Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1942

Février

Texte intégral

11er février. Rien de nouveau.

22 février. Mussolini est très heureux du déroulement des opérations en Libye : il veut qu’elles soient poussées à fond, d’autant plus que d’après certaines interceptions américaines, il semble que les forces anglaises soient plutôt désorganisées.

  • 1 Il s’agit de Ramón Briones Luco.
  • 2 Vainqueur du général Carlos Ibañez Campos, le président Juan Antonio Rios finit par rompre les rel (...)

3J’ai vu pour la première fois depuis sa visite de présentation il y a deux ans l’ambassadeur du Chili1. Il ne croit pas que son gouvernement arrivera jamais à la rupture des relations diplomatiques avec l’axe. Le nouveau président élu, Ríos, même s’il a été l’homme du front populaire, tiendra la même ligne de conduite. Aussi, l’ambassadeur s’évertuera à influer dans ce sens, d’autant plus qu’il est convaincu de la défaite anglo-américaine2.

  • 3 Le général Cavallero ne fait aucune allusion à ce repas dans son Journal.

4Repas avec Goering chez Cavallero. Il est, comme à son habitude, gonflé d’orgueil et triomphant. Il n’a rien dit qui vaille la peine d’être relevé. L’unique chose – très triste par contre – est la servilité de nos militaires à son égard. Cavallero est l’exemple même de ce type de bouffon qui ferait la révérence également aux urinoirs si cela était utile. Nos trois chefs d’états-majors étaient devant cet allemand comme devant leur patron. Et lui pontifiait béatement. Je sais bien que c’est inutile mais j’ai avalé beaucoup de bile, plus de bile que de nourriture3.

53 février. Le Duce me fait lire deux lettres de Melchiori envoyées de Libye : elles sont, habitude de ce personnage antipathique, deux dénonciations de notre commandement et une exaltation de Rommel. Je ne sais pas s’il a tort ou raison sur le fond mais je me méfie de l’individu et de chacun de ses gestes. Il n’y a rien de plus humiliant que l’attitude de Melchiori qui s’est mis au service des allemands et envoie pendre les Italiens.

  • 4 Après avoir été gouverneur du Dodécanèse en décembre 1940, le général Ettore Bastico est nommé com (...)

6Mussolini, qui avait pris la lettre au sérieux, s’en prend à Gambara et Bastico4, d’autant plus que Gambara aurait dit dans un mess (mais je ne le crois pas) : « Mussolini a vendu l’Italie à l’Allemagne. J’espère vivre encore vingt ans pour commander une armée lorsque nous ferons la guerre aux allemands. »

7D’autre part, j’ai reçu une longue lettre de Gambara sur la situation en Libye. C’est un document intéressant qui vaut la peine d’être conservé : Gambara a été hostile à la retraite de Rommel comme il est aujourd’hui opposé à une avance trop rapide. Nous verrons s’il a raison et jusqu’à quel point.

84 février. Départ de Goering de Rome. Nous avons déjeuné à l’Excelsior et durant le repas, il a surtout parlé des bijoux qu’il possède. Il avait, en effet, des bagues d’une singulière beauté aux doigts. Il a expliqué qu’il les avait achetées pour peu – relativement peu – en Hollande, après que celles-ci aient été séquestrées. On m’a raconté qu’il jouait avec les pierres précieuses comme un enfant avec ses billes : durant le voyage, étant nerveux, ses aides de camp lui avaient porté un récipient plein de diamants, il les a mis sur la table, les a comptés, alignés, mélangés. Il est redevenu heureux. Un de ses officiers disait de lui : « Il aime deux choses : les œuvres d’art et la guerre. » Passions coûteuses toutes les deux. À la gare, il portait une grande pelisse en zibeline : quelque chose entre le chauffeur de 1906 et la cocotte de l’opéra. Si l’un d’entre nous faisait la même chose, il se ferait lapider. Inversement, en Allemagne, il est accepté comme il est et peut-être même aimé parce qu’il y a en lui un peu d’humanité.

  • 5 Le 3 février est signé à Rome un accord pour la cession de 500 tonnes de pétrole par la France à l (...)

95 février. Aucune nouveauté de grande importance. Maintenant que le mouvement pendulaire des armées en Libye tourne en défaveur des anglais, le gouvernement de Vichy se hâte de nous sourire. Mais il faut le considérer pour ce qu’il est5.

  • 6 Attilio De Cicco est devenu directeur général des Italiens à l’étranger.

10J’ai accompagné De Cicco6 chez le Duce, de retour d’un voyage en Allemagne. Il a dépeint la situation avec un optimisme notable : Hitler est serein, le peuple est dur et décidé à aller jusqu’au bout. En substance, je crois qu’il a raison même si le secrétaire de légation Lanza, qui est à Berlin depuis quelques années, a fait un tableau plus sombre : selon lui, les espérances d’une victoire totale se sont évanouies dans les steppes russes et, désormais, les allemands espèrent en une paix négociée.

11J’ai appris que le prince de Piémont serait désigné pour commander un corps italien en Russie. Est-ce une bonne chose ? Convient-il qu’il y aille ? Je me réserve une longue réflexion avant de répondre.

