Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Rapprocher l’école et la vie » ?

 | 
Laurent Coumel

Deuxième partie : Une décision contestée. Discussions et modalités d’adoption de la perestroïka de 1958

Conclusion de la deuxième partie : Un consensus technocratique et l’émergence d’une « opinion »

Texte intégral

  • 1 Extrait de l’intervention d’Ivan Petrovskij, recteur de MGU, à la réunion des directeurs de VUZ au (...)

Ici une grande souplesse est de mise. Il est très difficile d’écrire des lois qui conviennent à tout le monde.1

  • 2 François FEJTÖ, « Réforme scolaire et stratification sociale en URSS », L’URSS, Paris, Sirey, 1962 (...)
  • 3 Ibidem.

1Deux conclusions en apparence contradictoires semblent se dessiner à l’issue de l’étude du processus de prise de décision de la perestroïka de 1958. D’un côté, le soviétologue François Fejtö a partiellement raison, quelques années plus tard, d’y voir le résultat d’un compromis entre différentes « tendances dont les porte-parole se sont exprimés avec une relative franchise lors de la discussion déclenchée par le fameux Mémoire de Khrouchtchev »2. Mais de l’autre, les archives de l’appareil du CC du PCUS ont surtout révélé l’énergie déployée par l’Otdel nauki, dirigé par Vladimir Kirillin, pour désamorcer la version initiale, radicale, proposée par Nikita Khrouchtchev et Genrih Zelenko : l’appareil du parti ne s’est pas contenté d’une « position d’arbitre »3, il a réussi à imposer sa propre décision, fruit de la consultation raisonnable des principaux acteurs, dans une démarche qu’on peut qualifier de technocratique, car éloignée autant que possible des préoccupations idéologiques. Ainsi, un groupe composé essentiellement d’« administrateurs » et de quelques « spécialistes » influents (Kirillin, Kaz’min, Kairov, Afanasenko, Elûtin), modifie un projet qui risquait de mettre en péril un des acquis du système existant : le recrutement d’une élite scientifique et technique performante, mais aussi la stabilité d’ensemble d’un système scolaire qui, à juste titre ou non, représente pour une grande partie de la population une promesse d’ascension sociale.

2Certains points, en l’occurrence le maintien des écoles de jour pour la seconde étape du secondaire, et le rejet des écoles spéciales « pour enfants doués » en sciences, illustrent ce consensus, tout en servant d’alibi pour démontrer le caractère démocratique de la discussion. En fait ces questions avaient déjà été résolues lors de l’élaboration à huis clos, à l’avance, de l’avant-projet de loi officiel (les Thèses). La procédure de décision tient compte de façon indirecte des avis exprimés et rassemblés à la base, comme on le voit à propos de l’enseignement supérieur : mais si l’opinion des directeurs de VUZ est prise en compte, c’est par le biais de leur ministre Elûtin, qui dispose d’une marge de manœuvre dans le cadre de l’élaboration collégiale de la réforme, plus que par l’intermédiaire des sténogrammes et des résolutions adoptées au cours des réunions organisées au MVO à ce sujet.

3Par ailleurs, les débats ont permis à différents groupes d’opinion de se structurer, en l’absence d’une « opinion publique » proprement dite : ce n’est pas le moindre paradoxe d’une « discussion générale » qui, sous une apparence démocratique, prétendait faire approuver unanimement un projet né d’un relatif consensus au sommet. Dès lors, le compromis trouvé risquait d’être fragilisé par l’expression des tensions qu’il prétendait apaiser – certains intervenants, surtout les savants, adoptant une posture d’opposition. Le déploiement et la confrontation de ces visions concurrentes, parfois contradictoires, ne pouvaient être sans incidence sur les conditions d’application et les résultats de la loi de 1958.

Notes

1 Extrait de l’intervention d’Ivan Petrovskij, recteur de MGU, à la réunion des directeurs de VUZ au MVO SSSR, le 22 septembre 1958 : GARF, R-9396 (MVO SSSR)/1 (Chancellerie)/870, p. 25.

2 François FEJTÖ, « Réforme scolaire et stratification sociale en URSS », L’URSS, Paris, Sirey, 1962, p. 319.

3 Ibidem.

© Presses universitaires du Midi, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540