Version classiqueVersion mobile

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1942

Mai

Texte intégral

11er mai. On ne voit pas d’hommes valides dans les villes et bourgades allemandes ou bien des ouvriers étrangers, esclaves de la glèbe. Edda, qui a visité un camp de nos ouvriers, en a trouvé un blessé au bras par la serpe d’un surveillant un peu trop brutal. Elle l’a dit à Hitler qui est entré en furie et a ordonné une enquête et des arrestations. Ceci ne changera pas le cours des choses.

  • 1 Selon les statistiques de l’état-major de la Wehrmacht, les pertes allemandes s’élèvent au 20 mars (...)

2En Russie, les pertes sont élevées. Ribbentrop parle de 270 000 morts. Le général Marras monte à 700 000. Avec les mutilés, les blessés par gelures et les gravement malades qui ne seront pas récupérables jusqu’à la fin des hostilités, on arrive à presque 3 millions1.

  • 2 En février 1942, le général Harris, commandant du Bomber Command, décide d’entamer une stratégie d (...)

3L’aviation anglaise frappe fort. Rostock et Lübeck ont été littéralement rasées au sol. Cologne a été durement touchée. Les allemands réagissent et pilonnent – mais avec une violence moindre – les villes anglaises. Ceci ne console qu’en partie la population allemande qui avait pris la bonne habitude de toujours donner mais de ne jamais prendre. Cette situation amène beaucoup d’entre eux – qui ont dévasté la moitié de l’Europe – à pleurer sur la brutalité des anglais qui privent de foyers beaucoup d’innocentes familles prussiennes. Et le plus grave, c’est qu’ils sont de bonne foi2.

42 mai. Mussolini a été satisfait du voyage et de ses entretiens avec Hitler. C’est toujours le cas. Cependant – quoiqu’il ne le dise pas ouvertement –, il a été conduit à réfléchir longuement sur beaucoup de choses qui n’apparaissent pas encore clairement mais qui sont dans l’air. Il a ainsi résumé la situation : « La machine allemande est encore formidablement puissante mais elle a subi une forte usure. Maintenant, elle va accomplir un effort important. Il est nécessaire que l’objectif soit atteint. »

5Le voyage n’a pas soulevé d’intérêt particulier en Italie car la guerre continue. Un véritable intérêt aurait eu lieu s’il en était sorti un espoir de paix. Mais le discours d’Hitler l’avait déjà éteint, ce qui ne pouvait susciter qu’une impression plus mauvaise. Tout le monde attendait l’annonce de l’offensive contre les Russes. Inversement, il l’a annoncée contre le peuple allemand.

63 mai. Conseil des ministres hier. Le Duce a résumé les résultats du voyage par un bref discours. Grandi l’a trouvé « décourageant ».

7En accord avec Berlin, nous répondons à Tokyo que le moment de faire une déclaration au sujet de l’indépendance arabe et indienne n’est pas encore venu. Ce serait un geste platonique sans aucune conséquence pratique et peut-être aurait-il des conséquences négatives. Seulement si et quand les armées de l’axe seront arrivées en position de les imposer par les armes, un tel geste pourra être accompli.

8J’ai donné au Duce le procès-verbal de mes entretiens avec Ribbentrop. Je lui avais donné un ton un peu polémique et pensais que cela ne lui plairait pas. Au contraire, il l’a trouvé bon et l’a gardé car il veut le donner demain à Sa Majesté.

  • 3 Nino D’Aroma est journaliste au Regime Fascista et au Corriere della Sera.
  • 4 Tarvisio est une ville de la province d’Udine, située aux confins de l’Italie, de l’Autriche et de (...)
  • 5 Les études de l’opinion publique italienne montrent, au contraire de ce qu’affirme Ciano, que les (...)

9D’Aroma3 est venu me raconter avec un air tragique et mystérieux des lieux communs que tous répètent sur la situation du Régime et sur celle du Duce. Des bobards. Certes, la période que nous traversons n’est pas euphorique et ne peut pas l’être pour beaucoup de raisons. Mais le consensus substantiel du peuple concernant le Duce est unanime. Il suffit, pour s’en rendre compte, de rester à la fenêtre du train pendant le voyage de Tarvisio4 à Rome. Il n’y a pas une personne qui n’ait reconnu la silhouette du Duce, qui ne lui ait fait un signe d’exaltation festive. Exactement comme avant. Et alors ? Faut-il prendre au sérieux les quatre cancaniers professionnels5 ?

104 mai. Je réfère du voyage au Roi et lui dis que le Duce, personnellement, lui remettra le procès-verbal que j’ai rédigé. Je parle, comme à mon habitude, avec beaucoup de clarté et le Roi montre qu’il apprécie. Mais il avait aujourd’hui l’air plus fatigué que d’habitude. Il fait quelques remarques antiallemandes : « S’ils n’avaient pas besoin de nous, ils nous jetteraient comme de vieux chiffons. Je dis toujours au Duce qu’il ne faut pas se fier à ces brutes d’allemands et je me rends compte qu’il n’apprécie pas mes observations. » Mais il s’est exprimé dans l’ensemble de manière sereine à propos des développements du conflit et est convaincu que la situation en Angleterre est plus critique qu’on ne le croit.