  • 7 En français dans le texte.

12Je vois Ravasio : il a trouvé des prétextes pour venir me parler car, en réalité, il voulait m’exposer la situation du Parti et la sienne. La friction avec Vidussoni, ou plutôt avec son entourage7, était inévitable et elle s’annonce déjà. Elle ne tardera plus à éclater parce que Ravasio se sent attaqué par en haut et veut agir, alors que l’autre l’a relégué dans l’angle modeste de la propagande. Ravasio sait que Vidussoni est un imbécile et est convaincu que les choses vont aller en empirant ! Il ne veut pas en être responsable puisqu’on l’empêche d’agir et qu’il n’en est pas coupable. Ceci va rendre encore plus précaire la situation du Parti qui est déjà assez faible et ébranlé.

136 février. Rien de nouveau.

  • 8 . Les troupes de l’axe continuent leur progression vers Derna et Tobrouk.

147 février. Conseil des ministres. Mussolini fait une brève présentation du déroulement des opérations en Libye et conclut avec l’habituelle attaque contre nos généraux8. Par contre, il exalte Rommel qui est toujours, sur son char d’assaut, à la tête des colonnes qui attaquent. Les bersagliers, enthousiastes, l’ont porté en triomphe, lui ont donné le plumet et ont crié qu’avec lui, ils sont certains d’arriver à Alexandrie. Les mesures prises aujourd’hui n’ont pas une importance particulière, mais Revel a annoncé un nouveau prêt dans le but de drainer la circulation monétaire et a déclaré que, la guerre finie, l’intérêt sur les rentes d’État serait fortement diminué.

15Grandi, m’accompagnant au ministère, a fait l’habituel diatribe contre la politique sociale du Régime et s’en est pris au Roi qui serait gâteux. J’ai protesté, surtout parce que ce n’est pas vrai.

  • 9 L’amiral Gino Ducci a été chef d’état-major de la marine de 1931 à 1933, moment où il est fait sén (...)

16Remontrance de von Mackensen pour un article de l’amiral Ducci9 qui démontre quels avantages auraient les anglais à débarquer en Norvège septentrionale. Il semble que ses arguments soient excellents mais, pour cette raison, n’est-ce pas naïf ?

178 février. La démarche allemande a eu comme résultat la suppression du journal Oggi. Quand le Duce m’y a fait allusion, je l’ai encouragé. Il était l’organe d’individus très ambigus qui font beaucoup de réserves vis-à-vis du Régime. Ils font de Bottai leur figure de proue, comme c’est toujours le cas de ces intellectuels mécontents et de second ordre, lequel s’est vanté d’avoir accrédité un ambassadeur – dont il a tu le nom – auprès de la famille Petacci.

18L’amiral De Courten, qui a commandé un convoi pour tripoli, m’a raconté la lutte soutenue contre les avions torpilleurs. On doit à la fortune que tout le convoi n’ait pas été perdu. De Courten donne un jugement très optimiste sur le déroulement de la guerre navale. Un seul point noir : le manque de pétrole. Nous en avons à peu près 100 000 tonnes et il n’en arrive qu’une quantité négligeable de l’étranger. Cette situation immobilise la marine et particulièrement les grosses unités qui, en ce moment, auraient la suprématie en Méditerranée.

  • 10 en français dans le texte.
  • 11 Un ardito est un soldat d’élite appartenant à des unités de choc, créées en 1917, chargées de mene (...)
  • 12 La réforme de Giuseppe Bottai, adoptée lors du Grand Conseil du 12 janvier 1939, réorganise l’écol (...)

199 février. Attolico est mort brutalement et ceci m’a profondément attristé. Non seulement pour des raisons personnelles (il fut lié par des liens d’amitié avec la pauvre Maria), mais aussi parce que j’appréciais grandement sa collaboration. Parmi tous les ambassadeurs qui ont travaillé avec moi durant ces années, il a été parmi les plus intelligents et certainement le plus courageux et honnête. À Berlin, il sentît la force du nouveau Reich et favorisa l’amitié et l’entente entre les deux régimes. Il ne crut pas aux succès de la guerre-éclair et combattit ardemment le déclenchement du conflit d’abord, l’entrée en guerre de l’Italie ensuite. On lui doit en partie le fait que nous ne nous soyons pas alignés immédiatement sur les allemands en septembre 1939 avec les résultats qui en auraient découlé. On perd en Attolico un homme dont on aurait dit en d’autres temps qu’il était un grand serviteur de l’État10. Bottai voulait lui succéder à l’ambassade près le Saint-Siège. Le Duce s’y est opposé. Il a dit : « Je me refuse à croire que l’ardito11 Bottai doit finir sacristain à 46 ans. Il doit terminer la réforme de l’école12 qu’il a initiée et qu’il serait commode de laisser en plan. Je nommerai Guariglia que j’estime pour son intelligence et pour son caractère. »

20Baldur von Schirach est à Rome. Il se déclare convaincu d’une guerre longue et est optimiste sans exagération. Il voit dans les sacrifices alimentaires imposés au peuple nos plus sérieuses préoccupations.

