Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et ornements autour des ordres militaires au Moyen Âge

 | 
Damien Carraz
, 
Esther Dehoux

Dévotions et pratiques sociales au miroir de l'image : études de cas

Mémoire christique, mémoire de l’ordre. Les peintures de la chapelle Saint-Jean de la commanderie hospitalière de Chauliac

Christic Memory, Order’s Memory. The Wall Paintings of the Hospitaller Chapel of Chauliac (Puy-de-Dôme)

Marie Charbonnel

Résumé

Les peintures murales de la chapelle de la commanderie hospitalière de Chauliac constituent un témoignage des pratiques liturgiques adoptées par l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, en particulier en ce qui concerne la célébration de l’office des morts et l’eucharistie. Elles apparaissent comme une affirmation, par l’image, du double statut de cet ordre religieux et militaire, ainsi que de son ethos aristocratique.

The wall-paintings of the Hospitaller’s chapel of Chauliac give testimony to the liturgical practices promoted by the order of St John, in particular, the recitation of the office of the dead and the eucharistic celebration. These images appear to affirm the double status of this religious and military order and of its aristocratic ethos.

Texte intégral

  • 1 D’Agostino, 2008, p. 94-96.

1La commanderie de Chauliac est mentionnée pour la première fois en 1315, date à laquelle un terrier est dressé. Selon Laurent d’Agostino, cet inventaire, ainsi qu’un élément sculpté de la fin du xiie-début du xiiie siècle trouvé en remploi lors des restaurations de la commanderie, vont dans le sens d’une implantation des Hospitaliers à Chauliac bien antérieure à cette date1. L’auteur suppose que l’implantation est le fait du chapitre de Brioude ou des seigneurs du Broc, dont le château domine la commanderie et qui ont donné plusieurs commandeurs et prieurs à l’ordre à la fin du xiie siècle et encore au siècle suivant. Chauliac dépend successivement des commanderies de Sainte-Anne-la-Bastide en 1373, puis de Celles en 1379. L’enquête générale ordonnée par le pape Grégoire XI en 1373 fait état d’un seul résident dans la maison, Pierre Condamine, un prêtre âgé de 50 ans.

  • 2 Vaivre, 2006, p. 1045-1055 ; D’Agostino, 2008.

2La construction de la chapelle est datée du milieu du xiiie siècle. Il s’agit de la partie la plus ancienne des bâtiments en élévation qui a été englobée dans les fortifications du xve siècle, lesquelles sont datées par un accord avec le seigneur du Broc remontant à 1460. Elle est constituée de deux travées voûtées en berceau brisé en plan rectangulaire et éclairée par un oculus sur la façade occidentale, deux baies au sud et une baie axiale à l’est. La nef possédait une tribune et le chœur était délimité par une barrière basse. Les peintures se situent dans la travée orientale du chœur, sur les murs et la voûte (Pl. 1). Dégagées et restaurées vers 1980, elles ont été étudiées par Jean-Bernard de Vaivre et Laurent d’Agostino2. Elles sont structurées sur deux registres, mais il ne reste que quelques arcades du registre inférieur. Ainsi, on retrouve, du nord-ouest au sud-ouest : un cortège d’Hospitaliers en prière (Ill. 21), saint Jean-Baptiste, le Christ ressuscité et le roi David surmontés des armes de l’ordre, Saint Louis (Ill. 23), deux apôtres (Ill. 24), saint Georges et saint Michel, un saint en position frontale, puis saint Blaise guérissant les animaux (Ill. 25) et, enfin, le lion de saint Marc (Ill. 22), probable vestige d’un Christ en majesté. Chacun de ces éléments renseigne un aspect de la mentalité et de la spiritualité de l’ordre de l’Hôpital.

La mémoire des dignitaires de l’ordre et sa liturgie funéraire

  • 3 Vaivre, 2006, p. 1053.
  • 4 Vaivre, 2006, p. 1048, fait état des problèmes de « restitutions énergiques » dès après la mise au (...)

