Version classiqueVersion mobile

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1942

Novembre

Texte intégral

  • 1 Le Saint des Saints.

11er novembre. Sorrentino, qui est un journaliste intelligent même s’il est un peu bizarre et un peu sectaire, revient d’un long séjour en Russie avec un avis pessimiste. À l’entendre, le sancta sanctorum1 de l’esprit allemand qui est l’armée est affaibli par un grave danger : le doute. « Cette année, on combattait pour éviter la défaite et cela s’est mal passé. » Désormais, les allemands eux-mêmes croient en la défaite et beaucoup, peut-être, l’espèrent.

2J’ai parlé avec notre ministre à Lisbonne, Franzoni, qui n’est pas un as mais qui est honnête. L’ambiance a beaucoup changé au Portugal dans les relations avec l’axe, et tous les préparatifs anglo-saxons font prévoir, à brève échéance, un coup de force en Méditerranée pour atteindre l’Italie, jugée comme étant le talon d’Achille.

  • 2 Arrivant à Rome le 28 octobre, Ley était porteur d’une lettre du Führer pour le Duce à l’occasion (...)

3Mussolini a écrit à Hitler une lettre en réponse à la sienne : il conclut en fixant une rencontre à Salzbourg pour la fin novembre2.

4Je rencontre au golf le sénateur Castellani qui dit des choses favorables sur la santé du Duce : la crise est surmontée, la convalescence pourra encore demander quelque temps mais il s’agit d’une simple convalescence.

  • 3 L’illusion est totale. Par l’intermédiaire de Cavallero, Mussolini adresse le message suivant à Ro (...)

52 novembre. Le Duce est de très bonne humeur, peut-être que le déroulement assez favorable des opérations en Libye le ravit3. Il s’en prend à l’Osservatore Romano qui lance souvent des allusions antidictatoriales, et cela le pousse à dire que le catholicisme et le christianisme sont en déclin « car ils veulent faire croire aux gens toute une série de choses qui répugnent à notre esprit moderne. Par exemple, à un certain moment, j’ai décidé d’adopter l’autarcie en matière de miracles et l’ai fait savoir au Vatican. Celui-ci a lancé la Madone de Lorette pour concurrencer celle de Lourdes et il faut reconnaître qu’il a réalisé une excellente affaire ».

6Farnesi est venu me voir alors qu’il sent la terre brûler sous ses pieds et voudrait faire un geste vers moi. Je ne lui ai pas caché que l’actuelle direction du Parti pose de nombreuses questions, pour des raisons de substance et de forme, mais je n’ai pas fermé la porte. Il aura, je crois, une vie brève et, pour ma part, je ne chercherai pas à la prolonger, mais je ne juge pas opportun de prendre part à la lutte interne du Parti en ces heures que nous vivons.

  • 4 En français dans le texte.
  • 5 Rommel ne dispose plus que d’une trentaine de chars depuis que la division blindée italienne Ariet (...)

73 novembre. Une nouvelle et plus violente attaque anglaise rend très périlleuse la situation en Libye où nos forces s’usent et où les renforts n’arrivent qu’au compte-gouttes. Nous sommes vraiment maudits de devoir faire la guerre outre-mer. À l’état-major, ce filou de Cavallero continue à donner dans l’optimisme mais, dans les coulisses4, on voit l’avenir en noir et on parle déjà de se replier pour défendre la tripolitaine. Rommel juge la situation « très grave5 » : du moins, c’est ce que rapporte Bismarck qui a une sainte frousse de se découvrir et recommande de ne rapporter à personne ses informations confidentielles.

  • 6 Il s’agit du début de l’opération Torch, qui a pour objectif l’Afrique du nord française. Commandé (...)

84 novembre. Je vois, après un long moment, Cavallero dans l’anti-chambre du Duce. Il raconte le déroulement des événements en Libye : depuis près de deux jours, Rommel aurait voulu entamer le mouvement de retraite, mais Hitler l’a cloué sur place avec l’ordre « d’indiquer aux troupes la voie de la victoire ou celle de la mort ». Mussolini a fait de même avec nos forces. La lutte est maintenant en plein développement et Cavallero, d’habitude incorrectement optimiste, maintient un pronostic réservé, même s’il ajoute immédiatement que « sa foi est intacte ». Je crois peu à une quelconque vertu de cet escroc, mais la foi est celle qui me convainc le moins. Depuis Gibraltar arrive la nouvelle d’un important convoi en préparation qui comprendrait des monitors avec des canons de 381. Ceci fait penser à la possibilité d’un débarquement au Maroc6.

9Le Duce est remonté contre le Vatican, surtout à cause de l’attitude de l’Osservatore Romano et veut « en finir avec ces pantins ». C’est un projet qu’il a en tête, d’autant plus que le Parti l’encourage dans cette voie. Je ne suis pas de cet avis et, jusqu’à présent, j’ai pu éviter toute crise. Mais il veut maintenant donner des instructions précises à Guariglia qui viendra demain avec moi au palais de Venise. Il ne me semble pas que ce soit le moment adéquat pour créer un nouveau problème aussi grave, car il ne fait pas de doute que le prestige de l’Église est actuellement très haut.

  • 7 Ayant obtenu l’accord d’Hitler qui, chose rare, accepte le principe d’une retraite malgré son mess (...)

