Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Rapprocher l’école et la vie » ?

 | 
Laurent Coumel

Première partie : Les héritages. L’enseignement soviétique entre idéologie et pragmatisme (1918-1958)

Chapitre 3 : L’université peut mieux faire : L’enseignement supérieur et le tournant de 1956

Texte intégral

  • 1 RGANI, 5 (appareil du CC du PCUS)/30 (Département général)/181, p. 82-89 : information envoyée au (...)
  • 2 Izvestia, 16 juin 1957, p. 13.
  • 3 Zoâ Tumanova, intervention lors de la séance au Comité central avec Nikita Khrouchtchev le 29 mai (...)

… un étudiant exprima sa conviction qu’en URSS, tout comme dans les pays capitalistes, le droit à l’enseignement [supérieur] avait un caractère formel, et que dans les faits il n’était pas accessible à tous. Le chargé de cours fut dépassé et incapable de donner les éclaircissements nécessaires, et le groupe discuta sur ce thème pendant deux heures, sans qu’on parvînt à une clarification.1
Les portes de nombreux VUZ leur sont grandes ouvertes. Devant eux le chemin de l’avenir est tout tracé : école-institut-métier. Mais le chemin le plus court n’est pas toujours le plus véridique. Et beaucoup de jeunes gens et jeunes filles en choisissent un autre, plus difficile mais plus correct : école-métier-institut.2
Ici on peut prendre l’exemple de la faculté de philosophie de l’université [de Moscou]. [...] Voilà qu'arrive un garçon de 17 ans, juste après le secondaire. Il étudie cinq ans et après cela c’est un philosophe. Mais de quel philosophe s’agit-il ? Voilà pourquoi nous avons eu des désagréments à la faculté de philosophie. Ce garçon commence à étudier Aristote, et au final il ne comprend pas la politique de notre parti.3

  • 4 En Occident, on parle déjà à l’époque des « cadres », mais le mot russe (kadry) a un sens plus gén (...)
  • 5 La plupart des documents disponibles concernant à la fois les VUZ et les SSUZ, ou tehnikum, nous é (...)

1Au milieu des années cinquante, le rôle du système d’enseignement dans l’économie et la société soviétiques est mis en question. À propos du supérieur, la question centrale, héritée des années 1920, est celle de la formation des cadres ou spécialistes (specy) pour le régime : faut-il privilégier leur loyauté ou leur compétence4 ? Confrontée au manque de moyens matériels et, surtout, au décalage entre les aspirations de la population et les besoins en main-d’œuvre de l’économie, mais aussi aux conséquences de la « déstalinisation », la direction du pays a le choix entre plusieurs voies possibles. Les 750 établissements d’enseignement supérieur (VUZ) que compte le pays sont concernés5.

2En analysant les changements mis en œuvre dans l’enseignement supérieur soviétique autour de 1956, nous tenterons de dégager et d’éclairer les motivations des différents acteurs. Comment le contexte politique et social du « Dégel », et notamment les débuts de la « déstalinisation », pèse-t-il sur cette reformulation des politiques ? Comment ressurgissent les solutions déjà empruntées dans l’entre-deux-guerres ?

I) Lieux et acteurs décisionnels : une forte inertie

3Avant d’évoquer les changements qui affectent le système d’enseignement supérieur soviétique au lendemain de la mort de Staline, il faut présenter les principaux responsables qui se trouvent aux commandes dans ce domaine, mais aussi déterminer les équilibres au sein du Parti-État en matière de prise de décision.

A. Stabilité des hommes et des centres de décision au sommet

4Comme pour le secondaire, les ministères sont subordonnés à l’appareil central du Parti, le gouvernement n’ayant qu’un faible pouvoir décisionnel. Dans leur grande majorité, les principaux responsables sont en place depuis les dernières années de l’ère stalinienne.

  • 6 A. A. FURSENKO (éd.), Prezidium CK KPSS 1954-1964. Černovye protokol’nye zapisi zasedanij. Stenogr (...)

5À la différence des années 1920, où le personnel du Narkompros avait, dans tout le système d’enseignement soviétique, une autorité et une influence réelles, depuis les années 1930, c’est par les décrets du CC du PCUS et du Conseil des ministres d’URSS que sont fixées les orientations dans ce domaine. Au sommet, le lieu de décision ultime est, après 1953 en tout cas, le Présidium du CC du PCUS, dont les archives sont fermées aux chercheurs, malgré la parution entre 2003 et 2009 des recueils de documents d’Aleksandr Fursenko, puis de Natalâ Tomilina et Andrej Artizov6. Certains de ses membres interviennent à d’autres niveaux de l’appareil du pouvoir, pour lesquels la documentation est accessible. Outre Nikita Khrouchtchev, citons en particulier trois personnages clefs de la période stalinienne : Vâčeslav Molotov, Nikolaj Bulganin et Lazar’ Kaganovič. Membres de la direction collective après la mort de Staline, ils sont tous les trois, successivement ou simultanément, vice-premier ministre de 1953 à 1957 – Bulganin devenant chef du gouvernement de l’URSS lors de la disgrâce de Georgij Malenkov en février 1955, jusqu’en mars 1958. S’ils ne s’occupent pas directement de la politique éducative, ils sont amenés à donner leur avis sur elle, en particulier Kaganovič, qui préside le Comité d’État près le Conseil des ministres d’URSS pour les questions d’emploi et de salaire de mai 1955 à juin 1956, mais aussi Molotov, ministre du Contrôle d’État de novembre 1956 à juin 1957.

  • 7 Pour plus de détails, voir les notices biographiques en annexe. Nous nous sommes limités aux infor (...)

6À l’instar de Khrouchtchev, aucun de ces trois dirigeants n’est diplômé du supérieur. Molotov a étudié deux ans dans un établissement prestigieux de la capitale – mais il s’agissait de l’Institut polytechnique de Saint-Pétersbourg en 1911-1913, alors que le Premier secrétaire est entré à l’Académie industrielle « Staline » de Moscou, réservée aux cadres économiques du Parti, en 1929. Bulganin et Molotov ont en commun d’avoir reçu une formation secondaire technique complète sous le régime tsariste (dans des établissements du type des Realschulen allemandes), alors que Kaganovič, le protecteur de Khrouchtchev à ses débuts, n’a reçu aucune formation particulière, travaillant dans l’industrie dès l’adolescence7.

  • 8 Voir supra, chapitre 2, I.

7À un rang moins élevé, les départements du CC du PCUS connaissent une ample restructuration après la mort de Staline. La mesure la plus significative est l’unification en mai 1956 du Département de la science, des VUZ et des écoles (désormais : Otdel nauki), confié à Vladimir Kirillin. Ce dernier, déjà en charge des deux premiers domaines depuis 1955, reste à son poste jusqu’en 1963. Il faut signaler aussi le Département de la science, des écoles et de la culture du CC du PCUS pour la RSFSR (Otdel nauki RSFSR), dirigé par Nikolaj Kaz’min de 1956 à 1961 : si son champ de compétences ne comprend pas, en principe, l’enseignement supérieur, lui et ses hommes interviennent lors des troubles en milieu étudiant, qui touchent aussi les instituts pédagogiques, dépendant du Minpros RSFSR. Le lien avec la politique menée en matière d’enseignement secondaire s’opère donc dans ces instances8.

  • 9 Les MVSSO ont ainsi la tutelle de VUZ jusque là rattachés aux ministères économiques.

8Le système ministériel et son personnel connaissent une relative stabilité pendant notre période. Elle est incarnée, après la réorganisation administrative de 1953-1954, par Vâčeslav Elûtin, qui dirige le ministère de l’Enseignement supérieur d’URSS (MVO SSSR ou Minvuz dans les documents administratifs) sans interruption de mars 1954 à 1985, soit trente et un ans. Néanmoins, ses compétences réelles sont considérablement affaiblies en juin 1959. Cette date marque en effet un changement important, puisque la quasi-totalité des VUZ est désormais rattachée au ministère de l’Enseignement supérieur et secondaire spécial (MVSSO) de chaque république, y compris en RSFSR9. Un ministère central continue d’exister pour l’URSS, mais il perd l’essentiel de ses attributions par rapport à l’avant-1959, et ses fonctions se réduisent à la coordination des politiques et aux échanges avec l’étranger. Elûtin conserve ce portefeuille, alors que son ancien adjoint Vladislav Stoletov reçoit la direction du MVSSO RSFSR, contrôlant les VUZ de la première république de l’Union.

  • 10 William TAUBMAN, Khrushchev : The Man and His Era, New York, W. W. Norton & Company, 2003, p. 260. (...)

9La continuité avec la fin de la période stalinienne est aussi forte ici que dans le secondaire, puisque les deux hommes ont travaillé ensemble depuis 1951, date à laquelle Stoletov avait été nommé ministre en remplacement de Sergej Kaftanov, et Elûtin son adjoint. L’inversion des fonctions en 1954, puis dans l’autre sens en 1959, a peut-être une signification politique : Stoletov est arrivé au sommet de l’appareil ministériel grâce au soutien de Trofim Lyssenko, savant officiel du régime pendant les années les plus sombres du stalinisme, fossoyeur de la génétique en URSS. Or si son influence s’est atténuée après la mort de Staline, notamment grâce à Malenkov, le lyssenkisme conserve une forte légitimité aux yeux de Khrouchtchev10.

  • 11 Son successeur à ce poste sera le mathématicien Aleksej Markuševič.

10Il reste un ensemble de VUZ qui échappe au MVO SSSR : les instituts pédagogiques, qui dépendent des Minpros des républiques. La Russie étant le cadre géographique principal de notre étude, nous mentionnerons en particulier le responsable pour cette république, Aleksandr Arsen’ev, resté neuf ans au poste de chef de la Direction principale des VSSUZ du Minpros RSFSR, de 1949 à 1958, avec le rang de ministre adjoint11. Son supérieur hiérarchique Evgenij Afanasenko intervient lui aussi dans la chaîne de décision. Outre ce ministère, d’autres administrations déjà rencontrées jouent un rôle ici : la CSU SSSR de Vladimir Starovskij et le Gosplan d’URSS de Iosif Kuz’min, ainsi que la Commission économique d’État près le Conseil des ministres d’URSS qui le complète dans la prospective et la définition des politiques futures. Enfin il faut aussi compter avec le Komsomol, présent dans tous les établissements supérieurs, dirigé par Aleksandr Šelepin de 1952 à 1958. Il faut ajouter l’Union centrale des syndicats soviétiques (VCSPS), qui n’est nullement un contrepouvoir dans les relations entre l’État patron et les travailleurs, mais un pourvoyeur de services et de protection sociale pour ses affiliés. Son président, de 1956 à 1967, est Viktor Grišin : né en 1914, technicien de formation, il entame une carrière purement politico-administrative dans l’appareil du Parti, local puis régional, via l’École supérieure du Parti où il a étudié « sans rupture avec la production », c’est-à-dire en cours du soir ou par correspondance. Le syndicat des travailleurs de l’enseignement de RSFSR, quant à lui, est à peine mentionné dans les archives que nous avons consultées, preuve de son absence d’initiative et d’influence sur les questions étudiées, à la différence des pays démocratiques.

11Derrière cette relative homogénéité des personnels dirigeants, on peut dessiner de façon plus contrastée les profils des principaux responsables alors chargés de faire appliquer les mesures décidées dans les instances du sommet du Parti, mais aussi de les préparer.

B. Kirillin, un « spécialiste » face aux « administrateurs »

12Notre typologie simplifiée reprend les catégories proposées au chapitre précédent, en fonction de la formation des acteurs rencontrés dans les lieux de pouvoir de l’enseignement supérieur soviétique. Cet examen nous mènera du centre nerveux qui est la direction du Parti et son appareil, aux grandes universités de Moscou et Leningrad, en passant par les différentes administrations étatiques concernées. Si les profils véritablement scientifiques sont de moins en moins nombreux à mesure qu’on grimpe dans la hiérarchie, ils n’en sont pas totalement absents : l’un en particulier se distingue de façon particulièrement frappante.

  • 12 Voir supra, chapitre 2, I.
  • 13 Sur cet épisode voir par exemple Donald FILTZER, The Khrushchev Era. De-Stalinisation and the Limi (...)
  • 14 Ibid., p. 30 et 44. Voir aussi la notice biographique d’Aleksej Larionov, en annexe.

13Les membres du Présidium et du secrétariat du CC du PCUS forment un groupe à part dont la solidarité est à la fois générationnelle et politique, chacun ayant son institution ou son domaine de compétences propre. Le cas du Premier secrétaire a déjà été évoqué12. Comme autres dirigeants intervenant dans les réformes de l’enseignement, on peut citer Molotov, Kaganovič et Bulganin. Leur proximité générationnelle (ils sont nés, comme Khrouchtchev, entre 1890 et 1895), la similitude de leur formation (secondaire technique, ou supérieure inachevée), l’expérience du travail à la production ou du militantisme révolutionnaire, en font un groupe relativement homogène, y compris dans les luttes de pouvoir, comme le prouve le putsch manqué du « groupe anti-Parti » en juin 195713. Cet épisode s’avère politiquement fatal pour les trois figures précédemment évoquées, ainsi que pour Malenkov et Vorošilov. Il peut être lu comme une tentative de renverser le Premier secrétaire au nom de la défense des intérêts de l’industrie lourde et du secteur de la défense (dont Vorošilov et Bulganin sont des représentants), mais aussi au nom d’une approche réaliste de la politique économique : ce groupe reprochait notamment à Khrouchtchev le mot d’ordre « rattraper et dépasser les États-Unis d’Amérique » pour la production de viande, de lait et de beurre14.

14Pur produit de ce qu’on pourrait appeler la méritocratie d’usine des années 1920, Khrouchtchev, comme d’autres dirigeants, pense à partir de son propre exemple ce que doit être la future élite du pays. Aleksej Adjoubeï raconte comment, alors qu’il dirigeait la Komsomolskaâ Pravda, son beau-père

  • 15 G. Š. SAGATELÂN, Opyt I uroki organizacii sorevnovaniâ promyšlennyh rabočih v usloviâh èkstensivno (...)

s’intéressait en permanence à la vie de la jeunesse, prenant souvent connaissance du courrier reçu par le journal de tous les coins du pays. Fréquemment, il évoquait la nécessité de promouvoir (vydvigat’) des gens formés (vospitanniki) au Komsomol à des postes de direction, aux niveaux central et local :’Il faut le faire avec plus d’audace’. Après avoir dit cela il aimait se souvenir ‘ comment c’était avant, qui dirigeait alors les chantiers, les usines, et ensuite, pendant la guerre, les divisions et même les armées’.15

  • 16 R. N. ADŽUBEJ, « Rešaûŝij šag byl sdelan », dans A. I. VOLKOV, et alii, Pressa v obŝestve (1959-20 (...)

15Khrouchtchev a été promu grâce à ses responsabilités dans l’appareil local puis régional et, pour finir, moscovite du Parti. Offrir la possibilité aux générations suivantes de profiter de cette aspiration vers le haut, c’est sans doute ce que sa fille Rada a en tête, quarante ans plus tard, lorsqu’elle évoque « ses conceptions, qu’elles soient utopiques ou non, sur une société juste »16. Cette adhésion à une méritocratie par le travail productif et militant est partagée par nombre d’intervenants des discussions des années 1950, ainsi Zoâ Tumanova, jeune cadre du Komsomol, au profil proche de celui du Premier secrétaire, même s’ils ont 28 ans d’écart.

  • 17 Le terme de « recteur » (rektor) en URSS correspond à la fonction de président d’université en Fra (...)
  • 18 Voir les notices biographiques en annexe.

16Les « pédagogues » sont bien moins représentés ici que dans la sphère de décision de l’enseignement secondaire. On peut citer Arsen’ev, à la frontière avec les « administrateurs », puisqu’il a été formé à l’Académie d’éducation communiste, établissement supérieur où sont passés de nombreux vydvižency de la sphère pédagogique, comme Nikolaj Gončarov. L’élaboration de la politique d’enseignement supérieur implique aussi les responsables de quelques grands VUZ du pays. Les plus célèbres sont les mathématiciens Ivan Petrovskij et Aleksandr Aleksandrov, respectivement recteurs des universités de Moscou (MGU) et de Leningrad (LGU) à partir de 1951 et 195217. On peut leur adjoindre le président de l’Académie des sciences d’URSS, le chimiste Aleksandr Nesmeânov, qui a été d’ailleurs recteur de MGU de 1948 à 195118. Leurs origines sociales – la petite intelligentsia de la Russie tsariste – et leur formation, acquise en partie avant Octobre 1917, les distinguent fortement de la majorité des responsables parvenus par la voie administrative et politique. Fait exceptionnel à ce niveau, Petrovskij n’est pas membre du Parti – mais lui et Aleksandrov ont été nommés, comme Nesmeânov à la tête de l’Académie, avant la mort de Staline, et incarnent de ce fait la continuité de nombreux cadres dirigeants par-delà la rupture de 1953.

  • 19 La lutte contre le « cosmopolitisme », lancée en 1949, touche cependant surtout les départements d (...)

17Le cas de Stoletov est emblématique de la porosité entre une certaine pratique scientifique et carriérisme politico-administratif. Issu de la petite bourgeoisie, et pour cette raison sans doute privé de la possibilité d’étudier dans sa jeunesse, il a acquis en deux temps une formation supérieure d’orientation économique, à l’Académie agricole « Timirâzev » de Moscou, tout en travaillant dans l’édition liée à ce domaine dans les années trente, au moment de la collectivisation forcée des campagnes. En 1939, il est choisi par Lyssenko pour être son assistant à la présidence de l’Académie « Lénine » des sciences agricoles de toute l’Union (VASHNIL). Entré au Parti l’année suivante, Stoletov obtient ensuite des postes de responsabilité à l’Institut de génétique de l’AN SSSR, toujours sous la tutelle de Lyssenko, et, après la guerre, à la direction de l’Académie « Timirâzev », au paroxysme de la lutte contre le « cosmopolitisme » et les « influences bourgeoises » dans les milieux scientifique et académique en URSS19. En 1951, il est nommé successivement ministre adjoint de l’Agriculture, puis ministre de l’Enseignement supérieur d’URSS – où il remplace un autre vydviženec, Sergej Kaftanov. Stoletov reste à ce poste jusqu’en 1954, date à laquelle il est à son tour remplacé par Elûtin, qui semble mieux convenir à la nouvelle équipe au Kremlin. Après des débuts prometteurs dans la recherche (une thèse de kandidat sur les ferroalliages), Elûtin s’est lui aussi recentré sur les tâches administratives, notamment la direction d’un VUZ prestigieux, l’Institut de l’acier « Staline » de Moscou, de 1945 à 1951. A cette date il devient l’adjoint de Stoletov, avec pour collègue Mihail Prokof’ev, chimiste formé à l’Université de Moscou (MGU), dont il a dirigé le partkom, lui aussi pendant la période de purges des années 1948-1951. Prokof’ev fait ensuite une longue carrière ministérielle, secondant Stoletov puis Elûtin, quinze années de suite, avec la charge des universités, avant de recevoir en 1966 la direction du Minpros RSFSR – un cas de changement d’administration relativement rare dans notre sphère. Parmi ces trois hommes nés en 1907 et 1910, Elûtin et surtout Prokof’ev se rapprochent donc de la catégorie des « spécialistes », par leur formation et leur carrière en partie scientifiques, même si ce sont les tâches politico-administratives qui leur ont servi de tremplin pour accéder aux responsabilités. En cela ils diffèrent de Stoletov, dont le bagage se résume à quelques travaux sur la sélection des espèces, probablement d’inspiration lyssenkiste, qui lui ont valu directement le grade de doktor en biologie, en 1958.

