Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Études sur la sociabilité à Toulouse et dans le Midi toulousain de l’Ancien Régime à la Révolution

 | 
Michel Taillefer

Les loges toulousaines

Un exemple de « tentation académique » dans la franc-maçonnerie des Lumières : la loge Encyclopédique de Toulouse (1787-1792)

Texte intégral

  • 1 Sur les 66 membres résidants (à l’exclusion des associés étrangers et des voyageurs) reçus ou affi (...)
  • 2 Dans l’Histoire de la R:. Loge l’Encyclopédique, Or:. de Toulouse, depuis sa création en 1787 jusq (...)
  • 3 Daniel Roche, Le Siècle des lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789(...)
  • 4 Ce précieux document nous a été aimablement communiqué par les responsables actuels de la loge, à (...)

1On présente généralement la loge Encyclopédique de Toulouse comme une loge d’artisans, ce qui n’est pas tout à fait exact1, et comme un foyer d’idées révolutionnaires, ce qui est encore plus contestable2. Mais on n’a pas suffisamment remarqué jusqu’ici que sa véritable originalité résidait ailleurs, dans son caractère mixte de société à la fois maçonnique et savante, doublée d’une association philanthropique. Elle se rattachait en effet au courant scientifique illustré par les loges des Sciences et des Neuf Sœurs de l’astronome Lalande, qui demeura toujours très minoritaire au sein de l’ordre. Seul atelier français à s’être explicitement réclamé de l’œuvre emblématique des Lumières, elle est la seule loge provinciale qui ait entrepris de marcher sur les traces des Neuf Sœurs parisiennes. Plus tardives et surtout plus discrètes que celles de sa célèbre devancière, ses activités n’en sont pas moins représentatives de cette orientation marginale, mais typique de la franc-maçonnerie française à la fin de l’Ancien Régime, la « tentation académique3 » et philanthropique. En quoi consistaient exactement ces activités ? Quelle part faisaient-elles aux travaux symboliques et aux préoccupations profanes ? Comment furent-elles accueillies par les autres loges et par le Grand Orient ? La réponse à ces questions se trouve dans les archives qu’elle nous a laissées, et principalement dans son livre d’architecture4.

2Fondée le 10 mai 1787 par trois « maçons libres » séparés de leurs ateliers respectifs, l’Encyclopédique se heurta à de nombreuses difficultés. Elle dut d’abord surmonter l’incompréhension, voire la franche hostilité, de certaines loges de la ville, et les hésitations du Grand Orient, qui refusa le 10 février 1788 de lui expédier des constitutions avant de les accorder le 3 avril au terme d’une deuxième délibération de la chambre des provinces. Elle subit ensuite les effets de la conjoncture politique. Confiée à la très aristocratique loge de la Vérité reconnue, son installation fut retardée jusqu’au retour du vénérable de cette dernière, un parlementaire exilé à cause de son opposition à la réforme judiciaire de 1788. La cérémonie du 11 janvier 1789, chant du cygne de la maçonnerie toulousaine d’Ancien Régime, marqua l’apogée de l’Encyclopédique, dont le déclin s’amorça aussitôt après. Tarissement du recrutement, aggravation de l’absentéisme, embarras financiers, espacement des réunions : la Révolution commençante paralysa progressivement ses travaux, qui s’interrompirent le 6 mai 1792. Ils devaient reprendre dès le 20 décembre 1797, mais amputés de leur dimension scientifique, et depuis lors l’Encyclopédique ne se singularisa plus par rapport aux loges régulières affiliées au Grand Orient. L’expérience originale engagée à ses débuts n’avait donc duré que cinq ans et resta sans lendemain, ce qui n’enlève rien à son intérêt historique.

  • 5 Louis Amiable, Une loge maçonnique d’avant 1789. La R:. L:. des Neuf Sœurs, Paris, F. Alcan, 1897, (...)

