats et les procureurs

143D’après l’arrêt du 11 août 1708, pour pouvoir être imprimés les factums devaient être signés par un avocat ou un procureur. Ces consignes ne sont pas toujours respectées notamment en ce qui concerne les avocats.

144En effet, l’observation de 100 factums toulousains, conservés à la Société des Lettres de l’Aveyron, montre que si le procureur signe toujours le factum avant impression, l’avocat, lui, ne le fait que dans 68 % des cas.

  • 82 MAZA Sarah, « Le tribunal de la nation : les mémoires judiciaires et l’opinion publique… », op. ci (...)

145Or, Sarah Maza a souligné le rôle des avocats qui rédigent les factums et réussissent à intéresser un large public. Tout en étant un moyen pour l’avocat de se faire un nom82, le factum permettait de mobiliser « l’opinion publique ». C’est la raison pour laquelle, plus qu’aux procureurs, nous nous intéresserons aux avocats.

  • 83 Au début de notre recensement de factums, nous n’avons pas systématiquement relevé le nom des avoc (...)

146Parce qu’elle porte sur 463 titres avec nom d’avocats, notre étude sera incomplète, car elle ne concerne que 43 % des factums83. Néanmoins, elle permet de faire quelques constats. De 1739 à 1769, les 32 avocats cités n’interviennent généralement que dans une affaire ; Albaret intervient dans deux, en 1752 et en 1762 ; de même, Pons-Devier en 1754 et en 1764. Seul Jérôme Taverne, qui appartient au barreau depuis 1733, s’occupe de quatre affaires, en 1744 contre « les consuls et syndic de la communauté de Daumazan, en 1746 pour les Sieurs Rieufol et maître Jean-André Charier, avocat, en 1752 pour les maire et consuls de la ville de Nîmes », et enfin, en 1761, « pour Messire Jean-Baptiste Bernardin de Tremolet-Montpezat, Marquis de Montmoirac » ; c’est un célèbre procès en désaveu de paternité qui n’a pu être confié qu’à un avocat réputé.

147Parfois, le bénéficiaire de factums fait intervenir deux avocats pour une même affaire ; ainsi, dans une même affaire d’usurpation de propriété, en 1750, nous constatons que Furgole et Chipoulet ont rédigé sept factums « Pour Mr Joseph de Casteras de Lariviere », ce qui signifierait qu’il n’y avait pas de réelle spécialisation chez les avocats à ce moment-là.

  • 84 MAZA Sarah, Vies privées, affaires publiques..., op. cit., p. 30.

148À partir du milieu du siècle, ces avocats, par l’intermédiaires des factums, vont attirer l’attention sur un certains nombre de causes, devenues ainsi célèbres. « Ce qui distingue les grandes causes judiciaires de la fin de l’Ancien Régime de celles qui les précèdent est le fait que, après 1750, elles sont systématiquement rendues publiques, de plus en plus rapidement, pour le plus grand plaisir des lecteurs84 ». À partir de 1769, les 60 avocats repérés s’occupent plus fréquemment de plusieurs affaires. De 1769 à 1778, cette tendance s’amorce ; on remarque par exemple, sur les 30 avocats cités, que Lacroix rédige les factums de cinq affaires dont celle célèbre, de Pierre-Paul Sirven, protestant de Mazamet accusé d’avoir jeté sa fille dans un puits parce qu’elle aurait voulu se convertir au catholicisme.

  • 85 BIEN David, « Catholic magistrates and protestant mariage in the French Enlightenment », French Hi (...)

149De 1779 à 1788, cette tendance s’accentue. Pierre-Firmin de Lacroix s’implique dans huit affaires, dont celles de Marie Brest en 1780 : il défend la « dame Marie Brest, Veuve du feu Sieur Joseph Marie Lagarde », protestante, mariée devant un pasteur, qui est attaquée en cassation d’héritage par la famille catholique de son défunt mari. Il rappelle qu’en 1741 le pape Benoît XIV a statué que les protestants convertis n’ont pas à contracter un nouveau mariage devant un prêtre, ce qui constitue la reconnaissance implicite de la validité des mariages protestants. En outre, prenant au mot la fiction qui appelle « nouveaux convertis » les protestants censés ne plus exister, il plaide que la déclaration de 1698, qui impose un mariage catholique aux « nouveaux convertis », ne concerne pas ceux qui sont restés protestants. Lacroix gagne, et la famille Lagarde est condamnée aux dépens85.

150Lacroix continuera à s’illustrer dans des « causes célèbres » jusqu’à sa mort en 1786, avec notamment l’affaire Catherine Estinès, dont nous n’avons enregistré que quatre factums, qui sera poursuivie par Jamme après sa mort.

  • 86 THOMAS Jack, « Les victimes accusées dans plusieurs causes célèbres… », op. cit., p. 76-78.

151Il s’agit d’une jeune fille accusée de parricide par sa jeune marâtre et le curé de son village, et condamnée à être brûlée vive par les juges royaux de Rivière en Comminges. En appel, les avocats, Lacroix puis Jamme, non seulement firent innocenter Catherine Estinès, en mettant le décès au compte de l’ivrognerie notoire de la victime, mais aussi condamner les juges de première instance et la marâtre qui avait disparu pour fuir la sentence. Jack Thomas étudie ce procès en réhabilitation comme exemplaire de la technique des défenseurs consistant à noircir la victime et les accusateurs pour obtenir l’acquittement d’un accusé86.

  • 87 MAZA Sarah, « Le tribunal de la nation : les mémoires judiciaires et l’opinion publique… », op. ci (...)

152Pierre-Firmin de Lacroix et Alexandre-Auguste Jamme ont la trempe des grands avocats parisiens, et sous leur plume « le mémoire devient, bien plus qu’un simple texte, une arme pour combattre l’iniquité judiciaire et, partant, l’inégalité sociale87 ».

  • 88 GOURVAT Thierry, Mémoires judiciaires des avocats au Parlement de Toulouse…, op. cit., p. 114.

153Cependant, dans cette société procédurière d’Ancien Régime, la grande majorité des avocats traitent d’affaires « banales », de plus en plus nombreuses (comme en témoignent les histogrammes d’évolution de la production) : affaires relatives à la transmission de biens, à la propriété, aux contrats et aux ventes, affaires concernant les prérogatives et les bénéfices ecclésiastiques. Dans la décennie précédant la Révolution, entre 1782 et 1788, Lacoste signe les factums de douze affaires. Le jeune Mathieu Espinasse qui est entré au barreau en 177088 intervient dans huit affaires différentes, et Jean-Baptiste Viguier est cité dans quatre.

154Quoique leur liste ne soit pas exhaustives, ces premières constations aident à comprendre les conditions d’impression des factums.

4- L’évolution de la production de factums, 1739-1788

a) La production en nombre de titres par décennie

155Rappelons que 560 factums sur 1 075 n’ont pas de date indiquée, et que, de ce fait, l’étude de l’évolution en titres ne porte que sur 515 factums soit sur 48 % du corpus.

156L’histogramme ci-après montre une forte croissance de la production puisque, partant d’un faible niveau de 20 factums conservés entre 1739 et 1748, elle atteint 226 factums entre 1779 et 1788 : elle a donc été multipliée par 11,25. Son rythme de croissance est cependant irrégulier, comme l’indique le tableau qui suit. Trois phases se distinguent.

157Entre 1739-1748 et 1749-1758, l’augmentation de la production est très forte, avec une croissance de 255 %. Ce qui surprend, c’est que pour la même période nous avons constaté un accroissement très modéré des plaquettes, de 20,2 %. Bien que l’augmentation soit indéniable, faut-il prendre en compte ce très fort pourcentage ? 20 factums ont été recensés dans la première décennie, 71 dans la seconde ; les chiffres sont-ils significatifs, alors que nous ne considérons que la production conservée et datée, et que les spécialistes comme Sarah Maza ne signalent pas une telle envolée ?

Graphique 73. Évolution de la production décennale en titres, 1739-1788

Années

Nombre de factums par décennie

Variations en pourcentage entre deux décennies

1739-1748

20

1749-1758

71

+ 255 %

1759-1768

79

+ 11,2 %

1769-1778

120

+ 51,8 %

1779-1788

225

+ 87,7 %

Tableau 65 bis : Variations de l’augmentation décennale des factums, en titres, 1739-1788

158Entre 1749-1758 et 1759-1768, la production de factums connaît une sorte de palier, avec une augmentation faible de 11,2 %, alors qu’au même moment les plaquettes croissent de 50,6 %.

159Ce n’est qu’à partir de la décennie 1769-1778 que s’amorce le véritable décollage de la production de factums avec une croissance de 51,8 % qui s’accentue encore (87,7 %) dans la décennie précédant la Révolution.

160Après ces premiers constats, il convient d’observer l’évolution annuelle des factums et d’essayer de dégager quelques éléments explicatifs.

b) La production annuelle en nombre de titres

161L’observation de l’histogramme ci-après amène à ajuster les trois étapes de la production que nous avons distinguées.

Graphique 74. Factums, évolution de la production annuelle en titres, 1739-1788

162La première phase va de 1739 à 1749 ; la moyenne de production, sur ces onze années, est faible : 1,9 factums par an. La seconde phase est plus longue, elle dure 25 ans, de 1750 à 1774 ; la production moyenne y est quatre fois plus élevée : 7,7 factums par an. Quelques pics de production se distinguent en 1750 (13 factums), 1753 (14), 1761 (11) et 1768 (12). Enfin, la dernière phase, qui s’étend sur quatorze années, de 1775 à 1788, présente une moyenne de production très élevée : 21,3 factums par an. La production annuelle y est, cependant, très irrégulière ; trois années se distinguent par une faible production de mémoires, 1780 (12 factums), 1784 (12) et 1788 (11) ; sept autres années, par une production bien supérieure à la moyenne, en particulier les trois plus fortes : 1779 (28 factums), 1786 (37) et 1787 (30).

163Pour expliquer cette croissance en trois phases et les pics de production, nous pouvons faire intervenir un changement structurel de mentalité à partir du milieu du siècle, et d’autre part l’effet conjoncturel de procès retentissants.

  • 89 MAZA Sarah, Vies privées, affaires publiques..., op. cit., p. 22.

164L’intérêt pour les mémoires judiciaires n’était pas récent, mais Sarah Maza insiste sur l’apparition de compilations qui vont l’accroître et qui sont les premiers signes de changement : « C’est en 1734 que commencent les beaux jours de la littérature judiciaire française lorsqu’un avocat lyonnais, François Gayot de Pitaval, entreprend la publication d’un recueil en vingt volumes intitulé les Causes célèbres et intéressantes89 ». Objectons cependant qu’à Toulouse, l’Abrégé des causes célèbres et intéressantes, avec les jugements qui les ont décidées, par P.-F. Besdel, ne sera imprimé qu’en 1785, chez Dominique Desclassan.

  • 90 BARTHÈS Pierre, les Heures perdues, dans Edmond LAMOUZÈLE, Toulouse au XVIIIe siècle, op. cit., p. (...)
  • 91 Ibid., p. 216.

165Dans les années 1750-1760, l’engouement pour les affaires judiciaires s’accentue. « En 1757, tout le pays suit avec passion le procès du “régicide” François Damiens », déclare Sarah Maza ; les Toulousains en étaient informés, puisque nous avons retrouvé l’Arrest de la Cour de Parlement, contre Robert-François Damiens, par lequel il est déclaré dûement atteint et convaincu du Crime de Parricide par lui commis sur la personne du Roi. En 1763-1764, les procès contre les Jésuites alimentent aussi cet intérêt. Mais c’est l’affaire Calas, et le retentissement qu’elle a eu, qui vont inciter les Français à lire davantage de mémoires judicaires. L’affaire étant connue, essayons de comprendre quelle a été l’influence des mémoires d’avocats et plus tard l’intervention de Voltaire, et ce qu’elle a amené comme changement dans les mentalités. Les Toulousains se sont intéressés à l’affaire, en bons catholiques, et Pierre Barthès relate longuement le « meurtre du fils Calas », Marc-Antoine, dans la nuit du 12 au 13 octobre 1761, ne ménageant pas ses critiques à l’égard des Huguenots. Il raconte l’emprisonnement de Jean Calas, de sa femme, de Jean-Pierre, un autre fils, d’un jeune visiteur venu de Bordeaux et de la servante, « d’ailleurs bonne catholique ». Un monitoire a été publié « pendant trois dimanches au prône des paroisses » et on a entendu « le témoignage d’un grand nombre de personnes » au cours du procès90. C’est au cours de celui-ci qu’ont été rédigés plusieurs mémoires par l’avocat Sudre. On conserve le Mémoire pour le Sieur Jean Calas, Négociant de cette Ville, Dame Anne-Rose Cabibel son Epouse, & le Sieur Jean-Pierre Calas un de leurs Enfans où Sudre cherche à défendre les principaux accusés. Louis Calas, frère de Marc-Antoine et de Jean-Pierre, qui s’était brouillé avec ses parents après s’être converti récemment au catholicisme a été également soupçonné, et Jean Rayet imprime un Mémoire justificatif pour le Sieur. Louis Calas. Les cinq factums sur l’affaire ont été rédigés en 1761 et en 1762, mais rien n’y fit, Jean Calas qui n’avait cessé de clamer son innocence, jugé coupable, « a été condamné à être rompu vif, et être mis sur la roue pendant deux heures, pour ensuite être étranglé, puis jeté dans le feu91 », le 10 mars 1762.

  • 92 Cité dans Sarah MAZA, Vies privées, affaires publiques..., op. cit., p. 25.

166C’est alors que l’affaire prend une autre dimension avec l’intervention de Voltaire, engagé dans la lutte contre le fanatisme, qui ameute l’opinion. « On peut avancer de façon presque certaine que, par son action dans l’affaire Calas, Voltaire a créé l’opinion publique, facteur nouveau et de plus en plus déterminant dans la vie d’une communauté civilisée » écrit Théodore Besterman92. L’affaire Calas a donc un retentissement important dans le royaume, avec la publication des textes de Voltaire à Paris, à Toulouse et dans les villes européennes.

  • 93 Ibid., p. 28.

167La tradition retient le rôle de Voltaire dans cette affaire, mais il n’a pas été le seul à lutter contre cette injustice. Il y a fallu des avocats, auxquels le patriarche de Ferney a rendu hommage, et leurs mémoires, conservés ou non. On cite l’action de Mariette, de Loyseau de Mauléon et de l’avocat parisien Élie de Beaumont, appuyés par le duc de Choiseul et Madame de Pompadour93. Le 7 mars 1763, le Conseil du roi autorise le renvoi en appel du verdict du Parlement de Toulouse et deux ans après il réhabilite la mémoire de Jean Calas et l’honneur de sa famille.

168D’après l’analyse de Sarah Maza, cette affaire toulousaine, par le retentissement qu’elle a eu, a révélé le rôle de l’opinion publique. A-t-elle eu des conséquences notoires à Toulouse ? La production de factums entre 1759 et 1768 n’augmente que de 11,2 % par rapport à la décennie précédente ; certes, elle passe de 9 titres en 1760 à 11 en 1761, mais ce n’est pas suivi d’effets puisqu’elle redescend à 5 en 1762 ; de même, en 1763 et en 1764, les procès contre les jésuites n’ont pas d’incidence sur la production globale.

169Si l’affaire Calas a eu des conséquences sur le long terme, car elle traduit un changement de mentalité et favorise la naissance de l’opinion publique, on ne peut pas dire, sur le court terme, qu’elle a stimulé l’intérêt pour les factums et leur conservation, car après 1761, excepté le pic de 1768, la production recensée est toujours inférieure (ou égale en 1773) à 10 factums annuels jusqu’en 1774.

170Le vrai décollage de la production de factums, qui commence dans la décennie 1769-1778 et se développe pleinement de 1779 à 1788, bénéficie du développement de l’alphabétisation, de l’intérêt pour la lecture et du changement des mentalités. Avec la prolifération générale des imprimés – nous avons relevé la hausse de la production de livres, de plaquettes de placards et de périodique – et l’intérêt de plus en plus grand des Toulousains pour les procès, les affaires « célèbres » se multiplient à partir de 1774.

171Dans l’évolution générale de la production de factums, comment expliquer certains pics de production ? De 1739 à 1749, la production est faible et quantitativement uniforme (3 factums par année au maximum) ; elle est alimentée par 21 affaires, dont l’affaire « Christophe et Louis Rieufol et maître Jean-André Charier, avocat, contre le sieur Jacques Chabriol », dont nous connaissons deux factums cités dans un catalogue.

172Avec une moyenne de 7,7 factums par an, la seconde phase, entre 1750 et 1774, est plus riche. En 1750, l’affaire Castéras Larivière monopolise les presses : six factums ont été retrouvés concernant ce procès contre Bonnefond. Nous n’avons trouvé, portant le nom de l’imprimeur, que ceux émis par les défenseurs de Castéras : Chipoulet puis Furgole. Nous sommes en juillet 1750, et le fondement de l’affaire remonte à 1656, date à laquelle le père de Joseph de Castéras a acquis une terre, dont il aurait été dépouillé par le père de Bertrand de Bonnefond, au prétexte que la vente n’avait pas été régulière. Le fils, pour récupérer la terre, a engagé et gagné un procès contre le fils Bonnefond, qui, chicanier, engage appel sur appel pour défendre sa cause et semble perdre à chaque fois. Cette série de factums nous introduit dans les arcanes, difficiles à démêler, du droit foncier et contractuel d’Ancien Régime, et nous éclaire sur l’obstination de certains plaideurs.

173En 1753, on relève douze affaires citées au travers de 14 factums. Si nous savons peu de choses sur leur contenu, l’intitulé du mémoire nous indique l’origine de quelques plaignants. Certains étaient de la région toulousaine : « co-seigneur de Lagardèle », « seigneur de Lherm » ; d’autres résidaient loin de la cité, le ressort du Parlement de Toulouse étant très étendu : « marchands à Nîmes », « curé de Lanuejols, diocèse de Rodès », « premier consul de Portiragnes ». Il faut imaginer les plaideurs se déplaçant pour plusieurs jours, voire plus, à Toulouse, où ils rencontraient leur avocat qui rédigeait la plupart du temps un mémoire. Celui-ci pouvait être rapidement imprimé dans la ville par des imprimeurs comme Jean Rayet, qui habitait tout près du Parlement. La Société des Lettres de l’Aveyron classant ses factums de façon originale, par affaire, en indiquant s’il s’agit d’un fonds rouergat ou pas, on devrait pouvoir mieux appréhender l’enracinement de ces procès dans le ressort du Parlement de Toulouse.

174Alors que l’affaire Calas ne faisait que débuter, l’année 1761 est marquée par une autre affaire au sujet de laquelle plusieurs factums ont été publiés – cinq, dont un sans nom d’imprimeur –, qui sont réunis dans un recueil factice à la Bibliothèque municipale de Toulouse ; elle concerne un procès en désaveu de paternité engagé par « le marquis Trémolet de Montpezat, contre son épouse Olimpe Pape de Saint Auban », qu’il accuse, témoignages et récits détaillés à l’appui, de longues, multiples et diverses infidélités, tandis que Lacroix, avocat de la marquise, s’emploie à détruire un par un ces témoignages. Ces factums, qui relèvent autant du roman de mœurs que d’échanges de plaidoiries, ont dû intéresser les amateurs de récits croustillants.

  • 94 THOMAS Jack et POUMARÈDE Jacques, « “S’élever au-dessus de [son] obscurité” : procès en filiation (...)

