Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images et ornements autour des ordres militaires au Moyen Âge

 | 
Damien Carraz
, 
Esther Dehoux

L'image-objet dans les commanderies : premiers bilans

Images et ornements. Pour une approche de l’environnement visuel des ordres militaires dans le Midi (xiie-xve siècle)

Images and ornamenta. A survey on the military Orders’ Visual Environment in Southern France (12th to 15th Centuries)

Damien Carraz et Yoan Mattalia

Résumé

La spiritualité promue au sein du monachisme militaire par les frères du Temple et de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem trouve un moyen d’expression dans l’image. Objet et support de dévotion d’une grande richesse iconographique, elle orne les édifices de la vie domestique communautaire et les lieux ecclésiaux qui s’élèvent dans l’enclos de ces maisons religieuses. Le regard croisé entre Languedoc et Provence du xiie au xve siècle, à partir d’une enquête sur les images peintes et sculptées, les ornamenta et autres réceptacles de corps saints, permet de mettre en lumière un pan de l’environnement visuel des Templiers et des Hospitaliers au sein de leur habitat. Malgré la faible quantité d’ensembles picturaux conservés dans le Midi, l’enquête bénéficie de nouvelles découvertes, de la réinterprétation d’anciens dossiers associés à d’autres, plus problématiques, qui renouvellent notre perception du rôle de l’image au sein des établissements templiers et hospitaliers méridionaux. Elle éclaire également le riche potentiel de l’étude de la statuaire et des ornamenta présents dans les chapelles des frères, tels qu’ils apparaissent dans les inventaires de ces établissements religieux

The spirituality promoted by the military monasticism of the Knights Templar and the Hospital of St John of Jerusalem found its expression in images. As represented by the extant iconographic wealth, images were the subject and support of devotion, and adorned conventual buildings as well as chapels built in these orders’ religious compounds. Focusing on the regions of Languedoc and Provence, from the 12th to the 15th centuries, this study considers a part of the Templars and the Hospitallers’ visual environment, such as painted and carved images, ornamenta, and reliquaries. Despite the small amount of paintings preserved in Southern France, this survey benefits from new discoveries and the reinterpretation of previously studied examples. The article provides a revitalizing perception of the role of the image in the military orders ; it also underlines the rich potential of studying the statuary and ornamenta, which played a key-role in liturgy, that appear in the commandery inventories.

Texte intégral

  • 1 Baschet, 2011.

1La dimension religieuse des ordres militaires, perceptible notamment à travers les pratiques liturgiques des frères du Temple et de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, le culte des saints et la spiritualité promue au sein du monachisme militaire, prenait corps dans un habitat monastique qui, en France méridionale, adoptait une organisation topographique et monumentale diverse, puisant ses sources dans l’architecture ecclésiastique, castrale et civile. Tenter d’approcher de manière plus tangible, dans ce lieu de vie communautaire, la spiritualité des frères et l’environnement matériel qui l’accueillait est délicat tant les sources écrites font défaut sur la question. Nous avons donc choisi de l’appréhender en nous intéressant au medium de l’image, peinte ou sculptée, présente dans les différents espaces qui définissaient la commanderie. Si les images et leur message jouent en effet un rôle structurant dans l’élaboration de l’espace1, qu’il soit ecclésial ou bien domestique, celles-ci donnent encore à voir un pan de la culture et de la spiritualité de ces communautés régulières. Derrière la présence des images se pose notamment la question de la commande et de la place des frères dans le choix des programmes iconographiques qui ornent les murs des espaces où ils résident. Leur analyse présente, cependant, un certain nombre de difficultés inhérentes à la faible proportion de décors peints ou sculptés conservée. Pour y remédier et tenter d’approcher un peu mieux la spiritualité des frères, l’analyse du mobilier liturgique destiné à la célébration du culte fournit une intéressante piste de recherche lorsqu’il est possible de l’associer aux reliques, à leurs reliquaires et aux images de dévotion qui ornaient le sanctuaire. Étudier conjointement le décor monumental des bâtiments conventuels et des chapelles, avec les reliques et les ornamenta qui y étaient conservés, permet ainsi d’entrevoir un pan de l’environnement visuel des Templiers et des Hospitaliers, de la Provence au Languedoc, entre le xiie et le xve siècle.

  • 2 Pour un premier état de la question dans le Midi de la France, voir Carraz, 2005b, p. 328-332 ; et (...)
  • 3 Boyer, 1972, p. 77-110.

2Pour ce faire, il est nécessaire de faire feu de tout bois et nous avons souhaité étendre l’enquête à plusieurs catégories de sources. Attestés dès le xiie siècle, les ensembles peints et sculptés exécutés dans des édifices à caractère religieux ou civil sont relativement peu nombreux. Aussi, pour compléter ces quelques traces matérielles encore conservées, il est nécessaire d’exploiter une documentation écrite, quant à elle, relativement abondante mais qui fournit des indications souvent partielles. Il s’agit des inventaires du mobilier des chapelles des commanderies rédigés à partir du xive siècle. Leur description des reliquaires et des différents ornamenta restitue de manière très concrète l’éclat des sanctuaires accueillant les célébrations liturgiques qui rythmaient la vie quotidienne des frères. Les actes de la pratique apportent, par ailleurs, des données ponctuelles sur les dédicaces des espaces sacrés, mais nous avons préféré ne pas exploiter cette piste dans le cadre de cette étude2. Les séries de visites de l’ordre de Malte fournissent également des données riches qu'il faut néanmoins prendre avec précaution. On y trouve certes quantité d’informations sur la décoration des lieux de culte ou les reliques qui y sont conservées, mais les réformes successives qui ont marqué l’Église romaine entre la reprise en main pastorale du xve siècle et les suites du concile de Trente, comme les changements de mode, ont profondément modifié les aménagements médiévaux. Par exemple, l’église hospitalière Saint-Jean-de-Malte à Aix-en-Provence avait gardé un aspect très médiéval jusqu’au dernier tiers du xviie siècle, lorsque le prieur Viany entreprit des aménagements de grande ampleur, notamment en faisant détruire le chœur liturgique gothique, édifier de nouvelles chapelles latérales et déplacer certains tombeaux monumentaux3. Par conséquent, le hiatus chronologique entre les inventaires médiévaux et les visites de l’Époque moderne ne permet pas toujours d’exploiter correctement ce type de sources et de repérer ce qui a pu participer d’une organisation médiévale du lieu de culte. Nous proposons donc un premier bilan reprenant, pour une part, quelques dossiers anciens que l’on croyait bien connus, mais reconsidérés par de récents travaux. Nous avons, d’autre part, souhaité mettre l’accent sur des dossiers injustement méconnus, qui renouvellent pourtant considérablement notre perception de l’environnement visuel des frères du Temple et de l’Hôpital dans leur lieu de vie.

Images peintes et sculptées dans les maisons templières et hospitalières méridionales

Édifices de la vie domestique

  • 4 On a déjà mentionné, dans le rapport introductif, les cas de la commanderie templière de Montfrin (...)
  • 5 Carraz et Aspord-Mercier, 2010, p. 311-313.
  • 6 La première description de l’ensemble peint est due à requin, 1904, p. 8-12.
  • 7 Carraz, 2005b, p. 145 et 273 ; et sur le rectorat de Villaret qui exerça cette fonction jusqu’en 1 (...)

3À l’échelle de la Provence, rares sont les bâtiments conventuels relevant de commanderies à avoir été conservés en élévation. Si les chances de découvrir des décors dans ce contexte sont donc bien limitées, les actes de pratique attestent que certains espaces privilégiés – aula, camera – avaient reçu un traitement pictural dès le xiiie siècle au moins4. Il n’est guère étonnant de trouver de telles mentions puisque les frères évoluaient, à cette époque, dans un cadre de vie tout à fait comparable à celui des hôtels aristocratiques, notamment en milieu urbain5. De ce point de vue, l’actualité de la recherche engage surtout à évoquer un dossier très connu et qui a suscité de multiples interprétations depuis sa première publication au début du xxe siècle : il s’agit des peintures de la tour Ferrande de Pernes, en Vaucluse6. Ce bourg était au xiiie siècle le lieu de résidence du sénéchal en Venaissin, puis des recteurs pontificaux lorsque la papauté récupéra l’administration directe du comté en 1274. Or, l’ordre de l’Hôpital ne fut pas étranger à la petite ville : une modeste commanderie y est attestée depuis le début du xiiie siècle, tandis que le premier recteur fut le prieur de Saint-Gilles, guillaume de Villaret7. Certains érudits avaient proposé de rattacher cette commanderie à la tour qui renferme aujourd’hui les célèbres décors, mais cette hypothèse, étayée par aucune source, est désormais caduque.

  • 8 Favreau (dir.), 1988, p. 178-184 ; Jéquier, 1977 (interprétations aujourd’hui périmées).
  • 9 . Mazel, 2002a.
  • 10 Deschamps, 1963, p. 346-347. Bertrand d’Orange est mentionné comme commandeur de Pernes en mars 12 (...)
  • 11 Curzi, 2007a, p. 23. L’auteur a cru reconnaître Bertrand de Baux dans le duel placé sous la scène (...)
  • 12 Le Deschault de Monredon, 2015a, p. 57-100 ; Le Deschault de Monredon, 2015b.
  • 13 Luttrell et Legras, 1978, p. 628.
  • 14 La réalisation était jusque-là placée entre 1285 et le début du xive siècle (Deschamps, 1963, p. 3 (...)

