Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Rapprocher l’école et la vie » ?

 | 
Laurent Coumel

Remerciements

Texte intégral

1Je remercie Luis González Fernández et les Éditions Méridiennes de FRA.M.ESPA, UMR 5136 du CNRS, ainsi que les Presses universitaires du Mirail, pour avoir accepté de publier ce travail universitaire au sujet non-conforme aux canons de l’édition grand public…

2… et je remercie le Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen pour avoir accepté d’héberger sur son site une partie des annexes (http://www.cercec.fr/​les-publications-en-ligne.html).

3Je suis reconnaissant à ma directrice de recherche Marie-Pierre Rey, et de façon générale à celles et ceux qui, en France et en Russie, m’ont permis d’aller au bout de ce travail, notamment :

  • ma mère Marie-José Coumel, mon père Jean Coumel, Benjamin Guichard, Marc Élie et Valérie Pozner, mais aussi Ekaterina Pičugina, pour leurs relectures et leurs remarques précieuses ;
  • Alexis Berelowitch, Alain Blum, Juliette Cadiot, Françoise Daucé, Marie-Hélène Mandrillon, Martine Mespoulet, Nathalie Moine et Nicolas Werth pour leurs conseils et leurs séminaires, en particulier au Centre franco-russe de recherches en sciences sociales et humaines à Moscou, lieu irremplaçable pour un doctorant « en exil » ;
  • les archivistes et les bibliothécaires de Moscou et de Nijni Novgorod, en particulier Lûdmila Kiseleva au GARF et Galina Tokareva au RGASPI-M ; Tatiana Ossetrova au Centre franco-russe de Moscou ; Carole Ajam et Catherine Penin du secteur russe à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine de Nanterre ;
  • les chercheurs des instituts d’histoire universelle de l’Académie des sciences et de l’Université de Moscou qui m’ont accueilli et aidé, notamment pour la langue russe, en particulier Elena Lâpustina et Sergej Stepancov ainsi que Dimitri Gutnov ;
  • mes enseignants de russe, en particulier ceux de l'INALCO et de l’Institut Pouchkine ;
  • Christophe Barthélémy, Julie Bellenger, Vincent Casanova, Frédérik Detue, Grégory Dufaud, Cristobal Dupouy, Mischa Gabowitsch, Malte Griesse, Arielle Haakenstad Bianquis, Kostas Katsakioris, Andreï Kozovoï, Anne Kropotkine, Hervé Lemesle, Corine Nicolas, Bella Ostromoukhova, Suzanne Pourchier-Plasseraud, Michel Tissier, Larissa Zakharova, et d’autres... avec qui j’ai partagé les moments de doute mais aussi de joie propres au travail doctoral ;
  • mes collègues de l’Université Paris 1 et en particulier de l’UMR IRICE (dont Françoise Mérigot, Sandrine Maras et Josette Mateesco pour leur gentillesse et leur disponibilité), du Master d’études internationales Sciences Po-MGIMO et du Collège universitaire français de Moscou (en particulier Nadejda Bountman et Ludmila Pimenova, mais aussi Angelina Choubina, Serguei Petounine, et le regretté Oleg Sabytov) ainsi que Yadranka Krasevec du CERCEC
  • ainsi que ceux des lycées Eugène Hénaff à Bagnolet et Eugène Delacroix à Drancy ;
  • enfin, tous mes proches pour leur patience et leur soutien, en France comme en Russie, et surtout Katia.

© Presses universitaires du Midi, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540