  • 20 Ils lui avaient déjà valu le prix Staline, la plus haute récompense civile du pays, en 1951.
  • 21 Kirillin a probablement bénéficié d’une protection en haut lieu : ce pourrait être Mihail Pervuhin (...)
  • 22 M. J. BERRY, « Science, Technology and Innovation », dans Martin MCCAULEY (dir.), Khrushchev and K (...)
  • 23 Voir supra, chapitre 2, I, et les notices biographiques en annexe.

18Paradoxalement, c’est à la tête du Département du CC du PCUS qu’on trouve le plus éminent « spécialiste » parmi les responsables de l’époque, Vladimir Kirillin. De quelques années plus jeune que les précédents, il n’est pas un vydviženec puisque, fils d’un médecin moscovite, il a étudié directement, en cours du soir, au prestigieux Institut énergétique de Moscou (MEI), où s’est déroulée la première partie de sa carrière comme chercheur, enseignant puis directeur adjoint. Il est vrai qu’il y dirigeait le partkom depuis l’âge de 30 ans, mais son titre de professeur acquis en 1952 ne tient pas à cette seule fonction, comme le prouve son élection au rang de membre correspondant de l’AN SSSR l’année suivante, pour ses travaux sur les propriétés thermiques des gaz et de la vapeur d’eau20. Une autre singularité de sa carrière au sommet du Parti-État tient au fait qu’elle a commencé après la mort de Staline, puisque c’est en 1954 qu’il entre au ministère de l’Enseignement supérieur, comme ministre adjoint, avec Stoletov et Prokof’ev pour collègues21. Parallèlement, il crée la chaire d’ingénierie et de physique thermique du MEI, qu’il dirigera jusqu’à la retraite en 1982 : c’est donc aussi un authentique chercheur. En 1955, il fait un bref passage au Comité d’État pour la technique nouvelle du Conseil des ministres d’URSS (Gostehnika), nouvellement créé pour coordonner la recherche et l’innovation ; puis il est choisi pour diriger le Département de la science et des VUZ du CC du PCUS22. Il y fait rapidement ses preuves, si bien qu’on lui confie en 1956 l’Otdel nauki unifié, qu’il dirige pendant sept années sans interruption. Ce personnage, dont la promotion a été fulgurante en 1954-1956, se distingue à plus d’un titre de ses collègues immédiats, Nikolaj Kaz’min et Vasilij Derbinov, aux profils d’« administrateurs » authentiques23. En conséquence, il paraît relativement isolé puisqu’aucun de ses collaborateurs directs ne peut prétendre au rang de savant. Inversement, il conserve des liens importants avec le monde scientifique, et en particulier avec les chercheurs du MEI et de l'Académie des sciences d'URSS.

19À l’exception de Kirillin, les « spécialistes » sont donc peu nombreux parmi les responsables chargés d’élaborer la politique d’enseignement supérieur du pays : la direction du Parti et de l’État, où se prennent in fine les décisions, est dominée par des « administrateurs ». Cette situation ne diffère pas fondamentalement de celle d’autres pays industrialisés, où élites politiques d’un côté, universitaires et scientifiques de l’autre, sont souvent distinctes. La diversité des acteurs au sommet pourrait bien expliquer celle des visions de l’enseignement supérieur qu’on rencontre dans les documents de l’époque. Les uns privilégient la formation efficace de cadres pour la science et l’économie, alors que les autres insistent sur la nécessité de disposer d’une intelligentsia dévouée au régime et à son idéologie. Ce clivage est surtout marqué à partir de 1956, dans le cadre de la purge timide des structures de l’enseignement supérieur et de la recherche qui accompagne la « déstalinisation ».

II) Quels « cadres » pour le pays ? L’organisation des études en question

20L’enseignement supérieur et professionnel a pour fonction première de fournir à l’économie les cadres nécessaires à son fonctionnement. Cet objectif quantitatif commun aux pays industrialisés après la guerre se combine avec deux orientations spécifiques à l’URSS : d’abord le développement des filières « sans rupture avec la production », amorcé au début de la décennie, puis, à partir de 1956, la prise en compte de la « composition sociale » des étudiants, qui n’est pas sans évoquer les politiques discriminatoires des années 1918-1936.

A. Un objectif quantitatif : « améliorer la formation des cadres »

21Au milieu des années 1950, plusieurs voies sont proposées pour « améliorer la formation des cadres », une antienne récurrente dans les documents administratifs. En fait, c’est l’approche quantitative qui domine : le souci d’une meilleure qualification scientifique passe après l’accroissement du nombre de specy dans l’économie.

  • 24 E. N. MEDYNSKIJ, Narodnoe obrazovanie v SSSR, Moscou, 1947, p. 166 et L. I. KARPOV, V. A. SEVERCEV (...)
  • 25 Cité par A. I. AVRUS, Istoriâ rossijskih universitetov, op. cit., p. 138. Selon l’auteur, les idée (...)

22Officiellement, les fonctions de l’enseignement supérieur soviétique, si on se réfère aux brochures de propagande éditées en 1947 et en 1957, n’ont guère changé depuis la fin de la période stalinienne. Elles sont définies dans l’ordre qui suit : « l’éducation politico-idéologique » des étudiants sur la base du « marxisme-léninisme », la formation de spécialistes de qualification supérieure « pour toutes les branches de l’économie et de la culture », le développement de la recherche scientifique « pour aider à la résolution des problèmes les plus importants de la construction socialiste », et la diffusion du savoir scientifique et technique « parmi de larges couches de la population »24. Le projet soviétique reste donc fort éloigné de l’idéal humboldtien, alors réaffirmé en Europe occidentale, en particulier en RFA : Karl Jaspers dans son Idée d’université (paru en 1946) met en avant la primauté de la recherche, combinée avec la formation d’individus hautement cultivés25. Certes, la définition soviétique concerne l’ensemble des VUZ, et pas seulement les universités ; en outre, au-delà des formules officielles, l’ordre des priorités peut varier suivant les acteurs et les institutions, dans les discours comme dans les pratiques administratives.

  • 26 Voir Paul DICKSON, Sputnik : the Shock of the Century, New York, Walker & Company, 2002, et, sur l (...)
  • 27 La « coexistence pacifique », expression forgée par Lénine, devient le mot d’ordre officiel de la (...)
  • 28 M. J. BERRY, « Science, Technology and Innovation », in Martin MCCAULEY (dir.), Khrushchev and Khr (...)
  • 29 Cité par E. V. ČUTKERAŠVILI, Razvitie vysšego obrazovaniâ v SSSR, Moscou, 1961, p. 48.

23Dans la seconde moitié des années 1950, les dirigeants se trouvent face à deux défis : la massification de l’enseignement secondaire et l’accélération du progrès technique qui a suivi la période de reconstruction de l’après-guerre. Sur ce dernier point, l’URSS peut se targuer de quelques succès majeurs. Le lancement du premier satellite artificiel en octobre 1957 confirme la justesse des choix opérés à la fin de l’ère stalinienne en matière technologique et scientifique, et provoque aux États-Unis un choc majeur, suivi d’une refonte de la politique éducative et scientifique dans ce pays26. Malgré ce succès et d’autres dans le domaine du nucléaire – civil et militaire – en particulier, la direction du pays reste préoccupée par le risque de retard vis-à-vis des autres pays industrialisés, en cette période de « coexistence pacifique » marquée par une compétition ouverte avec l’Ouest, dans tous les domaines27. Ainsi, à partir de 1955-1956, l’enseignement supérieur est publiquement critiqué, dans les instances officielles, pour l’insuffisante coordination de son activité de recherche avec celle de l’Académie des sciences d’URSS et des ministères économiques, mais aussi pour sa faible contribution à l’innovation technologique en général28. Nikolaj Bulganin, alors chef du gouvernement, dénonce ces faiblesses dans un rapport « sur l’industrie, le progrès technique et l’amélioration de l’organisation de la production », lu au Plénum du CC du PCUS de juillet 1955. Moins d’un an plus tard, le 12 avril 1956, le CC du PCUS et le Conseil des ministres d’URSS adoptent un décret destiné à « améliorer les travaux de recherche scientifique dans les VUZ », qui prévoit de nouveaux moyens et des mesures pour inciter les étudiants à y prendre part – en validant ces travaux dans leur cursus29. Khrouchtchev lui-même évoque sans fard, fin mai 1957 au Comité central, les difficultés de l’URSS à bien utiliser ses ressources pour la formation des scientifiques :

  • 30 Sténogramme de la réunion du 29 mai 1957, cité dans Natalâ TOMILINA, Andrej ARTIZOV (éds.), Nikita (...)

Nos ennemis ne savent pas [tout], ils estiment nos succès de façon globale, en fonction du nombre de diplômés. Mais combien nous avons de déchets parmi les diplômés, cela ils ne le savent pas.30

  • 31 Voir supra, chapitre 2, III, et Donald FILTZER, Soviet Workers and De-Stalinization : The Consolid (...)
  • 32 RGAE, 1562/327/995, p. 30-33. Rapport envoyé au Conseil des ministres d’URSS et au CC du PCUS le 1 (...)

24Un autre objectif légèrement différent du premier est la formation de cadres qualifiés pour l’économie en général – et pas seulement pour la science : en 1955, Bulganin déplore que l’URSS compte deux fois plus d’ingénieurs que de techniciens, pointant l’insuffisance des seconds, appelés « cadres intermédiaires » en Occident31. Trois ans plus tard, les besoins en spécialistes de qualification supérieure et secondaire spéciale restent immenses : en août 1958, la CSU indique que, si le nombre de diplômés promus chaque année par les VUZ et les SSUZ a progressé, entre 1953 et 1957, de 20 % et 70 % respectivement (voir le tableau suivant), il reste encore beaucoup à faire puisque seuls 7 % des présidents de kolkhozes ont une formation supérieure, 29 % une formation secondaire spéciale, près des deux tiers restant des « praticiens » (praktiki)32. D’après les statisticiens, il faut donc aller plus loin.

TABLEAU 2. Nombre de nouveaux diplômés promus des VSSUZ en URSS chaque année (en milliers)

1953

1956

1957

De tous les VUZ

220,2

259,9

266,5

dont dans les spécialités agricoles

17,9

26,2

29,1

(en pourcentages)

8

10

11

De tous les SSUZ

295,5

510,1

504,0

dont dans les spécialités agricoles

44,3

69,1

69,0

(en pourcentages)

15

13,5

14

SOURCE : RGAE, 1562/327/995, p. 30-33

  • 33 RGAE, 1562/33 (inventaire déclassifié)/2171, p. 179.
  • 34 Ibid., p. 180. Ce chiffre n’est pas commenté par les statisticiens.

25La progression des effectifs des VSSUZ n’est pas vue sous un œil aussi favorable par tous les responsables. Certains estiment qu’elle diminue d’autant le nombre de jeunes travailleurs pour les secteurs qui sont en pénurie, au milieu des années cinquante. Ainsi, dans un rapport sur la « balance de l’emploi » dans le pays, la CSU SSSR communique en juin 1956 à Lazar’ Kaganovič, vice-premier ministre d’URSS, le nombre de personnes âgées de 16 ans et plus qui étudient sans travailler en URSS : il est passé de 3,8 à 7,8 millions entre 1940 et 1955, soit de 3,8 à 7 % de la population d’âge actif (dite « ressources de main-d’œuvre » dans le document)33. Les statisticiens comparent avec le taux connu pour les États-Unis à la même époque : 4,5 %34.

26Cet avantage indéniable pour l’URSS, du point de vue de l’accès à l’enseignement, ne suggère-t-il pas aussi que le système offre trop de possibilités d’étudier ?

B. Une solution pratique et conforme à l’idéologie : les études « sans rupture avec la production »

27Si l’objectif prioritaire est d’assurer au pays un niveau suffisant de cadres de qualification supérieure et intermédiaire, la dimension idéologique de la mission des VUZ soviétiques n’est pas pour autant oubliée. Elle rejoint l’aspect pratique, à savoir la baisse des coûts de formation, en développant une catégorie spécifique d'étudiants.

  • 35 Georges SOKOLOFF, « Reproduction élargie des cadres supérieurs en Union soviétique », Annuaire de (...)

28Dès les années 1920, le régime s’est trouvé face à un dilemme quant à la formation de techniciens et d’ingénieurs. À la fin des années 1940, pour garantir le maintien au travail des ouvriers tout en augmentant leur qualification, et en permettant aux plus méritants de faire des études supérieures, a été généralisée la formation continue, sous forme d’études du soir et par correspondance. Leur importance numérique et symbolique a donné lieu à une typologie spécifique dans le langage officiel : la distinction « en rupture / sans rupture avec la production » (s otryvom / bez otryva ot proizvodstva) qu’on retrouve dans tous les documents administratifs sur l’enseignement supérieur et secondaire spécial à partir de 1940, comme l’indique Georges Sokoloff dans une analyse minutieuse des statistiques officielles parue en France au milieu des années 196035. Le vocabulaire employé indique clairement la prédilection du régime pour le type « sans rupture », qui permet de maintenir les travailleurs à leurs postes, avantage évident dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre.

  • 36 A. VORONKOV, S. BALAŠOV, Dvorec nauki, Moscou, Moskovskij rabočij, 1954, p. 214-215. Le tirage, 50 (...)

29La formation de spécialistes capables de travailler tout en faisant leurs études est conforme à la vision officielle de la réussite, où le mérite tient autant à la capacité intellectuelle qu’à l’aptitude à mener de front deux activités, en participant à la « bataille pour le plan » dans la production industrielle ou agricole. Certains dirigeants sont probablement sensibles à cet aspect. Beaucoup d’entre eux, appartenant à la catégorie des vydvižency, « promus » du régime soviétique, ont bénéficié de l’ouverture des rabfaki, comme Khrouchtchev et Aristov, ou simplement de la prolétarisation des VSSUZ, entre 1918 et 1936, comme Kosygin et Grišin. Cet idéal est mis à l’honneur par la propagande lors de la construction du nouveau bâtiment monumental de MGU sur le « Mont Lénine », de 1949 à 1953. D’après un ouvrage luxueux consacré à cet édifice, paru en 1954, une école du soir avait été spécialement ouverte à l’attention des jeunes ouvriers de ce gigantesque chantier (il n’est bien sûr pas fait mention des prisonniers du Goulag exploités sur ce site), et l’administration de l’université avait organisé des cours de préparation aux concours d’entrée (vstupitel’nye èkzameny) pour les plus motivés36.

  • 37 Voir RGANI, 5/35 (Département de la science et des VUZ)/40, p. 22.
  • 38 RGAE, 4372 (Gosplan)/57 (Département de la santé et de la culture, 1958)/623, p. 304. Lettre du ch (...)
  • 39 RGAE, 1562/327/810, p. 20. En 1942, du fait de l’occupation du territoire par les troupes allemand (...)
  • 40 RGAE, 1562/327/897, p. 5.
  • 41 Cité par GARF, R-9396 (MVO SSSR)/16 (Direction des méthodes)/180, p. 127.
  • 42 Pour une vue générale, de 1940/1941 à 1957/1958, voir le graphique 8, en annexe.

30Le 30 août 1954, un décret du Conseil des ministres d’URSS et du CC du PCUS « sur l’amélioration de la formation, de la répartition et de l’utilisation des spécialistes de niveau supérieur et secondaire spécial » prévoit le doublement des étudiants et élèves de VSSUZ « sans rupture » entre 1955 et 196037. Cette même année voit l’ouverture d’un département d’études du soir à MGU38. D’après un rapport envoyé par la CSU à Molotov, en 1953/1954, sur 1 562 000 étudiants du supérieur, 568 000, soit 36 %, étaient inscrits « sans rupture »39. Cette proportion, plus ou moins stable depuis la fin des années 1940, était destinée à augmenter. Plus d’un an plus tard, en janvier 1956, un rapport envoyé à Kaganovič indique que la croissance des effectifs en VSSUZ tend à s’accélérer : de 1953 à 1955, la progression atteint presque 20 % pour les VUZ, et 26 % pour les seuls étudiants « sans rupture »40. Les SSUZ affichent, eux, respectivement 18 % et 48 %. L’enseignement secondaire spécial suit donc globalement la même dynamique que le supérieur, mais c’est encore dans les VUZ que la part des étudiants « sans rupture » est la plus forte en 1955 : 38 %, contre à peine 25 % en SSUZ. La préférence accordée à ce type d’études est confirmée au XXe Congrès, où est officiellement fixé l’objectif d’un million d’étudiants du soir et par correspondance en 196041. Ce chiffre est presque atteint dès 1958, avec 977 000 étudiants « sans rupture » : les candidats aux places proposées en VUZ ne manquent pas42.

31Cette augmentation du nombre de places en cours du soir et par correspondance masque un phénomène unique dans l’histoire du pays depuis la guerre – et probablement dans l’histoire des pays industrialisés au XXe siècle : entre 1954 et 1958, comme l’a remarqué G. Sokoloff, l’ensemble des admissions en VSSUZ baisse, diminution plus marquée encore si on prend en compte les seules places « en rupture », autrement dit par la voie normale, comme l’indique le tableau suivant.

TABLEAU 3. Admissions en VSSUZ pour toute l’URSS (en milliers)

TABLEAU 3. Admissions en VSSUZ pour toute l’URSS (en milliers)
  • 43 Les sources de l’auteur sont les publications statistiques de la série Narodnoe hozâjstvo v SSSR e (...)

* SSUZ en 1954 : somme des admissions en cours normaux et en cours du soir
SOURCE : Georges SOKOLOFF, « Reproduction élargie des cadres supérieurs en Union soviétique », Annuaire de l’URSS, tome II, Paris, CNRS, 1964, p. 333-365 ; p. 33943

  • 44 Georges SOKOLOFF, « Reproduction élargie… », article cité, p. 358-360.
  • 45 Sokoloff observe que le budget officiel alloué par l’État soviétique à la formation des cadres sta (...)
  • 46 GARF, R-9396/16/176, p. 59.
  • 47 Une « note explicative » à usage interne du MVO SSSR précise, en 1957 probablement, que les études (...)
  • 48 RGAE, 4372/57/623, p. 304.

32G. Sokoloff voit dans cette stagnation/diminution un choix délibéré, visant à dégager des moyens financiers au profit de la recherche scientifique, aux dépens de la formation des cadres pour la production et l’enseignement44. D’autres hypothèses sont possibles : ce gel des places en VSSUZ pourrait être destiné à freiner une croissance trop rapide des effectifs, surpassant les capacités d’accueil en termes de bâtiments, mais aussi de personnels. Les responsables ont donc pu voir dans le développement des études « sans rupture » la panacée qui allait permettre de continuer à améliorer le niveau de formation dans le pays, à dépenses constantes45. En octobre 1955, le ministre adjoint Stoletov conclut une réunion de la Direction méthodologique du MVO SSSR en déclarant qu’il est nécessaire de mieux « définir le développement du supérieur », de le « planifier ». Cette obsession planificatrice n’est pas nouvelle, mais elle prend un tour inédit quand le ministre adjoint affirme : « nous avions toujours eu un manque de cadres qualifiés, mais cette période est maintenant révolue »46. Les directives du XXe Congrès du PCUS, quelques mois plus tard, le confirment : il s’agit bien de geler voire de réduire le nombre de places pour les admis « en rupture », en laissant croître celui des étudiants « sans rupture ». Le but est de remplacer peu à peu les praktiki formés sur le tas dans l’économie, par d’authentiques spécialistes, dans le cadre d’une sorte de formation continue47. En mai 1958, pour justifier le refus d’accorder à MGU des places supplémentaires « de jour », le Gosplan souligne que la baisse de cette catégorie est corrélée à l’évolution des besoins en spécialistes, mais aussi au développement des études du soir et par correspondance48.