3Au nord, le registre haut est occupé par les représentations de six Hospitaliers, en prière et en habits conventuels, tournés vers l’est (Ill. 21). Cinq d’entre eux sont accompagnés de leurs blasons. Le premier personnage, à l’ouest, n’est pas identifié par un blason : il s’agissait peut-être du desservant de la chapelle. Le deuxième personnage a un blason portant un échiqueté à la fasce brochant dont les émaux ne sont pas conservés. Jean-Bernard de Vaivre a, à juste titre, rapproché ces armes de celle d’Odon de Montaigu, prieur d’Auvergne entre 1312 et 1344, mais il est resté au stade de l’interrogation pour les autres personnages3. Le blason du troisième personnage porte une bordure engrêlée. Le quatrième porte, pour sa part, une fasce brochant de sable. Les armes du cinquième personnage – un chevron de gueules accompagné de trois quintefeuilles du même – semblent avoir été modifiées au moment de la restauration. Les armes du dernier hospitalier sont illisibles. Les blasons sont, dans l’ensemble, altérés par l’abrasement de surface et par la restauration qui a probablement surinterprété certains meubles et pièces ainsi que leurs émaux4.

  • 5 Vaivre, 1997, p. 977-979.
  • 6 Vaivre, 1997, p. 976 et 986.
  • 7 Vaivre, 1997, p. 976.
  • 8 Dectot, 2009, p. 917. Le gisant d’Odon de Montaigu, identifié par Jean-Bernard de Vaivre à Olloix, (...)
  • 9 La succession des six premiers prieurs d’Auvergne a été reconstituée par Vaivre, 1997.
  • 10 Vaivre, 1992, p. 599-602.

4Or, les éléments les mieux conservés dans ces blasons sont les tracés préparatoires qui permettaient au peintre de disposer les meubles de manière ordonnée et symétrique. Lors des restaurations, ces tracés ont probablement été confondus avec des pièces. Ainsi, une relecture des blasons peut être opérée. La bordure engrêlée du deuxième blason pourrait dès lors être le vestige des armes d’azur, à la croix recerclée d’argent de robert de Montrognon, prieur d’Auvergne entre 1260/61 et 12775. La fasce brochant de sable pourrait être le vestige du fascé de quatre pièces d’argent et de sable de Chatard de Bulhon, prieur de 1248 à 1261, décédé en 1282 et édificateur de l’église de Saint-Jean-de-Ségur à Montferrand où il fut inhumé ainsi que ses successeurs jusqu’à Odon6. Le chevron de gueules du cinquième personnage pourrait être le vestige du tracé préparatoire du peintre afin de disposer les six quintefeuilles (dont trois subsistent) des armes d’Étienne du Broc, prieur d’Auvergne de 1277 à sa mort, survenue quelques mois après celle de Chatard de Bulhon, à son retour d’outre-mer, en 12827. C’est son successeur Hugues de Sailhens – lui-même prédécesseur d’Odon de Montaigu – qui fit rapatrier son corps deux ans plus tard à Saint-Jean-de-Ségur. Hugues de Sailhens serait alors le premier frère à l’Est, même si ses armes sont illisibles. Par ailleurs, Xavier Dectot a noté que la représentation en habits conventuels était plutôt l’apanage des dignitaires, alors que les simples frères et chevaliers optaient pour la tenue militaire8. Ces frères de l’Hôpital constitueraient en ce cas un cortège des prieurs d’Auvergne9. Les prédécesseurs d’Odon enterrés à Saint-Jean-de-Ségur apparaîtraient ainsi dans l’ordre de la date de leur mort, de la plus ancienne à la plus récente, après Odon qui serait ainsi précédé de robert de Montrognon, Chatard de Bulhon, Étienne du Broc et Hugues de Sailhens. L’instigateur des peintures serait par conséquent Odon de Montaigu. La présence de Saint Louis – canonisé en 1297 – sur le mur oriental livre un terminus post quem pour l’élaboration de ces peintures, la comparaison avec d’autres ensembles de la même zone géographique, notamment ceux de Saint-Jean de Vic-le-Comte et de Saint-Léger de Montfermy, permettant de les rattacher aux productions de la première moitié du xive siècle. Si l’héraldique constitue un élément déterminant, Odon est par ailleurs connu comme bâtisseur puisque deux bâtiments du village fortifié dépendant de la commanderie de La Sauvetat portent ses armes, accompagnées de celles de l’ordre10. Il existe encore un témoignage de son activité de commanditaire puisque l’ancienne chapelle de cette même commanderie conserve une Vierge reliquaire en cuivre émaillé offerte par ce dignitaire (Ill. 17). Celle-ci porte en effet l’inscription suivante :

  • 11 Vaivre, 1992, p. 578-586.

Dominus Odo de Monte Acuto hospitaliterius prior Alvernhie fecit fieri hanc ymaginem ad honorem beate Virginis gloriose anno Domini millesimo tricentesimo decimo nono. Dominus Deus Iesus Christus per suam sa(n)c(ta)m misericordiam custodiat eum vitam eternam. Amen11.

