Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violences et pouvoirs politiques

 | 
Michel Bertrand
, 
Natacha Laurent
, 
Michel Taillefer

La violence institutionnelle

La violence républicaine : les intellectuels face à la politique anticongréganiste de la Troisième République (1875-1904)

Patrick Cabanel

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Machelon, La République. Contre les libertés ? Les restrictions aux libertés publiques (...)

1Mettre l’accent sur la violence institutionnelle qu’aurait secrétée la Troisième République, n’est-ce pas aller à l’encontre du thème défendu par de grands juristes, selon lequel les années 1880-1914 auraient constitué l’âge d’or des libertés publiques en France, avec la trilogie expression-réunion-association marquée par les lois sur la presse (1881), les syndicats (1884) et les associations (1901), cette dernière surtout, dont la familière débonnaireté a transformé la vie associative ? Le pari a déjà été tenu de ce révisionnisme : le juriste Jean-Pierre Machelon a publié en 1976 sous le titre La République. Contre les libertés1 ? une importante étude qui reconnaît le libéralisme fondamental du régime mais n’en met pas moins en relief le « traitement discriminatoire réservé à certains citoyens », congréganistes et anarchistes essentiellement :

  • 2 Op. cit., p. 397.

« Le régime imposé aux congrégations religieuses durant notre période représenta la négation même du libéralisme dont se réclamait la Troisième République »2.

  • 3 On trouvera le détail de cette histoire dans Jean-Pierre Machelon, op. cit., et dans A. Rivet, Tra (...)

2En ce début de xxe siècle, en effet, la République mène à son terme l’un des grands combats du siècle précédent, en France comme en beaucoup de pays d’Europe, l’anticongréganisme. Jules Ferry avait échoué en 1880 à interdire l’enseignement aux congrégations non autorisées ; la dissolution de la Compagnie de Jésus et des congrégations masculines qui s’étaient solidarisées avec elle avait débouché sur un retour discret, quelques années plus tard, des religieux bannis. L’offensive des années 1901-1904 est beaucoup plus puissante : les demandes d’autorisation déposées par les congrégations en conformité avec la loi de 1901 sont systématiquement rejetées ou ajournées sine die et la fermeture de plus de 500 écoles est intimée par une simple circulaire aux préfets du 15 juillet 1902 ; la loi de juillet 1904 interdit purement et simplement tout enseignement congréganiste et supprime sous dix ans les congrégations exclusivement enseignantes ; 2 500 nouveaux arrêtés de fermeture viennent frapper leurs écoles. Les religieux s’exilent par milliers ; ceux qui continuent à enseigner en France sous un habit laïque, les sécularisés, tombent souvent sous le coup de condamnations pour délit de fausse sécularisation ; divers actes juridiques auxquels ils sont partie prenante sont présumés nuls pour cause d’interposition au profit des congrégations3.

3Dès lors qu’un thème récurrent du discours de gauche (la dénonciation du complot fomenté par les Jésuites et des « deux jeunesses » incapables de s’entendre) conduit à la fermeture d’écoles et à l’exil de milliers de congréganistes des deux sexes, des contemporains ont pu voir dans cette violence institutionnelle un excès et une menace réelle pour la liberté. Le catholicisme donnait alors de lui-même, il est vrai, un visage souvent grimaçant : de l’encyclique Quanta cura et du Syllabus à l’engagement antidreyfusard encore fumant de La Croix et des Assomptionnistes, il avait paru mériter les qualifications hostiles de papisme, syllabisme ou jésuitisme. La démocratie moderne pouvait-elle se montrer tolérante envers une institution qui la condamnait ; ne devait-elle pas, selon la formule de Saint-Just, refuser la liberté aux ennemis de la liberté ? Vieux débat que sont venus raviver ici et là les regains fondamentalistes de la fin du xixe siècle, et auquel les intellectuels de la Troisième République ont apporté une contribution notable, susceptible de retenir notre attention : citons d’abord Littré et Renouvier au temps de l’Ordre moral ; puis Gabriel Monod, Bernard Lazare, Charles Péguy, Édouard Berth, Ferdinand Buisson ou Raoul Allier en 1901-1904.

  • 4 L. Capéran, Histoire de la laïcité républicaine, vol. 3, « La laïcité en marche », Paris, 1961, p. (...)
  • 5 L. Capéran, L’Enseignement dans la France nouvelle, Toulouse, 1943, 224 p.

4Il ressort de ces débats une question centrale : la République aurait-elle connu une sorte de tentation suprême, celle d’assurer pour le présent et l’avenir, selon une expression du temps, « l’unité morale du pays » ? Unité morale : l’un n’est-il pas le tout, et le totalitarisme ne pointe-t-il pas ici ? Qu’entendait dire Ferdinand Buisson, l’éminence grise de la laïcité républicaine, lorsqu’il titrait un article de la Revue politique et parlementaire, en 1904, « La laïcité intégrale » ? On songe au nationalisme intégral défini en 1900 par Charles Maurras ou au catholicisme intégral des pourfendeurs du modernisme au sein de l’Église : avouons que l’épithète de Buisson est pour le moins en mauvaise compagnie. Faut-il alors faire sien le verdict de totalitarisme insidieux que jette à la figure de la République, en 1961, l’un des historiens les plus remarquablement informés de la révolution scolaire laïque, le chanoine Capéran, osant comparer le régime de Ferry à ceux de Mussolini et Hitler dans leur dessein scolaire (un « changement d’âme » du pays concerné), et ne voyant de distinction que dans les procédés (la « force ostensible » des dictatures de l’entre-deux-guerres différant de la « profondeur insensible et persévérante » de la République)4 ? Il y a là un vrai problème auquel on ne peut espérer échapper en rappelant que le chanoine Capéran fut lui-même dans les années 1940 le fervent partisan d’une autre révolution scolaire, antilaïque celle-là, à laquelle il consacra un ouvrage passionné5. L’historien doit considérer l’hypothèse d’une violence républicaine dans le domaine religieux, en risquant une comparaison très anachronique mais qui peut n’en être pas moins éclairante : l’anticléricalisme du début du xxe siècle n’aurait-il pas été une sorte de maccarthysme de la Troisième République, souillant à la manière de l’anticommunisme américain de guerre froide, au nom de la liberté, le visage de la liberté ? Ou, si l’on aime mieux se référer à un thème insistant de la polémique contemporaine, un cléricalisme, plus exactement un dogmatisme à rebours ?

UN DÉBAT INAUGURAL : LITTRÉ ET L'ÉQUIPE DE LA CRITIQUE PHILOSOPHIQUE (1875-1879)

  • 6 Philosophie positive, novembre-décembre 1875, pp. 321-332.

