Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violences et pouvoirs politiques

 | 
Michel Bertrand
, 
Natacha Laurent
, 
Michel Taillefer

Violences politiques et structures sociales

Mafia, violence et pouvoir politique en Italie (XIXe-XXe siècles)

Paolo Pezzino
Traduction de Rémy Pech

Texte intégral

1Il s’agira ici de mener une réflexion sur la mafia sicilienne, c’est-à-dire sur une structure criminelle et de délinquance, ou plutôt sur un ensemble d’organisations délinquantes reliées entre elles de manière diverse, chacune d’elles constituant une société secrète, à laquelle on adhère, en principe, en prêtant un serment de fidélité. Ces associations criminelles se distinguent d'autres organisations localisées dans les milieux urbains des pays industrialisés par une forte structure politique, dont l’objectif est d'exercer des fonctions de souveraineté sur le territoire qu’elles contrôlent. Disposant de ressources économiques considérables, acquises par la violence, elles exercent une hégémonie sociale sur des fractions de plus en plus importantes de la population et imposent un prélèvement forcé sur les ressources, véritable système fiscal autonome et parallèle au système officiel. Possédant aussi un appareil militaire qui contrarie le monopole étatique de la violence, elles font respecter un ensemble de normes régies par une « justice » propre, élémentaire mais efficace.

  • 1 L'expression est de Leopoldo Franchetti, Condizioni politiche e amministrative della Sicilia, intr (...)

2La mafia est donc une association de délinquants d'un type particulier, puisqu’elle tend à exercer une souveraineté semblable à celle de l’État, et à maintenir une autonomie par rapport aux autres centres – légiümes – de pouvoir, économique, politique, institutionnel. Et pourtant, elle ne peut être qualifiée d’« anti-étatique », comme c’est souvent le cas, puisqu’elle ne tend pas à s’opposer ouvertement au pouvoir légitime, mais à l’infiltrer, en entrant en relations avec ses agents. La mafia, en tant qu’« industrie de la violence »1, exerce donc un pouvoir parallèle à celui de l’État, avec de nombreux points d’intersection. Elle représente une sorte d'État dans l’État ; l’industrie de la violence et la souveraineté territoriale s’apportent un mutuel soutien, et c’est sur leur combinaison que sont fondés les processus d’accumulation économique et de mobilité sociale, ailleurs canalisés vers la libre concurrence ou le conflit social dans un cadre de légitime compétition pour la maîtrise des ressources. Dans le cas de l’« accumulation mafieuse », notre analyse s’appuie sur le thème de la rupture du monopole étatique de la violence légitime, à partir de la première moitié du xixe siècle.

3La situation de la Sicile du début du xixe siècle était caractérisée par une ardente compétition pour la maîtrise de ressources économiques rares, dans une phase de transition brutale et difficile du système féodal à l’économie de marché, dont l’aboutissement fut sanctionné par le parlement sicilien en 1812. La faiblesse des élites économiques et le fait qu’elles ne contrôlaient que partiellement la société, la capacité limitée, de la part de l’État, à réglementer les conflits et les tensions qui découlaient de la crise finale du féodalisme, les résistances contre la nouvelle structure administrative, qui recouvrait uniformément l’ensemble du territoire insulaire mais se révélait faible et fonctionnait mal : tel est le contexte au sein duquel se sont développées des élites d’hommes violents, la plupart d’origine populaire ou plébéienne. Pendant les crises révolutionnaires de 1820-21, 1848, 1857, 1860, ces élites font l’expérience de leurs capacités d’organisation autonome, et s’imposent selon des stratégies de mobilité sociale qui comportent le recours systématique à l’usage d’une violence – organisée en structures étendues à tout le territoire – qui représentait, dans la situation sociale et politique de l’île, une précieuse marchandise à échanger.

4Tous ces éléments permettaient déjà en 1876 à Léopold Franchetti, homme politique de la droite historique et auteur, avec Sydney Sonnino, d’une enquête fameuse sur la Sicile, d’affirmer avec beaucoup de clairvoyance :

  • 2 Ibid., pp. 94-95.

« Désormais libérée de toute attache et privilège, l’industrie de la violence put avoir une existence et une organisation indépendantes... C’est ainsi que la catégorie des malfaiteurs violents jouit en Sicile d’une condition spéciale, sans équivalent avec celle qui prévaut dans d’autres pays... Elle est devenue [...] une catégorie disposant d’une industrie et d’intérêts tout à fait spécifiques »2.