  • 12 Vaivre, 2006 p. 1053, pense que les peintures datent des débuts d’Odon de Montaigu au sein de l’or (...)
  • 13 Gazeau, 2004, p. 17.
  • 14 Delaville le Roulx, 1894-1906, t. III, no 3039, art. 51, p. 54.
  • 15 Sinclair, 1986, p. 122.
  • 16 Legras et Lemaitre, 1991, p. 95.
  • 17 Ces inscriptions ont été compilées dans Vaivre, 1997, et ont servi de base à l’auteur pour établir (...)

5Cette inscription montre bien que le salut fait partie des préoccupations du prieur. À Chauliac, l’ordre d’apparition des anciens prieurs, celui de leur mort et non celui de leur succession à cette charge, et leur représentation en habit conventuel vont dans le sens d’une telle préoccupation pour les peintures qui nous intéressent. La perspective serait ainsi celle de la commémoration funéraire, tout en asseyant, le cas échéant, la place d’Odon de Montaigu en tant que prieur d’Auvergne12. Ces pratiques mémorielles sont déjà bien assises dans le chapitre 14 de la première règle des Hospitaliers qui établit le trental, équivalent du trentain chez les moines13, c’est-à-dire la célébration de 30 messes pour chaque frère de l’ordre qui décède. Par la suite, l’article 51 des statuts d’Acre de 1262 amplifie ces pratiques mémorielles internes puisqu’il établit que les vêpres et vigiles des morts seront chantées solennellement le dimanche avant Carême, puis un office des morts sera lui aussi chanté solennellement le premier lundi de Carême pour les âmes des maîtres et des frères décédés, les cloches sonnant ensuite dans tous les établissements dotés d’un prêtre14. Keith Val Sinclair, dans son étude de la traduction en vieux français de la règle des Hospitaliers effectuée vers 1187, a d’ailleurs souligné la place centrale de l’office des morts dans la liturgie des frères15. Les frères ou familiers ne connaissant pas l’office devaient réciter 150 Pater noster16, la demande de la récitation du Pater noster étant une constante dans les épitaphes des prieurs d’Auvergne conservées ou documentées17. La liturgie funéraire de l’ordre semble donc avoir été bien suivie parmi les prieurs d’Auvergne. La démarche d’Odon de Montaigu s’insère ainsi dans la logique de commémoration funéraire interne de l’ordre, notamment concernant la mémoire de ses dignitaires. Cela explique pourquoi l’ordre dans lequel sont présentés les prieurs est celui de leurs dates de mort et non celui de leur succession à la dignité de prieur d’Auvergne.

  • 18 Lemaitre, 2009. Bien que la règle hospitalière mentionne l’inscription des défunts dans le calendr (...)
  • 19 Vaivre, 1997, p. 966.
  • 20 D’Agostino, 2009, p. 129.
  • 21 Vaivre, 1992, p. 602-608.
  • 22 D’Agostino, 2010, p. 269 ; Pousthomis-Dalle, 2002.
  • 23 Vaivre, 1997 ; Mousson, 1988, p. 49 ; et Vaivre, 1998.
  • 24 Charbonnel, 2012, vol. 2, p. 111.

6Enfin, il est un élément à souligner : seuls les dignitaires enterrés à Saint-Jean-de-Ségur de Montferrand, c’est-à-dire après le transfert du siège du prieuré d’Auvergne de Montbrison à cette ville, sont représentés ici. Deux raisons peuvent expliquer un tel parti : la volonté d’affirmation territoriale de l’Auvergne comme siège du prieuré ou bien l’utilisation des sépultures des prieurs ou des documents nécrologiques de la commanderie de Montferrand, à supposer qu’il y en ait eu, comme source pour cette « liste18 ». Le lieu du siège du prieuré semble avoir fluctué, à l’instar de celui du prieuré de Champagne19. La question territoriale mérite néanmoins toute notre attention car ces dignitaires sont issus de lignages anciennement implantés dans le diocèse de Clermont20. Ils ont probablement fait leurs premières armes au sein de l’ordre dans la commanderie Montferrandaise ou dans d’autres maisons du diocèse. Odon de Montaigu n’a toutefois pas choisi Montferrand pour son lieu de sépulture, mais la commanderie d’Olloix, où son gisant a été identifié par Jean-Bernard de Vaivre et où a peut-être débuté son parcours dans l’ordre21. Les raisons qui ont poussé Odon de Montaigu à choisir Chauliac pour la réalisation de ces peintures restent néanmoins difficiles à cerner. Cette peinture est un des rares exemples de mise en image dans le cadre monumental des préoccupations funéraires des frères, notamment des dignitaires dans une logique successorale. Les enfeus de Montbrison et de Toulouse22, les gisants conservés en Auvergne, à Lavaufranche ou à Rhodes23, sont le reflet de l’importance accordée à la sépulture des dignitaires et des bienfaiteurs, mais reflètent une logique plus individuée, liée à la présence de la dépouille. La mise en place sous la forme de cortège de priants n’est pas sans rappeler la peinture du dernier quart du xiiie siècle située dans la chapelle rayonnante consacrée à saint Bonnet, à la cathédrale de Clermont. Six chanoines prient et sont tournés vers un ange qui semble les présenter à un intercesseur non conservé. Une différence de taille peut néanmoins être notée puisque l’inscription qui accompagne le cortège fait état d’une sépulture collective pour ces chanoines24. Cette représentation peut donc être considérée, en l’état actuel des peintures conservées, comme un unicum dans le cadre des ordres religieux militaires, par son sujet, une représentation successorale, et par son implantation non associée à une sépulture.