5Un premier bref débat éclate dès 1875, à propos du 190e anniversaire de la révocation de l’Édit de Nantes. Dans un article de la Philosophie positive, « Un triomphe clérical »6, Littré dénonce longuement les principes et les effets de la révocation et avertit : « à nous aussi on prétend révoquer notre Édit de Nantes » (sous l’Ordre moral). C’est pour lancer un appel à la tolérance envers l’Église elle-même, afin de prouver la supériorité de la « moralité purement humaine » sur la « moralité théologique » :

« Une doctrine a le droit de se croire la seule vraie ; mais, tout en ayant cette croyance, elle s’élève à la vraie grandeur morale, et devient propre à diriger la conscience contemporaine, quand, forte de sa vérité, elle y joint la sérénité, les égards pour les dissidences et le ferme propos de défendre leur liberté comme la sienne propre. »

  • 7 Philosophie positive, septembre-octobre 1879, pp. 223-246.

6Quatre ans plus tard, Littré revient sur la question dans son célèbre article, « Le catholicisme selon le suffrage universel en France7 » : il y affirme sa préférence envers le « système répressif », qui « réprime quand il y a lieu, mais s’en rapporte pour la défense des plus chers intérêts nationaux à l’ensemble des institutions laïques vigoureusement soutenu et développé », sur le « système préventif », qui

« procède par lois d’exception qui frappent d’interdit telles ou telles associations, tel ou tel enseignement. [...] Faut-il accorder imprudemment la liberté à qui la refuse à autrui ? Je n’hésite pas à soutenir l’affirmative. [...] Qui jugera ? non pas nous qui sommes parties intéressées, mais le temps qui fait prévaloir le savoir positif sur les savoirs arriérés et théologiques, et modifie en ce sens l’opinion générale des hommes. »

  • 8 Cf. Claude Nicolet, L’Idée républicaine en France. Essai d'histoire critique, Paris, 1982, pp. 222 (...)

7On retiendra la raison dernière de l’optimisme et de la tolérance chez Littré : cette conception éminemment positiviste du temps et de son travail irréversible d’un état à l’autre de l’humanité : la République a le temps pour elle8. On comprend que Littré ait trouvé des contradicteurs chez les maîtres de l’école criticiste, ou néo-kantienne, alors également au faîte de leur influence intellectuelle et politique : ni Charles Renouvier ni François Pillon n’acceptent les philosophies de l’histoire surgies au xixe siècle et qu’ils assimilent à un déterminisme confondant abusivement le déroulement chronologique connu a posteriori avec un lien logique de cause à effet. Aussi Pillon prend-il à partie l’article de Littré de 1875 : une tolérance conçue sans limites ni conditions, sans réciprocité, est une « vertu de charité, non de justice », et c’est la justice avant tout que la « morale rationnelle » demande à la législation sociale. Or la liberté « sans l’égalité et la mutualité des garanties qui la déterminent » est dépourvue de sens moral, c’est une « spontanéité, une puissance de l’état de nature » :

  • 9 François Pillon, « Le terrain de la prochaine lutte électorale », Critique philosophique, 1875-2, (...)

« Comment la société peut-elle se croire obligée d’assurer le tranquille abri du droit commun à qui conspire contre le droit commun ? Quoi ! voilà une puissante et vaste association, organisée pour faire la guerre à l’ordre libéral [...] ! Et cette association serait fondée à invoquer le contrat civil qu’elle nie et qu’elle s’efforce de détruire ! [...] Ce serait vertu de laisser ces mains sur le cerveau de la France, cette ombre noire sur l’avenir de la France ! Ce serait vertu que l’État se livrât, les mains liées par ses principes, aux ennemis irréconciliables de ses principes [...] ! Ah ! qu’on cesse de nous vanter une prétendue vertu dont l’unique source est le scepticisme moral de notre époque et qui accuse la faiblesse de notre conscience et de notre foi juridiques » (je souligne)9.

8Pillon ne faisait qu’appliquer au cléricalisme les positions philosophiques consignées par Renouvier dans son traité de 1869, La Science de la morale, au chapitre LXXIII, « La liberté de conscience. Question de l’intolérance » :

  • 10 C. Renouvier, La Science de la morale, tome 1, Paris, 1869, pp. 526-529 (passim).

« La possibilité d’assembler sous une même loi civile des croyances diverses a naturellement des bornes. Elles sont atteintes dans la supposition où quelque religion se rend incompatible réellement par ses prescriptions et ses pratiques avec la loi morale et les principes rationnels de l’ordre social. [...] Il y a donc un droit qui prime tous les droits sortis de l’expérience : c’est la liberté de la conscience entraînant la liberté religieuse, dont les vraies conditions de la société n’ont rien à souffrir ; et un devoir qui prime tous les devoirs : c’est le respect de cette liberté. Ce devoir est très mal appelé tolérance, car il est stricte justice et obligation entière. Le mot de tolérance devient exact, s’il s’applique à un certain respect relatif vis-à-vis des consciences engagées dans l’erreur ou dans l’injustice, de la part d’une autre conscience qui souffre dans sa liberté. Mais alors précisément l’intolérance peut devenir un droit et même un devoir pour cette dernière. [...] Mais si l’un des deux [partis en guerre] se fonde sur les vraies notions morales et sociales, que l’autre nie, celui-là possède la conscience vraie dont le second n’a que l’apparence : il a donc et il a seul un droit réel et un devoir réel d’intolérance, qui se confondent avec le droit et le devoir de conserver et de défendre les premiers principes et intérêts de la personne et de la société. Ce dernier cas est celui qui se présente entre une religion théocratique imposée, inquisitioriale, intolérante sans droit, et les hommes qui défendent contre cette religion leurs propres existences personnelles et morales et les lois rationnelles de l’ordre social. L’intolérance, injuste chez les uns, devient au contraire juste chez les autres. Nulle solution pacifique n’est possible en un tel conflit, même à la longue [...] »10.

  • 11 Julien Benda, La Grande épreuve des démocraties, Paris, 1945 (ouvrage écrit de 1939 à 1941, dédié (...)
  • 12 C. Renouvier, « Les réformes nécessaires. L’enseignement : droit fondamental de l’État », Critique (...)

9Cette apologie de l’intolérance mérite d’autant plus d’être méditée que l’influence de son auteur, pour être plus souterraine que celle d’un Littré ou d’un Durkheim, allait imprégner de néo-kantisme l’idéologie des dirigeants de la Troisième République. Si Renouvier, qui entend ici s’en tenir au plan des principes, fait finalement allusion à la « religion théocratique », ce n’est pas qu’il succombe à une sorte de monomanie anticléricale : l’Église catholique est à ses yeux, comme pour beaucoup de penseurs de sa génération, le seul exemple de péril « totalitaire » comme nous dirions aujourd’hui. L’un de ses disciples avérés, Julien Benda, n’hésitera pas à reprendre sa revendication d’intolérance face aux défis lancés dans les années 1930 à la démocratie, en réclamant pour elle le droit d’avoir une « métaphysique », au même titre que ses adversaires11. Pillon et Renouvier eux aussi n’hésitaient pas à prôner un « État enseignant »12 :

  • 13 Compte rendu non signé de L'Esprit de l’Église, de A.-S. Morin, Critique philosophique, 1874-2, pp (...)

