Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1942

Décembre

Full text

11er décembre. J’ai revu le Duce après dix jours pendant lesquels il est resté à la villa Torlonia pour raisons de santé. Il est un peu diminué physiquement, mais reste énergique et très vif. Demain, il fera un discours à la Chambre. La raison en est l’attaque de Churchill avec lequel il entend « polémiquer sans cependant recourir à l’injure comme il l’a fait ». « Du reste, ajoute-t-il, le discours de Churchill m’honore car il prouve que je suis le vrai antagoniste de la Grande-Bretagne. » Il m’a ensuite raconté son entretien avec Goering. Les allemands vont envoyer en Afrique trois divisions blindées, la Adolf Hitler, la Hermann Goering, la Deutschland, « trois noms qui engagent l’honneur allemand ». En Libye, la situation est embrouillée : tout est entre les mains des anglais, lesquels, en prenant rapidement l’initiative, peuvent facilement nous déloger de nos positions actuelles. La ligne de repli est prévue à Buerat, ce qui a l’avantage de placer la Syrte devant nous et non dans notre dos. Dans l’ensemble, j’ai retrouvé le Duce optimiste, tant pour ce qui regarde la guerre que pour la situation intérieure. Les officiers de la suite de Goering parlent haut : ils se déclarent certains qu’en trois mois, les forces blindées allemandes auront rejoint le Maroc. Ils font également des prévisions optimistes sur la guerre en Russie.

  • 1 Titre du maréchal Antonescu, équivalent du Duce.
  • 2 Dans un rapport du 27 novembre, l’ambassadeur italien à Bucarest écrit : « J’ai déjà référé à Votr (...)

2Bova Scoppa envoie des télégrammes depuis Bucarest pour signaler la nervosité causée par les nouvelles du front du Don : on accuse le Conducator1 d’avoir trop engagé la Roumanie dans une lutte qui n’a pas d’intérêt direct pour elle2.

  • 3 Après avoir appelé à « la haine contre l’ennemi » et violemment attaqué Roosevelt et Churchill, Mu (...)
  • 4 en français dans le texte.

32 décembre. Après un long silence, Mussolini a parlé à la Chambre3. L’accueil du discours de la part des conseillers nationaux a été très chaleureux, même s’il était facile de reconnaître dans l’assemblée des gens qui, entre quatre yeux, pensent totalement différemment. Le Duce est apparu physiquement amaigri mais pas moins vigoureux et, parfois, aussi impétueux que d’habitude. Le discours ? Il est encore trop tôt pour dire l’effet qu’il aura, mais il est clair qu’il n’apporte pas – il ne le pouvait du reste pas – d’éléments nouveaux sur le plan des faits et du jugement. Il ne sera pas difficile pour la propagande anglaise de le combattre efficacement, même si elle ne se sert pas du lapsus « du smoking endossé par le peuple britannique pour prendre le thé à 5 heures ». Edda est resté atterrée de cette gaffe4 (elle connaît les anglais et sait combien ils en riront !) et m’a tout de suite écrit une lettre pour que le texte soit corrigé dans les journaux.

4Bismarck s’est confié à D’Ajeta à propos de la venue de Goering. Il dit que les allemands sont les premiers à être convaincus qu’il n’y a plus rien à faire en Afrique et que toutes les promesses de Goering sont destinées à rester dans le royaume des nuages. Mais il s’agit de sauver la réputation de Rommel, qui jouit d’un grand prestige en Allemagne et est un des militaires les plus liés au nazisme. Aussi, le principal objectif de Goering est de créer la confusion et de prouver que la faute de tout est notre organisation défectueuse des transports, des navires, des chemins de fer, etc. Pour ce faire, il a commencé par rudoyer tout le monde, y compris l’amiral Riccardi. Bismarck a ajouté que les techniciens militaires de l’ambassade sont restés surpris par la masse de couillonneries que le Reichsmarschall a été capable de dire.

  • 5 Le baron Michele Scammacca est sous-secrétaire pour l’Albanie au ministère des affaires étrangères

53 décembre. Scammacca5 confirme que Goering a également fait une mauvaise impression auprès de nos officiers du haut commandement. Le colonel Montezemolo, secrétaire de la réunion des quatre maréchaux (Goering, Kesselring, Rommel et Cavallero), a dit être resté surpris « de l’orgueilleuse ignorance » du Reichsmarschall. Désormais, Goering s’est replié à Naples, déclarant qu’il entend nommer « le fédéral de la ville, qui est un jeune homme actif et qui pense comme lui, surintendant aux transports ». Pour la petite histoire, le fédéral Milone, très bon garçon, est un médecin ! Mais Goering a-t-il réellement l’intention de s’autoproclamer Reichsprotektor de l’Italie ?

64 décembre. Rien de nouveau.

  • 6 Ministre de Grande-Bretagne près le Saint-Siège depuis 1936.
  • 7 Dans sa relation de l’audience, le cardinal Maglione rapporte les propos tenus à l’ambassadeur Gua (...)

