Version classiqueVersion mobile

Étudiants de l’exil

 | 
Patrick Ferté
, 
Caroline Barrera

L'étudiant enjeu - comptes et mécomptes

Le rôle contre-productif de l’Université dans la Mission irlandaise en France (xviie-xviiie siècles)

Patrick Ferté

Texte intégral

  • 1 Ferté (Patrick) et Brockliss (Laurence W. B.), « Prosopography of Irish clerics in the universities (...)

1Dans des travaux précédents, en collaboration avec Laurence W. Brockliss, j’ai effectué un recensement systématique de la présence étudiante irlandaise en France1 ; présence cléricale en majorité : j’amalgamais alors les clercs irlandais inscrits ou gradués des universités méridionales, les prêtres ordonnés, même incomplètement, dans les diocèses de Toulouse (et parfois dans celui de Rodez), ainsi que les pensionnaires du séminaire irlandais de Toulouse, même si ces derniers n’avaient jamais étudié en faculté.

  • 2 Je reprends ici la substance d’une analyse présentée à la Third international Conference (14-15 mai (...)

2Le présent article2 se distingue délibérément de ces répertoires, puisque, rétrécissant l’échelle et écartant de la base de données les clercs réfugiés non inscrits à l’université, je n’analyserai ici que le groupe strictement étudiant (immatriculé et/ou gradué) recensé dans les archives des universités de Toulouse et de Cahors, sa proche voisine et rivale, et embrassant cette fois clercs et laïques, juristes ou médecins. Cette option nouvelle, estudiantine stricto sensu, permettra de scruter les choix des jeunes réfugiés irlandais entre les quatre facultés possibles, de faire la balance entre les formations ecclésiastiques et les apprentissages laïques et, surtout, d’analyser la fonction de l’université et de ses diplômes dans les stratégies des réfugiés irlandais : ce faisant, on pourra mettre en évidence des finalités bien différentes de la volonté contre-réformée de retour au pays, affichée ou implicite dès l’entrée au séminaire de Toulouse. Même parmi les étudiants clercs inscrits en théologie, on pourra constater des cursus très lents et même télescopiques qui dénotent plus une volonté de retarder le rapatriement qu’une ardeur missionnaire à retrouver la terre natale.

3Voyons donc cela.

4Durant 170 ans, de 1618 (date où les archives universitaires de Toulouse et de Cahors permettent une exploitation sérielle, nominative, sans discontinuer) à 1789, ces deux campus ont gradué ou immatriculé 253 Irlandais ou Hibernois, soit une moyenne de 15 étudiants par décennie. Modeste si l’on compare avec Paris, il s’agit en tout cas d’une présence continue, pratiquement annuelle : il n’existe qu’une seule séquence de 10 ans où les gradués irlandais sont moins de 5 (1649-1658) ; si l’on envisage cette fois des moyennes mobiles sur 5 ans (voir graph. no 1 à la fin de l’article), on ne trouve qu’une seule séquence sans aucune graduation irlandaise (1655-1659) ; encore de tels graphiques minimisent-ils la réalité puisque la date retenue pour chaque Irlandais est celle de son premier diplôme obtenu, même s’il est déjà présent depuis plusieurs années sur le campus ou dans le séminaire, et qu’en outre l’étudiant a pu demeurer encore plusieurs années pour courir d’autres graduations.

  • 3 Lettres patentes du 22 avril 1660. Arch. dép. Haute-Garonne, 1 G 427.
  • 4 Voir Ferté (Patrick), dans Irish Communities in Early Modern Europe, op. cit., p. 34-38 et divers j (...)
  • 5 Voir Allier (Raoul), La Compagnie du Très-Saint-Sacrement de l’Autel, Paris, Payot, 1914 et La Caba (...)

5On pourrait a priori attribuer l’attraction toulousaine sur les Irlandais au séminaire irlandais Saint-Anne-la-Royale, fondé par Anne d’Autriche et Louis XIV (1659-16603) pour les jeunes catholiques persécutés : ce serait se méprendre et réfléchir à l’envers, car, dès avant cette création, des Irlandais sont à Toulouse et à Cahors, aventurés là depuis leur débarcadère privilégié, Bordeaux, qui semble alors saturé : depuis 1618 jusqu’à 1660, la fréquence des graduations irlandaises à Toulouse ou Cahors est de 2 tous les 3 ans : c’est donc la présence irlandaise, soutenue bénévolement durant ce temps par les capitouls de Toulouse4, qui a provoqué un réflexe de solidarité catholique et poussé à la création d’une structure d’accueil, grâce à l’action en sous-main de la société secrète contre-réformée, la Compagnie du Saint-Sacrement, et à un de ses membres, Gabriel de Ciron, alors chancelier de l’université5.

6Bien entendu, cette fondation pour 12 réfugiés hibernois a permis de doubler, voire de tripler le taux de fréquentation des facultés, avec d’évidentes pulsations : les périodes de 5 ans (voir graph. no 1) durant lesquelles la moyenne des graduations irlandaises dépasse 2 par an sont 1664 (-1668) à 1667 (-1671), 1672 (-1676) à 1689 (-1693), 1696 (-1700) à 1699 (-1703), puis 1714 (-1718) à 1725 (-1729), 1737 (-1741), 1741 (-1745) à 1745 (- 1749), enfin 1756 (-1760) à 1762 (-1766) ; certains pics, exceptionnels il est vrai, vont jusqu’à une moyenne annuelle (sur 5 ans) de 3 : ils sont situés entre 1675 et 1683, 1684-1689, entre 1715 et 1724 ; ces temps forts sont encadrés par des creux parfois liés à la conjoncture politico-religieuse de la verte Erin : par exemple la défaite de Jacques II et le traité de Limerick sont en effet suivis d’une quasi disparition des Irlandais en faculté (1693-1697), mais il serait périlleux de lier les fluctuations des graduations irlandaises à la conjoncture insulaire. Il faut en effet garder à l’esprit que les Irlandais de Toulouse ne viennent pas toujours directement d’Irlande du fait de l’intensification de la répression ; beaucoup ont pérégriné en France avant d’arriver à Toulouse ou Cahors ; certains exhibent en effet à Toulouse une maîtrise ès arts de Bordeaux, d’Angers, Paris, Poitiers ou Montpellier.

  • 6 Non comptés 11 maîtres ès arts dont on ne sait s’ils furent ensuite médecins ou prêtres.