« Nous ne croyons pas qu’en face de l’Église papiste [...] l’État puisse et doive se renfermer dans le rôle négatif d’une neutralité d’indifférence ou d’incompétence. L’État ne saurait être ni se déclarer indifférent ou incompétent en matière de morale. L’État ne peut être considéré comme un fait purement matériel ; il n’est pas hors la conscience. Il est le produit et le représentant de la raison et de la conscience naturelles. Il y a un spirituel au nom duquel il peut et doit parler et agir, le spirituel juridique. À ce spirituel de raison et de justice doit être subordonné le spirituel de foi et de charité. [...] C’est pourquoi nous n’hésitons pas à attribuer à l’État un droit de défense contre une doctrine, telle que celle du Syllabus, qui [...] est manifestement et directement contraire au droit public, contre une institution, telle que celle qui enseigne la morale du Syllabus et qui est en conspiration et en insurrection permanente contre l’État libre. Nous n’avons pas besoin de dire que l’exercice de ce droit de défense doit être réglé et limité d’après le mode et le danger de l’agression, et d’après l’intérêt de la liberté publique sur lequel il se fonde13. »

  • 14 François Pillon, « Révisez donc vos formules », Critique philosophique, 1876-1, pp. 21-23. Dans un (...)

10Allant plus loin, Pillon n’hésite pas à écrire que « l’État libéral [...] a, lui aussi, une morale » ; l’enseignement ne saurait être neutre, mais sera un « enseignement laïque de la morale, c’est-à-dire enseignement de la morale naturelle et rationnelle, indépendante des religions et des Églises »14.

NOUVEAUX « DREYFUSARDS » : PÉGUY ET LES CAHIERS DE LA QUINZAINE EN 1902

11Ce qui n’était encore qu’escarmouche théorique en 1875-1876 acquiert une brûlante actualité sous le règne d’Émile Combes avec les fermetures d’écoles. Des républicains, dont les convictions sont d’autant moins soupçonnables qu’ils ont été des premiers et plus notables dreyfusards, déclarent publiquement, dans l’été 1902, l’inquiétude que leur causent ces fermetures. Le premier, le 21 juillet 1902, le Comité catholique pour la défense du droit, qui rassemble sous la houlette de Paul Viollet plusieurs prêtres et catholiques dreyfusards, se proclame dans un appel

« fidèle aux principes de 1789, dont il n’a cessé de réclamer l’application loyale, soit qu’il s’agît d’un juif illégalement et injustement condamné pour le crime d’un autre, soit qu’il s’agît de pères de famille empêchés, comme au temps de la révocation de l’Édit de Nantes, de donner à leurs enfants l’éducation de leur choix, soit, enfin, qu’il s’agît de religieux privés de droits que garantit à tous les Français la déclaration des droits de l’homme et du citoyen ».

  • 15 L. Chaîne, Les Catholiques français et leurs difficultés actuelles, Paris, 2e éd., 1904. Chaine s’ (...)

12L’un des membres du Comité, l’avoué lyonnais Léon Chaîne, dénonce une politique anticongréganiste « qu’on a pu appeler “une révocation de l’édit de Nantes à rebours” »15.

13On notera l’allusion insistante, et très excessive, à 1685. Chose étonnante, l’historien Gabriel Monod, descendant d’une réfugiée huguenote, la reprend implicitement dans une lettre à Paul Viollet publiée par Le Temps du 1er août, en montrant les partisans d’une liberté absolue d’association jointe à la séparation de l’État et de l’Église

« effrayés et navrés de voir les anticléricaux d’aujourd’hui manifester à l’égard de l’Église catholique des sentiments et des doctrines identiques à ceux que les catholiques ont manifestés naguère à l’égard des protestants et des hérétiques de tout ordre. On lit aujourd’hui dans certains journaux qu’il n’est pas possible de laisser l’Église continuer à élever la jeunesse française dans l’erreur ; j’ai même lu “qu’il n’était pas possible d’admettre la liberté de l’erreur”. Comme si la liberté de l’erreur n’était pas l’essence même de la liberté ! Et dire que ceux qui écrivent ces phrases protestent contre le Syllabus, tout en le copiant ! Sommes-nous condamnés à être perpétuellement ballottés entre deux intolérances, et le cri de “Vive la liberté !” ne sera-t-il jamais que le cri des oppositions persécutées au lieu d’être la devise des majorités triomphantes ? ».

  • 16 Elle dit craindre un retour de bâton, et que « les protestants partage[nt] ce jour-là le sort des (...)

14La femme de lettres Arvède Barine, connue notamment pour sa collaboration à la très républicaine Revue politique et littéraire, donne au Journal des Débats l’« Opinion d’une huguenote » qui puise dans « le souvenir des souffrances endurées par nos pères, pour avoir le droit de prier Dieu à leur guise » la volonté de renoncer « à cette chimère malfaisante de faire “l’unité morale” de la France » 16. René Goblet dans L’Éclair du 24 juillet et Le Temps du1er août, le philologue Michel Bréal dans une lettre à Viollet publiée par Le Temps le 7 août, vont dans le même sens, Goblet exprimant son regret de voir le parti républicain s’engager dans un « système de contrainte, je ne veux pas dire de persécution, irritant autant qu’inefficace ».

  • 17 Le texte en a été republié dans la revue Commentaire (no 64, hiver 1993-1994, pp. 809-819), avec u (...)

15La plupart de ces textes sont repris par Péguy à la fin du Cahier de la Quinzaine du 16 août 1902 (« Pour et contre les congrégations »), et accompagnés de réflexions du directeur et d’une longue consultation, « La loi et les congrégations », signée Bernard-Lazare17. Ce dernier s’intéresse surtout au « renversement des positions prises dans ces dernières années » : les ennemis de la liberté en sont devenus les champions, et vice-versa. Comprendre, dans les termes dont usent Lazare et Péguy, que dreyfusards et antidreyfusards combattent désormais à fronts renversés, les premiers usant de leur maîtrise de l’appareil d’État pour réprimer des concitoyens, les seconds réclamant une liberté et une justice qu’ils déniaient au capitaine Dreyfus. Lazare n’accorde évidemment aucun crédit à ces derniers, qui confondraient liberté et privilège et dont le mot d’ordre serait « Vive la liberté [des congrégations], mort aux Francs-Maçons, mort aux Huguenots, mort aux Juifs » ; mais il n’a pas plus d’estime pour les partisans d’un « compelle intrare appliqué à la laïque », dont il bouscule l’argumentation en recourant à un parallèle décisif :

  • 18 « C’est en vertu de l’intérêt supérieur de la société qu’on promulguait, en 1894, cette abominable (...)