4Il n’y a pas lieu de décrire ici ce fameux ensemble peint qui se développe au troisième niveau de l’édifice. Celui-ci a suscité une importante bibliographie et il suffit de rappeler qu’il s’agit d’un programme dont les épisodes se réfèrent à la fois à des événements historiques et à des thèmes romanesques (Pl. 1). La narration, qui s’appuie sur l’épigraphie et sur l’héraldique, ne laisse guère de doutes sur le sens de la plupart des scènes8. Celles-ci sont à la gloire, d’une part de la conquête du royaume de Sicile par Charles Ier d’Anjou, d’autre part du grand lignage provençal des Baux qui a rallié les princes angevins et dont trois membres au moins ont participé aux campagnes italiennes. La glorification des Baux passe notamment par le recours à la geste de guillaume d’Orange à travers la représentation de son duel contre le Sarrasin Ysoré relaté dans le Moniage Guillaume. Rappelons que guillaume d’Orange, « sécularisé » par le roman épique, dérive du personnage historique de Guilhem de Gellone († 812), comte carolingien, sanctifié par la tradition monastique pour s’être illustré contre les infidèles, avant de fonder le monastère de Gellone où il finit sa vie comme moine9. Ce qui incite à évoquer à nouveau cet ensemble peint pourtant connu est l’identité du commanditaire. Paul Deschamps avait proposé d’y voir un certain Bertrand d’Orange, commandeur de l’Hôpital de Pernes attesté à la fin du xiiie siècle et issu du lignage des Baux d’Orange10. L’hypothèse en était restée là, jusqu’à ce que Gaetano Curzi suggère plutôt d’attribuer les décors à un autre Bertrand de Baux († 1305), le troisième du nom, qui avait reçu le comté d’Avellino de Charles Ier d’Anjou en 1278 et qui pouvait avoir conservé une résidence à Pernes11. Or, le dossier a récemment été repris par Térence Le Deschault qui a entièrement réinterprété plusieurs scènes peintes12. Pour notre propos, l’intérêt de cette relecture est de permettre de revenir à un frère de l’Hôpital appartenant toujours au lignage de Baux. Il ne s’agit plus d’un Bertrand mais de Barral II, attesté successivement comme lieutenant du maître au prieuré de Capoue (1309), puis comme commandeur de gap (1312-1314) et de Tallard (1318)13. Ce cadet de Bertrand III était également resté seigneur ou co-seigneur de divers lieux autour de Pernes où il peut très bien avoir possédé un hôtel. D’autre part, l’identification d’une scène à l’exécution de Jourdain VI de L’Isle-Jourdain a permis de préciser la datation de l’ensemble peint, désormais placée entre 1323 – date du supplice de ce petit-fils de Jourdain IV – et 1331, mort de Barral II de Baux14.

  • 15 Barral II relève de la branche de Baux (cf. Mazel, 2002b, p. 629-630 et 635).
  • 16 Favreau, 1976-1977.
  • 17 Jamot, 1938 ; Léonelli, 1980 ; Léonelli, 2016.

5Le sens général du programme ne s’en trouve cependant pas modifié : la commande fut bien effectuée pour servir la glorieuse mémoire de la lignée des Baux présentés comme des champions de l’Église. Dans notre optique, il faut surtout rappeler la représentation de guillaume d’Orange (Ill. 11), à la fois ancêtre mythique des Baux d’Orange et saint guerrier auquel des chevaliers des ordres militaires pouvaient facilement s’identifier. Guillaume arbore sur son écu et sur sa housse de cheval les armoiries du monastère de Gellone (un lion rampant) et non celles des princes d’Orange (un cornet). C’est donc bien son combat pour l’Église qui est mis en avant ici, au détriment de son rattachement mythique à la lignée centrale des Baux d’Orange, à laquelle Barral II, le commanditaire, n’appartient pas15. D’autre part, avec la scène d’investiture du royaume de Sicile par Clément IV (Pl. 1), c’est également la figure centrale du pape, placé au-dessus du prince, qui est valorisée et qui peut renvoyer à la fidélité de l’Hôpital, le propre ordre de Barral II, à l’égard de Rome. Les claires références politiques et l’exaltation de la lignée qui dictent ce programme ne révèlent quasiment rien du statut religieux du maître d’ouvrage. L’ambiance relève entièrement de l’univers chevaleresque, même si elle laisse une place discrète à certains sujets religieux comme saint Christophe portant le Christ sur ses épaules ou la Vierge à l’Enfant de part et d’autre de l’entrée de la salle16. En conclusion de son article, Térence Le Deschault souligne que le commanditaire n’apparaît jamais personnellement dans le décor, même par le biais d’un blason ou d’une inscription. Il se met en valeur par les renvois à une série d’ancêtres et par un jeu subtil de modèles et de contre-modèles, le tout montrant à la fois la finesse et la culture du maître d’œuvre. L’identification du commanditaire à l’Hospitalier Barral II met en lumière le fait que certains dignitaires des ordres militaires, en marge de leur carrière, ont pu se livrer à d’importantes commandes artistiques. S’il s’agit d’un aspect encore méconnu du comportement de ces frères avant la fin du Moyen Âge, il faut désormais prendre en compte le fait que, dès le xiiie siècle au moins, ceux-ci manifestaient avec éclat leur ethos aristocratique. En se projetant quelques décennies plus tard, tout en restant en Venaissin, on peut rappeler l’image de mécène attachée à Juan Fernández de Heredia, capitaine général du Comtat et, surtout, important dignitaire de l’Hôpital appelé à la charge de grand-maître de 1377 à 1396. Outre les nombreuses commandes de manuscrits liées à la création d’une bibliothèque de prestige, on lui doit notamment les décors d’un hôtel de Pont-de-Sorgues. Datées des années 1360-1370, ces peintures offrent des thèmes entièrement profanes (chasse, scène galante) et tout à fait dans la lignée des réalisations connues pour des livrées cardinalices de la même époque17.

  • 18 Marin (dir.), 2011. Cf. également Le Deschault de Monredon, 2015a, p. 188-189.
  • 19 La datation de la réalisation de ce décor peint ainsi que l’identité de son commanditaire posent p (...)

6Dans le Sud-Ouest, si les bâtiments conventuels de nombreuses commanderies ont conservé d’importants vestiges architecturaux, rares sont leurs décors peints qui ont subsisté ou qui ont été mis au jour. Certains exemples exceptionnels témoignent, cependant, de l’importance et de la qualité des ensembles picturaux que ces édifices ont pu posséder. C’est le cas de l'établissement urbain des frères du Temple de Périgueux, la maison « des Dames de la foi » étudiée par Agnès Marin18. L’édifice s’élève dans la rue des Farges, axe principal du bourg médiéval du Puy-Saint-Front. Maison-bloc à deux niveaux de plan trapézoïdal, elle a sans doute été édifiée dans la seconde moitié du xiie siècle ou dans les premières décennies du xiiie siècle par une des familles patriciennes du bourg comtal. Construite en position dominante dans le quartier, elle se distinguait originellement par son indépendance vis-à-vis du tissu urbain environnant et par le décor de moulures qui soulignait les ouvertures des différents niveaux de sa façade principale sur rue. Le rez-de-chaussée autonome accueillait probablement des activités économiques, tandis que l’étage noble était voué à la résidence. Les frères de la commanderie du Temple d’Andrivaux ont acheté l’édifice avant 1247. Ils sont à l’origine de nombreuses modifications architecturales et de divers aménagements qui témoignent du bouleversement fonctionnel et du changement d’affectation de l’étage noble. Toutes les baies ont ainsi été soigneusement bouchées parallèlement à la création de petits oculi destinés à réduire considérablement la luminosité de la salle. Sur les murs et le bouchage des ouvertures fut mis en place un programme ornemental et iconographique peint qui couvre sans rupture tout le périmètre de ce niveau alors débarrassé de ses cloisons légères. Pour Agnès Marin, l’ensemble est conçu comme une tenture dont les registres ornementaux se prolongent dans l’embrasure des baies. La composition des peintures murales est structurée par un arrière-plan décoratif à plusieurs registres horizontaux de motifs végétaux géométriques séparés par des bandes ocre jaune et rouge. Une trentaine d’écus armoriés inscrits dans des quadrilobes occupent la partie médiane du mur. En haut du mur, une frise alternant une quarantaine de panneaux historiés et des carrés ornés de motifs de rubans pliés courrait sur tout le pourtour de la salle (Ill. 12). Seule une scène de la quarantaine de panneaux historiés a clairement été reconnue. Il s’agit du repas chez Simon (Ill. 13). Cinq autres panneaux traitent également d’un thème religieux signalé par la présence de personnages nimbés dont le Christ, présent sur quatre d’entre eux. Sur une scène mal identifiée, la Vierge et l’Enfant dans ses bras apparaissent dans un contexte de banquet. Ces peintures murales associant des motifs héraldiques à des scènes religieuses laissent entrevoir l’existence d’un véritable programme iconographique dont le sens général est encore difficile à appréhender en raison, notamment, d’une vision incomplète de l’ensemble du décor pictural conservé sous des enduits modernes. Sans doute réalisées à la fin du xiiie siècle ou au début du xive siècle, ces peintures murales ne laissent pas d’étonner. Elles dévoilent certains aspects de la culture religieuse savante du commanditaire qui a opté pour des thèmes rares, tel le repas chez Simon19. Il est cependant délicat d’attribuer précisément une fonction à cette salle d’apparat dont on comprend mal la volonté de confinement qui se manifeste par le bouchage de ses ouvertures, mais dont l’éclat est rehaussé par cet ensemble peint associant des motifs chevaleresques et des images religieuses.

  • 20 Mattalia, 2013, vol. 1, p. 235-236. Quinze écus ont été observés par dom Bruno Malvezin, mais leur (...)

7À Cahors, la maison templière Sainte-Marie, transformée en chartreuse par le pape Jean XXII au début du xive siècle et décrite par dom Bruno Malvezin au xviiie siècle, possédait également un ensemble de peintures murales représentant des écus armoriés. Ces peintures ornaient les murs de la « salle basse », sans doute le réfectoire ou la salle capitulaire de la communauté templière20. Peut-être s’agissait-il des armoiries de certains frères ou de celles des protecteurs et fondateurs laïcs de l’établissement templier cadurcien dont la présence traduisait la fonction, sinon de prestige, du moins mémorielle, de cet espace dédié à la vie commune.

  • 21 Fournié, 2005.
  • 22 Fournié, 2005, p. 108. Arch. dép. de la H.-G., H Malte 244 : « Immemoratis temporibus citra in par (...)
  • 23 Fournié, 2005, p. 112.
  • 24 Fournié, 2005, p. 112.

