Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

L’académie des jeux Floraux de Toulouse à la fin de l’Ancien Régime

p. 297-307


Texte intégral

1Des trois poètes dont le colloque célèbre la mémoire, deux ont cherché auprès de l’académie des jeux Floraux de Toulouse la consécration de leur talent. Au concours de 1771, Philippe-François-Nazaire Fabre obtint, non l’églantine d’or qui lui aurait inspiré le nom de théâtre sous lequel il est resté célèbre, mais le lys d’argent récompensant le meilleur sonnet à la Vierge1, genre d’œuvre convenant mieux à l’habit ecclésiastique qu’il portait alors comme répétiteur au collège des doctrinaires qu’à l’état de comédien, promis à une vie errante et aventureuse, qu’il adopta l’année suivante. En 1788, son compatriote Jean-François Dougados, en religion le père Venance, capucin, concourut également pour le lys d’argent et pour le souci du même métal attribué à une poésie bucolique : son élégie, L’Ennui, ne reçut pas le prix2, mais fut jugée digne d’être publiée dans le Recueil3. Pour eux et pour bien d’autres jeunes poètes méridionaux du XVIIIe siècle, comme Jean-François Marmontel, la participation aux concours de l’académie des jeux Floraux joua un rôle décisif dans l’éveil de leur vocation littéraire4, et dans le lancement de leur carrière5. On ne saurait donc évoquer le paysage culturel languedocien au temps de Venance Dougados sans s’arrêter un instant sur cette institution dont nous décrirons d’abord brièvement l’organisation, le fonctionnement et les activités, avant d’analyser son recrutement et de retracer son évolution idéologique6.

2Lointaine héritière des sept troubadours, fondateurs des jeux en 1323, et de la mythique Clémence Isaure, qui les aurait restaurés au XVe siècle, la compagnie toulousaine reçut sa forme définitive à la fin du XVIIe siècle, lorsque Louis XIV, « ayant égard à l’utilité et à l’ancienneté d’un établissement si honorable aux belles-lettres, dont la réputation s’est étendue depuis près de trois siècles chez les étrangers », l’érigea en académie royale, placée sous la protection du chancelier de France. Aux lettres patentes données à Fontainebleau en septembre 1694 étaient joints des statuts en trente-cinq articles qui furent modifiés à plusieurs reprises au cours du XVIIIe siècle, les changements les plus significatifs ayant été introduits par l’édit de Louis XV donné à Compiègne en août 1773.

3À la fin de l’Ancien Régime, le corps des jeux Floraux se composait de quarante mainteneurs, recrutés par cooptation et formant une classe unique. Calquée sur celle de l’Académie française, sa structure interne ignorait donc la cascade hiérarchique qui caractérisait beaucoup d’académies de province, comme l’académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse dont les membres étaient répartis en six catégories différentes7. De plus, si à l’origine les mainteneurs étaient inscrits sur le tableau de l’académie d’après le rang que leur conféraient leur naissance, leur profession ou leur emploi, et si de strictes préséances devaient être observées entre eux dans les cérémonies publiques, ces dispositions contraires à l’égalité académique avaient été abrogées par l’édit de 1773. Faisaient aussi partie du corps des jeux Floraux les maîtres ès jeux, c’est-à-dire les lauréats ayant obtenu trois prix, dont celui de l’ode, ou trois prix d’éloquence. Parmi eux figurent trois femmes, dont la présence singularise la compagnie toulousaine au sein d’un mouvement académique provincial résolument misogyne. Bien que ne remplissant pas les conditions statutaires, Voltaire reçut la maîtrise en 1747, « en considération de ses grands talents ».

4Les travaux de l’académie étaient placés sous la direction d’officiers élus périodiquement par leurs confrères. Depuis la réforme de 1773, qui avait supprimé la charge de chancelier (traditionnellement réservée au premier président du parlement), les fonctions d’économes et de réviseurs et un des trois censeurs, ils étaient au nombre de sept. Le modérateur et le sous-modérateur présidaient les assemblées. Les deux censeurs veillaient à l’observation des statuts et vérifiaient les comptes. Le dispensateur assurait la gestion financière. Au secrétaire perpétuel, nommé à vie, incombait la lourde tâche d’organiser les concours annuels ; il était également chargé de la garde des archives et de la correspondance. Enfin, le secrétaire des assemblées, désigné pour trois ans, rédigeait les procès-verbaux des séances et supervisait l’impression du Recueil.

