Version classiqueVersion mobile

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1942

Mars

Texte intégral

11er mars. Les anglais viennent au-devant de nos demandes à la suite du torpillage du Lucania : ils donnent de nouveau les plus amples garanties et rendront, pour remplacer le Lucania, un de nos bateaux-citernes confisqués. La marine, qui veut à tout prix saboter l’initiative, fait des objections : elle veut que la citerne restituée soit anglaise. Sinon, dit-elle, au moment de la paix, nous aurons une citerne de moins. Même le Duce, qui n’est pourtant pas enthousiasmé par le rapatriement des Italiens, a réagi à une objection aussi stupide : « ou nous gagnons la guerre, a-t-il commenté, et nous aurons des citernes à foison, ou nous la perdons et on ne nous laissera que nos yeux pour pleurer. »

  • 1 Suite à la capitulation des troupes italiennes en Éthiopie en mai 1941, le duc d’Aoste est interné (...)

2Si ce n’est un rapport d’Alfieri, qui assure que la situation s’est cristallisée sur le front oriental, des nouvelles nous parviennent de continuelles initiatives offensives russes dont certaines actions arrivent à pénétrer notablement le front. Même Mussolini semble maintenant s’en préoccuper : « Certes, les allemands m’ont fait dire qu’ils ont 300 divisions de prêtes. Mais même si cela est vrai, de quel matériel humain seront-elles composées ? Quel est leur véritable moral ? Tout dépend de ces réponses. » Nouvelles pessimistes de l’état de santé du duc d’Aoste1. Tuberculose militaire : donc condamnation inexorable. Mussolini ne s’y intéresse guère et même la Maison royale semble assez peu émue.

32 mars. Jacomoni rend compte de la situation en Albanie. Dans l’ensemble, elle est, par les temps qui courent, bonne. Mais il y a une question qui attire mon attention : l’insuffisance des forces militaires. Il y a quatre divisions à deux divisions et deux bataillons par régiment, peu de forces de carabiniers, pas un char : voici ce qui se trouve en Albanie en notre nom. Il est désormais clair que si un coup venait à être frappé de l’extérieur et si la propagande ennemie réussissait à soulever de larges secteurs à l’intérieur, il serait absolument impossible de tenir. nous ne devons pas oublier que tous les Balkans sont en flammes, que l’Albanie n’est sous régime italien que depuis trois ans, que nous sommes en guerre contre l’Amérique et l’Angleterre qui ont de nombreux moyens et avec la Russie qui est une maîtresse pour tendre des pièges. J’en parlerai sérieusement au Duce : il est évident qu’avant de se préoccuper d’envoyer des forces en Russie, il faudrait nous assurer des possessions que nous avons.

  • 2 La bataille du Blé a été officiellement lancée par le régime fasciste le 14 juin 1925 afin de parv (...)

4Pareschi juge meilleure la situation alimentaire actuelle et fait ses pronostics pour le futur : prochaine récolte favorable car la terre est encore riche de fertilisants qui furent employés en abondance pour la bataille du Blé2, mauvaises récoltes à l’avenir car les engrais manquent désormais.

53 mars. Le duc d’Aoste est mort. Disparaît avec lui une noble figure de Prince et d’Italien, aux manières simples, à l’esprit ouvert et plein d’humanité. Il ne voulait pas la guerre. Il était convaincu que l’empire ne pouvait résister que quelques mois. De plus, il détestait les allemands. Des événements qui ensanglantent le monde, il craignait plus une victoire allemande qu’une victoire anglaise. Quand il partît pour l’Éthiopie, en mai 1940, il avait le sens de son destin : il était décidé à l’affronter mais était plein de tristesse. J’ai communiqué la nouvelle au Duce qui a laconiquement exprimé ses regrets. Dans l’après-midi, Bismarck a téléphoné pour dire que son gouvernement proposait de profiter de la mort du duc d’Aoste pour mener une campagne d’accusations contre le Secret Service. Il a ajouté que, personnellement, il jugeait le projet de « mauvais goût ». Il a raison. Il n’y aucun élément qui puisse appuyer cette thèse, et même tout montre le contraire. J’en ai fait une allusion au Duce qui s’est exprimé en termes négatifs : la proposition ne vaut que pour qualifier l’intelligence et la morale de celui qui l’avance.

  • 3 Expression signifiant le passage de la pauvreté à la richesse. Titre d’une opérette italienne dont (...)
  • 4 Le 2 mars, les Japonais entrent à Batavia, la capitale de Java.