Une affirmation de l’ethos aristocratique et chevaleresque de l’Hôpital

  • 25 Nicholson, 2009, p. 782.
  • 26 Vaivre, 2006, p. 1048.
  • 27 Flori, 1978, p. 247-278 ; Flori, 1986, p. 97-111 ; Gaposchkin, 2013, p. 54.
  • 28 Andrieu, 1940, p. 447-450 et 549-550.
  • 29 Davy, 1999b.
  • 30 Mousson, 1988.

7Il est un autre aspect de ces peintures, en lien avec l’identité de l’ordre, qui mérite d’être souligné : une évocation de sa nature militaire et de son ethos aristocratique. En effet, sur l’ébrasement sud de la baie axiale (Ill. 23), figure un roi qui pourrait être David, par sa position, le regard levé vers le haut et tenant quelque chose dans la main : ce n’est pas le psalmiste, mais le combattant face à Goliath qui semble être représenté ici, valorisant ainsi le combat physique pour la gloire de Dieu, opéré par ces religieux militaires, fréquemment associés par les papes à la « tradition biblique de la guerre sainte25 ». Saint Louis, reconnaissable à sa couronne et à son équipement militaire, est peint à sa suite sur le mur oriental26. Il rappelle les croisades en Orient auxquelles les Hospitaliers prirent une bonne part. Le motif peut également renvoyer aux relations privilégiées entretenues par l’ordre avec la royauté et les élites. Néanmoins, la présence du roi biblique peut être une évocation de la liturgie de la chevalerie, par sa proximité avec le Christ ressuscité portant l’étendard et celle des figures de saint Michel et de Saint Georges, conservées de manière lacunaire dans les ébrasements de la baie sud. En effet, la benedictio vexilli rapproche, dès ses origines au xe siècle au sein de l’Empire germanique, les armées contemporaines des armées royales bibliques en réclamant la protection de Dieu et de saint Michel pour les defensores populi Dei, comme elle a été accordée à David et Salomon27. Cette bénédiction va ensuite être intégrée à l’ordo ad armandum ecclesiae defensorum vel alium militem jusqu’à la benedictione novi militis du pontifical de guillaume Durand qui intègre la benedictio vexilii en ajoutant des références à David et à Saint Georges28. La représentation très lacunaire de saint Michel terrassant le dragon sur l’ébrasement de la baie sud pourrait être une nouvelle évocation du combat physique et spirituel, à l’instar du tout aussi lacunaire Saint Georges qui lui fait face. Ces deux saints sont d’ailleurs représentés, dès le xiie siècle, à la chapelle templière du Dognon à Cressac (Ill. 43), où le rôle des frères dans la croisade et celui de defensores populi Dei sont également affirmés à travers une représentation de la bataille des croisés contre Kerboga et par une figure de Constantin29. Les Hospitaliers ont encore affirmé ce rôle à travers des scènes de batailles comparables, comme à Lavaufranche à la fin du xiiie siècle30.

  • 31 Vaivre, 1992, p. 588.
  • 32 Charbonnel, 2012, vol. 2, p. 190-193 et 275-279.

