Version classiqueVersion mobile

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1942

Juin

Texte intégral

  • 1 Une restauration de la monarchie en Espagne porterait sur le trône don Juan de Bourbon. Ayant quit (...)

11er juin. Le roi m’a fait beaucoup d’éloges concernant mon discours dont je lui avais fait transmettre le texte intégral par l’intermédiaire d’Acquarone. Il s’en prend comme à son habitude aux allemands qu’il juge capables de toutes les ruses et trahisons. Il s’intéresse à la France et à la restauration en Espagne dont il est bien évidemment un chaud partisan, même s’il est réservé sur la personne du futur roi1. Il dit du bien de la future reine, « qui a un gros nez mais également beaucoup de bon sens et un jugement droit ».

2Pour les prévisions, il a mis de l’eau dans son vin : auparavant, il croyait à l’écroulement britannique. Maintenant, il n’en parle plus et estime que « l’on devrait aboutir à une paix de compromis car personne ne vaincra et les peuples, aux désagréments de la guerre, ajouteront les inévitables et nombreuses désillusions ».

3Mussolini réitère les éloges au sujet de mon discours et parle de l’offensive en Libye de manière mesurée. Selon lui, le grand choc n’a pas encore eu lieu par manque de ravitaillement pour les forces blindées. Inversement, à l’ambassade d’Allemagne, on n’est pas satisfait de l’évolution des choses. Il semble que, désormais, même Tobrouk apparaisse comme un objectif impossible à atteindre alors que Cavallero parle du Caire ! Il est vrai que, selon son habitude, il s’est mis prudemment au lit avec une grippe bienvenue le jour du début de l’attaque.

  • 2 Au début du mois de juin, des combats indécis ont eu lieu entre Britanniques et Italo-allemands. L (...)
  • 3 Mussolini s’est rendu sur le front albanais du 1er au 20 mars 1941 afin de suivre une offensive de (...)

42 juin. L’offensive en Libye n’a pas encore pris une direction bien définie : dans l’ensemble, le Duce est optimiste, le quartier général le serait un peu moins2. Mussolini pensait également se rendre sur place, mais « il ne voudrait pas que se répète ce qui s’était passé en Albanie où on l’avait fait assister à une bataille malheureuse3 ».

5Riccardi me fait un long réquisitoire contre la famille Petacci et l’affairisme du docteur Marcello. Il semble qu’il se soit heurté ouvertement avec lui et qu’il y ait eu un vif échange téléphonique. Il m’a montré un document intéressant : dans un rapport à ses supérieurs, un maréchal des carabiniers écrit qu’« un monsieur dont je ne me souviens pas le nom est un voyou mais comme il est l’amant d’une certaine Petacci, sœur de la maîtresse du Duce, on ne peut pas y toucher ». Incroyable mais vrai, vu de mes yeux.

6Gambara écrit qu’il a été mis à disposition : le triomphe de Cavallero. Il ne demande ni grâce, ni pitié, mais parle avec l’accent d’un homme sincère. Était-ce vraiment le moment de briser l’homme qui a apporté la plus grande gloire à nos drapeaux en Espagne ?

  • 4 Si ce sont des roses, elles fleuriront. (Se sono rose, fioriranno.) Proverbe signifiant que si une (...)

73 juin. Toujours plus d’optimisme au palais de Venise sur le déroulement des opérations en Libye. Le Duce parle maintenant de l’éminente chute de Tobrouk et de la possibilité de pousser l’action jusqu’à Marsa Matrouh. Si ce sont des roses4

  • 5 L’ambassadeur Guariglia écrit dans ses Mémoires : « en février 1942, alors que j’entrais en activi (...)

8Il était en revanche fort hostile au Vatican à la suite de la publication d’un article dans l’Osservatore Romano, signé Falchetto. On y parlait de philosophie grecque mais le but réel était évident. Guariglia fera une démarche auprès de la secrétairerie d’État. « Je hais les prêtres en soutane, a dit Mussolini, mais je hais encore plus les prêtres sans soutane, ils me dégoutent, ces vils guelfes, race à détruire5. »

9Je déjeune avec Bottai. Il dit plus ou moins les mêmes choses mais ajoute que personnellement, il trouve que le Duce « a beaucoup baissé sur le plan spirituel et intellectuel » ces derniers mois. Je ne sais pas sur quoi il fait reposer ses impressions.

  • 6 Le 31 mai, 1 047 avions britanniques bombardent Cologne, détruisant le centre-ville. Si le nombre (...)
  • 7 Le 1er juin, 1 036 avions de la Royal air Force attaquent Essen, siège des industries d’armement K (...)

