Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

L’échec d’une tentative de réforme académique : le musée de Toulouse (1784-1788)

p. 321-332


Texte intégral

1On a pu écrire que, dans son appréciation des académies provinciales, le XVIIIe siècle « est passé de l’approbation à la contestation1 ». Le foisonnement, à la fin de l’Ancien Régime, d’établissements à vocation culturelle échappant aux structures officielles – sociétés littéraires, scientifiques, philosophiques ou artistiques, sociétés d’émulation, bureaux de correspondance, cours publics, chambres de lecture, associations paramaçonniques, lycées ou musées – révèle en effet que les académies royales ne parvenaient plus à satisfaire les besoins intellectuels d’élites urbaines en pleine expansion. Mais traduit-il pour autant une crise de l’institution académique elle-même ? Ne manifeste-t-il pas plutôt sa vitalité et l’élargissement de son audience ? Il convient donc de dépasser l’aspect purement quantitatif du problème pour s’interroger sur l’attitude adoptée à l’égard des académies par les nouvelles sociétés de pensée. Entendaient-elles remettre en question leurs méthodes et leurs activités, et ont-elles réussi à proposer des formules originales ? Ou bien se sont-elles contentées de reproduire et de diffuser le modèle académique traditionnel ? L’étude de l’une d’entre elles, le musée de Toulouse, permet d’apporter un début de réponse à ces questions.

2La récente Histoire de Toulouse publiée sous la direction de Philippe Wolff ne mentionne pas l’existence de ce musée, qui n’a guère retenu l’attention des érudits locaux2. Il est vrai que faute de sources manuscrites la documentation disponible se borne à un mince prospectus, à quelques programmes d’assemblées publiques et au compte rendu de ces assemblées paru dans les Affiches de Toulouse3. Aussi la chronique du musée, telle que nous pouvons la reconstituer, se résume-t-elle à une dizaine de dates comprises entre celle de la première réunion, qui eut lieu le 17 avril 1784, et celle de la dernière séance publique, qui est aussi sa dernière manifestation connue, le 26 avril 1788.

3Nous sommes cependant suffisamment renseignés sur les intentions de ses fondateurs. Toulouse devait déjà à son archevêque Loménie de Brienne, outre les grands travaux d’urbanisme lancés sur son initiative par les états du Languedoc, un séminaire, une bibliothèque publique, les chaires de physique expérimentale et de chimie et l’observatoire astronomique de la province ; considérant que, « parmi les biens dont il ne cesse de combler cette ville », un des plus essentiels était « l’encouragement du génie et la perfection du goût », il accorda son patronage à la création du musée, qui lui conféra le titre de « protecteur », et fit mettre à sa disposition les locaux et la bibliothèque du collège royal, dont il présidait le bureau d’administration4. Mais la cheville ouvrière de l’entreprise fut le bibliothécaire du collège, Jean Castilhon, revenu à Toulouse au terme d’une féconde carrière de romancier, d’essayiste et de journaliste, auréolé de la réputation d’encyclopédiste que lui valait, à défaut d’une participation au dictionnaire de Diderot, sa collaboration au Journal encyclopédique de son compatriote Pierre Rousseau5. C’est lui qui définit les objectifs du musée et les porta à la connaissance de ses concitoyens dans le prospectus, qui est vraisemblablement de sa main, puis dans le discours qu’il prononça à l’ouverture de l’assemblée publique du 17 juillet 1784 pour présenter « les principaux objets dont cette société naissante doit s’occuper ».

4Deux musées concurrents, animés l’un par Court de Gébelin, l’autre par Pilâtre de Rozier, coexistaient à Paris depuis 17816 ; les Affiches de Toulouse informaient aussi leurs lecteurs des travaux du musée de Bordeaux, fondé en 17837. Une ville dont les élites faisaient depuis longtemps preuve, selon l’expression de Daniel Roche, d’un véritable « acharnement académique », pouvait-elle rester à l’écart de ce mouvement ?

Les succès des musées de Paris, de Londres et de quelques capitales des provinces de France ont fait penser qu’un semblable établissement à Toulouse exciterait l’émulation des savants et des gens de lettres, et qu’il serait pour eux un point de réunion où, par la communication des lumières, les talents, le savoir et le goût acquerraient de nouvelles forces, s’encourageraient à de nouveaux efforts et procureraient de nouveaux avantages à la patrie.

5Le patriotisme local et la sociabilité méridionale ne suffisent cependant pas à rendre compte de la naissance du musée. Ses organisateurs se fixaient un but plus ambitieux : ils souhaitaient avant tout pallier les carences des académies royales, que Toulouse comptait pourtant – fait unique en province – au nombre de trois. Au premier rang des justifications de leur projet figure donc la critique raisonnée de l’institution académique, telle qu’ils la connaissaient à travers l’académie des jeux Floraux, l’académie des sciences, inscriptions et belles-lettres et l’académie de peinture, sculpture et architecture8.

