Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1942

Octobre

Texte intégral

  • 1 Citation tirée de l’Énéide de Virgile (II, 274). « Combien différent de ce qu’il était ! », s’excl (...)
  • 2 Hitler prend la parole le 30 septembre au Sportpalast. Il prononce des paroles prophétiques sur le (...)

11er octobre. Hitler a parlé. Quantum mutatus ab illo1. L’an dernier, à la même époque, il avait un discours qui était un chant de victoire : aujourd’hui, tout au plus, on peut dire qu’il a prononcé un discours défensif2. Alfieri, comme à son habitude en certaines occasions, se tait.

2Ce matin, Pareschi apporte une note très réaliste sur la situation alimentaire : l’hiver sera plus rude que prévu et, si les allemands ne nous donnent pas vraiment un coup de main, on ne saura pas à quels saints se vouer pour arriver à la soudure.

32 octobre. Aucun fait nouveau, mais des voix pessimistes continuent d’arriver de l’extérieur et de l’intérieur. De l’extérieur, ce sont surtout les consuls en Allemagne et les légations dans les Balkans qui donnent des nouvelles sur un ton mineur. De l’intérieur, c’est un peu tout le monde. Aujourd’hui, par exemple, j’ai vu Federzoni et Del Croix. Tous les deux arrivent de vacances. Eh bien, ils ont parlé comme s’ils s’étaient entendus auparavant : les mêmes observations, les mêmes prévisions, les mêmes plaintes.

43 octobre. Rien de nouveau.

  • 3 Aldo Castellani est professeur de clinique tropicale et subtropicale à Rome.

54 octobre. Castellani3 m’envoie les résultats des analyses effectuées sur le Duce : naturellement, même dans ce cas, Castellani a découvert l’amibe. Je crois plutôt que l’amibe est inventée. Car Mussolini, malgré quelques petites douleurs, a très bonne mine et sa résistance au travail n’est en rien diminuée. Pour le reste, aucune nouveauté.

65 octobre. Rien de nouveau.

76 octobre. Clodius est à Rome pour négocier la question financière grecque qui se fait toujours plus épineuse. En continuant sur cette voie, l’inflation la plus dramatique est inévitable, avec toutes ses conséquences. Ghigi les prévoit dramatiques. La circulation grecque est de 160 milliards : elle était de 9 milliards avant la guerre. On demande encore 53 milliards par mois. Tout ceci est absurde. Mais l’armée allemande n’entend pas diminuer ses taxes. Clodius est d’accord avec nous mais ne peut rien faire. Il rentrera à Berlin pour conférer avec ses supérieurs. Il ne se prononce pas sur la situation générale : il dit seulement qu’à la fin octobre, les opérations estivales pourront être considérées comme terminées et que le front russe sera cette année « beaucoup moins préoccupant que l’hiver dernier ».

  • 4 Felix Kersten est le médecin personnel d’Himmler.
  • 5 Le ministère des affaires étrangères et la SS sont en concurrence auprès des gouvernements balkani (...)

87 octobre. Le docteur Kersten4, celui qu’Himmler appelle le Bouddha Magique et qui guérit tout par des massages, m’a dit ce matin qu’Himmler et Ribbentrop étaient à couteaux tirés mais que le premier était puissant et que le second, inversement, sera liquidé car il est « fou et malade ». Même Hitler ne le reçoit plus ou presque. Ceci doit être, au moins, en partie vrai car Ribbentrop a fait la plus violente opposition à la venue d’Himmler en Italie et s’agite maintenant pour que le programme soit réduit au minimum5.

9Mussolini est inquiet au sujet des rumeurs autour de la venue de Myron Taylor à Rome. Ce sont des bavardages sans importance et sans fondement car nous ne savons rien de ce qu’il a fait et dit, mais tout ceci est antipathique, et je suis certain que cela rendra plus difficile à l’avenir toute nouvelle visite de personnalités anglo-saxonnes au Vatican.

108 octobre. Mussolini est très inquiet au sujet de l’attitude des allemands dans les pays occupés, et particulièrement en Grèce. Les demandes avancées actuellement sont tout simplement absurdes : elles consistent à chercher à tout prix des désordres et des complications. Il a dit : « Je suis tranquille pour l’évolution militaire de la guerre. Il n’y aura ni surprise, ni second front. Mais si nous perdons la guerre, ce sera dû à la bêtise politique des allemands qui n’ont pas voulu agir avec bon sens et mesure et qui ont transformé l’Europe en un volcan ardent. » Il se promet de reparler de la question dimanche prochain avec Himmler, mais cela ne servira à rien.