8Certains décors de peintures murales ont pu, par ailleurs, orner les façades des édifices érigés au sein des commanderies. À Toulouse, par exemple, un dossier documentaire sur l’enquête réalisée en 1496 autour du miracle d’un Crucifix suant et pleurant installé dans l’oratoire Saint-Rémi, accolé à la maison des Hospitaliers, met en évidence la présence sur les parements des murs de clôture de l’établissement religieux d’un important décor monumental étudié par Michelle Fournié21. La clôture était ainsi recouverte d’une succession d’images peintes et sculptées. On y trouvait notamment une représentation ancienne d’une Vierge de Pitié22. Elle accompagnait d’autres images de la Vierge et de plusieurs saints, comme saint Jean – on ne sait s’il s’agit du Baptiste ou de l’Évangéliste – ou saint Rémi, ancien vocable de l’édifice ecclésial de cette communauté religieuse. La statue d’un Crucifix était également abritée sous un auvent. Leur présence sur ces murs témoignait d’une dévotion à la Vierge et au Christ de la Passion, « qui s’exprimait parallèlement à celle adressée aux saints locaux qu’étaient devenus dans ce secteur de la ville saint Jean et saint Rémi23 ». Selon Michelle Fournié, ce décor monumental faisait l’objet d’un culte régulier car des lampes étaient entretenues devant ces images. Elles ne s’adressaient pas directement aux frères de l’Hôpital, mais « elles signifiaient leur acceptation de dévotions populaires dont ils profitaient en partie24 ».

Édifices ecclésiaux

  • 25 Curzi, 2002, p. 59-61.
  • 26 D’après le peu que la documentation laisse percevoir, les Templiers de Ruou maintinrent des rappor (...)

9Dans le Sud-Est, les décors peints connus à ce jour sont rares et conservés de façon très fragmentaire. Les vestiges subsistant au cul-de-four de la chapelle templière de Jalès, en Bas-Vivarais, sont parmi les plus anciens : il est difficile d’y distinguer le Christ dans sa mandorle, mais les rinceaux stylisés soulignant l’intrados de l’arc et la corniche – quoique éventuellement repeints à l’époque moderne – sont plus visibles. La chapelle templière de Ruou, dans le Var, présente un rare exemple de décor figuré attribué au dernier quart du xiiie siècle, c’est-à-dire au moment de l’apogée économique de cette commanderie25. L’édifice est actuellement à ciel ouvert et rien n’arrête donc la dégradation des revêtements muraux, aujourd’hui difficilement lisibles. Des quatre panneaux peints entre les nervures du cul-de-four absidal, l’usure du temps n’a guère laissé sur la pierre que l’empreinte des couleurs rouges/ocres de quatre figures en pied : le Couronnement de la Vierge et le Christ accompagné du Tétramorphe sont encadrés de part et d’autre par un personnage portant une crosse. Ces deux dernières figures, que l’on pourrait rapprocher d’un chapiteau de l’église de Montfrin montrant un évêque entouré de ses deux acolytes, rappellent probablement l’intérêt de l’évêque de Fréjus pour cette fondation templière26. Au même titre que les croix de consécration, également attestées dans quelques églises provençales (Comps, Trignan), de telles images semblent renvoyer de manière générale au souci de l’ordinaire de marquer sa présence face à des ordres militaires souvent tentés de lui opposer leurs privilèges d’exemption.

  • 27 Reboul, 1982, p. 13-14 ; Aliquot, 1985, p. 268-273.
  • 28 L’examen approfondi de ce dossier, que nous nous proposons de mener avec Cécile Voyer, devra notam (...)
  • 29 Albanès et Chevalier, 1901, no 195-196, col. 79-83.
  • 30 Bœuf, 1996, p. 333-334, no 189 ; Carraz, 2005b, p. 139.
  • 31 Michelozzi, 2007, p. 24-30.
  • 32 Au terme d’une courte analyse complètement déconnectée de l’histoire de l’édifice auquel cet ensem (...)
  • 33 Seules subsistent deux mitres épiscopales sous l’Annonciation et trois auréoles sous l’Adoration. (...)
  • 34 Carraz, 2003, p. 52.
  • 35 Reboul, 1981-1982 ; Michelozzi, 2007, p. 31.
  • 36 Skubiszewski, 2006, p. 334-335. Je remercie Cécile Voyer de m’avoir suggéré cette importante piste

10L’ensemble provençal le plus intéressant n’est plus visible in situ depuis que les peintures ont été déposées par l’antiquaire Marcel Simon vers 1925, mais il est aujourd’hui conservé dans les réserves de la national Gallery of Ireland de Dublin27. Si quelques experts ont douté de l’authenticité de ces peintures, qui n’ont pourtant jamais été véritablement étudiées, nous les tenons, à ce jour, bien pour médiévales en attendant de pouvoir conduire une véritable critique d’authenticité28. Ces décors proviennent d’une chapelle rurale associée à la villa Campo publico, un domaine en Argence relevant de l’Église d’Arles depuis 82429. En 1193, l’archevêque Imbert d’Eyguières avait donné aux Templiers l’église Saint-Pierre-de-Campublic avec ses droits paroissiaux, laquelle avait rapidement formé le noyau d’une nouvelle commanderie tout en restant un centre paroissial30. Lorsque les Templiers prirent possession de cet édifice qui semblait alors remonter au milieu du xie siècle, sa partie orientale fut profondément restructurée. À la fin du xiie ou au début du xiiie siècle, le chevet originel à trois absides fut remplacé par une abside polygonale flanquée au sud d’une absidiole31. Or, ce nouvel espace reçut un décor peint, sans doute très peu de temps après cette reconstruction32 (Ill. 14). L’abside principale accueillait un Christ en Majesté, surmonté d’une croix pattée au sommet de l’arc triomphal et entouré du Tétramorphe. Au-dessous, trois personnages en pied se répartissent de chaque côté de la baie axiale : à gauche, saint Paul, saint Jean l’Évangéliste et saint Laurent ; à droite, saint Pierre et deux saints non identifiés dont l’un porte une chapelle et l’autre un phylactère. Dans l’absidiole, où le registre bas a disparu33, se déployaient l’Annonciation et l’Adoration des Mages au-dessous d’un ciel constellé et de l’éventail à neuf quartiers symbolisant la hiérarchie angélique. La représentation des apôtres Pierre et Jean et de la Vierge, c’est-à-dire les saints dédicataires des autels primitifs signalés par le diplôme de 824, suggère que les Templiers ont souhaité inscrire leur présence dans l’héritage local. L’insistance sur la Vierge au moment de l’Incarnation n’offre rien de surprenant s’agissant des Templiers. On en trouve une illustration similaire au portail d’une église édifiée par l’ordre dans les années 1160 et située à moins de 15 km de distance : le tympan de Notre-Dame-de-Malpas à Montfrin présente une association de la Vierge à l’Enfant, de l’Adoration des Mages et du Songe de Joseph dans une composition très proche de celle du portail de la Vierge de l’abbatiale de Saint-Gilles34. Autrement riche de sens est le traitement de la Maiestas Domini. Plus que l’influence « orientale » ou « byzantine » remarquée par l’érudition35, il faut en retenir le motif de la mandorle en huit soulignant le Siégeant, ainsi que le Lion et le Taureau levant la tête vers la figure christique dans un profond geste d’adoration. L’origine de ces dispositions, qui ne sont plus si fréquentes aux xiie-xiiie siècles, renvoie à l’enluminure carolingienne des années 830-85036. Sans doute ce traitement original était-il une référence consciente à l’antiquité de cette église Saint-Pierre et de son domaine dont la mémoire, conservée dans les cartulaires de l’Église d’Arles, ne pouvait échapper aux nouveaux propriétaires des lieux. Aussi serait-on tenté de penser que l’archevêque d’Arles ou bien son entourage ne furent pas totalement étrangers à ce programme qui rappelait l’antiquité de l’Église d’Arles elle-même et du ministère des successeurs de saint Trophime. Alors même que l’acte de donation de 1193, inspiré par les chanoines d’Arles, insiste justement sur les droits paroissiaux rattachés à l’église Saint-Pierre, l’image absidale de la Maiestas Domini n’était-elle pas fortement liée à l’office de la messe ? De fait, le programme iconographique apparaît en cohérence avec les réaménagements architecturaux opérés par les Templiers : on peut, en effet, imaginer que la nef principale et le chœur magnifié par le Christ en Majesté aient servi à accueillir les paroissiens, tandis que le vaisseau latéral et l’absidiole sud ornée de la Vierge aient été réservés à la communauté régulière.

  • 37 L’église est aujourd’hui dédiée à saint Christophe.
  • 38 Bouvier, 2004 ; Kirch, 2004, vol. 1, p. 173-180 et 220-233, et vol. 2, p. 95-97. En dernier lieu v (...)
  • 39 Czerniak, 2004, vol. 1, p. 148 et vol. 4, p. 113-116. Deux ateliers ont travaillé de concert à l’é (...)

11On ne conserve dans le Sud-Ouest que peu de vestiges des décors peints et sculptés qui ornaient les édifices ecclésiaux des ordres militaires. Certains lieux de culte font cependant figure d’exception comme l’église templière Sainte-Marie de Montsaunès érigée dans le diocèse de Comminges avant 118037. Les peintures murales qui recouvrent les murs et les voûtes de l’édifice associées au programme iconographique sculpté des deux portails de l’église ont fait l’objet de plusieurs travaux de recherche universitaire38. Il en est de même pour l’important ensemble de peintures murales réalisé durant le deuxième quart du xvie siècle dans l’église hospitalière Sainte-Marie-Madeleine de Soulomès dans le diocèse de Cahors (Ill. 27 et 28). Ce décor monumental qui associe aux thèmes iconographiques de la Passion du Christ la présence du commanditaire des peintures, le commandeur de l’Hôpital de Soulomès agenouillé en prière devant un livre d’heures et saint Jean-Baptiste, a fait l’objet d’une étude approfondie par Virginie Czerniak39.

  • 40 Mattalia, 2013, vol. 1, p. 306-307 ; Czerniak, 2004, vol. 1, p. 104-105 et 113.
  • 41 Beraza, 1992.

