Desktop versionMobile version

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1943

Janvier

Full text

11er janvier. Rien de particulièrement nouveau, si ce n’est une grande floraison de télégrammes très courtois de la part des hiérarques allemands. Signe des temps.

  • 1 Au sujet de ce discours, Goebbels note dans son Journal : « Dans son message au peuple, il constat (...)

2Le message d’Hitler au peuple allemand et celui aux forces armées ne m’ont pas plu : ils révèlent beaucoup de préoccupations qui sont légitimes mais qu’il ne convient pas de jeter à la figure d’un public déjà assez perplexe1.

32 janvier. Pietromarchi a eu un long entretien avec le Pape. Sans assumer d’engagements, le Saint-Père a dit qu’il croit le danger d’un bombardement de Rome désormais conjuré. Il a fait savoir à qui de droit que sa réaction serait énergique et immédiate. Il a trouvé plus de compréhension à Washington qu’à Londres, ce qui se comprend. Il n’a pas porté de jugement sur la situation mais a démontré être au courant de ce qu’a fait le ministère des affaires étrangères pour empêcher des massacres et des ruines dans les territoires occupés. Il a conclu en m’envoyant son salut et sa bénédiction.

4J’ai accompagné le colonel Luca chez le Duce : celui-ci est désormais convaincu que l’on ne peut pas faire une paix séparée avec la Russie. Il la croyait encore possible voici deux mois. Maintenant que les Cosaques avancent vers le Donetz et que Velikié Louki est tombée, Staline prétendrait imposer des conditions impossibles. Il pense, cependant, que dans quelque temps, la situation pourrait offrir de meilleures perspectives. La situation très préoccupante sur le front russe est confirmée par le maréchal Antonescu qui estime que les allemands ont commis des « erreurs stratégiques qui peuvent avoir de graves conséquences ».

  • 2 À partir de mars 1942, des accords locaux sont conclus entre les autorités italiennes et la résist (...)

5J’ai préparé, pour le Duce, un mémoire sur la situation effective en Croatie, Dalmatie et Monténégro à la suite des accords avec les tchetniks2. Elle est précaire et dangereuse.

63 janvier. Rien de nouveau.

  • 3 Dans la seconde quinzaine d’octobre 1941, face à la menace allemande sur Moscou, le gouvernement s (...)
  • 4 L’ordre de Saint-Maurice est fondé par le duc Amédée VIII de Savoie en 1434.
  • 5 Antonio Mancini est né en 1852 près de Naples. Installé à Rome en 1883, il fréquente les impressio (...)

74 janvier. Le Duce m’a demandé de remettre à von Mackensen une copie d’un télégramme que l’ambassadeur turc Zorlu a envoyé à son gouvernement depuis Kouïbychev3. C’est une description de la situation soviétique, impartiale semble-t-il, et très éclairante. Selon lui, la guerre pèse beaucoup mais la Russie est encore forte et, selon le jugement du corps diplomatique de Kouïbychev, les actions de l’axe sont à la baisse. Ces derniers jours, je me suis occupé des cadeaux à faire à Goering pour son cinquantième anniversaire. Le Duce lui donnera une épée en or, ciselée par Messina, à l’origine destinée à Franco mais les temps ont changé, et une étoile de Saint-Maurice4 en brillants (elle avait été faite pour Zog et est restée depuis dans un coffre-fort). Le désintérêt personnel du Duce est émouvant. Chez lui, il ne possède qu’une seule belle œuvre : un autoportrait de Mancini, cadeau de l’auteur5. Quand il a su que l’on devait faire un cadeau à Goering et que les Beaux-arts faisaient des difficultés pour trouver quelque chose de digne, il a tout de suite proposé d’offrir son Mancini. J’ai dû beaucoup insister pour l’en dissuader.

85 janvier. Je vois le Duce après deux jours. Je le trouve fatigué. Edda dit que les douleurs à l’estomac se sont accentuées, même s’il ne se nourrit que d’aliments liquides. Il est déprimé par la situation en Libye. Il se rend compte que la chute de tripoli jouera beaucoup sur le moral du peuple italien. Il voudrait que soit tentée une défense à outrance, rue par rue, maison par maison, comme à Stalingrad. Mais il est convaincu que cela n’arrivera pas. D’ailleurs, cela est impossible : la ville peut être investie de tout côté et bombardée par la mer. Il a des paroles dures contre Cavallero et contre « ce fou de Rommel qui ne pense pas à autre chose qu’à se replier en Tunisie ».

96 janvier. Je vois Roatta et Geloso. Nous parlons du problème des tchetniks avec le premier. Il se rend compte lui aussi du danger qu’ils représentent et qu’ils représenteront encore à l’avenir. Mais il déclare que pour exécuter le programme allemand d’extirpation, il faudrait avoir plus de forces disponibles dont l’Allemagne et nous ne disposons pas. Je crois qu’à ce stade, il n’a pas tort. Mais demain ? En réalité, les forces militaires sont désormais comptées : Afrique, Russie, Balkans, pays occupés, tout ceci exige des forces neuves et plus nombreuses. Parfois, j’ai l’impression que l’axe est comme un homme qui doit se couvrir avec une couverture trop petite : il a froid à la tête s’il se couvre les pieds et les pieds se gèlent s’il veut la tirer vers le haut.