5À ce « caillot » sécrété par la société sicilienne s’est amalgamée, immédiatement après l’unité italienne, l’intervention des pouvoirs légitimes, et d’abord du pouvoir politique et des institutions étatiques : la criminalité organisée ne devient mafia que si les circuits criminels rencontrent les circuits politiques et institutionnels. Les problèmes étaient apparus en Sicile dès le lendemain de l’unité : les fonctionnaires de l’État, souvent originaires du nord de l’Italie, opéraient sur une réalité qu’ils connaissaient mal, qui se montrait hostile au gouvernement de la droite historique, fortement influencé par le partito d’azione, d’origine mazzinienne. De plus, la Sicile était travaillée par des ferments sociaux que la politique sociale de la droite, insuffisante, n’était pas en mesure d’affronter avec réalisme. Cette réalité révélait par ailleurs d’inquiétants aspects, telle la présence diffuse d’un pouvoir violent et criminel, qui n’était pas étranger à la société, et donc « déviant », puisqu'il se greffait à de multiples réseaux sociaux qui le rendaient particulièrement diffus et difficile à réprimer. De sorte que ce pouvoir était utilisé aux fins politiques ou économiques les plus diverses par des élites locales, et jouissait donc de protections de la part de personnalités insoupçonnables, qui auraient dû se comporter comme les alliés les plus sûrs du gouvernement. Ainsi pouvait-il rencontrer le consensus de larges couches de la population, renforcé de façon ambiguë par la crainte des représailles de la part des criminels. D’où l’impossibilité pour les forces de l’ordre de recueillir les témoignages qui auraient permis de découvrir les coupables des nombreux crimes de sang et d’extorsions, l’isolement des magistrats, l’hostilité diffuse envers « les flics ». De plus, la vie politique, dans les villages, était souvent dominée par de vieilles haines et des conflits entre familles rivales, qui se prêtaient à la formation de « factions » ou de « partis » antagonistes, tour à tour teintés de couleurs libérales, bourboniennes ou démocratiques, mais qui apparaissaient, si on les observait plus attentivement, comme des centres de pouvoir destinés à profiter par tous les moyens, y compris le recours à la violence, des nouvelles opportunités offertes par la législation libérale.

6Face à cette situation, les autorités gouvernementales n’ont pas tenu de ligne politique et administrative cohérente. Elles ont oscillé entre des phases d’ouverture vis-à-vis des forces locales et des phases autoritaires. Les incessants changements de personnels administratifs et judiciaires de 1860 à 1866 en sont une démonstration. Pendant cette période, Palerme connut dix préfets, cinq commissaires de police, et, de 1862 à 1868, six procureurs successifs auprès de la cour d’appel. Cette noria de fonctionnaires témoigne de l’impuissance fondamentale du gouvernement, incapable de trouver au sein des élites locales des forces qui puissent lui garantir un certain consensus social.

7Pour affronter les problèmes de la Sicile, la droite historique préférait s’en remettre aux initiatives individuelles de quelques fonctionnaires plutôt que de définir une ligne d’interventions cohérentes. L’action administrative restait hésitante, exposée tout à la fois aux tentations de solutions autoritaires et aux opportunismes, ou pire encore aux collusions avec les circuits mafieux et clientélaires, dans le but de ne pas s’aliéner le soutien des dirigeants siciliens, hostiles à toute politique de rigueur en matière de sécurité publique.

8De surcroît, plusieurs épisodes mirent en évidence non seulement de sombres machinations au détriment de toutes les forces d’opposition, mais aussi une lutte sans merci entre les différentes loges maçonniques auxquelles la classe dirigeante était affiliée. Ainsi, à la suite de l’assassinat au couteau de douze personnes dans les rues de Palerme pendant la nuit du 2 au 3 octobre 1862, un retentissant procès eut lieu. Il aboutit à la condamnation à mort de trois hommes du peuple et aux travaux forcés à perpétuité de neuf autres meurtriers présumés. Avec eux furent impliqués, en tant qu’instigateurs et responsables d’un complot dont l’objectif aurait été de séparer de nouveau la Sicile de l’Italie, un prince garibaldien, un autre favorable au gouvernement, vénérable d’une loge maçonnique dissidente de sa loge-mère turinoise, le secrétaire du cardinal, les principaux représentants des partis autonomiste, garibaldien et bourbonien. Une accusation montée par la police et soutenue par les juges dans un esprit partisan, et qui se révéla fausse comme presque tout le dossier, au point de provoquer l’éloignement de Palerme du commissaire de police Bolis – qui devait ensuite faire une brillante carrière. Ce fut le premier cas d’une stratégie de la tension dont l’Italie verra d’autres exemples marquants au long de son histoire.

9Au-delà des douteuses opérations du commissariat de police de Palerme et des hésitations d’une politique gouvernementale oscillant entre une répression à tout crin et une implication complice dans les relations criminelles, on peut percevoir dans les sources de l’époque, qu’elles émanent de l’administration ou de la société civile, la présence d’un pouvoir violent, que nous définirions aujourd'hui comme mafieux.

10Il Precursore, journal de la gauche imprimé à Palerme, écrivait ainsi, le 31 janvier 1863, que

« l’état de turbulence, qui a précédé, accompagné et suivi les révolutions suscitées évidemment par le mauvais gouvernement des Bourbons, a favorisé l’association des malfaiteurs, qui, hélas, ont proliféré en sociétés et ont imposé leur pouvoir. Le mal s’était infiltré dans les viscères de la société. »

11Et le procureur général de Palerme, commentant l'état déplorable de la sécurité publique, notait avec indignation que

  • 3 Archivio centrale dello Stato, Ministero di Grazia e Giustizia, Direzione generale degli Affari pe (...)