5Les séances privées de l’académie se tenaient dans une salle de l’hôtel de ville mise à sa disposition par la municipalité à l’extrémité de la galerie des Illustres. Les mainteneurs s’y réunissaient une fois par semaine, le vendredi après-midi, du début de janvier au début de septembre. Jusqu’à la fête des Fleurs du 3 mai, ils s’occupaient exclusivement des concours. Dans la deuxième partie de l’année académique, conformément au programme que leur fixaient les lettres patentes de 1694 et l’édit de 1773, et selon une distribution du travail arrêtée à l’avance, ils se consacraient aux études littéraires : analyses d’œuvres grecques et latines, parfois accompagnées de traductions, ou d’œuvres françaises ; réflexions sur la langue, les genres et les styles littéraires ; ouvrages en vers ou en prose de leur composition. Les communications, dont les auteurs recevaient un jeton de présence en argent, étaient suivies d’une discussion qui devait être menée « sans flatterie et sans affectation, avec la franchise qui doit caractériser les vrais philosophes ».

6Les assemblées publiques se déroulaient aussi à l’hôtel de ville, dans le grand consistoire jusqu’en 1773, dans la salle des Illustres depuis 1774. Le deuxième dimanche de janvier, la séance de la semonce marquait l’ouverture des travaux académiques ; on appelait semonce un discours solennel destiné à annoncer les concours, à demander aux capitouls d’engager les préparatifs nécessaires, et à prescrire aux jeunes littérateurs s’apprêtant à entrer en lice les règles qu’ils devaient observer. Le 1er mai, étaient lues certaines des pièces non primées. Enfin, le 3 mai, la fête des Fleurs offrait son cadre solennel à la distribution des prix. À ces séances traditionnelles s’ajoutaient depuis 1773 les cérémonies de réception des nouveaux mainteneurs, au cours desquelles étaient prononcés le remerciement du récipiendaire, la réponse du modérateur, et l’éloge de l’académicien dont le fauteuil venait d’être pourvu.

7Toutes ces manifestations permettaient à l’académie de rencontrer la population toulousaine, et de s’affirmer comme un des principaux corps constitués de la ville. Mais des différends liés à l’utilisation des salles du Capitole et des querelles de préséance entre mainteneurs et capitouls envenimèrent fréquemment ses relations avec ces derniers, qui s’abstinrent de paraître à ses assemblées entre 1774 et 1781. Le conflit rebondit au début de la Révolution avec la nouvelle municipalité ; privée en 1790 de la dotation de 1 600 livres qu’elle recevait de la ville, et en janvier 1791 de l’usage de sa salle de réunion, la compagnie dut interrompre ses activités.

8Comme on a pu le constater à propos du contenu de ses séances privées et publiques, les concours étaient la grande affaire de l’académie, qui n’oubliait pas qu’elle tirait son origine de la joute poétique, dotée d’une violette d’or, instituée en 1323 par sept troubadours toulousains. À la fin du XVIIIe siècle, elle distribuait cinq prix, représentés par autant de fleurs d’orfèvrerie, réalisées aux frais de la ville ou grâce aux dons de certains de ses membres. D’une valeur de 400 livres, l’amarante d’or récompensait la meilleure ode ; la violette d’argent, valant 250 livres, un poème héroïque ou une épître en vers ; le souci d’argent, valant 200 livres, une poésie du genre bucolique (églogue, idylle ou élégie) ; le lys d’argent, valant 60 livres, un hymne ou sonnet à l’honneur de la Vierge ; tandis que l’églantine d’or, d’une valeur de 450 livres, formait le prix du concours d’éloquence couronnant le meilleur discours en prose. Le sujet de ce dernier était proposé chaque année par la compagnie, alors que le thème des ouvrages de poésie était laissé au choix des concurrents, qui devaient cependant « s’abstenir de tout ce qui peut blesser la religion, les bonnes mœurs ou l’État », et éviter de « traiter des matières délicates et controversées ».

9Accompagnées d’une devise protégeant l’anonymat de leurs auteurs, conformément au règlement publié dans le Recueil et dans plusieurs journaux littéraires, les pièces soumises au jugement de l’académie étaient examinées en séance particulière à partir du mois de janvier. La proclamation des résultats avait lieu au cours de l’assemblée publique du 3 mai, qui constituait un des temps forts du calendrier festif toulousain. Arrivés en corps à l’hôtel de ville, les académiciens étaient accueillis par les capitouls qui les conduisaient à la salle des Illustres, décorée pour la circonstance de fleurs et de feuillages et où les soldats du guet maintenaient l’ordre et le silence parmi le public. Après l’éloge rituel de Clémence Isaure, prononcé par un mainteneur ou un maître ès jeux, académiciens et capitouls, escortés par le guet et la musique municipale, allaient en cortège chercher les fleurs déposées sur le maître-autel de la basilique de la Daurade. De retour au Capitole, l’académie procédait à la distribution des prix. À l’appel de leur nom, les auteurs des pièces couronnées étaient invités à se faire connaître et à s’avancer pour recevoir la fleur qui leur avait été décernée, avant d’entendre la lecture de leur œuvre saluée par les applaudissements du public. La séance se terminait par l’annonce du sujet du discours de l’année suivante et la distribution du programme, et les mainteneurs se retiraient avec le même cérémonial qu’à leur arrivée.

