Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les imprimeurs-libraires toulousains et leur production au XVIIIe siècle (1739-1788)

 | 
Claudine Adam

Première partie. Le monde du livre à Toulouse

Chapitre quatre. Les imprimeurs et les libraires toulousains

Texte intégral

1Après avoir présenté les imprimeurs et libraires dans leur cadre professionnel, nous avons souhaité étudier leurs familles et leurs patrimoines.

2Pour cette étude, nous fut utile la référence à des travaux antérieurs qui au fil des ans ont affiné leur approche de la connaissance de ces familles d’imprimeurs et de libraires.

  • 1 LABADIE Ernest, Notices bibliographiques sur les imprimeurs et libraires bordelais des XVIe, XVIIe(...)
  • 2 LABARRE Albert, Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au XVIIIe siècle, tome XV (...)
  • 3 LABARRE Albert, « Imprimeurs et libraires d’Amiens aux XVIIe et XVIIIe siècles », Bulletin de la S (...)
  • 4 DESGRAVES Louis, Dictionnaire des imprimeurs, libraires et relieurs de Bordeaux et de la Gironde, (...)

3Elles ont été d’abord présentées dans des biographies locales ou régionales comme les Notices bibliographiques sur les imprimeurs et libraires bordelais des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles d’Ernest Labadie paru en 19001. Cette tradition biographique se poursuivait encore, dans les années 1990 ; André Labarre, auteur de Répertoires bibliographiques des livres imprimés en France au XVIIIe siècle2, a étudié les imprimeurs et libraires d’Arras, de Douai ou d’Amiens3. Une notice biographique présente chaque membre de la famille – naissance, apprentissage, mariage, réception – à laquelle s’ajoutent des informations concernant l’imprimerie – nombre de presses, fonds de librairie, impressions conservées. C’est le cas également du Dictionnaire des imprimeurs, libraires et relieurs de Bordeaux et de la Gironde de Louis Desgraves4.

  • 5 MOULINAS René, « Une famille d’imprimeurs-libraires avignonnais du XVIIIe siècle : les Delorme », (...)
  • 6 MOULINAS René, Ibid., p. 45.
  • 7 BARBIER Frédéric, « Les Henry, imprimeurs et libraires à Valenciennes au XVIIIe siècle », Mélanges (...)
  • 8 VELAY Laurence, « Une famille d’imprimeurs à Montpellier au XVIIIe siècle : les Rochard », Annales (...)

4Parallèlement, de nombreuses monographies étudient des familles d’imprimeurs et de libraires. Ces monographies présentent la production des imprimeurs ou, plus rarement, le commerce des livres. En 1972, René Moulinas avec son étude de la famille Delorme à Avignon, annonce un tournant5. L’auteur déclare que son étude voudrait être « autre chose qu’un travail d’érudition pure et mieux qu’une énumération de dates de naissances, de mariages et de décès6 », mais plutôt une patiente reconstitution du destin d’une famille. Les monographies accordent, alors, de plus en plus d’importance à l’étude des stratégies familiales d’alliances, à celle du patrimoine des imprimeurs et des libraires et à leur intégration dans la société, et concomitamment consacrent moins de place aux impressions ; telle est la direction prise par Frédéric Barbier, dans sa monographie sur Les Henry, imprimeurs et libraires à Valenciennes au XVIIIe siècle7 en 1995 et c’est la même orientation qui se retrouve dans l’article de Laurence Velay sur les Rochard de Montpellier, paru en 19978.

  • 9 QUÉNIART Jean, L’imprimerie et la librairie à Rouen..., op. cit., p. 24.
  • 10 BARBIER Frédéric, Trois cents ans de librairie et d’imprimerie Berger-Levrault 1676-1830, Genève, (...)

5Des ouvrages plus importants consacrés à l’étude de l’imprimerie et de la librairie d’une ville évoquent les dynasties familiales. Jean Quéniart, dans L’imprimerie et la librairie à Rouen au XVIIIe siècle, établit la généalogie sommaire de deux familles rouennaises : les Machuel qui se succèdent de 1670 à 1781 et les Besongne de 1640 à 1786. Le dernier chapitre est consacré à l’étude du « mode de vie, [du] niveau de fortune et [du] rang social9 ». Sur un temps encore plus long, Frédéric Barbier expose les Trois cents ans de librairie et d’imprimerie Berger-Levrault de 1676-183010.

  • 11 BARBIER Frédéric Lumières du Nord Imprimeurs, libraires et « gens du livre » dans le Nord au XVIII(...)
  • 12 BARBIER Frédéric, JURATIC Sabine, MALLERIO Annick, Dictionnaire des imprimeurs, libraires et gens (...)

6Aujourd’hui, les travaux menés par Frédéric Barbier et par Sabine Juratic dans les deux dictionnaires prosopographiques récemment publiés – les Lumières du Nord11 et le Dictionnaire des imprimeurs, libraires et gens du livre à Paris au XVIIIe siècle12 – occupent trois axes. Le premier concerne l’état civil de l’imprimeur, le second l’activité professionnelle elle-même, et enfin le dernier porte sur la sociabilité, la culture et le niveau de fortune. Ces études n’ignorent ni les grandes dynasties, ni les familles modestes d’imprimeurs et de libraires et le fait dynastique n’y est plus le fait dominant.

  • 13 Répertoire des imprimeurs et des libraires toulousains.

7C’est imprégné par tous ces travaux que nous nous lancerons dans l’étude des 74 imprimeurs et libraires répertoriés, entre 1739 et 1788, parmi lesquels nous comptons 27 imprimeurs-libraires, 10 veuves d’imprimeurs, 36 libraires et 1 veuve de libraire13.

I- Esquisse d’un groupe familial

8Deux options ont été retenues pour traiter de la famille des imprimeurs et libraires toulousains.

9La première réside dans la rédaction d’un répertoire des imprimeurs et des libraires qui figure en annexe. Inspiré des travaux de Frédéric Barbier et de Sabine Juratic, il est rédigé selon trois directions : d’abord des éléments de l’état civil : date de naissance, de décès, de mariage ; puis, l’activité professionnelle de l’imprimeur ou du libraire, avec, selon les sources, l’apprentissage, la réception, le rôle dans la communauté, les associations s’il y a lieu, et les impressions officielles ; enfin, la dernière partie traite des sociabilités, de l’appartenance des imprimeurs et des libraires aux institutions politiques et sociales de la ville.

10La seconde option, prise dans ce chapitre, concerne les types des familles d’imprimeurs-libraires, leur formation, leur ménage, leur patrimoine privé, ce qui permet une approche comparative avec les autres groupes sociaux de la ville et avec d’autres monographies d’imprimeurs et de libraires.

1- Les types de familles

  • 14 Ibid.

11Le répertoire des imprimeurs et des libraires toulousains que l’on trouvera en annexe14 met en évidence la répétition de patronymes, comme Desclassan, Douladoure, Hénault, Guillemette ou Robert, montrant que la profession d’imprimeur s’exerçait majoritairement au sein de familles dominantes, ce qui ne nous empêche pas de considérer l’ensemble plus large des imprimeurs et libraires. Quelle typologie appliquer à leurs différentes familles afin de décrire la diversité des situations ? En l’absence de typologie bien établie, nous avons imaginé des catégories se voulant expressives, qualifiant les dynasties d’« intensives » quand elles se développaient uniquement par succession directe ou d’« extensives » quand elles s’élargissaient à plusieurs lignées ; de familles « durables » quand elles étaient présentes sur deux générations et de familles « météores » si elles ne l’étaient qu’une génération.

a) Les dynasties extensives

12Ce sont des dynasties qui se singularisent par la durée de leur lignée et par le nombre de personnes qu’elles rassemblent dans deux lignées au moins. Entre 1739 et 1788, trois dynasties d’imprimeurs, ainsi définies, se distinguent, dont la famille Hénault.

  • 15 MELLOT Jean-Dominique, QUÉVAL Élisabeth, Répertoire d’imprimeurs-libraires (vers 1500-vers 1810), (...)
  • 16 François Hénault, mentionné dans l’État de 1772, ne l’est plus dans celui de 1775.
  • 17 Généalogie sommaire de famille Hénault.

13Nicolas-Sébastien Hénault, imprimeur-libraire dans la seconde moitié du XVIIe siècle, avait eu vraisemblablement deux fils qui pratiquèrent le métier à leur tour15. L’aîné, Gaspard, a succédé à son père en 1707, et a donné naissance à une lignée d’imprimeurs. Il a exercé sa profession jusqu’en mars 1752, date de sa démission en faveur de son fils aîné, Sébastien, reçu imprimeur à sa place le 22 juin suivant. Celui-ci a dirigé l’imprimerie familiale jusqu’à son décès en octobre 1791. Le fils cadet de Gaspard, François, s’était consacré à la librairie : il exerça cette profession de 1738 jusqu’en 1773 ou 177416, ce qui renforça l’importance de cette branche familiale17.

  • 18 MELLOT Jean-Dominique, QUÉVAL Élisabeth, Répertoire d’imprimeurs-libraires..., op. cit., p. 285.

14Le second fils du fondateur de la dynastie, Nicolas-Sébastien Hénault, a été reçu imprimeur en 171218. Il est décédé en 1728 et sa veuve Catherine Dauvanat lui a succédé confiant la direction de l’imprimerie à Joseph Rellier. Elle n’avait pas de fils ; sa fille Suzanne épousa en 1742 Jean Rayet qui fit alors tardivement son apprentissage et son compagnonnage chez Gaspard Hénault. En juin 1751, la veuve démissionna en faveur de son gendre qui fut reçu à sa place le 29 janvier 1752 et qui dirigea l’imprimerie jusqu’en février 1788. À cette date, sans héritier mâle, il démissionna en faveur de Pierre Bellegarrigue qui avait été son apprenti. Il n’y avait aucun lien de parenté entre les deux hommes et la lignée, composée de deux générations, s’achevait.

15La dynastie des Hénault a regroupé donc au cours du siècle six imprimeurs-libraires et un libraire.

16Regroupant autant de descendants que la famille Hénault, la famille Robert s’en distingue en ce que les deux branches de la famille restent actives jusqu’à la Révolution.

17Guillaume Robert, imprimeur-libraire de 1701 à 1728, a eu deux fils : Pierre et Jean-Pierre. L’aîné, Pierre, a dirigé l’imprimerie pendant près de cinquante ans, de 1714 à 1763. Il a eu six enfants, mais nous ne connaissons que le devenir de ses deux premiers fils. Contrairement aux usages, Jean-François, son fils aîné, libraire depuis 1745, a renoncé à l’imprimerie de son père au profit de son frère puîné, Jean-Jacques. En mai 1763, Pierre Robert démissionne en faveur de celui-ci, qui est nommé imprimeur en février 1764. Jean-Jacques travailla dans son atelier jusqu’à sa mort, dans les années 1790, mais étant sans descendance cette branche s’interrompit. Jean-François, son frère libraire, a exercé jusqu’en 1782. Il avait sept enfants, dont l’aîné, Jacques-Jean-Marie-Joseph, lui succéda et fut libraire de 1783 à 1803. Ainsi, la branche aînée de la famille Robert présente une lignée sur tout le siècle, avec trois générations d’imprimeurs ou de libraires. La branche cadette de la famille Robert, c’est-à-dire celle de Jean-Pierre Robert et de ses descendants, s’est consacrée également à l’imprimerie ; ce fait unique à Toulouse dans la composition des dynasties n’a été possible qu’avant la limitation du nombre d’imprimeurs en 1739. Jean-Pierre Robert fut imprimeur-libraire de 1735 à 1758. Sa veuve lui a succédé et a dirigé l’imprimerie de 1758 à 1779, aidée progressivement par son fils aîné, Pierre-Benoît-Augustin, âgé de onze ans au moment du décès de son père, et qui, après la mort de sa mère en 1779, a été nommé imprimeur à sa place en septembre 1780. La branche cadette est donc formée de deux générations d’imprimeurs et de deux générations de libraires. Ainsi, Guillaume Robert a compté parmi ses descendants quatre imprimeurs-libraires et deux libraires : c’est numériquement, en notre période, la dynastie toulousaine la plus importante avec celle des Hénault.

  • 19 Généalogie sommaire de la famille Douladoure.
  • 20 DOULADOURE famille, Une vieille famille de maitres-imprimeurs toulousains, Toulouse, Douladoure, 1 (...)

18La troisième dynastie extensive est celle de la famille Douladoure19 dont les origines remontent à 160620, elle ne présente qu’une lignée et sa continuité est assurée par les veuves.

  • 21 SILVESTRE DE SACY Renaud, Les imprimeurs et les libraires toulousains…, op. cit., p. 196.

19En 1755, à la mort de Joseph Douladoure, imprimeur depuis 1710, sa veuve a dirigé l’imprimerie, puis a démissionné en faveur de son fils cadet (l’aîné étant décédé) en septembre 1758. Jean-Joseph Douladoure, imprimeur en mars 1759, a exercé la profession jusqu’à sa mort en 1785. Sa veuve lui succéda jusqu’en 1805. Le troisième fils de Joseph Douladoure, Pierre-Antoine, libraire depuis 1744, avait pris en charge la boutique de son père : c’est un cas exemplaire de partage du capital professionnel21. Ses deux fils, Joseph-Henri et Jean-François, ont été, à leur tour, reçus libraires en 1786 et 1787. On sait que Jean-François est devenu imprimeur-libraire pendant la Révolution, puisqu’il a imprimé le Nouveau Calendrier de Toulouse sous le Directoire. La famille Douladoure a donc eu deux imprimeurs-libraires et trois libraires en quatre générations.

b) Les dynasties intensives

20À côté de ces dynasties « extensives » qui élargissent leurs activités dans la même génération, sont installées des dynasties que, par opposition, nous appellerons « intensives » et qui ne mettent en jeu qu’une branche. La succession est directe ou par l’intermédiaire des veuves.

21Jean-Joseph Desclassan a été imprimeur de 1719 à 1743. Sa veuve lui succède ; en 1752, elle démissionne en faveur de Jean-François, leur fils, alors âgé de 30 ans. Nommé à sa place en décembre 1752, il a dirigé l’imprimerie familiale jusqu’à sa mort, en 1779. Sa veuve lui succède, aidée dans sa tâche par le cousin de son défunt mari, Dominique Desclassan. En février 1780, elle l’épouse puis elle démissionne en sa faveur et il est reçu maître imprimeur le 23 septembre 1780. Il a dirigé l’imprimerie jusqu’à sa mort en mars 1793. La lignée de la famille Desclassan a donc été assurée par les veuves mais aussi par un mariage ; pendant plus de soixante-dix ans, elle présente quatre générations d’imprimeurs.

  • 22 Généalogie sommaire de la famille Lecamus-Pijon.

22Le mariage a permis, également, par transmission, cette fois au gendre, d’assurer la continuité de la dynastie Boude-Lecamus-Pijon22.

  • 23 PAGE Ivan, « Claude-Gilles Lecamus et sa famille, imprimeurs du clergé de Toulouse », Revue frança (...)

23Claude-Gilles Lecamus était le second fils d’Élisabeth Hénault, veuve de l’imprimeur Jean-Jacques Boude, et de Claude Lecamus, son second époux, marchand libraire. En 1696, à la mort de Jean III Boude, son demi-frère, Claude-Gilles Lecamus, est reçu à sa place par délibération de la communauté23. Il épouse Honorée Visquet dont il n’a que des filles. La fille aînée, Suzanne-Pétronille, se marie en 1741 avec Bernard Pijon, jeune « avocat » d’origine bourgeoise. C’est sur lui que repose ensuite la continuité de la dynastie En effet, infirme, Claude-Gilles Lecamus a obtenu la survivance de sa place d’imprimeur en faveur de sa femme. À sa mort, elle démissionne rapidement, en janvier 1752, en faveur de son gendre Bernard Pijon qui, reçu en avril 1752, a dirigé l’imprimerie jusqu’à sa mort en 1761. Sa veuve, Suzanne-Pétronille Lecamus, aidée par son fils, qui avait dix-huit ans au moment du décès paternel, lui succède jusqu’en 1770. Après sa démission, son héritier, Jean-Armand-Honoré-Marie-Bernard, est reçu imprimeur en octobre 1770. Nous savons qu’il exerce encore en 1794. Ainsi, le mariage avec Bernard Pijon a permis à la dynastie de se perpétuer ; elle compte trois générations d’imprimeurs au XVIIIe siècle.

  • 24 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, « Une dynastie d’imprimeurs toulousains… », op. cit., p. 121.

24Ainsi le fait dynastique existe à Toulouse ; cependant ce n’est pas un fait dominant même si les monographies privilégient les grandes familles comme l’article de Marie-Thérèse Blanc-Rouquette sur les Boude-Lecamus-Pijon24.

c) Les familles durables

  • 25 SILVESTRE DE SACY Renaud, Les imprimeurs et les libraires toulousains…, op. cit., p. 200, 263.

25Il faut distinguer, de ces grandes lignées dynastiques, des familles « durables », présentes sur deux générations. Celles des Dalles et de Sacarau sont de type « extensif ». Nous avons peu d’informations sur Pierre Dalles ; il était libraire et a participé aux réunions de la communauté jusqu’en 1736. Son fils, Joseph, est reçu libraire en 1744 puis s’installe comme imprimeur-libraire en 1765. La famille s’élargit, lorsque la soeur de Joseph épouse le libraire Frix Vitrac qui s’associe à son beau-frère de 1767 à 1787. Pareillement, le libraire Étienne Manavit, « doyen » en 1748, a un fils, Claude-Augustin, qui est reçu libraire en 1764, et une fille, Marie-Catherine, qui épouse le libraire Jean Sacarau. Leur fils, Simon, devient à son tour libraire et épouse la fille de Jean-Henri Guillemette25.

26Les familles d’imprimeurs-libraires Guillemette, Rellier et Sens sont de type durable « intensif », c’est-à-dire qu’elles durent, par succession, deux générations. La première s’est constituée traditionnellement par succession directe de père en fils. En 1752, Jean-Henri Guillemette succède à son père Jean, qui a été imprimeur de 1699 à 1752. Il décède en 1777 et sa veuve reprend l’imprimerie ; elle meurt sans succession en 1784 et la lignée s’achève.

27Antoine Rellier a été imprimeur de 1699 à 1744 ; son fils aîné, Joseph, reçu libraire en 1738, exerce en tant que tel sa vie durant. Par deux fois, il aspire à une place d’imprimeur mais est débouté. La première fois, il n’a pu obtenir la place de son père, car c’était un imprimeur surnuméraire ; la seconde fois, quand il aspire à la place laissée vacante par la veuve de François-Sébastien Hénault, en 1753, la communauté lui préfère Jean Rayet. Il meurt en septembre 1765 avec pour seul héritier son frère, compagnon imprimeur.

28Michel Sens, originaire d’Agde, reçu libraire, exerce à Toulouse, de 1757 à 1765 ; son fils, Noël-Étienne Sens, lui succède comme libraire en 1766 et devient imprimeur-libraire en 1785.

29Plusieurs familles de libraires sont également de type durable « intensif ». Ainsi, Antoine Birosse, libraire de 1728 à 1764, est le fils du libraire relieur Jean Birosse présent dans la communauté jusqu’en 1741. François Darnès, libraire, « doyen » entre 1741 et 1746, selon les Livres de la communauté, a un fils, Jean-Pierre, reçu libraire en 1744, qui lui succède et qui est toujours en activité à la veille de la Révolution. De même, Pierre-Guillaume Garrigues, libraire en 1742, est le fils de Pierre Garrigues, très actif au sein de la communauté jusqu’en 1759 ou 1760. Autre filiation de libraire, celle d’Antoine Trémoulet et de son fils Géraud, reçu libraire en 1738.

d) Les familles « météores »

30La dernière catégorie de famille que nous considérerons chez les imprimeurs et les libraires est celle que l’on peut qualifier de « météore », c’est-à-dire n’exerçant à Toulouse que le temps d’une génération. Deux imprimeurs figurent dans cette catégorie : Guillaume Delrieu n’exerce que de 1732 à 1745, car il a été condamné aux galères par contumace pour avoir détenu et imprimé des livres protestants, en 1745.

