Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sociologues et la recherche urbaine

 | 
Pierre Lassave

Chapitre VI. Entre gare et bibliothèque

Texte intégral

Les jeunes gens qui eurent vingt ans en 1830 n'avaient pas connu l'éveil progressif des esprits sous la Restauration, les formes renouvelées de l’espérance et de la création. Ce qu'ils avaient vu en ouvrant les yeux, c’était l'éruption soudaine d’une nouvelle littérature sur les ruines du vieux Parnasse, la déroute de la vieille monarchie, les trois fulgurantes journées. À peine sortis de l'adolescence, ils avaient imaginé l’avenir sous des couleurs prestigieuses. Au contraire de leurs prédécesseurs, ils n’étaient pas préparés à cheminer aux côtés d’une grise humanité en lui montrant l’idéal. L’enthousiasme tombé, ils jugèrent mal le monde et la vie ; ils aperçurent un abîme entre le réel et le rêve. Cette aile juvénile du romantisme crut vivre en des temps contraires, dont sa vocation la séparait.
Paul Bénichou
L'École du désenchantement (1992).

1En un ultime effet de zoom rapprochant, on confrontera les itinéraires témoins de Isaac Joseph (IJ par la suite) et de Christian Topalov (CT) selon trois séquences analytiques : 1 L’édification d’un projet reconnaissable dans le milieu de la recherche urbaine ; 2. La publication d’ouvrages assurant la métamorphose du chercheur local en auteur original ; 3. Les extensions récentes du programme individuel de recherche en acte.

1. L'ÉDIFICATION D'UN PROJET

2Cette séquence inaugurale, plus ou moins longue selon les cas, est généralement marquée par deux rites de passage. Le premier, d’entrée, consiste en la réalisation sous sa propre responsabilité, souvent partagée, d'un contrat de recherche ; le second, d’institution, est la proposition inédite d'un projet qui vaut programme de recherche et sollicite les instances de crédit intellectuel et institutionnel. On dérogera à la règle de l'alphabet en commençant par CT pour qui l'entrée en recherche urbaine fut plus précoce et plus directe, sinon plus décisive que pour IJ. Le premier, frais diplômé en économie et sociologie, trouve en effet son premier et durable emploi comme chercheur au Centre de sociologie urbaine (CSU), au début de l'année 1968, donc dans le contexte de développement sans précédent de la demande de sciences sociales. Le second, jeune universitaire partagé entre la philosophie et la sociologie, rencontre la commande publique quelques années plus tard au moment où le mot crise commence à faire fortune dans le corps social.

De la machine au miroir

3Après un bref récit de son origine socio-familiale (ascension sociale récente dans le milieu de la publicité à Paris) et de sa double formation universitaire, CT présente ainsi ses premiers pas dans la recherche.

« Donc j'en viens à la socio, les sciences sociales étaient alors en vogue, et j'ai fait une licence d'économie et de sociologie simultanément après la philo. C'est une formation qui m'a d'ailleurs marqué. J'aurais pu devenir aussi bien économiste que sociologue, et c'est le marché du travail qui, je crois, a décidé. C'est là où l'urbain arrivera, bon. Un autre élément de cette époque, c’est le tiers monde. La première petite recherche que j'ai pu faire, dans le cadre du des de Sciences-éco était sur les structures foncières (déjà !), sur les latifundiaires du Nordeste du Brésil. Au-delà de signifiants plus personnels dont je ne ferai pas état ici parce que ce n'est pas le sujet, ce mémoire était pris dans un contexte, la Zone des Tempêtes, le Che, etc. Enfin tout ce tiers-mondisme des années soixante. Je dois préciser qu'en rentrant à la Sorbonne, j'étais un jeune catholique militant, ce qui fait partie, je crois, de la définition d'un itinéraire. Les choses dont je devais m'occuper devaient être importantes, il fallait faire le bien, d'où le tiers monde. »

4Récit des commencements qui reflète le climat intellectuel des années soixante, où l'engagement dans les sciences sociales était porté, bien au-delà des enjeux universitaires, par la conviction que le changement du monde était l'enjeu principal. Déjà, ainsi que le suggère CT, le mémoire d'économie sur le mode de production latifundiaire (dirigé alors par Celso Furtado, figure de l'intelligentsia développementiste brésilienne) contient nombre d'ingrédients de l’œuvre à venir. Un rapide survol de son édition brésilienne, publiée dix ans plus tard (Estruturas Agrarias Brasileiras, 1978), montre en effet que cet inventaire des théories de la rente foncière s'appuie sur le matérialisme historique, adopte une posture comparative (entre l'histoire européenne et brésilienne), construit un argument typologique sur les formes de fonctionnement économique (systèmes féodal, latifundiaire, capitaliste), et se réfère aux grands auteurs classiques à la frontière de l'histoire, de l'économie et de la sociologie (outre K. Marx et F. Engels, M. Weber, M. Bloch). Déjà aussi s'engage la confrontation entre théorie et empirie que redouble celle entre connaissance et action. Mais CT nous dit pourquoi ce premier ouvrage initiatique, qui participe au long débat sur la Réforme agraire brésilienne (1963), ne l'a pas conduit vers une carrière d'économiste engagé dans le développement des pays pauvres, et il nous apprend par là même comment il fut pris dans le mouvement, alors porteur, de sociologie urbaine.

« Comment ça s'est passé ? J'ai été syndicaliste étudiant et à un moment donné j'ai été président du groupe de socio à la Sorbonne ; et dans le cadre de cette activité, j’ai été amené à rencontrer, à leur demande, les responsables du csu, Paul Rendu et Claude Cornuau, qui cherchaient à établir des contrats de vacation convenables avec les étudiants. Puis quelque temps plus tard, Claude Cornuau, ayant un contrat de recherche à exécuter sur la promotion immobilière, a pensé à ce jeune syndicaliste qu'il avait rencontré à la Sorbonne. Exemple minuscule d'un phénomène plus général, du rôle de l'engagement militant dans les carrières de ce milieu, ou en tout cas pour les étudiants (...) C’était donc une recherche pour le compte du ministère de l'Équipement ; elle devait fournir un environnement sociologique ou qualitatif à un gros modèle de simulation quantitative du développement urbain (...) C'était pour moi l'occasion de faire de l'anthropologie économique en termes marxistes ; avec les modes de production, leur articulation, les transitions, toutes ces choses-là. Le fait que la commande provienne d'un ministère n'avait pas d'importance particulière pour moi ; mais la rencontre avec Conan en cours de route a modifié ce point de vue. Là, il s'est noué un rapport comme sans doute il savait les établir avec d'autres de façon plus générale, qui était un rapport curieusement paternel car à l'époque c'était encore un homme fort jeune, il m'avait pris sous son aile, il trouvait mes travaux prometteurs pour un jeune homme de 23 ans comme ça... Et puis je crois que pendant des années j'ai écrit pour cet homme [...] J'ai fabriqué cette recherche avec ce que j'avais alors en tête et j'ai l'impression qu’on ne se remet pas vingt ans plus tard, de ces premières dispositions [...] Les structures de rapports sociaux, les systèmes d'agents, les agents agis par les dits rapports, le fonctionnement aveugle de la structure, tout cela marchait très bien à l'époque [...] Cette enquête sur les promoteurs a eu un extraordinaire succès [...] Le regard d'autrui était le seul critère pour se penser soi-même [...] Conan, les collègues du CSU, Touraine également m'encourageaient ; j'ai même eu le plaisir particulier de me voir offrir un emploi à l'immobilière de construction de Paris, ce que j’ai pris alors avec une certaine légèreté. Le rapport a été publié dans la collection Recherche urbaine chez Mouton, alors coordonnée par Manuel Castells. Mais malgré le succès, je ne me considérais pas alors comme un auteur [...] Je me rappelle d'ailleurs une remarque d'Alain Cottereau que j'avais rencontré par hasard dans le bus, et qui me disait qu'un tel articulait ses modes de production avec un tournevis. J'ai par la suite fait le lien entre cette image et cette critique de mon ouvrage, parue je ne sais plus où, dans Métropolis peut-être, et qui disait que mon matérialisme historique soufflait comme un vieux diesel. »

  • 1 Citons le drame néo-réaliste et militant Main basse sur la ville (1963) du cinéaste italien Frances (...)
  • 2 « L'administration du ministère de l'Équipement cherchait à mettre au point un modèle économétrique (...)
  • 3 Voir pour une synthèse théorique de cette période : Le Profit, la rente, la ville (1984).

5Ce morceau de mémoire laisse entendre l'enthousiasme conquérant du savoir critique d'alors qui, souvent malgré lui, trouve ses racines dans le messianisme chrétien. On n'insistera pas sur la proximité conjoncturelle entre les cadres de la recherche urbaine et ceux du mouvement étudiant, qui préside ici au recrutement d’un de ses éléments prometteurs. Quant aux cadres de l'urbanisme qui poussent à la commande de savoir, ils subissent le syndrome de la tâche d'huile, cette urbanisation anarchique qui défie toute volonté de maîtrise. En ces années de croissance planifiée, toute explication rationnelle de ce hiatus retiendra l'attention des administrateurs dépassés par le marché. Ceux-ci veulent ainsi en savoir plus sur les mécanismes d’action de ces promoteurs qui défraient alors la chronique1. M. Amiot résume bien la situation dans laquelle s'engage le premier contrat de CT2. Sans revenir à notre tour sur cet ouvrage qui signe l’insertion de celui-ci dans la recherche urbaine, on se limitera à quelques brèves remarques sur la rencontre entre le parcours qui s’annonce et l’esprit du temps. Les déplacements conceptuels qui structurent l’ouvrage (de l’acteur à l’agent, ou du marché au système de places) illustrent la fameuse coupure épistémologique, grâce à laquelle le concret de pensée se dégage, purifié de sa gangue idéologique (pour emprunter le langage de la glose althussérienne). La démonstration de l’économiste devenu sociologue s’appuie sur un épais matelas de données statistiques modélisables, et refoule en notes infrapaginales les impondérables locaux, familiaux, ou symboliques du système considéré. L’objectivation des pratiques tend à considérer comme secondaire le sens qu’elles revêtent aux yeux des agents. Une décennie de « schizophrénie heureuse » (1968-1978) voit notre socio-économiste contractuel se partager entre de multiples activités militantes et professionnelles, d'enquêtes immobilières, et d’actualisation de la théorie princeps3. Expert de la réforme foncière au parti communiste et au ministère de l’Équipement, il joue également au plan international un double rôle de conseiller de la Révolution des Œillets au Portugal et de missionnaire de la nouvelle sociologie urbaine dans les universités latino-américaines. Mais la rétrodiction de ce moment intense fait ressortir les doutes alors refoulés par l’impératif pratico-théorique.

« Il y avait de mon côté une absence totale d'intérêt pour la vie dans la ville ; pour les habitants, pour ce qu'ils y faisaient. Les habitants c'était la demande sur un marché, catégories que je prétendais démolir. Et là encore l’anecdote est parlante. Je me souviens avoir accompagné Mireille Bertrand dans un meeting à Cergy-Pontoise. Les communistes y étaient nombreux et avant la réunion je m'étais baladé avec eux dans la ville nouvelle, où je n'avais jamais mis les pieds. Ensuite, ce fut le meeting pour le Programme Commun, etc. Dans la répartition des orateurs j'étais chargé d'analyser les raisons pour lesquelles la politique du logement était catastrophique. Je développais donc la logique du profit, de l'austérité, etc. Et puis, dans la discussion entre militants et sympathisants qui a suivi, j'ai retenu une phrase qui disait : “Mais vous savez, ici on n'est pas si mal, on vit bien, il y a des problèmes, mais la ville c'est pas mal”. »

  • 4 « Je ne sais si cela rentre dans le champ de ton enquête mais une expérience analytique personnelle (...)

6Divers événements convergent par la suite pour remettre en cause la vision finalisée et économiste du monde de l'expert-militant. On a déjà évoqué cette sorte d'homologie entre le passage des fourches caudines de la science institutionnelle (intégration au CNRS en 1975), les illusions perdues de l'eurocommunisme, le discrédit du courant marxiste dans la recherche urbaine et la découverte libératrice et fascinante de la ville américaine. Les troubles d'identité subséquents (désir de reconversion en archéologie, dont l'arrière-plan psychanalytique échappe à notre approche4), seront le ferment de la rencontre avec les traditions de la sociologie et de l'histoire sociale. Quelques bribes de récit illustrent la volonté de reconquête qui anime celui qui rencontre alors les revers de l'Histoire. Après avoir évoqué l’irritation que suscita en lui la quasi-absence de référence à ses travaux dans l'Histoire de la France urbaine (ouvrage de synthèse publié en 1985 sous la direction de M. Roncayolo), puis de son malaise face à la relégation brutale du marxisme au musée de la pensée, CT revient sur son aventure américaine, cette nouvelle Terre promise.

« Donc, il y avait là pour moi la nécessité de redevenir l’interlocuteur de quelqu'un qui puisse me dire “Tu es bon !”. Ce n'est pas du tout pareil à quarante ans qu'à vingt-cinq. Être un jeune chercheur prometteur ça se fait tout seul quand on se trouve dans une situation qui vous y conduit ; faire un comeback c'est autre chose ! Un des aspects de l’étranger c'est de repartir à zéro, de ne pas avoir d'image, d'arriver à New-York et de se dire : j'ai un an pour conquérir cette ville, c'est-à-dire se faire inviter pour faire des conférences et recevoir des dollars pour cela, et qu'ensuite je fasse des projets communs, et qu'on réalise, et qu'on publie, le tout dans une langue que je maîtrisais très mal à l’époque. Donc, il y avait cette espèce de recherche de nouveaux principes de légitimation, intellectuelle, personnelle. »

7Sur son chemin de Damas, CT va chercher les « instruments (qui lui permettront) de reconnaître à quel bégaiement (il) appartient ». L’évolution de M. Conan le conduit ainsi vers « l'inspiration dérangeante de Foucault » (l'auteur de Surveiller et punir notamment et non pas ses épigones du CERFI, naguère adverses) et la fréquentation de A. Cottereau lui indique le chemin de la généalogie de l'urbanisme. « Ce dernier chercheur, précise-t-il, avait balisé le terrain, désigné les objets dès 1968. Donc j'ai mis mes pas dans les siens, de façon générale je me suis toujours mis dans les pas de quelqu'un ; je crois que je suis plus un bon professionnel qu'un innovateur ».

8Mais si la reconstruction ex post peut donner l'illusion d'un tracé linéaire, à plus forte raison si nous y rajoutons la nôtre, les écrits reflètent les tensions de la quête. Au tournant des années quatre-vingt, les publications de CT se déploient selon trois registres correspondant aux séquences successives du parcours intellectuel : le premier achève une décennie de travaux passés à l’articulation de la rente foncière et de la ville, le second prolonge l'interrogation sur les politiques de logement dans une perspective historique et internationalement comparée, enfin le troisième engage l'auteur dans une série de travaux généalogiques sur la réforme sociale et l'urbanisme au tournant du siècle.

  • 5 Texte présenté au congrès mondial de sociologie de Mexico (1982). Voir références en Annexe 4.
  • 6 La première vise la préconstruction étatique des objets de recherche qui condamne à ne plus voir le (...)

9Un texte programmatique – Social Policies from Below, 1985 – signalé par notre interlocuteur, définit cette troisième et durable dimension5. L'auteur y affirme en substance que si le marxisme urbain a su montrer que les ouvriers ne sont pas que force de travail ou capital variable, il n'en aurait pas pour autant tiré la conséquence épistémologique qui serait de partir des pratiques sociales non réductibles à l'antagonisme capital/travail. Il donne trois raisons à cet empêchement : la fascination de l'État, un usage réducteur du concept de reproduction de la force de travail, et les limites de l'analyse traditionnelle des conflits de classe6. Pour surmonter ces obstacles, CT découvre les vertus heuristiques de l'histoire sociale et précisément de ce nouveau collège invisible et international qui s'est saisi, depuis les années soixante, de la vie quotidienne concrète des travailleurs eux-mêmes. Il se réfère notamment aux travaux novateurs de Edward P. Thompson et Eric J. Hobsbawm au Royaume-Uni, de Herbert G. Gutman aux États-Unis, de Madeleine Rebérioux et Michelle Perrot en France, pour affirmer que cette histoire par en bas permettra en retour un réexamen complet des résultats qu'avait accumulés auparavant l'histoire par en haut. Revenant sur les deux grands postulats culturalistes à l'origine de l'histoire de la classe ouvrière dans les pays industrialisés, à savoir d'un côté son intégration au darwinisme social (cf. R. Bendix) et de l'autre sa résistance communautaire à la modernisation (E.P. Thompson, H.G. Gutman), l'auteur précise qu'une nouvelle problématique émerge que « l'on peut caractériser par deux orientations qui dépassent la thèse culturaliste. D'abord cette réalité ouvrière qui résiste à l'ordre capitaliste n'est pas un phénomène de transition. Elle est spécifique à l'âge industriel et manifeste donc les contradictions du capitalisme lui-même. En outre, les modes de vie ouvriers ne sont plus interprétés seulement en termes de "culture", ou de "systèmes de valeurs". Ils sont analysés comme le produit de transformations des conditions matérielles et sociales : de la division du travail, de la structure urbaine, des institutions d'encadrement de la vie quotidienne et des consommations collectives ».

10Le fil du funambule est ainsi retendu entre économisme et culturalisme pour de nouveaux exercices d'articulation (mot fétiche qui a jusqu’alors accompagné CT dans ses expériences successives). L'appel doit être entendu :

« Nous avons besoin de développer des recherches qui interrogent les politiques sociales à partir de l'étude des transformations historiques des modes de vie et de travail des couches populaires. On retrouve là, dans une trajectoire qui part des travaux marxistes des années 1970, un des domaines les plus classiques de la sociologie d'inspiration culturaliste. Il est donc particulièrement important de construire objets et méthodes de façon à conserver tout l'acquis de nos travaux antérieurs et ne pas sombrer dans un empirisme sans issue. »

11La voie comparative est alors celle du salut.

« Les travaux comparatifs internationaux sur les politiques sociales, inspirés du paradigme critique des années soixante-dix, se sont attachés à analyser la diversité des structures productives. Peut-être peut-on maintenant progresser en direction d'une comparaison internationale des transformations historiques des modes de vie populaires, et interpréter par là des différences et des décalages qui se donnent à voir dans l'État mais restent inintelligibles à ce niveau. »

12Dans cet appel à l'histoire sociale par en bas, CT redistribue ses cartes dans le jeu engagé depuis l'origine entre théorie et empirie, économie et sociologie, structure et acteur. La conjoncture intellectuelle de retour à l'acteur et à la mémoire collective y conduit avec l'émergence, au sein du milieu alors disséminé de la recherche urbaine, de la thématique des modes et histoires de vie. Pour CT, avançant modestement sur les traces de M. Foucault ou dans les pas de A. Cottereau, la généalogie de ses propres illusions perdues renouvelle sa raison sociale. La société savante comme seul horizon remplace dès lors le double front, théorique et politique, de naguère. Le miroir a remplacé la machine.

Des disciplines aux interactions

13Abordons à présent le récit de l’entrée moins immédiate d’IJ dans la recherche urbaine. Celui-ci, après avoir énoncé dans notre entretien ses coordonnées sociales (migrant de la petite bourgeoisie égyptienne juive) et scolaire (agrégé de philosophie parisien) évoque ainsi son intégration universitaire :

« À la sortie de l'agreg de philo, je me suis inscrit en thèse avec Canguilhem sur un sujet qui concernait le mouvement des Idéologues (Volney, Destutt de Tracy, Cabanis, etc.). Puis j'ai fait une première année d'enseignement. J'avais des classes préparatoires à Douai. Et 68 arrive là-dessus, je passe ; et en octobre 1968 je suis nommé assistant de socio à Lyon... Et j’y débarque, néophyte en socio et militant Mao. Les premiers contacts avec les étudiants ont été importants car je me trouvais dans un milieu que je n'avais pas connu à Paris, plus modeste dans ses origines. Et il y a eu une espèce de conjonction entre notre proximité générationnelle, le moment post-68 dans les facs et la prise de distance à l'égard de l'académisme universitaire. Alors le métier de sociologue c'est peu dire que c'est une rencontre, un hasard... Il était entendu que lorsqu'on était agrégé de philo on pouvait enseigner la sociologie. Il y a donc eu, en forçant la note, comme un mépris pour cette discipline à l'origine de la carrière... Inscrit sur la lafma Philo, j'ai alors dû reprendre mon histoire des Idéologues avec Canguilhem... L'institutionnalisation du discours révolutionnaire et la mise en place, par les Idéologues, du dispositif de gestion et d'éducation de la population me passionnaient, dans l'optique foucaldienne, avant d'ailleurs la publication de Surveiller et punir. Et donc, j'ai été inscrit dans la case Philo moyennant une cinquantaine de pages, sorte de gage à Canguilhem qui pensait que j'avançais ma thèse. Il faut dire aussi que je venais de militer à plein temps au Secours Rouge entre 1968 et 1972... Et donc j'arrêtais là ces activités de manière un peu brutale, par lassitude »

  • 7 Pour un rare survol documentaire de l’œuvre et de l’expérience de F. Deligny, voir F. Ribordy-Tscho (...)

14On doit aux Idéologues, intellectuels modérés au crépuscule de la Révolution française, d’avoir redéfini les principes modernes de gestion et d'éducation de la population. L’approche généalogique qu'entame IJ à leur propos se réduit à trois notes significatives : « Le champ de l'idéologie » ; « Destutt et Kant » ; « Cabanis Idéologue ». Ces notes emboîtent le pas de M. Foucault qui, dans Les Mots et les choses (1966), situait les Idéologues parmi les manifestations ultimes du rationalisme français menacé par la critique kantienne de la raison. Elles esquissent quelques rapides croquis des précepteurs d’un savoir d’État qui prend le Travail pour loi, la Manufacture comme modèle et la Famille comme répondant. Elles éloignent le jeune agrégé de philosophie de la pratique théorique tant académique que militante (selon le modèle althussérien alors en vogue) et le disposent à l'analyse institutionnelle qui va par ailleurs saisir la recherche urbaine. On peut se demander si cet intérêt pour les Idéologues, ces traducteurs raisonnables de la raison révolutionnaire qui ont vu tout valser (leur raison, leurs croyances...), ne correspond pas au désenchantement politique qui affecte alors le chercheur parmi tant d’autres. Quelques articles publiés dans la revue du CERFI (Recherches), montrent que le jeune maître-assistant se lie momentanément à ce groupe émergent. Il y parle de sa rencontre avec Fernand Deligny, dans son établi cévenol de psychothérapie institutionnelle des enfants mutiques7. Célébrant la « Tentative Deligny », IJ y fait une critique vigoureuse de la clôture des causes communes qui, telle la psychanalyse alors rayonnante, ont partie liée avec le langage, « ce roi des tricheurs, partenaire considérable et adversaire inéluctable de cet humain-là » que représente alors Janmari, l'enfant mutique. Retenons également l'ébauche de thèmes qui importeront par la suite : l'attention portée au déconcertant, à l'inadvertance, aux constellations ouvertes telles « ces lignes d’erre » que tracent les allées et venues compulsives de Janmari. C’est par ce détour hors de l’enceinte universitaire que IJ rencontre M. Conan qui a passé contrat avec F. Deligny et F. Guattari pour qu’ils formalisent leur expérience institutionnelle.

« Je parle alors à Conan de mon intérêt pour cette espèce de généalogie des dispositifs de normalisation de la famille. Ça l'intéresse et ce sera mon premier acte de chercheur contractuel ; je constitue une équipe à Lyon, avec Philippe Fritsch et Alain Battegay, on travaille pendant deux ans, et ça donne en 1977, Disciplines à domicile. »

15Cette recherche répond elle aussi manifestement à une proposition que M. Foucault formule dans Surveiller et punir : « Il faudra un jour montrer comment les relations intrafamiliales, essentiellement dans la cellule parents-enfants, se sont “disciplinées”, absorbant depuis l'âge classique des schémas externes, scolaires, militaires puis médicaux, psychiatriques, psychologiques, qui ont fait de la famille le lieu d'émergence privilégié pour la question disciplinaire du normal et de l'anormal ». (SP, 1975, p. 217). Elle correspond par ailleurs à l'interrogation fondamentale d'un ministère alors en proie à l'incertitude de ses missions. La dissolution des familles et l'éclatement spatio-temporel de ses membres défient la programmation des équipements sociaux. Faut-il aménager des aires de jeu pour enfants dans les ZUP révoquées ? Que s'est-il donc passé dans la famille, levier d'intégration du corps social de 1850 à 1950, et domicile de l'État ?