12Plus modestement, d’autres chapelles templières ou hospitalières possèdent des décors peints mais ceux-ci sont très fragmentaires. Leur analyse reste très limitée, comme la perception des liens qu’ils entretenaient avec l’espace liturgique auquel ils étaient associés. L’intrados de la voûte de la chapelle templière de la maison de Montricoux, inscrite dans une tour, conserve ainsi des fragments de peintures murales où se superposent des bandes de motifs géométriques peints en rouge réalisées dans un large xiiie siècle40. Un autre exemple méconnu mais également très incomplet est celui de la chapelle hospitalière du Plan à Aragnouet édifiée durant la seconde moitié du xiie siècle dans la vallée d’Aure. L’édifice conserve sur le parement intérieur de son abside les vestiges de peintures murales non datées qui figurent une Annonciation dans l’embrasure intérieure de l’une des trois fenêtres de l’abside ainsi qu’une autre scène, mal identifiée, représentant un pèlerin rendant visite à un homme alité ou peut-être une nativité41.

  • 42 Balagna, 2004 ; Balagna, 2006.
  • 43 Raimond de Caniac gouverne la maison hospitalière de Poucharramet de 1242 à 1253.

13D’autres lieux de culte possèdent quelques images sculptées, comme l’église hospitalière Saint-Martin de Poucharramet érigée dans le diocèse de Toulouse durant la première moitié du xiiie siècle42. Les chapiteaux du portail de l’église étudiée par Christophe Balagna figurent un petit cycle historié autour de saint Martin. Deux cavaliers s’affrontent sur l’un d’entre eux. Face à cette image qui suggère un contexte militaire, s’oppose sur un autre chapiteau, dans un parfait équilibre, la scène du partage du manteau de saint Martin. Dans l’église, le commandeur Raimond de Caniac a probablement fait représenter ses armoiries43, un griffon ailé, inscrites dans un écu, sur la clef de voûte de la première travée. Saint Martin, évêque de Tours nimbé et bénissant, tenant un livre fermé, apparaît probablement sur la clef de voûte de la deuxième travée tandis que l’Agnus Dei est sculpté sur la clef de voûte du chœur. Ce petit cycle iconographique autour de saint Martin est intéressant à plus d’un titre. Outre la cohérence du modeste programme sculpté avec le vocable de l’édifice ecclésial, du portail aux clefs de voûtes, il associe le commandeur de l’Hôpital à l’origine de la construction de l’église à un saint aristocratique pour lequel les frères des ordres militaires ont parfois pu développer une dévotion particulière. Ce culte des saints est, par ailleurs, perceptible dans les commanderies templières et hospitalières méridionales, à travers une série d’inventaires qui établissent la liste du mobilier liturgique, des ornements et des reliques présents dans les chapelles des frères.

Ornamenta et reliques : l’apport des inventaires mobiliers des chapelles conventuelles

Le cas de Saint-Jean d’Aix

  • 44 Legras et Lemaitre, 1991.
  • 45 Connus depuis assez longtemps et édités pour quelques-uns, ces inventaires commencent seulement à (...)
  • 46 Par exemple, dans le cas de l’inventaire du Temple d’Arles dressé le 5 octobre 1309 : « Quandam ar (...)
  • 47 Arch. dép. des B.-du-r., B 151 (petite croix contenant la Vraie Croix haute d’une demi-palme à Lim (...)
  • 48 « In primis altare Beate Marie cum ymagine sua » ; « Tria vela de sericco ad servicium ymaginis Be (...)

14Dans un article devenu classique sur « La pratique liturgique des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem », Anne-Marie Legras et Jean-Loup Lemaitre ont attiré l’attention sur les inventaires mobiliers des chapelles conventuelles rédigés à partir de la fin du Moyen Âge44. Inaugurée par les enquêtes dressées lors de l’arrestation des Templiers et de la dévolution de leurs biens aux Hospitaliers, cette pratique d’inventaire des livres liturgiques et des ornements s’est ensuite poursuivie au cours du Moyen Âge et de l’époque moderne dans le cadre des visites de l’Hôpital45. Même si nous n’avons encore effectué qu’un dépouillement partiel, limité à quelques documents de la fin du xiiie siècle, du xive et du xve siècles, ces inventaires se révèlent d’une exploitation délicate sur les deux aspects qui nous intéressent ici : les reliques et les images. La présence de reliques est rarement signalée ou, lorsqu’elle l’est, celles-ci ne sont pas identifiées, soit que les visiteurs n’y attachaient pas trop d’importance, soit qu’il n’y eut personne pour les renseigner sur l’attribution des corps saints46. Dans les inventaires dressés à l’arrestation des Templiers, les seules reliques qui valent d’être nommément identifiées sont les fragments de la Vraie Croix conservés dans les chapelles de Limaye et de grasse47. Quant aux images, les mentions confirment surtout l’importance de la Vierge dans le cœur des Templiers. Ainsi, dans la petite chapelle notre-Dame de Fos toujours conservée, est mentionné l’autel à la Vierge Marie avec son image, tandis que trois voiles de soie offraient aussi une figure mariale48.

  • 49 Esquieu, 1988 ; Carraz, 2003.
  • 50 Delaville le roulx, 1894-1906, t. IV, no 3657 (1er avril 1278).
  • 51 Delaville le roulx, 1894-1906, t. IV, no 4708 : on y trouve entre autres une chape d’or de la défu (...)
  • 52 Sur, 2013.
  • 53 Delaville le Roulx, 1894-1906, t. IV, no 3946 (1er novembre 1286 : importante dotation d’ornements (...)

15Toutefois, pour donner une vision d’ensemble de l’univers visuel et spirituel dans lequel baignaient les frères des ordres militaires, on s’en tiendra ici à l’évocation de l’église hospitalière de Saint-Jean d’Aix au début du xive siècle. Ce lieu de culte bénéficiait certes d’un statut exceptionnel : nécropole des comtes de Provence depuis Alphonse II († 1209), il fut à ce titre particulièrement favorisé par la dynastie angevine à partir de son installation en Provence, au milieu du xiiie siècle49. Dans les années 1270, l’église fut reconstruite pour accueillir la dépouille de Béatrice de Provence, épouse de Charles Ier d’Anjou, et la nécropole comtale fut réaménagée. C’est dans ce contexte que le roi de Naples fit envoyer d’impressionnants lots de reliques avec d’autres cadeaux50. Un inventaire dressé en 1306 témoigne des munificences de ce prince et de son successeur et énumère en particulier les vêtements précieux que les Angevins, à l’instar des Raimondins de Toulouse, avaient offerts pour augmenter l’honneur du trésor de l’église hospitalière51. Au nombre des offrandes est notamment mentionnée une chape ayant appartenu à saint Louis d’Anjou, une pièce qui était probablement comparable à celle qui fut offerte aux Prêcheurs de Saint-Maximin en 131752. Doté par les dignitaires de l’Hôpital eux-mêmes53, le trésor renfermait également une mitre, une cathèdre et deux crosses, autant d’attributs épiscopaux qui suggèrent la proximité entre les archevêques d’Aix et la fondation hospitalière.

  • 54 Sur ce point : Fellinger, 2007.
  • 55 Carraz, 2010b.

16La provenance des objets renvoie à la dimension internationale des ordres militaires : outre diverses fabrications de Limoges, repérables également dans les trésors templiers (croix, encensoir…), on relève à Aix la présence d’une épée allemande, de deux capes de Venise avec des motifs de fils dorés données par Charles Ier, d’une cape de Turquie ornée de trois lions et d’un « vanallerium [?] operis ultra marini ». Ces mentions révèlent combien les principales commanderies méridionales, par l’envergure sociale de leurs dignitaires comme de leurs protecteurs aristocratiques, se trouvaient intégrées dans les circuits d’échange d’objets de luxe à l’échelle de l’Europe et de la Méditerranée54. Par-delà ces références à l’outre-mer, ce sont sans doute les corps saints qui relient le mieux la fondation hospitalière à l’Orient. Ainsi, parmi les nombreuses reliques offertes par Charles Ier en 1278, figurent entre autres celles des Quarante Martyrs de Sébaste, le chef de Démétrius – le plus célèbre martyr militaire oriental après saint Georges –, des restes des martyrs de Cilicie, deux fragments de la Vraie Croix et encore deux pierres du Saint-Sépulcre enveloppées dans un linge. Cet envoi, qui intervient un an après le rachat de la couronne de Jérusalem par Charles Ier en 1277, ne peut être fortuit : il exalte la dévotion pour la Terre sainte partagée entre le prince et les Hospitaliers qui soutenaient les ambitions angevines sur tous les fronts55. À travers l’énumération des reliques – l’acte de donation de 1278 évoque des restes ou des objets relevant de près d’une centaine de saints différents ! – et des ornements en tous genres, c’est bien à un effet d’accumulation que visent ces inventaires. L’énumération soigneuse d’un trésor enrichi par des donations successives participe de l’affirmation de la sacralité d’une église favorisée à la fois par les comtes de Provence, les dignitaires de l’Hôpital, les archevêques d’Aix et sans doute de multiples autres donateurs.

  • 56 Delaville le Roulx, 1894-1906, t. IV, no 3946.
  • 57 Smith, 2005, p. 232-235.
  • 58 Celle-ci avait été offerte par guillaume de Villaret (Delaville le roulx, 1894-1906, t. IV, no 394 (...)
  • 59 L’acte lui attribue un poids de 23 marcs d’argent environ et le calcul est fait sur la base du mar (...)
  • 60 Arch. dép. des B.-du-r., B 151. L’inventaire donne 4 palmes de haut pour 2 palmes de large et nous (...)
  • 61 C’est aujourd’hui la paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens (Boyer et Notin, 2003, p. 215).
  • 62 Pour une approche du lien entre liturgie processionnelle et topographie dans le cas du complexe ho (...)

17Si elles mentionnent bien des objets liturgiques et même quelques éléments du mobilier en bois – pupitres, armoires –, ces listes ne disent en revanche pas grand-chose des aménagements liturgiques car ce n’est, de toute façon, pas leur but. Quatre autels, dédiés à la Vierge, saint Jean-Baptiste, saint Jean l’Évangéliste et sainte Catherine, sont cités sans que l’on ne connaisse leur disposition56. Il s’agit là de dédicaces attendues dans une église de l’Hôpital, y compris pour Catherine d’Alexandrie. Sainte très populaire de manière générale, celle-ci est souvent présente dans les images associées aux ordres militaires et elle était particulièrement vénérée chez les Hospitaliers57. Parmi les multiples croix de toutes tailles et en divers matériaux qui ornaient ces autels, mentionnons simplement cette grande croix d’argent incrustée d’émaux et de pierres précieuses de couleurs variées et à laquelle étaient accrochées deux bannières58. Ce type de grande croix – celle-ci pesait 5,6 kg selon nos calculs59 – n’était pas rare dans les trésors des commanderies. Le temple de Limaye en possédait une incrustée d’émaux et de plusieurs pierres, haute de 1 m pour 50 cm de large60. Pour une comparaison plus proche du centre majeur de production qu’était Limoges, l’ancienne église templière de Courteix, en Corrèze, conserve toujours l’une de ces croix de procession datée de la fin du xiiie ou du début du xive siècle61. Ces croix, dont il faudrait faire un relevé systématique à travers les inventaires, renvoient à une liturgie processionnelle bien attestée par les sources normatives mais sur laquelle les connaissances sont encore limitées62.

