Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1942

Août

Texte intégral

  • 1 Antonio Ajello est le secrétaire fédéral du PNF à Livourne.

11er août. Buffarini a été appelé par Mussolini à Riccione, car la situation en Sicile provoque beaucoup de préoccupations : les paysans refusent de remettre le blé et, en plusieurs occasions, ils ont tiré sur ceux qui venaient le chercher. Buffarini a exposé à Mussolini – sur la base de rapports des services de santé – que des signes de malnutrition commencent à apparaître dans de nombreux milieux ouvriers. De tels cas ont été vérifiés à Piombino d’après ce que m’a dit Ajello1.

  • 2 Dans son Journal, Bottai précise que Ciano le reçut alors qu’il prenait un bain. Dans Bottai Giuse (...)

2Bottai me fait une visite2 : il n’a rien à me dire mais est plus anti-mussolinien que jamais. S’il me parle ainsi, j’imagine ce qu’il doit dire quand il se trouve dans le cercle de ses amis !

32 août. Depuis Lisbonne, on signale que d’ici peu, la RAF accomplirait une grande incursion au-dessus de Milan. Je ne sais pas si cela arrivera, mais la nouvelle est vraisemblable et, dans un certain sens, logique. J’en informe Buffarini.

4Edda m’attaque violemment, m’accusant de germanophobie et assurant que la chose est connue, aussi et surtout parmi les allemands, qui savent que « j’ai pour eux une irrésistible répulsion physique ». Je ne comprends pas pourquoi Edda s’est emportée à ce point et qui lui a parlé de cela : en général, quand elle agit comme cela, c’est qu’elle a été chauffée à blanc. Je n’ai pas répondu ou presque. D’autre part, elle connaît fort bien ce que je pense là-dessus et je ne suis pas le seul…

53 août. Aucune nouveauté.

  • 3 Le général Vittorio Ambrosio est chef d’état-major de l’armée depuis le 20 janvier 1942, en rempla (...)
  • 4 Il est vrai qu’en juin et juillet 1942, les pertes des convois germano-italiens ne dépassent pas l (...)
  • 5 Le 4 août, la 6e armée allemande parvient à Kalatch, à une centaine de kilomètres de Stalingrad, a (...)

64 août. Le chef d’état-major Ambrosio3 me dit que : 1) en Libye, nous ne pourrons pas reprendre le mouvement avant la fin octobre. Les perspectives sont cependant bonnes car les renforts anglais affluent plus lentement que prévu, alors que les nôtres et surtout les renforts allemands (ce qui préoccupe l’état-major pour d’évidentes raisons) arrivent à une cadence tout à fait satisfaisante4 ; 2) les opérations en Russie se déroulent bien et il est à prévoir que l’action allemande en direction du Caucase continue même pendant la saison hivernale5 ; 3) personnellement, il ne croit pas à une victoire qui liquiderait l’ennemi. Il croit plus probable une désertion russe du camp allié, après quoi la Grande-Bretagne et l’Amérique seront contraintes de négocier. Ceci est – de manière synthétique – la pensée politico-militaire actuelle de notre état-major.

  • 6 Mine de lignite en Sardaigne.

7Lombrassa prévoit une forte accentuation de la crise de la main-d’œuvre, raison pour laquelle, d’ici peu, la mobilisation civile devra entrer en vigueur sur une grande échelle. Je lui ai conseillé d’enlever au service civil cet aspect odieux de punition qu’il a jusqu’à maintenant : il faut que le citoyen sache que le service civil est sur le même plan moral que le service militaire. Il faut donc cesser de faire un scandale à propos des pédérastes, des tricheurs et des gagas en les envoyant à Carbonia6 : cela enlève du sérieux à la chose et ne mène à rien.

  • 7 Dans ce courrier, Hitler donne sa vision de la situation : en Afrique, la situation est favorable (...)

85 août. Une lettre d’Hitler arrive pour le Duce que j’expédie fermée à Riccione7.

96 août. Grand optimisme sur les possibilités en Libye d’après ce que rapporte le général Marchesi, commandant des forces aériennes. Rommel se prépare à attaquer et – sans aucun doute – devrait avoir liquidé la partie d’ici dix jours. Objectifs : Le Caire, Alexandrie, Suez. L’action devrait avoir commencé entre le 20 et le 25 de ce mois.