11Je reçois le comte Capodistria, podestà de Corfou. C’est un vieil homme sérieux, mesuré et distingué. Il s’exprime dans un très bon italien. Il déclare que la population ionienne aspire à avoir quelques libertés administratives, mais qu’elle ne veut absolument pas revenir sous le détestable gouvernement grec et préfère associer son destin à celui de l’Italie. Un plébiscite, sur cette question, donnerait aujourd’hui un résultat presque unanime.

12L’œuvre de Parini a été l’objet des plus vifs éloges et elle les mérite effectivement.

  • 6 Service d’information militaire.
  • 7 Depuis le 4 octobre, les allemands lancent une série d’attaques afin de s’emparer du quartier des (...)

139 octobre. Long entretien avec le général Amè, chef du SIM6. Il est nettement pessimiste. Toutes les informations, et les déductions que l’on en tire, amènent à conclure que les anglo-Saxons se préparent à débarquer en force en Afrique du nord, d’où ils pourront porter leurs coups contre l’axe. L’Italie est géographiquement et logiquement le premier objectif. Jusqu’à quand aurons-nous la force de résister à une série de fortes et méthodiques offensives dans les airs et sur mer ? On n’a pas de grandes nouvelles du front russe ou, si l’on en avait, elles ne seraient pas en notre faveur7. La situation intérieure en Allemagne est confuse et pesante. Les perspectives ne peuvent être bonnes. Selon lui, la majorité des officiers le pensent mais n’en tirent pas de conclusions pour l’instant. Ils le constatent, en parlent peu et ne font pas de prévisions sur l’avenir. Amè a dit ceci, et d’autres choses, à Cavallero, lequel reste sourd à ce qu’il ne veut pas entendre.

  • 8 Sotirios Gotzamanis est le ministre grec des Finances du cabinet Tsolakoglou.

14Clodius m’informe que l’Allemagne est prête à réduire ses exigences à 18 milliards, peut-être 15 milliards par mois. Mais Gotzamanis8 refuse même de telles demandes. Demain, j’organiserai une réunion.

  • 9 Créé en novembre 1937, le ministère reste en place jusqu’à la fin du régime.

15Mussolini s’est convaincu de l’inutile nocivité du ministère des Changes et Valeurs et m’a promis de le supprimer d’ici peu9. Excellente décision.

1610 octobre. Conseil des ministres. Administration ordinaire. Mais cela n’empêche pas le Duce de répéter ses affirmations d’optimisme pour l’avenir. Même le jugement qu’il porte sur le moral du peuple italien est plein de tranquillité : « nous ne pouvons pas prétendre avoir de l’enthousiasme chez un peuple qui sait qu’il doit encore affronter de longs sacrifices avant d’atteindre la victoire mais la discipline, l’obéissance, la ténacité sont des vertus qui existent chez lui au-delà de toute mesure. »

17Dans l’après-midi, réunion au sujet de la Grèce. Clodius retire les propositions qu’il avait fait connaître officieusement. D’autre part, Gotzamanis explique que la Grèce ne peut plus rien donner pour la simple mais définitive raison qu’elle n’a plus rien. Si on continue avec l’actuel système, ce sera la banqueroute la plus complète d’ici deux ou trois mois. Dès maintenant, la classe moyenne est obligée, pour survivre, de vendre ses bijoux, son lit, parfois même ses filles. Aussi va-t-on au devant de secousses et de troubles dont il est impossible de préciser l’ampleur aujourd’hui. Mais rien ne fait bouger les allemands de leur attitude idiote et absurde. Le pire est que c’est nous qui devrons en supporter 80 % des conséquences.

18L’état de santé de Mussolini est stationnaire. On ne voit pas grand-chose et il ne dit rien. Mais il souffre de fortes douleurs au ventre. Castellani estime désormais que l’ulcère a pu s’être rouvert.

  • 10 Himmler rentre d’une tournée d’inspection sur le front de l’est.

1911 octobre. Je reçois Himmler à la gare. Il revient du front. Il ne cache pas sa joie d’être de nouveau dans une belle ville, sous un ciel bleu. Le souvenir du front est pour lui un cauchemar et il ne le cache pas10.