  • 49 Georges SOKOLOFF, « Reproduction élargie », article cité, p. 349.
  • 50 Entretien avec Aaron Gurevič à Moscou, 21 janvier 2004.
  • 51 RGANI, 5/35/82, p. 80-90. Ce document, daté du 1er septembre 1958 et adressé au CC du PCUS, a été (...)

33Ce choix est lourd de conséquences : comme le souligne G. Sokoloff, les taux de réussite dans l’enseignement du soir et par correspondance sont bien inférieurs à ceux des cours normaux, dans les années 1950 : respectivement 56 à 63 % et 63 à 76 % contre 78 à 88 %49. D’ailleurs, le seul responsable à avoir étudié en cours du soir, Vladimir Kirillin, ne s’engage pas pour promouvoir cette forme d’études. C’est peut-être qu’il a conscience des limites de ce type de cursus, qui ne peut égaler les filières de jour, « en rupture ». L’historien Aaron Gurevič, qui les avait expérimentés à la fin des années 1940, confirme que les cours du soir et par correspondance étaient médiocres, comparés aux filières de jour50. À la veille de la réforme de 1958, un rapport de la Commission de contrôle soviétique du Conseil des ministres d’URSS souligne les défauts spécifiques de ce type d’études, dans les VSSUZ : mauvaises conditions matérielles, manque de manuels et d’encadrement, etc51.

  • 52 Voir le graphique 8, en annexe.
  • 53 RGAE, 1562/33/3005, p. 5. Ce document, classé « secret », est daté du 20 février 1956.
  • 54 Narodnoe obrazovanie, nauka i kul’tura v SSSR. Statističeskij sbornik, Moscou, Statistika, 1977, p (...)

34On constate aussi un décrochage des effectifs des SSUZ par rapport à ceux des VUZ : à partir de 1956-1957, il y a plus d’étudiants que d’élèves du secondaire spécial en URSS, alors que c’était jusque là l’inverse52. Le ralentissement de la croissance des effectifs des SSUZ a de quoi surprendre, alors que la pénurie de cadres intermédiaires est toujours vive. Il peut s’expliquer par la faiblesse des classes d’âge nées pendant la guerre, qui arrivent justement à l’âge de 14 ans à partir de 1955. Surtout, comme le signale un rapport de la CSU adressé au Conseil des ministres d’URSS pendant le XXe Congrès, le nombre d’élèves entrant en tehnikum directement après la 7ème classe est en diminution, au profit de ceux qui y sont recrutés après une formation secondaire complète (en fin de 10ème)53. L’intérêt pour les responsables des SSUZ tenait sans doute à la meilleure formation initiale des seconds (de bons élèves qui étaient parvenus jusqu’au bout de leur scolarité), mais aussi à l’économie générée par des études courtes : un an et demi à deux ans, au lieu de quatre. Leur progression est spectaculaire dans les années 1950 : de 28 % en 1954, ils sont 39 % en 1955, puis 50 % des effectifs de tehnikum de 1957 à 195954. Ainsi, la massification du secondaire complet a eu pour conséquence, du fait du gel des places en VUZ et en SSUZ, une accentuation de la compétition à l’entrée de ces établissements. Même les tehnikum sont devenus de plus en plus prisés par des jeunes qui, à la sortie de l’école décennale, n’avaient pas pu entrer dans le supérieur. De tels candidats ont pu être attirés plus par la possibilité de faire des études, même moins prestigieuses, que par la soif d’apprendre un métier concret dans le secteur productif. Au passage, on comprend la baisse relative et même absolue des effectifs des SSUZ : les études y durent désormais moins longtemps puisque la plupart des élèves y entrent après la 10e : à taux d’admission équivalent, leur contingent ne pouvait que diminuer, comme c’est le cas en 1957 et 1958.

  • 55 Elisabeth KOUTAISSOF, « L’explosion scolaire en U.R.S.S. », dans Annuaire de l’URSS, Paris, CNRS, (...)
  • 56 Narodnoe obrazovanie, nauka i kul’tura v SSSR. Statističeskij sbornik, Moscou, Statistika, 1977, p (...)
  • 57 Narodnoe hozâstvo SSSR, Moscou, Statistika, 1956, p. 224 et 228.
  • 58 GARF, R-9396/16/180, p. 104. Ce passage a été barré sur le document original, un rapport qui date (...)
  • 59 Voir le tableau et le graphique 7, en annexe, qui montrent la brutalité de cette évolution.

35Le phénomène d’« explosion scolaire », selon le terme d’une observatrice occidentale de l’époque, remet ainsi en cause la rente de situation dont bénéficiaient jusque-là les élèves parvenant au terme du secondaire complet55. En effet, l’accès à l’enseignement supérieur était encore acquis pour 75 % des élèves d’URSS achevant leur scolarité décennale en 195356. Or, brutalement se produit un décrochage spectaculaire entre le nombre de ces bacheliers soviétiques, d’un côté, et celui des places d’études de jour dans l’enseignement supérieur, de l’autre : en 1955, 1,1 million d’élèves achevèrent une scolarité décennale, contre 287 000 places en VUZ, alors que les deux chiffres étaient très proches en 1950 – autour de 250 00057. Un document interne au MVO SSSR indique qu’en 1955 il y a eu 285 candidats à l’inscription pour 100 places de jour, contre 145 et 164 pour les études du soir et par correspondance ; en 1956 les chiffres étaient respectivement de 266, 174 et 170, le concours étant de plus en plus difficile58. La compétition des élèves à la sortie de l’école décennale est illustrée par le rapport entre leur nombre et celui des places en études de jour, qui va en augmentant dans les années 195059. Ce phénomène, rendu possible par la suppression des barrières financières à l’enseignement en 1956, met ainsi à rude épreuve la logique administrative des décisions censées planifier la formation des cadres soviétiques.

36Beaucoup de dirigeants, en effet, continuent de voir dans les études « sans rupture avec la production » le salut pour une économie qui manque de cadres qualifiés, notamment de techniciens. Un texte préparé au Gosplan en 1957, mais qui apparemment n’a pas été finalisé ni transmis à d’autres instances du Parti-État, évoque les difficultés à trouver du travail pour certaines spécialités (ingénieurs géologues, chimistes, pétroliers, etc.) et conclut :

  • 60 RGAE, 4372/56 (Département de la santé et de la culture, 1957)/245, p. 140 (texte non signé, non d (...)

Tenant compte de cela, et aussi dans le but de fonder des conditions normales pour les études, il serait pertinent dans les prochaines années de réduire quelque peu l’admission en VUZ en rupture avec la production, et en même temps d’augmenter l’admission en cours du soir et par correspondance. Cela permettra d’attirer vers les études des personnes ayant une expérience pratique significative dans la production. L’élévation de la qualité de formation des spécialistes sera rendue possible en accordant la préférence à l’entrée en VUZ en rupture avec la production à la jeunesse ayant travaillé après le secondaire en entreprises pendant au moins deux ans. [Grâce à quoi] une partie significative de la jeunesse sortant de l’école décennale s’efforcera d’aller dans la production.60

37Cette dernière proposition pour modifier les conditions d’admission en VUZ répond à une autre préoccupation des dirigeants : en orientant les jeunes vers la production, il s’agit aussi de changer la composition du corps étudiant.

C. « Améliorer la composition sociale des étudiants » : retour de la prolétarisation, vingt ans après

  • 61 Voir supra, chapitre 2.

38Les conditions d’accès à l’enseignement supérieur changent, on l’a vu, avec le décret du 6 juin 1956 supprimant les frais d’inscription dans le secondaire complet et les VSSUZ61. Au même moment, certains dirigeants prêtent attention à la représentation des différentes catégories sociales dans les rangs des étudiants, et plaident pour la reprise d’une politique de discrimination positive en faveur des ouvriers et des kolkhoziens. C’est le préalable à une relance de la « prolétarisation » arrêtée dans les années 1930, qui ne dit pas son nom, ou plutôt qui a changé de slogan. L'exigence de démocratisation qualitative est alors ressentie y compris au sommet du pouvoir.

  • 62 GARF, R-9396/23 (Inspection auprès du ministre)/54, p. 101-102.

39Dans l’après-guerre, les conditions d’accès à l’enseignement supérieur étaient restées figées jusqu’à la mort de Staline. On peut s’en convaincre avec les résultats d’une enquête menée à la fin de l’été 1949 à l’université d’Odessa en Ukraine. Les rapporteurs de l’Inspection près le ministre de l’Enseignement supérieur d’URSS, laquelle avait été saisie d’une plainte d’un professeur adressée directement au CC du VKP(b), établissent qu’à la rentrée 1949-1950, sur 397 nouveaux inscrits, on dénombre 238 employés (60 %), 76 ouvriers (19 %) et 53 kolkhoziens (13,5 %), et, dans ce total, 38 soldats démobilisés de l’Armée rouge (10 %), l’information manquant pour les 30 restants (7,5 %)62. Cette répartition contredit la prétention du régime à former une intelligentsia issue du prolétariat. Mais à l’époque ces chiffres, même s’ils sont adressés au Département de propagande et agitation du CC du VKP (b), ne semblent pas intéresser spécialement la direction du pays, et restent confidentiels. La situation change à partir du milieu des années cinquante.

  • 63 RGAE, 1562/327/897, p. 13-15. Le document a été adressé « à la demande » de Molotov. Voir le graph (...)

40C’est en 1956 que plusieurs hauts dirigeants s’intéressent à nouveau à l’origine sociale des étudiants, une donnée qui était absente des documents officiels depuis deux décennies. Molotov, le premier, charge la CSU de rendre compte de la « composition sociale » (social’nyj sostav) des étudiants admis l’année précédente en cursus de jour (« en rupture avec la production ») dans des VUZ industriels. Cette initiative intervient alors qu’il n’est plus que secrétaire du CC du PCUS et a perdu, au cours du premier semestre 1956, le poste de ministre des Affaires étrangères. D’après la réponse qu’il reçoit de la part du vice-président de la CSU, A. Monahov, en juillet 1956, les ouvriers et leurs enfants représentent 24 %, et les kolkhoziens 10 % du contingent de 1ère année de douze instituts polytechniques, miniers et énergétiques – dont le prestigieux MEI, qui porte le nom de Molotov63. Les motivations de ce dernier posent problème : peut-être a-t-il souhaité affaiblir le Premier secrétaire, son adversaire, en soulignant un défaut de la politique menée en son nom ?

41Quelques semaines plus tard, un rapport confidentiel de la CSU, adressé à la fois à Bulganin, Khrouchtchev et Molotov en août 1956, met lui aussi l’accent sur les VUZ techniques (VTUZ), dans le droit fil des priorités de l’entre-deux-guerres. La présentation de ces chiffres, signée par Starovskij en personne, est riche en informations, en particulier sur la coupure des années 1936-1956 pour ce type de données :

  • 64 RGAE, 1562/33/2717, p. 225.

Pendant de nombreuses années, la composition sociale des étudiants n’a pas été estimée. Les dernières données à ce sujet, concernant l’année 1935, ont été publiées en 1936 dans le recueil statistique La construction culturelle en URSS. La CSU SSSR a analysé, avec le concours des organes statistiques (sans enquête auprès des étudiants), les données autobiographiques des étudiants admis à l’automne 1955 pour vingt VUZ (sans les facultés du soir et par correspondance)…64

  • 65 Cet arrêt des statistiques est justifié par l’abandon officiel de la politique de discrimination s (...)
  • 66 Voir le graphique 10, en annexe.
  • 67 Voir supra, chapitre 1, II.
  • 68 Retranscrit dans Natalâ TOMILINA, Andrej ARTIZOV (éds.), Nikita Sergeevič Hruŝev…, op. cit., tome  (...)

42Le document fournit également des données sur les années 1928-1935, montrant qu’un coup d’arrêt a été mis, ensuite, à la prolétarisation de l’enseignement supérieur65. Les statisticiens suggèrent que le pays est revenu à la situation de 1927-1928, ce que confirme la comparaison entre les années 1935 et 195566. Ces chiffres de l’époque du Grand tournant, dont on sait aujourd'hui les limites (vu les fraudes et la prise en compte des études du soir et par correspondance), ont pu frapper les dirigeants des années 195067. Khrouchtchev le premier, qui y fait allusion lors de sa première grande intervention sur le sujet, face à ses collègues du CC du PCUS le 29 mai 1957 : il déplore le fait que « celui qui fait des études n'est pas celui qui en brûle d’envie (rvëtsâ k nemu), mais celui qui en a la possibilité matérielle », et assigne à la transformation du système scolaire l’objectif d’établir « des conditions égales (ravnye usloviâ) », autrement dit « de meilleures conditions démocratiques pour tous les citoyens »68.

  • 69 N. I. FEŜENKO, « Iz istorii sovetskoj vysšej školy konca 50-h godov (Podgotovka i social’nye posle (...)
  • 70 Ibid., p. 28.
  • 71 Pravila priëma i programmy priëmnyh ėkzamenov dlâ postupaûŝih v vysšie učebnye zavedeniâ, Moscou, (...)
  • 72 Ibid., p. 20.

43Le chercheur soviétique N. I. Feŝenko avait déjà, à la fin des années soixante-dix, identifié le problème de la « composition sociale » comme l’un des principaux enjeux de la réforme de 1958 dans le supérieur69. La période 1955-1958 formerait ainsi un continuum marqué par plusieurs tentatives de modifier la composition sociale des étudiants70. Un autre signe de cette évolution réside dans l’édition successive à partir de 1955, avant même la suppression des frais d’inscription, des règles d’admission en VUZ et des programmes de révision correspondants71. Cette publicité marque une nouvelle étape dans la sélection des étudiants, au même titre que le rétablissement de la gratuité : tout se passe comme si, désormais, les autorités avaient conscience de la concurrence à l’entrée en VUZ, et de la nécessité d’instaurer des règles connues de tous les candidats. En effet, au milieu des années cinquante, avec un nombre de places de plus en plus réduit par rapport au nombre d’élèves sortant du secondaire, les concours d’entrée en VUZ donnent l’avantage aux enfants de l’intelligentsia, et plus largement à ceux habitant les villes et les régions ayant le meilleur niveau d’enseignement. La jeunesse ayant travaillé dans la production se trouve ainsi face à une concurrence trop rude pour espérer reprendre des études par la voie normale. Survient alors, de plus, l’épuisement du contingent d’anciens soldats mobilisés pendant la guerre, qui disposaient de places réservées hors concours dans les VUZ soviétiques : d’après notre auteur, ils étaient parmi les « étudiants les plus disciplinés, […] idéologiquement (idejno) les plus sûrs »72. C’est aussi le point de vue des dirigeants de l’époque. Sans avoir examiné en détails la composition sociale des candidats à l’entrée en VUZ (ce qui aurait permis de calculer les chances respectives de chaque catégorie au concours), ils estiment que la part des prolétaires est insuffisante parmi les admis. Cette obsession des pourcentages n’est pas nouvelle, et elle caractérise tous les rapports statistiques sur la question à l’époque.

  • 73 Ibid., p. 21.
  • 74 Sur les médailles d’or et d’argent, voir supra, chapitre 1.
  • 75 I. FEŜENKO, « Iz istorii », article cité, p. 22. Un autre décret, rejeté, prévoyait de leur accord (...)

44En 1955, il n’est pas encore question d’un changement des règles d’admission en VUZ, ni dans les rapports envoyés par les principales universités au Ministère, ni dans l’organe mensuel de cette institution, le Vestnik vysšej školy (« Le Messager de l’École supérieure »)73. Mais l’année suivante, la question est discutée à plusieurs reprises aux séances du collège du MVO SSSR. Cette instance présidée par le ministre hésite toutefois sur la ligne à adopter : en janvier 1956, lors d’une première délibération, le système existant des concours d’entrée sans dérogation, sauf pour les médaillistes d’or et d’argent, est confirmé74. Un projet de réforme est adopté en mars, qui introduit un concours à part pour les « producteurs » (proizvodstvenniki) – on désignait ainsi les personnes ayant un certificat de travail de deux ans ou plus dans l’industrie ou l’agriculture. Une discrimination positive est établie à leur profit, 35 à 40 % des places leur étant officieusement réservées75. Néanmoins ils étaient tenus d’avoir au moins la note « bien » (3 sur une échelle de 1 à 5) dans les matières correspondant à la spécialité dominante du VUZ ou de la faculté choisie.

D. 1956, une rentrée universitaire sous surveillance

  • 76 Ibidem.

45Les résultats de l’admission des étudiants pour la rentrée 1956 ne sont pas conformes aux attentes des artisans de cette politique : dans 53 VUZ, seuls 6,9 % des nouveaux inscrits ont une expérience de deux ans ou plus dans la « production »76. Le détail des chiffres disponibles montre que la reproduction sociale des élites est un phénomène structurel, qu’une simple mesure administrative ne peut fondamentalement remettre en cause.

  • 77 GARF, R-9396/1/771, p. 336-337. Ces chiffres sous-estiment la part du tertiaire, comme d’autres es (...)
  • 78 Bol’šaâ sovetskaâ ènciklopediâ, tome 50, « Soûz sovetskih socialističkih respublik », Moscou, « Bo (...)
  • 79 Ibid., p. 106.
  • 80 GARF, R-9396/2/1117, p. 18-19. Référence donnée par N. I. FEŠENKO, « Iz istorii… », article cité, (...)

46La « composition sociale » des nouveaux étudiants change, mais de façon marginale. Si pour 106 VUZ, 31,9 % des admis sont des « ouvriers ou leurs enfants », taux en nette progression, et 10,6 % des « kolkhoziens ou leurs enfants », dans la société soviétique le MVO évalue alors leurs poids respectifs à 41 et 48 %, contre 11 % d’« employés »77. Un an plus tard, la Grande encyclopédie soviétique indique, pour la population active, 32 % d’ouvriers, 37 % de kolkhoziens, et environ 25 % d’employés78. De façon générale, en 1955, l’URSS compte 117 millions d’ouvriers, employés et leurs enfants (58,3 %), contre 82 millions de kolkhoziens, artisans en coopérative et leurs enfants (41,2 %)79. Les limites de la politique de discrimination sont évoquées : un responsable de l’université de l’Oural à Sverdlovsk (aujourd’hui : Ekaterinbourg) estime même que les mesures prises en faveur des « producteurs » n’ont « malheureusement permis à aucun d’entre eux d’en profiter »80. D’après ces notes internes au ministère, c’est l’inertie du fonctionnement de l’admission qui explique cette absence de « producteurs » : peu d’entre eux sont capables, après avoir interrompu leur scolarité depuis deux ans, de passer avec succès les concours.

47Les résultats communiqués aux dirigeants sont quelque peu différents. En octobre, un rapport adressé séparément par Starovskij à Molotov dresse le bilan de la nouvelle admission de 1956. Son contenu révèle, pour les étudiants de jour, une évolution modeste, mais tangible, par rapport à l’année précédente, comme l’illustre le tableau suivant :

TABLEAU 4 Composition des nouveaux étudiants admis en VUZ en 1955 et 1956 (en %)

Ouvriers et leurs enfants

Kolkhoziens et leurs enfants

Employés, spécialistes, militaires et leurs enfants

1955 (20 VUZ)

24,4

13,0

62,6

1956 (20 VUZ)

27,6

13,9

58,5

  • 81 Tableau reproduit tel quel.

SOURCE : RGAE, 1562/327/897, p. 22.81

  • 82 Ibid., p. 23.
  • 83 GARF, R-9396/1/771, p. 349. Cité par N. I. FEŜENKO, « Iz istorii… », article cité, p. 22.
  • 84 GARF, R-9396/16/180, p. 105. Les chiffres donnés par N.I. Feŝenko y sont confirmés.

