Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1942

Avril

Volltext

  • 1 Blague. En allemand dans le texte.

11er avril. Le Duce a su par un industriel du Haut-Adige que cette Witz1 circulait en Allemagne : « nous gagnerons la guerre contre la Russie en deux mois, en quatre mois contre l’Angleterre et en quatre jours contre l’Italie. » Il a voulu que j’en demande confirmation à Alfieri afin « que l’on prépare les nouvelles divisions, car on ne sait pas quelle surprise pourrait nous réserver 1943 ».

2Mussolini a été très indigné par un rapport d’Anfuso à propos de la conduite à Budapest de deux comités italiens qui étaient allés en Hongrie pour la foire agricole : beuveries dans les tavernes, rafles de jambons dans les magasins qui en vendaient. Cet événement a donné lieu à une violente attaque contre la bourgeoisie.

3Pareschi est plutôt optimiste en ce qui concerne la soudure de blé. Inversement, il fait des pronostics plus sombres pour les années à venir.

  • 2 Ancien préfet de Gênes, Umberto Albini est devenu préfet de Naples en juillet 1941.

42 avril. Selon Albini2, la situation napolitaine est pesante mais c’est un peuple habitué à se serrer la ceinture et aux longues privations, aussi n’y a-t-il rien à craindre, au moins tant qu’aucun fait nouveau et grave n’advient.

  • 3 Né en 1879, Italo Gariboldi devient général de division en 1936, entre le premier à Addis-Abeba et (...)

5Hazon, général des carabiniers : meilleure situation générale mais grand détachement entre le pays et le Parti qui ne joue plus un grand rôle dans la vie nationale. L’armée maintient intacte son hostilité envers Cavallero, tout en reconnaissant qu’il n’existe aucun général ayant un prestige suffisant et indiscutable qui mérite donc de le remplacer. La nomination de Gariboldi3 à la tête des troupes en Russie a fait bonne impression : on savait que c’était un ennemi personnel de Cavallero et on ne s’attendait pas à sa nomination.

6Farnesi : préoccupations pour la situation alimentaire et critiques de l’attitude des jeunes. Les cours de préparation politique sont des centres d’infection où se retrouvent quelques individus ambitieux, pervers et de mauvaise foi. Ils vont être dispersés pour diverses tâches dans des cités éloignées tandis que la presse universitaire sera confiée au contrôle de personnes sérieuses et responsables.

  • 4 Ancien préfet de Trieste, Dino Borri est préfet de Gênes depuis juillet 1941.

7Borri4, préfet de Gênes : la cité est saine mais les sacrifices alimentaires commencent à peser.

8Geloso, commandant des troupes italiennes en Grèce : l’ordre public est bon, la santé publique est médiocre, les perspectives alimentaires sont un peu meilleures pour l’avenir.

93 avril. Rien de nouveau.

  • 5 Vis-à-vis de la démarche japonaise, Ciano a adressé une requête à Raffaele Guariglia, ambassadeur (...)

104 avril. L’ambassadeur du Japon fait une démarche afin d’obtenir notre intervention auprès du Saint-Siège qui, en même temps qu’il entamait des relations diplomatiques avec le Japon, a fait de même avec Tchang Kai-Tchek. Les Japonais voudraient que le ministre chinois ne vienne pas ou que, du moins, son arrivée soit différée. Je ne sais pas ce que nous pourrons effectivement obtenir, mais j’ai promis à l’ambassadeur que nous agirons selon leur requête5.

115 avril. Mussolini ne veut pas récupérer les 130 000 quintaux de blé que Pareschi s’était fait promettre de la part de la Hongrie. Il estime que c’est « une aumône » et croit que nous pourrons arriver à la soudure sans nouvelles restrictions de la ration.

  • 6 Marcello Del Drago est conseiller de légation à Paris.

12Del Drago6 revient de Paris via Berlin. Aucune nouveauté dans l’aspect extérieur de la capitale du Reich alors que Paris est désormais véritablement en état de désolation. Dans certains milieux allemands, on lui a dit qu’après l’offensive sur le front de l’est qui devrait pratiquement liquider la Russie, on espère arriver à une paix de compromis avec les anglo-Saxons.

13Ce matin, je suis allé à la messe à Sainte-Marie-des-anges. L’église était pleine d’une foule dévote : j’ai beaucoup de doutes sur le fait que l’Italie ne soit pas – comme le voudraient certains – un pays fondamentalement catholique.

  • 7 Giovanni Boldini est né à Ferrare en 1842. Installé à Paris en 1880, il devient le peintre à la mo (...)