20Je vois le prince de Piémont à Castel Fusano. Il me reproche le long moment durant lequel je ne suis pas venu le voir. Il parle peu de la situation et donne dans l’optimisme de façade, mais quand je lui parle clairement de la situation actuelle et de l’avenir, il s’associe pleinement et rappelle que j’ai le courage de dire les mêmes choses depuis deux ou trois ans. Il raconte avoir vu Mussolini qui lui a dit que 1943 sera une année difficile, mais que 1944 sera plus favorable, et que 1945 verra notre victoire. Mais en me répétant ceci, le Prince ne cache pas son scepticisme.

21Long entretien avec Himmler. Il ne dit rien de très important mais ce qui compte est le ton extrêmement mesuré de son propos. Ce n’est plus l’Himmler qui, à Munich, en 1938, se désespérait de l’accord trouvé et de la guerre qui semblait conjurée. Maintenant, il parle des difficultés, des sacrifices, de ce qui a été fait et surtout de ce qui reste à faire. Il s’est beaucoup informé sur l’Italie. Il voulait particulièrement se renseigner sur la Monarchie et le Vatican. J’ai exalté la loyauté de la première et la discrétion du second.

2212 octobre. Aucune nouvelle politique. Le Duce, qui devait partir pour La Rocca, remet son départ à cause d’une crise de gastrite plus forte qui l’oblige à garder le lit.

2313 octobre. Je reçois Catellani qui me parle de l’état de santé du Duce. Son diagnostic, que Frugoni confirme, porte à conclure à la réouverture du vieil ulcère compliquée par une attaque amibienne. Castellani estime que le Duce doit prendre une période assez importante de repos mais exclut toute maladie sérieuse. J’en suis heureux car, maintenant comme jamais, la santé du Duce est indispensable.

2414 octobre. Départ d’Himmler. Il est très satisfait de sa visite à Rome. Il avait surtout besoin de vivre pendant un peu de temps dans une atmosphère civile, après les terribles journées au front. Il n’a pas beaucoup parlé mais il convient de noter qu’il a été extrêmement modéré.

25Goering arrivera à Rome dans les prochains jours pour récupérer sa femme actuellement à Naples. Il a fait savoir qu’il ne restera à Rome que deux heures, qu’il ne veut personne à la gare et qu’il désire être reçu par Mussolini lundi à 11 heures. Sic !

2615 octobre. Rien de nouveau.

  • 11 Raimundo Fernández Cuesta est ambassadeur d’Espagne à Rio depuis mai 1940.

2716 octobre. Les espagnols demandent l’accréditation pour Fernández Cuesta11. Je l’ai connu tout de suite après la prise de Madrid et j’ai eu une bonne impression de lui. Il paraît qu’il a bien agi au Brésil. De toute manière, il est certainement préférable à Serrano Súñer qui n’aurait pas su rester en place et qui aurait fait de l’ambassade d’Espagne un dangereux centre de potins.

  • 12 Giuseppe Sapuppo est ministre d’Italie au Danemark depuis 1938.

28Les allemands font savoir que Sapuppo12 parle à Copenhague sur un ton défaitiste et qu’il serait donc préférable qu’il soit rappelé. J’ai immédiatement décidé son rappel sans tenter de le défendre le moins du monde car Sapuppo est surtout un imbécile et se battre pour des imbéciles est toujours une chose inutile.

  • 13 En français dans le texte.
  • 14 En français dans le texte.

29L’entourage13 du Duce me fait savoir qu’il ne sera peut-être pas en mesure d’accueillir Goering. Aussi devra-t-il le recevoir chez lui et le Duce est plutôt gêné14 de la modestie de sa demeure. Pourtant, hier, on m’a dit qu’il allait presque bien et même sa voix, au téléphone, semblait sûre et forte.

  • 15 Corrado Baldoni est un diplomate italien qui a occupé des postes en Hongrie et auprès du Vatican.