10Les allemands ont empêché Alfieri de se rendre à Cologne et l’ont arrêté en gare de Düsseldorf. Évidemment, le massacre a été tel qu’ils n’ont pas aimé le montrer à notre ambassadeur6. Essen a été également touchée, la nuit dernière, de manière tout aussi violente semble-t-il7.

  • 8 Les troupes de l’axe se heurtent à une forte résistance de la garnison française de Bir Hakeim.

11Selon le jugement du colonel Casero, la bataille de Libye est entrée dans une phase décroissante et s’est transformée en un combat d’usure8.

  • 9 Dans son Journal, à la date du 2 juin, Cavallero note qu’il faut éviter la bataille d’usure dans l (...)

124 juin. Même Cavallero estime que les résultats de la bataille de Libye sont « notables », ce qui, quand on connaît le langage mystérieux de ce général saltimbanque, signifie que les choses se sont mal passées. Il résume ainsi la situation : l’attaque a été une bonne initiative car les anglais s’apprêtaient à la faire (mais qui le dit ?) : nous avons usé les moyens de l’ennemi et nous avons eu un succès tactique. À une question, il répond : « Je ne crois pas que l’on puisse rejoindre tobrouk et d’autres objectifs plus lointains, mais ceci ne brise pas nos espoirs de les atteindre. » (sic !) Il est tôt pour juger mais nous saurons bientôt si notre offensive a été un bien ou un mal9.

  • 10 À l’été 1942, le corps expéditionnaire italien en Russie, devenu la 8e armée italienne, voit ses e (...)

13Je vois Messe, de retour de Russie. Son sang ne fait qu’un tour lorsqu’on lui parle de Cavallero qu’il a remplacé par ce vieux et stupide Gariboldi au commandement du corps expéditionnaire, après les preuves qu’il a données lui-même de ses capacités10. Comme tous ceux qui ont eu affaire avec les allemands, il les déteste et dit que le seul moyen de traiter avec eux sont les coups de poing dans l’estomac. Il juge l’armée russe encore forte et bien armée, ce qui rend absolument utopique de croire en un écroulement total des Soviets. Les allemands remporteront de nouveaux succès, peut-être même importants, mais ils ne résoudront rien et l’hiver les trouvera encore en campagne et avec une crise de ravitaillement accentuée. Messe ne conclut pas mais ne cache pas qu’il se pose de très sérieuses questions.

145 juin. Grandi me raconte qu’au cours du Conseil des ministres de demain, à propos de l’augmentation de l’impôt complémentaire, une prestation de serment sera introduite comme moyen d’authentification de la déclaration fiscale, avec toutes les conséquences que cela comporte. Ainsi, pour la première fois dans notre système fiscal, on introduit des sanctions pénales contre les fraudeurs du fisc. C’est un système qui peut convenir à des pays fiscalement plus évolués. Mais c’est impossible chez nous car tout le monde va jurer faussement, l’on fermera les yeux, nous deviendrons ridicules et si nous voulons appliquer la loi, il faudra agrandir les prisons et dédier des moyens financiers pour l’entretien des prisonniers. Ainsi, Revel, après avoir tout pris aux Italiens, veut également leur prendre l’honneur...

  • 11 Louis-Philippe, duc d’Orléans, surnommé Philippe Égalité au moment de la Révolution, vote la mort (...)

156 juin. Conseil des ministres. Mussolini parle violemment contre les commerçants dont près de 132 000 ont déjà été dénoncés. Il les accuse de constituer une seconde armée qui agresse l’État par-derrière au moment où celui-ci est engagé dans une guerre dure, d’où les nouvelles aggravations des peines déjà fixées. Inversement, la prestation de serment fiscal, inventée par Revel, est morte à sa naissance : le projet a été retiré. Naturellement, il reviendra sur le devant de la scène car le Comte Rouge – c’est ainsi qu’est appelé ce Philippe Égalité11 en miniature qu’est notre ministre des Finances – ne perd pas une occasion d’imposer sa politique démagogique.

16Cavallero juge la situation « logique » en Libye : c’est un adjectif qu’il utilise peu maintenant, mais qu’il utilisait beaucoup à l’époque de l’Albanie, quand il était rossé. En attendant, il est toujours couché au lit avec cette étrange maladie toujours plus suspecte.

  • 12 Ciano semble ignorer le grand engagement aéronaval qui a opposé les flottes américaine et japonais (...)

177 juin. Rien de nouveau12.

188 juin. Rien de nouveau.

  • 13 Services d’information militaire.