  • 13 Rachid Ali al-Gillani devient Premier ministre irakien en mars 1940. Il est renvoyé en janvier 194 (...)
  • 14 Actuelle Tbilissi, capitale de la Géorgie.
  • 15 Dans son mot de bienvenue à Rachid Ali al-Gillani, Ciano indique que « le gouvernement italien a h (...)

2110 février. J’ai reçu al-Gillani13, le Premier Ministre irakien, qui a dirigé le mouvement anti-anglais et qui fait maintenant le va-et-vient entre Rome et Berlin en cherchant à jeter les bases du futur statut des nations arabes. Les allemands sont prudents et ne veulent pas, au moins jusqu’à maintenant, signer un pacte avec lui. C’est un homme vif et décidé qui a un grand ascendant familial et personnel sur ses proches. Il croit en la victoire de l’axe et dit que, quand nos forces seront arrivées à Tiflis14, les anglais ne réussiront plus à réprimer les soulèvements des peuples assujettis. Il est sceptique sur l’attitude turque : excepté quelques chefs militaires, le peuple est de tout cœur avec les anglais et en espère la victoire15.

22Du reste, ce matin, en parlant avec Vitetti, Bismarck a laissé entendre que l’Allemagne se préparait à attaquer la Turquie, action indispensable pour arriver aux puits de pétrole. Mais est-ce un calcul juste ? Il semble que Bismarck soit d’un pessimisme noir. Il l’a toujours été et le déroulement des opérations en Russie ne peut que l’y encourager. Maintenant, peu à peu, il parlera.

  • 16 Depuis le 8 février, le 2e corps d’armée du général Seydlitz-Kurzbach et ses 96 000 hommes sont en (...)

23Les nouvelles du front oriental sont à nouveau préoccupantes : les Russes attaquent dans tous les secteurs et il n’est pas à exclure un nouveau retrait important de la ligne de front16.

24Vidussoni est apparu pour la première fois à un déjeuner à l’ambassade d’Allemagne. Il s’était habillé avec une chemise à rayures bleues, une cravate et un mouchoir rouges. Il n’était guère à son aise.

2511 février. Les funérailles d’Attolico ont été un témoignage de l’estime et de l’affection dont il jouissait.

26Dans l’après-midi, cérémonie inaugurale du nouveau siège des amis du Japon. Le duc de Pistoia a voulu parler à la surprise générale et avait préparé un bon petit discours. Il a été – je dirais – presque violent : il a tenu des propos inattendus et inhabituels pour une altesse Royale.

2712 février. Les anglais ont torpillé un de nos bateaux-citernes, le Lucania, qui se rendait de tarente à Gênes pour rejoindre le convoi de navires destinés à l’évacuation de nos compatriotes d’Afrique orientale. Le navire observait les règles et les accords passés : il s’agit d’une violation de la parole donnée qui ne peut avoir aucune justification. Le Duce et la marine qui, au fond, ont toujours été opposés sur la question, profitent maintenant de l’événement pour tout laisser tomber. Franchement, il ne m’est plus possible de soutenir le contraire : je me serais porté personnellement garant de la correction des anglais, mais cela devient plus difficile après ce qui est arrivé hier.

  • 17 Il s’agit du major F. Hayne.
  • 18 « Loin de tenter une stabilisation rigide du front, la tactique allemande s’oriente aujourd’hui ve (...)

28J’ai adressé à Mackensen le texte du télégramme envoyé à Washington par l’attaché militaire américain à Moscou17 : c’est une plainte pour le retard dans l’envoi des armements promis par l’Amérique et la prévision que l’URSS, si elle n’est pas aidée de manière suffisante et rapide, devra capituler. Pourtant, jusqu’à maintenant, les attaques soviétiques continuent à un rythme croissant et il est désormais question pour les allemands de tenir ou de laisser tout le secteur de Vitebsk-Smolensk. Alfieri télégraphie que ceci n’a pas d’importance car cela répond aux conceptions les plus modernes de la défense élastique, mais ses argumentations ne me convainquent pas18.

2913 février. Le submersible qui a coulé le Lucania a été éperonné et beaucoup de naufragés ont été récupérés. Il faut donc désormais écarter l’hypothèse qu’il s’agissait d’une mine à la dérive.

  • 19 Place de Rome, sur le Champ de Mars, où se tient un marché.

30Le Duce est, comme d’habitude, irrité contre les militaires. Afin d’envoyer trois divisions supplémentaires en Russie au cours du mois de mai, il faut faire appel aux allemands pour avoir des canons antichars, de l’artillerie antiaérienne et des camions. Malgré cela, Cavallero a présenté à Mussolini un tableau d’où il résultait que nous produisions 280 canons antichars par mois. Poussé dans ses retranchements, il a avoué que cela n’était pas vrai mais correspondait à nos possibilités. Puis, au crayon, devant le Duce lui-même, il a corrigé de 280 à 160. Rabais sensationnel comme le font les Juifs du Campo dei Fiori19. Mussolini en était indigné mais a expliqué pourquoi il ne l’avait pas mis à la porte : après tant de changements, il s’était aperçu qu’ils mentaient tous. « Seul Squero, a-t-il dit, est sincère. Il est idiot mais honnête. »

  • 20 Sladko Kvaternic, maréchal depuis juin 1941, est le chef d’état-major de l’armée croate.