146 avril. Lorsque Goering était à Rome, nous avons parlé de la possibilité de faire revenir en Italie quelques œuvres de peinture italienne actuellement en France, et particulièrement celles qui sont propriétés de familles juives et confisquées par les allemands. Parmi les noms cités au cours de la conversation, celui de la famille Rothschild a été évoqué car elle possédait beaucoup de tableaux de Boldini7. Aujourd’hui, Goering m’a envoyé un Boldini en cadeau et sa lettre commençait ainsi : « Malheureusement, la famille Rothschild n’a plus rien… » Si l’on trouve cette lettre un jour, il apparaîtra nettement que je le poussais à saccager les maisons des Juifs et qu’il était désolé d’être arrivé trop tard. Voici la finesse politique des allemands !

15Le gouvernement de Vichy tente un chantage à la française pour le rapatriement des Italiens d’Afrique orientale. Alors qu’auparavant, il n’avait fait aucune objection à l’embarquement de nos compatriotes à Djibouti, il soulève maintenant de nombreuses difficultés, à moins que nous soyons prêts à rapatrier également 150 civils français et 650 militaires. Autant il est possible de céder pour les civils, autant il est impossible de le faire pour les militaires. Pour l’instant, je crois qu’il convient de hausser le ton, nous verrons ensuite.

  • 8 Stafford Cripps est député travailliste en 1931. Nommé ambassadeur britannique à Moscou en juin 19 (...)
  • 9 Si Nehru, chef du parti du Congrès, refuse d’accentuer l’effort militaire en échange d’une indépen (...)

16Nous recevons la nouvelle d’une attaque aérienne japonaise sur Colombo. Premier mouvement vers l’Inde ? Je crois plutôt qu’elle a pour but d’impressionner les Indiens durant les négociations avec Cripps8 qui semblent évoluer vers une conclusion au moins partiellement favorable9.

177 avril. Rien de nouveau.

  • 10 Le Duce anticipe ! Selon une enquête du début des années 1950, 12,9 % des Italiens de plus de 6 an (...)
  • 11 Né en 1884, Corrado Govoni appartient au mouvement futuriste et au groupe de poètes de La Voce à F (...)

188 avril. Comme quelqu’un a parlé de l’analphabétisme dans certaines régions d’Italie, Mussolini a dit : « Du reste, même s’il cela était vrai, quelle importance cela aurait-il ? au XIVe siècle, l’Italie était seulement peuplée d’analphabètes et cela n’a pas empêché qu’il y ait un Dante Alighieri. Aujourd’hui que tous les Italiens savent lire et écrire10, nous avons en revanche le poète Govoni11 qui, sans être mauvais, n’est certainement pas tout à fait comparable à Dante. »

  • 12 Ayant soutenu les Japonais lors de la guerre contre les Russes en 1904-1905, Tchang Tso-Lin est go (...)

19Le préfet de Rome me rapporte que le Duce est indigné car il voit trop de jeunes en balade dans les rues de la capitale et a donné l’ordre qu’ils soient mobilisés. Mais pour en faire quoi ? Et comment distinguer les oisifs de ceux qui sont obligés de passer par les rues pour leurs occupations habituelles ? Je me rappelle qu’à Pékin, le vieux Tchang Tso-Lin12, quand il avait besoin de recrues, bloquait quelques rues et ses soldats s’emparaient de tous les passants de sexe masculin, rasaient leurs cheveux séance tenante et leur mettaient des habits militaires. Aucune protestation n’était recevable : le problème de la conscription était réduit à une question de trafic. Adopterait-on, à Rome, les critères du vieux despote mandchou ?

  • 13 Rumeur erronée puisque le général Gambara est envoyé en Slovénie à la tête du 11e corps d’armée en (...)

20Je reçois Gambara, indigné mais non abattu par l’hostilité déloyale de Cavallero. Il paraît qu’on l’envoie en Russie : s’il en est ainsi, je suis certain que son nom sera lié une nouvelle fois au succès13.

219 avril. Alfieri est venu en congé à Rome. Il ne rapporte rien de très important mais il est moins optimiste que d’habitude et part du principe que l’offensive d’été ne pourra avoir qu’un succès limité.

  • 14 Expression latine signifiant que quelque chose est confié de manière très discrète.