6Mussolini est toujours plus favorable au Japon, et ce d’autant plus que baisse sa sympathie pour les allemands. Il veut écrire un article afin d’exalter le peuple japonais qui après des siècles de misère et de volonté tendue vers l’avenir a, en peu de mois, renversé sa situation passant « dall’ago al milliardo3 ». Le Duce estime que ce qui arrive en orient et dans le Pacifique a un caractère définitif4.

74 mars. J’ai accompagné Jacomoni chez le Duce et j’ai voulu qu’il lui parle clairement. Situation fondamentalement bonne à l’intérieur, mais mille dangers en dehors des frontières qui peuvent rapidement altérer y compris l’état d’esprit de la population. La condition indispensable pour être tranquille est la force, d’avoir la force. Nous ne l’avons pas actuellement. Le Duce – peut-être plus par devoir d’État que par conviction – a dit ne pas partager nos appréhensions, mais il enverra des régiments et quelques compagnies de chars qui seront assez utiles dans les villes. Jacomoni, qui n’avait pas vu le Duce depuis plusieurs mois, l’a trouvé alourdi et avec des signes de fatigue sur le visage. Il semblait, en effet, moins frais que d’habitude.

8Buffarini est plein de préoccupations pour la question alimentaire : des cris d’alarme et des cris de douleurs arrivent de chaque commune d’Italie et il estime que la situation tend à se détériorer rapidement. au manque de denrées, s’ajoute d’autre part l’augmentation continuelle des prix, ce qui rend la vie vraiment insupportable à toutes les personnes qui ont un revenu fixe.

9Grande impression dans le pays à la suite de la mort du duc d’Aoste. Douleur sincère et solidarité humaine. Un garçon du peuple, qui a un frère prisonnier, m’a dit : « Ma mère a pleuré aujourd’hui, toutes les mères de prisonniers pleurent aujourd’hui. »

105 mars. Rien de nouveau.

  • 5 Le général Gastone Gambara, après avoir participé à la campagne contre la Grèce, est nommé chef d’ (...)
  • 6 Au sujet de cette disgrâce du général Gambara, Cavallero note dans son Journal : « Ciano téléphone (...)

116 mars. Madame Margherita Campello, qui est l’amie d’une des secrétaires du général Gambara, m’a dit qu’au moment où il a été relevé de son commandement en Libye5, ses officiers, alors à Rome, ont été arrêtés par le général Meravigna et des carabiniers. C’est un coup de Cavallero qui déteste Gambara. Je téléphone immédiatement à Cavallero pour en savoir plus : comme à son habitude, il s’est dérobé en expliquant qu’il ne savait rien, que le ministère de la Guerre avait agi à son insu. Il finit par admettre que l’on enquêtait sur les proches de Gambara à propos d’activités illicites, mais que celui-ci n’était pas en cause : il ira à Bolzano commander un corps d’armée. Il ne doit pas s’arrêter à Rome, ni s’adresser à personne. Nous verrons comment cela va finir, mais il est hors de doute que Cavallero s’est appuyé sur les allemands pour toucher notre valeureux général, lequel a eu l’imprudence de trop parler. Il paraît qu’il a dit dans un mess en Libye : « J’espère vivre encore assez pour commander une armée italienne en marche sur Berlin6. »

12Vidussoni me fait une longue visite pour me mettre au courant de ses propositions pour le Parti. Je reste dans une prudente réserve : cela ne peut pas durer.

  • 7 L’aviation britannique bombarde les usines Renault de Boulogne-Billancourt dans la nuit du 4 au 5 (...)

13Dur bombardement sur la région industrielle de Paris de la part des anglais7 et tentative de la propagande allemande pour susciter la réaction française. Mais Buti rapporte qu’il n’y a pas de réaction ou qu’elle se manifeste dans l’autre sens.

147 mars. Mussolini, qui est mécontent de la manière dont vont les choses, a dit : « Cette guerre n’est pas faite pour le peuple italien. Il n’a pas la maturité, ni la consistance pour une épreuve aussi formidable et décisive. C’est une guerre pour les allemands et les Japonais, pas pour nous. »

15Luigi Cortese, consul général à Genève, rapporte qu’en Suisse, la peur d’une invasion est passée car personne ne croit plus à une victoire totale des allemands. Au contraire, les prévisions sont d’une autre nature. On pense que l’Allemagne, après s’être heurtée une nouvelle fois à la Russie lors de la prochaine offensive, sans remporter de succès décisif, devra négocier avant l’hiver. L’état d’esprit s’est beaucoup amélioré en Italie : il est presque favorable à l’égard de certaines possibilités pour le futur que l’on envisage avec espoir en Suisse.