11Je parle également au Roi de la question du drapeau albanais : il s’agit de le modifier, en enlevant les faisceaux et la couronne des Savoie pour les placer sur la hampe. Il en accepte le principe mais quelque peu forcé.

12Je reçois Bose, chef des nationalistes indiens. Il est déçu d’apprendre que la déclaration pour l’indépendance de l’Inde est renvoyée sine die. Il pense que cette décision fait le jeu du Japon qui agira pour son compte, sans tenir compte des intérêts de l’axe. Désormais, il pense que la domination britannique arrive à son terme : l’armée métropolitaine n’a que peu de forces et l’armée indienne n’a pas envie de se battre. Naturellement, il faut prendre avec prudence ces déclarations de Bose qui cherche à tirer l’eau de son moulin.

  • 6 Craignant que Vichy ne livre Madagascar aux Japonais, les Britanniques organisent l’opération Iron (...)

135 mai. Les anglais ont occupé Madagascar. C’était à prévoir, d’autant plus que Laval avait commencé à annoncer aux quatre vents qu’il souhaitait une occupation japonaise afin de prévenir une occupation anglo-saxonne. Mussolini va jusqu’à penser que Laval a agité cette menace afin de pousser les anglais à agir, s’étant ainsi constitué un alibi. Il a voulu que je rende compte de son soupçon à Berlin6.

14J’accompagne Bose chez le Duce. Long entretien mais sans élément nouveau, si ce n’est le fait que Mussolini s’est laissé persuadé par les arguments de Bose pour obtenir une déclaration des puissances du Pacte tripartite pour l’indépendance indienne. Il a téléphoné aux allemands – contrairement aux décisions de Salzbourg – de procéder sans retard à la déclaration d’indépendance. Je ne pense pas qu’Hitler y adhèrera si facilement.

  • 7 Monseigneur Filippo Bernardini est nonce en Suisse depuis novembre 1935.

15Entretien avec monseigneur Bernardini7, nonce à Berne. Il a beaucoup d’espoir en une paix de compromis à l’automne, après l’offensive en Russie. Je lui ai enlevé beaucoup de ses illusions : l’Allemagne est et sera extrêmement intransigeante pendant longtemps. Je ne vois pas encore – et pour un long moment – ce qui pourrait être un terrain de conciliation pour les deux parties en guerre. J’ai déconseillé au Saint-Siège de prendre des initiatives destinées à un échec assuré.

  • 8 Ciano ne signale pas le beau succès japonais que représente la capitulation de la garnison américa (...)

166 mai. Rien de nouveau8.

177 mai. Rien de nouveau.

  • 9 La 4e escadre japonaise, sous les ordres de l’amiral Shigeyoshi Inoue, reçoit la mission de débarq (...)

188 mai. Une grande bataille navale a lieu dans la mer de Corail. De part et d’autre, on revendique de grands succès mais on n’a pas encore assez d’éléments pour dire comment les choses se sont vraiment passées9.

  • 10 Ciano est un grand amateur de golf, sport qu’il pratique au terrain de l’Acquasanta, ouvert en 190 (...)

19Un détail mais qui compte dans l’orientation de la vie politique et sociale italienne : Vidussoni veut fermer les golfs. Je l’ai interpellé à ce sujet et lui – qui est très naïf et ne sait pas trouver la porte de sortie – a répondu candidement qu’il entendait agir ainsi car « le golf est le sport des messieurs ». Belle raison10 ! Il me semble entendre parler ceux que nous avons bastonnés en 1920 et 1921. En elle-même, l’affaire n’a qu’une importance relative mais elle en a beaucoup en tant qu’indice. On ne doit pas exagérer, mais il y a de plus en plus de personnes qui commencent en à avoir plein le dos. Nous ne demandons pas, à cause du fait que nous portons le col et que nous nous lavons les pieds, à avoir des droits supérieurs aux autres mais nous ne sommes pas non plus disposés à accepter cette situation exactement pour ces mêmes raisons. La bourgeoisie italienne est celle qui supporte les plus grands sacrifices, qui fait la guerre, qui constitue l’ossature de la nation : est-ce utile de l’attaquer tous les jours et de la pousser à bout au point d’en faire une ennemie implacable du Régime ? J’estime qu’il s’agit d’une grave erreur car on n’obtient rien, même pas la gratitude du petit peuple qui, du reste, est inconsistant et fuyant comme le sable.

209 mai. La manière dont se sont passées les choses dans la mer de Corail n’est pas encore claire. Les communiquées anglo-américains, tout en admettant quelques pertes peu importantes, lancent des cris de victoire. D’autre part, les communiqués japonais font de même et l’on sait que les déclarations de l’état-major japonais engagent l’honneur de l’empereur lui-même. Elles ne devraient donc pas mentir mais l’on sait qu’en temps de guerre elles sont comme les mensonges qui engagent l’honneur d’une femme : admissibles.

  • 11 Diminutif de Raimonda, la fille des époux Ciano.