7En outre, il ne faut pas oublier que ces fluctuations ne traduisent pas la présence irlandaise à Toulouse, mais la présence à l’université exclusivement : les jeunes réfugiés qui séjournent au même moment à Toulouse sans entrer pour autant en faculté restent invisibles sur ce graphique, et ils sont plus de 150, soit 40 % de l’ensemble, et parmi les seuls clercs, durant la période 1661-1789, je compte environ 56 % de prêtres non gradués6.

8Un paramètre qu’il est beaucoup plus pertinent, mais guère moins difficile, d’analyser est la durée du séjour au séminaire irlandais de Toulouse avant la première graduation. Le meilleur exemple est le creux qui suit paradoxalement la fondation du séminaire toulousain : entre 1661 et 1666, il n’y a qu’un seul degré pris par un Irlandais à Toulouse malgré la fondation du séminaire (N.B. Les quelques graduations apparaissant alors sur le graphique 1 sont passées à Cahors), il faut en effet que les premiers entrants aient eu le temps de faire leurs études, et nous verrons qu’ils avaient une fâcheuse tendance à les prolonger artificiellement.

9Leur durée d’études respective est variable, de même que leur départ du séminaire ; la place qu’ils quittent peut alors être remplie par un nouveau venu, très jeune, qui mettra des années avant de passer un degré en faculté, ou bien par un prêtre déjà bachelier en droit canon qui tentera rapidement une licence : tous les cas de figure sont donc possibles ; trop de paramètres influencent cette courbe devant laquelle il est plus raisonnable de se limiter à constater une présence continue variant de 1 à 3 gradués par an que de tenter d’en expliquer le profil exact.

10Beaucoup plus pertinente en revanche se révèle l’étude des cursus et des disciplines choisies. Elle permet en effet de mesurer le degré d’efficacité de la mission irlandaise et d’aide au retour dans le cadre de la Contre-Réforme.

11Ainsi s’étonne-t-on de constater (graph. no 2) que, globalement sur toute la période, moins de la moitié ont fait leur théologie ; en revanche près de 4 sur 10 ont pris des diplômes en médecine, et 9 % en droit (j’étudierai dans un second temps le cas ambigu des maîtres ès arts).

12Scrutons plus précisément la répartition interdisciplinaire en évitant la période d’avant la création du séminaire irlandais de Toulouse (tableau no 1 infra et graphiques nos 2 et 3 placés en annexe)

Tableau no 1 – Toulouse-Cahors

1661-1704

1705-1787

1618-1789

Théologie

47 = 55,9 %

57 = 41 %

117 = 46,2 %

Médecine

23 = 27,4 %

60 = 43,2 %

95 = 37,5 %

Droit

13 = 15,5 %

6 = 4,3 %

23 = 9,1 %

Maîtres ès arts

1 = 1,2 %

16 = 11,5 %

18 = 7,1 %

Total étudiants

84

139

253

% de prêtres (minimum)

63,5 %

46,8 %

Total de séminaristes non inscrits à l’université

152

Total des Irlandais formés en « Midi-Pyrénées »

375

13Les chiffres ne sont pas moins étonnants : de 1661 à 1704, à peine plus de la moitié des étudiants ont fait théologie (55,9 %) contre plus de 4 étudiants sur 10 qui ont fait des études laïques (médecine pour plus d’un quart, droit pour environ 16 %) ; au xviiie siècle (1705-1785), près de la moitié encore font des cursus laïques : la part des théologiens a fondu, dépassée désormais par celle des médecins qui se haussent à 43,2 7 %, et triplent pratiquement leur nombre tandis que les juristes ne représentent plus que 4,3 % de l’ensemble (la moitié étant attestés comme des clercs).

14Il y a lieu de traiter à part la catégorie des maîtres ès arts disparus sans autre diplôme connu (11,5 % des étudiants irlandais pour cette période) parce que leur cas est incertain : au xviiie siècle, ils représentent environ 18 % de tous les maîtres ès arts irlandais de Toulouse/Cahors, alors que 40.4 % font ensuite théologie et encore 40.4 % médecine (4 fois sur 10 en se transportant à Montpellier) ; de ceux qui se contentent apparemment de ce degré inférieur sans autres études, du moins sur les campus méridionaux analysés, seuls 5 (sur 13) sont dûment signalés comme étant des prêtres au moment de leur graduation. Peut-être certains seront-ils ordonnés après, mais rien n’est moins sûr, car ils peuvent tout aussi bien avoir poursuivi en médecine sur un campus inconnu ; ceci veut dire que seulement la moitié de tous les maîtres ès arts sont dûment attestés comme étant prêtres ou poursuivant des études de théologie ; sachant que sur 15.4 % de destins incertains au-delà de la maîtrise, une forte proportion peut donc être constituée de laïques, on peut en inférer que près de la moitié des maîtres ès arts identifiés sont des laïques, presque tous futurs médecins.

15Au total, le corpus des gradués irlandais s’est fortement laïcisé, puisque de 1661 à 1704, près des deux tiers des gradués étaient des clercs ; au xviiie siècle (voir graph. no 3), ils sont moins de la moitié (46.8 % de clercs attestés, nombre sans doute quelque peu minoré), tandis que la proportion de médecins (43.2 %) dépasse désormais celle des théologiens (41 %).

16Comment concilier ces options étudiantes, laïques pour la moitié, et de plus en plus médicales au xviiie siècle, avec une volonté de retour ecclésiastique en Irlande, objet premier de la Mission irlandaise du séminaire de Toulouse ?

  • 7 Ferté (Patrick) and Brockliss (Laurence W. B.), « Irish clerics in France », art. cité.

17Je m’étais étonné tout d’abord que quelques prêtres irlandais, dûment ordonnés à Toulouse, eussent suivi parfois un cursus médical, le cas échéant parallèlement à des études de théologie ou à la faculté des arts : il s’agit d’un phénomène pratiquement inconnu des clercs français, et spécifique à ces réfugiés « hibernois » : je l’expliquai dans un premier temps7 par la commodité pour un prêtre rapatrié et clandestin d’avoir un meilleur alibi pour approcher ses coreligionnaires malades ou mourants et leur administrer secrètement les sacrements catholiques, outre le fait qu’il s’agit d’une autre forme d’altruisme et d’une couverture professionnelle utile et non persécutée.

18Citons donc le cas de Daniel O’Sullivan, du diocèse de Ross, qui est tonsuré à Toulouse en mars 1780 alors qu’il est inscrit à la faculté de médecine depuis la rentrée universitaire (octobre 1779) et qu’il y étudie encore en juillet 1782, après avoir pris une maîtrise ès arts (28 avril 1780).