31Jean-Pierre Faye n’exerce que de 1759 à 1764. Imprimeur à Brive, nommé imprimeur par arrêt du Conseil le 12 mai 1759 à la place déjà attribuée à Jean-Joseph Douladoure par arrêt du 27 mars, il est déclaré imprimeur surnuméraire cinq mois après ; en 1764, il accepte la place d’imprimeur à Pamiers laissée vacante par la démission en sa faveur de Jean-Florent Baour.

32La moitié des libraires qui se sont installés à Toulouse pour exercer leur commerce n’y ont pas fait souche. C’est le cas de Jean Clerc, Jean-François Crozat, Jean-Pierre Dembaux, Jean Dupleix, Jean-Pierre Espigat, François Fages, Pierre Laurens, Jean-Baptiste Leclerc, Bernard Moulas, Jean-Baptiste Resplandy, Jean Salabert, François-Ange Viallanes. Leur installation dans la ville s’explique par l’absence de limitation du nombre de libraires et par la possibilité d’être libraire par brevet, que nous avons étudiée au chapitre trois.

e) Comparaisons

33Au XVIIIe siècle, Toulouse a donc connu cinq grandes dynasties d’imprimeurs-libraires dont les deux plus importantes sont la famille Hénault et la famille Robert, qui ont eu des descendants sur deux lignées. En 1739, dix familles d’imprimeurs sur quatorze appartiennent à des dynasties, soit plus de 70 %, et ce pourcentage reste inchangé en 1788, traduisant la volonté de stabilité du milieu, mais, même si le fait dynastique reste majeur, il n’est pas exclusif, laissant la place à quelques familles « durables ».

  • 26 BARBIER Frédéric, Lumières du Nord..., op. cit.

34Les familles de libraires ont un comportement très différent dans la mesure où la moitié d’entre elles sont des familles « météores ». Il est difficile de comparer la situation toulousaine à celle d’autres villes. Le dictionnaire prosopographique de Frédéric Barbier, Lumières du Nord, présente 245 libraires, parmi lesquels figurent les libraires « isolés » (que nous appelons météores) avec les dynasties, mais aucune statistique n’a été établie26.

  • 27 CHARTIER Roger, « L’imprimerie en France à la fin de l’Ancien Régime : l’état général des imprimeu (...)
  • 28 BARBIER Frédéric, « Les Henry, imprimeurs et libraires à Valenciennes au XVIIIe siècle », Mélanges (...)
  • 29 BOUTIER Jean, « Livres et imprimés en Limousin au XVIIIe siècle : production, diffusion, consommat (...)
  • 30 BARBIER Frédéric, Trois cents ans… Berger-Levrault..., op. cit., p. 38.
  • 31 DESGRAVES Louis, Le livre en Aquitaine XVe-XVIIIe siècle, Biarritz, Atlantica-Centre régional des (...)
  • 32 QUÉNIART Jean, L’imprimerie et la librairie..., op. cit., p. 21
  • 33 VELAY Laurence, « Une famille d’imprimeurs à Montpellier au XVIIIe siècle : les Rochard », Annales (...)
  • 34 BARBIER Frédéric, JURATIC Sabine, MELLERIO Annick, Dictionnaire des imprimeurs, libraires..., op. (...)

35Peut-on comparer la situation dynastique des imprimeurs-libraires toulousains avec celle de quelques villes du royaume ? Le fait dynastique existe avec une prégnance plus ou moins grande selon les villes, que l’on soit dans les petites villes, avec un seul imprimeur, ou dans la capitale du royaume, avec 36 imprimeurs-libraires. D’après l’enquête de 176427, Valenciennes a un seul imprimeur autorisé, Henry, dont la famille a contrôlé toutes les impressions jusqu’à la confiscation de ses biens en l’an II28. À Tulle, les Chirac se sont maintenus à l’imprimerie pendant cinq générations, de 1646 à la Révolution29. Strasbourg, rattachée la France en 1681, a eu cinq imprimeurs dont deux dynasties familiales qui s’y s’étaient imposées dans la seconde moitié du siècle : les Christmann et les Levrault30. À Bordeaux, comparable à Toulouse pour le nombre d’imprimeurs, de grandes dynasties ont dominé l’impression comme les Chappuis, les Labottière, et les Séjouné, fondées dans la seconde moitié du XVIIe siècle31. Rouen avait les Lallemand, les Viret et les Ferraud qui apparurent vers 157032. À côté, à Montpellier les Rochard, dominent la production entre 1736 et 177533. Enfin le premier tome du Dictionnaire des imprimeurs, libraires et gens du livre à Paris présente la généalogie de douze familles d’imprimeurs-libraires, sur les 36 ateliers autorisés. Parmi elles, la famille Coignard, spécialisée dans la publication des ouvrages de l’Académie française, s’est installée vers 1644 et a établi sa continuité, par succession de père en fils, jusqu’au milieu du XVIIIe siècle34.

36Ces exemples soulignent l’importance du fait dynastique dans les villes du royaume où des familles « durables » d’imprimeurs occupent, comme à Toulouse, le haut du pavé.

37Voyons maintenant quel mécanisme favorisait la transmission familiale d’une imprimerie ou d’une librairie, quelle était en conséquence la proportion de fils de maîtres et quelle était l’origine sociale des autres. Comment la permanence et la transmission du patrimoine professionnel s’est-elle effectuée ?

2- Origine sociale des imprimeurs et des libraires

a) Ceux qui sont nés à Toulouse

  • 35 SILVESTRE DE SACY Renaud, Les imprimeurs et les libraires toulousains…, op. cit., p. 257. Au sujet (...)
  • 36 MELLOT Jean-Dominique, QUÉVAL Élisabeth, Répertoire d’imprimeurs-libraires..., op. cit., p. 238.

38Les différents règlements relatifs à la profession d’imprimeur et de libraire favorisaient l’accession à la maîtrise des fils d’imprimeurs et de libraires qui subissaient certes le même examen d’entrée que les compagnons, mais n’avaient ni les mêmes conditions de formation, ni les mêmes frais de réception. Aussi, on constate que sur les quatorze imprimeurs reçus entre 1739 et 1788, huit étaient des fils de maîtres, soit plus des deux tiers. Les chiffres concernant les libraires, sont moins significatifs, parce que les sources sont partielles. Les Livres de la communauté à partir desquels ils ont été recensés, avant 1768, ne donnent aucune information sur leurs origines. Treize libraires sur 35 étaient fils de libraire ou d’imprimeur, soit moins d’un tiers. Les frères Laporte aîné et cadet étaient, eux, petits-fils de maîtres libraires35. Jean-François Forest était fils ou parent du relieur Pierre Forest36.

39Le tableau suivant met en évidence les origines sociales connues des imprimeurs et des libraires et fait apparaître un manque d’informations pour 25 d’entre eux. On remarque que parmi les fils d’imprimeurs-libraires, seize sont eux-mêmes imprimeurs, les quatre autres sont libraires, pourrait-on dire par défaut, la succession étant dévolue à un frère en ce qui concerne Pierre-Antoine Douladoure, François Hénault et Jean-François Robert, ou impossible dans le cas de Joseph Rellier dont le père était imprimeur surnuméraire. Par contre, Joseph Dalles et Noël-Étienne Sens, fils de libraires, ainsi que Jean Desclassan et Jean-Joseph Desclassan, qui le furent vraisemblablement, ont connu une ascension sociale en devenant imprimeurs.

  • 37 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, « Une dynastie d’imprimeurs toulousains, XVIIe-XVIIIe siècles », 11 (...)

40Enfin, on constate que peu de fils d’autres professionnels du livre sont attirés par le métier d’imprimeur ou de libraire. Jean-Florent Baour était fils d’un imprimeur en taille-douce ; Antoine Birosse et Jean-François Forest, fils de relieurs. Ceux issus d’autres milieux sont encore plus rares. Bernard Pijon qui succède en 1752, à sa belle-mère, la veuve Claude-Gilles Lecamus, appartenait, à une « vieille, nombreuse et très honorable famille […] son grand-père, bourgeois toulousain, fit enregistrer ses armes à l’armorial de 169837 ». Jean-Baptiste Broulhiet était fils d’un négociant de Toulouse

  • 38 HANNE Georges, Le monde du travail entre XVIIIe et XIXe siècle : Toulouse-Saragosse, étude compara (...)
  • 39 Ibid., p. 588.

41Avec les trois-quarts de transmission familiale, le groupe des imprimeurs se distingue-t-il des autres corporations de la ville ? Rose-Marie Fouet a montré, à partir des registres paroissiaux, que les deux tiers des fils de maîtres intègrent la corporation de leur père38. Georges Hanne minore ces chiffres, en s’appuyant sur les registres de maîtrise toulousains, et avance qu’« il y a tout lieu de croire que plus de quatre maîtres sur dix reçus à Toulouse dans une corporation héritaient en quelque sorte de la profession de leur père39 ». D’après ces constats, le groupe des imprimeurs paraît donc beaucoup plus fermé que celui des autres corporations.

Sans information : Clerc J., Crozat J.-F., Dembaux J.-P., Darnès F., Delrieu G., Espigat J.-P., Faye J.-P., Garrigues P., Laurens P., Leclerc J.-B., Manavit E., Moulas B., Rellier A, Resplandy J.-B., Salabert J., Sens M., Vitrac F.
Noms des libraires en italiques
Source : Répertoire des imprimeurs et libraires
Tableau 10. Origine des imprimeurs et libraires, 1739-1788

42Le mode de transmission familial du métier d’imprimeur-libraire favorisait de ce fait leur implantation toulousaine, et une place très limitée était laissée aux immigrants attirés par la ville.

  • 40 DESGRAVES Louis, Le livre en Aquitaine..., op. cit., p. 55.

43À Bordeaux, selon Louis Desgraves, il en était de même : toute la production imprimée était aux mains des grandes familles jusqu’en 1760, mais une ouverture s’amorce alors avec l’arrivée de nouveaux libraires par brevet40.

b) Ceux qui s’implantent à Toulouse

  • 41 POUSSOU Jean-Pierre, Bordeaux et le Sud-Ouest au XVIIIe siècle, croissance économique et attractio (...)
  • 42 CAUBET Isabelle, Approches démographiques et sociales des ménages toulousains, entre 1695 et 1790,(...)
  • 43 SAUPIN Guy, Les villes en France à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Belin, 2002, p.  (...)

44Au XVIIIe siècle, Toulouse, comparée aux grandes villes du royaume – Lyon, Marseille, Bordeaux41 –, connut une croissance modérée de 38,5 %42, inférieure à la moyenne des villes françaises de 45 %43. Quelles furent les motivations des futurs imprimeurs ou libraires, qui les poussèrent à vouloir s’installer à Toulouse ?

  • 44 Tableau 11, Origine des imprimeurs et des libraires, 1739-1788.

45Les sources très partielles, concernant les libraires, réduisent considérablement l’étude, puisque les origines de quatorze libraires sur 36 sont inconnues44. Cependant, on relève douze familles « météores » chez les libraires. Une implantation sur une génération dans la ville, est-ce là la preuve d’attractivité de la ville ou le contraire ? Nous ne pouvons que constater que le groupe des libraires se renouvelle plus que celui des imprimeurs.

46Le cas des Noël-Étienne Sens est particulier. Dans son enfance, il avait suivi son père, Michel, qui s’était installé comme libraire à Toulouse. Cette mobilité n’était donc pas de son fait ; aussi, bien que né à Agde, il peut être considéré comme un libraire d’origine toulousaine. Il le devient en 1766, puis, est reçu imprimeur-libraire en 1785.

47Quatre imprimeurs sur 27 (soit 14,8 %) et un libraire n’étaient pas toulousains de souche. Deux venaient de la zone proche de Toulouse : Pierre Bellegarrigue était né à Launac et Jean-Gabriel Bézian à Seysses, dans le diocèse de Toulouse. Les trois autres arrivaient de régions plus ou moins éloignées : Dominique Desclassan était né à Castres ; Jean Rayet à Douelle, près de Cahors et Jean-Pierre Faye avait été imprimeur à Brive.

  • 45 VENTRE Madeleine, L’imprimerie et la librairie en Languedoc..., op. cit., p. 41.
  • 46 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, « Un imprimeur toulousain : Jean-Florent Baour »..., op. cit., p. 3 (...)

48Les déplacements de Jean-Pierre Faye et de Pierre Bellegarrigue relèvent, apparemment, d’une motivation strictement professionnelle car Jean-Pierre Faye débute sa carrière d’imprimeur à Brive45. Nous ignorons pourquoi il a cherché à quitter cette ville. Il fut nommé en 1759 à Toulouse où il n’exerça que jusqu’en 1764, avant de s’installer à Pamiers ; Marie-Thérèse Blanc-Rouquette insiste sur le fait qu’« il a vainement tenté de se faire admettre à Toulouse46 ». Aussi la migration vers une grande ville n’a-t-elle pas été pour Jean-Pierre Faye une réussite professionnelle ; en revanche, Pierre Bellegarrigue en donne un bel exemple. Originaire de Launac, près de Grenade, il est venu à Toulouse, à quinze ans, pour devenir apprenti puis compagnon chez Jean Rayet. Il a été ensuite compagnon chez Knapen à Paris. De retour à Toulouse, il a exercé comme prote chez Jean-Florent Baour et a été reçu libraire en 1785, puis imprimeur-libraire en 1788, réalisant ainsi une belle ascension sociale.

49Dominique Desclassan et Jean Rayet se sont déplacés pour des raisons professionnelles et familiales. Ils sont arrivés à Toulouse à l’âge adulte et le mariage les a conduit à diriger une imprimerie. Dominique Desclassan, né à Castres en 1738, était fils de l’imprimeur Antoine Desclassan ; arrivé dans la ville pour seconder la veuve de son cousin toulousain, Jean-François Desclassan, il l’a épousée un an après, en 1780, et elle a démissionné en sa faveur ; il a été reçu imprimeur-libraire quelques mois plus tard. Imprimeur des Académies des Sciences et des Jeux floraux, il a été un des plus importants imprimeurs de la ville à la veille de la Révolution.

50Jean Rayet était originaire de Douelle, dans le diocèse de Cahors. Il a épousé la fille de l’imprimeur François-Sébastien Hénault en février 1742, et a débuté son apprentissage la même année ; il ne semblait pas se destiner au départ à la profession d’imprimeur car c’est l’apprenti le plus âgé que nous ayons recensé. En 1751, sa belle-mère, devenue veuve, a démissionné en sa faveur ; reçu imprimeur-libraire en 1753, il a exercé jusqu’en 1788, année de sa démission en faveur de Pierre Bellegarrigue.

  • 47 KNAPIK Barbara, « Les maîtres imprimeurs et libraires à Strasbourg de 1750 à 1850 », Chantiers his (...)

51Ainsi, à Toulouse, le nombre restreint d’imprimeurs non-toulousains confirme les travaux de Jean-Pierre Poussou sur le commerce à Bordeaux qui n’attire que 8,7 % des immigrants. Ces faibles migrations semblent fréquentes ; à Strasbourg, plaque tournante entre les pays germaniques et la France, Barbara Knapik indique que les étrangers ont difficilement accès au statut de maître car les imprimeurs, membres de la bourgeoisie locale, s’y opposent véhémentement47.

52Quelques caractéristiques de ces migrants se dégagent : ils viennent vers la ville soit pour être apprenti puis s’y installer, soit pour rechercher une meilleure implantation, soit pour s’insérer dans des réseaux familiaux comme Dominique Desclassan et bénéficier d’une ascension professionnelle et sociale.

53Au terme de cette analyse, reconnaissons que les imprimeurs et les libraires ne constituaient pas deux groupes sociaux en tout point comparables. Les imprimeurs se caractérisant par leurs racines toulousaines, la prédominance du type dynastique, formaient un groupe relativement fermé ; les libraires, majoritairement installés dans la ville pour une génération, constituaient un groupe plus ouvert. Voyons à présent la composition de leurs familles.

3- Les imprimeurs et libraires en famille

54Les monographies montrent un intérêt pour l’histoire de la famille, mais nous avons vu qu’il s’agit surtout de l’histoire des grandes dynasties familiales. La famille sera étudiée au sens étroit du terme, désigné d’après le Petit Robert, comme étant « les personnes apparentées vivant sous le même toit » ; nous emploierons, de préférence, le terme « ménage » ou la « maisonnée » qui signifiait d’après le Dictionnaire de l’Académie, en 1694 « toutes les personnes qui vivent dans une même maison, sous un même chef » ; de ce fait on comptait comme membre de la famille les parents résidant dans la maison, et les domestiques dans la mesure où tous dépendaient d’un même chef.

55Si l’étude de la structure des ménages des imprimeurs est rendue relativement aisée par les États de 1738, et de 1743, les travaux de Renaud Silvestre de Sacy et le recensement d’Isabelle Caubet en 1790, celle des libraires est incomplète, seul un tableau de la situation en 1790 peut-être brossé, et il en est de même pour les domestiques.

  • 48 FLANDRIN Jean-Louis, Familles, parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, Le Seuil (...)

56Afin d’établir la typologie des ménages, nous utiliserons des « outils » élaborés par les spécialistes de l’histoire sociale notamment la classification des ménages d’avant la Révolution industrielle élaborée en 1969 par Peter Laslett qui distingue six catégories de ménages48.

a) Typologie des ménages des imprimeurs

57Le tableau ci-dessous expose la situation familiale des 27 imprimeurs toulousains et la structure de leur ménage, et permet de distinguer les différentes catégories de familles.

Imprimeurs

Situation familiale

Nombre d’enfants

Structure du ménage (sans domestiques)

Auridan J.
(1699-1764)

marié

2

Baour J.-F.
(1772-1793)

remarié

1 fils

3

Bellegarrigue P.
(1788-)

 ?

Caranove N.
(1722-1764)

célibataire

1

Dalles J.
(1765- ?)

veuf (1790)

1 fils 1 fille

3

Delrieu G.
(1732-1745)

marié

6 enfants (1743)

8

Desclassan D.
(1780-1793)

marié

2

Desclassan J.
(1720-1744)

veuf (1738)

1 fille

2

Desclassan J.-F.
(1752-1779)

marié

1 fils

3

Desclassan J.-J.
(1719-1743)

marié

2 fils

4

Douladoure J.-J.
(1759-1785)

marié

2

Douladoure J.
(1710-1755)

marié

4 fils

6

Faye J.-P.
(1759-1764)

 ?

Guillemette J.
(1799-1752)

marié

2 fils

4

Guillemette J.-H.
(1752-1777)

marié

5 enfants

7

Hénault G.
(1707-1752)

marié

2 fils (1743)

4

Hénault S.
(1752-1791)

marié

3 fils, 4 filles (3fils, 2 filles en 1788)

9

Lecamus C.-G.
(1710-1751)

marié

2 filles

4

Pijon B.
(1752-1760)

marié

7 fils 1 fille

10

Pijon J.-A.-H.-M.-B.
(1770-1794)

marié, veuf (1788)

4 fils 1 fille

7

Rayet J.
(1753-1788)

Marié veuf (1788)

1 fille mariée (1788)

En 1788 1+3

Rellier A.
(1699-1744)

veuf (1738)

3 fils

4

Robert J.-J.
(1763- ?)

marié

2

Robert J.-P.
(1735-1758)

marié (1743)

2 filles 1 fils

5

Robert P.
(1714-1763)

marié

6 enfants (1743)

8

Robert P.-B.-A.
(1780- ?)

célibataire

1

Sens N.-E.
(1785- ?)

marié

2

Source : États de 1738, 1743, Recensement de 1790.
Tableau 11. La situation familiale des imprimeurs toulousains, 1739-1788

– Les « solitaires »

58Seuls, deux imprimeurs entrent dans la catégorie des « solitaires ». Nicolas Caranove (1722-1764) était le fils unique d’un marchand libraire aisé, il resta célibataire jusqu’à sa mort en 1764.

59En 1790, Pierre-Benoît-Augustin Robert (1780) âgé de quarante-trois ans était célibataire. C’était une situation transitoire puisqu’il se maria avec Paule Blaja en 1793.