105 novembre. Effondrement du front en Libye7. Mussolini téléphone de bonne heure pour que j’ajourne le voyage de Kállay à Rome : ce n’est certes pas le moment d’accueillir des hôtes. Puis je vois le Duce au palais de Venise. Il est pâle, les traits tirés, fatigué. Mais il conserve son calme. Il juge la situation grave mais il a encore quelque espoir que les anglais puissent être contenus sur la ligne Fuka – al Qattara (or, même Cavallero, le vrai responsable de nos malheurs, affirme au contraire qu’on ne peut prévoir aucune ligne de résistance jusqu’à ce que l’on ait atteint la ligne Sollum-Halfaia).

11Le Duce parle également avec Guariglia des relations avec le Vatican, mais s’est beaucoup calmé depuis hier et donne des instructions pour une action modérée.

12Je reçois Grandi et quelques autres personnes : les nouvelles de Libye sont affligeantes mais ne surprennent pas. Depuis quelque temps, un pessimisme, que l’on ne combat pas, s’est emparé des Italiens.

  • 8 Rommel parvient à regrouper les débris de ses forces à Marsa Matrouh. Mais les unités italiennes, (...)

136 novembre. La retraite en Libye prend de plus en plus le caractère d’une déroute : on ne sait rien de notre 10e corps d’armée, isolé par les forces anglaises, et les unités qui se replient sont massacrées par les bombardements aériens8. Même le Duce pense que, dans l’état actuel des choses, il est très probable que la Libye soit perdue et ajoute tout de suite « que, sous certains aspects, cela représente un avantage car cette région nous a coûté notre marine marchande et que nous pourrons mieux nous concentrer sur la défense du territoire métropolitain ». Quoi qu’il en soit, on ne saurait dire sur quelle ligne on tentera une résistance, même en faisant abstraction d’une éventuelle attaque venue de l’ouest, d’où arrive un convoi aux proportions exceptionnelles.

14Mussolini m’a demandé si je tenais à jour mon Journal. Ayant répondu par l’affirmative, il a dit qu’il servira à démontrer comment les allemands, sur le plan militaire et politique, ont toujours agi à son insu. Mais que cache réellement cette étrange question ?

  • 9 L’amiral Franco Maugeri est chargé, en juillet-août 1943, de conduire le Duce déchu dans ses résid (...)

15Je vois Gambara, Fougier, Pirelli, l’amiral Maugeri9 : ils sont tous sous le coup des nouvelles de Libye et, aujourd’hui, même les tempéraments les plus optimistes sont enclins à voir l’avenir en noir. Parmi les masses, inversement, on croit que cette fois encore il s’agit d’une des courses habituelles d’aller et de retour à travers le désert.

167 novembre. Aujourd’hui, le Duce voit la situation plus favorablement. Une certaine résistance que Rommel a opposée aux anglais à Marsa Matrouh et l’arrivée de renforts en Libye le conduisent à penser qu’un changement peut avoir lieu dans le déroulement des événements.

17Mais que fera, ou mieux, que feront les divers convois sortis de Gibraltar et qui naviguent vers l’est ? Les interprétations sont variées : selon les allemands, ils ravitailleront Malte ou tenteront de débarquer en tripolitaine pour prendre à revers Rommel ; selon notre état-major, ils vont occuper les bases françaises d’Afrique du nord. Le Duce est aussi de cet avis et croit que le débarquement sera assuré par les américains qui ne rencontreront qu’une résistance quasi nulle de la part des Français. Je partage l’opinion du Duce et pense que l’Afrique du nord est mûre pour brandir la bannière gaulliste. Tout ceci est pour nous d’une extrême gravité.

  • 10 Définitivement adoptée le 6 septembre 1942, l’opération Torch a pour objectif de donner aux alliés (...)

188 novembre. À 5 heures du matin, Ribbentrop m’a téléphoné pour m’informer du débarquement américain dans les ports d’Algérie et du Maroc10. Il était plutôt nerveux et voulait savoir ce que nous pensions faire. Je dois avouer que, pris à l’improviste durant le sommeil, je n’ai pas été en mesure de donner une réponse très satisfaisante.

19La réaction du Duce est vive comme toujours : il parle tout de suite de débarquement en Corse et d’occupation de la France. Mais avec quelles forces ? À entendre les éléments les plus responsables de notre état-major, ce serait à exclure sans aucun doute, mais les allemands sont certainement prêts. Je n’en sais officiellement rien de la part des allemands. Je sais d’après Anna Maria Bismarck que, à l’ambassade, ils sont littéralement atterrés par ce coup très dur et surtout absolument inattendu.

  • 11 Faible dans la région d’Alger, un peu plus importante dans celle d’Oran, la résistance française d (...)

20En soirée, je vois le général Amè qui m’informe de la situation : on résiste encore dans les villes mais la pression gaulliste et américaine finira, d’ici peu, par avoir raison des résistances résiduelles françaises11. Amè croit que, durant la prochaine semaine, les alliés auront étendu leur domination sur toutes les colonies, y compris la Tunisie, et que, dans 15 jours, ils pourront attaquer la Libye depuis l’ouest. La situation qui en résultera est extrêmement sérieuse : l’Italie deviendra le point principal de l’offensive alliée contre l’axe. Amè dit que le moral des troupes est dramatiquement bas.

