Version classiqueVersion mobile

Étudiants de l’exil

 | 
Patrick Ferté
, 
Caroline Barrera

L'étudiant enjeu - comptes et mécomptes

La junta para ampliación de estudios : une institution tournée vers l’Europe et la modernité (1907-1939)

Jean-François Berdah

Texte intégral

  • 1 Cité dans Domergue (Lucienne), Censure et Lumières dans l’Espagne de Charles III, Paris, Éditions (...)

1Depuis le Moyen Âge, la question universitaire a été au cœur des débats politiques et intellectuels et un enjeu de pouvoir majeur pour la monarchie espagnole, soutenue par l’Église, qui s’est efforcée par tous les moyens de contrôler et d’orienter l’enseignement académique au service de ses intérêts et de la foi catholique. Cela reste vrai au xixe siècle, en dépit des plans de réforme universitaire adoptés par la monarchie des Bourbons en 1769 et 1786, et Jovellanos, l’un des grands ilustrados des années 1790-1800, n’hésite pas à conclure que « si l’époque actuelle permet de méditer et d’écrire, elle ne permet pas de publier » et que « l’on écrit mieux quand on écrit pour la postérité1 ».

  • 2 Bennassar (Bartolomé), Histoire des Espagnols. xviiie-xxe siècles. T. 2, Paris, Colin, 1985, p. 12 (...)

2Le rétablissement de l’absolutisme sous Ferdinand VII et la première guerre carliste ne font qu’aggraver le déclin des institutions d’enseignement supérieur en raison du despotisme ministériel et du contrôle implacable de l’Église, et la jeunesse intellectuelle doit fuir vers la France ou l’Angleterre comme au temps des afrancesados. L’avènement du libéralisme à partir des années 1830, le remplacement de l’université d’Ancien Régime, autonome sur le plan financier et éducatif, par une université moderne, centralisée et uniforme sous l’égide de l’État, ne permettent pas d’endiguer la lente déchéance de l’enseignement supérieur. Malgré les lois de 1845 et 1857, qui signifiaient pourtant la fin du primat religieux, « l’influence sociale universelle » dont l’Église « avait bénéficié auparavant et la vision totalisante caractéristique de la culture catholique lièrent la cause du catholicisme d’abord à l’absolutisme, puis au carlisme2 ».

  • 3 Madariaga (Salvador de), España. Ensayo de Historia contemporánea, Madrid, Espasa Calpe, 1978, p.  (...)
  • 4 Gaceta de Madrid, 27 février 1875.

3Et l’autoritarisme sévit de plus belle : ainsi, Sanz del Río, professeur de philosophie du droit et de droit à l’université de Madrid, contraint par le ministre de l’Instruction Publique, Orovio, de prêter serment de fidélité à la Couronne, à la dynastie et à la religion catholique en 1867, refuse de se soumettre et est destitué3. Après la révolution de 1868 et la Première République, autre bref moment d’espérance, l’université espagnole connaît une reprise en main vigoureuse sous le gouvernement de Cánovas del Castillo qui entreprend, avec Orovio, reconduit comme ministre, de restaurer la discipline universitaire. Le décret royal du 26 février 1875, qui « met sous sévère surveillance l’enseignement officiel » et « ordonne à cette fin que les programmes soient soumis à l’approbation des recteurs et interdit tout enseignement contraire au dogme ou au trône », entraîne une fois encore la protestation des professeurs, parmi lesquels Francisco Giner de los Ríos, qui est incarcéré et démis de sa chaire4. Par solidarité, Nicolás Salmerón, Gumersindo de Azcárate, Urbano González Serrano et Eugenio Méndez Caballero se joignent au mouvement, suivis bientôt par beaucoup d’autres, convaincus que la science ne peut se soumettre à la foi.

  • 5 Krause (Karl Christian Friedrich), Ideal de la Humanidad para la vida, Madrid, Impr. F. Martinez G (...)
  • 6 Krause (Karl Christian Friedrich), Das Urbild der Menschheit. Ein Versuch (Éd. de 1851), Hambourg, (...)

4Loin de se décourager, Giner et ses condisciples voient dans cette disgrâce une conjoncture favorable pour mettre en pratique leurs idées krausistes et donner naissance à l’université libre, en conformité avec l’article 12 de la Constitution de 1876 qui autorisait la fondation de centres éducatifs indépendants. Le krausisme fut introduit en Espagne dans les années 1840 par un groupe de juristes, en premier lieu Sanz del Río, qui a eu l’occasion d’étudier cette doctrine philosophique à Heidelberg et qu’a traduit une partie de ses œuvres, notamment Idéal de l’Humanité pour la vie publié en 18605. Très peu diffusé en Europe après la mort du philosophe, le krausisme coïncide parfaitement avec les attentes du moment et la volonté rénovatrice de l’université espagnole. L’œuvre de Krause reprend un certain nombre d’idées empruntées à d’autres philosophes allemands, en particulier Fichte et Schelling, relatives à l’organisation théocentrée du monde fondée sur « l’accord harmonieux de l’esprit et de l’âme », et « l’universalité de l’éducation dans l’union bienveillante des esprits6 ».

  • 7 De Unamuno (Miguel), « La juventud intelectual española » (1896), dans La dignidad humana, Madrid, (...)

5Pour Sanz del Río, puis pour le cercle d’études qui se crée autour de lui, le krausisme permet de répondre aux défis éducatifs du temps et de rompre avec la tradition académique espagnole qui sacrifie la jeunesse. Comme l’écrit Miguel de Unamuno : « Là-bas, au-delà des Pyrénées, les jeunes s’agitent de mille façons, cherchant les uns à créer la forme avec la matière, les autres la matière avec la forme, créant des revues nouvelles, en quête de nouveaux visages, contestant les vieux, courant s’enrôler dans la sainte croisade de l’idéal. […] Rien de plus triste qu’une promenade dans le désert de Madrid où la centralisation politique a accaparé la plupart des jeunes en révolte. Il y a une jeunesse carliste, conservatrice orthodoxe et conservatrice hétérodoxe, fusionniste, républicaine de couleurs et nuances distinctes, purement littéraire, c’est-à-dire purement comique, artistique, scientifique, érudite…, toutes sortes de jeunesse et aucun jeune. L’idéophobie et la logorrhée, l’horreur des idées et la diarrhée verbale grandissent en elle au même temps7 ».

  • 8 Cité dans Bennassar (Bartolomé), Histoire des Espagnols, op. cit., p. 247-248.
  • 9 Mayo (Monica Soria), Posada (Adolfo), Teoría y práctica política en la España del siglo XIX, Thèse (...)