  • 49 POUSSOU Jean-Pierre, « Nuptialité », dans BÉLY Lucien (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime..., (...)
  • 50 GÉRARD Claire, Les marchands du Grand Tableau de la Bourse de Toulouse, 1750-1784, mémoire de maît (...)

60La présence de ces célibataires n’est pas surprenante, car c’est dans les villes qu’ils se trouvaient en plus grand nombre49. Au milieu du XVIIIe siècle, Claire Gérard montre que près de 15 % des marchands du Grand Tableau de la Bourse de Toulouse – parmi lesquels figuraient les imprimeurs et les libraires – vivaient seuls50. Le groupe des imprimeurs se plaçait, donc, bien en deçà des statistiques toulousaines, avec 8 % de célibataires seulement.

61Respectant la typologie de Laslett, on peut se demander s’il y avait des veuves d’imprimeur sans enfants ? Exercer le métier d’imprimeur-libraire longtemps ne signifie pas qu’il n’y ait pas de descendants. Rien ne prouve que la veuve de Jean-Joseph Douladoure (1785-1812) qui exerce pendant 27 ans, n’a pas eu d’enfant. Bertrande Alzieu, veuve de Jean-François Desclassan (1779-1780), s’est remariée avec Dominique Desclassan ; nous ignorons si elle a eu des enfants mais Jean-François Desclassan avait eu un fils certainement de son premier mariage avec Anne Sirven. Il n’est pas mentionné dans les années 1780.

– Les familles conjugales

62La situation familiale de 25 imprimeurs sur les 27 recensés est connue ; celles de Jean-Pierre Faye, imprimeur de 1759 à 1764, et de Pierre Bellegarrigue, libraire de 1785 à 1788, reçu imprimeur en février 1788, échappent à toutes les sources.

63La grande majorité des imprimeurs vivait en couple et constituait ce que Peter Laslett appelle des « ménages à noyau conjugal simple ». Ces « ménages simples » comprennent les couples mariés, les veufs ou veuves avec enfants.

64Cinq ménages sont des « couples mariés sans enfants », soit près d’un quart des imprimeurs connus : il s’agit de ceux de Jean Auridan (1699-1764), de Jean-Jacques Robert (1763), de Dominique Desclassan (1780-1793), de Jean-Joseph Douladoure (1759-1785), de Noël-Étienne Sens (1785). Ce dernier imprimeur n’entre que momentanément dans cette catégorie, puisque dans les années 1790 il épouse Marie-Reine Gaude, fille de libraires nîmois, dont il a un fils, Michel-Henri-Augustin, qui lui succèdera en 1813.

65Les moyennes du nombre d’enfants des treize autres ménages étant peu significatives, ce sont les écarts que nous retiendrons. Quatre imprimeurs n’ont qu’un enfant unique : Jean Desclassan (1720-1744) et Jean Rayet (1753-1788) n’ont eu qu’une fille. Jean-Florent Baour (1772-1793) et Jean-François Desclassan (1752-1779) ont eu un fils futur héritier du patrimoine familial.

66Quatre imprimeurs n’ont eu que deux enfants : Claude-Gilles Lecamus (1710-1751) – deux filles dont une décède jeune – Jean-Joseph Desclassan (1719-1743), Jean Guillemette (1799-1752) et Gaspard Hénault (1707-1751).

  • 51 État de 1743, fol. 102.

67À l’opposé, cinq ménages se distinguaient par une famille nombreuse. En 1743, six enfants grandissaient dans les ménages de Guillaume Delrieu (1732-1745) et de Pierre Robert (1714-1743) ; alors que les enfants du premier étaient encore jeunes, le fils aîné du second avait déjà quitté la maison familiale ; âgé d’environ 23 ans, il était « à Paris chez M. Guérin libraire en qualité de garçon51 ». Jean-Henri Guillemette (1752-1777) avait cinq enfants comme J.-A.-H.-M.-B. Pijon (1770-1794), et Sébastien Hénault (1752-1791) en avait sept, dont deux étaient décédés en 1788.

  • 52 État de 1738, fol. 89.
  • 53 Ibid., fol. 82.

68Les ménages de « veufs et veuves avec enfants » entrent dans la catégorie des familles conjugales. Sur les 27 imprimeurs de notre corpus, nous n’avons noté que deux veufs, en 1739. Jean Desclassan avait une « fille de quatorze à quinze ans qui n’est pas mariée, il a d’ailleurs trop peu de biens52 ». Antoine Rellier, « fort vieux » avait trois garçons53. Aucun, même l’aîné qui avait pourtant fait des études jusqu’en rhétorique, ne put reprendre l’imprimerie familiale, puisque Antoine Rellier était imprimeur surnuméraire.

69Entre 1739 et 1788, Jean-Florent Baour et Jean-François Desclassan ont été veufs assez jeunes mais ils se sont remariés rapidement.

  • 54 Banque de données… communiquée par Isabelle CAUBET.

70À la veille de la Révolution, nous avons relevé le veuvage de Joseph Dalles et de Jean Rayet. Ces veufs étaient âgés et restaient avec leurs enfants. En effet, en 1790, Joseph Dalles, qui avait soixante-cinq ans, vivait avec son fils et sa fille et avait une servante pour unique domestique. Jean Rayet, âgé de quatre-vingt-un ans et veuf depuis deux ans, hébergeait sous son toit sa fille unique, son gendre et sa petite-fille54. C’est un exemple de « famille élargie ».

71Si les imprimeurs veufs connaissaient une situation traditionnelle, ils se remariaient ou vivaient en famille en aïeul respecté, il n’en allait pas de même pour les veuves d’imprimeurs car l’avenir de l’imprimerie familiale dépendait de leur compétence et de leur dynamisme. Au chapitre III, nous avons déjà évoqué l’importance des veuves qui ne démissionnaient que quand leur successeur était à même de les remplacer.

b) Les types de ménage des libraires

  • 55 Banque de données… communiquée par Isabelle CAUBET.

72Seul le recensement de 1790 donne quelques informations pour connaître la situation familiale des seize libraires en activité en 1788, cependant, trois d’entre eux n’y sont pas mentionnés, soit par omission, soit suite à leur décès : il s’agit de Jean-Pierre Espigat, d’Antoine Laporte cadet et de Jean-Baptiste Leclerc55.

Libraires
(avec date de réception)

Situation familiale

Enfants

Collatéraux

Structure des ménages

Bézian J.-P. (1778)

marié

1 garçon

3

Broulhiet J.-B. (1779

célibataire

1 oncle

2

Darnès J.-P. (1744)

marié

1 garçon, 2 filles

5

Dembaux J.-P. (1765)

marié

indéfini2/1 frère

5

Douladoure J.-H. (1786)

marié

2 enfants

4

Douladoure J.-F. (1787)

marié

2

Dupleix J. (1765)

marié

2 enfants

4

Espigat J.-P. (1745)

Laporte cadet (1773)

Fages F. (1788)

célibataire

1

Leclerc J.-B. (1775)

Manavit C.-A. (1764)

marié

2 enfants

4

Robert J.-J.-M.-J. (1783)

célibataire

mère frère, sœur

4

Sacarau S. (1765)

marié

2 enfants

2 belles-sœurs

6

Viallanes F.A. (1771)

marié

2 enfants

4

Vitrac F. (1766)

marié

1 garçon

3

Source : Recensement de 1790
Tableau 12. La situation familiale des libraires en 1788

  • 56 GÉRARD Claire, Les marchands du Grand Tableau de la Bourse de Toulouse…, op. cit., p. 93.

73Sur les treize autres libraires, dix étaient mariés, soit un peu plus des trois quarts, ce qui concorde avec les chiffres donnés par Claire Gérard pour les marchands du Grand Tableau de la Bourse de Toulouse (78,5 %)56. La plupart des familles sont des « ménages à noyau conjugal simple », comme pour les imprimeurs. Cependant, à la même date, la taille des familles de libraires est légèrement supérieure à la leur (dont la moyenne est de 1,4), puisque le nombre moyen d’enfants par libraire se situe à 1,7. La famille de libraire la plus importante numériquement est celle de Jean-Pierre Darnès, avec trois enfants. On remarque l’existence de deux familles élargies celle des Sacarau et des Robert.

  • 57 POUSSOU Jean-Pierre, « Nuptialité », op. cit., p. 913.
  • 58 BROULHIET Jacques, « Jean-Baptiste Broulhiet (1751-1814), Journaliste, Editeur, Libraire, Imprimeu (...)

74Trois célibataires figurent parmi les seize libraires répertoriés, (soit 18,7 %), en 1788. Ce pourcentage élevé s’explique par leur jeunesse ; François Fages, reçu en mars 1788, et Jacques-Jean-Marie-Joseph Robert, respectivement âgés de vingt-six et de trente-quatre ans, n’avaient pas encore fondé un foyer, l’âge moyen du mariage pour les hommes étant alors de vingt-sept ou vingt-huit ans57. Jean-Baptiste Broulhiet, âgé de trente-sept ans, ne s’est marié qu’en juillet 1795 « avec la fille de Catherine Claire Vézun, âgée de 16 ans58 ».

  • 59 TAILLEFER Michel, Vivre à Toulouse sous l’Ancien Régime..., op. cit., p. 283.

75Alors qu’en 1788 les ménages des imprimeurs étaient composés en moyenne de 3,4 personnes, ceux des libraires l’étaient de 3,3, ce qui correspond aux chiffres moyens donnés pour Toulouse : « Les ménages simples regroupent en moyenne 3,5 personnes, 4 avec les domestiques ; les ménages élargis 4,7 et 5,9 ». Notons qu’il n’y avait peu de ménages élargis celui de Rayet chez les imprimeurs et ceux de Sacarau et Robert chez les libraires. « Resserrée sur le noyau formé par les parents des enfants peu nombreux (2,2 en moyenne) la famille toulousaine d’Ancien Régime est donc de taille réduite, ce qui facilite sa cohésion59 ». Le groupe des imprimeurs et des libraires ressemble donc aux autres groupes sociaux qui attendent un garçon pour assurer la postérité du métier.

c) Les mariages d’imprimeurs et de libraires

  • 60 QUÉNIART Jean, L’imprimerie et la librairie..., op. cit., p. 230.

76Jean Quéniart insiste sur le fait qu’à Rouen au XVIIIe siècle, il existait une véritable endogamie parmi les imprimeurs et des libraires : « Au cours du siècle, et comme précédemment, les alliances à l’intérieur du groupe semblent les plus nombreuses : entre enfants de libraires et d’imprimeurs, les mariages sont fréquents60 », écrit-il. Nous nous sommes interrogé pour savoir si cette affirmation était vérifiable à Toulouse.

imprimeur ou libraire

marié à

date

particularités

Baour J.-F., impr.

Desclassan S. remarié à Fontès M. B.

25 fév. 1745

Fille de Desclassan J.-J., impr.

Crozat J.-F., libr.

 ?

Fille d’un négociant

Desclassan D., impr.

Alzieu-Poncet B.

17 fév. 1780

Veuve de Desclassan J.-F.

Desclassan J.-F. impr.

Sirven A., remarié à Alzieu-Poncet B.

Desclassan J.-J. impr.

Forest C.

Sœur ? de J.-F. Forest, libr.

Douladoure J.-J. impr.

Doublé S.

1755

Fille d’un marchand apothicaire

Douladoure J., impr.

Coste M.-A.

Douladoure P.-A., libr.

Flotard C.

Hénault F.-S., impr.

Dauvanat C.

Hénault S., impr.

 ?

Fille d’un négociant

Lecamus C.-G., impr.

Visquet H.

Pijon B., impr.

Lecamus S.-P.

13 janv. 1741

Fille de Lecamus C.-G., impr.

Pijon J.-A.-H.-M.-B., impr.

Anglès M-T.

11 juillet 1772

Rayet J., impr.

Hénault S.

Fille de Hénault F.-S, impr.

Robert J.-F., libr.

Lecamus É.

Fille de Lecamus C.-G., impr.

Robert J-P., impr.

Lacarède M.

Sacarau S., libr.

Guillemette J.-G.

Fille de Guillemette J.-H., impr.

Vitrac Frix, libr.

Dalles ?

Sœur de Dalles J., impr.

Tableau 13. Les mariages des imprimeurs et des libraires, 1739-1788

77Pour dresser ce tableau nous nous sommes heurté à un écueil important dans la mesure où, sur les 74 imprimeurs et libraires répertoriés, nous ne connaissons que les épouses de treize imprimeurs et de cinq libraires, soit le quart du total.

  • 61 SILVESTRE DE SACY Renaud, Les imprimeurs et les libraires toulousains…, op. cit., p. 200.

78Trois libraires ont épousé des filles ou des sœurs d’imprimeurs : Jean-François Robert a épousé Élisabeth Lecamus, fille de Claude-Gilles Lecamus ; Simon Sacarau s’est marié avec Jeanne-Geneviève Guillemette, fille de l’imprimeur Jean-Henri Guillemette ; et Frix Vitrac a épousé la sœur de l’imprimeur-libraire Joseph Dalles avec lequel, d’ailleurs, il s’est associé. Ces alliances permettent aux libraires d’asseoir leur entreprise, les épouses apportant souvent une dot importante – celle de la fille Guillemette s’élevait à 11 000 livres – favorable à la prospérité de la librairie61.

79Il n’y a pas eu, selon nos sources, de mariage entre imprimeur et fille d’imprimeur ou de libraire. Jean-Florent Baour semble faire exception, mais son premier mariage eut lieu alors qu’il était encore compagnon. Le 25 février 1745, il a épousé la fille aînée de Jean-Joseph Desclassan, Suzanne ; il a été reçu libraire le 4 avril 1746. Ce mariage paraît révéler un désir d’ascension sociale, et l’a sans doute aidée.

  • 62 Arrêt du Conseil d’Etat du 24 mars 1744, Livre de la communauté… (1733-1769), art. 46, fol. 92.

80Il en va de même chez les gendres d’imprimeurs. Le Code de la Librairie les favorisait : « Les compagnons, qui épouseront la fille ou la veuve d’un maître, seront aussi reçus à la première demande, pourvu qu’ils ayent les qualités requises62 ». Ainsi, en épousant Suzanne, fille de François-Sébastien Hénault, en février 1742, Jean Rayet a-t-il pris rang pour la succession de l’imprimerie familiale. De même, Bernard Pijon, qui avait fait des études de droit, savait qu’en épousant la fille aînée de Claude-Gilles Lecamus, Suzanne-Pétronille, le 24 janvier 1741, il pouvait espérer une place d’imprimeur. Il était d’ailleurs, entré en apprentissage chez Claude-Gilles Lecamus quelques jours avant son mariage, le 13 janvier 1741.

  • 63 Ibid., art. 55, fol. 96.
  • 64 SILVESTRE DE SACY Renaud, Les imprimeurs et les libraires toulousains…, op. cit., p. 200.

81Dominique Desclassan, quant à lui, fils d’un modeste imprimeur de Castres, a épousé la veuve de Jean-François Desclassan, le 17 février 1780 ; en tant que cousin du défunt, il la secondait à l’imprimerie depuis l’année précédente. Bertrande Alzieu-Poncet lui a apporté une dot considérable de 22 000 livres. Le règlement était précis : si les veuves « se remarient, elles ne pourront tenir boutique de librairie ni d’imprimerie, si leurs seconds maris, ayant les qualités requises, n’ont pas été reçus maîtres dans ladite communauté63 ». De ce fait, après son mariage, Dominique a été examiné le 3 septembre 1780, et a été reçu maître imprimeur par arrêt du Conseil du 23 septembre 1780. Il a repris l’imprimerie de son épouse qu’il a entièrement rénovée64, et a exercé jusqu’en 1793.

82Dans cet échantillon peu abondant mais sans doute représentatif, nous relevons, donc, six mariages avec des enfants d’imprimeurs ou de libraires et un mariage avec une veuve. Ces unions offraient une possibilité d’établir ou d’asseoir un imprimeur ou un libraire, mais aussi d’accéder à la maîtrise.

  • 65 Ibid., p. 201.
  • 66 QUÉNIART Jean, L’imprimerie et la librairie..., op. cit., p. 230-234.

83Nous connaissons par ailleurs dix alliances « extra-professionnelles », pour reprendre l’expression de Jean Quéniart. Jean-Joseph Douladoure a épousé Scholastique Doublé, fille d’un marchand apothicaire. Sébastien Hénault, imprimeur en 1752, s’est marié avec la fille d’un riche négociant qui lui a apporté une dot de 14 000 livres ; le libraire Jean-François Crozat a épousé également la fille d’un négociant, nantie d’une dot de 8 000 livres65. Pour les sept autres alliances, nous n’avons que le nom de l’épouse, sans précision sur le milieu concerné. Nous pouvons supposer que la précision eût été donnée en cas d’alliance significative au sein du groupe. À Toulouse, donc, les alliances extra professionnelles semblent relativement nombreuses, contrairement à Rouen où l’endogamie domine66 ; il est vrai qu’à Rouen, le groupe des imprimeurs et des libraires était beaucoup plus restreint en nombre.

4- Leur patrimoine personnel

  • 67 Registres de la capitation, AMT, CC 1042 (Daurade, 1790) ; AMT, CC 1070 (Pont-Vieux, 1790).

84Le patrimoine de l’imprimeur et du libraire dépend des héritages qu’il a reçus, de sa formation, de sa situation familiale et de sa réussite professionnelle. Il est constitué d’un capital mobilier et immobilier, parfois d’un capital foncier, et bien sûr d’un capital professionnel qui sera abordé plus loin. Pour étudier le patrimoine des imprimeurs et des libraires toulousains, les sources sont diverses ; avec les informations extraites des États des imprimeries, celles que fournissent quelques inventaires après décès et, pour les années 1790, le dépouillement des registres de contributions mobilières et de la capitation67 par Isabelle Caubet, nous seront d’une grande utilité.

  • 68 État de 1743, fol. 101, 102, 103.
  • 69 SENTOU Jean, Fortunes et groupes sociaux à Toulouse sous la Révolution (1789-1799), Toulouse, Priv (...)

85Il convient d’abord d’insister sur la diversité des fortunes et sur les écarts considérables constatés entre les imprimeurs ou libraires. L’État de 1743 mentionne que Jean Auridan « est aisé », qu’« il a une maison dans la ville de Toulouse où est son imprimerie, une métairie, une paire de labourage et de la vigne à Tournefeuille ». Au même moment, Pierre Robert est décrit comme n’ayant « aucun bien », alors qu’il avait six enfants. Les veuves n’étaient pas mieux loties, puisque celle de Jean-Joseph Douladoure « n’a d’autres biens que sa profession », et que celle de François-Sébastien Hénault « n’a ni maison, ni bien fonds68 ». Au début de la Révolution, d’après les registres de la capitation – qui taxait plus le rang social que le capital ou les revenus – la cote de Sébastien Hénault est de 80 livres ; c’est « une forte capitation » pour un marchand, remarque Jean Sentou69. La capitation de Joseph Dalles s’élève à 24 livres, somme non négligeable qui le classe parmi les marchands relativement aisés. Chez les libraires, les écarts de fortune sont encore plus marqués que chez les imprimeurs. Bézian, qui était propriétaire, ne paie que 3 livres de capitation ; Fages, propriétaire lui aussi, 12 livres. À l’opposé, Jean-Baptiste Broulhiet, célibataire mais hébergeant un oncle, paie 53 livres et a quatre domestiques.

  • 70 Ibid.
  • 71 Ibid., p. 302.
  • 72 Ibid., p. 305.

86Jean Sentou, étudiant les fortunes à Toulouse, a distingué les « très grandes fortunes » parmi lesquelles il classe celle de Sébastien Hénault, estimée à 136 000 F70 ; les « grandes fortunes », dont celle de Jean-Florent Baour qui s’élevait à 37 637 F71 ; parmi les « fortunes types », il relève celle de Dominique Desclassan, avec 20 886 F72. Il ne cite pas d’imprimeurs dans la catégorie des « fortunes moindres » et des « fortunes faibles ».

  • 73 Ibid., p. 292.

87D’après sa classification, en dépit des écarts de fortune observés, les imprimeurs et les libraires appartenaient à la moyenne bourgeoisie toulousaine73.

