Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La loi du duel

 | 
Claude Chauchadis

Première partie. Constitution et évolution de la loi du duel

Chapitre 3. Le modèle chevaleresque (xve siècle)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. LE DÉPASSEMENT DU MODÈLE JUDICIAIRE

Les lois anciennes concèdent aux chevaliers la possibilité de se battre en duel sous des conditions plusieurs fois redéfinies. Nous avons vu le caractère ambigu de ces lois qui, tout en reconnaissant à la noblesse des prérogatives judiciaires, s'efforcent régulièrement de les restreindre, alors que les membres de cet ordre privilégié voudraient au contraire les voir élargies. C'est ainsi que se met en place progressivement une loi du duel qui s'inspire du système judiciaire, mais qui le dépasse, tant dans les causes du duel que dans le déroulement de celui-ci.

D'une façon générale, dans tous les pays où le duel est autorisé, il faut qu'il y ait une accusation grave —crime de lèse-majesté ou trahison de la foi entre gentilshommes— pour que le pouvoir royal accorde le champ clos. On se trouve alors dans le cas de ce que Diego de Valera appelle les « armes nécessaires » dans son Tratado de los rieptos e desafíos. Plusieurs éléments sont révélateurs ...

© Presses universitaires du Midi, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540