3017 octobre. Après une réunion avec Ghigi, Giannini et Baldoni15, je téléphone au Duce la véritable situation des négociations avec la Grèce. Très haute mer : les allemands, avec la plus sombre obstination, insistent dans la demande de sommes folles qui, d’ici peu de mois, détermineront l’écroulement total de la drachme. Auparavant, nous aurons une crise politique car le gouvernement grec démissionnera et nous ne pourrons tenir le pays qu’en utilisant les armes sans ménagement. Le Duce est d’accord et s’exprime en termes très durs envers les allemands. Il arrive à dire : « La seule façon d’expliquer une telle attitude brutale est que les allemands en sont arrivés à la conviction qu’il n’y a plus rien à faire et que désormais, devant mourir, il faut créer la plus grande confusion. »

  • 16 Hermann Neubacher, ancien maire de Vienne, a travaillé pour l’IG Farben.
  • 17 Totale illusion !

31Cependant, Ribbentrop a téléphoné un peu plus tard pour m’informer qu’il envoie Neubacher16, porteur de nouvelles propositions. Il a ajouté que les choses vont très bien sur le front de Stalingrad, où des progrès importants ont été accomplis hier17. Il faisait preuve d’une exceptionnelle cordialité et a plusieurs fois répété qu’il compte me rencontrer au plus vite.

3218 octobre. Rien de nouveau.

3319 octobre. Mussolini s’apprêtait à aller au palais de Venise pour recevoir Goering quand Mackensen l’a informé que le maréchal a été atteint, cette nuit, d’une violente dysenterie qui ne « lui permet pas de s’éloigner plus de dix minutes de son trône ». L’expression n’est pas très respectueuse mais elle est textuelle. Elle a été également été répétée par Bismarck sur un ton ironique. Il faut reconnaître que cette maladie n’est pas particulièrement adaptée à la fastueuse suffisance du Reichsmarschall !

34Neubacher est arrivé à Rome, nommé par Ribbentrop commissaire extraordinaire pour les affaires économiques et financières grecques. Je lui adjoindrai un des nôtres qui aura des pouvoirs identiques. J’ai proposé D’Agostino, qui a été accepté et qui a les qualités nécessaires. Le Duce s’est montré favorable à une solution qui « nous permettra de trouver probablement la solution pour dénouer la crise ».

35Jacomoni fait un rapport plutôt bon sur la situation albanaise. Il pense que le point critique est désormais passé et que, avec quelques actions de force contre les bandits rebelles, il sera possible de ramener la quiétude et l’ordre dans le pays.

3620 octobre. Rien de nouveau.

3721 octobre. Réunion autour de moi au sujet des affaires économiques de la Grèce : Mackensen, Neubacher, D’Agostino, Ghigi et Gotzamanis. Neubacher est le seul à être convaincu que de grandes choses pourront être faites. Les autres sont assez sceptiques et Gotzamanis plus que tous les autres. Il est sans doute celui qui connaît le mieux les conditions et les possibilités du pays. Pour ma part, je partage plus ou moins son scepticisme mais, bien sûr, je me garde bien de le dire.

3822 octobre. À Livourne pour l’anniversaire de la disparition de la pauvre chère Maria.

  • 18 Le bombardement de Gênes, qui parvient à détruire les établissements industriels de l’Ansaldo et p (...)

3923 octobre. Gênes a été durement bombardée par l’aviation anglaise, même si les avions attaquants n’étaient guère plus d’une vingtaine. D’ailleurs, il faut se convaincre que plus le temps passe et plus les bombardements aériens seront notre pain quotidien18.

40Je vois Farinacci et Bottai. Ils sont tous les deux exaspérés par la situation intérieure aggravée par la carence totale du Parti. À ce propos, on parle beaucoup d’un rapport des responsables fédéraux, sur une réunion présidée par Farnesi à Lucques, durant laquelle on a officiellement discuté du « cas Petacci », si c’était un bien ou un mal, ce qu’on en disait et ainsi de suite. Je ne l’aurais pas cru si Ajello lui-même ne me l’avait confirmé, homme sérieux et qui, avec quelques autres, a élevé la voix pour faire cesser un tel scandale.

  • 19 Il s’agit du début de la bataille d’El Alamein. La 8e armée britannique, qui dispose de 230 000 ho (...)
  • 20 Le général Hans Stumme a commandé un corps d’armée en Grèce et sur le front de l’est. Il est tué p (...)

4124 octobre. Les anglais ont attaqué en Libye19. Pour l’instant, les nouvelles ne nous sont pas défavorables : il n’y a eu aucun progrès sur terre. Mais von Stumme20, commandant par intérim en l’absence de Rommel, est mort. Gênes et Milan ont été encore l’objet de bombardements aériens assez violents.