10C’est un tableau moins rose que me fait Renato Ricci : il parle de la situation industrielle et alimentaire telle quelle sera lors du prochain hiver. Il prévient qu’il faudra se serrer la ceinture, sans aucune commune mesure avec l’hiver dernier.

11Arpinati demande une faveur pour quelques-uns de ses amis : il décrit la situation romagnole comme étant atone et grise et en attribue en grande partie la faute au fait que trop de femmes de la famille Mussolini s’impliquent dans les affaires locales. À ceci s’ajoute que la Petacci, depuis Rimini où elle réside pour les bains, juge, ordonne et intrigue. Son factotum est un certain Spisani, maître de danse en salle de troisième ordre. On raconte des épisodes bouffons. Il paraît que la Petacci serait allée récemment à Budapest : la chose est vraisemblable car elle trafique pour faire annuler son mariage. À quelqu’un qui lui demandait des nouvelles de son voyage, elle a répondu : « Je n’ai eu ni réception, ni fête. Je m’y suis rendue dans la plus stricte intimité. »

  • 8 Paolo Orano est professeur d’histoire et de doctrine du fascisme à l’université de Pérouse. Il est (...)

127 août. À Forlì pour une cérémonie à la mémoire de Bruno. Dans le train, j’ai parlé un peu avec Vidussoni. Outre qu’il est peu intelligent, il est également d’une ignorance insigne. Il parlait « de l’histoire du fascisme d’Oriani » et voulait parler d’Orano8. Mais pour lui, c’est la même chose. Il a dit ne pas savoir qui est « De Chirico car depuis deux ans il est trop occupé pour lire des auteurs modernes ». Ce qui est plus grave, c’est qu’il ne se tait plus : il parle et veut placer son mot.

13Mussolini a voulu que la cérémonie dans le cimetière de San Cassiano soit familiale. Nous étions huit dans la crypte : les parents les plus proches et la veuve. Beaucoup de tristesse. Un air de catacombe, trois tombeaux de pierre grise : les deux parents et le fils. Sur la tombe de Bruno, un de ses portraits, illuminé et souriant, accentuait la tristesse. La messe a été brève et dite par un prêtre qui traînait les « s » du latin comme ceux du dialecte romagnol. Le Duce était impassible et tourmenté. À la fin, il a embrassé la tombe de Bruno et, en indiquant l’espace entre celle-ci et l’autel, a dit à plusieurs reprises que cela devait être son lieu de sépulture. Nous sommes allés ensuite à Rocca et à Carpena. Mussolini a voulu revoir « l’enfance » de Bruno. Il s’est indigné parce que des familiers avaient pris un panier de denrées alimentaires donné par des paysans : « Je n’admets pas de revenir de la tombe de mon fils avec des poulets et des poires. » Il avait raison.

148 août. Mussolini à Rome. J’ai eu un long entretien avec lui pour régler quelques questions laissées en suspens durant son absence. La lettre d’Hitler n’avait pas une grande importance générale et, en ce qui concerne la Grèce, évitait de prendre tout engagement. C’est la situation alimentaire qui préoccupe le Duce. Pas pour le moment, où légumes et fruits donnent un éphémère bien-être, mais demain, pour l’hiver, quand tout se fera rare et qu’il ne sera peut-être pas possible d’augmenter la ration de pain. Dans quelques provinces apparaissent des cas d’œdèmes de la faim : pour l’instant ce n’est pas très répandu, mais c’est une mauvaise chose. Mussolini y pense plus qu’il ne le dit et ne le fait voir : les crampes d’estomac sont revenues, le vieil ulcère s’est réveillé. Ce sont des signes d’anxiété.

15Pareschi, d’habitude si optimiste, n’est désormais en rien encourageant. Il voudrait trouver de l’alimentation à l’étranger. La situation est sombre : je crois que nous recevrons bien peu cette année. Peut-être rien. Il y aura également des problèmes avec le chauffage. Il n’y a pas de charbon, le bois sera rationné.

  • 9 . Dans son rapport, Alfieri présente les thèmes abordés lors de sa rencontre avec le Führer. Parmi (...)

