Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Rapprocher l’école et la vie » ?

 | 
Laurent Coumel

Première partie : Les héritages. L’enseignement soviétique entre idéologie et pragmatisme (1918-1958)

Chapitre 2 : L’école secondaire à des difficultés : Acteurs et problèmes vus du centre (1955-1958)

Texte intégral

  • 1 Elisabeth KOUTAISSOF, « L’explosion scolaire en U.R.S.S. », dans Annuaire de l’URSS, Paris, 1965, (...)
  • 2 Extrait du rapport de Lûbov’ Balâsnaâ, secrétaire du CC du VLKSM, au 4ème Plénum du CC du VLKSM, l (...)
  • 3 Anatole Kouznietsoff, L’étoile dans le brouillard, Lyon, Emmanuel Vitte, 1958, p. 73. Ce roman, pa (...)

… en Union Soviétique, l’école secondaire a toujours été en danger de se transformer en école professionnelle.1
Ils se couvrent de ridicule, ces « Cassandre (proricateli) » et « gratte-papier (pisaki) » occidentaux qui s’efforcent d’altérer l’essence de la Loi sur l’école, d’induire en erreur l’opinion publique de leurs pays, en prétendant expliquer la refondation (perestrojka) de l’école dans notre pays par le manque de force de travail et par la crise du système d’enseignement actuel.2
Cher Directeur, et vous, vénérés éducateurs de notre école, vous nous avez enseigné un tas de choses très utiles, vous nous avez donné des connaissances scientifiques, mais vous avez oublié le plus important ! Vous nous avez nourris d’une légende vide, à l’eau de rose et, ainsi préparés, vous nous avez lâchés dans le monde avec ces belles paroles : « Soyez dignes ». Autrement dit : « Débrouillez-vous, comme vous le pourrez ! »3

1L’étude d’un événement tel que la réforme de 1958 implique une recherche en amont des facteurs explicatifs et des motivations immédiates. Si le risque, pour l’historien, est de réinterpréter les faits qui la précèdent comme des jalons sur la voie de la décision finale, il importe également de replacer toute rupture proclamée telle par un régime, dans son contexte et ses héritages. En l’occurrence, l’équipe khrouchtchévienne au pouvoir s’empare de la question scolaire à partir de 1955-1956. La coïncidence avec le processus de déstalinisation, qui culmine lors du XXe Congrès du PCUS, n’est pas fortuite : le nouveau Premier secrétaire a conscience de l’importance de l’enjeu, marquant ici comme ailleurs sa différence avec son prédécesseur à la tête du Parti. Dans quelle mesure y a-t-il, après 1955, remise en cause des principes et des pratiques antérieurs dans l’enseignement secondaire soviétique ? Pour retracer la genèse de la politique khrouchtchévienne, il faut analyser la situation au milieu des années cinquante, ainsi que les propositions et mesures qui émergent alors, à différents niveaux institutionnels. Cette étude est nécessaire pour établir la hiérarchie des objectifs et le rôle de tous les acteurs dans la préparation de la réforme de 1958. Ce chapitre a donc pour but de dresser un tableau des principaux problèmes qui touchent l’enseignement secondaire, et de voir quels changements interviennent dans leur appréciation.

I) L’appareil de l’État-Parti et l’enseignement : quelques parcours significatifs

2Après l’élimination de Lavrentij Beria et de ses fidèles, en juillet 1953, les purges au sommet du pouvoir n’impliquent plus la liquidation physique de ceux qui en sont victimes. La continuité qui s’instaure alors aux postes de direction ministériels et équivalents, dans le domaine éducatif notamment, tranche sur l’instabilité des années 1940. À la suite du XXe Congrès du PCUS, les remplacements au sommet de l’appareil entraînent bien quelques remous dans la sphère de l’enseignement, mais sans renouvellement profond.

  • 4 Pour le détail des carrières, voir les notices biographiques placées en annexe, accessibles en lig (...)

3Avant d’analyser la politique éducative de la seconde moitié des années 1950, il nous faut présenter ce personnel. Il est composé d’hommes – quasiment aucune femme ici – parvenus aux responsabilités pendant la période précédente, mais avec des parcours divers4 : d’où l’intérêt de regrouper certains d’entre eux en fonction de critères générationnels et professionnels. Leur expérience personnelle, leur formation comme leurs fonctions antérieures dessinent ainsi trois types relativement distincts.

A. Des dirigeants issus de l’époque stalinienne

4Les recherches sur les années 1950, en se focalisant sur les soubresauts des luttes au sommet du pouvoir, négligent parfois un trait fondamental de l’histoire des élites administratives soviétiques durant cette période : la grande stabilité des carrières, permise par la fin des purges et des répressions qui avaient ensanglanté les décennies staliniennes. Aux niveaux supérieurs de l’organigramme, dans le secteur éducatif en tout cas, on relève peu de ruptures et de renouvellements aux postes clefs après 1955-1956, et d’importantes continuités avec la décennie antérieure, la guerre ayant souvent joué un grand rôle dans les carrières.

  • 5 Voir A. V. PYŽIKOV, Hruščevskaâ ottepel’1953-1964, Moscou, Olma-Press, 2002, p. 48.
  • 6 Voir la bibliographie en annexe.
  • 7 Pourtant, Khrouchtchev dit avoir beaucoup insisté pour pouvoir reprendre ses éudes, alors qu’il av (...)
  • 8 William TAUBMAN, Khrushchev..., op. cit., p. 81.

5Le premier personnage à évoquer est Khrouchtchev lui-même, devenu Premier secrétaire du PCUS en septembre 1953, à près de 59 ans. Son autorité est renforcée après la mise à l’écart de son principal concurrent Georgij Malenkov, démis de son poste de chef du gouvernement en février 1955. Un an plus tard, à l’issue du XXe Congrès du Parti, il parvient à associer les autres membres de la direction à la dénonciation de certains crimes et erreurs de Staline exposés dans le « Rapport secret », y compris ceux qui, comme lui, avaient participé aux purges et aux répressions de masse orchestrées par le défunt dictateur5. Sa prééminence s’affirme à la fin de la décennie : en juin 1957, il parvient non sans peine à déjouer la révolution de palais organisée contre lui par le « groupe anti-Parti », ainsi dénommé après coup. À partir de mars 1958, au faîte de sa puissance, Khrouchtchev cumule la direction du Parti avec le poste de chef du gouvernement d’URSS (comme Staline de 1941 à 1953). Le long itinéraire qui l’a conduit à ce sommet a fait l’objet de nombreux travaux tant par des historiens que par des politologues, russes et occidentaux6. Plus intéressantes pour nous sont ses années de formation. Fils d’un paysan parti travailler dans les mines de Donetsk, il s’y embauche lui-même à l’âge de 15 ans. C’est grâce à son entrée au Parti, en 1918, qu’il peut faire des études : à la faculté ouvrière (rabfak) de l’Institut industriel de Donetsk, dont il sort en 1925, puis à l’Académie industrielle « Staline » de Moscou, en 1929-1930 – mais sans achever son cursus, puisqu’il entre alors dans l’appareil du Parti de la capitale7. Le chef de l’URSS est donc un représentant typique des promotions de la politique « de classe » des années 1918-1930, qui a su profiter de l’atmosphère des purges staliniennes pour faire une carrière politico-administrative. Ce choix explique qu’il n’a jamais atteint le diplôme d’enseignement supérieur, but qu’il affirme pourtant avoir poursuivi toute sa jeunesse8.

  • 9 Comme son frère Nikolaj, économiste et haut dirigeant du pays, Aleksandr Voznesenskij, ancien rect (...)
  • 10 Sur cette relative disgrâce de Kairov, voir supra, chapitre 1, III, C.

6Quelques hommes – et une femme – dirigent alors les organes chargés de l’instruction publique en RSFSR. Il s’agit d’abord d’Ivan Kairov, un contemporain de Khrouchtchev qui a succédé en 1950 à Ivan Svadkovskij comme président de l’Académie des sciences pédagogiques (APN), et le reste jusqu’en 1966. Issu de la petite bourgeoisie moscovite, diplômé de la faculté de mathématiques et de physique de l’université de Moscou (1917), Kairov a fait carrière dans l’administration agricole, puis dans l’enseignement supérieur. À partir de 1949, il est aussi ministre de l’Instruction de la RSFSR, succédant à Aleksej Kalašnikov (1946-1948) et à Aleksandr Voznesenskij (1948-1949), victime de la répression prétextée par l’affaire « de Leningrad » avec son frère Nikolaj9. A la différence de ses prédécesseurs, Kairov reste sept ans à ce poste, avant de le laisser en 1956 à un nouveau venu à la tête de l’État, Evgenij Afanasenko, ex-enseignant du secondaire entré dans l’appareil du Parti pendant la guerre10. De 1956 à 1965, la direction de l’APN et celle du Minpros RSFSR (qui a la tutelle sur toutes les écoles primaires et secondaires générales, ainsi que sur les instituts pédagogiques où sont formés les enseignants) restent dans les mêmes mains. Plusieurs responsables de la décennie précédente conservent un rôle clef dans ces institutions : par exemple, Kalašnikov prend part à la relance de la polytechnisation à l’APN, alors que Mihail Mel’nikov, directeur de l’Institut des méthodes d’enseignement et vice-président de l’académie depuis 1951, est nommé secrétaire scientifique du Présidium de l’institution en 1955, à 68 ans. Enfin, Lûdmila Dubrovina, la seule femme responsable de haut niveau dans ce domaine, est vice-ministre de l'Instruction en RSFSR de 1949 à avril 1958, alors qu’elle avait occupé jusque là des fonctions dans des secteurs bien différents, dans le cinéma puis dans les éditions pour enfants.

  • 11 En 1959, son administration prend le nom de Comité d’État près le Conseil des ministres d’URSS pou (...)

7Dans l’administration des Réserves de main-d’œuvre (trudovye rezervy), chargée de la formation et du recrutement de jeunes travailleurs pour l’industrie, la continuité est également forte. La Direction principale des Réserves de main-d’œuvre (GUTR) près le Conseil des ministres d’URSS, créée en octobre 1940, a depuis 1954 à sa tête Genrih Zelenko, qui en avait déjà été le chef (načal’nik) adjoint de 1940 à 1947. Comme Khrouchtchev, de dix ans son aîné, cet ouvrier d’origine rurale a été promu par la « politique de classe » des années 1930. Il reste à la tête du GUTR jusqu’à sa retraite en juillet 196411. Son adjoint Afanasij Bordadyn est lui aussi en poste durant toutes les années 1950, mais son parcours est plus complexe : il a occupé auparavant des fonctions administratives dans la recherche en économie. La Direction statistique centrale d’URSS (CSU SSSR) est, quant à elle, dirigée sans interruption de 1941 à 1975 par Vladimir Starovskij – un statisticien loyal au régime, né en 1905 comme Zelenko, qui a fait toute sa carrière dans cette institution.

  • 12 Désormais nous désignerons le Département unifié par l’expression Otdel nauki.
  • 13 Il pourrait s’agir de Malenkov, dont l’épouse a travaillé avec Kirillin dans les années 1940. Voir (...)
  • 14 Désormais : Otdel nauki RSFSR.
  • 15 A. V. PYŽIKOV, Hruščevskaâ ottepel’..., op. cit., p. 103. Sur la montée en puissance des idées nat (...)

8À cette relative stabilité des responsables de l’appareil d’État (même si l’APN est, officiellement, une « organisation sociale ») s’ajoute celle des hommes chargés de préparer les décisions du Parti en matière scolaire et éducative, dans les Départements (Otdely) du CC du PCUS. En mai 1956 a eu lieu l’unification du Département de la science, des VUZ et des écoles, qui met fin à l’éparpillement des attributions des Départements de la science et des VUZ (1951-1952, 1955-1956), de la science et de la culture (1953-1955) et des écoles (1951-1956)12. De 1955 (pour la science et les VUZ) à 1962, la direction en est confiée à Vladimir Kirillin, un fils de médecin moscovite devenu professeur et entré directement, à 41 ans, au Ministère de l’enseignement supérieur en position de ministre adjoint en 1954 – promotion exceptionnelle liée à ses compétences scientifiques, en physique des gaz, autant qu’à une protection dont l’origine reste une énigme13. Les principaux collègues de Kirillin, plus âgés (nés en 1904 et 1905), sont des hommes d’appareil du Parti aux origines sociales inconnues. Nikolaj Kaz’ min, après une formation en sciences humaines pour cadres politiques, dirige le Département des écoles de 1955 à mars 1956, puis celui de la science, des écoles et de la culture pour la RSFSR14, jusqu’à sa suppression en 1962. Ce dernier poste est lié à la création, juste après le XXe Congrès, d’un « Bureau du CC du PCUS pour la RSFSR » (Buro RSFSR), illustration du souci khrouchtchévien de porter aux réalités russes une attention particulière, et peut-être concession aux pressions nationalistes qui se font jour au sommet du Parti15. Kaz’min avait été chargé de la propagande à l’obkom du Parti de Leningrad de 1949 à 1955 : c’est donc un homme de confiance du régime stalinien. On peut en dire autant de Vasilij Derbinov, un ancien instituteur qui a fait carrière dans l’appareil du Parti de Vologda, où il a été premier secrétaire de l’obkom de 1945 à 1952. En 1955, Derbinov dirige le Département des écoles, avant de laisser la place à Kaz’min ; à partir de 1956, il le seconde à l’Otdel nauki RSFSR, au moins jusqu’à 1958.

9D’autres membres de l’appareil du CC du PCUS interviennent dans les discussions sur l’enseignement secondaire. C’est le cas de Dmitrij Šepilov, juriste et économiste de formation, secrétaire du CC du PCUS de juillet 1955 à juin 1957, date de son éviction comme « associé » du « groupe anti-Parti », à 52 ans. Un autre dirigeant qui a fait sa carrière dans l’ombre de Khrouchtchev est Aleksej Kiričenko (1908-1975), qui dirige le Parti ukrainien de 1953 à 1957, avant d’entrer au Secrétariat du CC du PCUS – dont il siège depuis 1955 au Présidium. À l’autre extrémité de la hiérarchie, toujours sur la « Vieille Place » (siège du Comité central à Moscou), on peut mentionner le chef de secteur Nikolaj Kuzin et, encore au-dessous, l’instructeur Dmitrij Kukin. Tous deux, nés en 1907-1908 et enseignants de formation, travaillent au Département des écoles, puis de la science, des VUZ et des écoles, de façon continue, de 1954 à 1962 – le second, après une brève carrière dans le supérieur, devenant l’adjoint de Kirillin vers 1956.

  • 16 Son influence est soulignée par Aleksandr Pyžikov : Ibid., p. 102-103.
  • 17 Šelepin incarne, à partir du début des années soixante surtout, des positions nationalistes – au p (...)

10Enfin, il faut évoquer les responsables des « organisations sociales », ou plutôt des instances qui sont désignées comme telles à l’époque soviétique (ou par le terme générique obŝestvennost’), bien qu’elles soient toutes contrôlées, sans exception mais à des degrés qui peuvent varier, par le Parti-État. Sur les questions scolaires que nous étudions dans ce chapitre, le Komsomol peut émettre des avis ou des propositions sur les réformes envisagées et en cours16. Si l’âge minimal requis pour y entrer est 15 ans, il est traditionnellement bien implanté parmi le corps enseignant des écoles secondaires, dans les dernières classes, et parmi les jeunes travailleurs en général. Le premier secrétaire, de 1952 à 1958, en est Aleksandr Šelepin, fils de fonctionnaire de province entré dans l’appareil du Komsomol en 1940, à 22 ans, à l’occasion de la guerre de Finlande. Comme Kairov à l’APN, Šelepin a donc conservé son poste après la mort de Staline17. Nous laissons de côté les syndicats, car ils sont quasiment absents des débats portant sur l’enseignement secondaire stricto sensu.

11Ainsi, la quasi-totalité des postes de responsabilité touchant aux questions d’éducation sont occupés, à partir de 1955-1956, par des hommes ayant atteint le sommet de l’État et du Parti dès l’époque stalinienne – à l’exception de Kirillin et d’Afanasenko. Cette continuité masque cependant une grande diversité de profils.

B. Essai de classification : « pédagogues », « spécialistes » et « administrateurs »

  • 18 D’une part, faute d’un panorama systématique des personnels subalternes (instructeurs des Départem (...)

12Trois ensembles principaux coexistent, qui correspondent, dans nos sources, à des regroupements par tradition institutionnelle autant que par formation voire par affinités professionnelles, ou générationnelles. Cette esquisse d’une prosopographie ne saurait expliquer les comportements et les réactions que nous allons décrire plus loin18. Les profils que nous mettons en valeur n’ont qu’une valeur heuristique relative, en simplifiant la complexité des parcours dans les arcanes du pouvoir soviétique, et visent à éclairer ensuite les processus de décision dans notre domaine.

  • 19 Signalons par exemple de Kalašnikov : Nauka i škola dlâ truda, Moscou, 1921, Opyt postroeniâ indus (...)
  • 20 Citons ici le cas de Nikolaj Gončarov, né en 1902, formé à l’Académie Krupskaâ d’éducation communi (...)
  • 21 Voir infra, IV, A.

13Le premier groupe, celui des « pédagogues », a une dimension générationnelle évidente. Des hommes comme Ivan Kairov et son prédécesseur au Minpros RSFSR Aleksej Kalašnikov, un des théoriciens de l’enseignement polytechnique les plus influents à l’APN, nés tous les deux en 1893, ont été formés avant la Révolution, de même que Mihail Mel’nikov, de six ans leur aîné. Ils ont commencé leur activité pédagogique comme responsables, praticiens ou chercheurs dès les années vingt – pour Mel’nikov, dès 1906 comme instituteur de zemstvo. Tous ont publié travaux et brochures de propagande sur le thème de « l’École unique du travail » et de la polytechnisation, Kairov se spécialisant sur la question de l’enseignement agricole et l’agronomie, et Kalašnikov ayant une définition plus ambitieuse de l’instruction polytechnique, comprenant une initiation à la recherche scientifique pour les adolescents19. Le coup d’arrêt porté aux recherches en pédagogie dans les années 1930, et les purges qui l’ont accompagné, expliquent le relatif effacement de ce groupe dans les instances dirigeantes du pays, à la fin du « stalinisme tardif »20. Mais l’après-guerre voit l’arrivée d’une nouvelle génération de « pédagogues » : Vasilij Suhomlinskij, directeur d’une école rurale en Ukraine, né en 1918, en est un représentant original, qui s’illustre lors du débat de 195621.

  • 22 Nous avons choisi de conserver les termes russes translittérés de « kandidat » et « doktor » alors (...)

14À la tête de l’Otdel nauki, du Minpros RSFSR et du Komsomol, on trouve trois quadragénaires : Kirillin, Afanasenko et Šelepin, nés entre 1913 et 1918. Eux n’ont quasiment rien connu de la Russie d’avant 1917, et ont été peu marqués par « l’école du travail » des années vingt, sinon en tant qu’élèves ou étudiants. Si le premier a bénéficié d’un milieu familial propice aux études (un père médecin à Moscou), les deux suivants doivent leur ascension sociale aux possibilités offertes par le Parti et le Komsomol au cours des années de guerre et d’après-guerre. Leurs formations les renvoient donc à deux groupes distincts. L’un, que nous appellerons celui des « spécialistes », réunit le physicien Kirillin et d’autres hommes plus âgés comme le statisticien Starovskij et le juriste Šepilov, nés en 1904-1905 : ils ont en commun une formation supérieure rigoureuse, en rapport avec leurs fonctions. On peut leur adjoindre Kukin, né en 1908, diplômé de MGU et kandidat en histoire, même si son expérience professionnelle (il a enseigné l’histoire du PCUS et travaillé seize ans à l’Académie militaro-politique « Lénine ») est d’ordre plus idéologique22. Tous ont fait des études dans les années 1925-1935, dans un VUZ de la capitale, et peuvent en tirer une certaine légitimité scientifique, surtout Kirillin. Mentionnons également ici le cas de Zoâ Tumanova, née en 1922, jeune secrétaire du CC du VLKSM et qui dirige l’organisation des Pionniers en 1957-1958 : elle avait commencé des études d’histoire à l’Institut de philosophie, de littérature et d’histoire de Moscou (établissement créé en 1931 à partir des facultés correspondantes de MGU, puis refondu avec cette dernière en 1941), avant de se consacrer aux tâches d’agitation et de propagande en temps de guerre pour le Komsomol, et de faire une carrière fulgurante qui la propulse à la tête de l’organisation des Pionniers en 1957-1958.