« les riches achètent [...] leur sécurité personnelle, la liberté de visiter leurs domaines, en fin de compte d’aller où leur travail les appelle, en finançant ou en cautionnant indirectement les plus tristement célèbres (malfaiteurs) »3.

12C’est le début d’une série de dénonciations sur le pouvoir des « facinorosi » (criminels) et sur les protections que leur accordent leurs puissants « manutengoli » (complices), parmi lesquels, dans les premiers temps de l’unité, ne dédaignent pas de figurer de prestigieux représentants de l’aristocratie sicilienne, même si, très vite, ils se sont ensuite cantonnés dans de prudentes et rassurantes affirmations sur l’inocuité du pouvoir mafieux. Ainsi le marquis Di Rudini, ancien maire de Palerme et futur chef du gouvernement, nommé préfet de Palerme, déclarait en 1867 que

  • 4 Camera dei Diputati, I moti di Palermo del 1866. Verbali della Commissione parlamentare di inchies (...)

« la mafia est puissante, plus peut-être qu’on ne le croit... Il faudrait connaître à fond l’organisation de la mafia pour en apprécier la force et l’influence. Les bénéficiaires de sa protection sont les seuls qui pourraient circuler impunément dans la campagne »4.

13Et pourtant, à partir du constat de l’existence du pouvoir mafieux, les magistrats et les forces de l’ordre ne réussissaient pas à mettre en œuvre une politique répressive sévère et cohérente : la persistance de leur isolement au sein de la société civile, les protections qui entouraient les rapports mafieux, le mur du silence qui se dressait devant leurs enquêtes, tout, en dernière analyse, aboutissait à l’impossibilité non pas d’identifier les mafieux en tant que tels – leur notoriété avait vite gagné les bureaux de la police-, mais à celle de les faire condamner par un tribunal.

14C’est ainsi que se répandit un sentiment de frustration et d’impuissance qui poussa les fonctionnaires du gouvernement, dans l’impossibilité de combattre la mafia, à « pactiser » avec elle.

15En cherchant, dans ce monde fermé et hostile, à nouer un quelconque contact qui leur permette, au minimum, de pouvoir observer cette forme complexe et ramifiée de criminalité qu’ils ne réussissaient pas à réprimer, ils limitaient en quelque sorte l’incidence politique de toutes ces activités illégales, évitant ainsi la jonction avec les franges extrêmes des partis d’opposition, encore tentées par des projets insurrectionnels de type révolutionnaire ou réactionnaire. Cette jonction, souvent évoquée, avait semblé se réaliser lors de la révolte de Palerme en septembre 1866, quand la cité, envahie par des bandes de révoltés, était restée pendant une semaine aux mains des insurgés. Ceux-ci, aux dires des autorités, étaient composés de partisans des Bourbons et d’ex-garibaldiens déçus par l’orientation prise par l’Italie après l’unité, mêlés les uns et les autres à des bandes de mafieux.

16Une retentissante affaire judiciaire, qui éclata en 1871, démontra quel point de complexité et de ramifications au sein des institutions étatiques avait atteint le pouvoir mafieux. Diego Tajani, procureur général du roi depuis peu installé à Palerme, se convainquit que le commissaire de police de cette ville, Albanese, avait soudoyé des mafieux pour maintenir un semblant d’ordre dans les environs, où prospérait la mafia des jardins (parcelles de terre plantées d’agrumes). Tajani avait trouvé deux mafieux disposés à déposer sur les infiltrations de la mafia dans la Garde nationale de Monreale et sur la responsabilité de celle-ci dans l’élimination physique de quelques malfaiteurs dissidents. Albanese avait ordonné ces crimes dans le but d’éliminer des facteurs de perturbation du système de sécurité, négocié avec la mafia, qu’il s’efforçait de mettre en place à Palerme. Mais les deux témoins potentiels, tous deux condamnés par contumace, mis en contact par des intermédiaires avec le procureur général, furent attendus en vain par celui-ci. Ils avaient été tués la veille du jour fixé pour leur reddition et leur déposition. Tajani délivra alors un mandat d'arrêt contre le commissaire, qu’il suspectait d’avoir ordonné l'élimination des deux témoins. Mais Albanese, averti de cette décision par un de ses informateurs au tribunal, s’éloigna de Palerme. Il réussit ainsi à échapper à l’arrestation et refusa de comparaître malgré le scandale, puisqu’il était ouvertement protégé par le gouvernement. On apprit ensuite, en effet, que le commissaire, pourtant sous le coup d’un mandat d’arrêt valable sur tout le territoire national, avait été reçu par le président du conseil Minghetti. Peu après, cependant, la chambre d’accusation du tribunal de Palerme, opportunément encouragée par le ministère, qui avait choisi des magistrats sensibles à l’exigence politique de classer un dossier embarrassant pour les autorités, avait mis hors de cause le commissaire. Mais les doutes et les interrogations de l’opinion publique sur cette affaire ne furent en rien dissipés. Tajani démissionna de son poste de magistrat, et peu après, élu de la gauche à la chambre des députés, dénonça toute l’histoire devant le parlement.