3Les fondateurs de l’Encyclopédique étaient des maçons de longue date qui, n’ayant pas trouvé dans les ateliers qu’ils avaient fréquentés la satisfaction de leurs aspirations intellectuelles, s’en étaient éloignés pour « s’adonner à l’étude des sciences et des arts libéraux », mais gardaient la nostalgie de l’art royal. Souhaitant réunir ces deux démarches qu’ils avaient dû mener séparément jusque-là, alors qu’elles leur paraissaient complémentaires, ils décidèrent de créer, sous les auspices conjugués de l’Encyclopédie et du Grand Orient, une loge qui joindrait « aux travaux de l’art maçonnique ceux des différents arts et sciences, sans cependant confondre ces travaux les uns avec les autres ». Bien que leurs textes soient muets sur ce point, il n’est pas douteux qu’ils se sont étroitement inspirés du modèle prestigieux des Neuf Sœurs, dont ils ont repris le « double objet » – la pratique simultanée des « vertus maçonniques » et « des sciences, des lettres et des arts » – et maintes dispositions des statuts qu’elle avait fait imprimer en 1779, comme celles qui stipulaient que « tout sujet qui lui sera proposé devra être doué d’un talent quelconque, soit en fait d’arts, soit en fait de sciences », ou que « tout homme de lettres prononcera un discours » et « tout musicien exécutera de même un morceau de son genre à la première grande assemblée après sa réception »5. Mais leurs propres statuts, adoptés le 1er janvier 1788, n’ont pas été retrouvés, et c’est dans leur livre d’architecture qu’il faut chercher les indications permettant de reconstituer les structures de l’Encyclopédique et de préciser la façon dont elles assuraient l’articulation de ses activités maçonniques et académiques. « La respectable loge Saint-Jean sous le titre distinctif de loge Encyclopédique assemblée ordinairement et régulièrement sous le marteau du frère Delherm, vénérable titulaire, les ouvriers chacun sur leurs colonnes respectives, a été ouverte comme d’usage [...]. Les ouvriers payés et renvoyés contents, n’y ayant plus de travail tracé, la respectable loge a été fermée en la forme ordinaire » : à première vue, les procès-verbaux des séances de l’Encyclopédique pourraient être ceux de n’importe quel autre atelier. La procédure de sélection des nouveaux membres, reçus « en la forme accoutumée » après avoir « passé et subi toutes les épreuves requises en pareil cas », le cérémonial des initiations et des augmentations de salaire, les formalités imposées aux visiteurs, les messes et les banquets organisés pour célébrer la Saint-Jean, sont les mêmes que dans toutes les loges contemporaines.

4Pourtant, une lecture plus attentive révèle de nombreuses anomalies par rapport aux usages maçonniques, qui sont autant d’emprunts à ceux des sociétés savantes. Au niveau du langage d’abord : des mots ou expressions tels que « classes », « associés libres » ou « étrangers », « remplir une place », appartiennent au vocabulaire des académies et non à celui des loges. Mais ce qui distingue le plus radicalement l’Encyclopédique, c’est que le nombre de ses adhérents est fixé à l’avance, et que chacun d’eux est affecté à une discipline qu’il s’engage à cultiver : lors de leur première réunion, ses fondateurs s’accordèrent sur « un tableau général où sont comprises toutes les différentes parties des sciences et arts à traiter dans leur loge, et qui ne seront remplies que par un seul frère habile dans sa partie et remplacé que par mort ou par démission » ; un peu plus tard, ils décidèrent que leurs futurs confrères seraient tenus de « donner le jour de leur réception ou agrégation un discours ou un ouvrage relatif à la partie qu’ils devront occuper dans le tableau des sciences et arts » ; on exigea également des musiciens qu’ils apportent un instrument, « ou un morceau de musique s’ils sont compositeurs ».