  • 8 Le rapport de l’amiral Thaon di Revel retient quatre accusations contre Graziani, dont le retard d (...)
  • 9 Le 8 mars, les Japonais entrent dans Rangoon. L’état-major japonais envisage de lancer une attaque (...)

16Mussolini a eu le rapport de Revel à propos de l’enquête sur Graziani. Il paraît qu’il est très dur envers ce dernier : il m’en donnera une copie8. Il ne sait pas s’il le défère devant un tribunal ou s’il le liquide par la voie administrative en le plaçant à la retraite. Je pencherais pour cette solution tant que dure la guerre. Le Duce reproche à Graziani d’avoir causé de graves dommages au pays : coup au prestige militaire, arrivée des allemands en Italie, perte de l’empire. Il est maintenant d’avis d’attaquer Tobrouk, sinon les anglais lanceront une attaque. Les amiraux japonais ont fait savoir qu’ils entendent poursuivre vers l’Inde : l’axe doit marcher à leur rencontre vers le golfe Persique9.

178 mars. Rien de nouveau.

18Aucune annotation dans le Journal le 9 mars.

1910 mars. Casero me lit un rapport du bureau d’information de l’aviation. Il est d’un pessimisme noir : selon cette note, l’Allemagne doit liquider la Russie dans les prochains mois, car il n’est pas certain que la population puisse supporter un prochain hiver. Qu’y a-t-il de vrai ?

  • 10 Le prince Albrecht von Urach remplit des missions diplomatiques pour le ministère allemand des aff (...)

20En attendant, il est arrivé quelque chose d’étrange. Le prince Urach10, du bureau de presse de Ribbentrop, est venu à Rome et a demandé à voir D’Ajeta. Il a fait un étrange discours sur le Japon, à la fois ambigu et aigre-doux : il est bien que les Japonais remportent des succès car ce sont nos alliés mais, en définitive, il ne faut pas oublier que ce sont des Jaunes et que leurs succès se font au détriment de la race blanche. C’est un argument qui revient souvent dans les discours des allemands. D’Ajeta a même eu l’impression qu’Urach cherchait à sonder, de loin, notre état d’esprit au sujet d’une paix séparée avec l’Angleterre. Urach a également dit que la liquidation de la Russie apparaissait encore comme un devoir très dur à accomplir. D’Ajeta s’en est tenu à des généralités et il a bien fait.

  • 11 Renato Bova Scoppa est ministre d’Italie à Bucarest depuis juillet 1941, après avoir été ambassade (...)

21J’ai télégraphié à Bova Scoppa11 de renvoyer à plus tard le voyage en Roumanie : je vois, grâce aux messages interceptés, que les Roumains font des difficultés et qu’ils voudraient donner un ton anti-hongrois à mon voyage. Donc, rien à faire.

2211 mars. Le Duce a vivement réagi aux déclarations d’Urach. Au contraire, il a affirmé ses sentiments pro-japonais : « D’autre part, quelle importance aurait l’enrichissement des Japonais s’il abaissait le niveau de vie de l’Europe ? Ces préoccupations d’ordre matériel révèlent les sédiments marxistes de l’état d’esprit allemand, même s’il est national-socialiste. »

  • 12 Il s’agit de l’église du Santissimo Sudario dei Piemontesi, devenue après 1870 une chapelle privée (...)
  • 13 Allusion à la mort de Bruno Mussolini, qui était capitaine et non lieutenant.

23Ce matin, à l’église du Saint-Suaire12, a eu lieu une cérémonie religieuse en hommage au duc d’Aoste. Seules les personnalités de la cour étaient invitées et naturellement les titulaires du Collier de l’annonciade. La famille royale avait pris place sur une tribune cachée à notre vue. La cérémonie avait commencé depuis peu lorsqu’une porte s’est ouverte et une femme en deuil est entrée, courbée comme une vieille. C’était donna Rachele. Elle a pris place sur le premier banc venu et a pleuré toute la cérémonie. À la sortie, j’ai réclamé son automobile qui n’était pas là. Je lui ai proposé d’utiliser la mienne et elle a refusé. Elle est venue à pied et est repartie à pied. Je l’ai dit au Duce qui en a été surpris. Il ne savait pas que sa femme serait allée à une cérémonie intime de la Maison royale. « C’est la première fois que cela arrive », a-t-il dit. Mais cette vieille qui pleurait aujourd’hui dans l’église du Saint-Suaire n’était pas la femme d’un grand Chef, mais plus simplement, la mère d’un lieutenant mort à 20 ans dans son avion13.