17De cet épisode émerge un tableau de violence diffuse dans la société, une impressionnante chaîne d’homicides et d’extorsions qui englobait Palerme et ses environs. Cette chaîne était protégée par un réseau de complicités au plus haut niveau, la présence d’une industrie de la violence dont les relations arrivaient à concerner à la fois les classes dirigeantes locales et les institutions de l’État, lourdement impliquées en la personne du fonctionnaire de police le plus haut gradé de la province.

18Dès cette époque se dessinait, en somme, une exigence que les fonctionnaires ressentaient de façon dramatique, celle de concilier l’efficacité de la lutte contre la criminalité, spécialement celle de type mafieux, avec le respect des garanties en matière de libertés individuelles que sanctionnent la constitution et les normes juridiques. Cette contradiction traversait les institutions étatiques, et provoquait de fréquents conflits entre les autorités « politiques » (préfets et forces de l’ordre), incitées par de périodiques sollicitations du gouvernement à une action plus énergique, et la magistrature. Celle-ci était davantage sensible à ces garanties constitutionnelles qui apparaissaient comme un principe irréductible du nouveau régime libéral, mais qui, dans la situation concrète de la Sicile, aboutissaient souvent à l’impossibilité d’établir devant les tribunaux les responsabilités pénales des mafieux.

19De son côté, le gouvernement se débattait entre, d’une part, la tentation de couper à leurs racines les rapports entre mafiosi et élites locales, au moyen de véritables campagnes militaires et d’instruments répressifs tels que l’avertissement et l’assignation à résidence, décidés par l’administration et soustraits de la sorte à l’encombrant contrôle de la magistrature, et d’autre part la nécessité, sans cesse plus évidente, de ne pas s’aliéner l’appui de ces élites sans lesquelles la Sicile leur paraissait ingouvernable.

20L’épisode Tajani-Albanese représente une ligne de partage dans les dilemmes de la politique gouvernementale. Une ultime tentative pour résoudre le problème par des lois extraordinaires de sécurité publique entraîna, entre autres conséquences, le véritable effondrement des forces politiques gouvernementales en Sicile aux élections de 1874. Ensuite s’imposa chez les représentants des institutions une attitude indulgente envers la criminalité mafieuse, qui fut assurée de l’impunité, et donc d’une légitimation renforcée aux yeux de la population, en échange de sa contribution au maintien de l’« ordre ».

  • 5 Sing. COSCCL Il s’agit de réseaux mafieux organisés (N.d.T.).

21Ceci n’empêcha pas des moments de friction entre le gouvernement et la mafia, avec des tentatives périodiques de quelque fonctionnaire particulièrement zélé pour reprendre une tentative de répression contre les « cosche »5. Phénomènes sporadiques toutefois. Jamais plus, jusqu’à la période fasciste, l’État ne chercha à délégitimer la mafia en tant que telle, ni ne frappa les relations multiples de celle-ci avec les représentants du pouvoir légitime, et avant tout du pouvoir économique et politique. De leur côté, les classes dirigeantes siciliennes élaborèrent une interprétation essentiellement justificatrice du phénomène mafieux, considéré comme une manifestation de la sous-culture de l'honneur, d’une hypertrophie du « moi » typique du peuple sicilien et non nécessairement délictueuse, qui sera considérée comme le vecteur principal de légitimation de la mafia par l'opinion publique nationale. Di Rudini lui-même, si enclin en 1867 à dénoncer le danger de l’association mafieuse, sera un des premiers à se rallier à la défense de la mafia en tant que code d’honneur. En 1876, après avoir soutenu que la délinquance en Sicile n’était autre que la délinquance commune à tous les pays du monde, il entrait directement dans le vif du sujet en se demandant :

  • 6 En français dans le texte.
  • 7 L'inchiesta sulle condizioni sociali ed economiche della Sicilia (1875-1876), publiée par Salvator (...)

« Mais qu’est-ce que c’est que cette mafia... je dis qu’il s’agit avant tout d’une mafia bénigne. La mafia bénigne est cette espèce d’esprit de défi, ce je ne sais quoi de disposition à ne pas se laisser dominer, mais plutôt à dominer, cette attitude de "farceur”6 comme disent les Français. Donc, je pourrai dire aussi que je suis un mafieux bénin, je ne le suis pas, mais je peux l’être comme n’importe quelle personne qui se respecte, et qui fait preuve d’une sorte d’orgueil excessif ; c'est cette disposition, comme je le disais à l’instant, à ne pas se laisser écraser, cette volonté de se montrer courageux, d’affronter les luttes, et ainsi de suite »7.

22À travers « l’invention » de cette mafia bénigne, on voulait couvrir les collusions entre le pouvoir mafieux et le personnel politique, qui dès cette période commençaient à apparaître et qui devinrent une constante de la situation sicilienne. Et quand le gouvernement de la droite eut été renversé, après avoir, dans ses dernières années, tenté de couper ce lien, les gouvernements de la gauche, arrivés au pouvoir en 1876, grâce en partie à une âpre polémique contre l’autoritarisme de la droite, renoncèrent à combattre l’intrication entre mafia et politique, qui justement s’était consolidée pendant ce temps.