175Trois factums, dont un de 1762, narrent une affaire de filiation villefranchoise. Jean-Baptiste Dalmas n’avait jamais douté de sa filiation jusqu’à la mort de son père « Paul Dalmas, Avocat du Roi au Sénéchal de Villefranche », quand la légitimité de sa naissance et par voie de conséquence son accès à l’héritage, furent contestés par la veuve « Antoinette Grandsaigne », son frère, « Pierre-Jean-Antoine Dalmas, Avocat en la Cour et sa sœur, Antoinette-Catherine Dalmas ». Ce procès est un des exemples cités par Jack Thomas et Jacques Poumarède dans leur étude sur les procès en filiation94.

176En 1768, la production a augmenté en raison de deux affaires ; l’affaire « Goudissart. Contre Gros & Bouillet », au cours de laquelle Jean Rayet imprime trois factums, et l’affaire « George Dejean de Roquemaure, Marechal des Camps et armées du Roi, contre le Syndic du Chapitre de St Etienne de Toulouse » dont nous conservons deux mémoires imprimés par la veuve Jean-Pierre Robert, pour le premier et deux autres par Joseph Dalles pour le syndic du chapitre.

177La dernière phase, de 1775 à 1788, connaît une forte production, avec en moyenne 21,3 mémoires par an : l’intérêt pour les factums semble de plus en plus grand et l’on constate un changement : les pics de production ne s’expliquent plus par une multiplication de factums sur une même affaire, mais par une augmentation du nombre d’affaires. Ainsi, en 1786, les 33 affaires donnent lieu à 37 factums. Les plaideurs seraient-ils plus nombreux et moins chicaniers ?

  • 95 MAZA Sarah, « Le tribunal de la nation : les mémoires judiciaires et l’opinion publique… », op. ci (...)

178Ce succès étonnant des mémoires judiciaires est justifié selon Sarah Maza « par le caractère hybride de ces textes à vocation à la fois privée et publique95 ». Cette remarque concerne essentiellement les affaires célèbres, les publications ordinaires ne devaient concerner qu’un petit cercle d’intéressés.

179De 1774 à 1788, nous nous attacherons aux affaires célèbres qui prouvent que les Toulousains se mobilisaient, à l’image des Parisiens, avec certes un décalage. Pour expliquer certains pics nous ferons référence au contexte : la production est stimulée quand il y des affaires en cours

  • 96 Réponse de M. Elie de Beaumont à M. l’abbé de l’Epée pour le Sieur Cazeaux, étudiant…, BMT, Br FaC (...)
  • 97 Vue générale de l’affaire du soi-disant Comte de Solar…, BMT, LmC 10407(XXI/I), p. 1.

180En 1779, 28 mémoires ont été recensés. Deux affaires qui mobilisent l’opinion ont éclaté en 1778. La première est l’affaire Cazeaux, étudiant à Toulouse, à propos de laquelle nous avons relevé cinq factums avec nom d’imprimeur entre 1778 et 1781. D’après la Réponse à M. l’abbé de l’Epée de l’avocat Élie de Beaumont, un enfant sourd-muet, le comte de Solar, dont la famille réside à Albi, est confié par sa mère à l’étudiant Cazeaux qui l’emmène dans sa famille aux eaux de Bagnères. Au bout de quelques mois l’enfant contracte la petite vérole et meurt. Son corps est transféré à Charlas où il est enterré. À la même époque un enfant sourd-muet, est trouvé errant « sur le chemin de Péronne » en Picardie, puis confié à l’hôpital général à Paris où l’abbé de l’Epée le prend en charge. Selon le célèbre abbé, il s’agirait du jeune comte de Solar, que Cazeaux aurait « perdu » et remplacé par un petit ramoneur auquel il aurait fait jouer le rôle de sourd-muet, et qui serait l’enfant enterré à Charlas. Un plaidoyer de Tronson du Coudray veut par contre laver Cazeaux, non de l’accusation de « perte », mais de celle « d’avoir supprimé la personne et l’état du Comte de Solar », hypothèse d’ailleurs discutée par Élie de Beaumont. L’affaire fit grand bruit, au point que « les journaux en ont instruit la France et les nations étrangères96 » et qu’un factum dénonce les « fausses assertions insérées dans plusieurs gazettes contre le Sieur Cazeaux97 ». Une Consultation d’avocats, jointe à la Réponse, conclut à l’innocence de Cazeaux.

181La seconde affaire est l’affaire Cahuzac : suite aux accusations d’un couple de marchands et de leur servante qui ont été agressés dans leur maison en janvier 1776, un maçon toulousain a été condamné à être pendu. Les capitouls, puis le Parlement, le jugèrent de façon expéditive. Cahuzac n’a bénéficié d’aucun défenseur et a été exécuté sans que ses témoins soient entendus. Un domestique, un certain Robert, avoue plus tard, être l’auteur du crime. La famille, défendue par Lacroix, peut entreprendre un procès en réhabilitation, qui met en cause non les juges – comment en appel le Parlement pourrait-il s’accuser d’avoir été léger ? – mais les plaignants et les témoins à charge. Cahuzac est réhabilité et le factum qui présente sa défense vendu au profit de la veuve.

  • 98 THOMAS Jack, « Un fils de Martin Guerre : le vrai-faux retour d’Arnaud Lamaure à Toulouse à la fin (...)

182L’Instruction contenant la vie et les voyages d’Arnaud Lamaure est le seul factum retenu dans notre corpus d’une affaire qui en produisit plusieurs et qui perdura jusqu’en 1822. En 1785, un ancien esclave des Barbaresques, libéré sous le nom de Dastugue après plus de 40 ans d’errances puis d’esclavage, prétend être en réalité Arnaud Lamaure et réclame l’héritage de ses parents, également revendiqué par Guillaume Trémoulet, neveu des parents Lamaure, et par d’autres héritiers. Face aux témoignages verbaux invoqués par l’avocat Jamme en faveur de l’ancien esclave, les avocats de Trémoulet ont avancé des preuves écrites minant le récit des aventures que Dastugue-Lamaure prétendait avoir vécues et tendant à prouver qu’il était en réalité Céracy Dastugue, né à Simorre en 1732. De jugement contradictoire en jugement contradictoire, ce n’est qu’en 1822 que la cour d’appel de Toulouse jugea définitivement que le prétendu Lamaure était réellement Céracy Dastugue et que les biens de la famille Lamaure devenaient revenir aux Trémoulet. Pour Jack Thomas, l’intérêt de cette affaire est de la confronter à celle de Martin Guerre et autres semblables, en les situant dans le conflit entre témoignages mémoriels et preuves écrites pour l’établissement d’une identité contestée98.

183Le souci de lier la diffusion, et par là même les chances de conservation des factums, à l’intérêt porté par l’opinion publique à certaines affaires, nous a conduit à nous intéresser à celles-ci et à semblé nous éloigner de la description purement matérielle des pièces de notre corpus. Il est cependant nécessaire d’y revenir, et après la conservation en nombre de titres, passer à la production en nombre de pages.

c) La production en nombre de pages par décennie

184L’histogramme de la production décennale, ci-après, montre la progression constante du nombre de pages, multiplié par près de 29 entre 1739-1748 et 1779-1788. Cette progression est nettement plus forte que celle de la production en titres qui est multipliée, on l’a vu, par 11,25.

Graphique 75. La production décennale en nombre de pages, 1739-1788

185Le tableau qui suit permet de comparer le rythme de la progression en nombre de pages et de le comparer avec celui du nombre de titres.

Décennie

Nombre de titres

Variations entre deux décennies

Nombre de pages

Variations entre deux décennies

1739-1748

20

276

1749-1758

71

+ 255 %

1 065

+ 286 %

1759-1768

79

+ 11,2 %

2 203

+ 107 %

1769-1778

120

+ 51,8 %

2 904

+ 31,8 %

1779-1788

225

+ 87,5 %

7 999

+ 175,4 %

Tableau 66. Évolution décennale de la production en titres et en pages, 1739-1788

186Entre les deux premières décennies, la progression du nombre de titres et celle du nombre de pages sont comparables, mais alors que l’augmentation du nombre de titres est faible entre 1749-1758 et 1759-1768, celle du nombre de pages est nette (+107 %). Elle augmente peu (+31,8 %) dans la décennie suivante, alors que la production en titres croît de 40 points. Enfin, entre 1769-1778 et 1779-1788, l’augmentation de la production en titres comme en pages est élevée, le rythme de celle du nombre de pages étant deux fois supérieur à celui du nombre de titres.

187La production des factums en nombre de pages est originale et ne ressemble pas à celle des plaquettes, où le décollage se produit vers 1768 ; elle connaît deux moments d’accélération, autour des années 1760 et autour des années 1780. Voyons à présent, les conséquences de ces observations sur l’épaisseur des factums.

Années

Nombre de titres

Nombre de pages

Rapport pages/titres

1739-1748

20

276

13,8

1749-1758

71

1 065

15

1759-1768

79

2 203

27,8

1769-1778

120

2 904

24,2

1779-1788

225

7 999

35,5

Tableau 67. Rapport pages / titres par décennie, 1739-1788

188Le rapport pages/titres était de 13,8 entre 1739 et 1748. Dans les années 1760, alors que la production en titres n’est guère modifiée comparativement à la décennie précédente, il s’élève à 27,8 : les factums s’allongent. Puis, après une stabilisation dans les années 1770, on assiste au décollage de la production en titres et en pages, lié, comme nous l’avons étudié, à l’attention grandissante de l’opinion publique et aux nombreuses affaires. Les mémoires deviennent alors plus épais.

d) La production annuelle en nombre de pages

189L’histogramme de la production annuelle en nombre de pages confirme les observations décennales.

190Trois phases sont repérables, identiques à celles déterminées pour les titres. De 1739 à 1749, la production moyenne annuelle est de 26,9 pages ; de 1750 à 1774, elle croît jusqu’à 166,2 pages et, enfin, de 1775 à 1788, elle s’élève à 714 pages.

191L’observation du graphique montre, dans la seconde phase, un pic de production en 1761, qui correspond à l’affaire en désaveu de paternité que nous avons déjà citée, l’affaire « Trémolet-Montpezat, Contre Olimpe de Pape de Saint-Auban », qui occupe près de 65 % des impressions. Les deux parties ont fait imprimer des mémoires épais : celui pour Trémolet, imprimé par Jean Rayet, compte 152 pages ; celui pour son épouse dont l’imprimeur n’est pas indiqué, 164 pages.

Graphique 76. Factums : évolution annuelle de la production en nombre de pages, 1739-1788

192Dans la troisième phase, un premier pic en nombre de pages se repère alors qu’il n’y a, en 1776, que 23 factums conservés ; neuf d’entre eux ont plus de 38 pages (moyenne de l’année) ; le mémoire le plus épais en compte 80, il a été imprimé par Joseph Dalles : Réponse pour Messire Jean-François-Régis de Vignes, Marquis de Puylaroque. Contre la dame de Montesquieu, marquise d’Hautpoul. Madame de Laroque de Marsac. Et la dame de Puylaroque, Marquise d’Escouloubre. Deux autres factums contiennent 75 pages ; un autre 66. Comme nous l’avons déjà remarqué, la longueur du factum détermine le pic. Cette observation se confirme en 1783, où 26 factums ont été enregistrés ; neuf ont un nombre de pages supérieur à la moyenne de l’année (36,3 pages), dont un Recueil des Mémoires du Sieur G. Moussons, syndic de la Communauté de Montgaillard en Lauragais, qui comporte 227 pages. Enfin, trois années successives se distinguent par une forte production en nombre de pages, 1785, 1786 et 1787. En 1785 nous avons recensé 21 affaires, trois factums sont au dessus de la moyenne annuelle de 63,7 pages : un gros Mémoire et pièces justificatives, pour M. l’Evêque de Mirepoix, que nous avons déjà mentionné pour sa grosseur, imprimé par Joseph Dalles ([2], 322, 222 pages de format in-4°) ; un Nouveau Mémoire pour le Sieur Marquis D’Apchier Contre M. le Duc D’Usez, imprimé par Dominique Desclassan (88 pages de format in-4°), et une Réponse aux deux Ecrits signifiés les 30 Juin & 9 Juillet 1785. Pour le Sieur Gabriel Ducel, Syndic de certains Habitans du lieu de Canet, imprimée également par Dominique Desclassan, (72 pages de format in-4°).

193En 1786, on repère 29 affaires dans les 37 factums enregistrés ; la moyenne annuelle est de 42 pages, et 13 factums dépassent ce chiffre, ce qui est exceptionnel. Pour ne citer que les plus volumineux, la Requête, pour M. de Fondeville-Labatut. Contre les assassins de son père, par Duroux, imprimée par Jean-Jacques Robert en in-8°, atteint 319 pages ; le Mémoire pour Messire Michel-Etienne d’Ysarn, Chevalier, Seigneur de Cornus, imprimé par Dominique Desclassan en in-4°, a 109 pages, et la Réplique pour Messire Dubosquet, Baron de Genibrières et Corondes, Seigneur moyen et bas justicier de Villebrunier, diffusée par Noël-Étienne Sens en in-4°, contient 91 pages.

194En 1787, 28 affaires ont été recensées ; huit factums dépassent l’épaisseur moyenne de 35,6 pages, dont deux qui ont entre 90 et 100 pages. Imprimé par Dominique Desclassan, qui semble se spécialiser dans le tirage de factums épais, le Mémoire pour Jean-Antoine de Barrau, Chevalier, Appellant, & encore poursuivant la distribution des biens qui ont appartenu à feu Antoine-Paulin de Solages […] Contre François-Charlotte de Solages, son Epouse, comprend 95 pages in-4°. De ses presses sort également la Suite de Mémoire en réponse pour Noble Louis-Guillaume de Pousols de Saint-Maurice, Ecuyer, de 91 pages.

195Remarquons que le nombre de titres et le nombre de pages ne sont pas aussi étroitement liés que dans les plaquettes.

5- Imprimeurs et factums

a) Les principaux imprimeurs de factums

196L’histogramme montre la production conservée de chaque imprimeur. D’après le corpus des factums, deux imprimeurs dominent la production : le premier, Jean Rayet, en a imprimé 185 ; installé « Place du Palais », il était aux premières loges pour satisfaire les plaignants, venus de lieux parfois fort éloignés de tout le ressort du Parlement. Joseph Dalles, moins proche du palais puisqu’il était installé « rue des Changes », a mis sous presses 132 mémoires (soit environ 70 % de la production de Rayet). La production des autres imprimeurs est moins importante et semble relativement uniforme : Jean-Jacques Robert, Dominique Desclassan et Pierre Robert ont produit entre 70 et 80 factums ; Jean-Florent Baour et la veuve de Jean-Pierre Robert entre 60 et 70 ; Jean-Henri Guillemette une cinquantaine de mémoires. Dans cette tranche, entre 80 et 50 factums, aucun imprimeur ne se distingue réellement. Ensuite, Jean-Pierre Robert, Sébastien Hénault et Jean Auridan ont une production qui oscille entre 42 et 35 factums.

Graphique 77. Nombre de factums par imprimeur, 1739-1788

197Jean Rayet a donc imprimé 17,2 % du corpus de factums et Joseph Dalles 12,2 %. Les autres imprimeurs ont produit moins de 10 % du corpus : Jean-Jacques Robert 7,4 %, Dominique Desclassan 7,3 % et Pierre Robert 6,6 %. Hormis pour les deux premiers imprimeurs, on constate qu’il n’y a pas de spécialisation pour les autres.

198Le tableau ci-dessous montre l’évolution de la production des six premiers imprimeurs de factums, de 1739 à 1788, à partir des 515 factums datés.

Tableau 69. Évolution de la production des six premiers imprimeurs de factums, 1739-1788

199Les 57 factums datés sortis des presses de Jean Rayet sont répartis irrégulièrement. En exercice de 1753 à 1788, il en imprime la grande majorité (73,6 %) dans les deux premières décennies, puis à partir de 1769-1788 réduit son activité, qui devient faible (5,2 %) dans la décennie précédant la Révolution. Au contraire, Dominique Desclassan, Joseph Dalles et Jean-Jacques Robert dominent cette période. Dominique Desclassan met sous presse la quasi-totalité de ses factums entre 1779 et 1788 ; Jean-Jacques Robert 80,4 % des siens, Joseph Dalles 46 %, et Jean-Florent Baour 40,8 %.

200Le tableau suivant aide à préciser la production des principaux imprimeurs en fonction de leur durée d’exercice, et apporte quelques nuances au classement initial.

Tableau 70. La production de factums par imprimeur (en titres et en pages), selon les années d’exercice, 1739-1788

201Le calcul en années d’exercice permet de connaître le niveau de production de chaque imprimeur et le classement des imprimeurs par nombre de titres s’en trouve modifié. Jean Rayet, qui a exercé pendant 35 ans et qui était en tête de la production en titres, se retrouve en troisième position derrière Dominique Desclassan, (qui n’a exercé que huit ans et atteint une moyenne annuelle de 9,8 titres), et Joseph Dalles, dont la moyenne est de 5,7 titres.

202La moyenne annuelle en nombre de pages place également Dominique Desclassan en premier, avec 344 pages par an, alors que la production de Joseph Dalles est pratiquement deux fois inférieure à la sienne, avec 189 pages.

203Le hasard fait que les productions moyennes en nombre de pages, en années d’exercice sont identiques chez Jean Rayet et Jean-Florent Baour, avec 109,4 pages. Le premier a exercé 35 ans, le second 16 ans. Cependant une confusion subsiste quant aux années d’exercice de Baour. Nommé imprimeur par arrêt du Conseil le 14 janvier 1765, il a été refusé par la communauté en raison d’un conflit sur le paiement des droits de réception, et n’a été officiellement reçu que le 9 août 1772. Les seize années d’exercice débutent donc officiellement en 1772, mais nous constatons qu’une dizaine de factums imprimés par ses soins sont antérieurs à cette date, notamment l’Instruction sur soit-montré. Pour le Sieur Jean-Jacques Second. Contre le Sieur Arsaud, Greffier Criminel du Sénéchal de Rhodez, trouvé à la Société des Lettres de l’Aveyron. Une note manuscrite de Baour indique la date, le 18 juillet 1766, et la somme qu’il a perçue. Il n’a donc pas tenu compte du refus de la communauté et a publié, dés le début 1765, des factums qui ne traitaient pas que des affaires extérieures à Toulouse, puisque cette année-là il imprime aussi pour des procès toulousains, notamment un Mémoire pour les sieurs Joseph-Gabriel, & Antoine Trubelle, Frères, Négocians de Toulouse. Contre Noble Guillaume Fortic, Prêtre & Curé de Saint Pierre de la même Ville. Aussi, pour connaître la production de factums de Jean-Florent Baour, il aurait fallu calculer, nous semble-t-il, sur les 23 années d’exercice réel (ce qui explique les deux séries de chiffres dans le tableau), ce qui donne une moyenne annuelle de titres de 2,9 et une moyenne annuelle de pages de 76,1.

  • 99 Nombre de presses, Annexe 15.

204Les calculs en fonction du nombre d’années d’exercice mettent en lumière les performances de Dominique Desclassan, tant en nombre de titres qu’en nombre de pages. Rappelons qu’il possédait six presses en 1783 et cinq en 1788, qui ne fonctionnaient pas à plein régime selon les États de impressions99.

b) La place des factums dans la production globale des imprimeurs

205Reprenant le classement de la production en titres, nous avons calculé la part des factums dans la production globale des principaux imprimeurs.