48Le détail par types de VUZ montre que si une légère hausse de la part des ouvriers s’est produite dans les VTUZ (de 24,7 à 29,6 %) et à l’institut pédagogique d’Odessa (de 25,5 à 35,5 %), il n’en est pas de même dans les instituts agricoles (de 21,9 à 20,6 %, mais de 25,7 à 30,5 % de kolkhoziens), médicaux (29,5 %) et à l’université du Kirghizstan (de 17,6 à 11,6 %, mais avec 40 % de kolkhoziens)82. Remarquons que les établissements choisis dans ce rapport sont loin d’être représentatifs du système d’enseignement supérieur de l’URSS, étant donné qu’ils excluent les universités et instituts pédagogiques de Moscou, Leningrad et des autres grandes villes, pourtant les plus importants en effectifs. D’ailleurs les chiffres diffèrent de ceux donnés par le MVO SSSR avec un échantillon plus large : ils sont un peu plus élevés pour les ouvriers, mais plus bas pour les kolkhoziens. Les données précises pour chaque établissement du pays étaient pourtant disponibles, y compris pour les plus prestigieux : à MGU, ce sont près des trois quarts des nouveaux étudiants qui sont issus des rangs des « employés », ouvriers et kolkhoziens représentant seulement 20,2 % et 5,6 % du total ; à l’université de Sverdlovsk, ils sont respectivement 27,1 % et 4,4 %, et à celle de Kazan : 24,4 % et 11,2 %83. Seuls 1,1 % de kolkhoziens sont entrés au MVTU (l’équivalent de l’École polytechnique en France) cette année-là – et ils ne représentent que 17 % des nouveaux admis à l’Académie agricole « Timirâzev », qui est censée leur être tout particulièrement ouverte84.

  • 85 Ils sont aussi absents des recueils statistiques Kul’turnoe stroitel’stvo et Narodnoe hozâstvo SSS (...)
  • 86 Les archives que nous avons consultées – département du CC du PCUS et ministères de la sphère éduc (...)
  • 87 28 août 1956. Cité dans Chroniques étrangères. URSS, Paris, La Documentation française, no 172, 30 (...)
  • 88 On ignore si la propre fille de Khrouchtchev, Rada, entrée en 1947 à la faculté de biologie de MGU (...)
  • 89 RGANI, 5/35/44, p. 143-146. Publié dans Û. G. BURTIN, K. LUBARSKIJ (éds.), « Studenčeskoe broženie (...)

49La presse ne publie aucun de ces chiffres, même lorsqu’elle livre à ses lecteurs les nouvelles règles d’admission en VUZ85. Toutefois, à partir de l’été 1956, le thème des conditions d’accès au supérieur a droit à un traitement dans les journaux, d’abord sous l’angle de la dénonciation de cas de corruption. En août 1956, la Literaturnaâ gazeta mentionne plusieurs cas dont la représentativité est difficile à établir86. L’article évoque, dans la ville de Lvov en Ukraine, un dénommé Sapožnikov qui a comme principale occupation de faire admettre en VUZ les candidats dont les parents peuvent payer « des sommes importantes » (une jeune fille serait rentrée au Conservatoire de la ville moyennant 11 000 roubles)87. Le choix d’une localité de taille secondaire est parlant : il permet de présenter comme marginal le phénomène incriminé. Inversement, on ne trouve pas un mot dans la presse sur les privilèges des enfants de dirigeants pour l’accès au supérieur. Au milieu des années 1950, ils semblent pourtant bénéficier de passe-droits pour s’inscrire dans les meilleurs VUZ88. Certains sont dénoncés localement, à huis clos : lors de la conférence du Parti de MGU en novembre 1956, le MVO SSSR est critiqué pour avoir « en infraction aux règles d’admission fait inscrire par décret cette année à la faculté d’histoire la fille du c[amarade] Mackevič [alors ministre de l’agriculture et chef adjoint du gouvernement de l’URSS] avec 13 points au lieu des 20 requis »89. Ce cas de népotisme n’est pas mentionné dans les journaux.

50Ainsi, l’enseignement supérieur devient un objet d’attention renouvelée en 1956 : plusieurs dirigeants se préoccupent du décalage entre les besoins en cadres de l'économie et de la science soviétique, et les capacités limitées du système, mais aussi entre le discours officiel sur la démocratisation des études, et les barrières sociales qui continuent de jouer dans la sélection des étudiants. Le Premier secrétaire lui-même s’inquiète de cet écart entre objectif officiel du régime et réalité sociale, surtout à l'aune des événements qui touchent le pays à la suite du XXe Congrès du PCUS.

III) L’agitation étudiante de la fin 1956 et sa portée

  • 90 Sur l’histoire de ce texte, voir Branko LAZITCH, Le Rapport Khrouchtchev et son histoire, Paris, S (...)
  • 91 Parfois les responsables locaux du Parti ne purent empêcher l’irruption massive d’auditeurs extéri (...)

51L’impact du Rapport secret « sur le culte de la personnalité [de Staline] » lu par Khrouchtchev au XXe Congrès a fait l’objet d’une réévaluation dans l’historiographie récente. Ce document, élaboré à partir des travaux d’une commission dirigée par le secrétaire du CC du PCUS Pëtr Pospelov, est d’abord diffusé dans les instances de base du Parti pour être lu à tous les communistes et membres du Komsomol90. En fait, d’autres personnes (travailleurs, étudiants et même écoliers) en prennent connaissance91.

  • 92 Cité par V. A. KOZLOV, O. V. ÈDEL’MAN, È. Û. ZAVADSKAÂ (éds.), Kramola. Inakomyslie v SSSR pri Hru (...)
  • 93 V. A. KOZLOV et alii, Kramola, op. cit., p. 37-38. La part des ouvriers dans les personnes condamn (...)
  • 94 L’article pionnier est celui de Gennadij KUZOVKIN, « Partijno-Komsomol’skie presledovaniâ po polit (...)

52Un fait résume sa portée en URSS même : la période des années 1956-1958 correspond à un pic des répressions politiques après 1953. C’est un document tiré des archives présidentielles russes en 1996 qui l’a révélé : le nombre de personnes jugées pour « agitation antisoviétique » culmine dans les années 1956-1960, le record étant atteint en 1957 avec près de 2 000 condamnations (contre 1 072 au total pour les années 1961-1965)92. Certes, il faut distinguer ce que désigne cette catégorie du code pénal soviétique de ce qu’on appellera plus tard la « dissidence ». « L’agitation antisoviétique » recouvre des réactions très diverses, allant de l’indignation face à la répression de la révolte hongroise, dans les couches cultivées favorables à la « légalité léniniste », à la colère du « stalinisme populaire » après l’éviction de Molotov, Kaganovič et Malenkov en juin 195793. À cela s’ajoute une agitation étudiante inédite. Les principaux faits et la réaction des autorités sont assez bien connus grâce à quelques études récentes fondées sur des témoignages et des documents d’archives94.

A. L’impact de la révolte hongroise en URSS

  • 95 Elena ZUBKOVA, Russia after the War : hopes, illusions & disappointments, 1945-1957, New York, Sha (...)
  • 96 Pour une autre présentation (et d’autres exemples) de cette agitation, voir Robert HORNSBY, « Poli (...)

53L’année 1956 voit d’abord s’instaurer dans certains VUZ un champ d’expression de type alternatif, non contrôlé par le pouvoir. Ce phénomène n’est pas unique dans l’histoire soviétique. Dix ans plus tôt, déjà, Elena Zubkova rapporte que dans le contexte des difficultés de l’après-guerre (la famine de 1946-1947 et la reprise des arrestations de masse), plusieurs groupes clandestins d’étudiants voire de lycéens hostiles au régime stalinien s’étaient manifestés dans plusieurs grandes villes de RSFSR95. En 1956, l’agitation résulte à la fois du choc provoqué par la diffusion orale du « Rapport secret », en mars-avril, et de l’atmosphère de discussion qui marque le timide Dégel littéraire et artistique apparu vers 1954-1955. Surtout, à la suite de la vague de révolte qui traverse la Pologne, et surtout la Hongrie, à partir de l’été, et après l’annonce de l’intervention des troupes soviétiques à Budapest en novembre, elle prend la forme d’une contestation naissante, dans les grands centres urbains96.

  • 97 GARF, R-428/3/272, p. 24, cité par A. V. PYŽIKOV, Hruŝevskaâ ottepel’1953-1964, Moscou, Olma-Press (...)
  • 98 O. L. LEJBOVIČ, Universitetskie istorii. Molotovskij gosudarstvennyj universitet v 1950-e gg., Per (...)
  • 99 RGAE, 1562/33/2717, p. 123. La note manuscrite qui accompagne ce document est datée du 28 avril 19 (...)

54La diffusion du contenu du Rapport secret donne l’occasion à des communistes et membres du Komsomol de revendiquer une relative liberté d’expression. Il ne s’agit encore que d’individus isolés, mais de nombreux cas sont mentionnés dans les grandes villes et notamment dans les VUZ. Ainsi, un enseignant de la chaire de marxisme-léninisme de l’institut pédagogique de Tomsk critique, en pleine réunion, le CC du PCUS : pour cet « acte de propagande » parmi ses étudiants, il est condamné à dix ans de camp97. La sévérité des peines surprend, alors que, quelques mois plus tôt, une circulaire a invité les autorités régionales à ne plus engager de poursuites en vertu du célèbre article 58.10 du Code pénal – celui des déportations de masse à l’époque stalinienne –, considéré comme « n’étant plus d’actualité »98. Les autorités de tous niveaux cherchent alors à contrôler les débordements des étudiants, alors qu’elles avaient parfois toléré certaines initiatives qui ne franchissaient pas la ligne de l’opposition au régime ou à ses mots d’ordre. C’est le cas de la floraison de journaux muraux, voire de bulletins tirés ou recopiés à quelques exemplaires dans les VUZ, dans lesquels les étudiants publiaient leur poésie « d’auteur », mais aussi engageaient des débats sur des thèmes de la vie culturelle, artistique et étudiante. Un dossier de l’administration statistique indique, parmi une liste de points considérés comme cruciaux pour la surveillance de la société, la nécessité « d’expliquer les causes de l’apparition de journaux clandestins (podpol’nye) dans les universités et la passivité du Komsomol devant ces problèmes »99.

  • 100 RGANI, 5/30/181, p. 82-89. Publié dans Û. G. BURTIN, K. LUBARSKIJ (éds.), « Studenčeskoe broženie… (...)
  • 101 Sur ce dernier point, voir la citation placée en épigraphe de ce chapitre.
  • 102 RGANI, 5/35/59, p. 9. La lettre en question est classée « parfaitement secrète ».

55Le 28 novembre 1956 parvient au CC du PCUS une « information » du Minpros RSFSR, signée du ministre Afanasenko100. Il y décrit le contenu d’une réunion des directeurs d’instituts pédagogiques, consacrée au « renforcement de l’éducation idéo-politique des étudiants », énumérant une série de faits ayant eu pour acteurs les étudiants de Moscou et de Leningrad essentiellement : discussions à propos du roman de Vladimir Doudintsev, Ne hlebom edinym (L’homme ne vit pas seulement de pain), paru dans la revue Novyj Mir en août et en octobre 1956, qui sera condamné pour « discours nuisible » par la section de Moscou de l’Union des écrivains d’URSS en mars 1957, et de l’exposition Picasso ouverte à Moscou puis à Leningrad ; tentative de manifestation spontanée devant les ambassades de France et d’Angleterre contre l’intervention de Suez ; évocation des différences de salaires entre ouvriers et dirigeants du pays et de l’inégalité d’accès à l’enseignement101. À ces comportements inédits, mais pas nécessairement antisoviétiques, s’ajoute la formulation de revendications relatives aux conditions de vie et d’études. Des étudiants de Gorki organisent une délégation pour demander au CC du PCUS une réduction de la charge de cours hebdomadaire et du nombre d’examens, et d’autres signent des pétitions pour faire renvoyer leur doyen de faculté. À l’institut polytechnique de Tomsk, des étudiants de 4e année manifestent, aux yeux de l’obkom, des « humeurs malsaines », certains s’opposant à l’introduction d’un « stage » obligatoire, dans la production, pour les diplômés des VUZ : ici l’inquiétude des autorités est accrue par le fait qu’il s’agit de la « spécialité no 43 », à savoir la physique nucléaire appliquée102.

  • 103 Cité par A. V. PYŽIKOV, Ottepel’ : idéologičeskie novacii i proekty (1953-1964 gg.), Moscou, Sociu (...)
  • 104 Yuri AKSIUTIN, « Popular responses to Khrushchev », dans William TAUBMAN, Sergey KHURSHCHEV, Abbot (...)
  • 105 Voir Û. G. BURTIN, K. LUBARSKIJ (éd.), « Studenčeskoe broženie… », article cité, p. 5. D’après Vla (...)
  • 106 RGANI, 4/16/1098, p. 44-47 : rapport de l’instructeur A. Lutčenko au CC du PCUS. Publié dans Û. G. (...)

56La situation devient plus sérieuse lors de la crise hongroise. Des « discussions enflammées » ont lieu dans les VUZ : des communistes demandent la suppression des examens de marxisme-léninisme ; des membres du Komsomol critiquent leur propre organisation, affirmant que « le manque d’attention envers la jeunesse peut conduire à des événements comme ceux de Hongrie », et qu’ils « exigent la liberté de la jeunesse »103. Dans plusieurs grandes universités apparaît ainsi une véritable contestation, au sens d’une remise en cause du régime et de sa politique. Même si elle émane de quelques individus isolés, elle a une résonance importante de par le prestige des lieux de connaissance touchés. Deux faits méritent d’être mentionnés pour donner un aperçu de l’atmosphère de l'époque : le 25 octobre, au club du ministère de l’Intérieur d’URSS, des étudiants de l’Institut d’histoire et d’archivistique de Moscou portent un toast aux événements polonais et hongrois, et à la « quatrième révolution russe » ; lors d’une réunion à l’Institut de prospection géologique de Moscou, Ekaterina Furceva, première secrétaire du gorkom du Parti de la capitale, secrétaire et membre du CC du PCUS, ne peut obtenir la parole face à l’hostilité de l’assistance et doit faire mine de prôner la conciliation pour ne pas être huée104. Quelques jours plus tard, le 8 novembre, lors d’une visite à la faculté de mathématiques et de physique de MGU, la même Furceva s’inquiète à la lecture d’un numéro du journal mural étudiant Literaturnyj bûlleten’ (« Bulletin littéraire »). D’après l’appareil du Parti, celui-ci avait pris position contre l’intervention soviétique en Hongrie105. À la demande de Furceva, lors d’une séance spéciale organisée à la faculté avec le doyen Andrej Kolmogorov et le recteur Ivan Petrovskij, les auteurs sont exclus de l’université avant d’être, probablement, arrêtés par le KGB106.

  • 107 C’est ce qu’écrit à Khrouchtchev, deux ans après, une enseignante membre du Parti qui se plaint de (...)

57Lors des réunions du Komsomol organisées dans chaque VUZ, l’intervention des troupes soviétiques à Budapest suscite des réactions vives. À la faculté d’histoire de MGU, d’après une enseignante, « la confusion (putanica) [est] née dans les esprits de nombreux étudiants en rapport avec les événements en Pologne et en Hongrie »107. Le directeur du MEI rapporte également, lors d’une réunion au MVO en février 1957 :

  • 108 GARF R-9396/1 (Chancellerie)/818, p. 125-126.

… récemment en novembre et en décembre (c’était tout récemment) nous nous sommes heurtés à l’incompréhension par nos étudiants des questions de la vie intérieure et internationale. Nous nous sommes heurtés à des états d’esprit malsains parmi les étudiants et même antisoviétiques chez certains, parmi lesquels des membres du Komsomol.108

  • 109 RGANI, 5/37 (Département de la science, des écoles et de la culture pour la RSFSR) /2, p. 140-143. (...)
  • 110 RGANI, 5/37/2, p. 145-147.
  • 111 O. L. LEJBOVIČ, Universitetskie istorii…, op. cit., p. 64-66.

58La même escalade est perceptible dans d’autres villes : l’automne 1956 voit ainsi une radicalisation des discours. On parle même, dans les rapports au CC du PCUS, de « plates-formes contre-révolutionnaires », comme à Gorki où trois jeunes gens fondent, à l’automne 1956, une « organisation étudiante politique illégale, l’OID » (en russe : Obŝestvo idejnyh druzej = « Société des amis d’idées », ou encore Ot I Do = « Du [socialisme] Et Vers [le capitalisme] »), qui présente un programme d’action et rassemble plusieurs étudiants de différents VUZ de la ville109. À Sverdlovsk, des étudiants de la faculté de lettres de l’université de l’Oural expriment eux aussi leur désaccord avec le régime en éditant une feuille polycopiée à trois exemplaires, qui selon l’inspecteur du CC du PCUS « dénigrait nos réalisations soviétiques », et proposait de faire de la revue de la société scientifique étudiante un organe de « libre discussion »110. Des phénomènes similaires se produisent à Molotov, où un étudiant demande en cours si un coup d’État contre-révolutionnaire peut avoir lieu en URSS. À la faculté de physique et mathématiques de cette même ville, un journal mural étudiant publie en novembre 1956 « un numéro raté (neudačnyj) », selon les autorités locales du Parti. Un étudiant d’histoire est exclu du Komsomol et de l’université, pour avoir dénoncé en public la persistance du « culte de la personnalité », accusant le monopartisme d’en être la cause111.

  • 112 GARF, A-461/2/10996, p. 1. Document publié dans V. A. KOZLOV et alii, Kramola, op. cit., p. 221.

59Ces faits sont de gravité variable, mais les organes de répression ne cherchent pas à voir toutes les nuances dans les intentions des « fautifs ». Certains ont clairement pour but de fomenter une conspiration, ou en tout cas d’organiser une forme de subversion clandestine. D’autres disent avoir agi par impulsion, sans penser que leurs propos pouvaient enfreindre la légalité : ainsi cet élève de 10e classe, Vitalij Lazarânc, qui, lors de la célébration de la révolution d’Octobre le 7 novembre 1956, jette depuis la tribune élevée sur une place de la ville de Iaroslavl, un tract avec l’inscription : « Nous exigeons le retrait des troupes soviétiques de Hongrie »112. Pendant son interrogatoire au KGB, le lycéen déclare :

  • 113 GARF, A-461/2/10996, p. 17. Ibid., p. 222.

En tant que membre du Komsomol je savais que, si quelque chose ne me plaisait pas, j’avais le droit de protester, et c’est pourquoi m’est venue l’idée de protester ainsi…113

  • 114 Ibid., p. 214.
  • 115 A. A. FURSENKO (éd.), Prezidium CK KPSS / T. 2...., op. cit., p. 478. Ce document est classé « par (...)

60D’autres encore cherchent la provocation : Krasil’nikov, étudiant en philologie de l’université de Leningrad, le 7 novembre 1956, crie à plusieurs reprises, dans le cortège de la manifestation officielle, « À bas Khrouchtchev », « À bas le pouvoir soviétique », « À bas la clique du Parti », « Vive la Hongrie libre », « À bas le communisme », encouragé par les « Hourra ! » d’un petit groupe de ses camarades114. Sans parler des conséquences graves pour leurs auteurs, ces incidents révèlent l’existence d’un bouillonnement contestataire qui, même isolé, ne peut qu’effrayer les dirigeants – lesquels ont expressément demandé, dans un décret du Présidium du CC du PCUS aux instances républicaines, régionales et locales, « d’assurer un haut degré d’organisation pour le déroulement des cortèges, séances officielles et autres manifestations : […] il convient de ne pas courir après le nombre de manifestants, de ne pas laisser traîner les cortèges, de les conduire de façon organisée… »115.