75 décembre. Guariglia a parlé avec Maglione de la question des bombardements de Rome. Le Saint-Siège fait de son mieux pour les éviter et a fait savoir aux anglo-Saxons que le Pape, évêque de Rome, ne pourrait assister inerte à la destruction de la Ville Éternelle. Le ministre anglais Osborne6 a répondu que Rome n’était pas seulement la ville des catholiques, mais aussi le siège du quartier général, d’un important commandement allemand, de nombreux aéroports, d’une gare de triage. Aussi les alliés se réservent-ils la liberté d’action, en tout cas contre les objectifs militaires7. Le cardinal Maglione a fait remarquer que l’éloignement des centres de commandement de Rome donnerait une grande force au Saint-Père pour poursuivre son œuvre. J’en ai informé le Duce mais je ne connais pas encore sa réaction. Inversement, j’ai su que le Roi y serait favorable et qu’il avait lui-même envisagé une telle éventualité.

8Goering continue à présider des réunions auxquelles il convoque même des personnalités civiles : Buffarini, des ministres techniciens, etc. Buffarini rapporte que ces réunions sont banales, inutiles et est assez dégoûté de l’attitude servile de Cavallero devant le maréchal du Reich. Hier, quand Goering s’est rendu au quartier général, il a été accueilli dans la cour, au pied de l’escalier, par nos chefs militaires. Les jeunes officiers présents, qui m’ont rapporté la scène, en ont été indignés.

96 décembre. Le Duce m’a dicté un bref résumé des entretiens avec Goering que je conserve par ailleurs. Aucune décision n’a été prise sur le plan politique, alors que dans le secteur militaire, le maréchal du Reich s’est limité à constater que l’on devrait multiplier les efforts si nous ne voulions pas connaître de nouveaux revers en Afrique. Nous étions nous-mêmes arrivés à cette conclusion sans avoir besoin de ses précieuses lumières !

10Mussolini n’est pas hostile par principe au transfert du quartier général, « car il n’est pas dit que nous serions restés sous le parapluie du catholicisme afin de nous protéger des bombes anglaises ».

11Mackensen propose officiellement que le Duce se rende en Allemagne entre le 15 et le 20 de ce mois. Laval assistera à la seconde partie des entretiens. Il donnera une réponse demain.

12D’Ajeta a eu un long entretien avec le prince de Piémont. Dans l’ensemble, il est satisfaisant même s’il voit un peu tout en noir.

  • 8 Station thermale d’Ombrie, à 80 kilomètres de Rome.
  • 9 Dans ses notes du 12 décembre, le cardinal Maglione écrit : « L’ambassadeur d’Italie m’a dit hier (...)

137 décembre. Entretien avec le Roi. Nous ne sommes pas entrés en détail dans l’analyse de la situation : nous avons parlé de l’opportunité de transférer ailleurs le quartier général pour éviter les bombardements de Rome et, acceptant ma suggestion, il m’a dit qu’il indiquera au Duce que Fiuggi8 serait le lieu idéal9.

  • 10 Roi de Piémont-Sardaigne de 1849 à 1861, puis d’Italie de 1861 à 1878.

14Puis il m’a raconté un conseil de son grand-père, le Roi Victor-Emmanuel II10. Quand on parle aux gens, pour être certain de leur faire plaisir, il faut dire deux choses : « Comme votre ville est belle » et « Comme vous semblez jeune ». Le Roi confirme – avec sa longue expérience – que cela ne rate jamais. Seulement, quand quelques minutes après, il a commencé à me dire du bien de Livourne, je me suis permis de l’interrompre et cela l’a beaucoup amusé…

15Le Duce est d’accord pour le voyage en Allemagne au moment proposé, mais sans enthousiasme.

168 décembre. Le Duce a posé une seule condition à son voyage en Allemagne : prendre ses repas seul dans son appartement « car il ne veut pas faire voir à pléthores d’allemands faméliques qu’il est contraint de se nourrir seulement de riz et de lait » (mais j’ajoute qu’il a bien meilleure mine ces derniers jours et qu’il a repris un aspect presque normal). Il est optimiste en ce qui concerne la situation militaire en Afrique, d’autant plus qu’il a été décidé de ne pas défendre la ligne El Agheila-Marada en tripolitaine, mais de se replier sur Buerat, de manière à mettre les 400 kilomètres de la Syrte devant les anglais.

179 décembre. Nouveau et dur bombardement de Turin par la RAF.

  • 11 À cette date, l’étau se resserre sur la 6e armée allemande, encerclée à Stalingrad. Le 12 décembre (...)

18Je vois Amè, de retour de Nice où il a rencontré l’amiral Canaris. Il en confirme le pessimisme, jamais démenti jusqu’à présent, et qui se base surtout sur les nouvelles qui parviennent de Russie, des attaques soviétiques et de la fatigue allemande11. Pour l’Afrique également, il fait de sombres prévisions même si elles sont à plus longue échéance.

19Pour sa part, Amè ne voit pas la situation aussi mauvaise qu’il y a une dizaine de jours. Naturellement, ceci est vrai pour le moment : pour l’avenir, il ne modifie pas ses prévisions. Toutefois, la preuve de mauvaise stratégie donnée par les anglo-Saxons en Tunisie le conduit à croire que la lutte sera encore assez longue. Le Duce, à qui Amè a rapporté les préoccupations de Canaris, a montré qu’il n’en tenait pas compte et a réaffirmé sa certitude dans une victoire prochaine.

  • 12 Sans doute à l’occasion de l’anniversaire du Caudillo, né le 4 décembre 1892.

20Franco a parlé de l’axe sur un ton de sympathie. Mussolini lui a transmis ses félicitations12 par l’intermédiaire de notre ambassadeur, mais « il ne compte pas bouger le petit doigt pour accélérer l’intervention de l’Espagne dans la guerre car ce serait plus un poids qu’un avantage ».