2412 mars. Rien de nouveau.

2513 mars. Rien de nouveau.

2614 mars. Conseil des ministres. Il n’y eût pas de décisions importantes, si ce n’est le règlement sur les titres nominatifs. Le Duce en prend prétexte pour faire des déclarations extrémistes en matière économique et financière, qu’il conclut avec une obscure menace « que si on entendait faire opposition à cette loi, il sortirait une mesure prise il y a huit ans qui, avec deux articles, modifierait toute la situation des propriétaires en Italie ».

27D’autres mesures restrictives sont prises à cause de l’état de guerre et, particulièrement, on entend limiter les voyages privés au maximum : pour voyager, il sera nécessaire d’avoir une autorisation du préfet.

2815 mars. Les Japonais ont précisé leurs projets lors d’un entretien avec Indelli : aucune attaque vers l’Inde car elle disperserait leurs forces sur un champ d’action trop vaste et mystérieux, aucune attaque contre la Russie, extension de la lutte vers l’Australie, où il est évident que les américains et les anglais préparent la contre-attaque.

29Avant son départ, j’ai vu Ando, le conseiller japonais, qui retourne à Tokyo. Je l’ai chargé d’un message très amical pour son gouvernement, d’autant plus que les nippons sont très susceptibles et méfiants vis-à-vis de l’attitude allemande. Ici également, de la part de certains, on accentue la note pro-japonaise pour contrarier l’Allemagne. Je ne suis pas d’accord. Personne ne peut m’accuser de germanophilie, mais je préfère encore les Blancs aux Jaunes. et puis, le Japon est loin alors que l’Allemagne est proche, très proche…

30Bastianini dresse un tableau très pessimiste de la situation croato-dalmate. Nos forces armées, y compris la Milice, sont déplorables : aucune énergie, aucun état d’esprit, seulement un antifascisme diffus et général. Il prévoit des heures très dures pour le printemps et l’été. Mais Bastianini est toujours un peu pessimiste.

  • 14 En réalité, les assauts des troupes du maréchal Timochenko dans la région de Kharkov n’aboutissent (...)

3116 mars. Nouvelles violentes attaques russes qui rendent la situation incertaine dans le secteur oriental de Kharkov. Même Mussolini ne cache pas sa préoccupation14.

  • 15 Il s’agit de Hans Beck-Friis depuis juillet 1940.

32Le ministre de Suède15 fait une communication au nom de son gouvernement à propos de la Grèce : les anglais sont disposés à desserrer quelque peu le blocus et à donner 150 000 quintaux mensuels aux Grecs. Naturellement, ils demandent des garanties. Je ne sais pas si le Duce et les allemands sont disposés à accepter les conditions proposées : je travaillerai en ce sens car c’est le seul moyen de sauver d’une mort certaine quelques millions d’innocents et de malheureux.

  • 16 La ration de pain est réduite à 150 grammes depuis le 13 mars.

33Long entretien avec Pareschi sur la situation alimentaire du pays. Elle n’est pas bonne : la récente réduction de 25 % de la ration de pain a été accueillie avec désespoir par le peuple, même s’il n’y a pas eu trop de signes de protestation16. Pareschi – plein du feu sacré des novices – se fait beaucoup d’illusions sur l’avenir et pense que quelques-unes des mesures qu’il a prises pourront, si ce n’est renverser, du moins améliorer de beaucoup la situation. En réalité, les hypothèses les plus favorables ont pour base l’aide de la Fortune et sont liées à la quantité de si et de mais. La réalité est que les engrais sont réduits d’un tiers, la main-d’œuvre est rare, le matériel agricole est détérioré, le carburant est en quantité insuffisante.

3417 mars. Rien de nouveau.

3518 mars. Rien de nouveau.

  • 17 Confusion entre busto (buste) et busta (enveloppe, carton).