219 novembre. Dans la nuit, Ribbentrop téléphone. Il a besoin que le Duce et moi allions le plus vite possible à Munich où Laval sera également : c’est le moment de décider la ligne de conduite à tenir concernant la France. Je réveille le Duce : il rechigne à partir, d’autant plus qu’il ne se sent pas encore remis. J’irai avec ses instructions : si la France est disposée à une collaboration loyale, elle pourra obtenir toute notre aide possible ; inversement, si elle cherche à nous tromper, il conviendra d’adopter des mesures préventives : occupation de la zone libre et débarquement en Corse.

22Je trouve Ribbentrop à la gare. Il est fatigué, maigre, courtois. Dans la soirée, Laval arrivera après avoir accompli le long voyage en voiture.

  • 12 Évadé d’Allemagne en avril 1942, le général Henri Giraud est contacté par les Anglo-Saxons pour pr (...)

23Premier entretien avec Hitler dans la soirée même. Il ne se fait pas de grandes illusions sur la volonté des Français de se battre. Désormais, parmi les dissidents, se trouve le général Giraud, qui est une forte tête et a du courage12. Il convient de prendre les décisions suprêmes avant qu’il ne soit trop tard. Il écoutera Laval mais, quoi qu’il puisse dire, il ne modifiera pas sa décision déjà prise : occupation de la France, débarquement en Corse, tête de pont en Tunisie. Hitler n’est ni nerveux, ni inquiet, mais il ne sous-évalue pas l’initiative américaine et veut l’affronter par tous les moyens. Goering n’hésite pas à déclarer que l’occupation de l’Afrique du nord représente le premier point en faveur des alliés depuis le début de la guerre.

2410-11 novembre. Hitler, Goering, Ribbentrop et moi au Führerbau. La décision de marcher est prise, d’autant plus que l’attitude de l’amiral Darlan est assez équivoque et laisse supposer une entente avec les rebelles. L’entretien avec Laval est presque superflu, car on ne lui dira rien ou presque de ce qui a été décidé.

  • 13 Le 10 décembre 1940, Hitler a signé la directive numéro 19 qui prévoit l’occupation totale de la F (...)
  • 14 « Le ministre Ciano a fait remarquer que la chose était peu opportune », note Cavallero dans son J (...)
  • 15 Suite à cet entretien, Ciano confie à l’attaché d’ambassade Lanza : « nous sommes perdus…, et les (...)

25Laval, avec sa cravate blanche et son habit mal coupé de Français moyen, est très désorienté dans le grand salon au milieu de tant d’uniformes. Il cherche à parler sur un ton familier de son voyage et de son long sommeil dans la voiture, mais ses paroles tombent à plat. Hitler le traite avec une courtoisie glacée. L’entretien est rapide. Le Führer parle en premier : en bref, il demande si la France est en mesure d’assurer des points de débarquement en Tunisie. Laval, en bon Français, voudrait gagner du temps et saisir l’occasion pour se faire donner des assurances par l’Italie pour une renonciation sur la Tunisie. Je n’ai pas le temps de répondre car Hitler déclare, avec clarté, qu’il n’a pas l’intention de porter la conversation sur ce terrain et que les revendications de l’Italie sont plus que modestes. Laval ne peut prendre sur lui la responsabilité de céder Tunis et Bizerte à l’axe. Il conseille lui-même de le placer devant le fait accompli. Il rédigera ainsi une note à Vichy dans laquelle sera annoncé ce que l’axe fera. Le malheureux n’imaginait pas devant quel fait accompli allaient le placer les allemands. Pas un mot n’a été dit à Laval au sujet de l’action imminente et des ordres d’occuper la France qui ont été donnés alors qu’il fumait sa cigarette et discutait avec les uns et les autres. Ribbentrop m’a dit que ce serait seulement le lendemain matin à 8 heures qu’il lui communiquerait que des nouvelles parvenues durant la nuit ont conduit Hitler à procéder à l’occupation totale du pays13. C’est à moi que Laval doit que l’on n’ait pas publié un communiqué dans lequel, même si cela n’était pas dit ouvertement, on laissait entendre qu’il avait donné son accord à toutes les mesures décidées par l’axe14 ! Pourtant, les mots de loyauté et d’honneur sont toujours dans la bouche de nos chers allemands15 !

  • 16 Le général Mario Vercellino est chargé de diriger les opérations d’occupation dans le sud-est de l (...)

26Je rentre à Rome. Je trouve Mussolini nerveux car nos opérations militaires ne se déroulent pas comme elles auraient dû se dérouler. En Corse, on est arrivé avec une flotte de voiliers à moteur – chose impensable – et Vercellino16 a demandé de retarder son mouvement de cinq heures. En Libye également, la retraite de Rommel continue à un rythme accéléré : désormais, Mussolini pense qu’il faudrait remercier Dieu s’il arrive à s’arrêter sur l’habituelle ligne d’Agedabia.

27Je vois quelques personnes : j’ai l’impression que les événements de ces derniers jours ont douloureusement touché le pays qui, pour la première fois, se pose de dramatiques questions sans donner encore une réponse.

  • 17 Seul le général de Lattre de Tassigny tente, depuis la 16e région militaire de Montpellier, une éb (...)