2110 décembre. Rien de nouveau.

2211 décembre. Aucune nouveauté.

  • 13 Le cardinal Maglione précise dans ses notes : « L’ambassadeur d’Italie m’a officiellement communiq (...)

2312 décembre. L’évacuation des commandements a été décidée et j’en avertis Guariglia pour qu’il en informe avec insistance le Saint-Siège. Il faut absolument éviter le bombardement de Rome : la population est très préoccupée et les deux alarmes d’hier ont suffi à créer un profond malaise13.

  • 14 La 8e armée britannique entre à El Agheila le 13 décembre, où Montgomery décide de s’arrêter un mo (...)

2413 décembre. Les anglais ont attaqué en Libye. Pour l’instant, on résiste bien mais cela dérange les opérations de repli sur la ligne de Buerat14.

25Le Duce est calme. Ce matin, il feuilletait les rapports des bureaux de censure et arrivait à des conclusions très pessimistes sur l’humanité, pour laquelle deux choses seraient de vraies et éternelles valeurs : « Le pain et les testicules. » Le reste, idéaux, pensées, sacrifices, ne serait rien.

26Quoique nous ayons fait savoir aux allemands que nous ne pensions pas utile la présence de Cavallero à la prochaine réunion de Klessheim, ils ont insisté pour qu’il vienne. Il est toujours plus évident qu’ils le considèrent comme leur homme.

  • 15 Dans ses Mémoires, Guariglia insiste sur cet aspect : « Le cardinal me fit alors justement remarqu (...)
  • 16 Né en 1897, monseigneur Giovanni Battista Montini est substitut à la secrétairerie d’État pour les (...)

27Guariglia a parlé de l’éloignement des centres de commandement au Vatican ; il paraît qu’Osborne insiste surtout pour l’éloignement du commandement allemand15. Quand Guariglia a dit à monseigneur Montini16 que même le Duce laisserait la capitale, celui-ci lui a répondu : « Je crois qu’il devra faire une nouvelle marche sur Rome pour y revenir. »

28Jacomoni est assez optimiste sur la situation en Albanie malgré les nombreux incidents qui y ont lieu. Il la considère – et il a raison – uniquement dépendante des vicissitudes internationales. Il pense changer Kruia mais ne regrette pas l’expérience : « C’est un homme, a-t-il dit, dont nous devions user dans notre intérêt. »

2914 décembre. Ribbentrop fait savoir qu’en « considération des opérations militaires à l’est », il convient de reporter de quelques jours la réunion de Klessheim. Il ne précise pas de combien mais espère encore que ce soit possible avant noël.

30En Libye, l’attaque anglaise est plutôt violente mais la difficulté majeure est représentée par le manque de carburant. Encore ces jours-ci, notre marine a eu des pertes sévères.

3115 décembre. Rien de nouveau.

32Tard dans la soirée, Mackensen demande à me parler. Nouvelles propositions pour la rencontre : Hitler ne peut s’éloigner du quartier général, ni renvoyer les entretiens. Comme il ne veut pas que le Duce affronte un si long voyage (presque à l’ancienne frontière lituanienne), il m’invite à m’y rendre avec Cavallero. Il fait savoir qu’à priori, les entretiens seront importants et prendront plusieurs jours. Je réserve une réponse pour demain.

3316 décembre. Comme prévu, le Duce ne se sent pas suffisamment en forme pour affronter un aussi long voyage, et ne veut interrompre un traitement électro-thérapeutique qui semble lui faire le plus grand bien. J’irai muni cette fois-ci d’instructions précises : Mussolini tient surtout à faire savoir à Hitler (il l’a déjà dit à Goering) qu’il juge indispensable d’arriver à un accord avec la Russie ou, au moins, de fixer une ligne défensive qui pourra être tenue avec peu de forces. 1943 sera l’année de l’effort anglo-saxon : Mussolini estime que l’axe devra avoir à sa disposition le plus grand nombre possible de divisions pour défendre la Tunisie, les Balkans, peut-être même l’ouest. Je noterai par ailleurs les instructions et mettrai par écrit les entretiens. Pour le moment, il est intéressant de noter que Bismarck a dit à D’Ajeta que le Führer a voulu éviter une rencontre avec le Duce pour ne pas entrer précisément dans une discussion de politique générale. Il semble que nous parlerons seulement de la France et Laval sera présent.

34Cela va mal en Cyrénaïque où les anglais ont réussi à entraver notre retraite et nous obligent à combattre dans de mauvaises conditions tactiques et logistiques.

35Le Duce confirme l’éloignement du commandement allemand de Rome et je donne des instructions pour en parler tout de suite au cardinal Maglione. Peut-être vaudrait-il mieux mettre par écrit les négociations en cours. Nous n’aurons jamais une assurance anglaise de ne jamais bombarder, mais je continue à être optimiste sur ce qui se passera vraiment.

  • 17 L’attaché d’ambassade Michele Lanza a laissé une description sans aménité du voyage : « train somp (...)

3617 décembre. En voyage vers le quartier général d’Hitler17.

  • 18 Au cours de ces entretiens, Ciano défend le principe d’une paix séparée avec l’Union soviétique : (...)

3718 décembre. J’ai mis par écrit mes entretiens dans la forêt de Görlitz et j’ai noté mes impressions générales18. Voici, comme d’habitude, quelques détails.