10Geloso fait également un tableau sombre de la situation en Grèce. Il croit que les forces à sa disposition sont insuffisantes pour repousser une attaque anglaise, au moins dans sa phase initiale. Ces deux généraux voient l’avenir en sombre et, sans le confesser ouvertement, ne font pas d’heureux présages.

  • 6 Ce rapport est en date du 31 décembre. Alfieri fait un large tour d’horizon de la situation milita (...)

11Alfieri envoie un long rapport sur la situation allemande : pour la première fois, il aboutit à des conclusions pessimistes sans se préoccuper le moins du monde de dorer la pilule. Cela doit être dur pour lui, qui a été le zélateur inconditionnel de l’optimisme6.

127 janvier. Le Japon voudrait signer des accords économiques avec l’Allemagne et nous dans lesquels devraient être définis les espaces vitaux des trois pays, et accorder des tarifs préférentiels spécifiques. Notre état d’infériorité est évident et c’est pour cela que je mets des bâtons dans les roues.

13Pirelli me parle à cœur ouvert. Il rapporte un entretien avec un banquier suisse revenu de Londres et qui ne cache pas qu’il estime que la guerre est désormais gagnée par les alliés. Il ne m’apporte pas d’information nouvelle : il confirme qu’il nous sera plus facile de trouver de la compréhension à Washington qu’à Londres.

  • 7 Le général Renzo Dalmazzo commande les troupes italiennes en Albanie.

14Le général Dalmazzo7 voit la situation albanaise avec une notable tranquillité, à condition qu’une attaque ne se produise pas de l’extérieur. Nous aurions alors de nombreuses et douloureuses surprises.

158 janvier. Je revois le Duce après trois jours et je trouve que son état physique a empiré. Il semble même que, ces derniers jours, Frugoni ait exprimé ses préoccupations. Mais, à mon avis de profane, ce qui fait mal plus que tout à son physique est la mauvaise situation : il a maintenant dans son cœur la douleur de l’abandon de tripoli et en souffre. Comme d’habitude, il s’en est pris aux militaires qui n’ont pas fait la guerre avec « la fureur du fanatique mais plutôt avec l’indifférence du professionnel ».

  • 8 Lors de la guerre de Libye, en 1911-1912, le socialiste Mussolini s’est opposé à la conquête, ce q (...)

16Je déjeune avec Bottai et Farinacci. Ils sont exaspérés. Bottai, parlant de la perte de la Libye, dit : « au fond, c’est un autre but atteint. Mussolini, en 1911, s’était prononcé pour quitter la Libye. Il a tenu parole 32 ans plus tard8. »

  • 9 Giacomo Di Giacomo préside la Confédération des intellectuels et des artistes de 1920 à 1930.

17Cet impudent docteur Petacci m’a envoyé, par l’intermédiaire de Giacomo9, une lettre pour avancer, en termes péremptoires, la candidature de son associé Vezzari pour l’ambassade d’Espagne. Vezzari est un vieux gibier de potence, ignorant, escroc et sale. J’ai renvoyé la lettre. J’en parlerais à Mussolini si ce n’était son état de santé et si je ne craignais pas de lui faire de la peine. Mais il sera toujours temps de le faire.

  • 10 Il s’agit de Vittorio Mussolini, le fils aîné du Duce.

189 janvier. Vittorio10 me parle de la santé du Duce. Ces derniers jours, il a subi une nouvelle crise gastrique, ce qui est grave car cela réduit l’alimentation et la rend insuffisante. Tous les médecins sont d’accord pour dire que le mal n’est pas organique : Vittorio, comme moi, est convaincu que la maladie est d’origine nerveuse.

  • 11 L’Italie a obtenu une concession à Tientsin à la suite de la guerre des Boxers en 1900.

19Wang Jingwei déclare la guerre aux puissances alliées. L’événement est privé d’une quelconque portée pratique, même si nous l’annonçons sur huit colonnes pour le gonfler à usage interne. Je le dis clairement au Duce. L’Italie perdra la concession de Tientsin11, qui n’était pas grand-chose, mais qui était cependant un héritage du passé, et m’était particulièrement chère.

  • 12 Depuis novembre, la Roumanie a perdu 300 000 hommes (morts, blessés et prisonniers) et l’oppositio (...)

2010 janvier. Je crois que les allemands feraient bien de tenir les Roumains à l’œil. Dans l’attitude de Mihai Antonescu, je vois des signes précurseurs d’une volte-face. Même sa volonté inattendue de conciliation envers la Hongrie m’est suspecte12. Si l’offensive russe n’avait pas eu autant de succès, je ne crois pas que tout ceci se serait vérifié. Même en Finlande, il y a quelque chose qui grince : attention.

  • 13 Alberto Martin-Franklin est sénateur, ancien ambassadeur en argentine et en Belgique.

21Goering, à qui Martin-Franklin13 a remis aujourd’hui la première étoile d’or de l’aigle romain, a remercié avec tant de chaleur que cela manifestait sa joie infantile.