3619 mars. Pavolini, de retour d’un entretien avec Goebbels, dresse un tableau assez gris de la situation en Allemagne. Même son collègue allemand, qui avait par le passé un ton altier, s’est exprimé en sourdine cette fois-ci. Il a parlé de crise du Régime, de marcher « sur le fil du rasoir », et quand il a voulu considérer comme terminée la période noire, il n’a fait que des prévisions modestes et limitées. On ne parle plus d’abattre le bolchevisme mais de se contenter d’arriver au Caucase. Les paroles de résistance et de ténacité ont remplacé les affirmations de victoires foudroyantes, de paix dictée et d’ordre nouveau. Pavolini a raconté une histoire divertissante et significative, très significative pour les serviteurs des allemands. Quand Goebbels envoya un buste d’Hitler à Farinacci, le porteur en fût le gauleiter Esser qui se pique de parler italien. Il s’est exprimé ainsi en remettant le cadeau : « excellence Farinacci, le ministre Goebbels m’a chargé de vous remettre cette enveloppe17… » Cette histoire a fait le tour de l’Allemagne et le premier à en rire est Goebbels. Il semble que Farinacci rie moins. Ce matin, le Duce a fait le point sur la situation intérieure italienne et a dû admettre que cette guerre n’était pas comprise par le peuple. Il explique cette situation par l’absence de buts immédiats, facilement compréhensibles par les petites gens. aussi pense-t-il que la propagande doit être faite uniquement autour du risque de défaite : aucune générosité ne serait à attendre de la part de l’adversaire et nous serions réduits à la servitude pour un siècle. Mais les gens ne sont pas non plus convaincus de ceci. On dit à Milan : pour que la guerre finisse, on serait même prêt à la gagner !

3720-21 mars. Rien de nouveau.

  • 18 Cet état d’esprit se retrouve dans les Souvenirs de Ruggero Zangrandi, en particulier dans le chap (...)

3822 mars. Voici quelques jours, un jeune m’a appelé au téléphone, prétendant le faire au nom du secrétaire du Parti, et m’a demandé de venir me voir afin de me communiquer « d’importantes révélations à propos d’un complot ». Je l’ai reçu. C’est un garçon de Trieste, Armando Stefani, âgé de 20 ans, inscrit aux GUF, maigre, intelligent, nerveux. Il a dit avoir été approché par un journaliste, Felice Chilanti, lequel l’avait invité à prendre part à un mouvement révolutionnaire ultra-fasciste qui se proposerait d’éliminer tous les éléments de droite et conservateurs du Parti et d’imposer au Duce une vigoureuse politique socialiste. Tout était prévu : attaque, arrestation des ministres, mort de Ciano. Ce jeune en était resté assez impressionné et c’est pour cela qu’il s’était précipité pour m’en avertir. Je n’aurais pas attribué beaucoup d’importance à la chose si la police n’avait estimé qu’il existait une part de vérité. Nous devons aller au fond de l’affaire avec un peu de bannissement et même de la prison afin de rafraîchir l’ardeur de ces jeunes. Mais on ne peut faire moins que de se demander pourquoi tout ceci est arrivé ? Ne s’agirait-il pas d’un début d’antifascisme qui n’oserait pas lever le drapeau de la révolution, mais chercherait à se cacher sous l’égide du Parti lui-même ? Ces éléments que le Parti accueille dans ses rangs et qui, selon l’avis de certains, sont sous contrôle par le biais de flatteries et d’adulations, ne sont-ils pas en réalité encouragés à suivre une route qui devrait être, au contraire, déplorée et condamnée18 ?

3923 mars. Rien de nouveau.

  • 19 Mario Luciolli est troisième secrétaire d’ambassade à Berlin.

4024 mars. J’ai porté au Duce un rapport de Luciolli19 sur l’Allemagne. Mussolini a dit « ne jamais avoir rien lu d’aussi significatif et profond depuis longtemps ». Et il a raison. Luciolli, après avoir fait allusion au malaise intérieur du pays, explique comment la politique n’a pas su suivre l’aspect militaire de la guerre : on a beaucoup parlé d’ordre nouveau mais rien n’a été fait pour le réaliser. Aujourd’hui, l’Europe entière languit sous l’occupation allemande : les ennemis s’y sont multipliés à l’infini même si pour le moment, ils ne peuvent que se taire et haïr. Luciolli évoque également le fait que l’on pense désormais à l’éventualité d’une défaite en Allemagne. Aussi veut-on épuiser tous les pays du continent pour être, même dans cette hypothèse, relativement les plus forts. Le Duce a été touché par cette idée et a dit que, pour la fin de 1943, il voulait avoir quinze divisions prêtes et équipées dans la vallée du Pô. C’est très bien. Je lui ai répondu que désormais une guerre d’usure avait commencé pour laquelle il n’était pas facile de prévoir les développements : tout est possible. Aussi faut-il préparer des forces et les garder chez nous. Un jour, peut-être guère éloigné, une petite mais solide armée prête à intervenir pourrait décider du sort de l’Europe.

  • 20 Aucune allusion à cette visite dans le Journal de Cavallero qui ne signale, à la date du 24 mars, (...)