31Je reçois le maréchal Kvaternik20 qui m’a remis une lettre de Pavelic qui souhaite rencontre le Duce. Je crois que cela pourrait se faire à Rome mais pas tout de suite.

3214 février. Rien de nouveau.

  • 21 Giovanni Armenise est le directeur de la Banca dell’agricoltura.
  • 22 Le prince Rodolfo Borghèse est le président de la Commission du blé pour la province de Rome.

33En soirée, chez les Clemm, madame Ninon de Belmonte m’a raconté un événement dont je ne suis pas encore revenu. Deux choses sont connues : Revel a perdu la tête pour Ninon et il hait le banquier Armenise21. Haine irraisonnée, inexplicable, mais qui n’en est pas moins intransigeante et violente. Armenise, qui commençait à ressentir le poids de cette persécution, s’est confié à Ninon, à qui l’avait présenté Rodolfo Borghèse22. Nino a décidé d’épouser sa cause. Eh bien, Revel a juré que non seulement il ne ferait plus rien contre lui mais que, d’ici huit jours, il le recevrait afin de reprendre des relations cordiales : « Il était rouge et penaud comme un enfant qui a fait une bêtise, a dit Ninon de ce ministre d’une cinquantaine d’années, mais à présent qu’il me l’a promis, je suis sûr qu’il filera droit. » Voilà un épisode qui en dit plus long sur les aspects négatifs de l’Italie d’aujourd’hui qu’une centaine de volumes.

3415 février. Mussolini n’a pas encore pris la décision de rompre les négociations avec l’Angleterre au sujet de l’évacuation de l’Afrique orientale. Il préfère encore prendre son temps : il est opposé, en principe, au départ de navires mais il se rend compte que ce serait une responsabilité trop grave que de refuser.

  • 23 Michele Pascolato est vice-secrétaire du Parti national fasciste.

35J’écris à Bárdossy pour avoir un peu de grain. Pareschi et Pascolato23 sont venus me parler de la situation céréalière du pays et la voient noire. Au mois de mars, il faudra réduire la ration de pain de 50 grammes et ceci ne suffira pas à assurer la soudure. Le Duce est beaucoup plus optimiste : il croit que l’on trouvera encore suffisamment de blé et que, dans tous les cas, son appel rendra le peuple patient et compréhensif.

  • 24 En français dans le texte.

3616 février. Kruia est venu à Rome pour la première fois après la constitution de son gouvernement à Tirana. Sa nomination fit sensation parmi les Italiens car trop nationaliste, parmi les albanais car il est d’origine modeste et l’esprit albanais est encore féodal. Verlaci dit de lui : « Je ne pourrai jamais respecter quelqu’un dont le père m’a servi le café chez Essad Pacha. » Il est temps de porter un jugement sur l’expérience Kruia : jusqu’à présent, les choses se sont bien passées, et même l’agitation qu’il y avait dans de nombreux milieux albanais s’est calmée. On craignait son extrémisme : il s’est révélé modéré. Il se rend compte, maintenant qu’il est au pouvoir, que la critique est aisée mais l’art est difficile24. Il ne m’a rien demandé d’inattendu, si ce n’est quelques petites rectifications de frontière avec le Monténégro et un changement de drapeau. Il ne veut pas l’aigle « emprisonné » entre les faisceaux et les armes de Savoie. La question est délicate mais n’est pas à rejeter à priori.

  • 25 Depuis décembre 1941, les forces japonaises du général Yamashita ont lancé une offensive en Malais (...)

37Churchill a prononcé aujourd’hui un discours que je qualifierais de décidé mais grave. La chute de Singapour a été un grave coup porté à l’empire britannique25 : « Je voudrais savoir, m’a dit Mussolini ce matin, quel effet a produit sur ces orientaux imaginatifs le fait que quatre officiers anglais se soient présentés avec un drapeau blanc afin de demander la reddition. S’il s’était agi de nous, personne n’en aurait fait cas. Mais ce sont des anglais ! »

3817 février. Entretien entre Mussolini et Kruia. Le président albanais a parlé de la situation en lui donnant une note optimiste. Mussolini a insisté sur son désir de concéder aux albanais un régime toujours plus libéral d’autonomie locale. Ceci est la seule politique possible, celle qui donne de bons fruits. Autrement, même l’Albanie serait aujourd’hui un foyer de révoltes et d’intrigues comme tous les pays occupés.

39Revel – comme cela était prévisible – m’a dit avoir reçu Armenise et avoir mis fin, par une longue embrassade, à une âpre polémique. Voilà les femmes…

  • 26 Le 5 février, Fritz Grobba, ancien ministre plénipotentiaire à Bagdad puis à Riyad, rédige un mémo (...)