199 juin. Notre SIM13 a découvert un centre d’espionnage à l’ambassade allemande. On a déjà arrêté le docteur Sauer, attaché culturel, qui a avoué. Il a seulement assuré qu’il n’agissait pas pour de l’argent mais par haine du nazisme et du fascisme. Il passait des informations d’ordre militaire à l’attaché militaire suisse. Il semble qu’un colonel allemand, lieutenant de Rintelen, soit également mis en cause. Le Duce a commenté amèrement l’affaire et craint que cela puisse nuire à la position de l’ambassadeur von Mackensen. Bismarck, qui a parlé de l’affaire avec D’Ajeta, n’a pas attribué beaucoup d’importance à l’événement : il dit que Sauer est un pédéraste et que son vice l’a entraîné à tomber dans un délit aussi grave.

20Depuis quelques jours, les journaux, sur ordre de Mussolini, se donnent de la peine pour démontrer que durant la dernière guerre mondiale, les conditions alimentaires du pays étaient plus mauvaises qu’aujourd’hui. C’est une propagande contre-productive : nous étions tous vivants et les mémoires sont trop fraîches pour accepter ces affirmations. En effet, Pavolini m’a dit que le Duce se lamentait car les journalistes ne savent pas faire efficacement cette campagne : la réalité est que tous ceux à qui Pavolini s’adressait ont refusé d’écrire ce qu’on leur demandait.

  • 14 Avenue située entre la place de Venise et la place du Peuple à Rome.

2110 juin. Cérémonie à l’autel de la Patrie pour les héros de la marine. Comme d’habitude, les marins et les cadets de Livourne se sont présentés de manière superbe. Mais peu d’enthousiasme du public. Le défilé sur le Corso14 s’est déroulé sans un applaudissement.

  • 15 Temistocle testa est préfet de Fiume.

22La situation en Dalmatie est tendue, très tendue. Les rebelles, après avoir battu une de nos brigades à Knin, avancent vers Zara. Bastianini, qui est accouru à Rome, affirme qu’il n’existe pas le minimum de forces pour s’opposer aux rebelles, si bien que l’on peut redouter leur occupation de la Dalmatie. Il y a également beaucoup de fermentation dans la région de Fiume. J’ai parlé avec testa15, qui est un homme énergique et sait prendre ses responsabilités. Maintenant, Mussolini est furieux contre lui car, sans la moindre forme de procès, il a fait pendre cinq rebelles, pris sur le fait et qui avaient encore aux pieds les chaussures prises à nos soldats tués. Pendaison mise à part, qui effectivement n’est pas dans nos traditions et rappelle le vieil esprit autrichien, il réussit à maintenir un peu d’ordre et les rebelles tremblent en entendant prononcer son nom.

  • 16 Ambassadeur à Rome depuis septembre 1938.

23L’argentine proteste vivement contre la destruction du Victoria par des sous-marins de l’axe. L’ambassadeur Malbran16, qui est un italophile et qui a toujours été optimiste, commence désormais à voir s’assombrir les relations entre les deux pays.

  • 17 L’assaut de Bir Hakeim débute le 26 mai. Le 10 juin, après de très durs combats, les troupes de la (...)
  • 18 Les forces de la France libre à Bir Hakeim sont composées, entre autres, d’étrangers engagés dans (...)

2411 juin. Bir Hakeim a été prise17. La garnison a fortement résisté surtout parce qu’il y a beaucoup de Français, d’Italiens, d’allemands et de Juifs convaincus qu’ils ne pouvaient compter sur aucune pitié18. Nous verrons maintenant si l’action pourra être poursuivie ou si elle s’arrêtera sur ce succès local.

25Ce matin, le Duce estimait qu’il sera difficile d’occuper Tobrouk : l’action accomplie jusqu’ici a provoqué une forte usure.

26J’ai parlé de Gambara à Mussolini. Il paraît que Cavallero veut faire une enquête sur la période espagnole, ce qui est une honte car Gambara a été, en Espagne, le seul général qui ait apporté de la gloire à nos drapeaux. Le Duce était d’accord et fera cesser ce scandale. Cavallero est, chaque jour, un peu plus nuisible pour l’armée et le pays.

27Pareschi est optimiste sur la question alimentaire, quoique la chaleur de ces derniers jours ait fortement diminué la récolte de blé. Il est cependant convaincu que l’hiver prochain sera moins difficile que le précédent.

  • 19 Le 26 mai est signé un traité américano-anglo-soviétique pour 20 ans et par lequel les États-Unis (...)