21J’ai accompagné Dindina11 à l’autel pour la première communion. Elle était mignonne comme un rêve et émue. Je l’étais un peu également.

2210 mai. Mussolini est parti pour la Sardaigne en voyage d’inspection militaire. Il sera absent pendant une semaine.

  • 12 Il s’agit plutôt d’Antonio La Pera. Ancien préfet de la province de terni, il dirige la section de (...)

23Senise fait son habituelle charge contre Buffarini qui est, à son avis, à l’origine de toutes les saloperies qui se commettent en Italie. Maintenant, il espère lui avoir mis les mains à la gorge pour le scandale de l’aryanisation des Juifs. La bande, dirigée par le préfet Lepera12, avait en réalité pour chef Buffarini, qui mangeait à tous les râteliers. Buffarini a mauvaise conscience et tremble de peur.

24Senise m’a également remis les procès-verbaux des interrogatoires des quatre jeunes gens qui voulaient faire un coup d’État en commençant d’une manière que je désapprouve totalement : ma mort. Plus que par leur malveillance, on est touché par leur idiotie. Ils parlaient ouvertement de leurs projets devant des personnes qu’ils voyaient pour la première fois et qui, régulièrement, étaient des espions de la police. Je crois qu’à l’exception d’un, il conviendra de les remettre en liberté avec un coup de pied au derrière. Ils ne méritent pas plus. Le Duce, parlant de cette affaire, a dit à Senise : « Je ne sais pas si la nomination de Vidussoni a été un bien ou un mal. » eh bien, c’est un mal. Mais il est intéressant qu’il se pose déjà cette question après si peu de temps.

  • 13 Dans une allocution radiodiffusée, Churchill déclare : « L’utilisation de gaz de combat contre not (...)

2511 mai. Violent discours de Churchill : il menace d’utiliser les gaz sur les villes allemandes si Hitler utilise les gaz sur le front russe13. J’espère, de part et d’autre, que l’on ne passera pas à l’exécution d’un aussi sombre projet.

26Le malaise hongrois s’exprime par cette petite histoire qui circule à Budapest. Le ministre de Hongrie déclare la guerre aux États-Unis, mais le fonctionnaire qui reçoit la communication n’est pas spécialiste des questions européennes et pose quelques questions : « La Hongrie est-elle une république ? — non, c’est un royaume. — Vous avez alors un roi ? — non, nous avons un amiral. — alors, vous avez une flotte ? — non, nous n’avons pas de mer. — Vous avez des revendications ? — oui. — Contre l’Amérique ? — non. — Contre l’Angleterre ? — non. — Contre la Russie ? — non. — Mais contre qui avez-vous des revendications ? — Contre la Roumanie. — alors, vous allez déclarer la guerre à la Roumanie ? — non, monsieur, nous sommes alliés. » Il y a beaucoup de vrai dans cette série de paradoxes.

  • 14 Le général Kurt Student a commandé les opérations aéroportées sur les Pays-Bas en mai 1940 et sur (...)
  • 15 L’opération Hercules pour les allemands ou Esigenza C3 pour les Italiens, prévoyant la prise de Ma (...)

2712 mai. Cavallero me trace notre programme de guerre en Méditerranée. À la fin du mois, Rommel attaque en Libye avec l’objectif de battre les forces anglaises. S’il le peut, il prendra Tobrouk et rejoindra l’ancienne frontière. Sinon, il se limitera à anticiper une attaque ennemie en la prévenant. Puis toutes les forces disponibles devront être concentrées pour l’attaque sur Malte. Les allemands enverront une division de parachutistes commandée par le général Student14. et nous fournirons beaucoup de moyens techniques d’attaque. Juillet est le moment prévu pour l’attaque, août au plus tard. Après, ce n’est plus possible à cause de l’état de la mer. Cavallero déclare : « Je sais que c’est une entreprise difficile et qui nous coûtera de nombreuses pertes et je sais que sur cette affaire, je joue ma tête. Mais je la souhaite vraiment car je la considère comme fondamentale pour le déroulement futur de la guerre. Si nous prenons Malte, nous aurons la sécurité en Libye. Sinon, la situation de la colonie sera toujours précaire. J’assumerai personnellement le commandement de l’opération. On avait également pensé au prince de Piémont mais pour de multiples raisons, on a préféré le laisser de côté. » Cavallero ne cache pas retirer beaucoup de gloire de cette opération. Mais je crois qu’il ne la fera jamais15.

28J’ai vu le Roi à l’exposition de l’académie d’Allemagne. Peu d’œuvres et plutôt de second ordre.

2913 mai. Le colonel Casero ne partage pas les enthousiasmes faciles de Cavallero pour l’attaque sur Malte. La défense antiaérienne est encore très efficace et les défenses navales sont totalement intactes. À l’intérieur, l’île n’est qu’un vaste nid de mitrailleuses. L’atterrissage des parachutistes sera très difficile, la plus grande partie des appareils étant destinés à être abattus avant même d’avoir déposé leur chargement humain. On peut en dire autant des débarquements par la mer. D’autre part, il ne faut pas oublier qu’il a suffi d’un relâchement de quelques jours dans nos bombardements aériens pour voir la défense se renforcer. Lors des dernières attaques, aussi bien nous que les allemands avons laissé beaucoup de plumes.