23Cette collusion a connu très peu de moments de rupture, et jamais définitifs : la répression fasciste de 1928-29, la seconde moitié des années 1960, les deux années consécutives aux assassinats des juges Falcone et Borsellino en 1992.

24Il est vrai que le lien entre mafia et politique a été renforcé par les élargissements successifs du corps électoral. Ceux-ci représentaient pourtant, aux yeux des forces démocratiques, le principal instrument de combat contre une mafia dont on dénonçait exclusivement le caractère réactionnaire, en la décrivant comme le bras armé des forces sociales traditionnelles, des latifondistes et des grands propriétaires fonciers. Rares sont ceux qui comprirent alors qu’au contraire le pouvoir mafieux était fondamentalement autonome, et qu’il vendait ses propres services de protection à quiconque était prêt à les acheter, sans pour autant jamais s’identifier avec le client. Il y eut en effet des moments où les « cosche » mafieuses s’étaient posées en médiatrices entre propriétaires et paysans, appuyant les revendications de ces derniers en vue du partage des terres des latifondi. Et c’est justement dans la fondamentale autonomie du pouvoir mafieux que réside l’explication des rapports toujours plus étroits entre mafia et politique, malgré l’élargissement des espaces de démocratie dans l’ensemble du pays comme en Sicile.

  • 8 Littéralement : honorable. Titre officiel des parlementaires italiens (N.d.T.).

25Le rapport entre mafia et politique est complexe et ramifié. Il convient de s’y attarder, puisque c’est le plus évident indicateur de la dimension étatique de la mafia, de son aspiration à la souveraineté sur un territoire déterminé. Il n’est pas nécessaire que le politicien lié à la mafia appartienne vraiment à l’organisation, c’est-à-dire qu’il ait prêté serment et participé à la vie d’une « cosca ». Toutefois, les exemples d’affiliation ne manquent pas, le plus notoire étant celui de l’onorevole8 palizzolo, député de Palerme, accusé d’être l’instigateur du meurtre de l’ex-directeur de la Banque de Sicile, Emmanuele Notarbartolo, en 1893.

26L’assassinat avait été perpétré par la « cosca » mafieuse qui avait pour chef Palizzolo et représentait un groupe d’affairistes opposés à la rigoureuse gestion du crédit imposée par Notarbartolo. Ce dernier s’apprêtait à révéler les malversations du groupe de spéculateurs, d’autant plus qu’on prévoyait son retour prochain au fauteuil de directeur général de la Banque. Le crime s’insère dans un affrontement politique global à propos du système de crédit italien et de la réforme des instituts d’émission. Il dévoile un lien très étroit entre politique locale et politique nationale : les avatars des enquêtes, initalement entravées, puis reprises à l’instigation de la famille, suivirent les orientations des gouvernements successifs. Chacun d’eux agit en fonction des contingences de la lutte politique, plus attentif à liquider ses propres opposants qu’à éclaircir les affaires en suspens.

27À l’issue des trois procès qui se déroulèrent à Milan, Bologne et Florence, Palizzolo fut d’abord condamné, puis acquitté pour insuffisance de preuves. Pendant ce temps, un mouvement en sa faveur avait pris corps en Sicile, animé par des intellectuels, des politiciens et des chefs d’entreprise qui considéraient que les accusations dont le député était l’objet offensaient l’honneur de Pile. Palizzolo, après la conclusion favorable du procès de Florence, fut accueilli à Palerme en héros, alors qu’il était bel et bien mafieux et protecteur de mafieux, élément charnière entre plusieurs « cosche » des environs de Palerme et le monde de la politique et de la finance.

28Ce n’était pas la première fois que la question de la mafia était posée à l’opinion publique nationale, mais dans l’affaire Notarbartolo, la collusion entre mafia, politique et affairisme paraissait beaucoup plus évidente et Palizzolo, chef de « cosca », député affairiste et boss d’une clientèle ramifiée, incarnait cet enchevêtrement.

29Et pourtant c’est un autre modèle qui prévaut en matière de rapports entre mafia et politique. C’est celui de l’échange de faveurs entre deux partenaires relativement autonomes dans la poursuite de leurs buts propres.

30En effet, le politicien, grâce à son accès aux institutions et aux ressources politiques, assure au mafieux des avantages dans des secteurs pour lui stratégiques, en lui garantissant notamment l’impunité judiciaire, essentielle pour être légitimé dans le contrôle du territoire. Il reçoit en échange l’appui des « cosche » qui opèrent dans la circonscription électorale. Les « cosche » ne peuvent lui apporter cet appui que si elles exercent une souveraineté effective sur ce territoire, contrôlant ainsi des paquets de bulletins de vote. Ainsi se renforcent les circuits mafieux, tandis que les circuits politiques s’empêtrent dans la recherche d’un consensus sans pouvoir vraiment le trouver à travers les différentes clientèles et groupements politiques. La participation des mafieux à la lutte politique sort rarement de l’action locale. Peu intéressés par les problèmes de statégie, il leur suffit que leurs correspondants politiques puissent trouver une oreille attentive dans les cercles gouvernementaux et parlementaires.