28Bismarck téléphone à Blasco la conclusion d’une alliance de vingt ans entre l’Amérique, l’Angleterre et la Russie, ainsi qu’un engagement américain pour l’ouverture d’un second front contre l’Allemagne. C’est l’injection pour faire tenir la Russie debout. Il convient d’attendre d’autres informations avant de formuler un jugement à ce sujet19.

  • 20 Le comte Giuseppe Della Torre est directeur de l’Osservatore Romano depuis 1920.

2912 juin. Mussolini est toujours plus irrité contre l’Osservatore Romano à cause de certains articles signés Falchetto dans lesquels il lit un subtil filet de venin contre le Régime, ce qui est effectivement le cas. Il avait décidé de faire arrêter son directeur, le comte Della Torre20. J’ai beaucoup insisté pour qu’un tel geste, destiné à créer une crise importante, ne soit pas accompli, d’autant plus qu’une telle crise est inutile en ce moment. Il n’en est pas persuadé mais j’espère qu’il renoncera à sa décision.

  • 21 Francesco Lequio est ambassadeur à Madrid depuis septembre 1940.

30Les rapports de Lequio21 mettent le voyage de Serrano de plus en plus en relation avec la question monarchique. Serrano a obtenu un visa pour la Suisse où se trouve le Roi. Mussolini est très hostile à la restauration et il a longuement parlé en ce sens ce matin. Mais il n’y a rien à faire : la monarchie ne résoudra rien mais tous les espagnols la souhaitent. Si un tel événement doit se produire, autant qu’il s’accomplisse avec nous, plutôt que sans nous ou contre nous. Depuis Livourne, j’amènerai Serrano chez le Roi pour un déjeuner à San Rossore.

31J’ai vu Serena, de retour de Croatie. Il parle en termes affligés du moral de l’armée. Cependant, il dit avoir une recette pour l’améliorer de beaucoup : chasser Cavallero, toujours plus méprisé et haï. Même le général Guzzoni m’a dit la même chose, mais il est trop partie prenante pour le juger objectif.

32J’ai su par Bigliardi que l’Usodimare a été coulé par erreur par un de nos sous-marins.

3313 juin. En voyage à Livourne. Mauvais temps.

3414 juin. Rien de nouveau.

3515 juin. Arrivée de Serrano. La ville l’accueille de grand cœur et avec un formidable vent du sud-ouest.

  • 22 Député conservateur en 1910, ancien secrétaire d’État à l’Inde en 1931, au Foreign office en 1935, (...)

3616 juin. Déjeuner avec Sa Majesté. La conversation est conventionnelle mais le Roi dit une phrase pleine de finesse qu’il convient de noter. Serrano raconte que l’Angleterre, par l’intermédiaire de Samuel Hoare22, dépense en Espagne 10 millions de pesetas par mois pour sa propagande. Le Roi commente : « C’est beaucoup d’argent mais l’expérience enseigne que de ces fonds réservés, beaucoup restent en route dans les poches des propagandistes et seules des miettes parviennent aux destinataires. C’est une chance car Dieu sait combien de révolutions il y aurait. »

3717 juin. Rien de nouveau.

3818 juin. Rien de nouveau.

  • 23 Après avoir évoqué l’hypothèse d’une restauration de la monarchie en Espagne, Serrano Súñer réaffi (...)

3919 juin. Retour à Rome. J’ai rédigé un compte rendu des entretiens avec Serrano23. Le Duce est encore à Riccione.

  • 24 Le 13 juin, les forces de l’axe réussissent à enfoncer les défenses britanniques à El-Adem et parv (...)

4020 juin. Je pensais trouver le Duce très optimiste à la suite des succès libyens et navals24. Il est au contraire mesuré dans ses jugements et dans ses prévisions et ne s’abandonne pas à un optimisme facile. Il se prépare à aller en Afrique si Tobrouk tombe.

41Le général Carboni est venu à Rome pour la préparation de l’entreprise de Malte qui devrait se réaliser lors de la prochaine lune. Il est convaincu, techniquement convaincu, que nous allons vers un désastre sans nom. La préparation est faite avec des idées infantiles et les moyens sont insuffisants et inadaptés. Les troupes de débarquement n’arriveront jamais à débarquer ou celles qui débarqueront seront vouées à une totale destruction. Tous les commandants en sont convaincus, mais aucun n’ose le dire de peur des représailles de Cavallero. Mais je suis toujours d’avis que l’entreprise ne se fera pas.