  • 8 Ph. Ariès, L'Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime (1960).
  • 9 C’est d'abord l’enfant otage des Frères de l'École Chrétienne qui devient à force d'inculcation, le (...)
  • 10 Il se démarque alors de travaux parallèles accentuant l’hypothèse répressive de Foucault, notamment (...)

16S'appuyant sur l'hypothèse de Philippe Ariès8 selon laquelle la famille occidentale s’est édifiée en foyer d’affection et d’intimité depuis que (années 1650 et suivantes) l'enfermement scolaire s'est substitué au libre apprentissage comme système d'éducation juvénile, IJ explore alors les multiples dispositifs de normalisation qui ont pris l’enfant et la famille pour fait et cause. Une succession de tableaux évoque non seulement le lent avènement d'une société de la loi à une société de la norme (M. Foucault), mais aussi l'enchevêtrement de tactiques disparates d'origine scolaire, pénitentiaire, hospitalière ou pastorale9. Loin des grandes manœuvres d'un Etat tout puissant, le généalogiste s'intéresse aux interstices, aux aléas des scènes successives, sans cacher son goût pour le spectacle naïf ou cynique des intrigues ordinaires et incertaines10. L’hypothèse répressive et totalitaire, hâtivement attribuée à la généalogie foucaldienne des dispositifs de normalisation, est ici mise à mal par le rappel des atermoiements et oppositions entre les redresseurs de la nature perverse et les éveilleurs du bon sauvage ou entre les visionnaires de la société de surveillance et les gestionnaires discrets du bon usage. Tensions mais aussi résistances confuses telle celle de la classe ouvrière qui s'oppose à l’organisation sociétaire du capital en se crispant sur ses faibles liens communautaires.

17La grande ville qui n’est pas un espace sérialisé comme la ville-usine du Petit travailleur infatigable (L. Murard, P. Zylberman, 1976), apparaît en toile de fond comme milieu opaque où les disciplines s'accumulent autant qu'elles s'épuisent. Thème porteur que l’auteur effleure à peine ici à propos des dangers de la promiscuité et de la ségrégation sociale que le réformateur du siècle dernier conjurait déjà dans l’utopie du brassage ou de la mixité spatiale – CT l’abordera de son côté par d’autres voies, quelques années plus tard. Publié en 1977 dans la revue-collection du CERFI auquel IJ est momentanément associé depuis l’aventure Deligny, le texte voisine avec ceux de Philippe Fritsch et de Alain Battegay, autres membres de l’équipe lyonnaise (le premier explore la construction de la famille comme objet par les pères de la sociologie ; le second complète l’approche généalogique des sociétés de patronage).

18Quelques mois plus tard, un extrait de cette recherche était communiqué au colloque de Montpellier (1978) dans l’atelier Famille, vie collective et nouvelles formes de sociabilité. Retenons de ce texte (Du foyer aux territoires) l’accent mis sur la soumission des modalités contemporaines de gestion de l’espace public aux ambivalences du psychanalysme (les concepts mous de désir et de territoire remplacent alors le fonctionnalisme désuet). Un commentaire de texte d’Oscar Newman (Defensible Space, 1972) montre en particulier comment une éthologie des voisinages, cette nouvelle discipline urbaine des jeux de contact et de regard, correspond à l'intériorisation de la norme par le déviant moderne qui n'est plus l’étrange barbare du siècle dernier. Quelques jalons sont ainsi posés pour l’observation ultérieure des jeux entre l'urbanisme social (premiers dossiers Habitat et Vie sociale en 1977) et l’entreprise sécuritaire (thème fort de la commande publique des années quatre-vingt).

« Le gros déplacement d’objet s'opère pour moi en 1978 ; je découvre alors la ville comme le milieu de la résistance à la normalisation, c'est-à-dire à l'opposé de la famille. Ariès, qui avait aimé Disciplines à domicile, m'aide dans cette direction, plus que les sociologues. A noter tout de même que Bourdieu était entré dans le lard de Donzelot et d'Anne Querrien et m'avait laissé tranquille, peut-être parce qu'il avait travaillé avec Fritsch, ou parce qu'on avait fait attention à ne pas trop solidifier cette logique de la normalisation, en montrant justement qu'elle prenait eau de toutes parts, qu'il n'y avait absolument pas de cohérence entre les logiques institutionnelles, que ce soit celle de la philanthropie ou celle de l'éducation ou de la santé ; bref, mais tout ça au travers d’un parcours qui n'est pas historique mais généalogique. Le débat avec les historiens était également tendu, parce qu'on marchait sur leurs platebandes. Mais Ariès nous a aidé, et donc le gros du déplacement d'objet c'est un texte. Résistances et sociabilités, qui l'annonce. Conan avait alors beaucoup aimé, il a essayé de le faire lire et commenter par Althusser, Edgar Morin et je ne sais qui d’autre. Ce texte traçait un peu un programme de recherche qui revenait à des traditions sociologiques peu connues ; à Simmel, en particulier, que j'avais découvert dans la version anglaise. Et donc entre Simmel, Goffman, les textes de Chicago, etc. je découvre la ville un peu comme l'espace qui ne se laisse pas traiter comme une institution ou un lieu de la reproduction et de l'enfermement. Et donc là, je retrouvais des fils aussi bien chez Goffman que chez Ariès lui-même qui, après L’Enfant et la famille, avait pris langue avec Sennett... À l'époque dans les gens proches, comme ceux du cerfi, Murard, Zylberman, la ville c’est surtout la ville-usine, présente comme dispositif de normalisation. Et bien entendu, ce n'est pas cette ville qui m'intéresse. Et pendant deux ou trois ans je travaille sur les formes de sociabilité urbaine. »

19Publié finalement dans les Cahiers du groupe de recherches sur le procès de socialisation (Université Lyon II), ce texte d'une cinquantaine de pages, avec en annexe des traductions de morceaux choisis de G. Simmel, E. Goffman, etc., ne dément pas son annonce programmatique. Il satisfait au rituel de purification du moment. Côté impasse, les vulgates de la microphysique du pouvoir qui confinent au couple répression/résistance ; côté promesses, les tentatives (F. Deligny, G. Simmel, E. Goffman) de repérage des formes naturelles et miniatures de la vie en commun. La découverte de G. Simmel est liée à celle de ses héritiers de l'École de Chicago mais aussi à la présentation que les sociologues belges Jean Rémy et Liliane Voyé firent d'elle dans La Ville et l'urbanisation (1974). Quant à sa rencontre avec E. Goffman, IJ nous livre un aperçu de ses circonstances

« Lorsque je me suis engagé dans ce projet autour de Résistances et Sociabilités, j’ai eu un moment de panique ; je me suis demandé si je n'étais pas en train de réinventer la psychologie sociale ou la sociométrie à la Moreno. C'est en lisant ces auteurs que je me suis aperçu que j'étais loin d'une psychosociologie des proximités ; c'était plutôt à l’opposé. Et c'est dans la foulée que j'ai relu Goffman dont je ne connaissais qu'Asiles et quelques autres textes. C'est alors que j'ai découvert une affinité déterminante. »

20Il s'agit dès lors pour IJ de mettre entre parenthèses les contenus trop massifs de l'Histoire pour rendre compte, en deçà du langage et de l'expérience, des régularités minimales que la régulation politique ignore. Plus précisément, en ces temps de déprise des discours englobants, IJ tend à se démarquer des pesanteurs de l’hypothèse répressive cultivée par le CERFI.

« Poursuivre la microphysique du pouvoir de Foucault nécessite que l'on passe à l'analyse microscopique des processus de socialisation comme le disait Simmel, analyse des interactions sociales qu'ont essayé de poursuivre les sociologues de Chicago ou Goffman, entre autres... Ainsi les résistances n'auraient pas uniquement pour modèle la lutte, mais aussi la fuite, le retrait, le silence, l’indifférence, la ruse, la composition, le détournement, etc., toutes formes qui n'entrent pas dans l'opposition simpliste du terrorisme et de la dissidence, ni dans la dialectique des regards ou dans le corps à corps de la surveillance et de la docilité. »

21Échapper à l'emprise du symbolique et au leurre des contenus sans succomber à l'apologie du silence ni à l'allusion éthologiste en-deçà du langage, prend l'allure d'un défi. Mais il faut, pour le surmonter, ne pas éluder la fameuse question du sujet (rite de définition alors quasi-initiatique dans l'exercice universitaire). Au-delà de la consistance territoriale (« repères, lignes d’erre, trajets, établis ») et de l'intensité émotionnelle (« émoi commun, nous primordial, pote ») de l'autiste delignyien, G. Simmel offre donc le sujet atomisé du citadin et E. Goffman les relations syntaxiques qui le définissent en acte. Après l'atelier industriel de K. Marx, la bibliothèque institutionnelle de M. Foucault et l'établi de F. Deligny, s'annonce ici le laboratoire urbain de E. Goffman, milieu naturel de la sociabilité réticulaire in statu nascendi, en deçà des rapports sociaux de production et autres déterminismes.

« Cette naturalisation du monstre qui fait du nomade le marchand et donc le fondateur de la ville, du vagabond sans attaches le citadin par excellence, oblige à penser ensemble régularités/irrégularités, organisation/désorganisation, socialisation/désocialisation, et fait de la crise le régime normal de l'ordre urbain. Au vocabulaire politique de la mise en place qui est adaptée à l'analyse d'objets institutionnels, se substitue le vocabulaire naturaliste de l’émergence des formes dans un milieu. »

  • 11 Empruntant cette utile distinction à G. Deleuze, il précise avec ce dernier. « Alors que le plan d' (...)

22Entre la sociabilité comme lien et la sociabilité comme liant, ou facilité de liaison entre les individus, IJ choisit donc le second terme, plus proche du « plan de consistance » que du « plan d'organisation »11. Poursuivant sa quête des formes qui déjouent toute idée d'essence, il s'avance vers une sociologie du tact, dont l'aventure peut-être la bonne forme, celle dans laquelle l'accident se transforme en expérience, à partir d'une série de calculs quasiment magiques, qui n'ont rien à voir avec la chaîne ordinaire des raisons. On pourrait résumer les multiples déplacements de thèmes, de concepts et d’auteurs opérés par le tableau suivant :

résistances

→ sociabilités

plan d'organisation

→ plan de consistance (Deleuze)

contenu

→ formes (Simmel)

régulation

→ régularités/irrégularités

corps dociles (Foucault)

→ corps d'ombres (Simmel)

dispositifs

→ interactions

histoire sociale

→ histoires naturelles

généalogie (Foucault)

→ dramaturgie (Goffman)

23Ces déplacements suggèrent plus les points de repères et les lignes de fuite d'un projet qu'ils ne fixent méthodiquement les termes d'un programme de recherche stricto sensu. Tout se passe comme si le contenu du message ne pouvait s'exprimer que sous une forme légère, abstraite et suggestive. L'élégance de l’essai simmelien ou la naïveté feinte des descriptions goffmaniennes montrent l'exemple du lien, sinon du liant, entre le style et le sens.

  • 12 Sans revenir non plus sur ce texte (« La ville-laboratoire et le milieu urbain ») on ne peut manque (...)

24Le projet de Résistances et sociabilités prend tournure au seuil des années quatre-vingt, notamment à la faveur de multiples séjours aux États-Unis où IJ explore le trésor peu connu en France de l'École de Chicago, s'acculture au monde de l'interactionnisme symbolique et se familiarise avec l'œuvre de E. Goffman. On a déjà évoqué l'enthousiasme fébrile qui accompagna la traduction des textes fondateurs de l'École de Chicago en collaboration avec Y. Grafmeyer (chapitre III). Sans revenir sur « l'événement capital et lamentablement romantique » que constitua pour notre traducteur la rencontre avec la trépidante ville américaine, notons qu'il confirme dans la présentation de cet ouvrage de référence, les grandes lignes de son projet de sociologie du tact12.

  • 13 Modes de vie ; Pouvoir local ; Couches moyennes. Il convient de noter que l’activité de ces réseaux (...)
  • 14 Citons parmi les participants (outre IJ) : A. Battegay, J.S. Bordreuil, Ph. Gumplowicz, J. Ion (coo (...)
  • 15 Article paru dans la revue Espaces et sociétés (no 38 39-1981) qui consacra un dossier aux travaux (...)

25Les liens que le jeune universitaire entretient désormais avec la Mission de la recherche urbaine du ministère de l'Équipement suscitent d'autres occasions de préciser son projet. En ce tournant des années quatre-vingt, le milieu dispersé de la sociologie urbaine tente de surmonter la crise de financement en se regroupant, au-delà des nouveaux clivages statutaires, en réseaux thématiques13. Il en est ainsi du réseau « Vie privée/vie publique » (initialement dénommé « Espaces et vie quotidienne ! ») qui associe pendant trois ans des chercheurs de Saint-Étienne, Lyon, Aix et Paris14. Ce groupement éphémère peut être considéré a posteriori comme l'embryon du futur programme de recherche sur les Espaces publics géré par le Plan urbain et dans lequel IJ jouera progressivement un rôle central. Au contact de la thématique du réseau, le projet singulier d'IJ affine ses contours, notamment dans ses « Éléments pour l'analyse de l'expérience de la vie publique »15. D'entrée de jeu, l'auteur convertit en problématique sociologique le sentiment, alors dominant parmi les professionnels de la ville, de la perte de sens d'un urbanisme qui s'épuise dans la réparation sociale locale et la gestion quotidienne des services de proximité.

« En un sens, la sociologie de la vie publique, des relations en public, peut être taxée de reproduire le discours courant de l'époque qui déplore non seulement la subordination grandissante de la société civile à l'État, mais aussi sa dissolution progressive en une poussière d'atomes individuels ou minoritaires, avec pour seul problème politique celui de la gestion du “droit à la différence” et avec pour corrélat l'apologie quasiment religieuse de la rencontre. C'est cette question que j’aimerais plus particulièrement prendre en compte. Pour la formuler non plus de manière critique mais positivement : en quoi peut-on dire du passage du privé au public, de la “publication” qu’elle est une expérience sociale fondatrice. Dans quelle mesure peut-on lire dans cette expérience une épreuve ou une affirmation de socialité ? »

  • 16 En schématisant à l'extrême, la première tire son idéal des Lumières, donc de la concertation de pe (...)

26Faisant écho aux débats du réseau sur l'histoire sociale de l'opposition du privé et du public (et d'un courant thématique plus général en France : Ph. Ariès et G. Duby mettent alors à l'ouvrage la coordination d'une Histoire de la vie privée), l'auteur distingue trois modèles de publication : la société savante, la société de cour et la mondanité16. Marquant ses distances avec la perspective critique et historiquement englobante de l'École de Francfort (cf. L'espace public selon J. Habermas), il fait un bout de chemin avec R. Sennett (de La Famille contre la ville aux Tyrannies de l'intimité) pour rendre enfin une nouvelle visite à E. Goffman, et nous préciser qu’entre-temps sa microsociologie « est passée d'une analyse de ce qui se passe en public par le biais d'une métaphore théâtrale à une conception beaucoup plus radicale où la dissolution du sujet est portée à son comble, où il ne reste plus que des segments, alternativement visibles ou invisibles en fonction de la situation ». En cette pétition naturaliste, où les mentalités peuvent « retrouver leur chair », la conversation s'impose comme objet d’analyse affranchi des hantises de l'anonymat et de la communion. À son endroit s'y déploie une série d’interactions qui vont de « l'inconséquence » (parler en l'air) à la « vigilance insomniaque » (les variations de la réserve). Si la sociabilité devient la forme ludique des forces éthiques à l'œuvre dans la société concrète, l'attention à la conversation « peut finalement retrouver deux nostalgies : une nostalgie de l'équilibre et une nostalgie de l'excès ». La première pouvant être une « version banalisée, gestionnaire de l’utopie libérale » ; la seconde devant souffrir autant le symptôme privé de la « folie dans la place » (E. Goffman) que la renaissance de « rituels de confirmation historique » (l'auteur cite, actualité oblige, la prière publique des ouvriers de Gdansk). Au terme de ce texte publié à la veille du changement politique de 1981, les cartes maîtresses apparaissent : le plan de consistance de la sociabilité urbaine et la micro-écologie des situations d’interaction, leurs référents historiques et leurs lignes de fuite éthiques. L’auteur s’affirme en passant des disciplines aux interactions. Comment le confirmera-t-il sur le terrain ?

Premier parallèle

27Si l'on devait repérer par des dates ce que les deux parcours de recherche ont partagé avec l'histoire générale, on choisirait ; 1968 pour l'acquisition de dispositions à la critique sociale plus ou moins articulée à une activité militante ; 1978 pour le dépassement de paradigmes obsolescents : et 1981 pour l'établissement de perspectives renouvelées. Il va de soi que ces trois moments ne coïncident pas nécessairement avec des événements particuliers. Si les Événements de 1968 ont pu représenter la fusion momentanée des histoires individuelle et collective, 1978 côté critique et 1981 côté programmatique symbolisent plutôt des moments aux bornes chronologiques imprécises. La charge symbolique de l'événement énoncé est en outre fort variable d'un récit à l'autre. Si pour CT, 1978 condense la fin de l’eurocommunisme et la mise en question de sa propre adhésion au paradigme marxiste, pour IJ, la rupture de la Gauche en France a pu avoir moins d'importance que la découverte la même année de la ville américaine ou de l’École de Chicago. Si inversement, pour IJ les rodéos de l'Est lyonnais couplés avec l’avènement en 1981 d’un régime relançant la recherche urbaine mélioriste ont pu déclencher le signal d’un programme expérimental, pour CT, cette redistribution institutionnelle comportait moins d’enjeu que le renouvellement de son réseau de relations avec les universitaires américains ou britanniques. En creux ou en plein, ces trois dates servent de repères pour appréhender les convergences et les divergences de parcours, révélatrices des jeux du texte et du contexte.

28Au-delà des variations carrière militante (brièvement active puis longuement détachée pour IJ ; plus durablement active puis plus nettement détachée pour CT), les Événements de 1968 rapprochent nos deux itinéraires en ce qu’ils accompagnent une même phase d’insertion professionnelle pendant laquelle la discipline sociologique semble loin d’avoir été vécue comme vocation. CT qui aurait pu alors embrasser une carrière d’économiste du développement à la suite de son mémoire sur les structures agraires brésiliennes, a rencontré le marché du travail en tant que socio-économiste de la question urbaine, ne mobilisant que partiellement ses compétences de sociologue. 1968 marque aussi pour lui son entrée officielle ou contractuelle dans la recherche urbaine. Quant à IJ, alors jeune agrégé de philosophie hésitant entre l’essai conceptuel et le journalisme militant, c'est peu de dire, avec lui-même, que sa rencontre avec la sociologie urbaine est alors le fruit du hasard. On ne manquera pas cependant de dérouler l’enchaînement fatal des circonstances énoncées : le refus de concourir pour l’École normale supérieure, le peu d’attrait pour l’enseignement secondaire, l’offre de l’université lyonnaise lorsque la sociologie ne manquait pas de prestige, la rencontre de M. Conan au cours de l'épisode Deligny. Dans les deux cas donc, l’insertion dans le milieu flou de la sociologie urbaine peut être considérée comme une dérivation naturelle par rapport à des projets intellectuels insuffisamment formulés. On a vu dans l’enquête générale que l’on devient sociologue par défaut, du moins dans le récit des origines qui associe la spécialité à la résolution moyenne d’un conflit de vocation. Cet effet de subsidiarité disciplinaire a joué dans les deux cas : CT s’est fait sociologue chez les économistes puis historien chez les sociologues et IJ a oscillé entre le philosophe et l'anthropologue chez les sociologues. Dynamique interdisciplinaire conforme au milieu de la recherche urbaine qui se définit par l'affranchissement des traditions.

29Pourtant, c'est le travail de deuil ou de dépassement des références théoriques primordiales (Das Kapital pour CT, Surveiller et punir pour IJ) qui suscite à partir de 1978, notre second point nodal, l'exploration de traditions localement dépréciées ou méconnues. CT revient sur l'origine de l'antagonisme capital/travail comme point aveugle de tout discours moderne sur le social, tandis que IJ déroule la filiation phénoménologique de l'écologie urbaine de l'entre deux-guerres, au principe d'un nouveau plan de consistance. On a déjà évoqué le rôle de catalyse que joua la ville américaine redécouverte comme réalité sensible, laboratoire métaphorique, ou Terre Promise. L'urbain et son lot d'abstractions disparaît quand la ville apparaît dans toute sa concrétude fluante, insaisissable. Mieux vaut dès lors suspendre ses idées, mettre en épochè ce qui risque trop l'aporie (comme l’expérience l'a montré) et choisir un chemin de traverse. A chacun sa diagonale du fou : l'histoire sociale du peuple et de sa réforme pour l'un ; la micro-écologie de la vie quotidienne pour l’autre. Bifurcations qui délaissent chacune derrière elle quelque fardeau trop lourd : l'économie des signes pour CT (si loin de J. Baudrillard) la structure du mythe pour IJ (si loin de C. Lévi-Strauss).

30Il y aurait donc de l'aveugle et du paralytique dans notre étude de cas : ce que l'un ne peut saisir en termes de microphysique des formes symboliques de la vie sociale, l'autre en rend compte dans le menu, et inversement pour la macrophysique du monde et ses échafaudages structuraux. Croisement de diagonales qui balaie large aux alentours de la ville, et qui pourrait constituer quelque forme élémentaire de renouvellement du champ de la sociologie urbaine. Après 1981, chaque identité, complémentaire mais opaque l’une à l'autre, se redéploiera entre plusieurs registres. Pour IJ, il s'agit tout à la fois de traduire ceux qui ont déjà écrit ce qu’il pense et veut dire (G. Simmel, R.E. Park, E. Goffman), de transformer ses commentaires en essai réflexif à portée philosophique et de s'engager enfin dans l'expérience vive de l'enquête d'actualité. Pour CT, il convient de clore définitivement une décennie de théorie économique sur la rente foncière urbaine, de rassembler les morceaux épars en une histoire socio-économique du logement et de se lancer enfin dans la généalogie de la réforme urbaine.

31Mais ce dernier parallélisme ne doit pas masquer des situations bien différentes, sinon opposées, tant sur le plan institutionnel que conceptuel. Pour le premier, il s'agit de confirmer le contrat extra-universitaire qui le lie au monde civil ; pour le second, il s'agit de rompre avec ce dernier afin d'intégrer le monde universitaire ou, à défaut, de l'universalité savante. On ne peut manquer dès lors de relever une série de décalages temporels typiques entre les deux itinéraires. Il en va ainsi des différences triviales de contexte entre la commande publique de 1967 (à l'origine du recrutement de CT) et celle de 1976 (premier contrat d'IJ) ; avant la crise de 1968 et après celle de 1974 pourrait-on dire autrement. Dans le premier cas, la ville est un enjeu pour l’Etat modernisateur, la technocratie s'interroge sur les moyens de la productivité. Dans le second cas, la ville sombre momentanément dans les errements du projet antérieur, le pouvoir divisé et décentralisé s'interroge sur les fins du progrès. D'où peut-être l’attente d'explication systémique dans le premier cas et celle de compréhension éthique dans le second.

32Sans doute, face à l'épuisement du paradigme structural, la publication de Surveiller et punir, en 1975, fait-elle différemment date pour chacun. Pour IJ, cet ouvrage marque le point d'origine de son approche naturalisante des régularités plutôt que des régulations enfermées dans la logique du pouvoir, alors que pour CT, il est la planche de salut qui légitime le renouvellement de sa problématique. Si tous deux partagent avec M. Foucault son détachement de « l'hypothèse répressive », le premier partira de sa microphysique du pouvoir pour décrypter, via G. Simmel puis E. Goffman, les mouvements multiples et infinitésimaux de la scène publique, tandis que le second mettra à profit sa méthode généalogique pour investir la mémoire universelle de ses propres croyances passées. C'est d'ailleurs contre ces dernières, ne serait-ce que le structuro-fonctionnalisme du marxisme urbain, qui l’a construit son projet, de sorte qu'au tournant des années quatre-vingt, son point de vue peut prendre le relais du renom qu'avait localement acquis CT dix ans plus tôt.

33Si enfin les grands auteurs (K. Marx, M. Foucault, G. Simmel, E. Goffman) furent les « rois d'armes » de cette bataille on ne peut manquer de souligner le rôle déterminant joué par quelques figures moins olympiennes, telle celle de M. Conan sorte de « héraut d’armes » du champ, puis celles de F. Deligny (IJ) et de A. Cottereau (CT) en tant que consciences critiques et momentanément exemplaires.