  • 21 En octobre, 66 % du ravitaillement de l’axe en Afrique sont envoyés par le fond par la flotte et l (...)

4225 octobre. Bismarck me dit que, dans les milieux allemands, on considère avec un certain optimisme la situation en Libye, dans la mesure où l’offensive anglaise n’est pas trop longue. Nos ravitaillements sont difficiles et les réserves sont nettement insuffisantes21. Ceci est également confirmé par le colonel Casero qui dit qu’il n’y a aucune réserve d’essence au point de devoir en envoyer d’Italie par voie aérienne.

43Rien de nouveau sur le plan politique, si ce n’est une lettre d’Alfieri qui dénonce « la chape de plomb qui pèse déjà, physiquement et psychologiquement, sur la capitale du Reich ».

44Le Duce, qui avait prévu une grande réunion des hiérarques pour le 29 devant laquelle il devait parler, l’a fait remettre. Pour quelles raisons ? Trois interprétations sont avancées : a) les médecins ont interdit l’effort que suppose un long discours ; b) il ne veut pas se prononcer jusqu’à ce que l’offensive en Libye ait été décisive ; c) il entend faire un grand changement de la garde et parler – comme il serait logique – aux nouveaux hiérarques. Personnellement, je penche pour la deuxième hypothèse.

4526 octobre. Après quinze jours, je revois Mussolini pour la première fois. Il est très amaigri mais l’œil est vif, la voix ferme et l’aspect gaillard. Je dirais presque que la maladie, l’ayant amaigri du corps et du visage, l’a rendu plus jeune. Nous n’avons rien de très important à nous dire car la politique extérieure est calme. Il était irrité contre Myron Taylor et le Vatican. Il attribue aux rapports de l’envoyé américain les bombardements assez importants sur les villes du nord de l’Italie : « Ce bouffon, a-t-il dit, est revenu en Amérique en racontant que les Italiens sont à bout et qu’avec quelques coups durs, il serait facile de les mettre au tapis. Eh bien, il a su cela par le Saint-Siège où les informations arrivent par le biais du réseau des paroisses. Mais ils ne pensent pas que les gens qui fréquentent les paroisses et les prêtres sont les moins forts, les plus atteints, prêts à pleurer et à demander. Aussi, fais savoir que, Concordat ou pas, si Myron Taylor entend revenir en Italie, je le ferais arrêter. » Je ne partage pas le diagnostic du Duce sur les causes qui ont conduit les anglo-Saxons à attaquer l’Italie avec des actions intensives : peut-être Myron taylor y est-il pour quelque chose, mais pour peu. Désormais, c’est tout leur plan offensif qui commence à être appliqué.

46En Libye, il semble que cela se passe bien mais les pertes sont fortes et il faut espérer que la pression ne se prolonge pas trop.

4727 octobre. Ley est arrivé à la tête de la mission national-socialiste pour les célébrations du vingtième anniversaire de la marche sur Rome. Vidussoni me l’a amené. Ley est vulgaire d’aspect et de pensée, tellement terre à terre que je me demande comment il a pu avoir un poste de première importance. Il ne dit rien de nouveau. Mais il ajoute un nouveau mensonge à l’habituelle propagande : toute la bataille de Stalingrad aurait coûté aux allemands seulement 3 000 morts. Même s’il multipliait les pertes par dix, je ne le croirais pas. Pavolini m’informe que le Duce lui a parlé des incidents survenus durant la réunion des fédéraux à Lucques quand la « question Petacci » a été discutée. Il a en a parlé ouvertement en disant que personne n’a le droit « d’enquêter et de juger la vie sentimentale des autres » et a fait ensuite un passage en revue de l’histoire du Risorgimento pour démontrer que tous les hommes importants ont eu leurs amours. L’événement l’a beaucoup irrité contre le Parti. Il a tout à fait raison.

  • 22 Cet anniversaire est évoqué en italien par l’expression ventennale.
  • 23 Expression traditionnelle pour désigner la révolution fasciste inaugurée en 1922.