4018 février. Avec al-Gillani chez Mussolini. Il a beaucoup insisté pour avoir tout de suite un traité et une déclaration d’indépendance pour les pays arabes. Le Duce ne s’est pas prononcé, car les allemands ont fait connaître depuis un moment leur opposition à un tel geste actuellement26. Le Duce a dit qu’il fera cette déclaration quand elle pourra avoir des effets immédiats, c’est-à-dire quand nos forces militaires se seront réellement approchées des pays arabes, ce qui permettra que les paroles soient suivies par les faits. Ce qui semblait autrefois impossible devient possible aujourd’hui. Les victoires japonaises minent heure après heure la résistance britannique et peut-être pouvons-nous préparer une conclusion plus rapide et heureuse qu’on ne l’avait prévu. Jamais comme maintenant la position anglo-saxonne n’est apparue aussi désespérée. Mais je crois qu’ils tiendront.

41Hier, lors d’un déjeuner organisé pour Kruia et en présence de tous les ministres, j’ai énoncé une formule qui a eu du succès : on ne naît pas jeune, on le devient.

4219 février. Conférence du sénateur Kruia au Capitole. Il a parlé de l’union italo-albanaise, mais ce fut un discours plus rhétorique et académique que politique. Le Parti aurait pu mieux organiser les choses : la salle était à moitié vide.

43Muti m’a dit que Farnesi, le chef de cabinet de Vidussoni, lui a clairement déclaré que son chef est « un imbécile », et il est très préoccupé chaque fois que Vidussoni doit faire quelque chose sans l’intervention de ses collaborateurs.

4420 février. Alfieri envoie un nouveau télégramme selon lequel Ribbentrop espère que l’Angleterre demandera l’armistice afin de sauver ce qui peut être encore sauvé. Les allemands commencent-ils vraiment à se rendre compte de l’épouvantable tragédie que représente cette guerre pour la race blanche ? Ce serait bien mais je ne le crois pas.

  • 27 Il s’agit plutôt d’une allusion à la semaine rouge de juin 1914. Du 7 au 14 juin, à la suite d’une (...)

45Ce matin, Mussolini montrait quelque préoccupation pour le charbon et l’acier. Nous sommes à court et les allemands ne maintiennent que partiellement les engagements pris envers nous : « Parmi les cimetières, dit Mussolini, je devrai, un jour, en construire un plus grand : celui des promesses allemandes. Rien ou presque de ce qui nous avait été promis ne nous a été donné. Aussi vaut-il mieux ne pas insister : j’ai persuadé Cavallero de ne pas demander les armes antichars et les canons antiaériens pour les divisions qui iront en Russie. Je préfère prendre la responsabilité de soustraire douze batteries de la défense de Rome. » Naturellement, il s’en est pris à la bourgeoisie italienne qui ne s’est jamais préoccupée de faire fructifier les ressources du pays et qu’il a eu le tort de ne pas exterminer physiquement en 191127.

  • 28 Il s’agit d’Étienne Horthy.
  • 29 La proposition de nomination d’Étienne Horthy comme vice-régent a été défendue par le cardinal-pri (...)

46Le fils d’Horthy28 a été nommé vice-Régent de Hongrie. Anfuso télégraphie que l’enthousiasme de l’assemblée a été modéré. Le personnage n’est pas à la hauteur de la tâche : c’est un homme modeste et courtois mais rien de plus. La Hongrie a cherché, au travers de ce geste, une assurance sur la vie de tonalité antiallemande. Je ne sais pas si cela a été deviné. À Berlin, il y a une grande froideur et l’on m’a fait savoir que l’on n’enverra pas de congratulations au vice-Régent29.

4721 février. Aucune nouveauté.

4822 février. Depuis Prague, le consul général nous communique que le substitut du Protecteur du Reich a traité nos concitoyens, si ce n’est pire que les tchèques eux-mêmes, en tout cas pas mieux. J’ai montré le rapport à Mussolini qui s’en est indigné et veut qu’Alfieri fasse une démarche, même modérée, auprès de Ribbentrop : « et ce sont ces allemands qui ont l’audace de protester contre l’exclusivisme japonais ! Je préfère de beaucoup les Jaunes, même si les Japonais devaient arriver jusqu’au golfe Persique. »

49Cela va mal en ce qui concerne le charbon : ce mois-ci, ce sera bien si nous arrivons à avoir 540 000 tonnes, c’est-à-dire un tiers de la quantité nécessaire. Si cela continue ainsi, nous aurons dépensé toutes les réserves pour les chemins de fer en avril.

50Rome est pleine de bruits à propos de déclarations violemment anti-vaticanes de la part du Duce. Il est exact qu’il a dit quelque chose : il s’agit de jugements plus théoriques que politiques, plus historiques que d’actualité comme le Duce en a proférés à plusieurs reprises. Vidussoni – qui est vraiment un imbécile – les a pris au pied de la lettre et les a répétés à droite et à gauche : il a même dit à D’Ajeta que l’on se préparait à donner l’assaut au Vatican. D’où le scandale. Voilà ce qui arrive lorsqu’on laisse jouer les enfants aux choses sérieuses : « D’une poupée, ils font un personnage », comme on dit à Naples !