22Par contre, plus intéressantes ont été les déclarations faites, camera caritatis14, par Bismarck à Blasco D’Ajeta. Je les résume brièvement : au train où vont les choses, l’Allemagne devra faire la paix en octobre. L’armée ne peut pas et ne prendra pas une telle initiative car elle a eu la colonne vertébrale brisée par les récentes décisions qui ont provoqué l’éloignement des meilleurs chefs militaires. Il y a beaucoup d’agitation au sein du Parti : même Himmler, qui a été extrémiste par le passé mais qui, à présent, connaît véritablement le pouls du pays, veut une paix de compromis. En octobre, l’Angleterre sera prête à négocier d’autant plus que, du côté allemand, on pourrait envisager la possibilité d’une collaboration antijaponaise pour la reconquête de l’Asie en faveur des Blancs. L’Italie devrait prendre l’initiative, au sein de l’axe, de porter la guerre sur le terrain diplomatique. Fantaisies de notre Bismarck ou bien manifestations de réelles tendances au sein de l’opinion publique allemande ? Je n’ai pas les éléments pour le dire mais il est significatif qu’Otto ait parlé après la visite de l’amiral Canaris à Rome et de nombreux entretiens avec lui. Personnellement, je crois que la force de résistance de l’Allemagne est bien plus grande.

  • 15 En français dans le texte.

2310 avril. Entretien entre le Duce et Alfieri. Plutôt que de s’informer, Mussolini a parlé pour réaffirmer son total optimisme sur le déroulement de la guerre et sa conclusion. Il a eu de nombreuses allusions antiallemandes et autant en faveur des Japonais. Il était d’humeur allègre et très vivace. Parlant de Charlemagne, il a dit qu’il en admirait surtout la virilité car il est d’accord avec le philosophe français qui a dit que « le génie, ce sont les génitaux15 ».

24Host Venturi m’a raconté l’origine de la décision de supprimer les wagons-lits, les wagons-restaurants et de première classe. C’est Mussolini qui voulu cette décision, contre l’avis des techniciens, pour des raisons purement sociales. Il a déclaré éprouver des sentiments révolutionnaires comme jamais auparavant. En attendant, on observe des incidents en tout genre dans les trains, car la foule est énorme et l’espace restreint.

  • 16 Il s’agit de Giovanni Marinelli depuis novembre 1939.

25Hier soir, à Trieste, le sous-secrétaire aux Postes16 a été introduit dans la voiture par la fenêtre dans la mesure où les couloirs étaient pleins de monde. Naturellement, le prestige du gouvernement n’a pas été grandi par cet incident.

  • 17 La Société des amis du Japon, présidée par le baron Pompeo Aloisi, organise une exposition de dess (...)

2611 avril. Mussolini visite la Société des amis du Japon17. Il tient toujours plus à se déclarer « le premier pro-japonais du monde », mais ceci est une affirmation ayant un net caractère de polémique antiallemande. Il a prononcé quelques paroles de chaude solidarité et a conclu que « les soldats italiens et les soldats japonais, avec les autres armées du Pacte tripartite, conduiront la lutte jusqu’à la victoire ».

  • 18 Île de l’archipel du Dodécanèse qu’occupe l’Italie depuis 1912.

27De Peppo depuis Ankara. Il synthétise de la manière suivante la situation : les turcs ne seront pas contre nous et peut-être seront-ils en notre faveur si le sort de la guerre est favorable aux armées de l’axe. L’ennemi numéro un est la Russie. La peur numéro deux est l’Allemagne. L’idéal pour les turcs serait que le dernier soldat russe tombe sur le dernier soldat allemand. Nous sommes encore très suspects. Pour remédier à ces soupçons, il faudrait rétrocéder l’île de Castellorizzo18 qui est considérée comme notre pointe offensive en territoire turc. Mais ce n’est pas le moment : un tel geste, hors de propos, serait interprété comme un signe de faiblesse et aurait des résultats contre-productifs.

2812 avril. Rien de nouveau.

2913 avril. Visite du chef d’état-major hongrois, talonné ponctuellement par Cavallero. Il ne me dit rien d’intéressant.

  • 19 Il s’agit de la sœur du Duce.
  • 20 Résidence de la famille Petacci.

30Long entretien avec donna Edwige19. Elle avait demandé à me parler pour une petite faveur, mais le prétexte était évident. En réalité, elle voulait me donner ses impressions sur la situation, écouter les miennes et surtout épancher son cœur au sujet de ce qui est devenu désormais une affaire nationale : la famille Petacci. Elle dit, avec une grande intelligence et une grande affection pour son frère, ce que malheureusement tout le monde dit : mais elle ajoute avoir des preuves sur l’affairisme des époux Petacci et sur le scandale qui en découle. Elle est décidée à affronter la situation et à en parler au Duce. J’ai été très réservé et lui ai dit – chose qu’elle a du reste bien compris – ma délicate situation en la circonstance. Edwige m’a raconté lui avoir déjà parlé de l’affaire l’année dernière, quand on disait que Mussolini allait à Camillucia20 jouer au tennis : il a admis y aller mais a nié y jouer au tennis.