  • 74 Succession de Gaspard Hénault du 21 septembre 1755, ADHG, 3 E 13952, fol. 419-435 (Annexe 11).
  • 75 Succession de Sébastien Hénault du 31 mars 1792, ADHG, 3 E 13 944, fol. 197-212 (Annexe 11).
  • 76 Banque de données… communiquée par Isabelle CAUBET.

88Héritant de leurs pères, des fils d’imprimeurs s’enrichirent. L’exemple le plus remarquable est celui de Sébastien Hénault. La succession de Gaspard Hénault, décédé en 1754, renseigne sur le partage qu’il a fait entre son fils aîné François, libraire, et son fils cadet, Sébastien, qui lui succède à l’imprimerie. Il favorise ce dernier en lui léguant « la maison de la rue Tripière », « la maison, l’enclos, les vignes à Lardenne », et « l’imprimerie estimée à 5 103 livres 16 sols », pour n’évoquer que les biens immobiliers74. Jusqu’à la Révolution, Sébastien a continué à s’enrichir et investit en biens immobiliers essentiellement. Grâce à sa propre succession, nous pouvons mesurer son enrichissement, en trente-sept ans. En plus du patrimoine hérité – la maison et la métairie –, il possédait « une maison, en ville, vendue en 1775 estimée à 16 000 livres », « une autre grande maison contiguë à [celle de la rue Tripière] formée de 2 maisons, l’un acquise en 1754, l’autre en 1759 » et « un domaine à Saint Martin du Touch : maison, métairie, logement pour le bordier, écuries, sol, bois, vignes, terres labourables75 ». Sa fortune est estimée à 162 564 livres, alors que celle de son père Gaspard a été évaluée à 64 899 livres. C’était, pour reprendre l’expression de Jean Sentou, une des « très grandes fortunes » de la moyenne bourgeoisie très proche de celle d’un négociant précise Jean Sentou, il payait en 1788 une forte capitation de 80 livres76.

  • 77 Inventaire après décès de Michel Sens, libraire, 1766, ADHG, 3 E 13 947, 1766 (Annexe 11).
  • 78 SILVESTRE DE SACY Renaud, Les imprimeurs et les libraires toulousains…, op. cit., p. 208.

89La situation de Noël-Étienne Sens est elle aussi intéressante, puisqu’elle montre le redressement de sa situation financière. L’inventaire après décès de son père Michel Sens montre que ce libraire, décédé en 1765, ne possédait, hormis son fonds de librairie, presque rien ; il n’était que locataire et avait plus de 43  000 livres de dettes77. Son fils a donc hérité d’une situation difficile, mais il a réussi à régler les dettes de son père, ce que le juge mage a souligné lors de sa participation au concours pour la place laissée vacante par le décès de la veuve Guillemette en 1785. Après sa réception en juin 1785, il a acheté une maison appartenant à la famille Guillemette pour 33 000 livres78.

90De quoi se composait le patrimoine privé, c'est-à-dire ne concernant pas les biens professionnels, des imprimeurs et des libraires ?

  • 79 SENTOU Jean, Fortunes et groupes sociaux à Toulouse..., op. cit., p. 313.

91Concernant Sébastien Hénault, nous avons déjà souligné l’importance de son capital immobilier. C’est une caractéristique du monde du petit commerce, qui à la fin du XVIIIe siècle, fait remarquer Jean Sentou, « consacre en moyenne 65,03 % de son patrimoine au capital immobilier (45,05 % à Toulouse et 19,98 % à la campagne) et n’investit que pour 34,94 % dans le capital mobilier79 ».

  • 80 CAUBET Isabelle, Approches démographiques et sociales des ménages toulousain..., op. cit., p. 38.
  • 81 SILVESTRE DE SACY Renaud, Les imprimeurs et les libraires toulousains…, op. cit., p. 200.
  • 82 État de 1743, fol. 99.
  • 83 État de 1738, fol. 87.
  • 84 Banque de données… communiquée par Isabelle CAUBET.

92Cela se vérifie-t-il chez les autres imprimeurs ? Nous disposons de sources différentes selon les dates ; les États de 1738 et de 1743 fournissent des indications précises sur les biens immeubles ; les registres de la contribution mobilière, pour la fin de la période, ne permettent que de savoir si la personne est propriétaire ou non80, et des lacunes apparaissent pour la période intermédiaire entre 1750 et 1780, et même au-delà. Ainsi, nous ne disposons pas d’informations sur le patrimoine de cinq imprimeurs. Pierre Bellegarrigue, imprimeur en 1788, et Jean-Pierre Faye, imprimeur de 1759 à 1764, échappent à toutes nos sources. L’absence de renseignements sur le patrimoine de Jean-François Desclassan est plus surprenante ; cependant, nous savons que sa veuve, Bertrande Alzieu-Poncet, s’est remariée avec Dominique Desclassan à qui elle a apporté une dot de 22 000 livres81, ce qui reflète une aisance certaine. De même, nous n’avons aucune indication sur le patrimoine de Bernard Pijon qui a repris l’imprimerie de son beau-père Claude-Gilles Lecamus en 1752, et a vécu vraisemblablement dans une grande maison puisqu’il a eu huit enfants. Était-ce celle de son beau-père, dont avait hérité sa femme, fille unique ? Nous avons tout lieu de le penser : « une maison d’une grande étendue qui donne sur la place de l’Hôtel de ville82 ». Quant à Jean-Jacques Robert, qui exerce de 1763 au début des années 1790, bien que son père, Pierre Robert, imprimeur depuis 1714, n’ait eu « aucun bien fonds83 », il a dû constituer un patrimoine personnel puisqu’il versait une capitation de 40 livres, en 179084.

93Les patrimoines des 22 autres imprimeurs, soit 81,5 % d’entre eux, sont mieux connus.

  • 85 État de 1743, fol. 103.
  • 86 Ibid., fol. 102.
  • 87 État de 1738, fol. 92.
  • 88 État de 1743, fol. 103.

94Nous ne sommes pas certain que tous aient été propriétaires ; en effet, les États de 1738 et de 1743 montrent que certains avaient peu de biens. Antoine Rellier était qualifié de « pauvre » ; Pierre Robert n’avait pas de bien immobilier, nous l’avons dit, et Jean Desclassan habitait une maison lui appartenant, où se trouvait son imprimerie, elle n’avait « pas un grand prix85 ». Nous pouvons associer au sort de ces imprimeurs peu fortunés celui de quelques veuves. Celle de François-Sébastien Hénault n’avait « ni maison, ni bien fonds, ni fonds de librairie, tout son revenu consiste dans son imprimerie86 », lit-on dans l’État de 1743. La veuve d’Antoine Pech connaissait une situation encore plus critique : alors qu’en 1738 elle n’avait « pour tout bien que cents arpents de vigne et cent arpents de terre labourable87 », elle dut les vendre, puisque cinq ans après elle ne possédait plus aucun bien. Le sort de la veuve de Jean-Joseph Desclassan n’était guère plus enviable, puisque, avec quatre enfants, elle n’avait « d’autre bien que sa profession88 ». Ainsi, dans les années 1740, six imprimeurs ou veuves d’imprimeur sur quinze étaient pauvres ou assez pauvres, soit 42 % d’entre eux ; nous manquons malheureusement de données précises pour les années suivantes.

  • 89 Patrimoine immobilier des imprimeurs (Annexe 12).

95Généralement, l’imprimeur possédait une maison qu’il habitait avec sa famille et dans laquelle était installée son imprimerie. Le tableau que nous avons élaboré sur leur patrimoine89, dans lequel nous distinguons le fait d’être « propriétaire » sans aucune autre indication, propriétaire d’une maison en ville à Toulouse, ou d’une métairie à la campagne, montre quatre imprimeurs « propriétaires » sans autre indication : Joseph Dalles, Jean-Joseph Douladoure, Jean Rayet et Pierre-Benoît-Augustin Robert. Ils avaient vraisemblablement une maison en ville, comme les huit autres imprimeurs dont nous sommes sûr. Sept autres en possédaient deux, voire plus.

  • 90 État de 1743, fol. 101, 103, 99.

96Les maisons des imprimeurs, acquises par héritage ou achetées, sont de taille variable, ce que traduisent les expressions employées pour les désigner, dans l’État de 1743. Jean Auridan avait une « maison de ville où était son imprimerie », Nicolas Caranove « une belle maison en ville », et Claude-Gilles Lecamus « une maison d’une grande étendue qui donne sur la place de l’Hôtel de ville90 ».

  • 91 Inventaire après décès de Jean-Pierre Robert, ADHG, 3 E 13 946, 1758 (Annexe 11).
  • 92 Succession de Joseph Douladoure, ADHG, 1 J 1824(1), 1771 (Annexe 11).
  • 93 SENTOU Jean, Fortunes et groupes sociaux à Toulouse..., op. cit., p. 305.

97Jean-Pierre Robert, marié à la quarantaine, a vécu dans une maison achetée par son père en 1704, rue Sainte-Ursule, dont on ne connaît pas l’estimation en 175891 ; Joseph Douladoure en possédait une, estimée à 7 000 livres, en 175792 ; quant à la grande maison de Dominique Desclassan, décédé en mars 1793, située rue de l’Orme sec, elle fut estimée à 20 000 F, soit 95,76 % de son capital immobilier93. Ces indications de prix, à des dates différentes, ne permettent pas d’établir de véritables comparaisons.

  • 94 Ibid., fol. 104, 100.
  • 95 Succession de Gaspard Hénault, 1755 (Annexe 11).
  • 96 Succession de Sébastien Hénault, 1792 (Annexe 11).

98Sept imprimeurs jouissaient d’un patrimoine immobilier plus important dans la ville, ce qui n’est pas négligeable puisqu’ils représentent 25 % des imprimeurs toulousains. Guillaume Delrieu était « assez aisé ayant deux maisons en ville et une à la campagne », Jean Guillemette avait « deux belles maisons à Toulouse94 », dont son fils Jean-Henri a hérité. Quant au patrimoine immobilier de Gaspard Hénault, nous disposons de deux sources différentes, l’une en 1743, l’autre en 1755, qui permettent de connaître sa fortune et son l’évolution. L’État de 1743 évoque « une belle maison en ville où il a son imprimerie » et des biens à la campagne. Sa succession, le 21 septembre 1755, mentionne deux maisons en ville : une, rue des Changes, estimée à 11 500 livres et une autre, rue Tripière, achetée en 1746, estimée à 9 000 livres95. C’est de cette dernière qu’a hérité Sébastien Hénault, son fils, évaluée en 1792 à 24 000 livres. Sébastien avait acheté, entre temps, deux maisons contiguës à la sienne, l’une en 1754, l’autre en 1759, dont il ne fit qu’une grande demeure évaluée à 16 000 livres. Enfin, en 1775, il a acquis une maison située rue des Bancs Majous, estimée à 16 000 livres96.

  • 97 BARBUSSE Grégory, Le pouvoir et le sang..., op. cit., Annexe II, p. 403.

99Autre propriétaire important, J.-A.-H.-M.-B. Pijon, qui avait acheté un logis rue de la Pomme en 1773 et possédait une maison rue des Changes97.

  • 98 SENTOU Jean, Fortunes et groupes sociaux à Toulouse..., op. cit., p. 302.
  • 99 Ibid., p. 302.

100Mais, avec Sébastien Hénault, c’est Jean-Florent Baour qui a le plus investi en capital immobilier à Toulouse. Jean Sentou le décrit en 1793. « Les immeubles à Toulouse sont évalués 34 000 F et comprennent une maison d’un revenu de 1 237 F, une maison et un jardin d’un revenu de 22 F, et le quart d’un bâtiment servant de salle de concert, d’un revenu de 112 F98 ». Ces propriétés urbaines représentaient 90,33 % de son capital immobilier ; contrairement à ce que firent les autres imprimeurs aisés, il n’investit que très peu hors de la ville, où il possédait seulement « un arpent, trois pugnères, quatre boisseaux de terres dans la banlieue99 ».

  • 100 Succession de Joseph Douladoure, 1771 (Annexe 11).
  • 101 SENTOU Jean, Fortunes et groupes sociaux à Toulouse..., op. cit., p. 305.

101Des biens à la campagne, neuf imprimeurs, soit un tiers d’entre eux, en détenaient, dans les environs proches de Toulouse. Comme pour les maisons de ville, une hiérarchie se dégage de l’État de 1743. Guillaume Delrieu avait « une maison à la campagne » ; Jean Auridan, une « métairie, une paire de labourage et de la vigne à Tournefeuille » ; Joseph Douladoure, une métairie « à Léguevin » ; en 1757, après son décès, selon l’accord passé entre sa veuve et ses fils, cette métairie dite de Filhès fut estimée à 3 000 livres et « les meubles, effets, bétail de toute espèce qui peut être à ladite métairie à 500 livres100 ». Dominique Desclassan, possédait « une maison avec vigne, à Plaisance du Touch, évaluée 886 F101 » en 1793 ; c’était un bien relativement modeste, car il avait sans doute préféré investir dans une belle maison en ville.

  • 102 État de 1738, fol. 81.
  • 103 Succession de Gaspard Hénault, 1754.
  • 104 Ibid.

102Le patrimoine rural de trois autres imprimeurs était plus important. Claude-Gilles Lecamus, qui possédait, rappelons-le, une très grande maison en ville, avait à Saint Jory un bien fonds composé d’« une maison, un jardin, et environ six arpents de vigne » ; il « jouit d’un bien considérable102 », précise l’État de 1738. De même, Gaspard Hénault, avons-nous vu, avait « une maison à la campagne et environ huit arpents de vigne », estimés à 8 500 livres103 ; son fils Sébastien ; après en avoir hérité ; avait investi, dans « un domaine à Saint Martin du Touch […] pour 40 000 livres104 ».

  • 105 BARBUSSE Grégory, Le pouvoir et le sang..., op. cit., Annexe II, p. 403.
  • 106 État de 1743, fol. 101, 103.

103Quant aux deux derniers imprimeurs, on ne peut que supposer la valeur de leurs biens ruraux. J.-A.-H.-M.-B. Pijon possédait sous la Révolution le domaine de La Fondeyre, situé au nord de Toulouse, composé d’une maison, d’un chai, de granges, d’écuries, d’un jardin, de vignes et de trente-huit arpents de terres environ105. Concernant Nicolas Caranove, nous savons seulement qu’il avait « des biens fonds assez considérables à la campagne106 ».

104Les neuf imprimeurs qui possédaient une maison en ville et une propriété à la campagne formaient un groupe de privilégiés au sein de leur groupe professionnel ; avec les autres, dont certains n’avaient pour tout bien que leur profession, les écarts de fortune étaient grands.

  • 107 Inventaire après décès de Joseph Rellier, ADHG, 3 E 5 063, fol. 228-240 (Annexe 11).
  • 108 Inventaire après décès de Michel Sens, ADHG, 3 E 13 947, 1766 (Annexe 11).
  • 109 Inventaire après décès de Jean-François Forest, ADHG, 3 E 6 495, fol. 44-45 (Annexe 11).
  • 110 Il s’agit des libraires suivants : G. Bézian, J.-B. Broulhiet, F. Darnès, J.-P.-B. Dembaux, J.-H. (...)

105Quoiqu’il soit plus difficile de connaître la fortune des libraires, la même diversité s’observe. Les inventaires après décès de Joseph Rellier107 et Michel Sens108 décédés tous deux en 1765, révèlent la médiocrité de ces deux libraires, locataires et non propriétaires. À l’opposé, l’inventaire après décès de Jean-François Forest, en décembre 1773, énumère ses biens immobiliers : il possédait une maison à la Porterie, achetée 18 800 livres en 1733, et un domaine à Lalande, acquis entre 1758 et 1760, constitué de terres et de la métairie de Rapé, le tout estimé 13 924 livres et vendu en 1777 pour 10 000 livres109. Ses biens immobiliers étaient comparables à ceux de Gaspard Hénault, que nous estimons à 29 000 livres en 1754, mais étaient 3,7 fois inférieurs à ceux Sébastien Hénault, estimés à 107 000 livres en 1791. En 1790, les relevés effectués par Isabelle Caubet dans les registres de la capitation et de la contribution mobilière montrent que les treize libraires en activité étaient propriétaires110 ; cependant rien ne permet de distinguer un patrimoine immobilier privé de leur patrimoine professionnel, ce qui limite la comparaison avec les imprimeurs.

  • 111 MOULINAS Robert, « Une famille d’imprimeurs-libraires avignonnais du XVIIIe siècle : les Delorme » (...)

106Il est possible de comparer la fortune personnelle d’un Delorme à Avignon avec celle de Sébastien Hénault, avec quatre décennies d’écart. Comme le tiers des imprimeurs, Delorme qui a multiplié son capital par six, entre 1722 et 1753, a investi dans le foncier, il a acheté un assez vaste domaine près d’Avignon et dans deux maisons d’habitations dans la ville111.

  • 112 VELAY Laurence, « Une famille d’imprimeurs à Montpellier au XVIIIe siècle : les Rochard », Annales (...)

107À Montpellier, pour Augustin-François Rochard qui exerce son métier d’imprimeur pendant quarante ans, de 1735 à 1775, les possessions immobilières sont le reflet de sa fortune, avec ses achats successifs entre 1746 à 1774112.

  • 113 RENIER Nathalie, « Les libraires et imprimeurs parisiens au milieu du XVIIIe siècle (1740-1751). U (...)

108À Paris, Nathalie Renier a établi une typologie de la fortune des libraires et imprimeurs parisiens au milieu du XVIIIe siècle, d’après les actes notariés, qui montre la grande hétérogénéité de ce groupe, comme nous l’avons constaté à Toulouse dans la première moitié du XVIIIe siècle. Elle distingue quatre catégories de fortune dans ce milieu qu’elle qualifie de « très fermé ». Les fortunes les plus modestes se situent entre 500 et 5 000 livres, ce sont les avoirs – essentiellement des meubles et des vêtements – détenus par des compagnons, des libraires modestes ; celles entre 6 000 et 30 000 livres constituent pour les libraires détaillants « une fragile aisance », l’essentiel étant le fonds de librairie. Le début de la fortune se situerait entre 30 000 et 100 000 livres et viendrait d’une activité commerciale à l’échelon national. Les grandes fortunes, supérieures à 100 000 livres113 sont détenues par les grands imprimeurs-libraires, « dont leurs biens matériels, nécessaire et superflu se confondent ». Au milieu du siècle il n’y avait pas de « grande fortune ». En 1791, seule la fortune de Sébastien Hénault, estimée à 107 000 livres, serait rentrée dans cette dernière classe.

109Pour avoir une idée plus précise de la fortune d’un imprimeur ou d’un libraire, il faut maintenant examiner son patrimoine professionnel.

II. Imprimeurs et libraires : leur cadre professionnel

1- La localisation des ateliers et des boutiques

110Nous avons souligné l’importance des familles et des dynasties d’imprimeurs-libraires qui déterminent, en partie, la localisation des imprimeries et des librairies. Le fils succédant au père, l’emplacement de l’atelier et de la boutique ne changeait pas et c’était, nous le verrons, un élément de réussite professionnelle. De ce fait, imprimeurs et libraires toulousains habitèrent toujours dans la même zone du centre-ville, entre la rue du Taur, au nord, et la place du Parlement, au sud. Pour connaître leurs adresses et réaliser les plans des pages 204-207 nous avons utilisé les pages de titre des ouvrages qu’ils publiaient et pour les localiser avec plus de précision, l’Histoire des rues de Toulouse de Jules Chalande.

  • 114 CHALANDE Jules, Histoire des rues de Toulouse, Marseille, Jeanne Laffite reprint, 1987, tome 1, p. (...)
  • 115 Ibid., p. 270.