5123 février. Je n’avais pas vu le Roi depuis quelque temps. Je l’ai trouvé affaibli et il avait de la peine à rester debout. Il n’a rien dit de particulier mais a réaffirmé sa vieille thèse selon laquelle l’écroulement de la Russie mettra l’Angleterre et l’Amérique dans l’impossibilité de continuer la guerre. J’ai manifesté encore une fois mes réserves.

52Le Duce s’est inquiété des bruits qui circulent sur ses propos en matière ecclésiastique et m’a chargé de les faire démentir par Guariglia. Évidemment, Vidussoni, qui a peu d’idées mais confuses, fait une fixation contre le Vatican. Quand Guariglia, voici quelques jours, s’est présenté au Capitole, à peine avait-il entendu qu’il s’annonçait comme « ambassadeur près le Saint-Siège » qu’il lui a tourné le dos ostensiblement. Il l’avait confondu avec le nonce !

53J’ai accompagné Clodius au palais de Venise. Il voulait donner des explications à propos du charbon non livré. Hiver exceptionnellement rigoureux, manque de main-d’œuvre et de matériel roulant : le front russe a, à lui seul, absorbé 5 000 locomotives de plus que prévu. Mais les choses iront mieux à l’avenir : ce sont du moins les promesses que le Führer lui a chargé de transmettre.

5424 février. Mussolini expose une de ses nouvelles théories sur la guerre : les guerres sont nécessaires pour voir et mesurer la véritable composition interne des peuples car, durant les conflits, on distingue mieux les différentes catégories : les héros, les profiteurs, les inertes. J’ai objecté que la guerre pratique une sélection en sens inverse puisque les meilleurs meurent.

  • 30 Roosevelt prononce un discours à l’occasion du 210e anniversaire de la naissance de George Washing (...)

55Discours de Roosevelt. Calme, modéré mais néanmoins décidé. Ce ne sont pas les déclarations d’un homme qui pense devoir chercher la paix à brève échéance30. Il existe pourtant cette étrange conviction, y compris en Italie, et beaucoup y croient sincèrement.

  • 31 Né en 1893, Alfred Rosenberg participe au putsch de la Brasserie en novembre 1923, puis devient ré (...)

56Le nonce demande s’il est exact que l’université de Padoue envisage de décerner le titre d’honoris causa à Goebbels et Rosenberg31. L’exaltation des deux plus acerbes adversaires du catholicisme dans la ville de Saint-Antoine serait difficile à avaler pour l’Église. Mais la nouvelle est inexacte.

  • 32 Des moutons noirs. En anglais dans le texte.

57Bismarck a parlé à D’Ajeta sur un ton très pessimiste. En Allemagne, tous, à commencer par les chefs suprêmes de l’armée et parmi les hommes les plus proches d’Hitler, sont convaincus qu’un autre hiver de guerre ne serait pas supportable. Mais personne n’ose lui dire. Il conviendrait de trouver un moyen de s’entendre avec les anglo-Saxons, d’autant plus que l’avancée nippone est un désastre pour la race blanche. Les allemands ne peuvent rien faire dans ce sens : ils sont trop haïs, ils sont des blacksheeps32. Il revient donc aux Italiens de prendre le rôle de pacificateurs du monde. Selon Bismarck, il n’y a pas un allemand avec la tête sur les épaules qui ne pense pas ainsi.

  • 33 Ribbentrop pousse le Japon à mener une attaque contre Vladivostok afin que l’Union soviétique ait (...)

5825 février. Il y a des signes de tiraillement entre allemands et Japonais : par exemple, ces derniers ont été froissés par quelques propositions de Ribbentrop qui, comme à son habitude, s’arroge le rôle de grand maître du Pacte tripartite33.

59Mussolini, qui est pro-japonais surtout par germanophobie, manifeste sa satisfaction : « Voici un peuple, a-t-il dit, avec lequel on ne peut pas se permettre de réveiller l’empereur et le Premier ministre à 2 heures du matin pour annoncer des décisions déjà prises. »

  • 34 en fait, le gouvernement turc arrête deux agents consulaires soviétiques accusés d’avoir organisé (...)

60Étrange attentat à Ankara : von Papen, passant dans le voisinage, est tombé par terre mais n’a pas été blessé. Nous verrons ce qu’en pense De Peppo. Mais d’ici, à première vue, je n’exclurais pas qu’il y ait la main allemande et que l’on commence à mettre en place les premiers éléments d’une crise avec la Turquie. Je ne cache pas mes forts doutes sur l’opportunité d’une telle crise34.

  • 35 La nouvelle s’avère fausse. Malgré les violentes attaques des troupes du général Joukov, les allem (...)

6126 février. C’est peut-être une fatalité, mais chaque fois que les allemands font un communiqué pour annoncer que désormais tout va bien sur le front oriental, ils connaissent un revers. Aujourd’hui, Viazma est tombée et, à entendre la radio russo-anglaise, l’offensive soviétique continue à un fort rythme35.