  • 14 Le maréchal Pétain possède une villa à Villeneuve-Loubet, dans les Alpes-Maritimes.

2211 janvier. Durant la nuit, von Mackensen a téléphoné, sur ordre de Ribbentrop, pour m’informer que Pétain se prépare à laisser Vichy pour sa villa proche de Marseille14. Le mouvement est suspect : annonce-t-il une fuite en Algérie ? Aussi des ordres ont-ils été donnés aux troupes de surveiller de près les mouvements du vieux maréchal et on a fait savoir au gouvernement français que le mieux est que Pétain ne bouge pas. Mussolini m’a téléphoné de bonne heure pour me donner de nouveaux détails que je n’avais pas. Puis il est parti à Forlì de manière inopinée. Ce départ doit être mis en relation avec ses mauvaises conditions de santé : ceci est d’autant plus ennuyeux que le Conseil des ministres, prévu le 16, est remis sine die et ceci donnera lieu à d’inévitables potins.

23Le maréchal Antonescu, conversant avec Bova-Scoppa, a parlé de la nouvelle arme secrète allemande qui devrait faire des prodiges : le canon électrique à bouches multiples. Aucune cuirasse ne résisterait aux coups. Qu’y a-t-il de vrai ? Est-ce l’arme à laquelle Hitler fait allusion dans son discours ou bien s’agit-il du bluff habituel ?

2412 janvier. Le prince de Piémont a convoqué D’Ajeta pour lui dire que, dans les milieux militaires, mon action pour conjurer un bombardement de Rome a été accueillie favorablement, mais qu’ils souhaitent désormais un éloignement effectif du commandement allemand, lequel, inversement, fait ce qui lui plaît. Blasco a donné à lire au Prince mon rapport sur mon récent voyage au quartier général allemand.

  • 15 Dans ses notes, monseigneur Montini donne également sa version de l’entretien. Le comte Ciano « se (...)

25Long entretien chez Colonna avec monseigneur Montini qui, à ce que l’on dit, est le véritable et intime collaborateur du Saint-Père. Il a été prudent, mesuré et italien. Il n’a pas porté de jugement sur la situation militaire. Il a seulement dit que le Vatican pense que la lutte sera encore âpre et longue. Il a ajouté que, pour toute chose qui serait possible de faire en faveur de notre pays, il est à notre pleine disposition. Je lui ai parlé de l’importance que, en toutes circonstances, il faut attribuer à l’ordre intérieur du pays et il en a été d’accord. L’Église œuvrera toujours en ce sens. Monseigneur Montini est nettement antibolchevique tout en exprimant de l’admiration pour ce que Staline a su réaliser. Il a dit : « Une chose est importante : quel que soit l’avenir, notre peuple a donné des preuves de singulières qualités de force, de foi, de discipline, de courage. Ce sont des qualités qui permettent toutes les résurrections15. »

2613 janvier. Le sénateur Kruia a donné sa démission.

  • 16 Ministre des affaires étrangères de janvier 1936 à avril 1939, Eqrem Libohova est nommé Premier mi (...)

27Le lieutenant général pense le remplacer par Eqrem Libohova16, qui fut ministre des affaires étrangères au temps de Zog, ou par Kemal Vrioni. En somme, on entend revenir au gouvernement des beys, lesquels ont encore une grande influence dans le pays et sont en mesure d’influencer fortement l’opinion publique.

  • 17 Né en 1831, Giovanni Battista Borea d’Olmo est secrétaire de Cavour. Nommé sénateur en 1922, il me (...)
  • 18 Camillo Benso, comte de Cavour, est un des principaux promoteurs de l’unité italienne. Il est prés (...)

28Suardo me raconte qu’un jour, il a demandé au sénateur Borea d’Olmo17, qui fut secrétaire de Cavour18, ses souvenirs personnels sur le grand homme d’État : « Il mangeait beaucoup » fut l’unique réponse qu’il réussit à obtenir. Beaucoup de considérations viennent à l’esprit !

2914 janvier. Rien de nouveau.

  • 19 Né en 1897, Carlo Scorza fonde le Faisceau de Lucques dont il est le secrétaire fédéral de 1921 à  (...)

3015 janvier. Mussolini téléphone pour savoir s’il est exact que j’ai participé à un repas chez Farinacci avec Bottai, Scorza19 et Tarabini. C’est tout à fait vrai. Mais il n’y a rien de plus insignifiant. Une invitation de Farinacci pour voir sa nouvelle maison de campagne : un très mauvais repas, une conversation banale. Évidemment, quelqu’un cherche à glisser de la méfiance et des soupçons dans l’esprit du Duce, et ce qui me déplaît est qu’il puisse se prêter au jeu même un seul instant.

  • 20 adjoint de Rommel, le général Wilhelm von Thoma est fait prisonnier par les Britanniques le 4 nove (...)
  • 21 Bernard Law Montgomery est né en 1887. Major général en 1937, il commande la 3e division d’infante (...)