111En 1739, Guillaume Delrieu, Jean Desclassan, Joseph Douladoure et Claude-Gilles Lecamus étaient installés « à la Porterie ». Avant la création de la place Royale qui débuta, côté est, peu après 1730, la Porterie Basse et la Porterie Haute allaient de la rue du Taur à la rue Saint-Rome.114 C’est dans cette même rue Saint-Rome que Nicolas Caranove, Jean Guillemette et Antoine Rellier s’établirent. Cette rue s’appelait aussi « la Grand’ rue » ou la rue « Serminières », en souvenir des artisans chamoisiers qui y étaient installés, à la fin du Moyen-Âge, pour préparer la peau pour les gants115. Dans le prolongement de cette rue, Gaspard Hénault avait élu domicile dans celle des Changes. Ainsi huit imprimeurs, sur les quatorze en activité en 1739, habitaient le long de l’axe le plus fréquenté de la ville.

112Le collège des Jésuites et le collège de Foix constituaient deux autres centres d’attraction pour les imprimeurs. La veuve d’Antoine Pech et Pierre Robert indiquaient dans leur adresse « près le Collège des Jésuites », Jean-Joseph Desclassan « près le collège de Foix », Jean-Pierre Robert, se contentant de « rue Sainte-Ursule ».

113Le parlement attirait également les imprimeurs, comme la veuve de François-Sébastien Hénault qui habitait « place du Palais » et Jean Auridan, « rue Nazareth ».

114Ainsi, en 1739, se dessinaient trois pôles plus ou moins attractifs pour les imprimeurs, à savoir l’axe antique de la ville, de la Porterie à la rue des Changes, la proximité des collèges, notamment celui des Jésuites, et enfin les alentours du Palais.

115Considérons, maintenant, la carte de la localisation des imprimeurs en 1788, J.-A.-H.-M.-B. Pijon, héritant de la maison familiale de son grand-père, indiquait désormais « Place Royale » ; Dominique Desclassan, établi dans une rue adjacente, mentionnait, « près la Place Royale », celle-ci ayant été ouverte à l’emplacement de l’ancienne Porterie. Davantage qu’au début du siècle, les imprimeurs étaient attirés par l’axe place Royale-rue des Changes. En effet, Jean-Florent Baour, la veuve de Jean-Joseph Douladoure et Noël-Étienne Sens étaient installés « rue Saint Rome » ; ce dernier, qui avait succédé à la veuve de Jean-Henri Guillemette, « vis-à-vis l’église Saint-Rome ». Joseph Dalles s’était établi « rue des Changes » et Sébastien Hénault donnait pour adresse « rue Tripières près les Changes ». Ainsi, en 1788, sept imprimeurs sur dix étaient installés entre la place Royale et la rue des Changes.

116Jean-Jacques Robert continua à indiquer « près le collège Royal » ; quant à Pierre-Benoît-Augustin Robert, en digne successeur de son père Jean-Pierre, il mentionnait toujours « rue Sainte-Ursule ».

  • 116 GÉRARD Claire, Les marchands du grand tableau de la bourse de Toulouse, 1750-1784, mémoire de maît (...)

117La carte de la localisation des imprimeurs entre 1739-1788 tente d’établir une synthèse des situations pour faire apparaître les permanences dans les localisations. Sept grandes familles stables sont désignées dans la légende par un carré. Les imprimeurs actifs en 1739 mais qui n’ont pas de descendance ou qui ont dû cesser leur activité, comme Guillaume Delrieu, sont figurés par un triangle avec les numéros attribués dans la première carte. Enfin, un losange, identifie les « autres imprimeurs », c’est-à-dire ceux sont apparus entre 1739 et 1788. Jean-Pierre Faye en est l’exemple type, puisqu’il n’exerça à Toulouse que de 1759 à 1764. Les rares impressions conservées de lui donnent pour adresse « Place Rouaix, près de l’hôtel de Monsieur le Président », alors que, d’après les relevés de Claire Gérard sur les marchands du Grand Tableau de la Bourse, il vivait rue Saint-Barthélemy116. Joseph Dalles et Jean-François Baour ont été reçus imprimeurs en 1765. La famille de Jean Guillemette est également indiquée par un losange car elle disparaît en 1785. Noël-Étienne Sens, qui été nommé à la place laissée vacante, a repris l’imprimerie, nous l’avons signalé par un losange avec la lettre D.

  • 117 CHALANDE Jules, Histoire des rues de Toulouse..., op. cit., p. 270.

118Nous avons dressé une carte de la localisation des libraires en 1788. D’après les pages de titre, ceux qui vendaient des impressions toulousaines se concentraient tous sur le même axe place Royale-rue des Changes. Six sur neuf habitaient « rue Saint-Rome », à savoir Jean-Baptiste Broulhiet, Jean Dupleix, Claude-Augustin Manavit, Jacques-Jean-Marie-Joseph Robert, Simon Sacarau et François-Ange Viallanes. Joseph-Henri Douladoure était installé, « près de la place Royale », Frix Vitrac « près les Changes », et Jean-François Robert « rue des Argentiers ». Même si la liste des libraires n’est pas complète, une dizaine d’entre eux ne vendant pas de production toulousaine, on comprend pourquoi la forte concentration de libraires, ajoutée à celle des imprimeurs, faisait appeler la rue Saint-Rome « rue des Libraires117 ».

119Des enseignes signalaient les boutiques et attiraient les passants. Citées dans les adresses des imprimeurs et des libraires sur les ouvrages qu’ils publiaient ou vendaient, nous avons relevé le nom de dix-neuf d’entre elles qui figurent dans le tableau ci-dessous.

Imprimeur ou libraire

Enseigne de sa boutique

Auridan Jean

Au Saint-Esprit

Bellegarrigue Pierre

Au Bon Protecteur

Birosse Antoine

À la Bible d’or

Caranove Nicolas

À la Bible d’or

Dalles Joseph

Aux Arts et aux Sciences

Delrieu Guillaume

À l’Hercule

Dupleix Jean

À la Bible d’or

Forest Jean-François

À la Couronne d’or

Guillemette Jean

À la Pallas

Guillemette Jean-Henri

À la Pallas

Hénault Gaspard

À l’Ange Gardien

Laporte Antoine

À la Renommée

Rayet Jean

À la mère des Sciences et des Arts

Robert Jean-François

À la Couronne d’or

Robert Jean-Pierre

À Saint Thomas d’Aquin

Robert veuve de Jean-Pierre

À Saint Thomas d’Aquin

Robert Pierre

Au Saint Nom de Jésus

Robert P.-B.-A.

À Saint Thomas d’Aquin

Sacarau Simon

Au Parnasse

Sources : pages de titres
Tableau 14. Enseignes d’imprimeurs et de libraires, 1739-1788.

120Nous remarquons que plus de la moitié des enseignes ont une connotation religieuse ; quatre font référence à la mythologie et deux seulement évoquent les « Sciences et les arts » et par là même les nouveautés.

121L’enseigne semble adoptée pour plusieurs générations ; ainsi en est-il pour la famille Jean-Pierre Robert. L’enseigne « À la Pallas » de la famille Guillemette avait été au siècle précédent l’enseigne de l’imprimeur toulousain Colomiès, et ce dès 1612. Celle de « À la Bible d’or » est celle d’Antoine Birosse qui vend son fond de librairie à Jean Dupleix ; il est plus surprenant de constater que Nicolas Caranove a la même enseigne.

122La localisation des imprimeries et des librairies ainsi rappelée, voyons maintenant à quoi ressemblaient leurs boutiques et leurs ateliers.

2- Les boutiques et les imprimeries

a) Le local

123Généralement, nous l’avons dit, les imprimeurs et les libraires possédaient une maison au centre de la ville dans laquelle ils avaient leur local professionnel et leur appartement ; les domestiques et les apprentis logeaient dans les mansardes.

  • 118 Inventaire après décès de Joseph Rellier, ADHG, 3 E. 5 063, fol. 228-240 (Annexe 11).
  • 119 Ibid.
  • 120 Inventaire après décès de Jean-François Forest, 1773 (Annexe 11).
  • 121 État de 1743, fol. 102.
  • 122 Inventaire après décès de Jean-Pierre Robert, 1765.
  • 123 Succession de Joseph Douladoure, 1771 (Annexe 11).
  • 124 État de 1743, fol. 99.
  • 125 Succession de Sébastien Hénault, 1792.

124D’après les inventaires que nous possédons, la « boutique » était simple avec un comptoir et des tablettes de bois. La seule dont nous ayons la description est celle du libraire Joseph Rellier. Elle comprenait « un vieux comptoir en bois de hêtre de quatre pans et demi de largeur sur quatre pans de hauteur […] ; des tablettes couvraient les trois côtés », on y trouvait trois chaises de paille et un réchaud en fer. L’arrière-boutique servait d’espace de rangement, puisque y on rencontrait « des tablettes composées de trente-trois planches ou parties de planches, en bois de sapin118 ». Mais Joseph Rellier était un libraire pauvre, ne possédant même pas de maison. Il nous faut donc distinguer son fonds de librairie très modeste, évalué à 973 livres119, de celui d’un riche libraire comme Jean-François Forest, évalué à 71 925 livres 3 sols mais sur lequel nous n’avons aucun détail120. Les imprimeurs possédaient en général outre leur imprimerie, un fonds de librairie plus ou moins conséquent, qui constituait une part de leur patrimoine professionnel. Cependant, Jean Desclassan, Antoine Rellier, les veuves d’Antoine Pech, de François-Sébastien Hénault et de Jean-Joseph Desclassan n’en possédaient pas. En revanche, en 1743, Pierre Robert détenait « un petit fonds de librairie qui n’est pas considérable121 ». À la même date, Jean-Pierre Robert n’en avait pas mais, au moment de son décès en 1758 il en avait constitué un évalué à 4 577 livres122. Comme Pierre Robert, Jean Auridan, Guillaume Delrieu et Joseph Douladoure avaient un petit fonds de librairie en 1743. Lors de la succession de ce dernier, en 1757, il fut évalué à 3 000 livres123. Claude-Gilles Lecamus, qui était, dans les années 1740, l’imprimeur le plus important avec cinq presses, n’avait pas de fonds « considérable, n’ayant que des livres classiques, des heures et autres petits livres de dévotion124 ». Par contre, ceux de Jean Guillemette et de Gaspard Hénault étaient qualifiés de « très considérables ». Et dans la succession de Sébastien Hénault l’estimation de son fonds est ainsi libellée : « Vente du fonds en Librairie, vente de papier, vente de bled, rentrée de fonds et argent trouvé au décès de son père 25 931 livres et 15 sols125 », ce qui représente une forte somme.

125Pénétrons maintenant dans l’atelier des imprimeurs.

  • 126 Archives notariales, maître Lafforgue, ADHG, 3 E 13919, 2e reg., fol. 58v-64r.

126Nos sources nous fournissent peu d’informations sur les locaux utilisés, excepté la description de la maison achetée par Jean-Joseph Douladoure en 1766 : « et sur le corps qui fait face sur la rue Serminières est une des caves, un petit puits, boutique et arrière boutique, deux appartements au-dessus et galetas126 ».

  • 127 RYCHNER Jacques, « Le travail de l’atelier », Histoire de l’édition française..., op. cit., p. 47.

127On peut imaginer une organisation verticale de la maison qui l’apparenterait à celles de la plupart des imprimeries parisiennes127, mais nous n’en avons pas de preuves.

128En principe, en raison du poids des presses et des caractères, l’atelier d’imprimerie se trouvait au rez-de-chaussée, comme le préconisaient les manuels d’imprimerie ; en réalité l’imprimeur-libraire l’installait souvent à l’étage, pour des raisons commerciales évidentes, afin de laisser le rez-de-chaussée pour la boutique.

  • 128 Ibid.

129Si l’agencement des ateliers d’imprimeur n’est pas connu, on connaît l’utilité de l’« arrière-boutique » : c’est la « tremperie », pourvue de baquets et de bassins où les pressiers viennent humidifier le papier à imprimer le lendemain et « lessiver à la potasse bouillante les formes de caractères qu’ils ont tirées, encore toutes grasses d’encre128 ». Le trempage consommant de grandes quantités d’eau, la présence d’un puits est indispensable ; l’arrière-boutique donne donc sur une cour.

  • 129 MINARD Philippe, Typographes..., op. cit., p. 42.
  • 130 Cité par Philippe MINARD, ibid., p. 41.
  • 131 Ibid., p. 48.

130Le premier étage était habituellement réservé à l’atelier. À Paris, l’atelier de Jacques Vincent, rue Saint-Séverin, dans lequel Nicolas Contat commença son apprentissage, se situait à l’étage ; en revanche, à Auxerre, chez Fournier, le maître de Rétif de La Bretonne, il se situait au deuxième étage129. Toutes les descriptions insistent sur le bruit qui y régnait. En 1791, le Manuel de l’imprimeur de M. S. Boulard affirme que « le bruit est continuel et la secousse occasionnée par le coup de barreau incommode les voisins […] ; c’est cette raison qui fait que plusieurs propriétaires répugnent à louer à des imprimeurs130 ». Loin des planches didactiques de l’Encyclopédie où tout est bien ordonné, l’atelier pouvait être petit et en désordre ; la composition et le tirage s’effectuaient souvent dans la même pièce. Jean-Joseph Douladoure, qui avait quatre presses et huit ouvriers en 1775, pouvait donc les loger dans un petit appartement (on a pu calculer qu’en 1770 la Société typographique de Neuchâtel abritait, dans une pièce d’environ cinquante mètres carrés, quatre presses avec leurs huit ouvriers131).

131Jean-Joseph Douladoure avait acquis sa maison en 1766. Cette même année, suite au décès de sa mère, la veuve de Joseph Douladoure, il signe un contrat de constitution de rente en faveur de son frère libraire, Pierre-Antoine, et fait enregistrer une convention relative au local d’imprimerie, situé dans la maison familiale dont hérite ce dernier. Pierre-Antoine consent à ce que son frère « occupe et fasse travailler l’imprimerie dans le local à ce destiné dans sa dite maison […] Le local consiste en trois étages de l’aile droite du corps de derrière de ma dite maison lequel louage est fait pour le temps et espace de six années […] et pour le prix et somme de 150 livres […] payables de six mois en six mois et par avance suivant la coutume de Toulouse ».

  • 132 Contrat de constitution de rente du 2 septembre 1766, ADHG, 1 J 1824 (3).

132Jean-Joseph promettait de jouir et user du local « en bon ménager et père de famille et sans y causer aucune détérioration132 ». Au-delà de cet exemple exceptionnel de convention entre deux frères, remarquons que le local décrit occupe ici trois étages.

b) Les caractères

  • 133 Arrêt du Conseil d’État du 24 mars 1744, Livre de la communauté… (1733-1769), art. 51, fol. 95.

133Penchons-nous, à présent, sur le patrimoine professionnel des imprimeurs, autre que leur fonds de librairie. D’après l’article 51 du Code de la Librairie, une imprimerie devait être « composée de quatre presses au moins et de neuf sortes de caractères romains avec leurs italiques133 ». Les imprimeurs toulousains possédaient-ils le matériel exigé et le nombre de caractères imposé ?

  • 134 FOURNIER Pierre-Simon, Manuel typographique utile aux gens de lettres et à ceux qui exercent les d (...)
  • 135 Ibid., p. 129.
  • 136 FOURNIER Pierre-Simon, Manuel typographique..., op. cit., p. 87.

134En matière typographique, le XVIIIe siècle a mis fin à une certaine confusion, afin de « corriger les abus et de mettre de l’ordre et de la précision où il n’y en avait jamais eu », le Code de la Librairie a fixé la hauteur des caractères, dite hauteur en papier, « à dix lignes et demi géométriques134 », et a tenté de fixer la force des corps des caractères. Pierre-Simon Fournier a présenté, dès 1737, un traité dans lequel il définissait les « Points typographiques » : « ce n’est autre chose que la division des corps de caractères par degrés égaux et déterminés, que j’appelle Points. Par ce moyen, on connaîtra au juste les degrés de distance et les rapports des corps135 ». Mais l’unité de mesure suggérée n’étant rattachée à aucun étalon restait donc arbitraire. P.-S. Fournier a distingué vingt sortes de caractères ; pour chacun on fond des caractères en romain et en italique, ce qui double leur nombre. De plus, des nuances de grosseur sont apportées ; on les nomme « petit-œil ; œil ordinaire ; œil moyen et gros œil136 ». Il faudra attendre les années 1780 pour assister à une réelle normalisation des caractères avec François-Amboise Didot, qui ramène le point typographique à 1/864 du pied du roi, soit 0.3759 millimètres.

  • 137 FOURNIER Pierre-Simon, Manuel typographique..., op. cit., p. 133-138.

135Nous indiquons dans le tableau ci-dessous les caractères les plus fréquemment utilisés par les imprimeurs toulousains, relevés, « depuis le gros canon jusqu’au petit texte inclusivement » selon le règlement de 1723, dans la Table générale de la proportion des différents corps de caractères137.

136Dans les États de 1743 et de 1758, on rencontre également des « lettres à deux points » ; elles se nomment ainsi car elles occupent l’espace de deux lignes, et font figure de capitales.

  • 138 État de 1743, fol. 102.

137À partir d’un placard de thèse imprimé par Joseph Douladoure en 1743, nous avons tenté de retrouver les différents caractères utilisés, afin de souligner leur diversité. Nous avons comparé chaque caractère aux exemples fournis par Pierre-Simon Fournier, vérifié leur taille, leur forme et leur espacement. Prenant, volontairement, un placard banal, reproduit page suivante, nous avons constaté que Joseph Douladoure employait au moins sept caractères différents dont certains étaient particulièrement usés, comme ceux du titre. Au cours de ce travail d’identification, nous avons remarqué que tous les caractères relevés ne sont pas mentionnés dans l’État de 1743. En effet, Comynihan indiquait : « Il a les caractères suivants, petit canon, gros-romain, Saint Augustin tous demy usés, petit romain vieux, petit texte presque neuf, le tout avec leurs italiques sauf petit canon138 ». Or, Joseph Douladoure n’avait pas de caractères petit-parangon de vingt points, comme nous l’avons indiqué, mais il avait des caractères gros-romain qui étaient d’environ dix-huit points. De même, il ne possédait pas de gros-texte de seize points, qu’on pouvait confondre avec le caractère saint-augustin de quatorze points. Cet exemple montre que les imprimeurs toulousains n’avaient pas une taille fixe pour leurs caractères, ce qui rejoint les remarques générales.

Corps de caractères

Points

Petit texte

8

Petit romain

10

Philosophie

11

Cicéro

12

Saint Augustin

14

Gros romain

18

Petit parangon

20

Petit canon

28

Gros canon

44

Source : P.-S. Fournier, Manuel typographique, 1764.
Tableau 15. Principaux caractères en usage à Toulouse

  • 139 Les caractères typographiques des imprimeurs en 1743 (Annexe 13).
  • 140 État de 1743, fol. 102.

138En 1743, le nombre de caractères possédés par les différents imprimeurs était fort variable, comme le montre le tableau en annexe139. La veuve d’Antoine Pech n’a que quatre caractères ; seul le caractère cicero est neuf, en romain comme en italique, les caractères saint-augustin sont demi usés et les caractères parangon et petit canon, usés. La qualité de la mise en page devait en souffrir, en raison du faible nombre de caractères et de leur usure. Notons que cette veuve n’a aucun petit caractère. Certes nous avons déjà vu qu’elle est « très vieille et qu’elle n’entend rien à l’imprimerie140 », mais elle a exercé pendant trente-sept ans. Jean Auridan, Guillaume Delrieu, Joseph Douladoure et la veuve de François-Sébastien Hénault ne sont guère mieux pourvus : ils n’ont que cinq caractères. Si ceux de Joseph Douladoure sont demi usés ou usés à l’exception du petit texte, ceux des trois autres imprimeurs sont neufs, avec pour la plupart des italiques.

139À l’inverse, Jean Guillemette possède dix caractères, d’une des plus petites dimensions – la mignonne – à la plus grosse – le gros canon ; de plus il peut imprimer en grec, détenant trois jeux de caractères – cicero, petit romain, petit texte. C’est l’imprimeur le mieux pourvu en caractères, mais, ayant beaucoup servi, ils sont demi-usés et risquent de fournir une impression quelque peu décevante. Non seulement le nombre de caractères, mais encore le degré d’usure établissent une hiérarchie chez les imprimeurs les mieux pourvus.