2. OUVRAGES CHARNIÈRES

34Dans les deux cas de figure, ces ouvrages liés à un travail de thèse universitaire transforment une série d'observations, d’interventions et de réflexions antérieures en une synthèse originale. Il s'agit, pour les deux candidats à la reconnaissance publique, de s'abstraire des contingences de la recherche contractuelle et expérimentale pour faire entendre sa voix dans le concert des pairs et au-delà. Double opération identitaire donc : définir sa propre position intellectuelle, et la faire connaître auprès de publics choisis. Si l’une ne va pas sans l’autre, leurs destins respectifs ne sont pas nécessairement liés. Immédiate ou tardive, la reconnaissance du public qui confère au scripteur l’autorité d’auteur, s’écarte du processus qui a conduit le chercheur à solliciter un lectorat plus large que d’habitude. Quel que soit le destin de leur réception, ces ouvrages opèrent chacun une transition dans la carrière. Pour IJ, il s'agit de formaliser dans le genre de l'essai ses intuitions et lectures sur la ville comme laboratoire de la sociabilité, avant d'entreprendre des enquêtes plus systématiques de micro-écologie de l’espace public. Pour CT, il s'agit de synthétiser dans une perspective historique les résultats de plusieurs années d'études sur les conditions de production du logement avant de s'adonner à l’exploration généalogique de la réforme sociale. Les deux éditeurs qui ont finalement recueilli les projets correspondent à deux canaux distincts de légitimation. Ainsi, CT publie aux Presses de la fondation nationale des sciences politiques avec le concours du Centre national des lettres. IJ quant à lui, publie à la Librairie des méridiens dans la jeune collection « Sociologie des formes » alors dirigée par R. Ledrut et dont la maison mère (Klincksieck) accueille, sous l’égide de M. Maffesoli, divers essais de sociologie de la vie quotidienne. En clair, le premier canal de publication relève d’une institution universitaire plus établie que le second qui dépend d'un récent et fragile réseau d'échange de civilités disciplinaires. Avant de mettre ces produits en parallèle, on rendra compte de leur spécificité respective, en essayant de reconstituer quelques fragments de genèse, d'esquisser les contours du contexte, de dégager les armatures conceptuelles, et d'examiner les éléments de réception. Les dates de parution déterminent l'ordre de présentation.

Le Passant considérable

35Revenons au récit biographique. Au début des années quatre-vingt, IJ partage donc son temps entre l'enseignement de la sociologie à l'université de Lyon, l’exploration de la ville américaine, la traduction de l'École de Chicago, les contrats pour le ministère de l'Équipement et last but not least, diverses chroniques journalistiques sur la vie quotidienne à Lyon avec quelques reportages sur le Moyen Orient. À son retour des États-Unis, il rencontre à nouveau l'histoire française.

  • 17 U. Hannerz, Explorer la ville, (1983).

« À mon retour en 1981, c'est le moment des premières émeutes de banlieue et celui de l'arrivée de la gauche au pouvoir. L'idée de monter un programme de recherche-action sur l'urbanité et l'ethnicité me paraît alors opportune. Avec des collègues du département de socio et des anthropologues (Fritsch, Battegay, Métral, etc.) on crée donc une association de recherche et d'action de formation dans les enclaves dites défavorisées. Et les choses prennent très vite beaucoup d'ampleur et me font prendre goût, je le reconnais, à une espèce de jeu entrepreneurial. Il s'agit de monter des programmes, de négocier les financements, et très vite, avec la formation, les budgets deviennent importants. Donc l'ariese, de 1982 à 1985, c'est une petite boîte de 17 salariés avec 3 millions de chiffre d’affaires qui fait aussi bien de l'accueil à Vaulx-en-Velin, à Bron ou ailleurs, des stages d’animation, de la création d'associations, etc. Mais le suivi en termes de recherche était un peu bancal et, de mon côté, il y avait une absence totale de formation aux méthodes ethnographiques, de terrain. Ces lacunes ont produit quelques heurts entre les membres de l’équipe. Parallèlement, je traduis Hannerz en 1982, ça sort en 1983, à l'invitation de Gutwirth, histoire de fournir aux étudiants un outil plus actualisé que celui de l'École de Chicago, logique de l'enseignant oblige17. Après cet ouvrage, j'éprouve une espèce de frustration intellectuelle à me limiter au travail de traduction et de présentation. Je me dis qu'il faut que je fasse quelque chose moi-même, et donc je me relance dans une thèse, de nouveau en philo, confirmation ; je demeure mal à l'aise en socio. C'est Deleuze que je vais voir et on est resté en contact pendant trois ans de 1981 à 1984. Mais à vrai dire, je n'ai jamais été officiellement inscrit à Paris VIII, laissant toujours passer le délai administratif. Ce qui m'intéressait c'était d'être suivi par Deleuze. Et au bout du compte, en 1983-1984 je ramasse sur un coin de table des notes disparates, et ça donne Le Passant considérable. »

  • 18 Dans un rapport de 1983 cet intellectuel collectif prenait ainsi ses marques. « Le terme de sociali (...)

36Le récit des circonstances nous instruit sur le composé de rôles et de désirs à l'origine de l’ouvrage. La volonté de recherche-action qui anime alors l'enseignant-traducteur, selon le modèle humaniste-naturaliste d'un R.E. Park ou dans la veine entrepreneuriale d'un W. Lloyd Warner, place l'auteur virtuel devant un dilemme : ou bien s'engager dans l'expérience ethnologique, au sens quasi-total que lui donne André Leroi-Gourhan (1968) et qu'incarne plus près de nous C. Pétonnet, ou bien renouer avec la filiation philosophique afin d'échapper à la « médiocrité sociologique ». C'est à nouveau l’intervalle que choisira et conceptualisera l'essayiste. La frustration du traducteur qui diffère l'aventure du terrain aiguise ainsi le désir d'écrire en son nom, quitte à se perdre en digressions autour de cet acte même de publication de soi. Car tel semble être en filigrane l'objet principal du brillant essai à commenter. Du moins est-ce l’hypothèse que nous tenterons d’instruire. L'impétrant non inscrit va écrire pour G. Deleuze, mais sans aller au bout de son désir de philosophie. Ses notes simmeliennes, chicagoennes et goffmaniennes suffisent à l'esquisse libre d'une sorte de « guide fragmentaire pour l'attention », à défaut de thèse étayée par l'observation ethnographique de la dispersion de l'espace public. Cette hypothèse sur la publication de soi a pu laisser perplexe notre interlocuteur car elle délaisse l’intellectuel collectif dans lequel l’auteur s’inscrit lorsqu’il tente de ravaler le paysage conceptuel. Il en va par exemple du concept de « procès de socialisation » qui fédère le programme de l’Équipe de recherche associée du CNRS dans laquelle s’inscrivait IJ aux côtés de Y. Grafmeyer, de Ph. Fritsch, de Ph. Lucas ou de J. Métral18.

  • 19 Titre que l’on doit à Mallarmé évoquant le poète Arthur Rimbaud, « l’homme aux semelles de vent ».

37Les banlieues sont alors en effervescence, les jeux troublants de la double appartenance et du couple racisme/antiracisme mettent les Beurs en marche dans l'espace public (1983). L'urbanité est en jeu et son intelligence se dégage mal des apories d'un droit à la différence captif de l'ethnocentrisme des enclaves ou du ghetto. Après la chute du survol structural, l'heure est à l'hétérogénéité des jeux de langage (J.F. Lyotard, J. Derrida) et au réenchantement d’un monde aléatoire où l'irréversibilité et l'indétermination sont la règle. Dans ce contexte, Le Passant considérable19, cet essai sociologique à mi-chemin entre philosophie et littérature, défie tout commentaire réducteur. On se limitera ici à quelques remarques qui précisent ou élargissent la progression conceptuelle précédemment évoquée.

38Dans une écriture travaillée, où la métaphore fait corps avec le concept, l’essai se répartit en dix chapitres relativement indépendants. Le premier (l'Étranger-traducteur) introduit la problématique d’ensemble : comment l’espace public combine-t-il l’intégration des situations et l’intégrité individuelle ? Comment peut-on dire d'une simple conversation qu’elle respecte autrui et soi-même ? Les chapitres suivants explorent une série discontinue de thèmes : l'Actualité qui se détache de l'histoire, cette éternelle littérature des nourrices, et qui retrouve l'ondulation du moment ; les Visages qui révèlent l'oscillation du commun et de l'unique et créent la réciprocité immédiate des rencontres ; la Précarité qui est le lot du migrant, de la conversation ou du trafic ; les Intervalles qui soutiennent le monde des apparences concertées en sa texture paradoxale ; les Routines qui grâce à leurs ready made expressifs (l'et-cetera) font circuler à vive allure du sens heureusement incomplet ; la Réserve qui fonde un savoir des distances fait de malaise et d'embarras ; le Double langage qui permet de sauver les faces en empruntant la logique du traître et du combinard ; les Réseaux de sociabilité, de communication et de transaction qui forment la trame des destins mobiles ; et enfin les Convictions qui mêlent croyances et désirs à l'encontre de toutes les tyrannies et confèrent à l’espace public sa consistance fragile. Précisons seulement les quatres dimensions ou ambitions de l’ouvrage : 1. Polémique ; 2. Éthique ; 3. Pédagogique ; 4. Esthétique.

391. S'appuyant sur Gabriel Tarde, que G. Deleuze lui a fait découvrir, IJ condamne la double incapacité d'une certaine sociologie européenne à s'étonner devant les pulsations superficielles du social.

« Il y a deux grandes erreurs sociologiques dit Tarde, deux grands leurres : le leurre panoramique qui nous fait croire que l'ordre des faits n'est perceptible que si l’on sort de leur détail essentiellement irrégulier pour “s'élever très haut jusqu'à embrasser une vue panoramique de vastes ensembles” ; et le leurre historique qui consiste à enfermer les faits sociaux dans des formules de développement » (Convictions, p. 130). La microsociologie, à l’inverse, se passionne pour la « féerie du divers » (G. Tarde), pour la « façon dont les relations pivotent et se dédoublent (G. Simmel) ou pour les normes de conjonction entre les individus » (E. Goffman). Loin de tirer l’essence de son objet, elle reste un dispositif de fuite, une « manière de se dégager de trois impossibilités : impossibilité de ne pas écrire, impossibilité d’écrire dans la langue dominante, impossibilité d’écrire autrement » (Précarité, p. 63).

40Mais le plaidoyer récuse également l’enfermement de l’approche interactionniste dans une éthologie coupée de toute structure historique. Pour l’auteur en effet, le structuralisme reste indépassable en tant que tentative de penser le présubjectif et il revient précisément à la microsociologie de le renouveler « en insistant sur ce parti méthodologique qui consiste à distinguer le comportement et l’acteur pour rapporter le comportement au site, c’est-à-dire, à l’espace-temps de l’interaction ». L'histoire naturelle préserve de l'ironie du temps qui nargue toute vision surplombante des enchaînements finalisés.

« Si les non dupes agacent tant c'est que leur prétention à l'autonomie du jugement les enferme dans un monologue. Ils sont incapables d'admettre la structure dialogique du social, c'est-à-dire son ironie fondamentale, le sens des péripéties » (Double langage, p. 105).

41Autant de flèches décochées en direction des insomniaques de la coupure épistémologique qui occupent la place. Dans le même style allusif, les « jérémiades de l'authenticité perdue » (des « simulacres » de J. Baudrillard à « l'ère du vide » de G. Lipovetsky ?) seront implicitement prises pour cibles. L'analyse positive des formes dupes de la sincérité se pose ainsi « aux antipodes de ces derniers ersatz de la pensée protestataire qui réduit le symbolique au champ de la simulation généralisée. Un champ où la loi du cœur sombre dans un délire paranoïaque en faisant d'un monde où tout rapport au vrai a disparu le champ clos de rapports de forces ou de stratégies manipulatrices ou séductrices » (Double langage, p. 110). Digression aidant, la théorie des champs de P. Bourdieu ne semble pas non plus très loin des cibles précédentes.

422. L'actualité immédiate des banlieues accablées engage l'essayiste à raisonner sur les conduites nécessaires à la survie collective. Il aborde ainsi le présent en prenant comme point de référence les réflexions de l'École de Chicago sur l'ethnicité.

« L'ethnicité sur laquelle réfléchit l'École de Chicago est interpersonnelle, fondée sur des liens professionnels, familiaux ou de voisinage, localisée. Au contraire, les nouvelles formes d’ethnicité se nourrissent de symboles linguistiques et de conventions communicatives qui sont beaucoup plus que des obstacles à la communication ou de simples marqueurs d'identité. Elles sont à la fois persistantes et efficaces et surtout elles ne reposent plus sur la proximité spatiale ou la communauté de résidence. Enfin, cette diversification ethnique est encore loin d'être tolérée par les modes de communication bureaucratisés qui imposent leurs stratégies rhétoriques, leurs critères méritocratiques d’évaluation destinés à contrôler l'accès à des ressources rares » (Double langage, p. 117).

43Plus généralement, une véritable éthique de salut se dégage de multiples impératifs catégoriques tels que sauver la face en sauvant celle de l’autre, protéger les civilités mineures et cultiver leurs tensions équivoques, entretenir les intervalles entre semblables, faire circuler le sens comme le journal qui, comme l’a montré R.E. Park, préfère le public hésitant aux masses en mouvement.

  • 20 « 1. Le principe du paradoxe veut que le premier usage du monde soit égoïste. 2. Le principe de l’a (...)
  • 21 « 1. Un réseau de sociabilité est un tissu de relations sélectives et différenciées qui fait qu'un (...)

443. La volonté d’en découdre avec le culturalisme renaissant conduit à dresser l'inventaire quasi naturaliste des formes de sociabilité urbaine. Outre la triade emblématique de l'Étranger, du Public et de la Scène, on relèvera d’autres ordonnancements ternaires sans prétention taxinomique affirmée, univers aléatoire oblige. Il en est par exemple des trois principes de l'anthropologie pragmatique inspirés de E. Kant qu'endosse l'auteur sur un ton professoral20. Il en est également de cette notion de réseau, cette machine de guerre « contre la pensée des systèmes, contre la dialectique et la logique de la contradiction, contre le fonctionnalisme », qui exige aussi un état des lieux21. L'inventaire est donc loin d'être clos. Bien au contraire tout reste à faire, ou plutôt à observer, si le naturaliste compte renouveler le stock de figures disponibles. L'appel du terrain dépasse ici l'horizon de l'ouvrage.

454. Dans cet essai la métaphore est reine. Rien d'étonnant car les trois sociologies célébrées sont des théories de la société comme forme.

« Ce sont des esthétiques du social dont le mouvement, depuis l'œuvre de Simmel, va de la socialité comme forme aux figures typiques du lien social. Toutes trois aboutissent à des typologies, plus ou moins rigoureuses, qui s'organisent autour de figures-membranes, c'est-à-dire de systèmes d'attitudes en situation... Enchevêtrements, chevauchements, réseaux, faisceaux, cercles... » (Précarité, p. 64).

  • 22 « Le flâneur passe son temps à dévisager. Mais il est bien Incapable de démasquer ou d'interpréter. (...)
  • 23 « Autrui qui se manifeste dans le visage, perce en quelque façon, sa propre essence plastique, comm (...)

46À l'instar de calques superposés, l'auteur mobilise une succession de plans métaphoriques, le plus souvent puisés dans un stock littéraire issu des commentaires pénétrants de M. Blanchot. Ainsi ce dernier offre-t-il au premier, dans Le Livre à venir (1959), l'arrière-plan romanesque des aveuglements de la raison, avec Les Somnambules d’Hermann Broch, ou de la fin du récit, avec L'Homme sans qualités de Robert Musil. Les figures-membranes de la socialité s'expriment par ailleurs selon divers flux de correspondances entre œuvres esthétiques et scientifiques. L’image baudelairienne du Flâneur (l’Homme des foules du Spleen de Paris), reprise par Virginia Woolf22, voisine avec les structures dissipatives de la physique moderne (I. Stengers, I. Prigogine, 1979) et la surface ramifiée du cortex cérébral (J.P. Changeux, 1983). Deux figures principales hantent l'essai. D’abord celle du visage, qu’un Emmanuel Lévinas a pensé comme manifestation humaine primordiale23. Ensuite, celle des ruines que précise une citation inattendue de Diderot : « Les idées que les ruines éveillent en moi sont grandes. Tout s'anéantit, tout périt, tout passe. Il n'y a que le monde qui reste. Il n'y a que le temps qui dure. Qu’il est vieux ce monde ! Je marche entre deux éternités. » Le fragment, le bégaiement, la claudication, la perte, jalonnent en effet le récit des hésitations devant les décombres de l'Histoire ou les décors désaffectés de la macrosociologie. On se risquera à établir quelque lien entre les Idéologues d'après la Révolution (supra), les discontinuités discursives de la généalogie foucaldienne, l'ombre portée du génocide sur l’œuvre régénératrice de Hannah Arendt et l'attention au moindre geste de la microsociologie. Lien implicite et paradoxal entre la vacuité et l'éternité du monde dont les traces peuplent l'espace public.

  • 24 Sur un tirage initial de 1 500 exemplaires, on en décompte 250 vendus en 1985 ; 67 en 1986 ; 36 en  (...)
  • 25 « Isaac Joseph qui a beaucoup contribué à l'exposé de cette sociologie en France, a écrit un beau l (...)
  • 26 Ainsi s'expliquerait le fait que le manuscrit n'ait pu être accueilli par les Éditions de Minuit au (...)
  • 27 Dans une note de lecture de la revue Ethnologie française (1987), J. Gutwirth présente positivement (...)
  • 28 Ex-ingénieur, politologue au latts/enpc (voir chapitre 1).

47Mais comment alors notre Passant est-il passé ? La réception publique du livre fut d'abord silencieuse24. Dans L'Image-temps (G. Deleuze, 1985), le philosophe mentionne positivement l'ouvrage à l'occasion d'une présentation rapide de l'interactionnisme symbolique (celui-ci est à la sociologie ce que la comédie américaine est au cinéma parlant25). Mais IJ ne se méprend pas sur l'éloge public du maître qu'il craint d'avoir laissé sur sa faim26. Il explique sévèrement le faible écho rencontré par son essai par le fait que « l'ouvrage, fait d'une série d'annonces, signale à la fois une position et l'incapacité d'aller au-delà ». Hormis les compliments reçus pour son style original, qu’il qualifie amèrement de left hand compliments, on signalera la récupération de l'essai par les tenants de l'anthropologie urbaine alors renaissante (J. Gutwirth, C. Pétonnet)27. IJ nous a par ailleurs signalé l'intérêt qu’a suscité son essai auprès des chercheurs du CERFISE (M. Anselme, M. Péraldi) ou proches de ce pôle de recherche-action (A. Querrien en fait une recension très positive dans les Annales de la recherche urbaine, 1985). Enfin l'ouvrage a soulevé peu de critiques, à l'exception d’une note d'humeur dans la revue Métropolis qui dit sa « lassitude pour la forme digressive » d’une certaine littérature sociologique (J. M. Offner28).

48Depuis lors, bien que peu commenté, et ignoré par les revues classiques de sociologie, le Passant voisine fréquemment, dans les références bibliographiques, avec les traductions célèbres de l’École de Chicago et de U. Hannerz. À l'initiative d'Eliseo Veron, socio-sémioticien que IJ rencontre dans le laboratoire urbain de la RATP, une traduction espagnole voit le jour en 1988 dans une édition argentine. La postface condensée qui l’accompagne, tient à la fois de l’aveu, de la confirmation, de la réitération et de la modification. Aveu des faiblesses de l’aventure essayiste. Confirmation de l’actualité de l’expérience intellectuelle de la ville. Réitération de l’invite à se démarquer résolument de schèmes sociologiques qui forcent l’accord entre posture et place, expression et position, et à être attentif au jeu situationnel entre connivence et exclusion sans sous-estimer ses effets structurants. Modification en ce que le Passant s’est découvert plus procédurier que nous ne l’imaginions. Autrement dit, précise le postfacier, « le fait de “parler, parler, parler” est plus qu’un processus, c’est un problème. Et ceci aussi bien pour les acteurs de l’espace public, usagers en voie de professionalisation, que pour le chercheur. Celui-ci, qu’il s’adresse aux “gens du coin” ou à leurs intermédiaires, aux travailleurs sociaux ou aux gestionnaires, apprend la ville dans leurs langages. À lui de les trahir avec pertinence, quitte, en revenant à lui, à frôler une autre folie : celle du langage privé ».

49Faut-il voir dans ce dernier risque du métier quelque confirmation de notre hypothèse sur la singularité de son entreprise publique ? Mais il est probablement trop tôt pour conclure sur la portée de l'essai : boîte de Pandore pour un renouvellement de la sociologie urbaine ou aventure romantique de l'espace public livrée à l'oubli ?

La Marchandise impossible

50À la différence du Passant considérable qui traduit rapidement les ruptures du tournant des années quatre-vingt, Le logement en France reprend pour solde de tout compte, et dans une perspective historique, divers travaux sur la propriété et la production immobilières engagés par CT dans les années antérieures. Thèse tardivement publiée en 1987, l'Histoire d’une marchandise impossible (sous-titre de l’ouvrage en question qu'on désignera désormais par Marchandise Impossible pour faire pendant au Passant considérable) reste en retrait par rapport à la reconversion foucaldienne qu’amorce alors son auteur. Mais la perspective historique revendiquée dans la tradition de l'École des Annales (E. Labrousse et F. Simiand en particulier) confirme la posture érudite à laquelle aspire désormais CT. En ce sens peut-on parler d'ouvrage de transition malgré l'avis de son auteur qui, aujourd'hui, n’y voit plus qu'un point final mis à une période révolue de sa carrière. Quelques éléments de récit biographique nous conduisent à sa rencontre :

« Je ne sais pas pourquoi, mais pendant que je réalisais des contrats de recherche urbaine, j'ai toujours eu le souci de les transformer en travaux universitaires, d'en faire des thèses. Donc il y avait toujours une référence au monde académique, légitime. La thèse de 3e cycle c'était mon rapport sur les Promoteurs, puis la thèse d’État c'était, avec l’accord de son directeur (Jacques Lautman), une reprise de divers rapports successifs. Donc, j'ai toujours mis deux fers au feu sans même m'en apercevoir.

(Plus loin, au terme de notre entretien). Donc voilà, ma seule ambition est de développer ma légitimité auprès de mes pairs. Alors il y a le choix des pairs, en gros entre le cnrs et l'Université, l'ehess en l'occurrence. Le cnrs est une institution sans pareille pour ceux qui y sont, qui présente énormément d'avantages en termes d’indépendance ou d'évaluation. Mais d'un autre côté, je crains un peu les cercles d'admiration mutuelle qui peuvent s'y développer. J’ai commencé par ouvrir les fenêtres avec des collègues étrangers, que je garde activement ouvertes, et par ailleurs j'ai le sentiment d'avoir quelque chose à dire. Et cet état conduit à l'enseignement. J'ai choisi de tenter les Hautes études parce que c’est peut-être une des meilleures institutions, et parce que c'est aussi celle qui m'a formé et qui est prestigieuse, il faut bien le dire. »

51Voilà donc pour le projet institutionnel auquel l'ouvrage en question apporte une contribution indispensable. Notons une fois de plus l'importance du thème de la légitimité dans le récit de cette genèse. On y joindra la profession de foi épistémologique qui l'accompagne et que l'analyse de texte devrait approcher :

« Se représenter le monde comme structure aveugle est un produit de l'histoire bien évidemment. Qui ne fait pas avec cette historisation radicale de nos représentations ne m'intéresse guère. La structure aveugle est donc une forme de représentation. Le comparatisme qui est mon travail quotidien, me le rappelle constamment. J'observe dans des lieux et moments éloignés des agents qui agissent, parlent, des réformateurs sociaux, des savants, etc. Souvent dans les travaux comparatifs on dit qu'ici c'est différent de là. Ce qui m'intéresse au contraire c'est de voir en quoi finalement c'est pareil ; c'est le biais que Foucault nous invite à prendre. Dans l'exemple de la prison, il y a les tenants du droit établi et ceux de la réforme carcérale qui peuvent parler ensemble, avec les conditions pour qu'ils puissent communiquer. Bourdieu dit aussi le même lieu de présence. Ce sont donc les conditions, les présupposés sociaux et, par voie de conséquence, cognitifs, langagiers, des différences ou des conflits qui m'intéressent. Je travaille actuellement sur ces socles épistémiques. »

52Bien que l'on suppose que l'objet de la Marchandise Impossible concerne plus la production matérielle que la production d'idées qui en infléchissent le cours, on verra dans la critique des catégories classiques de l'économie-politique que développe l’ouvrage l’embryon de cette profession de foi foucaldienne.