31Revel a fait un grand exposé sur la situation et a manifesté ses préoccupations sur l’état de santé du Duce : il affirme l’avoir vu quelquefois si congestionné que cela en était préoccupant. Il voudrait que je fasse quelque chose. Mais quoi ? En premier lieu, je suis convaincu qu’il va bien et puis qui a le courage de lui parler d’une chose personnelle ?

3214 avril. Les Japonais proposent une déclaration des puissances du Pacte tripartite au sujet de l’indépendance de l’Inde et de l’Arabie. Les premières réactions de Berlin sont défavorables : l’initiative japonaise dans des secteurs toujours plus près de l’Europe n’est pas appréciée. Mussolini, par contre, voudrait adhérer sans réserve à cette proposition.

  • 21 Mécontentes de la politique menée par l’amiral Darlan, qui s’est rapproché de l’ambassadeur améric (...)

3315 avril. Laval revient au gouvernement en France : voici le résultat d’un long travail allemand vis-à-vis duquel nous avons toujours été tenus à l’écart21. C’est seulement une fois la chose accomplie que le représentant allemand à Paris a informé notre ambassadeur. Et pourtant, l’affaire nous regarde directement. Quelles promesses ont été faites aux Français pour arriver à cette conclusion ? Et aux dépens de qui ? Nous le verrons. Pour le moment, ce n’est pas facile de faire des prévisions. Mais une chose est certaine : Laval ne représente pas la France et si les allemands croient, à travers lui, arriver à conquérir le cœur des Français, ils se trompent une nouvelle fois grandement.

3416 avril. Rien de nouveau.

3517 avril. Rien de nouveau.

3618 avril. Le gouvernement Laval est constitué. C’est un gouvernement de sous-secrétaires et d’inconnus. Mais il reste pratiquement un gouvernement Pétain-Darlan. Ainsi, la France se prépare pour les trois éventualités. Victoire anglaise : de Gaulle. Victoire allemande : Laval. Compromis : Pétain. Pourvu que tout ceci ne se fasse pas à nos dépens.

  • 22 Seize bombardiers B-25, commandés par le colonel Doolittle, décollent du porte-avions Hornet et bo (...)

37Les américains ont bombardé Tokyo et d’autres villes japonaises22. C’est la première grande offensive depuis les débuts de la guerre. Je ne crois pas qu’ils puissent faire grand-chose pour le moment. Leur préparation est encore trop en retard : mais plus le temps passera et plus ils feront sentir leur puissance, spécialement dans les airs.

3819 avril. Mussolini a été assez surpris par une décision du Führer qui renvoie au 2 mai la fête nationale allemande, date qui coïncide avec un vendredi. Il a raison : ces allemands, dit-il, qui bataillent contre le catholicisme, se montrent esclaves d’un préjugé d’origine nettement chrétien. Mais surtout, ils démontrent qu’ils sont nerveux et qu’ils ne sont pas sûrs de leur fait.

  • 23 Pour les 53 ans du Führer, Goebbels prend la parole à la Philharmonie de Berlin, entre une exécuti (...)

3920 avril. Étrange discours de Goebbels à l’occasion de l’anniversaire d’Hitler. Il s’est exprimé en des termes plutôt sombres, même s’il a réaffirmé sa confiance en la victoire totale. Mais pourquoi a-t-il fait cela si, comme on le répète dans de nombreux milieux, l’approche du printemps permet aux allemands de regarder avec une plus grande sécurité vers le front oriental ? Même Mussolini – d’habitude assez porté aux interprétations optimistes – a commenté assez amèrement le discours de Goebbels23.

40De retour de Budapest, Anfuso parle lui aussi sur un ton mineur. Les Hongrois affirment que la préparation allemande pour l’offensive ne serait pas comme on le dit et que le matériel accumulé sur le front sud est assez réduit.

4121 avril. Les allemands entendent reporter de plusieurs jours la réponse à faire aux Japonais à propos de la déclaration en faveur de l’indépendance indienne et arabe.