4828 octobre. Célébrations du vingtième anniversaire de la marche sur Rome22. Une seule cérémonie : l’inauguration des nouveaux locaux de l’exposition de la Révolution23. Mussolini est apparu en public pour la première fois depuis sa maladie. En plein air, en uniforme, entouré de beaucoup de personnes, il paraissait plus maigre et plus fatigué que ce qu’il m’était apparu deux jours auparavant au palais de Venise. Il a eu un accueil que je qualifierais d’affectueux. Mais l’organisation de la cérémonie était faite a minima et elle manquait d’un sens minimal de camaraderie parmi les participants. Il faut dire que l’actuelle secrétairerie du Parti est composée d’inconnus pour qui nous sommes également des inconnus, d’où la froideur. D’où, aussi, beaucoup des difficultés qui rendent la situation intérieure pesante. Aujourd’hui même, lors de cette commémoration fasciste, on ressent plus fortement la carence du Parti qui est dirigé par des hommes ineptes, discrédités et ambigus.

49La lutte continue en Libye avec une grande âpreté. On tient dur, avec beaucoup de ténacité. À entendre l’état-major, le seul danger est représenté par le manque de réserves et par la difficulté des transports. Situation tactique bonne, situation logistique dangereuse. Je ne suis pas un technicien mais je crois que dans une bataille de cette nature, c’est la situation logistique qui force la décision.

  • 24 Il s’agit du Luisiana. Le 26 octobre, deux pétroliers allemands, le Proserpina et le Tegesta, avai (...)

5029 octobre. Encore un pétrolier coulé cette nuit : c’est le point noir de la situation en Libye24. Bismarck a su par Rintelen que Rommel est optimiste sur la capacité militaire des troupes, mais il est littéralement épouvanté par l’état des réserves. Désormais, ce n’est pas le seul carburant qui manque, mais également les munitions et les vivres.

51L’humeur du Chef est bonne. Nous avons parlé d’un certain Roseo, qui est allé intriguer à la Cour pour une paix séparée (et on lui mettra les menottes), il m’a donné une lettre d’Hitler extrêmement laudative et mielleuse à l’occasion de l’anniversaire de la marche sur Rome et s’est exprimé en termes très durs contre le peuple génois qui « est certainement le plus hostile à la guerre et qui a donné des preuves de sa faiblesse morale ». Inversement, il a fait l’éloge des napolitains, que des siècles de difficultés et de misère ont rendus fatalistes, au point de composer des chansonnettes ironiques sur les anglais durant les bombardements aériens.

52Longue visite de donna Edwige Mussolini. Elle juge avec beaucoup de bon sens la situation intérieure et est préoccupée du lendemain. Elle se fait la porte-parole de ce qui se dit un peu partout et voudrait que je prenne la direction du ministère de l’Intérieur. Elle croit – et elle a raison – qu’il faudrait donner à notre politique un caractère plus humain. Mais je ne voudrais aller à l’Intérieur pour rien au monde.

5330 octobre. Aucune nouvelle importante.

5431 octobre. Le général Ambrosio, qui était très optimiste par le passé, l’est maintenant nettement moins. En ce qui concerne la Libye, il estime que si les anglais continuent à développer une action d’usure, il sera difficile d’éviter une retraite et, pour ce qui est de la Russie, il craint que, durant l’hiver, se développe une contre-offensive soviétique contre nos troupes. Quoique tout ce qui était possible de faire pour assurer de décentes conditions de vie à nos troupes ait été fait, il faut envisager des difficultés encore plus grandes que celles de l’an passé, car nous n’avons pas d’habitations locales à utiliser, ni de charbon à portée de main, comme dans le bassin du Donetz. Tout cela pousse le général Ambrosio à réviser ses prévisions roses faites par le passé.

  • 25 Pierre Vieli est le directeur du Crédit suisse.

55J’ai reçu le banquier suisse Vieli25, auquel j’ai offert beaucoup de rameaux d’olivier : je crois fermement – en premier lieu – à la fonction européenne, présente et future, de la Suisse, et puis nous avons maintenant besoin d’elle.

  • 26 Tullio Tamburini est préfet d’Ancône.

56Alessi m’informe que le frère de la Petacci a écrit une lettre au préfet Tamburini26, en disant que Castellani s’était trompé de diagnostic à propos du Duce. Il voudrait que Tamburini intervienne auprès de donna Rachele, avec laquelle il a des rapports cordiaux, pour que soit appelé un autre médecin en consultation.