« L'économie-politique traditionnelle ne s'embarrasse guère de cette pluralité historique des formes sociales de la production. Une marchandise est une marchandise, celle qui nous intéresse ici un bien durable faisant l’objet d'un investissement, et l'on peut étudier la formation de son prix, la régulation des quantités produites à l'aide des instruments théoriques ordinaires de l'analyse des marchés. La sociologie, généralement, n’interviendra que pour étudier l'usage social du bien ainsi produit. L'espace du logement est le lieu de pratiques diversifiées socialement, manifeste lui-même certaines caractéristiques d’institutions comme la famille, est chargé de significations et de valeurs. Cette respectueuse division du territoire entre disciplines me semble devoir être remise en question. Il y a une sociologie possible des formes de la production, car la production est de part en part historique, c'est-à-dire organisée par des rapports sociaux qui en déterminent les finalités, les modalités, l'objet. J’espère avoir montré dans cet ouvrage que l'intelligence des phénomènes ordinairement considérés comme l'objet de l'économie – la formation des prix, des cycles, les localisations, par exemple – ne peut être complète si l'on néglige la diversité des formes sociales d'organisation de la production, les logiques propres à chaque catégorie d'agents, l'insertion de ceux-ci dans la structure de classes de la société. » (pp. 382-383)

53On se situe donc entre le terminus ad quem de la critique structurale de l'économie-politique classique d'hier et le terminus a quo de l’archéologie des sciences sociales d'aujourd'hui. Sur le plan formel, son volume (quatre fois supérieur au Passant considérable), ses abondantes références bibliographiques, son annexe de sources statistiques, font acte d’allégeance universitaire. Comme il se doit, le projet ne manque pas d'ambition. Loin d'une certaine sociologie urbaine qui prend le logement comme simple variable contextuelle, l'auteur se propose d'expliquer les changements qui affectent les formes et la distribution de la propriété du logement dans la civilisation occidentale moderne, principalement européenne, en se centrant sur le cas français. Le schéma général à valider est le suivant :

« De la destruction des formes féodales ou simplement marchandes de la propriété urbaine a émergé une propriété rentière spécifiquement capitaliste. Celle-ci a ensuite reculé et fait place à la propriété d'occupation. Ce sont les moments clefs de cette histoire en France qui sont l'objet du présent travail » (p. 13).

54Faisant droit aux exigences de délimitation de l'objet et d'explicitation des conditions de réfutation propres à tout discours savant sur la société, l’auteur précise les limites de son ambition.

« J'ai choisi de considérer les mutations successives qui affectent les formes de propriété du logement comme des résultats de changements qui interviennent dans la production de ce bien. Je n’épuise donc pas les relations de causalité, en particulier, je n'analyserai en détail ni les conditions sociales générales qui ont rendu possibles les transformations étudiées, ni les effets sociaux de celles-ci. En revanche, je décrirai aussi finement que possible comment se produisent les inversions de tendance, et j'examinerai dans quelle mesure celles-ci sont rendues nécessaires par les changements des systèmes productifs. » (p. 14)

55Le pari est-il jouable ? Peut-on en effet mettre entre parenthèses la charge symbolique ou la composante culturelle des processus en cause sans compromettre leur compréhension ? L’auteur précise que son point de vue découle du fait que le capitalisme a introduit le logement dans la sphère marchande, et que donc, sa production et son usage ne relèvent plus désormais des seules logiques patrimoniales, familiales ou symboliques. Mais si ce postulat justifie de se passer de l’étude ethnographique de l’habitat, elle ne permet pas moins d'établir un socle à partir duquel on peut éventuellement l'entreprendre autrement que de façon purement historiographique.

« Les acteurs, en effet, improvisent leur texte mais ne décident ni de la pièce dont l'intrigue est déjà là, ni du rôle qui leur y est assigné. Ils combattent, mais le terrain, les règles du jeu, l'issue finale sinon de la bataille, du moins de la guerre, ne dépendent pas d'eux. Une analyse en termes de places et de fractions spécialisées de capital appauvrit le concret historique en particulier parce qu'elle ignore d'où viennent et qui sont les agents qui prennent les places et apportent avec eux leurs singularités sociales. Et cependant, elle permet généralement d'expliquer pourquoi c'est justement tel type d'acteur qui entre à tel moment sur la scène. » (p. 22)

56Comme s'il s'agissait de donner des gages au parti épistémologique soutenu, l'auteur invoque les références prestigieuses à la suite desquelles il inscrit son projet.

« Dans chaque état historique du système de places, les agents qui partagent une même situation montrent, en effet, des régularités de comportement. Ceux qui s'en écartent par trop sont sanctionnées par l'échec économique. On peut inférer de ces régularités un modèle d'action rationnelle dans chaque place et rapporter celui-ci aux caractères d'ensemble de la structure. D'où le choix d'une méthode qui privilégie l'approche par les grands nombres plutôt que la monographie d'opérations particulières ou l'étude de processus de décision. Cette démarche de recherche rejoint une longue tradition issue aussi bien de Durkheim que de Marx et dont nous rencontrerons d'ailleurs un éminent représentant, Halbwachs, en étudiant le marché des terrains à Paris à la fin du xixe siècle. » (p. 23)

57L'acte d'allégeance aux traditions marxienne et durkheimienne ici réunies, s'accorde le mérite de la fidélité comme s’il s'agissait d'authentifier sa position épistémologique par une déclaration morale invitant le lecteur à condamner les modes éphémères qui discréditent hic et nunc la sociologie française :

« Comme on peut voir, si les postulats théoriques de ce travail sortent tout droit des années 1970, sa démarche empirique se situe dans la tradition de Durkheim ou de Labrousse. N'y a-t-il pas du mérite à être à ce point têtu, dans ce pays où, pour le meilleur et pour le pire, les modes en sciences sociales changent plus vite que l'encre ne sèche sur la papier ? » (p. 27)

58Ultime défense dont la forme allusive n'exclut pas une lecture ironique. Mais on sera bien en peine de retrouver dans le corps de l'ouvrage un autre trait polémique tant s'impose, à la différence du Passant considérable, l'administration de la preuve dans toute sa densité et sa nécessité.

59L’ouvrage est ordonné par un temps qui, à l'instar d’une échelle logarithmique, se densifie au fur et à mesure qu'on approche du présent. En schématisant à l’extrême, trois moments forment l’épopée du capital logement : 1. L’entrée dans le champ du capitalisme naissant depuis l’Occident médiéval (démantèlement de la domanialité féodale et essor de la tenure urbaine) jusqu’au système rentier du XIXe (immeubles de rapport dans les métropoles) ; 2. La crise du système du rentier au tournant du siècle, prélude aux politiques sociales du XXe ; 3. L’avènement progressif de la propriété d’occupation à financement bancaire, avec dans un premier temps l’intervention massive des promoteurs publics et privés et dans un second temps la construction industrielle sans promoteur. Centrant principalement sa progression sur le cas français, l’analyste tire trois enseignements de cette histoire :

« D'abord, les formes de production et de circulation intégralement capitalistes ne sont en mesure de construire que pour les catégories sociales privilégiées. Ensuite toute expansion de la construction capitaliste au-delà de ces limites étroites présuppose que des capitaux dévalorisés ou des agents non capitalistes s'insèrent à certains points du cycle. Enfin, l'accès des catégories populaires au logement doit habituellement passer par des filières déconnectées du secteur immobilier capitaliste et comportant souvent une mobilisation importante de ressources non marchandes. » (p. 414)

  • 29 Ainsi au sein du csu, CT poursuivait les travaux que l'on sait tandis que sa collègue, S. Magri, se (...)

60L'auteur conclut donc à l'impossibilité du logement à devenir marchandise, malgré son intégration dans le système de production capitaliste. Cette impossibilité résulte moins des caractères intrinsèques de l'objet immobilier que de la différenciation de la demande solvable et des formes de production et d'approvisionnement des marchés. Tout se passe comme si cette conclusion remettait paradoxalement en question le postulat économiste qui présidait à la délimitation préalable de l’objet. Voulant échapper au confinement d'une certaine sociologie à l'étude des usages sociaux d'un bien empiriquement donné, l'auteur a posé l'hypothèse du logement comme marchandise pour en retracer l'histoire de sa production économique. Les processus sociaux, tensions et contradictions, qu'il y rencontre confirment l’importance de la dynamique « extra-économique » (selon l'expression de K. Marx, désignant les faits de parenté, la vie domestique, le domaine politique ou l'univers des idées). L'anthropologie économique, qui traite des rapports des hommes entre eux à propos de leurs rapports aux choses, pourrait trouver son compte dans cet ouvrage. Mais si cette histoire particulière du logement illustre bien La Grande transformation (K. Polanyi, 1983) qui marque l'impossible désocialisation libérale de l'économie contemporaine, notamment à partir des années 1930-1945, elle n'examine pas cependant l'entre-deux guerres, période cruciale au cours de laquelle le logement s'impose comme enjeu de politique sociale. On devine dans cette lacune l'effet de la division du travail intellectuel entre l’étude des formes de production et celle des formes de gestion sociale29. Moins qu'une lacune documentaire dans le cours d'une histoire qui, comme l'on sait n'a rien de linéaire, le talon d'Achille de la thèse serait plutôt de n'avoir pas posé la question de ce qui se passe entre deux systèmes de production, entre celui qui meurt et celui qui n'est pas encore né. Cette histoire en creux rejoint probablement l'histoire par en bas déjà annoncée par CT où l’instituant change le sens de l'institué.

  • 30 On décompte ainsi 256 exemplaires vendus en 1987 ; 201 en 1988 ; 94 en 1989 ; 33 en 1990 ; 42 en 19 (...)

61La quasi absence de recensions et le médiocre chiffre de ventes de l’ouvrage sont à mettre en rapport avec l’anachronisme de sa rédaction30. Au moment où CT réunit ses travaux sur le système de production du logement pour solde de tout compte avec la perspective structurale marxiste, celle-ci est délaissée tant par son rédacteur que par le lectorat d'alors. En outre, l'orientation d'histoire économique et sociale qu'emprunte l'auteur pour relier entre eux ses travaux, est par ailleurs sujette aux « troubles de digestion des paradigmes négateurs d'historicité », tel celui de la déconstruction foucaldienne, qui affectent alors les successeurs de l'École des Annales (F. Dosse, 1987). CT nous a fait part de « l'inconfort considérable » qu'il y avait à rédiger une thèse puis un ouvrage sur un sujet épuisé en son for intérieur.

« Lautman m'avez dit : “Mais enfin Topalov cette thèse, elle est écrite !” Il m'a donc encouragé à l'agrafage de tous ces travaux antérieurs. J'ai rédigé cette thèse au cours des mois d’été 1984 à Los Angeles, au moment même où j'engageais des contacts avec des collègues universitaires sur l'histoire de la réforme sociale. Il était en plus impératif que je termine cette thèse avant mon séjour new-yorkais qui devait immédiatement suivre celui de Los Angeles et où j'avais tant d'autres choses à faire. De retour à Paris, à l'automne 1985, j'ai fait affaire avec un éditeur sur les conseils de Jean-Claude Delaunay, un collègue et ami que j'avais revu à New York et qui venait donc de publier aux Presses de la fondation nationale des sciences politiques. Ma thèse a intéressé Mireille Perche, responsable de l'édition dans cette maison. Et j'ai appris grâce à elle à écrire un livre pour des lecteurs. Je n'avais jamais pensé à ça. Elle m'a surtout appris à dépouiller le texte de tous ces accessoires qui comptent beaucoup, en temps aussi, pour le chercheur mais qui demeurent secondaires pour un lectorat plus élargi. Il faut dire que le décalage entre ce qui me préoccupais alors et la rédaction de cet ouvrage m'a aidé à mettre beaucoup de choses au panier. Ce décalage s'est enfin accru du fait que la programmation éditoriale a différé la publication d'un an encore. Si bien que lorsqu'il est sorti, l'ouvrage ne correspondait pas à une attente. »

  • 31 Ainsi, lors de la soutenance de thèse, l'historien F. Caron, coauteur de l'Histoire économique et s (...)

62La transition entre l'analyse structurale du système de production du logement et la généalogie des systèmes de rationalisation de la réforme sociale a donc affecté les conditions de production et de réception de l'ouvrage tardif. Les critiques parcimonieuses, publiques et privées, qui ont accompagné ou suivi sa publication renvoient au débat traditionnel entre historiens et sociologues31. Les anachronismes éditoriaux de l’ouvrage et la réserve de l’orthodoxie historienne à son égard confirment son caractère initiatique ou transitionnel.

Second parallèle

63Bien que publiés à la moitié des années quatre-vingt, nos deux ouvrages-charnières traduisent différemment les ruptures qui affectent la recherche urbaine au tournant de cette décennie. Le Passant considérable marque le déplacement micro-écologique qui infléchit l'approche de la sociabilité tandis que la Marchandise impossible suit l'essor de la perspective historique. Il s’agit d'un côté de découvrir les situations indéterminées qui font la trame du lien social, et de l'autre de reconnaître la mémoire des rapports sociaux de production. Mais chaque ouvrage résulte évidemment de circonstances singulières qui définissent son contenu, sa forme, sa portée. L'Essai sur la dispersion de l'espace public s'annonce comme une tentative de renouvellement conceptuel de la sociologie (ou l'anthropologie) urbaine tandis que l'Histoire du logement en France met un point final à une série d'études sur le système immobilier inspirées par un matérialisme historique dont la cote est alors en baisse. Dans le premier cas, l'auteur conceptualise ses engagements situationnels multiples (philosophe contraint à l'enseignement de la sociologie, traducteur de l'École de Chicago, entrepreneur de recherche-action dans les banlieues problématiques, journaliste épisodique) ; dans le second, l'auteur se détache définitivement de l'expertise immobilière, militante et contractuelle, et recentre ses ressources autour de la légitimation savante. Le premier tient de l'aventure intellectuelle propre au coup de force symbolique alors que le second tire un bilan soigneux du passé en s'initiant modestement aux longues patiences du métier d'historien auquel il aspire désormais. Le premier se déplace de la scholè vers l'agora tandis que le second fait le parcours inverse.

64En réaction contre l'enfermement professionnel de l'universitaire lyonnais ou de l’expérimentateur culturel, IJ lie son projet d'innovation théorique aux oscillations et hésitations de l'existence et de la carrière. L'exégèse de ses trois inspirateurs (Simmel, Tarde, Goffman), penseurs originaux sinon hétérodoxes, font l'unité d'une glose digressive sur la dissémination naturelle du monde.

65Pour être quitte avec ses engagements critiques antérieurs, CT les recompose sous l'égide de traditions universitaires établies entre histoire et sociologie. Le serment d'allégeance aux grandes écoles (de É. Durkheim aux Annales d'histoire économique et sociale) est prononcé sur les solides restes d'un marxisme structural empiriquement assumé. Les glissements méthodologiques qui en résultent renvoient au caractère initiatique de l'ouvrage de celui qui ne sait pas alors qu’il deviendra plus tard membre de l'École des hautes études, ce palais de l’histoire sociale.

66Malgré l'évidence de leur éloignement conceptuel, professionnel et existentiel, nos deux auteurs ne doivent pas moins leur distance entre eux à quelques références communes, pas seulement liées aux circonstances des programmes contractuels sur la ville. On sait déjà le rôle crucial qu'a joué l'œuvre de M. Foucault pour chacun. Rappelons que la microphysique du pouvoir de Surveiller et punir incite IJ à rencontrer la micro-écologie de la vie urbaine, alors que quelques années plus tard la méthode généalogique inventée naguère par le maître a permis à CT de prendre ses distances avec le matérialisme historique. À cet égard, Le Passant considérable s'inscrit dans la tentative américaine de dépassement de M. Foucault tandis que la Marchandise impossible ne traduit pas encore l'intégration de sa perspective généalogique. L'un se veut au-delà, l’autre reste en deçà. IJ a déjà dépassé l'histoire par en bas vers laquelle tend CT qui fait encore dans le « leurre panoramique » selon l’expression polémique que IJ emprunte à G. Tarde.

67Mais nos deux parcours ne s'ajustent pas moins à l’horizon indépassable de la perspective structurale. Si le propos est manifeste pour CT, il n'est pas absent du raisonnement d'IJ qui, malgré ses charges répétées contre l'esprit de système, a l’ambition de renouveler le structuralisme en rapportant tout comportement à son site naturel d'interactions. Ce respect commun de l'acquis structural peut être pris pour un effet de génération intellectuelle qui associe dès lors les deux auteurs dans une même distance vis-à-vis de l'individualisme méthodologique ou des phénoménologies du sujet. Mais la texture conceptuelle de chaque œuvre en gestation est suffisamment composite et mobile pour ne pas la réduire à des proximités schématiques.

68On pourrait tout aussi bien voir dans les deux ouvrages en question s'illustrer la dichotomie classique entre le pôle de « l'interprétation compréhensive » et celui de « l'explication causale » qui sous-tend la logique des sciences sociales (J. Habermas, 1966). À l'extrême, il y aurait ainsi du « loup herméneutique » dans les affirmations percutantes du Passant considérable et de « l'agneau poppéroïde » dans les démonstrations minutieuses de la Marchandise impossible (pour reprendre le distinguo ironique de J.C. Passeron). En rester à ces assimilations caricaturales serait cependant se priver de reconnaître les compositions sémantiques variées que condense chaque ouvrage daté. Ainsi l'ambition épistémologique du Passant considérable implique-t-elle une surface conceptuelle plus large que celle de la Marchandise impossible, qui se cantonne à l'application de traditions théoriques balisées.

69« L'interlangage » (J.M. Berthelot, 1990) comme « l'intertexte » (G. Genette, 1982) distinguent en effet le premier du second. Interlangage savant du Passant considérable né de la rencontre entre les schèmes herméneutiques de la phénoménologie existentielle (E. Husserl, E. Lévinas), de la sociologie des formes sociales (G. Simmel) et le schème actanciel du pragmatisme (Ch.S. Peirce, J. Dewey). Intertexte issu du jeu métaphorique d'emprunts à la littérature (W. Benjamin, P. Handke, M. Kundera, R. Musil, V. Woolf) à la philosophie politique (H. Arendt) ou à l'histoire des sciences (J.P. Changeux, I. Prigogine, I. Stengers). Faut-il ajouter que cette intertextualité est au principe même du projet de sociologie des interactions sociales qui lui donne corps ? D'une texture sémantique moins ambitieuse, la Marchandise impossible ne forge pas moins l'alliance entre les schèmes de la causalité (É. Durkheim, M. Halbwachs) et de la dialectique (K. Marx). Sa volonté d'administration de la preuve étend son espace logique aux propositions empiriques, chiffrées et réfutables dont Le Passant considérable ne s'embarrasse pas.

70On n'insistera pas sur ces derniers signes d'affiliation à deux traditions intellectuelles qu'oppose l'histoire sociale de la sociologie (J.C. Chamboredon, 1975) : l’intuition brillante de l'essai lettré côté cour, l'érudition positive du labeur scientifique côté jardin. Mais les deux paris se rejoignent ici dans leur faible impact public. L'un était peut-être trop obnubilé par ses ouvertures conceptuelles pour les assurer de garanties empiriques, l'autre était trop conforme à un modèle démonstratif alors contesté. Le temps est probablement nécessaire à l’affirmation de son être d’auteur. IJ doit confirmer ses ouvertures conceptuelles dans l'épreuve de terrain qui l'attend sur le réseau de transports parisiens ; CT doit plonger en bas de l’histoire universelle de sa vocation. Pour chacun, les grands maîtres et modèles ont disparu ; l'œuvre est ouverte.

3. EXTENSIONS

71Approchant désormais du présent immédiat, la reconstitution de chaque parcours risque de compenser son faible recul par un excès de rationalisation. On est ainsi tenté de voir dans les conversions qui s’opèrent au cours de la décennie antérieure, la manifestation de quelque rite de passage entre l’état obscur de chercheur spécialisé et celui plus public d’auteur. De même risque-t-on d’accorder trop à ce qui semble changer dans les itinéraires respectifs au détriment de ce qui perdure ou les fixent sur une trajectoire donnée. On préférera donc parler d’extensions, terme symboliquement moins lourd que celui de conversions, pour désigner ces séries conjointes de concepts et de pratiques qui se cumulent malgré une arborescence apparente de rôles et d’objets.

Les cadres de l'expérience urbaine

72On a déjà annoncé la rencontre attendue entre le cadre conceptuel du Passant considérable et l’expérience de terrain qu’il appelle. Celle-ci se compose de trois séquences : les tensions ethniques dans la banlieue lyonnaise, puis les relations en public dans le métro parisien, et enfin l’interface entre les opérateurs de transport et les usagers des gares métropolitaines. Autant de situations qui relèvent de l’actualité des politiques sociales ou sécuritaires de la ville. IJ s’engage dans ces expériences dites de recherche-action moins pour leur finalité opératoire que parce qu’elle permettent de tester la fameuse force des liens faibles dans une Avec l’ARIESE d’abord, dispositif para universitaire précédemment évoqué, IJ produit l'Affaire Armstrong, aventure édifiante à tous égards.

  • 32 Monmousseau (dirigeant du syndicalisme ouvrier dans l’entre-deux-guerres) est le nom d’un autre qua (...)

« On pourrait commencer par en rire. Le quartier Armstrong et son Ecole de Chicago. Dans le petit monde de la recherche c’est une histoire lyonnaise qui se passerait aux Minguettes Vénissieux entre le boulevard Lénine et la rue Gagarine et qui aurait plus de chances de faire la Une de Femmes Pratiques que de Libération. L’affaire Armstrong c’est Monmousseau32 côté cour. Qu’il s’agisse de l’apparence du quartier ou des caractéristiques des opérations de réhabilitation, Armstrong ne se définit que par un écart. De longues barres de quatre étages en carré et seulement deux tours plantées au milieu, inoffensives. Des histoires de femmes, de familles, de voisinage. Réseaux tranquilles de l’espace résidentiel. Aucun repaire susceptible de défrayer la chronique des banlieues et des concertations dérisoires avec l’aménageur qui portent sur la largeur des garages (“On n’a pas des voitures américaines mais des fois qu’on ait un petit coup dans le nez”) ou la dégradation des espaces verts. L’ordinaire du grand ensemble, le quotidien des mères et des sœurs. » (L’affaire Armstrong, ariese/Plan construction, 1985).

73IJ et son équipe soutiennent et suivent une quinzaine d’entre elles dans une aventure associative qui tourne court en 1983. Pour ces filles de la deuxième génération maghrébine, il s’agit de se poser en animatrices-résidentes plus aptes que les travailleurs sociaux allogènes à faire la Passerelle (nom de leur association) entre l’univers communautaire (réseaux familiaux) et le monde sociétaire (l’organisme HLM, l’école, l’administration, etc.). L’originalité de cette expérience tient à son caractère équivoque.

« Alors que sa vocation officielle et son ambition réelle seraient d’être une association inter-culturelle dans une banlieue conçue comme espace public, son insertion locale et la proximité sociale de son milieu d’origine en font au contraire un pôle d'initiatives ethniques et culturelles. Ce double positionnement peut se comprendre aisément : issues des milieux défavorisés et créditées en tant que telles d’une fonction de représentation pour leurs interlocuteurs locaux, les animatrices de la Passerelle ne pouvaient négocier leur rôle dans le milieu professionnel du travail social qu’en affirmant leur origine. » (ibid.)

74Nos animatrices résidentes sont rapidement submergées par les multiples services que leur ambivalence suscite ; certaines d’entre elles doivent même changer de logement pour échapper à la pression mosaïque. Mais c’est la plus grande histoire, celle des bavures policières, des débordements racialistes, de la Marche des Beurs (décembre 1983) et des replis intégristes qui semble avoir eu raison de la tentative. Par un retour d’initiative des frères et des pères revendiquant une mosquée sur le quartier, les filles sont alors assignées à la défense des intérêts des locataires. La plupart d’entre elles qui ont donc outrepassé la Passerelle, cessent de militer et se donnent des rendez-vous pour sortir ensemble du quartier. Plutôt que de conduire à déplorer les leurres de l’interculturalité, les multiples avatars du genre de l’Affaire Armstrong, montrent, selon IJ s’adressant à un public d’experts européens (Colloque Du bon usage de la ville, Bruxelles, 1984), la nécessité de penser positivement l’inassimilable :

« Les véritables problèmes qui doivent nous occuper ici supposent qu’on s'interroge au contraire sur l’inassimilable, sur les conditions d’interculturalité susceptibles de faire qu’une société ne phagocyte pas ses hôtes, que l’homme-blanc-français moyen-garanti-d’origine ne devienne pas cannibale, qu’il se départisse de cette passion pour le Même qui l’amène à méconnaître son propre devenir minoritaire. »

  • 33 Y prenant toute sa part, IJ précise : « Le relativisme culturel nous a rongé la cervelle et nous ne (...)

75La question éthique du Passant considérable (comment combiner l'intégration des situations et l’intégrité individuelle ?) est au cœur du propos. Elle traverse les débats du collectif de recherche lyonnais qui s’interroge sur la légitimité de ses charges de formation-développement33.