42Bismarck a raconté à D’Ajeta que le consul général d’Allemagne à Milan a reçu beaucoup de lettres d’injures. La dernière avait cette teneur : « nous savons que vous cherchez une nouvelle résidence. Nous vous en offrons une très belle, digne de vous, de votre peuple et de votre chef. L’adresse est la suivante. » Le consul général s’est rendu à l’adresse indiquée et s’est trouvé à l’entrée de la prison.

43Jacomoni fait un rapport assez bon sur la situation albanaise. L’unique difficulté provient du manque de matériel qui empêche d’aller de l’avant en ce qui concerne le programme de travaux publics.

  • 24 L’aviation italo-allemande effectue 4 927 sorties en mars et 9 599 en avril, soit 6 700 tonnes de (...)

4422 avril. Le Duce m’informe que le maréchal Kesselring, de retour d’Allemagne, a porté le consentement d’Hitler pour l’opération de débarquement à Malte. Il paraît que l’île est vraiment bombardée de manière intensive24. Cependant, cela n’empêche pas que les défenses côtières soient encore intactes. L’entreprise, selon le jugement de quelques techniciens navals, est encore périlleuse et coûtera donc de nombreuses pertes.

4523 avril. J’accompagne Jacomoni chez le Duce afin de discuter de la question du drapeau albanais. Tel qu’il était, l’aigle encadré par des faisceaux et surmonté de la couronne de Savoie représentait une douleur pour les nationalistes albanais qui réclamaient le respect de leurs symboles nationaux. Désormais, a été repris l’ancien drapeau qui gardera sur la hampe le faisceau du Licteur et la bande bleue des Savoie. Bien sûr, avant de rendre publique la décision du Duce, j’en réfèrerai au Roi.

  • 25 Raffaele Boscarelli était ambassadeur en argentine depuis octobre 1940.

46L’ambassadeur Boscarelli25 est mort à Buenos aires. Il fut, au cours de ma carrière, mon premier ami quand j’étais à Rio de Janeiro et m’avait toujours conservé un affectueux attachement. Il n’était pas doté de qualités exceptionnelles mais était honnête, travailleur et courtois : cela faisait de lui un utile agent diplomatique. Sa disparition m’a beaucoup attristé.

4724 avril. L’attaché militaire du Japon a fait une grande diatribe à Prunas à propos de l’attitude allemande et sur la manière de conduire la guerre dans le secteur politique. Tout est faux selon son jugement. Si l’Allemagne continue dans cette voie, elle ira à la rencontre de beaucoup de mauvaises surprises. J’ai montré la note au Duce qui l’a commentée en un sens favorable aux Japonais.

48En soirée, Mackensen apporte au Duce une proposition de rencontre avec le Führer à Salzbourg pour la fin du mois. Mussolini voudrait la retarder jusqu’aux premiers jours de mai. Hitler fait répondre par téléphone que ce n’est pas possible « pour des raisons indépendantes de sa volonté ». Aussi, la rencontre est fixée pour les journées des 29 et 30.

49Riccardi se plaint personnellement du frère Petacci et de sa bande. Il dit en avoir personnellement parlé au Duce. Je me suis limité à écouter car c’est un engrenage dans lequel je n’entends pas mettre le doigt.

5025 avril. Rien de nouveau.

5126 avril. Rien de nouveau.

  • 26 Hitler prend la parole devant le Reichstag. Il revient sur le rude hiver passé par les troupes all (...)

5227 avril. Long discours d’Hitler. Il est difficile de faire un commentaire car désormais, plus ou moins, ses discours se ressemblent toujours. Le ton n’est pas très optimiste. Plus que tout, il raconte le passé, comment et pourquoi l’hiver en Russie a été dur et qu’il a pu être surmonté. Mais il n’y a pas une allusion à ce que tout le monde espérait : quand finirait la guerre. Au contraire, il a déclaré que tous les préparatifs avaient été faits pour affronter l’éventualité d’un nouvel hiver de guerre sur le front russe avec des moyens plus efficaces. Puis, il a demandé les pleins pouvoirs juridictionnels sur le peuple allemand. Au fond, il les avait déjà mais cette attribution aussi solennelle a fait comprendre à tous que la situation intérieure en Allemagne méritait un contrôle très sévère. Dans l’ensemble, en Italie, le discours a eu un effet déprimant, seul Mussolini l’ayant jugé comme étant « un très bon et fort discours26 ».