10Ce que pouvait ressentir un jeune homme ayant « mis au concours » et participant à la fête des Fleurs se devine dans l’émotion qui saisit Dougados le 13 octobre 1793 quand, passant à Toulouse sur le chemin de Paris où l’attendait le tribunal révolutionnaire, il revit le Capitole où il avait failli triompher cinq ans plus tôt :

J’entre dans la Maison commune. Je lis une inscription en lettres d’or qui promet des couronnes aux jeunes poètes. Je me présentai autrefois dans la carrière. L’élégie de L’Ennui y mérita l’indulgence des grands maîtres ; au milieu de l’ivresse des applaudissements mon nom fut répété dans cette salle où le marbre reproduit tant de grands hommes. Aujourd’hui !...8

11Les souvenirs de Marmontel, quatre fois lauréat en 1745, sont plus sereins et plus précis, mais reflètent le même enthousiasme :

Comme dans l’estime des hommes tout n’est apprécié que par comparaison, et qu’à Toulouse il n’y avait rien en littérature de plus brillant que le succès dans la lice des Jeux Floraux, l’assemblée publique de cette Académie, pour la distribution des prix, avait la pompe et l’affluence d’une grande solennité. Trois députés du parlement la présidaient. Les capitouls et tout le corps de ville y assistaient en robe. Toute la salle, en amphithéâtre, était remplie du plus beau monde de la ville et des plus jolies femmes. La brillante jeunesse de l’université occupait le parterre autour du cercle académique ; la salle, qui est très vaste, était ornée de festons de fleurs et de lauriers, et les fanfares de la ville, à chaque prix que l’on décernait, faisaient retentir le Capitole d’un bruit éclatant de victoire9.

12Le succès des concours, organisés sans interruption de 1696 à 1790, ne se manifestait pas seulement par l’éclat de la fête des Fleurs. Il se mesure aussi au nombre d’ouvrages reçus (d’après les relevés d’Axel Duboul, les recueils de l’Ancien Régime, qui ne retiennent que les pièces primées ou jugées dignes de l’impression, en rassemblent 1 336) et au nombre des participants. Ce dernier n’est pas connu avec exactitude, mais il s’élève certainement, pour l’ensemble du siècle, à plusieurs centaines. D’après les trop rares indications fournies par le Recueil, ces participants appartenaient principalement au clergé, surtout régulier – le quasi-doctrinaire Fabre et le capucin Dougados ne font donc pas exception –, et au barreau ; mais les nobles, les magistrats et les militaires étaient également représentés, ainsi que de nombreux étudiants et quelques femmes. Du point de vue géographique, l’aire d’attraction de l’académie semble s’être réduite dans la deuxième moitié du siècle avec la raréfaction des concurrents originaires de Paris et des provinces septentrionales ; mais elle couvrait encore la plus grande partie du Midi, de Bordeaux à Lyon et à Marseille, et s’étendait donc bien au-delà du Midi toulousain, du Languedoc méditerranéen et de la Provence, où le rayonnement de l’académie était le plus marqué. Celui-ci trouvait un vecteur efficace dans le Recueil des ouvrages de poésie et d’éloquence, présentés à l’Académie des Jeux Floraux, publié avec une remarquable régularité (en dépit de fréquents conflits entre la compagnie et son imprimeur) de 1696 à 1790, et diffusé à Paris et en province à plusieurs centaines d’exemplaires10.

13Bien qu’il ne soit guère possible d’être plus précis, en raison d’une documentation trop souvent lacunaire, on peut donc affirmer que l’académie des jeux Floraux était à la fin de l’Ancien Régime une des académies de province les plus actives et les plus prestigieuses. L’étroitesse de son recrutement n’en paraît que plus frappante.