  • 16 Le général Bruno Lörzer a dirigé la 2e flotte aérienne allemande stationnée dans la région d’Arras (...)

30Fougier envisage également l’éventualité de l’opération avec beaucoup d’anxiété. et le général allemand Lörzer16 n’a pas caché sa prise de distance. Les partisans de l’entreprise sont Kesselring et Cavallero, ce dernier faisant ses habituels jeux de prestidigitateur pour décharger les responsabilités sur d’autres.

31Arpinati demande une petite faveur. Comme d’habitude, il est calme, digne et peu préoccupé par sa position personnelle. Il n’estime pas bonne la situation intérieure du pays et condamne deux choses : l’union trop intime avec les allemands qu’il n’aime pas et toute manifestation qui semble favoriser des tendances de gauche.

3214 mai. Rien de nouveau.

  • 17 Le secrétaire de l’ambassade américaine s’apprêtait à rentrer aux États-Unis au regard de l’état d (...)

3315 mai. À Rome, on fait grand cas du bal qui a eu lieu chez les Senni, en présence d’un jeune secrétaire de l’ambassade d’Amérique. Aucun des participants n’a eu le courage de réagir, ce qui est particulièrement déplorable. Il semble qu’étaient présents quelques fonctionnaires du ministère des affaires étrangères, raison pour laquelle j’ai chargé le chef de la police de faire une enquête soigneuse17.

34Naturellement, ce geste d’une poignée d’irresponsables écervelés fait grand bruit et jette le discrédit sur tout un groupe de personnes qui donnent leur contribution de sang et de foi dans le conflit.

  • 18 En conflit avec le pape Alexandre III, l’empereur Frédéric Barberousse s’empare de Rome en juillet (...)

3516 mai. Retour de Mussolini. Il est très satisfait de son voyage et de ce qu’il a vu : il n’a pas l’air fatigué et a au contraire le visage bronzé et aminci. Il parle avec enthousiasme du peuple de Sardaigne, duquel il n’a entendu ni protestation pour le manque de pain, ni appel à la paix, « ce qui n’aurait pas manqué d’arriver dans la vallée du Pô, lieu de trop d’expériences politiques ». Il a également retiré des motifs de satisfaction sur le plan de la défense de l’île. Bonnes troupes, armement efficace et, dans la zone possible de débarquement, « une telle malaria qu’elle décimerait en peu de jours les troupes anglaises comme furent détruites celles de Frédéric Barberousse quand elles s’arrêtèrent entre Portonaccio et Ponte Galera18 ».

36Fougier s’en prend à Cavallero qu’il accuse d’être un saltimbanque dangereux, courbé devant chaque volonté des allemands, sans dignité et menteur. Il voulait s’en ouvrir au Duce mais je l’en ai dissuadé, au moins pour le moment. Le coup contre Cavallero n’est pas mûr, même s’il sera nécessaire à un moment donné. Fougier fait également allusion aux propositions d’offensive de Rommel qui voudrait attaquer le 28 mai prochain et pousser jusqu’à la vallée du Nil. Cavallero qui, à Rome, dit ne pas vouloir une offensive aussi risquée a changé de partition à Derna et a encouragé Rommel à accomplir « le suprême effort ».

3717 mai. Starace. Brève visite pour me recommander deux personnes. Il est beaucoup plus serein qu’auparavant, ce qui me fait supposer qu’il a trouvé quelques moyens, au moins sur le plan matériel.

  • 19 Le 5 mai 1936.
  • 20 En français dans le texte.
  • 21 Le général Gariboldi succède au général Messe à la tête des troupes italiennes sur le front soviét (...)

38Gariboldi. Il part d’ici peu pour la Russie pour commander le corps expéditionnaire. Je le connais depuis de nombreuses années, depuis la prise d’Addis-Abeba19. Je n’ai jamais eu une grande estime pour lui. Il semble maintenant encore plus fatigué et vieilli, malgré la couleur blonde artificielle de ses grosses moustaches fin de siècle20. Cavallero a voulu sa nomination pour faire barrage à Messe qui commençait à prendre trop d’importance dans l’esprit du Duce et dans le pays21. Cavallero est un fidèle partisan de la théorie qui préconise la décapitation des pavots devenus trop hauts. Gariboldi est allé en Allemagne et est revenu content dans l’ensemble mais sans idée précise de ce qui se prépare. Cependant, il ne croit pas possible la liquidation totale de la Russie avant l’hiver. Ceci nous pose également de gros problèmes alors que nous aurons d’ici peu 300 000 hommes sur le front oriental.