6À ces sociétés patentées, ils reprochaient d’abord l’étroitesse et la rigidité de leur recrutement, limité tant par le nombre réduit de places prévu dans leurs statuts que par la pratique qui les réservait le plus souvent aux membres de quelques groupes sociaux privilégiés ; codifiée un demi-siècle ou un siècle plus tôt, leur structure n’était plus adaptée à l’appétit de culture suscité dans des couches toujours plus larges de la population par le progrès général de l’instruction et des « lumières ». Les promoteurs du musée exprimaient donc l’impatience grandissante de la bourgeoisie des talents qui se pressait à la porte trop chichement entrebâillée des académies.

7Mais ce qu’ils condamnaient surtout, c’était le cloisonnement que l’existence de trois compagnies séparées, vouées l’une aux belles-lettres, l’autre aux sciences exactes et humaines, la troisième aux beaux-arts, avait introduit entre les différentes disciplines, au détriment de leur efficacité et en contradiction avec « l’ordre et l’enchaînement des connaissances humaines » mis en évidence par d’Alembert dans le Discours préliminaire de l’Encyclopédie.

Quoique Londres et Paris aient leurs académies, quoique l’Angleterre et la France leur doivent la plupart de leurs grands hommes, on a vu néanmoins se former en différents temps dans ces célèbres capitales des sociétés libres qui, réunissant tout genre de savoir, la littérature, la philosophie et les arts, n’ont peut-être pas été moins utiles que les académies mêmes. On doit sans doute beaucoup à celles-ci ; mais il semble que restreintes les unes aux sciences, les autres aux lettres, celles-ci aux arts utiles, celles-là aux arts agréables, elles ont, pour ainsi dire, rompu ce lien, cette espèce de fraternité qui les unit tous.

8Développé dans le prospectus, l’argument fut repris au cours de la séance publique du 17 juillet 1784 par l’abbé Saint-Jean, prébendier du chapitre de Saint-Étienne, qui exposa « le détail des avantages que la patrie doit attendre du Musée » et « les raisons qui, rendant insuffisants les secours que les sciences et les arts ont retirés jusqu’à présent des académies, nécessitent la réunion des savants, des gens de lettres et des artistes ».

9Les académies se voyaient enfin accusées de négliger l’aspect pratique de leurs recherches, notamment en matière d’économie et de techniques, et de faillir ainsi à leur vocation d’utilité publique – accusation déterminante à une époque obsédée par l’idée d’utilité sociale.

Tandis que les compagnies savantes et littéraires se sont bornées à donner les théories les plus sublimes, à établir les principes les plus lumineux, c’est presque toujours hors de leur sein que de simples particuliers ont enfanté les ouvrages les plus admirés, ont fait ces découvertes heureuses qui résultent de l’application des théories à la pratique.

10Le programme du musée de Toulouse découle naturellement et se déduit point par point de cette critique des académies officielles. Il s’en distinguera d’abord par sa composition, en faisant appel à toutes les compétences : le nombre des places ne sera pas limité, les formalités d’admission seront réduites au minimum, les membres des professions intellectuelles et des sociétés savantes seront acceptés « de droit sur leurs titres littéraires ».

Les aspirants se feront inscrire chez le président du Musée, et pour être reçu il faudra avoir la pluralité des voix. MM. les professeurs et agrégés de l’Université, ceux du Collège royal et de l’Esquile, les membres des Académies qui voudront s’associer à cet établissement n’auront besoin que de faire connaître leur intention au président du Musée. Tout muséen de Paris et des autres villes aura le droit d’assister aux assemblées publiques et particulières. Tout savant, homme de lettres, étranger ou regnicole, connu par quelque ouvrage, aura le même privilège.

11Au lieu de se cantonner dans un domaine précis, le musée s’efforcera de rassembler toutes les activités culturelles et de favoriser la coopération des spécialistes de toutes les disciplines. Le prospectus s’étend longuement sur l’indispensable collaboration des lettres, des sciences et des arts :

On ne peut trop chercher les moyens de rapprocher et de remettre les savants, les gens de lettres, les amateurs des arts et ceux qui les cultivent à portée de se communiquer et de se prêter des secours mutuels. L’orateur et celui qui fait son étude ou son amusement de la musique, le peintre et le poète, le philosophe et l’historien, le médecin et l’astronome, le physicien et le géomètre, le littérateur et le chimiste, tous ont pour objet l’étude ou l’imitation de la nature. [...] C’est dans la conversation ou les écrits de l’homme de lettres que le savant doit chercher cette clarté, ces grâces, cette force de style sans lesquelles ses ouvrages perdent la plus grande partie de leur mérite ; et c’est dans le commerce des savants que l’orateur, le poète, l’historien, le philosophe même apprendront à rectifier leurs idées, à donner à leurs tableaux cette vérité sans laquelle il n’y a rien de beau ni de bon ; enfin le goût qui donne leur prix aux productions des arts, ce sentiment qui résulte de l’étude réfléchie de l’unité que la nature a mise dans ses ouvrages, se perfectionnera par l’attention que les artistes mettront à se consulter et à s’écouter les uns les autres.