6Le panorama universitaire est encore plus affligeant lorsqu’on fait le bilan chiffré de l’université espagnole à la fin du xixe siècle. En 1876, entre 75 et 80 % de la population est analphabète, tandis que 60 % des enfants en âge d’être scolarisés sont ignorés du système éducatif, et vingt-cinq ans plus tard l’Espagne ne compte toujours que 8 000 étudiants inscrits, et au total 17 000 environ si l’on inclut les « auditeurs libres ». La plupart d’entre eux sont inscrits en droit (plus de 7 000), animés par l’espoir de compter parmi les heureux possesseurs d’une licence (moins de 2 000 chaque année), voire d’appartenir au cercle très fermé des docteurs (moins de 200). Leur vie est souvent misérable, et leur devenir professionnel très incertain, à l’image des médecins qui, à Madrid, « examinent un patient tous les trois mois […], certains n’ayant même pas eu l’occasion de signer une seule ordonnance », selon l’information publiée par El Socialista en 18878. Les professeurs ont une condition pire encore, peut-être en raison de leur salaire misérable9.

  • 10 Sur Giner de los Ríos, voir Garrido (Francisco), Francisco Giner de los Ríos. Creador de la Instit (...)
  • 11 Ce sont les termes employés dans la Real Orden du 20 avril 1875, qui condamne Salmerón et Azcárate (...)
  • 12 Madariaga (Salvador de), España. Ensayo de Historia contemporánea, op. cit., p. 82.

7L’université libre imaginée par Giner de los Ríos10 et ses collègues exclus, « suspendus indéfiniment d’emploi et de salaire » pour « désobéissance et attitude violente11 », naît dans une relative incertitude quant à sa structure juridique, mais insiste dès son origine sur la nécessité impérieuse de se soustraire à la sphère d’action de l’État et de s’établir en organisation indépendante. La Institución Libre de Enseñanza (ILE), fondée en 1876, se compose de noms illustres de l’université espagnole – Giner de los Ríos, Azcárate, Salmerón, Joaquín Costa, Augusto González de Linares, Federico Rubio et Bartolomé Cossío et d’autres personnalités du monde éducatif et politique – et se prononce pour un réformisme radical qui ne cherche pas seulement à instruire, mais plus largement à éduquer, de l’école primaire à l’université ; ce qui supposait l’adoption d’une nouvelle pratique pédagogique, des méthodes d’apprentissage novatrices et la multiplication des activités scolaires : « On y enseignait les arts et la connaissance des civilisations. On vint à considérer les jeux, les excursions, les vacances à la montagne et au bord de la mer comme une partie intégrante de la vie scolaire12 ».

  • 13 Cité dans Garrido, op. cit., p. 127.

8Au cours des ans, la ILE va gagner en importance et en reconnaissance, développant de nombreuses activités nouvelles parallèlement à sa mission d’enseignement. En 1877 naît le Boletín de la Institución Libre de Enseñanza (BILE), conçu et dirigé par Giner de los Ríos, dans le but d’offrir un instrument théorique et pratique au corps enseignant désireux d’appliquer ses principes pédagogiques. Cinq ans plus tard, en 1882, le Museo Pedagógico Nacional voit le jour, avec le soutien du gouvernement libéral Sagasta et l’objectif clair de recueillir le matériel pédagogique des enseignants et, en retour, de servir de « banc d’essais » des progrès réalisés. L’enseignement universitaire faisait partie également des préoccupations premières de l’Institution et devait occuper une place essentielle dans le programme de réformes établi par Giner de los Ríos pour permettre à l’Espagne de rattraper son retard vis-à-vis des autres pays européens, notamment la France, l’Angleterre, la Belgique et l’Allemagne. Là comme dans d’autres domaines de la sphère publique, le désastre de 1898 sert d’électrochoc à la monarchie espagnole pour moderniser un système dépassé. Dans ce contexte, la polémique sur la science prend une nouvelle signification et, très vite, se fait jour l’idée selon laquelle l’Espagne a été battue dans les laboratoires et les bureaux, et non sur mer ou sur terre. La conséquence immédiate en est la création du ministère de l’Instruction Publique et des Beaux Arts, le 28 avril 1900, mais les réformes mises en œuvre à partir de 1899 ne devaient avoir qu’une portée très modeste. Seule, la création de la Junta para Ampliación de Estudios devait connaître un succès considérable, au point que, comme l’écrit José Manuel Sánchez Ron, « quand on parle de la science, de la science espagnole du premier tiers du xxe siècle, il convient de se référer inévitablement à la Junta para Ampliación de Estudios e Investigaciones Científicas13 ».

  • 14 Real Decreto, 11 janvier 1907.
  • 15 Pintado (Molero), La Institución Libre de Enseñanza. Un proyecto de reforma pedagógica, Madrid, Bi (...)

9La création de cette institution nouvelle par décret royal, le 11 janvier 190714, répondait à la préoccupation croissante de l’État de résoudre le grand problème national de l’université, objectif qu’il était incapable d’atteindre seul. L’officialisation de la Junta para Ampliación de Estudios (JAE) une semaine plus tard, le 18 janvier, par la publication du décret royal dans la Gaceta de Madrid, équivalent du Journal Officiel français, marquait la volonté du gouvernement libéral d’œuvrer en accord avec la ILE, car sans le soutien financier de l’État espagnol rien n’était possible, tandis qu’inversement aucune rénovation sérieuse de l’enseignement supérieur n’était envisageable sans la compétence de son promoteur, Giner de los Ríos, et de ceux qui devaient incarner la nouvelle institution, son président, le grand médecin Santiago Ramón y Cajal, et son administrateur principal, José Castillejo. La JAE fera ses premiers pas dans un étage modeste de la place de Bilbao, au numéro 6, avant de transiter jusqu’à la rue Moreto15, puis la rue Almagro et se poser définitivement rue Medinaceli, à deux pas du Parlement espagnol. Son autonomie administrative, assurée par un appareil bureaucratique réduit, et le réseau considérable de professeurs associés à l’entreprise vont faire de la Junta un formidable instrument de promotion pour les études à l’étranger, conformément aux idées exprimées par les partisans de la modernité et de l’ouverture sur l’Europe, parmi lesquels Costa, Unamuno et Ortega y Gasset.

10Grâce au prestige de Santiago Ramón y Cajal et aux talents d’organisation de José Castillejo au Secrétariat, la Junta a développé différents objectifs, parmi lesquels : le service de perfectionnement des études à l’intérieur et en dehors de l’Espagne, les délégations dans les congrès scientifiques, le service d’information étrangère et les relations internationales en matière d’enseignement, la promotion des travaux d’investigation scientifique et la protection des institutions éducatives dans l’enseignement secondaire et supérieur.