  • 116 Pravda du 26 décembre 1956.
  • 117 Voir par exemple le numéro du 18 octobre 1956.
  • 118 Ibid., p. 5. Il s’agit des numéros datés respectivement des 4 et 28 décembre 1956.

61Le reste de la population prend connaissance de cette agitation, y compris sous forme de rumeurs : en décembre, les journaux, à la suite de l’agence Tass, évoquent en termes vagues quelques « incidents » et « symptômes malsains » dans les instituts pédagogique et polytechnique de Leningrad. La Pravda met même en garde ses lecteurs contre les agissements d’« agents ennemis » sur le territoire soviétique, dans une tribune signée du ministre de la Sécurité d’État (ou « Stasi ») est-allemand Ernst Wollweber116. La Komsomolskaâ Pravda, organe du Komsomol qui, quelques semaines plus tôt, appelait à la discussion sur des questions d’idéologie ou d’histoire, décriant les « méthodes autoritaires » et les cours « pas assez approfondis » de certains enseignants et responsables117, se met à dénoncer les propos excessifs prononcés dans certains VUZ en matière artistique, ainsi que le contenu de plusieurs revues étudiantes118. Le journal fait le portrait de l’étudiant « démagogue » typique :

  • 119 Komsomol’skaâ Pravda, 15 décembre 1956 ; cité dans « Part I : Conflict Between the Generations », (...)

Il est capable de propager le boycott de la cantine plutôt que de se joindre à la commission d’amélioration de la nourriture. Il est capable de demander la discussion d’un problème et d’y participer non dans le but d’éclairer le sujet, mais de causer des perturbations et de semer la confusion. Il aspire à manquer les cours, et en même temps il se plaint du niveau insuffisant de l’enseignement.119

  • 120 GARF, R-8131/31/78158, p. 9. Document publié dans V. A. KOZLOV et alii, Kramola, op. cit., p. 133- (...)

62Les archives du Parquet d’URSS offriraient probablement d’autres cas précis, et on peut évoquer un exemple qui témoigne de la diffusion des rumeurs sur l’agitation étudiante. En février 1957, un mineur (qui se dit « ingénieur ») de 35 ans de la région de Kemerovo, entreprend ses voisins de tramway sur le sujet : « à Budapest il y a eu une révolte (bunt) et on envoie notre pain là-bas », puis : « les étudiants se révoltent (buntuût) alors que vous, bons à rien (vahlaki), vous êtes assis et vous vous taisez ». D’après un autre témoin, il mentionne les villes de Kiev, Tomsk et Omsk comme lieux de contestation étudiante120. Du côté des autorités aussi, le discours est parfois exagérément alarmiste : ainsi le secrétaire du partburo de l’université de Molotov déclare en novembre 1956 :

  • 121 Cité par O. L. LEJBOVIČ, Universitetskie istorii…, op. cit., p. 64.

… toute la réaction mondiale s’est entendue pour lutter contre le camp socialiste – et elle pourrait avoir une influence, d’une façon ou d’une autre, pas seulement sur la Hongrie, mais aussi sur l’Oural.121

  • 122 Ibid., p. 63.
  • 123 Ibid., p. 66-68. Il fut exclu de l’université au printemps 1957.
  • 124 GARF, R-9396/16/180, p. 111 (rapport non signé, qui date probablement de 1957).

63Comme le souligne un historien de l’université de Molotov, les autorités, notamment la direction du Parti, sont alors sans doute plus préoccupées de l’état d’esprit des étudiants que de celui de leurs enseignants122. Toutefois, parmi ces derniers, quelques-uns payent le prix fort pour avoir favorisé ou protégé des contestataires : par exemple un jeune assistant de la chaire d’histoire du PCUS de cette université, V. I. Smetanin123. Plus étonnant encore : en pleine conférence interuniversitaire du Komsomol, le 31 décembre, une enseignante d’économie politique de l’Institut des mines de Moscou, Lenskaâ, prend la défense des étudiants qui ont accusé la presse soviétique d’avoir tu les événements hongrois ; elle n’est pas critiquée par ses collègues, comme le déplore un rapport du ministère en 1957124.

64Cette ébauche de crise étudiante, malgré l’absence de coordination entre ses acteurs, par son écho et la sympathie qu’elle inspire manifestement dans une partie de la population, inquiète donc fortement les autorités. Parallèlement aux sanctions (exclusion des rangs du Komsomol et du VUZ, le plus souvent) et aux poursuites pénales confiées au KGB, on envisage aussitôt d’autres réponses de nature préventive.

B. « Si vous ne voulez pas étudier, allez travailler » : la réponse de Khrouchtchev, du Parti et du Komsomol

65La réaction des responsables est conforme aux représentations sociales héritées de leurs parcours et de leur formation : à l’instar de la jeune dirigeante du Komsomol Zoâ Tumanova dont les propos sont cités en épigraphe de ce chapitre, ils dénoncent la coupure entre les étudiants et « la vie », appliquant une grille d’interprétation qui établit un lien direct entre l’origine et la position sociale d’un côté, la loyauté et l’adhésion idéologique de l’autre.

  • 125 A. PYŽIKOV, Hruŝevskaâ ottepel’..., op. cit., p. 69.

66Aleksandr Pižikov souligne qu’à l’époque, « on expliqua la diffusion de tels états d’esprit par le faible pourcentage parmi les étudiants d’ouvriers, de kolkhoziens et de leurs enfants, par la domination d’enfants d’employés, dont l’absolue majorité n’avait travaillé nulle part et ne connaissait pas la vie »125. Nikolaj Kaz’min, chef de l’Otdel nauki RSFSR, déplore dans la conclusion d’une note adressée au Buro RSFSR, que les effectifs de l’enseignement supérieur soient dominés par les enfants des employés et de l’intelligentsia :

  • 126 RGANI, 5/37/2, p. 111. La note est datée du 19 novembre 1956.

Tous ces défauts dans la sélection du corps étudiant (komplektovanie studenčeskogo sostava) des VUZ constituent une cause des états d’esprit malsains et des événements qui ont eu lieu dans certains VUZ. Afin de réduire les défauts dans l’admission en VUZ il est recommandé […] de charger le ministère de l’Enseignement supérieur d’URSS, et les autres ministères ayant des VUZ, d’élaborer des mesures pour assurer une sélection de meilleure qualité à l’entrée en VUZ en 1957.126

67Ce document est important à plusieurs égards. D’abord son contenu est étonnant : la question de la composition sociale des VUZ n’est pas du ressort du Buro RSFSR ni de ses départements, en principe. Il semble que cette instance ait contribué à relancer un thème sur lequel son grand frère, l’Otdel nauki dirigé par Kirillin, est silencieux. Surtout, le lien de causalité est formellement établi, dans les propos de Kaz’min, entre la « composition sociale » et l’agitation politique des étudiants.

  • 127 A. A. FURSENKO (éd.), Prezidium CK KPSS / T. 1..., op. cit., p. 202. Notons que les responsables c (...)
  • 128 AP RF, 52/1/261, p. 74-110. Le sténogramme complet de cette séance inhabituelle de « réunion de l’ (...)
  • 129 Sur le déroulement de cette insurrection, voir François FEJTÖ, Budapest, l’insurrection : la premi (...)
  • 130 Istočnik, no 6 (66), 2003, p. 68.

68La plupart des dirigeants partagent l’avis du Buro RSFSR. Le 4 novembre, alors que, depuis l’aube, les combats font rage à Budapest entre soldats soviétiques et insurgés, au Présidium du CC du PCUS, entre la discussion des questions de Hongrie et de Suez, est introduit le point suivant : « sur la purge (očiŝenie) des VUZ de leurs éléments malsains (nezdorovye) »127. Sont chargés de présenter des propositions dans ce sens, d’après le brouillon du sténogramme, dans l’ordre : Furceva, Pospelov, Šelepin et Elûtin. Le même jour, Khrouchtchev réunit les membres du Présidium, du CC, mais aussi de la Commission centrale de révision, ainsi que les principaux collaborateurs de l’appareil central du PCUS, du gorkom et des rajkom de la capitale, pour les « informer de la situation en Hongrie et d’autres questions qui y sont liées »128. Son intervention, à huis clos, révèle que l’implication de nombreux étudiants dans la révolte hongroise n’a pas échappé au Premier secrétaire129. Il raconte en particulier comment les « camarades roumains » ont su mettre fin à un début d’agitation à Cluj, ville à forte minorité hongroise, en passant à tabac quelques-étudiants, en arrêtant deux à trois cents d’entre eux, puis en discutant « comme il faut (horošen’ko) » avec eux, ainsi qu’avec leurs parents130. Il rapporte le récit de la discussion avec les étudiants, tel que le lui aurait fait le dirigeant roumain Gheorghe Gheorghiu-Dej :

  • 131 Ibid., p. 68-69 (nos italiques). La peur de voir une contagion de l’insurrection hongroise dans d’ (...)

On demanda aux étudiants :
- Recevez-vous votre bourse ?
- Oui, dirent-ils.
- Avez-vous un logement en foyer ?
- Oui, il y a un foyer.
- Les professeurs vous font-ils cours ? Vous étudiez ?
- Nous étudions, reconnurent les étudiants.
- Alors étudiez comme il faut. Si vous ne voulez pas étudier, nous allons vous donner une pelle, allez travailler. Quand vous aurez des cals aux mains d’avoir travaillé comme il faut à la production, alors vous comprendrez la vie, vous comprendrez ce qu’est la démocratie, ce que signifient les études. (RIRES DANS LA SALLE).131

  • 132 Malheureusement la liste précise des présents n’est pas publiée par le document.

69Un tel discours vise d’abord à rassurer les hauts responsables du Parti, au moment où l’issue de la crise hongroise est encore incertaine – avec l’idée, répétée un peu plus loin, que les troubles ont un caractère nationaliste. Mais peut-être s’agit-il aussi de mettre en garde l’auditoire contre les aspirations démocratiques qui ont vu le jour en Europe de l’Est comme en URSS. L’assistance compte probablement de nombreux acteurs de l’enseignement secondaire et supérieur, de l’administration économique, des organisations sociales et du milieu académique déjà rencontrés ici, outre les membres du Présidium : les secrétaires (dont Šepilov et Aristov), les collaborateurs et membres du CC du PCUS et de la Commission centrale de révision Vladimir Kirillin, Vasilij Derbinov, Nikolaj Kaz’min, Viktor Grišin, Ivan Kairov, Iosif Kuz’min, Dmitrij Kukin, Aleksej Rumâncev, Aleksandr Nesmeânov, Mihail Suslov, Aleksandr Šelepin, entre autres132. Khrouchtchev conclut son récit en soulignant que « par ces conversations (besedy) les camarades roumains ont mené un assez bon travail éducatif parmi les étudiants ». Un peu plus loin, il semble s’adresser directement à ceux qui sont en contact avec la jeunesse soviétique :

  • 133 Istočnik, no 6 (66), 2003, p. 75 (nos italiques).

Il faut tirer les leçons de ces événements et renforcer notre travail dans le Parti et le pays. Il est indispensable de renforcer le travail politico-partisan dans les masses, d’améliorer le lien avec les ouvriers, les kolkhoziens, l’intelligentsia et surtout au sein de la jeunesse, des étudiants. En Hongrie les étudiants ont fait couler le sang, s’en sont pris à nous. Ils ont été induits en erreur par les forces de la réaction, parce que parmi eux le travail politique n’a pas été [suffisant]. Il faut patiemment mener ce travail, diriger les masses correctement. Bien sûr, quand c’est nécessaire, il faut aussi montrer sa force.133

  • 134 Un soviétologue anglo-saxon y voit une « menace spectaculaire » à l’encontre des « étudiants rebel (...)
  • 135 Des ouvriers mais aussi des ingénieurs, des savants et des vétérans de la Guerre civile ont ainsi (...)

70Six jours plus tard, le 10 novembre, la Pravda publie une autre intervention de Khrouchtchev devant des représentants du Komsomol à MGU, qui reprend presque mot pour mot l’anecdote sur les étudiants roumains134. L’idée de faire intervenir d’authentiques ouvriers paraît avoir fait florès, dans d’autres établissements135. Le texte évoque aussi la « nécessité de purger MGU des éléments mauvais (negodnye) et de les envoyer travailler dans l’industrie et l’agriculture », rejoignant la conclusion de la note d’Afanasenko déjà citée :

  • 136 RGANI, 5/30/181, p. 82-89. Publié dans Û. G. BURTIN, K. LUBARSKIJ (éds.), « Studenčeskoe broženie… (...)

Le Ministère de RSFSR a donné instruction aux directeurs d’instituts [pédagogiques] d’élever le niveau d’exigences attendu des nouveaux admis et des étudiants […]. En particulier, envers les personnes manquant de sérieux par rapport aux cours ou à leur futur métier d’enseignant, on a recommandé aux directeurs comme méthode d’opter pour l’exclusion temporaire avec droit de reprendre les études après deux-trois années de travail fructueux (uspešnoj raboty) dans la production.136

  • 137 Ce document a été publié notamment dans : V. Û. AFIANI, Z. K. VODOP’ÂNOVA (éd.), Doklad N. S. Hruŝ (...)
  • 138 Gennadij KUZOVKIN, « Partijno-Komsomol’skie presledovaniâ », article cité. Les propositions de Šel (...)
  • 139 Nikita PETROV, Pervyj predsedatel’KGB Ivan Serov, Moscou, Materik, 2005, p. 170-171 ; A. A. FURSEN (...)
  • 140 Le mot « étudiant » et ses dérivés apparaît huit fois dans le texte. La variante initiale, datée d (...)

71Il convient donc de distinguer ici entre deux types de réponses. L’une, répressive, est formulée dans la Lettre du CC du PCUS du 19 décembre 1956 « Sur le renforcement du travail politique des organisations du Parti dans les masses, et la mise au pas de l’expression (precečenie vylazok) des éléments antisoviétiques hostiles », adressée à toutes les instances du Parti et du Komsomol, mais non publique137. Gennadij Kuzovkin estime que cette Lettre, symptomatique du passage d’une répression dirigée par les seuls organes de la sécurité d’État (le KGB) à des formes plus diffuses confiées au Parti et au Komsomol, est le produit de l’influence directe de cette dernière organisation et de son chef Aleksandr Šelepin138. Nikita Petrov signale que c’est un groupe de hauts responsables du Parti mené par Leonid Brejnev, récemment promu secrétaire du CC, qui fut chargé « d’une façon indéterminée » de préparer cette lettre : en effet le décret du Présidium du CC du PCUS mentionne, outre la commission de Brejnev, « les camarades Malenkov et Aristov », mais pas directement Šelepin139. La première variante du texte, comme la note rédigée par le Premier secrétaire du Parti ukrainien Aleksej Kiričenko sur le même sujet, montrent que les étudiants focalisent l’attention des autorités – les villes concernées par le problème étant « Moscou, Sverdlovsk, Kaunas, Tallin et quelques autres »140.

72L’autre réponse consiste à faire en sorte de modifier la « composition sociale » des étudiants. L’idée qu’une sélection par la seule réussite académique, en d’autres termes, par les connaissances, ne suffit pas à assurer la qualité du recrutement, apparaît déjà dans le discours de Khrouchtchev à MGU :

  • 141 Pravda, 10 novembre 1956. Il faut à une membre du Komsomol de la faculté de philologie de MGU une (...)

Il faut que notre jeunesse étudiante soit plus proche de la vie. Il faut que les VUZ accueillent réellement la meilleure partie de la jeunesse, sa véritable avant-garde. Il y a encore trop de défauts dans la pratique de l’admission en VUZ, souvent même les médailles d’or ne sont pas attribuées comme il faut, parfois les notes à l’école sont gonflées arbitrairement (proizvol’no). Il convient d’améliorer l’admission dans le supérieur, de faire en sorte qu’arrivent en VUZ les meilleurs des meilleurs, que ce soient des gens dévoués à la cause de Lénine, à la cause du peuple. Il est indispensable d’admettre plus de jeunes venant de la production, des usines, des fabriques, des chantiers, des kolkhozes, des MTS et des sovkhozes.141

  • 142 RGANI, 5/35/44, p. 143-146. Rapport d’A. Lutčenko, instructeur du département de la science, des V (...)
  • 143 Gennadyj KUZOVKIN, « Partijno-Komsomol’skie presledovaniâ », article cité.
  • 144 Ibidem. Le premier secrétaire du Komsomol préconisait aussi le développement des études « sans rup (...)

73Lors de la réunion de la conférence du Parti de cette université, parmi les propositions pour optimiser « le travail politico-partisan et d’éducation idéologique », il est aussi question d’« améliorer radicalement la composition sociale du corps étudiant en ouvriers, kolkhoziens et leurs enfants »142. Sans surprise, Šelepin, « administrateur » et chef du Komsomol, partisan de la polytechnisation à outrance, abonde immédiatement dans le sens de Khrouchtchev. Le 12 novembre, il expose au Comité central du VLKSM un projet de note au CC du PCUS qui est une liste de mesures pour éradiquer et prévenir les désordres dans l’enseignement supérieur. La deuxième est formulée ainsi : « Changer l’admission en VUZ, mettre fin à l’entrée en VUZ de gens peu fiables (slučajnye), améliorer radicalement la qualité de la composition du monde étudiant »143. Pour ce faire, il suggère de supprimer l’admission hors concours des médaillistes et d’imposer à tout futur étudiant deux ans de travail à la production, mais aussi de permettre aux collectifs de travail de recommander tel ou tel candidat admissible même avec des notes insuffisantes. Ce programme vise aussi à résoudre la question de l’emploi des jeunes à la sortie du secondaire – la note de Šelepin préconise d’organiser un « plan d’utilisation des bacheliers dans l’économie », et d’envoyer les étudiants ayant de mauvais résultats ou un « comportement amoral » travailler trois ans dans la production144.

  • 145 N. I. FEŜENKO, « Iz istorii », article cité, p. 21. Pour éclairer ces formulations vagues, une not (...)

74À la fin de l’année 1956, l’idée d’envoyer les jeunes travailler dans la production, à la fois pour garantir leur loyauté au régime et pour améliorer l’offre de main-d’œuvre, rencontre l’approbation de la plupart des instances de décision au sommet du pouvoir. Pour N. Feŝenko, qui écrit à la fin des années 1970, le retour à l’objectif de former des « spécialistes » issus du prolétariat naît ainsi des « processus politiques complexes » de la période, le « rajeunissement brutal » des étudiants « ayant parfois empêché certains d’entre eux d’estimer avec précision le sens de ce qui se passait, de déterminer correctement leur propre position »145. Plusieurs mesures concrétisent l’appréciation des élites administratives soviétiques.

C. Nouvelles règles d’admission en 1957 : « ouvrir les portes aux producteurs »146

  • 146 Vestnik vysšej školy, no 6, 1957, p. 3-6. L’auteur de cette tribune, Nikolaj Nazarov, alors chef de (...)

75L’enjeu idéologique et politique rejoint ici une autre préoccupation : la prise en compte des besoins en main-d’œuvre de l’économie. Le tournant de 1957, contrecoup de l'agitation de l’automne précédent, confirme aussi des expériences plus anciennes comme la mise en place de cours préparatoires (podgotovitel’nye kursy) pour les « producteurs », c’est-à-dire les étudiants fraîchement arrivés du monde du travail.

76En décembre 1956, un rapport envoyé par le président adjoint de la Commission économique d’État d’URSS, E. Andreev, à Leonid Brejnev – au moment où il achève de rédiger la Lettre du CC du PCUS –, constate :

  • 147 RGANI, 5/35/41, p. 200 et 206. Le second passage a été souligné en marge, peut-être par Brejnev lu (...)

