Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1943

Février

Texto completo

  • 1 « En ce vingtième anniversaire, devant l’insensé, criminel ultimatum de Casablanca, nous, aux côté (...)

11er février. Mussolini a prononcé un discours très fier pour le vingtième anniversaire de la Milice. Ce n’est pas un discours optimiste : il n’y parle pas de victoire mais de combat1.

2Les nouvelles d’Albanie sont préoccupantes : le gouvernement de Libohova tergiverse. Les hommes qui nous ont été les plus fidèles s’en vont. Même Vrioni, même Verlaci. Signe des temps. Je crois qu’il faudra, d’ici peu, passer le pouvoir à l’autorité militaire.

  • 2 Il est à noter que Ciano ne mentionne pas la capture du maréchal Paulus et la capitulation des der (...)

32 février. Rien de nouveau2.

43 février. Je parle avec le Duce de trois sujets. D’abord, l’Albanie. La situation est telle qu’elle rend nécessaire le remplacement de Jacomoni. Il a très bien fait l’affaire pendant un moment mais maintenant sa politique est dépassée. On a besoin d’un homme qui puisse parler de force et qui puisse l’appliquer. Je propose Guzzoni ou Pariani, deux généraux qui connaissent le pays et y ont des sympathies. Mussolini se donne le temps de réfléchir et de décider. Ensuite, Cavallero. Son remplacement a alarmé les allemands. Il en était un serviteur. Maintenant, ils craignent que le système change avec lui. J’ai rassuré Bismarck mais je crois utile que le Duce écrive à ce sujet à Hitler. Tunisie. Silimbani s’est fait porter malade et ne veut pas y revenir. Inutile de l’y pousser. Il a déjà fait assez mauvaise figure. J’enverrai à sa place Bombieri, qui fut pendant plusieurs années consul général.

  • 3 Mario Missiroli est journaliste au journal Il Messaggero.

5Entretien avec Missiroli3. Il me rapporte le jugement sur la situation de plusieurs éminents représentants de l’ancien Régime.

64 février. Longue visite de Thaon di Revel. Il a été un des plus ardents interventionnistes et a cru à 100 % à la victoire allemande. Maintenant, il a une crise, une véritable crise. Il m’a ouvert son cœur avec une sincérité inhabituelle en politique. Il espère et attend le salut de la Monarchie. Il est prêt à agir auprès de son oncle, le grand amiral, qui semble avoir beaucoup d’influence sur le roi.

  • 4 Quatrième enfant du prince Humbert de Savoie et de la princesse Marie-José.

7Au palais royal, dans l’après-midi, pour la ratification de l’acte de naissance de la princesse Béatrice4. Sa Majesté était très enrhumée et avait l’air fatigué. Le prince de Piémont a été très affable et nous avons eu un bref entretien. Il voit les choses avec beaucoup de justesse. Il est inquiet à juste titre.

  • 5 Mussolini entreprend une grande « relève de la Garde ». Le Duce prend en charge les ministères des (...)

85 février. Le Duce m’appelle à quatre heures et demie de l’après-midi. Dès mon entrée dans la salle, je m’aperçois qu’il est très embarrassé. Je comprends ce qu’il s’apprête à me dire : « Que désires-tu faire maintenant ? », commence-t-il, et ajoute à voix basse qu’il a changé tout le gouvernement5. J’en comprends les raisons, les partage et n’entends pas soulever la moindre objection. Parmi les divers postes qu’il me propose, j’écarte franchement la lieutenance générale en Albanie où je devrais faire fusiller et pendre ceux à qui j’ai promis fraternité et égalité des droits. Je choisis l’ambassade près le Saint-Siège. C’est un poste reposant qui peut laisser des possibilités pour l’avenir et l’avenir, plus que jamais, est entre les mains de Dieu.

9Laisser les affaires étrangères où, pendant sept années – et quelles années – j’ai donné le meilleur de moi, est certainement un coup dur et douloureux. J’ai trop vécu – dans le plein sens du mot – entre ces murs pour ne pas ressentir l’angoisse d’un arrachement physique, presque d’une mutilation. Mais cela ne compte pas. Je saurai être fort et regarder l’avenir. Cet avenir peut aussi nécessiter une plus grande liberté d’action. Parfois, les voies choisies par la Providence sont mystérieuses.

  • 6 Si l’on en croit Guariglia dans ses Mémoires, le changement d’ambassadeur ne fut pas apprécié au S (...)