19Autre exemple avec Christopher Creagh, du même lieu au diocèse de Cork : alumnus au séminaire toulousain de 1661 à 1667, il prend tonsure et ordres mineurs (1er avril 1665), puis un baccalauréat de théologie le 4 avril 1668 : il a donc toutes les apparences d’un futur cadre de la Contre-Réforme. Mais, par la suite, il passe un baccalauréat de médecine le 20 avril 1670 et trois ans plus tard licence et doctorat de médecine (31 mai 1673) : est-ce une deuxième corde à son arc comme couverture professionnelle à son apostolat, ou bien un recyclage qui frise la trahison ? On ne peut en décider, mais le moins que l’on puisse dire est qu’il semble peu pressé de retrouver la terre natale, même après son baccalauréat de théologie : il est alors réfugié depuis au moins 10 ans, et c’est à ce moment qu’il éprouve le besoin suspect d’entamer un cursus médical !

20Citons encore Geraldus Giraldin (de Cloyn), alumne à Toulouse, il prend la tonsure et les quatre ordres mineurs le 11 mars 1672 : mais 14 ans plus tard, il est toujours à Toulouse où il passe un baccalauréat de médecine (24 avril 1685) ; ou ce George Mahony (de Cork), séminariste et clerc tonsuré vers 1752-1754 à Toulouse : je le retrouve dans les archives de l’université de Toulouse où il passe sa maîtrise ès arts (mai 1760) mais ensuite licence puis doctorat de médecine (mai 1762 et juillet 1763) !

  • 8 Arch. dép. Haute-Garonne, 1G 427 bis, p. 30 (6 juillet 1752), et Bibliothèque Interuniversitaire de (...)

21Nul doute que ces clercs ne se soient réorientés vers une autre carrière : aux soins de l’âme, ils semblent avoir préféré ceux du corps. Que dire alors de la centaine de médecins qui n’ont jamais pris la moindre ordination ecclésiastique ni suivi le moindre cours de théologie ? La Mission catholique semble n’avoir jamais fait partie de leur projets, même s’ils en laissent l’illusion par leur présence au séminaire durant leurs études. Mais ces prêtres médecins sont malgré tout l’exception parmi la centaine de médecins irlandais qui étudient en faculté de médecine (souvent en étant logés au séminaire toulousain) et qui, en aucun cas, n’entreront dans les ordres. Un bel exemple en est donné par Guillaume Lombard, de Macroom au diocèse de Cork, qui séjourne longuement au séminaire toulousain, passe sa maîtrise ès arts en juillet 1741 à Toulouse, avant d’aller étudier la médecine à Montpellier de 1748 à 1751 : dans le registre de comptabilité du séminaire irlandais de Toulouse, au 6 juillet 1752, le supérieur O’Hea note la somme de « 600 Livres que Guillaume Lombard, médecin irlandais du diocèse de Cork a léguée au séminaire en considération de 4 années qu’il y resta en qualité de séminariste depuis l’année 1739 jusqu’en17438 ».

22S’ils trahissent souvent la Mission catholique, du moins ne sont-ils pas ingrats à l’égard de leurs bienfaiteurs et des commodités qu’ils en avaient reçues…

23Mais, dira-t-on, il y a en tout cas apparemment près de 4 réfugiés sur 10 qui étudient dans une filière cléricale ; et la moitié de l’ensemble sont des prêtres : cela n’est pas rien et leur exemple peut servir l’argument d’un projet contre-réformé et d’une certaine efficacité de la Mission irlandaise initiale, ne serait-ce que partiellement.

24Il faut alors scruter l’attitude de ces clercs réfugiés diplômés, hébergés dans le séminaire Sainte-Anne-la-Royale de Toulouse : de la petite moitié des Irlandais qui seront dûment gradués en théologie ou en droit canonique, qu’observe-t-on ? Le plus souvent des cursus à rallonge, prouvant davantage le désir de retarder le plus possible un éventuel retour qu’un souci tridentin et élitiste de parachever une haute qualification ecclésiastique : il est vrai que les études universitaires étaient gratuites pour les réfugiés irlandais, inscrits « sub titulo paupertatis ». En outre, ces études interminables qui amoindrissent l’efficacité de la Mission irlandaise se soldent souvent par une autre pratique qui la ruine tout à fait : nombreux sont en effet les départs du séminaire toulousain, diplôme en poche, mais pour des affectations dans des paroisses de la région ou de France, voire dans le séminaire de Montauban… La prosopographie permet de mieux illustrer ces pratiques qui échapperaient à une statistique aveugle.

  • 9 Tous ces exemples peuvent être retrouvés dans Ferté (Patrick), « Prosopography of Irish clerics in (...)
  • 10 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 11847, no 5494 ; 1 G 428, 1 G 427, piece 46, pièce 51 ; 1 G 461-462 ( (...)

25Ainsi Florent Mac Carthy9, alumne au séminaire toulousain, reçoit tonsure, ordres mineurs et sous-diaconat à Toulouse en 1672 ; mais il prend visiblement son temps pour entrer définitivement dans les ordres : je ne retrouve son ordination au diaconat que le 18 septembre 1688, soit 17 ans plus tard ; entre temps, il a pris un doctorat de théologie à Cahors. Est-il prêt à retourner en Irlande où la conjoncture est des plus mauvaises ? On aurait pu le croire, en l’absence d’informations ultérieures : mais j’ai retrouvé son testament à la date du 6 septembre 1734 qui nous apprend que « Florent Mac Carthy prêtre irlandais, prébendé de la communauté de St-Dominique de l’église métropolitaine St-Étienne de Toulouse, docteur en théologie, veut être enterré à Saint-Pierre des Cuisines », à Toulouse donc, et dans l’église toute proche du petit séminaire qu’il fait, avec une sincère reconnaissance, son héritier universel, « remettant [même] le soin de ses honneurs funèbres à la direction du supérieur des Irlandais10 ».

  • 11 Arch. mun. Toulouse, GG 547 (Registre des sépultures de la paroisse St-Pierre), fol. 350 v (17 mars (...)
  • 12 Arch. dép. Haute-Garonne, 1G 468, 6 mars 1771, 15 mai 1771, 4 avril 1772) ; 1 G 427 bis, p. 175 ; B (...)