31Ainsi se réalise une double médiation : entre le député et la réalité locale, dont les réseaux sont contrôlés par les mafieux, entre ces derniers et les institutions étatiques, à charge pour le politicien d’agir à la fois au niveau local et aux niveaux de la province, de la région et du pays.

32Ainsi s’explique la capacité d’expansion dont la mafia a fait preuve, à partir de la fin du régime fasciste. Les relais politiques des mafieux étaient alors les notables du type « xviiie siècle », ou, au mieux, de l’époque giolittienne. L’échange entre mafia et politique – accès aux institutions et impunité en échange des bulletins de vote-, restait confiné à l’horizon local, avec une incidence nationale limitée, sauf exception comme justement l’affaire Notarbartolo. Mais après 1945, avec le progrès de la démocratie et son articulation au système politique, les ressources disponibles convoitées par le pouvoir mafieux deviennent plus nombreuses et diversifiées. Il ne s’agit plus seulement de l’assurance institutionnelle de l’impunité, qui demeure toutefois essentielle, mais aussi des adjudications publiques, du financement des interventions extraordinaires pour le Midi, des ressources que l’État-providence met à la disposition de la périphérie. D’autre part, avec l’élargissement du circuit politique induit par le suffrage universel, inauguré en 1946, les relais politiques des mafieux opèrent comme antennes des structures nationales des partis, la plupart subdivisés en courants, toujours organisés au niveau national. La répartition des ressources convoitées par les mafieux s’effectue de plus en plus au niveau du pouvoir central, dans ses sièges institutionnels, tels le parlement et le gouvernement, ou officieux, telles les directions nationales des partis de gouvernement et de leurs courants.

33À partir de 1950 et, chose digne d’être relevée, en coïncidence avec la « modernisation » structurelle de la Démocratie chrétienne voulue par Amintore Fanfani, secrétaire du parti et futur président du conseil, sont apparus des canaux reliant directement les « cosche » mafieuses avec les points névralgiques du système politique et institutionnel : le pouvoir législatif, le pouvoir exécutif, le pouvoir judiciaire. De la sorte, les mafieux ont pu conditionner l’activité du pouvoir législatif, ainsi qu’en témoigne l’incurie parlementaire en matière de législation anti-mafia, du moins jusqu’à une date récente. Quant au pouvoir exécutif, les appareils d’État préposés à la répression du phénomène ont été coupablement laissés en situation de faiblesse, privés de moyens et de personnels, et mis pratiquement dans l’impossibilité d'opérer avec compétence et efficacité. Enfin, en ce qui concerne le pouvoir judiciaire, les collusions ne se sont plus limitées à la magistrature locale, mais ont atteint les sommets de la cour de cassation, si l’on en croit les révélations de nombreux « repentis ». La mafia a cessé d’être un problème sicilien pour devenir, tout en conservant ses racines insulaires, l’élément d’un équilibre politique national.

34Récemment, certaines thèses ont soutenu que les « cosche » mafieuses, financièrement renforcées par les revenus du trafic des stupéfiants, pourraient être en mesure de se passer de la médiation politique, en introduisant directement dans la carrière leurs affiliés, et en se présentant comme des partenaires politiques autonomes. De telles affirmations n’ont toutefois pas été rigoureusement vérifiées, au moins en ce qui concerne les élections au parlement national. En revanche, des listes locales directement reliées aux intérêts mafieux ont été repérées à l’échelon des communes, même de petite importance.

  • 9 Giuseppe Ayala et Felice Cavallaro, La guerra dei giusti. I giudici. La Mafia. La politica., Milan (...)

35Baldassare Di Maggio, un mafieux qui collabore désormais avec la justice, a par exemple soutenu avec force l’improbabilité qu’un homme politique puisse devenir « homme d’honneur » et réciproquement9. Tommaso Buscetta, le plus célèbre des « repentis », a déclaré à la Commission parlementaire anti-mafia en novembre 1992 :

« La mafia a toujours voté en fonction de l’épouvantail du communisme. Elle a voté pour la Démocratie chrétienne, à droite toute, à l’exclusion du parti fasciste. Elle avait la possibilité de choisir le candidat. Je pouvais choisir un candidat de la DC, ou bien faire un autre choix, mais toujours à droite... La mafia a toujours cherché – jusqu’à aujourd’hui je suppose, puisque je ne peux témoigner que jusqu’en 1984 – l’appui politique du personnage qui l’intéressait. »

  • 10 Audition de Tommaso Buscetta devant la commission parlementaire anti-mafia, novembre 1992, dans Ma (...)

36Selon Buscetta, ce n’est que depuis peu qu’un tel appui a été utilisé aussi pour influencer la magistrature et obtenir un résultat favorable aux mafieux dans les « maxi-procès »10. D’autres repentis confirment que c’est pour n’être plus capable de garantir de tels résultats que Salvo Lima aurait été assasssiné en 1992. Le député européen de la DC se rattachait au courant de l’ex-président du conseil Giulio Andreotti, actuellement sous le coup d’une enquête de la magistrature de Palerme au sujet de ses présumés rapports avec les chefs de Cosa Nostra.