38L’atmosphère est pesante. Peut-être qu’aux mauvaises nouvelles, s’ajoutent l’humidité de cette forêt et l’ennui de la vie collective dans les baraquements du quartier général. On ne perçoit pas une tache de couleur, pas une note vive. Antichambre pleine de gens qui fument, mangent, discutent. Odeurs de cuisine, d’uniformes, de bottes. Tout cela est en grande partie inutile, du moins pour une masse de personnes qui n’ont aucun besoin d’être là. La première de celles-ci est Ribbentrop, qui contraint la plus grande partie de ses fonctionnaires à une vie de troglodytes qui ne rime à rien et entrave ainsi le fonctionnement normal du ministère des affaires étrangères.

  • 19 Le corps expéditionnaire italien, stationné sur le Don, subit à partir du 11 décembre une puissant (...)
  • 20 Walter Hewel est le chef d’état-major personnel de Ribbentrop et fait office d’agent de liaison en (...)
  • 21 Mario Pansa est le sous-chef du protocole au ministère italien des affaires étrangères.
  • 22 Pansa : notre armée a-t-elle eu des pertes ? Hewel : Pas de pertes du tout : ils ont couru. Pansa  (...)

39Quand je suis arrivé, on ne nous a pas caché, ni à moi ni à mes collaborateurs, le malaise causé par l’effondrement du front russe. On tendait à nous en faire porter la responsabilité19. Hewel20, qui est un proche d’Hitler, a eu avec Pansa21 le dialogue suivant. Pansa : Had our army many losses ? Hewel : No losses at all : they are running. Pansa : Like you did in Moskow last year. Hewel : Exactly22.

  • 23 En français dans le texte.

4019-20 décembre. Laval a fait un voyage qu’il pouvait s’éviter. Après deux jours de train, les allemands l’ont fait s’assoir pour prendre le thé, puis lui ont donné le dîner et ne lui ont pas laissé ouvrir la bouche. À peine avançait-il un argument que le Führer l’interrompait et lui faisait la leçon (au fond, je crois qu’Hitler est content d’être Hitler car cela lui permet de toujours parler). Dans l’ensemble, Laval est un Français dégoûtant, le plus dégoûtant des Français. Pour bénéficier des bonnes grâces de ses patrons allemands, il n’hésite pas à rejeter ses compatriotes et à dénigrer son malheureux pays. Il a dit une chose spirituelle : il lui était difficile de gouverner la France étant donné que, de toute part, il n’entendait crier que « Laval au poteau23 ».

  • 24 En français dans le texte.
  • 25 En français dans le texte.

41Et pourtant, comme les allemands subissent le charme24 des Français. Même ce Français ! Si ce n’est Hitler, les autres se concurrençaient pour lui parler, pour l’approcher : cela ressemblait à l’entrée d’un grand seigneur déchu dans un cercle de parvenus enrichis. Même Ribbentrop a fait de son mieux mais a conclu sur une gaffe25. Il a rappelé à Laval que son « éminent compatriote » napoléon s’était trouvé dans cette forêt. Sauf erreur, c’était dans d’autres conditions.

42Un fait dont il faut tenir compte. En juin 1939, Cavallero est allé en Allemagne, porteur d’une lettre de Mussolini. Maintenant, Keitel, rappelant la rencontre, a dit que la guerre contre la Pologne avait déjà été décidée et la date fixée. Ceci a eu lieu alors que les allemands s’engageaient avec nous pour une période d’au moins trois années de paix.

4321 décembre. Voyage de retour.

  • 26 En français dans le texte.
  • 27 À cette date, l’opération orage d’hiver destinée à dégager Stalingrad a échoué et les troupes ital (...)

4422 décembre. Retour à Rome. J’y trouve beaucoup de cafard26 à cause des nouvelles du front russe27, d’autant plus que le Duce, parlant à beaucoup de personnes d’une possible paix avec la Russie, avait suscité quelques espérances.

45Mussolini est également de mauvaise humeur. Je lui remets le rapport de mon voyage dans lequel je dis clairement ma façon de penser. Lors de la conversation, je ne cache pas non plus mes impressions négatives. Je lui parle également de Cavallero, de sa servilité vis-à-vis des allemands. « Désormais, Cavallero est dépassé, a-t-il dit. Quelques années auparavant, il avait l’esprit vif mais il ne l’a plus aujourd’hui. » Cependant, il ne fait pas allusion à la personne à laquelle il songe pour le remplacer. Il m’invite à envoyer à Sa Majesté une copie de mon rapport.

  • 28 Le colonel Harold Stevens est commentateur à la BBC.

46Le colonel Stevens28 a fait un discours radiodiffusé assez divertissant en commentant mon voyage en Allemagne : il a rappelé le discours à la Chambre du 16 décembre 1939 et affirme que je ne suis plus apte à parler clairement aux anglais comme je le fis à l’époque.

4723 décembre. Rien de nouveau.

4824 décembre. Le Roi a des paroles d’approbation au sujet du rapport que j’ai rédigé à mon retour d’Allemagne. Il est indigné par le fait que Ribbentrop ait demandé la cession d’une partie de notre flotte légère. Le ton de son discours est, comme toujours, antiallemand mais il ne dit rien de particulier et conclut avec la formule habituelle et peu convaincue affirmant la victoire.

  • 29 Anthony Eden est à nouveau secrétaire au Foreign office depuis le 12 décembre 1940. Au début de la (...)
  • 30 Le discours de noël de Pie XII est marqué par une allusion du pape au sort des Juifs, après avoir (...)
  • 31 Village d’Émilie-Romagne où est né Mussolini.