8À Chauliac, l’allusion à la nature militaire de l’ordre reste ténue. En 1324, Odon de Montaigu a fait partie des instigateurs d’une tentative d’expédition militaire à Rhodes que l’on croyait alors menacée par les Ottomans et le sultan mamelouk du Caire après la mort de Foulques de Villaret31. Il accompagna Géraud des Pins en Avignon pour rencontrer Jean XXII, qui leur délivra la bulle Tam Hospitale en 1325 afin d’appuyer leur demande auprès du roi Charles le Bel. Cette expédition ne s’est finalement pas faite, les craintes liées à une attaque de Rhodes n’ayant plus lieu d’être. Cette tentative montre que l’activité militaire est pourtant encore d’actualité et que le commanditaire des peintures s’y est investi. Dans la région, saint Michel est assez fréquemment représenté à travers la peinture murale au sein des églises. C’est notamment le cas à Jaleyrac (Cantal), à la chapelle castrale de Peyrusse (Haute-Loire) ou encore sur la baie axiale orientale de Mazerat-Aurouze (Haute-Loire). Ces deux ensembles peuvent être rapprochés, par leur statut (chapelle castrale pour Peyrusse) ou par leur iconographie des milieux aristocratiques – Saint Louis, Saint Georges à Jaleyrac et représentation d’un chevalier avec répétition de son motif héraldique à Mazerat-Aurouze –, autres utilisateurs de la benedictione vexilii32. Une opération de cette liturgie chevaleresque reste peu probable à Chauliac. Mais ces saints, par leur statut prépondérant au sein de la chevalerie qui se traduit dans la liturgie, sont un rappel de l’ethos aristocratique de l’ordre et de son rôle militaire.

Les prérogatives liturgiques et l’hagiophilie de l’ordre

  • 33 Andrault-Schmitt, 2002.
  • 34 Legras et Lemaitre, 1991, p. 82-85.
  • 35 Legras et Lemaitre, 1991, p. 98.

9Claude Andrault-Schmitt, dans son article sur Paulhac, a bien rappelé que la dimension martiale de ces ordres ne doit pas occulter leur dimension religieuse et spirituelle qui « soutient » et légitime leur rôle militaire33. Comme Anne-Marie Legras et Jean-Loup Lemaitre l’ont démontré, les textes normatifs de l’Hôpital stipulent ainsi que les frères ont l’obligation de réciter les heures canoniales à neuf leçons, suivant ainsi l’ordo canonicus34. La pratique de l’office semble avoir été plus rigoureuse que chez les Templiers dont la règle prévoit quelques aménagements. En effet, chez les Hospitaliers, tout frère qui manque matines cinq jours consécutifs perd l’habit. Le seul aménagement prévu concerne les frères non lettrés qui récitent 150 Pater noster à la place des 150 psaumes, et cela en une fois, au moment de la journée qui leur convient le mieux. Les statuts d’Hugues Revel de 1262 précisent que les livres des frères défunts doivent aller au trésor, à l’exception des bréviaires, des psautiers non glosés et des romans et chroniques35.

  • 36 Carraz, 2009e.
  • 37 Charbonnel, 2012, vol. 2, p. 270.
  • 38 Vaivre, 2006, p. 1048.
  • 39 Legras et Lemaitre, 1991, p. 88.
  • 40 Pour les anciens diocèses de Clermont et du Puy, sur 30 décors d’abside conservés, 24 optent pour (...)
  • 41 Kirch, 2004, vol. 2, p. 23.
  • 42 Vaivre, 1992, p. 578.
  • 43 Legras et Lemaitre, 1991, p. 88.