106 février. Le Duce téléphone, assez tôt dans la matinée, pour faire suspendre ma nomination auprès du Saint-Siège. « On dira que tu as été mis à la retraite et tu es trop jeune pour cela. » Mais, prévoyant ces incertitudes, j’avais envoyé rapidement Guariglia afin de demander l’agrément de la Secrétairerie d’État. Ce qui a été fait. Le Duce a accepté, sans enthousiasme, le fait accompli6.

117 février. Rien de nouveau, si ce n’est l’annonce officielle de ma nomination auprès du Saint-Siège.

  • 7 Les milieux dirigeants nazis accueillent avec plaisir le départ de Ciano : « À la grande joie de H (...)

128 février. Passation de pouvoir au ministère. Puis au palais de Venise chez le Duce afin de prendre congé : « Maintenant, tu dois considérer que tu as une petite période de repos. Puis, ton tour reviendra. Ton avenir est entre mes mains et tu peux être tranquille à ce sujet. » Il me remercie pour ce que j’ai fait et énumère rapidement les meilleurs services rendus : « Si on avait laissé trois années de plus, nous aurions pu faire la guerre dans des conditions bien différentes et peut-être n’aurait-il pas été nécessaire de la faire. » Ensuite, il me demande si j’ai tous les documents en ordre. « Oui, lui répondis-je, je les ai tous en ordre et rappelez-vous que, quand viendront les heures dures, et il est désormais certain qu’elles viendront, je peux prouver l’une après l’autre toutes les trahisons perpétrées par les allemands à nos dépens, de la préparation du conflit à la guerre contre la Russie dont nous avons été avertis alors que les troupes avaient déjà franchi la frontière. Si vous en avez besoin, je vous donnerai les documents, ou, mieux encore, en 24 heures, je préparerai le discours que, depuis trois ans, j’ai sur le cœur. Si je ne peux le faire, j’exploserais. » Il m’a écouté en silence et presque d’accord. Aujourd’hui, il était préoccupé par la situation car, sur le front oriental, la retraite continue, prenant le rythme d’une déroute. Il m’a invité à venir souvent chez lui, « même tous les jours ». L’entretien a été cordial. J’en suis très heureux car j’aime Mussolini, beaucoup, et la chose qui me manquera le plus sera le contact avec lui7.

Notas

1 « En ce vingtième anniversaire, devant l’insensé, criminel ultimatum de Casablanca, nous, aux côtés de nos camarades de l’axe et du Pacte tripartite, nous répondons que nous ne cèderons jamais tant que nous serons capables de tenir une arme dans la main. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXXI, op. cit., p. 148.

2 Il est à noter que Ciano ne mentionne pas la capture du maréchal Paulus et la capitulation des dernières forces allemandes à Stalingrad.

3 Mario Missiroli est journaliste au journal Il Messaggero.

4 Quatrième enfant du prince Humbert de Savoie et de la princesse Marie-José.

5 Mussolini entreprend une grande « relève de la Garde ». Le Duce prend en charge les ministères des affaires étrangères (avec Giuseppe Bastianini comme sous-secrétaire d’État), de l’Intérieur, de la Guerre, de la Marine et de l’aviation. Grandi conserve la présidence de la Chambre des faisceaux et corporations mais cède le ministère de la Justice à Alfredo De Marsico. Paolo Thaon di Revel est remplacé aux Finances par Giacomo Acerbo. Carlo Alberto Biggini prend le portefeuille de l’Éducation nationale à Giuseppe Bottai, Gaetano Polverelli celui de la Culture populaire à Alessandro Pavolini. Guido Buffarini Guidi est remplacé au sous-secrétariat d’État à l’Intérieur par Umberto Albini. Seuls gardent leurs ministères Attilio Teruzzi, à l’Afrique italienne (poste désormais privé de réalité), et Carlo Pareschi, à l’agriculture.

6 Si l’on en croit Guariglia dans ses Mémoires, le changement d’ambassadeur ne fut pas apprécié au Saint-Siège : « Rompu à la discipline, je me rendis immédiatement chez le cardinal pour l’informer de la nouvelle et lui demander d’agréer mon successeur. Je ne pourrais dire de ma requête qu’elle fut accueillie avec beaucoup d’enthousiasme, tant par le cardinal Maglione que, plus tard, par les milieux du Vatican. » Dans Guariglia Raffaele, La Diplomatie difficile, op. cit., p. 219.

7 Les milieux dirigeants nazis accueillent avec plaisir le départ de Ciano : « À la grande joie de Hitler et de Ribbentrop, auxquels son attitude de plus en plus critique envers la politique allemande n’avait pas échappé, il fut débarqué par Mussolini et nommé ambassadeur au Vatican en février 1943. » Dans Schmidt Paul, Sur la scène internationale, op. cit., p. 320.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540