37En principe, l’intérêt pour les ressources découlant de la mainmise sur un bien ou un service public (adjudications, licences, permis, quotas d’exportation) pousse à traiter avec les politiciens. Le rapport entre mafia et politique apparaît donc comme un échange de biens sur un marché particulier, celui de la protection. La protection offerte par la mafia se fonde toujours sur la capacité de contrôle territorial par la menace de la violence, ou sur le recours effectif à celle-ci. Cette protection est échangée contre celle que peuvent accorder ceux qui contrôlent les institutions, réglementent la distribution des ressources publiques, ou dominent des administrations importantes pour la mafia comme la justice.

38L’homicide, dans un tel contexte, a tendance à indiquer soit la rupture d’un équilibre instable, soit l’élimination d’un obstacle qui empêche la réalisation d’un programme politico-économique d’essence criminelle : un juge trop expéditif, un chef d’entreprise qui refuse d’entrer dans le jeu d’adjudications truquées, un politicien qui veut couper ses liens avec la mafia.

39Comme l’a récemment souligné un document de la Commission parlementaire anti-mafia de la précédente législature, dirigée par l’onorevole Luciano Violante,

« c’est une erreur de penser le rapport entre mafia et politique comme une relation globalisante, qui absorbe toute les activités des deux partenaires ; Cosa Nostra a une stratégie politique propre [...] qui n’est pas négociée, mais imposée aux autres par la corruption et par la violence ».

  • 11 Mafia e politica, rapport présenté par Luciano Violante et approuvé le 6 avril 1993 par la Commiss (...)

40Toutefois, ceci ne signifie pas que Cosa Nostra puisse avoir des « convictions politiques », étant donné au contraire qu’elle « utilise les votes selon les opportunités qui se présentent. En Sicile, elle a pu faire voter pour les candidats situés entre le MSI et le PCI ». La stratégie politique relève plutôt de la « propension naturelle de l’organisation à créer et à maintenir des conditions politiques qui lui soient profitables »11.

41D’autre part, le rapport souligne que « le politicien n’est pas contraint d’accepter les votes de Cosa Nostra et, s’il les accepte, il ne peut ignorer quelles seront les demandes et les arguments de ses partenaires ».

  • 12 Mafia e potere, op. cit., p. 90.

42Pourtant, il n’est pas prouvé que Cosa Nostra puisse agir en tant qu’instrument de décisions politiques prises dans un autre lieu. Ainsi, Gaspare Nutolo a souligné que « la mafia ne tue pas pour faire plaisir à l’État, même si généralement elle attend que la victime soit tombée en disgrâce pour la frapper »12.

  • 13 Ibid., p. 79.

43Et Leonardo Messina, en confirmant l’existence de rapports entre mafia et franc-maçonnerie, souligne toutefois que « la mafia n’obéit à personne, sauf à elle-même. Avec les maçons, il y a des points de contact pour les affaires, les grosses adjudications, les procès. C’est un passage obligé pour la mafia »13.

44Il est plausible que la mafia, en tant qu’organisation clandestine, ait pu avoir des contacts avec d’autres pouvoirs occultes, de la maçonnerie aux services secrets, qu’elle ait monté avec eux des actions, mais limitées à des épisodes isolés ou à des transactions d’affaires quand se manifeste une convergence d’intérêts. Dans ces contacts occasionnels, l’autonomie des parties n’est pas mise en cause, ni leur indépendance dans la poursuite de leurs propres buts, qui sont évidemment différents.

45Aujourd’hui, le pouvoir politique démocrate-chrétien, qui a soutenu l’expansion de la mafia, est entré dans une crise irréversible. Toutefois, le degré d’autonomie de la mafia sicilienne a toujours été préservé, et ceci peut lui valoir de survivre à la fin de ce « régime » qui l’a soutenue pendant quarante ans, en l’autorisant d’abord à s’étendre à la Sicile orientale, jusqu’alors épargnée, et ensuite hors de la région. Dans la mesure où la mafia exerce encore une souveraineté territoriale, même si elle est de plus en plus contestée, et dispose d’importantes ressources financières autonomes, elle est à même de conserver une certaine hégémonie sociale, indépendamment du soutien du pouvoir politique.

46Une sérieuse bataille anti-mafia ne peut pour autant se limiter à une action répressive, qui exigerait d’être constante et conduite avec compétence. Il s’agit de couper les contacts entre le système politique et la mafia, mais aussi de situer les points vitaux de cette intrication extraordinairement complexe que la mafia sicilienne a tissée et tisse avec des secteurs importants de la société civile. C’est pourquoi seule une action énergique et cohérente des institutions contre la mafia pourrait annoncer sa défaite. Une fois frappée l’organisation mafieuse nommée Cosa Nostra, une fois disloqué le système politique qui l’a soutenue – mais le « nouveau » système, aujourd’hui au pouvoir, est en train de faire preuve, sur le terrain de la lutte anti-mafia, d’inquiétantes hésitations et d’ambiguïtés, qui ne présagent rien de bon-, il sera nécessaire de mettre au point pour la Sicile un développement économique moins dépendant de la distribution des ressources publiques liées à l’assistance.