26La même année d’ailleurs, un autre de ses condisciples parfaitement acclimatés et éternisés à Toulouse, meurt dans la même paroisse de St-Pierre des Cuisines, celle du petit séminaire : Jean Donat O’Leyn, « prêtre irlandais, docteur ès droits et de théologie, âgé d’environ 70 ans11 ». Guillaume Desmond (de Cork), lui, est pensionnaire au séminaire toulousain en 1765 ; en 1771-1772, il prend ses ordinations à Toulouse et disparaît ensuite : a-t-il regagné sa terre natale pour prêcher la foi catholique ? Je le retrouve 20 ans plus tard revenant prendre à l’université de Toulouse baccalauréat et licence de droit canon par bénéfice d’âge (en mai 1784 et juillet 1785) ! Et, en cette occasion, il signale son statut enviable de chanoine de l’église de Lombez12, non loin de Toulouse, situation bien plus confortable il est vrai qu’un périlleux rapatriement.

  • 13 Eliot (Francis), « Les prêtres irlandais en France », dans L. Swords, op. cit. et appendix 2, p. 16 (...)
  • 14 Arch. dép. Haute-Garonne, 1 G 427, f° 110 ; BIUT1, ms. 11, fol. 182v, ms. 121, ad datum ; Arch. dép (...)
  • 15 BIUT1, ms. 16 v ; Walsh (J.), art. cité, p. 106, 108 ; Arch. dép. Gironde, G 769.
  • 16 Loupès (Philippe), « The Irish clergy of the diocèse of Bordeaux during the Revolution », dans Goug (...)

27Tout comme l’abbé François Eliot a glané la trace de nombreux prêtres irlandais acclimatés dans la Beauce13, Walsh a retrouvé beaucoup de clercs irlandais dans des cures et prébendes en Aquitaine ; parmi eux, certains avaient bénéficié de l’hospitalité du séminaire toulousain, comme ce Germain O’Mahony qui y est alumne en 170014 ; 7 ans plus tard, il passe sa maîtrise ès arts et son baccalauréat de théologie à Toulouse (17/8-11/09 1706). Walsh le retrouve par la suite bénéficier de Verdon (Département actuel de Gironde) en 1723, chapelain de la flotte royale, vicaire d’Ambares, enfin curé de Soulac (toujours en Gironde) où il meurt le 3 janvier 1737, après 40 ans de présence en France. Autre exemple avec Francis de La Hide (de Limerick), qui prend ses ordres mineurs et le sous-diaconat à Toulouse (23 septembre 1672), puis un doctorat de théologie à Cahors (1677) avant d’être nommé supérieur du collège irlandais de Bordeaux (1682-1684), au lieu de donner l’exemple à ses jeunes disciples qu’il prépare soi-disant à la Mission, il résigne bientôt sa fonction… pour obtenir une prébende à St-Pierre de Bordeaux et ensuite la cure de Villagrains (1685-1698)15. Son successeur n’a pas davantage envie, en ces temps difficiles, de revoir la verte Erin : Thadée O’Mahony, bachelier de théologie de Toulouse (1680) puis licencié de droit canonique de Poitiers (1684), devient supérieur du même séminaire irlandais de Bordeaux de 1685 à 1717 ; quand éclate la Révolution, les prêtres irlandais sont nombreux en Aquitaine16.

  • 17 Voir Ferté (Patrick), Brockliss (Laurence), « Prosopography »…, Archivium Hibernicum, art. cité.
  • 18 Daux (Camille), Le Grand séminaire de Montauban et les prêtres de la Mission avant la Révolution, P (...)
  • 19 Sol (Eugène), Alain de Solminihac. Lettres et documents, Cahors, Delsaud, 1939, p. 340 et Coste (P. (...)
  • 20 Coste (P.), ibid., t. II, p. 577-580 et Sol (E.), op. cit. p. 337.
  • 21 Lettre de l’évêque Alain de Solminihac adressée à (Saint) Vincent de Paul (5 janvier 1650) et lettr (...)
  • 22 Sol (Ernest), ibid., p. 337, n. 2 (sans référence ni preuve).
  • 23 Daux (Camille), op. cit., p. 40. Un Eugène Sullivan (né en 1685), reçu lazariste à Paris en 1706, e (...)

28Certains remplissent parfaitement la Mission et vont combattre l’hérésie protestante, mais sans grand péril, en restant en France ! C’est ainsi qu’Edmé [Edmund] Barry, natif de Cluon (1613)17, reçu dans la Congrégation de la Mission le 21 juillet 1641, devient supérieur du séminaire de Montauban en 166018 ; en terre calviniste certes, mais ce sont les Réformés qui commencent alors d’y être inquiétés… Barry avait été ordonné prêtre à Cahors en 1639, soit vingt et un ans plus tôt19 : son éventuel désir de retour a eu le temps de s’émousser. Saint-Vincent de Paul, qui suit de très près ses lazaristes en charge du séminaire cadurcien, atteste pourtant des pressions faites pour que les Irlandais rejoignissent leur île natale. Le 7 avril 1646, il écrit au supérieur le Père Delattre : « Nous vous enverrons un lecteur du séminaire à la place de M. Water […]. Nous avons ordre de Rome d’envoyer des missionnaires en son pays…20 » Deux lettres, de Saint Vincent de Paul et de l’évêque de Cahors Alain de Solminihac prouvent que ce ne fut pas immédiat puisque six ans plus tard, « le bon M. Water » est encore à Cahors et qu’on n’en parle plus comme d’un prêtre en partance21. Selon le chanoine Sol22, James Water, de Cork, serait reparti mourir en son pays : admettons l’affirmation (sans référence), mais, s’il est vrai, observons que nous sommes là avant la création du séminaire irlandais de Toulouse ; laquelle semble avoir changé la donne, et de façon apparemment contre-productive. Edmund Barry, lui, reçu par Vincent de Paul à même époque (1641), se contente, on l’a vu, d’affronter les protestants… à Montauban durant quarante ans. Son successeur au séminaire montalbanais est d’ailleurs un compatriote, Donat Cruoly, de Cork, reçu dans la Congrégation en 1643 à Paris : il dirige le séminaire montalbanais de 1665 à 1675, avant que son prédécesseur, le même Barry, ne s’y réinstalle pour 5 ans (1675-1680)23. L’engagement de contre-offensive tridentine est certes honoré, la contribution au triomphe prochain sur les hérétiques (la Révocation de l’Édit de Nantes n’est pas loin) également, mais c’est sans aucun risque puisqu’en terrain conquis et, en tout cela, l’Irlande n’y gagne plus rien.

29Qu’en est-il des supérieurs du séminaire irlandais de Toulouse ? Force est de constater qu’ils n’incarnent pas de meilleurs modèles pour les jeunes réfugiés qu’ils accueillent : tous les supérieurs de ce séminaire de Toulouse qui prétend former les jeunes clercs à remplir la Mission catholique en Irlande donnent le mauvais exemple, puisque, eux aussi, semblent s’éterniser dans l’exil et s’en faire une raison.