42Le Duce reçoit Serrano qui répète plus ou moins ce qu’il a dit à Livourne. Mussolini s’est exprimé de manière très hostile contre les monarchies qui sont les ennemies naturelles des révolutions totalitaires par leur passivité. Il pense qu’en Espagne, le Roi étoufferait immédiatement le phalangisme. Il cite quelques précédents italiens qui vont dans son sens. À propos de la guerre, il fait des prévisions d’une absolue certitude pour le succès de l’axe mais prévoit une guerre de très longue durée : il parle de quatre ou cinq ans. Il verra encore Serrano avant son départ. Le Duce, lors de l’entretien d’aujourd’hui, a été particulièrement incisif et vif.

  • 25 Tobrouk, qui a résisté jusque-là à toute tentative d’assaut, tombe après quelques heures de combat (...)

4321 juin. Tobrouk est tombé et les anglais ont laissé 25 000 prisonniers entre nos mains25. L’événement se présente comme un grand succès, susceptible de beaucoup de développements. D’autre part, j’ai appris lors d’un entretien avec Bigliardi que les résultats de la bataille aéronavale ont été bien plus modestes que ce qui avait été annoncé. Les navires marchands ont été, en réalité, touchés et beaucoup ont été coulés, mais les pertes militaires britanniques se réduisent à un croiseur – ce qui n’est pas certain – et à un contre-torpilleur, ce qui est certain.

44Riccardi renouvelle l’attaque contre le clan Petacci. Il dénonce également un trafic clandestin d’or auquel il ne serait pas étranger, au moins comme prête-nom, tout comme Buffarini. Riccardi, qui a un très mauvais caractère et qui est têtu, est capable de provoquer un scandale. Nous verrons comment iront les choses.

45Amè est pessimiste sur la situation interne anglo-américaine, mais il l’est encore plus en ce qui concerne la situation allemande. Il répète lui aussi la formule sur l’importance décisive des quatre prochains mois. Je pense que les trois prochains suffiront pour voir clair en ce qui concerne l’avenir.

  • 26 Le Duce se fend d’un communiqué à la suite de la victoire de Tobrouk : « La Grande-Bretagne a fina (...)

4622 juin. Le Duce est d’excellente humeur et s’apprête à aller en Afrique. En vérité, c’est lui qui est le responsable de l’attaque décisive, y compris contre l’avis de l’état-major. Désormais, il craint qu’on ne le sache pas et que l’on n’ose pas pousser à fond le succès26. Il a seulement confiance en Rommel : un télégramme modérateur est déjà parti de Rome disant qu’il ne convient pas d’aller au-delà de la ligne Fort Capuzzo – Sollum.

47Inversement, il y a des hésitations à propos de l’entreprise de Malte. Mussolini a écrit à Hitler que si nous n’avions pas une disponibilité de 40 000 tonnes de pétrole, il faudrait renvoyer l’entreprise sine die.

  • 27 Il Messaggero est un journal de Rome fondé en 1878.

48Ce matin, la sœur de la Petacci s’est mariée et l’événement fait parler dans toute la ville. On évoque des dons riches et fantastiques, des forêts de fleurs et des banquets dignes de Lucullus. Il y a probablement beaucoup de fantaisies, mais on en parle et c’est cela qui compte. Le Duce a dit à Pavolini : « tandis que nous parlons, un mariage a lieu à Sainte-Marie-des-anges. C’est une bonne chose d’un point de vue économique mais dommageable d’un point de vue artistique car la jeune femme a désormais un avenir cinémato-graphique. Aussi, j’espère que les journalistes auront le bon goût de ne pas en parler. Seul Il Messaggero27 – où travaille le père – pourra en donner des nouvelles en chronique. » Le fait que Mussolini ait abordé la question avec un ministre est intéressant.

  • 28 Antonio de oliveira Salazar est Premier ministre portugais depuis 1932. Il a promulgué un État aut (...)
  • 29 L’auteur du Mythe du xxe siècle est très antichrétien et pense qu’il faut attaquer frontalement le (...)

4923 juin. Second entretien Serrano-Duce. Rien de très important, si ce n’est l’affirmation de Serrano que si le Portugal est attaqué par les anglo-Saxons, l’Espagne n’hésiterait pas à entrer en campagne. Il existe déjà des accords en ce sens entre Franco et Salazar28. De la part du Duce, la déclaration notable qu’il est « comme tous les Italiens, catholique, apostolique et romain et qu’il ne pense pas que les théories de Rosenberg soient destinées à avoir du succès après la guerre29 ».

50Selon quelques télégrammes interceptés de l’observateur américain au Caire, Fellers, il semble que les anglais soient à terre et que si Rommel veut continuer l’action, il est très possible d’arriver dans la zone du canal. Naturellement, Mussolini pousse à la poursuite de l’attaque.