3116 janvier. Parmi les interceptions, il y a un télégramme dans lequel sont résumés les termes d’un entretien entre le général allemand von Thoma20 et Montgomery21. S’ils sont vrais, ils sont préoccupants. Von Thoma a dit que les allemands sont convaincus d’avoir perdu la guerre et que l’armée est antinazie car elle attribue toute la responsabilité à Hitler. Sur ordre du Duce, j’ai donné une copie à von Mackensen. Il doit y avoir quelque chose de vrai car, de passage à Rome, von Thoma s’est exprimé en des termes plus ou moins analogues avec Bismarck. Edda a parlé avec Frugoni de la santé du Duce. Demain, il y aura une consultation avec Cesabianchi à Rocca. Malgré la prolongation des maux, Frugoni a dit qu’il y a toutes les raisons pour maintenir les bonnes prévisions déjà faites. Tant mieux.

3217 janvier. Rien de nouveau.

  • 22 Depuis le 10 janvier, les troupes soviétiques ont lancé l’assaut final contre les dernières troupe (...)

3318 janvier. Durant la nuit, un télégramme arrivé de Tirana, de la part de l’inspecteur de police, jette l’alarme : on ne réussit pas à former un gouvernement, la rébellion s’étend, il convient de passer le pouvoir aux militaires. Aucune nouvelle de Jacomoni. Une chose est claire : l’un des deux est trop calme ou l’autre est trop nerveux. Je téléphone à Jacomoni qui déclare, dans un style un peu voilé comme à son habitude, que les choses vont assez mal, surtout parce que Marka Gioni, le chef catholique de Scutari, veut tout ou rien : tout le gouvernement ou aucune collaboration de sa part. Jacomoni n’accepte pas le chantage et résout la crise avec Eqrem Libohova. C’est un retour au gouvernement des beys, c’est-à-dire des familles aristocratiques locales. J’en informe le Duce, qui était plutôt inquiet, et je conseille à Jacomoni, pour parer à toute éventualité, de prendre des accords précis avec les autorités militaires. Nous verrons comment va évoluer la situation aujourd’hui, mais il est clair que l’Albanie reflète des événements de plus grands échiquiers. Ceux-ci sont mauvais. Cela va mal en Russie, où la retraite allemande prend des proportions toujours plus importantes22, cela va mal en Libye, où la menace sur tripoli apparaît toujours plus éminente.

34Je reçois une lettre de Frugoni assez rassurante sur l’état de santé du Duce.

3519 janvier. Journée très pesante. Les nouvelles sont mauvaises dans tous les secteurs. La retraite en Russie semble devenir une déroute dans certains secteurs. En Libye, les divisions d’infanterie sont en train d’abandonner tripoli et se dirigent vers l’ouest, alors que l’arrière-garde cherche à retarder la prudente mais inexorable avancée de Montgomery. Je parle au téléphone à Mussolini qui a l’air déprimé. Comme les allemands ont fait savoir qu’ils ne pourront plus envoyer les forces blindées qu’ils nous avaient promises en Tunisie, il pense trouver un correctif dans une éventuelle déclaration de guerre du bey aux puissances anglo-saxonnes. Je cherche à lui expliquer que ce sera impossible, inutile et inefficace. Mais il insiste et veut que je rappelle Silimbani pour en parler.

36Bova Scoppa a fait un rapport sur son long entretien avec le jeune Antonescu, de retour du quartier général allemand. Il a été très explicite pour affirmer les tragiques conditions dans lesquelles se trouve l’Allemagne et expose courageusement la nécessité pour la Roumanie, comme pour nous, de prendre contact avec les alliés pour chercher une défense à la bolchevisation de l’Europe. Je porterai le rapport au Duce et j’en ferai un discours que je désire prononcer depuis quelque temps : ne nous bandons pas la tête avant qu’elle soit brisée, mais regardons la situation de manière réaliste, et rappelons-nous que charité bien ordonnée commence par soi-même.

3720 janvier. Long et intéressant entretien avec Ambrosio et Vercellino. Ces deux généraux d’armée, hommes sérieux et honnêtes, patriotes sincères et purs, sont très anxieux de ce qui peut advenir. Tous deux sont convaincus que l’Allemagne perdra la guerre et qu’il n’y pas pour nous de perspectives autres que les destructions, les deuils et le désordre : ils se demandent jusqu’où nous voulons arriver. Naturellement, ils se déchaînent avec une grande violence contre Cavallero qui ment, trahit avec l’étranger et vole tant qu’il peut. Je leur ai promis d’en parler sincèrement au Duce, de ne rien lui cacher de ce que je sais : c’est ce que je peux et dois faire pour être en paix avec ma conscience. En fait, en prenant appui sur le rapport Bova, j’ai dit ce que je pensais. Le Duce a commencé par réagir (« Je suis certain que les allemands s’arrêteront et tiendront durement. »), puis m’a écouté avec attention. Naturellement, il a repoussé les offres d’Antonescu (« La voie du Danube n’est certainement pas celle que nous devons suivre. ») mais n’a pas eu de réaction quand je lui ai dit ouvertement qu’il conviendra, à un certain moment, de prendre nous aussi des contacts directs avec les alliés.

38Physiquement, il est comme il y a deux semaines : il semble un peu plus maigre mais il a bonne mine. Naturellement, il est déprimé.