41Cavallero est venu me voir et j’ai eu avec lui une petite prise de bec à propos de l’affaire Gambara. Elle s’est terminée par une embrassade. Mais jusqu’à quel point est-elle sincère20 ?

4225 mars. Quelques télégrammes intéressants venus de Turquie : De Peppo a parlé avec diverses personnalités et quoique les avis sur la situation militaire soient divergents, tous sont d’accord pour estimer que le conflit germano-russe finira par placer la Turquie devant l’alternative qu’elle aurait voulu éviter. Mais à la question « avec nous ou contre nous ? », De Peppo n’est pas en mesure d’y répondre. D’après diverses sources, il apparaît que la Turquie est de plus en plus liée au monde anglo-saxon.

  • 21 Service d’information militaire.

4326 mars. Le colonel Amè parle de la situation allemande avec une préoccupation notable. Ce n’est pas seulement à cause des informations qui lui sont parvenues par l’intermédiaire des agents du SIM21 détachés en Allemagnes qu’il fait reposer ses convictions, mais également sur ce que lui a personnellement dit son collègue allemand, l’amiral Canaris. La situation intérieure est pesante sur le plan matériel et moral : armée amère et en opposition avec les éléments politiques, confiance limitée en l’offensive de printemps et donc sensation de ne pouvoir obtenir le succès définitif. Le peuple allemand est fatigué des « victoires » mais ne croit plus en la « Victoire ».

44Même le Duce, commentant la décision prise par Hitler de détacher les SS de l’armée régulière afin de constituer une seule grande unité, a reconnu qu’un tel geste portait les symptômes d’un malaise profond et peut-être inguérissable.

  • 22 Churchill prend la parole devant le Conseil central du Parti conservateur. Le Premier Ministre dre (...)

45Discours de Churchill aux conservateurs. Comme à son habitude, il n’y est pas allé par quatre chemins pour reconnaître les désastres subis, mais a confirmé sa décision d’aller jusqu’au bout et sa certitude en la victoire. Il faut honnêtement reconnaître que cet homme est un orateur de grande qualité et capable de trouver des accents humains d’une grande efficacité22.

4627 mars. Long entretien avec Squero sur l’affaire Gambara. Malgré les mille insinuations de Cavallero, Gambara est un parfait gentilhomme sur lequel il n’y a rien à dire. Il est sorti blanc comme neige de l’enquête. Tout a été monté en épingle par Cavallero pour se venger d’un critique trop courageux et pour éliminer un jeune général audacieux et qui aurait pu lui faire de l’ombre. Aussi, Squero défendra Gambara.

47Squero est vraiment une personne respectable : peut-être n’est-ce pas un aigle mais il est droit et sincère. Même Mussolini lui fait totalement confiance et il fait bien.

  • 23 Cette cérémonie a lieu sur le Largo di piazza Bocca della Verità à Rome, à proximité de l’île Tibé (...)
  • 24 Bruno Mussolini a épousé Gina Ruberti le 29 octobre 1938. La petite Marina est née le 6 mars 1940. (...)

4828 mars. Remise de la médaille d’or aux tués de l’aviation23. Le garçon de Balbo qui, sans lui ressembler, le rappelle beaucoup, a reçu la récompense sans sourciller, pâle et fier. Puis ce fut le tour de la veuve de Bruno. Elle avait la petite Marina dans les bras qui a tendu les bras vers son grand-père. Il y avait une émotion sincère dans l’assistance. Le Duce n’a pas bronché et est resté de marbre. Il a décoré la femme de Bruno, de son Bruno, comme une quelconque de ces femmes qui restent seules comme elle24. Quelqu’un a demandé : surhumain ou inhumain ? Ni l’un, ni l’autre, mais la conscience qu’à ce moment-là une faiblesse aurait fait vaciller quelques millions de cœurs. Puis j’ai surpris l’espace d’un instant, au moment où Marina s’éloignait, une lueur dans les yeux du Duce, et cette lueur démontrait pleinement tout ce que sa volonté de fer avait caché. Je me suis senti très proche de son cœur et de sa douleur.

49À Venise ont eu lieu les premières manifestations d’une relative importance au sujet du pain. Beaucoup de personnes, ayant utilisé les tickets de rationnement avant l’échéance, protestent maintenant que les boulangers refusent de fournir du pain. Le Duce en était fâché et attristé. Il a donné des ordres afin de disperser les manifestants à coups de matraque. Mais la réalité est brutale car elle prouve qu’en matière alimentaire, bien des calculs n’étaient pas fondés et les prochaines semaines peuvent nous réserver quelques mauvaises surprises.

