Version classiqueVersion mobile

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1942

Juillet

Texte intégral

11er juillet. Je pars pour Livourne où je compte passer quelques jours de repos au bord de la mer.

2Les nouvelles africaines sont toujours excellentes.

32 juillet. Mussolini télégraphie en donnant comme instruction de faire une démarche vis-à-vis des allemands pour la future organisation de l’Égypte : Rommel commandant militaire, un Italien comme délégué civil pour qui il me demande un nom. Je suggère Mazzolini qui fut le dernier ministre d’Italie au Caire. Blasco D’Ajeta parle avec Mackensen. Si j’avais pu voir le Duce, je l’aurais dissuadé d’accomplir cette démarche qui met la charrue avant les bœufs.

  • 1 Les Britanniques ont édifié d’importantes lignes défensives devant el Alamein. Ne disposant que de (...)

43 juillet. Hitler fait répondre qu’il est d’accord pour Rommel mais qu’il réserve sa réponse en ce qui concerne le délégué italien à cause du problème de la représentation allemande. En tout cas, il ne considère pas « la question urgente ». Et il n’a pas tort, d’autant plus qu’une subite et imprévue réaction anglaise nous oblige à nous arrêter devant el Alamein1. Le commandement suprême à Rome est très optimiste et convaincu que l’arrêt n’est que temporaire.

54 juillet. Cavallero a été nommé maréchal, évidemment pour équilibrer les impressions produites par la promotion de Rommel. L’effet est totalement négatif : spécialement dans les milieux militaires, l’événement a été accueilli par un désaccord unanime.

  • 2 Après de très durs combats, les troupes allemandes se sont rendues maîtresses de la Crimée.

65 juillet. Rien de nouveau. Nous sommes encore arrêtés en Libye. Inversement, en Russie, l’offensive allemande progresse un peu mais très péniblement. La résistance a fortement augmenté ou la force de pénétration de l’armée allemande n’est plus ce qu’elle a été2.

76 juillet. Je reviens à Rome. Il y a dans l’air une vague préoccupation pour l’arrêt que les troupes ont effectué devant les positions d’el Alamein : on redoute qu’après l’essor initial, Rommel ne puisse poursuivre au-delà et, dans le désert, celui qui s’arrête est vraiment perdu. Il suffit de penser que chaque goutte d’eau doit arriver de Marsa Matrouh, sur presque 200 kilomètres de routes battues par l’aviation ennemie. On me rapporte que, dans les ministères militaires, une violente indignation règne contre la manière d’agir des allemands en Libye : ils ont accaparé tout le butin, ils ont mis des panneaux et des sentinelles partout et gare à ceux qui s’approchent. Le seul qui a réussi à y trouver son compte est naturellement Cavallero qui expédie sa part par avions en Italie. L’information est sûre : le colonel Casero, chef de cabinet du ministère de l’aéronautique, me l’a dit. Il n’y a pas à dire, Cavallero n’est pas un grand stratège mais, en ce qui concerne la récupération, il surpasse même les allemands.

  • 3 Né en 1878, Francesco Coppola est un intellectuel nationaliste, fondateur en 1910 de l’association (...)

87 juillet. Francesco Coppola3, qui a affronté à son âge avancé le long voyage vers l’Afrique orientale pour retrouver sa fille, est revenu désespérément seul. Sa fille a été retenue en Somalie et pourra être rapatriée lors du prochain convoi s’il a lieu. Coppola a fait un récit très serein du voyage : les Italiens, après l’occupation anglaise, ont eu dans leur grande majorité une attitude digne d’éloges. Ils ne se plaignent pas du traitement subi : les anglais ont été généralement corrects, tout comme les abyssins, surtout dans les grands centres. Il semble que le négus ait pris de sévères mesures pour protéger la vie et les biens des Italiens dans l’espoir, peut-être, d’un futur modus vivendi avec nous. Les anglais, avec qui Coppola a eu affaire lors des voyage aller et retour, se sont bien comportés : dans l’ensemble, ils sont peu enthousiasmés par la guerre et ont le moral assez bas.