53Marcello Vaccari, préfet de Venise, me parle de la situation du jeune Petacci et du grand scandale survenu à Venise. Buffarini a enterré les rapports des carabiniers que Vaccari lui-même lui a remis. Aux dires de Petragnani, directeur général de la Santé, Buffarini finance avec 200 000 lires mensuelles mademoiselle Claretta Petacci en s’assurant ainsi sa propre impunité. Cependant, on parle déjà trop de toute cette affaire.

5428 avril. Départ pour Salzbourg. Il s’agit d’une rencontre voulue par les allemands et pour laquelle – comme d’habitude – on ne nous donne pas la moindre indication sur l’ordre du jour. Durant le voyage, Cavallero me parle de l’opération sur Malte. Il se rend compte que c’est un dur morceau à avaler. Désormais, la préparation est faite avec l’attention maximale et avec la conviction que l’attaque devra être accomplie. Mais sur le point de savoir si l’opération aura lieu et quand, c’est une autre paire de manches. Sur ce point, Cavallero ne prend pas d’engagement et, comme c’est dans sa nature, il se retranche derrière une grande quantité de si et de mais. Il parle du déroulement futur de la guerre. Il est nécessaire de vaincre cette année, ou du moins de se mettre en position de vaincre. Sinon, les dangers deviendront toujours plus importants.

5529-30 avril. Arrivée à Salzbourg (gare de Putch). Scène traditionnelle : Hitler, Ribbentrop, personnalités et cérémonial habituels. Nous sommes logés au château de Klessheim. C’est un grandiose édifice qui fut la propriété autrefois des princes-évêques de Salzbourg et qui désormais est devenu une résidence de chasse du Führer. Il est luxueux et très bien installé : mobilier, tapisserie, tout a été dérobé en France. Ils n’ont pas dû le payer très cher.

56L’accueil est très cordial, ce qui me fait mettre sur mes gardes : la bonhomie des allemands est toujours inverse à leur situation militaire. Hitler a l’air fatigué. Il est fort, décidé, éloquent mais fatigué. Les mois de l’hiver russe ont lourdement pesé sur lui. Pour la première fois, je vois qu’il a beaucoup de cheveux blancs.

  • 27 « Je considère la résistance des allemands durant cet hiver comme étant la page la plus glorieuse (...)

57Hitler parle avec le Duce et moi avec Ribbentrop. Mais, dans les deux salles, on entend le même discours. Ribbentrop, surtout, joue sa partition de propagande. J’ai mis par écrit, par ailleurs, l’entretien. Napoléon, la Bérézina, le drame de 1812, tout cela revit dans son discours. Mais le gel russe a été vaincu par le génie d’Hitler27. Voici le plat de résistance qui m’est servi. Et demain ? Que réserve le futur ? Là, Ribbentrop est moins explicite. Offensive contre les Russes au sud avec comme objectifs politico-militaires les puits de pétrole. Privée des sources de pétrole, la Russie pliera les genoux. Alors, les conservateurs britanniques, pourquoi pas Churchill lui-même qui, après tout, est un homme sensible, se feront petits afin de sauver ce qui reste de l’empire. ainsi conclut Ribbentrop. Et si cela ne se passe pas ainsi ? Si les anglais, qui ont la tête dure, veulent continuer, quels moyens utiliser pour les mettre totalement hors de combat ? Avions et sous-marins. On répète la formule de 1940. Mais elle n’avait pas alors obtenu de bons résultats et avait été mise en veilleuse. On la remet en avant encore une fois et après l’avoir bien dépoussiérée, on veut nous la resservir. Mais elle ne me convainc que peu et je le dis à Ribbentrop, au grand scandale d’Alfieri, qui comprend peu ce qu’il entend mais qui approuve toujours.

  • 28 Mussolini note dans sa relation de l’entretien qu’Hitler lui a expliqué que l’apport militaire amé (...)

58L’Amérique est un grand bluff. Le slogan est répété par tous, grands et petits, dans les chambres et antichambres. Il est troublant de penser à ce que les américains pourraient faire – et à mon avis, ils le feront – et les allemands ferment les yeux pour ne pas le voir. Cela n’exclut pas que les plus intelligents et les plus honnêtes pensent à ce que l’Amérique pourrait faire et en ont froid dans le dos28.

  • 29 Le Führer affirme au Duce « qu’aucune des éventuelles demandes de Laval ne sera écoutée tant que l (...)
  • 30 Dans son compte rendu, Ciano dresse le portrait de son homologue allemand : « Depuis que Ribbentro (...)