  • 63 Celle-ci provient du don de Charles Ier en 1278 (Delaville le Roulx, 1894-1906, t. IV, no 3657).
  • 64 « Una sancta Veronica pulera et preciosa » (no 4708) ; et dans l’acte de 1286 : « Quandam ymaginem (...)
  • 65 Boyer et Notin, 2003, p. 202-205.
  • 66 « Tres tabulas ligneas ad ferendum pacem. » Cf. Laborde, 1872, p. 427-428. Les coutumes de l’Hôpit (...)
  • 67 Caillet, 2006.
  • 68 Carraz, 2003, vol. 3, CTAr, no 172 (24 janvier 1308) : « Item quodam candelabrum de ferro, item du (...)
  • 69 Gauthier, 1978, p. 29. On la trouve encore à la chapelle templière d’Avignon, à la clé de la premi (...)
  • 70 « Item, duo vela pro imagine Beate Marie Virginis » (Arch. dép. des B.-du-r., 56 H 5170).
  • 71 L’inventaire de la chapelle templière de Fos (Arch. dép. des B.-du-r., 56 H 5301) mentionne « unam (...)
  • 72 On a mentionné en ouverture de ce volume la présence sur les murs d’écus et d’une grande tenture, (...)

18L’inventaire aixois de 1306 donne l’impression d’une certaine profusion d’images inscrites sur des supports variés. On y trouve notamment « quatre images en argent » dont on ne cerne pas le support, une ymago de la Sainte Vierge en ivoire avec un tabernacle de cuivre doré63, un autre tabernacle avec des images en ivoire et, enfin, un voile de Véronique rapporté de Rome par le grand-prieur guillaume de Villaret64. Si ces objets n’étaient pas forcément exposés mais plus vraisemblablement rangés dans le trésor, d’autres images-objets servaient au culte. Certaines ne posent pas de problème d’interprétation, comme cette colombe eucharistique en argent qui est conforme à une habitude également répandue dans les églises de l’Hôpital en Limousin65. Les « trois panneaux en bois pour fêter la paix » correspondent sans doute à ce que les inventaires médiévaux appellent « osculatorium » ou bien « tabula pacis », c’est-à-dire à une image (représentant souvent la Vierge ou bien la Crucifixion) utilisée pour le baiser de paix lors de l’office66. D’autres retables sont plus clairement associés aux autels, comme ce « panneau (tabula) beau et précieux de la Vierge Marie », probablement posé sur l’autel dédié à la Vierge et accompagné d’une croix de bois peinte, ainsi qu’« un retable de sainte Catherine » que l’on imagine associé à l’autel dédié à cette sainte. On ne peut rien déduire de la facture de ces panneaux figurés : étaient-ils en bois peint ou bien en cuivre gravé ? On sait en effet qu’avant la généralisation des retables sur bois peint, à partir de la fin du xiiie siècle, les antependia étaient en métal67. L’inventaire de la chapelle Notre-Dame-du-Temple à Arles apporte un élément de comparaison et suscite d’autres questions. En 1308, l’autel majeur était orné de deux petits retables en cuivre peint, l’un avec une « Sedes Maiestatis in trono » et l’autre avec une Crucifixion, tandis que deux nappes d’autel étaient encore à l’effigie de la Vierge68. On ne saurait dire si cette Sedes Maiestatis in trono s’applique à la Majesté du Sauveur très souvent associée à la Crucifixion sur toutes sortes d’objets figurés69. À moins qu’il s’agisse plutôt de la Vierge au trône que l’on peut également trouver associée à la Crucifixion ? L’inventaire de 1309, qui mentionne sur l’autel « deux voiles pour l’image de la Sainte Vierge », inciterait à aller dans ce sens en suggérant en outre que l’image pouvait être recouverte lorsqu’elle n’était pas « activée » pour la liturgie70. Si ces inventaires permettent d’agiter bien des questions sans réponses, ils ont le mérite de montrer que les ordres militaires suivaient parfaitement les « goûts esthétiques » en vigueur, eux-mêmes étroitement liés aux évolutions de la liturgie que les frères n’ont pas manqué de suivre71. Pour revenir à Saint-Jean d’Aix, les sources écrites rappellent combien l’aspect de l’église actuelle, vidée de ses ornements et n’offrant que la nudité de ses surfaces murales, est éloigné de la culture visuelle et des sensibilités médiévales72.

Le mobilier liturgique des églises rouergates et toulousaines

  • 73 Higounet-Nadal, 1956 ; Delmas, 2001. Seuls les inventaires édités ont été pris en compte pour cett (...)
  • 74 Higounet-Nadal, 1956, p. 258 : « Sex tapices lane pro parando ecclesiam. »
  • 75 Higounet-Nadal, 1956, p. 258 : « Unam caxam in quia relique reponuntur. »
  • 76 Higounet-Nadal, 1956, p. 258 : « Quandam crucem sanctam munitam lapidibus preciosis incastratam in (...)
  • 77 Schenk, 2012a, p. 212-213. En guise de comparaison, sur les croix staurothèques et le mobilier lit (...)
  • 78 Higounet-Nadal, 1956, p. 260 : « […] caxas de latone in quibus tententur reliquie ». L’inventaire (...)

19En Languedoc, les inventaires des maisons et des granges templières implantées sur le causse du Larzac ou dans la vallée du Cernon, réalisés simultanément en 1308, offrent un aperçu du mobilier, des ornements liturgiques, des reliques et des reliquaires présents dans les lieux de culte de ces commanderies rurales73. La chapelle Sainte-Marie de la maison de Sainte-Eulalie-de-Cernon, principal établissement templier du Rouergue, possédait de nombreux objets mobiliers, livres liturgiques et vêtements sacerdotaux nécessaires au bon déroulement des offices. Les murs de la chapelle étaient, par ailleurs, recouverts de six tentures ou tapisseries de laine74. L’inventaire offre de maigres informations sur les reliquaires et les reliques qui y étaient déposées. Plusieurs d’entre elles, non identifiées, étaient conservées dans une châsse qui n’est pas décrite75. C’est surtout la Sainte Croix d’or et d’argent incrustée de pierres précieuses qui a retenu l’attention des visiteurs76. Croix staurothèque, elle abritait sans doute un fragment de la Vraie Croix, à l’instar de nombreux autres reliquaires similaires que l’on trouve fréquemment dans les trésors des églises templières, témoignage de la dévotion au Christ des frères de l’ordre du Temple qui culminait lors de l’adoration de la Croix, le Vendredi saint77. L’inventaire est également peu disert sur les reliques qui étaient conservées dans la chapelle Sainte-Marie de la maison templière de La Cavalerie78.

  • 79 Macé, 2008.
  • 80 Suau, 2010, p. 220-221.
  • 81 Bourg, 1883, PJ no XXIII : « Supra altare quamdam ymaginem beatae Mariae cum quodam velo virido. »
  • 82 Arch. dép. de la H.-G., H Malte Toulouse 4, no 257 ; Bourg, 1883, PJ no XXIII : « Item quamdam cru (...)
  • 83 Arch. dép. de la H.-G., H Malte Toulouse 4, no 257 ; Bourg, 1883, PJ no XXIII : « Item II ymagines (...)
  • 84 Du Bourg, 1883, PJ no XXIII : « Item quodam vexhilium cum signo rubeis leonis ; item unum parvum v (...)
  • 85 Arch. dép. de la H.-G., H Malte Toulouse 4, no 257 ; Bourg, 1883, PJ no XXIII : « Item quamdam cru (...)
  • 86 Arch. dép. de la H.-G., H Malte Toulouse 4, no 257 ; Bourg, 1883, PJ no XXIII : « Item II vasa ebo (...)

20À l’image de l’église Saint-Jean d’Aix, les églises des maisons toulousaines du Temple et de l’Hôpital possédaient un mobilier liturgique considérable parmi lequel les vêtements sacerdotaux et les étoffes de luxe aux armoiries des comtes de Toulouse illustrent les liens privilégiés tissés entre les ordres militaires et les princes raimondins79. Ce mobilier est bien documenté à partir d’une série de quatre inventaires qui s’échelonnent du début du xive siècle à la première moitié du xve siècle. La description du mobilier de la chapelle templière Sainte-Marie permet d’appréhender avec une certaine précision l’éclat et la sacralité du lieu ecclésial de cette communauté religieuse, ainsi que l’environnement visuel et spirituel au sein duquel elle évoluait lors des diverses célébrations liturgiques80. Dans le sanctuaire, une image de la Vierge, sans doute une statue, recouverte d’un voile vert, était disposée sur l’autel surmonté d’une grande croix en cuivre et fermé par quatre courtines81. À proximité de l’autel, une croix reliquaire en argent sur âme de bois, ornée de 45 pierres précieuses petites et grandes de diverses couleurs, abritait des reliques du bois de la Vraie Croix82. L’autel de la Vierge était muni de nombreux objets liturgiques dont la plupart étaient en cuivre : chandeliers, navettes, encensoirs, custodes, pyxides à hosties, bassin pour l’eau bénite. Des chandeliers en fer et en étain, des lampes, des clochettes, des burettes ainsi qu’un tronc pour les aumônes étaient également présents dans le lieu ecclésial, de même qu’un pupitre de bois pour y déposer le missel. Deux fauteuils et plusieurs sièges étaient disposés autour de l’autel. Un dispositif liturgique formé de colonnes de bois (duas colonas fusti) accueillait, outre des chandeliers dont certains servaient pour les cérémonies funéraires, deux statues de cire qui ont pu être des ex-voto83. Les murs de la chapelle étaient revêtus d’images : deux étendards (vexillia), l’un décoré d’un lion de gueules et l’autre d’une croix de gueules étaient tendus sur le parement des murs durant les offices84. Lors de la réalisation de l’inventaire, ils étaient entreposés dans la sacristie, derrière l’autel, où étaient également conservées d’autres reliques ainsi que les pièces d’orfèvrerie en argent. Dans un coffre était entreposée une croix reliquaire d’argent ornée de dix pierres précieuses sur une face et de sept pierres sur l’autre face avec son étui. Elle renfermait deux petites croix du bois de la Vraie Croix85. Deux vases en ivoire contenaient des reliques non identifiées86. On y trouvait également un antependium en argent doré, quatre parements d’autel, deux calices, un encensoir ainsi qu’un peigne liturgique en ivoire et des objets en cristal comme une grande croix et deux chandeliers.