39Nous avons choisi De Peppo pour Madrid et Rosso pour Ankara : ils sont bons tous les deux.

4021 janvier. Comme je le prévoyais, Mussolini a voulu lire le rapport Bova. Il a qualifié le langage d’Antonescu de tendancieux et a confirmé, en des termes bien plus forts qu’hier, la décision de marcher avec l’Allemagne jusqu’à la fin. D’autre part, il espère « que 500 tigres, 500 000 hommes de réserve et le nouveau canon allemand pourront encore renverser la situation ». Même pour l’Afrique, il s’est exprimé de manière plutôt optimiste : « Les forces de Libye affluent en Tunisie et nous avons encore de belles cartes dans notre jeu. » Je ne sais pas lesquelles. Je lui parle clairement de l’Albanie : nous n’y faisons rien de sérieux. Il faudrait y envoyer des forces, des forces et encore des forces. Il est désormais clair que nous y avons perdu le consensus et même la confiance. Il ne reste plus que la force. Non pour l’employer, du moins pour le moment, mais pour montrer qu’elle existe.

41Le général Amè est d’un pessimisme noir : il est persuadé que 1943 verra l’écroulement de l’Allemagne. Peut-être pas tout de suite mais certainement d’ici peu, il croit qu’il faudrait commencer à penser à nos intérêts. Pour la succession de Cavallero (Mussolini m’a confirmé que cela était éminent), il pense qu’Ago serait le meilleur.

4222 janvier. Le Duce juge le bulletin allemand d’aujourd’hui comme le pire depuis le début de la guerre. De fait, il l’est. Déroute à Stalingrad, retraite sur presque tous les fronts, chute prochaine de tripoli. Il semble que Rommel ait encore une fois manœuvré de manière à sauver ses forces, laissant les unités italiennes dans l’embarras. Mussolini est très irrité et se promet de protester auprès des allemands. La chute de tripoli lui déplaît beaucoup, mais il n’est pas du tout convaincu qu’il ne sera pas possible de faire des contre-manouvres en Tunisie et de la reprendre. Ainsi, il continue à se bercer de dangereuses illusions qui lui déforment la vision précise de la réalité qui apparaît claire à beaucoup. Naturellement, Cavallero et son entourage sont les vrais responsables de la création de ces paradis artificiels.

  • 23 Il est vrai qu’après une indéniable amélioration lors des derniers mois de l’année 1942, les allié (...)

4323 janvier. Conseil des ministres. Après l’ordre du jour administratif, Mussolini parle de la situation militaire. Un côté négatif : l’initiative alliée sur tous les fronts terrestres. Un côté positif : les succès de la campagne sous-marine23. Il met l’accent sur ce dernier aspect (je trouve vraiment étrange que l’axe, dont l’élément de force est l’armée allemande, cherche ses motifs d’espérer sur les mers !). Il ne fait pas de prévisions. Il dit seulement, incidemment, que cette guerre durera « encore trois ou quatre ans ». Aujourd’hui, le communiqué a annoncé la chute de tripoli. Sur nombre de visages, parmi les plus humbles et les plus sincères, j’ai vu de profonds signes de douleur. Maintenant, beaucoup d’espoirs se reportent, par notre propagande, sur la Tunisie. Je crains que ce ne soient que des espoirs fallacieux.

4424 janvier. Le général Messe m’informe d’un entretien qu’il a eu avec le Duce, en présence de Cavallero. Il a été nommé commandant en chef des forces italiennes qui se replient en Tunisie. Il qualifie sa charge de « commandant des débandés ». Il juge cette nomination comme une manigance de Cavallero pour se débarrasser de lui car celui-ci doit être convaincu qu’il n’y a aucune chance de tenir en Tunisie et veut que Messe, dans une partie désespérée, perde sa réputation et finisse peut-être dans un camp de prisonniers. Ce qui a surpris Messe a été le langage de Mussolini qui a parlé de succès assurés, de possibilités offensives, de revanche en Afrique, etc. tout ceci parce que Cavallero illustre une situation tout à fait différente de la réalité et trompe délibérément le Duce.

  • 24 Eugenio Chiesa est député républicain de 1904 à 1926. Il meurt en exil en France en 1930.
  • 25 Peintre et photographe, Francesco Michetti est fait sénateur en 1909.

4525 janvier. Signature royale. Sa Majesté avait un grand rhume, une voix rauque et toussait. Il s’en est plutôt tenu à des généralités et n’a pas voulu faire la moindre allusion à la situation. Au contraire, il a donné dans l’optimisme officiel, sans laisser passer l’occasion de quelques pointes contre les allemands. Il a longuement parlé de Giolitti, dont il exaltait la fourberie et l’ignorance. Il manœuvrait le Parlement comme personne au monde : il tenait un carnet dans lequel chaque page était consacrée à un député dont il y écrivait la vie, la mort, le miracle. Après une longue observation, il pouvait faire chanter n’importe quel député. Le Roi a personnellement lu la page consacrée à Eugenio Chiesa24, facilement attaquable à cause d’une vieille faillite. Pour en prouver l’ignorance, Sa Majesté a raconté que, quand elle a proposé à Giolitti de faire sénateur Michetti25, il a demandé qui il était, puis il a télégraphié au préfet de Naples pour avoir des informations « sur un certain Michetti ».