76Sollicité par les agents de la Commission nationale de développement social des quartiers, IJ oriente son exploration vers les entrepreneurs ethniques, ces minorités intermédiaires (H.M. Blalock, 1967) dont l’anthropologie culturelle anglo-saxonne est friande. L'entrepreneur ethnique, figure idéale de l’Étranger dans la ville (combinard type, stratège de la survie, héros de l’insertion) qu’active la mondialisation de l’économie, ouvre discrètement la voie de l’incertitude comme mode de vie. Participant à un réseau de recherche international animé par Jeremy Boissevain et Ivan Light, IJ aborde les tenanciers de cafés nord-africains de Lyon « partagés entre le fabricant d’étincelles qui tient la rue et le travailleur clandestin qui rase les murs ». Mais son observation se limite à quelques reportages circonstanciés sur les tensions de la double appartenance. Il côtoie alors les ethnologues de la ville, moins pour partager leur expérience de terrain que pour conceptualiser les « paradoxes de l’altérité » (A. Sayad, 1979). Organisateur d’un colloque sur les Pratiques de l'anthropologie urbaine et l’expérience ethnique (Contrat ARIESE-Mission du patrimoine ethnologique), il fait valoir ses compétences de traducteur en invitant Ulf Hannerz (dont il vient de publier la somme Explorer la ville aux Éditions de Minuit) à rencontrer les ethnologues français (1984). Mais les débats porteront plus sur le corps à corps avec les milieux indigénisés que sur le concept d’ethnicité. Effet de corporation qui n’a probablement pas échappé à l’organisateur qui rappelle, contre toute attente, que les identités culturelles sont des rapports sociaux historiquement structurés.

  • 34 Il s’agit d’un ouvrage de l’historienne M.F. Basiez (L’étranger dans la Grèce antique, 1984) et d’u (...)
  • 35 « C’est parce qu’il subordonne clairement sa recherche à une perspective, parce que le présent enva (...)

77Nous voilà donc rendu sur les rives de la Mer Intérieure ou Antique (la Méditerranée), ce commentaire savant sur la mémoire de l’altérité que IJ publie dans Critique (« L’Étranger et la Mer Intérieure », 1986), histoire de se détacher des contingences disciplinaires ou de prendre à nouveau ses distances avec les apories de la recherche-action. Dans ce commentaire d’ouvrages érudits34, IJ reprend la leçon de généalogie de M. Foucault (« Nietzsche, la généalogie, l’histoire », 1971), hommage implicite au maître alors disparu (1984)35. S’appuyant sur l’enquête historique de Marie Françoise Basiez, le commentateur époussette les figures antiques de la rencontre entre le relativisme culturel et le volontarisme intégrateur. Celles du Proxène qui, lorsque les échanges commerciaux s’amplifient de part et d'autre de la Méditerranée, se porte garant de l’intermédiaire étranger qu’il protège ; de l’Emporion, quartier urbain du monde parallèle des gens de mer, négociants de l’ici et de Tailleurs sans droit de citoyenneté ; du Cosmopolite, lettré apatride (Juif le plus souvent) expert en affaires étrangères auprès de la Cour des Princes ; des Compagnies (Synodes) issues de la fusion entre communautés (orientaux, alexandrins, italiens) et professions (transporteurs, négociants, banquiers) ; des Panégyries, hauts lieux des concours internationaux de théâtre et de musique, et sanctuaires du monde des affaires ; des Isopolities, accords conclus entre deux cités au terme desquels les citoyens de l’une sont citoyens de l’autre.

78Plusieurs siècles plus tard, à l’ère de la civilisation musulmane (VIIIe-XIe), les circuits d’échanges commerciaux et culturels se superposent dans le grand arc sud reliant Bagdad à Cordoue, via Damas, Le Caire, Kairouan et Fez. C’est une époque héroïque de cosmopolitisme et de syncrétisme entre diverses cosmogonies, cadres mentaux et usages urbains développés depuis l’Antiquité. Mosquées, synagogues, églises jouent à la fois le rôle de centres sociaux, de tribunaux ou de clubs, « véritables espaces intermédiaires pour les réseaux inter-urbains de marchands et de voyageurs ». Des manuscrits miraculeusement conservés dans les combles de la synagogue Geniza au Caire, Solomon D. Goitein a exhumé l’univers matériel et les institutions sociales de la communauté juive de l’époque. On y découvre le cours ordinaire des relations commerciales, politiques ou familiales que la communauté entretient avec la majorité musulmane, la minorité chrétienne ou l’administration fatimide. Sa mobilité spatiale s’avère d’autant plus intense sur l’aire de libre-échange que la loi est personnelle et non territoriale (le Juif de Cordoue pouvait dépendre d'une Haute Cour à Bagdad). Faut-il donc ne voir dans le cosmopolite que l’affranchi ? s’interroge notre commentateur.

« Celui dont l’histoire de l’Occident moderne a fait le héros de la conquête urbaine, celui qui n’est d’aucun village parce qu’il est constamment aimanté par l’abstraction de la ville promise. Cet affranchi n’est que le doublon de la victime éternelle et ses armes sont celles du faible : ruse, obstination, adaptation résignée [...] En somme (conclut-il) il y a tout à gagner à reconnaître la dimension tribale du cosmopolite, à le désaffranchir en quelque sorte si l’on veut à la fois se prémunir contre tout essentialisme et comprendre la logique par laquelle une tribu conçoit ses “affaires” aux dimensions d’une société mondiale. »

79Retour immédiat au présent et aux paradoxes de l’actualité, celle de l’exilé de l’intérieur. L’auteur y met en pratique ses prises de position intercalaires sur l’appartenance sociale. Son propre répertoire intellectuel s’enrichit-il ainsi momentanément d’une chronique journalistique dans Lyon-Libération.

  • 36 « 150 femmes de cette ville sont venues s’aligner, une par une, devant l’objectif du photographe Mi (...)

80Durant quelques mois (fin 1986, début 1987) IJ signe une chronique plutôt acerbe sur la pusillanimité lyonnaise. Le chroniqueur saisit alors divers événements (péripéties des promoteurs de la ville internationale et atermoiements autour des projets de mosquée ou de salle de rock) pour pointer les résistances secrètes d’une ville de l’ombre. Cultivant la provocation à cet égard, il réalise avec un ami photographe « L’interminable frise des lyonnaises nues »36. Au-delà de ce happening conforme à la volonté d’agitation culturelle du journal, on peut voir dans cette série monotone de corps féminins nus sans visages, l’illustration concrète des jeux de la nature et de la culture qu’affectionne l'interprète. Tout se passe comme si, par cette coupe éthologique qui détourne l’érotique, l’interminable frise corporelle avait transformé l’insomniaque en somnambule. Clin d’œil esthétique au plan de consistance.

81Quant à la critique de la vraie-fausse identité lyonnaise, elle nous semble déjà annoncer la migration prochaine d’IJ vers Paris, autre « réseau de réseaux ». On a directement demandé à notre migrant les raisons de son déplacement. Sa réponse nous indique plusieurs pistes : les tensions liées à une aventure de recherche-action qui bouscule les habitudes de l’Homo academicus local (IJ a été parfois violemment taxé « d’entrepreneur-académique » ou de « grand brasseur à l'activisme gratifiant. ») ; sa dérive micro-écologique impliquant des ressources disciplinaires (sociolinguistique) d’autant moins mobilisables localement que s’y affirme l’orientation morphologique impulsée par son collègue et ami Y. Grafmeyer ; l’incitation statutaire à la mobilité après son habilitation à diriger des recherches délivrée en 1986. Signe du « devenir minoritaire de tout le monde », le tournant parisien d’IJ marque aussi plus généralement l’épuisement de la recherche expérimentale en Développement social des quartiers.

« Et donc en 1985, je me retrouve à Cerisy au colloque de la ratp. C’est Roncayolo, qui à l’époque présidait avec Le Goff le séminaire “Crise de l’urbain, futur de la ville” de la ratp, qui m’a invité à partir d’un texte que j’avais rédigé sur les problèmes de la double appartenance et qu’Anne Querrien lui avait transmis. Roncayolo était très intéressé par mon propos sur le droit à l’hésitation, et il savait, probablement par Grafmeyer que je travaillais sur le thème de l’espace public. Par ailleurs Jean Dekindt, organisateur du colloque à la ratp, était aussi un lecteur attentif de Disciplines à domicile, il l’avait fait lire autour de lui. Et donc c’est eux, avec Henri-Pierre Jeudy, qui m’invitent au colloque. Et là je dois avouer que je suis impressionné par Cerisy, par la qualité des intervenants, par le dialogue entre les responsables d’entreprise et les chercheurs : la notion de réseau est au centre des débats. Puis le thème de la station comme espace public fait tilt. Dekindt sur le métro, puis Amar sur le bus me passent commande.

Je me retrouve alors début 1986 avec deux contrats qui passent par l'ariese. Au même moment je passe mon habilitation, c’était au tout début de cette nouvelle procédure, et j’ai à répondre à Althabe qui dit : quid de ton rapport au terrain ? Cette question du rapport au terrain était pour moi tout à fait lancinante : je savais bien que je ne pouvais rester longtemps au niveau de l’essai avec le Passant considérable. Donc, tout se conjugue. Un, la fascination de Paris, parce que je rejetais Lyon, et trouvais donc à Paris l’opportunité d’un terrain intéressant. Deux, des conditions de travail confortables, des collègues de bonne compagnie (Dekindt, Vignaux, Lemoine, etc.), et un accès facilité au terrain. Trois, ça n’est pas négligeable, je décide de me faire salarier sur ces recherches. Jusqu’alors en effet, les administrateurs de l'ariese ne se payaient pas sur les contrats. Mais là sur Paris, il n’était pas question que je sous-traite le terrain à un étudiant, et donc c’est à moi de faire et d’être rémunéré pour mes frais.

Je me retrouve à faire du terrain seul, à 43 ans, sans équipe d’étudiants, à mettre à l’épreuve des concepts et des méthodes anthropologiques de l’époque d’Hannerz, et ce n’est qu’après 1987 que je me lance dans l’analyse de conversation. Mon programme c’était le face à face agent/usager. Partant de là, je rentre un an après dans le détail des interactions, en me construisant une grille de lecture avec les Façons de parler, avec Asiles, de Goffman. J'organise alors le colloque Goffman à Cerisy. Et je crois qu’à partir de là ma position change.

J’ai l’impression d’avoir bouclé la boucle. Je te dis ça sans filet. À partir de 1987, je me reconstitue une sorte d’équilibre intellectuel au sens politico-scientifique. D’abord, je n’ai pas envie de tomber dans la complaisance ethnométhodologique du moment qui n’a pas la fraîcheur et la curiosité anthropologique de Goffman. Ensuite, je pense qu’il vaut mieux poursuivre Goffman en s’accrochant à l’empirique plutôt que d’ergoter sur la notion d’accountability. Enfin, je me à la ratp et je me dis avec d’autres collègues comme Anni Borzeix, Michèle Lacoste, que le thème de la modernisation du service public mérite un gros investissement. D’où les programmes qui s’enchaînent par la suite, avec l'organisation de séminaires et de colloques et un minimum de travaux de terrain de mon côté, c’est-à-dire : le suivi des équipes Sisyphe de lutte contre la fraude, le travail de machiniste-receveur, la coopération entre le chef de régulation et l’informateur sur la ligne A du rer. Il y a donc peut-être là un glissement, s’il n’est pas trop tôt pour en parler. L’urbain devient une espèce d’énorme machine sur laquelle tout le monde se précipite comme la vérole sur le bas-clergé et les approches goffmaniennes qui m'intéressent alors sont plus facilement entendues du côté de la sociologie du travail vers laquelle je me tourne. »

  • 37 Pour une analyse des conditions d’émergence de cette expérience qui s’est rapidement imposée comme (...)

82Le récit autobiographique condense les éléments d’un tournant décisif en 1986-1987. L’expérience ethnographique de la relation de service, longtemps différée, conduit l’observateur vers l’analyse des compétences des « professionnels de l’indifférence » (G. Simmel). Mais si IJ s’écarte ainsi des références de l'anthropologie urbaine pour se rapprocher de celles qui intéressent plutôt les sociologues du travail, son insertion parisienne passe par la transmission du message de sociologie urbaine du Passant considérable. Le climat d'effervescence intellectuelle qui saisit alors les cadres de la RATP (chapitre I) est pour lui une aubaine37. Le professeur détaché de l’université lyonnaise, aide ainsi les ingénieurs de l’entreprise publique à conceptualiser la notion de réseau dont le Passant considérable a déjà dressé l’inventaire. Il s'appuie par ailleurs sur les interrogations de ses gestionnaires, telle celle de savoir s’il faut conserver ou non les carreaux biseautés blancs des stations de métro, pour revisiter le thème de la mémoire urbaine, alors renaissant dans divers cercles intellectuels. De « L'Étranger et la Mer Intérieure » (1986) au « Musée, territoire, valeur » (1990), plusieurs textes en témoignent (« Décors et rituels de la mémoire collective d’après M. Halbwachs », 1987 ; « La culture de l’argent : exigence et accablement », 1989). On y retrouve le schéma de la ruine qui procède des convictions du Passant considérable (« abandonnées à elles-mêmes, négligées, nos façades personnelles ont la solennité des ruines... »). Comment imaginer une mémoire de citadins devenus ainsi des survivants ? Comment articuler des modes de présence minoritaires dans un espace en décomposition (dès lors qu’il faut peut-être aller à Deauville pour retrouver la mémoire du Sentier) ? Autant de questions qui introduisent au commentaire de M. Halbwachs et de G. Simmel à partir du point de vue suivant : « Pour une réflexion sur les cultures urbaines c’est moins l’économie du patrimoine qui est importante que l'économie de la réserve, c’est-à-dire le mouvement de cristallisation et de renouvellement des formes culturelles » (« La culture de l’argent », Critique, 1989).

83Devenu enfin l’ethnographe des quais de métro, IJ redéfinit les interactions dans le trafic urbain (1.), lance un programme de recherche sur l’espace public (2.), et adapte l’héritage goffmanien (3.).

841. Le kaléidoscope des Annales de la recherche urbaine (chapitre I) nous a déjà livré une facette de l’analyse du tribunal des manières que IJ développe alors selon trois principes : la priorité de la ville ordinaire sur la ville publicitaire, la focalisation sur le caractère problématique des interactions mineures, et l’attention au travail de présentation de soi. Notons seulement l'insistance de l’analyste à prendre à rebours le discours courant sur l'éphémère et à retrouver dans le flux enchevêtré des faits et gestes les récurrences infimes de la « culture objective du citadin » (G. Simmel).

  • 38 Les thèmes minimalistes reviennent alors en force dans l’administration : réparer les cages d’ascen (...)
  • 39 Au-delà de la ratp, ce programme rassemble les ministères de l’Équipement (IJ devient conseiller sc (...)
  • 40 Citons notamment : S. Bordreuil (cnrs), A. Borzeix (cnrs), B. Conein (U. Paris 8), M. Dartevelle (a (...)

852. Instaurant la relation de service en programme de recherche, IJ va dès lors au devant de la volonté gouvernementale de passer d'une logique de la norme et du grand projet à une logique de la prestation et des petits accords38. Dans ce programme, il s’agit moins de rétablir la position de l’usager de droit face à la puissance publique que de faire l'histoire naturelle des situations où s’ajustent usagers et services, et partant, d’explorer les compétences requises par une administration qui s’ouvre au monde. Autour de ce point de vue minimaliste, notre programmateur élargit le cercle de ses ressources institutionnelles39. Ce travail de cadrage l’éloigne quelque peu de l’observation de terrain. Au fil des appels d’offres et des séminaires, les observations déléguées suivent les procédures discrétionnaires en direction des sans-domicile-fixe, des personnes-à-mobilité-réduite, des délinquants et autres catégories de la désignation experte. On sort des situations de trafic pour interroger d’autres cadres urbains, notamment l’histoire des espaces publics dans la ville méditerranéenne, rémanence des trésors enfouis dans la Mer Intérieure. L’éventail disciplinaire s’ouvre : la sociologie urbaine compose avec la sociologie du travail, l’analyse conversationnelle voisine avec l’histoire urbaine, la scénographie coexiste avec la science politique. L’espace social des colloques s’élargit également, même si l'ordonnancement des échanges laisse la part belle aux protagonistes de la sociologie des formes de faction (A. Cicourel, J. Gumperz, L. Quéré, R. Watson, pour les plus proches). Entre ces têtes de listes (auxquelles il faudrait ajouter R. Sennett) et les professionnels de la ville, IJ anime, grâce au Plan urbain, un groupe de sociologues et d’analystes des formes de l’action40. Tout se passe comme si ce réseau de réseaux compensait le déficit momentané d’ancrage du professeur d’université dans une formation de recherche ad hoc. Celle-ci, peut-on se demander, est-elle d'ailleurs compatible avec l’esprit mobile du programme en jeu ?

  • 41 Dans « Description d’une conjoncture en sociologie » (Espaces-Temps, no 50-1990), J. Hoarau en résu (...)
  • 42 Les trois mises au point lexicales suivantes érigent l’exégète en dépositaire de l’œuvre goffmanien (...)

863. Dans le « tournant pragmatique du moment »41, IJ traduit et adapte l’héritage goffmanien. Lors du colloque qu’il organise pour célébrer Le Parler frais d'Erving Goffman (1987), il centre ainsi les débats sur le fameux couplage flou entre ordre social et ordre de l’interaction42. Mais les éclats du monde (chute du Mur de Berlin, Guerre du Golfe, épuration ethnique dans l’ex-Yougoslavie) rappellent au philosophe que les prises de positions du disciple dans le cercle savant ne peuvent remplacer celles de l’intellectuel dans la Cité. Derrière le naturaliste de la relation de service, veille en effet le polémiste de l’éthique de salut du Passant considérable.

« Nous le constatons implicitement dans nos jérémiades quotidiennes sur notre modernité désenchantée : les cérémonies du lien social ne sont plus ce qu’elles étaient. Et nous avons appris, pour ne pas désespérer de la civilisation urbaine, à emboîter le pas des sociologues et anthropologues du parler ordinaire pour redécouvrir avec eux le sens de la politesse et des “petites vénérations”, les échanges réparateurs des relations ordinaires en public. Il nous fallait pourtant tenter d’articuler cette sociologie des circonstances avec l'expérience concrète des espaces publics, qui nous conduit à rencontrer toutes sortes de vigiles de l’appropriation tranquille, garants de territoires exclusifs affectés tantôt à un seul usage et “ciblés”, tantôt à une population identifiée et “spécifique” » (« L’espace public comme lieu de l’action » Annales de la recherche urbaine, 1993).

  • 43 « Le lieu commun ce n’est pas, ou ce n’est pas toujours, le lieu du rassemblement, c’est celui de l (...)

87Entre la figure terroriste du Sniper qui étrangle l’espace de circulation dans Sarajevo à feu et à sang et la figure pacifiste du Qadi qui, dans le Caire médiéval, vérifiait qu’il n’y ait pas d’entrave à la libre circulation des communautés, l’auteur introduit le principe universel d’accessibilité. Celui-ci, depuis E. Kant (Projet de paix perpétuelle, 1795), se déduit de deux postulats : l’humanité originaire n’est attachée à aucun territoire et la dispersion des hommes à la surface de la terre a des limites. Tout progrès de l’accessibilité doit donc se comprendre comme la conséquence de la finitude du monde, comme le contrecoup de ce droit à la surface qui « appartient en commun à l’espèce humaine ». Rappelant, après J. Habermas, que l’espace public est tributaire d’une définition du droit public inspirée des Lumières dont les effets se conjuguent entre « droit de visite » (hospitalité universelle) et « droit de regard » (exigence de justification), l’auteur actualise la plaidoirie du Passant considérable en faveur du bien commun comme intervalle ou surface permanente de transit43. Il persiste donc dans son être de guide fragmentaire pour l’attention à l’incomplétude et à la vulnérabilité du monde et répond ainsi à l’urbaniste que l’espace est moins une enveloppe qu’une « onde pertinente en mouvement » qui déplace constamment la rupture entre le prémédité et l’incohérent. Il faut, ajoute-t-il dans une ultime allusion à H. Arendt (Juger, 1992), comprendre la rue comme école pour « penser de manière élargie ».

  • 44 Rappelons en effet que l’Institut de sociologie urbaine, dirigé par Henri Lefebvre dans les années (...)

88Ainsi donc, au fil des textes, l’auteur se constitue à la fois à partir et à rebours des conjonctures et des engagements divers, d'enseignant, de traducteur, d’expert, d’administrateur ou d’intellectuel public. Au terme de cette dernière séquence, le professeur de sociologie de Lyon obtient une chaire d’enseignement à Nanterre (1994) ; élection qu’il doit probablement à l’élargissement de sa surface sociale et symbolique au cours de son aventure parisienne. L’ancien haut-lieu de la sociologie urbaine qu’il intègre, semble devoir solliciter le nouvel élu à en renouveler la tradition, malgré lui44. Le mort ne lâche pas aussi facilement le vif.

La recherche des illusions perdues

89À la même période, le parcours de CT présente, quant à lui, une moindre arborescence de rôles que celui de IJ. Après avoir évoqué ses multiples engagements de naguère, le narrateur semble avoir moins d’événements contextuels à rapporter lorsque le récit autobiographique aborde enfin sa reconversion aux patiences de l’érudition historique. Mais l’objet qu’il poursuit, la genèse de la science réformatrice moderne, a partie liée avec ses premières croyances intellectuelles ; son cadre professionnel, le CSU, ses contacts internationaux doivent principalement à la recherche urbaine. On pourrait opposer la continuité de son statut professionnel à la variété de ceux de IJ. Mais ce contraste est doublement trompeur dans la mesure où la carrière de IJ a été jusqu'alors structurée par le statut universitaire et où la permanence institutionnelle du laboratoire du CNRS (CSU) masque l’éclatement de ses thématiques et objets. Faire l'histoire des catégories de la pensée sociologique n’en constitue pas moins un projet partagé par la plupart des membres du laboratoire ; CT s’y inscrit pleinement avec son programme de généalogie du savoir réformateur. Ce programme se déroule selon trois phases :

    • 45 E. Lebas, chercheuse franco-britannique (dans la mouvance de la sociologie urbaine marxiste des ann (...)
    • 46 P. Marcuse, fils du célèbre philosophe (H. Marcuse), professeur à la Graduate School of Architectur (...)

    D’abord celle de l’accumulation primitive de données et de liens internationaux qui suit le projet énoncé dans Social Policies from Below (1982). On voit ainsi, en 1983, CT animer avec Elisabeth Lebas45 un séminaire sur les « Formes de production du logement des couches populaires et les politiques sociales » à la Graduate School of Architecture de Londres, puis séjourner quelques mois en 1984-1985 à la Graduate School of Architecture and Planning de New York comme professeur associé pour y animer avec Peter Marcuse46 un séminaire sur les « Politiques sociales urbaines comparées ». Au fil de ces visites, CT réinvestit ses connaissances en histoire du logement (consignées pour solde de tout compte dans la Marchandise impossible) dans l’exploration des origines des politiques sociales, notamment de celle de l’assurance-chômage.

    • 47 Le statut professionnel et le parcours intellectuel de S. Magri suivent de près ceux de CT. Dans la (...)
    • 48 M. Marié, Les Terres et les mots (1989), chapitre 4.

    Viennent ensuite les premières publications sur les plans réformateurs de l’entre-deux-guerres (comparaison France, Italie, Grande-Bretagne, États-Unis). Ces articles sont pour la plupart écrits en collaboration avec Susanna Magri, ex-sociologue marxiste qui se spécialise dans l’histoire des politiques sociales de l’habitat47. Un séminaire conduit avec cette collègue réunit notamment en 1986-1987 une pléiade de sociologues, historiens et géographes au trajet ascendant dans la hiérarchie de la science légitime. Il a comme thème les « Pratiques ouvrières et les changements structurels dans l’espace des grandes villes du premier XXe siècle » et débouche sur la publication précédemment entrevue : Villes ouvrières, 1900-1950 (1990). Cette initiative a reçu le soutien du ministère de l’Équipement lorsque M. Marié incitait cet appareil à reconnaître la mémoire de son domaine d'intervention, au moment d’ailleurs où les politiques successives de réparation des banlieues s’interrogent sur l’identité populaire48. On peut voir là quelque confirmation de notre hypothèse suivant laquelle le détour dans le temps et l’espace qu’opère CT ne distend pas tant que cela ses liens antérieurement noués avec les instances temporelles de recherche urbaine. On voit ainsi notre chercheur solliciter les crédits du Commissariat au Plan pour ses travaux sur l’assurance-chômage, et être sollicité à son tour par les cadres de l’Équipement qui, lors de la préparation de la Loi d’orientation sur la ville de 1991, s’interrogent à nouveau sur les fondements de la politique urbaine.