206Les chiffres du tableau (page suivante) permettent de classer les imprimeurs de factums en quatre groupes.

Imprimeur

Production de factums en nombre de titres

Production totale en titres

 % des factums dans la production totale

Rayet J.

185

240

77 %

Dalles J.

132

272

48,5 %

Robert J.-J.

80

164

48,8 %

Desclassan D.

79

129

61,2 %

Robert P.

71

150

47,3 %

Baour J.-F.

67

218

30,7 %

Robert vve J.-P.

65

116

56 %

Guillemette J.-H.

51

135

37,7 %

Robert J.-P.

42

58

72,4 %

Hénault S.

37

63

58,7 %

Tableau 71. La production de factums dans la production totale des principaux imprimeurs, en nombre de titres

  • 100 Annexe 15.
  • 101 ADH, C 2810.

207La publication de factums représente pratiquement les trois quarts de la production globale en titres de Jean Rayet (77 %) et de Jean-Pierre Robert (72,4 %). Cependant, Jean Rayet produisait 4,4 fois plus que Jean-Pierre Robert, ce qui s’explique par une différence d’équipement, un rythme de production irrégulier, puisqu’il n’imprimait des factums que neuf mois sur douze Alors que Jean-Pierre Robert n’avait que deux presses, Jean Rayet était passé de deux à trois, puis à quatre, entre 1758 et en 1783100, montrant par là une certaine prospérité. Il imprimait également des plaquettes à côté de son abondante production de mémoires judiciaires, neuf mois sur douze selon les États de l’imprimerie de 1784101.

208Dominique Desclassan, lui, en avait imprimé toute l’année 1774. Alors qu’il n’exerça que huit ans, entre 1780 et 1788, 61,7 % de sa production était assurée par les factums, 21 % par des livres. Son imprimerie était fort bien équipée, avec six presses en 1783 et cinq en 1788. La situation de Sébastien Hénault est à rapprocher de celle de Dominique Desclassan, avec 58,7 % de sa production consacrée aux factums. Comme lui, il imprimait aussi des livres, qui représentaient presque le quart de sa production, et il avait quatre presses ; mais ils n’exercèrent pas à la même époque, puisque le premier débuta en 1780, le second en 1752.

209Un autre ensemble d’imprimeurs effectuait entre 45 % et 55 % de leurs impressions en factums : pour la veuve de Jean-Pierre Robert, plus de la moitié des impressions était des mémoires, auxquels se sont ajoutés quelques livres et des plaquettes ; Joseph Dalles leur consacrait la moitié de sa production, et il imprimait aussi livres et plaquettes avec ses quatre ou cinq presses ; Pierre Robert imprima 71 factums, souvent non datés, qui ne représentaient que 47,3 % de sa production, alors que les livres s’élevaient à près de 23 %. Les trois presses de Jean-Jacques Robert tournaient dans 49 % des cas pour imprimer des factums, mais un cinquième de sa production était réservée aux livres et autant aux périodiques, comme le Calendrier de Toulouse.

210Enfin, pour Jean-Henri Guillemette et Jean-Florent Baour, la production de factums occupait moins de 40 % de leur production totale. Le premier était plutôt spécialisé dans l’impression de plaquettes – nous avons parlé de ses éditions de Noëls – le second avait une production de factums bien équilibrée avec celle des livres (17,4 %), des plaquettes (22,5 %), des placards et des périodiques (14,2 % et 15 % chacun).

211Dans le tableau précédent, nous avons privilégié les dix principaux imprimeurs de factums ; cependant neuf autres imprimeurs ont publié entre 15 et 35 de factums, ce qui n’est pas négligeable dans leur production globale.

Imprimeur

Production de factums en titres

Auridan J.

35

Caranove N.

28

Douladoure J.

27

Hénault vve F.-S.

25

Sens N.-E.

24

Douladoure J.-J.

22

Guillemette J.

22

Desclassan J.-F.

21

Faye J.-P.

15

Tableau 72. Imprimeurs ayant produit entre 15 et 35 factums, 1739-1788

212Connaître le nombre de pages imprimées est encore plus important que le nombre de titres, dans la mesure où c’est l’impression de pages qui fait tourner les presses de l’imprimeur. Dans ce classement, Joseph Dalles se retrouve en tête des impressions avec 4347 pages imprimées, bien avant Jean Rayet.

Imprimeur

Production de factums en nombre de pages

Production totale en pages

 % des factums dans la production totale

Dalles J.

4 347

18 822

23 %

Rayet J.

3 829

8 004

47,8 %

Desclassan D.

2 752

18 933

14,5 %

Robert J.-J.

2 378

12 841

18,5 %

Baour J.-F.

1 751

16 063

10,9 %

Robert Vve J.-P.

1 472

7 342

20 %

Robert P.

1 373

9 117

15 %

Guillemette J.-H.

800

3 562

22,4 %

Hénault S.

772

6 544

11,8 %

Robert J.-P.

657

2 317

28,3 %

Tableau 73. La production de factums dans la production totale des principaux imprimeurs, en nombre de pages

213Jean Rayet consacrait 47,8 % de sa production en nombre de pages aux factums, et ses impressions selon les titres et selon les pages, qui se rejoignent, montrent l’importance des mémoires judiciaires pour lui et son imprimerie, même si au niveau de la productivité de l’atelier il était dépassé par le dynamisme de Dominique Desclassan.

214Jean-Pierre Robert, Joseph Dalles, Jean-Henri Guillemette et la veuve de Jean-Pierre Robert imprimaient sous forme de factums entre 20 et 30 % de leur production globale en nombre de pages. Alors que la production de factums représentait chez Joseph Dalles 48,3 % des titres, elle ne représente que moins d’un quart de sa production en pages.

215Ce décalage est très net également pour les cinq imprimeurs pour lesquels le pourcentage de production en pages est inférieur à 20 %. L’exemple de Dominique Desclassan est significatif : la moitié de ses titres imprimés étaient des factums, mais ils ne comptent que pour 14,5 % des pages. Chez Jean-Florent Baour, alors que la production de factums en titres équivalait à 31 % de l’ensemble, en nombre de pages elle ne représentait que 10,9 %.

216Nous n’avons pas la possibilité de calculer le coût et le tirage de ces impressions, mais quelques indications glanées ça et là en donnent un modeste aperçu.

c) Prix et tirages de factums

  • 102 Mémoire Pour le Sieur Jean-Jacques Second, Toulouse, Jean-Florent Baour, [s.d.], Rodez, SLA.

217Les tarifs dépendaient du nombre de pages, du format et de la date de rédaction. Nous avons déjà cité le mémoire Pour le Sieur Jean-Jacques Second imprimé par Jean-Florent Baour, qui indique en note manuscrite : « J’ai reçu de Mr de Saintes procureur du Sieur Segond, la somme de vingt livres seize sols, pour l’impression du présent, à Toulouse ce 18 juillet 1766 Baour102 ». Nous avons également retrouvé la somme versée par Figuères, procureur au Parlement, à Jean Rayet pour l’impression d’un Précis pour Mr Bar Seigneur de la Gazaille, contre Mr Bar marquis de Castelnau, et les Sieurs Ansas et Bertrand l’aîné fermiers, de 9 pages, avec le reçu :

218« 30 exemplaires : 13 L. 10 s.

2199 feuilles papier timbré… 7 L. 11s.

220Etrenne provisoire aux garçons… 6.

221Soit 21 L 1 s 6.

  • 103 Précis pour M. Bar, Seigneur de la Gazaille, contre M. Bar, marquis de Castelnau, et les Sieurs An (...)

222J’ay reçu de Monsieur Figueres les vingt une livres un sol six deniers mentionnés au compte cy-dessus, à Toulouse, le 7 septembre 1773. Rayet, imprimeur-libraire103. » Ce dernier document fournit donc, avec la somme versée, le nombre de pages imprimées, le nombre d’exemplaires produits, les frais d’expédition ; seul manque le format.

  • 104 28 février 1774, Mémoire contre le sieur Cruebel, soit disant écuyer et contre le sieur Monery, AM (...)

223Le tableau ci-dessous nous donne les prix de quelques lots de factums, avec l’indication des documents ou seulement du lieu d’où les informations sont tirées. En particulier, la consultation de Pièces à l’appui des comptes aux Archives municipales de Toulouse nous a permis d’avoir des exemples précis de production de factums pour les capitouls et de connaître les prix pratiqués par l’imprimeur de la ville, J.-A.-H.-M.-B. Pijon, en 1771 et 1774 ; mais, dans ce cas, il n’est pas certain que ce soient les prix pratiqués communément. Il y avait, semble-t-il, discussion entre les prix demandés par l’imprimeur de la ville et les prix réellement versés ; dans les États des impressions faites pour la ville, on trouve toujours, à droite, un tarif, et souvent, à gauche, le prix réduit ou « alloué » par les capitouls. Les réductions ne sont pas pour autant systématiques. En 1771, il n’y en a pas ; en 1774, alors qu’il avait été demandé 54 livres pour 150 exemplaires du mémoire imprimé, 48 livres ont été allouées104.

224Remarquons que nous n’avons pas de prix pour l’impression de factums de format in-4°, qui deviennent majoritaires à la veille de la Révolution.

Tableau 74. Tarifs et tirages de factums, 1725-1774

225La production de factum a donc constitué une part importante de l’activité des imprimeurs toulousains et pour certains, notamment Rayet, elle fut essentielle. Nonobstant le fait que nous avons dû ignorer de nombreux ouvrages sans nom d’imprimeur, de ce que nous venons de voir, il ressort aussi que cette production, ou du moins sa conservation, s’est accélérée au cours du demi-siècle considéré, vraisemblablement du fait de sa diffusion hors du cercle privé des plaideurs, et de la naissance de l’opinion publique. C’est pourquoi cette étude nous a conduit à nous intéresser à certaines affaires célèbres du siècle et, certainement plus que dans les autres chapitres, à intégrer la production matérielle des imprimeurs toulousains dans une histoire vivante, souvent dramatique, parfois burlesque.

III- Les périodiques

  • 105 POPKIN Jérémy D, « L’histoire de la presse ancienne ; bilan et perspectives », Les gazettes europé (...)

226Dans cette dernière partie, nous aborderons une autre catégorie d’impressions spécifiques, celle de publications que nous regroupons sous le terme générique de « périodiques », tout en sachant qu’il est équivoque ; ainsi Jeremy Popkin peut-il écrire que « les spécialistes de l’histoire du livre, malgré les prétentions d’étudier toute la production imprimée de l’Ancien Régime, ont presque systématiquement ignoré les périodiques105 ». Nous lui laisserons la responsabilité de ce jugement, mais cet exemple montre bien le problème : parle-t-il des journaux uniquement ou des publications périodiques en général ?

227Nous étudierons un corpus de 231 imprimés, publiés à Toulouse entre 1739 et 1788, comprenant des pièces de formats et d’épaisseurs divers. Les périodiques se caractérisent par des publications prévues à intervalle régulier ; quand elles concernent les journaux elles sont le plus souvent hebdomadaires ; quand il s’agit de calendriers ou de publications académiques elles sont annuelles. Certaines, comme l’Histoire et Mémoires de l’Académie royale des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres qui paraît entre 1782 et 1790 auront une publication prévue mais irrégulière.

  • 106 FURET François, « La Librairie du Royaume de France…, op. cit.

228La distinction habituelle entre « livres » et « brochures » n’est plus ici de mise, bien que certains périodiques de plus de 48 pages aient été classés dans la catégorie des livres par François Furet, comme nous l’avons signalé au chapitre 6106. Reconnaissons qu’au XVIIIe siècle, livres et périodiques étaient proches par leur apparence matérielle (format, page de titre), et que le seul élément qui les différenciait était, justement, la périodicité de la parution. Les archives et les bibliothèques ont conservé des séries annuelles plus ou moins conséquentes ; ainsi le corpus comprend-il une douzaine de séries et quelques pièces isolées appartenant à des séries disparues.

229Étudiant des séries et non des ouvrages isolés, nous avons adopté un plan, quelque peu différent de celui que nous avons suivi pour les autres types d’impression. Ces publications sont regroupées en trois grandes catégories : les publications académiques, les almanachs et calendriers et les journaux. Nous irons de la présentation du périodique à l’évolution de la série entre 1739 et 1788.

  • 107 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, La presse et l’information à Toulouse des origines à 1789, Toulouse (...)

230Il n’existe pas de travaux sur l’ensemble des « périodiques » tel que nous l’entendons, si ce n’est, pour Toulouse, l’ouvrage de Marie-Thérèse Blanc-Rouquette, La presse et l’information à Toulouse, qui étudie les principales publications périodiques, l’apparition et le développement de la presse, les publications académiques, les ordo et les almanachs : une somme107. Mais même si les travaux existants ne sont pas orientés vers la production des périodiques, des informations peuvent y être glanées.

  • 108 ROCHE Daniel, Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux (1680-1789 (...)
  • 109 ROCHE Daniel, « Milieux académiques provinciaux et société des lumières », dans François FURET (di (...)
  • 110 TAILLEFER Michel, Une académie, interprète des Lumières, l’Académie des Sciences, Inscriptions et (...)

231Depuis les années 1970, Daniel Roche s’est intéressé aux académies de province pour montrer le rôle qu’elles ont tenu dans la diffusion de Lumières108 et analyser la société des académiciens109. Michel Taillefer a poursuivi le même but en étudiant l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse ; un chapitre de son ouvrage est consacré aux publications de l’Académie, nous l’utiliserons amplement110.

  • 111 DESBARREAUX-BERNARD Tibulle, « Note bibliographique sur les Almanachs de Baour », Annuaire de l’Ac (...)
  • 112 MASSIP Maurice, « L’Almanach de Toulouse, ses origines, ses transformations », Mémoires de l’Acadé (...)
  • 113 NISARD Charles, Histoire du livre populaire ou de la littérature de colportage depuis le XVe siècl (...)
  • 114 MANDROU Robert, De la culture populaire aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Imago, 1985, XII, 264  (...)
  • 115 BOLLÈME Geneviève, Les almanachs populaires aux XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Mouton, 1969, 152 p.
  • 116 CHARTIER Roger, Culture écrite et société, l’ordre des livres, XIVe-XVIIIe siècle, Paris, Albin Mi (...)

232Pour les almanachs et les calendriers, hormis l’ouvrage de Marie-Thérèse Blanc-Rouquette, nous disposons de recherches anciennes d’érudits locaux, comme celles de Tibulle Desbarreaux-Bernard qui publia en 1878 une « Note bibliographique sur les Almanachs de Baour111 », et de celles de Maurice Massip qui rédigea une communication sur « L’Almanach de Toulouse », en 1908112. Nous concentrant sur leur production, nous n’étudierons pas leur contenu, qui les avait fait placer dans la littérature de colportage, dès le XIXe siècle, par Charles Nisard113. Cette opinion a été reprise, dans les années 1970, par Robert Mandrou114 et par Geneviève Bollème115 qui ont insisté sur l’importance de l’almanach dans la culture populaire. De nos jours les historiens refusent cette interprétation, à l’image de Roger Chartier, ou la nuancent ; le centre d’intérêt s’est déplacé vers l’étude des thèmes véhiculés dans les calendriers et vers une approche sociologique des lecteurs116.

  • 117 DESAZARS de MONTGAILHARD, Marie-Louis, « Le début du journal à Toulouse », Mémoires de l’Académie (...)
  • 118 BELLANGER Claude, GODECHOT Jacques, GUIRAL Pierre et TERROU Fernand, Histoire générale de la press (...)

233Préfaçant le livre de Marie-Thérèse Blanc-Rouquette qui donne une vue d’ensemble de tous les journaux toulousains, le doyen Jacques Godechot déclarait qu’il « apporte une contribution importante non seulement à l’histoire de la presse d’information à Toulouse, mais encore à l’étude de la circulation et de la diffusion des idées ». C’est toujours le livre de référence pour étudier la presse ancienne à Toulouse. Un article du baron de Montgailhard, daté de 1910, concerne « Le début du journal à Toulouse117 » ; il y présentait la réimpression de la Gazette et les premières Affiches de Toulouse : un travail de pionnier. Pour avoir une vision plus large de l’apparition des journaux et de leur diffusion, il faut attendre 1969, date de la parution de l’Histoire générale de la presse française118 qui aborde pour la première fois l’histoire de la presse de province.

  • 119 CHARTIER Roger et MARTIN Henri-Jean (dir.), Histoire de l’édition française…, op. cit., p. 247-255
  • 120 FEYEL Gilles, La Gazette à travers ses réimpressions en province (1631-1752), Paris Cujas, 1981, 7 (...)
  • 121 FEYEL Gilles, L’annonce et la nouvelle. La presse d’information et son évolution sous l’Ancien Rég (...)

234Alors qu’en 1984 l’Histoire de l’édition française ne réserve qu’un chapitre rédigé par Jean Sgard, à « la multiplication des périodiques119 », la connaissance de la presse s’accroît grâce aux publications de Gilles Feyel notamment La Gazette à travers ses réimpressions en province, 1631-1752120. Dans sa thèse L’annonce et la nouvelle. La presse d’information et son évolution sous l’Ancien Régime (1630-1788)121, soutenue en 1994, il analyse de façon approfondie la création, le contenu des grands journaux, leur diffusion et leurs lecteurs. C’est une véritable histoire de la presse périodique.

  • 122 SGARD Jean (dir.), Dictionnaire des journaux (1600-1789), Paris, Universitas, 1991, 2 tomes, 1209  (...)

235Enfin, en 1991, paraît le Dictionnaire des journaux, de 1600 à 1789122, une somme qui nous a été fort utile.

236Ainsi, même si, à l’exception de l’ouvrage incontournable de Marie-Thérèse Blanc-Rouquette, nous ne disposons pas de travaux qui permettent une vue d’ensemble sur les périodiques, les études par catégorie sont nombreuses, même si la production n’est pas au centre des préoccupations de leurs auteurs.

1- Présentation du corpus : la diversité des périodiques

237Le classement des 231 titres recensés s’organise autour de trois grandes catégories d’imprimés : les publications académiques qui représentent 33 % du corpus, les calendriers et almanachs, 32 %, et les journaux, 9,5 %. Nous y adjoindrons quelques publications périodiques pour le clergé, comme des Ordo ou les publications des collèges avec les Exercices littéraires annuels (4,7 %). Dans la partie « divers » figurent des publications périodiques en faible pourcentage, que nous nous contenterons de mentionner ; les publications administratives, Procès verbaux d’assiettes de diocèse (7,8 %), diocèses civils, avec les quatre Tableaux de l’administration de la ville de Toulouse qui paraissent, entre 1784 et 1788, impressions des capitouls, qui font plus de 120 pages et sont donc trop épaisses pour être classées à plaquettes (1,7 %).

a) Les publications académiques

238Toulouse a participé très activement au mouvement académique. La tradition est antérieure au XVIIIe siècle puisque les Jeux floraux ont été érigés en Académie des Belles-Lettres en 1694 ; ce sera la seule académie de Toulouse jusqu’en 1746, date de l’érection de l’Académie royale des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres, suivie de près par celle de l’Académie royale de Peinture, Sculpture et Architecture, en 1750.

239Le nombre de publications académiques s’élève à 77 titres. En fait ces impressions sont d’une grande diversité, ne serait-ce que dans la durée de parution.