14Un coup d’œil sur la liste des mainteneurs du XVIIIe siècle révèle en effet une écrasante majorité de Toulousains, de naissance ou de résidence (97 %), et de privilégiés (75,2 % de nobles et 16,3 % d’ecclésiastiques, soit 91,5 %). Peu d’académies provinciales présentaient une composition géographiquement aussi localisée et socialement aussi aristocratique11. Ce caractère nobiliaire était lié à la présence massive des parlementaires. Sur les 153 académiciens confirmés ou nommés en 1694, puis élus jusqu’en 1789, on ne relève pas moins de 6 premiers présidents, 2 procureurs généraux, 7 avocats généraux, 25 présidents, 1 conseiller d’honneur, 3 conseillers clercs et 25 conseillers, soit au total 69 magistrats formant 45 % des effectifs académiques12. Venaient ensuite, mais loin derrière, le haut clergé, évêques, chanoines, vicaires généraux (11,1 %), les avocats (11,1 %), les nobles sans profession connue (9,1 %), les militaires ou anciens militaires (8,5 %), les officiers de judicature, de finances, de la province ou de la ville (6,5 %), les représentants des professions intellectuelles, médecins, professeurs, bibliothécaires (3,2 %), et le bas clergé (2,6 %). Si elle n’ignorait pas les talents issus de l’armée, de l’administration, des établissements d’enseignement et surtout de l’Église et du barreau, la compagnie apparaissait donc essentiellement comme l’organe culturel du parlement, ce qui contribua certainement à renforcer son autorité et sa réputation dans la société languedocienne, mais aussi à rendre difficiles ses relations avec la municipalité toulousaine, et à l’engager sur le terrain politique. À deux reprises, elle manifesta publiquement sa solidarité avec la cour souveraine, dans les conflits qui opposaient celle-ci au gouvernement royal. En 1775, elle organisa un concours extraordinaire, doté d’une Thémis d’argent d’une valeur de 400 livres, pour célébrer « le rétablissement du parlement » après l’abrogation de la réforme du chancelier Maupeou ; le prix fut décerné le 2 juillet 1776 en présence de toute la cour. En juillet 1788, elle refusa de déclarer vacant le fauteuil d’un conseiller, tant que ses collègues hostiles à la réforme du garde des sceaux Lamoignon resteraient en exil.

15L’influence prépondérante du parlement sur les jeux Floraux s’atténua cependant vers la fin du siècle, comme en témoigne la suppression en 1773 de l’office de chancelier, réservé par les statuts de 1694 à un président à mortier et habituellement occupé par le premier président. Elle fut surtout battue en brèche par l’affirmation progressive au sein de la compagnie, à partir des années 1760, d’un groupe socio-professionnel appartenant également au monde judiciaire, mais situé à un échelon inférieur de la hiérarchie sociale : celui des avocats13. Alors que ces derniers représentaient moins de 10 % des mainteneurs recrutés de 1694 à 1755, ils fournissent 13 % des nouveaux académiciens entre 1756 et 1784, et 50 % entre 1785 et 1789. Au moment de sa mise en sommeil au début de la Révolution, l’académie comptait 42,5 % de parlementaires et 22,5 % d’avocats (parmi lesquels les deux derniers mainteneurs reçus sous l’Ancien Régime, en juin 1789), contre respectivement 52,8 % et 3,2 % en 1694. La relève des magistrats par les avocats, qui tendent à les déposséder du contrôle qu’ils exerçaient traditionnellement sur l’institution (en 1772 par exemple, les membres du barreau monopolisent les fonctions de modérateur, de sous-modérateur et de dispensateur et deux des trois postes de censeur), et plus généralement le recul de la noblesse devant la montée de la bourgeoisie des talents ne sont sans doute pas étrangers à l’évolution que l’on constate alors dans l’orientation idéologique de l’académie.

16Ses attitudes philosophiques, religieuses et politiques, telles qu’elles transparaissent à travers les sujets de concours, les œuvres primées ou insérées au Recueil, les délibérations prises en séances privées ou les discours lus en assemblées publiques, connaissent en effet une inflexion notable, d’abord discrète et silencieuse, au cours des années 1750 et au début des années 1760, puis ouverte et éclatante au début des années 1770, au point d’alarmer le gouvernement ; cette conversion aux idées des Lumières, puisque c’est de cela qu’il s’agit, ne fut plus remise en cause jusqu’à la Révolution14.

17L’académie avait pourtant longtemps fait preuve de la plus grande prudence et du plus grand conformisme, ne proposant pour les concours d’éloquence que des sujets de morale et de littérature, et ne distinguant dans tous les genres que des ouvrages parfaitement irréprochables ; elle rejeta en 1748 une ode « qui aurait pu mériter ses suffrages, si l’auteur n’y avait glissé des traits trop libres et qui pouvaient blesser les mœurs ». Le culte monarchique, de rigueur du vivant du Roi-Soleil, se prolongea après sa mort et se reporta sur Louis XV, dont le panégyrique fut prononcé à l’assemblée publique du 9 janvier 1746. Odes et poèmes à thème religieux, qui abondent dans le Recueil, s’attachent à prouver « la vérité de la religion chrétienne » (1717) ou « l’existence de Dieu » (1741), à exalter « la grandeur de Dieu dans ses ouvrages » (1723) ou « la puissance de Dieu » (1761), et à stigmatiser « l’athéisme » (1715), « les égarements de la raison sans la foi » (1739) ou « la source des hérésies et leurs suites funestes » (1748). Tout au plus peut-on soupçonner, dans cette institution si étroitement liée au monde parlementaire, une certaine sympathie pour le jansénisme. En 1728, elle couronna une ode sur La grâce, qui fut dénoncée par les jésuites toulousains aux autorités locales, et dont le cardinal de Fleury interdit l’impression ; il est vrai qu’on était au plus fort de la crise ouverte entre le pouvoir et le parti janséniste par ce que ce dernier appelait « le brigandage d’Embrun »15. Cela n’empêcha pas la compagnie de s’agréger l’auteur, déjà lauréat à deux reprises, comme maître ès jeux, et plus tard comme mainteneur16.