140Claude-Gilles Lecamus possède neuf caractères dont cinq sont usés ; en revanche Jean Desclassan, qui en a un nombre identique, en détient sept neufs. De même, Gaspard Hénault, avec des caractères neufs, peut réaliser un meilleur travail que Pierre Robert, qui n’a que des caractères usés ou demi-usés.

  • 141 Arrêt du Conseil d’Etat du 24 mars 1744, Livre de la communauté… (1733-1769), art. 51, fol. 95.

141En 1743, les caractères des quatorze imprimeurs sont donc très différents. Seuls trois d’entre eux, Jean Desclassan, Claude-Gilles Lecamus et Jean Guillemette, disposent des neuf caractères qui seront obligatoires avec l’application du Code de la Librairie, mais s’ils ont les caractères romains, il leur manque les italiques exigés en nombre égal. Des indications précises sont données dans l’article 51 quant à l’usure des caractères et à leur nombre : « Les fontes seront neuves et de la quantité qui suit ; savoir le gros-romain, saint-augustin et cicero de quantité suffisante pour faire au moins trois feuilles chacun, le petit romain deux feuilles et les autres à proportion de l’usage dont elles sont141 ».

  • 142 État des imprimeries établies dans la ville de Toulouse en novembre 1758.
  • 143 Ibid.

142L’État de 1758 énumère les caractères de neuf imprimeurs142 – nous avons vu, au chapitre trois, que la veuve de Joseph Douladoure a démissionné le 9 septembre 1758 et qu’il y a eu, en novembre, vacance transitoire de l’imprimerie. Si les caractères de Bernard Pijon et de Jean Auridan sont décrits précisément – « petit texte romain et italique ; petit romain, romain et italique ; cicero romain et italique… » –, ceux des sept autres imprimeurs sont simplement comparés à ceux de Bernard Pijon ; ainsi, pour Nicolas Caranove, lit-on qu’« il a les mêmes caractères que ceux du sieur Pijon143 ». Respectant le Code de la Librairie, celui-ci possède sept caractères romains et leurs italiques, à savoir petit texte, petit romain, cicero, saint-augustin, gros romain, parangon, petit canon. Cependant, il n’a qu’« un double gros-texte romain » et pas d’italique, « un gros canon italique » et pas de romain. Globalement, il respecte le règlement avec neuf sortes de caractères, depuis le gros canon jusqu’au petit texte. Ils sont complétés par « un assortiment de capitales de deux points des dits caractères ».

  • 144 Succession Sébastien Hénault, 1792.
  • 145 Testament de Louis Baour du 8 novembre 1748, ADHG, 3 E 11810, fol. 338-339.

143D’après l’État de 1758, Nicolas Caranove, Jean-Henri Guillemette, Jean Rayet, Pierre Robert et la veuve de Jean-Pierre Robert ont les mêmes caractères que Bernard Pijon, mais aucune précision n’est donnée sur leur usure. Pierre Robert, qui a sept caractères usés en 1743, en a acheté deux supplémentaires ; changea-t-il comme demandé les caractères pour les avoir neufs ? Jean Auridan, qui n’a que cinq caractères neufs en 1743, n’a complété que l’italique du petit canon et ne respecte donc pas la réglementation. Jean-François Desclassan ne dispose que de sept caractères ; il n’a pas le « double gros texte romain et gros canon italique ». Sébastien Hénault se distingue par la possession de caractères supplémentaires : « Il a de plus un petit romain et un gros canon italique romain ». On voit qu’en une quinzaine d’années les possibilités typographiques des imprimeurs toulousains ont progressé, respectant à peu près la législation et allant vers la normalisation des caractères. Mais cette adaptation a un coût. L’inventaire après décès de Sébastien Hénault estime à 6 000 livres le « fonds d’imprimerie et outils propres à la fonte des caractères144 », sans aucune précision complémentaire. Dans leurs testaments, les imprimeurs lèguent certaines fontes. Ainsi l’imprimeur en taille douce Louis Baour lègue à son fils cadet « la portion de fonte mignone que j’ai en société avec Mr Robert ayné, qui nous sert pour l’impression du Calendrier de Toulouse », dans son testament du 8 novembre 1748145.

  • 146 Inventaire du fonds d’imprimerie de Jean-Pierre Robert, ADHG, 3 E 13 946, 1758 (Annexe 14).
  • 147 MINARD Philippe, Typographes..., op. cit., p. 31-32.

144Quant à l’inventaire du fonds d’imprimerie de Jean-Pierre Robert, décédé le 29 janvier 1758, il présente un intérêt remarquable, en nous renseignant sur le matériel possédé et sur la valeur des caractères : 3 095 livres et 2 sols146. Le fonds d’imprimerie étant évalué à 4 085 livres et 8 sols, les seuls caractères représentent donc les trois quarts de la somme globale. Jean-Pierre Robert possède le matériel de base nécessaire à la profession. On peut imaginer son utilisation. À l’aide des « quarante-deux casses » ou cassetins cités, dans lesquels sont placés chaque lettre ou signe typographique à des dizaines d’exemplaires, le compositeur aligne les lignes dans « les deux composteurs en fer et huit en bois ». La ligne achevée rejoint les précédentes sur les « galées » qui se règlent au format voulu pour la page à imprimer. Puis, à l’intérieur des « douze châssis en fer », le compositeur ordonne les « garnitures en bois » afin de laisser apparaître des blancs à l’impression. La « forme » ainsi constituée est ensuite égalisée147. Enfin, sur les « huit marbres en bois », le typographe place les pages composées pour « l’imposition », ou pour la correction. L’impression peut être lancée.

c) Les presses

  • 148 RYCHNER Jacques, « Le travail de l’atelier », Histoire de l’édition française..., op. cit., tome 2 (...)

145L’inventaire après décès de Jean-Pierre Robert, en 1758, mentionne « trois presses ». Ce sont des presses à bras, dont le poids et l’encombrement sont importants – environ 300 kg, 2.30 m2 0.80 m au sol « ouvertes »148 – qui sont estimées à 460 livres et représentaient, environ, un neuvième du patrimoine professionnel de l’imprimeur, ce qui est peu comparé à la valeur des caractères de fonte. Le matériel d’encrage est également répertorié : la « forme » est encrée avec deux manchons de bois garnis d’un cuir imprégné d’encre – « encre d’imprimerie, deux paires de bois de balles, six cuirs » – ; la feuille de papier à imprimer est placée sur « le tympan », châssis tendu d’étoffe sur lequel on rabat la frisquette qui le maintient et protège les marges et les blancs. Dans l’inventaire est signalée la présence de « parchemin pour les tympans » : Jean-Pierre Robert utilisait-il un procédé particulier ? Il suffit ensuite de comprimer l’ensemble à l’aide de la vis de bois de la presse à bras pour imprimer. Ce travail est assez long et la capacité productive d’un atelier dépend du nombre de presses et de celui des ouvriers.

  • 149 Ibid., p. 46.

146L’article 51 du Code de la Librairie imposait à chaque imprimeur d’avoir « quatre presses au moins », à un moment où, selon Jacques Rychner, « le petit atelier local à deux presses est le plus répandu149 ». Qu’en était-il à Toulouse ?

  • 150 Nombre de presses, 1738-1788 (Annexe 15).

147D’après les États de 1738 et de 1743, les quatorze imprimeurs recensés ont 35 presses, soit 2,5 presses en moyenne par imprimeur. Seul, la veuve d’Antoine Pech n’a qu’une « presse montée » ; neuf autres, dont Jean-Pierre Robert, n’en ont que deux, ce qui confirme l’observation de Jacques Rychner150. Dans la liste de ces ateliers faiblement équipés figurent aussi ceux de Jean Desclassan et de Nicolas Caranove, qui sont cependant bien pourvus en caractères ; ils en ont respectivement neuf et huit. Pierre Robert et Gaspard Hénault possèdent trois presses, Jean Guillemette quatre et Claude-Gilles Lecamus cinq. C’est donc l’imprimeur qui possède le plus important patrimoine professionnel, avec neuf caractères et cinq presses.

  • 151 État des imprimeries établies dans la ville de Toulouse en novembre 1758.

148L’État de 1758 recense vingt-neuf presses dans neuf imprimeries, soit 3,5 presses en moyenne par imprimeur, ce qui marque une augmentation nette par rapport à 1743. Il montre que le Code de la Librairie n’était pas appliqué rigoureusement, puisque trois des neuf imprimeurs seulement ont quatre presses et plus ; il s’agit de Jean-Henri Guillemette, Sébastien Hénault et Bernard Pijon. Jean-Henri Guillemette et Bernard Pijon avaient hérité des presses de leur père ou beau-père ; seule la famille Hénault a acquis une presse entre 1743 et 1758. Quatre imprimeurs ont trois presses. Si Pierre Robert se contente de celles qu’il possède, il est à noter que Nicolas Caranove, Jean-François Desclassan et Jean-Pierre Robert ont acquis une presse supplémentaire. Même si leur prix, qui d’après l’inventaire de Jean-Pierre Robert, avoisine les 150 livres est abordable, se conformer à la loi n’est pas une motivation suffisante ; il faut que cette presse corresponde à une nécessité économique. Jean Rayet n’a que deux presses, mais l’État de 1758 indique qu’« il a deux presses qui travaillent actuellement, il en fait faire une troisième ». La situation de Jean Auridan paraît plus critique, puisqu’on précise qu’« il a deux presses dont une ne travaille que rarement151 ». Ainsi, la nouvelle règlementation entraîne l’accroissement du matériel des imprimeries toulousains, sans toutefois que les objectifs fixés soient atteints.

  • 152 État de 1768.
  • 153 Cité par Madeleine VENTRE, L’imprimerie et la librairie en Languedoc..., op. cit., p. 235.

149On lit dans l’État de 1768 que le nombre d’imprimeurs « ne paraît pas trop considérable pour cette ville vu l’augmentation du travail que le service du Palais exige152 ». Cependant, cette remarque va à l’encontre de celle relevée dans en l’État de 1764 : « À Toulouse, la fortune de la plupart des imprimeurs est bornée d’autant plus que toutes les presses ne sont pas toujours occupées153 ». Que faut-il en penser ? Quels imprimeurs étaient touchés par l’inactivité des presses ?

  • 154 État concernant les imprimeries de la Province de Languedoc, 1775.

150L’État de 1775 permet de constater de nouvelles évolutions, mais n’apporte pas d’éléments de réponse. Le nombre total de presses a augmenté : on en retrouve 35 chez les dix imprimeurs, soit 3,5 presses en moyenne par imprimeur. Ceux anciennement installés en conservent le même nombre ; ainsi Jean-François Desclassan et la veuve de Jean-Pierre Robert ont trois presses, et la troisième presse de Jean Rayet, annoncée dans l’État de 1758, est bien recensée en 1775 ; Jean-Henri Guillemette et Sébastien Hénault n’en ont pas acquis de nouvelles et restent à quatre presses. Ils n’ont donc pas éprouvé le besoin de développer leur patrimoine professionnel, ce qui est peut-être le signe d’une stagnation ou d’un ralentissement de leur activité. En 1775, le nombre de presses par imprimeur oscille entre trois et quatre, et de nets progrès s’observent depuis 1738. Les imprimeurs qui se sont installés après 1758, comme Jean-Florent Baour et Jean-Jacques Robert, possèdent trois presses ; Joseph Dalles et Jean-Joseph Douladoure en ont quatre. Seule la diminution du nombre de presses chez J.-A.-H.-M.-B. Pijon paraît surprenante. Il hérite de sa mère, la veuve de Bernard Pijon, d’une imprimerie avec cinq presses, et les états mensuels de 1775 n’en indiquent que quatre154. Nous ne savons pas pour quelle raison il en vend ou il en démonte une. N’oublions pas que les imprimeurs toulousains souffraient du monopole d’impression des parisiens, avant les arrêts du conseil du 30 août 1777.

151Avec le Procès verbal de la visite et état de l’imprimerie daté du mois de juillet 1783, nous observons une augmentation du nombre de presses, avec quarante presses pour dix imprimeurs, soit 4 presses en moyenne par imprimeur, qui ont donc été, semble-t-il, stimulés par la réforme de 1777.

  • 155 Procès verbal de la visite et état des imprimeries, 1783, état mensuel.

152En 1783, cinq imprimeurs ont toujours trois presses : Jean-Florent Baour, la veuve de Jean-Henri Guillemette, Jean-Jacques Robert, Jean-Pierre Robert et Jean-Joseph Douladoure155. Celui-ci en possédait quatre en 1775. Sébastien Hénault et Jean Rayet, qui en a acheté une nouvelle, en ont quatre. Joseph Dalles en a acquis une cinquième, signe de bonne santé économique ; Dominique Desclassan et J.-A.-H.-M.-B. Pijon se distinguent en en ayant six.

  • 156 Ibid., 1788, état mensuel.

153Cependant, on constate un ralentissement dans le développement des imprimeries entre 1783 et 1788 ; on ne dénombre plus à cette dernière date que trente-huit presses156. En effet, leur nombre a diminué chez quatre imprimeurs. Jean-Florent Baour n’en a plus que deux, ce qui l’apparente aux petits ateliers du premier quart du XVIIIe siècle ; Jean Rayet en a vendu une, passant de quatre à trois. Dominique Desclassan et J.-A.-H.-M.-B. Pijon passent également de six à cinq. Noël-Étienne Sens, en revanche, semble bien dynamique avec cinq presses.

154À la veille de la Révolution, Dominique Desclassan, J.-A.-H.-M.-B. Pijon et Noël-Étienne Sens se distinguent par leur nombre de presses, et des écarts paraissent se creuser entre les petits ateliers de deux ou trois presses et les grands. Mais nous n’avons pas d’informations sur l’évolution du nombre de caractères typographiques, qui permettraient d’affiner cette constatation.

  • 157 « Presse roulante : qui travaille, qui est en activité » Dictionnaire de l’Académie française, 183 (...)
  • 158 Nombre de presses, 1738-1788 (Annexe 15).

155Ainsi, entre 1783 et 1788, le nombre total de presses a diminué à Toulouse, passant de 40 à 38 – soit 3,8 presses par imprimeur – mais il faut tenir compte du fait que les Procès verbaux distinguent les « presses montées » des « presses roulantes », c’est-à-dire effectivement en exercice157. En 1783, dix-sept presses seulement étaient qualifiées de « roulantes » ; en 1788, treize, comme on le voit dans l’annexe 15158. Le classement des plus grandes imprimeries d’après le nombre de presses doit donc être corrigé. Dominique Desclassan et J.-A.-H.-M.-B. Pijon, qui possèdent six presses en 1783, n’en utilisent, respectivement que deux et quatre ; en 1788 avec cinq presses, ils n’en utilisent qu’une. De même, Sébastien Hénault, classé pourtant parmi les grandes fortunes du petit monde du livre, n’utilise également qu’une presse alors qu’il en a quatre. De ce fait, le classement par les presses roulantes est différent : en 1788, avec trois presses roulantes, Joseph Dalles et Noël-Étienne Sens sont les imprimeurs les plus dynamiques.

156On peut donc conclure que les imprimeurs toulousains, après avoir connu une embellie entre 1758 et 1783, visible dans l’acquisition de presses supplémentaires, ont affronté de réelles difficultés, à la veille de la Révolution, puisque leurs presses ne tournaient qu’à 37 % de leurs capacités.

  • 159 CHARTIER Roger, « L’imprimerie en France à la fin de l’Ancien Régime : l’état général des imprimer (...)
  • 160 VELAY Laurence, « Une famille d’imprimeurs à Montpellier... », op. cit., p. 23.
  • 161 MOULINAS Robert, « Une famille d’imprimeurs-libraires avignonnais... », op. cit., p. 56.

157En 1788, les imprimeurs toulousains étaient-il avec 3,8 presses dans la norme ? Roger Chartier, analysant l’État Général des imprimeurs en 1777, donne quelques chiffres : « Alors que pour l’ensemble du royaume la moyenne est de 2,8 presses par imprimerie, elle est à Lyon et Lille de 4, 1, à Orléans de 4, à Rouen de 3, 9, à Limoges de 3,8159 ». Les Rochard à Montpellier160 et les Delorme à Avignon161, dont nous avons vanté la fortune, ne possédaient que deux presses. Ces chiffres nous permettent donc d’affirmer que les imprimeurs toulousains avaient des ateliers aussi bien équipés que ceux de Rouen ou de Limoges, et ils semblent bien placés dans la hiérarchie des ateliers provinciaux.

  • 162 JURATIC Sabine, « Entre tradition et innovation : les ateliers typographiques parisiens au XVIIIe  (...)
  • 163 DARNTON Robert, « L’imprimerie de Panckoucke en l’an II », Revue française d’histoire du livre, 19 (...)

158Il est impossible de comparer les imprimeries toulousaines et parisiennes. En effet, Sabine Juratic dénombre « 350 presses mobilisant plus de onze cents ouvriers » à la veille de la Révolution. Elle ajoute qu’« en février 1788, le nombre moyen de presses approche de dix à Paris. Le maximum est atteint par Didot jeune (quinze presses) et par Moutard (quatorze presses) qui emploient l’un et l’autre soixante compagnons et quelques alloués162 ». Les imprimeries toulousaines n’étaient pas non plus en mesure de rivaliser avec l’imprimerie détenue par Panckoucke en l’an II, qui, selon Robert Darnton, était dotée de 27 presses et employait une centaine d’ouvriers163.

159L’étude du nombre de presses étant toujours associée celle de la main d’œuvre, que savons-nous de celle des imprimeries toulousaines ?

d) L’activité des imprimeries

  • 164 VENTRE Madeleine, L’imprimerie et la librairie..., op. cit., p. 24, 31.
  • 165 État de 1738…
  • 166 État concernant les imprimeries de la Province de Languedoc, 1775.

160Brosser un tableau de l’activité des. imprimeries avec le nombre de presses et le nombre de caractères, quand les sources le permettent, revient à réaliser une comparaison puis un classement de ces dites imprimeries ; pour être complet il convient d’ajouter la main d’œuvre employée dans chacune d’elle, comme le montre le document 16 en annexe, Grâce aux « Procès-verbaux de la visite et États de l’Imprimerie de Toulouse contenant le nombre des Ouvrages, Compagnons, Apprentis, Alloués, Presse » nous pouvons dresser ce tableau dans les années 1780. Auparavant, les seules données chiffrées que nous avions concernaient le début du XVIIIe siècle. Madeleine Ventre note qu’en 1701, les douze imprimeurs toulousains employaient onze apprentis et quarante et un compagnon164 ; dix-huit apprentis et trente-sept compagnons travaillaient pour les quatorze imprimeurs165, d’après l’État de 1738. En 1775, 60 « ouvriers » travaillaient sur 35 presses, soit 1,7 ouvrier en moyenne par presse166.

  • 167 Presses et main d’œuvre par imprimeur (Annexe 16).

161En 1783, 85 « ouvriers », huit « apprentis » et quatre « alloués » sont recensés pour 40 presses ; cette forte augmentation peut en partie s’expliquer par la présence de cinq presses supplémentaires. Cependant, de 1783 à 1788, la main-d’œuvre diminue à 69 « ouvriers », dix « apprentis » et sept « alloués ». Pour avoir une idée précise de la situation de chaque imprimerie dans les années 1780, nous ne pouvons prendre en compte, puisque nous n’avons pas d’état des caractères, que le nombre de « presses montées », de « presses roulantes » et la main d’œuvre employée, en 1783 et 1788167.

162Trois cas de figures s’observent. Chez Sébastien Hénault, le nombre d’ouvriers est passé de six en 1775 à quatre en 1783 et est resté inchangé dans les années qui suivent, avec quatre presses. Jean-Florent Baour, alors qu’il n’utilise qu’une presse roulante, emploie trois ouvriers et un apprenti en 1788, au lieu de quatre précédemment.

163En revanche, trois imprimeurs ont accru leurs effectifs, au moins dans la dernière décennie. Jean-Jacques Robert, alors qu’il n’avait qu’une presse roulante, a augmenté sa main-d’œuvre en passant de six à sept ouvriers, puis en prenant un apprenti et deux alloués. Pierre-Benoît-Augustin Robert, qui a succédé à sa mère, n’a plus que six ouvriers, il en a engagé deux de plus, ainsi que deux apprentis et un alloué, alors qu’il n’a qu’une presse roulante.