3918 mai. Le Duce téléphone pour me demander de dire à Edda « de ne parler à personne, absolument personne de ce qu’elle a vu et relevé en Allemagne ». En voici la raison : le Roi lui a dit : « tout Rome sait que dans un hôpital allemand, un ouvrier italien a eu les doigts coupés et sait également que votre fille a protesté énergiquement auprès d’Hitler. » Le Duce est préoccupé par ce discours et il y reconnaît une manœuvre pour attiser les ressentiments antiallemands du peuple italien, utilisant un nom très important en la circonstance : « Le Roi, qui donne toujours dans l’antigermanisme, a-t-il ajouté, a donné une fille à un allemand, son fils à une Belge de race allemande et, dans sa Maison, les mariages avec des allemands se comptent par dizaines. »

  • 22 Le développement de la résistance en Slovénie amène les autorités italiennes à mettre sur pied une (...)

40Les choses ne vont pas bien en Slovénie : le haut-commissaire demande l’envoi de 24 000 hommes. Il semble que les rues de Ljubljana soient désormais impraticables pour nos troupes : chaque porche et chaque persienne cache une embûche22.

41Tous les messieurs du bal chez les Senni avec le secrétaire américain sont désormais l’objet de la juste colère du Duce. Quelques-uns, dont les maîtres de maison, ont été arrêtés : « Le premier à me remercier, a dit le Duce, devrait être le mari car, pendant qu’il combat, cette putain reçoit l’ennemi chez elle et danse avec lui. »

4219 mai. Les anglais voudraient envoyer quelques navires-hôpitaux à Malte. Notre marine est favorable sur le principe mais les allemands y sont opposés. Le Duce les suit, « d’autant plus que son expérience lui a appris que l’on pouvait cacher beaucoup de choses dans les navires-hôpitaux quand il s’agissait de violer un blocus. L’hiver dernier, à Benghazi, nous avons envoyé le ravitaillement en pétrole en nous servant des navires blancs ».

  • 23 Le capitaine Eugen Dollmann, auteur d’une thèse sur le cardinal Alexandre Farnèse, est le représen (...)

43Le capitaine Dollmann23, l’homme de la SS à Rome, a dit à D’Ajeta qu’Himmler voudrait venir en octobre à Rome pour faire le point avec moi, après les résultats de l’offensive en Russie qui seront certes brillants mais non définitifs, ce qui obligera à se préparer à un hiver dur sur le plan matériel et psychologique. Intéressantes déclarations, d’autant plus qu’Himmler est le seul qui connaisse vraiment le pouls du peuple allemand.

4420 mai. Le Duce n’a pas donné d’importance à la démarche de Dollmann : « Ça va, a-t-il dit, nous verrons cela en temps utile. Mais qu’ils aient présent à l’esprit qu’il ne se passera rien en Italie. »

45Le général Amè m’a envoyé en secret deux rapports du général Marras sur l’état d’esprit de l’armée allemande : il serait mauvais sur tous les plans le découragement aurait envahi tous les cœurs et la perspective de passer encore un hiver sur le front russe remplit les militaires de désespoir. Encore aujourd’hui, nombreux seraient ceux qui préfèreraient le suicide au retour sur le front. Marras n’arrive à aucune conclusion mais en voici les prémisses.

46Les radios anglaises laissent entendre que les préparatifs de la prochaine offensive de Rommel en Libye ne sont pas passés inaperçus.

4721 mai. Mussolini est grippé. Pour la première fois depuis tant d’années, on m’indique qu’il n’ira pas à son bureau. Je lui ai parlé brièvement au téléphone. Il a la voix rauque et tousse beaucoup. Il doit être de mauvaise humeur.

  • 24 Ascanio Colonna a été ambassadeur d’Italie à Washington de mars 1938 à décembre 1941.

48Je parle avec Colonna24 et avec quelques autres fonctionnaires revenus d’Amérique. Ils ne disent rien de sensationnel. Ils sont tous d’accord pour affirmer que : 1) aujourd’hui, l’Amérique n’est pas en mesure de faire grand-chose sur le plan militaire ; 2) la préparation industrielle est formidable et d’ici quelques mois, elle aura une production de proportion incalculable ; 3) la guerre n’est pas populaire, mais tous sont décidés à se battre même pendant vingt ans afin de liquider la partie ; 4) les sentiments envers l’Italie ne sont pas du tout hostiles.

4922 mai. Aucune nouveauté.

5023 mai. Le Duce téléphone indigné contre l’ambassadeur japonais Shiratori qui a fait quelques déclarations vraiment inqualifiables : la domination du monde revient au Japon, le Mikado est le seul dieu sur terre et il faut que le Duce et Hitler se résignent à cette réalité. Je me souviens de sa courte mission à Rome. Il était un fanatique extrémiste mais surtout un grossier personnage.

51Bismarck a confirmé à D’Ajeta qu’Himmler est en train de pratiquer son jeu personnel et de fronder. Est-ce vrai ? Pour l’instant, il me semble que cet avis doit être écouté avec beaucoup de réserve.

5224 mai. Rien de nouveau.

5325 mai. Rien de nouveau.

  • 25 Il n’y eût jamais de tentative de prise de Malte, l’opération ayant été ajournée !

5426 mai. Désormais, Mussolini ne s’intéresse plus qu’à la prochaine offensive en Libye et est très optimiste. Il estime que Rommel « arrivera au delta à moins qu’il ne soit arrêté, non par les anglais, mais par nos généraux ». Il fait également des prévisions optimistes pour la prise de Malte : une surprise qui devrait donner de formidables résultats aurait été étudiée. Mais il ne m’a pas dit quelle surprise25.