9Cavallero – revenu d’une courte visite en Libye – est 100 % optimiste au sujet de la reprise des opérations. Il est sûr que la supériorité des forces de l’axe nous conduira tout de suite à Alexandrie et dans un bref laps de temps au Caire et sur le canal. En attendant, les allemands ont accepté le principe que le commissaire civil en Égypte soit italien, question sur laquelle, dans un premier temps, ils avaient formulé beaucoup de réserves.

108 juillet. Voici un long moment que je n’avais pas vu Sebastiani, l’ex-secrétaire du Duce. Il est très amer car sa demande d’audience n’a pas été acceptée par le Duce. Il attribue sa disgrâce à la sinistre influence de la maison Petacci. Sebastiani est un homme réservé et il a parlé pour la première fois de ce sujet : il estime que le Duce supporte difficilement la situation qui s’est créée (« La fille n’est pas mauvaise mais le reste de la famille est une vraie bande de profiteurs ! ») mais il est convaincu qu’il faut y mettre un terme. Il a dit une fois à Sebastiani : « Cette histoire finira bientôt. » Pavolini, au contraire, pense différemment : il raconte que Mussolini a porté un intérêt aux noces de la sœur Petacci qu’il n’a jamais porté à celles de ses propres enfants. Il a été jusqu’à téléphoner pour connaître les termes de l’article du Messaggero à ce sujet.

119-19 juillet. De nouveau à Livourne pour dix jours. Je n’ai pas de contact politique, si ce n’est une visite de l’amiral Riccardi qui m’expose un projet de barrage sur le canal de Sicile, et une autre de Buffarini qui fait des prévisions assez sombres sur la récolte de blé.

1220 juillet. Rome. Mussolini revient dans la soirée. Ce retour, ajouté aux nouvelles de Libye, a convaincu le public que beaucoup des espoirs d’une victoire en Égypte sont partis en fumée, au moins pour le moment. Nous verrons désormais si la position à el Alamein est satisfaisante ou pas : dans quelques milieux de l’état-major, on estime nécessaire d’envisager une retraite.

  • 4 Arthur Seyss-Inquart, après avoir été Reichstatthalter de l’Autriche, devient ministre sans portef (...)

13Tamaro envoie, depuis la Suisse, des nouvelles détaillées d’un entretien anglo-allemand qui aurait eu lieu à Lugano. Côté allemand, auraient été présents Seyss-Inquart4, Rintelen, etc., et côté anglais des personnages d’un calibre analogue. Tamaro a également envoyé des photographies mais, honnêtement, je n’ai reconnu personne. Qu’y a-t-il de vrai ? Difficile à dire mais tout ceci a un goût fort suspect de roman policier. Mais cela vaut la peine de garder les yeux ouverts. On ne sait jamais !

  • 5 Dans ses Carnets, Rommel ne fait pas allusion au séjour de Mussolini sur le front d’Égypte.

1421 juillet. Le Duce est de bonne humeur, surtout parce qu’il est persuadé que d’ici deux ou trois semaines, on pourra reprendre la marche en avant en Égypte et parvenir aux grands objectifs du delta et du canal. Il en est tellement persuadé qu’il a laissé ses bagages personnels comme gage d’un retour rapide (inversement, Bismarck – sur informations du général Rintelen – juge que notre offensive est renvoyée sine die car l’épuisement de nos troupes est plus qu’évident et les renforts parvenus aux anglais supérieurs aux prévisions). Naturellement, Mussolini a respiré l’atmosphère anti-Rommel des hauts officiers italiens et s’en est pris au maréchal allemand, d’autant plus que celui-ci n’a pas ressenti le besoin, durant trois semaines, de venir lui rendre une visite5. Même l’attitude des soldats allemands est insolente : les voitures allemandes ne cèdent le pas à personne, y compris à nos généraux, et dès que se présente l’occasion d’un peu de butin, ils prennent tout. Les arabes se comportent mal : « La politique de Balbo a totalement failli et l’unique bonne chose qu’il a accomplie est la ville de Balbia. » Il raconte avoir rencontré des groupes de prisonniers néo-zélandais avec « des faces patibulaires et si peu rassurantes qu’il a toujours eu le fusil à portée de main ». Il a peu parlé de la Russie mais il est convaincu que, pour l’heure, les opérations sont bien loin d’avoir un caractère décisif.