51La promotion de Rommel comme maréchal pose quelques problèmes d’organisation, et, pour faire bref, pose la question du maréchalat de Bastico et Cavallero. J’ai dit ma pensée au Duce : « La promotion de Bastico ferait rire, celle de Cavallero indignerait. »

52On a mis à jour une grosse affaire de trafic clandestin d’or avec l’Espagne par l’intermédiaire du courrier diplomatique. J’en ai confisqué 18 kilogrammes et les ai transmis à la police. La dénonciation est venue de Riccardi : les personnes mises en cause sont toutes de la bande Petacci, plus Buffarini. Sans commentaire.

5324 juin. La question de l’or des Petacci se fait plus aigüe. Riccardi en a parlé au Duce auprès de qui Buffarini avait pris les devants. Selon Riccardi, Mussolini est très indigné de ce qui s’est passé et a donné des ordres d’agir contre les coupables selon les termes de la loi, sans égard et sans pitié ; selon Buffarini, au contraire, il s’en est pris à Riccardi pour avoir provoqué un scandale d’une question qui méritait un traitement discret et différent. Pour compliquer la situation, s’est ajouté le tristement célèbre docteur Petacci qui est sorti de l’ombre pour envoyer à Buffarini, à Riccardi et au Duce une violente lettre dans laquelle il réclamait pour lui-même « le mérite national et fasciste de l’opération », et il couvre d’injures ceux qui l’en ont empêché. Cette affaire ne peut que mal finir : il serait intéressant de voir qui va en sortir les os rompus.

  • 30 À cette date, les forces de l’axe ont dépassé Sidi Barrani et s’approchent de Marsa Matrouh.

54En Libye, l’action de Rommel se poursuit à vive allure. Désormais, les plus heureux présages peuvent être faits30.

5525 juin. Mussolini rentre à Rome après avoir fait une inspection de camps d’aviation où il a distribué des médailles de guerre.

56La victoire donne des ailes à nos forces en Libye qui se préparent à investir Marsa Matrouh.

57Serrano, après un séjour de onze jours, est parti. Les voyages trop longs ne sont jamais utiles car ils créent de l’ennui, peut-être réciproque, sûrement unilatéral.

  • 31 Rommel est promu maréchal à la suite de la prise de Tobrouk.
  • 32 À cette date, allemands et Soviétiques se battent férocement dans Sébastopol qui tombe le 4 juille (...)

5826 juin. Mussolini est content du déroulement des opérations en Libye mais il est très amer du fait que la bataille prend le nom de Rommel et qu’elle apparaît plus comme une victoire allemande qu’italienne. Même la nomination de Rommel comme maréchal31, « qu’Hitler a évidemment faite pour accentuer le caractère allemand de la lutte », est pour le Duce une cause de beaucoup d’amertume. Naturellement, il s’en prend à Graziani qui « était toujours terré 60 marches sous terre, dans une tombe romaine de Cyrène, alors que Rommel sait entraîner ses troupes en donnant l’exemple du chef qui vit dans son char d’assaut ». Pour le moment, Mussolini ne fait pas de prévisions mais espère que dans 15 jours on pourra « faire étape à Alexandrie ». Il voit la situation plus obscure en Russie, « où les bolcheviques exécutent les ordres tactiques de Lénine qui enseignait aux prolétaires à se battre maison par maison contre les armées de la bourgeoisie, afin de les obliger, par un tel système, à abandonner l’artillerie et l’aviation pour se servir de fusils et de grenades32 ».

59Les bureaux ont préparé la déclaration d’indépendance pour l’Égypte, le changement de gouvernement, etc. nous en parlerons après la prise de Marsa Matrouh.

60Je vais à Livourne pour l’anniversaire de la mort de Papa.

6127 juin. À Livourne pour les cérémonies à la mémoire de mon père. Son souvenir est toujours plus vif et sacré dans mon cœur.

  • 33 La prise de la position de Marsa Matrouh livre 5 000 prisonniers aux forces de l’axe.

6228 juin. À Livourne. Mer et pêche. Les opérations en Libye continuent avec une grande rapidité. Marsa Matrouh est tombée : la route du delta est désormais ouverte33.

  • 34 Le Duce amène dans ses bagages un cheval blanc arabe en prévision de son entrée victorieuse à Alex (...)

6329 juin. Mussolini est parti pour la Libye34. Je vois Riccardi qui me fait un long rapport de l’entretien avec le Duce sur la question de l’or des Petacci. Il semble que le Chef se soit beaucoup indigné et ait ordonné au docteur Petacci de s’abstenir de tout trafic à l’avenir. Nous verrons. Mais je ne sais pas si Riccardi ne s’est pas trop exposé. Il a dit une phrase qui m’a impressionné : « alors que je parlais au Duce, j’avais devant moi un homme humilié. Nous n’étions plus sur le même niveau : j’étais deux marches au-dessus. » Il est très dangereux avec Mussolini de se croire deux marches au-dessus de lui.