  • 16 Il est cependant surtout connu pour son rôle à la tête du gouvernement républicain espagnol durant (...)
  • 17 Pelayo López (Francisco), « Las Ciencias Naturales en la JAE : el Real Jardín Botánico y el Museo (...)

11Des médecins, des biologistes, des chimistes, des historiens, des philologues, des hommes et des femmes de sciences et de lettres se sont formés dans les institutions créées par la JAE, avec pour mission première de mettre en œuvre le programme de rénovation de la science et de la culture espagnoles. La liste de ceux qui ont contribué à son rayonnement serait trop longue à citer, mais comment ne pas mentionner, outre Santiago Ramón y Cajal et José Castillejo, Ignacio Bolívar, naturaliste et entomologiste, pionnier de la biologie espagnole et futur président de la Junta ; Luis Simarro, professeur de psychologie expérimentale à l’université de Madrid ; Juan Negrín, professeur de physiologie à l’université et chercheur de renom dans cette même discipline, considéré comme un des précurseurs de la biochimie16 ; Antonio de Zulueta, pionnier de la génétique espagnole, Severo Ochoa, Blas Cabrera, Ramón Menéndez Pidal, Tomás Navarro Tomás, Américo Castro, Rafael Altamira,… sont quelques uns de ceux qui firent partie de cette entreprise. Il convient d’ajouter, que depuis le début, la JAE a développé une active politique en subventionnant la création de différents centres de recherches, ainsi que des laboratoires dans diverses régions de l’Espagne : le Centre d’études historiques de Madrid (1910), dirigé par Ramón Menéndez Pidal, la Residencia de Estudiantes, l’Institut national de sciences physico-naturelles (1910), présidé par Ramón y Cajal avec l’assistance de Blas Cabrera, qui a regroupé des institutions déjà existantes comme le musée national des sciences naturelles et le jardin botanique17, en disposant de différentes commissions et de laboratoires comme la station alpine de biologie du Guadarrama, la commission de recherches paléontologiques et préhistoriques, etc.

  • 18 Madariaga (Salvador de), España. Ensayo de Historia contemporánea, op. cit., p. 85.

12Pour réaliser ses objectifs, la JAE a mis en œuvre une active politique de bourses de mobilité, essentielles pour le développement culturel et scientifique de l’Espagne, dont ont bénéficié de nombreux étudiants, professeurs et chercheurs, auxquels on a attribué les financements nécessaires à la réalisation de leurs projets d’études, en Europe et en Amérique. Madariaga résume bien ce que fut le système de bourses de la Junta et quelle en fut la portée : « La Junta organisa l’envoi à l’étranger de véritables récoltes annuelles d’étudiants et de diplômés soigneusement choisis et préparés pour leur séjour extérieur, conseillés et recommandés en ce qui concerne les aspects techniques et sociaux de leur probable résidence, et stimulés par la certitude que les fruits de leur travail, s’ils étaient méritants, seraient l’objet de publications dans un contexte approprié ; elle créa des laboratoires et des centres de recherches en conditions de concurrence technique et d’abnégation personnelle admirables : un établissement d’enseignement supérieur à Madrid, parmi les meilleurs de son temps quelle que fût la nation, et d’excellentes résidences pour étudiants des deux sexes18 ».

  • 19 Subira (José), « La Junta para Ampliación de Estudios », dans Gómez Molleda (María Dolores), dir.,(...)
  • 20 Il semble cependant que, dans le cas des frères Machado, la raison première de se rendre à Paris é (...)

13La JAE octroya 52 bourses en 1908, 36 l’année suivante, puis 110 à 120 annuellement jusqu’à sa dissolution, à l’exception des années 1914-1918 où elle n’en attribua que 20 par an, soit au total près de 1 60019. Parmi les boursiers se trouvait un grand nombre de ceux qui allaient composer la brillante génération associée à la Edad de Plata durant l’entre-deux-guerres : le philosophe José Ortega y Gasset, l’écrivain catalan Eugenio d’Ors ; le dirigeant socialiste et futur professeur de logique à l’université de Madrid Julián Besteiro ; l’homme politique et dirigeant socialiste Fernando de los Ríos ; le philosophe et traducteur Manuel García Morente ; le juriste et futur co-rédacteur de la constitution espagnole de 1931 Luis Jiménez de Asúa ; le diplomate et écrivain Salvador de Madariaga ; l’écrivain, pédagogue et homme politique socialiste Luis de Zulueta ; les frères Manuel et Antonio Machado20, écrivains et poètes, pour ne citer que quelques noms illustres. La plupart d’entre eux ont étudié en Allemagne : la philosophie à Marbourg, Munich ou Heidelberg ; les sciences politiques à Berlin, Leipzig et Munich ; le droit à Berlin, Iéna et Marbourg. Mais ils sont aussi nombreux à choisir la France, notamment Paris à la Sorbonne et l’EHES, Bordeaux et Toulouse et l’Angleterre, qu’il s’agisse de Londres ou Oxford.

  • 21 Concurso para la concesión de pensiones, Junta para Ampliación de Estudios e Investigaciones Cient (...)

14Les bourses étaient attribuées sur concours après l’étude approfondie des projets de recherche que les candidats pensionnaires souhaitaient développer à l’étranger. Les conditions d’admission étaient assez draconiennes et il fallait satisfaire à des critères très précis pour pouvoir bénéficier du soutien de la JAE21. Les séjours duraient en général un an, mais les bourses pouvaient être renouvelées dans le cadre de nouveaux projets de recherche et dans d’autres universités ou pays, ce qui explique qu’une grande partie des étudiants ait étudié dans deux, voire trois pays différents, la plupart du temps l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne. L’originalité du système résidait, en outre, dans ce qu’il n’était pas limité aux seuls étudiants et qu’il était toujours possible de prolonger de nouvelles recherches dans le cadre d’une activité professionnelle (par exemple, le professorat) lorsque cela était justifié. Le montant des bourses n’était guère extravagant, cela va sans dire, mais constituait un complément financier non négligeable pour des jeunes gens qui, bien qu’issus de la bourgeoisie espagnole, n’appartenaient pas tous, loin s’en faut, à des familles fortunées.

  • 22 Voir Berdah (Jean-François), « L’apôtre inconnu de la paix : Pablo de Azcárate et la paix internat (...)
  • 23 Né en 1800, Patricio de Azcárate fut aussi le traducteur de Platon (en 11 tomes !), d’Aristote et (...)
  • 24 Voir Capellán de Miguel (Gonzalo), Gumersindo de Azcárate : biografía intelectual, Valladolid, Con (...)