10Les autres peintures de la chapelle sont donc à associer à la célébration du culte divin et à l’hagiophilie de l’ordre qui se caractérise, entre autres, par un fort attachement au culte des reliques et leur rôle dans la diffusion de celles-ci36. La base de la voûte est occupée par un faux appareil à quintefeuilles, tandis qu’un lion dans un médaillon (Ill. 22) témoigne de la présence d’un Christ en majesté entouré des quatre Vivants sur la voûte. Les deux premiers saints du registre haut du mur sud, dont un personnage tonsuré, ont le regard tourné vers l’est et sont associés dans une même séquence (Ill. 24). Ils ne sont pas sans rappeler, par leur attitude et leur style, les apôtres de l’église de Montfermy au nord-est de l’ancien diocèse de Clermont37. Un bâton de bois entre les deux apôtres pourrait signaler qu’il s’agit de saint André38. L’autre apôtre tenant un livre pourrait être l’un des quatre évangélistes. Vient ensuite, de l’autre côté de la baie, un saint représenté frontalement, dans une attitude hiératique, qui pourrait encore être un apôtre. Parmi ces apôtres, se trouvent peut-être saint Pierre et saint Paul. Ils sont les seuls apôtres pour les fêtes desquels des offices obligatoires sont établis chez les Hospitaliers39. Les autres apôtres étaient vraisemblablement figurés dans les neuf arcades du registre inférieur des murs nord et sud. Le motif du Christ en majesté accompagné des apôtres est très fréquent dans les peintures de l’ordre et au-delà40. Il constitue une des bases iconographiques pour la célébration de l’eucharistie. L’image a joué un rôle essentiel dans la structuration conceptuelle et rituelle du pôle oriental, notamment après la reconnaissance de la présence réelle lors de la célébration de l’eucharistie. La piscine et l’armoire liturgiques de la chapelle hospitalière de La Croix-au-Bost et le décor peint qui les entoure montrent une pratique régulière de la célébration du rite eucharistique au sein des établissements hospitaliers41. La Vierge à l’Enfant commandée par Odon de Montaigu possède par ailleurs une réserve à hosties42. Enfin, les statuts d’Hélion de Villeneuve rédigés en 1332 précisent que les frères sont tenus d’assister à la messe et à la procession le jour de la « feste de l’eucharistie », ajoutant ainsi une messe obligatoire aux 15 messes déjà présentes dans les statuts d’Hugues Revel de 126243. D’autres messes obligatoires venaient s’ajouter dans le courant de l’année.

  • 44 Beltjens, 2009.
  • 45 Mousson, 1988, p. 49.
  • 46 Andrault-Schmitt, 2002, p. 121-122.
  • 47 D’Agostino, 2008, p. 99.
  • 48 Legras et Lemaitre, 1991, p. 82.
  • 49 Legras et Lemaitre, 1991, p. 88.

11Sur le registre intermédiaire du mur est (Ill. 23), saint Jean-Baptiste est représenté, associé à un Christ ressuscité qui occupe l’ébrasement nord de la baie axiale, soulignant ainsi le rôle joué par le Précurseur dans l’histoire du salut. Il est le premier des saints honorés par les Hospitaliers, en tant que saint titulaire de la maison-mère de Jérusalem, à l’origine de l’ordre. Bon nombre des chapelles de l’Hôpital en Occident vont, à l’instar de celle de Chauliac, lui être dédiées par la suite et il inspire l’une des iconographies maîtresses au sein de celles-ci44. Saint Jean-Baptiste fait ainsi l’objet d’un cycle à Lavaufranche45. Claude Andrault-Schmitt a rappelé que ce saint était également en faveur chez les Templiers puisque cette chapelle lui est dédiée et que la Décollation du saint y est représentée46. Au-delà des questions purement hagiophiliques et dédicatoires, Laurent d’Agostino a proposé de voir dans ces deux personnages de Jean-Baptiste et du Christ représentés à la suite du cortège de priants, une affirmation du Christ comme « suzerain » des Hospitaliers et de Jean-Baptiste et une évocation de la dépendance directe de l’ordre à la papauté47. Cette représentation s’explique aussi par la place centrale du saint dans la liturgie des frères. En effet, une bulle de Benoît XI, datée du 9 mars 1304, qui fait suite aux statuts de guillaume de Villaret donnés en 1300, permet aux Hospitaliers de réciter une fois par semaine les neuf leçons des matines, les heures du jour et la messe en l’honneur de saint Jean-Baptiste, sauf pendant l’Avent et le Carême et s’il n’y a pas d’autre fête. La bulle désigne d’ailleurs le précurseur comme « beato Johanne Baptista, in cujus honore dictum Hospitale constructum existit » et cette célébration hebdomadaire constitue une spécificité des Hospitaliers48. La grand messe du jour de la nativité de saint Jean-Baptiste est l’une des 15 messes obligatoires dans les statuts d’Hugues Revel promulgués en 126249. Les sanctions pour l’absence à l’une de ces messes sont les mêmes que pour matines et peuvent donc aller jusqu’à la perte de l’habit.

  • 50 Dondi, 2004, p. 292.
  • 51 Il s’agit d’une partie des reliques envoyées par Charles Ier (Delaville le Roulx, 1894-1906, no 36 (...)
  • 52 Carraz, 2005, p. 271.
  • 53 Le contenu iconographique de cet ensemble est très proche de celui de la chapelle Saint-Jean de Vi (...)