  • 24 Arch. dép. Haute-Garonne, 1G 427, pièce 2 ; et BIUT1, ms. 28, fol. 259 v ; ms. 8, fol. 369.
  • 25 Ferté (Patrick), « The Counter-Réformation », dans Irish Communities, O’Connor (Thomas) & Lyons (Ma (...)

30La seule exception date des tout débuts du collège toulousain : Denis O’Riordan (de Cork), docteur en droit civil de Toulouse en 1653, devient le premier supérieur de cette institution contre-réformée en 1660 : prenant sa mission à cœur, « Riordan désire se retirer à son pays pour y faire la mission [et] a confessé avoir reçu de la communauté pour son viatique la somme de 200 L.24 » Son exemple ne sera plus suivi : ne parlons pas de la sombre époque (1670-1700) où Germain O’Ryordan et surtout Modeste Mac Suyny sèment le rébellion et la chienlit dans le petit séminaire au nez et à la barbe de l’archevêque de Toulouse durant une vingtaine d’années, avec une dizaine de coquins : les pensionnaires sont alors presque tous des parasites sybarites qui semblent oublier les tourments de leur terre natale en profitant au maximum de l’hospitalité toulousaine de façon bien peu catholique25. Mais, même au temps où l’ordre, la décence et la piété sont rétablis au séminaire, tous les supérieurs irlandais y incarnent une volonté délibérée d’exil définitif en préférant une haute fonction en France à un difficultueux retour.

31Pierre O’Daly, pensionnaire dans les années 1699-1700, passe son baccalauréat de théologie à Toulouse (18 juillet 1699). Trente ans plus tard, il est encore, apparemment, dans le Midi de la France puisque l’archevêque de Toulouse le nomme supérieur du séminaire (1730) qu’il dirigera jusqu’à sa mort, à Toulouse, en septembre 1738, sans avoir revu sa patrie : y avait-il vraiment songé, on peut en douter.

  • 26 Arch. dép. Haute-Garonne, 1 G 464-465, ad data ; 1 G 660 ; 1G 461 (23 sept. 1672).

32Daniel O’Dinneen (de Cork) obtient sa maîtrise ès arts à Bordeaux, reçoit ses ordinations à Toulouse de 1732 à 1735 et, dix ans après, passe baccalauréat et doctorat de théologie à Cahors en octobre 1745. On peut le croire fin prêt pour remplir la Mission irlandaise : visiblement, il a préféré y contribuer de l’extérieur en acceptant de devenir supérieur du séminaire irlandais de Toulouse qui l’a préparé26.

33François O’Hee (de Ross), après avoir été éduqué, ordonné et gradué à Toulouse et Cahors (1741-1745), au lieu de rentrer en Irlande, devient pareillement un très intègre supérieur du séminaire irlandais de Toulouse de 1751 à 1766.

  • 27 Walsh (J.), « The Irish college at Toulouse », Journal of Cork Historical and Archaeological Societ (...)

34Robert Mac Carthy, entré au séminaire toulousain en 1762 à l’âge de 17 ans, tonsuré en 1766 et ordonné prêtre en 1770, attend l’âge de 31 ans pour prendre ses premières inscriptions en théologie avant d’être nommé supérieur du séminaire local qu’il dirigera jusqu’à la Révolution. Ce n’est qu’avec la tourmente révolutionnaire et après un nouvel exil en Espagne (1793) qu’il décide de rentrer en Irlande pour devenir vicaire général du diocèse de Cork : il l’avait quittée depuis plus de trente ans27. On ne saurait donc dire que son rapatriement fût un effet direct de la Mission irlandaise : les temps étaient en effet devenus bien plus dangereux et la persécution menaçait ces prêtres tridentins davantage dans le pays d’accueil aux mains des Montagnards qu’at home où les Anglais étaient devenus plus conciliants.

  • 28 Archives Historiques de la Gironde (Bordeaux), t. 23 (1883), pièce no LXXV, p. 219-228.

35Donnons, entre maints exemples dramatiques, le cas de Martin Glynn (de Tuam), éduqué au séminaire irlandais puis au collège jésuite de Bordeaux, il y est tonsuré le 7 avril 1753 à l’âge de 25 ans. Ordonné prêtre en avril 1756, il fait de longues, très longues études à l’université de Bordeaux ! Maître ès arts le 17 juillet 1753, il reçoit une attestation de sept années d’études bordelaises en 1758 ; en juillet 1762, il demande encore un certificat de trois années d’études, mais ce n’est qu’en février 1769 qu’il obtient baccalauréat, licence et doctorat de théologie, après un cursus d’au moins 18 ans ! S’estime-t-il alors prêt pour lutter pour sa foi dans sa terre natale ? Un signe négatif réside dans sa notification de grades, insinuée à Bordeaux : dans le cadre du privilège des gradués selon le Concordat de Bologne, il a posé sa candidature auprès des collateurs de nombreux bénéfices alléchants dans les diocèses de Bordeaux, de Saintes et d’Agen. Vingt ans plus tard, il est encore dans le Midi aquitain où la Révolution le rattrape : ironie d’un sort tragique, croyant avoir échappé au martyre rouge en Irlande, le malheureux est décapité le 19 juillet 1794 pour s’être trop attardé en France28.

36Les professeurs de l’université de Toulouse n’étaient pas de meilleurs exemples que les directeurs du séminaire qui s’attardent complaisamment en France. En effet, nombre d’Irlandais réfugiés ont, grâce à leur talent personnel et non, cette fois, au nom d’une quelconque solidarité contre-réformée, réussi à conquérir une chaire universitaire, en médecine ou en théologie : évitons ici les docteurs régents de médecine (Neil O’Glacan, O’Riordan,…), n’évoquons que les seuls théologiens.

37Jean O’Brien (de Cork), alumne au séminaire toulousain dès 1663, passe ses ordinations ecclésiastiques (1665-1667), puis son doctorat de théologie (14 juin 1668), j’ignore ce qu’il devient alors mais, vingt ans plus tard, il remporte une régence de théologie à l’université de Toulouse (1688 à 1701 au moins) et, en tant que tel, c’est lui qui préside aux examens de ses jeunes compatriotes réfugiés à Toulouse. Ces derniers ne sont donc guère incités à repartir pour l’Irlande, diplôme en poche, puisque leur professeur est en France depuis quarante ans, tout comme le supérieur de leur séminaire ! J’en veux d’ailleurs pour preuve que son élève, Jean O’Riordan, séminariste à Toulouse, tonsuré en 1698 et doctoré de théologie en 1704, lui succède dans sa chaire de théologie à l’université de Toulouse (1705-1730) où il meurt, parfaitement intégré à la société languedocienne puisqu’il est le parrain de la fille d’un conseiller au Parlement de Toulouse (en août 1727). La chaîne se perpétue donc.