16Alfieri a fait un inutile voyage sur le front russe où il a visité Hitler. Il n’a rien su de concret et pour cela il bavarde beaucoup. Même Mussolini pense qu’Alfieri a fait son temps. Sans doute pas tout de suite mais il faudra lui trouver un successeur9.

179 août. Rien de nouveau.

  • 10 Les allemands, en s’emparant de Maïkop, espèrent utiliser les puits de pétrole. Ceux-ci ont été sa (...)
  • 11 Francesco Maria Taliani de Marchio est ambassadeur à Pékin depuis octobre 1938.

1810 août. Nouveautés du jour : la prise de Maïkop par les allemands et l’agitation indienne10. Mussolini attribue aux deux événements beaucoup d’importance. La première permettra de soulager l’axe du problème angoissant du pétrole, même si ce n’est pas pour tout de suite et pas totalement. Le second peut, selon l’avis du Duce, précipiter la crise asiatique : si le Japon se décide maintenant à marcher sur l’Inde, des événements imprévisibles et grandioses pourraient advenir. Mais le Japon marchera-t-il ? Il n’est pas possible de faire des prévisions, d’autant plus que la Chine, selon ce qu’a télégraphié l’ambassadeur Taliani11, est plus que jamais un bloc antijaponais et Wang Jingwei, le Laval de nankin, désespère de parvenir à un rapprochement entre les deux peuples. À mon avis, la lutte entre la Chine et le Japon sera éternelle : elle connaîtra des pauses, des vicissitudes mais ne s’arrêtera jamais. Plus qu’un fait politique, c’est un fait biologique et biologiquement, la Chine est très forte.

1911 août. Conseil des ministres. Les décisions étaient d’ordre administratif mais cela a donné l’occasion au Duce de faire quelques déclarations intéressantes sur son voyage en Libye, sur la chute de l’empire, sur le développement de la guerre. Il est plus que jamais optimiste concernant les prévisions du lendemain : la guerre est gagnée car les anglo-Saxons – dont les forces sont fractionnées en tant de secteurs – n’ont aucune possibilité sérieuse de prendre l’offensive.

20Grandi a commenté avec pessimisme les déclarations du Duce : Grandi est très pessimiste sur la situation intérieure et dit que pour la première fois en vingt ans, il a demandé des carabiniers autour de sa villa. Il exagère. Il déteste Cavallero. « Ce salaud, a-t-il dit, se prépare à faire le Pétain italien et voudrait nous tuer tous. Mais c’est nous qui allons lui faire sa fête. »

  • 12 Il s’agit de l’opération Pedestal qui regroupe 14 cargos, escortés par les cuirassés Nelson et Rod (...)

21Un important convoi anglais, très escorté, va de Gibraltar en orient. Nos forces aéronavales ont déjà pris position. Demain sera une dure journée12.

  • 13 Il n’y a pas de doute. Le porte-avions Eagle est coulé par le sous-marin allemand U-73.

2212 août. La bataille aéronavale est engagée. Pour l’instant, on ne connaît que peu les résultats. Fougier et Casero ne sont pas très satisfaits. Les allemands ont annoncé la destruction du porte-avions anglais Eagle, mais il y a de nombreux motifs de doute13. Pour demain matin, à l’aube, on prévoit un combat naval. Mais nous sommes en position d’infériorité : les grands navires ne peuvent pas bouger des ports à cause du manque de carburant et de navires légers d’escorte.

  • 14 Les attaques contre les convois britanniques sont surtout le fait de l’aviation, de sous-marins et (...)

2313 août. Toute l’attention est concentrée sur la bataille navale en Méditerranée. Il semble que les choses se passent assez bien, mais nous avons perdu le Bolzano et avons eu de sévères dommages sur l’Attendolo. Seulement quatre cargos ont atteint Malte pour le moment. Mussolini est modestement satisfait des résultats car « le canon de la marine a manqué à la bataille14 ».

2414 août. Aucune nouveauté.

2515 août. Mi-août romain : la ville se vide comme d’habitude. Il paraît que ce matin, dans les gares au départ des trains, des scènes dignes d’un peuple barbare ont eu lieu. Les gens ne veulent pas changer leurs habitudes et veulent tous se divertir. La guerre ? On veut l’oublier.