2812 novembre. La marche des troupes italo-allemandes se déroule en France et également en Corse sans rencontrer le moindre obstacle. Vraiment, ce peuple français est devenu méconnaissable : je pensais que, au moins pour l’honneur du drapeau, quelques gestes de résistance auraient été accomplis17. Rien, au contraire : seule la marine a fait savoir que la flotte resterait loyale à Vichy mais qu’elle ne voulait pas d’une occupation de Toulon de la part de l’axe. Les allemands ont accepté et, à contrecœur, le Duce également, qui ne se fie cependant pas à la parole d’honneur reçue et pense qu’un jour nous nous réveillerons avec une rade de Toulon vide.

29Nous verrons ce qui se passera en Tunisie où, ce soir, les premiers contingents des forces allemandes devraient arriver.

  • 18 Le col d’Halfaya fait la jonction entre l’Égypte et la Libye.

30En Libye, Rommel continue à se retirer précipitamment. Il y a beaucoup de frictions entre les troupes allemandes et les troupes italiennes : à Halfaya18, elles se sont même tiré dessus car les allemands ont pris tous nos camions pour se retirer plus vite et ont planté nos divisions au milieu du désert, où des masses d’hommes meurent lentement de faim et de soif.

  • 19 Le 10 novembre, Churchill prononce un discours lors d’un déjeuner officiel offert par le lord-mair (...)

31Churchill a fait un grand discours à la Chambre. Il résulte clairement de ce qu’il a dit que désormais toutes les forces coalisées anglaises et américaines se déverseront sur l’Italie dans le but précis de nous mettre hors de combat19.

3213 novembre. Rien de nouveau.

3314 novembre. Cette nuit encore, j’ai eu des entretiens avec des allemands : Mackensen est porteur d’un message pour les troupes françaises et les populations de Tunisie, ainsi que d’un projet de réponse au gouvernement espagnol sur toute la question des débarquements américains. Il aurait pu me laisser dormir en paix pour ces choses-là. En fait, je conseille à Mackensen de « trouver un bon somnifère pour Ribbentrop qui, avec son insomnie, ennuie beaucoup trop de gens ».

34Je vois Messe, de retour de Russie. Son jugement sur le front oriental est que les bolcheviques n’ont pas les forces pour tenter une action d’importance mais qu’elles sont suffisantes pour immobiliser la quasi-totalité de l’armée allemande dans la steppe. Son jugement sur l’Afrique est plus mauvais : il ne croit pas à la possibilité de fixer une nouvelle ligne et pense donc inévitable la perte de la tripolitaine. Il ne croit pas à la tentative de créer une tête de pont en Tunisie qui puisse avoir un succès durable.

  • 20 Le général Weygand, retiré des responsabilités actives depuis novembre 1941, est arrêté par les SS (...)

35Buti m’informe que Weygand a été arrêté par les allemands20. Le Duce approuve avec enthousiasme cette décision.

3615 novembre. Le chargé d’affaires du Japon demande des nouvelles sur la situation d’une telle manière qu’il laisse comprendre que son gouvernement est très anxieux de connaître toute la vérité sur les événements en Europe et en Afrique. Naturellement, je le rassure dans les limites du possible.

37Aujourd’hui, le Duce voit la situation avec une plus grande confiance et est fâché contre Cavallero, qu’il avait envoyé en Libye et qui est revenu sans avoir rien vu. Le motif du retour, comme le Duce l’affirme lui-même, est dû à la préoccupation pour sa position personnelle.

38Pour le reste, aucune nouveauté.

3916 novembre. Rien de nouveau.

  • 21 L’amiral Esteva, représentant de Vichy en Tunisie, opte pour la neutralité et laisse les contingen (...)

4017 novembre. Le Duce est convaincu que dans les prochains jours se produira la crise en Afrique, en bien ou en mal. Une colonne américaine est à Sfax ou à proximité, d’autres colonnes alliées avancent sur Bizerte et Tunis. L’attitude française est très ambiguë et il convient de compter plus sur l’hostilité que sur l’indifférence. Les forces de l’axe seront-elles en mesure de réagir au choc ? Cela dépend de ce qui sera possible de transférer en Tunisie dans les prochains jours. Pour le moment, peu de choses ont été faites et l’apport allemand est très inférieur aux espérances et aux promesses21. Si la Tunisie devait tomber, nous perdrions l’ultime bastion défensif et la situation italienne deviendrait extrêmement difficile à brève échéance. Le Duce apparaît pensif et, aujourd’hui plus encore que les jours précédents, son visage est marqué par la fatigue.

41Galbiati me renseigne sur ce qui a été fait pour que la Milice puisse affronter avec décision et avec succès n’importe quelle crise intérieure. Je ne suis pas du tout convaincu par ce qu’il me dit : je crois encore que la police et les carabiniers représentent ce qu’il y a de mieux pour garantir les institutions.

42L’Espagne s’apprête à mobiliser. Dans quel but ? Je pense qu’elle veut surtout donner un avertissement aux deux parties, signifiant qu’elle est prête à se défendre contre quiconque entend violer son territoire.

4318 novembre. Le consul général à Tunis, Silimbani, a quitté la ville avec les fonctionnaires du consulat. L’administrateur Salza, responsable de la commission d’armistice en Afrique du nord, est également rentré en Italie. Au téléphone, Silimbani déclare que la situation à Tunis est intenable, que les américains avancent sans être gênés, que la ville est déjà pratiquement aux mains des gaullistes qui s’insurgeront à la première apparition de la bannière étoilée. Le Duce n’était pas au courant de la chose : il m’a demandé si Silimbani avait reçu l’ordre de partir du ministère des affaires étrangères pour dire que Salza était rentré temporairement et pour d’autres raisons. Il ajoute que la situation militaire se clarifie. Silimbani est-il devenu fou ou Cavallero ment-il comme d’habitude ?