« Ils ont invoqué l’intérêt supérieur de la République et de la démocratie, la nécessité de paralyser les forces redoutables de l’Église, et cela même par la contrainte. Mais c'est aussi en vertu de l’intérêt supérieur de la patrie qu’on justifiait les illégalités du conseil de guerre, c’est en faveur de ce même intérêt qu’on approuvait le faux Henry »18.

  • 19 Notamment Georges Berger et François de Witt-Guizot (qui en sera le secrétaire général).
  • 20 L. Chaine, op. cit., chapitre XV, « La loi du 1erjuillet 1901 et les “Dreyfusards” ». « Les pasteu (...)

16Seuls sortent indemnes du jeu de massacre auquel se livre Lazare, outre les Cahiers, le Comité catholique de Viollet, René Goblet (en dépit de son dreyfusisme tardif), Gabriel Monod, Michel Bréal « et quelques personnalités protestantes qui se sont agrégées à MM. de Mun et Denys Cochin » dans le cadre de la Ligue de la liberté de l’enseignement fondée le 5 août19. Léon Chaine ajoute à la liste quelques radicaux, un député catholique dreyfusard, l’un des fondateurs de la Ligue des droits de l’homme (Georges Hervé), Deherme, le promoteur des Universités populaires, et des pasteurs protestants20. On volt combien il s’agit de minoritaires, soit religieusement, soit politiquement : des protestants, des juifs, des catholiques dreyfusards et des dreyfusards de « droite », quelques francs-tireurs des partis radical ou socialiste (Briquet, dans Le Mouvement socialiste du 15 août 1902). Le jeune Édouard Berth donne à la Revue socialiste du 15 novembre 1902 une longue étude sur « La politique anticléricale et le socialisme », fort voisine de la consultation de Lazare et à laquelle Péguy accorde l’hospitalité d’un nouveau Cahier de la Quinzaine, le 3 février 1903, en l’ouvrant par une allusion aux « longs débats qui se poursuivent pour et contre la liberté de conscience ».

  • 21 Notre jeunesse, dans Œuvres en prose complètes, Paris, Gallimard, La Pléiade, III, 1992, pp. 68-69 (...)
  • 22 Lire Œuvres en prose complètes, op. cit., I, p. 1297, p. 1363.

17Péguy reviendra longuement sur le « désastreux mois d’août de 1902 » et la consultation de Lazare dans Notre jeunesse (1910) : il y verra un « monument inoubliable » opposé par son ami, selon la formule célèbre, à la déviation du dreyfusisme en politique, en démagogie « combiste », et dira en recommander la lecture aux antidreyfusards pour qu’ils sachent « qui nous étions [...] dès le principe » : non des amis des Juifs, seulement des amis de la liberté, ici du juif Dreyfus, là des congréganistes, ailleurs encore des Finlandais ou des Polonais, etc.21. Péguy réclame pour Lazare et les Cahiers l’héritage du dreyfusisme libertaire : son « Avertissement » du 1er mars 1904 au onzième cahier de la cinquième série (Le Monde sans Dieu, a new catechism, de l’américain Mangasarian), son « Cahiers de la quinzaine : Georges Clemenceau : “Discours pour la liberté” » et son « Souscriptions extraordinaires » (douzième cahier de la même série, 15 mars) constituent sans doute l’analyse la plus sévère et la plus aiguë, au nom de la liberté et de la justice, des mesures et des principes de la majorité républicaine. Il faudrait pouvoir citer telle ou telle page définitive : on y trouve déjà tout entière l’analyse de ce que Léon Poliakov appelle la « causalité diabolique », sur laquelle je reviendrai en conclusion22.

  • 23 Foi et Vie, 1902, pp. 537-541, 568-572, 601-605 et 629-632. La revue avait été fondée en 1902 par l (...)
  • 24 Le cléricalisme a « appris aux foules à hurler : A bas ! A bas les juifs, à bas les protestants ! (...)
  • 25 Sur les positions de La Dépêche en faveur du monopole de l’enseignement (sous les plumes des Huc, (...)
  • 26 Charles Péguy, « Un essai de monopole », introduction au 4e cahier de la 6e série, Raoul Allier, L (...)

18Peut-on citer une dernière voix ayant pris part au débat de l’été 1902, en dépit d’une notoriété infiniment moindre que celle des Péguy et Lazare ? Le pasteur Émile Doumergue, professeur à la Faculté de théologie de Montauban, publie du 1er septembre au 15 octobre 1902 dans la revue Foi et Vie quatre articles sous le titre « Ni clérical, ni radical, mais protestant »23. Il estime dans des termes presque similaires à ceux de Lazare le cléricalisme « disqualifié » pour « invoquer la Révolution et la Déclaration des droits de l’homme »24. Mais l’essentiel de ses coups va au radicalisme, abordé à travers une instructive revue de presse (L’Aurore, La Dépêche du Midi, La Raison, surtout les deux derniers, sous les signatures de Henry Bérenger, Ferdinand Buisson ou Maurice Vernes) et qu’il accuse de nier la liberté tout court en niant celle de l’enseignement : si la mort des dogmes laisse le champ libre à la seule « Révélation » désormais acceptable, celle du suffrage universel (sic) et si le seul critérium susceptible de fonder les vérités humaines venues se substituer à la Vérité religieuse déchue se trouve dans « la consécration du sens commun, affirmée par le consentement général, c’est-à-dire par le suffrage universel », comme l’écrit La Dépêche, alors l’État (plus exactement « l’Encyclopédie qui entre[ra] au cabinet », selon la même Dépêche25,) devient la norme ultime et le Tout et peut enseigner y compris contre l’aval du père de famille : la tendresse de ce dernier ne garantit pas la justesse de ses principes, et la famille de l’avenir sera un « ménage à trois : le mari, la femme et l’État » : « Malheur aux familles qui en ces jours-là auront des enfants ! Malheur aux pères et aux mères qui ne seront pas dénaturés. » On reconnaît là le thème que va illustrer Clemenceau au Sénat le 30 décembre suivant sur la liberté de l’enseignement, et plus encore l’intuition par Péguy en 1904 du totalitarisme à venir dans une « satrapie » anticléricale26 : quelques-uns des contemporains d’Émile Combes n’ont-ils pas ainsi pressenti comme des prodromes de ce monde kafkaïen dans lequel allaient verser des régimes qui feraient de l’athéisme ou de l’antichristianisme un fondement important ?

UN DÉBAT DANS LA REVUE POLITIQUE ET PARLEMENTAIRE : FERDINAND BUISSON FACE À SES DÉTRACTEURS (1903-1904)

  • 27 « Il y a des crimes politiques et sociaux qui se payent, et le grand crime collectif commis par l’ (...)
  • 28 Buisson est alors député et l’un des dirigeants du parti radical. Ses interventions sur la questio (...)
  • 29 Revue politique et parlementaire, 1900, 24, pp. 387-419 et 1901, 27, pp. 34-74.