15Pablo de Azcárate22 constitue à biens des égards un cas exemplaire de ces boursiers privilégiés de la JAE : étudiant puis professeur de droit, il bénéficia à plusieurs reprises du soutien financier de la Junta et réalisa plusieurs travaux d’intérêt dans les trois pays qu’il visita entre 1909 et 1917, à savoir la France, l’Allemagne, l’Angleterre et à nouveau la France. Pablo de Azcárate naquit le 30 juillet 1890 au sein d’une famille très connue et estimée originaire du Pays basque. Son grand-oncle, Patricio de Azcárate, philosophe, historien et politique libéral renommé23, s’opposa à l’autoritarisme et au cléricalisme de Ferdinand VII entre 1823 et 1833, et incarna pour ainsi dire le combat pour la justice et la liberté sous la régence de Marie-Christine jusqu’en 1840. Il participa à toutes les initiatives libérales dans la province du León, là où il fut élu député aux Cortés de 1835 à 1843. Son oncle fut sans doute plus célèbre encore en raison de son immense activité intellectuelle à la fin du xixe siècle : il fut tout à la fois juriste, penseur, historien, universitaire et homme politique, adepte précoce du krausisme et ami intime de Sanz del Río. Il fut aussi, comme nous l’avons dit, l’un des fondateurs de l’Institución Libre de Enseñanza après son exclusion de la carrière académique en 1875, et devait encore jouer un rôle important jusqu’à sa mort en 1917 en tant que vice-président de la JAE et président de l’ILE24.

  • 25 Archivo del Ministerio de Asuntos Exteriores [désormais AMAE], P326 E22852, Caja 3, Notas para la (...)

16Pablo de Azcárate se consacra très tôt à l’étude du droit, à la suite de ses célèbres devanciers, pour se spécialiser dans le droit administratif. En 1913, à l’âge de vingt-deux ans, il devient professeur assistant de droit administratif à l’université de Santiago de Compostelle, ce qui lui permet de mettre en pratique l’enseignement qu’il a reçu à l’Institución Libre de Enseñanza. Il note alors scrupuleusement les principes pédagogiques qui doivent guider son action : « Participation absolument volontaire. Je n’exige que du travail et de la bonne volonté. Ceux qui travaillent en classe ne seront pas examinés. Ceux qui ne souhaitent pas participer seront examinés et ceux qui assistent mais ne travaillent pas également, s’ils le souhaitent, mais je leur recommanderai de ne pas se présenter25 ».

  • 26 AMAE, ibid., Lettre de Fernando de los Ríos à Pablo de Azcárate, 20 mai 1913.
  • 27 Ibid., Nombramiento, 7 avril 1915.
  • 28 AMAE, ibid., Caja 6, Memoria sobre protección a la infancia, janvier 1909-janvier 1911.

17Azcárate est toutefois victime de sa parenté et de ses idées libérales, et échoue à se faire titulariser la même année, en dépit des espoirs formulés par son vieil ami et collègue Fernando de los Ríos, ancien élève comme lui de la ILE26. Et il ne lui reste plus alors qu’à se faire titulariser dans une autre université, ce qui est chose faite deux ans plus tard lorsqu’il est nommé, le 7 avril 1915, « professeur numéraire de droit administratif de la faculté de droit de l’université de Grenade27 ». Entre-temps cependant, il a fait l’expérience de deux séjours à l’étranger, en Allemagne d’abord, en 1909-1911, puis en Angleterre, en 1913. Il s’intéresse alors à des sujets très divers, peu en rapport à première vue avec ses études de droit, comme celui de la protection de l’enfance, un thème plutôt sociologique comme il le présente lui-même dans son mémoire28. Azcárate se s’attache plus particulièrement à la question de la délinquance et au traitement à apporter à ce problème, en distinguant les causes exogènes et les causes endogènes, autrement dit les attitudes criminelles dictées par la nature, et celles liées à la situation sociale, à l’incapacité des familles à offrir un cadre de vie stable. Pour résoudre cette question, il s’appuie sur la législation allemande et hongroise, et sur toute une série d’études de cas dans des établissements allemands spécialisés (Düsselthal, Brandebourg, etc.). Il pousse même le sérieux de son travail jusqu’à produire des croquis et des plans d’organisation des bâtiments.

  • 29 Ibid., Memoria sobre la evolución del régimen local inglés en el siglo XIX, mars 1913.
  • 30 C’est ce qui ressort de sa correspondance avec Pedro Sangro y Ros de Olano, l’un des directeurs du (...)

18Il effectue son deuxième séjour en Angleterre en 1913, sans doute après l’échec de sa candidature à l’université de Salamanque. Il change alors radicalement de thème pour s’intéresser au régime politique local, « plus particulièrement à l’évolution que le régime local anglais a connue au xixe siècle, surtout dans la mesure où cette évolution a pu signifier une tendance centralisatrice », ce qui implique de sa part un séjour préalable de quelques mois à Paris « afin de pénétrer le véritable sens de la centralisation, si caractéristique du régime local français29 ». Cependant, des raisons personnelles le poussent à demander une suspension de sa bourse en janvier 1914, avec le secret espoir qu’il pourra la renouveler quelques mois plus tard. C’était hélas sans compter avec la Première guerre mondiale qui éclate au mois d’août 1914 et qui contraint la JAE à suspendre sine die les bourses allouées30. En novembre 1914, Azcárate entreprend de postuler à nouveau, arguant du fait qu’il a déjà présenté un mémoire lors de l’attribution de sa bourse en mars 1913, ainsi que plusieurs petits travaux relatifs à son séjour en France qui indiquent tout de même – « peut-être superficiellement » précise-t-il modestement – le sérieux de son travail.

  • 31 Ibid., Lettre d’Enrique Ramos y Ramos à Pablo de Azcárate, 22 avril 1913.