12Plusieurs saints sont ensuite représentés sur le mur sud. Les trois premiers, mentionnés précédemment, sont probablement des apôtres. Le dernier saint du mur méridional est plus facilement identifiable : il s’agit de saint Blaise guérissant les animaux (Ill. 25). Héritage de la liturgie du Saint-Sépulcre de Jérusalem, il est intégré au calendrier à la date du 2 février, mais les raisons de son succès au sein de l’ordre de l’Hôpital vont au-delà de cette inscription au calendrier50. En effet, l’église hospitalière de Saint-Jean d’Aix conservait des reliques du saint depuis 127851. Les chapelles templières de grasse et d’Avignon possédaient également des reliques du saint au début du xive siècle52. Le culte de ce saint médecin a visiblement trouvé un terrain favorable au sein des ordres militaires et hospitaliers. Son culte peut aussi être mis en lien avec les activités agricoles des frères, principale source de financement de leurs activités en Orient. Saint Blaise est beaucoup représenté dans la zone de la Limagne et le parti pris de la représentation du saint soignant les animaux pourrait aller dans ce sens53. Ainsi, Odon de Montaigu, au-delà des aspects mémoriels liés aux dignitaires, a pris soin de faire élaborer des peintures qui « servent » la célébration liturgique dans cette petite chapelle, tout en rappelant la dimension eschatologique du lieu de culte.

  • 54 Carraz, 2009b ; et Heullant-Donat, 2009.
  • 55 Carraz, 2009d.

13Les peintures de Chauliac sont le reflet de l’ordre qui les porte, dont l’identité possède bien des facettes. Les peintures reflètent, d’une part, l’importance du caractère religieux de l’ordre, au sein duquel la récitation quotidienne des offices et la liturgie funéraire sont centrales. Ainsi, nous avons vu que la représentation successorale d’Odon de Montaigu reste une démarche assez rare et participe des preuves de l’attachement à la mémoire de l’ordre, à sa hiérarchie et à sa représentation, en l’absence de grande figure martyriale54. Damien Carraz a rappelé que le rapport à la mort des frères est profondément lié à leur mission militaire sur la « frontière » et au risque de mort sur des terres non chrétiennes, dans l’anonymat55. Le parti pris de la représentation des prieurs dans leur ordre de décès constitue un indice de l’importance accordée à la liturgie funéraire et à la commémoration des dignitaires hospitaliers. Il témoigne, en outre, du caractère centralisé et uniforme des pratiques liturgiques, à l’instar des représentations christiques et hagiographiques présentes dans la chapelle. Les peintures contribuent, d’autre part, à l’affirmation du pan militaire de l’ordre et de son ethos aristocratique. Cette affirmation est plus ténue que dans d’autres ensembles iconographiques : les scènes de bataille, relativement fréquentes dans les peintures associées aux ordres militaires de cette époque, n’apparaissent pas. C’est donc peut-être davantage la dimension aristocratique et chevaleresque de l’ordre qui est revendiquée ici, par les figures de saints représentées et par l’utilisation faite de l’héraldique. La double fonction religieuse et militaire de l’Hôpital, ainsi que son profil aristocratique, éléments centraux de son identité, sont ainsi parfaitement traduits en images à Saint-Jean de Chauliac. Reste à savoir ce qui a conditionné le choix de ce petit établissement par Odon de Montaigu. Cette question restera probablement en suspens encore longtemps.

Pl. 1 : Schéma de répartition des thèmes du décor de la chapelle Saint-Jean de Chauliac

Notes

1 D’Agostino, 2008, p. 94-96.

2 Vaivre, 2006, p. 1045-1055 ; D’Agostino, 2008.

3 Vaivre, 2006, p. 1053.

4 Vaivre, 2006, p. 1048, fait état des problèmes de « restitutions énergiques » dès après la mise au jour des peintures. Nous n’avons malheureusement pas pu accéder à la chapelle, malgré de nombreuses sollicitations auprès du propriétaire.

5 Vaivre, 1997, p. 977-979.

6 Vaivre, 1997, p. 976 et 986.

7 Vaivre, 1997, p. 976.

8 Dectot, 2009, p. 917. Le gisant d’Odon de Montaigu, identifié par Jean-Bernard de Vaivre à Olloix, porte d’ailleurs l’habit conventuel (Vaivre, 1992, p. 602-608).

9 La succession des six premiers prieurs d’Auvergne a été reconstituée par Vaivre, 1997.

10 Vaivre, 1992, p. 599-602.

11 Vaivre, 1992, p. 578-586.

12 Vaivre, 2006 p. 1053, pense que les peintures datent des débuts d’Odon de Montaigu au sein de l’ordre, avant son accession à la dignité de prieur, en raison de sa position à la fin du cortège. Cet auteur n’avait pas fait les rapprochements héraldiques entre Odon et ses prédécesseurs.