5Si le respect du rituel et du symbolisme maçonniques rangeait l’Encyclopédique parmi les loges régulières, la limitation du nombre de places et leur spécialisation l’assimilaient à une académie. Bien qu’elle se soit engagée auprès du Grand Orient à éviter la confusion de ses deux types d’activités, celle-ci paraît avoir été la règle pendant les premiers mois de son existence. Les procès-verbaux des initiations et affiliations ne séparent pas les obligations maçonniques des nouveaux « frères et membres » de leurs devoirs académiques : le 19 août 1787 par exemple, « le profane Pierre Bullion [...] s’est présenté à la porte du temple, [et] après avoir subi les épreuves de rigueur a été reçu en la forme ordinaire pour la partie de l’école vétérinaire » ; le 23 septembre suivant, l’inspecteur des Travaux publics Plancade, qui avait demandé à être « affilié » comme membre de la loge « pour la partie du lavis », « après avoir prêté l’obligation d’usage [...] a été affilié et reçu comme membre, et a promis de s’occuper incessamment de son ouvrage de réception ». La production de cet ouvrage – discours ou chef-d’œuvre artisanal – s’intercalait normalement et sans solution de continuité entre la réception au grade d’apprenti et la promotion aux grades de compagnon et de maître.

  • 6 Tableau des F:. Membres de la Société Encyclopédique, établie à Toulouse, en 1787, 8 p. in-4° (FM2(...)
  • 7 Cet article (23 janvier 1788, p. 18-19) souligne que la Société encyclopédique réunissait « le dou (...)
  • 8 Il s’agit ici du vénérable de la loge.
  • 9 On aura reconnu les couleurs du prisme, qui soulignent la vocation scientifique de la Société ency (...)
  • 10 Sur les 47 signataires de ce texte, 2 appartenaient à d’autres loges toulousaines et 13 ne sont pa (...)

6Les statuts qui entrèrent en vigueur au début de 1788 tentèrent de clarifier les choses en distinguant plus nettement deux entités : la loge, vouée aux travaux rituels, et la « société », dotée d’une organisation spécifique adaptée à ses objectifs profanes. La loge continua à se réunir en tenues ordinaires « chaque premier dimanche du mois » et en tenues extraordinaires les autres dimanches (ou plus fréquemment). La société fut structurée en « comités particuliers » qui siégeaient les autres jours de la semaine et rendaient compte de leurs travaux à une « assemblée générale » réunie le dimanche. Une brochure imprimée6 et un article des Affiches de Toulouse7 précisent leur composition et leur programme. Le « comité du lundi » était consacré à l’agriculture théorique et pratique, l’économie rurale, l’école vétérinaire, l’histoire naturelle ; celui du mardi, à la philanthropie ; celui du mercredi, intitulé « comité civique et économique », à l’étude de questions comme l’économie publique, l’abolition de la mendicité, les enfants trouvés, la sûreté des nourrices ; celui du jeudi, aux arts mécaniques ; celui du vendredi, aux beaux-arts ; et celui du samedi, aux sciences. Mis en place à partir du 18 février 1788, ils étaient dirigés par un président qui arborait « un cordon d’une couleur différente pour chaque comité, savoir le rouge pour l’agriculture, l’orange pour la philanthropie, le jaune pour le comité civique, le vert pour les arts mécaniques, le bleu pour la maçonnerie8, l’indigo pour les beaux-arts et le violet pour les sciences9 », un vice-président et un secrétaire. Ces officiers élus par leurs confrères animaient leurs travaux, en présentaient les résultats au « comité général » du dimanche, lui-même placé sous l’autorité d’un « président général », et veillaient à leur recrutement. En effet, si tous les frères de la loge étaient « distribués » selon leurs compétences entre les divers comités, ceux-ci accueillaient aussi d’autres maçons, des profanes et même des femmes. C’est ce que montre la comparaison entre la liste des « membres de la Société Encyclopédique » qui signèrent en avril 1792 une adresse à l’Assemblée législative10 et le registre matricule de la loge, et que confirme un rapport du 22 février 1789 sur le succès du comité philanthropique : « Une infinité de citoyens s’y sont fait agréger et pour administrateurs et pour associés, et [...] dans cette dernière classe il y a beaucoup de dames qui contribueront à l’avantage de ce comité. »

  • 11 En janvier 1789, un « prospectus du comité philanthropique » fut tiré à 1200 exemplaires ; du 23 j (...)
  • 12 Michel Grenon, « La Société encyclopédique de Toulouse », Annales historiques de la Révolution fra (...)