19Son séjour en Allemagne lui a permis de mesurer toute la distance qui sépare l’université espagnole de l’université allemande. On peut se faire une idée de son sentiment à travers la correspondance qu’il échange avec d’anciens camarades boursiers, notamment Enrique Ramos y Ramos, futur professeur de droit qui deviendra député aux Cortés en 1931 sous l’étiquette Izquierda Republicana. Ce dernier lui expose dans une longue lettre ses projets et son programme d’études, décrivant l’université de Heildelberg, où il réside et étudie : « Pour ce que j’en ai vu pour l’instant, l’université est une chose colossale dont nous n’avons ici [en Espagne] pas idée. Dans le séminaire, on manie les textes latins comme s’il s’agissait de l’allemand et on travaille. Tout est pensé pour le travail. La bibliothèque de l’université a plus de 500 000 ouvrages (tiens-toi bien : il n’y a pas plus de 1 000 étudiants inscrits !), elle est à la disposition des étudiants, lesquels peuvent garder les livres tout le temps qu’ils désirent. Il y a un édifice à part pour les journaux et les revues espagnoles […] l’ABC parmi des centaines d’autres qu’ils reçoivent…31 »

  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid., 22 avril 1913 ; Carte postale, 7 mai 1913.

20Cette vision très positive de l’université allemande, quant aux conditions d’études, est cependant nuancée par le jugement porté sur les Allemands eux-mêmes et sur les modalités d’enseignement, peut-être moins flatteuses ou idoines pour qui est passé par la ILE. Son impression sur les étudiants allemands est clairement négative, il les juge peu éduqués, très dociles à la discipline ; « jamais – dit-il – tu n’entendras un Allemand dire je suis fatigué, mais ils disent fréquemment qu’ils sont tristes – préoccupations intellectuelles32 !». La formation universitaire est aussi peu appréciée : « tout se fait de haut en bas », écrit-il. Manquant de profondeur, la langue lui apparaît pauvre, sans grandes nuances, « les choses se font avec une sorte d’envie primitive ». Seule consolation, la liberté de mœurs est en Allemagne sans commune mesure avec la mentalité corsetée des Espagnols et l’ambiance étouffante imposée par un catholicisme toujours très présent, et les relations entre garçons et filles y sont plus affranchies. Enrique Ramos note de façon mitigée : « La coquetterie chez les femmes est fondamentale. Mais on ne connaît ici rien de cela, pas plus que des amitiés innocentes, et un compliment – quand il est compris – est une invitation à la chose. Par réaction, je suis vertueux…33 ».

  • 34 Pablo de Azcárate a également mené une étude annexe sur l’évolution législative du régime local an (...)
  • 35 Ibid., Concurso para la concesión de pensiones. Convocatoria de 1915.

21Son projet de mémoire sur le régime local de l’Angleterre témoigne déjà d’une connaissance certaine de l’administration anglaise et du processus de centralisation que celle-ci a connu au xixe siècle34. Il insiste surtout sur le rôle du Local Government Board, institution nouvelle qui a supposé « une totale et complète réorganisation ». Ce thème n’est pas anodin pour un Espagnol coutumier de l’État centralisateur, car l’exemple anglais présente l’intérêt spécial pour l’Espagne de montrer qu’une « des caractéristiques traditionnelles du régime local anglais a été la négation catégorique de ce principe d’uniformité et de centralisme ». Là encore la comparaison avec la France s’impose puisque l’on y observe justement un mouvement de décentralisation, certes très modeste, mais réel, au regard de la vieille tradition jacobine. Toutefois, ce qui dans le projet devait durer « un an, dont un à deux mois de résidence à Paris et le reste en Angleterre », va se transformer en une aventure nouvelle du fait de la Première guerre mondiale. Azcárate sent peut-être que l’endroit où il faut être n’est plus l’Angleterre, et que son projet de recherche doit être réorienté pour pouvoir aller en France. De fait, la convocation de la JAE de 1915 à laquelle il se présente, une fois son élection à Grenade acquise, lui permet cette fois-ci de postuler en tant que professeur titulaire35.

  • 36 Ibid., Memoria sobre la intervención administrativa del estado en los ferrocarriles, 1917.
  • 37 Ibid., La intervención administrativa del Estado en los ferrocarriles (su régimen jurídico-positiv (...)

22Le thème de sa nouvelle recherche rejoint en partie le projet initial puisqu’il s’agit d’examiner le rôle administratif de l’État français dans la gestion des chemins de fer36. Il s’agit d’une étude ambitieuse, car elle se veut « systématique » et exhaustive, qui s’inscrit dans le cadre de la guerre de 1914-1918. De toute évidence, quelques mois ne peuvent suffire, compte tenu de « l’extension énorme du champ d’étude » et de la complexité de la question. Il s’agit ici encore de tirer les leçons de la remarquable organisation des transports ferroviaires en temps de guerre et d’en tirer les conséquences pour l’Espagne. L’absence de matériel d’archives disponible ne constitue pas un obstacle sérieux pour Azcárate, qui se concentre sur l’organisation économico-industrielle pendant la guerre, notamment le rôle de l’État comme acteur dirigeant, et la législation, politique et sociale. Le travail réalisé peut être apprécié grâce au mémoire qu’il remit à la Junta en 1917, mémoire suffisamment solide et intéressant pour mériter d’être publié la même année, qui témoignait de l’investissement personnel réalisé par son auteur en marge des événements qu’il suivit avec l’intérêt qu’on imagine37.

  • 38 Ibid., Caja 7, Diputado a Cortes por León, janv.-fév. 1918 ; El Porvenir del León. Diario liberal (...)
  • 39 Ibid., Política de León, janv.-fév. 1918.

23De retour en Espagne, Pablo de Azcárate devait bientôt marcher sur les traces de son oncle, décédé le 15 décembre 1917, en entrant en politique au titre de candidat aux élections générales de janvier-février 1918. Comme lui, il devait aussi s’engager dans le district de León pour s’opposer au Parti libéral, soutenu dans la région par plusieurs de ses ténors38. Son engagement politique n’est pas seulement affaire de famille, il est aussi le produit de son éducation au sein de la ILE, de la pensée régénérationniste et aussi de son expérience de la démocratie en Allemagne, en Angleterre et en France. Vue de l’extérieur, l’Espagne est un pays malade, corrompu par le caciquisme et les manipulations électorales qu’il convient de soigner et guérir. Il se montre très critique à l’égard du système politique en vigueur, de l’incapacité du gouvernement et des élus locaux à satisfaire les exigences du moment, des intérêts particuliers qui « se regroupent en régions et en Juntes de Défense ». Il ne suffit pas – dit-il – de moderniser l’État et la société, il convient aussi et surtout de résoudre une question préalable jusque là dédaignée, celle de la sincérité en politique39.

  • 40 Ibid., Discourso a los leoneses (ms.), sans date.