55Serrano veut venir en Italie et le Duce est favorable au voyage. Je lui propose une rencontre à Livourne pour la mi-juin. Je ne crois pas que nous ayons beaucoup de choses à nous dire mais il est bon de ne pas perdre la carte espagnole qui a coûté tant de sang et d’or.

56La situation entre la Hongrie et la Roumanie est toujours plus tendue. Máriássy a remis aujourd’hui une note qui voudrait être un signal d’alarme. J’avoue avoir un soupçon, à savoir que les Hongrois pourraient montrer une préoccupation marquée pour éviter de s’engager trop à fond dans l’offensive contre la Russie.

  • 26 Lamberti Sorrentino est journaliste à l’hebdomadaire Tempo.
  • 27 À la date du 27 mai, des opérations d’envergure ont lieu sur le front de l’est. Les troupes du gén (...)

5727 mai. Sorrentino26, de retour de Russie, raconte ses impressions et ses prévisions. Les premières ne sont pas belles et les secondes ne sont pas réconfortantes. La brutalité des allemands, poussée jusqu’au crime, est évoquée en termes si vifs et impressionnants qu’ils laissent presque sceptiques sur leur vérité. Massacres de populations entières, viols de femmes, tueries d’enfants : tout est à l’ordre du jour. Face à cela, s’oppose la froide décision des bolcheviques de résister et de lutter jusqu’au bout, certains de vaincre27. D’autre part, le moral allemand serait plus bas qu’on ne pourrait l’imaginer : « Les prochains quatre mois pourraient signifier le début d’une catastrophe sans précédent. »

58Fougier donne les premières nouvelles de l’attaque de Rommel en Libye : actions de l’aviation et marche des colonnes blindées, mais il est trop tôt pour faire un bilan, même partiel. Il semble que Rommel ait un peu réduit ses projets qui étaient ambitieux à l’origine, jusqu’à la vallée du Nil.

59Bismarck a dit à D’Ajeta que, d’ici peu, les rations alimentaires seraient réduites de 25 % en Allemagne. Anna Maria Bismarck, hier soir, m’a dit très naïvement : « Je suis pro-allemande car j’ai épousé Otto mais je suis antinazie. »

6028 mai. J’ai compris que le Duce préférait voir la déclaration que je ferai au Sénat samedi et je lui ai donc envoyé une copie de mon discours. en ce moment, je déteste parler : on court trop le risque d’être démenti par les faits ou d’être banal.

61Pittalis, de retour de Munich car il est nommé ambassadeur à Buenos aires, décrit la situation en couleurs sombres : avant la fin de 1942, il est nécessaire de parvenir à une décision car le peuple en est réduit aux dernières extrémités et on ne peut lui demander des sacrifices nouveaux et prolongés. Je dois dire que Pittalis, jusqu’à présent, avait plutôt péché par optimisme.

62Venturi, ministre des Communications, dit que, d’ici peu, les wagons-lits et les wagons première classe seront rétablis. L’expérience, à relent démagogique, n’a pas eu de résultats positifs, au contraire.

63Pavolini m’informe que le Duce fera fusiller en plein jour, devant le Colisée, un assassin embusqué condamné à mort. Je me demande si cette lugubre publicité sera utile pour le moral du peuple italien dont la psychologie est plus complexe qu’on ne veut le croire.

6429 mai. Le discours pour le Sénat est approuvé par le Duce sans modifier une parole, ce qui est très inhabituel de sa part, d’autant plus qu’il était de mauvaise humeur à cause du sirocco qui menace de faire perdre quelques millions de quintaux de grain de la récolte de blé.

  • 28 Dans ce long discours, Ciano fait le point sur la politique étrangère de l’Italie fasciste. Après (...)

6530 mai. Je parle au Sénat. Il semble que le discours ait beaucoup plu car les sénateurs, d’habitude mesurés et critiques, se sont montrés plutôt chaleureux : ils ont beaucoup applaudi et ont écouté debout la dernière partie de mon discours. Mussolini a voulu une relation détaillée de la séance et n’a pas caché sa satisfaction28.

66Je pars pour Livourne dans l’après-midi.

6731 mai. À Livourne. Une journée de repos et de pêche. Ceci n’empêche pas d’entendre les lamentations au sujet de l’alimentation qui est très déficitaire. Le vin manque et tout le reste est restreint. Renato – mon pêcheur – a maigri de 14 kilogrammes en quelques mois et m’a dit que ses connaissances et ses proches ont maigri avec autant de rapidité. Néanmoins, l’humeur est bonne et il y a de la foi en l’avenir.

  • 29 Service d’information militaire.