    • 49 Citons le Department of History de la Rutgers University du New Jersey (1987), la Faculty Board of (...)
    • 50 Créée en 1920 par l’historien H. Berr, cette collection a en effet accueilli les maîtres de l’histo (...)
    • 51 Dans la formation doctorale Histoire et civilisation de l’Europe (« La ville : sciences, pouvoirs, (...)

    Enfin, on peut prendre le tournant des années quatre-vingt-dix, comme étant, pour notre généalogiste, celui de la consolidation des bénéfices récemment acquis au fil des publications et conférences données dans le monde de l’histoire urbaine49. Notre sociologue-historien participe alors avec un groupe de jeunes normaliens au lancement en 1990 de la revue Genèses, principalement dédiée à l'histoire interdisciplinaire des sciences sociales. Dans cette troisième phase, le retour sur le métier de savant prend tout son sens, après être parti des cadres de la connaissance réformiste. Ce périple initiatique s’achève par la publication de Naissance du chômeur, 1880-1910 (1994) dans la prestigieuse collection d'histoire « L’évolution de l’humanité »50 (Albin Michel) et par l’élection à un poste de directeur d’études à l’ehess51.

90Ce phasage abusivement linéaire de l’ascension vers la communis doctorum, estompe les tensions qui traversent ses voies et moyens. Interrogé par exemple sur sa progression dans l’univers savant anglo-saxon, CT témoigne rétrospectivement de la conversion de son capital radical français et sociologique (marxisme urbain) à un taux de change moyen nécessitant des investissements à nouveaux frais. Les milieux de l’histoire sociale auxquels il aspire ne sont pas en effet ceux du Comité urbain de l’Association internationale de sociologie des années soixante-dix.

  • 52 Précisons que l’History Workshop est une école britannique d'histoire sociale née à la fin des anné (...)

« Au début des années quatre-vingt, il a donc fallu que je reconvertisse mes contacts car ces milieux qui pouvaient également travailler sur la ville restaient étanches les uns aux autres. J’ai alors entrepris de proposer directement dans les universités américaines des exposés sur les objets que j'investissais alors, l’invention du chômage, etc. Ça m’a permis de rencontrer pas mal d’historiens. À New York, je me suis ainsi rapproché de la New School for Social Research, en rencontrant Charles Tilly, un grand francophile, et Ira Katznelson, un politiste très intéressé par la question urbaine. Un milieu plutôt radical, démocrate. Du côté britannique j’y suis allé encore plus au culot. J’ai carrément sollicité une coopération avec Gareth Stedman Jones un des fondateurs, avec Raphaël Samuel, de l’History Workshop52 à Cambridge. J’étais très attiré par cette fameuse école d'histoire sociale, dont je suis devenu un lecteur attentif. Nous avons sympathisé, puis engagé des échanges mutuels (conférences, articles) puis plus récemment formulé des projets communs. Entre Katznelson, Stedman Jones et moi-même nous avons ainsi l'intention d’écrire un ouvrage commun sur Paris-Londres-New-York, 1880-1940. Malgré ces collaborations, il faut toutefois noter modestement que je n’ai pas encore été invité à enseigner dans une de ces universités moyennant rémunération. Mon ouvrage en cours de rédaction sur le chômage devrait peut-être modifier ces données. »

  • 53 Parmi tant d’exemples notons celui, maintes fois cité dans notre enquête, de La Nuit des prolétaire (...)

91Comme s’il s’agissait d’expier les réductions économicistes de son Histoire du logement, telle l'impasse faite sur le moratoire de l’entre-deux-guerres, CT se livre désormais aux archives de l’industrialisme mélioriste qui se cristallise autour de la Première Guerre mondiale. Cet investissement dans la mémoire collective de ses propres illusions savantes n’est pas qu’intime conviction ; il est stimulé par une conjoncture plus générale de rattrapage de l’histoire sociale française (celle des gens ordinaires ou du peuple) par rapport aux pionniers anglo-saxons. Ceux-ci (E.P. Thompson, E.J. Hobsbawm, G.S. Jones, etc.) ont en effet su refuser la position assignée par l'histoire économique dominante à la « nostalgie populiste, au culte pieux du souvenir des origines de la classe ouvrière ou à la description compatissante de l’exploitation ouvrière » (J.C. Chamboredon, 1976). Leur fait écho quinze années plus tard en France la fièvre archiviste qui dans le même esprit saisit les rescapés du marxisme radical53. CT s’inscrit donc dans ce chantier historiographique ; ayant quitté l’étude du capital immobilier, puis pris pour modèle l’histoire sociale du travail, il rouvre son atelier (History Workshop) sur celle des doctrines, normes et professions qui ont rationalisé la ville occidentale au début du siècle. Exploitant parallèlement les deux filons complémentaires de l’assurance-chômage et de la réforme du logement, il montre leur visée commune :

« Bref, à la base de deux politiques sociales progressistes, l’assurance chômage et la réforme du logement, on trouve un projet éducatif concernant les travailleurs urbains, plutôt que des demandes exprimées par ceux-ci. On pourrait dire aussi un coup de force contre leurs pratiques les plus communes : la mobilité et l'intermittence de l’emploi salarié et l’attachement aux logements bon marché de leurs quartiers traditionnels » (« From Social Question to Urban Problems », International Social Science Journal, 1990).

  • 54 « Lorsqu’on s’en tient à l’étude du cas français, ou même à celle d’autres expériences européennes, (...)

92Avec S. Magri, il découvre l’effet de catalyse qu’a provoqué la Première Guerre mondiale dans l’avènement de l’industrialisme54. On ne peut s’attarder ici sur les divers éléments du tableau de l’industrialisme ainsi analysé : organisation spatiale des villages et foyers de travailleurs de l’industrie de guerre, nomenclatures sociologiques des enquêtes sociales, règlements intérieurs des cités populaires, etc. Si ces dispositifs d'observation du désordre social et d’inculcation des valeurs d’hygiène, de rationalité et de régularité rappellent l’art militaire et scolaire des répartitions de l’Âge Classique, CT ne les réfère pas explicitement aux analyses de Surveiller et punir. Au fur et à mesure de ses plongées dans la mémoire de ce qu’un autre grand auteur non cité (M. Weber) a désigné du terme de Zweckrationalität, il s’intéresse de plus en plus au monde des experts usuellement ignorés, sinon méprisés, par l’orthodoxie universitaire. Après avoir visé les politiques sociales par en bas, il va donc à la rencontre des sciences sociales par en bas. À l’instar de La Nuit des prolétaires qui sacrifiait la majesté des masses aux chimères du rêve ouvrier, il prend au sérieux la colonne obscure des oubliés de cette science normale à laquelle il parait pourtant devoir aspirer. Celle-ci cherche aujourd'hui son salut dans l’élucidation méthodique de ses zones d’ombre. L’arpentage de la nuit des Social Scientists, en ce qu’il permet de reconnaître la solidarité des moments normatif et cognitif du savoir moderne sur la société, est une manière de se remettre à jour.

  • 55 Dans un panorama récent de l’historiographie anglo-américaine (Genèses, no 7-1992), l’historien amé (...)

93Se rapprochant du Linguistic Turn55, CT fait désormais son miel du langage scientifico-progressiste ; hier cantonné dans les notes infrapaginales de l’enquête sur les Promoteurs, l’ordre du discours devient la matière première du sens. Mais de même qu’hier l’auteur des Promoteurs s’efforçait d’ajuster une matière empirique préconstruite par les catégories de l’économie classique au nouveau cadre théorique offert par l’exégèse marxiste, de même essaie-t-il vingt ans plus tard de « tenir ensemble l’histoire des structures sociales et celle de l’expérience quotidienne » (Villes ouvrières) et d’articuler (mot-clef de l’itinéraire, rappelons-le) les schèmes réformateurs à leurs conditions temporelles d’émergence et d’efficience. Regrettant la loquacité de l’objet des sciences sociales, non sans une certaine coquetterie scientiste, CT justifie son point de vue comparatiste :

« C'est la malchance des sciences sociales : l’objet parle. Si la nature ne se propose pas de fins, les acteurs sociaux ne cessent de le faire et de se constituer ainsi en sujets de l'histoire. D'où une difficulté spécifique dans l’étude des politiques publiques et tout particulièrement des politiques réformatrices. Ou bien on prend au mot leurs acteurs, les objectifs qu’ils énoncent les conflits manifestes qui les opposent : on produit ainsi un savoir descriptif – moment incontournable de la recherche – mais l’on s’interdit de sortir des singularités locales, alors que de toute évidence il y a quelque chose qui travaille toutes les expériences nationales. Ou bien on impute d’emblée les phénomènes à une structure qui les produirait : on obtient ainsi une intelligence des régularités, mais il devient difficile de penser les spécificités et les décalages, sinon par l’évocation passablement magique des “luttes” des conjonctures socio-politiques qui feraient la différence. Il y a une démarche qui tente, me semble-t-il avec quelque succès, de surmonter la difficulté. Elle consiste à rechercher des régularités du côté des agents du processus de réforme eux-mêmes. Sous les multiples spécificités des institutions et des traditions politiques nationales, il y aurait une disposition des forces sociales analogue dans sa structure, parce que les sociétés concernées ont bien en commun quelque chose » (« La politique de l'habitat dans les politiques sociales 1900-1940 », Cahiers de la recherche architecturale, 1985).

94Il revient au généalogiste de montrer comment la raison réformatrice, son imaginaire savant, ses investissements techniques (plans, procédures, architecture) forment l'horizon d’une réorganisation majeure des rapports sociaux occidentaux.

« En France comme en Grande-Bretagne, la montée en puissance des syndicats et partis ouvriers à partir des années 1910, la mise en place effective d’institutions publiques d’assurance ou de secours, de placement et de construction, et surtout l’expérience décisive de l’économie de guerre conduiront à une rapide évolution des positions des organisations ouvrières. Aux États-Unis, bien que des tendances identiques s’expriment au même moment, le tournant décisif ne s’accomplira que pendant le New Deal. Désormais, une partie des propositions des réformateurs sont devenues des revendications ouvrières. Malgré l’existence de distorsions majeures entre celles-ci et celles-là, cette évolution est sans doute l’indice qu’un nouveau système de pouvoir s’est effectivement mis en place » (Revue internationale des sciences sociales, 1990).

  • 56 Ch. Tilly, « Two Callings of Social History », in Theory and Society, no 9, 1980.
  • 57 Par exemple (op. cit.) : « L’exigence récente de la Grande Dépression et le pressentiment que le ré (...)

95Mais si tant est que l’histoire sociale ait pour vocation, non seulement de décrire comment le monde présent s’est constitué mais aussi, selon la formule de Ch. Tilly56, « de se demander ce qui aurait pu advenir de la vie de tous les jours aux principaux moments de choix historique et examiner pourquoi et comment ce qui est effectivement arrivé l’a emporté sur d’autres possibles, pourquoi donc l’avènement de la réforme sociale à ce moment-là ? - « C’est une question difficile, répond CT, car elle nous contraint à confronter représentations et politiques aux réalités sociales auxquelles elles s’appliquent » (id.). Les textes qui synthétisent les investigations sur le chômage et sur l’urbanisme articulent prudemment causalité structurale et causalité culturelle57.

  • 58 « Représentations de l’autre et techniques d’action sur lui sont inséparables. Les catégories dans (...)

96Se définissant plus comme un suiveur que comme un « pionnier » du concept, CT persiste donc dans son être articulatoire. Son inscription dans les courants épistémologiques du moment n’est pas plus radicale aujourd’hui qu’hier. La dialectique vivante entre empirie et théorie hier, entre constructions symboliques et structures sociales aujourd’hui est au principe de son éthos professionnel. Peut-être faut-il voir dans cette composition permanente se réfracter la double position professionnelle du début de carrière (entre l’expert contractuel et le chercheur statutaire). De même, l’évocation des résistances et ambivalences ouvrières face à l’apostolat réformateur du début du siècle peut-il entrer en correspondance avec l’expérience de la passivité des masses que rencontrait naguère le jeune commissaire de la réforme démocratique du logement. L’histoire sociale remplit ainsi son office d'anamnèse et la prudence épistémologique du savant fait système avec la réserve politique du militant désenchanté. CT multiplie les coups de sonde sur la topographie éphémère des sciences sociales naissantes, leurs fondements indissociablement cognitifs et pratiques58. Comme l’on sait, l’histoire de ces sciences connaît alors en France un regain d’intérêt sans précédent. L’exploration de la mémoire savante n’intéresse pas seulement les cercles universitaires mais aussi la multitude d’utilisateurs professionnels des sciences de l’homme. Dans ce contexte porteur, CT place ses articles dans un espace éditorial à trois pôles : recherche urbaine (Cahiers de la recherche architecturale, Annales de la recherche urbaine), sociologie (Archives européennes de sociologie, Revue française de sociologie), histoire et sciences sociales (Genèses, Revue internationale des sciences sociales, Journal of Urban History). Genèses, dont il est le co-fondateur devient son support essentiel (au moment de l’enquête).

« Je partage avec mes collègues de Genèses la conviction qu’on ne peut étudier la nationalité sans étudier la carte d'identité, ça c’est pour Gérard Noiriel ; et qu’on ne peut étudier le droit de vote sans étudier l’urne, et ça c’est pour Michel Offerlé... Quant à la portée politique du savoir. Genèses est complètement académique, à la différence par exemple d'History Work-shop Journal, ancré dans la tradition socialiste et le mouvement féministe. Pourtant, il ne faut pas oublier que nombre de promoteurs de Genèses ont vécu des engagements à leur manière. Affaire de génération. Noiriel, lorsqu’il travaillait sur Longwy, participait à Radio-Lorraine-Cœur-d'Acier ; Offerlé s’est occupé de l’Institut des sciences sociales du travail, etc. Mais la coupure entre l’académie et la société est vraisemblablement plus nette en France que dans les autres pays. Raphaël Samuel dirige par exemple à Oxford un collège renommé pour salariés. C’est une stratégie rationnelle pour l'académie britannique alors qu’en France cela paraîtrait un handicap. »

  • 59 Dans La Ville congestionnée (Genèses, no 1-1990), l’émergence des professionnels du City Planning f (...)
  • 60 « Reste alors à comprendre comment une idée en vient à devenir, pour reprendre la formule d’un aute (...)
  • 61 Les grandes lois sur la protection sociale en Allemagne sont en effet issues du fameux modèle bisma (...)
  • 62 Dans son Histoire de l’enseignement en France (1968), A. Prost montre comment la Première Guerre mo (...)
  • 63 Zusammenhang : terme méthodologique que F. Simiand, dans sa célèbre charge contre l’histoire histor (...)

97Pour garantir ses investissements, CT ne manque pas de respecter les règles de l’art académique comme en témoignent le choix des mots ou des références et la stratégie de délimitation du récit. Les acteurs de la réforme sociale remplacent évidemment les « agents-supports » de la promotion immobilière, de même que le « langage » remplace « l’idéologie ». Telle référence publiée en plusieurs langues est préférentiellement citée dans l’édition étrangère à celle de la revue d’accueil59. L’évocation de telle figure tutélaire (Lénine), idéologiquement trop marquée dans le monde académique, est explicitement rendue implicite, non sans quelque clin d’œil frondeur adressé au lecteur pour lui signifier que le rédacteur n’est pas entièrement dupe de l’arbitraire du protocole académique auquel il se plie par profession60. Quant aux auteurs trop légitimes, comme M. Foucault qui a pourtant initié l’exploration de l’épistèmè réformatrice, ou P. Bourdieu qui s’est attaché à élucider les enjeux du champ de ses agents professionnels, la règle de convenance veut que leurs noms soient omis et que leurs traces verbales consacrées soient serties de guillemets précautionneux attestant piété respectueuse et distance critique. Si tout discours à prétention scientifique ne vaut que par l’explicitation de son mode d'élaboration et par la définition des limites de son objet, CT ne manque pas d’exposer les insuffisances de son enquête. Par exemple, les archives allemandes font cruellement défaut à sa tentative de synthèse occidentale, ainsi qu’il le signale furtivement dans quelque note infrapaginale61. L’auteur fait aussi discrètement preuve de maîtrise historiographique en circonscrivant ses domaines de réforme sociale à l’emploi et à l’urbanisme, évitant par exemple celui de l’éducation publique, pourtant crucial (cf. IJ et ses Disciplines à domicile)62. A trop multiplier les correspondances entre champs, le Zusammenhang risque en effet de se perdre en conjectures trop générales63. Mais l’ascèse historiographique ne doit pas pour autant céder à la tentation érudite car la vigilance épistémologique rappelle toujours que la mise en intrigue du récit savant n’échappe pas à la nécessité d’appliquer au passé les catégories de représentation du présent. D’où le choix plus ou moins conscient des domaines ou sujets d’investigation en fonction des questions publiques du moment (gestion de l’emploi, de la ville). C’est ainsi que dans ses notes critiques récentes, CT aborde la question du nationalisme (Genèses, 3-1991) ou revient sur la controverse des chiffres du chômage (« Réalistes, nominalistes et conventions statistiques », Genèses, 9-1992). L’élucidation de l’interférence des temps n’est pas qu’un simple débat académique. Par exemple, après avoir décrit comment les séries longues de l'INSEE dénient l'hétérogénéité des définitions de la population active depuis un siècle puis comment les statisticiens britanniques du début du siècle ont inventé la mesure indicielle du chômage contre le faux réalisme des dénombrements administratifs, l’analyste s’en tient à l’inéluctable relativité de toute position savante.

« À Londres en 1912, en effet, les producteurs d'indices étaient résolument nominalistes et ce sont leurs critiques qui les rappelaient à la réalité des choses. En 1992, à Paris, le débat se présente à l’envers. Les producteurs d’indices croient désormais que leurs nombres sont la mesure des choses elles-mêmes. Ils sont devenus réalistes et ce sont cette fois leurs critiques qui affirment le nominalisme des conventions statistiques » (Genèses, 9-1992).

  • 64 Par exemple, son introduction acerbe à la conférence internationale sur l’habitat (Montréal, 1992)  (...)
  • 65 À la différence de L'Histoire du logement, Naissance du chômeur a été remarqué et commenté dans div (...)

98Tout se passe comme si une décennie passée au fond des archives de cette croyance contemporaine avait paradoxalement remis CT en prise avec l’événement. Le savant désenchanté d’aujourd’hui a certes remplacé l’expert militant d’hier mais la vocation de savant n’a pas perdu ses charges publiques d’information, bien au contraire. Intervenir sur les questions en débat dans la société appartient de surcroît à la tradition disciplinaire critique tracée par É. Durkheim et actualisée par P. Bourdieu. Les interventions récentes de CT au sein d’auditoires plus larges que les cercles habituels d’initiés confirment son retour relatif, réservé et maîtrisé sur quelques tribunes. On a déjà mentionné sa contribution aux réflexions ministérielles sur la politique de la ville, d’autres suivent sur la critique du paradigme écologiste ou sur celle des politiques introuvables du logement64. Chaque prise de position s’appuie sur le savoir historique acquis pour mettre en perspective les questions du jour. La cristallisation du débat public autour du déclin de la société salariale et de ses protections, qui annonce une nouvelle ère de « désaffiliation sociale » selon Robert Castel (1995), place l’ouvrage savant sur la Naissance du chômeur (1994) au cœur de l’actualité. Ce voyage à travers les mots, les sciences et les conflits déployés autour de l’invention de l'allocation-chômage rassemble et systématise les explorations précédemment évoquées. Retraçant la genèse mouvementée de cette innovation institutionnelle en Angleterre, en France et aux États-Unis, l’auteur montre ainsi comment le remplacement du corps à corps répressif contre l’oisiveté par la règle d’indemnisation de la perte momentanée d’emploi procède du conflit récurrent de valeurs. La distinction entre invalides méritants et valides non méritants qu'opéraient les philanthropes du siècle dernier, ne cesse depuis de se démultiplier en diverses catégories d’ayants droit de la solidarité et de justiciables de la peine publique. Ironie de l’histoire, le salariat stable hier imposé au corps social est devenu aujourd’hui une barrière de protection contre les processus actifs de marginalisation sociale. L’analyse de contenu de cette œuvre d’érudition qui s’ouvre indirectement sur les interrogations du présent, et l’étude de sa réception dépassent notre épure. Notons seulement qu’avec cet ouvrage de maturité, le sociologue devenu aussi historien prend rang dans le double espace de l’Université et des médias65.

Troisième parallèle

99Dans la période récente, nos parcours intellectuels vibrent moins qu’auparavant avec l’événement. La quête d’une contribution originale à la science, attendue du sociologue qui a deux décennies d’exercice professionnel derrière lui, conduit celui-ci à accroître ses distances avec la doxa du moment. L’autonomie s’impose comme enjeu d’avancement de carrière. Trois dates (1984-1987-1990) symbolisent, bien au-delà des simples événements qui peuvent leur correspondre, les déplacements qui affectent simultanément les itinéraires.

1001984, ne marque pas seulement l’avènement de Big Brother, mais aussi pour CT le temps des séjours exploratoires outre-Atlantique et outre-Manche à la quête du Graal de la science réformatrice. C’est à ce moment aussi qu’il achève la rédaction, en Californie, de sa Marchandise Impossible, pour solde de tout compte avec son capital et sa conscience marxiste et comme bon à valoir sur son projet universitaire. Pour IJ, 1984 n’est pas seulement l'année de publication du Passant considérable, mais peut aussi bien marquer, avec l'Affaire Armstrong, le début de la fin des interventions sur le double langage suscitées par le thème à la mode des tensions ethnoculturelles en banlieue. Il commence alors à s’éloigner du laboratoire expérimental de l’Est lyonnais et semble faire l’expérience pour lui-même de l'hésitation : à la croisée des chemins de l’anthropologie urbaine, du désir d’histoire, et du culte goffmanien.

1011987, n’est pas seulement pour CT l’année de la publication de la Marchandise impossible, mais aussi celle où le réseau qu’il a constitué avec S. Magri autour des Villes ouvrières au début du siècle bat son plein. Les Temps Modernes publient alors son article sur l’invention du chômage dans les pays occidentaux, annonçant la sortie au grand jour de sa plongée dans la nuit de la réforme sociale. Pour IJ, 1987 n’est pas seulement l’année du colloque sur Goffman qu’il organise à Cerisy mais aussi celle de la mise en forme des premières observations de terrain sur les interactions entre agents et usagers dans les transports parisiens. Il confirme alors une carrière intellectuelle délibérément répartie entre plusieurs milieux et registres d’énonciation sur l’espace public : rédaction d’articles philosophiques pour la prestigieuse revue Critique, ingénieur social à la RATP, traducteur de l'héritage goffmanien pour la sociologie française.

1021990 ne marque pas seulement le seuil d’une décennie dont le devenir échappe à notre regard, mais signale à tout le moins, avec la création de la revue Genèses, le renouvellement de la mémoire des sciences sociales auquel s’emploie désormais CT au sein d’un réseau international de recherche en histoire sociale. C’est aussi pour lui le seuil d’une nouvelle entrée (après celle du CNRS) dans les cadres du savoir légitime (École des hautes études en sciences sociales). Pour IJ, 1990 n’est pas seulement l’année de son installation matérielle à Paris et de son détachement partiel au Plan urbain, elle peut aussi indiquer l’inflexion des objets d’attention vers les constructions socio-cognitives à l’œuvre dans les métiers de régulation de l’espace public. Son élection à l’Université de Nanterre pourrait bien cependant freiner ce déplacement de la sociologie urbaine vers celle du travail.

103Si CT s’écarte momentanément des institutions françaises d’incitation à la recherche urbaine et qu’à l’inverse IJ s’y inscrit au point d’en devenir l’un des animateurs influents, tous deux partagent un même « désir d’histoire » : délibéré chez CT ; hésitant chez IJ. Malgré l’éloignement de leurs références conceptuelles respectives, ils se retrouvent dans la quête commune des processus de construction des identités ordinaires : « politiques sociales par en bas » pour l’un, « service public par le bas » pour l’autre. Cette attention à la microphysique du pouvoir ou de l’action publique qu’ils tiennent de la leçon foucaldienne, les conduit à intégrer dans leur champ d’analyse les professionnels de la ville : genèse des catégories oubliées de la pensée réformatrice, d’un côté ; interprétation in situ de leurs aléas pratiques, de l’autre. De façon plus ou moins directe, les deux perspectives s’inscrivent dans des courants intellectuels alors porteurs dans le concert des sciences sociales, confirmant de la sorte la relativité de leur autonomie.