19À un autre niveau politique, et en marge de la polémique entre Péguy et Jaurès qui venait d’invoquer une loi du talion dont serait victime l’Église27, un autre ancien dreyfusard apporte en 1903 et 1904 une importante contribution au débat : Ferdinand Buisson28 dialogue dans les colonnes de la Revue politique et parlementaire avec l’ancien président du Conseil Charles Dupuy, puis avec René Goblet. La RPP avait déjà donné successivement la parole à un adversaire catholique et à un partisan de la loi (1900-1901)29. En mai 1903 Charles Dupuy y fait allusion au cliché anticlérical des « deux jeunesses » et s’en prend au thème de l’unité de la France, politique ou morale :

  • 30 Ch. Dupuy, « La liberté d’enseignement », Revue politique et parlementaire, 1903-1936, p. 233.

« Mais alors c’est une conception théologique et mystique. On connaît l’adage : une foi, une loi, un roi. C’est à cette unité que Louis XIV a sacrifié l’Édit de Nantes. C’est à elle que les jacobins, ces théologiens laïques, ont sacrifié la liberté30. »

20Édouard Berth ne disait rien d’autre quelques semaines auparavant au nom du socialisme :

  • 31 É. Berth, La Politique anticléricale et le socialisme, op. cit., pp. 10-1 1. « La démocratie unita (...)

« Il est vraiment commode de gémir sur les deux jeunesses, sur les deux Frances ; nos rêveurs d’unité dogmatique, intellectualiste et jacobine, cléricaux à rebours, ont toujours une conception ecclésiastique de l’unité ; la Force, destinée à cette unification mystique et transcendantale, seule, change ; le gendarme de l’État et l’instituteur laïque remplacent l’Inquisiteur et le frère ignorantin ; la métaphysique des Droits de l’Homme se substitue à la métaphysique de saint Thomas d’Aquin ; on en est quitte pour s’identifier ingénument avec la Raison et la Liberté et pour dire : je suis la Liberté ; donc, si mon parti triomphe, c’est la Liberté qui l’emporte sur la servitude et le dogme »31.

21Buisson répond à Charles Dupuy le mois suivant dans un premier article, « Le droit d’enseigner ». L’ancien directeur de l’enseignement primaire repousse aussi bien le monopole de l’enseignement prôné par nombre de ses amis radicaux qu’une certaine acception de l’anticléricalisme qui consisterait à déclarer la guerre au sentiment religieux. Il tente d’opérer une distinction, essentielle à ses yeux, entre la congrégation et le congréganiste : la première est une « institution monstrueuse », « organisation supérieure de l’asservissement », « assemblée de personnes, esclaves volontaires d’une organisation contre nature » ; le second, une fois rendu à la vie commune par la suppression des congrégations, redevient un citoyen, une « personne » à laquelle la République reconnaît la plénitude de ses droits et dont précisément elle assure « l’inviolable liberté » contre même son vœu d’obéissance dans la défunte congrégation. Peut-on être à la fois religieux et enseignant d’une société moderne sans succomber à la schizophrénie, interroge Buisson ?

« Il est contradictoire que le même homme se présente tour à tour comme le représentant attitré d’une religion révélée, c’est-à-dire investi d’un mandat d’ordre spirituel qui lui confère une autorité d’origine surnaturelle, puis comme professeur, penseur et savant qui ne reconnaît que l’autorité de la raison et se charge d’instruire la jeunesse en conséquence. On ne se dédouble pas ainsi. L’état d’esprit du prêtre et du professeur, si l’un et l’autre sont sincères et bien pénétrés de leur mandat, s’excluent. Il faut choisir : ou être l’homme du Syllabus ou être l’homme de la Déclaration des Droits. »

22« Il faut choisir » : impeccable démonstration, mais ne recèle-t-elle pas quelque risque pour la liberté ? Comme le relevaient Lazare ou Berth, une telle théorie pouvait jouer un jour contre les socialistes, ou d’autres encore. Un franc-maçon peut-il enseigner dans la France « catholique » de 1941, ou un marxiste dans les États-Unis du maccarthysme évoqués plus haut ?

  • 32 Revue politique et parlementaire, 1903, 38, pp. 5-32.

23Buisson revient sur la définition et les buts de l’anticléricalisme dans un second article publié en 1903 par la RPP, « La crise de l’anticléricalisme »32. Il y inscrit la « persécution » républicaine à l’encontre des congrégations dans l’antique mouvement de sécularisation à l’œuvre dans l’histoire de la France ; puis il plaide, comme sans doute seul pouvait le faire le militant d’une « foi laïque » (du titre de l’un de ses recueils), pour le respect du sentiment religieux consubstantiel à l’humanité, et interdit à l’anticléricalisme de dépasser le « point-limite » où il se muerait en antireligion. Et c’est au nom de la liberté et du droit commun qu’il milite pour la suppression des « libertés » de l’Église, c’est-à-dire de ses privilèges exorbitants du droit commun. Il en recense trois, en matière d’enseignement (loi Falloux), d’association (les congrégations) et de culte (le Concordat), avant d’aller droit à la définition la plus essentielle de la liberté de la personne humaine, sur la question des vœux de religion :

  • 33 Ibid., pp. 29-30.

« Ne sera-t-il pas permis à ceux qui voient dans l’acte constitutif d’une “congrégation autorisée” l’enregistrement d’un contrat de servage, c’est-à-dire d’un pacte illicite, de demander que la nation s’abstienne d’y tremper en quoi que ce soit, d’exiger même que s’en tenant aux règles du droit commun qui ne connaît que des personnes libres et des associations de personnes libres, la République se refuse formellement à consacrer par un surcroît de faveurs un acte collectif de rupture avec la famille et la société ? »33.

24Deux parlementaires lui répondent dans les colonnes de la revue : le catholique Denys Cochin et le républicain René Goblet. Comment mesurer la sincérité d’une sécularisation, demande le premier ?

  • 34 D. Cochin, Revue politique et parlementaire, novembre 1903, pp. 221-240 (ici p. 239). R. Goblet, i (...)

« En d’autres temps d’intolérance, le Roi obligeait des protestants à aller à la messe. Il avait tort : mais enfin ceux-ci en étaient quittes pour un acte extérieur. L’anticléricalisme manque d'actes extérieurs servant de preuves de soumission ; il sera amené à imaginer des rites spéciaux »34.

  • 35 De la même manière le P. Baudrillart écrit au terme du long compte rendu d’un ouvrage sur les prot (...)
  • 36 Revue politique et parlementaire, 1904, 41, pp. 463 et 460.