  • 36 Il est vrai qu’en février, un peu plus de 200 000 Italiens sont envoyés en Allemagne afin de rempl (...)
  • 37 Commissaire à l’Émigration et à la Colonisation, Giuseppe Lombrassa devient sous-secrétaire d’État (...)

62Le Duce a publié le décret pour la mobilisation civile. Pour le moment, les hommes de 18 à 55 ans, puis ce sera au tour des femmes. Il y a un certain malaise, car on ne comprend pas bien de quoi il s’agit, et on craint un doublon du travail obligatoire institué par les allemands36. Lombrassa37 sera chef de ce service, avec le rang de sous-secrétaire d’État : son nom est une garantie de modération et de compétence.

  • 38 Ugo Oriani est le fils d’Alfredo Oriani (1852-1909), auteur en 1892 de l’ouvrage La lotta politica (...)
  • 39 L’interprétation des origines du fascisme par Ciano est sujette à caution. Le premier fascisme, fo (...)
  • 40 Fils d’Arnaldo Mussolini et neveu du Duce.

63Le fils d’Oriani38 s’est fait le porte-parole du mécontentement de nombreux secteurs fascistes à propos de la voie suivie par le Régime, surtout en matière sociale : « Revenons aux origines » est le mot d’ordre des vieux fascistes. Les origines étaient antibolcheviques, traditionalistes, pour la défense de la famille et de la propriété, pour le respect de l’Église39. Maintenant, au contraire, on glisse de plus en plus vers la gauche et je crains que Vidussoni, qui ne comprend rien à rien, ne donne de nouveaux et dangereux coups de barre. Vito Mussolini40, qui a eu hier un entretien avec lui et qui est un jeune prudent, m’a dit être resté également surpris par l’idiotie, l’ignorance et la méchanceté du secrétaire du Parti.

6427 février. Rien de nouveau.

6528 février. Rien de nouveau.

Notes

1 Il s’agit de Ramón Briones Luco.

2 Vainqueur du général Carlos Ibañez Campos, le président Juan Antonio Rios finit par rompre les relations diplomatiques avec les puissances de l’axe en janvier 1943.

3 Le général Cavallero ne fait aucune allusion à ce repas dans son Journal.

4 Après avoir été gouverneur du Dodécanèse en décembre 1940, le général Ettore Bastico est nommé commandant en chef des forces armées en Afrique septentrionale en juin 1941. Ce poste le place comme supérieur hiérarchique de Rommel.

5 Le 3 février est signé à Rome un accord pour la cession de 500 tonnes de pétrole par la France à l’Italie. Une semaine plus tard, l’accord est annulé car Vichy estime que les concessions italiennes en matière de renforcement de l’armement sont insuffisantes. Dans Coutau-Bégarie Hervé, Huan Claude, Darlan, op. cit., p. 517.

6 Attilio De Cicco est devenu directeur général des Italiens à l’étranger.

7 En français dans le texte.

8 . Les troupes de l’axe continuent leur progression vers Derna et Tobrouk.

9 L’amiral Gino Ducci a été chef d’état-major de la marine de 1931 à 1933, moment où il est fait sénateur par le roi.

10 en français dans le texte.

11 Un ardito est un soldat d’élite appartenant à des unités de choc, créées en 1917, chargées de mener des coups de main audacieux dans les lignes ennemies.

12 La réforme de Giuseppe Bottai, adoptée lors du Grand Conseil du 12 janvier 1939, réorganise l’école en favorisant l’émergence des enseignements techniques au sortir du primaire afin de massifier l’enseignement avec un contrôle totalitaire.

13 Rachid Ali al-Gillani devient Premier ministre irakien en mars 1940. Il est renvoyé en janvier 1941 sur pression britannique. Revenu au pouvoir en avril à la suite d’un coup d’État, il provoque une révolte anti-anglaise le 30 avril et met le siège devant la base d’Habbaniya. Il est contraint de fuir l’Irak le 31 mai et trouve refuge à Berlin.

14 Actuelle Tbilissi, capitale de la Géorgie.

15 Dans son mot de bienvenue à Rachid Ali al-Gillani, Ciano indique que « le gouvernement italien a hautement apprécié la résistance que le peuple irakien, sous [sa] conduite décidée, a opposé à l’agression criminelle britannique contre [sa] patrie ». Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VIII (12 dicembre 1941 – 20 luglio 1942), op. cit., doc. no 254, p. 279.

16 Depuis le 8 février, le 2e corps d’armée du général Seydlitz-Kurzbach et ses 96 000 hommes sont encerclés à Demiansk.

17 Il s’agit du major F. Hayne.

18 « Loin de tenter une stabilisation rigide du front, la tactique allemande s’oriente aujourd’hui vers le concept de défense élastique afin d’obliger l’ennemi à engager le plus grand nombre de forces et pour les attirer le plus loin possible de leurs bases. On ne manque pas de rappeler qu’en décembre dernier, un groupe de maréchaux avait soutenu l’idée de se replier jusqu’à la frontière du 22 juin 1941. » Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VIII (12 dicembre 1941 – 20 luglio 1942), op. cit., doc. no 257, p. 281.