– Les Recueils de l’Académie des Jeux floraux

240L’Académie des Jeux floraux éditait presque tous les ans des Recueils, soit 40 entre 1739 et 1788. Le premier a été imprimé par Guillaume-Louis Colomiez, imprimeur de l’Académie en 1696, et nous devons noter la remarquable régularité de l’édition des recueils dont la série est ininterrompue de 1696 à 1790. Remarquable permanence si l’on songe aux difficultés rencontrées par l’Académie des Sciences et par bon nombre d’académies de province qui n’arrivaient pas à avoir de publications régulières. Cette série suffit à prouver la vitalité de l’Académie des Jeux floraux.

  • 123 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, La presse et l’information à Toulouse…, op. cit., p. 212.

241La page de titre évolue peu au fil des publications. Au début, elle présentait une vignette avec les initiales entrelacées de Claude-Gilles Lecamus ; dans les années 1730 elle change et reste identique ensuite durant la période étudiée ; elle est ornée d’une vignette comprenant un cartouche orné de fleurs symboliques offertes le 3 mai de chaque année aux poètes couronnés, surmontées de la devise « His idem semper honos » ; ce cartouche est entouré de deux figures allégoriques, à gauche une joueuse de lyre, à droite Minerve, à moins qu’il ne s’agisse de l’Éloquence, remarque Marie-Thérèse Blanc-Rouquette123.

242La série est complète. En 1773, Jean Rayet publia le Recueil des ouvrages de poésie et d’éloquence présentés à l’Académie des Jeux Floraux, en les années 1771, 1772, 1773. Avec les Discours prononcez dans les Assemblées publiques de l’Académie En 1788, Dominique Desclassan fit de même pour les années 1784, 1785, 1786, 1787 et 1788.

  • 124 Cité par Bernard LAVIT, Une académie provinciale dans le siècle des Lumières : les Jeux floraux de (...)

243Les recueils contiennent le traditionnel éloge à la mythique fondatrice de Jeux, Clémence Isaure, et comme le dit un mainteneur dans son éloge de 1772, il faut « de la vigilance pour la conservation d’un corps qui a donné tant de lustre à cette province, qui a fait éclore des talents124 ».

244La famille Lecamus-Pijon donna trois imprimeurs de l’Académie des Jeux floraux entre 1740 et 1764 ; puis ce furent Joseph Dalles, de 1765 à 1770, Jean Rayet, de 1771 à 1773 ; Jean-Jacques Robert, de 1774 à 1783, et Dominique Desclassan, de 1784 à 1788.

– Les catalogues des expositions de l’Académie royale de Peinture

245À côté des séries prestigieuses des Académies des Jeux floraux et des Sciences, la Bibliothèque municipale de Toulouse conserve une série de brochures d’une quinzaine de pages, de médiocre facture, bien qu’ornées de bandeaux et de culs-de-lampe : les Catalogues des expositions de l’Académie royale de Peinture.

  • 125 Cité par Michel TAILLEFER, « La Société des Beaux-Arts et la création de l’Académie de Peinture, S (...)
  • 126 LOJKINE Stéphane, « Les Salons de Diderot, De l’ekphrasis au journal : genèse de la critique d’art (...)

246L’école de peinture toulousaine fut érigée en Académie royale de Peinture, Sculpture et Architecture, par lettres patentes de décembre 1750. Le 25 août 1751 fut organisée en grande pompe la première « exposition publique et annuelle de tableaux » que la compagnie avait décidé de tenir « afin d’exciter l’émulation des artistes pour former le goût des élèves » : « il y eut un concours étonnant de curieux qui vinrent les voir pendant huit jours125 ». Pendant quarante et un ans, l’Académie organisa des salons qui rappelaient ceux qui se tenaient à Paris depuis la création de l’Académie royale de Peinture en 1663, où, d’après les statuts, chaque académicien devait tous les ans exposer un tableau ; ces expositions étaient gratuites, et pour guider le public, des livrets, sortes de catalogues sans images, donnaient des explications sur les tableaux accrochés126. Les Salons toulousains, à l’image de ceux de Paris, montraient les œuvres des académiciens, des élèves, et celles prêtées par des collectionneurs toulousains, avec aussi leurs petits livrets explicatifs. Une collection de 39 d’entre eux, de 1751 à 1791, est conservée à la Bibliothèque municipale de Toulouse ; ne manquent que ceux de 1757 et de 1771. L’année 1786 est suivie de deux brochures : Critique en forme de dialogue entre l’artiste et l’élève toulousain et Seconde et dernière séance de la critique…

  • 127 NÉOUZE Valérie, Le peintre Antoine Rivalz (1667-1735), http://these.enc.Sorbonne.fr/document90.htm
  • 128 Cité par Marie-Thérèse BLANC-ROUQUETTE, La presse et l’information à Toulouse…, op. cit., p. 246.

247Ces catalogues changent peu dans leur titre et leur présentation. Intitulés, Catalogue des ouvrages exposés au Sallon [sic] de l’Hôtel de ville Par l’Académie Royale de Peinture, Sculpture & Architecture, jusqu’en 1779, ils deviennent ensuite Catalogue et explication des peintures, sculptures, architectures, desseins et autres ouvrages dont l’exposition a été ordonnée par l’Académie Royale de Peinture, Sculpture et Architecture. Ils sont de format in-8° ; seul celui de 1773 est de format in-4° ; il contient un frontispice signé Lucas et les portraits de Rivals, d’Arcis, de Cammas et de Lucas. Ils eurent une importance capitale pour faire connaître les nouveaux peintres, les nouveaux sculpteurs et orienter les goûts artistiques des Toulousains. Valérie Néouze, auteur d’une thèse sur Antoine Rivalz, mentionne parmi les éléments déterminants qui permirent d’élargir la connaissance de Rivalz « les livrets d’exposition de l’Académie de Toulouse décrivant avec rigueur tableaux et dessins présentés au public127 ». Nous terminerons par une citation de Desazars de Montgaillard : « Les 39 livrets sont curieux à consulter, car ils nous renseignent par le menu sur l’organisation des Salons toulousains, sur les idées et les goûts de l’époque en fait d’art, sur le nombre et la nature des œuvres exposées, sur le zèle et la fécondité des artistes locaux, sur la richesse des cabinets d’amateurs, sur le mouvement d’art ancien et contemporain qui se faisait à Toulouse128 » ; bref, en dépit de leur papier assez médiocre, ces œuvres « éphémères » sont culturellement importantes.

248Les imprimeurs changèrent souvent entre 1751 et 1765. Est-ce que cela traduisait un certain désintérêt pour ces petites brochures ? Pierre Robert imprima les catalogues de 1750, 1752 et 1755 ; celui de 1751 le fut par Claude-Gilles Lecamus, ceux de 1753, 1754, 1756, 1757, 1758 et 1760 par Bernard Pijon ; la veuve Guillemette imprima ceux de 1759, 1761 et 1764, et la veuve de Bernard Pijon le fit en 1762 et 1763. Ainsi, jusqu’en 1765, il n’y eut pas d’imprimeur attitré de l’Académie. Ensuite, Jean-Florent Baour, s’intitulant « Imprimeur de l’Académie des Arts », a imprimé les Catalogues de 1765 à 1772 ; la veuve de Jean-Pierre Robert le remplaça entre 1773 et 1780 et P.-B.-A.-Robert poursuivit l’entreprise de 1781 à 1791.

– L’Histoire et mémoires de l’Académie royale des Sciences

  • 129 TAILLEFER Michel, Une académie, interprète des Lumières…, op. cit., p. 140.
  • 130 Ibid., p. 141.

249Cette publication assurée par Dominique Desclassan n’est parue que trois années en 1782, 1784 et 1788 ; le quatrième tome paru en 1790, est hors du champ de notre étude. Les pages de titres sont semblables, avec un écusson aux armes de la compagnie. L’idée de cette publication n’était pas récente. En effet, un an après la création de l’Académie royale des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres en 1746, un « comité de la librairie » fut constitué pour sélectionner les mémoires de l’Académie qui pouvaient être publiés. Espérant « donner sous peu au public le premier volume de ses Mémoires », elle sollicita un privilège qu’elle obtint en juin 1750129. Mais elle fut contrainte à un « long silence forcé » de trente années, pour reprendre l’expression de Michel Taillefer qui l’explique par le manque de dynamisme des membres du comité de la librairie et par les difficultés financières de l’Académie à partir de 1761. Par son testament du 20 septembre 1778, l’abbé d’Héliot, professeur à la faculté de Théologie, débloqua la situation en léguant sa fortune à l’hôpital Saint-Joseph de la Grave, qui devait verser tous les trois ans 2 100 livres à l’Académie pourvu qu’un volume de mémoires ait été imprimé. Ainsi, le premier tome put paraître avant le 1er janvier 1782. Dominique Desclassan avait été nommé imprimeur de l’Académie le 13 juin 1781, et les délais furent respectés ; Michel Taillefer ajoute que, dans une vaste opération de « promotion du livre », de nombreux exemplaires furent offerts « au secrétaire d’État à la maison du roi d’Amelot, aux membres des Etats de Languedoc, aux capitouls et au syndic de la ville, aux principaux journalistes, ainsi qu’aux associés et aux correspondants dont un mémoire avait été retenu130 ». Le total des frais d’impression s’éleva pour le premier volume à 4 400 livres ; il dépassait donc largement le montant de la rente d’Héliot.

250Ce premier volume comprend une partie réservée « pour l’Histoire » de la compagnie, rappelle son établissement, les sujets proposés pour les prix, les statuts, et dresse un état actuel de ses membres, comme nous pouvons le lire, ci-après.

251Une longue section est consacrée à « l’histoire des ouvrages de l’Académie » (astronomie, physique, histoire naturelle, anatomie, botanique, médecine, littérature). Deux éloges terminent la première partie. La seconde comprend dix neuf mémoires sélectionnés parmi ceux qui ont été présentés devant l’Académie.

  • 131 Ibid., p. 142.

252L’ouvrage fut apprécié par le Mercure de France, qui nota que « la partie typographique de ce recueil est beaucoup mieux soignée que celle de la plupart des livres qu’on nous envoie de province131 ». En frontispice, on trouve un bandeau soigné représentant une ruche cernée d’abeilles, entourée d’instruments scientifiques avec la devise « Labor omnibus Unus ».

  • 132 Ibid., p. 147, note 58.

253Le tome premier est illustré de 20 planches gravées par Jacques Lavalée. Le second, de six planches dessinées par François Lucas et gravées par Alexandre Le Blond ; son coût s’éleva à 2 300 livres. Le troisième, de 15 planches gravées par Bresse, Jean-Bernard Mercadier et Schueller ; son coût est de 3 600 livres, il ne fut tiré qu’à 300 exemplaires, alors que pour le premier tome Michel Taillefer estime qu’il le fut à 400 exemplaires132.

254Les planches reproduites ci-après illustrent le tome 3 avec, entre autres, des gravures d’« Antiquités retrouvées » et de « Faune et flore ».

  • 133 Ibid., p. 143.

255Le tirage de cette publication était limité, les ventes chez les libraires, au prix de 10 livres ne devaient pas être très nombreuses, mais pour l’Académie, « la parution à intervalle régulier de quatre volumes de Mémoires constituait […] un motif de satisfaction, qui fut refusé aux autres académies méridionales133 » ; Michel Taillefer fait référence notamment à la Société royale de Montpellier, qui ne publia que deux volumes (1766, 1778) et à l’Académie de Nîmes, qui n’édita qu’un Recueil en 1756.

b) Calendriers et almanachs

25674 calendriers et almanachs forment la seconde catégorie de périodiques, qui représente 32 % du corpus. Quatre séries se distinguent avec quelques calendriers isolés.

– Le Calendrier de Toulouse

257La série numériquement la plus importante et la plus ancienne est celle du Calendrier de Toulouse dont la Bibliothèque municipale de Toulouse conserve 44 années entre 1739 et 1788 ; ne manquent que six années, (1739, 1745, 1752, 1758, 1764, et 1773).

  • 134 MASSIP Maurice, « L’Almanach de Toulouse, ses origines, ses transformations », Mémoires de l’Acadé (...)

258Le calendrier débute en 1721134, sous le titre de Nouvelles Étrennes ou Almanach très curieux imprimé par Pierre Robert et Louis Baour. Mais, victime de contrefaçons, il dut changer son nom et à partir de 1734 il s’intitule Kalendrier de Toulouse pour l’année… contenant ce qu’on a trouvé de plus nécessaire aux gens d’affaires. En 1738, le titre se modifie légèrement et devient Kalendrier de Toulouse pour l’année… utile et nécessaire aux gens d’affaires. Il est toujours imprimé chez Pierre Robert et Louis Baour ; chaque exemplaire atteint 70 pages. C’est ainsi qu’il entre dans notre corpus des périodiques.

  • 135 SILVESTRE DE SACY Renaud, Les imprimeurs et libraires…, op. cit., p. 174.

259À partir de 1742, il prend son nom usuel : Calendrier de Toulouse pour l’année…, contenant ce qu’on a trouvé de plus nécessaire aux gens d’affaires. En 1749, le titre change et de 1755 à 1779 c’est le Calendrier de Toulouse, utile et nécessaire aux gens d’affaires, pour l’année… Ce dernier titre marque un autre changement. Louis Baour était décédé en 1756, et dès 1755, Pierre Robert imprimait le Calendrier de Toulouse que vendait son fils aîné, Jean-François. Puis, à la mort de Pierre Robert en 1764, ce fut son fils cadet, Jean-Jacques Robert, qui prit la succession de son père135.

260Nous n’avons pas l’exemplaire de 1764, mais celui de 1765 précise bien : « Chez Jean-François Robert, libraire Place Royale, et chez Jean-Jacques Robert, Maître ez-Arts de l’Université de Paris, Imprimeur libraire, près le Collège Royal ».

261À partir de 1742, la page de garde se transforme. La vignette de titre est aux armes de la ville de Toulouse, surmontées de la couronne comtale. Comme celle du Calendrier de la Cour de Parlement, elle se simplifie dans les années 1770.

262Son titre s’est complété : Calendrier de Toulouse, utile et nécessaire aux gens d’affaires, pour l’année… Augmenté d’une table des points lunaires qui indiquent les changements de temps. Les imprimeurs sont toujours Jean-Jacques Robert et Jean-François Robert, du moins jusqu’en 1784. Ce changement de titre est à mettre en relation avec l’arrivée d’un nouvel almanach, celui de Baour, dont nous reparlerons.

263À partir de 1784, à la disparition de Jean-François Robert, c’est Joseph Robert aîné qui prend la relève. Son calendrier survit à la Révolution, et en 1793 il s’associe à Douladoure cadet. L’ouvrage s’appelle désormais Calendrier du Département de la Haute-Garonne et de la ville de Toulouse, pour l’année…, et s’adapte plus ou moins bien au changement. Mais ce « vieil almanach », ainsi nommé par M. Massip, ne disparaît pas complètement. Nous le retrouvons pour l’année 1796-1797 sous le titre Nouveau Calendrier de Toulouse pour l’an V, imprimé chez Devers, libraire, et Douladoure cadet.

264Les indications de prix que nous possédons datent de 1735 et 1736, quelques années avant le début de la période étudiée. Le Calendrier de Toulouse broché se vendait 6 sols, celui de 1736 proposait en supplément deux cartes, pour huit sols.

– Le Calendrier de la Cour de Parlement

265Le Calendrier de la Cour de Parlement forme une série lacunaire qui débute en 1738 et s’achève avec la Révolution. La Bibliothèque municipale de Toulouse possède neuf exemplaires d’entre 1739 et 1781 ; nous n’avons donc pas le premier exemplaire. La Bibliothèque nationale détient ceux de 1741 et 1744. Le Calendrier de la Cour de Parlement pour l’année mil sept cent trente neuf à l’usage des habitants de cette cour a été imprimé par Claude Gilles Lecamus, alors seul « imprimeur du roi et de la Cour de Parlement ». C’est ce même imprimeur qui sortit de ses presses les exemplaires de 1740, 1741 et 1744. En 1745, le titre du calendrier prend la forme que nous pouvons voir sur la reproduction ci-après. La page de titre est soignée : la vignette est gravée aux armes royales avec la couronne et les fleurs de lys, et le dessin est fin et précis.

266À partir de 1745, Bernard Pijon, tout en conservant les armes royales, le simplifie et l’épure. La page précédant le frontispice et lui faisant face est souvent titrée « Avertissement » ; c’est une sorte de table des matières, qui énumère tous les articles du calendrier. Il n’y a pas de changements jusqu’en 1781.

  • 136 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, « Une dynastie d’imprimeurs toulousains, XVIIe-XVIIIe siècles », Co (...)

267À la mort de Claude Gilles Lecamus en 1752, l’ouvrage reste aux mains de la famille Lecamus-Pijon, imprimeurs du roi et du Parlement ; sa veuve reprend l’impression pour l’année 1753, puis cède l’imprimerie à son gendre Bernard Pijon136. Le Calendrier de la Cour de Parlement pour l’année 1767 est imprimé par la veuve Pijon, ensuite son fils, J.-A.-H.-M.-B. Pijon, lui succède. Ceux de 1775, 1778, 1780 et 1781 sont conservés. En 1775, le calendrier est vendu chez Viallanes, puis à partir de 1778 chez Bézian.

  • 137 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, La Presse et l’information à Toulouse…, op. cit., p. 259.

268Sur le volume, le prix du calendrier n’est pas indiqué. Marie-Thérèse Blanc-Rouquette l’a retrouvé, dans la Gazette, avec l’annonce de la publication du premier numéro, le 5 janvier 1738 : « On débite un “Calendrier de la Cour de Parlement de Toulouse pour l’année 1738, à l’usage des Habitants de cette Cour”. Le prix en est de cinq sols »137.

269À côté de ces deux calendriers, nous trouvons deux séries d’Almanachs historiques, plus volumineux.

– L’Almanach historique et chronologique de Languedoc

  • 138 ADHG, 8° 877.
  • 139 BnF, 8° LC2953.

270Il s’agit d’une courte série, imprimée et publiée de 1751 à 1755. La Bibliothèque municipale possède les exemplaires de 1751, 1752 et 1754. Celui de 1752, en version brochée, étant très abîmé, nous avons contacté la Bibliothèque municipale d’Angers, qui en détient un exemplaire. Les Archives départementales de la Haute-Garonne ont l’exemplaire de 1753138, et celui de 1755 se trouve à la Bibliothèque nationale139. En 1754 et 1755, le prix est annoncé sur la page de titre « broché, 48 sols ; relié 3 livres ».

271En 1751, l’Almanach historique et chronologique de Languedoc, contenant tout ce qui concerne le clergé, l’Etat Civil et Littéraire de cette province pour l’année M. DCC. LI se vend « A Toulouse, chez Jean François Forest ».

  • 140 BnF, Fonds français 22141, fo 215 et fo 219.

272Le libraire Forest en est l’auteur, d’après sa demande de « permission », datée du 17 avril 1751140. Il obtient en août 1751 la permission d’éditer un almanach pour l’année suivante, mais il ne le vend plus, nous ne savons pourquoi.

273En 1752 l’Almanach historique et chronologique de Languedoc et des provinces du ressort du Parlement de Toulouse ; contenant tout ce qui concerne le Clergé, l’Etat civil et Littéraire et le Commerce de ces Provinces se vend chez « Jean François Crozat », Avec Approbation et Permission. On retrouve ce même libraire mentionné dans les éditions de 1753, 1754 et 1755. De 1751 à 1755, la page de titre est décorée de la même façon que celle de 1752 reproduite ci-après. La vignette de titre gravée représente la croix de Languedoc surmontée d’une couronne. Le frontispice annonce les grandes parties développées dans l’ouvrage, à base historique.