49Nous sommes de nouveau en haute mer sur la question des bombardements de Rome. Selon le décryptage d’un télégramme anglais, il résulte qu’Eden29 voudrait non seulement le départ du Duce et des quartiers généraux, mais également du Roi et de tout le gouvernement. De plus, il souhaiterait un contrôle de la part de fonctionnaires suisses. Naturellement, Mussolini réagit avec énergie et se prépare à refuser. Hier, j’étais chez lui lorsqu’il écoutait à la radio le discours du Pape30. Il l’a commenté avec sarcasme : « Le Vicaire de Dieu – c’est-à-dire le représentant sur terre du Régulateur de l’Univers – ne devrait jamais parler. Il devrait rester parmi les nuages. Son discours est composé de lieux communs qui pourraient facilement être faits par le curé de Predappio31. »

50Les nouvelles de Russie continuent à être mauvaises, mais le quartier général pense que, cette fois-ci, les Russes ne réussiront pas à avoir les bras assez longs et n’exploiteront pas stratégiquement les succès initiaux.

  • 32 L’amiral Darlan est tué par Fernand Bonnier de La Chapelle, jeune monarchiste patriote. Qui sont l (...)

5125 décembre. Darlan a été tué de trois coups de pistolet à Alger. Des gaullistes, des anglais, des allemands ? C’est un jeune de 20 ans qui a tiré, donc un fanatique ou un agent. Peut-être saurons-nous la vérité32. Il est intéressant de noter la froide indifférence avec laquelle la presse anglaise a commenté la nouvelle. Fougier est d’un pessimisme déconcertant. Pour lui, la guerre est déjà perdue depuis longtemps et il ne reste désormais qu’à chercher un moyen de la terminer au plus vite et avec le moins de dommages possibles. Selon lui, la rareté des moyens est devenue maintenant la chose la plus grave qui rend inconcevables toutes sortes d’opérations militaires, du moins en ce qui concerne le secteur aéronautique.

  • 33 Horia Sima est vice-président du Conseil de septembre 1940 à janvier 1941, mais il est écarté du p (...)

5226 décembre. Horia Sima33, chef de la Légion roumaine, est arrivé en Italie. Himmler en réclame l’extradition car il a fui l’Allemagne avec un faux passeport. Pour ma part, j’ai conseillé au Duce de l’extrader sans autre forme de procès, d’autant plus que sa présence pourrait créer des difficultés avec Antonescu. De plus, tout calculé, cela fera une crapule en moins.

53La princesse de Gangi, qui entretient une cordiale amitié avec le Duce, m’a ouvert son cœur à propos de l’affaire Petacci en parlant, comme elle dit avec son accent sicilien, « d’une vraie confession ». Selon elle, Mussolini en aurait par-dessus la tête de Claretta, de son frère, de sa sœur, de toute la famille, mais ne réussirait pas à s’en débarrasser parce que ce sont des racailles prêtes à faire du chantage et un scandale. Parlant avec la princesse de Gangi, le Duce aurait dit qu’en d’autres temps, il a aimé cette fille mais qu’elle est désormais pour lui « un vomitif ». Qu’est-ce qui est vrai et quelle est la part d’une vieille jalousie féminine non assouvie ? En tout cas, la Princesse attribue aux Petacci tout ce qui va mal en Italie, y compris la maladie du Duce. Honnêtement, cela me semble un peu exagéré.

  • 34 Ancienne nourrice de Galeazzo Ciano.

5427 décembre. À Livourne pour dire adieu à Emilia34, à ma vieille, chère et fidèle tata qui s’éteint doucement. au poids de ses 82 ans, s’est ajouté celui de nombreuses maladies. Je l’ai aimée, je l’aime tendrement. L’après-midi d’hier a été une des plus tristes de ma vie.

  • 35 Laval n’obtient que la possibilité de lever une légion de volontaires qui partirait se battre en T (...)

5528 décembre. Aucune nouvelle de grand relief à Rome. Je ne vois pas le Duce car il est au lit avec une espèce de grippe. Sa santé n’est pas comme je le souhaiterais. Mackensen me remet, au nom du gouvernement allemand, le télégramme de réponse à Laval à propos des demandes faites dans la forêt de Görlitz : il s’agit de concessions si modestes et tellement formelles qu’il n’y a aucune difficulté à y adhérer en ce qui nous concerne35.

5629 décembre. Buffarini me montre quelques rapports rédigés par la police de Rimini que le Duce a demandés aujourd’hui. Rien de plus qu’un simple et banal potin ourdi à Tirana par des personnes que je ne connais pas et qui m’ont présenté comme le successeur du Duce et autres absurdités de ce genre. J’ai dit à Buffarini de montrer sans attendre ces rapports à Mussolini, qui naturellement se rendra vite compte de quoi il s’agit. Il me déplaît seulement qu’on puisse rapporter au Duce de telles bêtises et que lui, après tant d’années qu’il me connaît, puisse y prêter l’oreille, même distraite.

  • 36 Le chef du Parti populaire français prône une franche politique de collaboration et participe à la (...)
  • 37 En français dans le texte.