  • 25 Matera est le chef-lieu d’une province de Basilicate, en bordure du golfe de tarente.
  • 26 Cercle de loisirs lié au PNF.

5029 mars. Aujourd’hui, les incidents pour le pain ont eu lieu à Matera25, où un groupe de femmes a donné l’assaut au Circolo del Littorio26, mais elles ont été dispersées par des carabiniers, contraints de tirer en l’air. Ce sont des symptômes graves, d’autant plus que la récolte est loin et la soudure toujours plus difficile. Buffarini s’attend à des incidents analogues un peu partout et a envoyé un télégramme d’instructions aux préfets qui commence par les mots suivants : « Calmes à vos postes. » Il veut – et il a raison – éviter toute effusion de sang.

51Gastaldi, vieux fédéral de Turin que je ne connais presque pas, vient me faire un exposé de ses différends avec un camarade. Jusque-là, rien de mal. Mais la famille Petacci est mêlée à cette affaire et il en parle librement. Elle intervient à droite, protège à gauche, menace en haut, intrigue en bas et mange à tous les râteliers. Quelques minutes auparavant, le général des carabiniers Cerrica m’avait entretenu du même sujet. Il est hors de doute que le scandale se diffuse et qu’il touche désormais la personne du Duce. Mais comment faire pour l’avertir, d’autant plus que ses collaborateurs les plus intimes, de De Cesare à Buffarini, trempent dans cette ambiance de Bas-empire ? Aussi, en ce qui me concerne, je veux me tenir à l’écart de cette affaire et j’interromps brutalement le discours de ceux qui m’en parlent. Je le fais surtout par respect pour le Duce.

52Lors de la réunion du directoire du Parti hier, Mussolini a violemment critiqué les jeunes et a fait l’apologie du squadrisme. Commencerait-il à se rendre compte de la crise profonde et préoccupante du Parti ?

  • 27 Augusto Agostino est général de la Milice chargée des forêts.

5330 mars. Agostino27 attaque de front Cavallero. Maintenant, selon lui, il aurait déjà choisi le nouveau commandant des carabiniers dont il voudrait prendre le contrôle pour des buts peu avouables. Dans les propos d’Agostino, il y a beaucoup d’exagération et un fond de vérité.

  • 28 Arthur Axmann a succédé à Baldur von Schirach à la tête de la Jeunesse hitlérienne en juillet 1940 (...)

54Vidussoni va à Venise afin de discuter avec Axmann28 du projet de fondation d’une association de la jeunesse d’Europe qui devrait être fondée sous la présidence honoraire de Schirach. Vidussoni voudrait demander, aux côtés de la présidence allemande, une présidence italienne. Je suis sûr que cela indispose Schirach qui tient beaucoup au projet. Je n’ai pas caché ce doute à Vidussoni, mais le jeune, qui est aussi ignorant que présomptueux, a tenu ferme sur son point de vue. Qu’il se casse donc la figure…

5531 mars. Rien de nouveau.

Notes

1 Suite à la capitulation des troupes italiennes en Éthiopie en mai 1941, le duc d’Aoste est interné par les Britanniques dans une résidence au Kenya.

2 La bataille du Blé a été officiellement lancée par le régime fasciste le 14 juin 1925 afin de parvenir à l’autosuffisance en céréales.

3 Expression signifiant le passage de la pauvreté à la richesse. Titre d’une opérette italienne dont la traduction est De l’aiguille au million (Dall’ago al milione et non al miliardo).

4 Le 2 mars, les Japonais entrent à Batavia, la capitale de Java.

5 Le général Gastone Gambara, après avoir participé à la campagne contre la Grèce, est nommé chef d’état-major du général Bastico. Devenu commandant du corps de bataille italien composé des divisions Ariete et Trieste, ses relations avec Rommel sont très mauvaises, en particulier depuis des ordres contradictoires donnés par le chef de l’Afrikakorps et Gambara lors de l’opération britannique Crusader en novembre et décembre 1941. Il est fort probable que Gambara ait été sacrifié sur l’autel de la coopération militaire italo-allemande en Afrique du nord. Il est remplacé par le général Barbasetti di Prun.

6 Au sujet de cette disgrâce du général Gambara, Cavallero note dans son Journal : « Ciano téléphone au sujet de la question de Gambara. Je lui exprime le désappointement du Duce et la nécessité que Gambara gagne Bolzano. J’affirme que je ne pourrai le revoir. Désormais, tout est entre les mains du ministère de la Guerre. » Dans Cavallero Ugo, Comando Supremo, op. cit., p. 228.