  • 23 Sur les vydvižency, voir notamment Sheila FITZPATRICK, Education and Social Mobility in the Soviet (...)
  • 24 AP RF, 52/1/472, p. 126-160 : discours prononcé le 16 mai 1962, reproduit dans Istočnik, no 6 (66) (...)
  • 25 Malheureusement nous manquons de données précises sur A.F. Bordadyn, notamment son année de naissa (...)

15Le dernier groupe sera désigné ici comme celui des « administrateurs » : des dirigeants qui sont parvenus essentiellement par la voie du Parti, du Komsomol ou des syndicats, avec une formation plutôt administrative et idéologique, et non scientifique ou technique. Leur figure tutélaire, sinon leur modèle, est Khrouchtchev lui-même : appartenant à la génération de Kairov et Kalašnikov, le Premier secrétaire du PCUS a, nous l’avons vu, un parcours de vydviženec (« promu ») de l’entre-deux-guerres23. Lors d’une visite officielle en Bulgarie en 1962, il se présente ainsi : « je suis un produit de l’époque stalinienne. Quand Lénine est mort, j’étudiais dans une faculté ouvrière »24. Outre les jeunes Šelepin et Afanasenko, on peut classer dans cette catégorie Dubrovina (née en 1901), Derbinov, Kaz’min, Zelenko (nés en 1904-1905), Kuzin et Kiričenko (nés en 1907-1908)25. À l’exception du dernier, tous ont fait des études supérieures ou secondaires spéciales dans des établissements destinés à la formation des cadres politiques, par exemple l’Académie des sciences sociales près le CC du PCUS, d’où est sorti Kaz’min.

  • 26 William TAUBMAN, Khrushchev..., op. cit., p. 313.

16Les frontières sont parfois ténues entre ces différents groupes. Šepilov est ainsi à la fois « administrateur » et « spécialiste » : s’il a accompli une partie de sa formation et de son activité d’enseignant dans les très idéologiques VUZ du Parti (à l’Institut agropédagogique, à l’Institut des professeurs rouges, à l’Institut du commerce coopératif soviétique et à l’École supérieure du Parti), il a également dirigé l’Institut d’économie de l’AN SSSR – recevant le grade de doktor dans cette discipline en 1939. Après la guerre, son activité se partage entre le service de propagande et d’agitation du CC du PCUS (de 1947 à 1952), et la direction de la Pravda (en 1946-1947, puis à nouveau de 1952 à 1956). Son parcours en fait le « premier véritable intellectuel que Khrouchtchev ait pris sous sa coupe » selon l’historien William Taubman26.

  • 27 Citation de Lûbov’ Kuznecova, d'après K. A. ZALESSKIJ, Kto est' kto v istorii SSSR. 1924-1953 gg., (...)

17À un autre niveau, Kuzin, chef de secteur à l’Otdel nauki dans les années cinquante, a reçu une formation pédagogique dans les années vingt, avant d’entrer dans le « travail de Parti », selon l’expression consacrée, ce qui le rapproche du groupe des « administrateurs ». Afanasenko, ministre de l’Instruction de RSFSR de 1956 à 1965, a un parcours similaire : formé à l’institut pédagogique de Leningrad, il a enseigné dans le secondaire pendant toutes les années trente, puis entamé à la fin de la guerre une carrière dans l’appareil du Parti, devenant ainsi un « administrateur ». Dubrovina a commencé par enseigner dans le primaire à Tbilissi, avant de gravir les marches du cursus honorum à Moscou dans les années 1930, probablement à la faveur des purges. Tumanova n’a jamais achevé sa formation de « spécialiste », et ses collègues du Komsomol la présentent a posteriori comme une redoutable « carriériste »27.

18Issus des promotions de l’ère stalinienne, mais arrivés aux postes de responsabilités le plus souvent après 1953, ces dirigeants présentent donc des profils bien distincts, qui peuvent expliquer en partie certaines de leurs positions lors de la mise en œuvre de la politique scolaire dans les années cinquante, et des débats internes à leurs administrations. Face à la massification du secondaire et aux difficultés matérielles qui en découlent, dans le contexte de la reconstruction d’après-guerre, leurs priorités vont en effet diverger.

II) Les autorités débordées par la massification

  • 28 Voir par exemple S. V. UTECHIN, « Part III : Current Problems of Soviet Secondary Education », Sov (...)

19Les difficultés de recrutement de la main-d’œuvre pour l’industrie et l’agriculture focalisent à nouveau l’attention des autorités, à partir du milieu des années cinquante. En effet, l’arrivée de générations moins nombreuses – car nées pendant la Deuxième guerre mondiale – accentue la pénurie de jeunes travailleurs dans la production, comme l’avaient remarqué à l’époque plusieurs soviétologues occidentaux28.

20Comment les dirigeants ont-ils perçu les difficultés traversées par l’école en Russie soviétique à cette époque ? Quel rôle ont joué ici leur expérience personnelle, leur attachement idéologique au volet éducatif du « marxisme-léninisme », mais aussi les enjeux strictement économiques ?

A. Une forte progression des effectifs : vers l’instruction « universelle » en Russie (RSFSR)

  • 29 Voir les graphiques 1 et 4. Sur la perception des « classes creuses » par les administrations étud (...)

21Au début des années 1950, les problèmes liés à la scolarisation des enfants soviétiques sont attestés par de nombreux documents internes, même si la presse de l’époque n’en fait aucun écho. Le contrecoup de la guerre se fait sentir : les effectifs de 1938/1939 sont à nouveau dépassés en 1950/1951 (33 millions d’élèves au total, primaire et secondaire confondus), mais l’effet des « classes creuses » les fait redescendre jusqu’en 1957/195829.

  • 30 Le chiffre de 27 millions correspond à l’excès de mortalité en URSS entre juin 1941 et mai 1945, e (...)
  • 31 RGAE, 1562 (CSU SSSR)/327 (activité organisationnelle)/995, p. 6-7. Il s’agit d’un rapport envoyé (...)

22Les destructions occasionnées par la guerre en URSS – c’est-à-dire les combats, les bombardements et l’occupation par l’armée allemande entre 1941 et 1944 – sont gigantesques. Les pertes sont estimées aujourd’hui à 27 millions de morts, dont 18 millions de civils30. Les années d’après-guerre sont marquées par une pénurie de locaux et de personnels, à laquelle les autorités remédient par divers artifices. Dans l’urgence, elles optent en particulier pour une scolarisation au rabais dans les écoles dites « de la jeunesse ouvrière » et dans les « écoles de la jeunesse paysanne », situées respectivement en ville et à la campagne. Réservées initialement aux jeunes travailleurs ayant quitté l’école avant d’atteindre le niveau minimal (les sept années obligatoires), elles servent après 1945 à rattraper les années de scolarité perdues par de nombreux écoliers pendant la guerre, comptabilisant jusqu’à 1,350 million d’élèves en 1950/1951, parallèlement aux établissements classiques – sur un total de 28 millions d’élèves du secondaire31.

  • 32 RGAE, 1562/327/717, p. 14-15.
  • 33 Ibid., p. 36-37. Note du 26 novembre 1952.

23À la fin de l’année 1952, Vladimir Starovskij, chef de la CSU SSSR, Georgij Perov, président adjoint du Gosplan d’URSS et économiste de formation, et Ivan Kairov, du Minpros RSFSR et de l’APN, signalent dans une lettre au Présidium du Conseil des ministres d’URSS, que « jusqu’à présent il n’y a pas eu d’instruction officielle sur la façon de compter les enfants d’âge scolaire et de contrôler l’exécution de la loi sur l’enseignement général obligatoire [qui date pourtant de 1930] »32. Ici, deux « spécialistes » (Starovskij et Perov) et un « pédagogue » (Kairov) attirent l’attention du gouvernement sur une question qu’ils jugent insuffisamment prise en compte. Au même moment, l’administration du Gosplan d’URSS adresse elle aussi au Conseil des ministres d’URSS une note consacrée à « l’exécution du plan de l’année 1952 pour la quantité d’élèves dans les écoles ». Elle indique que ce dernier n’est rempli qu’à 94,5 %, ce qui représente près de deux millions d’enfants scolarisés en moins (soit 30,75 au lieu des 32,55 millions prévus), la première étape du secondaire (de la 5ème à la 7ème classe) étant la plus déficitaire avec 92,4 %33.

  • 34 Notes et Etudes Documentaires no 2681, p. 4. Voir aussi S. V. UTECHIN, « Part III : Current Proble (...)
  • 35 Narodnoe Obrazovanie, Nauka i Kul’tura v SSSR. Statističeskij sbornik, Moscou, Statistika, 1977, p (...)

24Or, la massification de l’enseignement décennal (appelé aussi « secondaire complet ») est justement annoncée en 1952, lors de la mise en chantier d’une première « réforme » – le terme apparaît dans la presse de l’époque – après le XIXe Congrès34. Elle doit aboutir, à terme, à la scolarisation totale des enfants de 7 à 17 ans, d’abord dans les grands centres urbains. C’est la réalisation d’une école décennale « universelle », accessible à tous, étape nécessaire avant qu’elle ne devienne « obligatoire » : le principe en est ensuite repris dans les directives du Comité central publiées après le XXe Congrès du PCUS en février 1956. De fait, le nombre des élèves des deux dernières classes de l’école décennale, tombé après la guerre aux alentours de 500 000 élèves (en 1945-1946), connaît une lente remontée jusqu’au début des années cinquante, dépassant les deux millions en 1953-1954, pour atteindre, en 1956-1957, un sommet avec un peu plus de trois millions35.

  • 36 Narodnoe obrazovanie v SSSR : Sbornik dokumentov. 1917-1973, Moscou, Pedagogika, 1974, p. 192.
  • 37 A. A. FURSENKO (éd.), Prezidium CK KPSS / T. 2..., op. cit., p. 113. Le rôle de premier plan de Mi (...)
  • 38 Voir Hronika Rossii XX vek, Moscou, Slovo, 2002, p. 663.

25Les déclarations du pouvoir sont suivies de mesures concrètes, la plus importante étant probablement le décret du Conseil des ministres d’URSS du 6 juin 1956 « sur la suppression des frais de scolarité dans les dernières classes du secondaire, dans les établissements secondaires spécialisés et les établissements supérieurs », qui abat la barrière financière instaurée en 1940 pour accéder à ces filières, « dans le but de créer les conditions les plus favorables à la réalisation d’une instruction secondaire universelle (vseobŝee) et à l’obtention par la jeunesse d’une formation supérieure »36. Il s’agit d’un tournant décisif dans la politique scolaire soviétique. Cette décision avait été préparée depuis plusieurs mois : en novembre 1955, Anastas Mikoân, alors premier adjoint au chef du gouvernement soviétique, avait été chargé par décret du Présidium du CC du PCUS de créer une commission en vue de « la suppression du caractère payant des études »37. Ainsi les conditions légales sont-elles réunies pour une massification des études secondaires complètes. Le changement a une portée symbolique certaine ; d’ailleurs il donne lieu à une modification de la Constitution, dont l’article 121 stipule désormais « la gratuité de tous les types d’enseignement »38.

26Mais cette mesure ne suffit pas encore à assurer des conditions de scolarisation décentes pour tous les enfants du pays. En particulier, l’objectif de « polytechnisation » affirmé lors du XIXe Congrès reste lettre morte, faute d’équipements et de moyens.

B. Des difficultés matérielles criantes et persistantes

  • 39 Sur les conditions de l’après-guerre, et notamment la famine de 1946-1947, voir Elena ZUBKOVA, Rus (...)

27L’économie soviétique de l’après-guerre, orientée par une planification donnant la priorité absolue aux sources de la puissance géostratégique (métallurgie, énergie, biens de production, armement), ne pouvait pas faire face aux besoins élémentaires de la population en matière de logement, voire d’alimentation, dans certaines régions39. Dans ces conditions, les autorités ne peuvent pas faire face aux besoins matériels de l’école, et de nombreux établissements fonctionnent encore, dix ans après la fin du conflit, dans des conditions précaires.

  • 40 Nicholas DEWITT, Education and Professional Employment in the USSR, National Science Foundation, W (...)

28Si on considère la part de l’enseignement dans le budget total de l’État soviétique, reconstituée par un soviétologue dans les années soixante, on constate qu’après un pic à 6,1 % en 1937 (qui correspond à la fin de la campagne pour l’instruction primaire universelle), elle ne représente plus que 4,5 % du total en 1953, puis 4,2 % en 195740. Bien sûr, durant les vingt années de l’intervalle, le budget soviétique a lui-même fortement augmenté, mais plusieurs indices confirment que l’État n’a pas les moyens de la politique scolaire annoncée lors des déclarations officielles, y compris aux congrès du Parti.

  • 41 RGANI, 5 (appareil du CC du PCUS)/18 (Département des écoles)/63, p. 39-40. Khrouchtchev a paraphé (...)
  • 42 Voir Alain BLUM, Martine MESPOULET, L’anarchie bureaucratique. Statistique et pouvoir sous Staline(...)
  • 43 RGAE, 1562/327/942, p. 31-34 ; note adressée au CC du PCUS en 1957. On la trouve aussi dans les ar (...)

29Les difficultés sont perceptibles dans plusieurs documents internes de l’administration statistique. Ainsi, en mars 1955, une lettre d’un « groupe de travailleurs de la CSU (Direction statistique centrale) », adressée personnellement à Khrouchtchev, et que ce dernier a paraphée, évoque la « situation tragique » en RSFSR, sur le seul territoire de laquelle, dit-elle, 1,3 millions d’enfants d’âge scolaire obligatoire ne fréquentent aucune école41. L’anonymat de la démarche des statisticiens témoigne de l’atmosphère encore lourde qui pèse sur leur administration, où, à une époque récente, des chiffres trop alarmants pouvaient coûter leur poste ou leur vie à ceux qui osaient les transmettre en haut lieu42. Surtout, la CSU mentionne régulièrement, à partir de 1955-56, les difficultés liées au manque de locaux, qui aboutissent à organiser, pour de nombreuses écoles, deux, voire trois « services » (smeny), répartis sur la journée et une partie de la nuit, afin de pouvoir faire cours à tous les élèves. 36,2 % d’entre eux, citadins en majorité, sont dans ce cas en 1956-57 (contre 34 % en 1940/41, mais 40 % en 1950/51), et 52 % des écoles sont concernées par le phénomène43.

  • 44 RGAE, 4372 (Gosplan)/56 (Département de la santé et de la culture, 1957)/245, p. 159.
  • 45 Ibid., p. 160.
  • 46 Ibid., p. 163.

30En novembre 1957, le Département de la santé et de la culture du Gosplan attire lui aussi l’attention de son président, Iosif Kuz’min, sur les perspectives déplorables de la « base matérielle » des écoles générales : après la perte de quinze millions de places, liée aux destructions de la guerre, la reconstruction n’a permis d’en rétablir que moins de la moitié, et la situation est plus grave encore pour les 8-10e classes des écoles décennales, qui accueillent désormais plus de cinq millions d’élèves en 1955-195644. Ces derniers ont souvent cours dans les locaux des écoles primaires ou « septennales » (du secondaire incomplet), c’est-à-dire en deuxième, voire troisième « service », la proportion d’établissements secondaires ayant des locaux prévus pour eux atteignant seulement 42 % pour la RSFSR, ce qui a des effets très négatifs non seulement sur la réussite scolaire et l’assiduité, mais aussi sur la qualité de la vue (ostrota zreniâ) des adolescents45. En d’autres termes, le Département constate que « si des mesures spécifiques ne sont pas prises, il y a dans les prochaines années un risque de non application de la loi sur l’enseignement primaire et septennal [qui date de 1930], comme de la directive sur l’instruction secondaire universelle [du XXe Congrès du PCUS] »46.

  • 47 Učitel’skaâ Gazeta, 1er décembre 1956 ; cité par S. V. UTECHIN, « Part III : Current Problems… », (...)

31Si les régions périphériques, et, au-delà, les républiques rurales d’Asie centrale et du Caucase, sont les plus touchées par ces problèmes, l’ensemble du pays est concerné47. Dans ce contexte, les inégalités scolaires perdurent, y compris en RSFSR : la démocratisation sociale qualitative de l’enseignement secondaire est en trompe l’œil.

C. Un système scolaire segmenté, inégalitaire

32Le corollaire de cette situation matérielle difficile est le maintien de fortes inégalités dans l’accès au cycle complet du secondaire (dix années d’études), entre les catégories sociales mais aussi entre les campagnes et les villes, et en particulier les très grandes villes. En conséquence, les grands principes affirmés en 1956 au XXe Congrès, puis lors du rétablissement de la gratuité des études, tardent à être suivis d’effets dans la réalité.

  • 48 Bol’šaâ sovetskaâ ènciklopediâ, tome 50, « Soûz sovetskih socialističkih respublik », Moscou, « Bo (...)
  • 49 Voir infra, chapitre 5, la description détaillée des réunions de septembre, et du rôle qu’y joue Z (...)
  • 50 RGANI, 5/35/94, p. 123. Le salaire minimal avait été fixé par un décret du Conseil des ministres d (...)
  • 51 C’est ce que semble dire le ministre de l’Instruction Afanasenko, qui interrompt Zelenko pour lui (...)

33La mesure des inégalités en matière d’accès à l’enseignement s’avère inexistante, dans les publications statistiques de l’époque. En 1957, les tableaux décrivant l’appartenance sociale de la population soviétique continuent de mêler, dans la lignée du discours produit après l’adoption de la Constitution de 1936, les catégories « ouvriers » et « employés » : l’avant-dernier tome de la Grande encyclopédie soviétique se contente d’indiquer qu’en 1955, l’URSS comptait 117 millions d’ouvriers, employés et leurs enfants (58,3 %), contre 82 millions de kolkhoziens, artisans en coopérative et leurs enfants (41,2 %)48. Mais aucune publication ne donne d’indication sur la répartition de ces mêmes catégories, aux différents niveaux du cursus scolaire. Nous n’avons pas retrouvé non plus, dans les archives, d’estimation statistique globale des niveaux de revenu des parents d’élèves. En revanche, plusieurs indices permettent d’entrevoir les inégalités du système soviétique, au milieu des années 1950. C’est le cas des données présentées oralement, en septembre 1958 à l’Otdel nauki, par Zelenko, chef des Réserves de main-d’œuvre ; certes, ce dernier a tout intérêt à dénoncer les défauts de l’école secondaire, dont il préconise alors de remplacer les dernières classes par une formation du soir, ou en alternance49. L’exemple qu’il donne n’en est pas moins saisissant : dans l’arrondissement « Dzerjinskij » de Moscou, au « Bois Marie » (Mar’ina roŝa, Dzeržinskij rajon), les adolescents qui étudient en écoles d’apprentissage industriel sont, pour 51 %, des orphelins de père ou des deux parents, et, pour 52 %, issus de familles dont le revenu est inférieur à 200 roubles par mois – pour 70 %, inférieur à 300 roubles50. Or, la composition sociale des effectifs de l’école secondaire no 235, dans ce même quartier périphérique, annexé au grand Moscou dans les années 1930, traduit l’existence d’un véritable cens, suivant le niveau considéré : en 7e, 46 % des élèves sont issus d’une famille dont le revenu est égal ou supérieur à 400 roubles, et la proportion est de 56 % en 9e, et 67,8 % en 10e. Il faudrait comparer ces données avec celles d’autres quartiers de la capitale, mais aussi d’autres villes, pour pouvoir juger de leur représentativité51. Elles révèlent en tout cas des différences importantes entre les filières d’enseignement, dont l’origine remonte au moins à l’ère stalinienne.