Le recrutement des VUZ se fait principalement à partir de la jeunesse sortie de l’école secondaire de formation générale, et exclusivement en fonction des résultats aux concours d’entrée. Ce système d’admission en VUZ rend difficile l’entrée de la jeunesse ayant une formation secondaire et travaillant dans la production. […] Dans le but d’élever la qualité de formation des spécialistes et d’attirer plus largement en VSSUZ ouvriers, kolkhoziens et employés familiarisés avec la production, fixer qu’à partir de 1957 les personnes ayant travaillé dans la production deux ans ou plus soient admises en VSSUZ en études en rupture avec la production, hors concours.147

  • 148 RGANI 5/37/2, p. 100-102, 110-112. Je remercie Benjamin Tromly de m’avoir signalé ce document.
  • 149 Conformément à l’usage en vigueur dans les publications en français de cette époque, nous employon (...)

77Cette proposition est incluse dans le projet présenté au secrétariat du CC du PCUS, sans doute le 4 janvier 1957, par l’Otdel nauki. Il recommande de privilégier l’admission de jeunes venus de la production. Mais il ne rend pas obligatoire le « stage » de deux ou trois ans dans l’industrie et l’agriculture, même si, depuis la fin novembre, l’appareil du Buro RSFSR le préconisait, de même que le Parti de la région autonome du Tatarstan148. Comme pour la polytechnisation du secondaire, deux conceptions de la refonte des règles d’admission, l’une radicale et l’autre modérée, s’affrontent ici. L’idée d’un « stage » dans la production obligatoire pour tous les nouveaux étudiants est mise en avant par l’appareil du Buro RSFSR, qui reprend ici les prescriptions du Komsomol, ce qui n’était pas le cas pour la réforme du secondaire149. Les responsables de l’Otdel nauki RSFSR, sont par ailleurs conscients que des incitations ne suffiront pas à modifier la part des proizvodstvenniki dans le supérieur :

  • 150 RGANI, 5/37/15, p. 44. Cette note « sur les mesures pour assurer en 1957 l’admission dans les VUZ (...)

Le déroulement de l’admission en VUZ de 1956 a montré qu’en plus des changements dans les règles d’admission, il est indispensable de prendre une série de mesures visant à assurer l’inscription de la jeunesse ayant une expérience de travail pratique. […] Ainsi par exemple, dans 14 instituts pédagogiques de la partie centrale du pays, seuls 7,4 % des nouveaux admis en 1956 [étaient dans ce cas]. À MGU, sur 2310 nouveaux étudiants, 7,2 % […] À l’Institut chimico-technique de Moscou, 2 %.150

78Ces chiffres éloquents circulent alors dans les cercles dirigeants du pays. Lors de la réunion du 29 mai 1957 au CC du PCUS, Khrouchtchev interpelle ses collègues en leur posant la question :

  • 151 Retranscrit dans Natalâ TOMILINA, Andrej ARTIZOV (éds.), Nikita Sergeevič Hruŝev…, op. cit., tome  (...)

KH. [Khrouchtchev] : Prenez n’importe quel VUZ. Combien y a-t-il d’enfants d’ouvriers et de paysans ?
QUELQU’UN : 20 %.
KH. : Cela, c'est en province. Mais prenez les VUZ de la capitale.
QUELQU’UN : 5 %.151

  • 152 RGANI, 5/37/15, p. 44
  • 153 GARF, R-9396/16/180, p. 105-106. L’administration de MGU avait mis en place de tels cours pendant (...)
  • 154 GANO, 377 (Université de Gorki)/8 (années 1932-1972)/882, p. 123. Rapport du vice-recteur de l’uni (...)

79En mars 1957, l’Otdel nauki RSFSR propose de confier au MVO SSSR la tâche de préparer des mesures pour rendre plus efficaces les nouvelles règles d’admission : créer des « cours préparatoires » dans les VUZ et les grandes entreprises, et mener une propagande active auprès des écoliers, des jeunes ouvriers et paysans sur les avantages dont ils peuvent bénéficier en faisant des études152. Notons que ces cours préparatoires avaient déjà été mis en place dans certaines villes, mais que leur capacité d’accueil ne dépassait pas 17 000 places en 1956153. Ils avaient eu des effets spectaculaires dans certains cas, comme à l’université de Gorki, qui en 1956 développe toute une propagande en direction des usines, kolkhozes et administrations de l’oblast’ pour faire venir aux concours d’entrée des jeunes travaillant dans la production. Le résultat atteint n’est pas négligeable : la part des jeunes ayant une expérience de travail de deux années au moins (et de soldats démobilisés) parmi les nouveaux admis passe de 0,3 % en 1956 à 23 % en 1957, pour se stabiliser les années suivantes à 30 %154. Même si on peut douter de la fiabilité de ces chiffres – le faible taux de proizvodstvenniki et d’ex-soldats de 1956 laisser penser qu’ils n’étaient peut-être pas comptabilisés rigoureusement jusque-là –, la réforme de 1958, comme l’avait pressenti N. Feŝenko, a surtout renforcé une orientation déjà mise en œuvre depuis deux ans. Le 1er septembre 1958, l’éditorial de la Pravda annonce qu’à Novossibirsk, près de 60 % des nouveaux admis en VUZ ont une expérience de travail : entre temps, les conditions d’entrée dans le supérieur ont été, il est vrai, profondément remodelées.

  • 155 GARF, R-9396/16/181, p. 15-16.
  • 156 Ibid., p. 17-18. Il s’agissait principalement du décret « Sur les règles d’admission en VUZ » du C (...)
  • 157 A. A. FURSENKO (éd.), Prezidium CK KPSS / T. 1...., op. cit., p. 255.
  • 158 Ibid., p. 1007.
  • 159 GARF, R-9396/16/180, p. 29-30. Voir le texte 8, en annexe.
  • 160 GARF, R-9396/16/182, p. 99.
  • 161 Ibid., p. 100. La première de ces propositions avait déjà été formulée fin 1956 : voir supra, chap (...)

80Le 19 février 1957, un décret du CC du PCUS et du Conseil des ministres d’URSS demanda au MVO de préparer des mesures pour modifier les règles d’admission en VUZ155. Les dispositions en vigueur depuis 1940 étaient officiellement caduques d’après cet acte officiel156. Le 4 mai, la question est discutée au Présidium du CC du PCUS – présentée par Khrouchtchev, selon le brouillon du protocole dont on dispose, avec la mention suivante : « Adopter la proposition. Sur la finition du projet de décret sur l’ordre d’admission dans les VUZ. Réexaminer la question encore une fois. »157. De fait, le décret du CC du PCUS et du Conseil des ministres d’URSS prévu aurait été ajourné sur proposition du Premier secrétaire, ce qui laisse penser que ce texte n’a pas été jugé suffisamment abouti par lui-même et ses pairs158. Vingt jours plus tard, suite à une intervention publique de Khrouchtchev lors du vote de la loi sur les Sovnarhoz au Soviet suprême d’URSS, le MVO adopte le changement, mais à titre de décision interne159. C’est la voie incitative – un avantage donné à ceux qui ont deux ans d’expérience dans la production – et non impérative – l’obligation d’avoir cette expérience – qui est adoptée. Parallèlement, le département du courrier des lecteurs de la Pravda choisit vingt-deux lettres de simples citoyens, datées d’avril-mai, pour les transmettre à la Direction méthodologique du MVO SSSR, qui à son tour adresse au ministre adjoint Prokof’ev, fin septembre, un résumé de leur contenu160. La proposition de n’accepter en VUZ que les personnes ayant travaillé dans la production y est formulée quatre fois ; une lettre préconise d’admettre n’importe qui mais de délivrer le diplôme après deux ans de travail, alors qu’une autre demande, au contraire, qu’on n’admette que les élèves sortant de l’école de dix ans161.

  • 162 Voir par exemple le cas d’Andreï Sakharov, entré à MGU en 1938 grâce à cette distinction. Les méda (...)
  • 163 Le nombre de places attribué aux ressortissants des nationalités aborigènes (korennye) des républi (...)
  • 164 Citons par exemple : N. M. KATUNCEVA, « Vozniknovenie rabočih fakul’tetov i ih rol’v formirovanii (...)
  • 165 Pravda, 25 janvier 1955. Ce reportage donne une autre clef pour comprendre les motivations de la d (...)
  • 166 Par exemple : A. I. APEVALOV, « Istoričeskoe značenie pervyh dekretov Sovetskoj vlasti (oktâbr’191 (...)
  • 167 A. I. AVRUS, Istoriâ rossijskih universitetov..., op. cit., p. 148.

81La disposition retenue par le MVO accorde les mêmes chances aux « producteurs » qu’aux écoliers titulaires des précieuses « médailles d’or », véritable sésame pour entrer en VUZ sans concours, depuis les années 1930162. On peut aussi établir un parallèle avec la discrimination positive dont bénéficient les ressortissants de certaines minorités nationales d’URSS, eux aussi sous forme de places hors concours en VUZ, en études de jour163. Il y a donc un retour partiel aux pratiques des années 1920 et 1930, lorsque l’origine sociale ou la profession déterminaient les chances d’inscription dans le supérieur. L’idée de discrimination positive en faveur des « prolétaires » est d’ailleurs revenue d’actualité, en cette période de commémoration des premiers temps du régime soviétique : dès 1955, la création des facultés ouvrières (1919-1920) est commémorée dans plusieurs revues spécialisées, ce qui paraît quelque peu étrange, dans la mesure où elles ont disparu en 1940164. Un reportage de la Pravda vante même le développement, depuis 1950, d’« écoles ouvrières et paysannes » qui fonctionneraient sur le modèle des rabfaki, dans la jeune République populaire de Chine165. Mais c’est surtout en 1957 que se multiplient les articles évoquant, à l’occasion des quarante ans de la Révolution d’Octobre, les premières mesures du régime bolchevik en matière d’enseignement supérieur166. De fait, conformément au vœu de Nikolaj Kaz’min et de ses subordonnés, une mesure concrète accompagne le changement de 1957 dans les textes officiels : la création de cours préparatoires destinés à préparer aux concours d’entrée en VUZ les jeunes travailleurs et les anciens soldats démobilisés. On peut y voir avec l’historien A. Avrus une « renaissance de fait des rabfaki, mais dans des conditions nouvelles puisque les [cours préparatoires] n’acceptent désormais que des candidats ayant une formation secondaire »167.

  • 168 RGANI, 5/35/44, p. 143-146. Publié dans Û. G. BURTIN, K. LUBARSKIJ (éds.), « Studenčeskoe broženie (...)

82Le 2 juin 1957, les Izvestia publient les nouvelles règles d’admission en VUZ : les personnes ayant au moins deux ans d’ancienneté professionnelle (staž) dans la vie active seront admises en priorité, à condition d’obtenir la note « bien » (3 sur 5) aux concours. Il est précisé que seuls les « meilleurs » jeunes travailleurs se verront octroyer ce privilège, également offert aux soldats démobilisés de l’armée et de la marine soviétiques. Pour les écoliers achevant leur scolarité de dix ou onze ans l’année de l’inscription en VUZ, les règles sont inchangées par rapport à l’année précédente : ceux qui ont reçu une médaille d’or (la plus haute décoration à la fin du secondaire) seront admis sans concours ; les médaillés d’argent le seront à condition d’obtenir la note « bien » à une seule épreuve dans la discipline dominante choisie (si l’établissement offre cette possibilité), tous les autres restant soumis au concours normal. Ces dispositions sont plus modérées que celles préconisées par certains responsables de base du Parti et du Komsomol, notamment à MGU où il était proposé de supprimer tout avantage aux élèves « médaillistes » dans l’accès aux VUZ168. Par ailleurs, chaque épreuve se passera désormais devant deux membres au moins de la commission d’admission : sans doute pour limiter les possibilités de corruption.

  • 169 Les proizvodstvenniki n’étaient pas toujours bien vus par les enseignants, et certains se plaignai (...)

83L’incitation passe aussi par la persuasion du grand public ; mais il s’agit peut-être surtout de convaincre les responsables universitaires, et les enseignants eux-mêmes, du bien-fondé de ces mesures169. Une campagne de presse est lancée au printemps pour faire la promotion de ces nouvelles règles. La revue du MVO donne la parole au recteur de LGU, Aleksandrov ; dans sa tribune, le mathématicien, membre correspondant de l’AN SSSR, fait singulièrement écho au discours khrouchtchévien :

  • 170 Vestnik vysšej školy, no 3, 1957, p. 12-19. Voir l’analyse d’autres aspects de ce texte infra, cha (...)

…les étudiants ont parfois oublié qu’ils ont reçu des foyers et des bourses par le travail intensif de nos ouvriers et kolkhoziens […] L’éducation provient du travail pratique…170

  • 171 Voir la citation en épigraphe de ce chapitre.
  • 172 « Part I : Conflict », article cité, p. 4-6. On retrouve cette expression dans le rapport interne (...)
  • 173 Natalâ TOMILINA, Andrej ARTIZOV (éds.), Nikita Sergeevič Hruŝev…, op. cit., tome 2, p. 349 et 359.

84En cette période de mobilisation des jeunes vers de nombreux grands chantiers, industriels et agricoles, les études supérieures sont présentées comme un aboutissement et une récompense dans la formation du jeune communiste idéal. Les récits de propagande se multiplient pour faire croire à l’adhésion des masses à ce modèle : dans les Izvestia à la mi-juin paraît un article intitulé « Que devons-nous être ? Les écoliers vont dans les projets de construction, les usines et les kolkhozes ». Selon lui des élèves de la région juive autonome du Birobidjan auraient décidé, par classes entières, de travailler dans les Terres vierges après le secondaire complet171. Le thème de l’étudiant qui répugne à travailler dans l’industrie ou les Terres vierges de Sibérie et d’Asie centrale fait florès : le terme de beloručki (« petites mains blanches »), déjà employé en 1955 par Khrouchtchev, se répand dans les journaux172. Le Premier secrétaire et la présidente des Pionniers d’URSS l’emploient également au CC du PCUS fin mai 1957173.

85Les nouvelles règles d’admission combinent donc deux objectifs : l’augmentation du nombre de travailleurs dans les rangs des étudiants, et l’orientation des anciens élèves du secondaire vers la production. S’ils passent d’abord par l’atelier d’usine ou le kolkhoze, les jeunes seront désormais considérés comme des « producteurs ». En jouant sur les conditions d’accès au supérieur, les dirigeants comptent corriger ce qu’ils considèrent être un défaut majeur du système d’enseignement : la pénurie de main-d’œuvre dans le secteur productif de l’économie. Du même coup, ils espèrent aussi mettre un terme à la contestation apparue en milieu étudiant pendant l’année 1956.

Conclusion : la démocratisation du supérieur, enjeu de la déstalinisation

  • 174 O. L. LEJBOVIČ, Universitetskie istorii…, op. cit., p. 3.

86La question des conditions d'admission des étudiants fait donc débat dans les années 1953-1957. Elle préoccupe plusieurs hauts dirigeants, dont le Premier secrétaire en personne : ils redécouvrent le caractère profondément inégalitaire du système d’enseignement supérieur soviétique. Ceux qui réussissent et accèdent aux filières les plus prestigieuses sont presque exclusivement des « héritiers », au sens que Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron ont donné à ce terme, des élites politiques, sociales et culturelles : non pas par les moyens financiers, mais par les capacités d’influence et de stratégie individuelle qu’ont les représentants de la classe dirigeante au sens large dans la « patrie du socialisme ». Cette situation contredit les aspirations de la population qui, d’après Oleg Lejbovič, considérait alors que « l’enseignement supérieur donnait une chance de promotion sociale »174.

87En Russie comme en Ukraine et dans les autres républiques, la massification est alors limitée, via le développement des filières « sans rupture avec la production » : elles doivent permettre de canaliser le flot d’aspirants aux études supérieures, à moindre coût pour l’État. Une autre question est de savoir si la formation des cadres ou « spécialistes » pour l’économie et la culture, y compris pour le secteur de la recherche scientifique, doit se faire en tenant compte de la « composition sociale » des étudiants. Une vérité oubliée pendant près de vingt ans resurgit alors : la très faible part d’ouvriers et de paysans en VUZ. Sous Staline, on avait tout simplement cessé de la calculer, a fortiori de la publier.

88Le tournant majeur se situe en novembre-décembre 1956, pendant et après la crise hongroise. La direction du pays a été ébranlée non seulement par la révolte de Budapest, mais aussi par ses multiples échos dans certaines villes soviétiques, en particulier en Russie. Ces troubles révèlent un risque de divorce entre la jeunesse étudiante et le régime. En conséquence, le Kremlin décide, en plus des mesures répressives, de modifier la composition sociale du corps étudiant en général. Mais le temps des purges et des « ennemis du peuple » étant révolu, c’est par une mesure plus discrète que les autorités comptent peser sur la sélection des futurs cadres : il s’agit de favoriser les « producteurs ».

89Cette politique a l’avantage de compléter la polytechnisation du secondaire, censée donner à tous les élèves une qualification technique minimale, et le respect du travail manuel, donc in fine, dans l’esprit de nombreux dirigeants, du régime. Elle est ainsi à la fois le résultat et l’instrument de la déstalinisation : pour Khrouchtchev, il s’agit non seulement de remettre le système universitaire sur la voie tracée par Lénine (et abandonnée ensuite sous Staline), mais aussi de répondre au désordre provoqué par les révélations du Rapport secret dans un monde étudiant qu’il ne comprend guère et explique par son caractère « coupé de la vie ». En d’autres termes, les étudiants doivent travailler dans la production pour être de bons étudiants soviétiques. Mais l’adoption des nouvelles règles d’admission peut-elle suffire à atteindre cet objectif sociologique et moral à la fois ?

Notes

1 RGANI, 5 (appareil du CC du PCUS)/30 (Département général)/181, p. 82-89 : information envoyée au CC du PCUS par le Minpros RSFSR sur la situation dans les instituts pédagogiques, au nom d’Afanasenko, le 28 novembre 1956. Texte reproduit dans Û.G. BURTIN, K. LUBARSKIJ (éds.), « Studenčeskoe broženie v SSSR (konec 1956 g.) », Voprosy istorii, no 1, 1997, p. 3-23 ; p. 12-13. Cet épisode s’est déroulé à l’Institut pédagogique de l’oblast’ de Moscou (MOPI).

2 Izvestia, 16 juin 1957, p. 13.

3 Zoâ Tumanova, intervention lors de la séance au Comité central avec Nikita Khrouchtchev le 29 mai 1957, retranscrite dans Natalâ TOMILINA, Andrej ARTIZOV (éds.), Nikita Sergeevič Hruŝev : dva cveta vremeni. Dokumenty Moscou, Meždunarodnyj fond « Demokratiâ », 2009, tome 2, p. 360-361.

4 En Occident, on parle déjà à l’époque des « cadres », mais le mot russe (kadry) a un sens plus général, désignant l’ensemble du personnel d’une branche, administration ou entreprise : voir supra, chapitre 2, III, A. Les spécialistes sont donc pour nous les actifs diplômés de l’enseignement supérieur et secondaire spécial – à ne pas confondre avec l’emploi entre guillemets du terme, désignant un type de responsable d’après notre classification.

5 La plupart des documents disponibles concernant à la fois les VUZ et les SSUZ, ou tehnikum, nous évoquerons largement ces derniers dans cette section, suivant la réalité administrative décrite, mais sans développer les problèmes spécifiques de l’enseignement technique et professionnel, qui débordent le cadre de la présente thèse. Nous laisserons aussi de côté la question de l’attribution des emplois (raspredelenie) et de l’utilisation des cadres, qui nous entraînerait trop loin dans l’analyse de l’organisation de la main-d’œuvre qualifiée en URSS.