24Dans son premier discours public face aux électeurs du León, il rend bien sûr hommage à son oncle, qui « a été – dit-il – un des exemples les plus élevés, non seulement d’austérité, mais aussi de consécration dévouée au bien public, au patriotisme, de ce patriotisme civil, serein, réfléchi ». Manière de dire que son combat politique s’inscrit dans le droit fil des principes républicains et qu’il entend poursuivre « avec joie et espérance » la rénovation politique indispensable de l’Espagne, une rénovation qui, dans son esprit, n’a aucune chance de se réaliser « avec la machinerie gouvernementale qui, comme une camisole de force, opprime, empêchant le libre développement du pauvre et malheureux peuple espagnol », notamment dans deux aspects importants de la vie sociale, « le régionalisme et le syndicalisme40 ». Comme on peut le constater, les années passées à étudier les questions sociales en Europe trouvent dans l’action politique leur juste récompense et il n’est pas rare non plus qu’au cours des mois de campagne électorale, Azcárate prenne position sur des thèmes qu’il connaît bien, comme la question des chemins de fer.

  • 41 Ibid., Certificado del Congreso de los Diputados, 8 avril 1918.
  • 42 Ibid., Caja 8, Elecciones 1919 ; Elecciones 1920.

25Pablo de Azcárate succède officiellement à son oncle comme député aux Cortes en févier 191841, mais sa victoire électorale est de courte durée car l’Assemblée élue, incapable de se maintenir en dépit de la victoire libérale, est dissoute sept mois plus tard, en juin 1919. Nouvellement réélu, Azcárate est contraint une fois encore de remettre son mandat en jeu en raison d’une nouvelle dissolution et de se mettre en campagne pour des élections prévues en décembre 1920. Son amertume est alors clairement perceptible, en regard notamment de l’inégalité des moyens entre les partis et de la difficulté croissante à récolter les fonds nécessaires à une campagne onéreuse42.

  • 43 Ibid., Caja 7, Lettre de Charles Dulot à Bidegarray (secrétaire de la Fédération des Cheminots), 2 (...)
  • 44 Webb (Sydney et Béatrice), History of Trade Unionism, Londres, Longmans, Green and C°, 1920.
  • 45 Ibid., Caja 6, Visita a Mrs. Webb, 19 avril 1920.
  • 46 Ibid., La elevación de tarifas ferroviarias en Inglaterra, avril 1920 ; Memoria sobre el régimen f (...)

26Sans doute est-ce la raison qui le convainc de repartir une fois encore en France et en Angleterre en 1919-1920, toujours financé par la JAE, pour compléter sa connaissance du syndicalisme et de l’organisation économique. Il bénéficie aussi, chose importante, du soutien de journalistes et d’hommes influents, grâce à ses nombreux contacts personnels et à ses amitiés espagnoles. Charles Dulot, journaliste au Temps, et le secrétaire de l’ambassade du ministère des Affaires étrangères à Paris lui fournissent lettres de recommandation et laissez-passer qui lui permettent d’entrer en relation aussi bien avec les organisations ouvrières qu’avec le cabinet du ministre de la Reconstruction industrielle43. Poursuivant son enquête à Londres, Azcárate rencontre Béatrice Webb, auteur avec son mari Sydney, d’une Histoire du syndicalisme44 afin de discuter du dirigisme étatique durant la Grande Guerre45. Outre cette visite, qui donne lieu à de longues notes manuscrites, Azcárate rédige de longs résumés de publications anglaises sur la gestion économique du Royaume-Uni en temps de guerre et transcrit des documents. Le produit de ses recherches aboutira à la rédaction de plusieurs travaux sur « L’élévation des tarifs ferroviaires en Angleterre », « Le régime ferroviaire anglais et la guerre », « Le contrôle d’État des chemins de fer », etc46.

  • 47 Ibid., Dossier de candidature (Lettre manuscrite), sans date (1915) ; Madariaga (Salvador de), Esp (...)

27L’expérience acquise par Pablo de Azcárate à l’étranger grâce à la Junta n’est bien sûr pas unique et l’on pourrait multiplier les exemples pour le démontrer. Ce que l’on constate, c’est que le passage par la JAE a eu une influence déterminante sur l’orientation intellectuelle des boursiers, que tous sont revenus changés, transformés même, disposant d’une connaissance approfondie des pays traversés et des langues étrangères. Lors de sa candidature en 1915, Azcárate fait état de ses connaissances linguistiques, expliquant qu’il est « en mesure de traduire le français, l’anglais et l’italien, et de parler le français ». Madariaga, était quant à lui capable de parler et d’écrire couramment l’anglais, le français et l’espagnol, et tous, Fernando de los Ríos, Luis de Zulueta, Américo Castro, pour ne citer que quelques noms, étaient pour le moins bilingues47.

  • 48 Berdah (Jean-François), « La désillusion de Manuel Azaña : la politique de la France face à la Rép (...)
  • 49 Saborit (Andrès), El pensamiento político de Julián Besteiro, Madrid, Seminarios y Ediciones, 1974 (...)
  • 50 Voir González Cuevas (Pedro Carlos), Maeztu, biografía de un nacionalista español, Madrid, Editori (...)

28L’influence n’est pas moins grande du point de vue politique, car les démocraties occidentales ont profondément marqué leur conception du pouvoir et leur vision de la société à venir. Manuel Azaña, par exemple, le futur chef de gouvernement et président de la République espagnole, n’est plus tout à fait le même homme après son séjour à Paris en 1911 et les nombreux autres voyages qu’il fait en France ; c’est là, au contact de la France, qu’il prend « conscience de l’abysse immense qui sépare l’Espagne de l’Europe moderne », comprenant que « c’est de la Troisième république triomphante qu’il convient de s’inspirer, tant pour l’organisation des pouvoirs que pour l’orientation morale future de l’Espagne48 ». Très longtemps libéral progressiste, il devient républicain en 1923 et ne cessera plus de défendre les principes de la démocratie parlementaire jusqu’en 1939. C’est le cas également de Julián Besteiro, jeune philosophe, ancien élève également de la ILE et collaborateur actif du quotidien El País lors de la création de la JAE. C’est en Allemagne et en France qu’il découvre le marxisme au contact des journalistes et des étudiants. D’abord républicain, il devient alors socialiste, convaincu du rôle éminent que les intellectuels peuvent jouer dans le mouvement ouvrier, dont il deviendra l’un des dirigeants à partir de 1917, aux côtés d’Indalecio Prieto et Largo Caballero durant les années vingt et trente49. Tous cependant ne deviendront pas républicains ou socialistes, à l’exemple de Ramiro de Maeztu, fils d’une riche famille basque ruinée par la perte de Cuba. Très vite après son retour en Espagne, il manifeste un scepticisme croissant – et justifié – vis-à-vis de la démocratie libérale et embrasse les idées du traditionalisme conservateur pour se rallier à Primo de Rivera dans les années vingt, avant de rejoindre plus tard Renovación Española, parti monarchique conservateur opposé à la Seconde république50.