38Bref, rares sont les viatiques attribués à des gradués irlandais en partance pour la mère patrie. Citons quelques rares exemples dont les archives du séminaire gardent officiellement la trace : si Jean Copinger, séminariste et gradué à Toulouse en 1752 paraît, lui, plus pressé de remplir sa Mission puisque c’est deux jours après avoir obtenu son doctorat de théologie (7 juillet 1752) qu’il « part pour l’Irlande ce jourd’huy (9 juillet 1752) sans être sacré », d’autres mûrissent très longuement le projet : David Noulan (Nunan), du diocèse de Cork « part ce jourd’hui pour l’Irlande » (11 mai 1757) et reçoit à cet effet la somme de 36 livres. Mais la prosopographie éclaire d’un autre jour son rapatriement : j’ai en effet trouvé ses ordinations ecclésiastiques à Toulouse dès 1737-1739, puis sa maîtrise ès arts (1741) et son baccalauréat de théologie (28 juillet 1742), nanti d’une telle formation, il a donc attendu encore 15 ans avant de rentrer en l’Irlande où il paraît être ce « parish priest of Doughnamore, died in an advanced age » signalé dans l’Hibernium Journal.

39Quelques autres suivent leur sillage mais avec des fonctions supérieures : Simon Quin, de Cloyn, tonsuré à Toulouse (1752), séminariste et même préfet du séminaire (1760-1761), passe sa maîtrise ès arts (22 août 1761) et suit des cours de théologie (sans avoir pris de degrés apparemment) et deviendra évêque coadjuteur de Cloyne en 1779 ; ou Francis Moylan, qui deviendra évêque de Kerry puis de Cork (1787-1803) après avoir été éduqué et gradué à Toulouse, avec d’ailleurs son ami Edgeworth qu’il engagera en vain à suivre son sillage vers la terre natale.

40Est-ce à dire que la mission irlandaise du séminaire toulousain a échoué ? Certes non. D’abord le séminaire toulousain avait une double mission : accueillir et éduquer les réfugiés persécutés chez eux était son premier volet d’action : de ce côté-là, elle a rendu grand service, et fussent-ils des laïques, les Irlandais ont trouvé sur place une solidarité qui leur a permis de construire un avenir en exil. C’est son autre mission de préparation au retour qui a beaucoup moins bien réussi : surtout en ce qui concerne les gradués de l’université, qui ne formaient qu’une élite des Irlandais hébergés (44 % des clercs). Il semblerait même que ceux qui repartaient pour l’Irlande étaient plutôt ceux qui se contentaient d’être pensionnés, éduqués et souvent ordonnés prêtres à Toulouse, sans pour autant s’inscrire à l’université.

  • 29 Brockliss (Laurence W. B.) dans Brockliss (L. W.) & Patrick Ferté, art. cité, p. 549.

41Bref, les plus décidés à retourner lutter pour la foi catholique semblent avoir échappé à l’attraction d’études longues à l’université, et ce sont finalement les moins bien formés qui repartent un jour au combat contre-réformé. Un évêque de Rodez avait, à l’époque, l’habitude de dire : « je préfère que les vignes du Seigneur soient cultivées par des ânes plutôt qu’elles restent en friche » ; sans aller jusque-là dans le cas de nos Irlandais non passés par l’université, c’est un peu l’impression qui ressort de l’attitude des gradués : l’inscription en faculté apparaît plutôt comme un mauvais signe, un signe de mauvaise volonté de retour, alors qu’on pouvait penser a priori que l’élite théologienne ou canoniste, formée longuement dans les facultés catholiques, était la plus ardente et la mieux armée pour affronter le martyre, blanc ou rouge, sur le sol natal. Loin de là ! S’inscrire en faculté est souvent un stratagème pour retarder cette éventualité ; ou même la remettre en question. En effet, le statut de prêtre gradué ne valorisait la carrière que dans le cadre du royaume français, aux termes du Concordat de Bologne (1516) qui réservait aux diplômés un tiers des bénéfices ecclésiastiques : ce n’était évidemment pas le cas dans l’Irlande persécutée ! Laurence Brockliss, qui a pareillement observé pour les Irlandais accueillis à Paris un faible taux de retour missionnaire, a suggéré à bon droit l’intention d’exil définitif chez les parents des jeunes réfugiés, issus de classes sociales en mal d’ascension qui se signalaient par une vive intelligence et une remarquable adaptabilité : financer un exil éducatif définitif permettait aux parents de l’élite catholique de concilier leurs « responsabilités à la fois comme père et comme chrétien29 ». C’est avéré pour le riche Mac Carthy de Springhill, venu s’installer à Toulouse au xviiie siècle (1775) avec ordre paternel de ne plus revenir en Irlande tant que le catholicisme n’y aurait pas triomphé…

  • 30 Archives Nationales (Paris), M 147, cité par Eliot (Francis) dans Swords (Liam), The Irish/French c (...)
  • 31 Sur ce thème crucial, voir notre article, Ferté (Patrick), Brockliss (Laurence), Royal Irish Academ (...)
  • 32 Arch. dép. Haute-Garonne, 1 D 427 (piece 51-58), 15 janvier 1700.

42Il est vrai que tous les clercs ne s’inscrivaient pas à l’université avec ces intentions d’exil prolongé ou définitif : quelques-uns, laissons-leur le bénéfice du doute, cherchaient sincèrement une meilleure préparation dans les études longues : mais ceux-là voyaient souvent leur désir de rapatriement tiédir avec les années de confort relatif, d’autant qu’ils perdaient souvent leurs racines linguistiques. Les administrateurs du collège des Lombards déploraient que beaucoup de jeunes réfugiés « ne purent être employés à la mission d’Irlande, faute d’avoir conservé l’usage de la langue irlandaise30 ». Les archevêques de Toulouse étaient conscients du problème linguistique pour ces jeunes garçons31 et, « puisque par la fondation tous les séminaristes après qu’ils auront esté faits prestres et achevé leurs estudes sont obligés d’aller en Irlande pour y prescher l’évangile et administrer les sacremens, nous leur deffendons de parler entre eux qu’en leur langue originaire ou du moins en langue latine32 ».