6 A. A. FURSENKO (éd.), Prezidium CK KPSS 1954-1964. Černovye protokol’nye zapisi zasedanij. Stenogrammy. Postanovleniâ / T. 1. Černovye protokol’nye zapisi zasedanij, Moscou, Rosspèn, 2003, T. 2. Postanovleniâ. 1954-1958, Moscou, Rosspèn, 2006 et T. 3. Postanovleniâ. 1959-1964, Rosspèn, 2008 ; Natalâ TOMILINA, Andrej ARTIZOV (éds.), Nikita Sergeevič Hruŝev : dva cveta vremeni. Dokumenty Moscou, Meždunarodnyj fond « Demokratiâ », 2009.

7 Pour plus de détails, voir les notices biographiques en annexe. Nous nous sommes limités aux informations sur la formation de ces personnages déjà bien connus, ainsi qu’à leurs responsabilités dans les années 1950.

8 Voir supra, chapitre 2, I.

9 Les MVSSO ont ainsi la tutelle de VUZ jusque là rattachés aux ministères économiques.

10 William TAUBMAN, Khrushchev : The Man and His Era, New York, W. W. Norton & Company, 2003, p. 260. Le retrait des responsabilités d’Elûtin au profit de Stoletov en 1959, alors que le Premier secrétaire a affermi son autorité, marque peut-être une victoire de ce dernier.

11 Son successeur à ce poste sera le mathématicien Aleksej Markuševič.

12 Voir supra, chapitre 2, I.

13 Sur cet épisode voir par exemple Donald FILTZER, The Khrushchev Era. De-Stalinisation and the Limits of Reform in the USSR, 1953-1964, Londres, Macmillan, 1993, p. 30.

14 Ibid., p. 30 et 44. Voir aussi la notice biographique d’Aleksej Larionov, en annexe.

15 G. Š. SAGATELÂN, Opyt I uroki organizacii sorevnovaniâ promyšlennyh rabočih v usloviâh èkstensivnogo razvitiâ sovetskoj èkonomiki (1960-1970e gg.), Moscou, Institut rossijskoj istorii RAN, 1998, p. 83.

16 R. N. ADŽUBEJ, « Rešaûŝij šag byl sdelan », dans A. I. VOLKOV, et alii, Pressa v obŝestve (1959-2000). Ocenki žurnalistov i sociologov. Dokumenty (La presse dans la société (1959-2000). Jugements de journalistes et de sociologues), Moscou, éditions de l’École d’études politiques de Moscou, 2000, p. 16.

17 Le terme de « recteur » (rektor) en URSS correspond à la fonction de président d’université en France : nous l’emploierons donc dans ce sens, de même que celui de « doyen » (dekan) qui désigne un directeur de faculté.

18 Voir les notices biographiques en annexe.

19 La lutte contre le « cosmopolitisme », lancée en 1949, touche cependant surtout les départements des sciences humaines, notamment dans les universités : voir A. I. AVRUS, Istoriâ rossijskih universitetov, Moscou, MOIR, 2001, p. 143.

20 Ils lui avaient déjà valu le prix Staline, la plus haute récompense civile du pays, en 1951.

21 Kirillin a probablement bénéficié d’une protection en haut lieu : ce pourrait être Mihail Pervuhin (1904-1977), lui-même un protégé de Malenkov, membre du Présidium du CC du PCUS de 1952 à 1957, qui a eu une carrière de « spécialiste » et « administrateur » à la fois, notamment dans le secteur de l’énergie électrique. On peut ajouter Aleksej Kosygin qui, en 1953-1955 puis après juillet 1957, en tant que premier ministre adjoint d’URSS, avec Frol Kozlov, est amené à prendre plusieurs décisions ponctuelles concernant l’enseignement supérieur : voir infra, chapitre 4, et les notices biographiques en annexe.

22 M. J. BERRY, « Science, Technology and Innovation », dans Martin MCCAULEY (dir.), Khrushchev and Khrushchevism, Bloomington, Indiana UP, 1987, p. 71-94 ; p. 80. Le Gostehnika de 1955 s’inspire d’un organe ayant déjà existé de 1948 à 1951, le Comité d’État du Conseil des ministres d’URSS pour l’introduction des nouvelles technologies dans l’économie nationale, lui aussi appelé Gostehnika : les fonds des deux institutions sont réunies, aux archives d’État de l’économie de Russie : RGAE, fonds 9480, inventaire 11.

23 Voir supra, chapitre 2, I, et les notices biographiques en annexe.

24 E. N. MEDYNSKIJ, Narodnoe obrazovanie v SSSR, Moscou, 1947, p. 166 et L. I. KARPOV, V. A. SEVERCEV (dir.), Vysšaâ škola, Moscou, 1957, p. 32 ; cités par Newman A. HALL, « Technological education in the USSR », Soviet Survey, no 31, janvier 1960, p. 58-63 ; p. 59.

25 Cité par A. I. AVRUS, Istoriâ rossijskih universitetov, op. cit., p. 138. Selon l’auteur, les idées de Jaspers auraient aussi influencé les universités russes à la même époque. Sur la situation en Europe occidentale, voir aussi Christophe CHARLE, « Les références étrangères des universitaires. Essai de comparaison entre la France et l’Allemagne 1870-1970 », Actes de la recherche en sciences sociales, 148, juin 2003, p. 8-19 ; p. 16-17.

26 Voir Paul DICKSON, Sputnik : the Shock of the Century, New York, Walker & Company, 2002, et, sur la réaction américaine en matière de politique d’enseignement, avec le National Defense Education Act de 1958, Malie MONTAGUTELLI, Histoire de l’enseignement aux États-Unis, Paris, Belin, 2000, p. 229-230.

27 La « coexistence pacifique », expression forgée par Lénine, devient le mot d’ordre officiel de la politique étrangère soviétique lors du XXe Congrès en février 1956, mais est appliquée de facto dès 1955 : voir Marie-Pierre REY, « Diplomatie et diplomates soviétiques à l’heure du dégel, de 1953 à 1964 », Cahiers du monde russe, no 44/1-2, 2003, p. 309-322, en particulier p. 319-320.

28 M. J. BERRY, « Science, Technology and Innovation », in Martin MCCAULEY (dir.), Khrushchev and Khrushchevism, Bloomington, Indiana UP, 1987, p. 71-94 ; p. 76. L’auteur se fonde sur les textes publiés des réunions et des résolutions officielles des années 1955-1956.

29 Cité par E. V. ČUTKERAŠVILI, Razvitie vysšego obrazovaniâ v SSSR, Moscou, 1961, p. 48.

30 Sténogramme de la réunion du 29 mai 1957, cité dans Natalâ TOMILINA, Andrej ARTIZOV (éds.), Nikita Sergeevič Hruŝev…, op. cit., tome 2, p. 347.

31 Voir supra, chapitre 2, III, et Donald FILTZER, Soviet Workers and De-Stalinization : The Consolidation of the Modern System of Soviet Production Relations, 1953-1964, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 76-81.

32 RGAE, 1562/327/995, p. 30-33. Rapport envoyé au Conseil des ministres d’URSS et au CC du PCUS le 11 août 1958.

33 RGAE, 1562/33 (inventaire déclassifié)/2171, p. 179.

34 Ibid., p. 180. Ce chiffre n’est pas commenté par les statisticiens.

35 Georges SOKOLOFF, « Reproduction élargie des cadres supérieurs en Union soviétique », Annuaire de l’URSS, tome II, Paris, CNRS, 1964, p. 333-365 ; en particulier p. 346-355.

36 A. VORONKOV, S. BALAŠOV, Dvorec nauki, Moscou, Moskovskij rabočij, 1954, p. 214-215. Le tirage, 50 000 exemplaires, et le prix (7 roubles 65 kopeks) en font un livre destiné aux élites, pour l’époque – probablement, aux universitaires et aux savants, en plus des membres de la nomenklatura. Voir la traduction de ce passage (texte 7), et les photographies 3 à 6, en annexe.

37 Voir RGANI, 5/35 (Département de la science et des VUZ)/40, p. 22.

38 RGAE, 4372 (Gosplan)/57 (Département de la santé et de la culture, 1958)/623, p. 304. Lettre du chef du département, Šalin, au président du Gosplan, Kuz’min, justifiant le maintien des effectifs fixés pour la première université du pays, datée de mai 1958.

39 RGAE, 1562/327/810, p. 20. En 1942, du fait de l’occupation du territoire par les troupes allemandes et de l’évacuation de nombreux VUZ, le nombre d’étudiants était tombé à 227 000 : voir V. V. UKRAINCEV, KPSS – organizator revolûcionnogo preobrazovaniâ vysšej školy, Moscou, Vysšaâ škola, 1963, p. 257.

40 RGAE, 1562/327/897, p. 5.

41 Cité par GARF, R-9396 (MVO SSSR)/16 (Direction des méthodes)/180, p. 127.

42 Pour une vue générale, de 1940/1941 à 1957/1958, voir le graphique 8, en annexe.

43 Les sources de l’auteur sont les publications statistiques de la série Narodnoe hozâjstvo v SSSR et Kul’turnoe stroitel’stvo SSSR, ainsi que la monographie d’E. V. ČUTKERAŠVILI, Razvitie..., op. cit. Voir aussi les graphiques 5 et 6, en annexe.

44 Georges SOKOLOFF, « Reproduction élargie… », article cité, p. 358-360.

45 Sokoloff observe que le budget officiel alloué par l’État soviétique à la formation des cadres stagne durant la période envisagée : Ibid., p. 359. Mais nous n’avons pas rencontré d’allusion à ce fait dans les archives.

46 GARF, R-9396/16/176, p. 59.

47 Une « note explicative » à usage interne du MVO SSSR précise, en 1957 probablement, que les études « sans rupture avec la production » servent avant tout à cela : GARF, R-9396/16/176, p. 101.

48 RGAE, 4372/57/623, p. 304.

49 Georges SOKOLOFF, « Reproduction élargie », article cité, p. 349.

50 Entretien avec Aaron Gurevič à Moscou, 21 janvier 2004.

51 RGANI, 5/35/82, p. 80-90. Ce document, daté du 1er septembre 1958 et adressé au CC du PCUS, a été annoté par Vladimir Kirillin. Voir infra, chapitre 4 sur les récriminations des universitaires contre ce type d’études.

52 Voir le graphique 8, en annexe.

53 RGAE, 1562/33/3005, p. 5. Ce document, classé « secret », est daté du 20 février 1956.

54 Narodnoe obrazovanie, nauka i kul’tura v SSSR. Statističeskij sbornik, Moscou, Statistika, 1977, p. 174. Cité par Larry E. HOLMES, « School and schooling under Stalin », dans Ben EKLOF, Larry E. HOLMES, Vera KAPLAN, Educational Reform in Post-Soviet Russia. Legacies and Prospects, Londres et New York, 2005, p. 69, note 76. Sokoloff donne des chiffres plus élevés encore : 66 % en 1956, et 72 % en 1957.

55 Elisabeth KOUTAISSOF, « L’explosion scolaire en U.R.S.S. », dans Annuaire de l’URSS, Paris, CNRS, 1965.

56 Narodnoe obrazovanie, nauka i kul’tura v SSSR. Statističeskij sbornik, Moscou, Statistika, 1977, p. 93, 246.

57 Narodnoe hozâstvo SSSR, Moscou, Statistika, 1956, p. 224 et 228.

58 GARF, R-9396/16/180, p. 104. Ce passage a été barré sur le document original, un rapport qui date probablement de 1957.

59 Voir le tableau et le graphique 7, en annexe, qui montrent la brutalité de cette évolution.

60 RGAE, 4372/56 (Département de la santé et de la culture, 1957)/245, p. 140 (texte non signé, non daté).

61 Voir supra, chapitre 2.

62 GARF, R-9396/23 (Inspection auprès du ministre)/54, p. 101-102.

63 RGAE, 1562/327/897, p. 13-15. Le document a été adressé « à la demande » de Molotov. Voir le graphique 9, en annexe, pour le détail dans quatre établissements aux profils différents. L’auteur du rapport tente d’atténuer la portée de ces chiffres en indiquant que parmi les « employés » sont compris aussi les militaires (voennoslužaŝie), mais cette remarque est de peu de valeur puisque au MEI, par exemple, ces derniers ne représentent que 14 % de la catégorie en question : Ibid., p. 15.

64 RGAE, 1562/33/2717, p. 225.

65 Cet arrêt des statistiques est justifié par l’abandon officiel de la politique de discrimination sur critère de « classe » à cette date ; il concerne également la publication de l’annuaire qui donnait notamment l’origine sociale de la population active, Trud v SSSR (« Le travail en URSS »), qui cesse de paraître de 1936 à 1968. Voir Jean-Paul DEPRETTO, Pour une histoire sociale du régime soviétique (1918-1936), Paris, L’Harmattan, 2001, p. 291.

66 Voir le graphique 10, en annexe.

67 Voir supra, chapitre 1, II.

68 Retranscrit dans Natalâ TOMILINA, Andrej ARTIZOV (éds.), Nikita Sergeevič Hruŝev…, op. cit., tome 2, p. 354, 357 et 364. Au passage, Khrouchtchev rappelle sa propre expérience dans une rabfak.

69 N. I. FEŜENKO, « Iz istorii sovetskoj vysšej školy konca 50-h godov (Podgotovka i social’nye posledstviâ osuŝestvleniâ zakona ob ukreplenii svâzi školy s žizn’û », Vestnik Moskovskogo Universiteta, Série 8, Histoire, 1979, no 5, p. 17-29 ; p. 20. L’article de Feŝenko sacrifie aux poncifs idéologiques de la période brejnévienne, citant abondamment Lénine et reprochant explicitement à Khrouchtchev, sans pour autant le nommer, le caractère précipité et le « volontarisme » de la réforme de 1958. Toutefois il fournit des données sur la situation d’inégalité d’accès aux VUZ à laquelle le pouvoir prétendait remédier, s’étonnant que ses collègues sociologues, qui ont le plus étudié la question, ne se soient pas servis des documents disponibles dans les archives du MVO.

70 Ibid., p. 28.

71 Pravila priëma i programmy priëmnyh ėkzamenov dlâ postupaûŝih v vysšie učebnye zavedeniâ, Moscou, Sovetskaâ Nauka / Vysšaâ Škola, 1955. Cette publication est renouvelée une fois par an à partir de cette date.

72 Ibid., p. 20.

73 Ibid., p. 21.

74 Sur les médailles d’or et d’argent, voir supra, chapitre 1.

75 I. FEŜENKO, « Iz istorii », article cité, p. 22. Un autre décret, rejeté, prévoyait de leur accorder 45 à 50 % des places.

76 Ibidem.

77 GARF, R-9396/1/771, p. 336-337. Ces chiffres sous-estiment la part du tertiaire, comme d’autres estimations de l’époque qui mettent l’accent sur les secteurs d’activité, et non les types d’emploi. En 1955, les actifs employés dans l’agriculture et l’exploitation forestière, le secteur productif non agricole, et le secteur non productif, constituent respectivement 43, 42 et 15 % du total : voir RGAE, 1562/33/3084, p. 1 et le texte 5, en annexe.

78 Bol’šaâ sovetskaâ ènciklopediâ, tome 50, « Soûz sovetskih socialističkih respublik », Moscou, « Bol’šaâ sovetskaâ ènciklopediâ », 1957, p. 376, tableau 1. Le dernier chiffre est obtenu en aditionnant celui des « travailleurs ingéniero-techniques, employés, personnel de service, employés de commerce » (10,2 %) et celui des travailleurs autres que des secteurs de production matérielle (14,8 %).

79 Ibid., p. 106.

80 GARF, R-9396/2/1117, p. 18-19. Référence donnée par N. I. FEŠENKO, « Iz istorii… », article cité, p. 22.

81 Tableau reproduit tel quel.

82 Ibid., p. 23.

83 GARF, R-9396/1/771, p. 349. Cité par N. I. FEŜENKO, « Iz istorii… », article cité, p. 22.

84 GARF, R-9396/16/180, p. 105. Les chiffres donnés par N.I. Feŝenko y sont confirmés.

85 Ils sont aussi absents des recueils statistiques Kul’turnoe stroitel’stvo et Narodnoe hozâstvo SSSR, Moscou, Statistika, 1956 – les premiers publiés depuis la guerre.

86 Les archives que nous avons consultées – département du CC du PCUS et ministères de la sphère éducative – ne nous ont pas fourni d’autres indications à ce sujet.

87 28 août 1956. Cité dans Chroniques étrangères. URSS, Paris, La Documentation française, no 172, 30 novembre 1956, p. 10. D’autres cas sont mentionnés à l’institut des transports de la ville, où un jugement a été particulièrement clément envers les condamnés.

88 On ignore si la propre fille de Khrouchtchev, Rada, entrée en 1947 à la faculté de biologie de MGU, avait été favorisée au concours. La même question se pose pour le fils du ministre de l’Enseignement supérieur Aleksandr Elûtin, admis en 1956 à l'institut de l'Acier et des Alliages qu’avait dirigé son père quelques années plus tôt.

89 RGANI, 5/35/44, p. 143-146. Publié dans Û. G. BURTIN, K. LUBARSKIJ (éds.), « Studenčeskoe broženie… », article cité, p. 8-9. Sur le discours sans tâche de Mackevič devant Khrouchtchev quelques mois plus tard, voir supra, le chapitre précédent.

90 Sur l’histoire de ce texte, voir Branko LAZITCH, Le Rapport Khrouchtchev et son histoire, Paris, Seuil, 1976, Hélène CARRÈRE D’ENCAUSSE, 1956 : la Déstalinisation commence, Bruxelles, Complexe, 1984 et plus récemment V. Û. AFIANI, Z. K. VODOP’ÂNOVA, Doklad N. S. Hruŝeva o kul’te ličnosti I. V. Stalina na XX s’‘ezde KPSS : Dokumenty, Moscou, Rosspèn, 2002 et Nicolas WERTH, « Histoire d’un pré-rapport secret. Silences et omissions de la Commission Pospelov », Communisme, no 67-68, 2001, p. 9-38. Pour une étude de cas sur la diffusion du rapport au niveau local et régional, voir Jean-Paul DEPRETTO, « La réception du XXe Congrès dans la région de Gorki », Cahiers de Framespa, no 1, 2006.

91 Parfois les responsables locaux du Parti ne purent empêcher l’irruption massive d’auditeurs extérieurs, ainsi à MGU : voir William TAUBMAN, Khrushchev, op. cit., p. 285-286.

92 Cité par V. A. KOZLOV, O. V. ÈDEL’MAN, È. Û. ZAVADSKAÂ (éds.), Kramola. Inakomyslie v SSSR pri Hruŝeve i Brežneve 1953-1982, Moscou, Materik, 2005, p. 36.

93 V. A. KOZLOV et alii, Kramola, op. cit., p. 37-38. La part des ouvriers dans les personnes condamnées pour « crime contre-révolutionnaire » varie entre 30 et 47 % de 1954 à 1957 : Ibid., p. 40. Les moins de 24 ans représentent 24,5 % du total, et 58 % des auteurs de tracts antisoviétiques : Ibid., p. 42.

94 L’article pionnier est celui de Gennadij KUZOVKIN, « Partijno-Komsomol’skie presledovaniâ po političeskim motivam v period rannej ‘ ottepeli’ », dans L. S. EREMINA et E. V. ŽEMKOVA (dir.), Korni Travy. Sbornik statej molodyh istorikov, Moscou, Zven’’ia, 1996, p. 88-93.