18La lecture des recueils permet de suivre le ralliement progressif de l’académie aux grands « philosophes » du siècle. En accordant à Voltaire, en 1747, des lettres de maîtrise, elle n’avait voulu honorer que le poète épique de La Henriade ; dans les années 1780, c’est un véritable culte qu’elle voue à l’auteur de l’Essai sur les mœurs et du Traité sur la tolérance, dont témoignent par exemple, en 1780, son éloge prononcé en séance particulière et en assemblée publique, et l’idylle Les bergers de Ferney insérée au Recueil. La mort de Montesquieu fut déplorée dans une ode publiée en 1756, et son influence s’avère déterminante tant sur le choix de certains sujets de concours, qui désormais n’hésitent plus à aborder des questions politiques, que sur le contenu des discours primés : « L’amour mutuel du prince pour les sujets et des sujets pour le prince est le plus ferme appui d’un État monarchique » (1756) ; « Les dangers de l’esprit de système dans le gouvernement des États » (1763) ; « Déterminer de quel avantage il est pour un État d’être éclairé sur les objets de sa politique » (1767) ; « Le magistrat n’est pas moins nécessaire à l’État que l’homme de guerre » (1768) ; « Éloge de Louis XII, roi de France, surnommé le Père du peuple » (1782) ; « La grandeur et l’importance de la révolution qui vient de s’opérer dans l’Amérique septentrionale » (1784). Quant à Rousseau, l’académie des jeux Floraux fut, semble-t-il, la première société littéraire française à mettre au concours son éloge, en 1786, et de nouveau en 1787, et la vénération pour le citoyen de Genève éclate dans de nombreux textes publiés sous son égide, comme l’Épître à Julie (1785), l’Hommage à Rousseau de Genève, écrit sur son tombeau (1787), et bien sûr l’élégie de Dougados, où on peut lire ces vers :

Ô Rousseau ! ta fière éloquence
Rappelle l’homme à sa grandeur.
Enfin la nature flétrie,
Par tes mâles accens dans nos cœurs retentit ;
Rousseau, tu fus sans doute un Dieu pour ta Patrie :
Qu’ai-je dit !... ô douleur ! Rousseau mourut proscrit,
Et Rousseau fut l’Auteur d’Émile et de Julie.

19En dépit de précautions d’usage qui ne trompaient personne, tel l’« Avertissement » rappelant en 1770 que les ouvrages « qui ont quelque chose de satirique, d’indécent, de contraire à la religion, au gouvernement ou aux bonnes mœurs sont exclus du prix », et des réticences parfois exprimées par certains de ses membres devant la « philosophie moderne », l’académie a donc adhéré sans équivoque aux grands thèmes des Lumières. La semonce de 1771, par l’avocat Guillaume Martel, le discours de réception de Bertrand Barère en 1788, et surtout le remarquable discours sur la révolution américaine de Jean-Baptiste Mailhe, couronné en 1784, sont autant d’hymnes au progrès de l’humanité, guidée par la raison et la liberté. Bien qu’elle soit vouée aux études littéraires, la compagnie n’ignore pas les progrès des sciences et des techniques, et on ne doit pas être surpris de lire dans son Recueil des poèmes intitulés La physique expérimentale (1745), Le télescope (1760), L’inoculation (1761), ou une Ode sur le premier voyage aérien fait par MM. Pilâtre de Rozier et le marquis d’Arlandes (1785). De même, bien qu’aucun représentant des milieux d’affaires ne figure sur ses listes, elle n’hésite pas à manifester son intérêt pour le développement de l’agriculture et des voies de communication, à prendre position pour la liberté d’entreprise et la liberté du commerce, et à donner sa caution aux doctrines physiocratiques, dont l’ode L’économie politique de Martel, publiée en 1770, forme, avec ses notes explicatives destinées à « mettre sous les yeux du lecteur les premiers principes de la science économique » et ses références à Quesnay, Mirabeau et Le Mercier de La Rivière, un exposé systématique sinon vraiment poétique. Dans le domaine social, elle partage l’engouement d’un siècle sensible pour la philanthropie et la bienfaisance ; en 1763, elle saisit l’occasion de la suppression des jésuites pour demander au public « Quel serait en France le plan d’étude le plus avantageux » ; à la veille de la Révolution, elle milite pour la réforme de la justice criminelle et l’abolition de l’esclavage. Il n’est pas nécessaire de s’étendre longuement sur ses options politiques, qui sont celles du monde parlementaire dont elle prit la défense en 1771 et 1788. Tout en réaffirmant constamment son loyalisme monarchique, elle condamne le « despotisme », prône une royauté tempérée par les lois, où les pouvoirs d’un monarque éclairé, paternel et pacifique seraient équilibrés par ceux des cours souveraines, et donne son appui aux réformes libérales amorcées par les derniers gouvernements de l’Ancien Régime, dont Barère énumère une partie dans son discours de réception : « l’abolition de la torture, l’extinction de la servitude et des corvées, la réforme du code criminel, l’adoucissement de la jurisprudence, et l’état civil des protestants ».