1522 juillet. Mussolini a écrit une lettre à Hitler : récit sur son séjour en Libye, sur sa halte à Athènes. En réalité, le but principal de la missive est de mettre les points sur les « i » à propos de la division Sabratha, car Rommel avait envoyé en Allemagne un télégramme de dénigrement « que Mussolini ne lui pardonnera jamais ». Le ton de la lettre ne plaît pas à mes fonctionnaires : trop d’expressions bureaucratiques (« J’ai l’honneur de vous transmettre », « Je me permets d’attirer votre attention ») qui donnent au document – selon eux – la saveur d’un rapport d’un inférieur à son supérieur. Mussolini est désormais plein d’amertume contre les allemands. Il blâme leur dépouillement systématique de la Grèce et, quand je les ai qualifiés de lansquenets, lui qui d’habitude n’aime pas cette expression, il s’y est associé sans difficulté et a ajouté : « Peut-être que beaucoup d’allemands déplorent de n’avoir pu envahir l’Italie pour tout prendre, mais ils auraient perdu la guerre. »

16Mackensen me fait une visite sous un prétexte quelconque. Il rend un hommage sans réserve à Cavallero « qui, outre sa compétence technique et un grand instinct politique, est un grand ami de l’Allemagne ». Ami ? Plutôt serviteur. Il ne pense pas que l’offensive puisse être reprise avant octobre et fait beaucoup de réserves à ce sujet. De Cesare a également dit la même chose. Et c’est ce qui me préoccupe le plus car De Cesare porte malheur. Durant son séjour en Libye, il a bien travaillé : quatre morts dans la suite du Duce par accidents d’avion.

  • 6 Mussolini s’est rendu sur le front gréco-albanais en mars 1941.
  • 7 Tibre en italien.
  • 8 Le général Bastico est promu maréchal le 12 août.
  • 9 Quinto Navarra est l’huissier du Duce depuis 1922.

1723 juillet. J’ai raconté au Duce les prévisions de l’ambassadeur d’Allemagne et lui, après deux jours où il affectait le calme, a jeté le masque et a parlé clair. Il est furieux contre les militaires qui « pour la seconde fois l’ont exposé à faire piètre figure en allant au front en des moments peu favorables » (il fait allusion à son voyage en Albanie6). Cette fois, il avait donné des ordres à Cavallero de télégraphier en clair le mot Tevere7 au moment où la marche de nos troupes jusqu’au canal lui serait apparue sûre. Celui-ci est parvenu le vendredi 27 juin. Le Duce a dû retarder de deux jours le départ à cause d’une tempête qui empêchait le vol. C’est seulement quand il a été sur place que les choses ont commencé à mal tourner et que « la stratégie de Rommel a connu des hauts et des bas ». La nomination de Cavallero comme maréchal ne pouvait pas être évitée car il se trouvait « entre Rommel et Kesselring comme le Christ entre les deux larrons ». Du reste, même Bastico sera nommé maréchal8 et, après lui, d’autres généraux « et je n’exclus pas non plus Navarra, mon huissier9 ». Les prévisions sont maintenant très réservées : il faut éviter, selon Mussolini, toute retraite, car on ne sait pas où elle finirait.

  • 10 Voir le premier volume du Journal à la date du 10 juin 1940.