  • 22 Ces articles de Farinacci sont publiés dans les numéros d’Il Regime Fascista des 11 et 15 novembre
  • 23 Le témoignage de Guariglia tend à démontrer que Mussolini est proche de l’avis de Farinacci. Le 14 (...)

44Le nonce proteste pour quelques articles stupides de Farinacci selon lesquels le Saint-Siège et Myron Taylor seraient responsables des bombardements22. Le Vatican ne veut pas laisser passer une telle accusation et est prêt à réagir vigoureusement. Mussolini me charge de demander à Farinacci une rectification : Farinacci réagit en disant qu’il a eu l’information du Duce lui-même. Nous verrons demain23.

  • 24 Le général Pietro Ago est membre de la commission des forces armées du Sénat depuis 1939.
  • 25 Le général Luigi Amantea, sénateur depuis 1933, est membre de la commission des forces armées du S (...)

4519 novembre. Je rencontre le Roi que je n’avais pas vu depuis un long moment. Je le trouve bien physiquement et l’esprit serein. Il m’entretient longuement pendant une heure et vingt minutes. Il veut être renseigné sur ce qui s’est passé à Munich et fait un large tour d’horizon : il demande particulièrement des nouvelles de l’Espagne, de la Suisse et de la Turquie. Il parle peu de ce qui est advenu et de ce qui se passe en Méditerranée mais se préoccupe surtout de la faiblesse des forces en Italie et spécialement à Rome, d’où même les grenadiers ont été éloignés. Il me demande d’intervenir auprès du Duce pour rapatrier des troupes en Italie, me priant dans le même temps de ne pas dire qu’il en avait parlé « afin que l’on ne pense pas que sont organisées des actions secrètes ». Il défend avec passion les forces armées, ne juge pas Cavallero, mais « si on pense à un nouveau chef, il conviendrait de prendre en considération les plus anciens qui sont les meilleurs » et cite Ago24, Amantea25 et Gelosso. Il parle avec sympathie de Guzzoni. Comme toujours, il ne manque pas une pointe de germanophobie dans ses propos. À propos de l’évolution de la guerre, il fait preuve d’une confiance de circonstance mais me pose de nombreuses questions sur Washington et Londres, et me conseille de faire attention à tout fil qui pourrait être renoué, « même s’il est ténu comme une toile d’araignée ».

  • 26 Caius Marius, vainqueur du roi numide Jugurtha en 104 av. J.-C. et chef du parti des populares, éc (...)

46Del Croix est très affecté mais pas surpris de la situation. Il regrette également l’absence de nos meilleures divisions en Italie. Il s’en prend à la dictature de Marius, « car chez nous, les dictatures plébéiennes ont dégénéré en tyrannie », et ajoute que le seul grand mérite de Marius fut celui d’avoir battu les teutons26.

4720 novembre. Rien de nouveau.

  • 27 Du mot bràca (pantalon, caleçon).

4821 novembre. Conseil des ministres d’administration ordinaire. À la fin, le Duce a parlé pour résumer et éclaircir la situation actuelle. en bref, il a dit ceci : a) la situation alimentaire est bien meilleure que les sombres prévisions annoncées ; b) la situation militaire en Cyrénaïque est telle qu’elle permet l’arrêt de l’ennemi à el Agheila – Marada et, peut-être, de reprendre l’initiative alors qu’en Tunisie, le déroulement des opérations est favorable à l’axe ; c) la situation intérieure est solide, exception faite des bracaioli27, néologisme dont il revendique la paternité, c’est-à-dire les habituels individus « qui font dans leur pantalon dès que l’horizon s’obscurcit » ; d) Hitler, qu’il avait sollicité, lui a promis d’envoyer 100 batteries antiaériennes pour la protection de nos villes qui subissent, chaque nuit, un sévère châtiment de la part de la RAF.

49Cette nuit, ce fut le tour de Turin, objectif d’un bombardement bien plus important que toutes les attaques précédentes, y compris celles contre Gênes. Ceci pose de graves problèmes : évacuation des villes, ravitaillement et, enfin, réduction du potentiel industriel de l’Italie. De plus, il est inutile de se faire des illusions : cela pèse sérieusement sur le moral et l’esprit de résistance est plus bas qu’on ne le croit. Nous ne devons pas confondre la résignation avec la résistance : ce sont deux choses différentes.

5022 novembre. Le Duce fait allusion au fait que Sa Majesté lui a également parlé du remplacement de Cavallero, en citant les mêmes noms qu’avec moi, mais Mussolini, de nouveau optimiste ces jours-ci, dit que ce n’est pas le moment de faire des changements dans le commandement alors que l’on est engagé sur deux fronts.

  • 28 Préparée durant deux mois, l’opération Uranus est déclenchée le 19 novembre. 500 000 soldats sovié (...)

51Une offensive russe sur le Don a obtenu des succès notables et mérite la plus grande attention28.

  • 29 Le général Oswald Pohl dirige depuis le 1er février 1942 l’office central de l’administration et d (...)