7Bénéficiant d’un statut particulier (tous les membres de la société y étaient « affiliés-nés », il disposait d’un trésorier et de « commissaires » chargés de distribuer aumônes et bons de pain aux indigents) et d’une certaine autonomie (il pouvait « faire ses œuvres pies sans en faire part au comité général »), le comité philanthropique était le plus dynamique, et le seul dont les « opérations » recevaient une large publicité11. Celles des cinq autres comités sont moins bien connues. D’après les indications dispersées dans leur registre, les réflexions des « maçons encyclopédistes » portaient sur l’agriculture (6 %), les beaux-arts (6 %), les sciences (18 %), les arts mécaniques (30 %) et surtout les questions civiques et économiques (40 %). Privilégiant, en bons disciples de l’Encyclopédie, les applications concrètes des sciences et des techniques dans un souci d’efficacité immédiate, ils multiplièrent à l’intention des autorités locales les propositions destinées à améliorer le fonctionnement des services publics et le sort de leurs concitoyens les plus défavorisés, suggérant notamment de « procurer à la ville [...] des huiles pour entretenir les réverbères, en faisant semer des navettes soit dans les communaux, soit autour des remparts », d’établir un « bureau de charité » pour « détruire la mendicité » et un nouveau modèle de bateau « pour empêcher les filles de service de se noyer en allant chercher de l’eau » à la Garonne, ou de perfectionner l’horloge de l’hôtel de ville grâce à un nouvel échappement. Ils s’intéressèrent également à l’alimentation en eau de « tous les quartiers de la ville », au traitement de « la dernière maladie qui attaqua les bestiaux à cornes », à la lutte contre les incendies, au moyen de « détruire la multiplicité des domestiques ». Ils affermèrent en banlieue un terrain où ils se livrèrent à des expériences d’agronomie. En novembre 1790, ils adressèrent à l’Assemblée constituante un mémoire sur les efforts qu’ils déployaient « pour exciter dans toutes les classes de la société le goût des arts et des sciences », et demandèrent en avril 1792 à l’Assemblée législative la création d’un « lycée » pour perpétuer à Toulouse « l’enseignement universel des arts [et] des sciences »12.

  • 13 Un second registre, réservé aux « travaux maçonniques », ne fut utilisé que jusqu’au 28 décembre 1 (...)

8Le système des comités permettait théoriquement à l’Encyclopédique de dissocier ses activités maçonniques et académiques ou philanthropiques ; mais dans la pratique elles restaient étroitement imbriquées et souvent mélangées. Le livre d’architecture de la loge contient aussi les délibérations du comité général de la société13, et son rédacteur commet de nombreuses confusions entre les deux plans, écrivant par exemple que « le comité général a été assemblé en la forme ordinaire sous le marteau du frère Delherm vénérable ». Le vénérable de la loge était en effet le président de la société, et les assemblées générales de celle-ci se confondaient avec les tenues extraordinaires de celle-là. Déroutés par ces subtilités, des frères visitants ou des commissaires des autres ateliers, qui n’auraient dû être admis « que le premier dimanche de chaque mois » lors des tenues ordinaires, se présentaient parfois pendant les réunions du comité général, l’obligeant à suspendre provisoirement ses occupations profanes et à ouvrir « un bout de loge extraordinaire » pour les recevoir rituellement.

  • 14 Son principal fondateur, Guilllaume-Marguerita Delherm, la présida toute la période, mais il fut r (...)