20Ce soutien apporté à l’édit de novembre 1787 s’inscrit dans le combat que l’académie menait depuis un quart de siècle en faveur de la tolérance religieuse, question particulièrement cruciale dans la ville de l’affaire Calas, et qui constitue sans doute l’aspect le plus caractéristique de son engagement dans les affaires publiques17. En 1748 encore, elle avait couronné un poème imputant aux huguenots la responsabilité des guerres de Religion et faisant l’apologie de la révocation de l’édit de Nantes. En 1762, pour la première fois, elle distingue un long poème, Charles IX au lit de la mort, qui condamne explicitement les persécutions religieuses et lance un appel implicite à la tolérance, thèmes qui seront développés dans de nombreux ouvrages publiés à partir de 1763.

21Avec un certain retard sur les participants à ses concours, la compagnie entra à son tour dans la lutte contre le « fanatisme » en proposant pour le prix d’éloquence, au risque d’inquiéter les autorités religieuses et politiques, des sujets débouchant nécessairement sur la dénonciation de l’intolérance : en 1770, l’éloge de Jean-Étienne Duranti, premier président du parlement de Toulouse, assassiné en 1589 par les ligueurs ; en 1771 et 1772, l’éloge de Raymond VII, comte de Toulouse, autre victime exemplaire du fanatisme catholique. L’éloge de Pierre Bayle aurait dû suivre en 1773. mais le chancelier Maupeou, alerté par l’archevêque Loménie de Brienne, ordonna à l’académie « de choisir un autre sujet et de ne point faire imprimer l’éloge de Raymond VII » auquel elle avait décerné le prix, le pouvoir y ayant trouvé « plusieurs choses au moins suspectes ». Cet incident doit être replacé dans le contexte du conflit qui opposait alors les parlements au gouvernement royal, et l’académie attendit la disgrâce de Maupeou pour proposer en 1776 l’éloge de Michel de l’Hospital, chancelier de France. En avril 1787, elle crut pouvoir intervenir directement dans le débat sur le statut juridique des réformés en demandant « Quels seraient les moyens de donner un état civil aux protestants en France sans nuire aux intérêts de le religion » ; mais un mainteneur fit observer que ce sujet, « quoique très intéressant par lui-même, pourrait alarmer le gouvernement », et elle renonça à le mettre au concours. De l’éloge de Clémence Isaure prononcé en 1768 par le marquis de Bélesta, qui le soumit à l’approbation de Voltaire, au remerciement de Barère, les discours prononcés dans ses séances publiques confirment que la majorité de ses membres partageaient la même horreur du fanatisme et de la superstition.

22Pourtant, une analyse approfondie de tous ces textes montre que, si l’académie plaça la question de la tolérance religieuse au centre de ses préoccupations, elle observa sur ce sujet brûlant une circonspection et une retenue que ne doit pas masquer le petit scandale de 1772. Il faut attendre l’éloge de l’avocat Pierre-Firmin de Lacroix, le défenseur de la famille Sirven, en 1787, pour voir affleurer dans le Recueil quelques timides allusions aux procès de Calas et de Sirven, terminés respectivement depuis vingt-deux et seize ans. La situation concrète des protestants sous les règnes de Louis XV et de Louis XVI n’est pratiquement jamais évoquée, alors que les méfaits de la croisade contre les Albigeois, les crimes de l’Inquisition médiévale et les massacres des guerres de Religion font couler des flots d’éloquence indignée. La condamnation des persécutions religieuses est donc sans appel, mais elle s’applique à des époques lointaines, à un passé que l’on veut croire révolu. Surtout, elle ne suppose aucune remise en question du catholicisme, « religion de douceur et de paix » qui ne saurait être tenue pour responsable des forfaits commis en son nom, mais en contradiction avec ses maximes authentiques. La position des mainteneurs n’est donc pas dépourvue d’ambiguïté. Refusant l’usage de la force et de la violence pour arracher la conversion des protestants, mais non le principe même de cette conversion, ils n’ont pas renoncé à l’idéal d’unité catholique du royaume et apparaissent comme humains et sensibles plus que comme vraiment tolérants.