104CT adhère résolument au parti de la mémoire, animé par une compagnie active d’historiens sociaux anglo-américains (E.P. Thompson, E.J. Hobsbawm, Ch. Tilly, G.S. Jones, I. Katznelson) auxquels se joignent les animateurs de la prometteuse revue Genèses. S’il s’inscrit dans le Linguistic Turn de cette histoire, il n’en suit pas pour autant ses tendances déconstructives les plus radicales.

105IJ pour sa part, peut être rattaché au tournant pragmatiste qui saisit de part et d’autre de l'Atlantique la sociologie des formes de l’action. Dans ce concert aux voix trop nombreuses pour être citées, il semble jouer le gardien de l’héritage goffmanien.

  • 66 L. Pinto, observant les évolutions actuelles de l’usage médiatique des philosophes français, rencon (...)

106L’adhésion ou l’insertion dans telle conjoncture intellectuelle ne doit pas cependant masquer les continuités qui qualifient chaque itinéraire au-delà de la décennie. On les a maintes fois rencontrées chez CT dans la permanence d’une pensée articulant une série d’oppositions successives et classiques : théorie (du mode de production capitaliste)/empirie (le secteur immobilier) ; structure sociale (antagonisme capital-travail)/vie quotidienne (des ouvriers en ville) ; schème cognitif (des sciences sociales)/dispositif prescriptif (de la réforme sociale). Il semble qu’on retrouve trace de ce dualisme dans l’affirmation progressive d’une éthique professionnelle dissociant la conviction scientifique de la responsabilité politique. Dans son désir de science légitime, CT adhère aux valeurs d'humilité spirituelle et de réserve temporelle conformes à la tradition académique. Ses réponses détachées aux invites périodiques de la recherche urbaine, marquent par leur distance le chemin parcouru depuis l’époque des croyances militantes. Elles certifient en retour l’attente de science normale qui a saisi les multiples agences commanditaires de savoir garanti66.

107On opposera à ce modèle webérien de dissociation entre éthique de la conviction et éthique de la responsabilité, celui de la distribution des registres de communication au principe de l'intelligence partagée qu’IJ interprète dans ses processus interactifs. La précarité de l’expérience de recherche développement dans l’Est Lyonnais ne trouble qu’à peine le jeu de rôles que IJ engage entre les positions d’ingénieur social, de journaliste, d’anthropologue urbain ou de philosophe. L’aventure qu’engage ce jeu, théorisée (avec G. Simmel) dans le Passant considérable, construit une formule expérimentale de recherche conforme à son objet, la vulnérabilité fondamentale du monde. Investi dans l'actualité urbaine à travers la modernisation des services de transport, de police ou de santé, IJ mobilise les ressources de ces institutions en contrepartie de la fourniture des clefs grammaticales et morales de leur compétence civile.

  • 67 La Gare du Nord à Paris ou le complexe d’échanges de Paris-La Défense, ses récents terrains d’expér (...)

108Ce schème éthique et expérimental peut être mis en parallèle avec le dualisme cognitif et normatif du savoir social par rapport auquel se place CT : IJ s’est situé à leur interaction, aux postes de commande de la machine urbaine67 ; CT s'est mis du côté de la science en retrait de toute intervention directe sur le devenir urbain. Bien que loin d’être achevés, nos itinéraires illustrent ainsi une part significative des changements qui affectent tant les visions et les usages sociaux de la recherche urbaine que la recomposition des traditions disciplinaires de pensée à l’œuvre dans la cité savante. CT avance d’un pas érudit vers la mémoire du présent tout en satisfaisant au désir d'histoire qui s’empare des professionnels de la ville en mal de fondements. Il participe ainsi au rapprochement général des traditions sociologiques et historiques dans le concert des sciences sociales. IJ circule dans l’espace intermédiaire entre les plans d’existence que la ville et le citadin multiplient, opposant aux régulations les régularités de la nature sociale. Il participe ainsi à la reconfiguration des sciences de la communication en grammaire des formes de l’action publique. La sociologie urbaine, en ses cheminements praxéologiques et généalogiques, passe ainsi entre la gare (IJ) et la bibliothèque (CT).

***

109On n’a pas décrit ni croisé nos itinéraires de recherche urbaine pour l’excellence avec laquelle chacun réalise une essence mais pour leur vertu illustrative. Il peut s’agir ainsi d’habiller de chair faible la structure forte ou, autrement dit, de compenser la réduction sociologique par la description fine de ce qui se donne comme irréductible. L’engouement pour les histoires de vie tient sans doute en France à cette dynamique bipolaire comme moteur post-structural. Manquant pour notre part d’ambitions explicatives fortes, on a moins cherché dans la description détaillée d’itinéraires deux fenêtres ouvertes sur l’infinie diversité du monde que deux processus typiques dont les spécificités respectives font sens entre elles et eu égard aux transformations sociales et intellectuelles qu’elles peuvent incarner. C’est en conclusion moins les singularités éventuelles de ces itinéraires qui nous intéressent que leur communauté de destin en tant qu’elle signe d’un trait nécessairement forcé ou abstrait l’identité d'une configuration intellectuelle. Nous aurons donc finalement affaire à un tiers-trajet articulé par les décennies ; sorte de « méta-sujet » né de l’interférence entre l’individu, l’auteur et le champ.

110Ainsi peut-on prendre les années soixante comme étant celles de la formation de dispositions à la critique sociale radicale. La mort théorisée du sujet de l’histoire fait alors paradoxalement système avec l’engagement du sujet dans l’histoire. Ce système permet de transformer d’éventuelles contraintes culturelles d’accès aux allées de la science normale en refus motivé de l’enfermement académique ou disciplinaire. Ainsi peut-on comprendre l'entrée à reculons dans un métier de sociologue qui se présente comme compromis social. La recherche urbaine permet alors au jeune socio-économiste d’étayer sa vocation militante, et l’enseignement universitaire de la sociologie permet au jeune agrégé de philosophie d’éviter son assignation à l’enseignement secondaire.

  • 68 Dans sa description du passage de « l’empire des signes à l'empire du sens » qui caractériserait le (...)

111Avec les années soixante-dix, les paradigmes structuraux et les vocations militantes sont mis à l’épreuve des premiers terrains et des revers de l’Histoire. Pour l’universitaire qui contracte avec le pouvoir séculier, la généalogie foucaldienne des disciplines à domicile éclaire les vicissitudes de l’urbanisme. Pour le sociologue expert en politique urbaine, le matérialisme historique est le meilleur cadre critique d’explication des contradictions du système immobilier. La recherche urbaine s’élargit, se structure puis se diversifie et se dissémine dans les institutions savantes et techniques. L’épuisement final des antagonismes conceptuels (théorie versus empirie, agents-supports versus acteurs, global versus local, matérialisme historique versus généalogie, etc.) place ses diverses écoles et réseaux en situation de renouvellement. Ici, les voyages américains dans la mémoire de la sociologie urbaine et de la réforme sociale préparent la recomposition des objets et des carrières68. Pour l’universitaire traducteur de l'École de Chicago, la ville américaine devient la scène à décrire des hésitations entre l’intégration sociale et l’intégrité individuelle. Pour le sociologue statutaire attiré par l’histoire sociale, la ville occidentale devient le chantier archéologique des aventures de la raison qu’il se doit de revisiter.

112Les années quatre-vingt qui nous intéressent tout particulièrement, donnent forme aux inflexions de perspectives. Les publications qui en résultent se veulent moins confidentielles : plus thétiques d’un côté, plus érudites de l’autre. Les institutions de recherche urbaine, éclatées et laïcisées, servent de ressource pour l’accès au terrain du théoricien de la micro-écologie des interactions urbaines, ou pour la reconversion du sociologue en historien social de la Zweckrationalität. Les réseaux coopératifs créés dans la décennie antérieure facilitent l’accès aux financements, la publication des textes, l’ouverture des contacts. De nouvelles configurations productives se dessinent. Le professeur d’université partiellement détaché comme conseiller scientifique dans une grande entreprise de services urbains acculture ses ingénieurs aux « contes de Goffman » en échange d’une base d'appui pour son réseau national et international de recherche. Le directeur de recherche en sociologie prend part au tournant linguistique de l’histoire sociale anglo-américaine et délivre une formation doctorale à l’École des hautes études sur l’histoire conjointe des sciences sociales et de l’urbanisme. L'animation de séminaires, de colloques internationaux, d’une revue, forment l’horizon de coproductions entre la cité savante et les agences diverses de gestion urbaine.

113Les années quatre-vingt-dix devraient voir les destins sociaux graviter autour de cette coproduction à distance suffisamment respectable pour déboucher sur des ouvrages réflexifs originaux et au rayonnement public élargi. Se confirmerait ainsi la fonction de transition de la décennie quatre-vingt, entre un savoir critique d’inspiration romantique et un savoir positif de nature plus professionnelle. Entre la gare et la bibliothèque un chemin à double sens conduit des illusions de la révolution scientifique aux convictions désenchantées de la science normale.

  • 69 Rappelons à cet égard l’une des propositions majeures de l’Éthique qui a donné lieu à de multiples (...)
  • 70 Pour un dépassement de la tension entre identité-idem et identité-ipse par l’identité narrative, on (...)
  • 71 C’est par exemple ce que N. Heinich (1995) a entrepris à propos de l’équivoque identité professionn (...)

114Au-delà de ces variations temporelles de positions, il reste que nos deux figures illustrent quelque persévérance dans l’être intellectuel. Réapparaissent ici les fameux themata que chacun définit et poursuit au fil des conjonctures intellectuelles successives. À l’un, l’attention renouvelée aux circonstances aussi fragiles que rituelles de l’existence ordinaire ; à l’autre, l’articulation continue des plans supposés de la raison et de la réalité. Permanence qui semble toujours animée du désir de se libérer des places assignées dans l’espace des concepts et dans le monde savant. Tel serait aussi le conatus de notre couple-témoin, cette puissance existentielle en acte qui, selon Spinoza, n’est rien en dehors de son essence donnée et actuelle69. Il y a probablement dans cet ancien concept et son exégèse matière à enrichir le vocabulaire d'une sociologie des œuvres culturelles ou scientifiques qui voudrait échapper aux réductions réciproques de l’externalisme et de l’internalisme. Si tant est que l’habitus désigne d’après P. Bourdieu les dispositions individuelles liant un actif structurant à un passif structuré, de façon complémentaire, le conatus savant rendrait compte du lien entre l’expérience individuelle de la recherche et les structures logiques qui la transcendent au sein du monde des œuvres commentées. Nous voilà sans doute rendus à la lisière de la philosophie de l’identité sous-tendue par la dialectique du semblable (idem) et du spécifique (ipse) ou de la reproduction et de la production de soi70. Mais reconnaître à sa suite les façons d’être, de se dire et d’être dit (ici : sociologue urbain, par exemple) appelle encore d'autres enquêtes sur les flux tendus de sens entre conjonctures, savoirs et sujets71.

Notes

1 Citons le drame néo-réaliste et militant Main basse sur la ville (1963) du cinéaste italien Francesco Rosi ou la complainte nostalgique Le petit jardin (1972) du chansonnier Jacques Dutronc.

2 « L'administration du ministère de l'Équipement cherchait à mettre au point un modèle économétrique de développement spatial d’une agglomération, susceptible de rendre compte de la localisation des opérations engagées par les promoteurs immobiliers. Ch. Topalov, chargé d'étudier le comportement des promoteurs en s'insérant dans un cadre théorique déterminé de façon hétéronome, découvrit progressivement la pertinence d'un autre cadre, celui du matérialisme historique. On lui demandait d’analyser les modalités de la domination ultime exercée par la demande sur le marché immobilier ; il découvrit que cette domination relevait du “mythe”, que les études empiriques de corrélation, qui servaient de référence, ne permettaient pas de comprendre le mécanisme de la fixation du prix foncier, et que l'offre et l'intervention de l'État dans la constitution de cette offre étaient, en revanche, déterminantes [...] Le personnage du promoteur immobilier naît à la rencontre et au point de coordination de trois marchés : celui des capitaux, dont l'origine peut être diverse, patrimoniale, bancaire, etc. ; celui des terrains ; celui des acheteurs de logements. Ch. Topalov constitue une typologie des promoteurs privés (qui est le morceau de bravoure de l'ouvrage) en fonction des origines des agents qui se proposent d'intervenir à la jonction de ces trois zones d'incertitude, avec l'objectif de mettre en relation le sol avec le capital immobilier : agences-promoteurs ; entrepreneurs-promoteurs, qui sont des filiales d'entreprises de construction ; “builders”, qui sont des organisations intégrant construction et promotion ; techniciens-promoteurs ; financiers-promoteurs, filiales bancaires coordinatrices ; “outsiders” coordinateurs, qui sont des hommes d’affaires » (M. Amiot, op. cit.).

3 Voir pour une synthèse théorique de cette période : Le Profit, la rente, la ville (1984).

4 « Je ne sais si cela rentre dans le champ de ton enquête mais une expérience analytique personnelle a coïncidé (avec la rupture communiste) pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la théorie mais avec la souffrance. » Sans pouvoir trop s'avancer dans son interprétation, relevons cette distinction entre la théorie et la souffrance qui semble associer à la frontière du public et du privé l'opposition du collectif et de l’individuel ou de l'objectif et du subjectif.

5 Texte présenté au congrès mondial de sociologie de Mexico (1982). Voir références en Annexe 4.

6 La première vise la préconstruction étatique des objets de recherche qui condamne à ne plus voir les gens que comme objets d'administration. C’est l’occasion pour l'auteur de revenir à l'origine de son propre énoncé et donc de prendre au sérieux ses propres bégaiements. « L'objet du discours des réformateurs bourgeois, c'est l'ouvrier. Dans la mesure où ils se sont donnés pour tâche de le transformer, ils doivent pouvoir penser cet être radicalement autre. Que leurs enquêtes portent directement sur la vie ouvrière ou sur des phénomènes "objectifs" particuliers (la maladie, le taudis, l'alcoolisme, la délinquance) elles produisent des savoirs pratiques sur les classes laborieuses et dangereuses. Ces savoirs s’élaborent dès le début du xixe siècle et s'organisent peu à peu en une anthropologie sociale, naïve ou savante, qui est largement constituée dès les années 1870-1880. Elle est la matrice de la science nouvelle qui naît à cette époque avec la professionnalisation académique de la pensée réformatrice : la sociologie. Cette anthropologie ouvrière se construit sur le même mode que d'autres savoirs pratiques destinés à penser l'impensable – le criminel, le fou et, plus encore, le colonisé – et à traiter le problème social qu'il pose. » L'auteur ne peut alors manquer d'entrevoir le potentiel socio-analytique que recèle cette généalogie des réformateurs qui s'infiltre dans son argument. « Ce bref retour aux origines des politiques de réforme indique à quel point l'acceptation du découpage étatique de l'objet de recherche présuppose une définition des besoins sociaux étrangère aux pratiques ouvrières et produite au contraire pour les transformer. » La seconde raison reprend la critique courante de la réduction marxiste du peuple à une force de travail et de celle-ci à une marchandise. La troisième raison, enfin, renvoie aux effets simplificateurs de la guerre de positions entre deux courants de pensée qui ont conjoncturellement dominé la recherche urbaine. L'un, pour se démarquer de l'autre, insistait sur les effets de contrôle social des politiques de Welfare State : « Tout se passe comme si les prolétaires rebelles du xixe étaient l'objet d’un processus implacable d'intégration ». L'autre, à l'inverse, insistait sur « le fait que si les politiques sociales ont apporté aux travailleurs des bénéfices réels, ceux-ci n'ont pu être obtenus que par les luttes populaires ».

7 Pour un rare survol documentaire de l’œuvre et de l’expérience de F. Deligny, voir F. Ribordy-Tschopp, Fernand Deligny, éducateur sans qualités (1989).

8 Ph. Ariès, L'Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime (1960).

9 C’est d'abord l’enfant otage des Frères de l'École Chrétienne qui devient à force d'inculcation, le missionnaire familial des nouvelles civilités du Grand Siècle. C’est le dialogue de la mère et du médecin où se joue la santé, nouvelle base comptable de la richesse des nations ; c'est le visiteur du pauvre à l'entrée de 1ère industrielle qui introduit les technologies douces de la surveillance par le regard, de la régénération par le travail et du secours à domicile ; c'est le prêtre-instituteur, directeur de conscience besogneux, qui instille la morale bourgeoise dans le gouvernement des familles ; c’est le philanthrope ou l'hygiéniste qui militent pour une police des voisinages dégagée des miasmes de l'entassement ; c'est enfin la série discontinue d'experts en déviances qui, par l'intermédiaire des sociétés de patronage de l'enfance délinquante, préfigurent l'assistance psychologique contemporaine.

10 Il se démarque alors de travaux parallèles accentuant l’hypothèse répressive de Foucault, notamment ici l’ouvrage de J. Donzelot (La Police des familles, 1977) qui décrit la stratégie de familialisation des couches populaires, et également celui de A. Querrien (L’Ensaignement, 1976) qui explore les mécanismes de conservation sociale dans et par l’école primaire républicaine.

11 Empruntant cette utile distinction à G. Deleuze, il précise avec ce dernier. « Alors que le plan d'organisation concerne à la fois “le développement des formes et la formation des sujets”, et qu'il comporte ainsi toujours une troisième dimension cachée, le plan de consistance ne connaît que des rapports de mouvement et de repos, de vitesse et de lenteur, entre éléments non formés, relativement non formés, molécules ou particules emportées par des flux. Il ne connaît pas d'avantage des sujets mais plutôt ce qu'on appelle des hecceités ». Il va de soi que la grande ville s'impose comme le milieu d’expression par excellence de ces hecceités – i.e. : ce qui fait qu'un être est celui-ci ou qu'une chose est celle-là (ecceité). Pour Duns Scot, à l'origine de la notion, ce qui fait qu'un individu est lui-même et se distingue de tout autre. Dans la perspective de Deleuze, il s'agirait de rendre pensable le singulier, ni universel, ni spécifique, ni générique (J.C. Martin, Variations, la philosophie de Gilles Deleuze, 1993). Pour une définition du plan de consistance, voir aussi G. Deleuze, F.Guattari, Mille plateaux, 1980, pp. 632-634.

12 Sans revenir non plus sur ce texte (« La ville-laboratoire et le milieu urbain ») on ne peut manquer d'y percevoir la division du travail entre ses co-rédacteurs : schématiquement, à IJ (« Journalisme, histoire naturelle, histoires de vie ; mobilité, superficialité, réserve ») le plan de consistance du liant social ; à Y. Grafmeyer (« La ville comme configuration spatiale ; logique spatiale et mythe de la culture urbaine ») le plan d'organisation de la ville ou la morphologie sociale. Partition dont rend compte la liste des principaux auteurs respectivement cités :
- IJ. (G. Simmel, R.E. Park, L. Wirth, W.H. Whyte Jr, E. Liebow, H.G. Gans, E. Goffman.) ;
- YG. (R.E. Park. E.W. Burgess, M. Halbwachs, W. Alonso, W. Firey, O.D. Duncan, M. Castells.).

13 Modes de vie ; Pouvoir local ; Couches moyennes. Il convient de noter que l’activité de ces réseaux a bénéficié de l’appui financier, aussi réduit fût-il, du ministère de l'Équipement.

14 Citons parmi les participants (outre IJ) : A. Battegay, J.S. Bordreuil, Ph. Gumplowicz, J. Ion (coordinateur), A. Micoud, G. Neyrand ; S. Ostrowetsky, M. Rostain, etc.

15 Article paru dans la revue Espaces et sociétés (no 38 39-1981) qui consacra un dossier aux travaux du réseau en question.

16 En schématisant à l'extrême, la première tire son idéal des Lumières, donc de la concertation de personnes privées égales en droit et faisant un usage public de leur raison (idéal actuellement compromis par la société du spectacle qui n'en retient qu'une « certaine distance critique permettant à chaque acteur sur la scène intellectuelle de signaler sa position, de l'afficher s'il le faut, sans pour autant dévoiler son chemin et ses objectifs »). Étranger à cet idéal démocratique, l'espace de la Cour est celui de la représentation « où se trouve défini non pas ce que l'on doit faire mais ce qui se fait » et où le moindre geste est fasciné par la figure exclusive du monarque. Contre ce modèle, la ville bourgeoise et ses « espaces intermédiaires » (salons, cafés) libère les individus de leur assujettissement curial ; la mondanité y fonde le lien social sur l'indétermination et l'abstraction des identités. Cette excursion historique semble servir de métaphore à l'auteur afin de mieux cerner son objet de prédilection... « Dans le premier modèle (cour) les rapports du privé et du public se pensent en terme de seuil ; dans le second (ville) ils sont toujours problématiques, ils oscillent entre l'étalage et le quant-à-soi, l'être sociable étant par excellence l'être des intervalles. »

17 U. Hannerz, Explorer la ville, (1983).

18 Dans un rapport de 1983 cet intellectuel collectif prenait ainsi ses marques. « Le terme de socialisation se démarque de son usage culturaliste qui tend à l’identifier aux mécanismes psychosociologiques d'intériorisation par les individus des normes et valeurs du groupe. Considérée comme un procès, qui est toujours en train de se faire, de se défaire et de se refaire, la socialisation est tout à la fois ce qui intègre et ce qui atomise, capte et disperse, normalise et différencie. Contradictoire plutôt que répétitive, porteuse de changement, et pas seulement de reproduction, elle incite en définitive à se référer en permanence aux couples dialectiques de l’acculturation et de la déculturation, de la socialisation et de la désocialisation. »

19 Titre que l’on doit à Mallarmé évoquant le poète Arthur Rimbaud, « l’homme aux semelles de vent ».

20 « 1. Le principe du paradoxe veut que le premier usage du monde soit égoïste. 2. Le principe de l’apparence concertée veut que les hommes en général sont d’autant plus comédiens qu’ils sont civilisés. 3. Le principe de l'habileté veut que nous utilisions les hommes à nos propres fins » (Intervalles, pp. 83-84).

21 « 1. Un réseau de sociabilité est un tissu de relations sélectives et différenciées qui fait qu'un individu est lié à un nombre limité de personnes qui n'entretiennent pas nécessairement de rapports entre elles. 2. Un réseau de communication se distingue d'un réseau de sociabilité non pas tant parce qu'il ne privilégie aucun point par rapport à un autre, mais parce qu'il suppose une réciprocité profonde entre les lignes et les points. 3. En revanche dans un réseau de transactions ce sont les points qui orientent les lignes. Tout réseau de transaction peut se représenter formellement comme un éventail japonais, plus ou moins ouvert selon l'extension du répertoire individuel » (Réseaux, p. 124).

22 « Le flâneur passe son temps à dévisager. Mais il est bien Incapable de démasquer ou d'interpréter. Au contraire il se laisse porter par la redondance du vital et, incapable de s'arrêter, il passe d’une vie à l’autre. Dans chacune de ces vies, on pourrait cheminer un peu, assez loin pour se donner l'illusion de n'être pas prisonnier d'une seule forme de pensée, mais de pouvoir, pour un court instant, revêtir le corps et la pensée des autres, devenir laveuse, cabaretière, chanteuse de rues. Abandonnant les lignes droites de la personnalité, existe-t-il délices ou merveilles plus grandes que de s'écarter dans ces sentiers qui mènent sous les ronces et les gros troncs d'arbres au cœur même de la forêt où vivent ces bêtes sauvages, nos compagnons les hommes ? » (V. Woolf, « Au hasard des rues, une aventure londonienne », in La Mort de la phalène, 1968).

23 « Autrui qui se manifeste dans le visage, perce en quelque façon, sa propre essence plastique, comme un être qu'ouvrirait la fenêtre où sa figure pourtant se dessinait déjà. Sa présence consiste à se dévêtir de la forme qui, cependant, déjà le manifestait. Sa manifestation est un surplus sur la paralysie inévitable de la manifestation. C'est cela que nous décrivons par la formule : le visage parle. La manifestation du visage est le premier discours. Parler, c'est avant toutes choses, cette façon de venir de derrière son apparence, de derrière sa forme, une ouverture dans l'ouverture » E. Lévinas, Humanisme de l'autre homme, 1972.

24 Sur un tirage initial de 1 500 exemplaires, on en décompte 250 vendus en 1985 ; 67 en 1986 ; 36 en 1988 ; les chiffres ultérieurs ne sont pas connus.

25 « Isaac Joseph qui a beaucoup contribué à l'exposé de cette sociologie en France, a écrit un beau livre, Le Passant considérable (Librairie des Méridiens) où il étudie particulièrement les malaises dans l’interaction » (p. 295).

26 Ainsi s'expliquerait le fait que le manuscrit n'ait pu être accueilli par les Éditions de Minuit auprès desquelles IJ a pourtant ses entrées dans la collection « Critique », dirigée par J. Piel, éditeur de l’œuvre de G. Deleuze.