57Buti est de passage. Il ne dit rien de nouveau : toute la France est désormais convaincue que l’Allemagne perdra la guerre et attend ce jour. Laval est méprisé mais, au fond, il est supporté car on craint pire, c’est-à-dire Doriot36, jugé par tous comme un gangster des rues. Buti a eu une image pittoresque en parlant des rapports franco-allemands : ce sont ceux d’un charretier qui fouette sa mule attachée au brancard en criant : « Collaboration, collaboration37. »

5830 décembre. Donegani se précipite au palais Chigi pour conjurer un projet d’union douanière avec l’Allemagne. En réalité, il en a été juste fait allusion, je ne sais trop par qui, mais l’idée a été repoussée car, de toute évidence, le dommage serait énorme pour notre pays. Il s’agissait pratiquement d’ouvrir les portes de la maison alors que les autres resteraient fermées. Les allemands nous ont assez exploités. Ne sont-ils pas encore satisfaits ?

  • 38 Rome est bombardée pour la première fois le 19 juillet 1943. Deux autres bombardements suivent les (...)

59Un bon point pour le non-bombardement de Rome : d’un autre télégramme décrypté, il résulte que les américains ont répondu défavorablement aux propositions draconiennes d’Eden, déclarant qu’ils n’entendaient pas procéder à une action de force contre la Cité de saint Pierre car il en résulterait pour les alliés plus de dommages que de bénéfices. Aussi, il me semble que la question est mise de côté, du moins pour le moment38.

6031 décembre. Emilia est morte cette nuit. Avec elle meurt une autre partie de ma jeunesse. Peut-être qu’aucune autre personne au monde ne m’a donné une tendresse aussi douce et constante. Pour elle, je n’ai jamais grandi. Homme, jeune homme, adolescent, cela ne comptait pas : elle m’entourait des mêmes soins que lorsque j’étais enfant. Elle était généreuse, honnête, fidèle sans égale. Après la douleur de la mort de Papa et celle de la disparition de Maria, je n’en ai jamais eu une aussi forte de ma vie.

  • 39 La situation s’est améliorée en Tunisie pour les forces de l’axe. Tunis n’a pas été prise et les t (...)

61Je reçois le colonel Montezemolo, envoyé par Cavallero pour m’expliquer, selon le souhait du Duce, ce que l’on fera en tripolitaine. Il n’est pas possible d’envoyer des renforts et du matériel de manière suffisante : tout ce qui va en Libye est perdu pour la Tunisie et c’est déjà insuffisant. Maintenant, le mot d’ordre de Cavallero est : optimisme pour la Tunisie, pessimisme pour la tripolitaine. Voici à peine quelques jours, il était optimiste dans tous les secteurs. Nous verrons. Montezemolo, à qui j’ai demandé l’opinion personnelle sur nos possibilités en Tunisie, a répondu : « Je crois que nous pourrons résister longtemps. » Il n’a pas voulu se compromettre39.

  • 40 Le colonel Ugo Luca est l’attaché militaire italien en Turquie.

62Intéressant entretien avec le colonel Luca40, revenu de Constantinople. Comme on le sait, il est un grand ami de Saradjoglou. Celui-ci lui a dit deux choses, voire trois : le destin de l’axe n’est plus regardé avec optimisme en Turquie ; la Russie ne serait pas opposée à une paix séparée ; la Turquie, au cas où l’Angleterre violerait sa neutralité, se comporterait comme les Bulgares à l’égard de l’Allemagne. J’ai demandé un rapport écrit à Luca.

Notes

1 Titre du maréchal Antonescu, équivalent du Duce.

2 Dans un rapport du 27 novembre, l’ambassadeur italien à Bucarest écrit : « J’ai déjà référé à Votre excellence les critiques de nombreux milieux de Bucarest, en particulier au sein des anciens partis d’opposition, contre le gouvernement et tout particulièrement contre le Conducator, sur le fait que la quasi-totalité de l’armée roumaine a été engagée dans une longue guerre sanglante et à des milliers de kilomètres de la Mère Patrie. » Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. IX (21 luglio 1942 – 6 febbraio 1943), op. cit., doc. no 358, p. 352.

3 Après avoir appelé à « la haine contre l’ennemi » et violemment attaqué Roosevelt et Churchill, Mussolini fait appel à l’histoire antique de Rome : « Rome a été victorieuse après Zama mais elle a été grande après Cannes. Je ne dis pas que, dans nos veines, court tout le sang qui courait dans les veines des anciens Romains, mais il est certain que nous sommes le peuple dans les veines duquel court la majeure part du sang qui courait dans les veines des anciens Romains. Et nous le démontrerons. […] Maintenant, camarades, il faut combattre pour les vivants, combattre pour le futur mais aussi pour les morts. Il est nécessaire de combattre afin que leur sacrifice ne soit pas vain ; que ne soit pas vain le sacrifice de ceux qui tombèrent durant la guerre d’Éthiopie, durant la guerre d’Espagne, durant la guerre actuelle. Ainsi, les morts nous commandent d’une voix impérieuse de combattre jusqu’à la victoire. Nous obéissons. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXXI, op. cit., p. 127-133.

4 en français dans le texte.