  • 14 Texte rédigé en 1993.

47Il s’agit de défendre la légalité et de renforcer les appareils étatiques, d’affirmer les droits de citoyenneté et les devoirs correspondants, d’assurer le développement économique. En d’autres termes d’éliminer les facteurs historiques qui ont contribué à la naissance et au développement du syndrome mafieux. C’est un véritable projet de « reconstruction », qui intéresse non seulement les Siciliens, mais la nation tout entière. Ou bien elle saura affronter ce défi, ou bien elle pourrait subir une dissolution plus ou moins traumatisante de son unité encore récente. Telle est la dramatique question à l’ordre du jour en Italie14.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE

Sur la mafia sicilienne, on peut consulter, comme études de synthèse ou interprétations d’ensemble :

Arlacchi Pino, La mafia imprenditrice. L’etica mafiosa e lo spirito del capitalismo, Bologne, Il Mulino, 1983.

Catanzaro Raimondo, Il delitto come impresa. Storia sociale della mafia, Padova, Liviana, 1988.

Lupo Salvatore, Storia della mafia, Rome, Donzelli, 1993.

Revue Meridiana, no 7-8, 1990, « Mafia », numéro spécial.

Pezzino Paolo, Una certa reciprocità di favori. Mafia e modernizzazione violenta nella Sicilia postunitaria. Milan, Angeli, 1990.

Sur la Sicile de la première moitié du xixe siècle :

Giarrizzo Giuseppe, La Sicilia dal Cinquecento all'Unità d’Italia, Turin, UTET, 1989.

Renda Francesco, Storia della Sicilia dal 1860 al 1970, volume 1, I caratteri originari e gli anni della unificazione italiana, Païenne, Sellerio, 1984.

Sur les premières années après l’unité :

Pezzino Paolo, La congiura dei pugnalatori. Un caso politicogiudiziario alle origini della mafia, Venise, Marsilio, 1992.

Sur l’affaire Tajani-Albanese :

Tajani Diego, Mafia e potere. Requisitoria, 1871, publié par Paolo Pezzino, Pisa, ETS, 1993.

Sur la mafia comme industrie de la protection :

Gambetta Diego, La mafia siciliana. Un’industria della protezione privata, Turin, Einaudi, 1992.

Sur les analyses de la Commission parlementaire antimafia : Transfaglia Nicola, Mafia, politica e affari, 1943-91, Bari, Laterza, 1992.

Notes

1 L'expression est de Leopoldo Franchetti, Condizioni politiche e amministrative della Sicilia, introduction de Paolo Pezzino, Rome, Donzelli, 1993 (1ère édition 1877), p. 94.

2 Ibid., pp. 94-95.

3 Archivio centrale dello Stato, Ministero di Grazia e Giustizia, Direzione generale degli Affari penali, Miscellanea, b.2, F. 184, rapport du procureur général de Palerme, 11 avril 1863.

4 Camera dei Diputati, I moti di Palermo del 1866. Verbali della Commissione parlamentare di inchiesta, publié et présenté par Magda Da Passano, Rome, 1981, procès-verbal de la déposition d'Antonio Starabba di Rudini, préfet de Palerme, Palerme, 17 mai 1867, pp. 117-118.

5 Sing. COSCCL Il s’agit de réseaux mafieux organisés (N.d.T.).

6 En français dans le texte.

7 L'inchiesta sulle condizioni sociali ed economiche della Sicilia (1875-1876), publiée par Salvatore Carbone et Renato Grispo, avec une introduction de Leopoldo Sandriu, Bologne, Cappelli, vol. 2, 1968, compte rendu sténographique de l'interrogatoire du marquis Antonio Starabba Di Rudini, député de Canicatti, Rome, 10 mars 1876, p. 951.

8 Littéralement : honorable. Titre officiel des parlementaires italiens (N.d.T.).

9 Giuseppe Ayala et Felice Cavallaro, La guerra dei giusti. I giudici. La Mafia. La politica., Milan, Mondadori, 1993, pp. 157-158.

10 Audition de Tommaso Buscetta devant la commission parlementaire anti-mafia, novembre 1992, dans Mafia e potere, Cosa Nostra, raccontata da Tommaso Buscetta, Leonardo Messina e Gaspare Nutolo davanti la Commissione parlamentaire antimafia, introduction de Luciano Violante, supplément au no 89 de L’Unità, 14 avril 1993, p. 17.

11 Mafia e politica, rapport présenté par Luciano Violante et approuvé le 6 avril 1993 par la Commission parlementaire antimafia, supplément à La Repubblica du 10 avril 1993, pp. 4-7.

12 Mafia e potere, op. cit., p. 90.

13 Ibid., p. 79.

14 Texte rédigé en 1993.

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540