9De tels incidents, qui reflètent l’incapacité de l’Encyclopédique à établir une stricte démarcation entre ses différentes activités, ne pouvaient que conforter la méfiance dont elle était l’objet de la part des maçons les plus traditionalistes. Accusée d’être « peu instruite de la maçonnerie et de ses règles » et de les violer « journellement », elle s’en écartait effectivement sur deux points au moins, en conférant habituellement les trois grades symboliques au cours de la même cérémonie, et en ayant à sa tête un vénérable « nommé à perpétuer »14. Mais le grief majeur qui lui était adressé tenait évidemment à l’hétérodoxie de son projet à la fois maçonnique et scientifique. Dès qu’il fut connu, en juin 1787, Saint-Joseph des arts, une des plus anciennes loges de Toulouse, dénonça au Grand Orient l’ambition de ses fondateurs

  • 15 Imputation surprenante à cette date, mais que paraît confirmer une note de l’adresse à l’Assemblée (...)

d’élever une société d’un nombre fixe composée de différents états qui doivent journellement dans un lieu particulier s’occuper à perfectionner suivant leur imagination les sciences et les arts et les porter à leur période ; ils se proposent de donner ensuite dans le même lieu des séances publiques et [d’] étaler leurs productions ; mais craignant d’être troublés dans leurs occupations, ils ont décidé entre eux de vous faire la demande de constitutions pour former une loge [...] et se mettre par là à l’abri des recherches que serait dans le cas de faire la police15.

10Et quelques mois plus tard :

Nous vous répétons, très chers frères, que leur plan est tout opposé à celui que dicte la vraie maçonnerie, et quoique le Grand Orient sache par expérience que tous les projets académiques s’évanouissent [...], l’art royal est prêt à recevoir une forte secousse si cette société est placée au rang des loges constituées.

11Les deux rapporteurs successifs de la chambre des provinces exprimèrent les mêmes réticences : le frère Valète rappela que « lorsque le Grand Orient constitue une loge, son intention est que les membres qui la composent ne s’occupent que des travaux qui soient relatifs à l’art royal. La loge impétrante annonçant d’autres objets qui nous sont absolument étrangers, la chambre des provinces doit refuser les constitutions demandées » ; le frère Noirdemange confirma que « la loge en instance a l’intention de s’occuper de sciences étrangères à la maçonnerie, ce qui lui paraît [...] contraire au but et aux principes de l’art royal ; c’est pourquoi il a estimé que par cette raison la demande ne devait pas être accueillie ». Mais,

ce rapport terminé, la matière mise en délibération, il a été observé [...] qu’il serait peut-être à désirer que la maçonnerie s’occupât d’objets utiles à la société, tels que la culture des arts et sciences, parce qu’il n’en pourrait résulter que de grands avantages pour le bien commun ; que d’ailleurs l’institution de la maçonnerie a pour objet le soulagement de l’humanité, et que c’est y tendre que de se livrer à des connaissances qui peuvent coopérer au bien de l’État [...]. Toutes les observations faites et la matière suffisamment éclaircie, le vénérable frère orateur [de la chambre des provinces] a conclu à ce que les constitutions soient accordées.

12Le revirement du Grand Orient se manifesta aussi à Toulouse, où les ateliers qui s’étaient opposés à la constitution de l’Encyclopédique acceptèrent d’assister à son installation. Exceptionnellement rassemblées pour cette occasion, toutes les loges régulières de l’orient l’encouragèrent à suivre la voie originale qu’elle avait choisie. Les vénérables de la Paix et des Élus de Chartres vantèrent « l’union des sciences et des arts » et « la réunion des talents avec les qualités philanthropiques » ; l’orateur des Cœurs réunis en espéra « un avantage pour l’accroissement des connaissances humaines et pour l’exercice des vertus », et celui de Saint-Joseph des arts lui-même se félicita du « bien qui pouvait résulter de la réunion des diverses parties qu’exercent les membres de l’Encyclopédique et surtout de leurs qualités philanthropiques ».

13Il semble donc que s’amorçait, dans les toutes dernières années de l’Ancien Régime, une évolution du mouvement maçonnique vers une plus grande ouverture sur la recherche intellectuelle et l’engagement civique. La Révolution fit avorter cette inflexion à peine esquissée ; mais, après celle des Neuf Sœurs, la création de l’Encyclopédique de Toulouse avait ouvert un débat qui n’est toujours pas clos parmi les maçons, entre ceux qui souhaitent cantonner la franc-maçonnerie dans la poursuite de son but initiatique et ceux qui voudraient l’orienter vers l’action idéologique et sociale, voire politique.