  • 52 Larry HOLMES, « School and Schooling… », article cité, p. 69.
  • 53 Ibid., p. 70, note 82.
  • 54 Larry HOLMES, Stalin’s School : Moscow’s Model School No. 25, 1931-37, Tuscaloosa, South Alabama U (...)
  • 55 Fritz RINGER, « La segmentation des systèmes d’enseignement. Les réformes de l’enseignement second (...)
  • 56 Voir le graphique 3.
  • 57 Narodnoe obrazovanie, nauka i kul’tura v SSSR. Statističeskij sbornik, Moscou, Statistika, 1977, p (...)
  • 58 Vladimir Falc’man se souvient avoir réussi les examens d’entrée dans quatre VUZ – l’institut « Sta (...)

34Le système d’enseignement de l’après-guerre présente un caractère de « bifurcation » séparant, selon le terme de Larry Holmes, dès la fin de l’école de sept ans en théorie, et souvent beaucoup plus tôt dans la réalité, les voies classique et professionnelle52. En effet, la jeunesse urbaine est surreprésentée dans les dernières classes du secondaire (de la 8e à 10e), avec 58 % du total en 195153. Ce système à deux vitesses entraîne une forte reproduction sociale au sein de la population des grandes villes, dont témoigne le cas extrême des établissements élitistes des capitales de Russie et des autres républiques, comme l’école no 25 à Moscou, où étudiaient les enfants de plusieurs hauts dignitaires54. On peut parler d’une véritable « segmentation » des filières, pour reprendre le terme que Frintz Ringer applique aux cas français et prussien avant 1920, et qu’il définit comme « la subdivision des systèmes d’enseignement en écoles et programmes parallèles se distinguant à la fois par les cursus et l’origine sociale de leurs élèves »55. En Russie aussi, durant la période stalinienne et au-delà, les élites urbaines ont un accès bien plus large que les autres catégories de la population aux dernières classes du « secondaire complet »56. Or, la réussite en 10e offre un débouché quasi-automatique dans le supérieur : dans les années 1930, le nombre de places en VUZ dépasse celui des titulaires du « certificat de maturité » (attestat zrelosti), équivalent du baccalauréat, en RSFSR ; en 1953/1954, 75 % entrent dans le supérieur57. Il semble que les jeunes bacheliers disposent alors d’une grande liberté pour choisir leurs études supérieures, certains essayant même successivement plusieurs établissements58.

35Si l’augmentation des effectifs du secondaire est importante durant cette période, occasionnant un manque aigu de locaux et de moyens, elle ne correspond donc pas à une démocratisation complète de l’accès aux études dans la population : elle est plus quantitative que qualitative. La segmentation scolaire est bien la marque du système scolaire soviétique hérité du stalinisme. Les dirigeants, notamment ceux du Parti, visaient en fait surtout à résoudre un problème fondamental de l’URSS dans l’après-guerre, celui de la main-d’œuvre industrielle et agricole. Le secteur de la production matérielle souffrait d’un manque de bras accru, depuis 1945 : c’est cette situation, et les différentes mesures prises pour y remédier depuis les années trente, qu’il nous faut évoquer à présent, afin de mieux comprendre le changement de politique de l’ère khrouchtchévienne.

III) La crise du recrutement de la « main-d’œuvre productive », une autre conséquence de la déstalinisation

36Le milieu des années 1950 voit, en matière de recrutement et de gestion de la main-d’œuvre, le passage d’un modèle fondé sur la contrainte à un autre, fondé sur l’incitation : cet acquis de l’historiographie se vérifie avec la question particulière de l’embauche des jeunes travailleurs dans l’industrie. En 1956, une série de mesures marque une rupture avec l’héritage stalinien, remettant en cause le principe coercitif. Cependant, ce tournant ne règle pas pour autant les problèmes de pénurie de la main d’œuvre, accrus par la situation démographique de la fin des années 1950.

A. L’héritage stalinien : les Réserves de main-d’œuvre

  • 59 On peut rapporter ici la célèbre phrase de Staline prononcée le 4 mai 1935 lors d’un discours deva (...)
  • 60 Voir Marc ÉLIE, Les anciens détenus du Goulag : libérations massives, réinsertion et réhabilitatio (...)
  • 61 Sur la situation économique du Goulag après la guerre, voir Moshe LEWIN, Le siècle soviétique..., (...)

37Depuis le « Grand tournant » de 1929-1930, les dirigeants soviétiques ont été en permanence confrontés à une pénurie de main-d’œuvre pour l’industrie mais aussi pour l’agriculture « dékoulakisée »59. Sans revenir sur les enjeux de cette période fondatrice pour l’économie et la société du pays, nous présenterons ici les outils mis à la disposition des entreprises pour former et attirer les jeunes travailleurs dans les secteurs les plus pénibles de la production industrielle et minière. Depuis les années 1940, plusieurs modes de recrutement coexistent, correspondant à différents niveaux de qualification. Nous laissons de côté ici l’exploitation des prisonniers des camps et colonies du système pénitentiaire d’URSS (puis des prisonniers de guerre, ressortissants des pays ennemis et vaincus) comme main-d’œuvre servile – l’effectif du Goulag atteint son apogée en 1950, avec plus de 2,5 millions de détenus et autant de « colons spéciaux » (exilés collectivement à l’intérieur du territoire), avant les libérations massives qui surviennent de 1953 à 195960. L’impact économique de cette main-d’œuvre est discutable : elle coûte alors globalement autant qu’elle rapporte au pays61. Parmi les outils à disposition des autorités pour orienter vers l’industrie lourde les jeunes travailleurs peu qualifiés, une administration mise place à la veille de la guerre joue le premier rôle : les Réserves de main-d’œuvre (Trudovye rezervy).

  • 62 Mervyn MATTHEWS, « The ‘State Labour Reserve’. An Episode in Soviet Social History », Slavonic and (...)
  • 63 Sur les transformations de la main-d’œuvre en général dans les années 1941-1945, voir Jacques SAPI (...)
  • 64 Donald FILTZER, Soviet Workers and Late Stalinism, Labour and the Restoration of the Stalinist Sys (...)
  • 65 Ibid., p. 34.
  • 66 Ibid., p. 120.

38En octobre 1940, dans un contexte de mobilisation croissante de l’économie et de la société, afin de suppléer les écoles d’apprentissage de fabrique-usine (FZU) défaillantes, un oukase du Présidium du Soviet suprême d’URSS crée la Direction générale des Réserves de main-d’œuvre (GUTR)62. Elle vise à enrôler, de façon théoriquement volontaire, un nombre planifié de jeunes quittant l’école secondaire, à leur apporter une formation technique de base, puis à les envoyer travailler dans les entreprises industrielles ayant les plus forts besoins63. Après avoir fait la preuve de son utilité pendant la guerre, le GUTR reçoit le rang de ministère entre 1946 et 1953. Il contribue largement à la reconstruction industrielle du pays avec une main-d’œuvre « semi-forcée » dans les secteurs souffrant d’un manque de travailleurs (mines de charbon, construction, métallurgie), comme l’a montré Donald Filtzer64. Initialement, il s’agit de recruter 800 000 à 1 million de jeunes chaque année dans toute l’URSS, pour les former soit, en deux ans, dans des « collèges de métiers » (remeslennoe učiliŝe, ou RU), soit, en six mois, dans des « écoles d’apprentissage de fabrique-usine » (škola fabrično-zavodskogo obučeniâ, ou FZO), avant de les affecter dans des entreprises déterminées pour une durée d’au moins quatre ans65. Sur un modèle proche, selon Filtzer, de celui du recrutement des armées tsaristes au XIXe siècle, les instances centrales du GUTR fixent des objectifs chiffrés pour les différents types d’écoles et de métiers, qu’elles transmettent à leurs sections régionales. Ces dernières, par le biais de « commissions d’appel » (prizyvnye kommissii) locales, peuvent soit jouer le jeu du recrutement volontaire, soit imposer une sorte de conscription en utilisant la contrainte, voire la fraude et la tromperie, pour faire signer les jeunes gens66.

  • 67 Les élèves des FZO contribuent en particulier, dans les années 1950, à la construction des nouveau (...)

39Ce système fonctionne à plein entre 1940 et 1949, avec 600 000 à 1 million de nouveaux élèves chaque année, mais à partir de 1950 leur nombre diminue, pour se stabiliser autour de 350 000 dans les années suivantes. Au total, il transfère une partie importante de la jeunesse rurale vers les mines et l’industrie, malgré les réticences des intéressés67. Si les « collèges de métiers » forment à des emplois relativement attirants, les « écoles d’apprentissage de fabrique-usine » (FZO) sont bien moins prisées, du fait des conditions de travail dans l’industrie lourde et minière à laquelle elles sont destinées, ce qui explique la désaffection de la population à leur égard :

  • 68 Ibid., p. 37. Pour compenser le discrédit des FZO sont institués en 1954 de nouveaux « collèges te (...)

Les collèges de deux ans, qui préparaient les étudiants à des métiers qualifiés dans des industries relativement ‘ propres’, offraient de bien meilleures conditions de vie et d’instruction, et les défections y étaient rares. Au contraire, les FZO étaient le moyen de rassembler des centaines de milliers de jeunes vers des métiers et des secteurs pour lesquels le régime était simplement incapable de recruter des travailleurs libres, et la main-d’œuvre forcée [des camps du Goulag] était inadaptée et insuffisante pour compenser les manques.68

  • 69 Ibid., p. 30-31.

40L’embauche d’ouvriers pour l’industrie s’effectue également, dans l’après-guerre, par le système de l’Orgnabor ou « recrutement organisé », toujours sous les auspices du GUTR : chaque année, de jeunes garçons et filles (surtout dans les campagnes) se font enrôler en signant un contrat de travail. En théorie, ils sont libres, mais en fait leur liberté est grandement limitée, puisque les contrats ont une durée de cinq ans, et que la rupture est assimilée au crime de « désertion » du poste de travail. Après un pic de plus de deux millions en 1946, lié à la démobilisation en masse des anciens soldats de l’Armée rouge, l’Orgnabor procure à l’industrie soviétique dans son ensemble, entre 1947 et 1952, environ 600 000 nouveaux ouvriers par an69. Au total,

  • 70 Ibid., p. 40.

chaque année des centaines de milliers de jeunes gens – surtout la jeunesse paysanne – furent enrôlés et envoyés dans des régions, des industries et des entreprises contre leur gré. Il en résulta des fuites massives des écoles ou des entreprises où ils avaient été assignés avant la fin de leur formation ou de leur contrat de travail.70

  • 71 Ibid., p. 120.
  • 72 Ibid., p. 121.
  • 73 Ibid., p. 131-132.
  • 74 À titre d’exemple, on peut citer le manuel édité par le ministère des Réserves de main-d’oeuvre su (...)
  • 75 Voir l’autocritique formulée par les responsables eux-mêmes, dont le chef du GUTR Genrih Zelenko, (...)

41Ces fuites étaient risquées : le fait de quitter son école de son propre chef était passible, depuis la loi du 28 décembre 1940, d’une peine d’un an de camp de travail71. C’est dire le malaise qui régnait dans l’organisation des ressources de main-d’œuvre à la fin de la période stalinienne ; cependant elle assurait encore tous les ans, au début des années cinquante, l’arrivée dans l’industrie de plus de 900 000 jeunes sortis de l’école secondaire ou de l’armée, par les différentes voies évoquées précédemment. Les résultats du recrutement étaient meilleurs à la ville qu’à la campagne, ce qui traduisait le refus d’une partie de la jeunesse rurale de travailler dans les secteurs les plus pénibles. De plus, certaines régions peinaient de façon structurelle à satisfaire leurs besoins de main-d’œuvre : les bassins miniers et sidérurgiques du Donbass en Ukraine, de l’Oural (Sverdlovsk, Tcheliabinsk, Molotov) et du Kouzbass en Sibérie occidentale72. Le système présentait donc de nombreux inconvénients, outre qu’il rebutait fortement la population, mais aussi les syndicats qui dénonçaient fréquemment son inefficacité, sa brutalité à l’encontre des jeunes travailleurs, et la mauvaise qualité de la formation reçue dans les écoles des Réserves de main d’œuvre73. Cette mauvaise qualité tenait en particulier au faible niveau d’équipement en instruments et en machines, ainsi qu’à la pénurie de manuels, qui sévissait ici comme dans les autres filières du système d’enseignement soviétique74. Un autre problème tenait à la faiblesse des éléments de savoir académiques inculqués dans ces établissements, de même que dans les écoles d’apprentissage habituelles75. Pourtant ce système procurait à l’industrie du pays, bon an mal an, le recrutement d’une main d’œuvre peu qualifiée.

  • 76 Narodnoe obrazovanie…, op. cit., p. 176.

42En ce qui concerne la main-d’œuvre de qualification moyenne, l’enseignement dit « secondaire spécial » poursuit, dans les années 1940, le développement rapide amorcé dans la décennie précédente. Les tehnikum forment en trois ou quatre ans, après une instruction secondaire incomplète (l’école de sept ans), des jeunes appelés à travailler ensuite comme contremaîtres, techniciens, ou encore instituteurs. En 1939/1940 ils sont au nombre de 3 773 dans tout le pays, accueillant environ un million d’élèves ; ce chiffre est porté à 1,5 million en 1953, année qui voit la promotion de 300 000 nouveaux techniciens passés par ces établissements76. Au total en 1953, tehnikum et établissements du GUTR recrutent l’équivalent de la moitié de l’effectif des dernières classes du secondaire (de la 8e à la 10e), mais cette proportion est en baisse, avec la massification en cours du secondaire. Comme on l’a vu, de plus en plus d’enfants parviennent jusqu’au bout du cycle complet d’instruction, et aspirent à poursuivre des études supérieures.

43Le fonctionnement semi-forcé des Réserves de main-d’œuvre, hérité de la guerre, contredit l’orientation nouvelle affichée par les dirigeants soviétiques à partir de 1954-1955. Dans leur volonté de rupture relative avec le stalinisme, ils décident donc d’assouplir le système de recrutement des jeunes travailleurs, sans tenir compte des conditions démographiques particulières du moment.

B. 1955-1956 : « réémergence d’un marché du travail » (D. Filtzer) et prise de conscience des classes creuses

  • 77 François FEJTÖ, « Réforme scolaire et stratification sociale en URSS », dans L’URSS. Droit, Econom (...)

44La déstalinisation introduit une rupture, dans le domaine du recrutement des jeunes travailleurs, avec une série de mesures qui défont partiellement, en 1955-1956 l’édifice coercitif bâti à l’époque précédente. Il en résulte un flottement entre l’offre de main-d’œuvre et les besoins des secteurs traditionnellement les plus demandeurs. Au même moment, une nouvelle donnée démographique aggrave la crise de recrutement : l’effet de la baisse de la natalité pendant la dernière guerre. Des observateurs occidentaux de la fin des années 1950 suggéraient que c’était là une des raisons fondamentales de la réforme de l’enseignement77. Les archives disponibles permettent de vérifier la validité de cette hypothèse, et d’observer comment le problème fut analysé à différents échelons de la pyramide du pouvoir soviétique.

  • 78 Voir le texte 1, en annexe.
  • 79 Donald FILTZER, « From mobilized to free labour : de-Stalinization and the changing legal status o (...)

45L’annulation par le Présidium du Soviet suprême du caractère obligatoire des Réserves de main-d’œuvre intervient avec l’oukase du 18 mars 195578. Si son contenu paraît essentiellement technique (sur les collèges d’apprentissage industriel et ferroviaire), la formulation de ses attendus, qui évoquent la « forte aspiration (stremlenie) » de la jeunesse, ne laisse aucun doute sur les motivations des autorités : il s’agit de redonner à la population un minimum de choix dans l’acquisition des compétences techniques minimales. Désormais et pour la première fois depuis les années 1930, comme l’a souligné Donald Filtzer, la mobilisation des travailleurs nécessaires à l’économie du pays devait se faire sur la base du volontariat79. Une telle mesure répond non seulement aux aspirations de la population, relayées par l’administration syndicale, mais aussi à la volonté d’instauration d’un encadrement plus souple et plus protecteur du monde du travail. On peut la relier aux oukases concernant la création du Comité d’État pour les questions de travail et de salaire (24 mai 1955), ou encore le temps de travail et les congés des travailleurs adolescents (15 août 1955, puis à nouveau 26 mais 1956).

  • 80 Donald FILTZER, Soviet Workers and De-Stalinization : The Consolidation of the Modern System of So (...)
  • 81 Ibid., p. 47.
  • 82 Voir Naselenie Rossii v XX veke. Istoričeskie očerki. T. 2. 1940-1959, Moscou, 2001, p. 100. Cet o (...)
  • 83 Ibid., p. 223.
  • 84 Dans un rapport envoyé au Gosplan le 7 décembre 1945. Ibid., p. 222.

46Surtout, l’oukase du 25 avril 1956 supprime la responsabilité pénale des ouvriers et employés qui quittent leur entreprise ou leur administration, ou sont absents sans raison valable – ils pouvaient être condamnés, jusque là, à des peines de camp. C’est cette réforme qui ouvre la voie à un véritable « marché du travail » d’après Donald Filtzer, en redonnant la possibilité de changer d’affectation dans l’industrie80. Le résultat est une poussée de l’instabilité de la main-d’œuvre : le turn-over concerne en 1956 34 % des ouvriers soviétiques, contre 12 % deux ans plus tôt – un chiffre qui, sans atteindre les niveaux des années 1930, inquiète les autorités81. Or ce phénomène est accentué par la diminution brutale du nombre de jeunes actifs arrivant sur le marché du travail à partir de 1956-1957. Ils appartiennent en effet aux générations nées pendant le conflit. Au total, les années de guerre et d’immédiat après-guerre ont signifié, en plus des pertes directes, entre quatre et cinq millions d’enfants en moins par rapport aux autres années en URSS. Encore ne s’agit-il ici que des enfants scolarisés : d’après des démographes russes il y aurait eu 3,2 millions de naissances en moins pour toute l’URSS pour la seule année 1943, la natalité en RSFSR passant de 33,3 pour mille en 1941 à 9,9 en 1943, 10,5 en 1944 et 10,8 en 194582. Si un tel phénomène a touché d’autres pays européens, il n’a pas d’équivalent par son ampleur : l’Italie et la Belgique ont vu leur natalité diminuer de 10 à 12 %, et l’Allemagne a enregistré un déficit de 2 millions de naissances83. Signalée dès 1945 par l’administration statistique, cette baisse n’a jamais été publiquement mentionnée à l’époque soviétique, comme l’illustre le caractère confidentiel des documents d’archives qui en attestent84.

  • 85 RGANI 5/18/66, p. 32 (document classé « secret »).
  • 86 Ibidem. Cette dernière observation a été soulignée au crayon par un fonctionnaire du département d (...)
  • 87 L’expression « classes creuses » est absente des documents de l’époque.
  • 88 RGAE, 1562/33 (inventaire déclassifié)/3005, p. 2. Ce document, classé « secret », est daté du 20 (...)

47En avril 1955, une note « Sur l’exécution de la loi sur l’enseignement universel obligatoire en 1954/55 » est adressée par l’administration statistique au secrétaire du CC du PCUS Pëtr Pospelov. Indiquant le nombre d’élèves pour toute l’URSS, elle constate qu’il ne représente que 85 % des effectifs de 1940/41, et signale dans un commentaire laconique que « la diminution des élèves des 1-7èmes classes […] s’explique par le fait que dans ces classes sont arrivés les enfants nés pendant la Guerre Patriotique, c’est-à-dire dans les années de faible natalité »85. Toutefois, le phénomène ne semble pas encore susciter une attention particulière, et le chef adjoint de la CSU SSSR, A. Monahov, insiste davantage sur les dommages causés par les abandons de scolarité, à tous les niveaux86. C’est seulement en 1956 que l’administration statistique évoque pour la première fois le manque de jeunes actifs qui menace de toucher l’économie soviétique pendant plusieurs années, suite à ce phénomène des classes creuses87. En février, pendant le XXe Congrès, le Conseil des ministres d’URSS reçoit de la CSU SSSR un rapport indiquant l’ampleur de la diminution du nombre d’élèves, passé de 33,2 millions en 1950/51 à 28,1 millions en 1955/56, « du fait de la baisse de la natalité dans les années de guerre »88. Fin juin 1956, une nouvelle note envoyée au Conseil des ministres d’URSS et au CC du PCUS témoigne de la prudence de Monahov, face à cette question particulière, alors qu’il prépare l’édition du recueil La construction culturelle en URSS (Kul’turnoe stroitel’stvo v SSSR), le premier de ce type depuis 1940 :

  • 89 RGAE, 1562/327/897, p. 10. La note est datée du 22 juin 1956. Il est indiqué que le tirage de ce r (...)