  • 87 Les inventaires des ornements de l’église Saint-Jean réalisés en 1347, 1368 et 1428 ont été édités (...)
  • 88 Macé, 2008.
  • 89 Dumay, 2001, annexe no 3 ; Arch. dép. de la H.-G., H Malte 240 : « Item est unum capud depictum be (...)
  • 90 Dumay, 2001, annexe no 3 ; Arch. dép. de la H.-G., H Malte 240 : « Item sunt due cruces deaurate i (...)
  • 91 Dumay, 2001, annexe no 3 ; Arch. dép. de la H.-G., H Malte 240 : « Item est quoddam sanctuarium de (...)
  • 92 Dumay, 2001, annexe no 3 ; Arch. dép. de la H.-G., H Malte 240 : « Item est quoddam sanctuarium ar (...)
  • 93 Dumay, 2001, annexe no 3 ; Arch. dép. de la H.-G., H Malte 240 : « Item una cayshia electri cum re (...)
  • 94 Dumay, 2001, annexe no 3 ; Arch. dép. de la H.-G., H Malte 240 : « Plus un coffret daurex en qe es (...)
  • 95 Fournié, 2008 ; Macé et Watin-Grandchamp, 2008.

21Le trésor de l’église Saint-Jean des Hospitaliers de Toulouse était tout aussi richement doté87. Outre de nombreuses reliques, les frères possédaient un important ensemble de livres liturgiques ainsi qu’une exceptionnelle collection de vêtements aux riches étoffes ornées, pour certaines, de représentations de la Vierge ou des rois mages, ou bien encore de la croix des comtes de Toulouse88. Les deux reliques prestigieuses mentionnées dans les deux inventaires du xive siècle sont, pour l’une, celle de sainte Catherine, particulièrement vénérée chez les Hospitaliers et conservée dans un chef-reliquaire peint à son image, et, pour l’autre, celle de saint Jean-Baptiste insérée dans un bras reliquaire en argent sur âme de bois qui accueillait antérieurement des reliques de saint Sulpice89. En 1347, l’inventaire signale la présence de deux croix dorées dont une abritait des reliques de la Vraie Croix, tandis qu’un reliquaire de cuivre en forme de pignon ou de clocher contenait plusieurs reliques qui ne sont pas identifiées90. Plusieurs reliquaires, l’un de cuivre doré, l’autre d’argent surmonté d’un vase et d’une grande croix, contenaient également des fragments de corps saints91. Enfin, un reliquaire d’argent donné par le frère Bernard Raimond de Bel Affart était utilisé pour recevoir les saintes espèces lors de la fête du Corpus Christi92. En 1368 apparaissent des châsses d’électrum dont trois contiennent des reliques, ainsi que des châsses de verre ou des monstrances93. Puis, en 1428, une nouvelle relique apparaît dans l’inventaire. Il s’agit de la mitre de saint Rémi, vocable originel de l’église des Hospitaliers jusqu’au xiiie siècle, qui était disposée dans un coffre doré94. La mitre était sans doute originellement associée aux gants dits de saint Exupère, qui ont pu être ceux du saint évêque dont ils accompagnaient la coiffe. Ces reliques ont probablement été inventées à la fin du Moyen Âge pour faire affluer les dons auprès de l’établissement hospitalier ou pour réactiver la dévotion ancienne à saint rémi dans l’église des frères de l’Hôpital95.

  • 96 Blaya et Bru, 2014, p. 81-82. La châsse-reliquaire qui abriterait des reliques de saint Namphaise (...)
  • 97 Voir les dossiers documentaires du service de la Connaissance du patrimoine de la région Midi-Pyré (...)
  • 98 Les panneaux présentent plusieurs scènes délimitées par des bandes décoratives horizontales. Ils f (...)

22Si l’on ne conserve aucune des « images » déposées sur les autels des établissements templiers et hospitaliers toulousains, quelques exemples de statues en bois, d’antependium ou de châsses-reliquaires provenant de chapelles de commanderies rurales permettent d’éclairer concrètement certains aspects du mobilier liturgique qui était offert au regard des frères, comme la châsse-reliquaire de Soulomès, attribuée à l’œuvre de Limoges et réalisée dans la première moitié du xiiie siècle96. De même, la chapelle hospitalière du Plan à Aragnouet conserve un ensemble exceptionnel de statues en bois encore peu étudiées et dont il conviendrait de retrouver la trace dans des inventaires, fussent-ils de l’époque moderne. Il s’agit plus particulièrement d’une Vierge en majesté du xiie siècle et d’un Christ en croix associé à une croix de procession, réalisés à la fin du xiie siècle ou au début du xiiie siècle97 (Ill. 15). Cette chapelle abritait également un bel ensemble de panneaux peints réalisés dans la première moitié du xive siècle formant les fragments d’un retable ou d’un antependium dont le programme iconographique est difficilement restituable98 (Ill. 16).

  • 99 Heck (dir.), 2013.
  • 100 Boyer et Notin, 2002, p. 76-89. Image de dévotion, reliquaire ou Vierge à l’Enfant répositoire, ce (...)
  • 101 gauthier, 1993, p. 124-127 ; Vaivre, 1992, p. 578-586.
  • 102 Oursel, 1986, p. 251.

23Que retenir au terme de ce rapide aperçu des ornements et des images associés aux maisons et aux chapelles des ordres militaires dans le Midi ? Les commanderies étaient des lieux de vie religieuse communautaire, mais leur organisation monumentale les rapprochait des résidences élitaires, ecclésiastiques et laïques. C’est la raison pour laquelle notre état des lieux a débuté par les décors liés aux espaces domestiques. Les célèbres peintures de la tour Ferrande à Pernes et l’ensemble plus méconnu de la maison « des Dames de la foi » de Périgueux permettent d’ouvrir une fenêtre sur une pratique largement méconnue de l’historiographie des ordres militaires avant la fin du Moyen Âge : celle de la maîtrise d’ouvrage à laquelle des dignitaires du Temple et de l’Hôpital pouvaient se livrer. Que ce soit dans la sphère privée, comme à Pernes, ou bien dans un contexte de représentation plus délicat à cerner, comme à Périgueux, ces grands personnages poursuivaient ainsi les pratiques de la noblesse à laquelle ils appartenaient. Bien des travaux l’ont montré, on ne saurait toutefois faire de distinction trop tranchée entre commande « profane » et commande « religieuse99 ». Les décors des espaces civils qui viennent d’être cités offraient aussi des thèmes de piété, tandis que l’espace sacré accueillait également l’expression du pouvoir aristocratique et de l’autorité religieuse. En s’éloignant un peu du Midi méditerranéen, on peut renvoyer par exemple à l’image, déjà mentionnée dans ce livre, du commandeur de l’Hôpital de Lugaut siégeant en position de majesté et entouré de sa suite, afin de recevoir la donation de l’église notre-Dame des mains d’Amanieu d’Albret (Ill. 2). S’il n’y a pas lieu de spéculer ici sur l’identité du commanditaire, qui pourrait être aussi bien un membre du lignage d’Albret qu’un dignitaire hospitalier, il n’en demeure pas moins que les commandes artistiques associées aux ordres militaires nécessiteraient désormais une investigation systématique pour la période antérieure au xve siècle. Cette enquête ne devrait évidemment pas se limiter aux décors peints, mais envisager aussi les manuscrits et tous types d’objets liturgiques. L’exploitation des inventaires médiévaux et modernes et des visites de l’ordre de Malte d’un côté, les prospections dans les lieux de culte et les dépôts de musées de l’autre, devraient donner des résultats tangibles. Ainsi, peut-être identifierait-on d’autres œuvres comparables à la Vierge de l’Hôpital de Breuilaufa100 ou bien à bien à l’imago offerte par le prieur Odon de Montaigu à la chapelle de La Sauvetat101 (Ill. 17). La qualité artistique de cet objet peut inspirer une dernière remarque. Pendant longtemps, on a surtout voulu retenir des chapelles des ordres militaires leur caractère simple et dépouillé et l’on peut relire à cet égard les pages inspirées que Raymond Oursel avait consacrées à l’architecture religieuse des Templiers, « l’un des exemples les plus accomplis des formules ascétiques issues de la révolution spirituelle de l’extrême fin du xie siècle102 ». Cette vision n’est pas forcément fausse, mais elle est très partielle car elle omet la place majeure accordée aux revêtements muraux peints, aux divers ornamenta et au mobilier. On a conscience du caractère incomplet des observations formulées ici à partir de sources variées et fragmentaires : rares restes de décors peints, éléments sculptés qui resteraient à recenser systématiquement, inventaires des chapelles conventuelles… Malgré tout, ces divers indices ont donné un aperçu de l’environnement visuel qui imprégnait la vie des frères et de leurs fidèles. Ils ont fait apparaître des ordres religieux soucieux de la sacralité de l’office divin accompli dans leurs chapelles, bénéficiant de patronages prestigieux et partageant un ensemble de pratiques pieuses et de dévotions avec leur entourage local.

Pl. 1 : Tour Ferrande à Pernes-les-Fontaines (Vaucluse) : schéma de répartition du décor peint (T. Le Deschault de Monredon).

Notes

1 Baschet, 2011.

2 Pour un premier état de la question dans le Midi de la France, voir Carraz, 2005b, p. 328-332 ; et Mattalia, 2013, vol. 1, p. 363-369.