26Long entretien avec Buti qui, comme c’est sa nature, fait un rapport par petits morceaux et petites bouchées, ne dit rien qui ne l’engage trop et est plein de réticences. Il pense plus ou moins ceci : la haine française croît démesurément contre les allemands, mais pas contre nous. Mais il ne se passera rien, du moins cela n’ira pas au-delà des manifestations qui ont déjà eu lieu : attentats, sabotages, rien de plus. Le gouvernement croit à la victoire de l’axe, le peuple à celle des alliés. De Gaulle, comme personne, est détesté de tous mais l’état d’esprit du pays est gaulliste. La défaite a été dure : elle se voit plus dans les choses que dans les hommes. Les Français sont restés comme auparavant : mêmes habitudes, mêmes idées, mêmes préjugés. Ils ne savent pas bien pourquoi, mais ils sont convaincus qu’ils auront encore leur mot à dire dans le futur. Naturellement, on regarde plus vers Moscou et Washington que vers Londres. « Le sentiment des Français vis-à-vis des anglais est identique à celui des Italiens vis-à-vis des allemands. » Il ne pouvait pas être plus explicite pour une fois.

  • 15 Le 6 juillet, les consignes de Staline sont diffusées sur les ondes de Radio-Moscou : « Le sort du (...)
  • 16 En octobre 1941, le gouvernement soviétique s’est replié à Kouïbychev face au risque représenté pa (...)

2716 août. La résistance sur le front russe semble se raidir15. Rien ne fait espérer un prochain et possible écroulement. Selon un télégramme turc, intercepté par nos services, il résulterait que les conditions de vie en Russie soient très élevées et l’esprit confiant : « Je n’ai vu de visages émaciés qu’à Vienne et Berlin », télégraphie l’ambassadeur Zobu. « À Kouïbychev16, tous sont en bonne santé et mangent très abondamment. » Il raconte que, pour les diplomates, le seul véritable ennemi est l’ennui et que, pour le vaincre, beaucoup de collègues se sont mis à l’alcool avec un grand engagement. Je dois dire que j’ai vu beaucoup de collègues se saouler même sans aucun prétexte.

28Discussion Giannini-Clodius pour le ravitaillement alimentaire de notre corps expéditionnaire en Russie. Les allemands veulent nous en charger presque totalement, et ceci en contradiction avec les accords précédents. Giannini tient bon, mais l’ambassade à Rome a fait une démarche et nous verrons ce que décidera Mussolini. Franchissements de frontières en Albanie par des Bulgares. Il semble qu’il y ait la main allemande là-dessous : on convoite les mines de Jezerina.

29Je suis mécontent et je pense désormais à changer Tamaro, ministre en Suisse. Il s’est fourvoyé dans une politique de ressentiment et je crois que nous avons tout intérêt – présent et futur – de rester en bons termes avec la Suisse.

3017 août. À Livourne.

31[Aucune note de Ciano dans son Journal du 18 au 24 août.]

  • 17 Dans ses Mémoires, l’amiral Horthy estime possible que l’accident d’avion dont a été victime son f (...)

3225 août. Je pars de Livourne pour Budapest où auront lieu les funérailles d’Étienne Horthy, décédé dans un accident d’avion17.

3326 août. Arrivée à Budapest. La ville est en deuil : très triste. Des fenêtres, des arcs, de partout pendent des morceaux de tissu noir qui contrastent avec l’azur du ciel.

  • 18 Né en 1887, Miklós Kállay est ministre de l’agriculture de 1932 à 1935 mais démissionne, en désacc (...)

34Je vois tout d’abord le Régent. La première rencontre est fortuite, près du portail. Il est ému et s’éloigne rapidement. Il me reçoit ensuite dans son bureau. Il parle relativement calmement et veut même aborder des questions de politique générale. Mais il est encore bouleversé par sa douleur de père et pense à la succession. La mort d’Étienne semble aujourd’hui l’écroulement de son œuvre. Il n’a pas d’idée précise mais, par diverses allusions, je crois comprendre qu’il pense faire désigner le fils de son fils qui est un enfant de 1 an. C’est une absurdité. Tous en Hongrie, même ceux qui furent favorables à la vice-Régence d’Étienne Horthy, sont opposés à une solution velléitaire qui lie les mains du peuple hongrois pour une période de 20 ou 30 ans. Même Kállay me l’a dit, lui qui représente dans la politique hongroise l’homme de confiance du Régent18.