La CSU d’URSS demande de prêter attention à la diminution du nombre d’élèves dans les écoles d’enseignement général pour la période de l’après-guerre, qui est le produit d’une natalité réduite dans les années de la Guerre patriotique […]. Le nombre total d’élèves est passé de 35,5 millions en 1940 à 30,1 millions en 1955. […] Ces données ont été indiquées dans le recueil L’économie de l’URSS publié par la CSU en juin 1956.89

  • 90 Bol’šaâ sovetskaâ ènciklopediâ, tome 50, « Soûz sovetskih socialističkih respublik », Moscou, « Bo (...)
  • 91 RGAE, 1562/33/3007, p. 108 et RGAE, 1562/33/3674, p. 2ob et 4ob.

48La phrase finale montre que Monahov tient à expliquer la baisse qui apparaît dans les tableaux du recueil statistique à paraître : précaution compréhensible dans un régime où la publication d’une donnée peut prendre un caractère politique aigu. La même indication est ajoutée, sous forme de note, au tableau général sur la progression des effectifs figurant dans l’avant-dernier tome de la Grande encyclopédie soviétique, publié au dernier trimestre 195790. On constate un important écart entre les groupes d’âge parmi les effectifs scolarisés en URSS et en RSFSR, tels qu’ils sont communiqués par la CSU SSSR au Gosplan en janvier 1956, puis au président de la Commission économique d’État du Conseil des ministres d’URSS Mihail Pervuhin, alors membre du Présidium du CC du PCUS, en janvier 195791.

  • 92 RGAE, 1562/33/2674, p. 5, 8-18 ; p. 19.
  • 93 RGAE, 1562/33/3331, passim.
  • 94 RGAE, 1562/33/3675, p. 20-24. Rapport de Starovskij à Kuz’min, daté du 24 octobre 1958. Le graphiq (...)
  • 95 Ibid., p. 23.

49À partir de 1956 se multiplient les rapports de la CSU SSSR adressés au CC du PCUS et au Conseil des ministres d’URSS, sur ce thème92. On trouve dans l’inventaire « secret » de l’administration statistique, pour les années 1950, un épais dossier composé de tableaux de prospective montrant le nombre d’enfants prévu en URSS dans les années 1957-1976 : signe de l’attention des responsables envers cette question93. Or, c’est à partir de l’année 1957/1958 que le phénomène se fait sentir dans les dernières classes du secondaire, de la 8e à la 10e, celles-là même qui sont devenues accessibles au plus grand nombre grâce au retour de la gratuité : un rapport de la CSU, adressé au chef du Gosplan, signale qu’elles comptent alors 700 000 élèves de moins qu’en 1956/1957, et qu’en 1958/1959 la baisse sera encore d’un million, soit de 22 %94. Pour le moment, toutefois, aucune conclusion n’est tirée quant à l’impact sur le marché du travail. En octobre 1958, le chef de l’administration statistique Starovskij indique simplement que le plan de recrutement des écoles ne sera rempli qu’à 90 % en URSS, et à 89 % en RSFSR95.

50La coïncidence entre déstalinisation du marché soviétique du travail et arrivée des classes creuses à l’âge actif est lourde de conséquences ; mais à l'époque, seule la baisse des effectifs scolaires est mentionnée dans les rapports de la CSU. Or, rapidement des tensions apparaissent au sein des administrations concernées, avec les premiers échos d’un débat public sur ces questions.

C. Un premier débat public sur l'emploi des jeunes

  • 96 Pour une analyse de ce phénomène sous Khrouchtchev, voir Donald FILTZER, Soviet Workers and De-Sta (...)

51C’est vers 1956-1957, soit quelques mois après la fin du caractère obligatoire des Réserves de main-d’œuvre, qu’une aggravation de la pénurie de travailleurs est perçue comme imminente, résultat de la situation démographique particulière déjà évoquée, mais aussi des progrès accomplis dans la scolarisation des enfants soviétiques, dans les villes comme dans les campagnes, et de l’évolution en termes de mentalités qu’ils ont engendrée96. Au-delà des chiffres se jouent ici des phénomènes sociologiques complexe, que les responsables semblent ne pas avoir considérés à leur juste mesure. Pourtant, les statisticiens fournissent déjà les outils permettant d’observer cette évolution.

  • 97 RGANI 5/18/67, p. 1-4. Boris Polevoj (1908-1981), auteur de quelques nouvelles et romans, surtout (...)
  • 98 RGANI, 5/18/67, p. 6-12 et 15-21.
  • 99 Donald FILTZER, Soviet Workers and De-Stalinization, op. cit., p. 66-70.

52La question de l’orientation des jeunes vers les professions de qualification intermédiaire (cadres moyens et techniciens) attire l’attention du pouvoir en mars 1955, lorsque Khrouchtchev renvoie lui-même au secrétaire du Komsomol Aleksandr Šelepin et au chef du Département des écoles du CC Vasilij Derbinov, une note qui lui a été adressée par l’écrivain Boris Polevoj, député du Soviet suprême. Celui-ci constate que, dans sa circonscription, l’agriculture manque de jeunes travailleurs97. En avril-mai de la même année, Genrih Zelenko et Šelepin envoient au CC du PCUS leurs propositions sur les changements à accomplir au sein de l’école secondaire pour améliorer la formation professionnelle et technique ; ils insistent tous les deux sur la polytechnisation, qui devrait permettre d’attirer davantage de jeunes travailleurs vers la production98. Ainsi, les deux « administrateurs » se rejoignent dans leur analyse de la situation, et des solutions pour l’améliorer, dans une atmosphère marquée par les débuts de la mobilisation massive des jeunes vers les chantiers grandioses de la conquête des Terres vierges, et la construction et l’industrialisation de villes en Sibérie – une des régions les plus touchées par la pénurie de main-d’œuvre99.

  • 100 RGAE, 1562/33/2717, p. 114-124 : document conservé dans l’inventaire « déclassifié » de la CSU pou (...)
  • 101 Ibid., p. 123. Le terme de « résistance » (soprotivlenie) employé ici est peu courant dans les doc (...)
  • 102 RGAE, 1562/33/3674, p. 9-14.

53Tout autre est l’approche des statisticiens, au profil de « spécialistes » dans notre classification : ils mettent en avant les réticences de la jeunesse à suivre les appels de la propagande en matière de recrutement, sans proposer de solution radicale. Un document à usage interne et confidentiel de la CSU, qu’on peut dater du mois d’avril 1956 d’après la note manuscrite qui l’accompagne, contient une série de questions à poser concernant, entre autres, « les mœurs et la jeunesse »100. Cette page contient plusieurs formulations saisissantes par leur acuité : « demander les causes de la résistance de la jeunesse à l’encontre de l’attribution obligatoire des emplois dans l’industrie et l’agriculture » précède immédiatement « demander qu’on explique les causes de la vision négative qu’a la jeunesse des tâches mises en avant par le Parti »101. La diminution des effectifs correspondant aux classes creuses de la guerre prend toute son importance avec l’irruption de ce facteur : si les jeunes délaissent la production, dans les années d’étiage ils auront plus de facilités à poursuivre des études, le nombre de places restant le même, et les filières techniques intermédiaires seront délaissées. C’est ce qu’observe l’administration statistique, qui en juin 1957 envoie un nouveau rapport sur l’évolution des effectifs scolaires à Derbinov, alors chef adjoint de l’Otdel nauki RSFSR102.

  • 103 RGAE, 1562/33/3084, p. 1-5. L’expression employée en titre (balans truda) renvoie à l’idée d’un ma (...)
  • 104 Voir le graphique 3, réalisé à partir du même document. La différence entre villes et campagnes té (...)
  • 105 RGAE, 1562/33/3674, p. 13.
  • 106 Jean-Pierre RIOUX, La France de la Quatrième République. 2. L’expansion et l’impuissance 1952-1958(...)
  • 107 Antoine PROST, Education, société et politiques : une histoire de l’enseignement de 1945 à nos jou (...)

54Starovskij adresse également un récapitulatif à Aleksej Kosygin, alors premier adjoint du président de la Commission économique d’État du Conseil des ministres d’URSS, le 30 mars 1957, avec ce titre évocateur : « Matériaux statistiques sur certains aspects de la balance de l’emploi en URSS »103. Outre la répartition annuelle, par secteur, de la population active et des ressources de main-d’œuvre, il indique le nombre « parfaitement secret » des jeunes de 16 à 18 ans au 1er janvier 1956 (13,7 millions, contre 13 millions en 1955), puis de ceux qui ont accompli leur scolarité secondaire complète en URSS : ce dernier chiffre a connu une augmentation spectaculaire durant les dernières années, passant de 227 900 en 1950 à 1,241 million en 1956. En effet, en quelques années, la part des jeunes qui continuent leurs études secondaires au-delà de la 7ème classe en URSS est passée à 91 % dans les villes, mais aussi à 50 % dans les campagnes104. Starovskij avait déjà signalé à Derbinov l’augmentation globale de cette proportion à l’échelle du pays, qui atteint 65,5 % en 1956, en URSS comme en RSFSR105. À titre de comparaison, en France, de 1945 à 1958, le taux de scolarisation des 12-15 ans passe de 20 à 45 % de la génération concernée106. Même si les données soviétiques sont quelque peu différentes – l’âge des élèves de 8ème classe est d’environ 15 ans, mais l’école septennale ne scolarise pas toute une génération – elles présentent une tendance semblable, celle d’une « démocratisation quantitative », suivant l’expression forgée par Antoine Prost107.

55La presse se fait l’écho dès l’été 1956 du problème de l’orientation des jeunes, en déployant une propagande agressive. La Pravda du 22 août publie un reportage enthousiaste sur un groupe d’élèves qui décide de demander en bloc son admission dans un kolkhoze à la sortie de l’école. Si on peut douter de la véracité des faits relatés, l’article laisse deviner une société rétive au travail dans la production, a fortiori dans l’agriculture :

La plupart de ces élèves sont des enfants d’employés et d’ouvriers du centre du district […] À quoi bon le cacher, le seul mot de « kolkhozien » effrayait jusqu’à présent la plupart des jeunes gens et filles. Après leur scolarité, ils aiment mieux accepter n’importe quel petit travail dans une administration, plutôt que d’aller travailler aux champs.

  • 108 Traduit et reproduit dans Chroniques étrangères. URSS, Paris, La Documentation française, no 172, (...)

L’initiative du groupe d’élèves de dernière année a fait naître bien des rumeurs dans la ville. Les gens s’étonnaient, haussaient les épaules, prédisaient un échec complet, certains ont même fait courir le bruit que ce sont les mauvais élèves qui ont eu cette idée.108

56On retrouve quelques lignes plus bas l’idée que les adultes sont autant responsables que les jeunes, sinon plus, de cet état d’esprit négatif vis-à-vis des tâches productives :

  • 109 Ibidem.

Il y avait aussi d’autres parents, aux yeux desquels le départ des enfants pour le kolkhoze était quelque chose d’humiliant, de pas sérieux, une sorte de mauvaise plaisanterie. La mère de Lida Rikant, elle-même dactylo, déclara qu’elle ne laisserait pas partir sa fille, et au besoin l’enfermerait… Instituteurs et élèves eurent fort à faire pour convaincre ces parents-là.109

  • 110 A. A. FURSENKO (éd.), Prezidium CK KPSS / T. 2...., op. cit., p. 416. Le décret, qui date du 27 ao (...)

57Dans ce reportage, véritable conte de fées à la soviétique, les élèves réussissent finalement leur pari et, non sans embûches, s’intègrent dans la vie du kolkhoze, par leur labeur et leur enthousiasme. Il reste toutefois un personnage essentiel à convaincre, de l’aveu même du journaliste : « il faut que cette initiative soit soutenue non seulement par l’école et les kolkhozes, mais aussi par toute la société (obŝestvennost’) ». Mais, pour le moment, les autorités se gardent bien de faire connaître toutes les mesures prises pour compenser le déficit de bras, notamment dans les campagnes. Quelques jours à peine après la publication de cet article, un décret est adopté par le Présidium du CC du PCUS « sur l’envoi d’étudiants et d’élèves des écoles secondaires aux travaux agricoles »110.

  • 111 RGAE, 4372/56/125, p. 57.
  • 112 Ibid., p. 59-60.
  • 113 M. J. BERRY, « Science, Technology and Innovation », dans Martin MCCAULEY (dir.), Khrushchev and K (...)
  • 114 RGAE, 1562/327/995, p. 36-37.
  • 115 Ibid., p. 34. Concernant les effectifs des élèves de SSUZ, il faut remarquer l’augmentation entre (...)

58Un an plus tard, les difficultés de recrutement concernent aussi la main-d’œuvre de qualification intermédiaire : en novembre 1957, une lettre de Zelenko, chef du GUTR, et du vice-ministre de l’agriculture de l’URSS G. Petrov, signale au Département du travail et des salaires du Gosplan que les besoins en tractoristes et mécaniciens de moissonneuses-batteuses (kombajnery) ne seront pas satisfaits pour la récolte de l’automne 1958111. Les deux responsables de rang ministériel demandent qu’on organise la formation rapide, en six mois, de 6 500 techniciens de niveau « secondaire spécial », en sus du plan prévu. Vérification faite, il va manquer plus de 50 000 ouvriers qualifiés de ce type pour la seule RSFSR : aussi le Gosplan donne-t-il son accord112. Ce cas est significatif d’une situation commune à la plupart des ministères économiques, où la demande en ingénieurs (de qualification supérieure, formés en VUZ) est paradoxalement mieux satisfaite que celle en techniciens (formés en SSUZ) capables d’appliquer dans la production les améliorations élaborées par les premiers113. Ainsi, pour l’agriculture, la CSU indique dans un rapport au CC du PCUS d’août 1958 que le ratio ingénieurs/techniciens parmi les nouveaux spécialistes diplômés dans l’année est passé d’un pour 3,1 en 1950 à un pour 2,4 en 1957114. Les statisticiens ne donnant pas d’explication, on peut supposer que cette baisse tient en partie à la stagnation du nombre d’élèves des établissements secondaires spéciaux, mais aussi au peu d’attrait exercé par les emplois de techniciens dans les campagnes115.

  • 116 RGAE, 4372/57/631, p. 50.
  • 117 Ibid., p. 51.

59Enfin, une certaine approximation dans la définition des besoins en main-d’œuvre n’est pas rare dans les documents internes au Gosplan, et plusieurs indices montrent que la répercussion des classes creuses nées pendant la guerre n’a été prise en compte que tardivement par cette instance, pourtant censée prévoir à long terme l’évolution de la population active. En janvier 1958, un rapport du Département de la culture et de la santé, adressé au président Kuz’min, est consacré aux « sérieux défauts dans la planification de la formation et de l’utilisation des cadres enseignants dans le pays ». Il relaye une note de la direction des affaires (Upravlenie delami) du Conseil des ministres d’URSS qui a, la première semble-t-il, révélé le problème, à savoir un trop-plein de jeunes enseignants à la sortie des établissements d’enseignement pédagogique. La cause en est que « les Gosplans et les Minpros des républiques de l’Union, de même que l’ancien Gosplan d’URSS, n’ont pas pris, dans l’élaboration des plans d’admission [pour ces établissements], la pleine mesure de la diminution de la natalité pendant la guerre »116. Le document indique, pour toute l’URSS, une baisse de 5,1 millions d’élèves de 1950 à 1955117.

  • 118 RGANI, 5/18/66, p. 61-68. La lettre, adressée à Khrouchtchev en personne, est datée du 31 octobre (...)
  • 119 RGANI, 5/18/66, p. 80-88.
  • 120 Voir supra, chapitre 1, IV.

60Une recherche dans les fonds du CC du PCUS montre que, trois ans plus tôt, cette instance avait déjà été saisie du problème, grâce à la lettre d’un haut fonctionnaire du Minpros RSFSR, A. Hodyrev, écrivant en tant que « membre du Parti depuis 1928 » à Khrouchtchev en personne, pour dénoncer la gestion calamiteuse des effectifs et de la formation des enseignants par le ministre Kairov et son adjoint Aleksandr Arsen’ev118. Le Département des écoles du CC du PCUS, alors dirigé par Kaz’min, avait critiqué Kairov, lui reprochant de ne pas avoir donné d’estimation des effectifs futurs, et d’avoir négligé la question de la qualification des futurs enseignants – sur 625 000 exerçant dans le primaire et le secondaire en Russie, 151 926 (soit près du quart) n’avaient pas le niveau de formation requis119. Quelques semaines plus tard, Afanasenko succède à Kairov au Minpros RSFSR, ce dernier conservant la présidence de l’Académie des sciences pédagogiques120. Cette nomination laisse penser que la direction du pays a peut-être voulu sanctionner les responsables d’une politique de recrutement hasardeuse, menée sans anticipation des besoins.

61Ainsi, les organes de planification et l’administration scolaire donnent l’impression d’une gestion par à coups, sans vision d’ensemble, de l’évolution des effectifs dans le secondaire : l’arrivée des classes creuses ne donne pas lieu à l’élaboration de réponses globales, malgré les tensions perceptibles alors, y compris, timidement, dans la presse.

62Les conditions d’une crise du recrutement, notamment en cadres techniques (intermédiaires), pour l’industrie et pour l’agriculture sont donc réunies : d’un côté, l’arrivée à l’âge actif de classes creuses, soit environ cinq millions de jeunes gens et jeunes filles en moins sur trois années ; et de l’autre, la possibilité offerte à une majorité d’entre eux, désormais, d’accomplir une scolarité décennale complète, résultat de la politique d’instruction universelle lancée depuis le XIXe Congrès du PCUS. Ce dernier phénomène, en reculant l’âge d’entrée dans la vie active, risque aussi d’amplifier parmi la jeunesse le sentiment de dédain envers le travail « physique », donc envers le secteur productif.

63Dans les réformes de la législation du travail de 1955-1956, et notamment de l’embauche et de la formation des jeunes travailleurs, ce sont donc les objectifs politiques qui ont primé sur la vision économique à court et moyen terme. Face à la déstabilisation du marché du travail qu’elle a provoquée, la direction soviétique se tourne alors vers la polytechnisation, comme idéal d’un système scolaire assurant la formation de travailleurs accomplis et dévoués à la « construction du socialisme ».

IV) Un premier jet khrouchtchévien : les écoles-internats ou l’utopie communiste au pouvoir

64Les années 1956-1958 voient la mise en œuvre de deux réponses possibles à la faiblesse du recrutement des jeunes travailleurs et des cadres intermédiaires dans l’industrie et dans l’agriculture. Il s’agit, d’une part, de la relance des expérimentations dans le domaine de l’instruction polytechnique, et d’autre part, de la mise en place d’établissements d’un nouveau type, censés correspondre à la société future alors en construction : les « écoles-internats ». Ces orientations s’inscrivent aussi dans le cadre d’un retour du thème de « l’éducation communiste » : l’idéologie est appelée à la rescousse, pour répondre aux problèmes d’indiscipline et de délinquance notamment.

A. Relance de la polytechnisation autour du XXe Congrès : vers une professionnalisation de l’enseignement secondaire

65Alors qu’en 1952-54 la discussion sur l’instruction polytechnique était restée cantonnée au cercle restreint des chercheurs de l’APN et des lecteurs de la revue Sovetskaâ pedagogika, à partir du milieu des années 1950, elle pénètre l’appareil du Parti et les administrations d’État concernées ou sollicitées pour donner leur avis.

  • 121 RGANI, 5/18/67, p. 23.
  • 122 Ibid., p. 24-60. Voir aussi John DUNSTAN, Paths to Excellence and the Soviet School, Windsor, Huma (...)