95 Elena ZUBKOVA, Russia after the War : hopes, illusions & disappointments, 1945-1957, New York, Sharpe, 1998, p. 109-116. Jusque là, les étudiants n'avaient connu aucun mouvement d'agitation important depuis celui lié à la soviétisation des universités, dans les années 1920 : voir Peter KONECNY, Builders and Deserters : Students, State, and Community in Leningrad 1917-1941, Montréal, McGill Queens UP, 1999, et Aleksej MARKOV, Čto značit byt’studentom. Raboty 1995-2002 godov, Moscou, Novoe Literaturnoe Obozrenie, 2005.

96 Pour une autre présentation (et d’autres exemples) de cette agitation, voir Robert HORNSBY, « Political protest and dissent in the Khrushchev Era », Ph. D. thesis, University of Birmingham, 2009, p. 64-67. Voir aussi Benjamin TROMLY, « Intelligentsia Self-Fashioning in the Postwar Soviet Union : Revol’t Pimenov’s Political Struggle, 1949-57 », Kritika : Explorations in Russian and Eurasian History, no 13/1, 2012, p. 151-176.

97 GARF, R-428/3/272, p. 24, cité par A. V. PYŽIKOV, Hruŝevskaâ ottepel’1953-1964, Moscou, Olma-Press, 2002, p. 65. Un article du même auteur évoque les débuts de la dissidence dans la jeunesse de l’époque : « Istoki dissidentstva : Molodež’posle XX S’ezda KPSS », Svobodnaia mysl’, no 12, 2003, p. 77-85.

98 O. L. LEJBOVIČ, Universitetskie istorii. Molotovskij gosudarstvennyj universitet v 1950-e gg., Perm’, ZUUNC, 1997, p. 49. Sur le tournant manqué de 1956 en matière de politique répressive, voir Marc ÉLIE, Les anciens détenus du Goulag : libérations massives, réinsertion et réhabilitation dans l'URSS poststalinienne, 1953-1964, Thèse de doctorat pour le titre de docteur en Histoire, EHESS, 2007, en particulier le chapitre 4.

99 RGAE, 1562/33/2717, p. 123. La note manuscrite qui accompagne ce document est datée du 28 avril 1956 : Ibid., p. 114.

100 RGANI, 5/30/181, p. 82-89. Publié dans Û. G. BURTIN, K. LUBARSKIJ (éds.), « Studenčeskoe broženie… », p. 11-14. Tous les faits évoqués dans le paragraphe suivant sont tirés de ce document.

101 Sur ce dernier point, voir la citation placée en épigraphe de ce chapitre.

102 RGANI, 5/35/59, p. 9. La lettre en question est classée « parfaitement secrète ».

103 Cité par A. V. PYŽIKOV, Ottepel’ : idéologičeskie novacii i proekty (1953-1964 gg.), Moscou, Socium, 1998, p. 62.

104 Yuri AKSIUTIN, « Popular responses to Khrushchev », dans William TAUBMAN, Sergey KHURSHCHEV, Abbott GLEASON (dir.), Nikita Khrushchev, New Haven, 2000, p. 192-193.

105 Voir Û. G. BURTIN, K. LUBARSKIJ (éd.), « Studenčeskoe broženie… », article cité, p. 5. D’après Vladimir Tihomirov, témoin direct, collaborateur du Bulletin littéraire, le numéro incriminé ne contenait aucun élément proprement antisoviétique, mais des articles variés – une note de lecture sur l’ouvrage de John Reed, Dix jours qui ont changé le monde, qui soulignait que le nom de Staline n’y figurait pas une seule fois, un compte rendu de la « dispute » sur le roman de Doudintsev déjà cité, un texte de l’écrivain Konstantin Paustovskij dénonçant « l’indigence spirituelle » de certains fonctionnaires du Parti. Voir V.M. TIHOMIROV, Andrej Nikolaevič Kolmogorov, 1903-1987 : žizn‘, preispolnennaâ sčast’â, Moscou, Nauka, 2006, p. 159.

106 RGANI, 4/16/1098, p. 44-47 : rapport de l’instructeur A. Lutčenko au CC du PCUS. Publié dans Û. G. BURTIN, K. LUBARSKIJ (éd.), « Studenčeskoe broženie… », article cité, p. 9-10. D’après Tihomirov, un seul étudiant fut exclu, sur les trois menacés au départ, sans doute grâce à l’intercession de Kolmogorov lui-même : V. M TIHOMIROV, Andrej Nikolaevič Kolmogorov, op. cit., p. 160.

107 C’est ce qu’écrit à Khrouchtchev, deux ans après, une enseignante membre du Parti qui se plaint des accusations injustes de « révisionnisme » portées contre elle et ses collègues : RGANI, 5/35/87, p. 73.

108 GARF R-9396/1 (Chancellerie)/818, p. 125-126.

109 RGANI, 5/37 (Département de la science, des écoles et de la culture pour la RSFSR) /2, p. 140-143. Ce document du département de la science, des écoles et des VUZ du Bureau du CC du PCUS pour la RSFSR a été lu par les secrétaires du CC du PCUS Suslov et Aristov. Publié dans Û. G. BURTIN, K. LUBARSKIJ (éds.), « Studenčeskoe broženie… », article cité, p. 22-23.

110 RGANI, 5/37/2, p. 145-147.

111 O. L. LEJBOVIČ, Universitetskie istorii…, op. cit., p. 64-66.

112 GARF, A-461/2/10996, p. 1. Document publié dans V. A. KOZLOV et alii, Kramola, op. cit., p. 221.

113 GARF, A-461/2/10996, p. 17. Ibid., p. 222.

114 Ibid., p. 214.

115 A. A. FURSENKO (éd.), Prezidium CK KPSS / T. 2...., op. cit., p. 478. Ce document est classé « parfaitement secret. Prioritaire (vne očeredi) » et daté du 3 novembre 1956.

116 Pravda du 26 décembre 1956.

117 Voir par exemple le numéro du 18 octobre 1956.

118 Ibid., p. 5. Il s’agit des numéros datés respectivement des 4 et 28 décembre 1956.

119 Komsomol’skaâ Pravda, 15 décembre 1956 ; cité dans « Part I : Conflict Between the Generations », Soviet Survey, no 12, février 1957, p. 1-7 ; p. 8. Le même journal, le 8 juin 1957, publia un article au nom de deux étudiants de MGU qui dénonçaient le caractère mensonger d’un témoignage paru dans l’hebdomadaire français Demain, intitulé « Un étudiant moscovite parle des troubles étudiants », sur les événements de la fin 1956.

120 GARF, R-8131/31/78158, p. 9. Document publié dans V. A. KOZLOV et alii, Kramola, op. cit., p. 133-134. Les auteurs affirment dans une note qu’il n’y a pas eu d’agitation dans ces trois villes, pourtant une recherche complémentaire serait nécessaire à notre avis.

121 Cité par O. L. LEJBOVIČ, Universitetskie istorii…, op. cit., p. 64.

122 Ibid., p. 63.

123 Ibid., p. 66-68. Il fut exclu de l’université au printemps 1957.

124 GARF, R-9396/16/180, p. 111 (rapport non signé, qui date probablement de 1957).

125 A. PYŽIKOV, Hruŝevskaâ ottepel’..., op. cit., p. 69.

126 RGANI, 5/37/2, p. 111. La note est datée du 19 novembre 1956.

127 A. A. FURSENKO (éd.), Prezidium CK KPSS / T. 1..., op. cit., p. 202. Notons que les responsables concernés sont tous issus du sérail khrouchtchévien, et plutôt jeunes, à l’exception de Pospelov, né en 1898.

128 AP RF, 52/1/261, p. 74-110. Le sténogramme complet de cette séance inhabituelle de « réunion de l’active du Parti » (sobranie partijnogo aktiva) est reproduit dans Istočnik, no 6 (66), 2003, p. 63-75. Les citations qui suivent en sont tirées.

129 Sur le déroulement de cette insurrection, voir François FEJTÖ, Budapest, l’insurrection : la première révolution anti-totalitaire, Bruxelles, Complexe, 1981.

130 Istočnik, no 6 (66), 2003, p. 68.

131 Ibid., p. 68-69 (nos italiques). La peur de voir une contagion de l’insurrection hongroise dans d’autres pays voisins était réelle chez Khrouchtchev, mais aussi chez les autorités roumaines qui avaient fermé leur frontière avec la Hongrie à ce moment : voir William TAUBMAN, Khrushchev, op. cit., p. 296-297.

132 Malheureusement la liste précise des présents n’est pas publiée par le document.

133 Istočnik, no 6 (66), 2003, p. 75 (nos italiques).

134 Un soviétologue anglo-saxon y voit une « menace spectaculaire » à l’encontre des « étudiants rebelles » : « Part I : Conflict », article cité, p. 2. Quelques années plus tard, le correspondant du journal Le Monde souligne à son tour la violence du propos : Bernard FÉRON, L’URSS sans idole, Paris, Casterman, 1966, p. 120.

135 Des ouvriers mais aussi des ingénieurs, des savants et des vétérans de la Guerre civile ont ainsi été invités à l’institut technologique de Leningrad, d’après le témoignage de son directeur : GARF, R-9396/1/818, p. 243. Des réunions entre étudiants, ouvriers et kolkhoziens ont aussi lieu à l’Institut polytechnique de l’Oural (Sverdlovsk) – voir le récit fait par une secrétaire du Komsomol au Plénum du CC du PCUS de décembre 1956 dans Partijnaâ Žizn’, no 22, 1956.

136 RGANI, 5/30/181, p. 82-89. Publié dans Û. G. BURTIN, K. LUBARSKIJ (éds.), « Studenčeskoe broženie… », article cité, p. 14.

137 Ce document a été publié notamment dans : V. Û. AFIANI, Z. K. VODOP’ÂNOVA (éd.), Doklad N. S. Hruŝeva, op. cit., p. 393-401.

138 Gennadij KUZOVKIN, « Partijno-Komsomol’skie presledovaniâ », article cité. Les propositions de Šelepin furent effectivement envoyées à l’Otdel nauki RSFSR : voir RGANI 5/35/58, p. 114-146.

139 Nikita PETROV, Pervyj predsedatel’KGB Ivan Serov, Moscou, Materik, 2005, p. 170-171 ; A. A. FURSENKO (éd.), Prezidium CK KPSS / T. 2., p. 493.

140 Le mot « étudiant » et ses dérivés apparaît huit fois dans le texte. La variante initiale, datée du 21 novembre 1956, localisait les humeurs antisoviétiques « principalement dans le milieu de l’intelligentsia et de la jeunesse étudiante », mais ce passage est absent du texte final. Ibid., p. 497 ; 507-510 pour les remarques de Kiričenko.

141 Pravda, 10 novembre 1956. Il faut à une membre du Komsomol de la faculté de philologie de MGU une naïveté presque suspecte pour affirmer : « Le camarade Khrouchtchev a eu tort… Pourquoi distinguer les étudiants des ouvriers. Qui sont les étudiants ? Les enfants de ces mêmes ouvriers » : cité par Gennadyj KUZOVKIN, « Partijno-Komsomol’skie presledovaniâ », article cité.

142 RGANI, 5/35/44, p. 143-146. Rapport d’A. Lutčenko, instructeur du département de la science, des VUZ et des écoles du CC du PCUS daté de novembre 1956. Il est indiqué que Pëtr Pospelov en a pris connaissance. Publié dans Û. G. BURTIN, K. LUBARSKIJ (éds.), « Studenčeskoe broženie… », article cité, p. 8-9.

143 Gennadyj KUZOVKIN, « Partijno-Komsomol’skie presledovaniâ », article cité.

144 Ibidem. Le premier secrétaire du Komsomol préconisait aussi le développement des études « sans rupture avec la production », en élargissant le réseau des VUZ du soir et par correspondance.

145 N. I. FEŜENKO, « Iz istorii », article cité, p. 21. Pour éclairer ces formulations vagues, une note de bas de page fait référence, sans en préciser la teneur, à un rapport du MVO SSSR sur l’université de l’Oural (à Sverdlovsk) en 1956-1957, et à ceux « d’autres VUZ », ainsi qu’à l’évocation « plus d’une fois » de « cela » lors de séances du collège du Ministère. On comprend qu’il s’agit de l’agitation étudiante dans le pays.

146 Vestnik vysšej školy, no 6, 1957, p. 3-6. L’auteur de cette tribune, Nikolaj Nazarov, alors chef de la direction méthdologique du MVO SSSR, est aussi le rédacteur en chef de cette revue qui est l’organe de son ministère.

147 RGANI, 5/35/41, p. 200 et 206. Le second passage a été souligné en marge, peut-être par Brejnev lui-même.

148 RGANI 5/37/2, p. 100-102, 110-112. Je remercie Benjamin Tromly de m’avoir signalé ce document.

149 Conformément à l’usage en vigueur dans les publications en français de cette époque, nous employons ici le terme de « stage », même s’il s’agit d’une traduction parfois maladroite du mot russe staž – signifiant tantôt « expérience », tantôt « ancienneté » dans le contexte du monde du travail soviétique.

150 RGANI, 5/37/15, p. 44. Cette note « sur les mesures pour assurer en 1957 l’admission dans les VUZ de jeunes ayant une expérience à la production », datée du 8 mars 1957, a été transmise aux ministres de l’Enseignement supérieur d’URSS et de l’Instruction de RSFSR.

151 Retranscrit dans Natalâ TOMILINA, Andrej ARTIZOV (éds.), Nikita Sergeevič Hruŝev…, op. cit., tome 2, p. 354.

152 RGANI, 5/37/15, p. 44

153 GARF, R-9396/16/180, p. 105-106. L’administration de MGU avait mis en place de tels cours pendant la construction du bâtiment principal, si l’on en croit l’ouvrage de propagande d’A. VORONKOV, S. BALAŠOV, Dvorec nauki, op. cit., p. 214 : voir le texte 7, en annexe.

154 GANO, 377 (Université de Gorki)/8 (années 1932-1972)/882, p. 123. Rapport du vice-recteur de l’université pour les années 1958-1961.

155 GARF, R-9396/16/181, p. 15-16.

156 Ibid., p. 17-18. Il s’agissait principalement du décret « Sur les règles d’admission en VUZ » du CC du VKP(b) et du Sovnarkom d’URSS daté du 11 juillet 1940, et d’autres résolutions des années 1953-1954.

157 A. A. FURSENKO (éd.), Prezidium CK KPSS / T. 1...., op. cit., p. 255.

158 Ibid., p. 1007.

159 GARF, R-9396/16/180, p. 29-30. Voir le texte 8, en annexe.

160 GARF, R-9396/16/182, p. 99.

161 Ibid., p. 100. La première de ces propositions avait déjà été formulée fin 1956 : voir supra, chapitre 3.

162 Voir par exemple le cas d’Andreï Sakharov, entré à MGU en 1938 grâce à cette distinction. Les médailles d’or étaient distribuées, semble-t-il, avec parcimonie.

163 Le nombre de places attribué aux ressortissants des nationalités aborigènes (korennye) des républiques fédérées et autonomes et des régions autonomes est stable, passant de 1454 en 1956 à 1405 en 1957 : RGANI, 5/35/58, p. 33-35 (rapport de Stoletov au CC du PCUS, et note de Kaz’min et Kirillin donnant l’avis de leurs départements sur cette question).

164 Citons par exemple : N. M. KATUNCEVA, « Vozniknovenie rabočih fakul’tetov i ih rol’v formirovanii kadrov novoj sovetskoj intelligencii (1919-1925) », Istoričeskie zapiski, no 51, 1955 ; A. V. KRASNIKOVA, « Iz istorii stroitel’stva sovetskoj vysšej školy (35-letie dekreta ‘O rabočih fakul’tetah’) », Vestnik vysšej školy, no 12, 1955.

165 Pravda, 25 janvier 1955. Ce reportage donne une autre clef pour comprendre les motivations de la direction soviétique dans le domaine éducatif : il s’agit aussi de garder le flambeau de la « construction du socialisme », que la jeune et dynamique République populaire de Chine menace de confisquer à son profit, en particulier à l’égard du Tiers monde naissant, mais de l’opinion « progressiste » en général. Pour une référence à la Chine dans un discours de Khrouchtchev, voir infra, chapitre 5, son intervention face aux écrivains.

166 Par exemple : A. I. APEVALOV, « Istoričeskoe značenie pervyh dekretov Sovetskoj vlasti (oktâbr’1917 – ânvar’1918 goda) », Trudy Voronežskogo universiteta, tome 60, no 1, 1957 ; I. Â. BRASLAVSKIJ, « Pervoe desâtiletie sovetskoj vysšej školy (1917-1927) », Vestnik vysšej školy, no 6, 1957 ; G. V. BURCEV, « Iz istorii rabfaka Politehničeskogo instituta » et A. M. ZALESSKIJ, « Soveŝanie po reforme vysšej školy v iûle 1918 g. v Moskve (Vospominaniâ delegata) », Trudy LPI [Institut polytechnique de Leningrad], no 190, 1957 ; N. M. KATUNCEVA, « Iz istorii rabočih fakul’tetov », Vestnik vysšej školy no 3, 1957, « Rabfaki – detiŝe Oktâbrâ », Narodnoe obrazovanie, no 6, 1957, et « Rabočie fakul’tety – osobyj tip obŝeobrazovatel’noj sovetskoj školy », Sovetskaâ pedagogika, no 9, 1957 ; F. F. KOROLEV, « Velikaâ Oktâbr’skaâ socialističeskaâ revolûciâ i vysšaâ škola (1917-1920) », Sovetskaâ pedagogika, no 11, 1957. Voir aussi la publication des principaux décrets, en particulier celui d’août 1918 sur les nouvelles règles d’admission, mais aussi quelques déclarations de dirigeants sur l’enseignement supérieur, dont une de Staline en 1925, dans Vestnik vysšej školy, no 11, 1957, p. 54-63.

167 A. I. AVRUS, Istoriâ rossijskih universitetov..., op. cit., p. 148.

168 RGANI, 5/35/44, p. 143-146. Publié dans Û. G. BURTIN, K. LUBARSKIJ (éds.), « Studenčeskoe broženie… », article cité, p. 8-9. La proposition de supprimer les avantages aux « médaillistes » reparaît lors de la « discussion générale » de l’automne 1958 : voir infra, chapitre 6.

169 Les proizvodstvenniki n’étaient pas toujours bien vus par les enseignants, et certains se plaignaient d’être moins pris en considération que les « škol’niki », sortis directement du secondaire : sur ce point, voir les interventions des universitaires, infra, chapitres 4 et 6.

170 Vestnik vysšej školy, no 3, 1957, p. 12-19. Voir l’analyse d’autres aspects de ce texte infra, chapitre 4, et la notice biographique de l’auteur.

171 Voir la citation en épigraphe de ce chapitre.

172 « Part I : Conflict », article cité, p. 4-6. On retrouve cette expression dans le rapport interne du MVO SSSR déjà mentionné : GARF R-9396/16/180, p. 123. Voir aussi le projet de lettre aux instances du Parti d’août 1955, et l’intervention de Dmitrij Šepilov en avril 1957 à la réunion consacrée aux écoles-internats, cités supra, chapitre 2, IV, A.

173 Natalâ TOMILINA, Andrej ARTIZOV (éds.), Nikita Sergeevič Hruŝev…, op. cit., tome 2, p. 349 et 359.

174 O. L. LEJBOVIČ, Universitetskie istorii…, op. cit., p. 3.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 3. Admissions en VSSUZ pour toute l’URSS (en milliers)
Légende * SSUZ en 1954 : somme des admissions en cours normaux et en cours du soirSOURCE : Georges SOKOLOFF, « Reproduction élargie des cadres supérieurs en Union soviétique », Annuaire de l’URSS, tome II, Paris, CNRS, 1964, p. 333-365 ; p. 33943
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/14953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Presses universitaires du Midi, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540