12Ce lieu commun de l’académisme fournit aux muséens un des thèmes favoris de leurs discours : le 17 juillet 1784, l’abbé Carré, professeur d’éloquence au collège royal, « lut un morceau de poésie sur la réunion des arts et sur les avantages du Musée » ; le 22 avril 1786, le chevalier d’Aufréry évoqua

les avantages qui résulteraient nécessairement de l’union qui devrait régner entre les gens de lettres en particulier, entre les savants et les artistes, et en général entre ces trois classes destinées par leur génie, leur goût et leurs lumières à faire les délices de la société et à contribuer au bonheur du genre humain.

13Enfin le musée devait orienter ses travaux dans des directions susceptibles de déboucher sur des applications pratiques et de concourir à la prospérité du pays toulousain. Il « ne se bornera pas à la culture des beaux-arts », mais

embrassera une carrière plus vaste et des projets plus patriotiques, tels que ceux d’enrichir les sciences de découvertes utiles, de remonter aux sources de la langueur du commerce de Toulouse et de chercher les moyens de lui rendre une activité qu’il paraît avoir eue autrefois, de prescrire à l’industrie un goût plus sévère, de hâter les progrès de l’agriculture qui, dans une province aussi fertile que la nôtre, doit être la source la plus abondante de ses richesses.

14Rejet d’une sélection élitaire fondée sur la cooptation, au profit de l’ouverture à tous les talents ; refus d’une spécialisation sclérosante, au nom de la conception encyclopédique des connaissances ; volonté de mettre la recherche scientifique au service du progrès matériel, dans une perspective utilitariste : tels étaient donc les principes qui conduisirent « quelques gens de lettres et quelques savants » à répudier le modèle classique de l’institution académique et à proposer « l’établissement d’un Musée à Toulouse ». Avant d’examiner l’issue de leur entreprise, il convient de remarquer qu’à partir des mêmes prémisses une solution différente pouvait être envisagée. Fallait-il à tout prix opposer une nouvelle société savante aux trois compagnies existantes ? N’aurait-il pas été préférable de les associer, de les réunir dans un même local et de les doter de services communs, tout en leur conservant une certaine autonomie ? C’était l’avis d’un membre de l’académie de peinture, l’inspecteur des travaux publics Delaistre, qui publia en mai 1784 le « plan abrégé d’un Musée ». Souhaitant, comme Jean Castilhon, « augmenter la somme des connaissances, perfectionner les arts, étendre le commerce, faciliter la population, rendre Toulouse une des villes les plus florissantes du royaume », il préconisait de loger dans le même bâtiment, qui aurait également abrité un salon de lecture, une bibliothèque publique, des cabinets de physique et d’histoire naturelle, un laboratoire de chimie, des salles de cours, « les Académies des Arts, des Sciences, des Jeux Floraux et la nouvelle Académie de Musique » dont il demandait la création, et cela « sans rien changer à leur régime ordinaire »9. C’était aussi l’opinion de Paul-Louis de Mondran, chanoine du chapitre de Notre-Dame de Paris, qui dans une lettre adressée le 4 octobre 1784 à l’abbé Saint-Jean doutait de la possibilité de concurrencer réellement les académies royales :

Quant à l’utilité des musées, oserai-je contredire Messieurs les Muséaux ? [...] Un bon calculateur jugerait qu’en réunissant les trois académies de Toulouse, on eût produit le Musée sans ce grand appareil, et je ne vois pas qu’en battant la caisse depuis le Château jusqu’au Bazacle on trouve une meilleure recrue. Il faudra nécessairement que les académiciens s’en mêlent. De là le double emploi. Du moins à Paris il reste assez de population pour ces nouveaux établissements, qui seront toujours de second ordre10.

15Sur ce point précis, le chanoine de Mondran avait vu juste : le musée fut incapable de se différencier des autres institutions par son recrutement. Sans doute permit-il à de nombreux Toulousains qui s’en trouvaient écartés de participer à la vie académique ; alors que pendant les dix années qui précédèrent sa fondation l’académie des jeux Floraux n’avait reçu que 11 mainteneurs, l’académie des sciences 10 associés résidants et l’académie des arts 11 associés ordinaires, il comptait 80 membres en avril 1784 et environ 150 quatre ans plus tard. Mais ceux-ci provenaient des mêmes groupes sociaux que les académiciens, et se répartissaient selon des proportions semblables. Nous connaissons le statut socio-professionnel de 141 d’entre eux. 60 étaient nobles : 7 nobles sans profession, 26 officiers de justice ou de finances, dont 22 parlementaires, 14 officiers militaires, en activité ou retirés, et 13 « nobles actifs », avocats et professeurs surtout. 26 appartenaient au clergé, essentiellement séculier, dont 10 professeurs au collège royal. Les 55 autres représentaient les « talents » roturiers, et plus précisément les professions libérales juridiques, médicales et intellectuelles : 29 avocats, 4 médecins, 10 professeurs laïques, 12 hommes de lettres, savants et artistes. Avec 42,5 % de nobles, 18,5 % d’ecclésiastiques et 39 % de bourgeois, la composition sociale du musée est donc très proche de celle des académies toulousaines11. Elle se caractérise comme elle par la suprématie de l’aristocratie parlementaire, la prédominance des avocats et des professeurs, l’ostracisme à l’égard des femmes, et surtout par l’exclusion totale tant de la haute bourgeoisie du négoce et de la manufacture que de la moyenne et petite bourgeoisie des métiers. Aussi n’est-il pas surprenant que 45 % des muséens aient fait partie de l’académie des jeux Floraux, de l’académie des sciences ou de l’académie des arts, quand ce n’était pas, comme l’abbé d’Aufréry ou le marquis de Bélesta, des trois à la fois ; à partir du moment où le musée refusait de s’adresser aux catégories sociales qu’elles rejetaient, le « double emploi », pour reprendre la formule du chanoine de Mondran, devenait inévitable.