  • 141 BnF, Fonds français 21998, f. 211.

274Nous ne savons pourquoi la série s’arrête en 1755. Certaines personnes ont envisagé de la poursuivre, on lit dans le Registre de la Librairie de 1750 à 1760 que le privilège pour la publication de l’Almanach historique et chronologique de Languedoc est accordé à Donat, l’auteur des Annonces, Affiches et Avis divers en 1759, « pour trois ans, le 29 octobre 1758141 », mais il ne semble pas avoir été suivi d’effet.

– Les Almanachs de Baour

  • 142 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, La presse et l’information à Toulouse…, op. cit., p. 262.
  • 143 DESBARREAUX-Bernard Tibulle, « Note bibliographique sur les almanachs de Baour », Annuaire de l’Ac (...)

275L’autre grande série d’almanachs historiques est due à Baour : « Les almanachs à coup sûr les plus célèbres sont ceux que l’on doit à Jean-Florent Baour », déclare Marie Thérèse Blanc-Rouquette142. C’est une affirmation que nous ne démentirons pas. En effet, c’est l’almanach toulousain le plus souvent cité. Dès la fin du XIXe siècle, Desbarreaux-Bernard présentait la série complète des Almanachs de Baour avec titres et contenus143.

276Jean-Florent Baour était le fils Louis Baour, graveur associé à Pierre Robert dans la publication du Calendrier de Toulouse. La publication de ses almanachs débuta en 1779 et cessa à sa mort, en 1793.

  • 144 HERMET André, « L’almanach toulousain de 1779 de Jean-Florent Baour », L’Auta, septembre 2000, p.  (...)

277Le premier exemplaire de la série paraissait introuvable, mais un collectionneur privé le possède ; il s’intitule l’Almanach historique du clergé régulier et séculier et a été décrit par André Hermet, dans un article de L’Auta144.

278La page de titre de l’Almanach historique de la ville de Toulouse pour l’année 1780 reproduite ci-avant montre sous le titre général, les grandes rubriques de la première partie réservée au clergé.

279Par la formule « Par le Sieur Baour », celui-ci revendique la paternité de l’œuvre et précise qu’elle « se vend chez l’auteur », ce que nous n’avons pas trouvé chez Forest. La vignette de titre est une gravure aux armes de Toulouse, comme dans le Calendrier de Toulouse. À chacune des trois parties de l’almanach – état ecclésiastique ; état juridico-administratif et culturel ; informations pratiques, (commerce, courriers, foires) – Baour réalise une page de titre différente, comme nous pouvons le constater avec la page de titre de la deuxième partie, ci-jointe. Incontestablement, l’Almanach de Baour est bien illustré et décoré, et le même soin se retrouve dans chaque exemplaire.

280La parution de l’Almanach historique de la Province de Languedoc remonte à 1784. Cette publication n’a pas brutalement stoppé celle de l’Almanach historique de la ville de Toulouse, puisque l’exemplaire daté de 1785 est conservé. Cependant celui-ci faisait double usage avec le premier tome du nouvel almanach qui diffusait le même type d’informations.

281L’Almanach historique de la Province de Languedoc est composé de deux tomes en 1784, 1785 et 1786. Le premier tome concerne Toulouse capitale et le second est consacré au Languedoc, avec en vignette de titre la croix de Languedoc surmontée de la couronne comtale, semblable à celle que nous avons déjà trouvée dans les Almanachs historiques et chronologiques de Languedoc de 1751 à 1755. Ces exemplaires pouvaient être vendus séparément, « broché 15 sols, en basane 1 liv 4 et en maroquin doré, 3 livres ».

282L’édition en deux tomes était onéreuse, Baour l’écrit lui-même dans un avis de l’Almanach historique de la Province de Languedoc pour l’année 1787 : « Cet ouvrage, qui a été publié en deux parties séparées pendant trois ans […] ayant paru trop cher, ne sera imprimé dorénavant qu’en un seul volume, qui contiendra tout ce qui peut avoir rapport à la ville de Toulouse et ce qu’il y a de plus utile et de plus intéressant dans cette province. Le prix des exemplaires brochés est fixé à 18 sous, celui des reliés en basane propre à 1 livre 7 sous, ceux reliés en maroquin dentellé aux armes de la ville sur le plat se vendront comme par le passé 3 livres ». À partir de 1787 jusqu’en 1790, l’almanach se réduit donc à un seul tome et la présentation est aussi soignée.

283En 1791, s’adaptant aux changements imposés par la Révolution, le titre change une deuxième fois ; il devient Almanach du département de la Haute-Garonne, édition contenant les changements relatifs à la nouvelle constitution.

  • 145 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, La presse et l’information à Toulouse…, op. cit., p. 259.

284À côté des ces grandes séries d’almanachs, on conserve quelques calendriers isolés, qui appartenaient vraisemblablement à des séries, tels l’Almanach journalier pour l’année 1757 et l’Almanach journalier pour l’année 1769 imprimés chez Bernard Pijon et chez sa veuve, dont Marie-Thérèse Blanc-Rouquette signale qu’il était aussi imprimé à Marseille et à Lyon145 ; tel aussi l’Almanach historique très intéressant pour l’année 1787, qui était vendu chez Laporte. Imprimé sur un papier épais, orné sur la page de titre d’une vignette représentant un buste de femme, c’était de toute évidence un almanach populaire ; nous n’avons aucune information sur son imprimeur.

285Le Musée du Vieux Toulouse possède un almanach assez rare : l’Almanach de Cabinet pour l’Année bissextile 1784. Il s’accroche au mur et ressemble à notre vieil Almanach du Facteur, collé sur du carton, avec six mois recto, six mois verso ; les lunaisons y sont notées, ainsi que les départ et arrivée des courriers à Toulouse. Il était vendu à Toulouse chez le libraire Viallanes, et on l’imagine aussi dans la boutique d’un commerçant.

c) Les journaux

286Dans le corpus figurent quatre séries de journaux, qui constituent 9,5 % des titres : les réimpressions de la Gazette de 1739 à 1752 ; les Annonces, Affiches et avis divers, premier journal vraiment toulousain paru entre 1759 et 1761 ; alors qu’en même temps paraissait la Feuille littéraire dont nous n’avons que 2 numéros ; et les Affiches de Toulouse publiées entre 1775 et 1777, puis entre 1781 et 1788.

– La Gazette

  • 146 GRANDEROUTE Robert, « La Gazette de Toulouse (1673-1752) », dans SGARD Jean (dir.), Dictionnaire d (...)

287Lancée en 1631 par Renaudot, La Gazette fut très tôt réimprimée en province, comme l’a montré Gilles Feyel : à Rouen (1631), à Lyon, à Bordeaux et à Tours. Elle est publiée à Toulouse à partir de 1673 par Jean et Jean-Jacques Boude et reste aux mains de la famille Boude-Lecamus jusqu’en 1752. Gilles Feyel estime qu’il fallait une huitaine de jours pour envoyer la Gazette de Paris à Toulouse et qu’une dizaine d’heures seulement étaient nécessaires pour la réimprimer146.

  • 147 Ibid., p. 486.

288De format in-4°, la Gazette toulousaine était imprimée sur un papier de moins bonne qualité que celle de Paris et avait une présentation moins soignée. Elle était distribuée hebdomadairement, « non seulement à Toulouse, mais aussi dans les villes de province dépendantes du parlement de Toulouse, à l’exception de la ville de Montpellier147 ». Elle était paginée en continu de manière à rassembler les 52 numéros dans un volume à la fin de chaque année.

289La page 1 est toujours semblable, avec le titre « La Gazette », et en dessous sa date ; viennent ensuite les différents articles. Le 2 janvier 1745, les nouvelles viennent « De Grodno (Pologne), le… », « De Hambourg, le… », « De Malte, le… », « De Gênes, le… », « De Londres, le… », « De Bruxelles, le… » et « De Paris, le… », Au bas de la page 4 se trouve la rubrique « On débite » qui donne des informations sur la distribution d’arrêts du Parlement, d’arrêts du conseil du roi, sur la parution du Calendrier de la cour de Parlement. Quelque fois les prix sont indiqués.

290Après la révocation de tous les baux provinciaux de la Gazette, le 1er août 1751, elle continue à paraître jusqu’au 1er avril 1752, date à laquelle la veuve Lecamus cesse de la réimprimer.

  • 148 GRANDEROUTE Robert, « Gazette de Toulouse », Dictionnaire des journaux…, op. cit., p. 485.

291Quels étaient les tarifs de la Gazette de Toulouse ? Robert Granderoute indique que l’abonnement annuel était de 5 livres et 4 sols entre le 4 janvier et 2 avril 1740 ; 2 sols le numéro entre 1740 et 1748148. Quelle était la part de l’imprimeur ?

– Les Annonces, Affiches et Avis divers (1759-1761)

  • 149 TAILLEFER Michel, « La difficile naissance de la presse provinciale au XVIIIe siècle : l’exemple d (...)

292« Toulouse fut en 1759 une des toutes premières villes de province à posséder une feuille d’Affiches, c’est-à-dire un journal d’information véritablement local, qui ne soit pas une simple reproduction d’un périodique parisien149 » : ainsi débute l’article de Michel Taillefer consacré aux Annonces, Affiches et Avis divers.

  • 150 Ibid., p. 2.

293Ces Annonces paraissent entre le 12 juin 1759 et le 20 août 1761 et la Bibliothèque nationale en conserve les cent quinze numéros. La « première feuille hebdomadaire » avait des dimensions modestes, « quatre pages de format in-quarto imprimées sur deux colonnes », précise Michel Taillefer, qui poursuit : « d’apparence austère, le décor se limitant à un ensemble d’ornements typographiques surmontant le titre ». Le bureau d’avis se tenait chez le libraire Moulas, on y déposait les souscriptions, et les annonces, on y vendait les exemplaires au numéro. « Le prix de l’abonnement annuel était de cinq livres pour la ville et de huit livres pour le dehors150 ».

  • 151 ANDRÉANI Robert, « Affiches de Toulouse (1759-1761) », dans SGARD Jean (dir.), Dictionnaire des jo (...)
  • 152 Ibid., p. 2.
  • 153 ANDRÉANI Robert, « Affiches de Toulouse (1759-1761) », …, op. cit., p. 96.
  • 154 TAILLEFER Michel, « La difficile naissance de la presse provinciale… », …, op. cit., p. 7.
  • 155 ANDRÉANI Robert, « Affiches de Toulouse (1759-1761) »,…, op. cit., p. 97.
  • 156 TAILLEFER Michel, « La difficile naissance de la presse provinciale…, op. cit., p. 7.

294L’histoire mouvementée de la naissance de ce journal mérite quelques lignes, ne serait-ce que pour expliquer les changements d’imprimeurs : Nicolas Caranove pour 15 numéros et la veuve de Jean-Pierre Robert pour 14 numéros en 1759. Selon Roland Andréani151, les premières Affiches de Toulouse auraient été imprimées « sans privilège ni autorisation par Nicolas Caranove ». Ce n’est pas si simple. Le rédacteur, Donat, qui venait d’arriver à Toulouse en provenance de Montpellier où il avait publié quelques mois plus tôt un Almanach historique et chronologique152, avait une permission d’imprimer du juge mage, mais plusieurs personnes cherchèrent à l’évincer, notamment l’imprimeur Nicolas Caranove qui, lui, demanda un privilège. « En septembre 1759, il s’entend, moyennant un versement annuel de 300 livres, avec Lebas de Courmont, propriétaire du privilège des Affiches pour tout le royaume153 », et l’obtient. Donat confia alors l’impression du journal à la veuve de Jean-Pierre Robert mais, « confronté à la complexité et à la rigidité de la presse de province, aux hésitations du pouvoir politique à son endroit154 », il trouva peu de soutiens et en janvier 1760 il quitta la ville pour Marseille, où il lança le premier journal marseillais : Annonces, Affiches et avis divers. En 1760, Nicolas Caranove redevient l’imprimeur des Affiches, il collabore pour la rédaction du journal, avec le libraire Joseph Dalles, chez qui était désormais le bureau d’avis. « La rupture que laisse supposer la disparition de Dalles dans le dernier numéro du le 20 août 1761 paraît avoir été fatale à la première feuille toulousaine155 » avance Robert Andréani. Les causes économiques semblent plus déterminantes ; aux dépenses liées à l’édition, s’ajoute le rente à Lebas de Caumont ; de plus les Affiches n’ont pas remporté un vif succès, en raison sans doute de « la pauvreté éditoriale » dont parle Michel Taillefer : « la place réservée aux événements locaux ne cesse de se réduire »156 et les nouvelles sont rares et peu objectives.

– La Feuille littéraire sur les Sciences et les Beaux Arts

295La Feuille littéraire sur les Sciences et les Beaux Arts est un hebdomadaire qui n’a que 31 numéros, et qui ne paraît que de janvier à juillet 1760.

296Elle se compose de quatre pages in-4°. En page 1, sous le titre, figure l’objet de la feuille ; le texte occupe tout l’espace et il n’y a aucune illustration. D’abord imprimée par Jean Rayet, chez qui elle se vend tous les jeudis, elle l’est ensuite à partir du numéro XVII chez Jean Auridan et chez Joseph Rellier, chez qui elle se vend tous les samedis. Ce nouveau type de périodique n’a pas été réellement étudié, pas plus que les deux Apologies des trois feuilles littéraires, imprimées par Jean-Henri Guillemette en 1760.

– Les Affiches de Toulouse

  • 157 FEYEL Gilles, « La presse provinciale française dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : géograph (...)
  • 158 DESGRAVES Louis, La presse à Bordeaux (XVIe-XVIIIe siècle), Bordeaux, Sud-Ouest Université, 1996, (...)
  • 159 GRANDEROUTE Robert, « Affiches de Toulouse 2 (1775-1777, 1781-1789) », Dictionnaire des journaux…, (...)
  • 160 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, La presse et l’information à Toulouse…, op. cit., p. 141.

297En 1775, dix-huit villes de province avaient des Affiches « durables », pour reprendre l’expression de Gilles Feyel157 ; Bordeaux imprimait les siennes depuis 1758158 et après l’échec de la parution des Annonces Affiches et Avis divers, Toulouse n’avait pas de journal local. Jean-Florent Baour reprit l’idée d’en publier un, et il sera l’imprimeur et le directeur des premières Affiches de Toulouse. Dans un prospectus daté du 6 décembre 1774, entièrement retranscrit par Marie-Thérèse Blanc-Rouquette, il imprime la liste des articles qui doivent composer son journal ; il a le sentiment « de rendre un service réel à la patrie » en offrant un périodique qui répond aux besoins de la population toulousaine159. « L’Affiche de Toulouse contiendra quatre pages d’impression in-4° […] Le prix de l’abonnement pour l’année sera de six livres dans la ville de Toulouse, qui seront payées d’avance, moyennant quoi chaque feuille sera portée chez les abonnés. L’abonnement pour le dehors de la ville coûtera 7 livres 10 sous160 », annonce le prospectus.

298En 1775, la page de titre porte au centre les armes de Toulouse entourées de palmes ; la page 1 s’orne d’un large bandeau fleuri signé Raynaud et daté de 1768 (reproduction ci-avant). La sortie des Affiches fut bien perçue, mais dès 1776 Jean-Florent Baour rencontra des difficultés croissantes, et fut assez vite l’objet de critiques qui le menèrent à deux procès : un contre la Basoche et un autre contre les Procureurs.

  • 161 GRANDEROUTE Robert, « Affiches de Toulouse », Dictionnaire des journaux…, op. cit., p. 99.

299Même s’il obtient gain de cause, fatigué, il informe ses lecteurs qu’il renonce à son entreprise. En 1777, M. d’Urbainville, un homme de lettres parisien établi professeur à Toulouse, achète le privilège et devient le rédacteur en chef des Affiches, qui sont alors imprimées par Jean Rayet faisant office d’imprimeur et de directeur161, et elles s’intitulent à partir du 12 novembre 1777 Journal local de Toulouse et Haut-Languedoc. Là encore, c’est un échec, et on ne sait si la publication s’est poursuivie en 1778.

  • 162 Ibid.

300Il faut attendre 1781 pour que les Affiches, Annonces, Avis divers, &c, &c. de Toulouse et du Haut-Languedoc réapparaissent à l’instigation de Jean-Florent Baour ; elles « vont connaître un sort régulier et paisible », affirme Robert Granderoute. Ne pouvant aborder des sujets politiques, Jean-Florent Baour accepte en 1784, parce que des abonnés se plaignent de la stérilité des feuilles, de s’associer à « un écrivain connu par quelques travaux littéraires et susceptible de satisfaire les amateurs de Sciences de la ville, M. Marie de Saint-George, avocat au Parlement162 ». Cette association ne dure que cinq mois. Baour reprend la rédaction des Affiches jusqu’en août 1785, où Jean-Baptiste Broulhiet devient le nouveau directeur et P.-B.-A. Robert le nouvel imprimeur. Les Affiches ne connaîtront plus de changement jusqu’à la Révolution.

  • 163 SGARD Jean, « La multiplication des périodiques », Histoire de l’édition française…, op. cit., p.  (...)

301Avec ses Affiches Toulouse participe au développement général des journaux présenté par Jean Sgard163, qui compte, à la veille de la Révolution, 148 journaux européens dont 65,5 % nés entre les années 1770 et 1789, telles les Affiches de Toulouse.

302À côté des trois grandes catégories de publications périodiques, le corpus comprend aussi deux autres catégories « secondaires », parmi lesquelles figurent neuf Exercices littéraires du collège de Sorèze.

d) Les Exercices littéraires du collège de Sorèze

  • 164 Dom Victor Faugeras : http://www.sorèze.com/histoire.htm

303Ancien séminaire de 1682 à 1722, le collège de Sorèze, a réouvert en 1758, et est devenu un symbole de la modernité dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Dès la réouverture, Dom Victor Fougeras, prieur de Sorèze, avait mis en place un plan d’éducation novateur ; l’enseignement était moins tourné vers les langues anciennes et il favorisait l’étude des sciences (géographie, histoire, mathématiques) et des langues étrangères. Les élèves pouvaient choisir leurs matières en fonction de leurs capacités intellectuelles et de leur future carrière164. L’année scolaire s’achevait par des exercices auxquels participaient tous les élèves qui montraient le travail accompli.

  • 165 ASTOUL Guy, « L’enseignement des mathématiques et des Sciences à Sorèze et dans les collèges mérid (...)

304Ainsi, les Exercices littéraires du collège de Sorèze, publiés entre 1762 et 1770, se situent à l’apogée de l’École de Sorèze, avant qu’elle ne devienne une École royale militaire (mars 1776). Les Exercices littéraires de 1768, imprimés par Joseph Dalles, sont des exercices de géométrie, de physique, de mathématiques, de géographie, dédiés à Monseigneur Jean de Dieu Raymond de Boisgelin de Cicé, évêque de Lavaur ; ils ont commencé le 12 septembre et ont continué les deux jours suivants. Dans une communication sur « L’enseignement des mathématiques et des sciences à Sorèze et dans les collèges méridionaux au XVIIIe siècle », Guy Astoul commente ces exercices : « Bien qu’il conservent la qualificatif “désuet” de littéraire, les exercices présentent le riche contenu de ces enseignements et leur rapide adaptation aux nouveautés »165. Ainsi donc, si les Exercices n’ont pas une grand importance numérique, ni en titres, ni en pages (entre 15 et 71 pages), ils en ont pour l’évolution des idées et le goût de la curiosité scientifique.

e) Les Procès-verbaux administratifs

  • 166 Le Procès-verbal de l’Assemblée de l’assiette du diocèse de Toulouse, Pour l’année 1785 est numéri (...)