5223 novembre. Bismarck a dit que le général Pohl29, revenu de Libye, a exprimé son pessimisme sur la situation malgré le fait que « Rommel soit de très bonne humeur ». D’après les confidences faites par le colonel Montezemolo, officier de l’État-Major général, à notre agent de liaison, il semble que les allemands entendent encore entreprendre quelques tentatives pour sauver la tripolitaine, alors que nous pensons plus utile de concentrer tous les moyens à la défense de la Tunisie. Cela provoque un malaise au sein de notre commandement, sauf naturellement chez Cavallero qui, asservi aux allemands comme il l’est, place sa volonté et les intérêts de l’Italie après son intérêt personnel. En Italie, le pessimisme et la préoccupation croissent démesurément : on ne peut pas parler avec une personne de n’importe quelle classe et de tout niveau qui n’exprime les mêmes propos.

  • 30 Le 13 novembre, Darlan a envoyé le général Bergeret à Dakar afin de convaincre le gouverneur génér (...)

5324 novembre. Toute l’Afrique occidentale s’est ralliée à Darlan30. L’événement est d’une grande importance : une grande réserve d’hommes passe à la disposition des alliés, en plus de la base de Dakar et d’un nombre considérable de navires de guerre. Les réactions sont encore modestes mais l’événement est de poids.

54Rapport d’Alfieri depuis Berlin. Il relate encore le discours optimiste officiel des cercles allemands : à titre personnel, il apparaît préoccupé par le fait que le peuple italien le juge comme étant un des responsables de notre entrée en guerre. Il ne soupçonne pas que le peuple italien se limite à le juger comme un imbécile ! Des radiographies nouvelles et plus précises du Duce prouveraient que ses problèmes sont dus à un rhumatisme localisé dans l’épine dorsale. Si ceci est exact, comme je l’espère, il pourra d’ici peu retrouver complètement la santé.

5525 novembre. Rien de nouveau.

5626 novembre. Les nouvelles africaines sont, dans l’ensemble, mauvaises tant en Tunisie qu’en tripolitaine, où la position de nos forces se fait plus critique, alors que la pression ennemie augmente. Hier soir, 40 chars américains sont arrivés aux portes de Tunis. Fougier, qui est réaliste et honnête, pense que nous serons éliminés de Tunisie et de toute l’Afrique d’ici un mois. Mussolini doit être aussi plus ou moins dans cet état d’esprit car, en me téléphonant au sujet de l’accord commercial avec la Roumanie, il a dit : « Ce n’est pas la peine de trop insister pour augmenter de beaucoup le contingent de pétrole. Je crois que l’année prochaine, nos besoins seront nettement plus faibles. »

57Mackensen communique le résumé d’une lettre de Laval à Hitler : l’offre de la pleine collaboration française avec l’axe. Mais que représente réellement l’auvergnat Laval ? À quel titre peut-il parler au nom de la France ? En réalité, la réponse allemande a été prudente. Ribbentrop, et non Hitler, a remercié Laval en termes généraux et la proposition d’un nouvel entretien a été repoussée à une date indéterminée.

  • 31 Le 24 novembre, Hitler a donné l’ordre au général Paulus de tenir Stalingrad, le ravitaillement de (...)

58L’attaque russe continue dans le bassin de la Volga et du Don et il semble que les résultats soient vraiment importants. Mais nous ne savons rien de précis : il faut se contenter de ce que disent les allemands31.

  • 32 Appliquant le plan Lila, les allemands entrent à Toulon à 5 heures afin de s’emparer de la flotte (...)

5927 novembre. Le fait du jour est l’entrée des troupes allemandes à Toulon. Le message d’Hitler annonçant la décision prise a été communiqué au Duce durant la nuit. La communication est venue par voie militaire et j’ai été tenu dans l’ignorance jusque dans l’après-midi, moment où Cavallero a téléphoné. Il ne sait pas encore comment les choses se sont déroulées. Deux faits sont sûrs : une certaine résistance a eu lieu et la marine française s’est sabordée en totalité32. Je ne connais pas encore les réactions françaises à l’événement, mais il ne me semble certes pas de nature à augmenter les sympathies pour Laval et les allemands. Pour l’Italie, c’est un avantage : celui d’avoir, quoi qu’il arrive, éliminé pour de longues années une puissance navale de la Méditerranée. La nécessité de conserver précieusement notre marine apparaît toujours plus évidente.

6028 novembre. Rien de nouveau.

6129 novembre. À Livourne.

  • 33 Jugeant la situation désespérée, Rommel souhaite convaincre le Führer d’abandonner le théâtre afri (...)

6230 novembre. Goering arrive à Rome sans avertir. D’après ce que l’on me dit dans les milieux d’état-major, le voyage est dû au fait que Rommel, de manière inopinée, a quitté la Libye afin de se rendre chez le Führer33. Nous avons réagi et déclaré au vice-attaché militaire allemand que, si un général italien s’était comporté ainsi, il aurait été déféré devant un tribunal militaire. Maintenant, Goering vient pour arranger les choses, mais le différend n’est pas seulement formel. Rommel estime qu’il n’est pas possible de tenir la tripolitaine et voudrait se replier sur la Tunisie sans attendre. Bastico est d’avis contraire et beaucoup de personnes partagent son avis au sein de l’état-major italien. Nous verrons quelles décisions sortiront de l’entretien qui aura lieu aujourd’hui au palais de Venise.

  • 34 Le 29 novembre, Churchill prend la parole à la BBC afin de dresser un premier bilan des opérations (...)

