Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Italie et l’Antiquité du Siècle des lumières à la chute du fascisme

 | 
Philippe Foro

Discours politiques

Pourquoi Mazzini ne revêt pas ses idées de république et de démocratie de la toge antique !

Jean-Yves Frétigné

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Rome était le rêve de mes jeunes années. […] Et j’y entrai, le soir, à pied au début du mois de mars (1849), frémissant et quasiment en adoration. Pour moi, Rome était le temple de l’humanité ; de Rome sortira la transformation religieuse qui donnera pour la troisième fois l’unité morale à l’Europe. J’avais voyagé en direction de la ville sacrée, avec l’âme triste jusqu’à la mort à cause de la défaite de la Lombardie, à cause de nouvelles désillusions que j’avais rencontrées en Toscane […] et pourtant, franchissant la Porte du Peuple, je tressaillis d’une secousse quasiment électrique, du jaillissement d’une vie nouvelle1.

Quoi de plus naturel que cet enthousiasme pour l’Urbs sous la plume du premier apôtre de l’idée républicaine en Italie, du principal triumvir de la République romaine et du célèbre théoricien de la Troisième Rome. Pourtant les passages concernant l’Antiquité sont extrêmement rares dans l’œuvre considérable de Giuseppe Mazzini (1805-1872). De plus, les références à ...

© Presses universitaires du Midi, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540