3 Boyer, 1972, p. 77-110.

4 On a déjà mentionné, dans le rapport introductif, les cas de la commanderie templière de Montfrin et du palais hospitalier de Manosque.

5 Carraz et Aspord-Mercier, 2010, p. 311-313.

6 La première description de l’ensemble peint est due à requin, 1904, p. 8-12.

7 Carraz, 2005b, p. 145 et 273 ; et sur le rectorat de Villaret qui exerça cette fonction jusqu’en 1286 : Theis, 2012, p. 142-146.

8 Favreau (dir.), 1988, p. 178-184 ; Jéquier, 1977 (interprétations aujourd’hui périmées).

9 . Mazel, 2002a.

10 Deschamps, 1963, p. 346-347. Bertrand d’Orange est mentionné comme commandeur de Pernes en mars 1298 (Delaville le roulx, 1894-1906, t. IV, no 4413).

11 Curzi, 2007a, p. 23. L’auteur a cru reconnaître Bertrand de Baux dans le duel placé sous la scène de la bataille de Tagliacozzo mais l’héraldique de l’écu permet d’identifier plutôt Jourdain IV de L’Isle-Jourdain, en parfaite cohérence avec la scène de supplice qui suit (Le Deschault de Monredon, 2015, p. 73-75 et 84-85).

12 Le Deschault de Monredon, 2015a, p. 57-100 ; Le Deschault de Monredon, 2015b.

13 Luttrell et Legras, 1978, p. 628.

14 La réalisation était jusque-là placée entre 1285 et le début du xive siècle (Deschamps, 1963, p. 347 ; Curzi, 2007a, p. 22-23).

15 Barral II relève de la branche de Baux (cf. Mazel, 2002b, p. 629-630 et 635).

16 Favreau, 1976-1977.

17 Jamot, 1938 ; Léonelli, 1980 ; Léonelli, 2016.

18 Marin (dir.), 2011. Cf. également Le Deschault de Monredon, 2015a, p. 188-189.

19 La datation de la réalisation de ce décor peint ainsi que l’identité de son commanditaire posent problème. Agnès Marin situe sa réalisation à la fin du xiiie siècle ou au début du xive siècle et propose d’en attribuer la mise en place aux frères de l’ordre du Temple (Marin (dir.), 2011, p. 67-69). Selon Térence Le Deschault de Monredon, les frères de l’Hôpital seraient plutôt à l’origine de la confection du décor peint vers 1320 (Le Deschault de Monredon, 2015a, p. 249 et 270). Dans tous les cas la maison est vendue en 1332 au bourgeois Hugo de Peyroni (Marin (dir.), 2011, p. 69).

20 Mattalia, 2013, vol. 1, p. 235-236. Quinze écus ont été observés par dom Bruno Malvezin, mais leurs armoiries n’ont pas encore été identifiées (Saint-Avit, 1935, p. 360-361).

21 Fournié, 2005.

22 Fournié, 2005, p. 108. Arch. dép. de la H.-G., H Malte 244 : « Immemoratis temporibus citra in pariete clausure domus Sancti Johanni. A parte carrerie Sancti Remigii Tholose erat... una devota pictura imaginis Virginis gloriose et erat valde antiquissima » ; ainsi que « quedam imago vulgariter dicta Nostra Dona de Pietat. »

23 Fournié, 2005, p. 112.

24 Fournié, 2005, p. 112.

25 Curzi, 2002, p. 59-61.

26 D’après le peu que la documentation laisse percevoir, les Templiers de Ruou maintinrent des rapports cordiaux avec les évêques de Fréjus (Durbec, 2001, p. 160).

27 Reboul, 1982, p. 13-14 ; Aliquot, 1985, p. 268-273.

28 L’examen approfondi de ce dossier, que nous nous proposons de mener avec Cécile Voyer, devra notamment s’attacher aux méthodes de travail de Marcel Simon qui a déposé plusieurs décors romans à travers la France entre les années 1920 et 1960. Si certaines peintures mises sur le marché de l’art ont été dénoncées comme forgeries, d’autres, quoique maladroitement « restaurées », sont a priori authentiques.

29 Albanès et Chevalier, 1901, no 195-196, col. 79-83.

30 Bœuf, 1996, p. 333-334, no 189 ; Carraz, 2005b, p. 139.

31 Michelozzi, 2007, p. 24-30.

32 Au terme d’une courte analyse complètement déconnectée de l’histoire de l’édifice auquel cet ensemble était initialement lié, Aliquot, 1985, p. 273, en a situé la réalisation à la fin du xiie siècle.

33 Seules subsistent deux mitres épiscopales sous l’Annonciation et trois auréoles sous l’Adoration. On serait tenté d’y chercher Trophime et Étienne, les saints tutélaires de l’Église d’Arles, en l’honneur desquels la donation de l’église Saint-Pierre aux Templiers fut précisément faite.

34 Carraz, 2003, p. 52.

35 Reboul, 1981-1982 ; Michelozzi, 2007, p. 31.

36 Skubiszewski, 2006, p. 334-335. Je remercie Cécile Voyer de m’avoir suggéré cette importante piste.

37 L’église est aujourd’hui dédiée à saint Christophe.

38 Bouvier, 2004 ; Kirch, 2004, vol. 1, p. 173-180 et 220-233, et vol. 2, p. 95-97. En dernier lieu voir Garland, 2014, p. 476-485, qui s’est intéressé à la signification et à la spatialisation du décor peint dans cet édifice ecclésial où prime, vers le sanctuaire, la hiérarchie des saints et des élus tandis qu’à l’ouest, sous le monogramme du Christ, « s’impose la voie de la Croix rédemptrice, Croix que les Templiers ont fait vœu de défendre ». Ces différentes études et propositions d’interprétations du programme iconographique seraient à reprendre à nouveaux frais, dans une approche privilégiant la question de l’image associée au lieu rituel chez les ordres militaires, à la lumière des différentes contributions de ce volume.

39 Czerniak, 2004, vol. 1, p. 148 et vol. 4, p. 113-116. Deux ateliers ont travaillé de concert à l’élaboration des décors peints. L’un d’entre eux a réalisé le cycle de la Passion du Christ dans le chœur de l’église avec la Mise au tombeau, le Christ en gloire, l’Incrédulité de saint Thomas, les Saintes femmes au tombeau, saint Jean-Baptiste et le commandeur de l’Hôpital de Soulomès en prière. Le second atelier a exécuté les peintures des quatre évangélistes et du Christ en majesté sur les voûtes ainsi qu’un Jugement dernier sur l’un des murs de la nef.

40 Mattalia, 2013, vol. 1, p. 306-307 ; Czerniak, 2004, vol. 1, p. 104-105 et 113.

41 Beraza, 1992.

42 Balagna, 2004 ; Balagna, 2006.

43 Raimond de Caniac gouverne la maison hospitalière de Poucharramet de 1242 à 1253.

44 Legras et Lemaitre, 1991.

45 Connus depuis assez longtemps et édités pour quelques-uns, ces inventaires commencent seulement à être exploités pour la richesse des informations qu’ils livrent sur la vie matérielle et spirituelle des commanderies, même si on ne peut en attendre des données comparables à celles fournies par les visites pastorales. Pour un modèle méthodologique d’exploitation des visites d’époque moderne : Boyer et Notin, 2003.

46 Par exemple, dans le cas de l’inventaire du Temple d’Arles dressé le 5 octobre 1309 : « Quandam arquetum cupream super altare aptam ad ponendum reliquias » (Arch. dép. des B.-du-r., 56 H 5170). Les archives départementales des Bouches-du-Rhône conservent une douzaine d’inventaires dressés au moment de l’affaire du Temple et dont l’analyse systématique reste à faire.

47 Arch. dép. des B.-du-r., B 151 (petite croix contenant la Vraie Croix haute d’une demi-palme à Limaye) et B 153.

48 « In primis altare Beate Marie cum ymagine sua » ; « Tria vela de sericco ad servicium ymaginis Beate Marie deputata » ; plus loin encore, sans plus de précision : « Tres ymagines cereas parvas » (Arch. dép. des B.-du-r., 56 H 5301, 24 janvier 1308).

49 Esquieu, 1988 ; Carraz, 2003.

50 Delaville le roulx, 1894-1906, t. IV, no 3657 (1er avril 1278).

51 Delaville le roulx, 1894-1906, t. IV, no 4708 : on y trouve entre autres une chape d’or de la défunte reine de Sicile, une chape de soie noire donnée par Charles II et des nappes d’autel de diverses couleurs munies du « signum regalis ». En 1278, Charles Ier avait offert une tunique et une dalmatique de soie avec des fleurs de lis ainsi qu’un drap avec des « images royales » dorées (Delaville le roulx, 1894-1906, t. IV, no 3657). Sur les dons de vêtements et étoffes de luxe aux commanderies toulousaines : Macé, 2008.

52 Sur, 2013.

53 Delaville le Roulx, 1894-1906, t. IV, no 3946 (1er novembre 1286 : importante dotation d’ornements par guillaume de Villaret, grand-prieur de Saint-Gilles) et no 4708 (cape donnée par Villaret après son accession au magistère plus une croix, ainsi qu’un tissu de toile teinte de diverses couleurs offert par le frère Geoffroy Raimond).

54 Sur ce point : Fellinger, 2007.

55 Carraz, 2010b.

56 Delaville le Roulx, 1894-1906, t. IV, no 3946.

57 Smith, 2005, p. 232-235.

58 Celle-ci avait été offerte par guillaume de Villaret (Delaville le roulx, 1894-1906, t. IV, no 3946).

59 L’acte lui attribue un poids de 23 marcs d’argent environ et le calcul est fait sur la base du marc équivalant à 244 g (Blancard, 1868, p. 25-27).

60 Arch. dép. des B.-du-r., B 151. L’inventaire donne 4 palmes de haut pour 2 palmes de large et nous calculons sur la base d’une palme équivalant à 25 cm.

61 C’est aujourd’hui la paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens (Boyer et Notin, 2003, p. 215).

62 Pour une approche du lien entre liturgie processionnelle et topographie dans le cas du complexe hospitalier d’Acre au xiiie siècle : Shotten-Hallel, 2016.