66L’impulsion personnelle de Khrouchtchev ici ne fait aucun doute. Elle est sensible au printemps 1955, au début de la réflexion sur les besoins en main-d’œuvre dans la production agricole – ce domaine constituant alors une priorité pour le Premier secrétaire, dont la position est encore fragile. Dès ce moment, face aux idées de polytechnisation du secondaire venues des Réserves de main-d’œuvre et du Komsomol, le Département des écoles du CC exprime dans une note son inquiétude quant aux conséquences d’une telle politique sur le « développement de la culture » en URSS et sur la formation des jeunes continuant dans le supérieur121. Cette modération pèse peu, face à l’inquiétude montante sur les besoins en main-d’œuvre, et à l’insistance habile de certains acteurs, s’adressant directement à Khrouchtchev. Ce dernier fait souvent suivre à l’appareil les courriers qu’il a reçus : ainsi en août 1955 avec les « propositions » de Stasûk, un responsable ukrainien de l’administration scolaire qui parle d’une expérience menée dans des écoles pilotes où les élèves des grandes classes (de 14 à 17 ans) sont initiés au travail (trud) dans la production. Il cite Marx, Engels et Makarenko sur l’« importance éducative » d’une telle disposition, surtout lorsque des adolescents se voient investis de la responsabilité de « remplir le plan »122.

  • 123 Voir A. A. FURSENKO (éd.), Prezidium CK KPSS / T. 2..., op. cit., p. 114-122. La date donnée (« pa (...)
  • 124 Ibid., p. 113. On trouve d’ailleurs à la tête de la commission Roman Rudenko (1907-1981), inamovib (...)
  • 125 Ibid., p. 117. Le terme « beloručki » est employé avec des guillemets dans le document.

67Le Premier secrétaire est d’autant plus séduit que la dimension idéologique du projet polytechnique va de pair avec une volonté de répondre à la crise de recrutement dans l’économie. Cette double préoccupation est perceptible dans un projet de lettre aux instances du Parti, présenté au Présidium du CC du PUCS dans le courant du mois d’août 1955123. Ce texte est destiné à accompagner un décret sur le « renforcement de la lutte contre la criminalité pénale », qui pour une raison inconnue n’est finalement pas adopté124. Certains passages témoignent de la prise de conscience de la faible adhésion des jeunes générations au régime et à l’effort économique qu’il leur demande, tout en pointant la responsabilité des parents. Le texte insiste sur la nécessité d’éduquer les jeunes « dans un travail qui soit à portée de leurs forces » (v posil’nom trude), pour éliminer les « petites mains blanches » (« beloručki »), expression désignant ceux qui fuient tout travail physique125.

  • 126 Ibid., p. 135. C’est apparemment Aleksej Kiričenko qui a présenté ce projet à ses pairs. Dans la l (...)
  • 127 Un représentant des syndicats, Vasilij Prohorov, alors secrétaire du VCSPS, a également participé (...)
  • 128 Voir S. V. UTECHIN, « Part III : Current Problems… », article cité, p. 13. D’après lui le retour d (...)
  • 129 John DUNSTAN, Paths to Excellence..., op. cit., p. 28.
  • 130 Cité par Mervyn MATTHEWS, Education in the Soviet Union : Policies and Institutions since Stalin, (...)

68Quelques mois après ce coup d’essai, le Présidium du CC du PCUS adopte, le 8 décembre 1955, un décret « sur l’introduction des fondements de l’instruction polytechnique dans les écoles secondaires générales des campagnes de RSFSR »126. A l’origine, on retrouve trois acteurs de premier plan : Kairov, alors ministre de l’Instruction de RSFSR, s’est joint au chef des Réserves de main-d’œuvre Zelenko et au secrétaire du Komsomol Šelepin pour rédiger un projet « Sur la polytechnisation de l’école secondaire en vue de fournir à l’industrie, aux transports, à l’agriculture et à la construction une force de travail qualifiée »127. Curieusement, le décret du Présidium du CC du PCUS ne reprend pas dans son intitulé la question de la main-d’œuvre, mais la concordance des dates ne laisse aucun doute sur ses motivations. À la rentrée suivante, en septembre 1956, une place conséquente est accordée, dans les programmes scolaires, à l’instruction polytechnique, au détriment du russe, de la littérature et des mathématiques128. Concrètement, les nouveaux textes prévoient l’introduction du travail manuel de la 1e à la 4e, des activités dans les ateliers et les parcelles de jardinage de l’école de la 5e à la 7e, et du travail pratique en mécanique, électricité ou agriculture de la 8e à la 10e129. L’application est toutefois très timide : en juin 1958, d’après un rapport publié par l’institut des méthodes d’enseignement de l’APN, seul un quart des écoles de RSFSR ont véritablement adopté les nouveaux programmes130.

  • 131 A. V. PYŽIKOV, « Reformirovanie sistemy obrazovaniâ v SSSR v period ‘ottepeli’ (1953-1964) », Vopr (...)

69Khrouchtchev intervient publiquement à ce sujet pour la première fois lors du XXe Congrès du PCUS. Cet évènement majeur de l’histoire du pays est, ici comme sur le plan de la déstalinisation politique et de la situation internationale, une étape importante mais ambiguë. D’un côté, le chef du Parti reproche au gouvernement et aux ministères concernés la distance prise par le système d’instruction générale « avec la vie », et accuse l’APN « de ne rien faire pour l’application pratique [de la polytechnisation] »131. Selon lui, il est devenu

  • 132 XX c’ezd KPSS : Stenografičeskij otčët, Tome 1, Moscou, 1956, p. 82.

indispensable, non seulement d’introduire dans les écoles l’enseignement de nouvelles matières qui donnent les connaissances de base pour les questions de technique et de production, mais aussi d’initier les élèves au travail dans les entreprises, kolkhozes et sovkhozes, sur des parcelles d’essai et dans les ateliers scolaires.132

70Mais, dans le même temps, il faut aussi

  • 133 Ibidem. Voir aussi la traduction de ce passage dans XXeCongrès du PCUS, 14-25 février 1956, Paris, (...)

refonder (perestroit’) le programme d’études du secondaire dans le sens d’une plus grande spécialisation à la production, afin que les jeunes gens et jeunes filles qui ont fait leurs dix ans de scolarité aient, d’une part, une bonne formation générale qui leur ouvre la voie du supérieur, et d’autre part soient préparés à une activité pratique.133

  • 134 KPSS v rezolûciâh i rešeniâh s’‘ezdov, konferencij i plenumov CK (1955-1959 gg.), T. 7, Moscou, 19 (...)

71La relance de la polytechnisation du secondaire mêle ainsi les enjeux idéologiques, voire proprement politiques, à des motivations sociales et économiques complexes. Surtout, un cap est franchi par rapport à la précédente relance de 1952 et à la réforme des programmes à partir de 1955 : les résolutions du Congrès précisent que « pour la réalisation rapide de la polytechnisation de l’école, il est indispensable non seulement d’introduire de nouvelles matières apportant les connaissances de base sur les questions de la production industrielle et agricole, mais aussi d’initier les élèves au travail dans les entreprises, les kolkhozes et les sovkhozes »134.

  • 135 Pravda et Literaturnaâ Gazeta du 1er septembre 1956, citées dans Chroniques étrangères. URSS, Pari (...)
  • 136 L’école de Grigoropolis, dans la région de Stavropol, est mentionnée comme une pionnière pour la f (...)

72Concrètement, l’application de cette nouvelle ligne varie beaucoup selon les régions, au gré des initiatives locales. Comme l’annonce publiquement Afanasenko en septembre 1956, 50 établissements de RSFSR où les élèves auront désormais, en plus d’une initiation aux « bases de la production industrielle » ou « agricole », deux heures par semaine consacrées à l’acquisition d’un vrai métier135. On peut mentionner aussi les brigades d’élèves (učeničeskie brigady) formées dans quelques établissements des régions de Krasnodar et Stavropol, dans le sud de la RSFSR, qui se livrent à l’agriculture et à l’élevage sur des terrains et avec du matériel mis à disposition par les kolkhozes environnants136.

  • 137 Voir Elisabeth KOUTAISSOF, « L’explosion scolaire en U.R.S.S. », dans Annuaire de l’URSS, Paris, 1 (...)

73Ces écoles, comme des centaines d’autres en Ukraine, renouent avec les expériences des années vingt. Mais si elles sont évoquées sans relâche dans les documents de travail de l’APN comme dans la presse de l’époque137, elles n’enthousiasment pas tous les responsables.

B. Une première controverse : Derbinov contre Suhomlinskij

74Les tenants d’une approche modérée, qui verrait seulement l’introduction de quelques notions d’instruction polytechnique, et non la professionnalisation du secondaire, peuvent s’appuyer sur les propos précédemment cités du Premier secrétaire. On le voit lors de l’échange qui oppose dans la revue du CC du PCUS Partijnaâ Žizn’, en février-mars 1956, deux personnages de second rang et donc inconnus : Vasilij Derbinov et Vasilij Suhomlinskij.

  • 138 Voir les notices biographiques en annexe. A l’époque, Suhomlinskij vient de soutenir une thèse de (...)
  • 139 Voir Partijnaâ Žizn’, 1956, no 17 et no 23, et le texte 6, en annexe.
  • 140 S.V. UTECHIN, « Part III : Current Problems… », article cité, p. 14.

75Derbinov, chef adjoint de l’Otdel nauki RSFSR, est un « administrateur » type, malgré sa formation initiale d’enseignant. Il défend une conception modérée de la polytechnisation, excluant de mettre au travail les élèves sauf pour des travaux pratiques, et condamne la tendance à une « spécialisation » professionnelle qu’il juge incompatible avec une bonne instruction générale. Suhomlinskij, jeune « pédagogue » de trente-huit ans, est alors directeur d’une école secondaire en Ukraine138. Il renvoie à l’expérience de son école et d’autres en Ukraine et affirme qu’il est parfaitement possible de combiner début de spécialisation à la production et déroulement normal des études secondaires – évoquant au passage l’argument suivant lequel cela incite les parents kolkhoziens à laisser leurs enfants finir leurs études secondaires139. Cette conception de la polytechnisation avait déjà été défendue par les autorités ukrainiennes dans les années 1920140.

  • 141 RGAE, 1562/327/942, p. 18-19. Le recueil statistique Kul’turnoe stroitel’stvo SSSR publié en 1956 (...)
  • 142 Ibid., p. 21. Le document est aussi adressé au Conseil des ministres d’URSS.
  • 143 RGANI, 5/35/63, p. 10-16. Note de mars 1957 adressée au CC du PCUS.

76Malgré cette réponse virulente d’un pédagogue de terrain, c’est la position de Derbinov qui l’emporte, début mars 1957, au sommet du Parti. Pour le comprendre, il faut probablement tenir compte du rapport remis quelques jours plus tôt par la CSU SSSR sur l’état de l’instruction polytechnique dans les écoles septennales et décennales du pays. Sous la signature de Starovskij, il souligne le manque d’équipements pour l’organisation de l’instruction polytechnique, sauf pour le travail sommaire du bois et des métaux : parmi les écoles de dix ans, 80 % n’ont pas de cabinets d’étude des machines, 94 % d’électrotechnique, la situation en RSFSR n’étant pas vraiment meilleure, avec 76 % et 89 % respectivement141. Plutôt que d’appeler à la construction de tels équipements, Starovskij préconise le développement des « cercles de jeunes techniciens et de jeunes naturalistes » (kružki ûnyx tehnikov i ûnyh naturalistov), orientés vers l’observation scientifique142. Au même moment Vladimir Kirillin, directeur, et Dmitrij Kukin, chef de secteur de l’Otdel nauki, évoquent en des termes réticents les expériences pilotes de mise au travail des élèves dans la région de Stavropol et en Ukraine143. Selon eux, « la réduction du temps de plusieurs matières générales soulève de grands doutes », et l’instruction polytechnique des élèves « est en fait remplacée par une professionnalisation précoce, ce qui se trouve en contradiction avec les décisions du XXe Congrès et les préceptes de Lénine sur la polytechnisation de l’école ». Kirillin et son subordonné rejettent donc une instruction polytechnique qui serait en réalité une formation professionnelle précoce. Ils insistent aussi sur les insuffisances du système scolaire en l’état :

  • 144 Ibid., p. 10.

La loi sur l’instruction septennale obligatoire [de 1930], qui est le préalable indispensable au succès de l’accomplissement de l’enseignement secondaire, est appliquée de façon non satisfaisante. D’après les données de la CSU SSSR pour les dernières années le taux d’abandon des élèves des 5e-7e classes a augmenté. Seuls 65 % des élèves entrés en 5e finissent la 7e. L’abandon dans les 8e-9e classes a atteint 12,7 % en 1956.144

77Pour finir, ils appellent à la création d’une commission regroupant, sous la direction du Secrétariat du CC du PCUS, les ministres de l’Instruction de Russie et d’Ukraine, le ministre de l’Enseignement supérieur, le président de l’APN, le directeur général des Réserves de main-d’oeuvre, le président adjoint du Gosplan et d’autres responsables dont, en bout de liste, le premier secrétaire du Komsomol. Le contenu de ce document rencontre l’approbation de Šepilov, destinataire de nombreux rapports ; mais ce dernier est écarté quelques mois plus tard, après l’affaire du « groupe anti-Parti », ce qui explique peut-être pourquoi la commission envisagée n’a pas été créée.

78En effet, les partisans d’une réforme radicale conservent une influence forte : la création des « écoles-internats » en septembre 1956 annonce ainsi les grandes lignes du projet khrouchtchévien en matière d’enseignement secondaire. Impliquant une professionnalisation de l’instruction, elle est destinée à être diffusée à l’échelle de tout le pays.

C. Les écoles-internats comme solution à la crise du système

  • 145 Khrouchtchev avait explicitement fait référence à l’exemple des pays capitalistes lors de l’annonc (...)

79Le décret du Conseil des ministres d’URSS et du CC du PCUS du 15 septembre 1956, instaurant les « écoles-internats » (školy-internaty), s’inscrit dans un ensemble de mesures visant à améliorer le niveau de vie de la population soviétique, qu’on peut qualifier de politique d’Etat providence145. Il annonce aussi une accentuation de la polytechnisation et constitue la première manifestation forte du projet éducatif khrouchtchévien.

80Dans la discussion qui a lieu en mars 1956 au Comité central du Parti, quelques jours après la clôture du XXe Congrès et la lecture du rapport dit « secret » dévoilant aux délégués du PCUS une partie des crimes de Staline, le Premier secrétaire prend la parole pour défendre en personne cette innovation :

  • 146 Document daté du 5 mars 1956, retranscrit dans Natalâ TOMILINA, Andrej ARTIZOV (éd.), Nikita Serge (...)

... il ne s'agit pas seulement d'éducation des enfants, c'est plus que cela. [...] À côté du confort matériel que nous donnent à présent les plans quinquennaux, il nous faut préparer spirituellement (duhovno) l’homme pour la nouvelle société communiste, qui se profile déjà à l’horizon.146

  • 147 Ibid., p. 282.
  • 148 Ibid., p. 283-284. Les détails dont l’échelle des frais de scolarité, fixée en fonction du revenu (...)
  • 149 Mariâ ZEZINA, « Social’naâ zašita detej-sirot v poslevoennye gody (1945-1955) », Voprosy istorii, (...)
  • 150 Mariâ ZEZINA, « Social’naâ zašita… », article cité, p. 135.
  • 151 Ibidem.

81Khrouchtchev détaille ensuite les besoins pour créer de tels établissements à travers tout le pays, notamment en termes de construction de bâtiments ; il compte d’ailleurs transférer une partie des fonds alloués à la construction de logements vers celle des écoles internats, ce qui confirme son attachement à ce projet147. Outre l’instruction, il s’agissait d’assurer logement et alimentation au plus grand nombre d’enfants possible, mais sur une base payante et non obligatoire, tout en les initiant à des métiers concrets dans l’industrie ou l’agriculture148. Il faut distinguer ces internats de ceux réservés aux orphelins de la Seconde guerre mondiale, qui en 1953 en accueillaient encore 257 300 (les autres enfants mineurs étant confiés à des familles d’accueil) : étant tenus de travailler dès l’âge de douze ans, ils continuaient leurs études dans les établissements du GUTR, dans les collèges d’apprentissage artisanaux et ferroviaires, ou dans les écoles FZO149. À partir de 1955 tous les pensionnaires des orphelinats ayant terminé l’école de sept ans et admis en SSUZ devaient recevoir une assistance matérielle de l’État, mais seul un petit nombre put profiter de ces avantages, car la plupart étaient en situation d’échec à l’école, face aux enfants ayant le soutien de leurs familles150. Cette situation se perpétue, malgré le décret du Conseil des ministres du 8 août 1956, « sur […] l’amélioration de l’éducation des enfants privés de leurs parents » : seul un petit nombre d’orphelins parvient à achever des études secondaires spéciales dans les années 1950151.

  • 152 C’est le cas pour l’école-internat no 12 de Moscou, d’après M. V. BOGUSLAVSKIJ, XX vek, op. cit., (...)

82Les écoles-internats doivent accueillir non seulement des orphelins, mais aussi des enfants retirés à leurs familles, avec l’accord de celles-ci pour acquérir une formation académique et polytechnique à la fois, tout en s’habituant à la vie collective : il s’agit de construire une sorte de communisme scolaire, qui n’est pas sans évoquer les discours et les pratiques de Makarenko152. Dans ces établissements payants, dont le prix varie selon les revenus des parents, les élèves entrés dès la 1ère classe suivent pendant sept années une formation à la fois généraliste et polytechnique, qui doit leur permettre d’entrer ensuite en SSUZ, autrement dit d’acquérir un profil de technicien.

  • 153 Natalâ TOMILINA, Andrej ARTIZOV (éds.), Nikita Sergeevič Hruŝev…, op. cit., tome 2, p. 285-286.

83Pour Khrouchtchev, il s’agit d’une mesure de « grande envergure » destinée, à terme, à provoquer une « refondation (perestrojka) de l’éducation des enfants » qui anticipe « la société communiste »153. Pour clore la discussion de mai 1957, il dénonce comme « défaut (defekt) » de l’école soviétique secondaire le fait que les élèves qui en sortent n’ont pas de compétence professionnelle qui leur permettrait d’envisager un emploi direct dans la production ; il ajoute :

  • 154 Ibid., p. 287.

De cette façon, tout ce qu’on peut faire c’est éduquer des petits seigneurs dans le mépris des gens du travail. ‘ Comment ça, ma fille, après avoir fini le secondaire, irait dans la production ? Elle ira seulement à la faculté de philosophie ou à l’institut de cinématographie.’(Rires dans la salle).154

  • 155 L’absence de perspective claire sur les ressources à mobiliser est déjà soulignée lors de la séanc (...)
  • 156 RGAE, 4372/56/245, p. 67.
  • 157 RGAE, 1562/327/942, p. 25-30.
  • 158 RGAE, 4372/56/245, p. 97.
  • 159 Intervention de Khrouchtchev devant la commission de la pérestroïka de l'école, le 4 septembre 195 (...)

84Pour autant, les écoles-internats n’ont pas connu le développement attendu, en raison d’un manque de moyens et de leur isolement au sein du système d’enseignement général155. Il semble que l’administration scolaire n’ait pas obtenu les financements nécessaires pour mener à bien le programme ambitieux fixé à la création des écoles-internats, qui prévoyait un million d’élèves en 1960, ce qui supposait un effort matériel considérable. On en est loin encore fin 1957, comme le constate le Département de la santé et de la culture du Gosplan : à cette date, il n’y en a que 81 800, et pour 1960, seules 400 000 places sont prévues d’après le plan de construction adopté pour toute l’URSS156. La CSU confirme ces données, au terme d’une enquête réalisée auprès de 291 des 310 écoles-internats existant au 1er mars 1957, dont elle communique les résultats au Parti et au gouvernement157. La situation de la construction d’écoles est telle que le Gosplan alerte les autorités au niveau le plus élevé, comme en témoigne une lettre adressée par son président Kuz’min au chef du gouvernement de RSFSR, Mihail Âsnov, en des termes alarmistes et impératifs à la fois : « Compte tenu du risque sérieux de rupture de l’exécution du plan de construction d’écoles et particulièrement d’écoles-internats, le Gosplan d’URSS demande au Conseil des ministres de RSFSR de prendre des mesures […] sur le territoire de la république »158. Un an plus tard, Khrouchtchev affirmera que le Gosplan « a saboté (sabotiroval) » les décisions prises à propos des écoles-internats159.

  • 160 Alan COCKERILL, East One Must Shine : The Educational Legacy of V. A. Sukhomlinsky, New York, Pete (...)