5 Le baron Michele Scammacca est sous-secrétaire pour l’Albanie au ministère des affaires étrangères.

6 Ministre de Grande-Bretagne près le Saint-Siège depuis 1936.

7 Dans sa relation de l’audience, le cardinal Maglione rapporte les propos tenus à l’ambassadeur Guariglia : « Le Saint-Siège a depuis le début de la guerre insisté auprès des alliés pour que Rome ne soit pas bombardée, mettant en évidence la neutralité du Saint-Siège qui doit être naturellement respectée, le fait que Rome est le diocèse du Saint-Père et la capitale de la catholicité. […] au début de la guerre, sur la base de ces arguments, le Saint-Siège a reçu des assurances du gouvernement français que Rome ne serait pas bombardée. Auprès des autres alliés, le Saint-Siège a continuellement renouvelé ses démarches, particulièrement ces derniers jours. Lors de conversations avec le représentant de la Grande-Bretagne, celui-ci a fait observer que Rome est également la capitale du royaume d’Italie et que Rome et ses environs sont le siège de commandements militaires italiens et allemands, d’aéroports militaires, d’industries de guerre. » Dans Blet Pierre, Schneider Burkhart, Martini Angelo, Graham Robert Andrew (dir.), Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la seconde guerre mondiale. 7 : Le Saint-Siège et la guerre mondiale (novembre 1942 – décembre 1943), Libreria Editrice Vaticana, Vatican, 1973, doc. no 45, p. 128. Ceci est corroboré par les Mémoires de Raffaele Guariglia (Guariglia Raffaele, La Diplomatie difficile, op. cit., p. 197).

8 Station thermale d’Ombrie, à 80 kilomètres de Rome.

9 Dans ses notes du 12 décembre, le cardinal Maglione écrit : « L’ambassadeur d’Italie m’a dit hier que le gouvernement, suite à la démarche faite par le Saint-Siège pour obtenir l’éloignement des objectifs militaires de Rome, s’occupe de la question. Le ministre Ciano a parlé également à Sa Majesté le Roi. Le souverain pense aussi que l’on doit accéder à la requête du Saint-Siège. Je ne peux, ajoutait l’ambassadeur, faire à Votre excellence une communication officielle. Mais, de manière confidentielle, je peux lui faire savoir que l’on est en train de décider l’éloignement des commandements militaires. » Dans Blet Pierre, Schneider Burkhart, Martini Angelo, Graham Robert Andrew (dir.), Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale. 7 : Le Saint-Siège et la guerre mondiale (novembre 1942 – décembre 1943), op. cit., doc. no 49, p. 133.

10 Roi de Piémont-Sardaigne de 1849 à 1861, puis d’Italie de 1861 à 1878.

11 À cette date, l’étau se resserre sur la 6e armée allemande, encerclée à Stalingrad. Le 12 décembre, les troupes du général Hoth et du maréchal Manstein déclenchent l’opération orage d’hiver afin de tenter de la dégager. Le 18, elles atteignent la rivière Michkova, à une cinquantaine de kilomètres de la poche de Stalingrad, mais ne parviennent pas à aller au-delà.

12 Sans doute à l’occasion de l’anniversaire du Caudillo, né le 4 décembre 1892.

13 Le cardinal Maglione précise dans ses notes : « L’ambassadeur d’Italie m’a officiellement communiqué, aujourd’hui à 12 h 45, que le Comando Supremo avec l’onorevole Mussolini et l’état-major seront transférés hors de Rome. J’ai demandé à l’ambassadeur s’il y a à Rome des commandements allemands et si, dans ce cas, ils seraient éloignés comme nécessaire. Il m’a répondu qu’il transmettra au gouvernement ma requête et mon observation. » Dans Blet Pierre, Schneider Burkhart, Martini Angelo, Graham Robert Andrew (dir.), Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale. 7 : Le Saint-Siège et la guerre mondiale (novembre 1942 – décembre 1943), op. cit., doc. no 52, p. 136.

14 La 8e armée britannique entre à El Agheila le 13 décembre, où Montgomery décide de s’arrêter un moment afin de refaire ses forces. L’offensive ne reprend qu’en janvier.

15 Dans ses Mémoires, Guariglia insiste sur cet aspect : « Le cardinal me fit alors justement remarquer que le jour précédent, le ministre d’Angleterre avait particulièrement insisté sur la présence à Rome des commandements allemands et sur le caractère spécifiquement militaire d’objectifs passibles d’une action aérienne offensive. » Dans Guariglia Raffaele, La Diplomatie difficile, op. cit., p. 199.

16 Né en 1897, monseigneur Giovanni Battista Montini est substitut à la secrétairerie d’État pour les affaires ordinaires depuis 1937. Archevêque de Milan en 1954, cardinal en 1959, il est élu pape en 1963 sous le nom de Paul VI.

17 L’attaché d’ambassade Michele Lanza a laissé une description sans aménité du voyage : « train somptueux. Ciano, Mackensen, Cavallero ont chacun leur voiture-salon. Puis vient un wagon pour les transmissions, plein de fils embrouillés et d’appareils qui ne fonctionnent jamais quand on veut les utiliser, enfin le wagon de l’état-major dans lequel personne n’ose mettre les pieds tant il est froid, obscur et abandonné. C’est un poids mort que la locomotive semble traîner avec peine. La table est raffinée, le service parfait. À chaque repas, des fleurs fraîches sur les tables. Aux arrêts dans les gares d’Allemagne, la liaison est établie en quelques minutes avec Rome. Mais Rome n’a rien à dire et je ne crois pas que notre ministre ait de substantielles réflexions à confier. Ses propos brillants et divertissants sont d’un vide déconcertant et d’une extrême monotonie. Les allemands sont sa cible préférée ; il s’amuse à les traiter de la pire des façons. Mackensen doit être habitué à s’en entendre dire de toutes les couleurs ; il se tait et ignore avec dignité les allusions déplaisantes et transparentes à son pays. On ne voit jamais Cavallero. Ciano, quand il parle de lui l’appelle “cet imbécile aux jambes courtes”. Imbécile par-ci, imbécile par-là, ces idiots d’allemands par-ci, ces crétins d’allemands par-là, “ce brigand de Ribbentrop”, “ce criminel de Führer” et ainsi de suite… au rythme de ces propos, peu à peu, le train nous transporte sans secousses ni détours vers notre but. » Dans Simoni Leonardo, Berlin, ambassade d’Italie, op. cit., p. 345.