59En ce qui concerne la France, plus de défiance que de sympathie. Même Laval est peu persuasif29. Le véritable état d’esprit des Français est plus clairement visible dans le geste de ce typographe, qui a risqué sa vie en faisant sortir le journal en transformant le nom de Pétain en Putain, que dans tous les discours des collaborateurs stipendiés par Vichy. En Allemagne, on ne se nourrit pas d’illusions et on est toujours prêt à frapper ceux qui voudraient bouger30.

60Hitler parle et parle encore. Mussolini, qui est habitué à parler et qui est contraint de se taire presque toujours, souffre. La seconde journée, après le déjeuner, alors que nous nous étions tout dit, Hitler a parlé sans interruption pendant une heure et quarante minutes. Il n’a laissé de côté aucun sujet : la guerre et la paix, la religion et la philosophie, l’art et l’histoire. Mussolini regardait mécaniquement sa montre, je pensais à mes affaires, et seul Cavallero – qui est un prodige de servilité – faisait mine d’écouter et acquiesçait de la tête. Mais ceux qui tenaient moins bien le coup que nous étaient les allemands. Les pauvres : ils doivent subir cela tous les jours et je suis sûr qu’il n’y a pas une parole, un geste ou une pause qu’ils ne savent de mémoire. Le général Jodl, après une lutte héroïque contre le sommeil, s’est endormi sur le divan. Keitel vacillait mais a réussi à tenir la tête droite. Il était trop près d’Hitler pour s’abandonner comme il l’aurait souhaité.

Anmerkungen

1 Blague. En allemand dans le texte.

2 Ancien préfet de Gênes, Umberto Albini est devenu préfet de Naples en juillet 1941.

3 Né en 1879, Italo Gariboldi devient général de division en 1936, entre le premier à Addis-Abeba et est promu chef d’état-major des troupes italiennes en Afrique orientale, poste qu’il conserve jusqu’en février 1938. Il est nommé commandant en chef des troupes italiennes en Libye en remplacement du maréchal Graziani le 11 février 1941. Il est remplacé par le général Bastico en juin 1941 avant de prendre la direction du corps expéditionnaire italien.

4 Ancien préfet de Trieste, Dino Borri est préfet de Gênes depuis juillet 1941.

5 Vis-à-vis de la démarche japonaise, Ciano a adressé une requête à Raffaele Guariglia, ambassadeur près le Saint-Siège, afin que le Vatican donne plus de relief à l’arrivée de l’ambassadeur japonais qu’à celle de l’ambassadeur chinois. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VIII (12 dicembre 1941 – 20 luglio 1942), op. cit., note 1, p. 468.

6 Marcello Del Drago est conseiller de légation à Paris.

7 Giovanni Boldini est né à Ferrare en 1842. Installé à Paris en 1880, il devient le peintre à la mode par ses portraits de la bonne société parisienne qui lui donne le surnom de Paganini de la Peinture. Il meurt en 1931. Le tableau en question est La Danseuse gitane. Dans Ciano Edda, Témoignage pour un homme, op. cit., p. 25.

8 Stafford Cripps est député travailliste en 1931. Nommé ambassadeur britannique à Moscou en juin 1940, il négocie le traité anglo-soviétique de juillet 1941. Rappelé à Londres, il entre au cabinet de guerre au poste de lord du Sceau privé. Il est envoyé en Inde, en mars 1942, afin de négocier l’avenir de l’Inde avec Gandhi. À son retour, Cripps est nommé ministre de la Production aéronautique.

9 Si Nehru, chef du parti du Congrès, refuse d’accentuer l’effort militaire en échange d’une indépendance après la guerre, il promet de résister aux Japonais.

10 Le Duce anticipe ! Selon une enquête du début des années 1950, 12,9 % des Italiens de plus de 6 ans étaient analphabètes.

11 Né en 1884, Corrado Govoni appartient au mouvement futuriste et au groupe de poètes de La Voce à Florence. Connu pour de nombreux poèmes et des romans (L’ombre aussi est soleil en 1921, La Route sur l’eau en 1923, Le Vol d’amour en 1926), il écrit en 1937 Poema di Mussolini.

12 Ayant soutenu les Japonais lors de la guerre contre les Russes en 1904-1905, Tchang Tso-Lin est gouverneur de Mandchourie en 1911. Surnommé le Roi sans Couronne de Moukden, il occupe Pékin en 1926 lors de la guerre civile mais est assassiné en 1928 à l’instigation des Japonais qui lui reprochent de ne plus soutenir la politique de Tokyo.