23On a souvent surestimé l’audace et le caractère novateur de l’engagement idéologique de l’académie des jeux Floraux dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Le défi qu’elle lança en 1772 au chancelier Maupeou, qui avait exilé plusieurs mainteneurs adversaires de sa réforme judiciaire, ne doit pas faire oublier que sur la plupart des questions religieuses et politiques elle prit des positions prudentes et modérées, et en tout état de cause peu originales. Son statut officiel d’académie royale et son recrutement toujours dominé par l’aristocratie parlementaire ne lui permettaient pas d’aller au-delà, de même qu’ils rendaient inéluctable l’opposition de la majorité de ses membres au nouveau régime issu de la Révolution, et donc sa rapide disparition au début de celle-ci.

24Plus modeste qu’on ne l’a dit, son rôle dans la diffusion des Lumières, auxquelles elle servit de tribune prestigieuse et de relais efficace, n’est cependant pas contestable. Il entre pour une bonne part, à côté des facteurs institutionnels et sociaux que nous avons évoqués plus haut, dans la réputation exceptionnelle dont elle jouissait auprès de l’opinion éclairée, et dans l’attraction qu’elle exerçait sur de jeunes intellectuels mal à l’aise dans la société d’Ancien Régime et acquis aux idées nouvelles, comme Fabre et Dougados.

Notes de bas de page

1 « Sonnet à l’honneur de la Sainte Vierge, qui a remporté le prix par le jugement de l’Académie en l’année 1771 », dans Recueil des ouvrages de poésie et d’éloquence, présentés à l’Académie des Jeux Floraux, en l’année 1771, 1772 et 1773, à Toulouse, chez I. Rayet, 1773, p. 8. Ce sonnet est resté anonyme jusqu’à ce qu’en 1898 une descendante de Fabre d’Églantine informe l’académie qu’elle en détenait le manuscrit écrit de sa main et signé par lui (Axel Duboul, Les deux siècles de l’académie des jeux Floraux, 2 vol., Toulouse, Privat, 1901. t. I., p. 510 et 602 ; voir aussi Louis Jacob, Fabre d’Églantine, chef des fripons, Paris, Hachette, 1946, p. 16).

2 Dans une lettre adressée à Dougados le 20 mai 1788, le père Hyacinthe Sermet évoque l’élégie « que nos floralistes ont eu l’injustice de ne pas couronner » et ajoute : « Je ne la connais que de réputation, ainsi que votre hymne à la Ste Vierge » (Archives départementales des Pyrénées-Orientales, Lp 234, no 91 ; document aimablement communiqué par Rémy Cazals).

3 « L’Ennui, élégie ; par le P. Saint-Venance, Capucin de Carcassonne », dans Recueil des ouvrages de poésie et d’éloquence, présentés à l’Académie des Jeux Floraux, en 1784, 1785, 1786, 1787 et 1788, à Toulouse, chez D. Desclassan, 1788, p. 285-288. Ce poème est reproduit dans les Œuvres de Venance publiées par Auguste de Labouisse-Rochefort, Paris, Delaunay, 1810, p. 129-134, et dans Albert Marfan, Venance Dougados, 1763-1794. Un poète victime de la Révolution, Toulouse, Privat, 1938, p. 271-274.

4 « En feuilletant par hasard un recueil des pièces couronnées à l’Académie des Jeux Floraux, je fus frappé de la richesse des prix qu’elle distribuait : c’étaient des fleurs d’or et d’argent. Je ne fus pas émerveillé de même de la beauté des pièces qui remportaient ces prix et il me parut assez facile de faire mieux. [...] De là me vint l’idée et l’envie d’être poète » (Jean-François Marmontel, Mémoires d’un père pour servir à l’instruction de ses enfans, à Paris, chez Xhrouet, Déterville, Lenormant, Petit, 1807, t. I, p. 141).

