Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Violences et pouvoirs politiques

 | 
Michel Bertrand
, 
Natacha Laurent
, 
Michel Taillefer

Présentation

Michel Bertrand, Natacha Laurent and Michel Taillefer

Full text

1Faisant écho à Clausewitz, pour qui « la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens » (De la guerre, 1831), Mao Zedong a défini la politique comme « une guerre sans effusion de sang » (De la guerre prolongée, 1938). Établissant une distinction essentielle entre la politique et la guerre, tout en soulignant leur profonde parenté, ces deux formules symétriques mettent en lumière l’ambiguïté et le caractère paradoxal des relations qu’entretiennent la politique et la violence. D’un côté la politique n’est pas la guerre ; elle a au contraire pour fonction d’éviter la guerre – au moins sous sa forme la plus cruelle, la guerre civile-, en organisant les rapports entre les individus et les groupes sociaux de façon à pacifier les conflits inhérents à la vie en société. Mais, en même temps, la politique comme la guerre est un champ de bataille, où les hommes s’affrontent pour la conquête, l’exercice, la conservation ou la contestation du pouvoir. Que la violence soit au cœur du politique, l’histoire l’atteste surabondamment : de l’assassinat de Jules César à celui de John Fitzgerald Kennedy, de l’Inquisition médiévale au totalitarisme nazi ou à la terreur stalinienne, du coup d’État de Brumaire à la chute de Salvador Allende, du procès de Socrate à la « condamnation » de Salman Rushdie, il n’est pas d’époque ni de civilisation qui n’ait été confrontée au phénomène de la violence politique.

2Omniprésente dans l’histoire et dans l’espace, celle-ci est également multiforme, ce qui impose de parler de « violences » au pluriel. Cette diversité se retrouve dans les approches philosophiques et doctrinales qui ont tenté de la théoriser. Quoi de commun, par exemple, entre Le Prince de Machiavel, le Léviathan de Hobbes et les Réflexions sur la violence de Georges Sorel, si ce n’est la présence centrale de la violence politique, ici justifiée au nom de la raison d’État, là dénoncée, ailleurs exaltée comme l’un des agents les plus efficaces de l’histoire ? C’est dire la complexité d’une réalité que l’on ne peut réduire à un simple accident dans le fonctionnement des sociétés humaines. Il faut donc, sans perdre de vue sa spécificité, irréductible aux autres manifestations de violences liées notamment à la criminalité, aux conflits économiques et sociaux ou aux affrontements militaires, l'envisager sous tous ses aspects. C’est la raison pour laquelle, à l’occasion des « Écrans de l’Histoire » 1993 et en liaison avec le Festival de cinéma de Toulouse, dont le thème était De Jules César à JFK, la mort en politique, l’UFR d’Histoire et l’institut d’Études doctorales de l’Université de Toulouse-Le Mirail ont pris l’initiative d’une réflexion interdisciplinaire sur les rapports entre violences et pouvoirs politiques, dont le présent ouvrage constitue l’aboutissement.

3Sans prétendre à l’exhaustivité ou à un comparatisme systématique, il fallait tenir compte de la diversité spatiale et temporelle des phénomènes de violence politique, ainsi que de la variété de leurs représentations. La volonté de faire converger des analyses portant sur l’Antiquité romaine, le Moyen Âge byzantin, l’Ancien Régime et la Révolution française, les démocraties des xixe et xxe siècles, les grands conflits contemporains, répond à cette préoccupation. Le souci de ne pas enfermer la réflexion dans l’espace français, mais de l’ouvrir aux cultures européennes ou extra-européennes, exprime la nécessité d’une relativisation des réalités observées. Enfin l’appel à des spécialistes du cinéma affirme le choix d’une perspective pluridisciplinaire, englobant non seulement les méthodes des sciences sociales, mais aussi celles de l’analyse de l’image.

4Violence fondatrice de la liberté ou violence instrument de la tyrannie, violence légitime ou violence usurpatrice, violence individuelle ou violences collectives : les textes ici rassemblés évoquent les multiples facettes d’un phénomène polymorphe, mais cherchent aussi à repérer des lignes de force permettant d’envisager des classifications et d’ébaucher des typologies. À la succession chronologique des périodes historiques a donc été préférée une articulation thématique autour de quatre axes de recherche.

5Bien que l’une des fonctions essentielles de l’État soit de réguler les rapports sociaux, l’exercice de la violence légitime dont il s’est réservé le monopole implique une menace pour la liberté et l’intégrité de la personne humaine. Cette violence institutionnelle, dont la violence policière offre une des manifestations les plus familières à nos contemporains, n’épargne pas les régimes démocratiques comme la Troisième République ; mais elle atteint son paroxysme dans les régimes autoritaires comme la Russie du communisme de guerre.

6À la violence de l’État et des institutions répond la violence protestataire dirigée contre les pouvoirs en place. La diversité de ses expressions conduit à établir une gradation dans sa mise en pratique. Contrairement aux idées reçues, le pronunciamiento, dans le monde hispanique, n’implique pas nécessairement un recours systématique à la violence militaire. Par contre, de l’Algérie à l’Iran, une actualité dramatique rappelle combien la rébellion est fréquente en terre d’Islam. Quant à l’histoire sanglante de l’Empire byzantin, elle offre ici l’occasion d’une réinterprétation des notions de tyrannie et de tyrannicide.

7Cependant l’approche institutionnelle n’épuise pas un phénomène inséparable des structures sociales à l’intérieur desquelles il se déploie. Dans la Rome républicaine comme dans la Russie du début du xxe siècle, les tensions sociales débouchent sur des explosions de violence politique. À l’inverse, dans le Comminges du xvie siècle ou dans la Sicile mafieuse contemporaine, société et pouvoir cherchent à gérer les contradictions politiques et sociales par des compromis pouvant se situer en dehors de toute légalité.

8Enfin les orientations les plus récentes de la recherche historique conduisent à envisager la violence politique sous un angle plus novateur, celui des représentations. Les discours historiographiques sur les massacres de septembre révèlent avant tout les choix idéologiques de leurs auteurs. L’exemple de l’Épuration montre que pour comprendre la violence politique, on ne peut faire l’économie d’un recours à l’imaginaire collectif. Enfin, l’analyse de deux films emblématiques de la violence de notre temps, Orange mécanique et JFK, démonte les mécanismes de la manipulation de la mémoire, tant individuelle que collective, par le cinéma.

9La violence politique constitue un des prismes privilégiés au travers desquels l’observateur des sociétés humaines peut prétendre mieux cerner leurs réalités. Omniprésente et polmyorphe, elle apparaît, partout et toujours, comme un révélateur particulièrement efficace des dysfonctionnements sociaux.

© Presses universitaires du Midi, 1996

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.