7 L’aviation britannique bombarde les usines Renault de Boulogne-Billancourt dans la nuit du 4 au 5 mars, faisant environ 350 morts.

8 Le rapport de l’amiral Thaon di Revel retient quatre accusations contre Graziani, dont le retard de l’offensive après la prise de Sidi Barrani et le manque d’organisation des défenses italiennes au moment de la contre-offensive britannique. Par une lettre du 21 mars au Duce, Graziani demande le temps de préparer sa défense. Ceci lui est accordé et l’affaire n’a guère de suite.

9 Le 8 mars, les Japonais entrent dans Rangoon. L’état-major japonais envisage de lancer une attaque vers Sumatra.

10 Le prince Albrecht von Urach remplit des missions diplomatiques pour le ministère allemand des affaires étrangères. Ainsi, en mai et juin 1941, il se rend à Tokyo pour tenter de persuader les dirigeants japonais de déclarer la guerre à la Grande-Bretagne.

11 Renato Bova Scoppa est ministre d’Italie à Bucarest depuis juillet 1941, après avoir été ambassadeur à Lisbonne.

12 Il s’agit de l’église du Santissimo Sudario dei Piemontesi, devenue après 1870 une chapelle privée de la Maison de Savoie.

13 Allusion à la mort de Bruno Mussolini, qui était capitaine et non lieutenant.

14 En réalité, les assauts des troupes du maréchal Timochenko dans la région de Kharkov n’aboutissent pas à des résultats concrets.

15 Il s’agit de Hans Beck-Friis depuis juillet 1940.

16 La ration de pain est réduite à 150 grammes depuis le 13 mars.

17 Confusion entre busto (buste) et busta (enveloppe, carton).

18 Cet état d’esprit se retrouve dans les Souvenirs de Ruggero Zangrandi, en particulier dans le chapitre intitulé « Surprises et servitudes de la conspiration ». Dans Zangrandi Ruggero, Le Long Voyage à travers le fascisme, Robert Laffont, coll. « L’histoire que nous vivons », Paris, 1963, p. 256-272.

19 Mario Luciolli est troisième secrétaire d’ambassade à Berlin.

20 Aucune allusion à cette visite dans le Journal de Cavallero qui ne signale, à la date du 24 mars, que son départ pour Budapest.

21 Service d’information militaire.

22 Churchill prend la parole devant le Conseil central du Parti conservateur. Le Premier Ministre dresse le bilan de l’année de guerre qui vient de se dérouler. « Nous avons subi une série de défaites militaires. Nous avons été chassés de Cyrénaïque, où nous n’avons pas pu nous rétablir qu’en partie, ainsi que de Grèce et de Crète. Nous avons été attaqués par un nouvel et formidable ennemi en Extrême-Orient. Hong Kong est touché, la péninsule Malaise et les possessions des courageux Hollandais aux Indes néerlandaises ont été submergées. Singapour a été le théâtre du plus grand désastre subi par les armées britanniques durant toute leur histoire. Les forces alliées aux Indes néerlandaises ont été virtuellement détruites à Java. La Birmanie est envahie ; Rangoon est tombé. L’australie et l’Inde sont menacées. […] nous devons affronter ce péril et défi avec notre unité nationale qui n’a pas été détruite et avec notre énergie nationale qui est inepuisable. Nous devons faire face à la situation avec tempérament, ingéniosité, courage et, par-dessus tout, avec cette volonté d’endurer qui fait la réputation de notre race insulaire depuis longtemps. » Texte reproduit sur le site World War II Resources. Consulté le 10 août 2015.

23 Cette cérémonie a lieu sur le Largo di piazza Bocca della Verità à Rome, à proximité de l’île Tibérine, à l’occasion du dix-neuvième anniversaire de la fondation de l’aéronautique italienne.

24 Bruno Mussolini a épousé Gina Ruberti le 29 octobre 1938. La petite Marina est née le 6 mars 1940. Gina Mussolini se noie dans le lac de Garde en 1946.

25 Matera est le chef-lieu d’une province de Basilicate, en bordure du golfe de tarente.

26 Cercle de loisirs lié au PNF.

27 Augusto Agostino est général de la Milice chargée des forêts.

28 Arthur Axmann a succédé à Baldur von Schirach à la tête de la Jeunesse hitlérienne en juillet 1940, lorsque celui-ci est devenu gauleiter de Vienne.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search