305Les Procès-verbaux des assemblées de l’assiette des diocèses forment une autre catégorie secondaire, constituée de dix-neuf titres, imprimés par Joseph Dalles (17 titres), ou par J.-A.-H.-M.-B. Pijon (2) en format in-2. Il s’agit du temporel, c’est à dire de la gestion administrative et financière du territoire des diocèses. La « Table des matières contenues au Procès Verbal d’Assiette du Diocèse de Toulouse, pour l’année 1785166 » nous renseigne sur ce type de publication annuelle qui concerne les comptes de tout le diocèse. À côté des informations relatives aux impôts (capitation, vingtième d’industrie), l’action du diocèse apparaît conjuguée à celle de la Sénéchaussée pour la réparation des chemins : « Rapport touchant le mandement accordé par la Sénéchaussée au Diocèse pour l’aider dans la réparation de ses chemins de traverse », pour la construction ou la reconstruction des ponts, l’aménagement des ouvrages au bord des rivières.

306Le diocèse prête de l’argent « aux communautés qui feront construire leurs chemins ». Enfin, il s’occupe d’établir à Toulouse « un cours d’instruction gratuite pour les sages-femmes de la campagne ».

307En fait, ces Procès-verbaux fourmillent de détails sur la vie quotidienne, utiles à l’historien, tout comme le sont les Procès verbaux de la ville de Toulouse.

308Traitant des impressions pour les capitouls dans le chapitre 7, nous avions été tentée de les regrouper avec les ordonnances et les devis mais leur « grosseur » nous en a dissuadé. Les trois Procès-verbaux de l’Administration municipale de la ville de Toulouse de 1786, 1787 et 1788 comptent entre 120 et 160 pages. Ils renseignent sur la vie municipale car ils reproduisent l’essentiel des délibérations de la municipalité, concernant l’élection de nouveaux capitouls, les réparations des immeubles communaux, les dépenses, les indemnités et les états des impressions faites pour la ville.

309Nous venons de présenter les différentes catégories de publications périodiques figurant dans notre corpus, en abordant l’évolution de leur présentation, les sujets qu’ils traitent et parfois leurs difficultés pour quelques-uns d’entre eux. Occupons-nous maintenant de leur matérialité, format, nombre de titres et de pages, puis de leur répartition entre les différents imprimeurs.

2- Description matérielle des périodiques

a) Les formats

310Le corpus des périodiques ayant été présenté à partir de la page de titre, il convient de classer les différentes publications par format, comme nous l’avons fait précédemment. Dans l’histogramme ci-dessous, nous distinguons cinq types de format.

Graphique 78. La production des périodiques par format, 1739-1788

311Le format in-8° domine la production de périodiques, avec 38,2 % des impressions. Il est employé pour les Recueils de l’Académie des jeux floraux, pour celle de l’Almanach historique et chronologique de Languedoc entre 1751 et 1755 et pour les Catalogues des ouvrages exposés au Salon de l’Hôtel de ville Par l’Académie Royale de Peinture, Sculpture et Architecture.

312Avec le Calendrier de Toulouse et le Calendrier de la Cour de Parlement, nous rencontrons pour la première fois des séries conséquentes d’ouvrages en format in-18, soit 23,4 % de l’ensemble. Le format in-4° est surtout réservé aux journaux : celui de La Gazette, des Annonces et des Affiches de Toulouse, mais c’est aussi le format des Exercices littéraires du collège de Sorèze ; et des impressions municipales comme le Tableau de l’administration de la Ville de Toulouse ; il représente 24,7 % du corpus.

313Enfin, à importance presque égale, nous trouvons le format in-12 et le format in-2, qui concernent chacun moins de 8 % des périodiques. Le premier se retrouve avant tout dans les Almanachs de Baour, le second dans les Procès-verbaux des assiettes du diocèse.

b) Le nombre de pages

314Dernière composante de cette présentation des périodiques : leur nombre de pages. Comme dans les plaquettes, nous avons fait un découpage par cahiers.

Graphique 79. La production des périodiques en nombre de pages, 1739-1788

315Les périodiques toulousains sont assez volumineux, puisque plus d’un tiers d’entre eux (36,5 %) a de 48 à 96 pages. Dans cette tranche, nous trouvons tout d’abord, deux séries de calendriers de format in-18 : le Calendrier de la Cour de Parlement, qui compte 70 pages, et le Calendrier de Toulouse, dont le nombre de pages augmente régulièrement, passant de 70 en 1742 à 82 en 1759, puis à 92 en 1765 ; il atteint 108 pages en 1780, ce qui le fait sortir de sa tranche originelle. Sept Recueils des ouvrages de poésie et d’éloquence présentés à l’Académie des Jeux Floraux, de format in-8°, y figurent également ; c’est entre 1775 et 1783 que les variations sont les plus nettes : 84 pages pour l’année 1775, 63 en 1779, 96 en 1781. Les publications administratives figurent également dans cette tranche, avec les 13 Procès-verbaux de l’assiette des diocèses de Toulouse, de Comminges, de Rieux et de Lavaur, de format in-2.

316La seconde tranche importante concerne les périodiques comptant de 193 à 546 pages ; elle représente le quart de la production, soit 57 ouvrages. Nous y trouvons les volumes, paginés en continu, de La Gazette, qui ont, en général, 212 pages ; les Annonces, Affiches et Avis divers publiés par Caranove, en 1760, avec 204 pages, et les Almanachs historiques : l’Almanach historique et chronologique de Languedoc, publié entre 1751 et 1755, de format in-8°, qui a entre 335 et 366 pages ; les Almanachs historiques de Baour, de format in-12, qui oscillent entre 320 et 370 pages, excepté ceux de 1784 et de 1786 qui atteignent 542 et 418 pages. Mais ce sont les volumes de l’Histoire et Mémoires de l’Académie royale des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse qui sont de loin les plus volumineux puisque, de format in-4°, ils comptent entre 324 et 546 pages.

317Ainsi, près des trois quarts du corpus des périodiques sont composés de publications supérieures ou égales à 48 pages et auraient pu figurer parmi les livres ; un quart est composé de plaquettes. Ce sont essentiellement les Catalogues des expositions des l’Académie de Peinture, Sculpture et Architecture qui figurent dans cette tranche, avec de 8 à 24 pages. Les deux premiers Exercices littéraires de l’école de Sorèze, datés de 1762 et de 1763, ne comptent que 15 et 38 pages. Quatre Procès-verbaux de l’assiette des diocèses de Comminges, de Lavaur et Rieux ont également entre 15 et 40 pages.

318Malgré la diversité des périodiques liée à leur nature, à leur format et à leur nombre de pages, nous nous proposons maintenant de les étudier dans leur évolution, entre 1739 et 1788.

3- La production de périodiques de 1739 à 1788

a) La production décennale en nombre de titres

319Comme pour les plaquettes étudiées au chapitre 7, nous constatons que la production décennale des périodiques double de 1739 à 1788 ; cependant, l’évolution est plus contrastée, la production de périodiques ne décollant réellement que dans la décennie précédant la Révolution.

Graphique 80. Évolution du nombre de titres des périodiques par décennie, 1739-1788

Années

Nombre de titres de périodiques par décennie

Variations entre deux décennies

1739-1748

33

1749-1758

31

- 6 %

1759-1768

45

+ 45,1 %

1769-1778

37

- 17,7 %

1779-1788

84

+ 127 %

Tableau 75. Variations de l’augmentation décennale des périodiques en titres, 1739-1788

320L’augmentation de la production en nombre de titres n’est pas toujours constante : nous observons deux phases de régression modérée, entre les décennies 1739-1748 et 1749-1758, et entre 1759-1768 et 1769-1778, suivies d’une hausse plus ou moins marquée : + 45,1 %, avec 14 titres en plus de la décennie 1749-1758 à celle de 1759-1768, et + 129,7 %, avec 48 titres supplémentaires, de la décennie 1769-1778 à celle de 1779-1788. En fait l’histogramme permet de distinguer deux grandes périodes. Pendant la première, de 1739 à 1778, la production certes fluctue légèrement, mais reste toujours entre 30 et 45 titres, suivant une croissance « molle ». La deuxième, de 1779 à 1788, montre en revanche une très forte hausse de la production. Ces variations du rythme de croissance s’expliquent à la lecture de l’histogramme de la production annuelle.

b) La production annuelle en nombre de titres

321La moyenne annuelle de production de périodiques s’élève à 4,4. L’histogramme de la production annuelle en titres montre deux phases : la longue période de 1739 à 1774, que nous avions qualifiée de croissance « molle », avec des irrégularités, et la forte croissance de 1775 à 1788, avec un nombre de titres toujours égal ou supérieur à 4.

Graphique 81. Évolution en titres des périodiques, 1739-1788

322Entre 1739 et 1774, 127 titres de périodiques ont été enregistrés, soit 55 % du corpus. La moyenne de production pour cette période est alors de 3,5 par an, mais on remarque de nombreuses irrégularités : huit années avec des pics de production et neuf années de faible production avec deux titres seulement, voire un seul, en 1758.

323Cette faible production apparente s’explique d’abord par des problèmes de conservation. L’année 1739 par exemple, ne présente que deux titres de périodiques ; nous avons déjà signalé que le Calendrier de Toulouse manque et que le Recueil de l’Académie des Jeux floraux n’a pas été publié cette année-là. En 1758, seul le Catalogue des ouvrages exposés au Salon de l’Hôtel de ville Par l’Académie Royale de Peinture, Sculpture et Architecture figure dans le corpus. Les années 1771, 1772, 1773 sont elles aussi déficitaires, car il n’y a eu qu’une publication du Recueil de l’Académie des Jeux floraux en 1773, regroupant les trois années ; en outre, le Calendrier de Toulouse de 1773 n’est pas conservé.

324Les faibles productions relevées s’expliquent donc soit par un défaut de conservation, soit par des publications groupées, ou encore par l’arrêt d’une série ; ainsi en 1746 s’achève la publication de La Gazette. Il faudra attendre l’apparition d’une nouvelle série pour faire augmenter le nombre de titres.

325Avec le Calendrier des Toulouse, les Recueils de l’Académie des Jeux floraux et le Catalogue de l’Académie Royale de Peinture, Sculpture & Architecture, la parution de l’Almanach historique et chronologique de Languedoc constitue la quatrième série du début des années 1750, et l’absence du Calendrier de Toulouse en 1752 ou la présence du Calendrier de la cour de Parlement en 1753 entraînent les variations observables sur l’histogramme.

326En 1760, cinq ans après la disparition de l’Almanach historique et chronologique la publication des Annonces, Affiches et Avis divers imprimées par Caranove stimule la production, ainsi que, pour quelques mois, la Feuille littéraire sur les Sciences et les Beaux-Arts imprimée par Jean Auridan et Joseph Rellier, puis par Jean Rayet. Ces publications disparaîtront très rapidement.

327En 1765, les Exercices littéraires du collège de Sorèze élèvent le niveau de la production habituelle. Enfin, en 1769, ce sont ces mêmes exercices et un almanach isolé, l’Almanach journalier pour l’année M. DCC. LXIX, qui portent le chiffre de la production à cinq.

328En fait, de 1739 à 1774, la production de périodiques est centrée autour de trois longues séries, celles du Calendrier de Toulouse, du Recueil de l’Académie des Jeux floraux et du Catalogue de l’Académie Royale de Peinture, Sculpture et Architecture. Les tentatives de nouvelles publications ont échoué, que ce soit au niveau des almanachs comme des périodiques. Le vrai changement s’amorce à partir de 1775 et se poursuit dans la dernière décennie avant la Révolution.

329En 1775 Jean-Florent Baour relance les Affiches et Annonces de Toulouse, quinze ans après l’échec des Annonces, Affiches et Avis divers. À partir de 1780 la production croît. Cela est dû à l’apparition de nouvelles séries, celles des Almanachs de Baour à partir de 1779, de l’Histoire et Mémoires de l’Académie royale des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres en 1782, 1784 et 1788, des Procès verbaux de l’Assemblée de l’assiette du diocèse de Toulouse, de Comminges, de Rieux, dont dix-neuf exemplaires figurent entre 1782 et 1788, et enfin des Tableaux de l’administration de la ville de Toulouse, dont nous avons quatre parutions entre 1784 et 1788, et des Procès-Verbaux de l’administration de la ville de Toulouse de 1786,1787 et 1788.

  • 167 En revanche, les Exercices littéraires du collège de Sorèze ne sont plus conservés après 1770, or (...)

330Donc, la production de périodiques augmente de plus de 129 % dans la dernière décennie, en raison la parution d’une nouvelle série d’almanachs et d’un journal mais aussi d’une meilleure conservation des publications administratives pour les capitouls167.

c) La production décennale en nombre de pages

331Alors que la production décennale en titres double, la production décennale en pages est multipliée par 1,8 ; elle est donc un peu moins forte. Son évolution comparée à celle des titres est originale, puisque nous constatons une diminution du nombre de pages durant quatre décennies, suivie d’une forte augmentation de 1779 à 1788.

Graphique 82. Évolution décennale des périodiques en nombre de pages, 1739-1788

Années

Nombre de titres par décennie

Variations entre deux décennies

Nombre de pages par décennie

Variations entre deux décennies

1739-1748

33

5159

1749-1758

31

- 6 %

4363

- 15,45 %

1759-1768

45

+ 45,1 %

4012

- 8 %

1769-1778

37

- 17,7 %

3306

- 17,6 %

1779-1788

84

+ 127 %

11168

+ 236 %

Tableau 76. Évolution décennale de la production de périodiques en titres et en pages, 1739-1788

332La diminution du nombre de pages est régulière de décennie en décennie jusqu’en 1779 (-15,45 % ; -8 % ; -17, 6 %) ; la production ne représente plus, de 1769 à 1778, que 64 % de celle de la décennie 1739-1748. Cette baisse importante surprend, car nous avons constaté une augmentation constante du nombre de pages dans les plaquettes et les factums. La hausse de la production en pages dans la dernière décennie en est d’autant plus remarquable : le nombre de pages est multiplié par 3,3 par rapport à 1769-1778.

d) La production annuelle en nombre de pages

333Alors que la moyenne annuelle de production en pages s’élève à 537 pages, l’histogramme permet de distinguer trois phases inégales.

Graphique 85. Evolution des périodiques en nombre de pages, 1739-1788

334De 1739 à 1755, la production en pages est élevée, avec une moyenne à 527,7 pages. Ce nombre s’explique par la parution annuelle de La Gazette, de 212 pages, jusqu’en 1746, qui se conjugue avec la parution du Recueil de l’Académie des Jeux floraux, parution annuelle en 1741, 1742, 1746, et pour deux années en 1740 et en 1745 ; les Recueils sont épais, entre 237 et 375 pages. En 1751, alors qu’apparaît l’Almanach historique et chronologique de Languedoc de 352 pages, le nombre de pages du Recueil de l’Académie des Jeux floraux diminue à 192 et, de ce fait, la hausse du nombre de pages est plus modérée. Jusqu’en 1755, date du dernier Almanach historique et chronologique de Languedoc, la production est élevée.

335La seconde phase est plus difficile à déterminer en raison de l’irrégularité de la production annuelle. De 1756 à 1774, le nombre de pages moyen baisse ; il est de 320 pages, ce qui confirme les premières observations sur la production décennale. Trois séries de périodiques se concentrent dans cette phase : le Calendrier de Toulouse, qui a entre 82 et 92 pages, les Recueils de l’Académie des Jeux floraux, qui oscillent entre 400 pages en 1763 (il regroupe les années 1762 et 1763) et 80 pages en 1774, et le Catalogue des ouvrages exposés au Salon de l’Hôtel de ville Par l’Académie Royale de Peinture, Sculpture et Architecture, qui varie entre 8 et 19 pages. Les trois productions réunies donnent un nombre de pages assez faible, excepté en 1763 où, toutes productions confondues, on arrive à 528 pages. Entre 1762 et 1770 s’ajoutent neuf Exercices littéraires du collège de Sorèze, qui ont entre 15 et 68 pages. Sachant que la production décennale en titres n’était pas très différente de celle de la décennie 1739-1748, on ne peut expliquer la diminution très nette du nombre de pages que par la disparition de séries volumineuses, comme celle de La Gazette.

336Dans la troisième phase, de 1775 à 1788, la production en pages connaît une croissance exceptionnelle ; elle est en moyenne de 925 pages, c’est-à-dire presque trois fois supérieure à celle de la période précédente. Comme nous l’avons déjà constaté pour la production en titres, l’apparition de nouvelles séries comme les Almanachs de Baour et l’Histoire et Mémoires de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres rend compte de l’augmentation du nombre de pages. En 1782, avec la parution du volume de l’Académie des Sciences, la production annuelle est de 1 238 pages. En 1784 elle s’élève à 1 852 pages et en 1788 à 1 811 pages. Comme pour les titres, les publications administratives des diocèses et de la municipalité de Toulouse renforcent la croissance en pages.

337Dans cette phase, donc, une corrélation étroite existe entre production en titres et production en pages, même si la progression entre les décennies 1769-1778 et 1779-1788 est multipliée par 2,27 pour les titres et par 3,37 pour les pages.

338Le calcul du rapport titres/pages en production décennale confirme les trois phases : autour de 150 dans les deux premières décennies, il chute à 84,6 entre 1759 et 1778, pour remonter à 133 dans la dernière décennie.

Années

Nombre de titres par décennie

Nombre de pages par décennie

Rapport titres/pages

1739-1748

33

5159

156,3

1749-1758

31

4363

140,7

1759-1768

45

4012

89,1

1769-1778

37

3306

89,3

1779-1788

84

11168

133

Tableau 77. Le rapport entre le nombre de titres et le nombre de pages des périodiques, 1739-1788

339Remarquons que ce rapport titres/pages était plus élevé au début de la période qu’à la fin, ce que ne laissent pas supposer les histogrammes sur l’évolution en titres et en pages.

340Considérons à présent les imprimeurs de périodiques.

4- Imprimeurs et périodiques

a) Les principaux imprimeurs de périodiques

  • 168 MASSIP Maurice, « L’Almanach de Toulouse. Ses origines, ses transformations », Mémoires de l’Acadé (...)
  • 169 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, « Un imprimeur toulousain au XVIIIe siècle, Jean-Florent Baour… », (...)

341Alors que Jean-Florent Baour est assurément l’imprimeur de périodiques le plus célèbre, depuis les travaux de Maurice Massip168 et de Marie-Thérèse Blanc-Rouquette169, c’est Jean-Jacques Robert (1763-1788), fils cadet de Pierre Robert, qui imprime le plus de publications périodiques. Durant 23 années, il a imprimé le Calendrier de Toulouse, d’abord, entre 1765 et 1788, associé à son frère, Jean-François Robert, libraire, puis, à partir de l’année 1784, à son neveu, Joseph Robert aîné. Au titre d’« imprimeur de l’Académie », il sort de ses presses dix Recueils de l’Académie des Jeux floraux, entre 1774 et 1783, et il imprime cinq Exercices littéraires du collège de Sorèze, entre 1764 et 1770.