Notes

1 Sur les 66 membres résidants (à l’exclusion des associés étrangers et des voyageurs) reçus ou affiliés de 1787 à 1792 dont le statut socio-professionnel nous est connu, 4 provenaient de la petite noblesse, 3 des milieux d’affaires, 30 des professions juridiques, intellectuelles, médicales, scientifiques et artistiques, et 29, soit seulement 44 %, de l’artisanat proprement dit, dont près de la moitié (14) des métiers du bâtiment. L’absence presque totale des métiers de l’habillement et de l’alimentation renforce la dominante « technicienne », plutôt qu’« artisanale », du recrutement de la loge.

2 Dans l’Histoire de la R:. Loge l’Encyclopédique, Or:. de Toulouse, depuis sa création en 1787 jusqu’à ce jour qu’il a publiée à l’occasion du premier centenaire de l’atelier (Toulouse, Vialelle et Cie, 1887, XII-220 p.), Pierre Calas transpose indûment ses convictions républicaines à la période prérévolutionnaire. Pour une mise au point sur ce problème, voir Michel Taillefer, La franc-maçonnerie toulousaine sous l’Ancien Régime et la Révolution (1741-1799), Commission d’histoire de la Révolution française, Paris, 1984, p. 234-236.

3 Daniel Roche, Le Siècle des lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris-La Haye, Mouton, 1978, t. I, p. 279.

4 Ce précieux document nous a été aimablement communiqué par les responsables actuels de la loge, à qui nous exprimons toute notre gratitude. Nous avons également utilisé les sources disponibles au fonds maçonnique de la Bibliothèque nationale : procès-verbaux de la chambre des provinces (FM1 80), correspondance (FM2 455) et registre matricule (FM3 599) de l’Encyclopédique, dossiers des autres loges toulousaines (notamment FM2 446, 457, 461, 462, 466, 480, FM3 550 et 551), ainsi que les Affiches de Toulouse et du Haut-Languedoc pour les années 1788 et 1789 (BN, 4° Lk11 976).

5 Louis Amiable, Une loge maçonnique d’avant 1789. La R:. L:. des Neuf Sœurs, Paris, F. Alcan, 1897, p. 32-33.

6 Tableau des F:. Membres de la Société Encyclopédique, établie à Toulouse, en 1787, 8 p. in-4° (FM2 455, dossier 3).

7 Cet article (23 janvier 1788, p. 18-19) souligne que la Société encyclopédique réunissait « le double avantage des académies et des associations philanthropiques », mais passe sous silence son origine maçonnique.

8 Il s’agit ici du vénérable de la loge.

9 On aura reconnu les couleurs du prisme, qui soulignent la vocation scientifique de la Société encyclopédique.

10 Sur les 47 signataires de ce texte, 2 appartenaient à d’autres loges toulousaines et 13 ne sont pas connus comme maçons (Archives nationales, F17 1309, f. 6).

11 En janvier 1789, un « prospectus du comité philanthropique » fut tiré à 1200 exemplaires ; du 23 janvier 1788 au 20 mai 1789, les Affiches de Toulouse l’évoquèrent à douze reprises, faisant notamment allusion à une « assemblée publique tenue à l’hôtel de ville » au printemps de 1789.

12 Michel Grenon, « La Société encyclopédique de Toulouse », Annales historiques de la Révolution française, n ° 185, octobre-décembre 1966, p. 452-454.

13 Un second registre, réservé aux « travaux maçonniques », ne fut utilisé que jusqu’au 28 décembre 1788.

14 Son principal fondateur, Guilllaume-Marguerita Delherm, la présida toute la période, mais il fut réélu en 1789 et 1791.

15 Imputation surprenante à cette date, mais que paraît confirmer une note de l’adresse à l’Assemblée législative d’avril 1792 selon laquelle « la Société, pour être autorisée à tenir ses séances, avait pris la dénomination de Loge et Société Encyclopédique et tous les emblèmes de la franc-maçonnerie ».

© Presses universitaires du Midi, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540