  • 26 Le 13 janvier, l’armée soviétique a lancé une offensive en direction de Kharkov et de Koursk.

46Le communiqué allemand d’aujourd’hui est plutôt déprimant et annonce l’évacuation de Voronej26.

4726 janvier. Rien de nouveau.

4827 janvier. Favagrossa me fait un rapport sur l’état des réserves. Il n’y a pas de changement, ni en bien, ni en mal, mais maintenant qu’un grand effort doit être accompli dans la production, il estime que nous aurons une notable diminution de nos disponibilités. D’autre part, notre apport à la production d’armées est très modeste. Favagrossa a calculé qu’elle représente entre 0,5 et 0,75 % de la production mondiale.

49Bismarck a été reçu par le Duce, à qui il a apporté un cheval offert par la ville de Brême. Mussolini lui a exposé une théorie – il me l’avait déjà dite – selon laquelle les bulletins allemands sont volontairement pessimistes pour réserver au peuple de plus agréables surprises. Bismarck ne partage pas cette théorie et en reste notablement surpris.

  • 27 La conférence de Casablanca se tient du 14 au 24 janvier. Elle réunit Roosevelt, Churchill et leur (...)

50La nouvelle de la conférence de Casablanca arrive. Il est trop tôt pour porter un jugement, mais cela me semble être un événement sérieux, très sérieux27. Je ne partage ni n’approuve l’ironie facile de notre presse.

5128 janvier. Le Duce continue à voir la situation en Russie de manière assez optimiste. Il croit que les allemands ont suffisamment d’hommes, de moyens et d’énergie pour dominer les événements et peut-être pour les renverser. Pour l’Afrique également, il ne voit pas les choses en noir, même s’il se prononce toujours plus négativement vis-à-vis de Cavallero.

52On ne peut pas dire que les idées du Duce soient partagées par le colonel Battaglini, chef d’état-major de la division Celere et revenu de Russie. Il n’aurait pas été possible de faire un tableau plus noir et, quoique ce fût la première fois qu’il me parlait, il a dit que l’unique voie de salut pour l’Italie, l’armée et même pour le Régime est celle de la paix séparée. C’est désormais une idée qui fait son chemin. Même la sœur du Duce m’y a fait une allusion et sans manifester d’hostilité.

5329 janvier. J’accompagne Silimbani, consul général à Tunis, chez le Duce. Il rappelle avec objectivité son jugement sur la situation qu’il considère grave. Il ne voit pas comment, sans l’apport de nouveaux contingents de forces blindées, il sera possible de tenir la mince bande de terre à laquelle nous nous accrochons aujourd’hui, quand se produira la double pression anglo-américaine. L’entretien continuera demain.

  • 28 Anfuso souligne le rapprochement notable entre la Hongrie et la Roumanie à propos de la situation (...)

54Anfuso a écrit depuis Budapest une lettre perspicace et intéressante que même Mussolini a louée. On manque encore de faits précis mais beaucoup d’indices laissent à penser que la Hongrie a eu quelques contacts avec les anglo-Saxons28. Du reste, aujourd’hui, Máriássy a demandé à D’Ajeta – et avec beaucoup d’anxiété – s’il était exact que les Roumains étaient en négociations avec les anglais et que les tractations se dérouleraient à Lisbonne. D’Ajeta a démenti mais, en réalité, qu’en savons-nous ?

  • 29 Alberico Casardi est deuxième secrétaire à l’ambassade de Londres au moment où Dino Grandi est amb (...)

55Grandi insiste pour que le fonctionnaire Casardi soit envoyé comme premier secrétaire à Madrid. Ce serait une coïncidence mais Casardi est à moitié anglais, a une femme américaine et fut avec Grandi quand Samuel Hoare, aujourd’hui ambassadeur en Espagne, était ministre des affaires étrangères29.

5630 janvier. Ambrosio a remplacé Cavallero comme chef d’État-Major général. Excellente décision, désormais imposée par l’honnêteté, les événements et le ressentiment de tous les Italiens contre un homme qui a toujours et seulement menti pour ses propres intérêts et pour sa carrière. Ambrosio est estimé dans l’armée. Il n’est pas jugé comme un foudre de guerre mais, dans les conditions actuelles, je ne crois pas que même un Bonaparte pourrait faire des miracles. en revanche, ce qui compte est que ce soit un Italien qui soit à la tête des forces armées, un patriote qui voit avec des yeux sincères la réalité, et que l’intérêt du pays soit mis en avant, à l’exclusion de tout autre calcul. Ambrosio, à en juger par les entretiens que j’ai eus avec lui, appartient à cette catégorie de personne.

  • 30 L’amiral Erich Raeder est chef d’état-major de la Kriegsmarine depuis février 1938. Il est remplac (...)