68Intéressant et long entretien avec Carboni. Actuellement, il commande une des divisions d’assaut qui devrait participer à l’opération contre Malte. Il y est nettement défavorable. Il est convaincu que nous aurons de lourdes pertes et que nous ne parviendrons à aucun résultat. Il s’en prend à Cavallero, qu’il considère comme un intrigant de mauvaise foi. Il est également très pessimiste en ce qui concerne le front russe. Il ne croit pas que les allemands puissent, dans le cours de l’été, accomplir des opérations à large rayon d’action : guerre de position ou presque. Il en tire les plus sinistres présages pour l’avenir allemand. Carboni est un général de grande valeur : mais il ne faut pas oublier qu’il fut éloigné du SIM29 pour son attitude antiallemande et que sa mère est américaine.

Notes

1 Selon les statistiques de l’état-major de la Wehrmacht, les pertes allemandes s’élèvent au 20 mars 1942 à 1 073 006 morts, blessés et disparus, soit le tiers de l’effectif engagé le 22 juin 1941.

2 En février 1942, le général Harris, commandant du Bomber Command, décide d’entamer une stratégie de bombardements massifs des centres économiques et urbains allemands. Du 23 au 27 avril, Rostock, qui abrite une partie des usines de l’avionneur Heinkel, est bombardée et détruite à 70 %. Sur les offensives aériennes alliées contre l’Allemagne, Friedrich Jörg, L’Incendie : l’Allemagne sous les bombes (1940-1945), Éditions de Fallois, Paris, 2004.

3 Nino D’Aroma est journaliste au Regime Fascista et au Corriere della Sera.

4 Tarvisio est une ville de la province d’Udine, située aux confins de l’Italie, de l’Autriche et de la Slovénie.

5 Les études de l’opinion publique italienne montrent, au contraire de ce qu’affirme Ciano, que les Italiens commencent sérieusement à se détacher du régime fasciste car ils ne croient plus à la victoire de l’axe, voire à souhaiter la victoire anglo-saxonne parmi les milieux bourgeois et les classes moyennes. Voir Colarizi Simona, L’opinione degli italiani sotto il regime. 1929-1943, Laterza, coll. « Biblioteca universale Laterza », Bari, 2000.

6 Craignant que Vichy ne livre Madagascar aux Japonais, les Britanniques organisent l’opération Ironclad qui leur permet d’occuper la base navale de Diego-Suarez le 5 mai. En réalité, Laval n’a jamais appelé les Japonais à occuper l’île et ces derniers n’ont jamais songé à le faire.

7 Monseigneur Filippo Bernardini est nonce en Suisse depuis novembre 1935.

8 Ciano ne signale pas le beau succès japonais que représente la capitulation de la garnison américano-philippine de Corregidor, qui met fin à la conquête des Philippines entamée en décembre 1941.

9 La 4e escadre japonaise, sous les ordres de l’amiral Shigeyoshi Inoue, reçoit la mission de débarquer des troupes à Port-Moresby en Nouvelle-Guinée afin d’isoler l’Australie. Du 6 au 8 mai, elle se heurte aux groupes navals des amiraux Fletcher et Fitch dans la mer de Corail. Plus que d’une bataille navale, il s’agit plutôt d’une bataille aéronavale au cours de laquelle le porte-avions américain Lexington et le porte-avions japonais Shoho sont détruits. De plus, les porte-avions Shokaku et Zuikaku côté japonais et les porte-avions Yorktown et Lexington sont endommagés. Enfin, les américains perdent 69 avions dans l’affrontement, les Japonais 92. À l’issue de cet engagement incertain, les Japonais renoncent à leur projet de débarquement.

10 Ciano est un grand amateur de golf, sport qu’il pratique au terrain de l’Acquasanta, ouvert en 1903 sur une ancienne propriété du prince Torlonia, à trois kilomètres de la Porta Maggiore. Ciano y fit construire un nouveau club-house, inauguré en 1938. Ceci explique sans doute cela.

11 Diminutif de Raimonda, la fille des époux Ciano.

12 Il s’agit plutôt d’Antonio La Pera. Ancien préfet de la province de terni, il dirige la section de la démographie et de la race au ministère de l’Intérieur (la Demorazza). Il est démis de ses fonctions en août 1942 pour corruption puisqu’il faisait payer des certificats d’aryanisation.

13 Dans une allocution radiodiffusée, Churchill déclare : « L’utilisation de gaz de combat contre notre allié russe serait considéré comme une attaque contre nos propres forces. Un acte d’une telle gravité, s’il s’avérait avoir été commis par Hitler, aurait pour conséquence une riposte chimique aéroportée de grande envergure dont les cibles seraient les principales cités d’Allemagne. » Dans Chevassus-au-Louis Nicolas, « Les armes chimiques et biologiques durant la Seconde Guerre mondiale. Naissance de la dissuasion », Histoire(s) de la dernière guerre. 1939-45, au jour le jour, no 18, 2012, p. 20. Déjà dans une lettre du 20 mars 1942 adressée à Staline, Churchill précise au dirigeant soviétique que la Grande-Bretagne riposterait par des bombardements aux gaz « contre tous les objectifs appropriés de l’Allemagne occidentale » si les allemands utilisaient des gaz contre les troupes et populations civiles soviétiques. Dans Churchill Winston, La Deuxième Guerre mondiale. IV : Le tournant du destin. 1 : La ruée japonaise. 18 janvier – 3 juillet 1942, op. cit., p. 347.