  • 19 Selon le témoignage de Filippo Anfuso, ambassadeur italien à Budapest depuis décembre 1941, Ciano (...)

35J’ai rédigé un autre compte rendu de l’entretien avec Kánya. On suggère une union personnelle avec Victor-Emmanuel III. J’ai précisé par ailleurs mes considérations et mes objections : je crois la chose impossible ou du moins prématurée19.

3627 août. Les funérailles ont eu lieu avec la pompe quelque peu orientale des cérémonies hongroises. Beaucoup d’émotion et beaucoup de larmes, plus pour la douleur de la mère que pour la perte d’Étienne Horthy.

37Long entretien avec Ribbentrop. Il est d’une absolue et inhabituelle gentillesse. Il me rend visite le premier, m’invite à déjeuner, me cède le pas à chaque porte, bien qu’il ait clairement expliqué aux Hongrois qu’il voulait la première place, contrairement à tout droit et toute tradition (les Hongrois, qui détestent les allemands mais tremblent devant eux, ont décidé pour le contenter que désormais les préséances seraient fixées selon l’ordre alphabétique français des nations : Allemagne, Italie, etc. Cousu de fil blanc !).

  • 20 La guerre est déjà gagnée. En allemand dans le texte.
  • 21 Nous ne pouvons pas perdre cette guerre. En anglais dans le texte.

38Le ton de Ribbentrop est modéré, quoique toujours optimiste. Le slogan « Krieg, ist schon gewonnen20 » des premiers temps est devenu désormais « We cannot lose this war21 ». Ce qui est évidemment beaucoup moins. Il n’a pas donné de détail particulier, mais il juge que la Russie est un os dur, très dur, et croit même que si le Japon l’attaquait, on ne pourrait pas la mettre totalement hors de combat. Il ne fait pas de prévisions sur la durée de la guerre : elle pourrait avoir une rapide conclusion, « mais il ne faut pas trop y compter ».

39Il a réitéré l’invitation pour l’habituelle partie de chasse à Schoenhof vers la fin octobre.

  • 22 Il s’agit de Gregorio Sciltian.

4028 août. À Venise. Visite à la Biennale. Peintures et sculptures assez intéressantes. L’ensemble le plus élevé est celui du pavillon espagnol. Nous avons deux peintres qui sont de qualité : De Chirico et Sciltian22.

4129 août. Je réfère à Mussolini au sujet de mon voyage à Budapest et lui soumet le compte rendu de l’entretien avec Kánya. Réaction négative du Duce à 100 %. Principal motif : la préoccupation des allemands. Il est certain – et il a raison – qu’Hitler, même s’il devait accepter aujourd’hui une chose semblable, la mettrait de côté et nous la ferait payer chèrement dès que possible. Second élément : l’hostilité croissante de Mussolini contre les monarchies et contre notre Monarchie. « J’avais caressé, a-t-il dit, un rêve similaire pour le duc d’Aoste. Lui mort, on n’en fera rien. »

42Grandi avait fixé un voyage en Espagne avec l’approbation du Duce. J’ai maintenant reçu des instructions de l’annuler. Grandi a avalé son chapeau et l’a repoussé sans objection.

4330 août. Ghigi envoie un SOS depuis la Grèce : les allemands insistent pour avoir encore d’énormes indemnités, le gouvernement menace de se démettre, des troubles peuvent éclater à tout moment. Aussi, je conseille à Mussolini de ne pas prendre d’initiatives : il avait promis aux Grecs son intervention auprès d’Hitler, lui a écrit une lettre, a reçu une réponse négative. On ne peut pas tenter d’en envoyer une seconde sans perdre trop de prestige. Mon discours a conduit le Duce à me parler d’un article paru dans une revue allemande où l’ordre nouveau est décrit en détail, quel sera le rôle « dans le grand espace » de tous les peuples, y compris les alliés. Aucune liberté, aucun droit, si ce n’est celui de servir le « peuple des seigneurs ». J’ai télégraphié à Alfieri pour savoir si les idées de l’article reflétaient les desseins des classes dirigeantes. Malheureusement, même si l’on répond non, je suis certain que c’est oui.