16Son organisation interne, dans la mesure où nous pouvons l’entrevoir, n’offrait pas davantage d’originalité. Sous la protection de Mgr de Brienne, il était dirigé par un président et un vice-président élus annuellement, un secrétaire et probablement un trésorier perpétuels. La place de président fut successivement occupée par Jean Castilhon (1784), le chevalier d’Aufréry (1785), le baron de Puymaurin, syndic général de la province (1786) et l’astronome Antoine Darquier (1787) ; celle de vice-président, par Jean-Joseph Daguin, président au parlement, et Jean Castilhon ; celle de secrétaire, par Jean-Baptiste de Lavedan, greffier en chef alternatif et mitriennal au bureau des finances ; tous membres actifs des milieux académiques12. Les muséens étaient distribués en trois classes, pour les sciences, les lettres et les arts13. Leurs séances ordinaires, consacrées à la lecture des communications et parfois à des expériences scientifiques, se tenaient chaque samedi dans la salle du bureau d’administration du collège royal, dont la bibliothèque était à leur entière disposition :

On ne prêtera qu’à eux seuls, autant cependant que le service public n’en souffrira pas, les livres qui leur seront nécessaires, moyennant la reconnaissance qu’ils en feront au bibliothécaire ; lequel d’ailleurs sera chargé de se procurer les principaux journaux et les papiers publics les plus intéressants, dont il fera part aux muséens.

17Il y avait en outre deux assemblées publiques annuelles ; primitivement « fixées l’une au 15 d’avril et l’autre au 15 de juillet, dans la nouvelle salle de physique expérimentale », elles se déroulèrent en fait dans la salle du concert, les 17 juillet 1784, 26 janvier et 16 juillet 1785, 22 avril et 29 juillet 1786, 4 mai et 11 août 1787, 30 avril 1788. En revanche, à la différence du musée de Paris de Pilâtre de Rozier, celui de Toulouse ne proposa pas de cours publics. Il n’échappait donc pas au reproche, fréquemment adressé aux académies, de se comporter en corporation fermée sur elle-même, réservant le plus clair de ses activités à ses propres membres au détriment du grand public.

18La nouveauté revendiquée par ses fondateurs apparaît-elle au moins dans le contenu de ses travaux ? L’analyse du programme des séances publiques, au cours desquelles le musée rendait compte « de ses progrès dans les sciences, les lettres et les arts », et qui reflétait sans doute assez fidèlement la substance des réunions privées, conduit encore une fois à répondre par la négative. Si l’on en croit les Affiches de Toulouse, ces manifestations culturelles et mondaines connurent pourtant le plus grand succès et pouvaient rivaliser avec celles de l’académie des jeux Floraux, voire des associations parisiennes. Le 17 juillet 1784,

la multitude des dames formait autour de la salle une chaîne séduisante, et l’ordonnance de la fête parut très agréable au public. [...] L’ordre qui régna dans cette assemblée, la variété des objets, le nombre, la beauté, la parure des dames qui la formaient, les beaux morceaux de musique exécutés par les muséens mêmes, ont obligé des témoins oculaires et non suspects à convenir que le Musée de Paris n’en avait pas de plus brillantes.

19La présence de l’archevêque de Toulouse et de « six évêques qui se trouvaient dans cette ville » conféra à celle du 26 janvier 1785 un « éclat qui, de l’aveu de quelques muséens de la capitale qui y assistèrent, n’avait rien à craindre de la comparaison ». Quant à celle du 16 juillet 1785, « quoique la séance eût duré près de trois heures, bien des personnes la trouvèrent trop courte ».