13 Rumeur erronée puisque le général Gambara est envoyé en Slovénie à la tête du 11e corps d’armée en septembre 1942.

14 Expression latine signifiant que quelque chose est confié de manière très discrète.

15 En français dans le texte.

16 Il s’agit de Giovanni Marinelli depuis novembre 1939.

17 La Société des amis du Japon, présidée par le baron Pompeo Aloisi, organise une exposition de dessins d’enfants japonais adressés aux petits Italiens.

18 Île de l’archipel du Dodécanèse qu’occupe l’Italie depuis 1912.

19 Il s’agit de la sœur du Duce.

20 Résidence de la famille Petacci.

21 Mécontentes de la politique menée par l’amiral Darlan, qui s’est rapproché de l’ambassadeur américain Leahy après l’échec de l’entrevue de Saint-Florentin avec Goering, les autorités allemandes pressent le maréchal Pétain de renvoyer ce dernier et de rappeler Pierre Laval, considéré plus apte à obtenir des résultats dans la politique de collaboration. Après une rencontre entre Pétain et Laval à Randan le 25 mars, le maréchal nomme ce dernier chef du gouvernement le 18 avril.

22 Seize bombardiers B-25, commandés par le colonel Doolittle, décollent du porte-avions Hornet et bombardent Tokyo, Kobe, Yokohama et Nagoya. Les dégâts sont symboliques mais l’effet psychologique est important : le Japon n’est pas un sanctuaire inviolable.

23 Pour les 53 ans du Führer, Goebbels prend la parole à la Philharmonie de Berlin, entre une exécution de la Suite en ré majeur de Bach et celle de la 9e Symphonie de Beethoven. Au cours de son allocation, le ministre de la Propagande du Reich insiste sur le film Der grosse König qui relate le rôle de Frédéric II de Prusse pendant la guerre de Sept ans, conflit où le roi remporte la victoire après de nombreuses difficultés. Dans Goebbels Joseph, Journal. 1939-1942, op. cit., p. 535.

24 L’aviation italo-allemande effectue 4 927 sorties en mars et 9 599 en avril, soit 6 700 tonnes de bombes. Le bombardement du 20 avril parvient à détruire 30 des 46 des chasseurs Spitfire qui venaient d’arriver pour renforcer la défense de l’île.

25 Raffaele Boscarelli était ambassadeur en argentine depuis octobre 1940.

26 Hitler prend la parole devant le Reichstag. Il revient sur le rude hiver passé par les troupes allemandes sur le front de l’est mais souligne la détermination qui leur a permis de rétablir la situation. Il assure que le prochain hiver de guerre sera bien préparé. Puis il se lance dans une analyse de la progressive désintégration de l’empire britannique. Enfin, après avoir formulé des critiques contre le système de transport qui a montré des carences et contre les privilèges de certains fonctionnaires, il fait avaliser par le Reichstag l’obtention des pleins pouvoirs judiciaires. Dans Goebbels Joseph, Journal. 1939-1942, op. cit., p. 561.

27 « Je considère la résistance des allemands durant cet hiver comme étant la page la plus glorieuse de l’histoire militaire allemande », dit Hitler à Mussolini. Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXXI : Dal discorso al Direttorio nazionale del PNF del 3 gennaio alla liberazione di Mussolini (4 gennaio 1942 – 12 settembre 1943), La Fenice, Florence, 1960, p. 55.

28 Mussolini note dans sa relation de l’entretien qu’Hitler lui a expliqué que l’apport militaire américain avait tendance à être surévalué et que le Japon l’avait déjà neutralisé. Ibid., p. 56.

29 Le Führer affirme au Duce « qu’aucune des éventuelles demandes de Laval ne sera écoutée tant que la collaboration ne sera pas pleine, loyale, concrétisée dans les faits ». Ibid., p. 56.

30 Dans son compte rendu, Ciano dresse le portrait de son homologue allemand : « Depuis que Ribbentrop, dans ce même Salzbourg, prononça pour la première fois en août 1939 le mot “guerre”, c’est ma vingtième rencontre avec le ministre des affaires étrangères du Reich. J’ai trouvé chaque fois dans son attitude un miroir des circonstances et, plus encore, dans ses paroles l’écho fidèle de la pensée d’Hitler au même moment ; ce qu’il disait, je l’avais toujours entendu ou j’allais l’entendre de la bouche du Führer. À présent, j’ai trouvé un Ribbentrop qui n’est plus le Ribbentrop euphorique de la campagne de France, ni le Ribbentrop trop sombre de novembre dernier. Il est sévère, conscient des heures dures qui surviendront encore, mais il est aussi serein et convaincu d’arriver au port toutes voiles déployées. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 498.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540