342Jean-Florent Baour (1765/1772-1788) a imprimé une trentaine de publications périodiques, parmi lesquelles figurent dix Almanachs historiques, entre 1779 et 1788, huit volumes d’Affiches de Toulouse, pour les années 1775 et 1776, puis 1781 à 1785, les plus connues. Alors qu’il n’était pas officiellement reconnu par la communauté des imprimeurs toulousains, il mit sous presses sept Catalogues de l’Académie Royale de Peinture, Sculpture et Architecture, entre 1765 et 1772. On conserve également un Ordo processionum daté de 1771 et trois Tableaux de l’administration de la ville de Toulouse pour les années 1785, 1786 et 1787.

343Une trentaine de publications également sont sorties de l’imprimerie de Claude-Gilles Lecamus (1739-1751), dont douze Recueils de l’Académie des Jeux floraux. Il indique en adresse qu’il est le « Seul Imprimeur du Roi & de l’Académie des Jeux Floraux », car il a obtenu une cession du privilège accordé à la compagnie le 11 août 1724 pour 20 ans, renouvelé le 12 mars 1745. Il a imprimé aussi neuf recueils annuels de La Gazette. Les répertoires des autres périodiques étant incomplets, nous n’avons retrouvé que cinq Calendriers de la Cour de Parlement, et trois Ordo Divini Officii. Remarquons que Claude-Gilles Lecamus a imprimé le livret explicatif de l’exposition organisée par l’Académie Royale de Peinture, Sculpture et Architecture en 1751.

344Vingt-cinq périodiques sont sortis de l’imprimerie de Pierre Robert (1739-1763), père de Jean-Jacques Robert, qui se distingue par sa spécialisation. En effet, fondateur du Calendrier de Toulouse en 1721, il publie 21 Calendriers en association avec Louis Baour jusqu’en 1754, puis, avec son fils aîné Jean-François Robert, libraire. Deux Catalogues des ouvrages exposés au Salon de l’Hôtel de ville Par l’Académie Royale de Peinture, Sculpture & Architecture datés de 1752 et 1755 et deux Exercices littéraires du collège de Sorèze de 1762 et 1763 complètent sa production de périodiques.

345Joseph Dalles (1765-1788) semble s’être consacré avant tout à l’impression de Procès-Verbaux de l’Assemblée de l’assiette du diocèse de… Il en imprime dix-sept, entre 1782 et 1788, ainsi que deux Ordo Divini Officii, en 1784 et 1785. Il a le titre d’« Imprimeur de l’Académie des Jeux Floraux », et six Recueils de cette académie sortent de son imprimerie entre 1765 et 1770, de même que deux Exercices pour le collège de Sorèze en 1765 et 1768.

346Une spécialisation se dessine dans le type de périodiques imprimés, nous pouvons l’observer sur le tableau ci-dessous :

Imprimeur

Recueils de l’Académie de Jeux floraux

Almanachs et calendriers

Journaux

Autres publications : académies, procès verbaux, exercices littéraires, etc

Robert J-J

++

++

0

+

Baour J.-F.

0

++

++

+

Lecamus C.-G.

++

+

++

0

Robert P.

0

++

0

+

Dalles J.

+

0

0

+

Pijon B.

++

+

0

+

Robert P.-B.-A.

0

0

+

+

(deux croix montrent une impression très régulière, donc une spécialisation de l’imprimeur)
Tableau 78. Spécialisation des principaux imprimeurs de périodiques, 1739-1788

347Ainsi la famille Lecamus-Pijon domine la production de recueils, en nombre de titres ; celle de Pierre et Jean-Jacques Robert domine la production de calendriers avec le Calendrier de Toulouse, Jean-Florent Baour avec ses Almanachs historiques ; la production de journaux est aux mains de Claude-Gilles Lecamus, imprimeur de la Gazette, et de Jean-Florent Baour, imprimeur des Affiches.

348Si l’on calcule la production en nombre de titres et de pages selon le nombre d’années d’exercices de l’imprimeur, le classement est modifié.

Tableau 79. Production de périodiques par imprimeur, en titres et en pages, 1739-1788
* Jean-Florent Baour n’est reconnu par la communauté des imprimeurs toulousains qu’en 1772 (1ere date) mais il exerce à Toulouse dès 1765, donc nous considérons qu’il exerce 23 ans et non 16.

349Claude-Gilles Lecamus est l’imprimeur qui a la plus importante moyenne de production annuelle en titres (2,5), suivi de Bernard Pijon (1,8) qui hérite de son beaupère le privilège des impressions pour les Jeux floraux. Jean-Jacques Robert et P.-B.-A. Robert, son cousin, se retrouvent ex aequo. Jean-Florent Baour, en seconde position dans le premier classement, ne présente qu’une moyenne annuelle de production de 1,4 titres ; Joseph Dalles et Pierre Robert sont autour de 1. La production par imprimeur doit donc être nuancée. C’est encore Claude-Gilles Lecamus qui est le mieux placé pour l’impression de périodiques en nombre de pages, avec une moyenne annuelle de 462 pages. Celle de Jean-Florent Baour est 1,7 fois inférieure à celle de Lecamus. Bernard Pijon imprime en moyenne 230 pages. Pierre Robert et Joseph Dalles sont loin derrière, avec autour de 70 et 90 pages par an.

  • 170 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, La presse et l’information à Toulouse…, op. cit., p. 215.

350En conséquence, Claude-Gilles Lecamus est bien l’imprimeur qui tire le plus de profit des impressions de périodiques, tant en nombre de titres qu’en nombre de pages. Concernant les tirages des Recueils de l’Académie des Jeux floraux, nous n’avons pas d’informations de 1739 à 1788, mais Marie-Thérèse Blanc-Rouquette cite les comptes du dispensateur pour l’année 1728, où Claude-Gilles Lecamus déclare avoir remis 794 exemplaires de l’ode « La Grâce » de l’abbé de Prades, et elle précise que l’Académie « paya 216 livres à la veuve de Bernard Pijon pour l’impression de cinq cents exemplaires ». Elle avoue être surprise par ce chiffre, car le tirage du Recueil à la fin des années 1960 était de 310 exemplaires170.

351Dominique Desclassan qui met sous presse l’Histoire et Mémoires de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, n’est pas représenté dans ces statistiques car il n’a imprimé que quatre titres entre 1782 et 1788, dont les trois tomes de ses célèbres Mémoires et le Recueil de l’Académie des Jeux floraux de 1788, ce qui ne fait que 1 608 pages, production inférieure à celle de Pierre Robert.

b) La place des périodiques dans la production globale des imprimeurs

352Étudions à présent quelle est la part de la production de périodiques dans la production des principaux imprimeurs.

- La production en titres

Imprimeur

Production en titres

Production totale en titres

 % de la production totale

Robert J.-J.

38

164

23,2 %

Baour J.-F.

33

218

15,1 %

Lecamus C.-G.

30

318

9,4 %

Robert P.

25

150

16,6 %

Dalles J.

29

273

10,6 %

Pijon B.

15

213

7 %

Robert P.-B.-A.

12

31

38,7 %

Tableau 80. La production de périodiques par rapport à la production totale de quelques imprimeurs, en nombre de titres

353La production de périodiques représente 38,7 % de la production de P.-B.-A Robert, et plus du quart de la production de Jean-Jacques Robert. Pour tous les autres imprimeurs, la production de périodiques représente moins de 20 % de leurs titres ; entre 15 et 17 % pour Jean-Florent Baour et Pierre Robert ; autour de 11 % chez Joseph Dalles, de 10 % pour Claude-Gilles Lecamus, et 7 % chez Bernard Pijon. Alors que nous avons mis en évidence l’importance de la production annuelle des périodiques, en titres, chez Claude-Gilles Lecamus, nous constatons la faible part qu’elle représente dans sa production globale. Ce n’est pas le même cas de figure pour la production en nombre de pages.

Imprimeur

Production en pages

Production totale en pages

 % de la production totale

Lecamus C.-G.

5 545

9 327

59,4 %

Baour J.-F.

6 133

16 063

38,2 %

Robert J.-J.

3 593

12 841

28 %

Pijon B.

1 841

8 744

21,05 %

Dalles J.

2 062

18 822

11 %

Robert P.

1 658

9 117

18,2 %

Robert P.-B.-A.

849

1 490

56,9 %

Tableau 81. La production de périodiques par rapport à la production totale de quelques imprimeurs, en nombre de pages

Graphique 84. Pourcentages par imprimeur, de la production des périodiques en pages et en titres, dans leur production globale, 1739-1788

354La production deLa Gazette et des Recueils de l’Académie des Jeux floraux occupe amplement les presses de Claude-Gilles Lecamus, puisque plus de 59 % de ses impressions, en nombre de pages, sont consacrées aux périodiques. Claude-Gilles Lecamus, en tant qu’imprimeur du roi et de la ville, met sous presses de nombreuses plaquettes de peu de pages, ce qui explique chez lui le décalage entre production en titres et production en pages.

355On observe un décalage moins marqué, chez Jean-Florent Baour, dont 15,1 % de la production en titres seulement sont consacrés aux périodiques, et représentent 38,2 % des impressions en pages. Les Affiches de Toulouse comptent dans les 212 pages ; neuf des dix Almanachs de Baour ont un nombre de pages qui oscille entre 320 et 524. Ces impressions volumineuses expliquent le décalage titres-pages.

356C’est le cas également de Bernard Pijon, qui imprime cinq minces Catalogues de l’Académie royale de Peinture, deux Calendriers journaliers de 36 pages et huit Recueils de l’Académie des Jeux floraux comptant entre 156 et 312 pages.

357De même, les impressions de P.-B.-A. Robert, qui se résument à huit Catalogues de l’Académie royale de Peinture et à trois années et demi d’Affiches de Toulouse, présentent un décalage entre la production en nombre de titres et celle en nombre de pages, visible sur le graphique. C’est l’impression des Affiches qui le provoque, car elles comportent 216 pages dans les années 1786 à 1788.

358Pour les autres imprimeurs de périodiques, il y a davantage d’adéquation entre nombre de titre et nombre de pages, notamment chez Pierre Robert et chez Joseph Dalles.

  • 171 MOULINAS Robert, L’imprimerie, la librairie et la presse à Avignon au XVIIIe siècle, Grenoble, Pre (...)

359Ne connaissant pas l’importance des tirages des journaux périodiques, il nous est difficile d’imaginer leur diffusion et leur impact sur les populations. Nous savons que le prix d’un journal à l’époque était beaucoup « trop élevé pour les ressources modestes de la plupart de ceux qui étaient intéressés par les nouvelles qu’il contient, si bien que, une fois achetée, la feuille passe de main en main ; on la met à la disposition du public dans les cafés et les cabinets, on en fait des lectures en groupe à haute voix171 » ; Robert Moulinas commente ainsi la diffusion des journaux à Avignon, et nous pouvons supposer qu’il en était de même à Toulouse.

360Avec trois types particuliers d’impressions, placards, factums et périodiques, nous achevons l’étude des grandes catégories d’imprimés toulousains. Sous l’appellation de « placards », nous avons distingué deux types d’impression qui s’adressent à des publics différents. Les placards officiels sont là pour faire connaître dans la ville les actes royaux, parlementaires ou capitulaires. Bien qu’imparfaite en raison de lacunes importantes de la conservation, l’étude de ces placards officiels, notamment des ordonnances des capitouls, a renforcé notre connaissance de l’activité des imprimeurs toulousains. Dans la chapitre sept, nous avions souligné la production des imprimeurs du roi et de la ville ; dans ce chapitre, leur travail se trouve prolongé et renforcé par les impressions de placards et notre vision des « travaux de ville » s’est affinée, tant au niveau du nombre de titres que du tirage et des prix. La famille Lecamus-Pijon a un quasi-monopole de ces impressions, de 1739 à 1788.

361Les placards de thèse ne se trouvent avec les précédents que par homonymie. Ce sont des pièces rares, destinées à annoncer la soutenance d’une thèse, commandées par le candidat ou par son dédicataire ; résumant les positions de thèse du candidat, ils montraient surtout, par les illustrations choisies, la richesse et les ambitions des intéressés. En effet, dans les grandes thèses, l’œuvre du graveur éclipse le travail de l’imprimeur, tant l’illustration est primordiale. Les thèses en petit placard ont moins d’ambition. C’est Joseph Dalles qui en est le principal imprimeur.

362L’étude des factums toulousains avait été abordée par Thierry Gourvat, de 1770 à 1790. Bien qu’incomplète, l’abondante production de factums recensés entre 1739 et 1788 présente des résultats tangibles. Le factum toulousain est avant tout de format in-2, mais il laisse la place au in-4°, dans la dernière décennie avant la Révolution. Son nombre de pages s’allonge en un demi-siècle, mais la moyenne se situe entre 10 et 39 pages, les factums épais restant rares. Leurs commanditaires sont majoritairement des nobles mais les bourgeois progressent avant 1788. Enfin la production de factums augmente dans la dernière décennie, nous avons montré que c’est la multiplication d’affaires célèbres, dont nous avons résumé quelques-unes, qui stimule le goût du public pour les procès et pour la lecture. Un imprimeur spécialisé se détache, Jean Rayet, qui imprime avec les factums 75,5 % de sa production en titres et 48 % de sa production en pages. Importante pour l’histoire toulousaine, notre étude nuance les travaux de Sarah Maza, la période considérée étant plus large.

363En ce qui concerne les nombreuses publications périodiques toulousaines, trois grandes catégories se distinguent : les publications académiques, les calendriers et almanachs, et les journaux. Leur étude nous a amenée d’abord à la présentation de la diversité de ces impressions, mêlant la présentation des ouvrages à leur contexte historique. La naissance de l’Histoire et Mémoires de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres, et celle des Almanachs historiques fut difficile, et plus encore celle du journal toulousain, les Affiches, où l’on a vu Jean-Florent Baour lutter contre ses détracteurs et finalement passer le relais en 1785. Mais l’évolution globale des journaux, qui progressent à Toulouse de façon spectaculaire dans la dernière décennie avant la Révolution, suit celle constatée ailleurs par des spécialistes de la presse, comme Jean Sgard. Ainsi, concernant la presse périodique, Toulouse est dans la norme provinciale.

364Les calendriers ont révélé de nouveaux imprimeurs, tel Jean-Jacques Robert qui s’est spécialisé dans l’impression du Calendrier de Toulouse à la suite de son père Pierre Robert ; les Almanachs historiques, copiés, entre autres, à Lyon comme à Marseille, sont, eux, associés aux noms de Jean-François Forest et de Jean-Florent Baour.

365Enfin, malgré sa naissance tardive, l’Histoire et Mémoires de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres, imprimés par Dominique Desclassan, favorisait le développement de l’esprit scientifique cher aux Lumières, prémice de grands changements.

Notes

1 Note manuscrite au bas de l’Ordonnance de Messieurs les Capitouls de Toulouse, Du 31 juillet 1765 Concernant les Mendians. BMT, Br Fa A 447.

2 Note manuscrite, BMT, Br Fa A 446.

3 MERCIER Louis-Sébastien, Tableau de Paris, cité par PETIT Nicolas, L’éphémère, l’occasionnel et le non-livre…, op. cit., p. 166.

4 PETIT Nicolas, L’éphémère, l’occasionnel et le non-livre…, op. cit., p. 61.

5 MEYER Véronique, « Les thèses, leur soutenance et leurs illustrations dans les universités françaises sous l’Ancien Régime », Mélanges de la Bibliothèque de la Sorbonne, 12, Éléments pour une histoire de la thèse, Paris, Klincksieck, 1993, p. 108.

6 BARTHÈS Pierre, Les Heures perdues, dans Edmond LAMOUZÈLE, Toulouse au XVIIIe siècle…, op. cit., p. 312, 316.

7 LAFFONT Jean-Luc, « La production réglementaire des capitouls… », op. cit., p. 505-506.

8 PETIT Nicolas, L’éphémère, l’occasionnel et le non-livre…, op. cit., p. 159

9 LAFFONT Jean-Luc, « La production réglementaire des capitouls… », op. cit., p. 484.

10 État des impressions de 1759, AMT, CC 2787, fol. 91.

11 ADAM Claudine, La production imprimée à Toulouse, de 1660 à 1789, mémoire de DEA, Université de Toulouse-Le Mirail, 2000, p. 115.

12 Année 1774, AMT, CC 2807, fol. 143, et année 1777, AMT, CC 2810, fol. 83.

13 LAFFONT Jean-Luc, Policer la ville…, op. cit., p. 882.

14 LAFFONT Jean-Luc, Policer la ville…, op. cit., p. 900.

15 TAILLEFER Michel, Vivre à Toulouse…, op. cit., p. 69.

16 WOLFF Philippe (dir.), Histoire de Toulouse, Toulouse, Privat, 1988, p. 385.

17 LAFFONT Jean-Luc, « La production réglementaire des capitouls… », op. cit., p. 508, graphique 1.

18 MARQUÉ Nicolas, Toulouse et le canal du Midi, Portet-sur-Garonne, Empreinte, 2007, p. 34.

19 Ordonnance du juge châtelain de Campistron du 19 janvier 1764, art. XXIV.

20 MAZA Sarah, Vies privées, affaires publiques..., op. cit., p. 30.

21 AMT, CC 2787, fol. 91.

22 ADAM Claudine, La production imprimée…, op. cit., p. 140.

23 AMT, CC 2803, fol. 165.

24 AMT, CC 2807, fol. 39.

25 AMT, CC 2803, fol. 165.

26 AMT, CC 2807, fol. 39.

27 MEYER Véronique, « Les thèses, leur soutenance et leurs illustrations sous l’Ancien Régime », op. cit., p. 87.

28 Ibid., p. 45.

29 MEYER Véronique, « Catalogue des thèses illustrées, in-folio soutenues au XVIIe et XVIIIe siècles par des Bordelais », Revue française d’histoire du livre, 1991, p. 201.

30 Ibid., p. 205. D’après le tarif imprimé de 1750 de l’Université de Bordeaux, il en coûtait 23 livres 11 sols pour les soutenances particulières et 10 livres 10 sols et 6 deniers pour les actes généraux. Véronique Meyer souligne que ce montant a été relevé d’un tiers, en 1786, 1787. Certains diplômes coûtaient plus cher, ainsi, en droit civil et droit canon : 112 livres 1 sol pour le baccalauréat, 124 livres 16 sols pour la licence, 149 livres 9 sols pour le doctorat.

31 FERTÉ Patrick, L’Université de Toulouse aux XVIIe et XVIIIe siècles…, op. cit., p. 367.

32 Ibid., p. 378.

33 TAILLEFER Michel, Vivre à Toulouse…, op. cit., p. 366.

34 Procès verbal de la visite et état de l’imprimerie de Toulouse, 30 juin 1784, ADH, 2810, fol. 140.

35 FERTÉ Patrick, L’Université de Toulouse aux XVIIe et XVIIIe siècles…, op. cit. p. 375.

36 Cité par Véronique MEYER, « Les thèses, leur soutenance et leurs illustrations sous l’Ancien Régime », op. cit., p. 47.