25On retrouve encore le parallèle insistant avec la révocation de 1685, et son contre-emploi sous une plume catholique : toujours les positions brouillées35. René Goblet, pour sa part, défend sa loi de 1886, laïcisatrice de l’enseignement public mais respectueuse de la liberté de l’enseignement privé congréganiste, et s’en prend aux « mesures de proscription qui ont déjà causé tant d’émotion dans le pays ». Buisson s’efforce de clore le débat dans un dernier article, « La laïcité intégrale » : la France n’entend pas supprimer la liberté de l’enseignement, elle ne vise qu’à « l’extinction totale de l’organisme appelé “congrégation” », accomplissant par là le vœu de la Convention. La portée véritable des lois de 1901 et 1904 ne pourrait être en effet saisie que par référence à la Révolution : aujourd’hui comme hier la France « poursui[t], seul[e] au monde, avec [ses] façons de logicien[ne], un idéal qui paraît chimérique à presque tous les autres peuples » : elle « écrit en ce moment avec beaucoup de décision, mais sans trace de fièvre ni d’emportement, une page d’histoire qui n’est pas sans grandeur : [elle] achève résolument, méthodiquement, de se constituer en État vraiment laïque »36. Cette laïcité achevée n’est plus celle de Jules Ferry et de la première génération républicaine, qui demandaient après Quinet que l’école publique puisse accueillir également sans blesser aucun d’eux dans ses convictions intimes le catholique, le protestant, le juif et le libre-penseur : il s’agit désormais, après avoir intégré, d’exclure ceux qui eux-mêmes feraient profession d’exclusion. La position de Buisson, philosophiquement et politiquement, paraît solide : mais que penser lorsqu’elle se solde sur le terrain par des interdits et des exils ? La République des années 1901-1904 laisse entier le débat ouvert entre Littré et Renouvier.

ESSAI DE CONCLUSION

  • 37 Gambetta dénonçait en août 1881 « ceux qui se réunissent pour abdiquer leur individualité » (je so (...)
  • 38 Dans La Doctrine politique de la démocratie (cité par l’abbé Delfour, « La crise de la liberté », (...)
  • 39 Faut-il légiférer sur les sectes ? Les Témoins de Jéhovah, dont plusieurs sont en prison pour refu (...)

26Peut-on tenter de comprendre la violence de la République à l’encontre des congrégations religieuses, aujourd’hui que la personnalité civile leur est reconnue sans difficulté ? C’est bien la définition de la liberté qui est en jeu, chez Buisson comme chez Gambetta, Paul Bert ou Waldeck-Rousseau, et naguère au sein de la Convention37 ; nul homme ne peut à leurs yeux humilier et nier en lui les droits naturels et universels de la personne humaine, et s’abandonner même librement aux mains d’une puissance tierce, de surcroît au sein de congrégations très hiérarchiquement organisées. Le philosophe Henry Michel, disciple de Kant et de Renouvier et chroniqueur écouté du Temps, définit précisément en 1901 la démocratie comme « la cité des consciences autonomes »38. C’est toute la question ouverte par les vœux de religion, notamment l’obéissance (le fameux perinde ac cadaver des Jésuites), et qui rebondit de nos jours à propos des sectes et de certaines revendications fondamentalistes : la puissance publique peut-elle laisser des individus renoncer librement à toute autonomie intellectuelle et psychologique, voire physique, et arguer de leur obéissance à tel ou tel précepte pour prétendre s’abstraire du droit commun en matière familiale, scolaire, médicale ou militaire ? Les anticléricaux du début du siècle n’étaient sans doute pas très éloignés de notre propre disposition d’esprit à l’égard des sectes ou du renouveau des intégrismes ; et le droit de la République se voit contraint de remettre sur le métier de vieilles questions39.

  • 40 Patrick Cabanel, « L’anticlericalismo in Francia (sec. XIX-XX). La resistibile ascesa di un’ideolo (...)
  • 41 L. Poliakov, La Causalité diabolique. Essai sur l’origine des persécutions, vol. 1, Paris, 1980, p (...)
  • 42 À en croire l’index du tome III des Œuvres en prose complètes dans la Pléiade, op. cit.
  • 43 Paris, Calmann-Lévy, 1902, 309 p. « Comme aux plus tristes époques de notre histoire, on réclame d (...)

27Un autre élément d’intelligence de la violence républicaine se trouve à mes yeux dans la nature profonde de l’anticléricalisme de l’époque40. Léon Poliakov puis Raoul Girardet ont mis l’accent sur les thèmes de la conspiration et du complot qui hantent tout le xixe siècle et sur l’extraordinaire parenté mythique de l’antijésuitisme et de l’antisémitisme41. À la France juive de Drumont (1886) semble bien répondre la France noire du dreyfusard Paul Desachy (1899) ; aux cléricaux les « cléricaux à rebours » fustigés par Édouard Berth. Deux contemporains l’ont vu avec une prophétique lucidité dès 1902 : Anatole Leroy-Beaulieu, que Péguy ne semble pas avoir lu42, dans un livre important et courageux consacré aux Doctrines de haine. L’antisémitisme. L’antiprotestantisme. L’anticléricalisme43, et Péguy lui-même :

« Ils ont un peu artificiellement constitué, circonscrit une minorité catholique, assez irrésolue ; la démagogie consiste premièrement à représenter cette minorité catholique comme une minorité cléricale, deuxièmement à représenter cette minorité cléricale comme dominante, comme écrasant la nation ; de manière précisément à lancer le populaire sur cette minorité représentée comme cléricale et deuxièmement à représenter ce populaire à lui-même comme accomplissant une insurrection sainte, comme se sacrifiant, noblement, comme se révoltant contre une oligarchie souveraine au prix des plus graves dangers ; [...] le populaire a le bonheur de se ruer sur une minorité, le double bonheur de sauver la République en se ruant sur cette minorité. »

28Remplacez catholique et cléricale par dreyfusiste et sémitique, et vous avez l’affaire Dreyfus : Péguy l’a fait dans la phrase précédant celle que je cite. Le procédé peut rejouer : la Révolution nationale le montrera assez.

  • 44 Raoul Allier (1863), normalien, historien et publiciste, a publié en 1898 un très dreyfusard Volta (...)
  • 45 Raoul Allier, Une campagne du Siècle, op. cit., p. 270.
  • 46 Ibid., p. 39

29Les protestations mêlées des Viollet, Chaine, Monod, Lazare ou Péguy restent ainsi inscrites dans l’histoire pour nous avertir de la fragilité de la liberté face au déchaînement toujours possible de la violence idéologique et institutionnelle, y compris sous le régime réputé des plus libéraux que la France ait connus. Le débat y rebondit du reste dans des termes presque identiques à l’automne 1904 lorsque Émile Combes dépose au nom du gouvernement un très restrictif projet de loi de séparation des Églises et de l’État, soumettant les premières à une surveillance tâtillonne. Ici encore un avertissement significatif provient des alliés presque naturels du gouvernement républicain, les protestants. Raoul Allier, professeur à la Faculté de théologie protestante de Paris, entame dans Le Siècle une campagne retentissante conte le projet Combes : les articles qu’il y rédige du 6 novembre 1904 au 22 mars 1905 et les réponses apportées par une majorité de pasteurs à une enquête du même quotidien sont repris dans les Cahiers de la Quinzaine44. Allier rappelle à cinq reprises aux moins les mesures répressives de Louis XIV à l’encontre des protestants (le vieux Pillon n’hésitant pas, dans sa réponse à l’enquête, à fustiger dans certains « républicains très sincères [...] [de] petits Louis XIV laïques45). » Il montre qu’un futur gouvernement clérical pourrait en user à l’égard de la franc-maçonnerie de la même manière que Combes l’entendait avec les Églises, et dénonce les « solutions de guerre civile » auxquelles se complairaient les « deux fanatismes » anticlérical et ultramontain46.