85Certains pédagogues, dont Suhomlinskij, pourtant partisan farouche de l’instruction au travail, rejettent le principe de la séparation systématique des enfants d’avec leurs familles160. Néanmoins, d’autres voix s’élèvent pour déplorer que ces institutions n’aient pas connu l’essor escompté, et ne remplissent pas toutes leurs fonctions, notamment sur le plan de l’éducation morale et idéologique. C’est le cas lors de la réunion qui se tient à leur sujet dès avril 1957 à Moscou, sous l’autorité de Dmitrij Šepilov. Ce dernier regrette que, dans une école-internat de RSFSR, le travail manuel soit considéré comme une punition, et conclut son intervention sur un ton accusateur :

  • 161 RGANI 5/35/63, p. 92-147 ; p. 142 pour la citation. Le terme employé est « barčuk ».

De cette façon, tout ce qu’on peut faire c’est éduquer des petits seigneurs dans le mépris des gens du travail. ‘ Comment ça, ma fille, après avoir fini le secondaire, irait dans la production ? Elle ira seulement à la faculté de philosophie ou à l’institut de cinématographie.’(Rires dans la salle).161

  • 162 Sovetskaâ Rossiâ, 5 juin 1957, p. 2.

86Ces propos recèlent un lieu commun courant à l’époque : la stigmatisation des milieux sociaux privilégiés et de leur mépris pour le travail dans la production. Trois mois plus tard, dans l’organe du Buro RSFSR du CC du PCUS, Vasilij Derbinov dénonce lui aussi l’idée que « le travail soit utilisé comme un moyen de punir les enfants ayant mal agi », « une mesure intolérable du point de vue d’un enseignant marxiste »162. Toutefois, comme dans l’article de Partijnaâ žizn’ précédemment cité, il précise que l’initiation à la production doit rester subordonnée aux « tâches éducatives », ciritiquant non les parents, mais l’APN pour « un certain nombre de défauts » dans leur élaboration en fonction de chaque tranche d’âge.

87D’après ces indices livrés au public, et les différents rapports internes, il paraît avoir manqué aux écoles-internats des moyens et une implication de tous les acteurs concernés. Cela explique sans doute leur faible succès comme filière d’orientation des jeunes vers la production. Si les statisticiens de la CSU et du Gosplan le déplorent, d’autres responsables peuvent tirer profit de ce mauvais résultat – c’est vrai pour Zelenko, dont l’influence devient prédominante, alors que la question de l’orientation des jeunes après l’école secondaire est traitée de façon plus radicale, au profit des Réserves de main-d’œuvre.

D. Le décret de 1957 sur les Réserves de main-d’œuvre et les prémisses d’un projet plus ambitieux

88Au printemps 1957, deux événements passés inaperçus dans l'historiographie annoncent des changements majeurs à venir. En fait, plutôt qu’une coordination entre les différentes administrations et les cercles du pouvoir suprême, il s’agit d’une coïncidence entre deux initiatives convergentes, mais bien distinctes. D’une part, les principaux partisans d’une transformation de l’école secondaire en centre d’orientation précoce vers l’enseignement professionnel et la production, Zelenko et Šelepin, respectivement pour le GUTR et le Komsomol, avancent des propositions concrètes. De l’autre, le Premier secrétaire en personne laisse entrevoir les grandes lignes d’une vaste réforme à venir.

  • 163 RGANI, 5/35/63, p. 37-45. Voir le texte 2 en annexe.
  • 164 Ibid., p. 28. La lettre est datée du 26 octobre 1956. Voir aussi le texte 4, en annexe, qui repren (...)
  • 165 Voir Donald FILTZER, Soviet Workers and Late Stalinism..., op. cit., p. 36.

89S’adressant simultanément à Šepilov et à Khrouchtchev, Zelenko propose dès mars 1957 de doubler le réseau des établissements des Réserves de main-d’œuvre, en particulier les « collèges techniques » instaurés sans grand succès en 1954, afin de canaliser la totalité des jeunes quittant l’école secondaire, à quelque étape que ce soit163. Son argumentation repose sur une présentation catastrophiste des besoins en techniciens et ouvriers qualifiés prévus pour le plan quinquennal, mais aussi des difficultés d’emploi des jeunes à la sortie du secondaire. Il y associe, au détour d’une phrase, le développement de la criminalité juvénile, soulignant que « plus de 40 % des crimes commis par la jeunesse provient de personnes sans études ni travail à la production ». Surtout, le chef du GUTR joint à sa requête des lettres envoyées à Kliment Vorošilov (chef de l’État soviétique) et à Nikita Khrouchtchev par des enfants de soldats morts pendant la guerre, ne pouvant pas faire d’études techniques : « nous ne voulons pas croire que, dans notre pays, des orphelins puissent rester sans métier (special’nost’) » dit l’une d’elles164. Zelenko voit probablement ici une occasion de faire reprendre pied à son organisation, qui, après avoir joué un rôle de premier plan pendant la guerre, puis dans la reconstruction du pays, a connu un déclin permanent en termes de prestige et d’effectifs, depuis le début de la décennie165.

  • 166 RGANI, 5/35/63, p. 58.
  • 167 RGANI, 5/35/63, p. 15. Cette note au CC du PCUS « sur le travail de l’école secondaire et le perfe (...)
  • 168 RGANI, 5/35/63, p. 148. Il semble que Zelenko trouve alors une oreille attentive dans d’autres adm (...)

90Sans revenir à un système de travail semi-libre, la solution consistant à envoyer une grande partie de la jeunesse acquérir une qualification professionnelle en deux ou trois ans est séduisante, vu les besoins urgents en main-d’œuvre productive, mais aussi lourde de menaces pour les autres types de formation. Le Département du CC, pour donner le change, affirme avoir pris en compte les propositions de Zelenko dans un décret en préparation, dont le contenu a été examiné au secrétariat du CC le 24 avril166. Pourtant, Kirillin et Kuzin viennent de se prononcer, dans un document adressé à leurs supérieurs, en faveur de la généralisation progressive de l’école secondaire, aux dépens des collèges d’apprentissage des Réserves de main-d’œuvre167. Parallèlement, les responsables du GUTR fourbissent leurs armes : Bordadyn rend compte à Šepilov de la situation de l’enseignement professionnel destiné à la jeunesse en RDA, dont l’industrie surpasse celle des autres pays de l’Est168.

  • 169 GARF, R-10049/1/2247, p. 5. Voir infra, chapitre 4, pour le reste de son intervention.
  • 170 Bol’šaâ sovetskaâ ènciklopediâ, tome 50, « Soûz sovetskih socialističkih respublik », Moscou, « Bo (...)

91Zelenko et son second ne sont pas les seuls à vouloir professionnaliser l’enseignement secondaire. En mars 1957, Kairov confie à des responsables chargés de réfléchir à la polytechnisation qu’il faut « adresser des réclamations aux organisations sociales (obŝestvennost’) » pour le manque de moyens alloués à l’instruction au travail, et « peut-être organiser une petite réunion avec les gars qui sortent du secondaire, bavarder un peu avec eux »169. Le ton du président de l’APN est bien moins dramatique et pressant que celui de Zelenko, même si la propagande en faveur de l’embauche des jeunes dans la production s’intensifie. Dans le cinquantième et avant-dernier tome de la luxueuse Grande encyclopédie soviétique, la section consacrée au Komsomol d’URSS comprend une planche photographique avec, dans un coin, l’image de la « réunion des élèves de dixième classe des écoles de la région de Moscou qui ont émis le vœu d’aller travailler dans la production, après avoir fini leur scolarité », dans la salle du Grand palais du Kremlin, quelques mois plus tôt170.

  • 171 A. V. PYŽIKOV, « Reformirovanie sistemy obrazovaniâ… », article cité, p. 97-98.
  • 172 Sténogramme du 29 mai 1957, retranscrit dans Natalâ TOMILINA, Andrej ARTIZOV (éds.), Nikita Sergee (...)
  • 173 Ibid., p. 361. La prise de position de Mackevič, à l'époque à la fois ministre de l'agriculture et (...)

92Surtout, en mai 1957, deux interventions montrent la volonté de l’équipe dirigeante de lancer une vaste transformation du système scolaire. Pour commencer, le Premier secrétaire du Komsomol Šelepin présente un énième projet de « polytechnisation », cette fois à la tribune du Soviet Suprême d’URSS : il envisage une polytechnisation de l’école secondaire « jusqu’à l’absurde » selon le jugement d’Aleksandr Pyžikov171. Quelques jours plus tard, c’est Khrouchtchev en personne qui présente les grandes lignes de la réforme à venir à ses collègues du CC du PCUS. Elle doit permettre à un maximum d’élèves d’achever leurs études secondaires tout en travaillant dans la production, en particulier par le moyen des écoles du soir. À la vice-ministre de l’Instruction de RSFSR qui lui rétorque qu’il vaudrait mieux d’abord faire appliquer les décisions précédentes en matière de polytechnisation, et ne pas tout miser sur l’enseignement du soir, vu la surcharge qui pèse sur les élèves de ce type, Khrouchtchev répond qu’il est lui-même passé par une rabfak et que cette voie est la meilleure pour former les générations qui vivront sous le communisme172. Une discussion à bâtons rompus s'engage, où Dubrovina paraît complètement isolée, en particulier face à son ministre Kairov, mais aussi à la toute jeune secrétaire du VLKSM et dirigeante de l’organisation des Pionniers Zoâ Tumanova, et au ministre de l’Agriculture d’URSS Vladimir Mackevič. Ce dernier mentionne ses propres années d’études en 1923-1924 dans un collège d’enseignement agricole technique, pour souligner qu’à l’époque on y plantait des jardins, alors que désormais les écoles rurales n’en ont plus173. L’enseignement secondaire semble promis à une radicale transformation, même si pour le moment (au printemps 1957) aucun calendrier précis n'est encore fixé.

  • 174 RGANI, 5/35/63, p. 58.
  • 175 RGAE, 1652/33/3674, p. 27.

93En revanche, le décret en préparation depuis le mois d’avril à l’initiative de Zelenko est adopté le 12 septembre 1957 par le CC du PCUS et le Conseil des ministres d’URSS. Intitulé « Sur l’orientation (vovlečenie) vers la production industrielle et agricole de la jeunesse sortant des écoles secondaires générales », il constate que, « ne maîtrisant pas de profession productive, la jeunesse rencontre des difficultés pour s’embaucher, si bien qu’une quantité significative de jeunes gens et jeunes filles, pendant une longue période, ne s’intègre pas à la sphère de la production matérielle »174. Il connaît un début d’application : un long rapport envoyé en février 1958 par le chef de la CSU Starovskij au président du Gosplan Kuz’min, sur la question de l’emploi (trudoustrojstvo) des jeunes sortant du secondaire complet, montre que sur 1,169 million de bacheliers en URSS en 1957, près de la majorité s’est orientée vers un travail dans l’industrie et l’agriculture (558 000, soit 48 %), les autres ayant poursuivi leurs études en VUZ ou SSUZ « avec rupture avec la production » (37 %) c’est-à-dire sans travailler parallèlement, quelques-uns uns étant enrôlés dans l’armée (5 %), alors que 10 % d’entre eux restent sans travail175. Starovskij conclut :

  • 176 Ibid., p. 30.

Ces données montrent que, malgré le travail accompli sur place en 1957 pour mettre au travail la jeunesse, conformément au Décret du CC du PCUS et du Conseil des ministres d’URSS du 12 septembre 1957 no 1112 « Sur l’orientation vers la production industrielle et agricole de la jeunesse achevant sa scolarité secondaire générale », il est resté dans le pays 113 000 jeunes gens et filles sans embauche, dont 54 000 en RSFSR et 27 000 en Ukraine.176

  • 177 S. V. UTECHIN, « Part III : Current Problems… », article cité, p. 11.
  • 178 Le roman est publié dans la revue Novyj Mir en novembre et décembre 1956. Sa discussion à l’instit (...)
  • 179 Ce roman fut traduit en français l’année suivante : voir la citation en épigraphe, supra.

94Le problème du chômage volontaire des jeunes paraît donc en voie de résorption au début de l’année 1958. Toutefois, les entreprises du secteur productif, même si elles manquent de bras, n’ont pas toujours intérêt à embaucher des jeunes sortis du secondaire et ayant échoué à poursuivre leurs études, car ils risquent de quitter l’usine ou le chantier à la première occasion177. Le phénomène est ouvertement signalé à l’époque, ainsi dans un article de la Literaturnaâ gazeta (« Journal littéraire », organe de l’Union des écrivains) le 20 novembre 1956 ; il est vrai qu’à cette date la question de l’emploi des jeunes et de la sélection à l’entrée dans l’enseignement supérieur a revêtu un caractère plus dramatique, comme on le verra au chapitre suivant. Elle apparaît d’ailleurs dans un des romans emblématiques du « Dégel » littéraire, V trudnom podhode (« Une campagne difficile ») de Lûbovij Kabo, consacré à la vie d’une école secondaire, et montrant l’écart entre les aspirations de la jeunesse d’un côté, et les possibilités d’orientation et de travail de l’autre178. Quelques mois plus tard, un autre roman destiné à la jeunesse, L’étoile dans le brouillard, par Anatolij Kuznecov, met lui aussi en évidence la distance « entre l’école et la vie »179.

  • 180 Voir en particulier le 8ème Plénum du CC du VLKSM : RGASPI-M, fonds 1, inventaire 2 (Plénums du CC (...)

95Ainsi, à la fin de l’année 1957 se dessine, au sommet du pays, un courant influent qui fait de la polytechnisation de l’enseignement secondaire l’alpha et l’oméga de toute politique voulant répondre aux enjeux économiques, mais aussi idéologiques, de l’école soviétique. Il a comme principaux inspirateurs le chef des Réserves de main d’œuvre, Zelenko, et le premier secrétaire du Komsomol, Šelepin180. Occasionnellement peuvent se joindre à eux des hauts responsables du Gosplan, dont la vision comptable est liée à la perception des contraintes de main-d’œuvre qui pèsent sur l’économie soviétique, mais aussi aux coûts importants qu’entraîne la massification de la scolarisation secondaire.

96La fin de la sélection par l’argent, tout en favorisant la démocratisation des études secondaires, et au-delà, a ainsi accentué la crise du système scolaire soviétique. Les dirigeants ont alors réagi, à différents niveaux, mais de façon non coordonnée et parfois contradictoire. Dans un contexte de forte mobilisation économique, notamment pour les projets agricoles et la construction de logements dans les grandes villes, on comprend qu’ils aient alors adhéré à l’idée d’envoyer un maximum de jeunes vers les secteurs productifs de l’économie, au risque de compromettre la possibilité d’une instruction décennale pour tous, héritée des promesses de l’entre-deux-guerres.

Conclusion : la tentation d’une « révolution par en haut »181

  • 181 L’expression « révolution par en haut » est empruntée à l’historiographie du stalinisme, en partic (...)
  • 182 Jean-Michel CHAPOULIE, « Représentations de la main-d’œuvre, actions parlementaires et administrat (...)
  • 183 Staline l’a définie ainsi lors de son discours du 25 novembre 1936 sur le projet de Constitution ; (...)
  • 184 Jean-Pierre RIOUX, La France..., op. cit., p. 300.
  • 185 Voir Pierre MERLE, La démocratisation de l’enseignement, Paris, La Découverte, 2002, p. 79.

97En dressant le bilan des années 1955-1958, on peut dire que c’est par la question économique et sociale de la main-d’œuvre que le projet utopique de l’« école du travail » des années 1920 refait irruption dans la vision des dirigeants, et en particulier de Khrouchtchev. Si ce phénomène est propre à l’URSS, on en retrouve certaines composantes, le facteur idéologique en moins, dans d’autres pays européens qui connaissent des situations semblables au XXe siècle : en France aussi, dans l’entre-deux-guerres, le développement de l’enseignement technique est stimulé par la prise de conscience des conséquences démographiques de la Première guerre mondiale182. Une autre piste de comparaison possible concerne la différenciation qui s’instaure entre filières : en URSS, les enfants des milieux les moins aisés, qui ne peuvent s’acquitter des frais d’inscription dans les dernières années du secondaire, à moins d’avoir une bourse, sont mécaniquement orientés vers l’enseignement professionnel, parfois sous sa forme la plus brutale dans les établissements des Réserves de main d’œuvre. D’un côté, ceux qui n’ont pas les moyens financiers pour achever leurs études secondaires et envisager de poursuivre des études supérieures ou techniques, se retrouvent presque automatiquement enrôlés dans les établissements du GUTR. De l’autre, les enfants de l’intelligentsia, considérée comme une couche sociale regroupant toutes les professions intellectuelles, y compris l’administration, selon la définition officielle de l’époque183, ont accès aux études secondaires complètes, mais aussi techniques et supérieures. Cette évolution peut être mise en parallèle avec la massification de l’enseignement secondaire en France, qui a démarré en 1946184. En URSS, une importante « démocratisation quantitative » au sens où l’entend Antoine Prost, c’est-à-dire un élargissement de l’accès à l’instruction, intervient donc au début des années 1950. Elle ne supprime pas pour autant la sélection par le niveau socioculturel, mais la déplace d’un ou plusieurs crans en amont, comme dans le cas français185.

98La dispersion des instances consultées et la divergence des intérêts qu’elles représentent empêchent la formulation d’un projet cohérent qui répondrait à tous les défis posés par l’enseignement secondaire soviétique au milieu des années 1950. Les désaccords entre « administrateurs » et « spécialistes » freinent l’application des mesures successives. Quant aux authentiques « pédagogues », ils sont plutôt discrets, leurs positions dans l’appareil étant fragiles. En revanche, les partisans de la polytechnisation radicale, souvent des « administrateurs », poussent leur avantage en profitant du sentiment d’urgence qui gagne la direction du pays sur l'enjeu de la main d’œuvre, à partir de 1956. L’histoire sociale et culturelle des élites éclaire ainsi la genèse des décisions, sans nier pour autant l’influence directe de Khrouchtchev, dont l’intervention sur le chapitre des écoles-internats est un premier pas vers un changement de grande ampleur. De façon significative, même s’il porte une vision qui se veut en rupture avec la période stalinienne, c’est à celle-ci que le Premier secrétaire emprunte sa méthode, celle d’une « révolution par en haut » sans contestation possible – c’est ce qui ressort de l’annonce faite au CC du PCUS en mai 1957, mais aussi des discours tenus lors du lancement des écoles-internats un an plus tôt. L’usage du mot « perestroïka » prouve la volonté de remodeler l’école dans son ensemble, après la parenthèse stalinienne. Réforme de l’enseignement et déstalinisation sont donc liées, dès 1956-1957, dans les premières mesures prises sous l’autorité de Khrouchtchev ; mais c’est une déstalinisation paradoxale.

99Entre ici en jeu, outre la relance du projet utopique de « construction du communisme » hérité des années vingt, le vécu de nombreux dirigeants qui ont eux-mêmes connu une ascension spectaculaire, depuis leur poste de travail à l’usine, grâce au Parti ou au Komsomol. C’est ainsi que nous comprenons l’implication personnelle du Premier secrétaire, perceptible dès le printemps 1955, et dont le parcours en rabfak est un dénominateur commun à toute une partie du groupe dirigeant. Son aspiration rencontre celle d’un Zelenko, lequel vise à restaurer le crédit et l’influence de son administration, les Réserves de main-d’œuvre. D’un côté donc, on trouve les partisans d’une mise au travail précoce des élèves, qui résoudrait les besoins de main-d’œuvre dans la production et améliorerait leur « éducation politique » : un point de vue partagé par Šelepin au nom du Komsomol. De l’autre, des responsables comme Kirillin, Derbinov, ou encore Dubrovina, élaborent des solutions modérées, dans une perspective de long terme, car ils attendent les résultats des politiques en cours. On peut qualifier leur approche de « pragmatique » ou « technocratique », par rapport à celle plus idéologique, en tout cas visant un but plus sommairement politique, des précédents.

  • 186 A. V. PYŽIKOV, « Reformirovanie sistemy obrazovanie… », article cité, p. 97.
  • 187 I. A. KAIROV, article « Makarenko », Great Soviet Encyclopaedia, Moscou, 1974, p. 337.