18 Au cours de ces entretiens, Ciano défend le principe d’une paix séparée avec l’Union soviétique : « on pourrait au moins arrêter sur ce front toutes les opérations offensives, déclara-t-il manifestement sur les instructions de Mussolini, et organiser une ligne de défense qu’on pourrait tenir avec des forces relativement peu importantes. » Dans Schmidt Paul, Sur la scène internationale, op. cit., p. 335.

19 Le corps expéditionnaire italien, stationné sur le Don, subit à partir du 11 décembre une puissante offensive soviétique à laquelle il ne peut résister. Il entreprend alors une retraite dans des conditions extrêmement difficiles : « Celui-ci [NDA : Ciano] s’entendit dire par Hitler avec une certaine discrétion, mais par Goering et Ribbentrop avec une clarté qui frisait l’impudence, que le recul inexplicable et peu héroïque des soldats italiens avait causé le repli de toute la ligne sur le vaste front de Stalingrad. » Dans Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 290.

20 Walter Hewel est le chef d’état-major personnel de Ribbentrop et fait office d’agent de liaison entre le Führer et le ministère des affaires étrangères.

21 Mario Pansa est le sous-chef du protocole au ministère italien des affaires étrangères.

22 Pansa : notre armée a-t-elle eu des pertes ? Hewel : Pas de pertes du tout : ils ont couru. Pansa : Comme vous l’année dernière devant Moscou. Hewel : exactement. En anglais dans le texte.

23 En français dans le texte.

24 En français dans le texte.

25 En français dans le texte.

26 En français dans le texte.

27 À cette date, l’opération orage d’hiver destinée à dégager Stalingrad a échoué et les troupes italiennes sont en retraite sur la plaine du Don. Durant celle-ci, elles perdent environ 85 000 tués et disparus ainsi que 70 000 prisonniers dont seulement 10 000 rentreront en Italie. Sur la retraite italienne, témoignage poignant de Corti Eugenio, La Plupart ne reviendront pas. Vingt-huit jours dans une poche du front russe (hiver 1942-1943), Éditions de Fallois, Paris, 2003.

28 Le colonel Harold Stevens est commentateur à la BBC.

29 Anthony Eden est à nouveau secrétaire au Foreign office depuis le 12 décembre 1940. Au début de la guerre, il est entré dans le cabinet de guerre comme secrétaire d’État aux Dominions, puis Churchill lui a confié le ministère de la Guerre le 11 mai 1940.

30 Le discours de noël de Pie XII est marqué par une allusion du pape au sort des Juifs, après avoir souhaité la fin des combats : « Ce vœu, l’humanité le doit aux centaines de milliers de personnes qui, sans aucune faute de leur part, et parfois pour le seul fait de leur nationalité ou de leur race, ont été vouées à la mort ou à une extermination progressive. » Dans Blet Pierre, Pie XII et la Seconde Guerre mondiale, d’après les archives du Vatican, Perrin, Paris, 1997, p. 183.

31 Village d’Émilie-Romagne où est né Mussolini.

32 L’amiral Darlan est tué par Fernand Bonnier de La Chapelle, jeune monarchiste patriote. Qui sont les commanditaires ? Des milieux proches du comte de Paris ? Des milieux gaullistes ? Les services britanniques ? Aucune réponse n’est certaine. Coutau-Bégarie Hervé, Huan Claude, op. cit., p. 690-728.

33 Horia Sima est vice-président du Conseil de septembre 1940 à janvier 1941, mais il est écarté du pouvoir au profit du général Antonescu, préféré par Hitler à la suite de la tentative de coup de force de la Garde de fer. Sima s’est alors réfugié en Allemagne. S’estimant plus en sécurité en Italie, il s’échappe du Reich pour Rome. Les autorités italiennes le livrent aux Allemends qui l’établissent à Vienne pour former un gouvernement roumain collaborationniste en exil en août 1944.

34 Ancienne nourrice de Galeazzo Ciano.

35 Laval n’obtient que la possibilité de lever une légion de volontaires qui partirait se battre en Tunisie. Par contre, les frais d’occupation passent de 300 à 500 millions.

36 Le chef du Parti populaire français prône une franche politique de collaboration et participe à la guerre contre le bolchevisme au travers de la légion des Volontaires français. Il apparaît comme le principal dirigeant du collaborationnisme.

37 En français dans le texte.

38 Rome est bombardée pour la première fois le 19 juillet 1943. Deux autres bombardements suivent les 13 et 20 août.

39 La situation s’est améliorée en Tunisie pour les forces de l’axe. Tunis n’a pas été prise et les troupes françaises ne sont pas parvenues à forcer les défenses allemandes de la région de Kasserine.

40 Le colonel Ugo Luca est l’attaché militaire italien en Turquie.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Terms of use: http://www.openedition.org/6540