19 Place de Rome, sur le Champ de Mars, où se tient un marché.

20 Sladko Kvaternic, maréchal depuis juin 1941, est le chef d’état-major de l’armée croate.

21 Giovanni Armenise est le directeur de la Banca dell’agricoltura.

22 Le prince Rodolfo Borghèse est le président de la Commission du blé pour la province de Rome.

23 Michele Pascolato est vice-secrétaire du Parti national fasciste.

24 En français dans le texte.

25 Depuis décembre 1941, les forces japonaises du général Yamashita ont lancé une offensive en Malaisie. Le 15 février, la garnison britannique du général Percival capitule. La campagne de Malaisie a coûté 9 000 morts et 130 000 prisonniers aux Britanniques. Le 19 février, les Britanniques évacuent Rangoon, la capitale birmane. Sur la guerre en Asie, Costello John, La Guerre du Pacifique. Des origines à Hiroshima, Pygmalion, Paris, 2010 ; Souty Patrick, La Guerre du Pacifique, 7 juillet 1937-2 septembre 1945. L’Asie du sud-est au centre de ses enjeux, Presses universitaires de Lyon, 1995 ; Willmott Hedley Paul, La Guerre du Pacifique 1941-1945, autrement, coll. « atlas des guerres », Paris, 2001.

26 Le 5 février, Fritz Grobba, ancien ministre plénipotentiaire à Bagdad puis à Riyad, rédige un mémorandum dans lequel il conseille un Irak indépendant avec le Koweït, une grande Syrie comprenant, outre la Syrie, le Liban, la Palestine et la Transjordanie sous le gouvernement du mufti al-Husseini. Mais Hitler se montre réservé vis-à-vis de cette solution pour le Moyen-Orient.

27 Il s’agit plutôt d’une allusion à la semaine rouge de juin 1914. Du 7 au 14 juin, à la suite d’une manifestation antimilitariste qui fait trois morts à Ancône, une grève générale est proclamée, soutenu par le PSI et Mussolini. Les heurts font une quinzaine de tués.

28 Il s’agit d’Étienne Horthy.

29 La proposition de nomination d’Étienne Horthy comme vice-régent a été défendue par le cardinal-primat Serédy, le président de la Cour constitutionnelle Töreky et tous les anciens présidents du Conseil.

30 Roosevelt prononce un discours à l’occasion du 210e anniversaire de la naissance de George Washington. C’est l’occasion pour le président de faire le point sur la situation de la guerre. Il insiste sur le potentiel immense des alliés : « Regardez une carte. Regardez les immenses étendues de la Chine et ses millions de combattants. Regardez la vaste Russie avec ses nombreuses armées et sa puissance militaire. Regardez la Grande-Bretagne, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Indes néerlandaises, l’Inde, le Proche-Orient et l’Afrique avec leurs ressources en matériels et en peuples déterminés à résister à la domination de l’axe. Regardez aussi l’Amérique du nord, l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud. » Texte reproduit sur le site de l’université de Virginie, Miller Center, History. Policy. Impact. Consulté le 7 août 2015.

31 Né en 1893, Alfred Rosenberg participe au putsch de la Brasserie en novembre 1923, puis devient rédacteur en chef du Völkischer Beobachter. Il publie Le Mythe du xxe siècle en 1930, ouvrage de référence de l’idéologie nazie. Il est nommé ministre des territoires occupés à l’est en juillet 1941.

32 Des moutons noirs. En anglais dans le texte.

33 Ribbentrop pousse le Japon à mener une attaque contre Vladivostok afin que l’Union soviétique ait à lutter sur deux fronts, proposition fermement rejetée par le gouvernement japonais.

34 en fait, le gouvernement turc arrête deux agents consulaires soviétiques accusés d’avoir organisé l’attentat et qui sont condamnés à des peines de prison.

35 La nouvelle s’avère fausse. Malgré les violentes attaques des troupes du général Joukov, les allemands purent tenir Viazma.

36 Il est vrai qu’en février, un peu plus de 200 000 Italiens sont envoyés en Allemagne afin de remplacer les pertes causées par les opérations sur le front de l’est.

37 Commissaire à l’Émigration et à la Colonisation, Giuseppe Lombrassa devient sous-secrétaire d’État aux Corporations.

38 Ugo Oriani est le fils d’Alfredo Oriani (1852-1909), auteur en 1892 de l’ouvrage La lotta politica in Italia. Origini della lotta attuale (476-1887), réédité en 1925 avec une préface de Giovanni Gentile.

39 L’interprétation des origines du fascisme par Ciano est sujette à caution. Le premier fascisme, fondé en mars 1919, est né à l’extrême gauche de l’échiquier politique italien. Le programme des Faisceaux de combat prévoit le suffrage pour les femmes, l’instauration de la République, l’abolition du Sénat, la confiscation des profits de guerre. C’est le moment où Marinetti parle de « dévaticaniser » l’Italie. C’est à partir de 1920-1921 que le fascisme adopte les positions décrites par Ciano.

40 Fils d’Arnaldo Mussolini et neveu du Duce.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site