14 Le général Kurt Student a commandé les opérations aéroportées sur les Pays-Bas en mai 1940 et sur la Crète en mai 1941.

15 L’opération Hercules pour les allemands ou Esigenza C3 pour les Italiens, prévoyant la prise de Malte par les Italo-allemands, est adoptée lors de la rencontre de Klessheim du 30 avril. Elle doit mobiliser un total de 70 000 hommes. Face aux difficultés de l’opération (mauvais souvenir des opérations de parachutage en Crète, destruction de 26 avions de l’axe pendant la seule journée du 10 mai), celle-ci est ajournée le 21 mai au profit d’une offensive en direction d’Alexandrie, puis du canal de Suez.

16 Le général Bruno Lörzer a dirigé la 2e flotte aérienne allemande stationnée dans la région d’Arras lors de la bataille d’Angleterre.

17 Le secrétaire de l’ambassade américaine s’apprêtait à rentrer aux États-Unis au regard de l’état de guerre entre les deux pays. La comtesse Senni et la marquise Di Cesaro furent condamnées à l’internement en résidence surveillée au confino. Giuseppe Bottai fait également allusion à cet incident dans son Journal aux dates des 21 mai et 3 juin.

18 En conflit avec le pape Alexandre III, l’empereur Frédéric Barberousse s’empare de Rome en juillet 1167. Mais les troupes stationnées au nord de la Ville Éternelle sont décimées par la malaria, obligeant l’empereur à rentrer en Allemagne.

19 Le 5 mai 1936.

20 En français dans le texte.

21 Le général Gariboldi succède au général Messe à la tête des troupes italiennes sur le front soviétique.

22 Le développement de la résistance en Slovénie amène les autorités italiennes à mettre sur pied une vaste opération militaire en juillet 1942.

23 Le capitaine Eugen Dollmann, auteur d’une thèse sur le cardinal Alexandre Farnèse, est le représentant d’Himmler à Rome depuis 1935.

24 Ascanio Colonna a été ambassadeur d’Italie à Washington de mars 1938 à décembre 1941.

25 Il n’y eût jamais de tentative de prise de Malte, l’opération ayant été ajournée !

26 Lamberti Sorrentino est journaliste à l’hebdomadaire Tempo.

27 À la date du 27 mai, des opérations d’envergure ont lieu sur le front de l’est. Les troupes du général Manstein ont lancé une offensive en Crimée et réduisent la résistance dans la presqu’île de Kertch le 20 mai, faisant 117 000 prisonniers. Le 12 mai, les forces soviétiques du maréchal Timochenko lancent une contre-attaque afin de reprendre Kharkov. Mais, encerclées par les troupes du maréchal Bock, elles laissent 239 000 prisonniers aux allemands. Quant à la répression contre les populations civiles, elle atteint de terribles proportions. À propos des actions menées contre les populations civiles, Christian Gerlach écrit : « Une seule de ces actions pouvait se solder par la mort de 10 000 personnes. Le rapport entre tués et fusils récupérés allait en moyenne de un pour six, jusqu’à un pour dix, le rapport entre “adversaires” et allemands ou leurs alliés tués étant de un pour cent. 80 à 90 % des tués étaient des civils non armés. » Dans Gerlach Christian, « La Wehrmacht et la radicalisation de la lutte contre les partisans en Union soviétique de 1941 à 1944 », dans Eismann Gaël et Martens Stefan (dir.), Occupation et répression militaire allemandes. La politique de « maintien de l’ordre » en Europe occupée. 1939-1945, autrement, coll. « Mémoires » (no 127), Paris, 2007, p. 79.

28 Dans ce long discours, Ciano fait le point sur la politique étrangère de l’Italie fasciste. Après avoir souligné les efforts italiens dans la guerre contre la Grande-Bretagne, Ciano explique que le conflit contre les États-Unis est l’aboutissement de la politique de Roosevelt qui a entrepris dès avant le 11 décembre 1941 une action tendant à créer un état de guerre de fait. Une des conséquences italo-américaines de la guerre est le refroidissement des relations avec les pays d’Amérique latine où vivent tant de descendants d’Italiens. La guerre contre l’Union soviétique est dans la logique de la politique anticommuniste menée par l’Italie fasciste, illustrée par l’engagement en Espagne et la signature du pacte anti-Komintern en 1937. La politique de l’axe a permis de sécuriser les Balkans grâce à l’alliance avec la Roumanie, la Hongrie et la Bulgarie mais également par la destruction des foyers britanniques représentés par la Grèce et la Yougoslavie. Un des grands succès de la politique italienne est d’être parvenu à de bonnes relations avec la Croatie et à la mise en valeur de l’Albanie. L’alliance avec l’Allemagne continue à être solide sans que la France puisse jouer d’un partenaire contre l’autre. Si l’amitié avec l’Espagne est toujours d’actualité, les problèmes intérieurs de celle-ci pèsent sur sa politique étrangère, alors que la Turquie se tient à équidistance des pays belligérants. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VIII (12 dicembre 1941 – 20 luglio 1942), op. cit., doc. no 573, p. 626-642.

29 Service d’information militaire.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search