5731 janvier. Le remplacement de Cavallero a produit de la joie parmi les Italiens et de la désillusion parmi les allemands. Bismarck s’en est fait le porte-parole, exaltant l’excellente collaboration que le maréchal avait eue avec les forces armées allemandes. Naturellement, j’ai dit que l’événement n’avait aucune signification politique : seulement des raisons d’ordre intérieur et militaire l’avaient déterminé. D’autre part, les allemands avaient déjà changé trois fois de chefs d’état-major et il y a eu hier le remplacement de l’amiral Raeder30.

58Ambrosio confirme, lors d’un entretien, ce qu’il m’avait dit la dernière fois que nous nous étions rencontrés. C’est un homme de bien qui fera passer l’intérêt du pays avant le sien.

  • 31 Le 30 janvier, Churchill, après une escale au Caire, rencontre le président İnönü, son gouvernemen (...)

59Événement du jour : la rencontre entre Churchill et les dirigeants de la Turquie. De Peppo et Alfieri ne donnent pas trop de poids à la rencontre. Mussolini, informé par téléphone, a dit que cela prouvait la faiblesse anglaise si Churchill doit se déranger pour mendier l’aide turque. Je ne peux pas partager cette interprétation trop optimiste. C’est le plan de Casablanca qui cherche son application et la Turquie est une base de trop grand poids pour ne pas être utilisée convenablement. Je ne suis pas encore sûr que les turcs soient aussi neutres que Berlin le croit ou le dit31.

Notes

1 Au sujet de ce discours, Goebbels note dans son Journal : « Dans son message au peuple, il constate que dans cette guerre il en va de la vie de tout le peuple allemand. […] Dans son appel à la Wehrmacht […] il porte un jugement très optimiste sur la situation militaire. Il explique qu’une invasion du continent européen est du domaine du rêve. » Dans Goebbels Joseph, Journal. 1943-1945, Tallandier, coll. « archives contemporaines », Paris, 2009, p. 9.

2 À partir de mars 1942, des accords locaux sont conclus entre les autorités italiennes et la résistance monarchique (les tchetniks), menée par le colonel Draza Mihailovitch, afin de contrer la montée en puissance de la résistance communiste que dirige Tito.

3 Dans la seconde quinzaine d’octobre 1941, face à la menace allemande sur Moscou, le gouvernement soviétique a demandé aux ambassades étrangères de se déplacer à Kouïbychev, sur la Volga.

4 L’ordre de Saint-Maurice est fondé par le duc Amédée VIII de Savoie en 1434.

5 Antonio Mancini est né en 1852 près de Naples. Installé à Rome en 1883, il fréquente les impressionnistes parisiens et se spécialise dans le portrait : Le Petit Séminariste, Petite fille riant, Autoportrait de son père, Elizabeth et Charles Williamson. Il meurt en 1930.

6 Ce rapport est en date du 31 décembre. Alfieri fait un large tour d’horizon de la situation militaire. Sur l’état d’esprit en Allemagne, il écrit : « naturellement, la situation crée une atmosphère de gravité très pesante au travers de laquelle chaque allemand est porté à forcer sa nature, à se replier sur lui-même, se coupant de plus en plus du monde extérieur. Il en vient à comparer l’Allemagne d’aujourd’hui à un bateau qui, sur une mer pleine de brouillard, ne suit plus exactement une route. Le commandant, afin de ne pas alarmer les passagers, reste sur le pont le plus haut et cache aux officiers ses préoccupations. Il y a encore beaucoup de combustible, les machines continuent à fonctionner. Les vivres sont scrupuleusement rationnés pour tenir le plus longtemps possible. Tout va bien à bord. Le bâtiment continue à naviguer mais quand parviendra-t-il à rejoindre le port ? Et résistera-t-il à une tempête qui le prendrait de plein fouet ? » Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. IX (21 luglio 1942 – 6 febbraio 1943), op. cit., doc. no 454, p. 466-467.

7 Le général Renzo Dalmazzo commande les troupes italiennes en Albanie.

8 Lors de la guerre de Libye, en 1911-1912, le socialiste Mussolini s’est opposé à la conquête, ce qui lui vaut un procès et quelques mois de prison d’octobre 1911 à mars 1912.

9 Giacomo Di Giacomo préside la Confédération des intellectuels et des artistes de 1920 à 1930.

10 Il s’agit de Vittorio Mussolini, le fils aîné du Duce.

11 L’Italie a obtenu une concession à Tientsin à la suite de la guerre des Boxers en 1900.

12 Depuis novembre, la Roumanie a perdu 300 000 hommes (morts, blessés et prisonniers) et l’opposition à la guerre commence à s’amplifier dans le pays.