4431 août. Rommel a attaqué hier soir à 8 heures. Il a bien choisi la journée et l’heure, quand personne n’attendait l’attaque et que le whisky avait commencé à apparaître sur les tables anglaises. Mussolini ne s’est pas prononcé mais est assez optimiste. Cavallero – qui ne s’était pas montré depuis un moment – téléphone pour me donner des informations sur l’opération : il est, comme toujours, suspendu entre le oui et le non. Il ne veut pas se compromettre mais entend rester assez près pour recueillir les fruits de la victoire, s’il y en a. Churchill – selon ce qu’a télégraphié l’ambassadeur turc à son gouvernement – a dit que si Rommel n’attaquait pas d’ici deux semaines, il prendrait l’initiative des opérations. Il croit que les forces anglaises seront suffisantes pour affronter toute éventualité mais veut faire sienne une phrase de Staline : « tout est possible car la guerre est la guerre. »

Notes

1 Antonio Ajello est le secrétaire fédéral du PNF à Livourne.

2 Dans son Journal, Bottai précise que Ciano le reçut alors qu’il prenait un bain. Dans Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 315.

3 Le général Vittorio Ambrosio est chef d’état-major de l’armée depuis le 20 janvier 1942, en remplacement du général Roatta.

4 Il est vrai qu’en juin et juillet 1942, les pertes des convois germano-italiens ne dépassent pas les 10 000 tonnes. Néanmoins, le ravitaillement est largement insuffisant pour une offensive de grande ampleur. Rommel écrit à ce sujet dans ses Carnets : « […] Du 1er au 20 août, les unités allemandes de l’armée blindée consommèrent à peu près le double de carburant qui leur parvînt à travers la Méditerranée durant cette même période. Le 20 août, il nous manquait encore 16 000 hommes, 210 panzers, 175 chars d’accompagnement d’infanterie et automitrailleuses, soit, au total, un minimum de 1 500 véhicules, compte tenu de l’équipement théorique des unités allemandes. Si nous n’avions pas réussi à nous emparer d’importants dépôts de matériel britannique en Marmarique et en Égypte occidentale, nous n’aurions pu nous maintenir. » Dans Rommel Erwin, La Guerre sans haine, op. cit., p. 283.

5 Le 4 août, la 6e armée allemande parvient à Kalatch, à une centaine de kilomètres de Stalingrad, alors que les troupes du maréchal List progressent vers le Caucase.

6 Mine de lignite en Sardaigne.

7 Dans ce courrier, Hitler donne sa vision de la situation : en Afrique, la situation est favorable à la suite de l’offensive victorieuse de juin, mais il convient de renforcer les troupes de l’axe en prévision des prochains développements ; en Grèce, la situation des populations est difficile mais les troupes d’occupation allemandes sont en partie ravitaillées par des produits venus d’Allemagne et de Bulgarie ; sur le front de l’est, l’offensive se déroule de manière satisfaisante, mais le Führer demande à son allié de faire intervenir trois divisions d’alpini afin de participer à la marche vers le Caucase. Quant à l’hypothèse de l’ouverture d’un second front à l’ouest par les alliés, cela semble à Hitler totalement inconcevable dans l’état actuel des choses. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. IX (21 luglio 1942 – 6 febbraio 1943), Libreria della Stato / Istituto poligrafico dello Stato, Rome, 1989, doc. no 21, p. 22-27.

8 Paolo Orano est professeur d’histoire et de doctrine du fascisme à l’université de Pérouse. Il est sénateur du royaume depuis 1939.

9 . Dans son rapport, Alfieri présente les thèmes abordés lors de sa rencontre avec le Führer. Parmi eux, la situation sur le front de l’est. Hitler se dit assuré de la chute prochaine de Stalingrad et demande l’envoi de trois divisions alpines italiennes afin de participer aux opérations dans le Caucase. Dans Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 261.