  • 51 Madariaga (Salvador de), España. Ensayo de Historia contemporánea, op. cit., p. 86.

29La Junta para Ampliación de Estudios e Investigaciones Científicas a été, après sa devancière – la ILE – une expérience originale et réussie, bien qu’éphémère, au service de l’Espagne et de sa modernisation. Née de l’initiative de grands intellectuels progressistes, parmi lesquels Giner de los Ríos, José Castillejo et Santiago Ramón y Cajal, la JAE a, depuis sa fondation jusqu’à sa suppression par Franco en 1939, contribué à former tout autant qu’à éduquer une génération brillante de jeunes gens qui ont pu se frotter aux réalités européennes et rapporter dans leurs bagages un savoir, une expérience, des idées qui vont les marquer en profondeur : « Les conséquences de ce travail – écrit Madariaga – ne tardèrent pas à se faire sentir sur le pays. Des hommes mûris par l’expérience intellectuelle et morale de leurs voyages revenaient progressivement en Espagne, avec laquelle ils allaient enrichir tantôt la vie privée, tantôt les sphères officielles, tantôt les universités, tantôt les affaires. Le progrès était évident partout, mais surtout dans le domaine de l’enseignement. Le ferment de la Junte et de l’Institution pénétra dans les universités. Vingt ans auparavant, on peut dire que toutes les universités d’Espagne étaient mauvaises, même s’il existait ça ou là des hommes isolés de grand mérite professionnel. Peu à peu le nombre des universitaires de valeur s’éleva, au point que bientôt il y eut partout une minorité plus ou moins importante d’hommes bien préparés, certains d’entre eux avec une maîtrise excellente de leur spécialité et l’idée de ce que devait être l’enseignement en Espagne. On put ainsi observer dans la vie espagnole d’alors un changement de ton des universités : la vitalité, le mouvement, la capacité d’organisation, le sens de la solidarité qui s’était développé en elles à un degré plus ou moins grand. Tout s’effondra en ruines durant la guerre civile51 ».

  • 52 Voir Berdah (Jean-François), La démocratie assassinée. La République espagnole et les grandes puis (...)

30Cet héritage ne disparut pas complètement en 1939, même si l’esprit qui l’avait vu naître fut écrasé et anéanti par la dictature, puisque les structures édifiées par la JAE, comme le Centro de Estudios Históricos né en 1910, devaient devenir le cœur de la nouvelle organisation scientifique voulue par le général Franco, le Consejo Superior de Investigaciones Científicas (CSIC), l’équivalent du CNRS français. L’esprit de la Junta continua aussi de survivre à travers les hommes qui en furent les promoteurs en Espagne et à travers le monde durant les années difficiles de l’entre-deux-guerres. Nombre d’entre eux servirent fidèlement la République en tant que diplomates ou comme ministre, à l’image entre autres, de Luis de Zulueta, Fernando de los Ríos, Americo de Castro, Luis Jiménez de Asúa, Salvador de Madariaga, Manuel Azaña et Juan Negrín. Certains même continuèrent d’exercer des responsabilités internationales dans l’exil après 1939 comme Pablo de Azcárate nommé par l’ONU à la tête de la Commission sur la Palestine en 194852.

  • 53 Le colloque de Madrid de février 2008 a appporté des lumières nouvelles et importantes sur l’histo (...)

31En cette année commémorative du centenaire de la création de la Junta, l’occasion nous est donnée de revenir sur cette aventure pédagogique et humaine unique, une aventure qui a préfiguré sur biens des points les mobilités étudiantes mises en œuvre par l’Union Européenne grâce aux accords Erasmus-Socrates. Beaucoup reste encore à faire pour connaître toutes les dimensions de son histoire et surtout pour faire connaître cette expérience qui aurait sans doute pu transformer le visage de tout un pays, si la guerre civile n’avait embrasé l’Espagne en 1936. Refaire l’histoire est impossible, mais expliquer ce qui fut fait et pourquoi la JAE fut une chance manquée pour ce pays et l’Europe, telle est aujourd’hui la mission assignée à l’historien53.

Notes

1 Cité dans Domergue (Lucienne), Censure et Lumières dans l’Espagne de Charles III, Paris, Éditions du CNRS, 1982, p. 9.

2 Bennassar (Bartolomé), Histoire des Espagnols. xviiie-xxe siècles. T. 2, Paris, Colin, 1985, p. 123-125.

3 Madariaga (Salvador de), España. Ensayo de Historia contemporánea, Madrid, Espasa Calpe, 1978, p. 80.

4 Gaceta de Madrid, 27 février 1875.

5 Krause (Karl Christian Friedrich), Ideal de la Humanidad para la vida, Madrid, Impr. F. Martinez Garcìa, 1860, 2e édition 1871. Sur son séjour en Allemagne voir Cacho Viu (Vicente), La Institución Libre de Enseñanza. I. Orígenes y etapa universitaria (1860-1881), Madrid, Rialp, 1962, p. 32-37.

6 Krause (Karl Christian Friedrich), Das Urbild der Menschheit. Ein Versuch (Éd. de 1851), Hambourg, E-Book-Verlag Internetloge. de, 2005, p. 12 et 21.

7 De Unamuno (Miguel), « La juventud intelectual española » (1896), dans La dignidad humana, Madrid, Espasa-Calpe, 1973, p. 30 et 35.

8 Cité dans Bennassar (Bartolomé), Histoire des Espagnols, op. cit., p. 247-248.

9 Mayo (Monica Soria), Posada (Adolfo), Teoría y práctica política en la España del siglo XIX, Thèse de doctorat, Université de Valence, 2003, p. 57-58.

10 Sur Giner de los Ríos, voir Garrido (Francisco), Francisco Giner de los Ríos. Creador de la Institución Libre de Enseñanza, Grenade, Comares, 2001.

11 Ce sont les termes employés dans la Real Orden du 20 avril 1875, qui condamne Salmerón et Azcárate. Cacho Viu, op. cit., p. 311-312.

12 Madariaga (Salvador de), España. Ensayo de Historia contemporánea, op. cit., p. 82.

13 Cité dans Garrido, op. cit., p. 127.

14 Real Decreto, 11 janvier 1907.

15 Pintado (Molero), La Institución Libre de Enseñanza. Un proyecto de reforma pedagógica, Madrid, Biblioteca Nueva, 2000, p. 155, note no 14.