63Amè est très pessimiste sur nos possibilités de résistance en Tunisie. Montre en main, il pense que nous serons délogés d’ici dix jours. Nous serons délogés également de la Libye pour noël. Ceci nous posera des problèmes d’une extrême gravité. Churchill prononce un discours qui vise particulièrement l’Italie : malheureusement, je ne vois pas quels moyens sont à notre disposition pour empêcher son programme d’offensive scientifique et destructrice contre notre pays34. Ces jours encore, Turin a subi de nouvelles et douloureuses épreuves.

Notes

1 Le Saint des Saints.

2 Arrivant à Rome le 28 octobre, Ley était porteur d’une lettre du Führer pour le Duce à l’occasion du vingtième anniversaire de la marche sur Rome, dans laquelle il louait le rôle historique capital joué par la révolution fasciste et son chef. Dans sa lettre, Mussolini remercie son allié et regrette que les célébrations aient été marquées par de violents bombardements de Milan, Gênes et Savone, faisant environ 1 millier de victimes. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. IX (21 luglio 1942 – 6 febbraio 1943), op. cit., doc. no 270, p. 281.

3 L’illusion est totale. Par l’intermédiaire de Cavallero, Mussolini adresse le message suivant à Rommel : « Le Duce me charge de vous transmettre l’expression de sa profonde admiration pour la contre-attaque dont vous assumez avec succès la direction. De plus, le Duce tient à vous exprimer sa conviction que la bataille actuelle aura, sous votre commandement, une issue victorieuse. » Dans Rommel Erwin, La Guerre sans haine, op. cit., p. 336. Or, à cette date, la pression britannique s’accentue et Rommel décide de commencer un repli vers la position de Koufa, plus à l’ouest.

4 En français dans le texte.

5 Rommel ne dispose plus que d’une trentaine de chars depuis que la division blindée italienne Ariete a été détruite.

6 Il s’agit du début de l’opération Torch, qui a pour objectif l’Afrique du nord française. Commandée par l’amiral Cunningham, l’escadre regroupe près de 500 navires venus de Grande-Bretagne et des États-Unis dont 4 porte-avions, 6 cuirassés, 15 croiseurs et 81 destroyers. Mais cette armada ne compte qu’un monitor.

7 Ayant obtenu l’accord d’Hitler qui, chose rare, accepte le principe d’une retraite malgré son message de la veille, Rommel ordonne le repli de l’ensemble des forces de l’axe.

8 Rommel parvient à regrouper les débris de ses forces à Marsa Matrouh. Mais les unités italiennes, souvent peu motorisées, subissent des pertes sévères, en particulier les divisions d’infanterie Trento, Bologna, Brescia et Pavia. Les forces de l’axe perdent 25 000 tués et blessés, et 30 000 prisonniers dont 19 000 Italiens.

9 L’amiral Franco Maugeri est chargé, en juillet-août 1943, de conduire le Duce déchu dans ses résidences surveillées des îles de Ventotene et de La Maddalena.

10 Définitivement adoptée le 6 septembre 1942, l’opération Torch a pour objectif de donner aux alliés une base en vue d’opérations en Afrique du nord et contre l’Italie, considérée comme le « ventre mou » de l’axe. Sur l’opération Torch et ses suites, Levisse-Touzé Christine, L’Afrique du Nord dans la guerre (1939-1945), Albin Michel, Paris, 1998 ; Belle Jacques, L’Opération Torch et la Tunisie, economica, Paris, 2011.

11 Faible dans la région d’Alger, un peu plus importante dans celle d’Oran, la résistance française dure trois jours au Maroc. Présent à Alger au moment de l’opération Torch, l’amiral Darlan ordonne le cessez-le-feu le 10 novembre.

12 Évadé d’Allemagne en avril 1942, le général Henri Giraud est contacté par les Anglo-Saxons pour prendre la tête d’une autorité française en Afrique du nord. Il rejoint Gibraltar par sous-marin le 6 novembre, où il espère que le commandement des troupes alliées lui sera confié. Il arrive en Algérie le 9 novembre.

13 Le 10 décembre 1940, Hitler a signé la directive numéro 19 qui prévoit l’occupation totale de la France au cas où les territoires de l’empire feraient défection. Le plan Attila débute le 11 novembre à 4 heures du matin, avec l’invasion de la zone sud par des troupes de la Wehrmacht et des unités italiennes dans le Sud-Est.

14 « Le ministre Ciano a fait remarquer que la chose était peu opportune », note Cavallero dans son Journal. Dans Cavallero Ugo, Comando Supremo, op. cit., p. 385.

15 Suite à cet entretien, Ciano confie à l’attaché d’ambassade Lanza : « nous sommes perdus…, et les allemands ne s’en rendent pas encore compte. Ils sont morts de peur mais ils ne croient pas à la défaite. En avril, les alliés seront en Italie et nous paierons pour tout le monde ! » Dans Simoni Leonardo, Berlin, ambassade d’Italie, op. cit., p. 335.