30Son dernier acticle, le 21 mars 1905, donne à ses contemporains une sorte de mode d’emploi de la liberté qui peut servir de dernier mot à notre réflexion (on sait que Raoul Allier et les siens, dont un frère de pasteur, Louis Méjan, le plus proche collaborateur de Briand, auront largement gain de cause et parviendront à imposer une séparation sans hostilité systématique aux Églises) :

  • 47 Ibid., p. 171.

« La liberté doit être garantie contre les intolérants. Mais dès qu’elle l’est, toute mesure qui n’apparaît plus comme une garantie nécessaire, toute précaution qui est de luxe, passe immédiatement pour une vexation mauvaise et pour un attentat contre le droit. Et, par d’inévitables chocs en retour, ces coups maladroits blessent souvent ceux qui les portent beaucoup plus que ceux qu’ils veulent atteindre »47.

  • 48 Foi et Vie, op. cit., 1902, p. 632.

31C’est le côté philosophique de la question ; le côté plus immédiatement politique consistant, avait écrit de son côté Émile Doumergue, à créer des « partis intermédiaires » : « Ce qui nous tue c’est la division entre deux partis uniques, à la fois contraires et identiques. Ne soyons ni cléricaux ni radicaux » ; le pasteur ajoutait : « Soyons protestants »48. Plus réaliste, Allier préférait dire son espoir, vingt-cinq ans après Littré, dans la formation du « catholicisme selon le suffrage universel ». Deux formules en apparence sans lien, mais qui se rejoignaient dans un même espoir, finalement comblé dans la seconde moitié du xxe siècle avec la fin de la célèbre « exception française », d’asseoir un régime pleinement libéral et tolérant.

Notes

1 Jean-Pierre Machelon, La République. Contre les libertés ? Les restrictions aux libertés publiques de 1879 à 1914, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1976, 462 p.

2 Op. cit., p. 397.

3 On trouvera le détail de cette histoire dans Jean-Pierre Machelon, op. cit., et dans A. Rivet, Traité des congrégations religieuses, 1789-1943, Paris, 1944, 356 p.

4 L. Capéran, Histoire de la laïcité républicaine, vol. 3, « La laïcité en marche », Paris, 1961, p. 1.

5 L. Capéran, L’Enseignement dans la France nouvelle, Toulouse, 1943, 224 p.

6 Philosophie positive, novembre-décembre 1875, pp. 321-332.

7 Philosophie positive, septembre-octobre 1879, pp. 223-246.

8 Cf. Claude Nicolet, L’Idée républicaine en France. Essai d'histoire critique, Paris, 1982, pp. 222-224. Cf. le discours de Littré pour sa réception dans la loge Clémente-Amitié, en 1875 : « Rien n’est à scinder dans l’immense héritage qui nous a été transmis. [...] L’extension de la tolérance, non pas seulement cette tolérance passive qui se contente de souffrir les autres, mais de cette tolérance active qui rend pleine justice à toutes les forces sociales dans le passé, cette extension grandiose est due à la philosophie positive montrant que l’évolution humaine est un enchaînement sans solution de continuité », Philosophie positive, septembre-octobre 1875, p. 167.

9 François Pillon, « Le terrain de la prochaine lutte électorale », Critique philosophique, 1875-2, pp. 274-275.

10 C. Renouvier, La Science de la morale, tome 1, Paris, 1869, pp. 526-529 (passim).

11 Julien Benda, La Grande épreuve des démocraties, Paris, 1945 (ouvrage écrit de 1939 à 1941, dédié « À la mémoire de mes maîtres Kant et Renouvier »). L’auteur s’appuie sur Renouvier pour mener la critique du « faux libéralisme » et du « faux pacifisme » (pp. 126-170) également mortels face à Hitler.

12 C. Renouvier, « Les réformes nécessaires. L’enseignement : droit fondamental de l’État », Critique philosophique, 1876-1, p. 244.

13 Compte rendu non signé de L'Esprit de l’Église, de A.-S. Morin, Critique philosophique, 1874-2, pp. 334-336.

14 François Pillon, « Révisez donc vos formules », Critique philosophique, 1876-1, pp. 21-23. Dans un commentaire sur le vœu de l’enseignement laïque au conseil général de la Seine, en 1874, F. Pillon dénonçait ceux qui pensent que « l’État doit, parce qu’ainsi le veut la liberté de conscience, se réserver uniquement l’enseignement des faits et des chiffres, et abandonner le monopole de l'éducation morale aux Églises », ibid., 1874-2, p. 339.

15 L. Chaîne, Les Catholiques français et leurs difficultés actuelles, Paris, 2e éd., 1904. Chaine s’abonne aux Cahiers de la Quinzaine le 15 octobre 1902.

16 Elle dit craindre un retour de bâton, et que « les protestants partage[nt] ce jour-là le sort des persécuteurs d'aujourd'hui tout en les ayant désapprouvés » ; certains protestants redouteront en effet, à tort, une politique hostile à leur égard du régime de Vichy en 1940.

17 Le texte en a été republié dans la revue Commentaire (no 64, hiver 1993-1994, pp. 809-819), avec une présentation de Jean-Marie Mayeur.

18 « C’est en vertu de l’intérêt supérieur de la société qu’on promulguait, en 1894, cette abominable loi sur les associations de malfaiteurs », p. 223. On notera les parallèles : « Lois scélérates »/Affaire Dreyfus/Politique anticongréganiste.

19 Notamment Georges Berger et François de Witt-Guizot (qui en sera le secrétaire général).

20 L. Chaine, op. cit., chapitre XV, « La loi du 1erjuillet 1901 et les “Dreyfusards” ». « Les pasteurs protestants qui, presque tous, ont eu la clairvoyance et le courage de constater et de flétrir les violations dont le Droit avait été la victime dans l’affaire Dreyfus, se sont aussi grandement honorés en prenant, parfois, la défense des catholiques menacés et poursuivis » (p. 160) ; « Comment pourrions nous maintenant ne pas observer que les hommes éminents dont nous venons de parler et qui ont apporté leur concours précieux à la défense de la liberté religieuse, se sont fait remarquer aussi par l'énergie avec laquelle ils ont soutenu la cause de celui que les gazettes désignent couramment par cette phrase stéréotypée : le traître deux fois condamné par ses pairs ? » (p. 165).

21 Notre jeunesse, dans Œuvres en prose complètes, Paris, Gallimard, La Pléiade, III, 1992, pp. 68-69 et surtout pp. 75-76.