16 Il est cependant surtout connu pour son rôle à la tête du gouvernement républicain espagnol durant la guerre civile de 1937 à 1939. Sur la première partie de sa vie, voir Tuñon de Lara (Manuel), Miralles (Ricardo) et Díaz Chico (Bonifacio N.), Juan Negrín López. El hombre necesario, Consejería de Educación, Cultura y Deportes del Gobierno de Canarias, 1996, p. 197-243.

17 Pelayo López (Francisco), « Las Ciencias Naturales en la JAE : el Real Jardín Botánico y el Museo Nacional de Ciencias Naturales », dans Tiempos de investigación : JAE-CSIC, op. cit., p. 115-120.

18 Madariaga (Salvador de), España. Ensayo de Historia contemporánea, op. cit., p. 85.

19 Subira (José), « La Junta para Ampliación de Estudios », dans Gómez Molleda (María Dolores), dir., Los reformadores de la España contemporánea Madrid, CSIC, 1966, p. 457.

20 Il semble cependant que, dans le cas des frères Machado, la raison première de se rendre à Paris était d’ordre économique, et que Manuel, en particulier profita pleinement de la capitale française et de ses endroits à la mode, voir Pérez Ferreo (Miguel), Vida de Antonio Machado y Manuel, Madrid, Rialp, 1947, p. 89.

21 Concurso para la concesión de pensiones, Junta para Ampliación de Estudios e Investigaciones Científicas.

22 Voir Berdah (Jean-François), « L’apôtre inconnu de la paix : Pablo de Azcárate et la paix internationale (1922-1952) », dans Les intellectuels dans l’arène espagnole. Actes des journées Manuel Azaña 2007, Montauban, Arkeia (à paraître).

23 Né en 1800, Patricio de Azcárate fut aussi le traducteur de Platon (en 11 tomes !), d’Aristote et de Leibniz entre 1871 et 1876, et publia de nombreux ouvrages philosophiques, notamment les Veladas sobre la filosofía moderna (1853).

24 Voir Capellán de Miguel (Gonzalo), Gumersindo de Azcárate : biografía intelectual, Valladolid, Consejería de Cultura y Turismo, 2005.

25 Archivo del Ministerio de Asuntos Exteriores [désormais AMAE], P326 E22852, Caja 3, Notas para la lección (magistral), 3 avril 1913.

26 AMAE, ibid., Lettre de Fernando de los Ríos à Pablo de Azcárate, 20 mai 1913.

27 Ibid., Nombramiento, 7 avril 1915.

28 AMAE, ibid., Caja 6, Memoria sobre protección a la infancia, janvier 1909-janvier 1911.

29 Ibid., Memoria sobre la evolución del régimen local inglés en el siglo XIX, mars 1913.

30 C’est ce qui ressort de sa correspondance avec Pedro Sangro y Ros de Olano, l’un des directeurs du Patronato de la Junta et juriste célèbre : ibid., Solicitud de pensión para ampliación de estudios en Inglaterra, 25 novembre 1914.

31 Ibid., Lettre d’Enrique Ramos y Ramos à Pablo de Azcárate, 22 avril 1913.

32 Ibid.

33 Ibid., 22 avril 1913 ; Carte postale, 7 mai 1913.

34 Pablo de Azcárate a également mené une étude annexe sur l’évolution législative du régime local anglais. Ibid., Memoria sobre la evolución del régimen local inglés, 1913.

35 Ibid., Concurso para la concesión de pensiones. Convocatoria de 1915.

36 Ibid., Memoria sobre la intervención administrativa del estado en los ferrocarriles, 1917.

37 Ibid., La intervención administrativa del Estado en los ferrocarriles (su régimen jurídico-positivo en España y Francia), Madrid, JAEIC, 1917, p. 99-180.

38 Ibid., Caja 7, Diputado a Cortes por León, janv.-fév. 1918 ; El Porvenir del León. Diario liberal indepediente, 8 fév. 1918.

39 Ibid., Política de León, janv.-fév. 1918.

40 Ibid., Discourso a los leoneses (ms.), sans date.

41 Ibid., Certificado del Congreso de los Diputados, 8 avril 1918.

42 Ibid., Caja 8, Elecciones 1919 ; Elecciones 1920.

43 Ibid., Caja 7, Lettre de Charles Dulot à Bidegarray (secrétaire de la Fédération des Cheminots), 22 janvier 1919 ; Lettre du secrétaire d’ambassade (ministère des Affaires étrangères) au chef de cabinet du ministre de la Reconstruction industrielle, 5 décembre 1919.

44 Webb (Sydney et Béatrice), History of Trade Unionism, Londres, Longmans, Green and C°, 1920.

45 Ibid., Caja 6, Visita a Mrs. Webb, 19 avril 1920.

46 Ibid., La elevación de tarifas ferroviarias en Inglaterra, avril 1920 ; Memoria sobre el régimen ferroviario y la guerra, octobre 1921 ; Control del Estado en los ferrocarriles, sans date.

47 Ibid., Dossier de candidature (Lettre manuscrite), sans date (1915) ; Madariaga (Salvador de), Españoles de mi tiempo, Barcelone, Planeta, 1974 ; Memorias (1921-1936). Amanecer sin mediodía, Madrid, Espasa-Calpe, 1974.

48 Berdah (Jean-François), « La désillusion de Manuel Azaña : la politique de la France face à la République espagnole », dans Manuel Azaña et la France, op. cit., p. 55-56.

49 Saborit (Andrès), El pensamiento político de Julián Besteiro, Madrid, Seminarios y Ediciones, 1974, p. 97-107. Voir aussi Berdah (Jean-François), « La proyección europea de los republicanos y socialistas españoles », dans El socialismo español en el exilio y la construcción europea, Puerta (Alonso), Berdah (Jean-François), Vargas (Bruno) et alii, éd.), Madrid, Fundación Indalecio Prieto, 2003, p. 25-39.

50 Voir González Cuevas (Pedro Carlos), Maeztu, biografía de un nacionalista español, Madrid, Editorial Marcial Pons, 2003.

51 Madariaga (Salvador de), España. Ensayo de Historia contemporánea, op. cit., p. 86.

52 Voir Berdah (Jean-François), La démocratie assassinée. La République espagnole et les grandes puissances, 1931-1939, Paris, Berg International, 2000 (éd. espagnole : Barcelone, Crítica, 2002).

53 Le colloque de Madrid de février 2008 a appporté des lumières nouvelles et importantes sur l’histoire de la Junta (Congreso Internacional La Junta para Ampliación de Estudios e Investigaciones Científicas en su Centenario, 4-6 février 2008).

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search