20Elles débutaient par une « symphonie à grand orchestre », précédant le discours d’ouverture prononcé par le président ; les « lectures » de vers ou de prose alternaient ensuite avec des pièces de musique vocale ou instrumentale ; elles se terminaient par l’exécution d’une œuvre plus ample réunissant l’orchestre et les chœurs. La place de choix attribuée à la musique faisait ainsi de ces cérémonies de véritables concerts. On y entendait des extraits d’opéras et d’opéras-comiques français et italiens14, des cantates de Désaugiers « envoyées par le Musée de Paris ». Mais l’essentiel de la partie musicale était « de la composition des muséens », amateurs comme le chevalier de Chalvet-Goujouse (auteur de symphonies, d’ouvertures, d’ariettes, de romances, de la cantate Bacchus sur un texte de Jean-Baptiste Rousseau), ou « professionnels » comme Hyacinthe Azaïs, maître de musique à l’école de Sorèze (auteur de chansons sur des poésies de Florian, d’ariettes et de duos sur des paroles de l’abbé Treneule, professeur de rhétorique au collège royal, du poème lyrique Raymond VI, comte de Toulouse sur un texte de Jean Castilhon, des « cantates à grand chœur parodiées » Les Ormes du Boulingrin et l’Hommage au goût du siècle pour les sciences ; œuvres « agréables et savantes » qui satisfaisaient également « les partisans de la musique française et les amateurs de la musique italienne ») ; on pourrait citer encore le chevalier de Saint-Salvy, l’abbé Labat de Serène, l’avocat Fronton, le maître de la chapelle de musique de Saint-Sernin Dupuy. La majorité des interprètes et « l’orchestre même, à l’exception de quelques musiciens étrangers » fournis par la comédie, étaient formés de membres du musée appartenant à « la classe la plus distinguée des citoyens ».

21Le musée joua donc, pendant quelques années, le rôle de cette académie de musique dont les Toulousains réclamaient depuis longtemps l’établissement15. C’est là la principale et, à vrai dire, la seule innovation significative de son programme ; pour le reste, il se présente comme une société littéraire du type le plus conventionnel. La moitié des lectures faites en séance publique étaient en vers ; les disciplines cultivées se répartissaient très inégalement entre les belles-lettres (67 %), la rhétorique académique (18,5 %), la morale (5,5 %), les sciences (5,5 %) et l’histoire (3,5 %)16. La première catégorie comprenait surtout des pièces de vers : poèmes didactiques ou philosophiques (La Peinture et L’Architecture de Jean-Baptiste de Lavedan, La Réunion des arts et L’Influence du climat sur le génie de l’abbé Carré, le Voyage aux planètes de l’avocat Floret), morceaux de circonstance (Sur la mort du prince de Brunswick et Sur le désastre de Messine, suivi d’une « digression ingénieuse sur la catastrophe du célèbre et infortuné Pilâtre »17 de l’abbé Carré, Vers à M. Le Cauchois, avocat au Parlement de Rouen, défenseur et libérateur de la fille Salmon de l’abbé Treneule), contes (Les Trois Plaisants de l’avocat Carrière de Brimont, L’Hymen et l’amour de Lavedan), idylles (Le Chêne frappé par la foudre de l’abbé Treneule, Les Roses de Jean Castilhon), poésies légères (Vers à une belle mélancolique du conseiller au parlement Labrousse de Veyrazet) ; on y trouvait aussi des essais de critique (le Précis historique du genre burlesque de l’avocat Reboul, les Réflexions sur les arts de Lavedan, les dissertations de Jacques Floret et des avocats Gez et Jouvent Sur l’état d’homme de lettres, Sur l’éloquence et Sur la sensibilité de l’homme de lettres), et quelques traductions. Les discours d’ouverture des présidents et ceux de l’abbé Saint-Jean développaient les thèmes rebattus de l’académisme, comme « l’utilité des assemblées publiques des sociétés littéraires ». Lieux communs également que les sujets de morale évoqués par le chevalier d’Espinasse (Sur le goût des femmes pour les modes), Barthélemy Jouvent (Sur l’amitié) et Abraham Gez (Sur le respect dû à la vieillesse). Trois branches des sciences ont été abordées : la chimie par Henri Reboul, dont le mémoire « sur la décomposition et la recomposition de l’eau suivant le système de M. Lavoisier » fut « appuyé de quelques expériences qui tendent à prouver, d’après cet académicien, que l’air vital est la base des acides »18 ; la médecine par le docteur Calais, professeur d’histoire au collège royal, dans son exposé « sur les nouveaux usages auxquels on pourrait employer la pompe à sein de M. Bianchi » ; la géographie par l’avocat Bordes de Baillot, avec sa « description de la grotte de Marcillac en Quercy »19. L’histoire enfin, à l’exception du poème du bailli de Rességuier Sur le siège et la prise de Rhodes, était purement locale : l’abbé Racine, professeur d’éloquence au collège royal, communiqua une dissertation « dans laquelle il défendait l’opinion de l’érection de la capitale des Gaulois Tectosages en colonie par les Romains, et s’attachait à prouver que notre Capitole fut fondé par cette colonie » ; le peintre Joseph Malliot lut « quelques anecdotes sur la vie de Raymond Lafage, célèbre dessinateur », extraites d’un « ouvrage considérable et rempli de recherches contenant l’histoire des arts et des sciences à Toulouse », déjà soumis aux « différentes assemblées du Musée ».