100L’historien Aleksandr Pyžikov voit un antagonisme fort entre la conception ukrainienne de la polytechnisation, qui consiste en l’acquisition dès le secondaire d’une spécialisation professionnelle, et celle des dirigeants moscovites favorables au maintien d’une formation généraliste de bon niveau186. Certes, c’est en Ukraine qu’est instaurée, en 1958, une médaille Makarenko destinée à récompenser les initiatives les plus fécondes en matière d’éducation au travail187. Pourtant, la vision professionnelle ukrainienne est aussi partagée par les dirigeants du GUTR et du Komsomol, et elle diffère peu, somme toute, des expériences menées alors en RSFSR : le principal clivage dans la sphère pédagogique, on le verra, est ailleurs. L’examen de la situation dans l’enseignement supérieur confirme qu’une grille de lecture nationale ne convient pas pour expliquer les tensions alors à l’œuvre dans le système soviétique, et la préparation d’un changement majeur.

Notes

1 Elisabeth KOUTAISSOF, « L’explosion scolaire en U.R.S.S. », dans Annuaire de l’URSS, Paris, 1965, p. 89-111, p. 93.

2 Extrait du rapport de Lûbov’ Balâsnaâ, secrétaire du CC du VLKSM, au 4ème Plénum du CC du VLKSM, le 25 février 1959 : RGASPI-M, 1 (appareil du CC du VLKSM)/2 (plénums)/378, p. 203.

3 Anatole Kouznietsoff, L’étoile dans le brouillard, Lyon, Emmanuel Vitte, 1958, p. 73. Ce roman, paru en URSS en 1957 dans la revue culturelle pour jeunes Ûnost’, passa alors en Occident, pour une œuvre typique du « Dégel » : telle est en tout cas la présentation qu’en fait le traducteur français, un prêtre qui avait vécu sept ans de déportation en Sibérie, Paul Chaleil.

4 Pour le détail des carrières, voir les notices biographiques placées en annexe, accessibles en ligne sur le site du CERCEC : http://www.cercec.fr/. Elles nous dispensent de multiplier ici dates et appels de notes.

5 Voir A. V. PYŽIKOV, Hruščevskaâ ottepel’1953-1964, Moscou, Olma-Press, 2002, p. 48.

6 Voir la bibliographie en annexe.

7 Pourtant, Khrouchtchev dit avoir beaucoup insisté pour pouvoir reprendre ses éudes, alors qu’il avait déjà 35 ans. Voir William TAUBMAN, Khrushchev : The Man and His Era, New York, W. W. Norton & Company, 2003, p. 73.

8 William TAUBMAN, Khrushchev..., op. cit., p. 81.

9 Comme son frère Nikolaj, économiste et haut dirigeant du pays, Aleksandr Voznesenskij, ancien recteur de l’université de Leningrad, est arrêté en août 1949 et meurt quelques mois plus tard, ainsi qu’un de ses prédécesseurs, Pëtr Tûrkin. Sur cette affaire, voir Yoram GORLIZKI, Oleg KHLEVNIUK, Cold Peace. Stalin and the Soviet Ruling Circle, 1945-1953, Oxford, Oxford University Press, 2004 ; Benjamin TROMLY, « The Leningrad affair and Soviet patronage politics, 1949-1950 », Europe-Asia Studies, volume 56, no 5, juillet 2004, p. 707-729 et R. G. PIHOÂ, « Social’no-političeskoe razvitie i bor’ba za vlast’v poslevoennom Sovetskom Soûze (1945-1953 gg.) », Meždunarodnyj istoričeskij žurnal, no 6, 1999.

10 Sur cette relative disgrâce de Kairov, voir supra, chapitre 1, III, C.

11 En 1959, son administration prend le nom de Comité d’État près le Conseil des ministres d’URSS pour l’enseignement professionnel et technique.

12 Désormais nous désignerons le Département unifié par l’expression Otdel nauki.

13 Il pourrait s’agir de Malenkov, dont l’épouse a travaillé avec Kirillin dans les années 1940. Voir infra, chapitre 3, et la notice biographique en annexe.

14 Désormais : Otdel nauki RSFSR.

15 A. V. PYŽIKOV, Hruščevskaâ ottepel’..., op. cit., p. 103. Sur la montée en puissance des idées nationalistes au sein de l’appareil du CC du PCUS, voir Nikolaj MITROHIN, Russkaâ partiâ : dviženie russkih nacionalistov v SSSR. 1953-1985, Moscou, Novoe Literaturnoe Obozrenie, 2003, p. 77-140. Sur la composition du Buro RSFSR à sa création le 27 février 1956, voir A. A. FURSENKO (éd.), Prezidium CK KPSS 1954-1964. Černovye protokol’nye zapisi zasedanij. Stenogrammy. Postanovleniâ/T. 2. Postanovleniâ 1954-1958, Moscou, Rosspèn, 2006, p. 1007, note 3. Cette institution rappelle également celle du « Bureau russe » (Russkoe Bûro) qui avait existé de 1903 à mai 1917 au sein du petit parti bolchevik pré-révolutionnaire.

16 Son influence est soulignée par Aleksandr Pyžikov : Ibid., p. 102-103.

17 Šelepin incarne, à partir du début des années soixante surtout, des positions nationalistes – au point qu’on peut voir en lui un leader de cette tendance dans l’appareil du Parti et de l’État (URSS et RSFSR) : voir Nikolaj MITROHIN, Russkaâ partiâ, op. cit., p. 98-118.

18 D’une part, faute d’un panorama systématique des personnels subalternes (instructeurs des Départements du Parti et du Komsomol, directeurs des ministères, chefs de section et secrétaires des académies, etc.), et dans l’état des sources biographiques que nous avons consultées, elle reste largement incomplète. D’autre part, malgré certaines marques de stabilité, la diversité des carrières et les soubresauts de la période stalinienne – y compris les purges et les vagues de répression – ont pu gêner la constitution d’identités institutionnelles propres.

19 Signalons par exemple de Kalašnikov : Nauka i škola dlâ truda, Moscou, 1921, Opyt postroeniâ industrial’no-trudovoj školy bližajšego buduŝego, Moscou, 1922, Industrial’no-trudovaâ škola, Moscou, 1924 ; et de Kairov : Kak organizovat’školu krest’ânskoj molodeži, [Moscou], 1926 ; Sel’skohozâjstvennoe obrazovanie i agropomoŝ’, Moscou-Leningrad, 1928 ; Obŝestvenno-agronomii, rabota sel’sko-hozâjstvennoj školy, Moscou-Leningrad, 1929.

20 Citons ici le cas de Nikolaj Gončarov, né en 1902, formé à l’Académie Krupskaâ d’éducation communiste, qui est démis du Département des écoles du CC du PCUS en 1950 pour avoir cité dans un ouvrage des pédagogues soviétiques et étrangers condamnés. En 1955, il devient vice-président de l’APN, à la faveur de la disgrâce de Mel’nikov, qui entraîne également celle de chercheurs plus jeunes comme Mihail Skatkin. Le doyen des « pédagogues » est par ailleurs Pavel Šimbirëv, né en 1883 ; après avoir occupé des fonctions importantes au Minpros RSFSR de 1946 à 1949, et malgré son expérience et ses travaux, il n’obtient, en 1955, que le statut de membre correspondant de l’APN. C’est pourquoi nous l’avons écarté de la liste des dirigeants de cette période.

21 Voir infra, IV, A.

22 Nous avons choisi de conserver les termes russes translittérés de « kandidat » et « doktor » alors que la traduction française « candidat » et « docteur » pouvait prêter à confusion. En effet ils correspondent à la réalité spécifique de l’échelle des grades scientifiques en Russie et dans l’ex-URSS : pour établir une correspondance avec la situation en France à la même époque, on peut dire que la thèse de kandidat, qui ouvre la carrière de docent (maître de conférences), est proche de la « thèse de troisième cycle » (même si elle est parfois traduite par « licence » dans les dictionnaires du milieu du XXe siècle), alors que celle de doktor, qui permet d’avoir le titre de professeur, s’apparente à la « thèse d’État » en France avant 1984.

23 Sur les vydvižency, voir notamment Sheila FITZPATRICK, Education and Social Mobility in the Soviet Union 1921-34, Bloomington, University of Indiana Press, 1979, p. 245-248, et Jean-Paul DEPRETTO, Pour une histoire sociale du régime soviétique (1918-1936), Paris, L’Harmattan, 2001, p. 296-300.

24 AP RF, 52/1/472, p. 126-160 : discours prononcé le 16 mai 1962, reproduit dans Istočnik, no 6 (66), 2003, p. 128-137 ; p 130 pour la citation.

25 Malheureusement nous manquons de données précises sur A.F. Bordadyn, notamment son année de naissance ; il est l’auteur d’une brochure de propagande du Komsomol sur la jeunesse ouvrière en 1926.

26 William TAUBMAN, Khrushchev..., op. cit., p. 313.

27 Citation de Lûbov’ Kuznecova, d'après K. A. ZALESSKIJ, Kto est' kto v istorii SSSR. 1924-1953 gg., Moscou, Veče, 2009.

28 Voir par exemple S. V. UTECHIN, « Part III : Current Problems of Soviet Secondary Education », Soviet Survey no 23, février 1957, p. 10-16 et « Khrushchev’s Educational Reform », Soviet Survey, no 28, avril-juin 1959, p. 66-72. Voir aussi la citation d’une haut responsable du Komsoml, Lûbov’ Balâsnaâ, en épigraphe : elle montre le niveau d’information parmi certains dirigeants soviétiques de l’époque – mais aussi leur souci de parer la contre-propagande occidentale, capable via Radio Free Europe et des publications clandestines de toucher une partie de la population en URSS même.

29 Voir les graphiques 1 et 4. Sur la perception des « classes creuses » par les administrations étudiées, voir infra, III, B.

30 Le chiffre de 27 millions correspond à l’excès de mortalité en URSS entre juin 1941 et mai 1945, et aux personnes déportées sans retour (notamment les victimes juives du génocide nazi). Voir Michael ELLMAN, Sergei MAKSUDOV, « Soviet deaths in the Great Patriotic War : a Note », Europe-Asia Studies, 46 :4, 1994, p. 671-680. À l’époque ces chiffres n’étaient pas officiellement reconnus par les autorités soviétiques.

31 RGAE, 1562 (CSU SSSR)/327 (activité organisationnelle)/995, p. 6-7. Il s’agit d’un rapport envoyé par la CSU SSSR au CC du PCUS en mai 1958.

32 RGAE, 1562/327/717, p. 14-15.

33 Ibid., p. 36-37. Note du 26 novembre 1952.

34 Notes et Etudes Documentaires no 2681, p. 4. Voir aussi S. V. UTECHIN, « Part III : Current Problems… », article cité, p. 10.

35 Narodnoe Obrazovanie, Nauka i Kul’tura v SSSR. Statističeskij sbornik, Moscou, Statistika, 1977, p. 68. Voir aussi le graphique 4.

36 Narodnoe obrazovanie v SSSR : Sbornik dokumentov. 1917-1973, Moscou, Pedagogika, 1974, p. 192.

37 A. A. FURSENKO (éd.), Prezidium CK KPSS / T. 2..., op. cit., p. 113. Le rôle de premier plan de Mikoân, par ailleurs spécialiste de commerce, de ravitaillement et d’industrie agro-alimentaire, s’explique probablement par sa nomination récente au poste de vice-premier ministre d’URSS, et indique que la réforme envisagée est conduite par Khrouchtchev et ses alliés – dont Mikoân – contre l’avis, peut-être, d’autres caciques de la direction stalinienne. Mikoân est ici secondé par Maksim Saburov (1900-1978) et Aleksej Kiričenko (1908-1975), mais Vorochilov et Molotov ont eux aussi participé à l’adoption du décret.

38 Voir Hronika Rossii XX vek, Moscou, Slovo, 2002, p. 663.

39 Sur les conditions de l’après-guerre, et notamment la famine de 1946-1947, voir Elena ZUBKOVA, Russia after the War : Hopes, Illusions, and Disappointments, 1945-1957, New York, 1998, p. 31-57.

40 Nicholas DEWITT, Education and Professional Employment in the USSR, National Science Foundation, Washington DC, US Government Printing Office, 1961, p. 72 : cité par Larry E. HOLMES, « School and schooling under Stalin », dans Ben EKLOF, Larry E. HOLMES, Vera KAPLAN, Educational Reform in Post-Soviet Russia. Legacies and prospects, Londres et New York, 2005, p. 61.

41 RGANI, 5 (appareil du CC du PCUS)/18 (Département des écoles)/63, p. 39-40. Khrouchtchev a paraphé cette lettre en avril 1955.

42 Voir Alain BLUM, Martine MESPOULET, L’anarchie bureaucratique. Statistique et pouvoir sous Staline, Paris, 2003, en particulier le chapitre 6.

43 RGAE, 1562/327/942, p. 31-34 ; note adressée au CC du PCUS en 1957. On la trouve aussi dans les archives de l’appareil du CC du CPUS : RGANI 5/35 (Département de la science, des VUZ et des écoles)/63, p. 73-76.

44 RGAE, 4372 (Gosplan)/56 (Département de la santé et de la culture, 1957)/245, p. 159.

45 Ibid., p. 160.

46 Ibid., p. 163.

47 Učitel’skaâ Gazeta, 1er décembre 1956 ; cité par S. V. UTECHIN, « Part III : Current Problems… », article cité, p. 11.

48 Bol’šaâ sovetskaâ ènciklopediâ, tome 50, « Soûz sovetskih socialističkih respublik », Moscou, « Bol’šaâ sovetskaâ ènciklopediâ », 1957, p. 106.

49 Voir infra, chapitre 5, la description détaillée des réunions de septembre, et du rôle qu’y joue Zelenko.

50 RGANI, 5/35/94, p. 123. Le salaire minimal avait été fixé par un décret du Conseil des ministres d’URSS, du CC du PCUS et du VCSPS, au 1er janvier 1957, à 300 roubles en ville / 270 roubles à la campagne : voir Bol’šaâ sovetskaâ ènciklopediâ, tome 50, « Soûz sovetskih socialističkih respublik », Moscou, « Bol’šaâ sovetskaâ ènciklopediâ », 1957, p. 383.

51 C’est ce que semble dire le ministre de l’Instruction Afanasenko, qui interrompt Zelenko pour lui demander de préciser de quel quartier il parle : celui du « Bois Marie » est un quartier alors en construction, à la périphérie de la capitale.

52 Larry HOLMES, « School and Schooling… », article cité, p. 69.

53 Ibid., p. 70, note 82.

54 Larry HOLMES, Stalin’s School : Moscow’s Model School No. 25, 1931-37, Tuscaloosa, South Alabama University Press, 1999.

55 Fritz RINGER, « La segmentation des systèmes d’enseignement. Les réformes de l’enseignement secondaire français et prussien, 1865-1920 », Actes de la recherche en sciences sociales, no 149, septembre 2003, p. 6.

56 Voir le graphique 3.

57 Narodnoe obrazovanie, nauka i kul’tura v SSSR. Statističeskij sbornik, Moscou, Statistika, 1977, p. 93 et 246.

58 Vladimir Falc’man se souvient avoir réussi les examens d’entrée dans quatre VUZ – l’institut « Staline » de l’acier de Moscou, la faculté de philosophie de MGU, la faculté de mathématiques et de physique de l’institut pédagogique de Moscou, et enfin l’institut d’ingénierie économique de Moscou – en 1950-1951 : V. K. FAL’CMAN, Učenye v kontekste vremeni, Moscou, Prospekt, 2007, p. 26-30.

59 On peut rapporter ici la célèbre phrase de Staline prononcée le 4 mai 1935 lors d’un discours devant les nouveaux diplômés des académies militaires, devenue slogan officiel : « Les cadres décident de tout (Kadry rešaût vsë) ». Dans l’affiche du même titre de Gustav Klutsis, « cadres » désigne l’ensemble des travailleurs, et pas seulement ceux de qualification élevée : ce photomontage de 1935 montre un Staline géant entouré des visages souriants de représentants de la population : un homme à longue barbe blanche au premier plan (un savant ? un professeur ?), mais aussi un soldat, un conducteur de tank, un mineur, un paysan, des écoliers, une jeune femme à lunettes, etc. Voir Victoria E. BONNELL, Iconography of Power. Soviet Political Posters under Lenin and Stalin, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1998, illustration 4.16, p. 168.

60 Voir Marc ÉLIE, Les anciens détenus du Goulag : libérations massives, réinsertion et réhabilitation dans l'URSS poststalinienne, 1953-1964, Thèse de doctorat pour le titre de docteur en Histoire, EHESS, 2007, en particulier p. 11-12, 441 pour les chiffres. Dès 1954, il n’y a presque plus de « colons spéciaux » en URSS.

61 Sur la situation économique du Goulag après la guerre, voir Moshe LEWIN, Le siècle soviétique..., op. cit., p. 199-228, qui reprend notamment Marta CRAVERI et Oleg HLEVNJUK, « Krizis èkonomiki MVD – konec 1940yh-1950e gody », Cahiers du Monde Russe, XXXVI (1-2), janvier-juin 1995, p. 179-190.

62 Mervyn MATTHEWS, « The ‘State Labour Reserve’. An Episode in Soviet Social History », Slavonic and East European Review, 61/2, 1983, p. 238-241. Sur les écoles FZU, voir supra, chapitre 1.

63 Sur les transformations de la main-d’œuvre en général dans les années 1941-1945, voir Jacques SAPIR, Les fluctuations économiques en URSS 1941-1985, Paris, EHESS, 1989, p. 58-60.

64 Donald FILTZER, Soviet Workers and Late Stalinism, Labour and the Restoration of the Stalinist System after World War II, Cambridge, Cambridge UP, 2002, p. 15.

65 Ibid., p. 34.

66 Ibid., p. 120.

67 Les élèves des FZO contribuent en particulier, dans les années 1950, à la construction des nouveaux immeubles à Moscou et dans d’autres grandes villes du pays : voir la photographie 1.

68 Ibid., p. 37. Pour compenser le discrédit des FZO sont institués en 1954 de nouveaux « collèges techniques », avec une scolarité d’une année, et les kolkhozes sont contraints de fournir deux jeunes hommes pour cent habitants.

69 Ibid., p. 30-31.

70 Ibid., p. 40.

71 Ibid., p. 120.

72 Ibid., p. 121.

73 Ibid., p. 131-132.

74 À titre d’exemple, on peut citer le manuel édité par le ministère des Réserves de main-d’oeuvre sur la réparation des ateliers de découpe du métal, en 1947 : il est tiré à seulement 20 000 exemplaires – à comparer avec le nombre total d’établissements en 1945 : plus de 2500. A. A. Osvetimskij, Remont metallorežuŝih stankov, Moscou, Gosudarstvennoe naučno-tehničeskoe izdatel’stvo mašinostroitel’noj literatury, 1947.

75 Voir l’autocritique formulée par les responsables eux-mêmes, dont le chef du GUTR Genrih Zelenko, dans un ouvrage pourtant voué à en faire la propagande : F. L. BLINČEVSKIJ, G. I. ZELENKO, Professional’no-tehničeskoe obrazovanie rabočih v SSSR, Moscou, Trudrezervizdat, 1957, p. 119.

76 Narodnoe obrazovanie…, op. cit., p. 176.

77 François FEJTÖ, « Réforme scolaire et stratification sociale en URSS », dans L’URSS. Droit, Economie, Sociologie, Politique, Culture, tome I, Paris, Sirey, 1962, p. 319-328, p. 320. L’auteur s’inspire d’un article de Nicholas DE WITT publié dans Problems of Communism, janvier-février 1959, p. 25-34 : selon lui, la baisse des effectifs de la classe d’âge de 18 ans allait s’accentuer encore jusqu’à 1961-62, où sa population ne serait plus que la moitié de celle du même groupe en 1950. Voir aussi S. V. UTECHIN, articles cités, et le graphique 4 qui donne raison à ces auteurs. Voir aussi la dénégation de Lûbov’ Balâsnaâ, en épigraphe.

78 Voir le texte 1, en annexe.

79 Donald FILTZER, « From mobilized to free labour : de-Stalinization and the changing legal status of workers », dans Polly JONES (dir.), The Dilemmas of Destalinisation : a Social and Cultural History of Reform in the Khrushchev era, Londres, Routledge-Curzon, 2006, p. 154-170.