27 Dans une note de lecture de la revue Ethnologie française (1987), J. Gutwirth présente positivement « cet essai stimulant pour le développement d'une ethnologie ou d'une sociologie qualitative des grandes villes et des mégalopoles cosmopolites ». Le commentateur considère qu'en dépit de son parti-pris anti-structural ou de sa forme spéculative, l'ouvrage est appelé à jouer « le rôle de mouche du coche pour une ethnologie de la France actuelle ».

28 Ex-ingénieur, politologue au latts/enpc (voir chapitre 1).

29 Ainsi au sein du csu, CT poursuivait les travaux que l'on sait tandis que sa collègue, S. Magri, se spécialisait dans le logement social. On verra plus bas comment le dépassement de ces divisions fonctionnelles a momentanément rapproché nos deux chercheurs en un auteur commun.

30 On décompte ainsi 256 exemplaires vendus en 1987 ; 201 en 1988 ; 94 en 1989 ; 33 en 1990 ; 42 en 1991 et 37 en 1992.

31 Ainsi, lors de la soutenance de thèse, l'historien F. Caron, coauteur de l'Histoire économique et sociale de la France contemporaine (F. Braudel, E. Labrousse, 1979 et suiv.) s'est-il opposé à l'histoire en miettes proposée par l'impétrant. Dans une lettre de félicitations adressées à l'auteur, A. Prost, autre historien renommé, aurait exprimé son regret pour l'impasse faite sur la période de l'entre-deux-guerres. Critique par ailleurs développée par B. Hérault dans une rare note de lecture, très complète, dans la Revue française de sociologie (1990).

32 Monmousseau (dirigeant du syndicalisme ouvrier dans l’entre-deux-guerres) est le nom d’un autre quartier des Minguettes rendu célèbre par la presse lorsque le 31 mars 1983 des enfants d’immigrés maghrébins s’opposèrent violemment aux forces de police chargées d’une perquisition au domicile de l’un d’entre eux.

33 Y prenant toute sa part, IJ précise : « Le relativisme culturel nous a rongé la cervelle et nous ne savons plus ce qu’est une culture ; comment alors savoir ce qu’est le “développement culturel” ? Si nous acceptons la distinction faite par les interactionnistes entre une « culture indigène » (faite de conversations, d'informations et d’émotions véhiculées par des commérages, des plaisanteries, se déployant par réciprocité et sous forme de troc dans un marché local de la culture) et une « culture officielle » (produite par des organismes et des institutions spécialisées, par des professionnels sous forme de monnaie) il faut dire plusieurs choses qui ne sont pas sans importance sur notre position de recherche en la matière :
1. Il y a autant de cultures indigènes que de micro-milieux de communication, c’est-à-dire d’espaces conversationnels possibles. Il nous faudra donc admettre que l’exploration de ces cultures indigènes n’est pas possible sans l’observation participante, l’analyse de situations et l’analyse conversationnelle ;
2. Les cultures dites populaires ne sont pas plus massives et ne sont pas de nature différente des autres cultures indigènes. Toute hypothèse scientifique ou politique sur le développement des dites cultures populaires qui l’oublierait risque de faire du développement culturel une mission qui passera sur les populations concernées comme de l’eau bénite sur les plumes d’un canard sauvage ;
3. Les groupes qui produisent la culture officielle tendent à s’indigéniser, à se replier sur eux-mêmes dans leur travail. (Pour s’en convaincre il suffit de voir les progrès de la relation à plaisanterie dans le petit monde des médias et la place qu’y tient libe et sa “Une”). Ce qui veut dire qu’en effet nous avons tous tendance à regagner nos villages, à surdéterminer nos micro-milieux, à refermer nos cercles et que le seul développement culturel concevable passe encore par une réflexion sur les passerelles interculturelles, sur le procès de communication en tant qu’il suppose une pensée de la traduction, du double langage et de l’espace public » (Héritage et orientations, ariese, Lyon, 1983 ; document interne communiqué).

34 Il s’agit d’un ouvrage de l’historienne M.F. Basiez (L’étranger dans la Grèce antique, 1984) et d’une partie de la somme fabuleuse de l’érudit S.D. Goitein (A Mediterranean Society, the Jewish Communities of the Arab World as portrayed in the documents of the Cairo Geniza ; Letters of Medieval Jewish Traders, 1967-1983).

35 « C’est parce qu’il subordonne clairement sa recherche à une perspective, parce que le présent envahit explicitement sa curiosité, que le généalogiste est sensible à ce qui est toujours en jeu dans un champ ou dans un système aussi surdéterminé soit-il ; et, inversement, c’est parce qu’il prend au sérieux l’indétermination de son présent qu’il demande à l’histoire non de “retrouver les racines de notre identité”, mais de s’acharner au contraire à “la dissiper”, non “de repérer le foyer unique d’où nous venons, cette première patrie où les métaphysiciens nous promettent que nous ferons retour” mais de “faire apparaître toutes les discontinuités qui nous traversent”. »

36 « 150 femmes de cette ville sont venues s’aligner, une par une, devant l’objectif du photographe Michel Jaget. Résultat : une fresque rare, étrangement pudique, qui n’attendait qu’un lieu pour se dévoiler... elles ont gagné l’anonymat en perdant leur personnalité » (Lyon Libération, 4-1-1987).

37 Pour une analyse des conditions d’émergence de cette expérience qui s’est rapidement imposée comme figure exemplaire de la coopération entre mondes du savoir et de l’entreprise, voir F. Moiroux, Le Rôle de la recherche en sciences de l'organisation et sciences sociales au sein de l'entreprise publique : Étude du cas Réseau 2000 à la ratp (ens/ehess, dea, 1990).

38 Les thèmes minimalistes reviennent alors en force dans l’administration : réparer les cages d’ascenseur dans les HLM dégradées plutôt que discourir sur l’exclusion ; développer les services de proximité pour offrir quelques emplois, etc.

39 Au-delà de la ratp, ce programme rassemble les ministères de l’Équipement (IJ devient conseiller scientifique au Plan urbain), des Affaires sociales, de l’Intérieur, du Plan, etc.

40 Citons notamment : S. Bordreuil (cnrs), A. Borzeix (cnrs), B. Conein (U. Paris 8), M. Dartevelle (ariese), M. De Fornel (cnet), M. Grosjean (U.Lyon II), C. Heath (U. Surrey. GB), M. Lacoste (U. Paris 8), etc.

41 Dans « Description d’une conjoncture en sociologie » (Espaces-Temps, no 50-1990), J. Hoarau en résume quelques contours : « Le monde social est le résultat mouvant des actions des acteurs et leurs actions comprennent leurs dires ; les paroles, les récits, les “rapports”, les justifications des acteurs ne sont pas d’abord traités comme des discours marqués au sceau de la bonne ou de la mauvaise foi, de l’exactitude ou de la fausseté, mais comme des procédures de mise en intrigue (Ricœur) de leurs actions, de maintenance du monde social, de construction et de reconstruction de leur identité ». Comme l’on sait, quelques chercheurs français ont récemment cristallisé cet axiome en ouvrant des voies herméneutiques originales. Citons de façon non exhaustive la grammaire générative des justifications de L. Boltanski et L. Thévenot, la praxéologie des sciences naturelles de M. Callon et B. Latour ou l’ethnométhodologie de l’espace public de L. Quéré. Pour une vue synthétique de cette nouvelle sociologie, voir Ph. Corcuff (1995). Pour les nouveaux liens de sens que le tournant herméneutique, pragmatiste et cognitiviste de la fin des années quatre-vingt tisse entre les sciences humaines, les sciences de la nature et la philosophie, voir l’état des lieux de F. Dosse (L'Empire du sens, 1995).

42 Les trois mises au point lexicales suivantes érigent l’exégète en dépositaire de l’œuvre goffmanienne :
- Public (entre situation interactionnelle et construction du sens). « Les débats de Cerisy ont mis en lumière cette tension inhérente à la notion de public telle que Goffman l’entend, entre une esthétique du social et une éthique objectivée. D’un côté, l’exploration des formes sensibles de l’interaction – contours, prosodie, gestualité mais, plus généralement, qualité d’émergence de l’événement de langage – de l’autre, les formes que prend la négociation sur le sens de ce qui se passe et les problèmes de l’engagement et du copilotage conversationnels : humour, évitement, glissements de cadre et changement de position de locution ». (Le parler frais d’E. Goffman ; Avant-propos, 1989).
- Self (entre circulation et coordination). « On a pu ainsi opposer (J. Gumperz, L. Quéré) le modèle de la coordination chez Garfinkel à un modèle de la circulation et de l’évitement chez Goffman. Les interactions que décrit un modèle de la circulation restent en deçà de l’accord justifié, de sorte que la version goffmanienne de l’account demeure toujours fidèle au principe des parades partielles, “à toutes fins utiles”, comme si le tribunal auquel se soumet le self devait respecter le principe d’indifférence civile et la norme d’incomplétude des situations (...) Instance et témoin du procès de socialisation, ou human effect, foncièrement hétéronome parce que “libéré des pollutions de la notion d’individu”, le self peut également passer pour ce quasi sujet capable de distance au rôle et jouant du répertoire des identités discursives et situationnelles. D’où l’embarras des lectures de Goffman qui l’interpelleraient au nom d'une théorie de l’action ou de la coordination des actions ». (ibid.)
- Cadre (entre processus inférentiel et structure de pertinence). « Enfin, la tension, plus récente, inhérente à la notion de cadre telle qu’elle est traitée dans Frame Analysis a nourri une série de débats sur l’héritage pragmatiste dans l’œuvre de Goffman et sur la proximité des ses analyses avec celles de G. Bateson. Actualisant la vieille notion introduite par W. Thomas de définition de situation, le concept de cadre est apparu à la fois comme activité schématique et comme articulation du réel, comme processus inférentiel et comme ordre des positions, comme forme – vulnérable et manipulable – du savoir partagé et comme structure de pertinence » (ibid).

43 « Le lieu commun ce n’est pas, ou ce n’est pas toujours, le lieu du rassemblement, c’est celui de l’attente, celui qui permet de passer d’une scène à une autre en sauvegardant l’unité d’action, ou le lieu des péripéties et des retournements comme ressorts de l’action. Ce n’est pas l’espace lisse sur lequel se pose ou glisse l’œillade de la raison, c’est au contraire l’espace de la tension, de l’hésitation et de la délibération, le nœud comme moment de mise au point, de mise au présent ou de crise entre deux territoires ou entre deux épisodes dramatiques. Et ce nœud n’est pensable qu’à partir d’une socialité duale, vécue dans l’expérience du double langage ou dans l’opposition minimale entre deux espaces privés, entre le chez-soi et le dehors, ou entre deux rues [...] À l’heure où le fracas des murs qui tombent est lui-même étouffé par les proclamations tonitruantes du chez-soi, les clameurs identitaires et leurs cortèges de massacres, il ne faut donc pas nous hâter de trouver l’espace qui convient ou traiter notre désorientation à coups de “bonnes formes”. Au contraire, il nous faut admettre la réalité fondamentalement altérable de l’espace public, convenir qu’il subit inévitablement, parce qu’il est espace d’accessibilité et d’exposition, toutes sortes d’intrusions et que, comme un film, il est “toujours hors de ses marques, en rupture avec la bonne distance. toujours débordant la zone réservée où on aurait voulu le contenir dans l’espace et dans le temps” (Deleuze, 1985) ». (Annales de la recherche urbaine, no 57-58, 1993, op. cit.).

44 Rappelons en effet que l’Institut de sociologie urbaine, dirigé par Henri Lefebvre dans les années soixante, est né à l’Université de Nanterre. Le laboratoire d’accueil de IJ, l'ipraus, en est le descendant.

45 E. Lebas, chercheuse franco-britannique (dans la mouvance de la sociologie urbaine marxiste des années soixante-dix) à laquelle CT et S. Magri ont eu recours pour leurs explorations comparatives.

46 P. Marcuse, fils du célèbre philosophe (H. Marcuse), professeur à la Graduate School of Architecture and Planning de New York, après avoir été avocat défenseur radical du Droit du travail.

47 Le statut professionnel et le parcours intellectuel de S. Magri suivent de près ceux de CT. Dans la coopération qui s’instaure ici entre eux, S. Magri creuse le sillon de l’habitat populaire en Europe, tandis que CT explore les politiques sociales puritaines (américaines notamment).

48 M. Marié, Les Terres et les mots (1989), chapitre 4.

49 Citons le Department of History de la Rutgers University du New Jersey (1987), la Faculty Board of History du King’s College de Cambridge (1988), le Department of History de Princeton University (1989) et notamment à partir de 1989 en France, l’engagement avec l’historien B. Lepetit d’un séminaire pluri-annuel sur la Recherche urbaine dans les sciences sociales à l'ehess.

50 Créée en 1920 par l’historien H. Berr, cette collection a en effet accueilli les maîtres de l’histoire française contemporaine (M. Bloch, L. Febvre, etc.) ; au moment de notre enquête, elle est dirigée par B. Lepetit et J.C. Perrot.

51 Dans la formation doctorale Histoire et civilisation de l’Europe (« La ville : sciences, pouvoirs, sociétés »).

52 Précisons que l’History Workshop est une école britannique d'histoire sociale née à la fin des années soixante à la confluence de l’histoire néo-marxiste d’après-guerre et des courants libertaires et progressistes du moment. Son organe (History Workshop Journal, crée en 1975) et son université ouverte aux salariés (Ruskin College, Oxford) œuvrent pour une histoire qui associe les principes d’excellence scientifique à l’ancrage dans les mouvements sociaux (syndicalistes, féministes, etc.) dont ils actualisent la mémoire. Pour une vue d’ensemble de cette originale école-mouvement, voir R. Samuel (ed). History Workshop ; a Collectanea 1967-1991 (1991).

53 Parmi tant d’exemples notons celui, maintes fois cité dans notre enquête, de La Nuit des prolétaires (J. Rancière, 1981) cette plongée dans la mémoire des espérances des prolétaires dont la trace a été dérobée tant au sommeil réparateur du travailleur qu’à la propre amnésie de l’épopée ouvrière. Les explications ont par la suite fleuri, chemin faisant, sur le caractère national du retard français en histoire sociale de la classe ouvrière. Citons entre autres celles de G. Noiriel (1986). « Nous avons ainsi de nombreux livres d’histoire politique consacrés à la gauche, mais le dernier ouvrage historique d’ensemble sur le monde ouvrier date de... 1927 ! On peut voir dans cette carence une illustration du constat fait par François Furet et Mona Ozouf : “Les sociétés qui se réclament d’une ‘fondation’ révolutionnaire, surtout si celle-ci est relativement récente, ont eu une difficulté particulière à écrire leur histoire contemporaine”. Marx n’affirmait-il pas, il y a un siècle déjà, que “le drame des ouvriers français, ce sont les grands souvenirs” ? ».

54 « Lorsqu’on s’en tient à l’étude du cas français, ou même à celle d’autres expériences européennes, on tient généralement pour essentiel le débat entre partisans et adversaires de l’intervention des pouvoirs publics sur la ville. Dans cette perspective, le ralliement de la pensée libérale au principe de l’engagement de l’État, malgré les limites qu’elle ne cessera d’y opposer, est considéré comme la manifestation de l’événement qui marque les deux premières décennies du xxe siècle : l’émergence irrépressible de l’État-providence. La prise en compte de l’expérience américaine invite à remettre en cause ce schéma, et ainsi à reconsidérer l’interprétation habituelle de ce qui se passe en Europe. Elle suggère que l’essentiel n’est pas l’extension des frontières de l'intervention de l'État, mais un autre changement plus fondamental, qui se met en œuvre de part et d’autre de l’Atlantique selon des modalités différentes : la formation d’un consensus très large sur un diagnostic, un projet et une méthode entre les courants réformateurs les plus divers et parfois les plus opposés à propos de mesures particulières. Tous s’accordent sur la nécessité de transformer rationnellement le cadre de vie urbain, de fournir des services jusque-là négligés, de créer ainsi, à partir d’une vie quotidienne réformée des masses populaires, un ordre social nouveau fondé sur la science. Le tournant de la pensée réformatrice, qui se manifeste entre 1910 et 1925 dans les quatre pays étudiés quelles que puissent être les divergences et les conflits sur le rôle de l’État, consiste en trois évolutions liées entre elles. Tout d’abord, au moment même où l'idée de cité-jardin reçoit une consécration officielle, son contenu se trouve profondément transformé : l’âge des communautés expérimentales autosuffisantes est révolu, celui de l’aménagement des banlieues résidentielles commence. C’est que, deuxième changement, l’objet de la réforme n’est plus le logement ouvrier seulement, mais la ville dans sa totalité, et notamment son extension. Enfin, à cible nouvelle, méthode nouvelle. Il ne s’agit plus seulement de faire naître les opérateurs qui pourront construire à l’échelle nécessaire les nouveaux quartiers, mais de mettre la science au poste de commande de la gestion du développement urbain. Le politique, sur ce point, résiste : il faut donc le réformer radicalement. » (Rapport d’activité du CSU, 1987).

55 Dans un panorama récent de l’historiographie anglo-américaine (Genèses, no 7-1992), l’historien américain G. Eley commente ainsi ce fameux Linguistic Turn pris par la génération critique, formée à la fin des années soixante. « Ainsi les deux dernières décennies ont été les témoins d'une évolution intellectuelle vertigineuse. Nous sommes passés d’une époque où l’histoire sociale et l’analyse sociale semblaient occuper une position centrale parmi les historiens et où la force des déterminations sociales semblait axiomatique, à une nouvelle conjoncture. Le chemin conduisant de “l’autonomie relative” et de la “causalité structurelle” (c’étaient les avancées des années 1970) au “caractère discursif de toute pratique” (qui est l’axiome post-structuraliste des années 1980) a été rapide et déconcertant. La force persuasive de la logique anti-réductionniste n’a guère pu être contrée, un peu comme un escalator qui n’aurait pas de système pour la descente ». Précisons que cette expression de tournant linguistique a été popularisée par le recueil de textes de philosophie analytique dirigé en 1967 par le philosophe américain R. Rorty.

56 Ch. Tilly, « Two Callings of Social History », in Theory and Society, no 9, 1980.

57 Par exemple (op. cit.) : « L’exigence récente de la Grande Dépression et le pressentiment que le régime d’accumulation extensive dont elle a exprimé la crise à atteint des limites sont des éléments essentiels pour rendre compte de l’explosion réformatrice de la fin du siècle » (causalité structurale). « C’est seulement si tous partagent des objectifs communs que le lien social peut être rétabli dans de nouvelles formes, qui ne seront ni le patronage, ni les communautés fermées et hostiles de jadis, mais la participation aux mêmes institutions politiques. Beveridge et Sellier sont des démocrates conscients des pré-conditions de la démocratie. Les buts communs nécessaires au corps social, il faut les énoncer et les faire partager. Les idéaux scientifiques des réformateurs en fourniront une part et le patriotisme une autre : avec la Première Guerre mondiale, progrès social et chauvinisme manifesteront de façon éclatante leur intime connexion. » (causalité culturelle).

58 « Représentations de l’autre et techniques d’action sur lui sont inséparables. Les catégories dans lesquelles la réalité sociale est pensée et les pratiques par lesquelles on vise à la modifier, savoirs et pouvoirs, forment système. C’est cette historicité radicale que les manuels de sciences sociales s’efforcent d'effacer de la mémoire, en faisant le silence sur les relations pratiques des “classiques” à la société de leur temps, sur les auteurs considérés rétrospectivement comme mineurs et sur les disciplines “préscientifiques” du passé [...]. Leurs développements sont historiquement liés. La sociologie empirique naît des enquêtes ouvrières et urbaines réalisées par les missionnaires de la philanthropie qui vont bientôt commencer à s’appeler travailleurs sociaux, ou par les administrateurs des dispositifs de surveillance des familles populaires. L’ethnographie scientifique et la géographie humaine sont directement associées à l’action des administrations coloniales outre-mer ou des gouvernements militaires des territoires sur la frontière américaine. La statistique sociale accumule des données et affine ses méthodes dans les nouvelles administrations du travail et de la santé publique, tandis que l’urbanisme s’affirme comme une discipline et une profession auprès des municipalités ou des groupes civiques locaux. Ces diverses sciences construisent des séquences causales objectives, souvent mesurables, entre des éléments qu’elles extraient de la réalité sociale, et tout particulièrement des pratiques populaires, en fonction d’un objectif de transformation. Ainsi la relation entre conditions de logement et mortalité, ou bien entre emploi intermittent et pauvreté ou démoralisation [...] Chaque discipline scientifique retient dans l’enchaînement causal les éléments transformables par la pratique réformatrice spécialisée à laquelle elle fournit un langage, et écarte ceux qui sont hors de sa portée [...] Il y a ici un paradoxe. La science doit être assez “vraie” pour localiser des cibles pertinentes en vue d’un remodelage de la vie populaire. Mais en même temps, elle ne peut que manquer la réalité, car sa finalité sociale est une action sur ses objets. Il arrive que ça marche, pourtant. » (ibid.)

59 Dans La Ville congestionnée (Genèses, no 1-1990), l’émergence des professionnels du City Planning fait l’objet, d’une note renvoyant à un article de l’auteur précédemment paru dans Storia Urbana (no 48-1989) ; le même article, moins complet toutefois, publié en français dans les Annales de la recherche urbaine (no 44/45-1989) n’est pas cité.

60 « Reste alors à comprendre comment une idée en vient à devenir, pour reprendre la formule d’un auteur qu’il est désormais inconvenant de nommer, une “force matérielle”. Comment, en d’autres termes, une identité historique particulière se constitue au point de devenir ensuite naturelle » (« Patriotisme et citoyennetés », Genèses. no 3-1991).

61 Les grandes lois sur la protection sociale en Allemagne sont en effet issues du fameux modèle bismarckien d’État social qui a intéréssé les pays industrialisés à la fin du siècle dernier (voir notamment : S. Kott, L’État social allemand, 1995).

62 Dans son Histoire de l’enseignement en France (1968), A. Prost montre comment la Première Guerre mondiale fut une expérience décisive d’égalité entre manuels et intellectuels qui va accélérer la transformation de l’« École des notables » en « École du peuple ».

63 Zusammenhang : terme méthodologique que F. Simiand, dans sa célèbre charge contre l’histoire historisante (1903), emprunte à l’historiographie allemande pour caractériser l’éventuel effet de sens résultant des correspondances entre phénomènes sociaux en apparence distincts.

64 Par exemple, son introduction acerbe à la conférence internationale sur l’habitat (Montréal, 1992) : De la planification à l'écologie, ou sa contribution (avec H. Coing) au bilan du Plan Construction sur la question du logement (1995) : Crise, urgence et mémoire : où sont les vraies ruptures ?

65 À la différence de L'Histoire du logement, Naissance du chômeur a été remarqué et commenté dans divers organes (Le Monde, Libération, France-Culture, etc.). L’ouvrage est pris comme une « somme historique » dans le débat qui sévit alors autour du chômage et de la précarité sociale.

66 L. Pinto, observant les évolutions actuelles de l’usage médiatique des philosophes français, rencontre cette même demande de garantie académique émanant des salles de rédaction et qui n’est pas sans effet sur la nature du discours philosophique. « Paradoxalement, le succès médiatique tend à renforcer l’académisme en favorisant les biens les plus conformes à la logique interne de reproduction scolaire, ceux-là mêmes que produisent et transmettent les membres les plus conformes de l’enseignement secondaire : pour parler avec recul de l’actualité, n’est-il pas profitable de mobiliser les ressources sûres et largement partagées de cette discipline scolaire ? » (Actes de la recherche en sciences sociales, no 101/102-1994).

67 La Gare du Nord à Paris ou le complexe d’échanges de Paris-La Défense, ses récents terrains d’expérience, illustrent bien cette posture carrefour.

68 Dans sa description du passage de « l’empire des signes à l'empire du sens » qui caractériserait les sciences humaines actuelles, F. Dosse (1995) confirme plus généralement les voies transatlantiques que la génération post-critique (chercheurs nés dans les années quarante) emprunte pour renouveler le paysage conceptuel en France.

69 Rappelons à cet égard l’une des propositions majeures de l’Éthique qui a donné lieu à de multiples scolies et exégèses : « L’effort par lequel chaque chose s’efforce de persévérer dans son être n’est rien en dehors de l’essence actuelle de cette chose » (De l'origine et de la nature des affections, Proposition VII)

70 Pour un dépassement de la tension entre identité-idem et identité-ipse par l’identité narrative, on se référera à Soi-même comme un autre (P. Ricœur, 1990).

71 C’est par exemple ce que N. Heinich (1995) a entrepris à propos de l’équivoque identité professionnelle de l’écrivain.

© Presses universitaires du Midi, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.