13 Gazeau, 2004, p. 17.

14 Delaville le Roulx, 1894-1906, t. III, no 3039, art. 51, p. 54.

15 Sinclair, 1986, p. 122.

16 Legras et Lemaitre, 1991, p. 95.

17 Ces inscriptions ont été compilées dans Vaivre, 1997, et ont servi de base à l’auteur pour établir une nouvelle liste des premiers grands prieurs d’Auvergne.

18 Lemaitre, 2009. Bien que la règle hospitalière mentionne l’inscription des défunts dans le calendrier de chaque établissement, peu de documents nous sont parvenus.

19 Vaivre, 1997, p. 966.

20 D’Agostino, 2009, p. 129.

21 Vaivre, 1992, p. 602-608.

22 D’Agostino, 2010, p. 269 ; Pousthomis-Dalle, 2002.

23 Vaivre, 1997 ; Mousson, 1988, p. 49 ; et Vaivre, 1998.

24 Charbonnel, 2012, vol. 2, p. 111.

25 Nicholson, 2009, p. 782.

26 Vaivre, 2006, p. 1048.

27 Flori, 1978, p. 247-278 ; Flori, 1986, p. 97-111 ; Gaposchkin, 2013, p. 54.

28 Andrieu, 1940, p. 447-450 et 549-550.

29 Davy, 1999b.

30 Mousson, 1988.

31 Vaivre, 1992, p. 588.

32 Charbonnel, 2012, vol. 2, p. 190-193 et 275-279.

33 Andrault-Schmitt, 2002.

34 Legras et Lemaitre, 1991, p. 82-85.

35 Legras et Lemaitre, 1991, p. 98.

36 Carraz, 2009e.

37 Charbonnel, 2012, vol. 2, p. 270.

38 Vaivre, 2006, p. 1048.

39 Legras et Lemaitre, 1991, p. 88.

40 Pour les anciens diocèses de Clermont et du Puy, sur 30 décors d’abside conservés, 24 optent pour cette disposition iconographique (Charbonnel, 2012, vol. 1, p. 128).

41 Kirch, 2004, vol. 2, p. 23.

42 Vaivre, 1992, p. 578.

43 Legras et Lemaitre, 1991, p. 88.

44 Beltjens, 2009.

45 Mousson, 1988, p. 49.

46 Andrault-Schmitt, 2002, p. 121-122.

47 D’Agostino, 2008, p. 99.

48 Legras et Lemaitre, 1991, p. 82.

49 Legras et Lemaitre, 1991, p. 88.

50 Dondi, 2004, p. 292.

51 Il s’agit d’une partie des reliques envoyées par Charles Ier (Delaville le Roulx, 1894-1906, no 3657, 1er avril 1278). Nous renvoyons à l’article de D. Carraz et Y. Mattalia dans cet ouvrage.

52 Carraz, 2005, p. 271.

53 Le contenu iconographique de cet ensemble est très proche de celui de la chapelle Saint-Jean de Vic-le-Comte, proche, puisqu’il se trouve à quelques kilomètres, et exécuté dans une chronologie assez comparable, durant le deuxième quart du xive siècle. En effet, les apôtres sous arcades y sont accompagnés de saint Jean-Baptiste et saint Blaise, avec, néanmoins, un traitement de l’iconographie des deux figures qui diffère de celle de Chauliac, puisque celles-ci sont évoquées à travers deux cycles comportant plusieurs scènes (Charbonnel, 2012, vol. 2, p. 345-347).

54 Carraz, 2009b ; et Heullant-Donat, 2009.

55 Carraz, 2009d.

Table des illustrations

Légende Pl. 1 : Schéma de répartition des thèmes du décor de la chapelle Saint-Jean de Chauliac
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12846/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

Auteur

Membre du laboratoire Ausonius (UMR 5607) Elle a soutenu en 2012 à l’université Blaise-Pascal - Clermont-Ferrand II une thèse de doctorat intitulée « Materialibus ad immaterialia ». Peinture murale et piété dans les anciens diocèses de Clermont et du Puy du xiie au xve siècle. Elle a également mené une recherche post-doctorale dans le cadre du programme ANR MARGEC « Marginalité, économie et christianisme. La vie matérielle des couvents mendiants en Europe centrale (v. 1220-v. 1550) », coordonné par M.-M. de Cevins au sein du CERHIO à rennes.

© Presses universitaires du Midi, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540