6430 juin. Grand effort pour empêcher Riccardi, pour des raisons économiques, de créer une vraie crise politique avec la Suisse que j’entends éviter absolument en ce moment. J’y suis parvenu mais cela a été une discussion pesante et ennuyeuse.

  • 35 Le général Auchinleck, commandant des forces alliées au Moyen-Orient depuis juillet 1941, prend im (...)

65En Libye, l’avance se poursuit et les nouvelles que nous avons donnent l’impression que les anglais traversent une crise profonde35.

Notes

1 Une restauration de la monarchie en Espagne porterait sur le trône don Juan de Bourbon. Ayant quitté Rome où vit en exil la famille royale espagnole, don Juan s’est installé à Lausanne en mars 1942.

2 Au début du mois de juin, des combats indécis ont eu lieu entre Britanniques et Italo-allemands. Les forces de l’axe ont entamé le siège de Bir Hakeim que tiennent des troupes de la France libre.

3 Mussolini s’est rendu sur le front albanais du 1er au 20 mars 1941 afin de suivre une offensive des armées italiennes contre les Grecs.

4 Si ce sont des roses, elles fleuriront. (Se sono rose, fioriranno.) Proverbe signifiant que si une situation est favorable, elle se révèlera plus tard.

5 L’ambassadeur Guariglia écrit dans ses Mémoires : « en février 1942, alors que j’entrais en activité comme ambassadeur auprès du Saint-Siège, Mussolini avait déjà adopté une attitude plus que méfiante et presque hostile envers le Vatican, accusant ce dernier d’être devenu un nid de défaitisme et d’antifascisme. » Dans Guariglia Raffaele, La Diplomatie difficile. Mémoires. 1922-1946, Plon, Paris, 1955, p. 189-190.

6 Le 31 mai, 1 047 avions britanniques bombardent Cologne, détruisant le centre-ville. Si le nombre de victimes est relativement peu élevé (477 morts), les dégâts sont considérables et environ 45 000 habitants sont sans logement.

7 Le 1er juin, 1 036 avions de la Royal air Force attaquent Essen, siège des industries d’armement Krupp.

8 Les troupes de l’axe se heurtent à une forte résistance de la garnison française de Bir Hakeim.

9 Dans son Journal, à la date du 2 juin, Cavallero note qu’il faut éviter la bataille d’usure dans laquelle les Britanniques semblent vouloir entraîner les forces de l’axe. Dans Cavallero Ugo, Comando supremo, op. cit., p. 263.

10 À l’été 1942, le corps expéditionnaire italien en Russie, devenu la 8e armée italienne, voit ses effectifs portés à 229 000 hommes avec 961 pièces d’artillerie, mais seulement accompagnés de quelques dizaines de chars légers et 64 avions.

11 Louis-Philippe, duc d’Orléans, surnommé Philippe Égalité au moment de la Révolution, vote la mort de son cousin Louis XVI en 1793 en tant que conventionnel.

12 Ciano semble ignorer le grand engagement aéronaval qui a opposé les flottes américaine et japonaise du 5 au 7 juin à Midway. Cette bataille est cependant décisive. L’aéronavale japonaise perd quatre porte-avions, un croiseur lourd, 234 avions et 2 200 marins. La flotte américaine déplore la perte d’un porte-avions. La flotte japonaise ne domine plus le Pacifique.

13 Services d’information militaire.

14 Avenue située entre la place de Venise et la place du Peuple à Rome.

15 Temistocle testa est préfet de Fiume.

16 Ambassadeur à Rome depuis septembre 1938.

17 L’assaut de Bir Hakeim débute le 26 mai. Le 10 juin, après de très durs combats, les troupes de la France libre se replient, laissant près de 500 morts et autant de prisonniers.

18 Les forces de la France libre à Bir Hakeim sont composées, entre autres, d’étrangers engagés dans la Légion étrangère. Le 12 juin, la radio de Berlin annonce que les prisonniers français seront traités comme des francs-tireurs et exécutés. De Gaulle fait lire le communiqué suivant à la BBC : « Si l’armée allemande se déshonorait au point de tuer des soldats français faits prisonniers en combattant pour leur Patrie, le général de Gaulle fait connaître qu’à son profond regret, il se verrait obligé d’infliger le même sort aux prisonniers allemands tombés aux mains de ses troupes. » Dans Crémieux-Brilhac Jean-Louis, La France libre. De l’appel du 18 juin à la Libération, Gallimard, coll. « La Suite des temps », Paris, 1996, p. 365. Aucune exécution de prisonniers n’a finalement lieu.