63 Celle-ci provient du don de Charles Ier en 1278 (Delaville le Roulx, 1894-1906, t. IV, no 3657).

64 « Una sancta Veronica pulera et preciosa » (no 4708) ; et dans l’acte de 1286 : « Quandam ymaginem ad similitudinem Veronice Domini factam » (no 3946).

65 Boyer et Notin, 2003, p. 202-205.

66 « Tres tabulas ligneas ad ferendum pacem. » Cf. Laborde, 1872, p. 427-428. Les coutumes de l’Hôpital confirment que les frères devaient faire des génuflexions « de la levation jusques à la pais » (Delaville le Roulx, 1894-1906, t. II, no 2213, § 123, p. 558).

67 Caillet, 2006.

68 Carraz, 2003, vol. 3, CTAr, no 172 (24 janvier 1308) : « Item quodam candelabrum de ferro, item duo candelabra supra altare, item unam parvam crucem cum pede, item duas tabulas parvas, pictas cupreas desuper, in una quarum est Crucifixus, in alia est Sedes Majestatis in trono, item quandam arquetam parvam cupream. » Ces panneaux étaient-ils dos-à-dos, l’un tourné vers la nef et l’autre vers le mur du chevet ?

69 Gauthier, 1978, p. 29. On la trouve encore à la chapelle templière d’Avignon, à la clé de la première travée, ici associée aux anges du Jugement dernier qui surgissent aux clés des trois autres travées.

70 « Item, duo vela pro imagine Beate Marie Virginis » (Arch. dép. des B.-du-r., 56 H 5170).

71 L’inventaire de la chapelle templière de Fos (Arch. dép. des B.-du-r., 56 H 5301) mentionne « unam squillam que pulsatur cum Corpus Domini elevatur », conformément au Rationale de guillaume Durand, la somme liturgique composée à la fin du xiiie siècle (Subes, 2004, p. 104).

72 On a mentionné en ouverture de ce volume la présence sur les murs d’écus et d’une grande tenture, tandis que des traces de polychromie ont été mises en évidence au moins sur les clés et les nervures ainsi que dans la troisième travée (saint cavalier tuant un dragon très effacé et attribué au xve siècle).

73 Higounet-Nadal, 1956 ; Delmas, 2001. Seuls les inventaires édités ont été pris en compte pour cette étude. Une recherche plus approfondie sur cette documentation est encore à mener dans le fonds de Malte des archives départementales de la Haute-Garonne. Antoine du Bourg, mentionne, par exemple, pour la commanderie hospitalière d’Abrin en Gascogne, l’existence d’un inventaire comprenant « la nomenclature des ornements de l’église » de cette maison réalisé en 1271, lors de la mutation d’un commandeur (Bourg, 1883, p. 359).

74 Higounet-Nadal, 1956, p. 258 : « Sex tapices lane pro parando ecclesiam. »

75 Higounet-Nadal, 1956, p. 258 : « Unam caxam in quia relique reponuntur. »

76 Higounet-Nadal, 1956, p. 258 : « Quandam crucem sanctam munitam lapidibus preciosis incastratam in auro et argento. »

77 Schenk, 2012a, p. 212-213. En guise de comparaison, sur les croix staurothèques et le mobilier liturgique des chapelles templières de la Couronne d’Aragon, voir Salvadó, 2010.

78 Higounet-Nadal, 1956, p. 260 : « […] caxas de latone in quibus tententur reliquie ». L’inventaire signale également la présence d’un « repositorium turis ». Il s’agit sans doute d’une tour eucharistique.

79 Macé, 2008.

80 Suau, 2010, p. 220-221.

81 Bourg, 1883, PJ no XXIII : « Supra altare quamdam ymaginem beatae Mariae cum quodam velo virido. »

82 Arch. dép. de la H.-G., H Malte Toulouse 4, no 257 ; Bourg, 1883, PJ no XXIII : « Item quamdam crucem in ligno de argentatam in qua dicebantur esse de ligno Sanctae Crucis in duobus locis, cum quibusdam lapidibus diversorum colorum, usque ad summam XLV lapidum inter parvas et magnas. »

83 Arch. dép. de la H.-G., H Malte Toulouse 4, no 257 ; Bourg, 1883, PJ no XXIII : « Item II ymagines cerae cum una manu pendentes in dictis columnis fusti. »

84 Du Bourg, 1883, PJ no XXIII : « Item quodam vexhilium cum signo rubeis leonis ; item unum parvum vexillum cum cruce rubea in médium. »

85 Arch. dép. de la H.-G., H Malte Toulouse 4, no 257 ; Bourg, 1883, PJ no XXIII : « Item quamdam crucem de argento, ut dicebatur, in qua erant II cruces parvae de ligno Sanctae Crucis in quae erant X lapides appositae ante et tergo VII, cum suo scogio. »

86 Arch. dép. de la H.-G., H Malte Toulouse 4, no 257 ; Bourg, 1883, PJ no XXIII : « Item II vasa eborea cum reliquis ut dicebatur. »

87 Les inventaires des ornements de l’église Saint-Jean réalisés en 1347, 1368 et 1428 ont été édités dans Dumay, 2001.

88 Macé, 2008.

89 Dumay, 2001, annexe no 3 ; Arch. dép. de la H.-G., H Malte 240 : « Item est unum capud depictum beate Catherine » ; « Item quoddam brachium sancti Sulpicii in quo sunt reliquie sancti Johannis apertum d’argenti. »

90 Dumay, 2001, annexe no 3 ; Arch. dép. de la H.-G., H Malte 240 : « Item sunt due cruces deaurate in quibus in una est de Vera Cruce » ; « Item est unum sanctuarium de cupro in quo sunt reliquie, factum a modum unus pictuarius. » Ce dernier reliquaire est toujours mentionné en 1428 : « Plus I santuare de covre en lo qual ha reliquas fait a maniera d’un cloquier. »

91 Dumay, 2001, annexe no 3 ; Arch. dép. de la H.-G., H Malte 240 : « Item est quoddam sanctuarium de cupro deauratum ubi sunt plures reliquie » ; « Item est quoddam sanctuarium de argenti in quo sunt plures reliquie et est factum de super ad modum unus vasus, cum una magna cruce de super. »

92 Dumay, 2001, annexe no 3 ; Arch. dép. de la H.-G., H Malte 240 : « Item est quoddam sanctuarium argentum in quo defertur corpus Christi in festo Corporis Christi, quod dedit frater Bernardus Ramundi de Bello Affario. »

93 Dumay, 2001, annexe no 3 ; Arch. dép. de la H.-G., H Malte 240 : « Item una cayshia electri cum reliquis ; item sunt in ecclesia due cayshiore electri in quibus sunt reliquie » ; « Item II caysas de voir per tenir reliquias » ; « Item II mostrias de voir per tenir reliquias. » Le trésor de l’église conservait également 11 châsses sans pied : « Item sunt in dicta thesauria undecim cayshas sine pedibus. »

94 Dumay, 2001, annexe no 3 ; Arch. dép. de la H.-G., H Malte 240 : « Plus un coffret daurex en qe es la mitra de sant Ramissi. »

95 Fournié, 2008 ; Macé et Watin-Grandchamp, 2008.

96 Blaya et Bru, 2014, p. 81-82. La châsse-reliquaire qui abriterait des reliques de saint Namphaise est aujourd’hui conservée au musée d’art sacré Francis Poulenc de rocamadour.

97 Voir les dossiers documentaires du service de la Connaissance du patrimoine de la région Midi-Pyrénées accessibles, à partir du nom de la commune, sur le site http://patrimoines.midipyrenees.fr.

98 Les panneaux présentent plusieurs scènes délimitées par des bandes décoratives horizontales. Ils figurent la Vierge à l’Enfant, le martyre de sainte Catherine d’Alexandrie, l’apparition du Christ à Marie-Madeleine, peut-être la Création des animaux terrestres, ou bien encore le Massacre des Innocents, saint Michel, la chevauchée des mages vers Bethléem ou la Chute de Simon le magicien.

99 Heck (dir.), 2013.

100 Boyer et Notin, 2002, p. 76-89. Image de dévotion, reliquaire ou Vierge à l’Enfant répositoire, cette statue d’une grande qualité formelle aurait été réalisée durant la décennie 1250-1260 par un orfèvre-émailleur de l’Œuvre de Limoges qui aurait également bénéficié de commandes auprès de la cour royale.

101 gauthier, 1993, p. 124-127 ; Vaivre, 1992, p. 578-586.

102 Oursel, 1986, p. 251.

Table des illustrations

Légende Pl. 1 : Tour Ferrande à Pernes-les-Fontaines (Vaucluse) : schéma de répartition du décor peint (T. Le Deschault de Monredon).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12825/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

Auteurs

Maître de conférences en histoire médiévale à l’université Blaise-Pascal–Clermont-Ferrand 2 et membre du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (EA 1001). Il a notamment publié L’Ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône (1124-1312) (Presses universitaires de Lyon, 2005) et Les Templiers et la guerre (Lemme edit, 2012), a contribué à l’édition de plusieurs ouvrages collectifs, parmi lesquels Les ordres militaires dans la ville médiévale (Presses universitaires Blaise-Pascal, 2013), Élites et ordres militaires au Moyen Âge (Casa de Velázquez, 2015) et Comptes de la commanderie de l’Hôpital de Manosque pour les années 1283 à 1290 (CNRS Éditions, 2015). Il participe actuellement à la mission archéologique sur le château hospitalier de Belvoir, en Galilée.

Docteur en histoire de l’art et archéologie médiévales, membre du laboratoire TRACES (UMR 5608). Il a soutenu sa thèse sur Les Établissements des ordres religieux militaires aux xiie et xiiie siècles dans les diocèses de Cahors, Rodez et Albi. Approche archéologique et historique (université Toulouse II - Jean-Jaurès, 2013), édité le dossier Organiser l’enclos : sacré et topographie dans les maisons hospitalières et templières du Midi de la France (Archéologie du Midi Médiéval, t. 28, 2010) et publié « “Sicut milites in prelio et quasi monachi in domo”. Cloître et clôture monastique dans les établissements des ordres religieux militaires aux xiie et xiiie siècles » (Cahiers de Saint-Michel-de-Cuxa, t. 46, 2015).

© Presses universitaires du Midi, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540