10 Les allemands, en s’emparant de Maïkop, espèrent utiliser les puits de pétrole. Ceux-ci ont été sabotés par les Soviétiques et ne seront à nouveau utilisables qu’en 1949. L’Inde connaît une forte agitation en ce mois d’août 1942. Bombay est paralysée par des manifestations pendant cinq jours, les 100 000 ouvriers des usines textiles d’Ahmedabad se mettent en grève, tout comme les ouvriers des usines sidérurgiques tata à Jamshedpur.

11 Francesco Maria Taliani de Marchio est ambassadeur à Pékin depuis octobre 1938.

12 Il s’agit de l’opération Pedestal qui regroupe 14 cargos, escortés par les cuirassés Nelson et Rodney, les porte-avions Eagle, Furious, Indomitable et Victorious, 7 croiseurs et 31 destroyers. Ce très important convoi doit rejoindre Malte.

13 Il n’y a pas de doute. Le porte-avions Eagle est coulé par le sous-marin allemand U-73.

14 Les attaques contre les convois britanniques sont surtout le fait de l’aviation, de sous-marins et de vedettes lance-torpilles italiennes. Au total, cinq cargos parviennent à Malte, assurant le ravitaillement de l’île pour trois mois. La Royal Navy enregistre la perte de deux croiseurs, d’un porte-avions, d’un destroyer et de neuf cargos.

15 Le 6 juillet, les consignes de Staline sont diffusées sur les ondes de Radio-Moscou : « Le sort du peuple russe dépend de l’issue de la bataille. Plus un pas en arrière ! Battez-vous comme se sont battus les soldats d’Alexandre et de Koutouzov. Résistons jusqu’à la mort. » Dans Beaufre André (dir.), Une histoire internationale de la Deuxième Guerre mondiale, IV : juin 1942-mars 1943, Tallandier, Paris, 1968. Néanmoins, les unités de la 6e armée allemande parviennent devant Stalingrad le 19 août.

16 En octobre 1941, le gouvernement soviétique s’est replié à Kouïbychev face au risque représenté par l’avance allemande.

17 Dans ses Mémoires, l’amiral Horthy estime possible que l’accident d’avion dont a été victime son fils ait été le résultat d’un sabotage perpétré par les services allemands. Les dirigeants nazis voyaient en lui un anglophile et un protecteur des Juifs. Dans Horthy Miklós, Mémoires de l’amiral Horthy. Régent de Hongrie, Hachette, coll. « Récits et Souvenirs », Paris, 1954, p. 215-216.

18 Né en 1887, Miklós Kállay est ministre de l’agriculture de 1932 à 1935 mais démissionne, en désaccord avec la politique de Gyula Gömbös. Il est nommé Premier ministre le 9 mars 1942.

19 Selon le témoignage de Filippo Anfuso, ambassadeur italien à Budapest depuis décembre 1941, Ciano a défendu le projet d’union des royaumes d’Italie et de Hongrie avec conviction, mais Mussolini s’y est nettement opposé, y voyant une « conjuration antiallemande » préjudiciable à l’axe. Dans Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, op. cit., p. 230-231. Dans son rapport à Mussolini sur la conversation entre Kánya et lui, Ciano avance trois réserves : la position exacte du régent Horthy, la réaction de l’Allemagne, l’absence de princes italiens susceptibles de monter sur le trône de Hongrie depuis la mort du duc d’Aoste, le prince de Piémont étant avant tout l’héritier de la Couronne d’Italie. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. IX (21 luglio 1942 – 6 febbraio 1943), op. cit., doc. no 73, p. 88. Sur ce sujet, Horthy écrit dans ses Mémoires : « Je dois donc déclarer, en quelques mots, que je n’ai jamais été informé – au cas où elles auraient eu lieu – de pareilles négociations, que je n’ai jamais pris une pareille initiative, et que si on m’avait soumis de pareils projets, je leur aurais refusé mon approbation. » Dans Horthy Miklós, Mémoires de l’amiral Horthy, op. cit., p. 217.

20 La guerre est déjà gagnée. En allemand dans le texte.

21 Nous ne pouvons pas perdre cette guerre. En anglais dans le texte.

22 Il s’agit de Gregorio Sciltian.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540