164La veuve de Jean-Joseph Douladoure, qui possédait deux presses roulantes, a cherché sans doute de l’aide, elle a, à la mort de son mari, employé deux ouvriers supplémentaires : elle en a alors huit ; elle a conservé ses deux apprentis et a embauché un alloué.

165En revanche, pour trois autres imprimeurs, nous constatons une baisse des effectifs et une diminution du nombre de presses roulantes. Jean Rayet est passé de deux presses roulantes en 1783 à une en 1788 ; alors qu’il employait dix ouvriers et deux apprentis, cinq ans après il se contente de six ouvriers et d’un apprenti. C’est également le cas de J.-A.-H.-M.-B. Pijon ; en 1783, avec quinze ouvriers travaillant sur quatre presses roulantes il passait pour l’imprimeur le plus dynamique de la décennie ; en 1788, il n’a plus que neuf ouvriers et seule une presse fonctionne. Il en est de même chez Dominique Desclassan, qui avait deux presses roulantes en 1783, mais une seule cinq ans après, et il est passé de quinze ouvriers et deux apprentis à dix ouvriers, un apprenti et un alloué en janvier 1788, suite vraisemblablement à un ralentissement de l’activité que rien d’autre ne nous permet de confirmer.

166La situation de Joseph Dalles est différente. Contrairement à l’ensemble de ses confrères, il n’a pas connu de diminution du nombre de presses roulantes ; au contraire, sur les cinq presses qu’il possède, deux sont roulantes en 1783 et trois en 1788 ; mais les effectifs de son imprimerie ont diminué. Il a réorganisé sa main d’œuvre en se séparant de deux ouvriers ; il emploie alors dix ouvriers, un apprenti et un alloué. Seul Noël-Étienne Sens, fait figure d’imprimeur prospère avec treize ouvriers et deux apprentis qui s’activent autour de trois presses roulantes mais il n’est imprimeur que depuis 1785.

167Ainsi, à la veille de la Révolution, les imprimeurs les plus actifs, en raison du nombre de presses roulantes et des effectifs de main-d’œuvre employée, étaient Joseph Dalles et Noël-Étienne Sens, comme le montre le graphique 16 en annexe.

III- Imprimeurs et libraires : leur place dans la société urbaine

  • 168 État de 1768.

168Dans l’État de 1768, le subdélégué Raynal déclarait que « tous les imprimeurs et libraires de Toulouse jouissent d’une très bonne réputation tant aux yeux des autres commerçants qu’aux yeux du public168 ».

169Cette « bonne réputation » se traduit-elle par une participation active à diverses institutions civiles ou religieuses de la ville ?

1- Les institutions politiques

  • 169 TAILLEFER Michel, Vivre à Toulouse..., op. cit., p. 63.

170Les imprimeurs et les libraires aspirant aux honneurs briguaient le capitoulat. En effet, la coutume voulait que parmi les huit capitouls il y ait deux marchands mais, au XVIIIe siècle, suite aux réformes concernant l’élection des capitouls, ils ont été peu à peu écartés au profit des juristes. « Représentant 34,3 % des capitouls au milieu du XVIIe siècle, les marchands ne sont plus que 21,4 % au siècle suivant alors que les avocats et autres hommes de loi passent de 47,6 à 62,8 %169 ». Dans ce contexte difficile, y parvenir était remarquable,

  • 170 Ibid., p. 65.

171Pourquoi pouvaient-ils rechercher cette fonction ? Elle était prestigieuse car les capitouls étaient les seuls magistrats municipaux du royaume à porter cette dénomination, qui les distinguait des échevins, consuls ou jurats. Des avantages matériels et surtout honorifiques importants y étaient associés. Exemptés de taxes municipales et royales, ils recherchaient le « prestige attaché aux signes extérieurs de la dignité capitulaire, dont les principaux sont le costume et les portraits170 ». Mais au-delà de tout ceci, le plus important était la noblesse héréditaire : les capitouls et leurs descendants étaient anoblis dès la première génération et gratuitement.

  • 171 Ibid., p. 63.
  • 172 État de 1768.

172C’est l’intendant qui transmettait une liste de vingt-quatre noms au roi qui choisissait les huit capitouls ; les pressions étaient nombreuses, souligne Michel Taillefer « les puissants, – l’archevêque, le premier président, le sénéchal, l’intendant, le gouverneur, tel courtisan influent – se répartissent les chaperons et les font attribuer à leurs protégés, parfois moyennant finances (jusqu’à 2 000 écus, dit-on au milieu du XVIIIe siècle)171 ». Parvenir au capitoulat pour un marchand était donc une épreuve semée d’embûches. Pourtant deux libraires et un imprimeur y accédèrent. Jean-François Forest a été élu en 1741, Antoine Birosse en 1767 et J.-A.-H.-M.-B. Pijon a été capitoul de 1775 à 1777, c’était le signe de leur réussite sociale et de leur ténacité. S’il n’y a pas eu de changement dans les impressions pour les libraires, J.-A.-H.-M.-B. Pijon a rapidement modifié l’adresse de ses pages de titre en rappelant sa récente noblesse : « De l'Imprimerie de Noble J.-A.-H.-M.-B. PIJON, Avocat, Capitoul, seul Imprimeur du Roi & de Monseigneur l'Archevêque ». Sa participation à des institutions économiques comme la Bourse des marchands ont renforcé son prestige et sa position dans la ville, et la bonne situation des imprimeurs-libraires était même soulignée par Raynal : « Aussi sont-ils admis dans le grand corps de la bourse, en cette qualité, ils sont nommés concurremment avec les autres aux premières places de la juridiction consulaire172 ».

2- Les institutions économiques

  • 173 BERTHOMIEU Bérangère, La Bourse commune des marchands de Toulouse de 1715 à 1789, thèse de doctora (...)

173Grâce à cette admission, ils étaient convoqués chaque année, le 28 décembre, avec les autres marchands de la ville, pour participer à l’élection des nouveaux prieurs et consuls. Les conditions d’éligibilité étaient simples, il fallait être membre du Grand Tableau ou être ancien capitoul. Les anciens prieurs et consuls proposaient leurs successeurs et des candidats pouvaient être désignés sans avoir été consultés. C’est ce qui est arrivé à Jean-François Forest, le 28 décembre 1766. Ancien capitoul, il a été élu second consul. Il a répondu qu’« attendu son infirmité et ses grandes occupations, [et] qu’il se trouvait affligé d’une grande surdité qui faisait tous les jours des progrès et qui l’empêcherait de faire son service et encore plus l’audience173 », il se voyait contraint de refuser cette fonction. Le 30 décembre, l’assemblée a organisé donc, exceptionnellement, une nouvelle élection pour pourvoir la place de second consul.

  • 174 Ibid., Annexes.

174Forest n’a pas été le seul à être ainsi distingué, et quelques imprimeurs et libraires ont eu un rôle actif dans l’administration de la Bourse entre 1715 et 1789. Grâce au recensement des prieurs et des consuls établi par Bérangère Berthomieu174, nous avons mesuré leur place dans les élections consulaires. Jean-François Forest, en 1766, et Jean-Florent Baour, en 1780, ont été élus seconds consuls. En 1772, Jean-Pierre Darnès est devenu premier consul. Enfin J.-A.-H.-M.-B. Pijon a été élu premier consul en 1781. Un prieur seulement a enfin été choisi chez les imprimeurs et les libraires entre 1739 à 1788 : Nicolas Caranove en 1748. Au total cinq imprimeurs et libraires, soit 5,7 % d’entre eux, ont eu des fonctions au sein de la Bourse des marchands pendant cinquante ans, ce qui semble peu, mais ils représentaient l’élite dirigeante et il faut tenir compte du fait que les imprimeurs et les libraires ne représentaient que 5 à 6 % des effectifs du Grand Tableau.

175Considérés comme les bons et loyaux marchands ils avaient le privilège d’assister aux principales cérémonies de la ville et processions. Les Almanachs de Baour aiment à le rappeler :

  • 175 « Chambre royale et syndicale. Prérogatives De l’Imprimerie & Librairie. », Almanach historique de (...)

Il est dit dans l’article XIII, que les mandemens des Recteurs pour les Processions, tant ordinaires qu’extraordinaires, seront envoyez aux Syndic & adjoints, & seront affichés dans la Chambre syndicale, […] & que lesdits Imprimeurs-Libraires occuperont auxdites Processions, le rang qui sera marqué dans le Livre du Recteur. Le nombre de ceux qui doivent assister auxdites Processions, est fixé […] dans la ville de Toulouse à cinq : savoir un Imprimeur & quatre Libraires, pourvus de Lettres de Jurande, émanées de l’Université175.

176Nous n’en savons pas davantage, car les Livres de la communauté ne font aucune allusion à l’organisation de ces cérémonies.

177Au-delà de ces institutions politiques et économiques qui engageaient la place et le fonctionnement de la confrérie dans la ville et la province, d’autres institutions relevaient de ce que nous appellerions aujourd’hui la conscience et les convictions personnelles.

3- Les institutions de sociabilité

a) Les confréries de pénitents

  • 176 Liste établie d’après Jean-Luc LABATUT, Les confréries de pénitents, mémoire de maîtrise, Universi (...)

178Est-ce le goût de la représentation ou une foi profonde, ou les deux, qui poussèrent, certains imprimeurs et libraires vers les confréries de pénitents ? D’après les travaux de Jean-Luc Labatut, huit imprimeurs ou libraires fréquentèrent régulièrement ces institutions de pénitence et de charité, répartis dans deux confréries176. Les Pénitents bleus, fondés en 1576, étaient placés sous la protection de la Vierge et de Saint-Jérôme. Ils attirèrent les imprimeurs Jean Desclassan et Dominique Desclassan, et les libraires Jean Dupleix et Claude-Augustin Manavit. Ce dernier vendit dans sa boutique, en 1766, une plaquette, imprimée par Jean-Florent Baour, intitulée : « Description de la pompe funèbre faite dans la Chapelle royale de MM. Les Pénitens Bleus de Toulouse, Pour la mémoire de Très-Haut, très-puissant et excellent prince, Monseigneur Louis, Dauphin de France » ; sans doute était-il fier, en tant que pénitent bleu, d’avoir contribué à une telle manifestation.

  • 177 Ibid., p. 526.
  • 178 SILVESTRE DE SACY Renaud, Les imprimeurs et les libraires toulousains…, op. cit., p. 237.

179La confrérie des Pénitents gris, placés sous l’invocation de saint Jean-Baptiste, organisait régulièrement un pèlerinage à Notre-Dame de Garaison177. En 1764, Jean-Henri Guillemette a imprimé un petit livre, intitulé Prières et réglemens pour la procession que Messieurs les Pénitens gris de Toulouse, sous l'Invocation de saint Jean-Baptiste, doivent faire à la Chapelle Notre-Dame de Garaison, le trente août 1764. Les libraires Antoine Birosse et Pierre Garrigues, et les imprimeurs Jean Guillemette et Sébastien Hénault, en faisaient partie, ainsi que, d’après Renaud Silvestre de Sacy, Jean-François Forest178.

180À défaut de connaissance réelle de leur action au sein des confréries, nous ne pouvons que supposer le désir des imprimeurs et libraires d’être remarqués au sein des cérémonies orchestrées par les confréries. Cependant, certains d’entre eux adhéraient également à des loges maçonniques.

b) Les loges maçonniques

  • 179 TAILLEFER Michel, La franc-maçonnerie..., op. cit., p. 91.
  • 180 Ibid., p. 118.
  • 181 Information aimablement communiquée par Michel Taillefer.
  • 182 Page de titre par D. Desclassan, chapitre 6.
  • 183 TAILLEFER Michel, La franc-maçonnerie..., op. cit., p. 135.
  • 184 Informations aimablement communiquées par Michel Taillefer.

181Michel Taillefer présente la franc-maçonnerie comme une société partageant une « idéologie du bonheur terrestre », d’où découlent des pratiques tournées vers l’exercice de vertus sociales – amitié, bienfaisance, solidarité – mais aussi, par « son secret et ses mystères », la croyance « que l’initiation qu’elle proposait donnait la clé de connaissances ésotériques179 ». Apparue à Toulouse en 1741, s’inspirant d’un modèle anglais, elle a connu une expansion régulière, qui s’est traduite par la multiplication de loges regroupant une quarantaine d’initiés en moyenne. Elle a recruté dans les différents milieux aisés de la ville, et notamment dans le monde de l’industrie, du commerce et de l’artisanat180. Neuf imprimeurs ou libraires, soit plus de 14 % de l’ensemble masculin, – les femmes ne pouvant adhérer à une loge, les veuves d’imprimeurs ne doivent pas être prises en compte –, ont été identifiés parmi les francs-maçons. Jean Dupleix et Antoine Laporte cadet ont appartenu à la loge Saint Joseph des Arts ; Laporte cadet en a été secrétaire en 1769, 1774, 1776 et 1777, et Jean Dupleix orateur en 1769 et 1776181. Sébastien Hénault a été vraisemblablement membre de la Sagesse. La loge Saint-Jean d’Écosse a reçu Dominique Desclassan, qui en a été secrétaire en 1778 et 1785 et vénérable, en 1780. Sur la page de titre des Sermons, panégyriques et discours du R. P. Barutel, imprimés en 1788, il a apposé sa marque d’imprimeur avec deux D entrecroisés et une équerre et un compas, emblèmes des francs-maçons182. Les imprimeurs et les libraires privilégiaient la loge des Élus de Chartres ; créée en 1774, c’était la plus « aristocratique » des loges bourgeoises183. J.-A.-H.-M.-B. Pijon en a été secrétaire en 1774, puis vénérable en 1776. Elle a aussi compté Jean-Baptiste Broulhiet et Jean-François Baour, qui est devenu secrétaire en 1786, et orateur en 1787 et 1788, et un certain Darnès, peut-être le libraire, secrétaire en 1786, 1787 et 1788. Enfin, un Jean Viallanes, libraire, – est-ce François-Ange ? – a été membre de la loge des Cœurs réunis, créée également en 1774 ; il en a été garde des sceaux (1774, 1775, 1781, 1782, 1783, 1784, 1785), maître d’hôtel (1777), deuxième surveillant (1778), membre du chapitre des Cœurs réunis (1783)184. Nous savons encore que Jean-Henri Guillemette était franc-maçon, mais sa loge est inconnue. En 1776, il a imprimé la seule publication maçonnique toulousaine qui mentionne le nom de l’imprimeur : « Ode à son Altesse Sérenissime Monseigneur Le Duc de Chartres, dans son passage à Bordeaux. Par un Frère des Loges Réunies de l’Orient Aquitain ».

182La participation d’imprimeurs et de libraires à la vie des loges, à la veille de la Révolution, est incontestablement assez importante et traduit sans doute de nouvelles aspirations plus égalitaires. Qu’en conclure ? Comme pour les compagnies de pénitents – foi ou ostentation ? –, les libraires et imprimeurs initiés ont-ils été attirés par les idéaux humanistes et humanitaires des maçons ou par leur réseau de solidarité dont ils pouvaient espérer tirer bénéfice ? La question restera sans réponse. Leur participation les situe, cependant dans la mouvance d’un courant de pensée qui, tout en se refusant à la remise en cause des valeurs chrétiennes et monarchiques, caractérise la modernité des Lumières.

  • 185 POULOT Dominique, « Franc-maçonnerie », dans Lucien BÉLY (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime.. (...)

183Dominique Poulot remarque que les loges maçonniques se singularisent par « l’entrée de groupes sociaux à peu près absents des autres institutions de sociabilité cultivée185 » ; cette affirmation ne paraît pas pertinente dans le cas de Toulouse. En effet, les maçons Jean Dupleix et Sébastien Hénault ont été, en même temps, membres d’une confrérie de pénitents. On peut donc conclure en insistant sur la place éminente des imprimeurs et des libraires dans la vie toulousaine.

184Au terme de ce chapitre, nous ferons plusieurs constatations concernant la situation des imprimeurs et des libraires toulousains entre 1739 et 1788.

185D’une part, d’un point de vue personnel et professionnel, les imprimeurs et les libraires ont été mieux formés au cours du XVIIIe siècle. En effet, dans les années 1740, leur niveau d’instruction était très inégal, voire faible, et peu étaient « congrus en latin » et savaient lire le grec comme l’exigeait le Code de la librairie. Cependant, ils essayèrent de se conformer aux obligations strictes imposées par les règlements – ce que nous avons déjà remarqué dans les chapitres précédents – et de nets progrès dans leur niveau d’études ont été enregistrés. Ainsi, à la veille de la Révolution, la formation des dix imprimeurs était assez satisfaisante, et 40 % d’entre eux avaient fréquenté la faculté des arts.

186D’autre part, l’activité de la plupart des imprimeurs et, à un degré moindre, des libraires, était liée à des familles ou des dynasties familiales, ce qui impliquait des mariages au sein du groupe. C’était une caractéristique de la société d’Ancien Régime. Cependant, alors que les données sur les libraires sont trop lacunaires pour conclure, celles sur les imprimeurs montrent qu’il n’y eut pas de phénomène endogamique strict, comme à Rouen, mais que le milieu était ouvert à la bourgeoise commerçante toulousaine, et c’est là une originalité.

187La constitution des familles d’imprimeurs et de libraires étant dans la tradition, organisée autour de la famille conjugale, c’est la situation des onze veuves d’imprimeurs qui retient davantage l’attention ; de par la loi, elles avaient le privilège de succéder à leur époux. Certaines étaient pauvres et peu compétentes, d’autres, plus aisées, se comportaient en véritables chefs d’entreprise.

188Enfin, à travers leur patrimoine personnel ou professionnel, nous avons pris une meilleure connaissance des imprimeurs et les libraires. Dans ce sens, les sources aident à cerner le patrimoine personnel de chacun, constitué de biens mobiliers et immobiliers. On observe des écarts très nets qui permettent d’opposer, d’une part, quelques petits propriétaires à ceux qui avaient une belle maison, au centre-ville ; d’autre part, ceux qui n’avaient qu’une maison à ceux qui étaient propriétaires fonciers. En 1788, quelques imprimeurs se distinguaient par leur fortune, ainsi Sébastien Hénault, Jean-Florent Baour ou J.-A.-H.-M.-B. Pijon.

189La connaissance du patrimoine professionnel de chaque imprimeur fait apparaître une évolution. Les imprimeries se sont progressivement équipées en nombre de caractères et en nombre de presses, en tentant de respecter le Code de la Librairie. Toutefois, après une phase d’expansion du nombre de presses, nous avons constaté une phase de diminution entre 1783 et 1788. Ainsi, les imprimeries de J.-A.-H.-M.-B. Pijon et de Dominique Desclassan, les mieux pourvues en presses au début de la décennie, ont-elles connu un ralentissement, avec une diminution du nombre de presses et de la main-d’œuvre en 1788.

190Richesse personnelle, équipement et activité des imprimeries auraient dû, semble-t-il, aller de pair. Or, si dans les années 1740, la richesse matérielle d’un Claude-Gilles Lecamus répondait à celle de son imprimerie dotée de cinq presses, paradoxalement, à la veille de la Révolution, ce ne sont pas les plus fortunés qui avaient les ateliers les mieux équipés ou les plus actifs, tels Sébastien Hénault ou Jean-Florent Baour : c’étaient des imprimeurs moins bien nantis comme Joseph Dalles et Noël-Étienne Sens.

191Enfin l’engagement des imprimeurs et des libraires dans la vie sociale témoigne de leur esprit d’ouverture et d’intégration, mais aussi d’une certaine quête de reconnaissance. Institutions civiles, religieuses ou sociétés maçonniques les attirèrent. La notoriété qu’ont acquis quelques imprimeurs libraires a été d’autant plus importante que l’a été leur rôle dans la ville et J.-A.-H.-M.-B. Pijon en est l’exemple le plus significatif.

192Reste maintenant à entrer dans le détail de leurs productions.