22Les comptes rendus flatteurs publiés par les Affiches de Toulouse (« Le Musée avait annoncé que de la réunion des lettres, des arts et des sciences résulterait un ensemble dont aucune académie n’avait encore donné l’idée. On a vu dans cette troisième assemblée publique ce qu’on devait attendre du concours de ces objets. L’éloquence, la poésie, la peinture, la chimie et la musique ont contribué à cette fête brillante, agréable et instructive en même temps ») ne sauraient donc faire illusion. L’ambition pluridisciplinaire de Jean Castilhon ne s’est pas traduite dans les faits, non plus que sa volonté de privilégier les domaines techniques et économiques : l’Ode sur le commerce de l’abbé Treneule et l’Épître sur les agréments de la campagne de Jean-Baptiste de Lavedan ne pouvaient en effet tenir lieu des études concrètes sur l’agriculture, le commerce et l’industrie promises au cours de la première séance publique. Infidèle à sa vocation encyclopédique, impuissant à réaliser la synthèse des recherches les plus neuves menées au sein des académies royales, le musée ne fut en définitive qu’une pâle copie de la plus traditionnelle d’entre elles, une académie des jeux Floraux de second ordre. Son évolution est significative de l’inaptitude des élites toulousaines à concevoir une autre forme de culture que l’humanisme classique, inaptitude qui n’est sans doute pas étrangère à l’atonie économique de la région au XVIIIe siècle. La médiocrité de ses productions et l’inanité de ses travaux furent d’ailleurs indirectement mais clairement dénoncées dans un article anonyme des Affiches paru le 10 novembre 1784. Après avoir rappelé la formation à Manchester, par « des particuliers savants, des gens de lettres, des négociants et autres personnes zélées pour le bien public », d’un « Collège » dont « le progrès des manufactures » constituait la principale préoccupation, son auteur déplorait qu’un tel établissement ne soit pas imité en France.

En adoptant les modes anglaises, nous avons l’art de les embellir. Pourquoi n’avons-nous pas le même empressement pour les objets utiles, dont [les Anglais] donnent de si beaux exemples presque en tout genre ? [...] Mais voilà des Musées établis : qu’on sache en tirer le parti le plus avantageux à la société civile. Au lieu de ces discours vagues20, qui ne signifient rien ; au lieu de ces dissertations oiseuses, qui n’apprennent rien ; au lieu de ces petits vers innocents, qui ne peignent rien, qu’on prenne pour modèle le Collège de Manchester ; qu’on favorise les arts, l’industrie, l’agriculture surtout ; qu’on ouvre de nouvelles routes au commerce. On n’en exclura sans doute ni la bonne prose, ni les bons vers, parce que les talents marqués de l’esprit ont un mérite réel ; [...] mais qu’on se persuade, surtout, que le bavardage du simple bel esprit est la chose du monde la plus inutile et la plus fastidieuse même pour un être raisonnable. Lorsque ces Musées auront pour but essentiel de leurs travaux le bien de la patrie, il sera permis alors de former des vœux pour voir de pareils établissements dans chaque ville de province, où ils pourront acquérir un degré d’utilité publique proportionné à la situation des lieux et aux besoins des habitants21.

23On peut enfin se demander si le musée se singularisa par son orientation idéologique. L’appartenance aux diverses loges maçonniques toulousaines de plus du tiers de ses membres, dont l’abbé d’Aufréry et l’avocat général de Caumont, orateurs de la Vérité reconnue, le conseiller au parlement Belmont de Malcor, vénérable de la Parfaite Amitié, le père Cardonnel, professeur de théologie, orateur de Clermont, le comte du Pradel, secrétaire de la Vérité reconnue, l’avocat Jamme, orateur des Vrais Amis réunis, le peintre Malliot, orateur de la Sagesse, l’avocat général de Rességuier, vénérable de la Parfaite Amitié, le professeur de chirurgie Villar, secrétaire de Clermont ; le rôle politique joué par les avocats Barère de Vieuzac, Dorliac, Mailhe, Reboul, Veyrieu, Viguier et l’abbé Martin, tous députés aux différentes assemblées révolutionnaires ; le choix de certains sujets, comme l’Hommage au goût du siècle pour les sciences dans lequel Hyacinthe Maïs mit en musique l’éloge de Newton et de Buffon, ou les Réflexions sur l’application de la philosophie à l’administration du baron de Puymaurin : autant d’indices qui révèlent l’adhésion des muséens aux idées nouvelles. Lors de la première assemblée publique, « M. Castilhon observa que, malgré les conquêtes nombreuses que la philosophie a faites depuis quelques temps sur nos préjugés, tous n’étaient pas encore détruits » ; il faisait notamment allusion à l’intolérance religieuse, qu’il attaqua deux ans plus tard dans le poème lyrique Raymond VI, comte de Toulouse : à l’inverse de Simon de Montfort, « aussi grand général qu’habile à mettre à profit les préjugés de son siècle », le « généreux Raymond » s’efforça de « sauver son peuple du glaive du fanatisme », fut « le meilleur des souverains » et « n’en mourut pas moins excommunié ». De son côté, le chevalier d’Aufréry démontra que « le génie secondé par l’émulation, sans le secours de la naissance, de la fortune et de la protection, pouvait prétendre aux succès les plus éclatants ». Dénonciation des abus et des privilèges, libéralisme politique mitigé de régionalisme, exaltation de la bienfaisance (à l’occasion de l’incendie qui détruisit plusieurs maisons de l'île de Tounis le 18 juin 1784, « l’association du Musée a prouvé, par un don de 200 livres, qu’elle ne bornait pas son utilité aux sciences et aux arts »22) : le musée appartenait sans conteste au mouvement des Lumières. Mais dans le combat philosophique il demeura très en retrait de l’académie des jeux Floraux qui s’était transformée, depuis 1770 environ, en tribune prestigieuse et parfois scandaleuse des doctrines les plus avancées23.