22 Lire Œuvres en prose complètes, op. cit., I, p. 1297, p. 1363.

23 Foi et Vie, 1902, pp. 537-541, 568-572, 601-605 et 629-632. La revue avait été fondée en 1902 par le pasteur Paul Doumergue, frère d’Émile, afin de donner une plus grande audience au protestantisme dans la culture française. Biographies des deux hommes dans A. Encrevé (dir. publ.), Les Protestants, Paris, 1993.

24 Le cléricalisme a « appris aux foules à hurler : A bas ! A bas les juifs, à bas les protestants ! Mort aux juifs, mort aux protestants » et s’est livré depuis dix ans « aux approbations les plus éhontées, les plus furibondes de la révocation de l'Édit de Nantes et même de la Saint-Barthélemy » (ibid.) ; aussi É. Doumergue déclare-t-il refuser de suivre certains de ses coreligionnaires (cf. note 16) dans la Ligue de la liberté de l’enseignement.

25 Sur les positions de La Dépêche en faveur du monopole de l’enseignement (sous les plumes des Huc, Bérenger et Aulard), voir H. Lerner, La Dépêche, Journal de la démocratie. Contribution à l’histoire du radicalisme en France sous la Troisième République, Toulouse, 1978, vol. 1, pp. 181-185 et 2, pp. 593-597.

26 Charles Péguy, « Un essai de monopole », introduction au 4e cahier de la 6e série, Raoul Allier, L’Enseignement primaire des indigènes à Madagascar, 8 novembre 1904, Œuvres en prose complètes, op. cit., I, pp. 1451-1478. Sur ce thème, voir mon article « Péguy, Jaurès et la satrapie des Madécasses », Cahiers Jean Jaurès, à paraître.

27 « Il y a des crimes politiques et sociaux qui se payent, et le grand crime collectif commis par l’Église contre la vérité, contre l’humanité, contre le droit et contre la République, va recevoir enfin son juste salaire », La Petite République, 3 août 1902, cité par Péguy, op. cit., p. 1005.

28 Buisson est alors député et l’un des dirigeants du parti radical. Ses interventions sur la question des congrégations et de la liberté de l’enseignement sont nombreuses : il entretient en septembre 1902 dans les colonnes du Temps une controverse avec le directeur de la Revue des Deux Mondes, Ferdinand Brunetière ; puis bataille en juin et novembre 1903 contre l’idée du monopole de l’enseignement. Il a repris ces textes dans son recueil La Foi laïque. Extraits de discours et d’écrits (1878-1911), Paris, 1912, contrairement aux articles de la Revue politique et parlementaire étudiés ci-dessous.

29 Revue politique et parlementaire, 1900, 24, pp. 387-419 et 1901, 27, pp. 34-74.

30 Ch. Dupuy, « La liberté d’enseignement », Revue politique et parlementaire, 1903-1936, p. 233.

31 É. Berth, La Politique anticléricale et le socialisme, op. cit., pp. 10-1 1. « La démocratie unitaire a trop d’affinités de principes avec l’Église catholique pour en être le véritable antidote », p. 59.

32 Revue politique et parlementaire, 1903, 38, pp. 5-32.

33 Ibid., pp. 29-30.

34 D. Cochin, Revue politique et parlementaire, novembre 1903, pp. 221-240 (ici p. 239). R. Goblet, ibid., décembre 1903, pp. 421-432.

35 De la même manière le P. Baudrillart écrit au terme du long compte rendu d’un ouvrage sur les protestants français à la fin du xviie siècle : « Grave leçon [l’échec de la politique répressive louis-quatorzienne et la guerre des Camisards] que doivent méditer les persécuteurs de tous les temps ; il ne faut jamais réduire au désespoir une portion notable du peuple ; puissent ceux qui sont aujourd’hui à la tête des affaires se le persuader et cesser de compromettre à plaisir l’unité de la patrie ! », Le Correspondant, 10 juillet 1902, p. 113.

36 Revue politique et parlementaire, 1904, 41, pp. 463 et 460.

37 Gambetta dénonçait en août 1881 « ceux qui se réunissent pour abdiquer leur individualité » (je souligne) ; cité par P. Sorlin, Waldeck-Rousseau, Paris, 1966, p. 219 (voir encore pp. 223 et 433).

38 Dans La Doctrine politique de la démocratie (cité par l’abbé Delfour, « La crise de la liberté », L’Université catholique, octobre 1901, p. 195).

39 Faut-il légiférer sur les sectes ? Les Témoins de Jéhovah, dont plusieurs sont en prison pour refus du service militaire et du statut d’objecteur de conscience, posent le problème aux juristes, Le Monde, 3 décembre 1993, p. 20.

40 Patrick Cabanel, « L’anticlericalismo in Francia (sec. XIX-XX). La resistibile ascesa di un’ideologia », Stato, Chiesa e societa in Italia, Francia, Belgio e Spagna nei secoli XIX-XX, Milan, 1993, pp. 105-134.

41 L. Poliakov, La Causalité diabolique. Essai sur l’origine des persécutions, vol. 1, Paris, 1980, pp. 57-85. R. Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, 1986.

42 À en croire l’index du tome III des Œuvres en prose complètes dans la Pléiade, op. cit.

43 Paris, Calmann-Lévy, 1902, 309 p. « Comme aux plus tristes époques de notre histoire, on réclame des proscriptions ; ce sont des catégories entières de Français que l’on veut mettre hors la loi, sous prétexte de salut public », p. 4.

44 Raoul Allier (1863), normalien, historien et publiciste, a publié en 1898 un très dreyfusard Voltaire et Calas. C’est dans les colonnes du Siècle qu’il dénonce successivement les abus de la laïcisation à Madagascar puis le projet Combes de séparation des Églises et de l’État. Ses articles sont repris dans trois Cahiers de la Quinzaine : L’enseignement primaire des indigènes à Madagascar (avec un avant-propos de Charles Péguy : « Un essai de monopole », VI, 4, 8 novembre 1904 ; un autre texte de Charles Péguy parut dans le 6e cahier de la même série, « Raoul Allier : L’enseignement primaire des indigènes à Madagascar » ; Œuvres en prose complètes, I, pp. 1451-1478 et 1479-1496) ; Une campagne du Siècle, Raoul Allier : La séparation des Églises et de l’État (VI, 14, 4 avril 1905) ; Raoul Allier : La Séparation au Sénat (VII, 4, 5 novembre 1905). Sur les rapports étroits entre les deux hommes, voir l’important article du Tchèque F. Laichter, « Une amitié protestante de Charles Péguy », Bulletin de l’histoire de la société du protestantisme français, avril-mai-juin 1969, pp. 159-206.

45 Raoul Allier, Une campagne du Siècle, op. cit., p. 270.

46 Ibid., p. 39

47 Ibid., p. 171.

48 Foi et Vie, op. cit., 1902, p. 632.

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.