19 Le 26 mai est signé un traité américano-anglo-soviétique pour 20 ans et par lequel les États-Unis promettent à l’Union soviétique le bénéfice de la loi prêt-bail. Roosevelt laisse même espérer l’ouverture d’un second front en Europe à la fin 1942.

20 Le comte Giuseppe Della Torre est directeur de l’Osservatore Romano depuis 1920.

21 Francesco Lequio est ambassadeur à Madrid depuis septembre 1940.

22 Député conservateur en 1910, ancien secrétaire d’État à l’Inde en 1931, au Foreign office en 1935, Premier lord de l’amirauté en 1936, secrétaire à l’Intérieur en 1937, Samuel Hoare devient ambassadeur en Espagne en mai 1940.

23 Après avoir évoqué l’hypothèse d’une restauration de la monarchie en Espagne, Serrano Súñer réaffirme la nécessaire neutralité de l’Espagne et sa situation intérieure délicate. Il confie à Ciano : « La guerre mondiale est une chance pour l’Espagne. Cet événement énorme tient les espagnols en suspens et les empêche de prendre des initiatives dans la politique nationale. S’il n’y avait pas la guerre, Franco aurait déjà eu d’importantes déconvenues. » Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VIII (12 dicembre 1941 – 20 luglio 1942), op. cit., doc. no 633, p. 691.

24 Le 13 juin, les forces de l’axe réussissent à enfoncer les défenses britanniques à El-Adem et parviennent à proximité de Tobrouk. D’autre part, à la mi-juin, deux convois britanniques partis de Gibraltar et d’Alexandrie à destination de Malte sont attaqués par les forces navales de l’axe et subissent de sérieux dommages : 15 navires marchands sur 17 sont coulés ainsi que trois destroyers et le croiseur Hermione.

25 Tobrouk, qui a résisté jusque-là à toute tentative d’assaut, tombe après quelques heures de combat. La capitulation de la place offre aux troupes de l’axe 33 000 prisonniers et 10 000 mètres cubes d’essence. Rommel publie l’ordre du jour suivant : « Soldats ! La grande bataille de Marmarique a eu pour couronnement votre rapide conquête de Tobrouk. Nous avons fait au total 45 000 prisonniers et détruit ou capturé plus de 1 000 véhicules et environ 400 pièces d’artillerie. […] Soldats de l’armée blindée d’Afrique, il s’agit maintenant d’anéantir l’adversaire. Nous ne nous arrêterons pas avant d’avoir écrasé les dernières unités de la 8e armée britannique. Au cours des prochains jours, je vous demanderai le grand effort final. » Dans Rommel Erwin, La Guerre sans haine, op. cit., p. 240-241.

26 Le Duce se fend d’un communiqué à la suite de la victoire de Tobrouk : « La Grande-Bretagne a finalement senti la morsure de la louve de Rome dans sa chair. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXXI, op. cit., p. 89.

27 Il Messaggero est un journal de Rome fondé en 1878.

28 Antonio de oliveira Salazar est Premier ministre portugais depuis 1932. Il a promulgué un État autoritaire et corporatiste depuis la constitution de 1933. Le 11 février 1942, il se rend à Séville afin de rencontrer le général Franco. Les deux hommes réaffirment leur neutralité dans le conflit. Serrano Súñer peut d’autant plus s’avancer à affirmer que l’Espagne s’engagerait si les anglo-Saxons attaquaient le Portugal que l’hypothèse est fort peu probable.

29 L’auteur du Mythe du xxe siècle est très antichrétien et pense qu’il faut attaquer frontalement le christianisme après la victoire.

30 À cette date, les forces de l’axe ont dépassé Sidi Barrani et s’approchent de Marsa Matrouh.

31 Rommel est promu maréchal à la suite de la prise de Tobrouk.

32 À cette date, allemands et Soviétiques se battent férocement dans Sébastopol qui tombe le 4 juillet.

33 La prise de la position de Marsa Matrouh livre 5 000 prisonniers aux forces de l’axe.

34 Le Duce amène dans ses bagages un cheval blanc arabe en prévision de son entrée victorieuse à Alexandrie.

35 Le général Auchinleck, commandant des forces alliées au Moyen-Orient depuis juillet 1941, prend immédiatement la direction de la 8e armée en remplacement du général Ritchie.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search