5 Comme le montre la lettre du père Semet citée plus haut, Dougados était déjà connu à Toulouse par sa Quête du blé (1786) dont des copies manuscrites circulaient dans la région : il était entré en relations avec des personnalités de la ville, parmi lesquelles le procureur général du parlement, de Rességuier, et s’était fait recevoir correspondant du musée le 1er mars 1788. Mais le demi-succès de L’Ennui aux jeux Floraux amplifia sa réputation et lui permit d’entreprendre une carrière académique : dans les mois qui suivirent, il fut nommé correspondant du musée de Bordeaux et des académies de Lyon (février 1789), d’Arras (octobre) et de Rouen (novembre) (archives départementales des Pyrénées-Orientales, Lp 234). Il ne participa pourtant pas au concours de 1789, comme il s’en expliqua dans une lettre adressée le 17 avril, de Montpellier, au rédacteur des Affiches de Toulouse.

6 Sur l’académie des jeux Floraux au XVIIIe siècle, consulter Philippe Poitevin-Peitavi, Mémoire pour servir à l’histoire des Jeux Floraux, Toulouse, Dalles, 1815, 2 vol., et Axel Duboul, Les deux siècles de l’académie des jeux Floraux, op. cit.

7 Michel Taillefer, Une académie interprète des Lumières. L’académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse au XVIIIe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 1984, 323 p.

8 Voyage de Carcassonne à Paris par Toulouse, Limoges et Orléans. par Venance Dougados, professeur d’histoire et de droit public à Perpignan, traduit de brigade en brigade au tribunal criminel révolutionnaire, cité par Albert Marfan, op. cit., p. 305, et par Rémy Cazals, Autour de la montagne Noire au temps de la Révolution, Carcassonne, CLEF 89, 1989, p. 157.

9 Jean-François Marmontel, op. cit., p. 144-145.

10 Près de 800 en 1728, 500 en 1765 (Marie-Thérèse Blanc-Rouquette, La presse et l’information à Toulouse des origines à 1789, Toulouse, Association des publications de la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse, 1967, p. 214-215).

11 Selon Daniel Roche, la société académique provinciale, prise dans son ensemble, comportait 20 % de gens d’Église, 37 % de nobles et 43 % de roturiers (Le Siècle des lumières en province. Académies et académiciens provinciaux. 1680-1789, Paris-La Haye, Mouton, 1978, t. I, p. 197).

12 Jean-Baptiste Dubedat, « Les parlementaires aux Jeux Floraux », dans Recueil de l’Académie des Jeux Floraux, 1884, p. 323-353 ; Joseph Buffelan, Parlementaires et jeux Floraux, Toulouse, Imprimerie de la Gazette des tribunaux du Midi, 1954, 28 p.

13 Michel Taillefer, « Les avocats dans les sociétés savantes et les loges maçonniques de l'époque des Lumières », dans Jean-Louis Gazzaniga (dir.), Histoire des avocats et du barreau de Toulouse, Toulouse, Privat, 1992, p. 181-196 [voir infra p. 309-320].

14 Sur l’orientation idéologique de l’académie des jeux Floraux au XVIIIe siècle, consulter Pierre-Joseph Monbrun, « Les jeux Floraux et Jean-Jacques Rousseau », Bulletin de littérature ecclésiastique publié par l’Institut catholique de Toulouse, 1912, p. 311-325, « La lutte “philosophique” en province. L’éloge de Bayle aux jeux Floraux (1772) », ibid., 1912, p. 337-356, « La lutte “philosophique” en province. Les jeux Floraux de Toulouse (1752-1791) », ibid., 1918, p. 135-147, 196-217, 265-282, 1919, p. 266-283, 1921, p. 285-307, 1922, p. 161-181, 280-295, 1923, p. 115-132 ; François de Gélis, « Les philosophes du dix-huitième siècle et les jeux Floraux. L’éloge de Bayle. Voltaire maître ès jeux. Les éloges de J.-J. Rousseau », dans Mémoires de l’académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, 1920, p. 15-56 ; Jean-Bernard Lavit, Une académie provinciale dans le Siècle des lumières : les jeux Floraux de Toulouse (1760-1790), mémoire de maîtrise d’histoire, université de Toulouse-Le Mirail, 1979, 159 p.

15 La déposition de l’évêque janséniste de Senez, Soanen, par le concile provincial d’Embrun, en septembre 1727.

16 L’abbé François Prades, curé de Montégut puis de Castelsarrasin, fut reu maître ès jeux le 9 mai 1728, et mainteneur le 25 avril 1736. Il était le frère du célèbre abbé Jean-Martin de Prades, collaborateur de l’Encyclopédie, dont la thèse de théologie fit scandae en 1751.

17 Michel Taillefer, « Les progrès de l’idée de tolérance dans les élites toulousaines après l’affaire Calas », dans La tolérance, république de l’esprit. Actes du colloque « Liberté de conscience, conscience des libertés », tenu à Toulouse du 26 au 28 novembre 1987, Paris, Les Bergers et les Mages, 1988, p. 97-103 [voir infra p. 451-457].

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.