1824 juillet. Le ton des discours du Duce est toujours plus antiallemand. Aujourd’hui, deux sujets sont à l’ordre du jour : une déclaration du général Marras sur la piètre considération accordée à notre apport militaire de la part de l’état-major allemand et l’incompréhension de nos besoins et aspirations industriels. « Le peuple, a dit Mussolini, se demande désormais lequel des deux patrons, entre l’anglais et l’allemand, est à préférer. » Je lui ai rappelé ce qu’avait dit François-Poncet en sortant de mon bureau, le jour de la déclaration de guerre : « Ne creusez pas de fossés trop profonds, n’oubliez pas que les Allemands sont des maîtres durs10. » J’étais d’accord dès ce moment.

  • 11 Déclenchée le 28 juin, l’offensive allemande en direction de la Volga et du Caucase permet la pris (...)

19Les allemands ont occupé Rostov11. D’après plusieurs sources, l’ouverture d’un second front en France par les anglo-américains est sûre. À Berlin, d’après ce que télégraphie Alfieri, la nouvelle ne cause pas beaucoup de soucis mais ennuie.

2025 juillet. Aucune nouveauté. Le Duce part pour Riccione.

  • 12 Il s’agit d’Amin al-Husseini, Grand Mufti de Jérusalem depuis 1921. Animateur de la grande révolte (...)
  • 13 Fritz Grobba est ministre d’Allemagne à Bagdad en 1936, poste qu’il cumule avec celui de Riyad en  (...)

2126 juillet. Le Mufti12 prononce un dur réquisitoire contre Gillani. Comme cela était à prévoir, les deux se sont querellés et c’est le ministre Grobba13, chef du bureau arabe de l’Auswärtiges Amt, qui a attisé le feu. L’incident aura une importance particulière si les opérations reprennent favorablement en Égypte.

2227-28-29-30 juillet. À Livourne.

2331 juillet. Retour à Rome. Aucune nouvelle intéressante.

Notes

1 Les Britanniques ont édifié d’importantes lignes défensives devant el Alamein. Ne disposant que de 6 400 soldats et 41 chars devant cette position début juillet, Rommel est contraint de suspendre l’offensive.

2 Après de très durs combats, les troupes allemandes se sont rendues maîtresses de la Crimée.

3 Né en 1878, Francesco Coppola est un intellectuel nationaliste, fondateur en 1910 de l’association nationaliste italienne. Rallié au fascisme, il représente l’Italie à la SDN en 1923-1925, avant de devenir professeur de droit aux universités de Pérouse puis de Rome. Il est membre de l’académie d’Italie depuis 1929.

4 Arthur Seyss-Inquart, après avoir été Reichstatthalter de l’Autriche, devient ministre sans portefeuille du gouvernement allemand le 30 avril 1939, puis adjoint de Hans Frank au gouvernement général de Pologne en octobre, et enfin commissaire du Reich pour les Pays-Bas le 29 mai 1940.

5 Dans ses Carnets, Rommel ne fait pas allusion au séjour de Mussolini sur le front d’Égypte.

6 Mussolini s’est rendu sur le front gréco-albanais en mars 1941.

7 Tibre en italien.

8 Le général Bastico est promu maréchal le 12 août.

9 Quinto Navarra est l’huissier du Duce depuis 1922.

10 Voir le premier volume du Journal à la date du 10 juin 1940.

11 Déclenchée le 28 juin, l’offensive allemande en direction de la Volga et du Caucase permet la prise de Voronej, puis de Rostov, important port sur le Don, par les troupes du général Kleist.

12 Il s’agit d’Amin al-Husseini, Grand Mufti de Jérusalem depuis 1921. Animateur de la grande révolte arabe de Palestine en 1936, il doit se réfugier au Liban en 1937, puis en Irak en 1939. Après l’échec de la révolte antibritannique en Irak, il part pour l’Italie où il est reçu par Mussolini le 27 octobre 1941, puis pour l’Allemagne où il rencontre Hitler le 28 novembre.

13 Fritz Grobba est ministre d’Allemagne à Bagdad en 1936, poste qu’il cumule avec celui de Riyad en 1939. Par la suite, il est jusqu’en 1943 le chef du bureau arabe du ministère allemand des affaires étrangères.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search