37 MEYER Véronique, ibid., p. 87.

38 MEYER Véronique, « Les thèses, leur soutenance et leurs illustrations sous l’Ancien Régime », op. cit., p. 72.

39 Ibid., p. 70.

40 Ibid., p. 72.

41 Ibid., p. 70.

42 Lettre de Bouteiller à M. Devic, imprimeur-libraire à Rodez, du 24 mai 1783, Fonds Devic-Leroux, ADA, E 2444.

43 MEYER Véronique, « Catalogue des thèses illustrées… », op. cit., p. 260.

44 MEYER Véronique, « Les thèses, leur soutenance et leurs illustrations sous l’Ancien Régime », op. cit., p. 102-103.

45 MEYER Véronique, « Les thèses, leur soutenance et leurs illustrations sous l’Ancien Régime », op. cit., p. 89.

46 Article « Factum », Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, Cédérom, 2000.

47 PETIT Nicolas, L’éphémère, l’occasionnel et le non livre…, op. cit., p. 159.

48 MAZA Sarah, Vies privées, affaires publiques, Les causes célèbres de la France révolutionnaire, Paris, Fayard, 1997, p. 31.

49 Cité par Roland DESCAVES, « Factum », dans Pascal FOUCHÉ, Daniel PÉCHOIN, Philippe SCHUWER (dir.), Dictionnaire encyclopédique du Livre…, op. cit., p. 177.

50 Article 9, Arrêt du Conseil d’Etat du 24 mars 1744, Livre de la communauté des imprimeurs et libraires (1733-1769), fol 83.

51 DESCAVES Roland, « Factum », op. cit., p. 177.

52 GOURVAT Thierry, Mémoires judiciaires des avocats au Parlement de Toulouse, 1770-1790, mémoire de DEA, Université de Toulouse-Le Mirail, 1999, 237 p.

53 QUÉNIART Jean, L’imprimerie et la librairie à Rouen…, op. cit., p. 126. Remarquons que deux factums toulousains atteignent 320 pages.

54 LABARRE Albert, « Imprimerie et commerce du livre à Lille avant la Révolution », Le livre et l’historien, études offertes en l’honneur du professeur Henri-Jean Martin, Genève, Droz, 1997, p. 656.

55 LAVOIR Lise, « Factums et mémoires d’avocats au XVIIe et XVIIIe siècle : un regard sur une société (environ 1620-1760) », Histoire, économie et société, vol. 7, 1988, p. 221-242.

56 MAZA Sarah, « Le tribunal de la nation : les mémoires judiciaires et l’opinion publique à la fin de l’Ancien Régime », Annales ESC, janvier-février 1987, p. 73-87.

57 CASTAN Nicole et Yves (présenté par), Vivre ensemble. Ordre et désordres en Languedoc (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, Gallimard-Julliard, 1981, 294 p.

58 THOMAS Jack, « Les victimes accusées dans plusieurs causes célèbres à la fin de l’Ancien Régime », dans Benoît GARNOT (dir.), Les victimes, les oubliés de l’histoire ?, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000, p. 75-86.

59 Mémoire concernant l’imprimerie et la librairie de Toulouse du 12 décembre 1767, ADH, C. 2815(14).

60 GOURVAT Thierry, Mémoires judiciaires des avocats au Parlement de Toulouse…, op. cit., p. 83.

61 Affaire Noble Martin contre Dame Massip, ADHG, 4° 258 (7).

62 MAZA Sarah, Vies privées, affaires publiques..., op. cit., p. 32.

63 MAZA Sarah, « Le tribunal de la nation : les mémoires judiciaires et l’opinion publique… », Annales ESC…, op. cit., p. 76.

64 GOURVAT Thierry, Mémoires judiciaires des avocats au Parlement de Toulouse…, op. cit., p. 98.

65 LAVOIR Lise, « Factums et mémoires d’avocats au XVIIe siècle et XVIIIe siècle : un regard sur une société (environ 1620-1760) », Histoire, Économie et Société, 1988, p. 223.

66 MAZA Sarah, Vies privées, affaires publiques..., op. cit., p. 31.

67 PETIT Nicolas, L’éphémère, l’occasionnel et le non livre…, op. cit., p. 160.

68 BUT1, Resp Pf pl B 013 (105), (135) et BUT1, Resp PF-XVIII-86(13)

69 Cité par Thierry GOURVAT, Mémoires judiciaires des avocats au Parlement de Toulouse…, op. cit., p. 80.

70 MAZA Sarah, « Le tribunal de la nation : les mémoires judiciaires et l’opinion publique… », Annales ESC…, op. cit., p. 75.

71 Nous ne connaissons pas le nombre de pages de 45 factums.

72 THOMAS Jack, « Les victimes accusées dans plusieurs causes célèbres… », op. cit., p. 79.

73 In-4° : cahier de quatre, de huit, de seize…

74 LAVOIR Lise, « Factums et mémoires d’avocats… », Histoire, économie et société…, op. cit., p. 222.

75 LABARRE Albert, « Imprimerie et commerce du livre à Lille… », Le livre et l’historien… op. cit., p. 656.

76 GOURVAT Thierry, Mémoires judiciaires des avocats au Parlement de Toulouse…, op. cit., p. 78.

77 Cité par Thierry GOURVAT, Mémoires judiciaires des avocats au Parlement de Toulouse…, op. cit., p. 131.

78 Quelques affaires étant développées en deux, trois, quatre factums, les calculs se font sur 520 affaires (26 factums sont considérés comme « doublons » dans une affaire).

79 LAVOIR Lise, « Factums et mémoires d’avocats… », op. cit., p. 222.

80 THOMAS Jack et POUMARÈDE Jacques, « “S’élever au-dessus de [son] obscurité” : procès en filiation et questions d’état de Louis XIV à Napoléon », Cahiers d’histoire, 2000, p. 704.

81 GOURVAT Thierry, Mémoires judiciaires des avocats au Parlement de Toulouse…, op. cit., p. 135.

82 MAZA Sarah, « Le tribunal de la nation : les mémoires judiciaires et l’opinion publique… », op. cit., p. 79 et suiv.

83 Au début de notre recensement de factums, nous n’avons pas systématiquement relevé le nom des avocats et des procureurs.

84 MAZA Sarah, Vies privées, affaires publiques..., op. cit., p. 30.

85 BIEN David, « Catholic magistrates and protestant mariage in the French Enlightenment », French Historical Studies, 1962, p. 416-418.

86 THOMAS Jack, « Les victimes accusées dans plusieurs causes célèbres… », op. cit., p. 76-78.

87 MAZA Sarah, « Le tribunal de la nation : les mémoires judiciaires et l’opinion publique… », op. cit., p. 78.

88 GOURVAT Thierry, Mémoires judiciaires des avocats au Parlement de Toulouse…, op. cit., p. 114.

89 MAZA Sarah, Vies privées, affaires publiques..., op. cit., p. 22.

90 BARTHÈS Pierre, les Heures perdues, dans Edmond LAMOUZÈLE, Toulouse au XVIIIe siècle, op. cit., p. 205, 206, 207.

91 Ibid., p. 216.

92 Cité dans Sarah MAZA, Vies privées, affaires publiques..., op. cit., p. 25.

93 Ibid., p. 28.

94 THOMAS Jack et POUMARÈDE Jacques, « “S’élever au-dessus de [son] obscurité” : procès en filiation et questions d’état… », op. cit., p. 712.

95 MAZA Sarah, « Le tribunal de la nation : les mémoires judiciaires et l’opinion publique… », op. cit., p. 76.

96 Réponse de M. Elie de Beaumont à M. l’abbé de l’Epée pour le Sieur Cazeaux, étudiant…, BMT, Br FaC 2640 p. 28.

97 Vue générale de l’affaire du soi-disant Comte de Solar…, BMT, LmC 10407(XXI/I), p. 1.

98 THOMAS Jack, « Un fils de Martin Guerre : le vrai-faux retour d’Arnaud Lamaure à Toulouse à la fin du XVIIIe siècle », Annales du Midi, octobre-décembre 2008, p. 535-561.

99 Nombre de presses, Annexe 15.

100 Annexe 15.

101 ADH, C 2810.

102 Mémoire Pour le Sieur Jean-Jacques Second, Toulouse, Jean-Florent Baour, [s.d.], Rodez, SLA.

103 Précis pour M. Bar, Seigneur de la Gazaille, contre M. Bar, marquis de Castelnau, et les Sieurs Ansas et Bertrand l’aîné, fermiers, Toulouse, Jean Rayet, 1773, ADHG, 12.J.25.

104 28 février 1774, Mémoire contre le sieur Cruebel, soit disant écuyer et contre le sieur Monery, AMT, CC 2807, fol. 143.

105 POPKIN Jérémy D, « L’histoire de la presse ancienne ; bilan et perspectives », Les gazettes européennes de langue française (XVIIe-XVIIIe siècles), Table ronde internationale, Saint-Étienne, 2 mai 1992, Université de Saint-Étienne, 1992, p. 309.

106 FURET François, « La Librairie du Royaume de France…, op. cit.

107 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, La presse et l’information à Toulouse des origines à 1789, Toulouse, Faculté des Lettres, 1965, 319 p.

108 ROCHE Daniel, Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux (1680-1789), Paris, Mouton, 1978, réed. 1989, 914 p.

109 ROCHE Daniel, « Milieux académiques provinciaux et société des lumières », dans François FURET (dir.), Livre et société dans la France du XVIIIe siècle, Paris, Mouton, 1965, p. 93-184.

110 TAILLEFER Michel, Une académie, interprète des Lumières, l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse au XVIIIe siècle, Paris, CNRS, 1984, 323 p.

111 DESBARREAUX-BERNARD Tibulle, « Note bibliographique sur les Almanachs de Baour », Annuaire de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse, 1878, p. 16-24.

112 MASSIP Maurice, « L’Almanach de Toulouse, ses origines, ses transformations », Mémoires de l’Académie des Sciences de Toulouse, 1908, p. 111-125.

113 NISARD Charles, Histoire du livre populaire ou de la littérature de colportage depuis le XVe siècle jusqu’à l’établissement de la commission d’examen des livres de colportage (30 novembre1852), Paris, Maisonneuve et Larose, 1864, rééd. 1968, 539 p.

114 MANDROU Robert, De la culture populaire aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Imago, 1985, XII, 264 p.

115 BOLLÈME Geneviève, Les almanachs populaires aux XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Mouton, 1969, 152 p.

116 CHARTIER Roger, Culture écrite et société, l’ordre des livres, XIVe-XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1996, p. 25.

117 DESAZARS de MONTGAILHARD, Marie-Louis, « Le début du journal à Toulouse », Mémoires de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, 1910, p. 219-244 ; 1911, p. 137-176.

118 BELLANGER Claude, GODECHOT Jacques, GUIRAL Pierre et TERROU Fernand, Histoire générale de la presse française, t. 1 : Des origines à 1814. Paris, P.U.F., 1969, XVI, 635 p.

119 CHARTIER Roger et MARTIN Henri-Jean (dir.), Histoire de l’édition française…, op. cit., p. 247-255.

120 FEYEL Gilles, La Gazette à travers ses réimpressions en province (1631-1752), Paris Cujas, 1981, 700 p.

121 FEYEL Gilles, L’annonce et la nouvelle. La presse d’information et son évolution sous l’Ancien Régime (1630-1788), Oxford, Voltaire Foundation, 2000, 1388 p.

122 SGARD Jean (dir.), Dictionnaire des journaux (1600-1789), Paris, Universitas, 1991, 2 tomes, 1209 p.

123 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, La presse et l’information à Toulouse…, op. cit., p. 212.

124 Cité par Bernard LAVIT, Une académie provinciale dans le siècle des Lumières : les Jeux floraux de Toulouse (1760-1790), Mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-Le Mirail, 1979, p. 2.

125 Cité par Michel TAILLEFER, « La Société des Beaux-Arts et la création de l’Académie de Peinture, Sculpture et Architecture (1746-1750), dans Les Collectionneurs toulousains du XVIIIe siècle, L’Académie royale de Peinture, Sculpture et Aarchitecture, Paris, Somogy, 2001, p. 45.

126 LOJKINE Stéphane, « Les Salons de Diderot, De l’ekphrasis au journal : genèse de la critique d’art », http://galatea.univ-tlse2/pictura/UtpicturaServeur/Diderot/salonsEkphrasis.php.

127 NÉOUZE Valérie, Le peintre Antoine Rivalz (1667-1735), http://these.enc.Sorbonne.fr/document90.html

128 Cité par Marie-Thérèse BLANC-ROUQUETTE, La presse et l’information à Toulouse…, op. cit., p. 246.

129 TAILLEFER Michel, Une académie, interprète des Lumières…, op. cit., p. 140.

130 Ibid., p. 141.

131 Ibid., p. 142.

132 Ibid., p. 147, note 58.

133 Ibid., p. 143.

134 MASSIP Maurice, « L’Almanach de Toulouse, ses origines, ses transformations », Mémoires de l’Académie des Sciences de Toulouse, 1908, p. 122.

135 SILVESTRE DE SACY Renaud, Les imprimeurs et libraires…, op. cit., p. 174.

136 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, « Une dynastie d’imprimeurs toulousains, XVIIe-XVIIIe siècles », Congrès national des Sociétés savantes, Montpellier 1985, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1985, p. 116-127.

137 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, La Presse et l’information à Toulouse…, op. cit., p. 259.

138 ADHG, 8° 877.

139 BnF, 8° LC2953.

140 BnF, Fonds français 22141, fo 215 et fo 219.

141 BnF, Fonds français 21998, f. 211.

142 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, La presse et l’information à Toulouse…, op. cit., p. 262.

143 DESBARREAUX-Bernard Tibulle, « Note bibliographique sur les almanachs de Baour », Annuaire de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres, Toulouse, Douladoure 1878, p. 16-24.

144 HERMET André, « L’almanach toulousain de 1779 de Jean-Florent Baour », L’Auta, septembre 2000, p. 215-222.

145 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, La presse et l’information à Toulouse…, op. cit., p. 259.

146 GRANDEROUTE Robert, « La Gazette de Toulouse (1673-1752) », dans SGARD Jean (dir.), Dictionnaire des journaux, 1600-1789, Paris, Universitas, 1991, p. 484.

147 Ibid., p. 486.

148 GRANDEROUTE Robert, « Gazette de Toulouse », Dictionnaire des journaux…, op. cit., p. 485.

149 TAILLEFER Michel, « La difficile naissance de la presse provinciale au XVIIIe siècle : l’exemple des Annonces de Toulouse (1759-1761) », Transmission et diffusion des savoirs dans le sud de la France, 126e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse 2001, CD-ROM, CTHS, 2007.

150 Ibid., p. 2.

151 ANDRÉANI Robert, « Affiches de Toulouse (1759-1761) », dans SGARD Jean (dir.), Dictionnaire des journaux…, op. cit., p. 96.

152 Ibid., p. 2.

153 ANDRÉANI Robert, « Affiches de Toulouse (1759-1761) », …, op. cit., p. 96.

154 TAILLEFER Michel, « La difficile naissance de la presse provinciale… », …, op. cit., p. 7.

155 ANDRÉANI Robert, « Affiches de Toulouse (1759-1761) »,…, op. cit., p. 97.

156 TAILLEFER Michel, « La difficile naissance de la presse provinciale…, op. cit., p. 7.

157 FEYEL Gilles, « La presse provinciale française dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : géographie d’une nouvelle fonction urbaine », dans B. LEPETIT et J. HOOCK, La ville et l’innovation en Europe 14e-19e siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1987, p. 92.

158 DESGRAVES Louis, La presse à Bordeaux (XVIe-XVIIIe siècle), Bordeaux, Sud-Ouest Université, 1996, p. 97.

159 GRANDEROUTE Robert, « Affiches de Toulouse 2 (1775-1777, 1781-1789) », Dictionnaire des journaux…, op. cit., p. 98.

160 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, La presse et l’information à Toulouse…, op. cit., p. 141.

161 GRANDEROUTE Robert, « Affiches de Toulouse », Dictionnaire des journaux…, op. cit., p. 99.

162 Ibid.

163 SGARD Jean, « La multiplication des périodiques », Histoire de l’édition française…, op. cit., p. 249.

164 Dom Victor Faugeras : http://www.sorèze.com/histoire.htm

165 ASTOUL Guy, « L’enseignement des mathématiques et des Sciences à Sorèze et dans les collèges méridionaux au XVIIIe siècle », dans Marie-Odile MUNIER (dir.), Sorèze, l’intelligence et la mémoire d’un lieu, Toulouse, Presses de l’Université des Sciences sociales de Toulouse, 2001, p. 193-208.

166 Le Procès-verbal de l’Assemblée de l’assiette du diocèse de Toulouse, Pour l’année 1785 est numérisé par le SICD : http://tolosana.univ-toulouse.fr/

167 En revanche, les Exercices littéraires du collège de Sorèze ne sont plus conservés après 1770, or le collège ne deviendra École royale militaire qu’en 1776.

168 MASSIP Maurice, « L’Almanach de Toulouse. Ses origines, ses transformations », Mémoires de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, 1908, p. 111-125.

169 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, « Un imprimeur toulousain au XVIIIe siècle, Jean-Florent Baour… », op. cit.

170 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, La presse et l’information à Toulouse…, op. cit., p. 215.

171 MOULINAS Robert, L’imprimerie, la librairie et la presse à Avignon au XVIIIe siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1974, p. 347. L’auteur indique que le salaire quotidien ordinaire d’un travailleur manuel, maçon par exemple, tourne autour de 20 sols. Un journal coûte donc 1/5 ou 1/4 de la valeur d’une journée de travail.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Graphique 64. Production décennale de placards capitulaires, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Source : Laffont J.-L., La production capitulaire…Graphique 65. L’évolution de la production capitulaire
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Graphique 66. Production annuelle de placards capitulaires, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Graphique 67. Production capitulaire, évolution selon les thèmes, 1778-1785
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Graphique 68. Principaux imprimeurs de placards, hors thèses, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Tableau 60. La production d’actes officiels (placards et cahiers in-4°) des imprimeurs du roi et de la ville, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Graphique 69. Ventilation annuelle des placards de thèses conservés, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 666k
Légende Graphique 72. Les principaux imprimeurs de placards de thèse, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Graphique 71 : Répartition des factums par format, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Tableau 62. L’évolution décennale des factums in-2 et in-4°
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Graphique 72. Ventilation des factums d’après le nombre de pages, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Graphique 73. Évolution de la production décennale en titres, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Graphique 74. Factums, évolution de la production annuelle en titres, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Graphique 75. La production décennale en nombre de pages, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Graphique 76. Factums : évolution annuelle de la production en nombre de pages, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Graphique 77. Nombre de factums par imprimeur, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Tableau 69. Évolution de la production des six premiers imprimeurs de factums, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Tableau 70. La production de factums par imprimeur (en titres et en pages), selon les années d’exercice, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Tableau 74. Tarifs et tirages de factums, 1725-1774
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Graphique 78. La production des périodiques par format, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Graphique 79. La production des périodiques en nombre de pages, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Graphique 80. Évolution du nombre de titres des périodiques par décennie, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Graphique 81. Évolution en titres des périodiques, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Graphique 82. Évolution décennale des périodiques en nombre de pages, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Graphique 85. Evolution des périodiques en nombre de pages, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Tableau 79. Production de périodiques par imprimeur, en titres et en pages, 1739-1788* Jean-Florent Baour n’est reconnu par la communauté des imprimeurs toulousains qu’en 1772 (1ere date) mais il exerce à Toulouse dès 1765, donc nous considérons qu’il exerce 23 ans et non 16.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Graphique 84. Pourcentages par imprimeur, de la production des périodiques en pages et en titres, dans leur production globale, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15393/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540