Notes

1 Citation tirée de l’Énéide de Virgile (II, 274). « Combien différent de ce qu’il était ! », s’exclame Énée à la vue d’Hector en songe.

2 Hitler prend la parole le 30 septembre au Sportpalast. Il prononce des paroles prophétiques sur les Juifs : « Les Juifs se gaussaient, en Allemagne aussi, de mes prophéties. Je ne sais pas s’il y en a encore qui rient aujourd’hui, ou s’ils ont désappris de rire. Mais moi aussi, je ne peux que donner une assurance : on va leur faire partout passer l’envie de rire. Et j’aurai une fois de plus raison de mes prophéties. » À propos de Stalingrad, le Führer affirme : « Vous pouvez être sûrs que personne ne nous chassera plus jamais de là. » Dans Kershaw Ian, Hitler. 1936-1945, Flammarion, coll. « Documents et essais », Paris, 2000, p. 775-776.

3 Aldo Castellani est professeur de clinique tropicale et subtropicale à Rome.

4 Felix Kersten est le médecin personnel d’Himmler.

5 Le ministère des affaires étrangères et la SS sont en concurrence auprès des gouvernements balkaniques, en particulier en Roumanie où les SS déportent les Juifs sans en référer à l’ambassadeur allemand à Bucarest. Ribbentrop donne alors la consigne de ne pas collaborer à ces opérations tant que la prédominance de son ministère n’est pas reconnue. Le 24 septembre, Hitler fait un violent reproche à son ministre à ce sujet. Dans Bloch Michael, Ribbentrop, Plon, Paris, 1996 [nouvelle édition Perrin, coll. « tempus » (no 366), Paris, 2011], p. 369-370.

6 Service d’information militaire.

7 Depuis le 4 octobre, les allemands lancent une série d’attaques afin de s’emparer du quartier des usines à Stalingrad. Sur la bataille de Stalingrad, BeeVoR Antony, Stalingrad, Éditions de Fallois, Paris, 1999 [nouvelle édition Le Livre de Poche, Paris, 2001].

8 Sotirios Gotzamanis est le ministre grec des Finances du cabinet Tsolakoglou.

9 Créé en novembre 1937, le ministère reste en place jusqu’à la fin du régime.

10 Himmler rentre d’une tournée d’inspection sur le front de l’est.

11 Raimundo Fernández Cuesta est ambassadeur d’Espagne à Rio depuis mai 1940.

12 Giuseppe Sapuppo est ministre d’Italie au Danemark depuis 1938.

13 En français dans le texte.

14 En français dans le texte.

15 Corrado Baldoni est un diplomate italien qui a occupé des postes en Hongrie et auprès du Vatican.

16 Hermann Neubacher, ancien maire de Vienne, a travaillé pour l’IG Farben.

17 Totale illusion !

18 Le bombardement de Gênes, qui parvient à détruire les établissements industriels de l’Ansaldo et provoque la mort de 354 personnes, initie le début d’une campagne de bombardement des villes italiennes : Milan, Savone et Gênes six jours plus tard, huit bombardements de Turin et de Gênes en novembre. Sur la stratégie des bombardements alliés sur l’Italie, Patricelli Marco, L’Italia sotto le bombe. Guerra aerea e vita civile (1940-1945), Laterza, Rome, 2009.

19 Il s’agit du début de la bataille d’El Alamein. La 8e armée britannique, qui dispose de 230 000 hommes, 1 230 chars et 2 300 canons, attaque les positions de l’axe défendues par 80 000 hommes dont 53 000 Italiens, 540 chars et 670 canons.

20 Le général Hans Stumme a commandé un corps d’armée en Grèce et sur le front de l’est. Il est tué par un éclat d’obus lors d’une inspection du front. Rommel revient précipitamment en Égypte.

21 En octobre, 66 % du ravitaillement de l’axe en Afrique sont envoyés par le fond par la flotte et l’aviation alliées.

22 Cet anniversaire est évoqué en italien par l’expression ventennale.

23 Expression traditionnelle pour désigner la révolution fasciste inaugurée en 1922.

24 Il s’agit du Luisiana. Le 26 octobre, deux pétroliers allemands, le Proserpina et le Tegesta, avaient déjà été coulés. Les forces de l’axe manquent effectivement de plus en plus de carburant.

25 Pierre Vieli est le directeur du Crédit suisse.

26 Tullio Tamburini est préfet d’Ancône.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540