24Le musée de Toulouse cessa de se réunir au printemps de 1788, après quatre années d’existence. Sa mise en sommeil fut sans doute la conséquence de l’éloignement de son protecteur Brienne, nommé premier ministre en mai 1787 et transféré au siège de Sens en mars 1788 ; mais on peut aussi l’interpréter comme un constat d’échec. N’étant parvenus ni à rassembler toutes les élites urbaines, ni à réunir tous les domaines de l’activité intellectuelle, ni à les orienter vers la recherche appliquée, ses animateurs ne proposèrent aucune solution originale à la crise des institutions officielles. La lucidité de leurs critiques n’évita pas à leur « contestation » de demeurer toute verbale, alors que leur pratique trahissait une « approbation » profonde du modèle académique le plus traditionnel, et l’incapacité de s’y soustraire. Ils ne pouvaient songer, dans ces conditions, à supplanter trois compagnies solidement établies et soutenues par l’autorité publique. L’insuccès final de l’entreprise ne l’empêcha pourtant pas de faire école dans la région : au moment même où les Affiches de Toulouse cessaient de la mentionner, elles annonçaient la création d’« établissements littéraires et patriotiques sous le nom de Musées » à Villefranche-de-Lauragais, Castelnaudary, Revel et Gimont24 ; preuve, s’il en était besoin, de la vigueur de la vie académique provinciale à la veille de la Révolution française.

Notes de bas de page

1 Daniel Roche, « Milieux académiques provinciaux et société des Lumières. Trois académies provinciales au XVIIIe siècle : Bordeaux, Dijon, Châlons-sur-Marne », dans Livre et société dans la France du XVIIIe siècle, Paris-La Haye, Mouton, t. 1, 1965, p. 106. Sur l’histoire du mouvement académique provincial au XVIIIe siècle, consulter la thèse du même auteur, Le Siècle des lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris-La Haye, Mouton, 1978, 2 vol., 394 et 520 p.

2 Le musée a été évoqué par Alexandre du Mège, Histoire des institutions religieuses, politiques, judiciaires et littéraires de la ville de Toulouse, Toulouse, Chapelle, t. 4, 1846, p. 401-402 ; Henri Ramet, Histoire de Toulouse, Toulouse, Tarride, 1935, p. 603 ; Robert Mesuret, Évocation du vieux Toulouse, Paris, Éditions de Minuit, 1960, p. 450-451. Le baron Desazars de Montgailhard lui a consacré une monographie, « Histoire de l’académie des sciences de Toulouse. Le musée », Mémoires de l’académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, 10e série, t. 6, 1906, p. 224-251, reprise dans Histoire de l’académie des sciences de Toulouse. Le musée, le lycée, l’athénée, 1784-1807, Toulouse, Privat, 1908, p. 5-47.

3 Musée de Toulouse, à Toulouse, de l’Imprimerie de J.-J. Robert, 1784, in-4°, 8 p. ; Assemblée publique du Musée de Toulouse, le 16 Juillet 1785, s. l. n. d., in-4°, 4 p. ; Assemblée publique du Musée, du samedi 29 Juillet 1786, s. l. n. d., in-4°, 8 p. ; Assemblée publique du Musée, le vendredi 4 Mai 1787, à Toulouse, de l’Imprimerie de J.-J. Robert, 1787, in-4°, 8 p. ; Programme de l’Assemblée publique du Musée de Toulouse, du 11 Août 1787, à Toulouse, de l’Imprimerie de J.-J. Robert, 1787, in-4°, 8 p. ; Affiches, Annonces et Avis divers de Toulouse et du Haut-Languedoc, à Toulouse, Imprimerie de Me Jean-Florent Baour, puis chez J.-B. Broulhiet, 21 juillet 1784, p. 118 ; 28 juillet 1784, p. 122-123 ; 9 février 1785, p. 22-23 ; 27 juillet 1785, p. 118 ; 3 août 1785, p. 122-123 ; 3 mai 1786, p. 75 ; 9 août 1786, p. 134-135 ; 16 mai 1787, p. 79-80 ; 22 août 1787, p. 135-136 ; 30 avril 1788, p. 75.

4 Léon Dutil, « Philosophie ou religion. Loménie de Brienne, archevêque de Toulouse », Annales du Midi, t. 61, 1948-1949, p. 33-70.