  • 33 Arch. mun. Toulouse, GG 874 ; BUT1, ms. 13, f° 69 ; Walsh (J.), « Some records of the Irish College (...)
  • 34 Robert et son frère Henry Edgeworth étaient en demi-pension à Toulouse en 1752 et en 1753, un temps (...)
  • 35 Frère Cathaldus Giblin, OFM, « The Irish College on continents » dans Swords (Liam), The Irish-Fren (...)
  • 36 Letters from the Abbé Edgeworth to his Friends (Londres, 1818), et traduction française : Lettres d (...)

43Des tentatives d’enrayer cette déperdition ont lieu à travers un enseignement de la langue irlandaise à Paris, la traduction gaélique de classiques de la spiritualité tridentine, le catéchisme irlandais de O’Doinnshléibhe (1741) ou des dictionnaires anglais-irlandais en 1732 et en 1768 : l’auteur de celui-ci, John O’Brien, évêque de Cloyne, semble d’ailleurs avoir été résident à Bordeaux (1756-1757). En tout cas, en 1765, il visita le séminaire irlandais de Toulouse « pour discuter avec l’archevêque de Toulouse du rôle du séminaire dans la mission irlandaise33 ». Du fait de sa volonté de publier un dictionnaire irlandais, sans doute avait-il compris que le problème linguistique était lié à l’inefficacité de la Mission et à la déculturation. À peu près au même moment, les lettres de l’abbé Edgeworth (éduqué au séminaire toulousain34) adressées à son condisciple toulousain Francis Moylan, également séminariste et gradué toulousain, devenu évêque de Kerry et de Cork qui l’engageait à rentrer en Irlande, évoquent ce paramètre supplémentaire35. Edgeworth avoue se sentir déraciné ; il a perdu sa langue maternelle et, de ce fait, déclare ne plus ressentir grand-chose pour l’Irlande : « Grown up trees are never transplanted into a foreign soil without losing their leaves and withering away36 ».

  • 37 « In Hibernia spirituali gladio gladium temporalem », selon l’article XVII des nouveaux statuts du (...)

44C’est le problème crucial de toutes les diasporas, les jeunes Irlandais n’échappèrent point à la règle et, pour un seul Moylan, on compte beaucoup d’Edgeworth… Il serait faux de dire que la Mission irlandaise, dans son deuxième volet d’aide au retour, a totalement échoué : la noria tournait certes, mais au ralenti, et souvent à contre-sens : les sorties surpassaient de loin les rentrées. La force centrifuge dissuadait beaucoup du retour et, contrairement à ce qu’on aurait tout d’abord cru, l’université et ses études longues semblent avoir plutôt constitué un frein au processus. En y fourbissant plus que de raison leurs armes37 sophistiquées, les Irlandais y perdirent le plus souvent l’envie de retourner « sur le front ».

Graph. no 1 : Conjoncture des gradués irlandais à Toulouse et Cahors (moyennes mobiles sur 5 ans)

Graph. no 1 : Conjoncture des gradués irlandais à Toulouse et Cahors (moyennes mobiles sur 5 ans)

Graph. no 2 : Étudiants irlandais dans les différentes facultés (Toulouse, Cahors, 1618-1793)

Graph. no 2 : Étudiants irlandais dans les différentes facultés (Toulouse, Cahors, 1618-1793)

Graph. n°3 : Les filières choisies par les irlandais à Toulouse/Cahors : le renforcement de la médecine du Grand Siècle au Siècle des Lumières

Graph. n°3 : Les filières choisies par les irlandais à Toulouse/Cahors : le renforcement de la médecine du Grand Siècle au Siècle des Lumières

Notes

1 Ferté (Patrick) et Brockliss (Laurence W. B.), « Prosopography of Irish clerics in the universities of Paris and Toulouse, 1573-1792 », Archivium Hibernicum, LVIII (2004), p. 7-166. Voir aussi Ferté (Patrick) & Brockliss (Laurence W. B.), « Irish clerics in France in the seventeenth and eighteenth centuries : a statistical study », Proceedings of the Royal Irish Academy, section C, vol 87, C9, 1987, p. 527-572.

2 Je reprends ici la substance d’une analyse présentée à la Third international Conference (14-15 mai 2004, St Kierans College, Kilkenny/Maynooth) et dans ses Actes : Ferté (Patrick), « The Counter-Reformation and Franco-Irish solidarity : Irish clerical refugees at the universities of Toulouse and Cahors in the seventeenth and eighteenth centuries », dans Irish Communities in Early-Modern Europe, O’Connor (Thomas) & Lyons (Mary Ann) éd., Dublin, Four Courts Press, 2006, p. 32-68 et Ferté (Patrick), « Étudiants et professeurs irlandais dans les universités de Toulouse et de Cahors (xviie-xviiie siècles), les limites de la mission irlandaise », ibid. p. 69-84.

3 Lettres patentes du 22 avril 1660. Arch. dép. Haute-Garonne, 1 G 427.

4 Voir Ferté (Patrick), dans Irish Communities in Early Modern Europe, op. cit., p. 34-38 et divers justificatifs dans Arch. mun. Toulouse, CC 2615, non folioté, seconde partie du vol. (12 déc. 1619), CC 2618 (21 déc. 1620), CC 2619 (3 déc. 1621), 2626 (12 déc. 1624).

5 Voir Allier (Raoul), La Compagnie du Très-Saint-Sacrement de l’Autel, Paris, Payot, 1914 et La Cabale des dévots, Paris, Colin, 1902. Sur l’influence spécifique de cette société secrète et du chancelier de Ciron dans la création du collège irlandais de Toulouse, voir Ferté (Patrick), dans Irish Communities in Early-Modern Europe, op. cit., p. 35-38.

6 Non comptés 11 maîtres ès arts dont on ne sait s’ils furent ensuite médecins ou prêtres.

7 Ferté (Patrick) and Brockliss (Laurence W. B.), « Irish clerics in France », art. cité.

8 Arch. dép. Haute-Garonne, 1G 427 bis, p. 30 (6 juillet 1752), et Bibliothèque Interuniversitaire de Toulouse-I (section centrale et Droit) [désormais BIUT1], ms. 13, fol. 29 v et Bibliothèque de la faculté de Médecine de Montpellier, S 30 et S 49.

9 Tous ces exemples peuvent être retrouvés dans Ferté (Patrick), « Prosopography of Irish clerics in the universities of Paris and Toulouse, 1573-1792 », Archivium Hibernicum, LVIII (2004), p. 7-166.

10 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 11847, no 5494 ; 1 G 428, 1 G 427, piece 46, pièce 51 ; 1 G 461-462 (23 sept. 1672, 18 sept. 1688) ; BIUT1, ms 104, fol. 13.