80 Donald FILTZER, Soviet Workers and De-Stalinization : The Consolidation of the Modern System of Soviet Production Relations, 1953-1964, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 35-37.

81 Ibid., p. 47.

82 Voir Naselenie Rossii v XX veke. Istoričeskie očerki. T. 2. 1940-1959, Moscou, 2001, p. 100. Cet ouvrage récent, consacré à la démographie de la RSFSR, ne mentionne pas les conséquences du phénomène des classes creuses sur le système d’enseignement et l’économie du pays.

83 Ibid., p. 223.

84 Dans un rapport envoyé au Gosplan le 7 décembre 1945. Ibid., p. 222.

85 RGANI 5/18/66, p. 32 (document classé « secret »).

86 Ibidem. Cette dernière observation a été soulignée au crayon par un fonctionnaire du département de la science, des écoles et des VUZ du CC du PCUS, qui a reçu le rapport.

87 L’expression « classes creuses » est absente des documents de l’époque.

88 RGAE, 1562/33 (inventaire déclassifié)/3005, p. 2. Ce document, classé « secret », est daté du 20 février 1956.

89 RGAE, 1562/327/897, p. 10. La note est datée du 22 juin 1956. Il est indiqué que le tirage de ce recueil est prévu à 12-15 000 exemplaires, ce qui est relativement peu pour l’époque. Le recueil Narodnoe hozâstvo SSSR, Moscou, Statistika, 1956, cité ici, comprend en effet de nombreuses données sur les effectifs scolaires.

90 Bol’šaâ sovetskaâ ènciklopediâ, tome 50, « Soûz sovetskih socialističkih respublik », Moscou, « Bol’šaâ sovetskaâ ènciklopediâ », 1957, p. 404. La page précédente contient des graphiques indiquant clairement la diminution du nombre d’élèves, de 1940/1941 à 1956/1957.

91 RGAE, 1562/33/3007, p. 108 et RGAE, 1562/33/3674, p. 2ob et 4ob.

92 RGAE, 1562/33/2674, p. 5, 8-18 ; p. 19.

93 RGAE, 1562/33/3331, passim.

94 RGAE, 1562/33/3675, p. 20-24. Rapport de Starovskij à Kuz’min, daté du 24 octobre 1958. Le graphique 4 confirme cette diminution constatée dans les années 1956-1960, pour les dernières classes du secondaire.

95 Ibid., p. 23.

96 Pour une analyse de ce phénomène sous Khrouchtchev, voir Donald FILTZER, Soviet Workers and De-Stalinization, op. cit., p. 59 sqq.

97 RGANI 5/18/67, p. 1-4. Boris Polevoj (1908-1981), auteur de quelques nouvelles et romans, surtout sur la guerre de 1941-1945, est considéré comme un écrivain stalinien typique. À partir de 1962, il dirige la revue littéraire Ûnost’ qu’il ouvre à quelques auteurs du Dégel.

98 RGANI, 5/18/67, p. 6-12 et 15-21.

99 Donald FILTZER, Soviet Workers and De-Stalinization, op. cit., p. 66-70.

100 RGAE, 1562/33/2717, p. 114-124 : document conservé dans l’inventaire « déclassifié » de la CSU pour les années cinquante, non signé ; la note manuscrite (p. 114) demande que soient réunis les responsables concernés le 29 avril 1956 en vue de préparer des données statistiques sur tous les thèmes évoqués : situation des ouvriers, situation des paysans, économie, situation des femmes et des enfants, mœurs et jeunesse, science et art.

101 Ibid., p. 123. Le terme de « résistance » (soprotivlenie) employé ici est peu courant dans les documents administratifs de l’époque.

102 RGAE, 1562/33/3674, p. 9-14.

103 RGAE, 1562/33/3084, p. 1-5. L’expression employée en titre (balans truda) renvoie à l’idée d’un marché du travail. Les données qui suivent sont tirées de ce document ; voir le texte 5, en annexe.

104 Voir le graphique 3, réalisé à partir du même document. La différence entre villes et campagnes témoigne des inégalités profondes qui existent encore au sein du système secondaire.

105 RGAE, 1562/33/3674, p. 13.

106 Jean-Pierre RIOUX, La France de la Quatrième République. 2. L’expansion et l’impuissance 1952-1958, Paris, Seuil, 1983, p. 301.

107 Antoine PROST, Education, société et politiques : une histoire de l’enseignement de 1945 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1997, en particulier le chapitre 3.

108 Traduit et reproduit dans Chroniques étrangères. URSS, Paris, La Documentation française, no 172, 30 novembre 1956, p. 10.

109 Ibidem.

110 A. A. FURSENKO (éd.), Prezidium CK KPSS / T. 2...., op. cit., p. 416. Le décret, qui date du 27 août 1956, a été présenté par Khrouchtchev en personne à ses pairs. Il s’agissait d’envoyer les étudiants de VUZ et les élèves de tehnikum, ainsi que ceux des 7e à la 9e classes des écoles et des collèges d’apprentissage, participer à la récolte, « en cas de nécessité », pendant une période allant jusqu’à un mois, dans toute l’URSS : ibid., note p. 965. C’est l’instauration discrète d’une pratique que des générations de jeunes Soviétiques allaient connaître.

111 RGAE, 4372/56/125, p. 57.

112 Ibid., p. 59-60.

113 M. J. BERRY, « Science, Technology and Innovation », dans Martin MCCAULEY (dir.), Khrushchev and Khrushchevism, Bloomington, Indiana University Press, 1987, p. 71-94 ; p. 77. L’auteur se fonde sur les textes publiés des réunions et des résolutions officielles des années 1955-1956. Voir aussi Donald FILTZER, Soviet Workers and De-Stalinization, p. 76-77.

114 RGAE, 1562/327/995, p. 36-37.

115 Ibid., p. 34. Concernant les effectifs des élèves de SSUZ, il faut remarquer l’augmentation entre 1953 et 1957 de ceux qui ont opté pour la spécialité « mécanisation agricole » : or celle-ci permettait souvent aux jeunes ruraux de trouver un emploi comme chauffeur dans les centres urbains, bien plus attrayants que leur kolkhoze.

116 RGAE, 4372/57/631, p. 50.

117 Ibid., p. 51.

118 RGANI, 5/18/66, p. 61-68. La lettre, adressée à Khrouchtchev en personne, est datée du 31 octobre 1955. Sur Arsen’ev, voir infra, chapitre 3, et la notice biographique en annexe.

119 RGANI, 5/18/66, p. 80-88.

120 Voir supra, chapitre 1, IV.

121 RGANI, 5/18/67, p. 23.

122 Ibid., p. 24-60. Voir aussi John DUNSTAN, Paths to Excellence and the Soviet School, Windsor, Humanities Press, 1978, p. 28, et la note 32 p. 31 pour les références des articles parus dans l’organe du Minpros RSFSR Učitel’skaâ gazeta à ce sujet en février-mars 1956.

123 Voir A. A. FURSENKO (éd.), Prezidium CK KPSS / T. 2..., op. cit., p. 114-122. La date donnée (« pas plus tard que le 24 août 1955 ») paraît étrange, vu que le décret qu’elle accompagne remonte à novembre 1955.

124 Ibid., p. 113. On trouve d’ailleurs à la tête de la commission Roman Rudenko (1907-1981), inamovible procureur général de l’URSS post-stalinienne (à ce poste de 1953 à 1981), assisté de responsables des organes répressifs, comme le ministre de l’Intérieur Sergej Kruglov (1907-1977), mais aussi de Viktor Grišin et Aleksandr Šelepin pour les syndicats et le Komsomol. Sur le contexte de la lutte contre la criminalité, voir Marc ÉLIE, Les anciens détenus…, thèse citée.

125 Ibid., p. 117. Le terme « beloručki » est employé avec des guillemets dans le document.

126 Ibid., p. 135. C’est apparemment Aleksej Kiričenko qui a présenté ce projet à ses pairs. Dans la liste des personnes ayant participé à son élaboration se trouve aussi Ivan Kairov.

127 Un représentant des syndicats, Vasilij Prohorov, alors secrétaire du VCSPS, a également participé à sa rédaction, mais il ne semble plus jouer de rôle par la suite sur ces questions. Le rapport, initialement adressé au chef du gouvernement Nikolaj Bulganin, a été transmis, au début du mois de décembre 1955, au secrétaire du CC Dmitrij Šepilov, qui l’a probablement transmis au Présidium du CC du PCUS : RGANI, 5/18/67, p. 76-159.

128 Voir S. V. UTECHIN, « Part III : Current Problems… », article cité, p. 13. D’après lui le retour de l’instruction polytechnique avait déjà eu lieu, pour certaines matières et dans certaines écoles, en 1953-1954.

129 John DUNSTAN, Paths to Excellence..., op. cit., p. 28.

130 Cité par Mervyn MATTHEWS, Education in the Soviet Union : Policies and Institutions since Stalin, Londres, George Allen & Unwin, 1982, p. 23.

131 A. V. PYŽIKOV, « Reformirovanie sistemy obrazovaniâ v SSSR v period ‘ottepeli’ (1953-1964) », Voprosy istorii, no 9, 2004, p. 95-104 ; p. 96-97.

132 XX c’ezd KPSS : Stenografičeskij otčët, Tome 1, Moscou, 1956, p. 82.

133 Ibidem. Voir aussi la traduction de ce passage dans XXe Congrès du PCUS, 14-25 février 1956, Paris, Cahiers du Communisme, 1956, p. 84.

134 KPSS v rezolûciâh i rešeniâh s’‘ezdov, konferencij i plenumov CK (1955-1959 gg.), T. 7, Moscou, 1971, p. 108.

135 Pravda et Literaturnaâ Gazeta du 1er septembre 1956, citées dans Chroniques étrangères. URSS, Paris, La Documentation française, no 171, 31 octobre 1956, p. 7. Voir aussi GARF, R-10049 (APN)/1 (Présidium)/1897, p. 11 : plan de travail de la « commission de discussion du projet de planification des parcelles scolaires » de l’APN pour 1957.

136 L’école de Grigoropolis, dans la région de Stavropol, est mentionnée comme une pionnière pour la formation d’une telle brigade par M. V. BOGUSLAVSKIJ, XX vek, op. cit., p. 179-180. Les écoliers y travaillaient de 7 à 9h puis de 17 à 19h pendant la semaine. Cet auteur, sans citer ses sources malheureusement, affirme que leurs résultats scolaires en ont progressé de façon spectaculaire : on peut en douter. En revanche il est plus probable qu’une majorité d’entre eux, comme il le dit, est restée travailler au kolkhoze après la fin de la scolarité.

137 Voir Elisabeth KOUTAISSOF, « L’explosion scolaire en U.R.S.S. », dans Annuaire de l’URSS, Paris, 1965, p. 89-111 ; p. 96.

138 Voir les notices biographiques en annexe. A l’époque, Suhomlinskij vient de soutenir une thèse de kandidat en sciences pédagogiques, et publié quelques articles dans la presse locale et ukrainienne, mais aucun ouvrage théorique.

139 Voir Partijnaâ Žizn’, 1956, no 17 et no 23, et le texte 6, en annexe.

140 S.V. UTECHIN, « Part III : Current Problems… », article cité, p. 14.

141 RGAE, 1562/327/942, p. 18-19. Le recueil statistique Kul’turnoe stroitel’stvo SSSR publié en 1956 par la CSU mentionne lui aussi le faible nombre d’ateliers et de cabinets d’études en RSFSR : voir S. V. UTECHIN, « Part III : Current Problems… », article cité, p. 13.

142 Ibid., p. 21. Le document est aussi adressé au Conseil des ministres d’URSS.

143 RGANI, 5/35/63, p. 10-16. Note de mars 1957 adressée au CC du PCUS.

144 Ibid., p. 10.

145 Khrouchtchev avait explicitement fait référence à l’exemple des pays capitalistes lors de l’annonce de cette mesure au XXe Congrès : voir S. V. UTECHIN, « Part III : Current Problems… », article cité, p. 14. Sur les enjeux sociaux de leur genèse et de leur mise en place, voir Ann LIVSCHIZ, « De-Stalinizing Soviet Childhood : The Quest for Moral Rebirth, 1953-58 », dans Polly JONES (dir.), The Dilemmas of Destalinisation : a Social and Cultural History of Reform in the Khrushchev Era, Londres, Routledge-Curzon, 2006, 279 p., p. 135-153.

146 Document daté du 5 mars 1956, retranscrit dans Natalâ TOMILINA, Andrej ARTIZOV (éd.), Nikita Sergeevič Hruŝev : dva cveta vremeni. Dokumenty Moscou, Meždunarodnyj fond « Demokratiâ », 2009, tome 2, p. 281.

147 Ibid., p. 282.

148 Ibid., p. 283-284. Les détails dont l’échelle des frais de scolarité, fixée en fonction du revenu des familles, font l’objet d’une discussion mentionnée lors de la séance du Présidium du CC du PCUS du 16 août 1956, à laquelle prennent part le ministre de l’Instruction Afanasenko, mais aussi le président du Gosplan Nikolaj Bajbakov, et des responsables de l’appareil du CC du PCUS, dont Kaz’min et Kirillin : voir A. A. FURSENKO (éd.), Prezidium CK KPSS / T. 2..., op. cit., p. 409-410.

149 Mariâ ZEZINA, « Social’naâ zašita detej-sirot v poslevoennye gody (1945-1955) », Voprosy istorii, 6/1997, p. 127-136, p. 132. Sur la condition des orphelins en Union soviétique pendant le « second stalinisme », voir Rachel GREEN, « ‘ There Will Not Be Orphans Among Us’ : Soviet Orphanages, Foster Care, and Adoption, 1941-1956 », Thesis (Ph. D.), University of Chicago, 2006.

150 Mariâ ZEZINA, « Social’naâ zašita… », article cité, p. 135.

151 Ibidem.

152 C’est le cas pour l’école-internat no 12 de Moscou, d’après M. V. BOGUSLAVSKIJ, XX vek, op. cit., p. 182.

153 Natalâ TOMILINA, Andrej ARTIZOV (éds.), Nikita Sergeevič Hruŝev…, op. cit., tome 2, p. 285-286.

154 Ibid., p. 287.

155 L’absence de perspective claire sur les ressources à mobiliser est déjà soulignée lors de la séance du Présidium du CC du PCUS qui évoque le projet, le 16 août 1957 : voir A. A. FURSENKO (éd.), Prezidium CK KPSS 1954-1964. Černovye protokol’nye zapisi zasedanij. Stenogrammy. Postanovleniâ / T. 1. Černovye protokol’nye zapisi zasedanij, Moscou, Rosspèn, 2003, p. 159. Ce brouillon de sténogramme commence par la remarque suivante : « Il n’y a pas de décompte des moyens qui seront nécessaires ».

156 RGAE, 4372/56/245, p. 67.

157 RGAE, 1562/327/942, p. 25-30.

158 RGAE, 4372/56/245, p. 97.

159 Intervention de Khrouchtchev devant la commission de la pérestroïka de l'école, le 4 septembre 1958, retranscrite dans Natalâ TOMILINA, Andrej ARTIZOV (éds.), Nikita Sergeevič Hruŝev…, op. cit., tome 2, p. 386.

160 Alan COCKERILL, East One Must Shine : The Educational Legacy of V. A. Sukhomlinsky, New York, Peter Lang, 1999, p. 32.

161 RGANI 5/35/63, p. 92-147 ; p. 142 pour la citation. Le terme employé est « barčuk ».

162 Sovetskaâ Rossiâ, 5 juin 1957, p. 2.

163 RGANI, 5/35/63, p. 37-45. Voir le texte 2 en annexe.

164 Ibid., p. 28. La lettre est datée du 26 octobre 1956. Voir aussi le texte 4, en annexe, qui reprend deux autres lettres de ce type.

165 Voir Donald FILTZER, Soviet Workers and Late Stalinism..., op. cit., p. 36.

166 RGANI, 5/35/63, p. 58.

167 RGANI, 5/35/63, p. 15. Cette note au CC du PCUS « sur le travail de l’école secondaire et le perfectionnement relatif du système d’enseignement dans notre pays » est datée du 6 mars 1957.

168 RGANI, 5/35/63, p. 148. Il semble que Zelenko trouve alors une oreille attentive dans d’autres administrations importantes : en 1957, le Gosplan soutient la demande du GUTR et du Comité d’État à la construction (Gosstroj) d’accorder une aide financière aux sergents, soldats et matelots démobilisés pour qu’ils suivent des études dans les écoles des Réserves de main-d’œuvre (200 roubles au départ et 100 roubles par mois pendant les deux premiers mois, en plus de la nourriture et du logement). Toutefois Nikolaj Bulganin, chef du gouvernement, refuse pour des raisons financières, et cette proposition ne semble pas parvenir au CC du PCUS : RGAE, 4327/56/125, p. 116.

169 GARF, R-10049/1/2247, p. 5. Voir infra, chapitre 4, pour le reste de son intervention.

170 Bol’šaâ sovetskaâ ènciklopediâ, tome 50, « Soûz sovetskih socialističkih respublik », Moscou, « Bol’šaâ sovetskaâ ènciklopediâ », 1957, entre les pages 272 et 273. Le volume a été imprimé le 15 août 1957, tiré à 300 000 exemplaires.

171 A. V. PYŽIKOV, « Reformirovanie sistemy obrazovaniâ… », article cité, p. 97-98.

172 Sténogramme du 29 mai 1957, retranscrit dans Natalâ TOMILINA, Andrej ARTIZOV (éds.), Nikita Sergeevič Hruŝev…, op. cit., tome 2, p. 344-364.

173 Ibid., p. 361. La prise de position de Mackevič, à l'époque à la fois ministre de l'agriculture et vice-président du Gosplan d'URSS, est d’autant plus intéressante que son nom est cité quelques mois plus tôt dans un document du Parti où il est mis en cause par des étudiants du Komsomol pour avoir favorisé l’inscription de la fille en faculté, alors qu’elle n’avait pas obtenu la note nécessaire au concours. Voir infra, le chapitre suivant.

174 RGANI, 5/35/63, p. 58.

175 RGAE, 1652/33/3674, p. 27.

176 Ibid., p. 30.

177 S. V. UTECHIN, « Part III : Current Problems… », article cité, p. 11.

178 Le roman est publié dans la revue Novyj Mir en novembre et décembre 1956. Sa discussion à l’institut pédagogique de Iaroslav en avril 1957 donna lieu à des sanctions contre des étudiants qui avaient critiqué les enseignants du secondaire : voir S. A. GVOZDEV, « Meždu allilujej i anafemoj. Političeskoe soznanie sovetskogo obŝestva v gody hruŝevskoj destalinizacii », Âroslavskij Pedagogičeskij Vestnik, no 2, 2000.

179 Ce roman fut traduit en français l’année suivante : voir la citation en épigraphe, supra.

180 Voir en particulier le 8ème Plénum du CC du VLKSM : RGASPI-M, fonds 1, inventaire 2 (Plénums du CC du VLKSM), dossier 363, passim.

181 L’expression « révolution par en haut » est empruntée à l’historiographie du stalinisme, en particulier des transformations économiques et sociales brutales des années 1930 : voir par exemple Robert C. TUCKER, Stalin in Power : The Revolution from Above, 1928-1941, New York, Norton, 1990.

182 Jean-Michel CHAPOULIE, « Représentations de la main-d’œuvre, actions parlementaires et administratives. Le développement de l’enseignement technique entre les deux guerres », Vingtième siècle, no 88, octobre-décembre 2005, p. 23-47.

183 Staline l’a définie ainsi lors de son discours du 25 novembre 1936 sur le projet de Constitution ; cité par Boris KAGARLITSKY, Les intellectuels et l’État soviétique de 1917 à nos jours, Paris, 1993, p. 95.

184 Jean-Pierre RIOUX, La France..., op. cit., p. 300.

185 Voir Pierre MERLE, La démocratisation de l’enseignement, Paris, La Découverte, 2002, p. 79.

186 A. V. PYŽIKOV, « Reformirovanie sistemy obrazovanie… », article cité, p. 97.

187 I. A. KAIROV, article « Makarenko », Great Soviet Encyclopaedia, Moscou, 1974, p. 337.

© Presses universitaires du Midi, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540