5 Maurice Caillet, « Un ami des Lumières : Jean Castilhon », dans Humanisme actif. Mélanges d’art et de littérature offerts à Julien Cain, Paris, Hermann, 1968, t. 2, p. 21-35.

6 Charles Dejob, « De l’établissement connu sous le nom de Lycée et d’Athénée et de quelques établissements analogues », Revue internationale de l’enseignement, t. 18, juillet-décembre 1889, p. 4-38 ; Louis Amiable, « Les origines maçonniques du Musée de Paris et du Lycée », La Révolution française, t. 31, juillet-décembre 1896, p. 484-500.

7 Notamment dans les numéros des 14 et 21 avril 1784. Sur ce musée, consulter Marie-Thérèse Bouissy, Le musée de Bordeaux, mémoire de DES, faculté des lettres et sciences humaines de Paris, 1967, 258 p. Le 5 octobre 1785, les Affiches de Toulouse annoncèrent la création du musée de Metz.

8 La première avait été érigée en académie royale par Louis XIV en 1694 ; les deux autres par Louis XV en 1746 et en 1750.

9 Delaistre, Plan abrégé d’un Musée, présenté à la Ville de Toulouse, s. l. n. d., in-4°, 4 p.

10 À propos du discours prononcé le 17 juillet par l’abbé Saint-Jean sur « les avantages d’un Musée », le chanoine de Mondran lui écrivait encore : « On doit avouer, en conscience, que vous avez tiré le meilleur parti d’un mauvais sujet » (A.-H. Van Der Weel, Paul-Louis de Mondran, 1734-1795. Un chanoine homme d’esprit du XVIIIe siècle, Rotterdam, Brune, 1942, p. 200 et 203).

11 Michel Taillefer, L’académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse au XVIIIe siècle, thèse de troisième cycle, université de Toulouse-Le Mirail, 1975, p. 219-224 [publiée sous le titre Une académie interprète des Lumières. L'académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse au XVIIIe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 1984, 323 p.].

12 Jean Castilhon fut secrétaire perpétuel de l’académie des sciences et de celle des jeux Floraux ; le chevalier d’Aufréry, secrétaire perpétuel de l’académie des arts ; le baron de Puymaurin et Antoine Darquier étaient membres de l’académie des sciences et de celle des arts, Jean-Baptiste de Lavedan membre de l’académie des arts et de celle des jeux Floraux, le président Daguin mainteneur des jeux Floraux.

13 Le musée nomma aussi des correspondants, choisis de préférence parmi les membres des musées de Paris et de Bordeaux avec lesquels il souhaitait entretenir des relations suivies ; il honora particulièrement le Toulousain Jean-François Cailhava, qui succéda à Court de Gébelin à la tête du musée de Paris (Affiches de Toulouse, 8 septembre 1784, p. 148). Inversement, Jean Castilhon et l’abbé Roger Martin étaient correspondants du musée de Paris.

14 Dont Bérénice, de Traetta, et Théodore, de Paisiello ; d’après Du Mège, on y chanta aussi des airs de Sacchini, de Mondonville et de Dalayrac.

15 Notamment Louis de Mondran, dans son Projet pour le commerce et pour les embellissemens de Toulouse, lu dans une Séance de l’Académie royale de Peinture, Sculpture et Architecture de Toulouse par un membre de cette Académie, à Toulouse, chez Me J.-H. Guillemette, 1754, p. 64.

16 La liste des « muséens actuels » jointe au prospectus montre que la classe des lettres regroupait en 1784 56 % des effectifs du musée, la classe des sciences 24 % et la classe des arts 20 % seulement.

17 Mort au cours de sa tentative de traverser la Manche en ballon le 15 juin 1785.

18 Le 22 mai 1786, « l’assemblée du Musée » assista à l’ouverture du cours public de chimie docimastique donné par son correspondant Chaptal (Affiches de Toulouse, 31 mai 1786, p. 90).

19 Ce mémoire avait été soumis à l’académie des sciences quelques mois auparavant. De même, plusieurs œuvres de Jean Castilhon, de l’abbé Treneule ou de l’avocat Blanchard avaient été présentées à l’académie des jeux Floraux avant d’être lues dans les séances publiques du musée (Recueil des ouvrages de poésie et d’éloquence présentés à l’Académie des Jeux Floraux, en 1784, 1785, 1786, 1787 et 1788, à Toulouse, chez D. Desclassan, 1788, 320 p.).

20 En italiques dans le texte.

21 Affiches de Toulouse, 10 novembre 1784, p. 183.

22 Affiches de Toulouse, 30 juin 1784, p. 106.

23 Pierre-Joseph Monbrun, « La lutte “philosophique” en province. Les jeux Floraux de Toulouse (1752-1791) », Bulletin de littérature ecclésiastique publié par l’Institut catholique de Toulouse, 1918-1923.

24 Affiches de Toulouse, 14 mai 1788, p. 82 ; 9 juillet 1788, p. 114 ; et 16 juillet 1788, p. 117.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.