11 Arch. mun. Toulouse, GG 547 (Registre des sépultures de la paroisse St-Pierre), fol. 350 v (17 mars 1734).

12 Arch. dép. Haute-Garonne, 1G 468, 6 mars 1771, 15 mai 1771, 4 avril 1772) ; 1 G 427 bis, p. 175 ; BIUT1, ms 132 (1er janvier 1784) et ms. 15, fol. 494 v.

13 Eliot (Francis), « Les prêtres irlandais en France », dans L. Swords, op. cit. et appendix 2, p. 162-164.

14 Arch. dép. Haute-Garonne, 1 G 427, f° 110 ; BIUT1, ms. 11, fol. 182v, ms. 121, ad datum ; Arch. dép. Gironde, E suppt. 3948 et Walsh (J.), « Some records of the Irish College at Bordeaux », Archivium Hibernicum, 15 (1950), p. 92-141, p. 109, no 22.

15 BIUT1, ms. 16 v ; Walsh (J.), art. cité, p. 106, 108 ; Arch. dép. Gironde, G 769.

16 Loupès (Philippe), « The Irish clergy of the diocèse of Bordeaux during the Revolution », dans Gough (Hugh), Dickson (David) éd., Ireland and the French Revolution, Dublin, Irish Academic Press, 1990.

17 Voir Ferté (Patrick), Brockliss (Laurence), « Prosopography »…, Archivium Hibernicum, art. cité.

18 Daux (Camille), Le Grand séminaire de Montauban et les prêtres de la Mission avant la Révolution, Paris, D. Dumoulin, 1883.

19 Sol (Eugène), Alain de Solminihac. Lettres et documents, Cahors, Delsaud, 1939, p. 340 et Coste (P.), Correspondance, Saint-Vincent-de-Paul, Paris, Gabalda, t. III, p. 81, no 877.

20 Coste (P.), ibid., t. II, p. 577-580 et Sol (E.), op. cit. p. 337.

21 Lettre de l’évêque Alain de Solminihac adressée à (Saint) Vincent de Paul (5 janvier 1650) et lettre de ce dernier (30 août 1652). Coste (P.), Saint Vincent de Paul, Correspondance, op. cit., t. III, p. 529, no 1170 et t. IV, no 1544 ; Sol (E.), op. cit., p. 395, 486.

22 Sol (Ernest), ibid., p. 337, n. 2 (sans référence ni preuve).

23 Daux (Camille), op. cit., p. 40. Un Eugène Sullivan (né en 1685), reçu lazariste à Paris en 1706, est professeur au Grand séminaire (lazariste) de Montauban en 1715.

24 Arch. dép. Haute-Garonne, 1G 427, pièce 2 ; et BIUT1, ms. 28, fol. 259 v ; ms. 8, fol. 369.

25 Ferté (Patrick), « The Counter-Réformation », dans Irish Communities, O’Connor (Thomas) & Lyons (Mary Ann) éd., op. cit., p. 42-52 et Ferté (Patrick) and Brockliss (Laurence), Royal Irish Academy, art. cité, p. 554-557.

26 Arch. dép. Haute-Garonne, 1 G 464-465, ad data ; 1 G 660 ; 1G 461 (23 sept. 1672).

27 Walsh (J.), « The Irish college at Toulouse », Journal of Cork Historical and Archaeological Society, 59 (1954), p. 32-33 et n. 51 ; Arch. dép. Haute-Garonne, 1 G 467, passim, 1D 427 bis et Arch. mun. Toulouse, GG 860, 1er trimestre (universitaire) 1774, no 67 ; BIUT1, ms. 137, f° 280.

28 Archives Historiques de la Gironde (Bordeaux), t. 23 (1883), pièce no LXXV, p. 219-228.

29 Brockliss (Laurence W. B.) dans Brockliss (L. W.) & Patrick Ferté, art. cité, p. 549.

30 Archives Nationales (Paris), M 147, cité par Eliot (Francis) dans Swords (Liam), The Irish/French connection, 1578-1978, Paris, 1978, p. 89.

31 Sur ce thème crucial, voir notre article, Ferté (Patrick), Brockliss (Laurence), Royal Irish Academy, art. cité, p. 549 et n. 84, et p. 566 ; ainsi que Boyle (Patrick), Irish College at Paris, 1578-1901, Dublin, Londres, Art and Book Company, 1901 p. 36-37.

32 Arch. dép. Haute-Garonne, 1 D 427 (piece 51-58), 15 janvier 1700.

33 Arch. mun. Toulouse, GG 874 ; BUT1, ms. 13, f° 69 ; Walsh (J.), « Some records of the Irish College at. Bordeaux », art. cité, p. 135, n. 5 ; Arch. dép. Haute-Garonne 1 G 427b, p. 179 (1er juillet 1765).

34 Robert et son frère Henry Edgeworth étaient en demi-pension à Toulouse en 1752 et en 1753, un temps d’ailleurs avec leur mère, comme l’attestent plusieurs quittances du collège : 268 livres 4 s reçues le 27 sept. 1752 et 54 L 18 s au 30 déc. 1753 (Arch. dép. Haute-Garonne, 1G 427 bis).

35 Frère Cathaldus Giblin, OFM, « The Irish College on continents » dans Swords (Liam), The Irish-French connection, op. cit. avait déjà entrevu le problème à Paris avec la polémique sur les ordinations ecclésiastiques avant ou après le départ d’Irlande (p. 16), des émigrés non ordonnés du collège parisien des Lombards, 25 seulement repartent pour la mission irlandaise entre 1694 et 1734 ; la plupart deviennent médecins, marchands ou militaires

36 Letters from the Abbé Edgeworth to his Friends (Londres, 1818), et traduction française : Lettres de l’Abbé Edgeworth, confesseur de Louis XVI, à ses amis (Paris, 1818) ; également Edgeworth (C. S.), Memoirs of the Abbé Edgeworth (Londres, 1815).

37 « In Hibernia spirituali gladio gladium temporalem », selon l’article XVII des nouveaux statuts du séminaire irlandais de Toulouse (Arch. dép. Haute-Garonne, 1G 427, fol. 69 sq).

Table des illustrations

Titre Graph. no 1 : Conjoncture des gradués irlandais à Toulouse et Cahors (moyennes mobiles sur 5 ans)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/13273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graph. no 2 : Étudiants irlandais dans les différentes facultés (Toulouse, Cahors, 1618-1793)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/13273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graph. n°3 : Les filières choisies par les irlandais à Toulouse/Cahors : le renforcement de la médecine du Grand Siècle au Siècle des Lumières
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/13273/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© Presses universitaires du Midi, 2009

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search