13 Alberto Martin-Franklin est sénateur, ancien ambassadeur en argentine et en Belgique.

14 Le maréchal Pétain possède une villa à Villeneuve-Loubet, dans les Alpes-Maritimes.

15 Dans ses notes, monseigneur Montini donne également sa version de l’entretien. Le comte Ciano « se montre très affable, donnant à la conversation un ton de simplicité et de cordialité qui la fit apparaître sincère et agréable ». Plusieurs thèmes sont abordés par Ciano : l’action utile du pape afin d’éviter les bombardements de Rome ; les relations entre l’État et l’Église qui doivent rester excellentes, d’où l’action de Ciano pour contrer les éléments ultras du fascisme qui cherchent à en découdre avec l’Église ; la description de l’attitude des dirigeants allemands entre le faste de Goering, l’alignement de Ribbentrop sur les positions d’Hitler et la facilité de converser avec Himmler. Ciano revient également sur la volonté allemande d’engager la guerre en août 1939 ainsi que sur la duplicité de Berlin, y compris lors de la rencontre Hitler-Mussolini du 2 juin 1941 où il n’y eût aucune allusion à la prochaine attaque contre l’Union soviétique, sa sous-évaluation du potentiel soviétique et la volonté de résister en Tunisie. Pour finir, Ciano s’épanche sur sa foi et sa spiritualité, surtout après le décès de son père. Dans Blet Pierre, Schneider Burkhart, Martini Angelo, Graham Robert Andrew (dir.), Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale. 7 : Le Saint-Siège et la guerre mondiale (novembre 1942 – décembre 1943), op. cit., doc. no 88, p. 186-188.

16 Ministre des affaires étrangères de janvier 1936 à avril 1939, Eqrem Libohova est nommé Premier ministre albanais le 18 janvier 1943. Il est démis de ses fonctions dès le 11 février pour retrouver son poste du 11 mai au 10 septembre.

17 Né en 1831, Giovanni Battista Borea d’Olmo est secrétaire de Cavour. Nommé sénateur en 1922, il meurt à l’âge de 105 ans, en 1936.

18 Camillo Benso, comte de Cavour, est un des principaux promoteurs de l’unité italienne. Il est président du conseil de Piémont-Sardaigne de novembre 1852 à juillet 1859, puis de nouveau à partir de janvier 1860. Il dirige le premier gouvernement de l’Italie unifiée jusqu’à sa mort le 6 juin 1861.

19 Né en 1897, Carlo Scorza fonde le Faisceau de Lucques dont il est le secrétaire fédéral de 1921 à 1929. Député en 1924 et conseiller national en 1939, il est inspecteur de la milice universitaire et directeur de Gioventù Fascista en 1931. Vice-secrétaire du PNF en décembre 1942, il en est le secrétaire d’avril à juillet 1943.

20 adjoint de Rommel, le général Wilhelm von Thoma est fait prisonnier par les Britanniques le 4 novembre 1942.

21 Bernard Law Montgomery est né en 1887. Major général en 1937, il commande la 3e division d’infanterie au début de la Seconde Guerre mondiale. Lors de la bataille de Dunkerque, il prend la tête du 10e corps d’armée qu’il parvient à évacuer de la poche. Il est nommé le 13 août 1942 commandant de la 8e armée britannique qu’il conduit à la victoire d’El Alamein.

22 Depuis le 10 janvier, les troupes soviétiques ont lancé l’assaut final contre les dernières troupes de la 6e armée allemande retranchées dans Stalingrad.

23 Il est vrai qu’après une indéniable amélioration lors des derniers mois de l’année 1942, les alliés éprouvent à nouveau des difficultés face aux sous-marins allemands au début de 1943. 693 000 tonnes sont perdues en atlantique et en arctique.

24 Eugenio Chiesa est député républicain de 1904 à 1926. Il meurt en exil en France en 1930.

25 Peintre et photographe, Francesco Michetti est fait sénateur en 1909.

26 Le 13 janvier, l’armée soviétique a lancé une offensive en direction de Kharkov et de Koursk.

27 La conférence de Casablanca se tient du 14 au 24 janvier. Elle réunit Roosevelt, Churchill et leurs états-majors. Les généraux de Gaulle et Giraud y participent afin de parvenir à une unité française. Le président américain et le Premier ministre britannique décident de poursuivre l’aide matérielle à l’Union soviétique, d’organiser l’invasion de la Sicile, puis de l’Italie, une fois les combats terminés en Tunisie, d’exiger une capitulation sans condition de la part des puissances de l’axe.

28 Anfuso souligne le rapprochement notable entre la Hongrie et la Roumanie à propos de la situation des minorités hongroises de Transylvanie. Ciano en conclut que le rapprochement a sans doute d’autres objectifs. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. IX (21 luglio 1942 – 6 febbraio 1943), op. cit., doc. no 560, p. 560-561.

29 Alberico Casardi est deuxième secrétaire à l’ambassade de Londres au moment où Dino Grandi est ambassadeur d’Italie de 1932 à 1939. Samuel Hoare est secrétaire au Foreign office de janvier à décembre 1935.

30 L’amiral Erich Raeder est chef d’état-major de la Kriegsmarine depuis février 1938. Il est remplacé par l’amiral Karl Dönitz et occupe par la suite la fonction honorifique d’inspecteur général de la marine.

31 Le 30 janvier, Churchill, après une escale au Caire, rencontre le président İnönü, son gouvernement et le chef d’état-major turc, le maréchal Çakmak, à Adana, non loin de la frontière turco-syrienne. Le Premier ministre britannique fait un large tour d’horizon de la situation politique et militaire avec les dirigeants turcs, s’assure de leur bienveillance envers les alliés, malgré les méfiances turques vis-à-vis d’éventuelles ambitions soviétiques.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search