16 Le général Mario Vercellino est chargé de diriger les opérations d’occupation dans le sud-est de la France.

17 Seul le général de Lattre de Tassigny tente, depuis la 16e région militaire de Montpellier, une ébauche de résistance. Il se rend le 12 novembre. Sur les régions françaises occupées par les troupes italiennes, Chaubin Hélène, La Corse à l’épreuve de la guerre (1939-1943), Vendémiaire, Paris, 2012 ; Panicacci Jean-Louis, L’Occupation italienne. Sud-Est de la France, juin 1940-septembre 1943, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2010 ; En territoires occupés. Italiens et Allemands à Nice (1942-1944), Vendémiaire, Paris, 2012.

18 Le col d’Halfaya fait la jonction entre l’Égypte et la Libye.

19 Le 10 novembre, Churchill prononce un discours lors d’un déjeuner officiel offert par le lord-maire de Londres à Mansion House et utilise une formule appelée à passer à la postérité : « Les allemands ont subi le même déluge de feu et d’acier qu’ils ont si souvent infligé aux autres. Mais ce n’est pas la fin. Ce n’est pas même le commencement de la fin. En revanche, c’est peut-être la fin du commencement. » Dans Churchill Winston, Discours de guerre, op. cit., p. 295.

20 Le général Weygand, retiré des responsabilités actives depuis novembre 1941, est arrêté par les SS le 12 novembre et interné au château de Garlitz, dans le Mecklembourg, puis dans le Tyrol à partir de décembre 1943.

21 L’amiral Esteva, représentant de Vichy en Tunisie, opte pour la neutralité et laisse les contingents de l’axe se déployer en Tunisie.

22 Ces articles de Farinacci sont publiés dans les numéros d’Il Regime Fascista des 11 et 15 novembre.

23 Le témoignage de Guariglia tend à démontrer que Mussolini est proche de l’avis de Farinacci. Le 14 novembre, le Duce explique à l’ambassadeur italien près le Saint-Siège qu’il « règne au Vatican une atmosphère résolument défaitiste. Pendant les quelques jours qu’il a passés au Vatican, Myron Taylor s’est imprégné de cette atmosphère et en a tiré la conviction qu’au-dehors, tous les Italiens pensent de même. Il s’est donc rendu à Londres et a suggéré d’intensifier les bombardements terroristes en Italie, persuadé que les alliés obtiendraient ainsi l’effondrement de notre pays. C’est pourquoi nous avons très mal fait de permettre à Myron Taylor de venir en Italie. Vous irez aujourd’hui au Vatican et leur déclarerez que si par hasard on nous demandait de laisser venir une autre fois l’ambassadeur de Roosevelt, nous refuserions ». Dans Guariglia Raffaele, La Diplomatie difficile, op. cit., p. 215.

24 Le général Pietro Ago est membre de la commission des forces armées du Sénat depuis 1939.

25 Le général Luigi Amantea, sénateur depuis 1933, est membre de la commission des forces armées du Sénat.

26 Caius Marius, vainqueur du roi numide Jugurtha en 104 av. J.-C. et chef du parti des populares, écrase les teutons et les Cimbres en 102-101. Il garde le consulat de 104 à 100 et est l’adversaire politique de Sylla.

27 Du mot bràca (pantalon, caleçon).

28 Préparée durant deux mois, l’opération Uranus est déclenchée le 19 novembre. 500 000 soldats soviétiques, appuyés par 900 chars et 13 500 pièces d’artillerie, lancent une offensive sur les flancs de la 6e armée allemande engagée à Stalingrad, tenus par les 3e et 4e armées roumaines. Le 23 novembre, les troupes soviétiques font leur jonction à Kalach, encerclant 250 000 soldats allemands à Stalingrad.

29 Le général Oswald Pohl dirige depuis le 1er février 1942 l’office central de l’administration et de l’économie SS, qui a pour mission de participer à la gestion des camps de concentration.

30 Le 13 novembre, Darlan a envoyé le général Bergeret à Dakar afin de convaincre le gouverneur général Pierre Boisson de se rallier à l’amiral afin de faire entrer l’Afrique occidentale française dans la guerre. Il accepte le ralliement après avoir levé ses réticences maréchalistes. Ce ralliement apporte aux alliés la base de Dakar, les cuirassés Jean Bart et Richelieu et une armée de 75 000 hommes.

31 Le 24 novembre, Hitler a donné l’ordre au général Paulus de tenir Stalingrad, le ravitaillement devant être assuré par voie aérienne.

32 Appliquant le plan Lila, les allemands entrent à Toulon à 5 heures afin de s’emparer de la flotte française. 30 minutes plus tard, l’amiral Laborde donne l’ordre du sabordage. Les sous-marins Marsouin, Iris, Casabianca, Vénus et Glorieux réussissent à prendre la mer et à rejoindre les alliés.

33 Jugeant la situation désespérée, Rommel souhaite convaincre le Führer d’abandonner le théâtre africain et de rapatrier les troupes en Europe. Il s’oppose à un net refus d’Hitler.

34 Le 29 novembre, Churchill prend la parole à la BBC afin de dresser un premier bilan des opérations militaires en Égypte et en Libye. Au cours de ce discours, le Premier Ministre britannique affirme : « La 8e armée a avancé sur près de six cents kilomètres, chassant devant elle, en déroute et dans la désolation, les puissantes forces, ou plutôt les débris des puissantes forces, dont Rommel s’enorgueillissait et grâce auxquelles Hitler et Mussolini pensaient pouvoir conquérir l’Égypte. […] Un homme, seulement un homme a amené l’Italie où elle en est. » Dans Churchill Winston, Discours de guerre, op. cit., p. 305-307.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search