Notes

1 LABADIE Ernest, Notices bibliographiques sur les imprimeurs et libraires bordelais des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles ; suivie de la liste des imprimeurs et libraires de Bordeaux et du département de la Gironde au XIXe siècle : documents pour servir à l’histoire de l’imprimerie et de la librairie, ouvrage illustré de sept planches hors textes et de vignettes, Bordeaux, M. Mounastre-Picamilh, 1900, LVI-184 p.

2 LABARRE Albert, Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au XVIIIe siècle, tome XV. Artois Flandre Picardie ; IX. Lille III (1771-1789), Baden-Baden, Bouxwillier, Valentin Koerner, 1995, 355 p.

3 LABARRE Albert, « Imprimeurs et libraires d’Amiens aux XVIIe et XVIIIe siècles », Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie, 1991, vol. 622, p. 57-90.

4 DESGRAVES Louis, Dictionnaire des imprimeurs, libraires et relieurs de Bordeaux et de la Gironde, XVe-XVIIIe siècles, Baden-Baden, Bouxwillier, Valentin Koerner, 1995, 325 p.

5 MOULINAS René, « Une famille d’imprimeurs-libraires avignonnais du XVIIIe siècle : les Delorme », Revue française d’histoire du livre, 1972, no 3, p. 45-78.

6 MOULINAS René, Ibid., p. 45.

7 BARBIER Frédéric, « Les Henry, imprimeurs et libraires à Valenciennes au XVIIIe siècle », Mélanges de la Bibliothèque de la Sorbonne, no 13, Paris, 1995, p. 61-80.

8 VELAY Laurence, « Une famille d’imprimeurs à Montpellier au XVIIIe siècle : les Rochard », Annales du Midi, 1997, p. 5-32.

9 QUÉNIART Jean, L’imprimerie et la librairie à Rouen..., op. cit., p. 24.

10 BARBIER Frédéric, Trois cents ans de librairie et d’imprimerie Berger-Levrault 1676-1830, Genève, Droz, 1979, 525 p.

11 BARBIER Frédéric Lumières du Nord Imprimeurs, libraires et « gens du livre » dans le Nord au XVIIIe siècle (1701-1789) Dictionnaire prosopographique, Genève, Droz, 2002, 528 p.

12 BARBIER Frédéric, JURATIC Sabine, MALLERIO Annick, Dictionnaire des imprimeurs, libraires et gens du livre à Paris 1701-1789, Genève, Droz, 2007, 688 p. Toutes les notices biographiques sont sur ce plan, s’y ajoute une rubrique « Références ».

13 Répertoire des imprimeurs et des libraires toulousains.

14 Ibid.

15 MELLOT Jean-Dominique, QUÉVAL Élisabeth, Répertoire d’imprimeurs-libraires (vers 1500-vers 1810), Paris, BNF, 2004, p. 285.

16 François Hénault, mentionné dans l’État de 1772, ne l’est plus dans celui de 1775.

17 Généalogie sommaire de famille Hénault.

18 MELLOT Jean-Dominique, QUÉVAL Élisabeth, Répertoire d’imprimeurs-libraires..., op. cit., p. 285.

19 Généalogie sommaire de la famille Douladoure.

20 DOULADOURE famille, Une vieille famille de maitres-imprimeurs toulousains, Toulouse, Douladoure, 1937, 16 p.

21 SILVESTRE DE SACY Renaud, Les imprimeurs et les libraires toulousains…, op. cit., p. 196.

22 Généalogie sommaire de la famille Lecamus-Pijon.

23 PAGE Ivan, « Claude-Gilles Lecamus et sa famille, imprimeurs du clergé de Toulouse », Revue française d’histoire du livre, 1992, p. 78-79.

24 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, « Une dynastie d’imprimeurs toulousains… », op. cit., p. 121.

25 SILVESTRE DE SACY Renaud, Les imprimeurs et les libraires toulousains…, op. cit., p. 200, 263.

26 BARBIER Frédéric, Lumières du Nord..., op. cit.

27 CHARTIER Roger, « L’imprimerie en France à la fin de l’Ancien Régime : l’état général des imprimeurs de 1777 », Revue française d’histoire du livre, 1973, Annexe 1, p. 273-278.

28 BARBIER Frédéric, « Les Henry, imprimeurs et libraires à Valenciennes au XVIIIe siècle », Mélanges de la Bibliothèque de la Sorbonne, Paris, 1995, no 13, p. 62-65.

29 BOUTIER Jean, « Livres et imprimés en Limousin au XVIIIe siècle : production, diffusion, consommation », Michel CASSAN et Jean BOUTIER (dir.), Les imprimés limousins 1788-1789, Limoges, PULIM, 1994, p. 10.

30 BARBIER Frédéric, Trois cents ans… Berger-Levrault..., op. cit., p. 38.

31 DESGRAVES Louis, Le livre en Aquitaine XVe-XVIIIe siècle, Biarritz, Atlantica-Centre régional des Lettres d’Aquitaine, 1998, p. 55.

32 QUÉNIART Jean, L’imprimerie et la librairie..., op. cit., p. 21

33 VELAY Laurence, « Une famille d’imprimeurs à Montpellier au XVIIIe siècle : les Rochard », Annales du Midi, 1997, p. 5-32.

34 BARBIER Frédéric, JURATIC Sabine, MELLERIO Annick, Dictionnaire des imprimeurs, libraires..., op. cit., p. 488.

35 SILVESTRE DE SACY Renaud, Les imprimeurs et les libraires toulousains…, op. cit., p. 257. Au sujet de A. Laporte, l’auteur écrit : « petit-fils de maître libraire, sa demande d’être reçu comme fils de maître fut acceptée ».

36 MELLOT Jean-Dominique, QUÉVAL Élisabeth, Répertoire d’imprimeurs-libraires..., op. cit., p. 238.

37 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, « Une dynastie d’imprimeurs toulousains, XVIIe-XVIIIe siècles », 110e Congrès des sociétés savantes, Montpellier, 1985, Paris, CTHS, 1985, p. 121.

38 HANNE Georges, Le monde du travail entre XVIIIe et XIXe siècle : Toulouse-Saragosse, étude comparative, thèse de doctorat, Université de Toulouse-Le Mirail, 2001, p. 588.

39 Ibid., p. 588.

40 DESGRAVES Louis, Le livre en Aquitaine..., op. cit., p. 55.

41 POUSSOU Jean-Pierre, Bordeaux et le Sud-Ouest au XVIIIe siècle, croissance économique et attraction urbaine, Paris, Jean Thouzot, 1983, p. 115. Bordeaux progresse de 144 % avec une arrivée massive d’immigrants, 60,1 % des immigrants vont vers le secteur tertiaire mais seulement 8,7 % se dirigent vers les métiers du commerce, parmi lesquels figurent les imprimeurs-libraires.

42 CAUBET Isabelle, Approches démographiques et sociales des ménages toulousains, entre 1695 et 1790, thèse de doctorat, Université de Toulouse-Le Mirail, 1999, p. 134.

43 SAUPIN Guy, Les villes en France à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Belin, 2002, p. 18. L’auteur indique un taux de croissance pour Toulouse de 48,8 %, supérieur de 10 % à celui avancé par Isabelle Caubet.

44 Tableau 11, Origine des imprimeurs et des libraires, 1739-1788.

45 VENTRE Madeleine, L’imprimerie et la librairie en Languedoc..., op. cit., p. 41.

46 BLANC-ROUQUETTE Marie-Thérèse, « Un imprimeur toulousain : Jean-Florent Baour »..., op. cit., p. 302.

47 KNAPIK Barbara, « Les maîtres imprimeurs et libraires à Strasbourg de 1750 à 1850 », Chantiers historiques d’Alsace, 2003, p. 79-92.

48 FLANDRIN Jean-Louis, Familles, parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, Le Seuil, 1984, p. 69.

49 POUSSOU Jean-Pierre, « Nuptialité », dans BÉLY Lucien (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime..., op. cit., p. 913.

50 GÉRARD Claire, Les marchands du Grand Tableau de la Bourse de Toulouse, 1750-1784, mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-Le Mirail, 1988, p. 94.

51 État de 1743, fol. 102.

52 État de 1738, fol. 89.

53 Ibid., fol. 82.

54 Banque de données… communiquée par Isabelle CAUBET.

55 Banque de données… communiquée par Isabelle CAUBET.

56 GÉRARD Claire, Les marchands du Grand Tableau de la Bourse de Toulouse…, op. cit., p. 93.

57 POUSSOU Jean-Pierre, « Nuptialité », op. cit., p. 913.

58 BROULHIET Jacques, « Jean-Baptiste Broulhiet (1751-1814), Journaliste, Editeur, Libraire, Imprimeur à Toulouse », Cercle Généalogique de Languedoc, 2001, p. 53.

59 TAILLEFER Michel, Vivre à Toulouse sous l’Ancien Régime..., op. cit., p. 283.

60 QUÉNIART Jean, L’imprimerie et la librairie..., op. cit., p. 230.

61 SILVESTRE DE SACY Renaud, Les imprimeurs et les libraires toulousains…, op. cit., p. 200.

62 Arrêt du Conseil d’Etat du 24 mars 1744, Livre de la communauté… (1733-1769), art. 46, fol. 92.

63 Ibid., art. 55, fol. 96.

64 SILVESTRE DE SACY Renaud, Les imprimeurs et les libraires toulousains…, op. cit., p. 200.

65 Ibid., p. 201.

66 QUÉNIART Jean, L’imprimerie et la librairie..., op. cit., p. 230-234.

67 Registres de la capitation, AMT, CC 1042 (Daurade, 1790) ; AMT, CC 1070 (Pont-Vieux, 1790).

68 État de 1743, fol. 101, 102, 103.

69 SENTOU Jean, Fortunes et groupes sociaux à Toulouse sous la Révolution (1789-1799), Toulouse, Privat, 1969, p. 300.

70 Ibid.

71 Ibid., p. 302.

72 Ibid., p. 305.

73 Ibid., p. 292.

74 Succession de Gaspard Hénault du 21 septembre 1755, ADHG, 3 E 13952, fol. 419-435 (Annexe 11).

75 Succession de Sébastien Hénault du 31 mars 1792, ADHG, 3 E 13 944, fol. 197-212 (Annexe 11).

76 Banque de données… communiquée par Isabelle CAUBET.

77 Inventaire après décès de Michel Sens, libraire, 1766, ADHG, 3 E 13 947, 1766 (Annexe 11).

78 SILVESTRE DE SACY Renaud, Les imprimeurs et les libraires toulousains…, op. cit., p. 208.

79 SENTOU Jean, Fortunes et groupes sociaux à Toulouse..., op. cit., p. 313.

80 CAUBET Isabelle, Approches démographiques et sociales des ménages toulousain..., op. cit., p. 38.

81 SILVESTRE DE SACY Renaud, Les imprimeurs et les libraires toulousains…, op. cit., p. 200.

82 État de 1743, fol. 99.

83 État de 1738, fol. 87.

84 Banque de données… communiquée par Isabelle CAUBET.

85 État de 1743, fol. 103.

86 Ibid., fol. 102.

87 État de 1738, fol. 92.

88 État de 1743, fol. 103.

89 Patrimoine immobilier des imprimeurs (Annexe 12).

90 État de 1743, fol. 101, 103, 99.

91 Inventaire après décès de Jean-Pierre Robert, ADHG, 3 E 13 946, 1758 (Annexe 11).

92 Succession de Joseph Douladoure, ADHG, 1 J 1824(1), 1771 (Annexe 11).

93 SENTOU Jean, Fortunes et groupes sociaux à Toulouse..., op. cit., p. 305.

94 Ibid., fol. 104, 100.

95 Succession de Gaspard Hénault, 1755 (Annexe 11).

96 Succession de Sébastien Hénault, 1792 (Annexe 11).

97 BARBUSSE Grégory, Le pouvoir et le sang..., op. cit., Annexe II, p. 403.

98 SENTOU Jean, Fortunes et groupes sociaux à Toulouse..., op. cit., p. 302.

99 Ibid., p. 302.

100 Succession de Joseph Douladoure, 1771 (Annexe 11).

101 SENTOU Jean, Fortunes et groupes sociaux à Toulouse..., op. cit., p. 305.

102 État de 1738, fol. 81.

103 Succession de Gaspard Hénault, 1754.

104 Ibid.

105 BARBUSSE Grégory, Le pouvoir et le sang..., op. cit., Annexe II, p. 403.

106 État de 1743, fol. 101, 103.

107 Inventaire après décès de Joseph Rellier, ADHG, 3 E 5 063, fol. 228-240 (Annexe 11).

108 Inventaire après décès de Michel Sens, ADHG, 3 E 13 947, 1766 (Annexe 11).

109 Inventaire après décès de Jean-François Forest, ADHG, 3 E 6 495, fol. 44-45 (Annexe 11).

110 Il s’agit des libraires suivants : G. Bézian, J.-B. Broulhiet, F. Darnès, J.-P.-B. Dembaux, J.-H. Douladoure, J. Dupleix, F. Fages, C.-A. Manavit, la veuve Resplandy, J.-J.-M.-A. Robert, S. Sacarau, F.-A. Viallanes, et F. Vitrac.

111 MOULINAS Robert, « Une famille d’imprimeurs-libraires avignonnais du XVIIIe siècle : les Delorme », Revue française d’histoire du livre, 1972, p. 52-54.

112 VELAY Laurence, « Une famille d’imprimeurs à Montpellier au XVIIIe siècle : les Rochard », Annales du Midi, 1997, p. 15.

113 RENIER Nathalie, « Les libraires et imprimeurs parisiens au milieu du XVIIIe siècle (1740-1751). Une étude économique et sociale », Positions des thèses, Paris, École des Chartes, 1988, p. 157-158.

114 CHALANDE Jules, Histoire des rues de Toulouse, Marseille, Jeanne Laffite reprint, 1987, tome 1, p. 286.

115 Ibid., p. 270.

116 GÉRARD Claire, Les marchands du grand tableau de la bourse de Toulouse, 1750-1784, mémoire de maîtrise, Université de Toulouse Le-Mirail, 1988, annexes.

117 CHALANDE Jules, Histoire des rues de Toulouse..., op. cit., p. 270.

118 Inventaire après décès de Joseph Rellier, ADHG, 3 E. 5 063, fol. 228-240 (Annexe 11).

119 Ibid.

120 Inventaire après décès de Jean-François Forest, 1773 (Annexe 11).

121 État de 1743, fol. 102.

122 Inventaire après décès de Jean-Pierre Robert, 1765.

123 Succession de Joseph Douladoure, 1771 (Annexe 11).

124 État de 1743, fol. 99.

125 Succession de Sébastien Hénault, 1792.

126 Archives notariales, maître Lafforgue, ADHG, 3 E 13919, 2e reg., fol. 58v-64r.

127 RYCHNER Jacques, « Le travail de l’atelier », Histoire de l’édition française..., op. cit., p. 47.

128 Ibid.

129 MINARD Philippe, Typographes..., op. cit., p. 42.

130 Cité par Philippe MINARD, ibid., p. 41.

131 Ibid., p. 48.

132 Contrat de constitution de rente du 2 septembre 1766, ADHG, 1 J 1824 (3).

133 Arrêt du Conseil d’État du 24 mars 1744, Livre de la communauté… (1733-1769), art. 51, fol. 95.

134 FOURNIER Pierre-Simon, Manuel typographique utile aux gens de lettres et à ceux qui exercent les différentes parties de l’imprimerie, Paris, Barbou, 1764, tome 1, p. 125-126.

135 Ibid., p. 129.

136 FOURNIER Pierre-Simon, Manuel typographique..., op. cit., p. 87.

137 FOURNIER Pierre-Simon, Manuel typographique..., op. cit., p. 133-138.

138 État de 1743, fol. 102.

139 Les caractères typographiques des imprimeurs en 1743 (Annexe 13).

140 État de 1743, fol. 102.

141 Arrêt du Conseil d’Etat du 24 mars 1744, Livre de la communauté… (1733-1769), art. 51, fol. 95.

142 État des imprimeries établies dans la ville de Toulouse en novembre 1758.

143 Ibid.

144 Succession Sébastien Hénault, 1792.

145 Testament de Louis Baour du 8 novembre 1748, ADHG, 3 E 11810, fol. 338-339.

146 Inventaire du fonds d’imprimerie de Jean-Pierre Robert, ADHG, 3 E 13 946, 1758 (Annexe 14).

147 MINARD Philippe, Typographes..., op. cit., p. 31-32.

148 RYCHNER Jacques, « Le travail de l’atelier », Histoire de l’édition française..., op. cit., tome 2, p. 49.

149 Ibid., p. 46.

150 Nombre de presses, 1738-1788 (Annexe 15).

151 État des imprimeries établies dans la ville de Toulouse en novembre 1758.

152 État de 1768.

153 Cité par Madeleine VENTRE, L’imprimerie et la librairie en Languedoc..., op. cit., p. 235.

154 État concernant les imprimeries de la Province de Languedoc, 1775.

155 Procès verbal de la visite et état des imprimeries, 1783, état mensuel.

156 Ibid., 1788, état mensuel.

157 « Presse roulante : qui travaille, qui est en activité » Dictionnaire de l’Académie française, 1835, p. 680, www.books.google.fr/

158 Nombre de presses, 1738-1788 (Annexe 15).

159 CHARTIER Roger, « L’imprimerie en France à la fin de l’Ancien Régime : l’état général des imprimeries de 1777 », Revue française d’histoire du livre, 1973, p. 259.

160 VELAY Laurence, « Une famille d’imprimeurs à Montpellier... », op. cit., p. 23.

161 MOULINAS Robert, « Une famille d’imprimeurs-libraires avignonnais... », op. cit., p. 56.

162 JURATIC Sabine, « Entre tradition et innovation : les ateliers typographiques parisiens au XVIIIe siècle », Revue française d’histoire du livre, 2001, p. 137-138.

163 DARNTON Robert, « L’imprimerie de Panckoucke en l’an II », Revue française d’histoire du livre, 1979, p. 359-369.

164 VENTRE Madeleine, L’imprimerie et la librairie..., op. cit., p. 24, 31.

165 État de 1738…

166 État concernant les imprimeries de la Province de Languedoc, 1775.

167 Presses et main d’œuvre par imprimeur (Annexe 16).

168 État de 1768.

169 TAILLEFER Michel, Vivre à Toulouse..., op. cit., p. 63.

170 Ibid., p. 65.

171 Ibid., p. 63.

172 État de 1768.

173 BERTHOMIEU Bérangère, La Bourse commune des marchands de Toulouse de 1715 à 1789, thèse de doctorat, Université des Sciences sociales, Toulouse I, 2001, p. 47.

174 Ibid., Annexes.

175 « Chambre royale et syndicale. Prérogatives De l’Imprimerie & Librairie. », Almanach historique de la ville de Toulouse pour l’année 1780, Toulouse, J-F. Baour, p. 48-49.

176 Liste établie d’après Jean-Luc LABATUT, Les confréries de pénitents, mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-Le Mirail, 1997, 258 p. Elle n’est pas forcément complète.

177 Ibid., p. 526.

178 SILVESTRE DE SACY Renaud, Les imprimeurs et les libraires toulousains…, op. cit., p. 237.

179 TAILLEFER Michel, La franc-maçonnerie..., op. cit., p. 91.

180 Ibid., p. 118.

181 Information aimablement communiquée par Michel Taillefer.

182 Page de titre par D. Desclassan, chapitre 6.

183 TAILLEFER Michel, La franc-maçonnerie..., op. cit., p. 135.

184 Informations aimablement communiquées par Michel Taillefer.

185 POULOT Dominique, « Franc-maçonnerie », dans Lucien BÉLY (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime..., op. cit., p. 572.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15375/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15375/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15375/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Sans information : Clerc J., Crozat J.-F., Dembaux J.-P., Darnès F., Delrieu G., Espigat J.-P., Faye J.-P., Garrigues P., Laurens P., Leclerc J.-B., Manavit E., Moulas B., Rellier A, Resplandy J.-B., Salabert J., Sens M., Vitrac F.Noms des libraires en italiquesSource : Répertoire des imprimeurs et librairesTableau 10. Origine des imprimeurs et libraires, 1739-1788
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15375/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15375/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15375/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15375/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/15375/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 425k

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540